Contexte : Zakia B, chronologie d’une double hystérie.


zb6Tout a pourtant commencé de façon sympatoche. Le weekend dernier, lors d’une manifestation du Vlaams Belang (extrême droite néerlandophone belge) en marge d’une expo islamique, la jeune Zakia B s’est prise en selfie avec l’un des leaders du parti, Filip Dewinter. Drôle : elle était voilée et faisait les grimaces les plus improbables devant des panneaux « pas de voile » brandis par les manifestants. Une façon souriante et désarmante de se moquer des islamophobes qui ont, eux-mêmes, été plus perplexes qu’agressifs — sur des photos de presse, on voit même des manifestants néofascistes souriants à sa présence incongrue parmi eux. On en venait à espérer : certains d’entre eux seraient donc récupérables ! Et on tenait notre héroïne du jour. Celle qui résistait à la haine d’autrui, celle qui montrait que l’humour désarme.

À la VRT (télévision publique flamande), on a rapidement interviewé Zakia B. On découvrait alors une jeune fille plutôt timide, modeste, qui refusait le statut d’icône qu’on lui tendait et trouvait même excessif certaines réactions anti-Vlaams Belang twittéessuite à sa fulgurante célébrité. Elle avait fait un selfie avec Filip Dewinter ? Elle assure qu’elle en aurait fait un avec n’importe quel autre homme politique qu’elle aurait croisé. Comme quoi, on peut être modeste, voilée, musulmane pratiquante et aimer un peu de paillettes.

On la sentait surtout perplexe, gênée de toute cette attention. Ça passera très vite, disait-elle. Elle ne savait pas à quel point elle avait raison. Ou plutôt, à quelle vitesse elle passerait du soleil au zénith, à la nuit la plus sombre !

D’héroïne du dimanche à antisémite d’occasion.
Car le lendemain, le mercredi 19 mai, badaboum ! Le compte Twitter de Prof D.A.H. Vintik diffusait un twit antisémite de Zakia B. En 2012 — elle avait 18 ans —, elle avait twitté une plaisanterie judéophobe venue d’extrême droite, aujourd’hui en vogue aussi chez certains « propalestiniens ». « Hitler n’a pas tué tous les Juifs. Il en a laissé pour qu’on comprenne pourquoi ils les avaient tués ». Le tout, enjolivé du mot-dièse #Fuckrs (« connards »), adressé apparemment aux Juifs en général.

Comme pour démontrer qu’aucun travail de contextualisation n’est fait quand on récupère des buzz du web, personne n’a relevé que ce twit avait été envoyé au plus fort de la guerre israélo-gazaouite de 2012, qui avait causé la mort de quatre civils en Israël et d’une cinquantaine à Gaza, dont des enfants. On déplorait aussi des centaines de blessés de part et d’autre. Comme toujours, les machines propagandistes des deux camps avaient alimenté la haine de l’autre sur internet notamment, et l’avaient diffusée internationalement. Zakia B s’y est laissé cramer les ailes, comme beaucoup d’autres, dans les deux « camps ».

Dès jeudi, le twit en question était repris par un blog-tabloïd néerlandais qui s’assume vulgaire, souvent considéré comme étant de droite populiste, GeenStijl.nl. Celui-ci, qui ne fait jamais dans la dentelle, titra « La fille au selfie s’avère être une raciste génocidaire ».

S’ensuivit alors une série d’attaques sur Twitter contre la jeune fille qui fut bientôt submergée de reproches. En mode damage control, elle a alors envoyé un twit affirmant qu’elle n’avait rien contre les Juifs et qu’on devait vivre ensemble dans la paix et l’amour, ajoutant que son twit avait été fabriqué de toutes pièces — ce qui était possible, j’ai moi-même fait les frais d’une falsification particulièrement sophistiquée.

Des médias dans l’immédiat.
À ce moment-là, les médias sérieux (ceux qui ne croient pas Geenstijl sur parole, par exemple) ne pouvaient plus accéder au twit antisémite. Zakia B l’avait effacé. Ils ne pouvaient (à l’instar de Robin Cornet, RTBF, sur Twitter) trancher ni dans un sens, ni dans l’autre. Le doute était permis : en descendant la timeline de la jeune fille voilée, on ne trouvait rien de politique. C’était un compte de jeune fan de groupes musicaux et d’acteurs et actrices : stars filles et garçons en tenue parfois sexy, news sur ses chanteurs favoris, plaisanteries, twits à Victoria Justice… Bref, un profil de jeune femme un peu midinette qui rendait la potentialité d’un twit antisémite peu crédible.

