Exclu : Uber à l’assaut de Bruxelles-National (Zaventem) – MàJ

Capture d’écran 2015-04-09 à 23.00.20

La zone d’attente de l’aéroport, vue par Uber

Mise à jour du 13 avril à 18h10 à la fin de cet article.

Les taxis de Zaventem (la commune flamande sur laquelle se trouve l’aéroport de Bruxelles-National) ont du souci à se faire. Uber est apparemment bien décidée à court-circuiter, là aussi, les règles de fonctionnement des taxis professionnels. À la clé, un tarif moitié moindre, au prix d’une absence de formation, de licence, de contrôle et, selon certains, d’assurance passager.

Déjà, Bruxelles-National est un aéroport bizarre. Situé hors de la Région de Bruxelles-Capitale — qu’il prétend desservir —, il répond aux règles imposées par la Région flamande et la petite commune de Zaventem. Ça se remarque particulièrement au niveau des taxis. Ainsi, seuls les taxis du cru ont le droit de prendre des passagers à l’arrivée à la volée (excusez le jeu de mots). Les taxis bruxellois ne peuvent le faire que lorsqu’un arrivant les contacte directement par téléphone. Du coup, ceux-ci doivent généralement faire le trajet Bruxelles-aéroport à vide. Il en va de même pour les taxis de Zaventem, qui déposent leurs clients à Bruxelles et rentrent généralement à vide à l’aéroport. Ceux-ci n’ont en effet pas le droit de se mettre en file d’attente dans la ville et ne peuvent embarquer que les clients qui les héleraient en rue, à leur passage. Encore faut-il que ces clients aillent eux-mêmes à l’aéroport !

Ceci a un coût : comme les taxis ne peuvent rentabiliser que la moitié de la course, vous vous en sortirez avec une facture de 40 à 50 euros pour aller de Bruxelles à Zaventem, où certaines compagnies facturent à peine plus pour aller, par exemple, à Malaga. À comparer aux 50 euros pour aller de la rue de Rivoli à Charles de Gaule, pourtant situé 10 km plus loin du centre-ville que Zaventem. Ou aux 33 € (prix minimum) pour aller du Louvre à Orly quand ça circule bien (19 km contre 16,5 pour Bruxelles-National).

Ça fait des années que Bruxelles et Zaventem tentent régulièrement de négocier une solution avantageuse pour le client, sans succès. Mais l’arrivée d’Uber risque de forcer les deux villes à trouver un accord.


Uber, enfreindre les règlements sans la moindre gêne
Car la firme américaine a lancé, la semaine dernière, un nouveau système permettant aux voitures particulières Uber de court-circuiter la file d’attente réservée aux taxis de Zaventem : une file virtuelle. Dans un mail envoyé à ses sous-traitants (les chauffeurs Uber), l’entreprise constate « une demande de plus en plus importante à l’aéroport de Zaventem » et reconnaît que « les conducteurs doivent souvent prendre en charge les utilisateurs dans la zone kiss & fly au niveau des départs », ce qui est bien sûr interdit. Atterrante constatation : Uber reconnaît d’emblée qu’elle viole le règlement établi par la commune de Zaventem.

La solution ? « Un système de ‘file virtuelle’ dans la zone de l’aéroport. Lorsqu’un conducteur entre dans la zone, un numéro de file lui est virtuellement attribué ». Et à la commande suivante, il sera envoyé au terminal. Le plan joint au mail montre qu’Uber encourage ses chauffeurs à stationner à proximité de l’aéroport en attendant une course. Ensuite, pour éviter de prendre des gens dans la zone où, normalement, on les dépose (les départs), Uber a décidé d’ajouter un montant de 2,5 € à la course pour que les chauffeurs puissent payer 30 minutes de parking express et chercher leur client à pied, à l’arrivée ! « Les frais seront chargés au passager comme ‘frais de parking’ », précise le mail.

La méthode est très précise : « Nous vous conseillons d’appeler le passager pour arranger le lieu de rendez-vous, mais gardez à l’esprit qu’il est plus pratique d’entrer dans le parking express et de garer votre voiture pour aller le chercher. » Plus pratique ? Disons plutôt moins visible aux yeux de la police de l’aéroport…

Deux fois moins cher, mais cent fois moins légal
Résultat, la course Uber coûtera moins de 20 euros. De quoi enthousiasmer le chaland. Sauf que le service n’est pas légal, pour commencer, puisqu’Uber ne respecte aucune des obligations imposées aux taxis : connaissance de l’agglomération, licence, assurance spéciale, voitures aux normes, et bien sûr, certitude que le travail fourni par le conducteur est dûment imposé et qu’il payera (ou que son employeur payera) sa sécurité sociale. Bien sûr, il y a toujours un peu de fraude dans toute activité indépendante. Mais par comparaison, Uber, ce n’est que de la fraude, jusqu’à nouvel ordre : les chauffeurs sont dilettantes, ils ne déclarent pas forcément leurs revenus (rien ne les incite à le faire — surtout que leur activité est illégale) quant à Uber même, l’on saura bientôt, suite aux perquisitions dans leurs locaux, s’ils paient des impôts en Belgique ou pas du tout.

Curieusement, certains libéraux, comme Boris Dilliès (MR), sont de fervents supporters du système « modernissime » venu des USA. Étrange que des membres d’un parti qui a déclaré la guerre à la fraude sociale et dit soutenir les PME soient si peu regardants quand un système qui pirate les revenus de l’État, et concurrence de façon déloyale des petites entreprises déjà fragilisées par la crise (ce que sont les sociétés de taxis et plus encore les taxis indépendants) vient perturber un système mis en place pour protéger les clients (qui a ses défauts, comme tout système). Il arrive déjà que les taxis de Zaventem s’énervent quand un taxi bruxellois indélicat (il y en a, bien sûr) décide de rentabiliser son retour en prenant un client discrètement dans la zone des départs. Mais quand les taxis de l’aéroport verront leurs revenus fondre comme neige au soleil, on peut penser que la majorité zaventemmoise, dirigée par l’Open VLD (pendant néerlandophone du MR), trouvera tout à coup qu’Uber n’est finalement pas si chic que ça ! Et prendra des mesures choc.

Une organisation sans comptabilité
L’entreprise se défend généralement en prétendant faire du covoiturage (tout comme Djump). Or, le covoiturage consiste à prendre une personne sur le trajet qu’on doit effectuer. Exemple : je sais que je dois aller de la Place Saint-Job à Koekelberg dans 1/2h, je l’indique dans une app prévue à cet effet, et les gens qui doivent faire le même trajet, ou une partie de celui-ci, peuvent s’inscrire. Je les conduis sur ma route. Je peux même le faire gratuitement, cela ne me coûte rien. Et cela réduit le trafic, puisque la personne ne doit pas engager une automobile (taxi ou Uber) pour un trajet qu’elle n’aurait pas fait sans cette commande. Uber, au contraire, ne réduit pas le trafic comme ses défenseurs l’affirment, mais l’augmente, puisqu’il offre une solution moins chère que les taxis et plus rapide que les transports en commun et attire un public supplémentaire dans le transport monopersonne avec chauffeur qui, sinon, aurait pris le train ou le bus.


D’autant qu’Uber incite ses chauffeurs à se rendre là où des affaires pourraient se faire. Dans un autre mail dont j’ai pu prendre connaissance, l’entreprise garantit le revenu des chauffeurs engagés aux heures de pointe : « Les heures garanties sont des heures durant lesquelles Uber garantit un certain chiffre d’affaires minimum. Cela signifie que si vous gagnez moins que le revenu garanti durant les heures fixées, Uber vous paie la différence ».

Uber insiste régulièrement sur le fait qu’elle n’offre qu’une application mettant en relation des personnes privées. Ces messages, envoyés à ses chauffeurs, montrent qu’au contraire, Uber crée un marché et l’organise, incitant ses fournisseurs — à considérer comme des sous-traitants, donc — à se présenter aux heures les plus intéressantes, à bénéficier d’un système de file virtuelle qui permet de générer des bénéfices soutirés aux taxis de Zaventem et de Bruxelles, conçu et entretenu par l’entreprise, ainsi qu’à respecter un certain nombre de règles de courtoisie (la petite bouteille d’eau…)

Elle décide également de garder les chauffeurs qui font un bon score auprès des clients et d’éliminer les autres du système (encore heureux, me direz-vous, mais ceci montre que les chauffeurs sont astreints au respect des règles imposées par Uber, ce qui implique une relation, au minimum, de client à fournisseur). Et dans tous ces cas, ceci impose soit un contrat d’emploi, soit l’établissement de factures avec TVA du chauffeur à Uber, et le paiement des cotisations sociales qui vont de pair avec l’activité clairement professionnelle. Sinon, il y a fraude fiscale et sociale.

