Alphen, quand les économies publiques provoquent une catastrophe.

Capture d’écran 2015-08-04 à 11.51.20

Image extraite de https://www.youtube.com/watch?v=rz8_9TfNZBo

La chute d’un pont et de deux grues sur des maisons à Alphen n’a fait aucun blessé. C’est juste miraculeux. Visiblement, l’ingénierie est en cause. Même si on ne peut pas prévoir tout ce qui peut arriver lors d’une telle opération, il semble évident que le pouvoir adjudicateur doit tout faire pour éviter le moindre pépin. Il est pour cela tributaire de ce que les entreprises lui racontent, celles-ci ayant une longueur d’avance sur les fonctionnaires chargés de décider de la technologie à utiliser. Mais aussi du prix. 

Le problème, c’est que de plus en plus souvent, les adjudicataires ne regardent plus que le prix. Lorsqu’il s’agit d’outils de communication, c’est moins grave. L’argent est dépensé stupidement, mais il n’y a pas de drames (hormis le fait que si c’est pour faire des campagnes improductives et mal conçues histoire de dépenser le moins possible, l’argent aurait pu servir à des choses plus urgentes bien sûr). Mais quand il s’agit de ponts et chaussées, les conséquences peuvent tout simplement être mortelles, déjà pour les personnes chargées d’effectuer le travail — les grutiers par exemple, qui s’en sortent miraculeusement indemnes (on a d’abord parlé de 20 blessés, heureusement, il n’en est rien).

Cet accident aurait aisément pu faire une dizaine de morts. On va s’interroger sur le fait que des opérateurs aient accepté une opération dangereuse. Oui, mais les opérateurs, vous savez, ils doivent gagner leur vie et en temps de crise, ça implique des petits arrangements avec la sécurité. On va se demander si l’entrepreneur n’a pas sous-estimé le budget qui aurait dû être consenti pour une telle opération. Oui, mais quand on sait qu’aujourd’hui, c’est le moins cher qui emporte le marché, l’entrepreneur lui aussi voit sa rentabilité (souvenez-vous de mon article sur l’amoralité des entreprises) et s’il est bien sûr responsable de ses erreurs de conception, l’obsession des clients (ici, la commune) pour la solution la moins chère crée le risque qu’il y ait toujours au moins un soumissionnaire (une entreprise, donc) qui vienne avec une proposition enthousiasmante au niveau du prix, mais inadéquate.

Selon la télévision néerlandaise, ou plutôt selon un client évincé, la méthode choisie n’aurait jamais dû être approuvée par les pouvoirs publics concernés. Parce que les grues utilisées sur les barges (flottantes) sont conçues pour fonctionner sur la terre ferme et que dès que le niveau du sol n’est plus exactement horizontal, ces grues deviennent incontrôlables. On voit à l’image qu’il y a le moment du basculement, assez tôt dans l’opération, et que dès que le poids du pont manipulé joue sur la grue, plus rien ne peut être rattrapé. D’après ce concurrent, Jan Zwagerman, patron de l’entreprise éponyme, il fallait utiliser d’autres grues, plus chères.

Pour le professeur Frans Bijlaard de l’Université de Delft, il est invraisemblable qu’on n’ait pas fait évacuer les maisons environnantes avant de commencer les travaux, ce qui témoigne d’une assurance effrayante quant à la bonne marche de ce chantier pourtant peu ordinaire.

Donc, soit, le pouvoir adjudicateur a attribué le marché à une entreprise mal préparée ou peu expérimentée, soit à une entreprise qui aurait sciemment proposé une solution moins sûre, mais surtout moins chère.

Même si on n’a pas encore le fin mot (on l’aura dans quelques années), je pense que ceci peut être un exemple du fait que les économies de l’État ne sont pas la panacée. Et que la bonne gestion ne consiste pas à choisir le moins cher, mais bien le meilleur rapport qualité-prix sachant que la qualité a un prix et que descendre en dessous est nocif pour tout le monde. Moins d’État, c’est bien. Mais pas au prix de la sécurité. Ce qui montre que l’acharnement de certains à vendre les économies comme la solution à tout (et de belles ristournes d’impôts dans nos poches) revient à minimiser terriblement et parfois dangereusement l’importance du premier acteur économique de nos démocraties modernes et extrêmement complexes. Et ça, qu’on le veuille ou non, c’est, et ce sera toujours l’État.

Previous Cecil ou l’indignation des privilégiés. (Les autres peuvent crever.)
Next Pour le ministre belge des migrations, 200 morts en mer ne suffisent pas.

You might also like

0 Comments

  1. Hansen
    août 04, 14:10 Reply
    Cela illustre à l'envi que l'Etat est devenu aussî amoral que les entreprises et particulièrement les grandes qui ont acquis le pouvoir suprême. Il faudrait limiter la taille des banques pour qu'elles soient obligées de partager le pouvoir qu'elles ont maintenant sur les États eux-mêmes.
    • Geoffrey
      août 04, 15:25 Reply
      L'état n'est pas devenu amoral. J'y travaille et on nous demande en permanence de faire plus avec moins de budget. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on nous donne comme moyens, on se débrouille, on colmate... Mais ce n'est pas toujours évident de proposer un service de qualité.
      • Hansen
        août 04, 19:40 Reply
        Je me suis mal exprimé, je sais que les personnes y travaillent et les dirigeants de l'Etat sont bien intentionnés mais sont devenus impuissants car les États endettés sont dépendants des grandes banques qui ont le réel pouvoir. Voyez le sort de la Grèce et l'impuissance de leur Etat.
        • L'enfoiré
          août 06, 13:08 Reply
          Il faudra un jour oser dire que nous n'avons plus les moyens de notre politique sociale... Tant qu'on entend la pub qui dit "Tous unis contre la vie chère", les risques subsisteront. Et la berge à Liège qui a craqué? Personne en parle.
  2. moinsqueparfait'
    août 04, 14:22 Reply
    Aaaah, si ça avait pu survenir en Wallonie, comme cela aurait été chouette: la presse de Brussel aurait pu vomir sa kriek sur son souffre-douleur favori. Ici, c'est embêtant, on est obligé de glisser cet épisode de WNGB (Wereldberoemd Noordelijk Goed Bestuur®) entre deux articles sur les départs en vacances et la météïo. Même pas moyen de refiler la responsabilité à un complot gréco-wallon d'assistés du sud toujours à la traîne... Quoique... zêtes sûr qu'il n'y avait pas sur la barge l'un ou l'autre Pedro do Bolkensteno, ouvrier portugais, du genre payé au black à la semaine avec logement dans une remorque gracieusement offert par le généreux patron? Ceci pourrait expliquer cela de manière ethniquement plus logique selon les normes de classement des peuples en vigueur en Yourope... Aaaach!
    • denis DINSART
      août 06, 09:01 Reply
      Cest amusant, quand j'ai vu le reportage, je me suis senti rassuré que cette bourde (potentiellement mortelle) ne s'était pas produite en Wallonie. En attendant un entreprise wallonne, la SA Greich (Viaduc de Millau, ....) installe un magnifique passerelle (tout de force technologique) pardessus la meuse et la RTBf se réjouit du génieb ....belge. Seule les scandales, l'impérétie sont wallons.
