Zakia B, d’icône de la paix à génocidaire en 2 jours. Mais elle n’est pas le vrai sujet.

zb8

Le selfie originel, qui n’a pas buzzé comme les clichés d’un photographe professionnel.

C’est l’histoire d’une icône express, instituée héroïne de la paix en quelques heures sur ces réseaux sociaux qui fabriquent des Mahatma Gandhi à bon marché. C’est aussi l’histoire d’une jeune fille qui a un jour envoyé un twit antisémite. Et sa déchéance fut aussi rapide que sa gloire. À l’arrivée, on imagine Zakia B soufflée. Le mot-clé associé à son nom est devenu une tendance sur les comptes Twitter d’extrême droite et chez certains défenseurs d’Israël. Est-ce juste ? Un seul twit peut-il justifier qu’un citoyen lambda se retrouve, même temporairement, au même rang d’infamie qu’un Faurisson ? Peut-on lui coller la charge d’une opinion si largement répandue dans la société et en particulier chez les jeunes Arabes ? Et si non, que faire de cette affaire bien encombrante ?

Autre point de vue : est-il normal que les médias — qui ont largement contribué à glorifier Zakia B — répercutent les buzz des réseaux sociaux, créant des héros planétaires sans amplitude et sans passé, sans vérifier au préalable à qui ils ont affaire ? Surtout si c’est pour les envoyer pourrir dès le lendemain dans l’oubli, ou pire, dans les poubelles du réseau, avec la marque d’infamie « antisémite » collée au front…

À lire : Zakia, chronologie d’une double hystérie.

Quand le réseau s’enflamme, la presse se presse.
Montée très haut sans l’avoir voulu (ce sont les clichés d’un photographe de presse qui ont buzzé, pas son selfie), Zakia B s’est brûlé les ailes à un vieux twit pour s‘écraser, petite Icare des temps modernes, dans les tréfonds qu’elle n’attendait pas : ceux où l’on abandonne les pires antisémites, de Dieudonné à Jean-Marie Le Pen. La voilà même accusée dans une certaine presse d’être « génocidaire » !

Pourtant, il n’y a pas de commune mesure entre une jeune femme qui, en 2012, sort une blague raciste (deux autres accès d’antisémitisme ont été publiés, hors contexte, et sans référence à la Shoah) liée à la guerre de Gaza et des politiciens qui lancent au quotidien les amalgames les plus affreux. En Israël même, des déclarations hystériques comme l’accès de folie quasi génocidaire de la ministre de la… Justice Ayelet Shaked (« [Les mères des martyrs] devraient suivre leurs fils [dans la mort…] Elles devraient disparaître, tout comme les foyers dans lesquels elles ont élevé les serpents. ») alimentent cet « antisionisme »jusque dans nos campagnes, sans déranger beaucoup certains partisans de Netanyahou.

Quand le parti d’un négationniste fait la leçon à une néga-sionniste.
Si Zakia B se retrouve aujourd’hui dans le même bain que ces haineux professionnels, c’est uniquement de par le potentiel émotionnel et la puissance des réseaux sociaux. On ne peut évidemment pas hausser les épaules devant un twit antisémite, quel qu’en soit l’auteur. Mais il faut maintenir de justes proportions : les membres du Vlaams Belang présents à la manif sont, eux, des racistes professionnels bien que plus prudents.

zb4

Le 19 mai, le porte-parole du Vlaams Belang Sam van Rooy met la presse sur le piste du twit antisémite de Zakia B.

Car il ne faudrait pas que le triomphe facile du Vlaams Belang (qui a largement diffusé le twit) dans l’affaire Zakia B nous fasse oublier que Roeland Raes, ex-vice-président et sénateur (payé par les deniers publics, donc) du Belang a été condamné pour avoir nié l’existence des chambres à gaz ! Dix ans après, suite à sa condamnation définitive pour négationnisme, le Vlaams Belang décidait de le garder. Entre-temps, des têtes pensantes du parti, dont un ex-président (Frank Vanhecke en l’occurrence), avaient affirmé à la télévision flamande que ce délit n’était en fait qu’une « opinion ». Logique, l’antisémitisme est dans l’ADN du parti. Son propre fondateur, Karel Dillen, qui fut président d’honneur jusqu’à sa mort en 2007, n’était autre que le traducteur néerlandophone du « premier négationniste » français, Maurice Bardèche, son ami.

zb5

Le même jour, le même Sam van Rooy reprend un twit raciste (islamophobe) du Vlaams Belang… : « Déculturation et islamisation à Anvers : Mohammed prénom le plus populaire pour nouveaux-nés »

Antisémitisme privé contre racisme public.
Zakia B n’est pas une personne publique, elle n’a pas de formation en communication, elle n’est pas une militante de l’antisémitisme, elle n’a jamais été sénateur, elle est juste connue pour avoir fait le clown et auparavant, pour avoir publié une blague affreuse et deux commentaires judéophobes. Il serait injuste et  improductif de lui faire porter seule une culpabilité largement partagée dans notre pays, et pas que chez des Arabes ou des musulmans.

On ne peut donc admettre ni le silence, ni le fait que beaucoup s’excitent sur la jeune fille, à défaut de plus gros poisson, la clouant au pilori à peu de frais. Le problème de fond est un million de fois plus important et ne se résoudra pas par un énième lynchage médiatique. On ne sait pas si Zakia B était sincère quand elle a écrit vendredi qu’elle n’avait rien contre les Juifs et on ne le saura peut-être jamais. Mais dans un pays où on accepte les excuses (non détaillées) d’un ministre comme Theo Francken (qui avait douté sur Facebook de la valeur ajoutée des immigrants africains), d’un Bart De Wever (qui avait comparé Israël et l’Allemagne nazie) ou qu’on n’en exige même pas du commissaire européen Karel De Gucht (« les Juifs ont la conviction d’avoir toujours raison »), on ne peut que prendre acte des explications de la simple citoyenne Zakia B et l’inciter à réfléchir sérieusement à l’incohérence dont elle a fait preuve, prônant la paix un jour, agissant au contraire un autre.

À son crédit, elle a, en guise de preuve de bonne volonté, diffusé la vidéo d’un juif orthodoxe et d’un musulman qui se promènent ensemble à New York, recueillant des félicitations des deux « communautés » et vantant la tolérance. Une passionaria de l’antisémitisme ne l’aurait pas fait. Alors, on espère qu’elle a compris sa faute. Et on clôt cette partie du dossier : qu’elle retourne dans l’anonymat dont elle n’aurait jamais dû sortir !

