Le message perdu d’Anja Reschke ou quand la culture du buzz massacre la lutte contre le racisme.

Anja Reschke, la « présentatrice allemande » dirige en fait le service Politique Intérieure et notamment l'émission Panorama de la chaîne NRD.

Anja Reschke, la « présentatrice allemande » dirige en fait le service Politique Intérieure et notamment l’émission Panorama de la chaîne NRD.

MàJ du 10 août (en gras italique).

Cette semaine, une journaliste allemande a appelé à lutter contre le racisme. Elle a rappelé des principes élémentaires face à une montée infernale de la haine sur Facebook et ses corollaires in real life (attaques de réfugiés, incendies criminels, etc.) Elle a démoli en quatre paragraphes les théories fumeuses de l’extrême droite sur la soi-disant liberté d’exprimer n’importe quoi y compris la haine la plus sordide, sur les réseaux. Et cet appel vital qu’on doit pouvoir attendre de tout chroniqueur ou journaliste qui se respecte un peu, c’est quoi d’après vous, pour les médias, au mois d’août ?

Serait-ce « Un appel indispensable à traduire et à poster en bonne place dans les journaux ? » Non, de ça, ils se fichent.

Serait-ce « Une volée sanitaire contre la violence qui s’installe ? » Que nenni !

Allez, osons faire comme si ce problème ne concernait que nos voisins : serait-ce « une gifle aux Allemands qui pensaient qu’on n’évoquerait plus jamais l’éventualité future d’un gazage d’hominidés par leurs concitoyens à la télévision publique ? » Même pas !

Non, chers amis, cette remise en perspective indispensable de la haine sur Facebook, c’est tout simplement UN BUZZ. Quelques exemples. Boursorama : « Le discours antiraciste d’une présentatrice allemande fait le buzz ». Midi Libre : « Une présentatrice allemande fait le buzz en dénonçant le racisme sur internet ». Le Soir : « Buzz : une présentatrice allemande s’indigne du racisme anti-migrants. »

Buzz, buzz, buzz, buzz et encore buzz ! De quoi couvrir l’appel à l’indignation de la « présentatrice ». Comment mieux démontrer que ce qui compte d’abord pour les médias dans notre société ultramédiatisée n’est plus le message fondamental, mais le nombre de clics qu’il obtient ! On se fout éperdument que la société aille à vau-l’eau, ce qui importe désormais, c’est le nombre de clics qu’un quidam obtiendra en disant ce qu’il pense. La valeur n’est donc plus dans le message, mais dans sa diffusion.

On pourrait espérer que le rapportage du buzz engendre un relais, une plus grande diffusion du message. Mais non, c’est l’inverse qui se produit : le travail médiatique primaire s’arrête au constat qu’il y a eu buzz. Ou comment « l’objectivité journalistique » remplace l’analyse du sens par une présentation quantitative de l’événement.

Le problème, c’est qu’une fois que tous les grands médias ont annoncé un buzz, les analyses que certains en feront a posteriori n’intéresseront plus que quelques internautes. La masse s’empare de l’événement, le diffuse, papote sur Facebook, s’invective, et dans cette masse, les appels à la haine prolifèrent, ceux-là justement que « la présentatrice » condamnait et appelait à condamner. Mais il n’est déjà plus question d’écouter « la présentatrice allemande » mais bien de savoir si son message est indispensable, scandaleux, nul, chiant, si elle n’a pas besoin de changer de coiffeur, si elle a l’air conne ou pas, s’il ne faut pas changer la couleur derrière elle, si les Allemands ont vraiment changé depuis la guerre, und so weiter. 

Or, au lieu de se pavaner en découvrant un buzz pour essayer d’être plus rapide que le journal concurrent, on aurait pu, non, on aurait impérativement dû reprendre le message de la « présentatrice allemande », le relayer en appelant à son tour à un engagement de la « population honnête » contre les incendiaires virtuels ou réels, les semeurs de haine qui facilitent le passage à l’acte. Ce n’est pas une opinion de gauche, c’est le fondement de ce vivre-ensemble qu’on nous promet de gauche à droite. Et c’est urgent parce que des Zemmour nationaux ou locaux (Destexhe, oui, je parle de toi) ont, à force de présenter l’antiracisme comme une horreur, ouvert grand les portes à l’expression du racisme le plus immonde, le plus abject, le plus nazi avec l’air de ne pas y toucher, en se faisant passer pour de grands intellectuels.