      • moinsqueparfait'
        août 06, 15:10 Reply
        Comme l'orchestre du Titanic, radio Brussel persiste et signe, et continuera jusqu'au bout. Ils sont complètement imperméables à la réalité. Peu importe. Comme je l'avais prédit, à leur grand désarroi, même Paul Magnette commence à sortir sa cape de Superwallon. Non que ça lui plaise particulièrement mais la réalité le rattrape, tout simplement. Il ne peut pas faire autre chose. Nous finirons français ou indépendants sans ne rien avoir demandé, au grand désarroi de Brussel et de la Vlaanderen qui se retrouvera avec cette merveilleuse belgique en miniatuur "que le monde nous envie" sur le dos. Un "poumon économique" doté d'un "immense PIB" à proximité d'un stadion de voetbal somptueux et incomparable, une grande réussite du "financement exclusivement privé", paraît-il. :) (notion d'indépendance à relativiser par la prégnance de la "Youroupe" et de son "Youro"... mais ces machins vont probablement s'effondrer aussi. Cela ne sera évidemment pas indolore mais je doute fortement que la Wallonie soit la partie du continent qui encaissera le plus, contrairement à ce que toute la propagande pangermanisante essaie de nous faire avaler).
        • Démocrate
          août 08, 18:09 Reply
          Cependant... ça y est Une passerelle w a l l o n n e a déjanté. Sur la Meuse... Oeps, la MAAS...http://www.rtbf.be/info/regions/detail_la-passerelle-de-la-boverie-a-liege-craque-deja?id=9045240 Liège, c'est pas loin de la Néérlandie chérie et de l'Allemagne si modélique... on a des zexcuses. Nous invitons cordialement à Bruxelles et ses stations de métro... en travaux perpétuels et éternels. Arts-Loi station d'échange multilignes a le plaisir de remplacer le marbre et la mosaïque (à l'épreuve des siècles, d'une solidité à faire pâlir un empereur romain pourtant) par ... du carrelage.. GRIS, MOCHE, NUL. Après TROIS ans de travaux (non terminés, rassurez-vous, où une entreprise FLAMANDE emploie des ouvriers au vogelpick - une semaine tous les trois mois, apparaît un brave bulgare - au nom de la directive Bolkestein,(encore un Néerlandais adulé par TOUS les Ministres de TOUS les pays UE qui ont VOTE POUR sa directive d'esclavagisation totale sans frontières,.). -qui y travaille comme un boeuf - sans casque, ni protection, comme il se doit. Le Brusseleir, cet être hautement moral et décent à la conscience fulgurante ne DIT rien ou s'esclaffe avec un air qu'un bovin lui envierait. Conscience et dignité et morale sociale et haut niveau, quand vous nous tenez-tenez...) TROIS ans pour changer les RAMPES d'escaliers et remplacer (non la totalité, rassurez-vous y en a encore pour .. deux ans) le matériel ultra solide par une mairde qui pas encore finie est DEJA brisée. Tous les jours, parcours du combattant pour rentrer ou sortir,. Dépotoir, clochards, tout le monde se soulage directement sur les 'beaux' carrelages pas encore complètement installés (TROIS ANS) et déjà cassés. C'est du solide MADE IN VLAANDEREN. Le CHANTIER n'est PAS ENCORE FINI. Le tout pour un truc complètement INUTILE. C'est que la pyramide se construit et se détruit avant d'être finie. Comment ça, corruption? Où allez-vous chercher ça. Faut bien vivre. Un ouvrier bulgare ou d'ailleurs(Est Europe) PAR TRIMESTRE. UNE SEMAINE. Après abandon et crasse et cartons. (Le Bruxellois ce gras du cerveau BIEN SUR ne dit rien.. l'habitude et la mentalité bananière grasse, le poujadisme popu et sans conscience ni exigence, cela se cultive comme la prunelle de ses yeux) C'est que Bruxelles, capitale bananière tient à son UNIQUE politique, celle de la promotion de la construction IMMOBILIERE PRIVEE et FLAMANDE.. Après, quand vous aurez tout payé de vos impôts, on privatisera. AÉROPORT DE ZAVENTEM VLAANDEREN 2015 Panne électrique - pas d'avions pendant un jour entier ou deux..(soulagement des habitants de Bxl qui ont pu... DORMIR ... un miracle!) Ah c'est en Flandre...alors .... rien. silence
        • moinsqueparfait'
          août 11, 15:02 Reply
          Démocrate, Attendez, avec Brussel, quand il faudra refaire les viaducs... J'entends déjà venir les prochaines demandes de refinancement... mais le stadion de voetbal sera achevé, on trouvera sûrement une nouvelle construction à la nord-coréenne pour je ne sais quel satrape "libéral"... À propos de Germanie, voilà qu'ils décident de réinvestir dans leur armée. Ils devraient être en mesure de larguer deux-trois sacs de riz (pas gratuitement, hein, faut pas rire... à prix d'ami et moyennant le respect strict du "programme de réformes structurelles") dans le Sahel à 1 km près d'ici 6-7 ans... 6-7 ans... ah mais oui, l'aéroport de Berlin devrait ouvert d'ici là... Hélas, les mille ponts à refaire aux dernières nouvelles n'auront sans doute pas été refaits. On va en reparler dans la décennie qui vient de la Deutsche effizienz©. À ce propos, Marcel aurait-il fait le décompte des grèves en 2014-2015 à la Deutsch Bahn? De quoi faire pâlir d'envie la plus belle tête de pipe médiatique fournie par le syndicalisme wallon... On ne nous en parle jamais de ces grandioses performances chez les Gøths. Et dire que nos adorables vøinsins, c'est eux nos grands leaders... misère... ce continent commence vraiment à ressembler à un troupeau de pignoufs dépassés de partout et par tous qui se croient encore lumières et s'auto-nobélisent dans l'indifférence générale, si pas sous les quolibets. À propos d'éducation à Brussel, ça n'a aucune valeur scientifique mais j'ai un souvenir qui m'a marqué dans un couloir, à une époque où on pouvait encore fumer, d'un "manifestement cadre dynamique" en costard très milieu de gamme mais "qui avait au moins l'air de" balancer son mégot de cigarette dans le seau d'une femme de charge en train de frotter le sol agenouillée. Je vous assure que je m'en souviendrai toute ma vie. Ca, c'est un jour où je me suis dit que si je parvenais à finir mes jours sans jamais être confondu avec ce genre de personnage, j'aurai bien mérité ma Rolex, comme dirait l'autre...