Élargir le débat de 4.000 km.
Car au final, il ne s’agit pas d’elle. La question fondamentale que son cas nous pose est : comment expliquer à toute sa génération qu’elle doit faire l’effort de distinguer l’État (Israël), le projet (le sionisme — avec ses innombrables définitions), la politique cruelle ou criminelle (l’occupation de la Cisjordanie, la Nakbah), et le droit des Israéliens au respect et à la paix ?

Comment leur faire dépasser la simple logique d’opposition entre le très gentil et le très méchant ? Comment les atteindre pour leur montrer, par exemple, la proportion importante d’Israéliens qui ne soutiennent pas l’occupation ? Comment leur faire prendre conscience du désarroi de citoyens israéliens qui ne voient plus d’autre solution que les propositions les plus dures prônées par leurs dirigeants, après des décennies de guerre et de guérilla, des dizaines d’attentats, des centaines de roquettes lancées sur des villages « juifs » et la récente avalanche de crimes au couteau, souvent contre des civils ?

Comment leur expliquer que si leur mère était israélienne, elle réagirait probablement comme les mères israéliennes ? Et bien entendu, comment mettre tout autant les jeunes « sionistes » belges à la place des Palestiniens de Gaza ou de Ramallah, eux qui sont assommés de simplismes savamment distillés au quotidien par le pouvoir israélien, et qui en refusent tout dialogue ? Comment court-circuiter leurs aînés qui les encouragent souvent à prendre parti pour l’un ou l’autre camp, aveuglément, et radicalement ?

Comment revenir à un débat raisonnable, sans violence et sans préjugés — le seul type de débat tolérable à 4.000 km du conflit ? Si le tous ensemble intéresse réellement Zakia B, ou son alter ego juif belge défenseur invétéré du sionisme likoudien, ainsi que toute les autres jeunes de leur génération, ils doivent accepter de recadrer leurs points de vue et commencer par rejeter leurs excès de langage. En privé comme en public.

Mais pour ça, il faut organiser leur rencontre. Le défi est posé aux ministres de l’Éducation, aux enseignants, aux animateurs, aux imams, aux rabbins, aux parents, aux polémistes, aux penseurs, aux intellectuels, aux médias.

Si la condamnation d’un commentaire antisémite est indispensable, il est contre-productif de rester calé sur un mode vindicatif. La société doit ensuite tout mettre en œuvre pour apprendre aux jeunes à refuser l’agression et à s’engager dans le débat. Elle doit parvenir à faire prendre conscience de la colossale complexité de la question israélo-palestinienne en combattant le manichéisme, en se débarrassant des gangues patriotiques des deux propagandes israéliennes et palestiniennes qui pourrissent les relations entre jeunes belges. C’est urgent.

Au lieu de ça, il règne aujourd’hui un immense silence, on a déjà réduit l’affaire au cas de Zakia B, et on ne veut plus en parler. Il faut dire que dès qu’on écrit Israël ou Palestine sur Facebook ou Twitter, les commentaires qui tombent ensuite en avalanche feraient passer un ring de full-contact pour le Lac des Cygnes.

L’enjeu de l’échec
Faire d’une jeune fille le symbole de la haine antisioniste ne sert à rien en soi. En revanche, nous devons partir du constat établi pour tenter d’universaliser le propos, pour pacifier notre société multiculturelle et multiconflictuelle. Il ne faut pas ostraciser outre mesure les Zakia B, ce qu’il faut d’abord, c’est leur parler !

Car un twit ignominieux ici ou là n’est que le sommet d’un iceberg bien plus nocif. C’est dans les écoles, au contact des communautés, dans la rue, que la rancœur sort ses pires effets, quand des élèves doivent quitter un établissement parce que leur judéité leur vaut des harcèlements inacceptables, qu’un commerçant voit sa vitrine taguée ou détruite, qu’un rabbin se prend des pierres sur la tête, ou des crachats. Il en va de même quand un-e élève est harcelé-e parce que sa couleur de peau ou sa religion est peu répandue dans une école, ou parce qu’il ou elle parle une langue autre, quand on menace des mosquées, quand on s’attaque à une femme parce que voilée.

Et ce travail, nous devons le faire ensemble. 

Ensemble signifie que nous devons accepter un débat ouvert. Et admettre que défendre verbalement même Ayelet Shaked ou Khaled Mechaal (Hamas) n’est pas un crime mais une opinion. Radicale, certes, mais pas plus épouvantable que ne l’est la défense pourtant facilement tolérée ici d’un Bachar El-Assad, d’un Raoul Castro ou de la junte chinoise. Un débat ne peut avancer s’il commence sur des interdits. Parce qu’on ne fait pas la paix avec ceux qui pensent comme nous, mais avec ceux qui ont une opinion opposée.

Le débat, l’ouverture, l’éducation sont le préalable à toute pacification. Et ce que révèle cette affaire, c’est qu’on en a un urgent besoin. Et qu’on est très loin du compte.


À propos de compte, si cet article et le précédent vous ont intéressé-e, n’hésitez pas à me permettre d’en écrire plus en contribuant à partir de 2€.


Previous Contexte : Zakia B, chronologie d'une double hystérie.
Next Ah, ça ira ! La CGSP prône le coup d’État.