Mais au lieu de s’emparer du texte de la « présentatrice », l’on se focalise sur ses retombées. Ainsi, en titrant « Remontée (sic) contre le racisme, cette (sic) présentatrice (sic) émeut (sic) les internautes (sic) », La Libre traite l’info comme si ce qui comptait était « l’émotion des internautes » (les internautes allemands hein, attention, c’est pas nous qui sommes concernés, hein, ça se passe ailleurs). Cette titraille nous donne l’impression qu’il y a un brin d’hystérie chez cette « présentatrice » qui serait — ohlala — « remontée (!) contre le racisme », mesdames, messieurs ! Bon, dans son édition de ce lundi, La Libre consacre tout de même Anja Reschke « Personnalité » du jour en soulignant le côté bien trempé de la dame. Problème : lorsqu’on met une personne à l’honneur, en général, on prend soin de s’informer un tout petit peu sur ses activités. Or, Anja est présentée comme « Présentatrice (sic) du JT (sic) de la chaîne publique allemande ARD (sic) ». Ce qu’elle n’est pas, à moins que l’ARD n’ait oublié de la mentionner sur son site, et pire, omis de la faire passer à l’antenne…  

Dommage pour La Libre parce qu’en ligne, juste à côté de ce « buzz report », il y a un bon édito de Francis Van de Woestyne sur le refus des socialistes belges francophones d’accueillir des réfugiés à Tournai. Et puis, d’autres grands journaux encore plus lus n’ont pas fait mieux.

Car la médiocrité médiatique du traitement journalistique du buzz atteint même Le Monde, qui titre : « En Allemagne, une présentatrice veut ‘clouer au pilori’ les xénophobes ».

Ah, factuel, quand tu nous tiens…

Mais quelle horreur, ce détachement ! Quelle horreur, cette excision du message fondamental par l’objectivité froide, inerte, inodore ! Oui, Anja Reschke — car son prénom n’est pas Présentatrice ni son nom de famille Allemande — a utilisé l’expression clouer au pilori. Mais c’est ça qui comptait dans son message, Le Monde ? Vraiment ? Juste ça ?

Je vous laisse juge, j’ai traduit son texte intégral ci-après.

Eh non, bien sûr, ce n’est pas le fait d’avoir parlé de pilori qui a fait le succès de l’intervention d’Anja Reschke. C’est le fait d’avoir rappelé aux Allemands leur passé avec une telle force. Et ce qui comptait dans son kommentar, c’est le fait — enfin ! — d’avoir présenté la lutte contre le racisme sur les réseaux et ailleurs comme l’attitude minimale, la moindre des choses, le fondement de nos valeurs.

Objectivité ? Journalisme ? On les cherchera en vain dans cet article du Monde qui nous affirme d’emblée que « Mme Reschke […] présentait le 5 août une tranche d’information sur la télévision publique du nord de l’Allemagne ». Eh non, ce n’est pas du tout ça qui s’est passé.

Et puisqu’Anja Reschke a fait la part belle « aux blogs », lanceurs d’alerte selon elle, contre l’immonde société qui se dessine, donnons-lui raison en rétablissant le contexte de son intervention, sur ce blog.

L’émission Tagesthemen (Sujets du Jour) de la 1re chaîne allemande ARD donne régulièrement la parole à un-e journaliste d’une antenne régionale, qui commente, seul-e sur fond bleu, le premier sujet présenté dans l’émission. Généralement, ce commentaire est critique. Dans l’édition du 5 août, c’était au tour d’Anja Reschke, directrice du département Politique intérieure des programmes télé de la NDR et rédactrice en chef des émissions thématiques Panorama.

La NDR, c’est la Norddeutsche Rundfunk, la chaîne régionale du nord de l’Allemagne, qui diffuse depuis Hambourg et couvre quatre Länder.

C’est donc bien sur la première chaîne nationale que la journaliste Anja Reschke, de la NDR, a été invitée à donner son opinion sur le premier thème de l’émission. Elle n’a rien « présenté ». Ce n’est pas une « présentatrice », c’est une directrice de l’info, une rédactrice en chef (selon la traduction qu’on donnera à Leiterin ou Cheffin, ses titres en allemand), au pire, une journaliste. Elle a réagi selon un rituel bien établi au sujet principal du jour : les commentaires enragés contre les immigrés et les réfugiés sur les réseaux sociaux.