  3. Didier
    août 04, 14:31 Reply
    Une fois de plus, vous partez d'un cas particulier pour apporter de l'eau à votre discours étatique. Ainsi vous présupposez que la commune a sciemment rogné sur la sécurité dans son cahier des charges pour diminuer le prix de l'ouvrage. N'est-ce pas plutot l'incompétence des fonctionnaires ad hoc qui est en cause ? Car si un journaliste est capable de trouver un professeur d'université compétent pour commenter l'incident, pourquoi pas un fonctionnaire des travaux publics ne le pourrait-il pas pour l'aider à rédiger un cahier des charges inattaquable ?? Quand on veut à tout prix voir l'actualité sous un prisme idéologique, on trouve toujours quelqu'un ayant le discours inverse et qui aura tout aussi raison.Tout est donc question de ppoint de vue !
    • guypimi
      août 04, 15:22 Reply
      Votre remarque est centrale mais va dans le sens de Marcel, Si l'état consacrait plus d'attention et peut-être d'argent à avoir des fonctionnaires compétents et disponibles sans désinvestir dans son intelligence sociétale il est probable ( euphémisme) que bien des choses pourraient se passer mieux dans nos sociétés. "Qu’est-ce que le néolibéralisme ? Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur". (Bourdieu, 1998)
    • GILLES- BXL
      août 04, 21:34 Reply
      Une fois de plus, vous partez d’un cas particulier pour apporter de l’eau à votre discours étatique - ?... Ainsi vous présupposez que la commune a sciemment rogné sur la sécurité dans son cahier des charges pour diminuer le prix de l’ouvrage. N’est-ce pas plutot l’incompétence des fonctionnaires ad hoc qui est en cause ? Ainsi vous présupposez que la commune a sciemment rogné sur la sécurité dans son cahier des charges pour diminuer le prix de l’ouvrage.... -DIDIER, Vous nous prenez pour des dindons ?!?... Parce que pour info, il semblerait que votre « cas particulier » soit en fait une généralité.... Source : http://www.les-crises.fr/zero-hedge-lue-est-devenue-un-nid-de-corruption/ Roulez ! Roulez ! L’UE est devenue un nid de corruption ! Sources :  Zero Hedge – soumis par Pivotfarm le 04/02/2014 18:11 -0500 Comme si nous n’étions pas déjà au courant ! Le monde occidental reste bien l’ultime destination pour la corruption, tirer d’un coup rapide et chiper les objets de valeur de la poche intérieure du pantalon du type debout en face de vous pendant qu’il garde ses petits yeux brillants rivés sur le système économique. Il a toujours été par le passé le maître de Tom-bêtises et de l’imaginaire, l’Occident. L’endroit où ils vous diront qu’il faut remonter aussi loin que du temps des Romains, parce que c’est là qu’on devrait se rendre pour y trouver la moindre trace de la corruption dans le monde politique et puisqu’il en avait certainement banni les franges mêmes du monde financier. C’est ce que nous nous sommes dit. Il s’avère à présent, selon les chiffres récemment publiés, que c’est bien l’UE qui reste l’un des endroits les plus corrompus au monde. Assez pour vous couper le souffle, et pas seulement votre argent durement gagné. Ce sera certainement le carburant pour mettre le feu aux arguments des anti-européens et des eurosceptiques qui sont en train de devenir beaucoup plus nombreux qu’une simple pincée de curiosité. La corruption dans l’Union européenne coûte au moins 120 milliards d’euros (162,10 milliards de dollars) chaque année selon une Commission européenne. Espérons simplement que la Commission a eu l’honnêteté de rester suffisamment éloignée des activités frauduleuses pour réaliser cette étude et au cours de l’élaboration de ce rapport. Oh ! Quel bien méchant Web nous tissons-là ! N’importe qui pourrait hasarder l’hypothèse que ces € 120 milliards sont plutôt du côté des conservateurs. Mais, là encore, l’UE aime bien,  comme toujours, balancer un tas de chiffres, n’est-ce pas? Ils doivent avoir de l’argent à jeter. Désolé pour la correction, les citoyens de l’UE doivent avoir de l’argent à jeter aux politiciens et aux fonctionnaires corrompus comme de lancer des cacahuètes dans la bouche des singes qui se balancent aux branches des arbres du zoo. Le chiffre de 120 milliards c’est l’équivalent du budget de l’UE. Ainsi donc les Européens paient le double pour le fonctionnement de leur Union unifiée ? En ce qui concerne l’Union européenne, on dirait bien que la seule chose qui soit unie à l’heure actuelle c’est bien la lutte pour arriver à maintenir les activités frauduleuses de détournement de fonds et d’aide de fonds publics pour des avantages personnels de celui qui se trouve au sommet dans l’agenda. Une telle enquête n’a jamais été menée auparavant et il semble peu probable qu’il leur prendra de nouveau l’envie  de faire à nouveau publier de tels résultats. • La Grèce, la Croatie, la République tchèque, la Lituanie, la Bulgarie et la Roumanie donnent des résultats qui montrent qu’entre 6% et 29% des citoyens de ces pays ont dû payer des pots de vin à des fonctionnaires du public (dans les douze derniers mois) de ces pays ainsi que particuliers. • 99% des Grecs estiment que la corruption est monnaie courante dans l’UE (est-ce que ça nous apprend vraiment quelque chose de nouveau ?). • La Pologne c’est un chiffre de 15%. • La Hongrie se situe à 13%. • Le Royaume-Uni connaît un niveau étonnamment bas (seulement 1%). Alors, soit ce sont tous des mensonges qui se racontent en Grande-Bretagne, soit c’est qu’ils ont peu de relations avec les fonctionnaires de l’UE ou des responsables gouvernementaux. Faites votre choix ! • 64% des Britanniques ont précisé cependant qu’ils avaient quand même l’impression que la fraude et la corruption était répandue au Royaume-Uni. Cela montre bien que quelqu’un s’est couché quelque part le long de la ligne. • Mais, le chiffre global de l’UE c’est que 74% estiment que la corruption est partout. • 9% des Allemands connaissent quelqu’un qui a pris un pot de vin. • 60% des entreprises françaises estiment que la corruption est un obstacle qui empêche de faire des affaires dans l’UE. • 4% des Suédois disent qu’ils ont eu à payer un pot de vin. • Bien que 18% des Suédois connaissent quelqu’un qui a eu à payer un pot de vin. • Donc, nous ne pouvons qu’en déduire ici parmi toutes ces étranges statistiques que, soit toutes les personnes se connaissent en Suède et que ce sont les mêmes vieux fous qui paient de l’argent sous la table. • Soit la commissaire Anna Cecilia Malmström (née à Stockholm) de l’UE qui conduisait ce rapport sur la fraude a été obligée de rédiger une « certaine » réponse. Le rapport de l’UE a été fait à la demande des pays membres de l’UE ainsi que du Parlement européen. Rien de tel qu’une apparente transparence pour garder au calme les chiens qui aboient, n’est-ce pas ? L’UE dispose déjà d’un organisme anti-fraude appelé OLAF (notamment sur la fraude de l’UE concernant le budget européen). Mais, c’est encore l’une de ces autres merveilles de la recherche d’investigation moderne. Gardez le budget aussi serré qu’une chaussure enchaînée et ils ne seront pas en mesure d’enquêter sur tout. OLAF reçoit 23,5 millions d’euros ($ 31.740.000). Mais, est-ce que ça vaudrait le coup de leur donner davantage ? En 2000, les vérificateurs internes ont placés des rapports sur le bureau des enquêteurs de l’OLAF pour montrer qu’Eurostat avait frauduleusement attribué des contrats à des entreprises privées. L’OLAF a décidé de ne pas agir à la suite de cette information, mais il a ensuite été forcé de le faire lorsque le scandale a été révélé par la presse. Les dernières conclusions du rapport de l’UE montrent que les procédures de passation des marchés publics ont été ouvertes à la fraude, en particulier. Le financement des partis politiques a également été attaqué à cause d’activités frauduleuses. Hocus Pocus, la chicane, la duperie et la duplicité, oh quel bambouzelement (NdT : en français ça pourrait donner Parlement-Bananier) de la ruse de la duplicité et du mensonge!  