You might also like

61 Comments

  1. Burton
    mai 24, 14:09 Reply
    "Radicale, certes, mais pas plus épouvantable que ne l’est la défense pourtant facilement tolérée ici d’un Bachar El-Assad, ..." (je te cite) Et je te laisse le soin d'apprécier ceci: http://www.lemondejuif.info/2016/05/palme-dor-de-la-haine-disrael-le-festival-de-cannes-recompense-lanti-israelien-ken-loach/ ou Tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à Israël devraient «être décapités à la hache», a déclaré Avigdor Lieberman (libération du 10 mars 2015) - probable futur ministre de la défense d'Israël. Juste pour rappel. La démocratie est réelle (même si pas complètement aboutie) en Israël, cela n'en fait pas pour autant un Etat respectable. Il n'est pas facile - nécessaire mais pas facile - de déconnecter la critique radicale de la politique Israélienne, en ce compris via un appel au boycott, de toute connivence explicite ou non avec l'antisémitisme (réel ou régurgité par les mots): cela demande une attention extrême aux mots et à leur articulation.
    • astérix
      juin 11, 14:52 Reply
      Liberman n'est pas extrémiste, il est populiste et démagogue. Les gens ne comprennent pas que son parti est avant tout un parti sectaire càd un parti s'adressant à une secteur de la population à savoir les juifs issus de l'ex URSS. Sa nomination est scandale mais certainement pas à cause de son soi disant extrémisme (c'est quelqu'un de pragmatique) mais à cause de son inexpérience militaire. L'ancien ministre de la défense est un ex chef d'état major alors que Liberman n'a pratiquement aucun passé militaire. Il est aberrant de choisir quelqu'un d'aussi inexperimenté pour un poste aussi sensible. Cela montre que le critique pour être ministre en Israel est un critère politique et non pas de compétence. Liberman ne croit pas dans ses propos, la preuve c'est la facilité avec laquelle il est capable de dire tout et son contraire. Il lui est arrivé de tenir des propos centristes (je pense à son plan de paix qui avait recu les félicitations de la gauche et des USA) quand il avait comme objectif d'avoir le premier parti d'Israel puis de tenir des propos extrémistes quand en raison de scandales (de corruption), il a été obligé de se rabattre sur son électorat traditionnel (les juifs de l'ex URSS). Les russes ont une vision extrêmement simpliste du monde. Liberman est corrompu et sa place est en prison. Rien ne me ferait plus plaisir que de le voir arrêter. Liberman est présenté comme un ultranationaliste israélien alors que l'on peut justement se poser des questions sur sa fidélité à Israel par rapport à la Russie. Mêmes les russes le considèrent comme l'un des leurs. Le fait que Netaynahou ait nommé Liberman à la défense montre à quel point Netaynahou est obsédé par une seule chose: rester premier ministre. Il n'hésite pas à nuire à Israel pour servir ses propres intérêts. Le foyer juif est bien plus extrémiste que le parti de Liberman. Les partis ultra ortodoxes sont des partis modérés économiquement et pour ce qui est de la paix avec les palestiniens mais extrémistes sur le plan religieux et de la morale. Certains refusent de serrer les mains des femmes. Personne ne croit une seconde qu'ils font arrivés à imposer leurs idées arriérés au reste d'Israel. Pourtant, l'extrémisme des partis ultra orthodoxes ne gêne personne. On pourrait aussi parler de la liste arabe unie. Aujourd'hui, à la Knesset, il n'y a que ce parti qui soutient et justifie le terrorisme. A contrario, Bennett, président du foyer juif condamne le terrorisme juif. Alors, je trouve pas très logique de considérer Bennett comme un extrémiste et dans le même temps, acclamer Ayman Odeh comme le font les européens. Israel n'est pas parfait c'est certain. Le problème c'est que la plupart des critiques sont injustes et sont fait à cause de l'ignorance des gens. Un parfait exemple, l'UE s'inquiète de la possible réforme de la cour suprême israélienne où le gouvernement aurait un plus grand contrôle de nomination des juges (actuellement, les nominations pour la cour suprême israélienne ce sont par un système d'auto nomination ce qui est unique à Israel). Alors que la réforme proposée ne ferait que copier ce que font la plupart des pays européens (sans que l'UE trouve à redire). Je ne parle même pas que les médias occidentaux pour donner le nombre de victimes lors des opérations israéliennes se basent sur des chiffres venant d'ONG...liés au Hamas (et dont les chiffres ne sont pas crédibles). Après chaque opération israélienne, on se rends compte que des gens présentés comme des civils tués par les médias étaient en réalité des combattants du hamas. Des hauts gradés de pays de l'OTAN ont reconnu que les règles d'engagement de l'armée israélienne étaient bien plus strictes que celles utilisés par les armées de l'OTAN. D'ailleurs, certaines tactiques pour éviter les dommages collatéraux développés par Israel (envoyer des SMS aux civils prévenant les bombardements,...) ont été copiés par les pays membres de l'OTAN. Et après, les médias osent reprocher à Israel de faire trop de dommaes collatéraux (Israel n'est pas responsable si le hamas emploie des boucliers humains et si les palestiniens veulent mourir en martyrs). D'ailleurs, je trouve intéressant de voir que les opérations israéliennes sont les seuls conflits au monde où on ne voit jamais les combattants palestiniens. Les médias ne montrent que les civils palestiniens jamais les combattants du Hamas. Dans tous les autres conflits, les médias montrent les différents bélligérants. Quand il y a une attaque terroriste, les médias parlent tjs de palestiniens tués et non pas terroristes tués. La partialité des médias occidentaux est évidente. Après, il faut pas s'étonner que des gens tuent des juifs. Je le dis clairement: les médias occidentaux par leur partialité ont une grande part de responsable dans les actes anti juifs. Au fait quand un responsable israélien fait une déclaration extrémiste, tous les médias en parlent mais ils se taisent lorsque les responsables palestiniens font des déclarations extrémistes. Pourtant, très régulièrement, les responsables palestiniens de factions modérés (Fatah,...) font des déclarations extrémistes (apologie du martyr et du terrorisme, appel au meurtre des juifs (et non pas des israéliens,...). Oui, il y a des extrémistes en Israel (Foyer juif) mais ils sont bien moins extrémistes que les modérés palestiniens.
    • astérix
      juin 11, 15:26 Reply