Ce faisant, Anja Reschke a simplement rappelé des principes fondamentaux : les appels à la haine sont illégaux, leur prolifération se concrétise dans des faits graves — on a recensé des dizaines d’incendies criminels contre des centres de réfugiés en Allemagne —, il n’est pas possible de les tolérer ; la justice seule n’est pas suffisamment efficace contre la haine sur les réseaux : la population doit s’en mêler.

Que cet appel ait fait le buzz montre qu’une partie de la population n’attendait que ce « coup de gueule » salutaire pour se manifester, partager la séquence, dire ce qu’elle en pensait. Une démonstration qui devrait inciter les médias à rappeler, à leur tour, que l’expression du racisme sur les réseaux, sans même se cacher derrière un pseudo, relève gravement le seuil de tolérance de la société aux actes racistes proprement dits. C’était ça et seulement ça, l’info liée à Anja Reschke cette semaine. Pourquoi tant de journaux sont-ils tombés dans le panneau du buzz ?

J’arrête ici le coup de gueule et le commentaire et vous invite à lire le texte intégral de l’intervention d’Anja Reschke qui a, ensuite, été assaillie de commentaires encourageants mais aussi de commentaires horribles qu’elle a rediffusés en soulignant bien le nom de ces répondants qui se sont rendus à leur tour coupables d’incitation à la haine raciale.

Et je la diffuse et vous invite à la partager, parce qu’on ne peut la tolérer, parce qu’on doit la chasser ensemble de nos pages Facebook, parce qu’on doit dénoncer chaque infraction publiquement, quelle qu’en soit l’origine et la cible. N’hésitez pas à ne partager que le verbatim ci-dessous, il est en diffusion libre.


Verbatim : ce qu’Anja Reschke a dit (ma traduction libre de l’allemand, le texte intégral est disponible sur la page Facebook de Panorama).


« Supposons que je dise publiquement : “Je trouve que l’Allemagne devrait aussi accueillir des réfugiés économiques”, que se passerait-il selon vous ? Ce n’est qu’une opinion. On peut l’exprimer. Il serait aussi bien qu’on puisse en discuter sur base d’arguments objectifs.

Mais ce n’est pas ce qui se passerait si je le faisais. Je me prendrais un flux de commentaires haineux. “Kanaques de merde, que va-t-on encore leur céder, trop c’est trop, on devrait les brûler.” Ce genre de choses. Comme d’habitude.

Jusqu’il y a peu, les auteurs de ce genre de commentaires se cachaient encore derrière un pseudonyme. Mais désormais, cela se fait de plus en plus ouvertement, sans cacher son identité. Apparemment, ce n’est pas plus gênant. Au contraire. Des phrases comme “les ordures, on doit les noyer en mer.” obtiennent des encouragements enthousiastes et des paquets de j’aime. Celui qui n’était qu’un petit quidam raciste jusque-là trouvera ça tout à coup terriblement agréable.

Bien sûr, on peut dire “oui, bon, il y aura toujours des idiots, au mieux, ignorons-les” mais ce ne sont pas que des mots. Au contraire, il y a déjà des incendies criminels contre des centres de réfugiés. Les tirades de haine sur Internet ont depuis longtemps enclenché les processus de dynamique de groupe. Le nombre d’actes de violence d’extrême droite a grimpé.

Ça ne peut pas durer. Bien sûr, il y a la possibilité de poursuivre les auteurs de ces messages haineux. Cela se fait de plus en plus. Un de ces semeurs de haine sur Facebook, un Bavarois, a été condamné à une amende pour incitation à la haine. Ça peut déjà faire effet.

Mais ce n’est pas suffisant. Les rédacteurs de messages haineux doivent comprendre que cette société ne tolère pas leurs écrits. Du moins, si nous ne pensons pas que tous les réfugiés sont des parasites qui doivent être chassés, brûlés ou gazés. Dans ce cas, nous devons le leur faire savoir clairement.