Noyer le tout autant que possible dans des textes interminables, avec un sens de la hiérarchie superflu sur-renforcée à tous les niveaux afin que vous ne puissiez jamais aller au fond des choses, et vous obtenez une magnifique ancienne recette pour la corruption dans l’UE. Voilà ! Magique! NdT : Pour 2013, le budget de l’UE s’élevait à 132,8 milliards d’euros. Traduction Didier ARNAUD   “À vous couper le souffle” la corruption en Europe ! Sources :  Zero Hedge – Soumis par Tyler Durden le 10/02/2014 12:12 -0500 – Soumis par Pater Tenebrarum de acting-man – Traduction librement adaptée © Didier ARNAUD Un récent article de la BBC a examiné les conclusions d’un rapport de la Commissaire des affaires intérieures de l’UE Cecilia Malmström sur la corruption dans l’Union Européenne. Selon le rapport, le coût de la corruption dans l’UE s’élève à € 120 milliards chaque année. Nous aimerions suggérer que c’est probablement beaucoup plus que cela (puisqu’en fait, même Mme Malmström a déclaré être accord avec cette évaluation). C’est évidemment ce que l’on obtient quand on met en place d’énormes bureaucraties byzantines et que l’on publie un véritable déluge de règles et de règlements chaque année. De plus en plus de personnes deviennent nécessaires pour administrer cet indigeste cauchemar de formalités administratives, et naturellement la qualité des embauches décline au fil du temps en raison du nombre devenu absolument nécessaire. En pardessus le marché, probablement que beaucoup de petites et moyennes entreprises n’auraient pas été en mesure de survivre si elles n’avaient pas pris occasionnellement le temps de corrompre quelques fonctionnaires. Les grandes entreprises considèrent de toute façon la corruption comme un coût tout à fait normal pour leurs affaires, en particulier lorsque l’entreprise concernée implique la traite de vaches à lait  fiscales. Comme vous le verrez ci-dessous, le secteur de la défense – ou mieux le racket de guerre – est particulièrement vulnérable à la corruption. Les contribuables finissent évidemment par en payer chaque centime. Un autre secteur qui est apparemment sujet à la corruption généralisée reste celui des soins de santé – ce qui ne devrait pas être une surprise, puisque la prestation des soins de santé est une entreprise pratiquement entièrement socialisée en Europe. Des pots de vin peuvent bien dans certains cas devenir la différence entre la vie et la mort. Vous n’aurez probablement pas non plus à être trop surpris d’apprendre qu’il y a eu fraude à la TVA d’un montant de 5 milliards € dans le marché bizarre, et totalement inefficace, et inutile, du “crédits carbone“, qui s’est transformé en un gâchis aux proportions ahurissantes. Il n’y a tout simplement pas d’autre moyen d’arriver à faire fortune sur ce marché nous supposons. De la BBC : « L’étendue de la corruption en Europe est ” à vous couper le souffle “» et elle coûte à l’économie de l’UE au moins 120 milliards d’euros (£ 99 billions) chaque année, a déclaré la Commission européenne. La Commissaire aux Affaires Intérieures de l’UE Cecilia Malmström a présenté un rapport complet sur ce problème. Elle a expliqué que le véritable coût de la corruption était «probablement beaucoup plus élevé » que ces 120 milliards. Les trois quarts des Européens interrogés pour cette étude de la Commission on déclaré que la corruption était généralisée, et plus de la moitié ont déclaré que le niveau avait augmenté.  « L’ampleur du problème en Europe est à couper le souffle, bien que la Suède reste parmi les pays ayant le moins de problèmes», a écrit en Suède Mme Malmström dans le quotidien Goeteborgs-Posten. Le coût pour l’économie de l’UE est équivalent au budget annuel de l’Union. Pour ce rapport, la Commission a étudié la corruption dans la totalité des 28 États membres de l’UE. La Commission annonce que c’est la première fois qu’elle a pu réaliser une telle enquête. Plutôt que les institutions de l’UE, ce sont bien les gouvernements nationaux les principaux responsables de la lutte contre la corruption dans l’UE.  [...] Dans certains pays, il y a eu un nombre relativement élevé de rapports sur des expériences personnelles de corruption. En Croatie, en République tchèque, en Lituanie, en Bulgarie, en Roumanie et en Grèce, entre 6% et 29% des personnes interrogées ont dit qu’elles avaient été contactées pour un pot de vin, ou bien qu’elles avaient été tenues d’en payer, au cours des 12 derniers mois. Il y a eu également un grand niveau de corruption en Pologne (15%), en Slovaquie (14%) et en Hongrie (13%), où les cas les plus fréquents étaient dans le domaine de la santé.  [..] L’année dernière, le directeur d’Europol Rob Wainwright a déclaré que la fraude à la TVA sur le marché des crédits de carbone avait coûté à l’UE environ 5 milliards d’€uros ». Et c’est seulement ce qu’ils ont réellement réussi à savoir à son propos. Rappelez-vous, il y a des inconnus connus et des inconnus inconnus tout aussi ici, et ils éclipsent probablement tout ce qui est réellement connu. On a peut être vraiment une idée de l’immensité du problème quand l’on considère le cas de la Grèce. ______________________________________________________________________________________________ NB : Le 10 septembre 2014, le nouveau Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a proposé Cecilia Malmström comme Commissaire européenne chargée du Commerce. Sa principale mission est de finaliser le traité transatlantique Pots-de-vins officiels qui dépassent la capacité de stockage en mémoire en Grèce  La Grèce est bien sûr un cas particulier en termes de corruption officielle. Si vous vous êtes jamais demandé comment le pays pourrait faire faillite en si peu de temps après avoir rejoint la zone €uro, surtout ne vous posez plus la question. Voici quelques extraits d’un article paru récemment dans le New York Times sur un fonctionnaire de niveau inférieur du Ministère de la Défense qui a reçu tant de pots de vin qu’il ne peut même plus se souvenir davantage de tous. Les montants en jeu se révèlent stupéfiants : «Quand Antonis Kantas, un député du ministère de la Défense