      Boycotter Israel est absurde. BDS et al veulent boycotter les artistes israéliens qui sont très majoritairement de gauche et pacifistes. Même chose pour les universités (les universitaires israéliens sont en général à gauche et pacifiste). D'ailleurs, le boycott d'israel nuit surtout aux arabes. Vous croyez que vraiment que les ouvriers agricoles, les ouvriers dans les usines israéliennes en Cisjordanie,......sont des juifs israéliens ? Non, en général, il s'agit de palestiniens ou d'arabes israéliens. Donc, le boycott d'Israel nuit surtout aux palestiniens et aux arabes israéliens. L'économie palestinienne dépent clairement de l'économie israélienne (mais l'inverse n'est pas vrai). Bizarrement, le high tech, secteur important d'exportation n'est pas boycotté alors qu'il est pourtant fait par des juifs israéliens. Et oui, Israel est en pointe dans le secteur des nouvelles technologies. Pourtant, les boycotteurs d'israel ne veulent jamais boycotter cela. L'une des spécialités d'israel est les hautes technologies médicales. J'attends avec impatience le jour où les boycotteurs d'Israel refuseront des vaccins parce qu'ils ont été faits en Israel. Les boycotteurs d'Israel boycottent Israel que quand cela les arrange et que cela leurs n'est pas nuisible. Boycotter Israel pour des produits agricoles c'est très facile mais boycotter Israel pour sa technologie c'est bcp moins facile. Comment peut justifier le boycott d'israel alors que des tas de pays sont bien pires qu'Israel en matière de droits de l'homme ? On fait clairement un deux poids deux mesures dès que cela concerne Israel. Il y a un acharnement contre Israel. La Turquie (chypre nord), le Maroc (Sahara Occidental), la Chine (Tibet,..),....font une colonisation. Tout le monde s'en fout. Boycotter Israel ne fait que renforcer l'extrême droite israélienne (qui tient un discours victimiste à savoir que tout le monde nous déteste quoi que l'on fasse). Surtout quand on voit que ce sont soit les gens de gauche israéliens (monde académique, culturelle,..) soit les palestiniens et arabes israéliens (boycott économique) qui subissent le boycott. Aujourd'hui, les "antisionistes" (antisémites) traitent Israel comme les juifs ont été traités pendant lontemps par les antisémites.
  2. Capiaux Alain
    mai 24, 14:46 Reply
    En somme quand le PP se fait traiter d'extrême-droite et de parti facsiste sans que rien ne puisse le prouver, tout comme pour le candidat malheureux pour la présidence de la république autrichienne cela t'inspire quoi?
    • marcel
      mai 24, 16:07 Reply
      Le FPÖ fait partie du groupe parlementaire européen du Vlaams Belang, de la Lega Nord, du PVV (Geert Wilders), du Front national et de l'AfD notamment. On choisit ses partenaires. Ces choix sont clairs. Quand le PP se fait « traiter » d'extrême droite, c'est soit qu'il a une rhétorique d'extrême droite, soit qu'il prend l'un de ces partis pour exemple. On récolte ce qu'on sème, Capiaux.
      • Jester
        mai 26, 12:30 Reply
        Donc, Marcel, les anathèmes jetés par une certaine gauche sur les "racistes" et "islamophobes" prouvent ledit racisme et ladite phobie?
    • Cédric Lemaire
      mai 25, 11:35 Reply
      Sauf que le PP est un parti d’extrême droite, il suffit de lire les articles du Peuple pour le comprendre. D'ailleurs, il est très indicatifs de comparer le discoure sur Viktor Orban et sur Erdogan. Les deux dirigeants sont globalement idéologiquement les mêmes. La plus belle preuve de cela, ce sont les bonne relations entre le FIDEZ et l'AKP. Or le discoure du PP sur els deux personnages propose une louange d'Orban et une diatribe d'Erdogan. La seule différence manifeste entre els deux ce que le premier se revendique du "Christianisme" et l'autre de "l'Islam". Comment ne pas y voir un comportement strictement islamophobe de la part du PP....
  3. Arnaud de la Croix
    mai 24, 15:15 Reply
    Pourquoi admettre une haine à géométrie variable : il est interdit de haïr les musulmans mais toléré de haïr les juifs ? Au prétexte des exactions que commet l'Etat d'Israël, on peut excuser ou du moins comprendre un "dérapage" - qui pourtant parle des "juifs" et d'Hitler, et non d'Israël - mais pas l'islamophobie - pourtant l'EI est bien un Etat... heu, islamique (que noooon, sans doute) ?
    • marcel
      mai 24, 16:14 Reply
      Où ai-je écrit une chose pareille ? Il est interdit de haïr, point. Je crois que mon article est assez clair. Quant au rapport entre Israël, les Juifs et Hitler, le lien me semble non seulement immédiat, mais en plus revendiqué encore et encore par Israël même. Par ailleurs, je n'ai rien excusé, j'ai pris acte d'une explication.
      • Wallimero
        mai 24, 21:46 Reply
        @ Marcel, ah oui, il est interdit de haïr, mais à part ça il faut dégoûter le francophone du MR. C'est vraiment ridicule. Joli Marcel, vraiment joli. VV
        • marcel
          mai 25, 00:57 Reply
          Il n'y a aucune interdiction à critiquer voire à haïr un parti politique ou une idéologie. C'est même le fondement de la politique. En revanche, il est interdit (et c'est sage) d'exprimer une haine ou plutôt d'inciter à la haine envers des personnes pour cause de religion, prétendue race, origine, etc. Pour moi, on peut ajouter la langue. Je n'ai rien non plus contre les communistes, les nationalistes et les fascistes — je veux dire, ceux qui votent pour ces partis. Je ne m'attaque qu'aux responsables politiques et aux mandataires, et j'explique pourquoi. Visiblement, les Francophones n'ont pas besoin de moi pour être dégoûtés du MR, je n'ai pas une influence suffisante pour lui faire perdre 1/5e de ses intentions de vote en un an.
  4. Arnaud de la Croix
    mai 24, 16:21 Reply
    Eh bien, me voilà rassuré ! Ceci dit, je ne suis pas certain que les Juifs antisionistes - eh oui, il semble qu'il en existe - soient convaincus par le fait qu'Israël se revendiquant comme Etat des Juifs permette d'expliquer les dérapages antisémites... (expliquer n'étant pas excuser, j'en ai pris bonne note). Sans doute, l'EI se revendiquant comme le califat permet-il dès lors d'expliquer - ce qui ne revient pas à excuser - les dérapages islamophobes ?
    • marcel
      mai 24, 16:53 Reply
      En effet, la confusion entre EI et islam permet de comprendre certains dérapages, notamment la peur de beaucoup de gens. Et ça n'excuse pas non plus les dérapages.
    • u'tz
      mai 29, 13:15 Reply
      Plus rassurant encore Arnaud, sur ce blog l'islamophobie «érudite», ou l'homophobie «protection-de-l'enfance»à plus droit de cité que l'antisionisme...