S’y opposer, dire les choses tout haut, résister, clouer ouvertement la haine au pilori, quelques blogs méritoires le font déjà. Mais il y en a trop peu. La dernière contestation des gens honnête date d’il y déjà 15 ans. Je pense qu’il est temps de remettre ça. Et je me réjouis d’avance des commentaires qu’on postera à propos de… mon commentaire. »

Previous Rudy Demotte et Tournai : le monopole du cœur est en ce moment à droite.
Next Exclu. Manifiesta : le PTB invite Médine, quenelliste assumé — MAJ

You might also like

0 Comments

  1. Cher Marcel, Vous faites un effort extrêmement louable depuis un très long moment pour remettre en selle, à votre modeste niveau, le problème de l'immigration et de toutes ses conséquences, sur le devant de la scène mais surtout en allant à contre-courant de la tendance ambiante. En ce sens, vous représentez à vous seul (en Belgique en tout cas et à ma connaissance) une très petite, et dirais-je même lilliputienne, troisième voie dans le journalisme. Vous connaissez l'expression qui dit qu'un journaliste, c'est soit un chômeur, soit une p**e. On pourrait maintenant dire, en vous prenant comme point de référence, que dans certains cas extrêmement rares, un journaliste est un grand humaniste. Vos efforts sont louables mais je doute qu'à la fin, la situation sur le terrain soit en mesure de grandement changer. Même si je comprends ceux-ci et je ne peux naturellement que les encourager. L'histoire a toujours tendance à se répéter et les mêmes causes entrainent toujours les mêmes conséquences. Pour chaque internaute que vous arriverez à convaincre et à retourner dans le camp des humanistes, des vrais, il y en aura des centaines ou des milliers qui basculeront dans l'autre camp, celui du racisme et de la xénophobie pure et dure, aveugle et violente. Car c'est in fine de cela qu'il va s'agir d'ici peu de temps. Nous n'aurons plus que deux camps en face, et pas de troisième voie. Il suffit de voir les flots de haine se déverser à un rythme alarmant, et comme vous (ou Anja Reschke) dites, à visage découvert sans le moindre complexe. Les années 30 sont de retour, dans toute leur splendeur. La "population honnête" comme vous dites se réduit comme peau de chagrin et elle n'osera bientôt plus "péter un seul mot" lorsque la masse critique d'abrutis décérébrés aura été atteinte. Sans compter tous ceux qui, bien qu'en faisant partie, n'en ont strictement rien à faire de ce problème. Voilà. On ne peut lutter contre un troupeau de bisons qui fonce sans regarder dans une direction (comme dans le film "Dance avec les loups" de Kevin Costner). Tout ce qu'on peut faire, c'est juste éviter de se retrouver sur son chemin. Un nouvel incendie du Reichstag se prépare, un nouveau nazisme est en train de mûrir tranquillement sous la croûte des sociétés européennes et peut-être même que certainse sociétés nationales de chemins de fer vont finir par remettre certains types de convois spéciaux à l'ordre du jour. A moins qu'on ne privilégie le "modèle Srebrenica", avec exécutions sur place, pour éviter les frais de transport inutiles (faut dire qu'on est en temps de crise économique). Oui, je sais, on va me dire que je vais trop loin et que cela n'arrivera jamais. Comme Srebrenica, aux portes de l'Europe occidentale et à la fin du 20ème siècle.
    • Schoonaarde
      août 10, 19:55 Reply
      "L’histoire a toujours tendance à se répéter et les mêmes causes entrainent toujours les mêmes conséquences. " Plus con que ça, tu meurs! Donnez-moi un exemple, un seul.
      • u'tz
        août 12, 00:07 Reply
        [Guillemets ajoutés pour clarifier le propos, merci de le faire la prochaine fois, Tz — Note du censeur salé] fastoche: « les aryens » haïssaient « les juifs », « les juifs » haïssent « les arabes » (les causes sont toujours des constructions humaines)
        • u'tz
          août 12, 00:10 Reply
          ps(wallon): ...et réciproquement (j’émets pas ici d'avis sur le bien-fondé)
  2. Pierre istace
    août 08, 16:14 Reply