Cela dit, même le piratage a du bon. Depuis l’arrivée d’Uber, les sociétés de taxis ont réagi en lançant une application encore trop peu connue, eCab. Elle permet de repérer les taxis les plus proches et de payer son trajet en ligne. Elle souffre d’un cruel manque de publicité, mais dans les circonstances actuelles, on se dit que la Région bruxelloise devrait s’en charger en partie. Après tout, il en va de la réputation de la ville. Et peut-être qu’enfin, les édiles de Zaventem et ceux de Bruxelles vont s’asseoir à la table des négociations avec les taxis pour créer un système permettant aux professionnels de ne plus rouler à vide, bêtement, entre l’aéroport et la capitale. Il suffirait que les taxis de Bruxelles soient autorisés à entrer dans la file à Zaventem et qu’en échange, ceux de Zaventem soient intégrés dans le système radio bruxellois, qui leur permettrait de prendre en charge les Bruxellois qui désirent aller à l’aéroport pour un peu moins cher qu’actuellement.

D’Uber-plafonnage à Uber-plombier
Certains cèdent au chant des sirènes d’un système soi-disant « citoyen », mais en fait financé par Google et GoldmanSachs, qui puise son succès dans le viol systématique des règles établies (ces règles ayant pour but d’assurer un système de taxis performant et sûr, rappelons-le), pour, non pas briser le soi-disant « monopole » des taxis (il y a en effet de la concurrence), mais bien pour s’arroger un véritable monopole, planétaire, celui-là, où Uber décidera bientôt du prix de toutes les courses, et où pour avoir cru payer moins cher un système « moderniste », le client se verra un jour imposer des prix encore plus élevés. Ces partisans d’Uber, de Djump ou d’AirBnB — qu’ils prennent pour de l’économie collaborative (même Gilles Vanden Burre, — Ecolo —, s’y est laissé prendre, à voir dans Les Experts du 28 mars)— oublient qu’on peut multiplier cela à l’infini.

Du plafonneur « particulier » mis en relation avec le client à un prix défiant toute concurrence au plombier « du soir » en passant par le restaurateur « d’occasion » ou le carrossier « dilettante », il n’y a pas de limites à ce genre de système. De toute évidence, tout ce qui n’est pas taxé coûte moins cher. On oublie que les taxes servent aussi à payer l’asphalte, l’éclairage, les ponts, la police, les « feux rouges », l’urbanisme, la gestion du trafic… toutes choses dont Uber profite gratuitement.

Enfin, il faudra que les brillants partisans de la concurrence à tout crin m’expliquent comment on augmente un PIB en insérant dans l’économie des pirates organisés qui ratatinent les prix et minent des pans entiers de notre économie. Qu’ils se rappellent que s’ils ne veulent pas de la croissance, la croissance ne voudra pas d’eux non plus.

Interrogé sur le mail introduisant le nouveau « service » pour l’aéroport, Uber m’a répondu : « je crains que nous n’ayons guère de commentaire à donner en réponse à votre question. » Reconnaissons qu’ils pouvaient difficilement mieux formuler leur réponse !

Mise à jour du 13 avril à 18h10 : suite à mon passage dans le journal de TV Brussel (également disponible en version française), Pierre Steenberghen, porte-parole de l’organisation professionnelle nationale des taxis GTL a évoqué la plainte déposée à Bruxelles par Taxis Verts (Bruxelles) contre Uber et évoque assez clairement une réaction probable des taxis de Zaventem : « Je crois que les taxis de Zaventem ne vont pas laisser passer ça sans réagir. » a-t-il dit au micro de Laetitia Janssens. Uber n’a pas souhaité réagir autrement qu’en disant chercher à satisfaire sa clientèle. Voilà, voilà.

Sinon, selon TV Brussel, me voilà donc officiellement « klokkenluider », sonneur d’alerte. Mais la traduction littérale me plaît beaucoup : « sonneur de cloches ». Et qui c’est qui va se les faire sonner ?

Previous Guy Birenbaum, fifty ways to leave your twitter
Next Du Sel dans le Café numérique Namur « Médias et Liberté d'expression » ce mardi 21 avril.

