Crimes et châtiments de Marc Metdepenningen. Ce livre est un bonbon.

Je viens de déguster un bonbon. Il m’a pétillé dans la bouche pendant les trois jours où, à la moindre perspective d’inactivité, je me précipitai sur l’objet pour découvrir un nouveau crime et un nouveau châtiment. Il faut dire que l’auteur, Marc Metdepenningen, chroniqueur judiciaire au Soir depuis trente-cinq automnes, sait, comme nul autre, envoûter son lecteur au moyen de

Le Coquelicot d’Ecolo : ceci est un putsch !

Il y a plusieurs mois, j’avais fait remarquer sur le plateau des Experts (BX1) que le terme société civile tel qu’utilisé par la gauche et par les médias était un abus de langage. Au service d’une gauche radicale (par rapport à la sociale-démocratie) et militante. Cette prétendue société civile, je l’ai découverte à l’époque du CETA, voici trois ans, à

Confédéralisme : le momentum N-VA est arrivé (avec les compliments du MR).

Je l’ai écrit en 2014 : la Suédoise était une kamikaze. D’abord pour le MR, qui y a perdu trente pour cent de ses sièges. Ensuite, pour la Belgique. Charles Michel avait promis cinq ans sans communautaire. Il n’a pas pu tenir sa promesse : celui-ci est bel et bien de retour depuis la chute de son gouvernement avec les nationalistes.  Mais

Lost in translation : non, Francken n’a pas rompu le cordon sanitaire.

Plusieurs articles parus ce weekend ont été traduits (ou compris) sur Twitter et Facebook comme donnant l’impression que Theo Francken « envisage », « souhaite » ou est même chaud patate pour gouverner

Je ne suis pas Charlie.

Alors, tu lis le nom Wolinksi dans une liste de victimes d’un assaut terroriste. Wolinski, c’est ton adolescence. C’est des éclats de rire. C’est surtout un de tes profs de

Wallonie. Le patrimoine est laissé à l’abandon. Virgil le photographie pour alerter. Interview.

J’ai rencontré Virgil dans une école de Huy dans le cadre du prix des Lycéens. C’est un explorateur urbain, et un amoureux du patrimoine. Il sillonne la Wallonie à la

Le p’tit commentaire. Formation : le PS a-t-il alimenté le PTB en jouant son jeu ?

Et si le succès du PTB, qui lui donne aujourd’hui une position d’arbitre et de roi de la gauche, était en partie dû au PS lui-même ? Et si les

La faute identitaire d’Emmanuel Macron.

Lors du discours d’Emmanuel Macron en réponse à la contestation des gilets jaunes, l’Obs a relevé une séquence malheureuse (c’est le moins qu’on puisse dire) hélas bien dans l’air du