    Après avoir lu cet excellent papier, je tombe pile sur ce titre du Monde : "la Grèce admet être "dépassée" et appelle l'Europe à l'aide". Forcément je me dis que selon son habitude cet excellent quotidien va encore tirer à boulets rouges sur ces hellènes profiteurs et paresseux...eh bien non, un second coup d'œil .... C'est des réfugiés qu'on cause... Et ils sont 124 000 en Grèce sur les 225 000 qui menacent d'envahir l'Europe... Question... On maintient déjà la tête des Grecs sous l'eau...et on va leur laisser 124 000 réfugiés sur le dos? Je crois bien que le Sieur Hollande et la Dame Merkel n'en ont rien à cirer. Ils savent que ça ne fera jamais le buzzzz
    • Schoonaarde
      août 09, 16:25 Reply
      Oui, la Grèce est une des portes d'entrée, mais elle ne donne asile qu'à une petite partie des migrants demandeur d'asile. http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/how-many-asylum-seekers-are-really-coming-to-the-uk-as-european-migrant-crisis-continues-10446622.html
    • Hansen
      août 11, 08:36 Reply
      On constate quand même que la petite Belgique se prépare à en accueillir quelques milliers.
      • u'tz
        août 12, 00:15 Reply
        quelques milliers dans une population de 11 millions.... loin en dessous de 1%
  3. GdeC
    août 08, 16:54 Reply
    Bravo Marcel. Fier de toi. je partage également chez moi, en en faisant un billet circonstancié, et en y joignant ta traduction. Dois-je te payer des droits de traduction ?
  4. Sara Bray
    août 08, 17:15 Reply
    Je commenterai plus tard, j’ai ma dose avec FB et les mails pour le moment et j’ai mal aux yeux surtout
  5. GdeC
    août 08, 17:55 Reply
    et voilà le travail.... http://gauchedecombat.net/2015/08/08/et-si-on-prolongeait-lappel-danja-reschke-nopegida-nolegida-nofn-nonazis/ Aux suivant(e)s !
  6. Tournaisien
    août 08, 18:35 Reply
    Anja Reschke aurait trouvé pour l'heure un autre cas d'école à Tournai. Allez consulter les groupes de politique tournaisienne sur Facebook : c'est éloquent ! Le pire, c'est que toute cette lie donne raison à Demotte. Le populisme (de droite ou de gauche, quelle différence ?) a encore de beaux jours devant lui, et comme pour un politicien, en définitive, le plus important est d'être maintenu à son poste ... Tirez-en les conséquences.
    • Hansen
      août 11, 08:41 Reply
      Le syndrome nimby des politiciens de Tournai n'empêchera pas la Belgique de les accueillir quand même et pourtant c'est la NVA qui est à la manœuvre.
  7. trucmuche33
    août 08, 20:17 Reply
    La traque des téléchargeurs illégaux de films est redoutable en Allemagne. Je pense que la traque des brailleurs racistes du web pourrait y être tout aussi efficace, d'autant plus qu'il s'agit d'un délit autrement plus grave, méritant de sévères sanctions.
    • GdeC
      août 09, 21:00 Reply
      Il suffit de s'être risqué avec constance à la traque des fachos de tous poils, des propos haineux, pour savoir à quel point cela est faux. Les modérateurs de réseaux sociaux se foutent totalement de ce qui passe, étant plus intéressés par leur rentabilité immédiate que par leur conformité aux lois des pays qu'ils couvrent... d'autant plus qu'ils sont situés pour la plupart aux states, et que la liberté d'expression y est incontournable. Même les nazis là-bas peuvent s'exprimer librement. Alors, va falloir faire bouger tout ça par nos élus ! Il est nécessaire de les interpeller sur ce sujet, de quelque pays que l'on soit.
    • Rivière
      août 09, 22:35 Reply
      Mais mon pauvre ami, pour le téléchargement illégal, il y a du FRIC en jeu, les gens, quelqu'ils soient, "ils" s'en foutent comme de l'an 40 (et atrocités qui ont suivis)...
  8. Pfff
    août 08, 21:06 Reply