You might also like

0 Comments

  1. William Rantale
    avril 10, 15:33 Reply
    Le low cost appelle le low cost. Qu'Uber oppose une concurrence déloyale aux compagnies de taxi, c'est un fait. Mais, Marcel, votre analyse me semble biaisée. Que l'aéroport de Bruxelles National soit situé en dehors de Bruxelles Capitale ne change rien. Vous ne voudriez pas que les zincs décollent de la Grand Place ?! Nous venons justement de nous débarrasser du fameux virage à gauche "Wateletien", ayez la bonté de ne pas rapprocher davantage l'aéroport du centre-ville, merci. Je dors à nouveau sainement depuis une semaine… Qu'un trajet aller-retour soit rentabilisé par le seul aller payant (ou le retour) et le propre de tout transport routier, quelque soit la distance parcourue. C'est donc valable aussi pour les conducteur affiliés à Uber. Il n'y a donc pas que les taxis qui doivent rentabiliser leur trajet sur la moitié de la course. Que le prix de la course en taxi Zaventem-Bxl équivale à un vol Bruxelles-Malaga est certes choquant. Mais pas dans les termes que vous sous-entendez. Ce qui est choquant, c'est, d'une part, que le taxi brûle 2€ maxi de carburant sur les 30km de son aller-retour Bxl-Zaventem, alors qu'il en facture 50 au client. L'amortissement du véhicule, la licence, le bénéfice et l'impôt n'excusent pas tout. Les taxis bruxellois figurent parmi les plus chers du monde. Ce qui choque encore, c'est qu'un vol de 2000 km soit facturé 50€ alors que la seule consommation de kérosène, si la compagnie d'aviation payait son carburant au prix du diesel, dépasserait 100€ par passager pour une telle distance. Et je ne parle même pas du coût du personnel naviguant ni de l'amortissement des zincs. Alors, si vous trouvez normal de voyager 2000 km en avion subventionné (par le gouvernement et par les commerçants de Malaga) pour 50€, vous trouverez sans doute normal — aussi — que les voyageurs rechignent à payer la même somme pour rallier la capitale et préfèrent appeler un complice 'hors système'. Le Low Cost appelle le Low Cost… Ok, Google et Goldmann Sachs font peur. Il y a des raisons de se méfier. Mais les conducteurs d'Uber payent leur taxe de circulation comme vous et moi, pour financer l'asphalte et l'éclairage. Et l'argent, même noir, qu'ils génèrent sert à acheter des Jeans, des tickets de cinéma, des cartes iTunes, des billets d'avion Low Cost… Chez Uber, il est dit que la première année d'activité n'étant pas encore écoulée, il n'y a pas encore de déclaration de revenu pour les conducteurs d'Uber… Attendons au moins de voir la suite. Si chaque tassement des prix rendu possible par la technologie était synonyme d'écroulement de l'économie, nous serions tous encore à pied ou à cheval. Mon métier actuel a tué au moins trois autre métiers il y a une vingtaine d'années. Actuellement, mon métier se voit tué par un autre. Tout se transforme, à moi de me former, de me recycler. Aux autres aussi.
    • Marcel Sel
      avril 10, 17:01 Reply
      Pour info, les taxis sont plus chers dans la plupart des grandes villes d'Europe du Nord.
    • Kobudo
      avril 11, 15:25 Reply
      Bonjour William, Vous grossissez la facture finale, et diminuez les couts. Votre calcul vaut pour une course de 15km. Voici mon calcul pour 15 km au tarif actuel: Tarif 2 (Tarif hors Bruxelles) = 2.70 €/km. Prise en charge= 2.4€ 15*2.7+2.4= 42.9. Et encore, si le client pars de Bruxelles, dans ces 15 km, il devrait y avoir quelques km en tarif 1. Ce qui devrais donc abaisser la note de quelques euros. Allez, disons 7km dans Bruxelles et 8 hors de Bruxelles en passant par l'OTAN. Le calcul deviens donc:= (7*1.8)+(8.*2.7)+2.4=12.6+21.6+2.4=36.6 € Ensuite, la plupart des taxis roulent à +- 15 cents du km. 15*2*0.15= 4.5 € de diesel. Les 32 euros restant servent à payer l'assurance, les taxes d'agglomérations, les taxes, impôts, amortissement du véhicule, entretien du véhicule, salaire et ONSS du chauffeur, radio taxi verts/bleu/autolux, les heures creuses et j'en passe ... Alors soyons honnête, le métier de chauffeur de taxi est déjà précaire, et si l'on remplace ce métier par un autre encore plus précaire, je ne vois pas de quoi se réjouir. Cf salaire horaire chauffeur Uber estimé à +- 6€/heure la nuit. (http://geeko.lesoir.be/2015/03/17/uber-salaire-un-site-qui-permet-de-comparer-les-salaires-des-chauffeurs-uber/) L'on peut prétendre qu'un métier plus moderne en tue un autre, mais ce n'est pas le cas ici. C'est le même métier mais précarisé via un outil certes attractif. Au final, en élargissant le débat, cette course au moindre cout , fragilise notre société entière. La fraude des pauvres est une pauvre fraude ... Uber n'est certainement pas un pauvre fraudeur, et cette fraude devrait être combattue. P.S: Je suis tout à fait d'accord que le taxi coute trop cher, et je suis partisan d'un taxi beaucoup moins cher qui ramènerais plus de clients dans ses filets. Un ancien Chauffeur taxi qui s'est formé et adapté à l’ère numérique.
    • Pierre Steenberghen
      avril 12, 23:46 Reply
      Les frais de personnel représentent 60 % du prix de revient des taxis officiels. Le trajet Zaventem - Bruxelles centre ou vice versa (trajet aller-retour, car le chauffeur retourne après avoir déposé le client) à 45 euro, ce n'est pas anormal pour un transport non subsidie, car il faut aussi payer les taxes, impôts, cotisations sociales. Offrir ce transport à 25 euros, c'est impossible, ou alors il est question de fraude.
      • Nicolas
        avril 13, 00:39 Reply
        On retombe tout bonnement sur le problème belge numéro 1: celui du coût du travail. Pour se payer ce trajet à 45 euros qui durera moins de 30 minutes, l'employé belge moyen doit travailler plus de 3 heures (l'employé moyen belge gagnant moins de 15 euros net de l'heure). Il est donc normal que l'on trouve un tel prix aberrant, même si le taximan n'y peut pas grand chose. Au-delà de la question des taxis, l'énorme différence qu'il y a entre le salaire net et le coût du travail limite fortement le développement des services aux personnes. Les Belges sont incités à faire tout eux-mêmes et ne font appel à des services que le plus rarement possible, sauf lorsqu'ils peuvent se procurer un service au noir. Le coût du travail belge n'est donc pas qu'un problème de compétitivité, qui est la partie la plus visible de ce problème. Le transport de personne est par excellence une activité à haute intensité de main-d'oeuvre. Il n'est pas idiot de penser que la piètre mobilité que nous connaissons en Belgique est en partie liée à une inadéquation entre le coût de l'offre de mobilité et le pouvoir d'achat du côté de la demande de mobilité (une régulation d'un autre âge, des limitations communautaires et un manque d'investissements en infrastructure participant également à l'immobilité dans notre pays).
  2. William Rantale
    avril 10, 15:39 Reply
    Ah... mon estimation du coût Bruxelles-Malaga en avion au tarif du diesel est erronée, car le billet à 50€ que vous mentionnez est un aller-retour je présume. Cela fait donc 4000 km et non 2000 km comme je l'avais compté. C'est donc 200€ que carburant qu'il faudrait débourser et non 100€. Doublement choquant donc... :-)
  3. Pfff
    avril 10, 16:25 Reply
    Recherche nationale : La recherche est régionalisée à 90 % fait valoir Rik Torfs. Ce qui reste de fédéral peut bien disparaître, la recherche flamande est plutôt pour. Pour ce qui est du nerf de la guerre : une seule université flamande touche plus de l'UE que toute la francophonie au grand complet. Et le reste ? Régionalisé, qu'on vous dit. Autrement dit, la Wallonie est un Tiers-Monde, à tout point de vue, et cela ne va pas s'arranger.
  4. Cynique
    avril 10, 16:42 Reply
    Intéressant comme article... Maintenant l'app eCab est pas trop mal fichue, mais elle serait encore mieux si on pouvait filtrer (genre : roule comme un taré (oui/non), brûle les feux (oui/non), parle un minimum français ou néerlandais (oui/non), essaie de vous enc.... (oui/non)... Pour info, la dernière fois que j'ai fait Zaventem / Uccle, j'en ai eu pour 90 €... Je traverse 4 fois tout Manhattan à ce tarif là...
    • Marcel Sel
      avril 10, 17:03 Reply
      Vous avez dû être mal servi. J'ai une (seule) mauvaise expérience en taxi en quatre ou cinq ans.
  5. Pierre Steenberghen
    avril 10, 16:58 Reply