    • astérix
      juin 11, 15:05 Reply
      les juifs antisionistes sont antisémites. Les juifs antisionistes ce sont des gens d'extrême gauche. Or, les juifs d'extrême gauche ont une longue tradition d'antisémitisme depuis le 19 siècle. L'extrême gauche a une haine de soi. Et c'est encore plus vrai pour les juifs d'extrême gauche. Déjà, il faut comprendre qu'ils sont en général athées et ne se considèrent souvent pas comme des juifs (sauf lorsqu'il s'agit de justifier leur antisionisme et de prouver qu'ils sont pas antisémites). Bcp d'entre eux ne connaissent strictement rien au judaisme. Par exemple, j'en ai déjà entendu un expliquer que la kippa était un signe d'allégeance à Israel (alors que c'est un signe de soumission à Dieu), un autre dire que dans les synagogues, on ne lisait que le Talmud et pas la Torah (c'est totalement faux et cela montre qu'il a jamais été dans une synagogue),.... Etre antisionisme c'est vouloir détruire Israel. L'antisionisme est clairement de l'antisémitisme. Critiquer Israel n'est pas du tout antisémite (malheureusement, certains utilisent trop l'excuse de l'antisémitisme) mais nier à Israel le droit d'exister c'est de l'antisémitisme. A part, les juifs d'extrême gauche, il n'y a pas d'autres juifs se revendiquant comme étant antisionistes. A part, une petite secte ultra orthodoxe qui se dit antisioniste. Ceux là sont dans le délire le plus total justifiant l'antisionisme par des raisons religieuses. Ils sont très minoritaires au sein des ultra orthodoxes. D'ailleurs, à ce sujet,il a été prouvé qu'à New York, des anti israéliens se sont déguisés en ultra orthodoxes pour manifester contre Israel.
  5. Wallon
    mai 24, 17:35 Reply
    Voilà bien, Monsieur Sel, le style à la mode actuellement. L'étiquette "Islam" et le port de l'uniforme adéquat permet tout même l'innommable. Vous devriez discuter le coup avec Sarkozy et sa "Méditerranée, notre banlieue ".
  6. Capucine
    mai 24, 17:35 Reply
    Ce qui m'énerve c'est que Philippe de l'hiver va avoir sa sale g...partout grâce à elle.
  7. u'tz
    mai 24, 20:24 Reply
    "La question fondamentale que son cas nous pose est : comment expliquer à toute sa génération qu’elle doit faire l’effort de distinguer l’État (Israël), le projet (le sionisme — avec ses innombrables définitions), la politique cruelle ou criminelle (l’occupation de la Cisjordanie, la Nakbah), et le droit des Israéliens au respect et à la paix ?" c'est fou ce qu'une petite hutu NL voilée doit s'encaisser des tutsionistes dans un monde où dire Etat juif pour israël c'est antisémite,
  8. "anti-semitisme ... PRIVEE ????"... c'est quoi ça ??? Et de plus "Zakia B n’est pas une personne publique, elle n’a pas de formation en communication, elle n’est pas une militante de l’antisémitisme"... Ah, depuis quand est-ce que des messages public sur Internet seraient-ils "privée" et donc, selon Sel acceptable ? Depuis quand est-ce que des messages racistes (donc interdits) seraient-ils admis ? Comment savez-vous qu'elle n'est pas une militante de l'anti-semitisme? Vous la connaissez tellement bien ? Van Temmsche n'était une personne publique non plus, il n'était un militant non plus. Dommage que vous avalez les comportements dégoûtants de cette demoiselle. Déplorer qu'Hitler ne tuaient pas plus de juifs .... BAH !!!!
    • marcel
      mai 25, 00:51 Reply
      Vous comparez une jeune femme dont on connaît trois commentaire antisémites à un assassin. Je crois que ça dit à peu près tout. Par ailleurs, elle n'a pas déploré qu'Hitler n'ait pas tué plus de juifs. Elle a repris une très sale blague venue de l'extrême droite qui dit que si Hitler n'a pas tué tous les Juifs, c'est pour qu'on comprenne pourquoi il a voulu tous les tuer (de par leurs actes ou attitudes). Il y a des chances pour qu'on l'ait racontée au moins une fois au Leeuw van Vlaanderen (De Beest).
      • On a - en effet - déjà découvert plusieurs déclarations publique de cette femme . Une récidiviste donc, une raciste pur sang. Je cite "fucking joden. Ik heb zo'n haat tegen hen".... de plus ""Fuck de jodentaal" et "Hitler didn't kill all the jews. He left some. So we know why he was killing them". A l'age de 18 -19 ans, on est adulte. On peut vôter. On est responsable de ses actes. De plus, elle n'a pas réservée ses actes illegales dans sa vie privée. Elle les a démonstrés au monde entier. Moi, je suis contre chaque acte racisme. Vous avez le droit d'être "sélective". Laissez-moi vous apprendre un proverbe Flamad "jong geleerd is oud gedaan". Le selfie qu'elle a fait avec les gens du Vlaams Blok ; une collection de raciste, tous les mêmes.... C'est por ça qu'elle semble tellement heureuse ...
        • marcel
          mai 26, 00:36 Reply
          Elle n'exerce aucune responsabilité, je le répète. Ce n'est pas la même responsabilité qu'un politicien.
          • Jester
            mai 26, 12:33
            Au contraire, c'est exactement la même. La loi ne fait aucune différence en fonction de la "profession" de l'incitant à la haine.
          • MUC
            mai 31, 09:26
            Chaque adulte est responsible pour ses actes criminels. Racisme is strafbaar. Ze kan vervolgd worden.
        • u'tz
          mai 29, 13:28 Reply
          @MUC La zakia bien intégrée en flandre bien imbourgée même, quasi assimilée s'il n'y avait ce voile de beguine flamande à contre sens catho, cette flamande donc a sans doute compris que ce qui est «vlaams» au blog, pardon au belang (très belang même) c'est le racisme.
          • MUC
            mai 31, 09:24
            U'tz, Zakia est une Hollandaise, elle vit aux Pays-Bas, n'a jamais vécu en Flandre. Elle visitait la bourse à Anvers, ... donc votre "La zakia bien intégrée en flandre bien imbourgée même, quasi assimilée s'il n'y avait ce voile de beguine flamande à contre sens catho, cette flamande donc ..." est complètement "naast de pot" (stupide)
  9. alain capiaux
    mai 24, 21:25 Reply
    Marcel, comme d'habitude je ne saurai pas en quoi (le programme, déclaration de cadres ou du président, de moi même) on nous dit que nous sommes d'extrême-droite? Jamais aucun exemple, juste des on dit.
  10. Salade
    mai 25, 10:09 Reply
    "Le débat ne peut avancer si..." Ce débat n'avance guère, il fallait s'en douter. Sujet suivant!
  11. moinsqueparfait'
    mai 25, 15:31 Reply
    Finalement, au "sud du pays", on fait grève et on est pauvre mais on est de bonne humeur. Au "nord et au centre du pays", on fait moins grève et on est moins pauvre (soi-disant) mais tout le monde se regarde en chiens de faïence car c'est la haat-kultuur à tous les étages. Vous voyez, c'est très simple à comprendre le Goudbesturisme©.