    1. Être opposé à l'immigration sans limite, est-ce encore acceptable ? Est-ce que nous avons besoin d'immigrés économiques au vu de notre croissance, de notre taux de chômage, du déficit monstrueux de nos systèmes de sécurité sociale ? Surtout le système de sécurité sociale wallon, puisque nous ne sommes plus solidaires que quand il s'agit de payer les pensions des flamands qui vivent deux ans de plus que nous en moyenne, pensions établies sur bases de leurs derniers salaires, bien plus élevés que les nôtres, en moyenne ? Comment voulez-vous imposer une solidarité envers des immigrés quand la solidarité interpersonnelle entre les citoyens de ce pays a été patiemment, longuement, délibérément détricotée ? Qui fait l'ange fait la bête. Oui à l'immigration choisie, oui à la défense de nos intérêts économiques, non à l'immigration sans contrôle. 2. Si il y a nécessité d'immigration économique pour un pays vieillissant comme l'Allemagne (notons au passage que cela signifie que l'Allemagne jette toute une partie de sa population jeune aux poubelles économiques), ne serait-il pas judicieux de favoriser l'immigration intra-européenne ? 3. Il n'y aurait pas comme du racisme anti-bavarois dans ce commentaire ?
    • Marcel Sel
      août 10, 09:36 Reply
      Non mais il y a de la xénophobie européenne dans le vôtre.
    • Christophe Gilles
      août 10, 10:45 Reply
      Oui à l'économie florissante ! Oui à l'argent dans les caisses ! Oui aux usines qui tournent à plein rendement ! Oui aux éboueurs et aux mineurs de fond ! Non à l'humanité ! Ca va, j'ai bon ? C'est sans doute ce genre d'arguments qui rendent les valeurs occidentales difficiles à exporter. Mais bon, le siècle des Lumières est né en Europe, disons qu'il est en train d'y mourir... un grand merci à vous de promouvoir Giordano Bruno, Galilée, Kepler, Copernic, Kant, Einstein, Jacquard, Diderot... Après tout ils sont morts, à quoi s'intéresser encore à eux ? Ceci dit, en matière d'exportations, l'armement a encore de beaux restes !
      • Pfff
        août 10, 19:21 Reply
        Kant, même pas besoin de faire l'ange. Dès qu'on pointe une complexité dans la situation, certains rentrent en crise d'épilepsie. Je parierais sur une forme de narcissisme aggravé qui se prend pour de l'humanisme (l'humanisme moins Erasme et Saint Thomas More, mais plus la bonté innée de Ginette, la chasseuse de salaud sartrienne).
        • Christophe Gilles
          août 11, 19:41 Reply
          J'ai une préfèrence pour Gisèle, la chasseuse d'hommes dans mon immeuble... Quant à Thomas More, dont j'ignorais tout de la canonisation, la partie que je préfère chez lui, c'est l'utopie... Mais bon, soyons réaliste n'est-ce pas ?
        • Christophe Gilles
          août 11, 19:47 Reply
          Voilà qui est fait, j'ai entendu à présent parler de la canonisation de Thomas More, je vous remercie de m'avoir appris quelque chose...
        • Pfff
          août 12, 12:54 Reply
          Tiens, édito sur l'abattage rituel de B.D. dans le Soir : cela suinte le respect et la trouille. Enfoncé, Houellebecq. Nulle part, on ne se demande QUAND et OÙ, l'abattage "rituel" a pu s'imposer au détriment des normes, qui, contrairement à ce qu'on nous chante, ne datent pas d'aujourd'hui, ni d'hier. "des déclarations matamoresques", encore un bel exemple de comique involontaire : aucun risque, sauf étymologique.
        • Pfff
          août 12, 13:59 Reply
          Ben oui. Canonisé en 1935. Saint Patron de l'Europe. Torquemadesque à ses heures, comme quoi, il n'y a aucune contradiction.
  9. Christophe Gilles
    août 09, 00:38 Reply
    Un grand merci pour cette remise à jour, je partage totalement, complètement, inconditionnellement votre analyse. Trop grand est le nombre des ces crétins qui se déguisent en universitaires new-age pour nous gaver avec leur haine. Trop grand est le nombre de ces abrutis de comptoir prêts à nous enfoncer dans le crâne des chiffres qui sont faux, dénués d'objectivité et cités sans source voués à nous démontrer que l'immigration est un fléau - alors que l'ennemi est ailleurs - . Trop grand est le nombre d'amibes décérébrées laissant croire que certains traits d'humour ne contiennent aucun message vaseux et qu'il faut les prendre au second degré. Trop grand est le nombre de ces petits écrivaillons qui se gavent sur le dos de la peur et tirent leurs bouquins à des millions d'exemplaire en surfant sur la vague du "terrorisme" sans avoir derrière