d’ici, s’est élevé contre l’achat de coûteux tanks fabriqués en Allemagne en 2001, un représentant du fabricant de tank s’est arrêté à son bureau pour abandonner un cartable sur son canapé. Il contenait € 600.000 ($ 814.000). D’autres fabricants d’armes désireux de faire des affaires sont venus lui rendre visite, aussi, certains pour le guider à travers les tenants et les aboutissants de la banque internationale et lui verser ensuite des dépôts sur ses comptes à l’étranger. À l’époque, M. Kantas, un ancien vigoureux officier de l’armée, n’avait pas réellement le pouvoir de décider quoi que ce soit de son propre chef. Mais la corruption était si répandue à l’intérieur de l’équivalent grec du Pentagone que même pour un homme de son rang relativement modeste, comme il a récemment témoigné, a réussi à amasser près de 19 millions de dollars en simplement cinq ans de ce travail ». On se demande bien ce que les fonctionnaires les plus puissants ont été en mesure de détourner. Malheureusement, la corruption est si répandue et implique censément les plus hauts échelons de la bureaucratie et du corps politique en Grèce, que l’on doit s’attendre alors à ne jamais le découvrir. Rien d’étonnant à ce qu’il y ait autant de fraude fiscale en Grèce : qui veut remettre son argent durement gagné à un tel gang de voleurs? C’est comme payer la mafia. En attendant, les sociétés qui versent des pots de vin sont bien évidemment toutes aussi coupables, et beaucoup d’entre elles proviennent de pays qui sont eux-mêmes classés relativement bas sur l’échelle de la corruption – par exemple l’Allemagne et la Suède. Cela semble bien être l’ «occasion qui fait le larron » dans ce type de situation. « Jamais auparavant, un fonctionnaire n’a ouvert une aussi grande fenêtre sur ce système impressionnant de bakchichs au travail dans un ministère du gouvernement Grec. » À divers moments, M. Kantas, qui est retourné témoigner de nouveau la semaine dernière, a déclaré aux enquêteurs qu’il avait reçu tant de des pots de vin, qu’il lui était devenu impossible de se souvenir des détails.  [...] Le témoignage de M. Kantas, s’il se révèle exact, illustre la façon dont les fabricants d’armes en provenance d’Allemagne, de France, de Suède et de Russie ont généreusement distribué des pots de vin, souvent par le biais des représentants grecs, pour vendre de l’armement au gouvernement largement au-dessus de ses moyens, et dont les experts affirmaient dans de nombreux que c’était cas trop cher et techniquement dépassé. Les € 600.000, par exemple, qui ont servi à acheter le silence de M. Kantas sur les tanks, ont été considérés comme de peu de valeur dans des guerres où la Grèce aurait à combattre, selon Constantinos P. Fraggos, un expert de l’armée grecque qui a écrit plusieurs livres sur le sujet. La Grèce allé de l’avant et a acheté 170 de ces tanks pour environ 2,3 milliards de dollars. Ajoutant à l’absurdité de cet achat (presque en totalité à crédit), le ministère n’a pratiquement pas acheté de munitions pour eux, a déclaré M. Fraggos. Elle a également acheté des avions de combat sans systèmes de guidage électroniques et a versé plus de 4 milliards de dollars pour des sous-marins, bruyants et inadaptés qui ne sont pas encore terminés et qui gisent aujourd’hui pratiquement abandonnés dans un chantier naval en dehors d’Athènes . Au plus fort de la crise, quand il n’était pas clair si la Grèce serait jetée hors de la zone €uro et longtemps avant que les sous-marins n’aient été achevés, le Parlement Grec a approuvé un dernier paiement $ 407 millions pour les sous-marins allemands “. [...] Le ministère de la Défense est loin d’être le seul ministère soupçonné d’être un foyer de corruption. Mais le ministère de la Défense constitue une cible particulièrement riche pour les enquêteurs parce que la Grèce a connue une énorme frénésie de dépenses après 1996 quand elle a connue une escarmouche de faible niveau avec la Turquie sur l’île d’Imia dans la mer Égée. Un ancien directeur général du ministère de la Défense, Evangelos Vasilakos, a calculé que la Grèce va passer commande pour au moins 68 milliards de dollars d’armes au cours des 10 prochaines années, en grande partie de l’argent emprunté. Pour gagner ces offres, qui impliquait l’approbation de responsables militaires et de fonctionnaires du ministère de la Défense, ainsi que du Parlement, les marchands d’armes ont probablement dépensé plus de 2,7 milliards de dollars en pots de vin, selon Tasos Telloglou, un journaliste d’investigation du quotidien Grec Kathimerini, qui a écrit abondamment sur le sujet. “ (Remarque Ajoutée) Acheter des armes en grande partie inutile pour 68 milliards de dollars est assurément un sacré exploit pour un pays d’un peu plus de 11 millions d’habitants. Les Saoudiens pourraient bien être capables de faire mieux sur une autre base par habitant, mais ils ont beaucoup d’argent du pétrole et n’ont pas besoin d’un plan de sauvetage de quiconque. La Grèce n’était pas en mesure de se permettre l’achat de ces coûteux jouets.  Même si les armes étaient en parfait état de fonctionnement, cette frénésie d’achats n’aurait aucun sens. Est-ce que la Grèce va vraiment mener une guerre contre la Turquie, un partenaire de l’OTAN? L’idée même est absurde. Puisque nous pouvons écarter cette possibilité, pour qui sur terre sont les bonnes armes ? Nous pouvons modifier la présente phrase célèbre de Randolph Bourne: «La guerre est la santé de l’État - et de ses sbires et des fournisseurs ». Dites bonjour à un éléphant blanc dans les massifs d’arbustes grecs !!!. Merci Marcel VRAIMENT MERCI de nous signaler les dangers de "la libre concurrence soi-disant non faussée" de "messieurs les marchés" qui promeuvent la paix,les valeurs et le bien-être de leurs peuples ( certains mais vraiment, vraiment pas tous ) ...et qui offrent à tout instant un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, et un marché intérieur où la concurrence est libre et non faussée.
      • Marcel Sel
        août 05, 01:58 Reply
        Dites, il y a beaucoup d'extraits d'articles sans liens vers les sources. J'aime bien que les auteurs soient sourcés (et qu'on ne publie que quelques courts extraits en commentaires) Merci
    • Démocrate
      août 08, 18:53 Reply
      Si c'est privé, c'est connu de tous, ça fonctionne BEAUCOUP mieux. Exemples? On commence par quoi? Les banques privatisées? Noooon, ah bon, CGER plus d'un siècle (guerres et dépressions comprises) - Là FORTIS - 10 ans Ex Crédit Communal - privatisé - 10 ans Etc, etc, etc.. Electricité? Privatisé, pannes recurrentes, délais de réparation-intervention dignes du tiers monde (MON avenue, en HIVER 6 mois de panne éclairage public.. plus de SEPT MOIS d'attente pour réparation.. enfin quand il fait jour TARD le soir-nuit, comme ça pas besoin..) Et le reste, pour VENDRE la privatisation en voie de chaotisation (trains, etc) MAIS TOUJOURS DE G R A N D S travaux immobiliers (futurs CADEAUX gratos au privé)- La privatisation, c'est le Congo de Mobutu. Point barre.