Capture d’écran 2016-05-19 à 18.26.58

Puis, Zakia B effaça son compte avant de le fermer complètement. Elle n’avait pas supporté l’afflux d’insultes, de reproches et de menaces. Certains affirmaient qu’elle voulait éviter qu’on tombe sur d’autres twits « gênants », mais s’il avait fallu remonter jusqu’en 2012 pour en trouver un, c’est bien qu’elle n’en était pas coutumière. J’ai d’ailleurs pu parcourir toute sa TL jusqu’en 2013 et je n’en ai pas vu l’ombre d’un.


zb7En quête de preuves.

Le compte désactivé, il devenait apparemment impossible d’obtenir encore la preuve de l’existence du twit antisémite. Mais toute l’après-midi du vendredi, certains possesseurs d’iPhone dont le cache semblait n’avoir pas été rafraîchi continuaient à envoyer de nouvelles captures d’écran, avec des heures et des déchargements de batterie crédibles. Le nombre de formats différents qui affluaient en temps réel rendaient la thèse d’un photoshoppage de moins en moins probable. Enfin, il y eut la preuve filmée d’un twittos (@neemjemoeder) qui accédait toujours au twit incriminé et le doute ne fut plus permis : Zakia B avait bel et bien twitté cette blague horrible.


Samedi, la BBC publiait d’ailleurs ce qui était selon la chaîne le dernier twit du compte de Zakia B : « mon opinion d’il y a plusieurs années concernait les Sionistes qui répandent la haine plutôt que l’amour donc pour tous les autres Juifs, la paix soit sur vous. » Comme si la mauvaise blague était tout de même toujours valable pour les Juifs d’Israël, a relevé un autre twittos.

ZB3

Entretemps, l’islamophobotwittosphère, surtout d’extrême droite, s’était largement délectée de ce changement de statut d’héroïne antiraciste à antisémite pur jus, le pire racisme sur notre échelle de Richter occidentale. Cela faisait évidemment leurs affaires et cela les blanchissait de leur propre racisme, institutionnel, celui-là.

À lire : pourquoi Zakia B n’est pas le vrai sujet de l’affaire.

Previous Le PS-bashing de Bart De Wever qui humilie la Flandre de droite.
Next Zakia B, d’icône de la paix à génocidaire en 2 jours. Mais elle n’est pas le vrai sujet.