    Le fait que seuls les taxis de Zaventem ont le droit de stationner a l'aéroport n'a rien d'exceptionnel. A Schiphol près d'Amsterdam aussi, les stationnements sont réservés aux sociétés de taxis de l'aéroport (designées par adjudication). IIdempour Charles de Gaulle près de Paris et pour beaucoup d'autres aéroports en Europe. Pourquoi? La moitié des voyageurs de l'aéroport de Zaventem ne se rend pas à Bruxelles mais vient d'ailleurs / ou se rend ailleurs, en Wallonie ou en Flandre. Si demain Zaventem permettait aux taxis de Bruxelles de stationner à la devanture de l'aéroport: - Les taxis de Gand, d'Anvers, de Liège, et d'ailleurs exigeront aussi de pouvoir y stationner et d'y charger des voyageurs. - La situation devient totalement ingerable: Si on veut que les taxis retournent vers leur ville d'origine, il faut prevoir un lieu de stationnement et de chargement spécial pour les taxis bruxellois; idem pour les taxis des autres villes du pays. Chacun voudra sa place a l'aéroport. Faut il alors prévoir une série d'arrêts comme pour les bus de ligne, mais ici , pour les taxis des differentes villes? Cela nous semble difficile à organiser pour du transport individuel. C'est comme si les taxis flamands et wallons exigaient de pouvoir desservir les gares bruxelloises. Ce ne serait pas réaliste. Le matin, des milliers de taxis d'un peu partout dans le pays se disputeraient les courses à l'aéroport. Ou alors, comme fait Uber, des particuliers qui font du taxi (en noir), se mettraient en file virtuelle, en stationnant un peu partout sur des parkings publics en attendant leur tour... Il n'y aurait plus de taxis de Zaventem mais un grand désordre à l'aéroport et aux alentours. Pas bon pour la réputation de l'aéroport ni pour celle du pays.
    • uit 't zuiltje,
      avril 10, 23:44 Reply
      sorry mais votre discours est idiot logique, il n'y aurait aucun problème à avoir un quai d'embarquement par région... ça serait même plus ordonné pour un aéroport national
  6. Lachmoneky
    avril 10, 20:35 Reply
    En général, celui qui arrive par avion, repart par avion. La plus grosse compagnie (et de loin) qui dessert l'aéroport est... bruxelloise... mais spécialisée dans le service de l'aéroport (principalement) Son contrat avec la commune de Zaventem l'oblige à fournir x taxis à certaines heures de pointe: par exemple 200 taxis "en course" entre 6 et 9 heures. Cette obligation a un coût et nécessite une sérieuse organisation. De plus, la course retour peut être réservée et revient beaucoup moins cher (moitié du prix?). Ceci évite à la compagnie un trajet à vide. Les taxis qui embarquent des clients à l'arrivée DOIVENT se soumettre aux règlements édités par la commune, et être admis par soumission. Sans quoi, il pourrait y avoir, par exemple, deux fois trop de taxis aux heures de pointe... ou trop peu. La place disponible pour les taxis en attente est aussi bien limitée: elle n'est pas extensible à l'infini!! (probablement une centaine de taxis, à l'heure actuelle). A l'opposé, quand des voyageurs arrivent, ils ne peuvent en aucun cas ne pas trouver de taxi à leur disposition. Uber se heurtera donc directement à la commune de Zaventem et à la Région Flamande. La libre concurrence, à l'arrivée des voyageurs, est impensable, car elle générerait un dérèglement complet. La concurrence pour le départ, quant à elle, est "ouverte".
  7. uit 't zuiltje,
    avril 10, 23:37 Reply
    "Ça fait des années que Bruxelles et Zaventem tentent régulièrement de négocier une solution avantageuse pour le client, sans succès. Mais l’arrivée d’Uber risque de forcer les deux villes à trouver un accord." perso tous ce qui peut nuire à l'économie flamande (le rand c'est la moitié de l'économie et quasi tout le racket flamand) je regarde avec intérêt , c'est mon côté bds_bdw
  8. HACHIVILLE
    avril 11, 10:20 Reply
    Pour votre information, Marcel, cela fait des années que plusieurs compagnies de taxis bruxelloises (et régulières) utilisent les parkings 30' : vous appelez la compagnie lorsque vous arrivez à la reprise des bagages, un chauffeur vous attend devant la librairie Relay et prend vos valises. C'est vous qui payez le parking. A partir d'une certaine heure (le soir), le chauffeur vous prévient de son arrivée et vous économisez le parking. Note : une semaine de parking à Charleroi coûte moins cher qu'un aller-retour en taxi de Bruxelles vers l'aéroport. :
  9. Il est intéressant de savoir ce que pensent nos mandataires politique. par l'exemple les deux défenseurs déclarés. Mr Boris.D à uccle et Mr De Wolf. V à etterbeek.
  10. Burton
    avril 11, 17:05 Reply
    Je suis un gros usager des taxis. Le secteur du taxi "légal" est une assez vaste blague: entre les plaques "transport handicap" qui ne servent pas et sont recyclée en "taxi tout venant" dès que c'est possible et des plaques taxi qui se négocient plus de 80.000€ au marché noir, sans parler des taxis conduits par le frère, le copain, le cousin ou la belle mère (authentique !) du chauffeur officiel, le secteur reste assez border line, malgré un effort d'assainissement (c'était carrément rock'n'roll dans les années '90). Quant à la formation: gps sans aucune connaissance de la ville et de ses points noirs, et la messe du dimanche à donf (pas plus tard que la semaine passée). Bon ... la majorité des chauffeurs sont vraiement agréables et efficaces (selon ma seule expérience: 20% de gogols ... jusqu'à un vieux de la vieille qui aurait dû arrêter dans les années '80, et dont j'ai dû de force couper le contact et garder la clé avant l'accident fatal et alcoolisé), mais le secteur est encore loin d'être pro et "légal". Ce que Uber, AirBnB etc; proposent aujourd'hui, c'est l'expression tout à fait capitalistique d'ancienne formes d'échange non monétaire ou de services artisanaux et familiaux (chambres d'hôte) en les faisant passer un seuil quantitatif qui a un impact systémique (cfr problèmes d elogements dans le Marais à Paris, par exemple, du fait de l'explosion des apparts de type airBnB). le tout au prétexte d'un vernis "tendance bobo" et "économie circulaire, collaborative, 2.0, etc.". Mais en même temps, émerge là une forme d'économie et d'échanges qu'il serait vain de vouloir éradiquer. La question serait plutôt: comment l'encadrer ... Il s'agit d'une forme assez moderne de travail au noir avec vitrine légale: c'est plutôt bien joué, non ? néanmoins, se joue là de nouvelles formes de travail qu'on aurait tout intérêt à scruter: elles vont devenir massives. Dans un pays où l'économie au noir (bien avant Uber and C°) atteint des proportions intéressantes (officiellement, on estime ça à 16-17% du PIB, certaines études estiment même ça à + de 20%): http://www.belspo.be/belspo/fedra/agora/ag137/agjj137synth_fr.pdf http://www.nbb.be/doc/ts/Enterprise/Activities/MonetaryPolicy/zwartwerk-FR.pdf Et nombre d'activités qui peuvent être monétarisées ont comme particularités d'être impossibles à mener dans le régime salarié ou indépendant (même complémentaire), pour des tas de raisons diverses (techniques, fiscales, sociales). Faut-il tarir ce gisement d'activités économiques ou envisager de nouveaux modes de régulation et de solidarité (sociale, fiscale), pour ces échanges économiques d'un nouveau genre, entre l'activité domestique, privée, et l'activité professionnelle: les tiers-lieux sont aujourd'hui, avec le co-working et autres fab-labs, un concept à l'avènement inexorable (et ma foi assez séduisant, je trouve), il faudra sasn doute étendre ça au tiers-temps, au tiers-travail ... Cela se paiera d'une sacrée remise en cause, par exemple du secteur hôtelir ou du secteur de la location de véhicules ou des taxis ... et alors ? Le corporatisme n'a jamais rien produit de très excitant, sinon des combats d'arrière-garde pour le maintien de formes convenues d'exploitation et de privilèges (vous pensez, une plaque de taxi achetée 80.000€ ...).
  11. Burton
    avril 11, 17:12 Reply
    Autre chose, puisque c'est évoqué entre les lignes: les gains de productivité. Dans le secteur tertiaire et quaternaire, les gains de productivité que l'on peut attendre de la technologie (en réseaux, notamment) est considérable. Pour certains métiers administratifs courants, certains estiment le potentiel de destruction d'emplois à 90%. Et que pensent les taxis de la voiture google sans conducteur qui verra le jour avant que je ne crève (j'ai 58 ans, et je me demande si cette réflexione st optimiste ou pessimiste). La question n'est plus celle de l'emploi, depuis longtemps: les entreprises savent comment activer quand bon leur semblera ce potentiel considérable de gains de productivité. La question est celle de la répartition des richesses produites et capitalisées par ces gains de productivité (cfr le modèle capitalistique de Uber, qui lui fait froid dans le dos, bien plus que la question sociale/fiscale des chaufeurs). Mais là on touche à la question du capital, de sa propriété, de la propriété privée ... et tout d'un coup, on ne voit plus personne pour remettre ça en cause. marrant.