      • u'tz
        août 09, 17:47 Reply
        votre "La privatisation, c’est le Congo de Mobutu.-" est trop sympa avec la privatisation.., quand ce régime-là avait la banane... au moins on savait dans quelles mains l'argent allait
  4. Salade
    août 04, 16:49 Reply
    Moins d'Etat c'est bien? A peine idéologique. Et pas que pour la sécurité. Les fonctionnaires sont maintenant considérés comme inutiles! N'importe quoi. A l'image DES réseauX de transport belges pourris. Mais Ne parlons pas de la sécurité dans NOS écoles qui tombent en ruine: http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/543415/2008/12/11/Le-toit-d-une-ecole-maternelle-et-primaire-s-effondre.dhtml http://www.notele.be/list14-l-info-en-continu-media24692-havinnes-un-plafond-s-effondre-a-l-ecole.html http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/ecole-14-a-schaerbeek-une-plaque-de-plafond-s-effondre-dans-une-classe-de-maternelle-289814.aspx http://www.rtl.be/info/belgique/societe/le-plafond-d-une-ecole-communale-s-effondre-partiellement-a-couillet-43559.aspx http://www.rtl.be/info/regions/brabant-wallon/le-preau-d-une-ecole-menace-de-s-effondrer-a-jodoigne-il-n-y-a-aucun-danger-pour-les-enfants--712299.aspx http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/un-mur-d-ecole-s-effondre-a-chatelet-212642.aspx cette francophonie belge est NULLE J'ai honte de mon pays!!!!!!!!!!!!!!
    • Salade
      août 04, 16:50 Reply
      demain je fais pareil avec les hopitaux
    • Marcel Sel
      août 05, 02:10 Reply
      Pas moins d'État, le moins possible d'État, mais ça peut parfaitement représenter 50% du PIB. Ne pas mal interpréter steplait salade.
      • Salade
        août 05, 10:48 Reply
        Le moins possible d'état? Idéologique! "Possible" par rapport à quoi??
        • Salade
          août 05, 10:56 Reply
          vous voulez-peut-être payer le moins possible pour en bénéficier le plus possible? vous y voyez peut-être alors un intéressement notionnel? un peu comme les grandes entreprises de ce pays ou certaines catégories de la population d'Anvers? la vision de Charles avec la fameuse baisse des charges? ...et augmenter la TVA pour que les moins nantis le financent proportionnellement bien plus? Cette vision aurait du sens si l'impôt était justement réparti, par exemple en supprimant la TVA. Ca fait peur aux indépendants, ça, hein?
        • Salade
          août 05, 12:07 Reply
          On a déja trop peu d'Etat: http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/pres-de-140-000-societes-fantomes-en-belgique-55c18f4935708aa4375eb9ce
        • Marcel Sel
          août 05, 12:26 Reply
          Possible par rapport à une bonne gestion. L'État, c'est nous. Chaque excès d'État est donc une mauvaise utilisation de bien public. Mais trop peu d'État le rend inefficace. Il ne faut pas voir cette expression comme idéologique. Je ne pense pas que nous ayons (beaucoup) trop d'État aujourd'hui, au contraire, le nucléaire devrait être un monopole d'État, par exemple.
        • Tournaisien
          août 05, 14:02 Reply
          Bingo ... Notre ami vient de tomber les masques : (a) soit il avait toujours été un socio-libéral, mais sur un mode discret, (b) soit le socialiste qui sommeillait en lui a viré sa cuti et s'est découvert, comme bien d'autres avant lui, une vertu libérale au sens économique. D'ordinaire, notre ami Marcel se concentrait sur des questions d'ordre éthique ou philosophique, touchant notamment la question de la laïcité, mais le voici aujourd'hui qui vient de mettre le bout du pied dans l'étrier économique. Une grande première ! Je reviens sur ce que j'écrivais ce matin sur ce blog : "quid de décisions politiques qui visent à alimenter la machine d'une économie strictement libérale ?". Je pose la question autrement : afficher son credo en une économie de marché, cela peut parfaitement se défendre (a-t-on d'ailleurs seulement déjà fait la démonstration contraire de ce qu'une économie planifiée ait réellement fonctionné ?), mais faut-il pour autant admettre à l'inverse que le niveau politique ait à faire le lit de cette même économie de marché ? Ou pour le dire encore autrement : laisser l'activité économique se déployer librement est une chose, utiliser les ressources des finances de l'état pour alimenter cette même économie de marché en est une autre ! Je vais plus loin en citant un exemple concret : "Est-il admissible qu'en définitive, les contribuables grecs (avec dix ans de retard peut-être, mais in fine, c'est bien à cela que ça revient) aient mis la main au porte-monnaie pour l'organisation des J.O. d'Athènes dont les principaux bénéfices auront été engrangés par des entreprises privées allemandes, françaises, anglaises, américaines, etc. ?" De la même manière que l'on peut par exemple se demander dans quelle mesure il est décent que le contribuable wallon (et tournaisien au passage) crache au bassinet (quand bien même l'Europe mettrait sur la table 40% du coût global des travaux) pour élargir l'Escaut à Tournai (et foutre en l'air au passage le Pont des Trous) alors que l'on sait d'ores et déjà que ces travaux pharaoniques (qui vont paralyser la ville pendant au moins 3 ou 4 ans) n'auront de conséquences tangibles d'un point de vue financier que pour l'activité des carriers, très demandeurs du passage des gros tonnages sur l'Escaut à partir du sud, pour fournir en blocs les compagnies électriques off-shore de la mer du Nord et les entreprises hollandaises en charge du rehaussement des digues de Zélande. Quelles seront par ailleurs les retombées concrètes en termes d'emploi dans le bassin carrier tournaisien en contrepartie de cet investissement "public" considérable ? Elles seront quasi nulles. Qui plus est, les entreprises qui exploitent aujourd'hui les carrières du Tournaisis sont étrangères pour 50% d'entre elles. L'ancienne entreprise Lemay qui produit du bloc, la première donc à être concernée par l'élargissement de l'Escaut, a été rachetée par un groupe allemand, Sagrex de Heidelberg. Quant à la célèbre CCB de Gaurain-Ramecroix, cela fait déjà près de vingt ans qu'elle a été rachetée par le groupe italien Italcementi. Le seul groupe belge implanté en Tournaisis est CBR, qui vient de racheter Cimescaut ... et encore, il est largement flamand et est lui-même très demandeur de l'élargissement, ses principales parts de marché se trouvant en Flandre. Si l'on fait le compte, les travaux du dossier tournaisien représente 28 millions d'euros, dont 17 millions à la charge du contribuable belge, soit près de 700 millions de BEF. À cela, il faudra ajouter les désagréments et les atteintes à l'unité patrimoniale de la ville, qui ne peuvent quant à elles être chiffrées. La contrepartie économique se comptera tout au plus en quelques dizaines d'emplois tout au plus, essentiellement chez Sagrex. Quant au trafic fluvial qui devrait soi-disant contribuer à relancer l'activité économique en Hainaut occidental, c'est de la pure rigolade. La liaison vers la dorsale Wallonne, via le canal du Centre, sera d'office limitée à 2.200 tonnes à cause de la capacité limitée des ascenseurs de Strépy, ce qui revient à dire que tout ce qui se produira en aval, dans la région de la Sambre (Charleroi) et au-delà (Namur, Liège), partira d'office directement vers Anvers (canal Albert) ou Rotterdam. Et encore faudra-t-il que, côté français, on accepte de canaliser et d'élargir le canal de Mons à Condé ce qui, en dépit de l'acceptation de la Belgique de mettre la moitié du montant des travaux sur la table (quelque 34 millions d'euros pour des investissements sur territoire français ! ... chapeau !) n'est à ce jour pas encore totalement assuré. Seul, tout au plus, le fret venant de Valenciennes passera à Tournai, mais pourquoi celui-ci contribuerait-il à la relance de l'activité économique dans le Tournaisis dès lors que, de toute façon, l'essentiel du trafic venant du Seine-Nord passera par Lille pour rejoindre directement Courtrai et Gand ? Ce dossier est emblématique du délire de politiciens qui, nourris à la mamelle des études de sciences politiques à l'ULB, s'imaginent pouvoir jouer les grands stratèges économiques en chambre, un peu comme un adorateur compulsif de Napoléon passerait ses journées à déplacer sur un grand plateau couvert d'une imitation de paysages moutonnées à petits arbres synthétiques des soldats en plomb et des petits canons. Demotte en Blucher ! Du pur délire ... un délire que les Tournaisiens vont payer au comptant !