  12. Rivière
    mai 25, 19:50 Reply
    "...Mais pour ça, il faut organiser leur rencontre. Le défi est posé aux ministres de l’Éducation, aux enseignants, aux animateurs, aux imams, aux rabbins, aux parents, aux polémistes, aux penseurs, aux intellectuels, aux médias...." Bref : c'est foutu ! Avant, que tous ces gens se soient mis d'accord, plusieurs d'entre eux ne seront plus des élus ou plus en poste, seront pensionnés (si ça existe encore) ou parti au diable vauvert, malade ou simplement décédés et il faudra recommencer la ronde pour convaincre leurs remplaçants... Et quand on voit le talent que notre "glorieuse" espèce a pour pondre des accords qui ne règlent quasi rien et pour rechigner à les appliquer même quand il s'agit de problématiques qui ont déjà commencés à nous impacter (cf le changement climatique), on se dit que le monde des bisousnours est bien joli mais... Bah, c'est pas ici...
  13. Arnaud de la Croix
    mai 26, 08:32 Reply
    J'ai repensé à votre long commentaire sur cette affaire, tentant d' "expliquer" (ce qui ne revient donc pas à excuser) un tweet antisémite : je pense que le défaut votre réflexion pêche non par insincérité mais par cette volonté d'appeasment à tout prix dont elle fait montre. Je pense que l'antisémitisme n'a pas à être expliqué mais à être combattu (comme l'islamophobie, d'ailleurs) et qu'il est assez naïf de penser que l'on va pouvoir "convaincre" un(e) antisémite de renoncer à ses convictions. Il s'agit en effet d'une pensée de type magique ou sauvage, qui consiste à cristalliser le mal dans une partie de la population - pour les un(e)s ce sont les juifs, pour d'autres les francs-maçons, pour d'autres encore les musulmans, les homosexuels, les communistes, les Américains ou les reptiliens. C'est une faute contre l'esprit, partagée par nombre d'êtres humains : il faut la refuser, la combattre, mais - malheureusement - l'expliquer ne sert à rien sinon à se donner bonne conscience... "Ils avaient leurs raisons".
    • marcel
      mai 26, 12:51 Reply
      Arnaud, deux millénaires de lutte contre l'antisémitisme, et un petit siècle depuis sa résurgence violente en Europe et dans les pays arabes nous confrontent à un résultat qui s'étale sous nos yeux : il prospère au contraire. Peut-être qu'un autre approche, un chouïa plus subtile que de qualifier à peu près tout le monde d'antisémite, est souhaitable. Dans certains cas, seule la justice permet de le maîtriser (Dieudonné, par exemple). Mais quand un conflit externe pourrit clairement la situation, il faut peut-être faire un pas vers l'autre.
  14. Rudi
    mai 26, 09:51 Reply
    Il y a donc deux personnes qui prennent la défense de cette fille pour "les bonnes raisons", c'est Marcel Sel et celui qui en appelle à exterminer tous les Juifs d'Israël (la valise ou le cercueil), Abou Jahjah. Même combat?
    • marcel
      mai 26, 12:48 Reply
      Il y avait aussi (entre autres) deux personnes qui voulaient la fin d'Hitler : Churchill et Staline. Selon votre raisonnement, leur combat était donc identique. WTF.
      • Rudi
        mai 27, 07:47 Reply
        Elle, ni Sel ,ni Abou Jahjah parlait de la fin d'Hitler mais de défendre la phrase glorifiant Hitler. Et Sel qui se prend pour Staline maintenant...
  15. u'tz
    mai 26, 22:03 Reply
    franchement voir un selfie d'une petite foulardée déjantée avec dewinter ça doit juste n'exciter que les gens qui ont voté vb pour de noires raisons flamingantes débiles un jour dans leur vie...
  16. mélanippe
    mai 27, 10:32 Reply
    "sans AMPLITUDE et sans PASSE". Le résume du chaos de notre monde contemporain.
  17. mélanippe
    mai 27, 10:53 Reply
    http://www.astrologiequebec.ca/show.php?id=3952 Pour évoluer: respect du passé et des racines. Passer par la matière (le corps de la femme pour faire un enfant). Francophone: Uranus - Flamand Saturne.-Bruxelles: le lien, mais retour sur le mariage homosexuel (La LOI, la colonne vertébrale) et la GPA et la PMA (dont l'objectif final est de se passer de la mère pour procréer - des scientifiques planchent déjà sur le sujet. Uranus ou la dématérialisation (paranoïa).A MEDITER.
  18. mélanippe
    mai 27, 11:01 Reply
    Vous ne m'écoutez pas/ Donald Trump va s'en charger.
  19. mélanippe
    mai 27, 11:04 Reply
    Je me suis mal exprimée. Si vous ne m'écoutez pas, Donal Trump se chargera de vous faire passer la pilule,
  20. mélanippe
    mai 27, 11:54 Reply
    Pour comprendre le chaos contemporain: Ecole de Psychogénéalogie Clinique Anne Ancelin Schützenberger® Les blessure de 40-45 vont remonter à la surface. Je me penche actuellement sur la psycho-généalogie des enfants nés par PMA. Peut-être un jour lirez-vous mon nom.
  21. mélanippe
    mai 27, 12:39 Reply
    Le cas très connu et cité par Ann Ancelin Schützenberger (Aie mes Aïeux) : lors du génocide arménien perpétré par les Turcs en 1910, une petite fille voit sa mère et ses deux sœurs enlevées par les Turcs et décapitées sous ses yeux. Spectacle d’autant plus horrifiant, que les têtes avaient été ensuite, selon l’habitude des Turcs, mises chacune sur une pointe, bien en hauteur, comme des trophées ! Quel en a été la traduction professionnelle dans les générations futures ? Parmi ses quatre enfants, trois sont devenus coiffeurs (il fallait faire de belles têtes, programme de réparation bien transgénérationnel) ; parmi les arrière-petits-enfants : un est mort d’une congestion cérébrale, l’autre le cou rompu en escalade (montagne) !
  22. Hécate
    mai 27, 16:12 Reply
    Bonsoir Marre sel, j'ai pris la décision de changer mon pseudo Mélanippe par Hécate.
    • u'tz
      mai 29, 19:40 Reply
      merde alors freud va pisser dans son cercueil...
    • Lachmoneky
      mai 31, 09:25 Reply
      Oups... ce n'est pas vraiment un pseudo rayonnant de joie! ======= Sont-ce les ténèbres de l'ignorance qui nous ensevelissent peu à peu? ====== Heureusement, ma petite chatte noire s'appelle Lucie. De quoi la protéger de sombres présages "lachmoneky": c'est fou ce qu'un sourire, un rire, apporte comme bienfait!
  23. Salade
    mai 29, 17:33 Reply
    sujet suivant: http://www.lesoir.be/1223931/article/culture/medias-tele/2016-05-29/l-emission-jerome-colin-sur-premiere-s-arrete ENFIN!
  24. u'tz
    mai 29, 20:53 Reply