  12. Nicolas
    avril 11, 22:18 Reply
    "Du plafonneur « particulier » mis en relation avec le client à un prix défiant toute concurrence au plombier « du soir » en passant par le restaurateur « d’occasion » ou le carrossier « dilettante », il n’y a pas de limites à ce genre de système. De toute évidence, tout ce qui n’est pas taxé coûte moins cher." Rien de neuf sous le soleil. Marcel Sel devrait s'intéresser aux ... SEL :-) Les SEL sont des organisations écolo-bobos dont même les libertariens les plus hards n'oseraient rêver. Voir par exemple: http://brusel.be/
    • Pfff
      avril 13, 13:42 Reply
      Et les monnaies locales ? http://www.enepisdubonsens.eu/ http://www.rtbf.be/info/regions/detail_monnaie-locale-l-epi-electronique-est-ne-en-gaume?id=8373328
  13. petitmf
    avril 12, 00:54 Reply
    Perso quand je peux éviter Zaventem, je le fais. La jonction train est plus chère, aller avec un véhicule c'est hors de prix... je privilégie les aéroports régionaux et je suis très contente de Charleroi. Pour me conduire à ma petite gare régionale (où il n'y a plus de guichet), j'appelle un taxi régional qui pour deux personnes me revient moins cher que le bus................... et pourtant les taxis pourrait se sucrer car en transport en commun, on a quasi rien ici (on est pas à Bruxelles- Je n'ai pas lu tout l'article mais Uber, moi non merci. Que sait-on des assurances de ces personnes ? où déposer plainte si ça ne va pas ??????? A vouloir tout vite et sans réfléchir.......... ensuite viennent les plaintes En disant cela, je n'attaque pas le low cost car je ne prend l'avion qu'en low cost, sorry j'ai pas les moyens pour Brussels airlines Pour Zaventem, il y a clairement un problème communautaire qui ne veut pas dire son nom. Et que penser des gros problèmes pour s'y rendre au train. Je l'ai fait en novembre dernier............ une vraie catastrophe. 2 changements de quai à Bruxelles midi, ensuite une transition vers Bruxelles nord et oups encore 2 changements de quai en dernière minute et tout ça pour un prix surfait. Dans le climat actuel de la Belgique , il n'est pas étonnant qu'une société comme Uber arrive à s'implanter relativement facilement. 3 régions, 2 communautés et le brol administratif que ça implique. Ils ont beaucoup moins facile à Paris. Bon dans 5 ans, on verra............ à moins que cela ne soit avant;
  14. Salade
    avril 12, 10:33 Reply
    légal, beaucoup moins cher et moins polluant: le train.
  15. Tournaisien
    avril 12, 12:14 Reply
    http://www.lesoir.be/848650/article/actualite/monde/2015-04-12/pape-francois-qualifie-massacre-des-armeniens-genocide# ENFIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Un fasciste est un fasciste ! Erdogan et les nationalistes turcs sont des fascistes !!!!!!!!!!!!! Je ne vois pas pourquoi il faudrait mettre des gants pour permettre à ces salopards de sortir en plus la tête haute. Chapeau à François Ier !
    • uit 't zuiltje,
      avril 13, 01:36 Reply
      «Les <strong>deux</strong> autres ont été ceux perpétrés <strong>par le nazisme et par le stalinisme</strong>. Et plus récemment d’autres exterminations de masse, comme celles au Cambodge, au <strong>Rwanda</strong>, au Burundi, en Bosnie», a-t-il ajouté. 1)il déshabille kagamé pour habiller josef ( solidarité catho/hutu ?) 2)il minimise le caractère raciste de la shoah en l'associant aux crimes bolcheviks( vive saint piexii ?)
      • uit 't zuiltje,
        avril 13, 21:46 Reply
        en plus j'ai entendu aux infos que m'ont laissés le diadisses que saint françois ii à dit que les arméniens sont les <strong>premières</strong> victimes des génocidaires, donc les wasp sont pardonnés pour hyawattah, kurtz pour les mains coupées, et les héréreauds de südwestafrika n'ont plus qu'a sécher définitivement dans leur propre désert, merci adolf devoir dit à pie xii que tout le monde à oublié les arméniens, plus besoin d'hacker l'info infuse du vatican...
        • Pfff
          avril 15, 12:36 Reply
          Le Pape a dit premières <b>au XXe siècle</b>. Il n'a rien dit pour les Saxons et Charlemagne, parce qu'il était impliqué.
        • Pfff
          avril 15, 14:54 Reply
          «Au siècle dernier, notre famille humaine a traversé trois tragédies massives et sans précédent. La première, qui est largement considérée comme “le premier génocide du XXe siècle” a frappé votre peuple arménien» Par ailleurs, c'était une gentillesse à l'égard des arméniens, qui ne sont pas tous catholiques, loin de là. D'une façon générale, le point de vue chrétien et catholique est "qu'il faut laisser les morts enterrer les morts"*, parce que, si on part par là, on n'en finit plus. *Luc 9:60
      • Pfff
        avril 15, 12:10 Reply
        "il minimise le caractère raciste de la shoah en l’associant aux crimes bolcheviks( vive saint piexii ?)" Est-ce que vous nous prendriez pour des billes ? Cela sent l'instrumentalisation de la Shoah, à la fin. La Grande Parade. La religion est fondée sur la confiscation de la culpabilité collective. Contrairement à une certaine gauche, qui essaie d'établir une "religion de la Shoah" à son bénéfice, je trouve le procédé monstrueux, et TOTALEMENT IRRESPONSABLE. Vous ne pourrez pas lutter longtemps contre la vérité de l'abjection communiste et la principale victime de votre acharnement contre l'établissement de la vérité, sera la communauté juive, dont vous vous foutez éperdument ! Vous fabriquez du judéo-bolchévique post-mortem ! J'ai oublié de vous souhaiter un excellent 13 avril (le 13 avril 1943, les nazis en ont un peu marre des facéties de leurs ex-alliés soviétiques, et balancent tout sur Katyn à la presse internationale). Le lendemain, un des fils de Staline se suicide. Sa fille unique et adorée en fera autant, plus tard.
    • Pfff
      avril 13, 12:22 Reply
      Erdogan couvre les jihadistes du passé et du futur, Tourn'. DAESH n'a aucun problème pour recruter en Turquie ; alors que la censure y est féroce pour ceux qui critiquent Erdogan. 70% des gens qui ont voté pour Erdogan refusent de qualifier DAESH d'organisation terroriste. Et c'est ce peuple que les américains, les rad-soc franchouilles et les anglais voulaient faire entrer en Europe ... Les rad-soc franchouilles sont aveuglé par leur anti-christianisme culturel et les anglais, depuis que l'EFTA sent la naphtaline, cherchent une façon de torpiller l'Union. Dire qu'on a essayé de nous faire croire, pendant 20 ans, en un truc appelé islamo-démocrate, qui aurait été une version pittoresque et exotique du chrétien-démocrate.
      • Marcel Sel
        avril 15, 11:19 Reply
        Le chrétien-démocrate qui refuse le droit à l'avortement pourtant légal en Belgique ?
        • Pfff
          avril 15, 11:38 Reply
          Mais oui, Marcel, DAESH, et les trois bonnes soeurs qui pleurent sur le sort du tout-petit, du foetus qui se fait méchamment jarter hors de la matrice de leur mère, mère qui ira ensuite s'en vanter partout comme de sa première cuti, c'est exactement la même chose, le même respect de la vie. Bonjour l'honnêteté intellectuelle.
        • Pfff
          avril 15, 11:42 Reply
          Par ailleurs, 1. je ne refuse pas le droit à l'avortement ; je déplore les avortements, ravages du consumérisme, du socialisme, de l'individualisme dévoyé et suicidaire, dont le personnalisme chrétien, base de notre civilisation, est la seconde victime 2. je ne suis pas chrétien-démocrate, mais libéral-conservateur
        • Pfff
          avril 15, 13:14 Reply
          Et cette déploration ne devrait pas être limitée aux seuls catholiques, d'ailleurs. Dans la liste des criminels cités, je devrais ajouter le conformisme petit-bourgeois, au premier rang. Il y a même de quoi choquer un intellectuel communiste "luthérien" : http://www.liberation.fr/tribune/2002/12/16/pasolini-casse-le-moule-neo-reac_424691 «Qui est pour l'avortement ?, demande Pasolini dans Lettres luthériennes. Personne, évidemment. Il faudrait être fou pour être favorable à l'avortement. (...) Eh bien moi, je me suis prononcé contre l'avortement et pour sa légalisation»
        • MUC
          avril 17, 13:17 Reply
          Je vous invite, monsieur Sel, de lire ce qua Hippocrates a écrit. Iedere geneesheer die abortus uitvoert, pleegt meineed ! Nog altijd strafbaar, dacht ik, ...
    • uit 't zuiltje,
      avril 15, 01:15 Reply