        • Salade
          août 06, 09:53 Reply
          On pourrait toujours commencer pas supprimer la RTBF. Alors là, je vous suis!!
        • Tournaisien
          août 06, 17:59 Reply
          Elle est de fait largement acquise à ce genre de discours des politiques que j'abhorre ... que j'abhorre d'autant plus que ce n'est pas là leur métier et que de toute façon, ils ne sont pour la plupart nullement compétentes, quand ils ne portent pas en outre deux casquettes, celles de bourgmestre et de président régional. Où sont les vrais muncipalistes ? Ce que les citoyens demandent au niveau communal, ce n'est rien d'autre. Regardez Gadenne à Mouscron. Il fait son job, et il le fait bien !
  5. Guy
    août 04, 22:19 Reply
    Selon moi, c'est le système d'ajudication qui doit être complètement revu (encore que je ne sache pas comment cela fontionne au Pays-Bas). Plutôt que de prendre l'entrepreneur qui propose le prix le plus bas, prendre celui juste avant. Cela éviterait selon moi un dumping artificiel des prix, et donc bien des problèmes récurents, au moins en Belgique. Comme de gros chantiers routiers, qui s'éternisent durant des années avec juste de temps à autre quelques ouvriers; ce qui empoisonne la vie de dizaines de milliers de personnes. Ou comme de rogner sur les marges de sécurité, parceque la sécurité a un coût; ce qui semble avoir été le cas ici...
  6. Tournaisien
    août 05, 10:04 Reply
    Parlons économie précisément ... http://www.lesoir.be/954415/article/sports/jo/2015-08-05/un-an-avant-jeux-olympiques-rio-l-avancee-travaux-en-images Le Brésil va organiser les jeux olympiques en 2016 ; en 2014, le Brésil avait déjà accueilli le mondial de football. Or le fameux Mondial est loin d'avoir apporté le coup de pouce à une économie brésilienne chancelante (http://www.letemps.ch/Page/Uuid/fd5c700c-0601-11e4-a6d1-542beb13958e/La_Coupe_du_monde_de_football_ne_fera_pas_rebondir_la_conjoncture_br%C3%A9silienne), que du contraire, elle a même contribué à précipiter la dégringolade des finances brésiliennes qui se trouvent depuis plus d'un an sous la loupe des agences de cotation. Grevées d'une dette publique équivalant à 54,9 % de son PIB en 2012 (un taux d'endettement tout à fait raisonnable), lesdites finances brésiliennes ont depuis trois ans plongé la tête la première. Faudra-t-il rappeler que, taux d'intérêts débiteurs cumulés, l'organisation des jeux olympiques d'Athènes en 2004 aura été responsable de quelque 15 % de la dette publique grecque actuelle. En clair, si il n'y avait pas eu les J.O. de 2004, la crise grecque telle qu'on l'a connue au printemps et au début de l'été n'aurait pas eu lieu. Pire, sans cet endettement cumulé depuis dix ans à hauteur de quelque 15 % de son PIB, la Grèce aurait probablement pu enclencher un cercle vertueux avec l'aide de l'Europe et, à tout le moins, stabiliser ses finances publiques ! À quand la future crise financière mondiale avec, en point de mire, le Brésil et à sa suite probablement toute la zone du Mercosur ? Même le Qatar, pays riche de son pétrole, connaît depuis quelques années une hausse de sa dette publique qui, en 2015, est repassée au-dessus de la barre des 31 % de son PIB (pour un pays du Golfe, c'est bonbon !). Qu'en sera-t-il au lendemain du Mondial de football de 2022 dont tous prédisent d'ores et déjà qu'il s'agira du plus onéreux jamais organisé ! Ceci sans compter que le même Qatar entend d'ores et déjà poser sa candidature pour les J.O. de 2024 ou 2028 ! Quand donc en finira-t-on avec ces grand'messes qui coûtent une véritable fortune, mettent en péril les équilibres financiers des états, fragilisent donc les bourses mondiales, ne répondent presque jamais aux promesses économiques chantées par des spécialistes souvent à la solde de groupes de pression financiers, et ceci dans un contexte mondial de plus en plus précaire, touché par des crises économiques et frumentaires de plus en plus sévères, en particulier en Afrique ? Quand donc l'homme contemporain en finira-t-il avec cet "ubris" délirant qui est le sien ? Où et comment tout cela finira-t-il ? Le libéralisme économique qui affiche une toute puissance insolente depuis 15 à 20 ans n'en finit plus de déréguler nos économies, et les politiques qui devraient avoir à cœur de mettre sous contrôle continuent bien au contraire à servir la soupe, sur le dos des finances publiques des états, aux grands groupes économiques privés de la planète. Car, qu'on ne s'y trompe pas, ces deux grand'messes médiatiques (le "panes et circenses" de l'homo contemporaneus) alternant l'une et l'autre, à deux ans de distance, tous les quatre ans sont d'abord et avant tout des aubaines incroyables pour les acteurs économiques des états les plus puissants de la planète. Je serais ainsi très curieux de savoir combien a rapporté aux entreprises allemandes l'organisation des J.O. d'Athènes ... une superbe cerise qui, côté grec, se sera traduite par une non moins superbe ardoise ... payée par le petit contribuable et le petit pensionné grec, il va sans dire ! ... et en prime, avec les rodomontades de Berlin, je vous prie ! Je vous parie mon ticket qu'on va assister au même scénario d'ici une dizaine d'années (maximum) avec le Brésil, et les donneurs de leçons cette fois se trouveront à Washington, New York ou Seattle. Gosh !