You might also like

12 Comments

  1. GdeC
    mai 24, 13:38 Reply
    je m'interrogeais justement sur son étrange comportement... Billet fort utile; merci.
  2. Xavier VA
    mai 24, 17:55 Reply
    Je n'aime pas beaucoup ce post. Quand un N-VA semi-justifie la collaboration, vous dénoncez (à TRES juste titre) la tiédeur des réactions. Mais quand on s'émeut d'une "blague" regrettant que le génocide n'ait pas été plus efficace, ce serait de l'hystérie ? Et que ce dérapage serait en filigrane moins répréhensible en raison d'un contexte d'un conflit qui se passe à 3.000 km de là ? En bref, "les antisémites avaient leurs raisons", pour paraphraser un ministre ? Personellement, toute cette histoire m'attriste. J'aurais bien aimé que l'image sympa en forme de pied de nez reste. Je regrette qu'elle soit entachée, ça fait une occasion manquée pour la communauté musulmane d'engranger un capital sympathie qui lui fait curellement et injustement défaut. Mais voilà, j'ai vraiment du mal à plaindre quiconque tient de tels propos, qui plus est publiquement, même si elle n'a pas cherché le degré d'attention dont elle est aujourd'hui l'objet. Si cette histoire peut servir d'avertissement pour ceux pensent pouvoir ipmpunément tenir des probos abjects (antisémites, racistes, homophobes...), le monde sera déjà un peu moins terne qu'hier.
    • marcel
      mai 25, 00:45 Reply
      <blockquote>Quand un N-VA semi-justifie la collaboration, vous dénoncez (à TRES juste titre) la tiédeur des réactions. </blockquote> Quand un mandataire ou un politicien de la N-VA le fait, oui. Parce que c'est un politicien et un professionnel. Ce n'est pas le cas de Zakia B. J'ai déjà, sur ce blog, eu des discussions avec des gens de la N-VA et même du Vlaams Belang, ou encore (ex-)Nation et je n'ai jamais pondu d'article sur l'un d'eux. <blockquote>Mais quand on s’émeut d’une « blague » regrettant que le génocide n’ait pas été plus efficace, ce serait de l’hystérie ?</blockquote> L'hystérie est double. L'engouement pour la première photo était hystérique aussi, et sa traduction dans la presse trop rapide, parce qu'on n'a pas pris la peine de tenter d'en savoir plus sur la jeune fille. Ensuite, utiliser un citoyen sans responsabilité comme archétype de l'antisémite et le/la lyncher médiatiquement est hystérique. <blockquote>Et que ce dérapage serait en filigrane moins répréhensible en raison d’un contexte d’un conflit qui se passe à 3.000 km de là ? </blockquote> Il n'y a pas de dérapage parce que la personne visée n'est pas sortie de sa trajectoire (ex. carricaturiste démocrate et antiraciste ; politicien allant à l'encontre de la séparation des pouvoirs, etc.), le twit fait partie de sa trajectoire. Sans le "selfie", personne n'en aurait jamais rien su parce qu'il se serait fondu dans la masse. Par ailleurs, le contexte du conflit participe de l'antisémitisme arabe même s'il n'en est pas la seule cause et même si cela n'excuse rien, cela explique. Cf l'article suivant pour mieux comprendre mon point de vue. <blockquote>En bref, « les antisémites avaient leurs raisons », pour paraphraser un ministre ?</blockquote> Non, il n'y a pas de raison acceptable de faire de l'antisémitisme. Ce n'est absolument pas ce que j'ai écrit. <blockquote>Mais voilà, j’ai vraiment du mal à plaindre quiconque tient de tels propos, qui plus est publiquement, même si elle n’a pas cherché le degré d’attention dont elle est aujourd’hui l’objet.</blockquote> Ce ne sont pas "des propos" tenus mais des réflexions balancées sur les réseaux sociaux. Ce n'était pas très public dans son cas à l'époque, elle avait probablement à peine quelques dizaines de followers.
      • Xavier VA
        mai 25, 10:25 Reply
        Vous jouez sur les mots. Au sens strict ce n'est effectivement pas un dérapage, mais cette discussion lexicologique est très éloignée du problème de base. Et Twitter est bien un espace public où tout un chacun pour rechercher vos tweets sans avoir besoin d'être "ami" avec vous. Je refuse catégoriquement de dire que le conflit israélo-palestinien explique l'antisémitisme. Parce que ça revient à dire que même si on n'excuse pas les antisémites, ils ont leurs raisons. Et ça n'enlève rien à mon soutient pour la création d'un véritable Etat palestinien et à mon indignation face à certaines politiques d'Israël comme la colonisation. Comme quoi il est possible de soutenir une cause sans tomber dans l'insulte infâme à l'encontre de ceux que l'on perçoit (souvent à tort et par amalgame, qui plus est) comme étant dans le camp adverse.
        • marcel
          mai 25, 13:22 Reply
          1. Bien sûr que Twitter est un espace « public » (pour autant qu'on ne mette pas son compte en « privé ». Mais ça ne fait pas de Zakia B une personne publique. 2. Je ne dis pas que le conflit « explique » l'antisémitisme. Mais qu'il peut expliquer sa diffusion « facile » auprès (mais pas que) de musulmans et/ou d'Arabes, tout comme les attentats palestiniens expliquent la diffusion facile d'arabophobie auprès (mais pas que) de Juifs. Si vous réfutez cette théorie (que je tiens pour certaine) il faudra m'expliquer pourquoi la germanophobie a fait un pic pendant la guerre de 14-18 et la japonophobie, aux USA, pendant celle de 39-45. Eh oui, les conflits énervent.
          • Xavier VA
            mai 25, 18:12
            Vous prétendez sérieusement comparer les effets sur l'intolérance d'une guerre dans laquelle votre pays est directement impliqué (dans vos exemples de japanophobie et germanophobie), et ceux d'un conflit qui a lieu à 3000 kilomètres de chez vous ? Dans le premier cas, les gens souffraient d'une invasion (allemande) ou étaient en permanence soumis à une propagande officielle (anti-japonaise aux USA). Dans l'autre, le rejet global des juifs ou des muslmans n'est déclenché que par une vague affiliation culturelle/religieuse pour l'un des camps et surtout beaucoup de stupidité.
          • marcel
            mai 26, 00:37
            Je vous accorde qu'il y a la distance, et c'est je pense le sujet de mon article suivant que je vous invite à lire.
  3. Jo Kotek
    mai 25, 11:45 Reply
    Comme quoi l'antisémitisme c'est bien quand c'est dit en petit comité ou gardé secret. Ouf ! On est rassuré. Merci Marcel Sel...
    • marcel
      mai 25, 13:27 Reply
      Ah. J'ai écrit ça où, Jo ? Sinon, peut-être que vous devriez lire l'article suivant, celui-ci n'est qu'un encart factuel.
  4. u'tz
    mai 26, 06:35 Reply
    Les blagues juives c'est de l'arabe-strait praticalmant correct que pour les sionistes... faut être un liebermann pour en comprendre la délicatesse

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.