      @Tourn' je reviens vers vous sans attendre que Marcel revienne un jour sur ce blog qu'il délaisse au profit de choses plus intéressantes dont il s'est bien gardé de nous renseigner. "Un fasciste est un fasciste ! Erdogan et les nationalistes turcs sont des fascistes !!!!!!!!!!!!! Je ne vois pas pourquoi il faudrait mettre des gants pour permettre à ces salopards de sortir en plus la tête haute". "Un fasciste est un fasciste" = pose sophistico-rhétorique et peu courageuse pour un penseur catho tel que vous...erdogan est-il fascho parce qu'il est turc, musulman, ou juste clérical ?... "les nationalistes turcs sont des fascistes !!!!!!!!" -ah si vous dites : -les nationalistes sont des fascistes, alors je vous suis, mais ici chez nous nationaliste flamand -en fait juste flamand- oblige : -erdogan c'est quoi : un clérical musulman, ok un islamiste si vous voulez...un joël milquet de l'islam quoi ; ça sent "plus la tête haute" que "mettre des gants"... -"ces salopards"dites-vous, ce qui est excessif est calesif
      • Marcel Sel
        avril 15, 11:35 Reply
        Non, Zuiltje, l'idée de devoir lire les sempiternels sermons de Pfff et de devoir les modérer, ainsi que vos messages parfois complexes et où il est certains jours difficiles de comprendre s'ils peuvent être considérés comme antisémites ou pas (j'ai reçu une plainte à ce sujet pas plus tard que la semaine passée), tout ça me fatigue alors, je m'épargne. Mais il y a une façon pour Pfff et vous de voir vos commentaires approuvés plus rapidement : "fuckin' take it easy on me, guys !"
        • uit't zuiltje
          avril 15, 15:53 Reply
          ok Marcel, merci, j'entends que vous ne pensez pas que je suis [...] et vous n'avez pas tort désormais je me contenterai de vous lire, je me sens finalement suffisament converti, et m'abstiendrai des commentaires, où j'ai pris un arrogant plaisir à être diverti par votre collection de calotins victimaires très avertis et à tête de turc bàv de bhv merci encore et bonne continuation
          • Marcel Sel
            avril 16, 12:45
            Ne le prenez pas comme ça, pas plus tard que la semaine passée, j'ai dû vous défendre auprès d'une institution qui me demandait d'effacer un de vos messages. Voilà, c'est tout ce que je dis. Au moins, vos commentaires me font rire de temps en temps :-)
        • Tournaisien
          avril 15, 21:43 Reply
          eh bé bé ! ... de fait, il vous en faut parfois de la patience pour canaliser tous les trolls que nous sommes (vous aurez noté que je me suis mis dans le lot) sur votre blog !
        • Tournaisien
          avril 15, 21:46 Reply
          Un dernier mot ... je savais que mon commentaire susciterait la réaction de nos deux amis chou vert et vert chou. Au-delà de cet aiguillon, il y a une chose qui m'a toujours insupporté, c'est la malhonnêteté intellectuelle : celle du régime d'Ankara, dans le genre, vaut son pesant de cacahuètes. Ceci étant, je suis conscient qu'existent en Turquie de nombreux citoyens turcs qui plaident pour une reconnaissance du génocide arménien, et cela, quelque part, c'est quand même bougrement encourageant. Dommage qu'il faille tant de temps pour faire taire les cons !
        • Tournaisien
          avril 16, 08:07 Reply
          http://www.lalibre.be/debats/edito/edito-le-pesant-silence-qui-entoure-les-chretiens-persecutes-552d19893570fde9b2b17297 Marcel, sincèrement, ne trouvez-vous pas que cette question posée dans la Libre Belgique est une vraie bonne question ? Vous à qui il arrive de stigmatiser l'hypocrisie de certains chrétiens, ne trouvez-vous pas que notre société laïque, sur ce coup-ci, fait montre d'une belle dose d'hypocrisie elle aussi ?
          • Marcel Sel
            avril 16, 12:53
            Non, je ne trouve pas. J'ai été parmi les premiers sur Twitter (et dans Les Experts) à rappeler que les 147 étudiants kényans étaient des chrétiens parce que pour des Noirs, apparemment, aucun journal n'était prêt à faire son boulot (à savoir mettre cette information à la une). Alors, je n'aime pas la concurrence victimaire. Chrétiens (coptes, orthodoxes…), Yézidis, musulmans sunnites, chiites sont autant de victimes des guerres actuelles et Juifs et Israéliens, du terrorisme. Je ne me sens pas plus solidaire des uns ou des autres, je me sens solidaire de tous. J'ai donc du mal quand quelqu'un prétend que "son camp" serait une victime oubliée, qu'il s'agisse du pape ou de Abou Jahjah. Il faut parler des chrétiens, c'est une évidence, mais à ce que j'ai lu ces temps-ci, on en parle. Par contre, lorsqu'il s'agit d'accueillir des réfugiés syriens ou irakiens en Europe, qu'ils soient chrétiens, yézidis ou musulmans, ils découvrent que cette belle solidarité s'arrête aux mots et aux gesticulations. Hélas, ils ont beau être chrétiens, aux portes de l'Europe, c'est leur couleur de peau qui leur ferme la possibilité d'une vie décente. Ou d'une vie tout court.
        • Pfff
          avril 16, 16:39 Reply
          Tourn', "Pourquoi les gouvernements indiquent-ils rarement, dans leurs communiqués indignés, que les victimes l’ont été parce qu’elles étaient chrétiennes ? " Les deux champions toute catégorie, qui se brûlent la gueule chaque fois qu'ils prononcent le nom de chrétien : Valls et Hollande, qui déplorent, n'est-ce pas, la mort tragique de citoyens (souchiens ?) égyptiens. Refuser de donner un nom aux victimes, qui, en plus, est le motif de leurs assassinats : finalement, nos avançistes ne sont pas si délicats que cela, lorsqu'il s'agit de lancer une pelletée sur la tombe d'une victime anonyme.
        • Pfff
          avril 16, 17:02 Reply
          Et bravo à Cameron, qui rappelle que l'Angleterre est un pays culturellement et historiquement chrétien, et que l'Angleterre doit montrer de la solidarité en priorité avec ces réfugiés chrétiens, ces hommes en trop du moyen-orient, massacrés aux quatre coins de l'Oumma, pour la bonne et simple raison que si l'Europe ne montre pas de solidarité avec ces victimes-là, personne n'en aura pour eux. Foin des hypocrisies ! Cela lui a d'ailleurs valu une volée de bois vert dans son pays, par le résidu de la pseudo intelligentsia. On savait déjà que leurs grands principes leur permettent surtout d'être sanguinaires, sans interruption, depuis 1793.
        • Tournaisien
          avril 16, 21:31 Reply
          La solidarité envers les réfugiés syriens ... bien sûr, qu'ils soient d'ailleurs chrétiens, alaouites, yésides, sunnites ou chiites. Mais si l'on y regarde de plus près, que constate-t-on ? Que ce manque de solidarité est d'abord le fait d'une réalité institutionnelle ... Ce sont nos gouvernants qui ferment les portes, des gouvernants que nous avons, il est vrai, contribué à mettre en place. Il est évident que nous tous, citoyens, nous devrions nous en émouvoir, mais que fait la presse ? À vrai dire, le citoyen lambda, abreuvé par ailleurs d'images de toutes sortes, est peu au courant de ces mouvements de population. Ainsi, par exemple, on ne nous donne aujourd'hui que très peu de chiffres. Surtout, on ne nous renseigne pas sur le nombre de demandes adressées à la Belgique, et pire, sur le nombre de refus qui leur sont opposés. Je crois que si il y avait une information plus structurée, les citoyens se mobiliseraient sans doute plus. Ce qui se passe aujourd'hui n'est pas totalement de l'indifférence, mais le problème est que cette réalité est filtrée bien en amont, et que donc la prise de conscience citoyenne est d'autant plus diluée. Vous me direz que cela n'excuse rien. Sans doute, mais cela du moins explique beaucoup de choses. D'où, j'y reviens, sans faire de flagornerie, l'importance du rôle que vous jouez avec votre blog. Et si vous nous faisiez un papier sur cette question des demandes d'asile refusées par la Belgique, chiffres à l'appui. Connaissant votre talent d'enquêteur et vos capacités d'information, je suis convaincu que ce serait pour vous un jeu d'enfant.
          • Marcel Sel
            avril 17, 13:00
            Je le ferais avec plaisir, si j'avais le temps. Je dois d'abord gagner ma vie, et puis seulement, je peux me lancer dans des enquêtes.
        • Tournaisien
          avril 16, 21:41 Reply