  7. Tournaisien
    août 05, 18:17 Reply
    L'économie selon DAESH (... il ne s'agit pas ici de lessive sans phosphates, hélas, mille fois hélas !) http://www.lesoir.be/954869/article/actualite/monde/2015-08-05/prix-d-un-enfant-esclave-sexuel-daesh-150-euros Voici les prix des femmes (ou enfants de sexe féminin) affichés par DAESH dans le petit commerce apparemment très lucratif auquel ils prennent manifestement un grand plaisir à s'adonner, liste de prix que vient de confirmer l'ONU qui a diligenté une enquête on ne peut plus sérieuse : Les femmes de 0 à 9 ans : 150 € l'unité Les femmes de 10 à 20 ans : 110 € l'unité Les femmes de 20 à 30 ans : 73 € l'unité Les femmes de 30 à 40 ans : 55 € l'unité Les femmes de 40 à 50 ans : 37 € l'unité Posons que ces prix affichés correspondent à la demande (étant entendu qu'en réalité, il est un facteur "prix" qui doit être en partie du moins dissuasif et que donc, en théorie, la demande des femmes les plus jeunes est susceptible d'être encore plus élevée que ce que laisseraient entendre les prix affichés) ; Posons que la demande ainsi déduite correspond à l'inclination sexuelle de la population mâle de cette bande de sagouins ; Posons que l'âge de la majorité sexuelle est à fixer à 16 ans comme elle l'est chez nous, et que donc sous cet âge de 16 ans, les comportements sexuels enregistrés sont bel et bien de type pédophilique ; Nous aurions donc : 150 + 60 (des 110 de 10 à 20 ans dans l'hypothèse d'une répartition régulière sur cette seconde tranche d'âge) = 210 pour les femmes d'un âge inférieur à 16 ans et nous aurions : 50 (restants des 110) + 73 + 55 + 37 = 215 pour les femmes âgées de 16 ans ou plus. Soit 49,42 % de pédophiles et 50,58 % d'adultes pratiquant une sexualité entre partenaires ayant atteint la majorité sexuelle. Si l'on applique le correctif signalé plus haut, on arrive en réalité à plus de la moitié de cette bande d'enfoirés qui seraient pédophiles ! Plus de 50 % de pédophiles chez ces enfoirés d'islamistes, voilà qui est de nature à faire pâlir d'envie les prêtres catholiques d'Irlande ou de la Flandre de Dhaenens et de Léonard de même que les politiciens et les show men britanniques, Edward Heath compris ! Pour rappel, le pape avait récemment affirmé qu'il existait environ 0,2 % de pédophiles au sein de l'Eglise, une proportion qui pourrait monter à quelque 0,6 % selon des comptages plus précis. Cette proportion serait par ailleurs à peu près équivalente à celle que l'on retrouverait dans la société civile, soit environ 0,5 % ou un homme sur 200 (quoique ce type de comptage soit toujours très difficile à étayer). Posons donc dans nos sociétés occidentales (soi-disant dépravées) la présence de 0,5 % de pédophiles. C'est 100 fois moins que dans la Syrie et l'Irak des islamistes de DAESH. Les islamistes de DAESH seraient 100 fois plus déviants que chez nous ... il faut dire que quand on les voit égorger chrétiens, yazides et autres alaouites au couteau de boucherie, on n'avait déjà pas beaucoup de difficulté à se convaincre qu'ils étaient complètement timbrés. Le féminisme a encore des beaux jours devant lui ... au Proche Orient, il s'entend. Les recrues islamistes sont du tout grand choix pour nos chères femens et autres furies double x : non seulement ils enturbannent leurs épouses (qu'ils laissent s'occuper de tout chez eux), un peu comme si chez nous il nous prenait l'envie d'envoyer toutes nos femmes au couvent, chez les sœurs de l'Annonciade ou les Ursulines, mais en prime, ils se tapent des enfants, non pubères pour la plupart ! Il serait plus que temps de prévoir dans les troupes de l'ONU plusieurs bataillons de psychiatres adaptés aux cas les plus lourds, avec des stocks très conséquents de Xanax ,et d'Aldole, histoire de les assommer chimiquement un bon coup. Et pour les plus récalcitrants, on pourra toujours prévoir de les faire rôtir à petit feu dans de la graisse de saindoux. Cela aura au moins le mérite de calmer les autres (du moins on peut l'espérer). Allah U Akbar !
    • Démocrate
      août 10, 00:12 Reply
      Et bien capitalisme de base... On fabrique les timbrés et puis on les lâche sur le marché... géopolitique... c'est tout. Ou on les exporte. Et on les recycle car en Lybie, ils ont très bien fonctionné et servi. Il a fallu faire un petit "rebranding" avec logos et toussa et une communication très à l'américaine (impact très hollywoodien avec drapeaux et vètements noirs et couteaux mis en scêne et orange et NOIR-ça-fait-peur-impact-visuel et REPETE ) car les premiers, Lybiens, étaient un peu .. comment dire.... débraillés. Ici, au moins, l'image et l'impact sont améliorés et montrent un entraînement très pro et beaucoup de cohésion MEDIATISEE. Et non censurée. D'ailleurs ils vendent du pétrole en masse (A QUI? Les médias n'en parlent pas, of course) Contre quel argent par quelles BANQUES (Encore là motus et bouche cousue, là p a s de problème... pas de médias pour en parler) C'est curieux comme le business pétrole-banques, on lui f i c h e la paix. Même pas traqué, ni bloqué ni interdit. Pourtant, ça c'est une arme... Bizarre, on ne l'emploie pas. Puis ils font la pub pour Toyota et Pick Ups... superbe on dirait vraiment de la pub genre Vandamme (et ses camions Volvo). Personne ne les CENSURE. Curieux, non? Pétrole-banques-et-pub. Tout y est. Les asiles, l'éducation, etc... ça coûte trop cher et depuis les Reaganomics on les ferme et on jette les malades dehors. En rue. Les prisons, les hôpitaux.. c'est pareil. Soit ça rapporte soit ça coûte. A ce propos, en UE on est pas mal non plus.. Combien vaut un Bulgare Roumain Polonais Hongrois Etc... Concurrence et puis c'est tout. On vous recommande les pays de l'Est Europe, REJOINTS par la Grèce, le Portugal et l'Espagne et l'Irlande et aussi le Royaume Uni (qui vient d' inventer le job à ZERO Euro... pas maaal)...et les Allemands ont leurs mini-jobs.. eux (qui ne servent pas à cotiser pour leurs retraites en plus.. bingo) Bientôt ...v o u s aussi vous pourrez participer...au grand jeu de "l'imagination au pouvoir"
  8. u'tz
    août 06, 22:00 Reply
    lorsqu'une administration fait un appel d'offre, elle a l'obligation prendre la proposition la moins chère, (indépendamment des éventuels délits d'initié plutôt possibles un peu partout) avec la logique libérale anti-Etat qu'attendre d'autre ?
    • u'tz
      août 06, 22:03 Reply
      ps(wallon): il ne faut pas beaucoup d'imagination pour comprendre comment ça marche pour les milliers de chantiers moins spectaculaires, comment les services publics performent

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.