    en quoi l'anitsémitisme est un problème dans ce pays où le gvt collabo de DRwaTE (qui se cruche d'être decentre droit et fait ducarme à l'extrême droite flamande présentable parce que soi-disant pas raciste) que le fils à papa michel dégage avec son gvt de collabo(bo lorsqu'il prétend parler de conconconcertation et de conconconfiance des papapartenerfs autour de la tatable alors qu'ils zont tous tant d'argent tout noir dans la popoche grâce au taxchichift) ya plus débat, aujourd'hui il faut être idiot pour ne pas voir la domination historique et malhonnête NL dans le sous-investissement de tous les éléments fédéraux en territoire FR... et les MENSONGES de se gvt à 3/4 flamand, mais en NL mensonge ne veut pas dire "mensonge" si ça concerne les FR ya même plus d'Etat de drwa... le mensonge c'est toujours qqch de sérieux, c'est haram de rire de ça zakia!
  25. Hécate Mélanippe
    mai 30, 10:45 Reply
    Disons Hécate-Mélanippe, Hécate a trois corps. Elle regarde constamment dans trois directions (symbolisant le passé, le présent et le futur. Elle se tient aux cerrefours, attendant le consultant car c'est aux croisées des chemins, quand le jugement hésite sur la route à prendre, qu'il est le plus nécessaire de l'interroger. Quoi qu'on en croie, c'est une divinité bénéfique.
  26. Hécate Mélanippe
    mai 30, 10:46 Reply
    Oui, j'ai décidé comme Orphée de sortir des enfers et mon nom est visible sur le Vif.
  27. Hécate Mélanippe
    mai 30, 11:41 Reply
    Marcel, votre véritable nom n'apparaît nulle part. Peut-être serait-il temps d'accepter de vous dévoiler. Moi-même, j'ai longtemps préféré vivre dans l'ombre. Avec une mère d'une beauté ensorcelante qui eu de nombreux amants et un grand-père ou oncle (le mystère subsiste) homosexuels qui connut Cocteau (ma date d'anniversaire est le 11-12, c'est à dire le jour anniversaire de Jean Marais auquel mon père ressemblait), je n'ai pas pris le risque, étant psychologue d'affronter la méchanceté des médias qui ne perdent pas une occasion de vous descendre. Mais d'autres comme Françoise Hardy donnent l'exemple et osent affronter leur passé, somme toute difficile, mais combien enrichissant. Je sens être la ré-incarnation de ce grand-père homo (la seule fois que nous nous sommes parlé avec une tendre affection, c'est trois jours avant sa mort. Et ce grand-père malgré tout aime me dit: Michèle, bat toi contre le mariage homo, car le pervers est encapsulé dans sa relation fusionnelle avec sa mère et la Loi (le père) est son dernier rempart avant la régression psychotique.
  28. Hécate Mélanippe
    mai 30, 11:45 Reply
    J'essaye de revoir le film: Hécate (90 euros sur Amazone). Quand j'avais 25 ans, tout le monde disait que je ressemblais à Bernard Giraudeau au féminiin.
  29. Salade
    mai 30, 18:45 Reply
    Il se passe des choses graves (je devrais dire des choses grèves) dans ce pays dont vous ne dites rien Marcel
  30. Salade
    mai 31, 17:54 Reply
    "L'aptitude au travail!" Réformer, c'est une question de survie nous dit Charles Michel. Bonne idée : qu'on applique ça au gouvernement. Au sens militaire.
  31. Hécate Mélanippe
    juin 01, 11:05 Reply
    Pour l'émoticone, vous pouvez prendre la photo de Zazie dans le métro (je ne suis pas douée pour ce genre de détail technique))
  32. Hécate Mélanippe
    juin 01, 15:43 Reply
    Lachmoneky, Apprenez d'abord à voyager dans les profondeurs de votre nuit et vous y découvrirez la vraie lumière. Tous les artistes savent que la lumière est dans l'ombre.
  33. Hécate Mélanippe
    juin 01, 16:16 Reply
    Hécate de Pierre Jean Jouve, vu par Alexis Jenni Actualité - 30/07/2012 (432 mots) Quand j’avais une vingtaine d’années, je cherchais dans la littérature quelque chose qui me fasse l’effet de la musique. C’est-à-dire une gifle qui éblouisse, un choc qui m’emporte ailleurs sans rien comprendre, le coup bien net d’un club de golf, et moi petite balle je m’envolerais par-dessus le pré, tout à la joie de l’envol, sans penser au trou qui est au bout. On peut dire que j’avais foi dans la littérature parce que j’y cherchais ceci, qu’elle a du mal à procurer. Le choc littéraire n’est pas immédiat, car il faut lire ; la joie littéraire est plutôt intelligible et vient progressivement. Mais j’avais foi, et je cherchais la claque. Je la trouvais plusieurs fois, mais, la plus forte, ce fut Hécate de Pierre Jean Jouve. Dès les premières phrases j’y étais, et pourtant les circonstances étaient banales, dans le train, assis, sobre, et dès les premières phrases j’en tremblais. Une lumière traversait la page, elle venait de je ne sais où, elle m’éclairait par en dessous, comme si la nuit à tâtons dans un couloir j’avais ouvert une porte, et brusquement la lumière d’une chambre éclairée me sautait à la figure, me traversait. Une claque, dis-je, la lumière de la littérature jaillissait de chaque courbe de phrase, de chaque épisode énigmatique et hésitant de la vie de Catherine Crachat, qui ne peut pas vivre et qui trouve par l’éloignement et la règle le moyen de vivre davantage. Jouve est par ailleurs poète, et, comme souvent les romanciers poètes, Aragon, Ostende, il met une beauté dans la phrase qui apparaît aussitôt, alors qu’il faut une page entière, voire un chapitre de lecture, pour la voir apparaître dans la plupart des romans. En refermant le livre je fermais la porte de la chambre éclairée, j’éteignais la lumière mais j’en gardais le souvenir. Ce en quoi j’avais eu foi, j’en savais maintenant l’existence, et peut-être pourrais-je l’écrire. Pendant des années j’eus le projet de relire Hécate, mais je n’étais jamais assez prêt, assez ouvert, assez léger pour accueillir à nouveau une telle gifle de lumière. J’avais peur de ne pas m’envoler assez ; alors je n’osais pas. Quinze ans plus tard, ma foi devenant plus raisonnable, je relus tout Jouve avec un plaisir littéraire immense, mais qui ressemblait moins à celui que procure la musique. Peut-être est-ce une question d’âge, ou cela ne marche-t-il qu’une fois ; mais j’envie ceux qui ouvriront ce livre sans le connaître. Dans Hécate est enfermée une lumière très violente. Hécate, Pierre-Jean Jouve, éd. Gallimard, « L’Imaginaire »,
  34. astérix
    juin 11, 19:21 Reply