          @ Uit'zuitje "Calotins victimaires" ... Deux choses : (1) La posture est arrogante, de fait ... et en définitive, terriblement intolérante, que vous le vouliez ou non ; (2) Elle semble surtout faire peu de cas du niveau intolérable des atrocités commises sous ces latitudes, dont d'ailleurs les chrétiens sont loin d'être les seules victimes (toutes proportions gardées, les Yésides paient un tribu encore bien plus terrible). A-t-on le droit d'aborder aujourd'hui ces choses avec une telle légèreté ? ... Votre problème, cher Uit'zuitje, est que vous ne parvenez pas à prendre de la hauteur vis-à-vis de ce qui n'est pas de votre sensibilité philosophique ou confessionnelle, et il y a des moments, il faut quand même bien l'avouer, où un tel parti pris devient d'une lourdeur assez pénible. Ceci étant dit sans animosité aucune ... car je vous reconnais au moins un esprit bien affuté et décalé qui n'est pas pour déplaire. Dernière chose, vous semblez encore toujours penser que les chrétiens continuent à exercer une sorte de mainmise majoritaire sur les consciences. Ne vous serait-il pas passé par l'esprit qu'un telle perception des choses est aujourd'hui devenue totalement anachronique ? Les minoritaires ne sont plus par les temps qui courent ceux que l'on croyait.
        • Tournaisien
          avril 17, 08:04 Reply
          http://www.lalibre.be/actu/belgique/francken-pret-a-faire-plus-pour-les-refugies-syriens-5530939f3570fde9b2bd4962 Celle-là, je ne pouvais quand même pas la louper. Voici qui est plutôt funny, vous ne trouvez pas Marcel ? Mon petit doigt me dit que vous allez devenir potes, vous et ce cher Theo Francken.
        • Pfff
          avril 17, 12:19 Reply
          Ne jamais prononcer le saint nom ! Et Bernard Cazeneuve, qui vient d'établir un record au cimetière de Castres : « respect des croyances et des opinions des uns par rapport aux autres ». Faut les comprendre : simplement prononcer le nom des "factieux homophobes" les révulsent, les délicats avançistes ! Ils sont à fond dans le désir de mort, complètement coincés : qu'on en finisse, avec les archaïques !
        • Pfff
          avril 17, 12:39 Reply
          La Religion de l'État Bernard Cazeneuve, qui, par ailleurs, considère, contre le droit international, le droit français et la jurisprudence, que le droit à la vie privé ne peut aucunement être considéré comme une liberté civile. Plus cela change, moins cela change, un jacobin. Démocrate-Socialiste, un très bel oxymore.
        • Pfff
          avril 17, 19:28 Reply
          La dernière tentation de Cazeneuve C'est le même Cazeneuve qui avait interdit de diffusion dans les cinéma français une fiction relatant la conversion du christianisme d'un musulman. Liberté d'expression, piège à cons.
        • Tournaisien
          avril 19, 14:54 Reply
          Marcel, On parlait voici deux jours du problème des réfugiés en Communauté européenne. On ne pouvait pas mieux anticiper sur l'actualité : http://www.lesoir.be/854714/article/actualite/monde/2015-04-19/hecatombe-redoutee-en-mediterranee-apres-naufrage-d-un-bateau-charge-700-migrant Maintenant, voyons les choses en face. Où est le véritable problème ? - Dans l'Europe hypocrite et égoïste ? - Du côté de ces passeurs sans foi ni loi qui exploitent la misère avec un cynisme sans égal ? - Du côté des régimes en place d'Afrique du Nord (Libye en priorité) qui ferment les yeux sur ce commerce de la honte, probablement parce qu'ils touchent un pourcentage (ne nous voilons pas la face) ? - Du côté des régimes en place dans les pays de départ de ces émigrants, l'Erythrée de Issaias Afewerki en tête, où la gouvernance est à ce point problématique que la situation économique y est catastrophique et que la population ne rêve que d'une chose, fuir, fuir et fuir encore ? Si l'on pose le problème sous cette forme, force est de constater que l'Europe n'a dans tout cela qu'une responsabilité très indirecte. Ce n'est pas elle, que je sache, qui soutient le régime d'un Issaias Afewerki. Ce n'est pas elle non plus qui négocie avec les passeurs des pourcentages pour prix de son silence. Ce n'est toujours pas elle qui organise ces migrations dans des conditions qui ne sont même pas imaginables pour des animaux qu'on enverrait à l'abattoir. Que faire ? - S'impliquer plus dans le développement des pays pauvres d'Afrique ? Bien sûr, sans hésitation. Encore faudrait-il pour cela que les régimes en place l'autorisent, ou en tout cas qu'ils ne détournent pas les aides envoyées et négociées. - S'impliquer de façon plus active dans la lutte contre les passeurs, ces véritables mafias qui ont la mort de centaines de pauvres erres sur la conscience ? À l'évidence. Encore faudrait-il pour cela qu'un pays tel que la Libye, divisé en deux parties qui se font la guerre (Tripoli contre Tobrouk), acceptent lui-même de s'investir dans ce combat et qu'il ne se prête pas à un double (ou triple) jeu ? - Assigner ces mafias ignobles devant la justice internationale ? Certes. Encore faudrait-il que ces groupes soient identifiés, voire simplement identifiables, et surtout que les régimes des pays concernés par ce trafic acceptent de jouer le jeu du tribunal pénal internationale, ce dont on peut a priori douter. Alors quid ? Le problème de l'immigration en Europe, cher Marcel, c'est aussi celui-là. Voyons les choses en face, quels sont aujourd'hui sur la planète les pays qui, liberté d'expression oblige, admettent que des plateformes de presse ou citoyennes (tel que votre blog) dénoncent publiquement les manquements ou les hypocrisies de leurs dirigeants sur une question telle que celle-là ? Citez les moi. Quand vous en aurez trouvé en dehors de l'Europe occidentale, on en reparlera. Autre question : quel pays accepte-t-il d'investir (parfois contre son gré, il est vrai) à coups de millions dans le traitement humanitaire de ces drames humains (avec parfois, certes, des zones d'ombre), en investissant dans des structures d'accueil, dans la prise en charge médicale, dans les conditions minimales de vie décente qui sont offertes à ces "naufragés de la honte", si ce n'est aujourd'hui l'Italie ... cette Italie, je le concède, en dépit d'un certain nombre d'incohérences. Il n'empêche, ce pays le fait, elle relève le gant, et nombreux sont ceux dans ce pays qui militent pour améliorer encore plus leurs conditions de prise en charge. Marcel, Je suis tout à fait d'accord pour que l'on dénonce ses propres incohérences, ses propres hypocrisies, mais je crois que si l'on veut être pleinement honnête, il vous pouvoir être autant à charge qu'à décharge. Et en l'espèce, l'Europe est loin, très loin, d'assumer toute (euphémisme) la responsabilité d'une telle situation.
        • Pfff
          avril 20, 09:42 Reply
          Source : http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/01/16/03002-20150116ARTFIG00294-cheyenne-carron-l-apotre-est-un-film-de-paix.php
      • Pfff
        avril 15, 14:30 Reply
        « Un fasciste est un fasciste » = pose sophistico-rhétorique et peu courageuse pour un penseur catho tel que vous…erdogan est-il fascho parce qu’il est turc, musulman, ou juste clérical ?… très bonne question, Uit'' il faut souligner que l'inspiration du génocide arménien était plus à trouver du côté du positivisme-nationalisme franchouille que de l'Islam, quoique celui-ci ait été instrumentalisé par les génocidaires. Les génocidaires turcs n'étaient pas plus officiellement islamistes que les bolcheviques n'étaient officiellement nationalistes grand-russes. C'était ou non-dit, ou complètement inconscient. Cela devrait poser moins de problème à Erdogan de reconnaître le génocide qu'à ses opposants, puisque le génocide arménien n'est pas le fait de "son" camp. Mais non. Cela fait un peu penser à l'instrumentalisation géniale/absurde de la collaboration par la NVa. Mais DAESH, par contre, est islamiste jusqu'au bout de ses ongles sanguinolents.
  16. SusK
    avril 12, 22:35 Reply
    Franchement, quand vous parlez de système efficace, protégeant le client, de saine concurrence pour le système actuel, je crains que vous ne vous avanciez un peu... Combien de collègues étrangers ne m'ont pas conté leurs mésaventure avec les taxis bruxellois... Quant à la concurrence, je n'ai jamais compris pourquoi les chinois peuvent vendre tous leur produits ici, mais qu'en même temps, un taximan de Wavre ne peut travailler à Overijse. Le problème avec Uber, c'est qu'il vient avec une application efficace, dont les villes auraient dû d'elles-mêmes s'équiper, mais qu'en même temps, se cachant derrière une apparence branchée et citoyenne, il s'agit de ce que le néolibéralisme est capable d'accoucher de pire et de plus cynique. Car ce genre d'optimisation au niveau de toute une ville, indépendamment des compagnies de taxis (le client utilise la compagnie du taxi le plus proche), permettant aux clients d'être servis très vite, aux voitures de circuler à plein la plupart du temps, voire de combiner plusieurs clients à la fois est rendu possible par la technologie et pourrait réduire le prix de la course à un niveau plus décent. C'est trés certainement l'avenir, pour autant que ce ne soit pas détourné au profit de quelques prédateurs...