    La nakbah (à savoir que les juifs ont pratiqué un nettoyage ethnique). est un mensonge. Cela n'a pas existé. D'ailleurs, la preuve c'est qu'aujourd'hui, 20 % des israéliens sont arabes musulmans. Si israel avait fait un nettoyage ethnique quand elle avait été crée, il n'y aurait pas d'arabes israéliens aujourd'hui. Ce qui s'est passé c'est que les chefs arabes ont demandés aux arabes de partir car ils étaient sûr de pouvoir tuer tous les juifs en quelques jours. Sauf qu'ils ont échoué. Pire, les chefs arabes pour pousser les arabes à se battre, ont fabriqués une propagande comme quoi les juifs exterminaient tous les arabes ce qui a poussé les arabes à s'enfuir. Autrement dit, si les arabes sont partis c'est à cause de leurs chefs (et de leurs arrogances). Les pays arabes auraient très facilement pu intégrer les réfugiés arabes mais ils ont tout fait pour ne pas les intégrer en les obligeant à vivre dans des camps séparés, leur interdisant l'exercice de certains métiers,...tout cela dans le seul but de nuire à Israel (les réfugiés étant la base du terrorisme palestinien). Franchement, si aujourd'hui, il y a énormément d'extrémisme dans ces camps, c'est uniquement de la faute des états arabes qui ont tout fait pour qu cela se produise. Qu'ils assument leurs conneries. Il y a eu un véritable nettoyage ethnique que tout le monde a oublié: c'est celui des juifs des pays arabes qui ont dû fuir en Israel dans des conditions bien plus difficiles que celles des arabes. Les arabes ont volé les biens des juifs et les ont expulsés. Il y a bien plus de juifs ayant dû fuir ( 830 000 réfugiés Juifs contre 710 000 réfugiés arabes (a noter que ce chiffre est gonflé et se base sur des sources propalestiniennes. De plus, il invente une définition maximaliste de réfugié très différente de la notion classique de réfugiés (cela comprends par exemple les ouvriers agricoles venant des autres pays arabes)). Les juifs ayant été expulsés de ces pays sont aujourd'hui intégrés à Israel. Au 20 siècle, dans le monde, il y a eu des mouvements de population bien plus importants (allemands expulsés à la suite de la seconde guerre mondiale, lors de la création du Pakistan,....). Aujourd'hui, ces personnes sont parfaitement intégrés là où ils vivent. Un très bon livre: » Israel: A History » de Martin Gilbert, historien de renom sur le sujet. Le Hamas est un mouvement islamiste ayant pour but de tuer tous les JUIFS (et non pas israéliens). Ils le disent eux mêmes. Ils veulent tuer les juifs et détruire Israel. Or, bcp de pro palestiniens nient cela. Pourtant, il suffit d'écouter les dirgeants du Hamas et lire leur charte. Comparer Shaked au Hamas me parait mal honnête. Je suis pas fan de Shaked mais il faut pas exagérer. Ses propos ont été dit à la suite d'un acte terroriste. En terme d'extrémisme, on ne peut pas la comparer au Hamas. J'ai des tas de citations d'Arafat (loué en Europe) où il tient des propos très violents, où il fait l'apologie du meurtre, du terrorisme,...D'ailleurs, je peux aussi citer des citations de Rabin où il tient des propos extrêmement dur. Si je citais certaines choses de ce qu'il a, il passerait pour un mec d'extrême droite. Shaked est d'extrême droite, elle est xénophobe mais elle est certainement pas génocidaire. Elle ne fait pas parti des gens qui pensent qu'il faut tuer tous les arabes. En Israel, il existe une extrême droite dure (encore pire que le foyer juif) qui pense qu'il faut tuer les arabes. Heureusement, ils sont fort peu nombreux. Ces gens sont comparables au Hamas et je vois pas en quoi on devrait les laisser en liberté. Ce sont des terroristes (pas mieux que les terroristes islamistes). Leur but est de détruire Israel pour créer le Royaume d'Israel. Contrairement à la propagande de nos médas, ce ne sont pas des sionistes, ils haissent l'état d'israel. Dans leurs délires, ils croient que l'état d'israel opprime les vrais juifs, ils refusent de reconnaitre l'autorité de l'état. Leur but est la création du royaume d'israel. D'ailleurs, il faut reconnaitre une qualité à Shaked par rapport aux autres membres de son part: elle n'est pas reigieuse. Perso, je comprends comment on peut justifier une politique au nom d'un livre vieux de plusieurs millénaires. c'est débile. Il n'y aura pas d'état palestinien et c'est de la faute des palestiniens. En 2000, l'offre israélienne était très sérieuse et très généreuse (bcp trop selon moi). Pourtant, Arafat l'a refusé à cause du droit de retour. Or, personne en Israel n'acceptera ce droit qui signifie la fin d'Israel. Si vous acceptez que 5 millions de palestiniens reviennent, c'est la fin d'israel pour des raisons démographiques. Les arabes (qui font plus d'enfants que les juifs) deviennent majortaires. D'ailleurs, ce droit de retour est une absurdité. Il se base sur une définition de réfugiés propores aux palestiniens, les réfugiés du reste du monde ont une autre définition. Les pays arabesont mis en place cette distinction (qui n'est pas justifiable) pour nuire à Israel. Cette définition a été crée dans le but d'englober le plus de personnes possibles, elle comprends les descendants des réfugiés. Dans le reste du monde, l n'y a personne d'assez suicidaire pour accepter une telle définition (qui concerne que les palestiniens) alors pourquoi Israel devrait accepter ce que le reste du monde n'accepte pas ? Mais ce qui a tué la solution à deux états c'est le retrait de Gaza. Ce retrat a été fait pour obtenir la paix. Pourtant, dès qu'israel s'est retiré, le Hamas a pris le pouvoir à Gaza et il y a des guerres à intervalle réguliers. Cela montre ce qui se passera si Israel se retire de Cisjordanie, il fait peu de doutes sur le fait que tôt ou tard, le Hamas prendra le pouvoir en Cisjordanie. Les conséquences pour Israel serait désastrueuse. Quand à la communauté internationale, l'expérience du Liban (où la communauté internationale avait promis à Israel de s'assurer que le sud liban soit désarmé et soit une zone tampon. Aujourd'hui, c'est l'une des zones les plus armés qui soit et qui représente une grande menace pour Israel) montre qu'Israel ne peut pas lui faire confiance. Un solution de paix ce serait de rendre Gaza à l'Egypte et la Cisjordanie à la Jordanie (situation de 48 à 67). Après tout, il n'existe pas de différence entre un palestinien et un jordanien. C'est ce que disait lui même le roi de Jordanie Hussein. Arafat était égyptien. J'avoue ne pas trop comprendre l'idée de créer un nouvel état arabe quand tous les états arabes sont en train de s'effondrer. Vouloir faire un accord avec Abbas n'est pas intelligent. Il a 80 ans. c'est un dirigeant corrompu qui n'a plus aucune légitimité démocratique. S'il reste au pouvoir, c'est grâce aux forces de sécurité palestiniennes et israéliennes. En cas d'élection, le hamas remporterait la cisjordanie.
  35. Eric
    juillet 27, 08:40 Reply
    ça rappelle beaucoup l'histoire d'un météorologiste qui a partagé une blague douteuse sur FB

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.