  17. coppola
    avril 13, 09:07 Reply
    Nous sommes face à deux modèles économiques. L'un légal mais sclérosé , l'autre nouveau mais imparfait.Il y aura fatalement adaptation et un certain monopole devra disparaître. Voici un lien qui donne une analyse juridique:http://www.droit-technologie.org/actuality/details.asp?id=1701
    • Marcel Sel
      avril 15, 11:18 Reply
      Une analyse parfaitement tronquée qui assimile Uber à du covoiturage, ce que l'entreprise ne prône, ni ne défend, ni n'organise. Rien que le fait qu'elle mente sur son objectif me paraît une preuve à charge. Pour info, le covoiturage, c'est ceci : https://www.covoiturage.fr/search?fn=Bruxelles%2C+Belgique&fc=50.85034%7C4.35171&fcc=BE&tn=Namur&tc=50.467388%7C4.871985&tcc=BE&db=21%2F04%2F2015
      • Salade
        avril 15, 17:06 Reply
        est-ce qu'on paye une patente exorbitante pour exercer un métier "monopolistique" genre plombier, métier qui demande par ailleurs beaucoup plus de savoir-faire que taxi? par ailleurs les taxis c'est d'abord pour les riches, un peu comme les servantes;
        • Salade
          avril 15, 17:12 Reply
          par ailleurs encore, il est inacceptable qu'une bande de circulation puisse être monopolisée par les taxis. Ces bandes devraient être réservées pour TOUS les véhicules qui transportent au moins 4 personnes.
        • schoonaarde
          avril 17, 19:23 Reply
          et qu'est-ce qu'on fait avec tous ces riches qui circulent en bus?
        • Salade
          avril 19, 22:18 Reply
          @schoonaarde: vous voulez dire en avion? :-)
  18. Caius Nenjeteplus
    avril 14, 06:36 Reply
    Ne vous faites pas d'illusions, ils ne sont pas idiots chez Uber et ils feront ce qu'il faut pour que cela soit légal à tous points de vue. On nous plonge d'un seul coup dans la marmite bouillante du libéralisme mondialisé et cela fait mal. Moi on me l'a fait il y a 15 ans quand mon boulot a été transféré à Bangalore et aucun média n'est venu à mon secours, que je sache. J'ai dû abandonner un métier pour lequel j'avais étudié pendant 5 ans, plus de la formation continue pendant 10 ans. Donc le problème des taxis, je connais, et même très bien.
  19. uit 't zuiltje,
    avril 15, 00:20 Reply
    l'uberalisation des taxis de bxl-national expliqué par le gobelet de la corporation zaventèmoise des taxis... m'a rendu les syndicats très sympathiques ya toujours pas d'appli qui pourrait mettre tous les trucs à moteur et 4 roues en partage... mais que fait saint françois ii
  20. willy
    avril 16, 10:54 Reply
    Tout n'est pas rose non plus dans l'utilisation de UBER. Uber a tres largement démarché la communauté étudiante en offrant à la sortie des soirées et autres bals étudiants des bons pour une course gratuite ( valeur 15 euros) moyennant inscription et ouverture d'un compte via leur application et introduction d'un numéro de carte de crédit. M'étant laissé convaincre par mon fils il a créé un compte auquel j'ai joint mon numero de carte ( il faut vivre avec son temps papa, tous mes copains utilisent Uber....). La première et unique course s'est bien déroulée, pratique et rapide grace à une application bien foutue et envoi d 'un mail récapitulatif de la course et demande d'évaluation. Là où cela se corse c'est que 2 semaines plus tard je recois deux mails à 15 minutes d'intervale pour deux courses "stationnaires" ( càd zéro km parcouru) à partir du boulevard Anspach facturée par un certain KARIM et évalué ( par lui même à 5 étoiles) alors que mon fils et moi sommes à la maison et n'avons pas sollicité UBER. Et c'est là que commence le chemin tortueux pour trouver le fil conducteur dans les méandres du service après vente de uber passant du francais à l'anglais et évidemment sans point de contact téléphonique...... Résultats des courses, faire bloquer ma carte chez stopscard, en recommander une nouvelle, faire opposition aux transactions, et contacter uber pour contester et annuler mon compte après avoir fouillé leur site de fond en comble. Uber fini par me répondre dans un mail laconique que celà était du à une ( deux en fait....) manipulation accidentelle ( frauduleuse en ce qui me concerne....) de leur chauffeur et me promette de me rembourser. A ma question de savoir si l'auto évaluation à 5 étoiles était aussi accidentelle et de savoir comment un chauffeur que l'on a pas sollicité pouvait aussi facilement imputer deux courses fictives et débiter ma carte de crédit, j'attend encore et toujours une réponse....
  21. Pfff
    avril 16, 17:37 Reply
    Libéral conservateur, un oxymore ? Plutôt le sentiment qu'un individu pour vivre à besoin de deux choses contradictoires, la transmission (famille, langage, religion, tradition, culture, environnement) et la liberté. http://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ral-conservatisme
    • Marcel Sel
      avril 17, 12:49 Reply
      L'un contredit l'autre parce que le libéralisme ouvre la société alors que le conservatisme la ferme. C'est pas difficile à comprendre.
      • Pfff
        avril 17, 14:49 Reply
        Les libéraux conservateurs sont parfaitement conscients de cela. Ils pensent qu'une société a besoin des deux. De permanence et de changement. Ils sont à l'opposé des utopistes.
  22. Pfff
    avril 17, 15:00 Reply
    La Reine du Danemark, qui supporte de moins en moins les intimidations islamistes. Reine Margarethe II a traduit Le deuxième sexe en danois. Le titre est déjà malhonnête, victimaire. En France, pour désigner les dames, on disait beau sexe, ou tout simplement, le sexe, au 17e, 18e. C'était du temps où il y avait moins "du" sexe, et il y en avait deux. Valls qui va lutter contre le racisme et l'antisémitisme. Le racisme sera pénalisé. On attend avec impatience que le djihadisme soit dépénalisé. Des centres balnéaires de réadaptation, avec emplois prioritaires, pour ré-acclimater nos djihadistes ? Charlie, Charlie, que de salades on commet en ton nom !
    • Pfff
      avril 17, 16:08 Reply
      Mahomet et Jésus sont sur un bateau 12 chrétiens flanqués à l'eau par les musulmans. Ils priaient Dieu de les sortir du pétrin quand un musulman a crié "sur ce bateau, on ne prie qu'Allah". Plouf, plouf et re-plouf. Au milieu de la méditerranée. "Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ?" Voltaire Très bonne question.
      • Pfff
        avril 17, 16:09 Reply
        "Monstre, tu n’as pas ma religion, tu n’as donc point de religion." Ibidem
        • thomas
          avril 20, 08:51 Reply
          Vous avez raison, Marcel, il n'y a pas de vrai source, que les témoignages des pauvres illégaux sur le batteau qui l'ont vu, mais qui sont probablement mensongères parce que islamophobes et qui ne savent pas que le vrai islam c'est pas comme ça.
        • Pfff
          avril 20, 09:49 Reply
          Source : http://www.causeur.fr/chretiens-jetes-a-la-mer-15-migrants-musulmans-inculpes-32405.html Mais j'aime bien : http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/18/2089436-horreur-mer-migrants-jetes-eau-parce-etaient-chretiens.html " La colère des agresseurs serait née du fait que leurs victimes auraient affirmé leur foi chrétienne. D'avoir trop affiché leurs convictions religieuses, leur a valu de finir dans les eaux de la Méditerranée." C'est vrai cela : ils l'ont un peu cherché, aussi.
  23. thomas
    avril 20, 08:59 Reply
    Donnons une amende pour islamophobie à ces gens. Ils sont en Europe maintenant, ils doivent s'adapter à notre politiquement correct.
  24. Samantha R
    avril 21, 11:48 Reply
    Je trouve tout simplement que Uber n'est pas une solution viable ! Ces géantes sociétés américaines n'ont rien à faire chez nous, nos façons de travailler et de faire des affaires sont différentes... Plutôt que d'attirer des jeunes qui cherchent à se faire de l'argent facilement, qui eux devraient plutôt trouver des jobs étudiants NORMAUX (comme sur http://www.jobbem.com par exemple) plutôt que d'être acceptés d'être payés le strict minimum...
  25. parking roissy
    mars 24, 14:15 Reply
    A mon avis, les taxis traditionnels sont menacés par Uber. Mais par rapport aux autres taxi à Bruxelles, Uber offre des services haut de gamme avec des prix très chers
  26. Lachmoneky
    mars 26, 20:25 Reply
    Le système de rétribution du parrainage de chauffeurs Uber serait de type pyramidal?... aux USA, en tout cas? Ce système existe-t-il chez nous?

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.