leur texte le moindre soupçon d'esprit critique visant à remettre à leur place les éléments dont nous disposons. Trop grand est le nombre de ces scribouillards journalistiques qui courent à l'audimat grâce à l'escalade spectaculaire d'un côté mais à l'euphémisation outrancière de l'autre. Trop grand est le nombre de révoltés de salon qui hurlent au scandale en continuant à vociférer des débats insipides voire même des insanités qui sentent le moisi depuis plusieurs décennies déjà. Trop grand est le nombre de ces sites internet pseudo-révolutionnaires qui sous couverts d'une philosophie de bazar nous plombent avec un antisémitisme pseudo anti-systémique ou une islamophobie soi-disant salutaire et messianique. Trop grand est le nombre de ces personnes qui se targuent d'une liberté d'expression à toute épreuve alors qu'il ne font que dogmatiser le principe de laïcité et vont même parfois jusqu'à user d'arguments chrétiens pour justifier leur athéisme qui n'en est plus vraiment un. Trop grand est le nombre de ces blasés qui nous les brisent menu-menu avec des clichés du genre "c'est tous des pourris" ou encore "moi j'ai tout compris je ne vote plus" et se range du côté du poujadisme... feignant d'ignorer les origines lepenistes de ce poujadisme devenu "fashion". Trop faible est le nombre de penseurs. Trop faible est le nombre de décideurs responsables est respectueux. Trop faible est devenue la tolérance. Trop faible est devenue la solidarité. Trop faible est devenu l'amour (mon Dieu, un terme désuet et has been) de son prochain. A tous ces cons (pardonnez l'expression) qui pense que les migrants n'ont rien à faire ici, à tous ces cons (désolé vraiment) qui pensent qu'ils feraient bien de se noyer en mer, à tous ceux-là... rappelez-vous vos grands-parents ou vos parents, rappelez-vous de leurs détresses lorsque dénués de tout ils quittaient leurs villages, leurs maisons, rappelez-vous de leurs chagrins lorsqu'ils devaient se séparer de leurs enfants (vos parents peut-être) pour les mettre à l'abri et qu'ils étaient jetés sur les routes pour s'éloigner de la guerre que des puissants (les mêmes qu'aujourd'hui à peu de choses près) avaient allumée.
    • L'enfoiré
      août 10, 08:47 Reply
      Oui, Christophe, mais... vous faites aussi un peu de philosophie de bazar, mais que j'aime bien... Trop faible est le nombre de penseurs? Je crois qu'il n'y en a jamais eu autant. Et c'est tant mieux. La population devient plus instruite et plus curieuse de tout. Nous sommes tous des migrants. Dix milliards comme il était rappelé par quelqu'un ce matin en rappelant une phrase de Desproges. Qu'est-ce qui fait peur dans l'autre? L'inconnu. Ce n'est pas une question de race, mais de façon de vivre. L'amour est-ce l'antidote de la haine? Pour moi, non. C'est l'indifférence qui est beaucoup plus néfaste. Pas de dieu chez moi ou alors avec une minuscule. Une laïcité absolue, ce qui fait peut-être notre différence ;-)
      • Christophe Gilles
        août 10, 10:55 Reply
        Oui c'est fort possible que je fasse de la philosophie de bazar, à décharge je suis un dilettante :D Ma seule et unique qualification est un taux de lecture outrancier ;) Il est vrai qu'il existe un grand nombre de penseurs, mais ce que je constate, et peut-être ne serez-vous pas de mon avis, c'est qu'il existe aujourd'hui une autre façon de pensée. Une façon de pensée qui me semble davantage anthropologique, qui se base davantage sur ce qui est que sur ce qui devrait être... Il est extrêmement difficile d'affirmer ce qu'il devrait être, ce qui implique une conversation ouverte... et c'est selon moi là que le bât blesse... Quelles sont les informations qui circulent encore ? Quelles sont celles qui sont encore consultées ? Et de quelle façon sont-elles utilisées ? Nous vivons dans une pléthore d'informations qui circulent en tout sens, et le temps presse, très peu de temps pour les analyser, les critiquer, les observer judicieusement... Le nombre de hoax qui circulent sur les réseaux sociaux qui tentent de démontrer que le "national" est mis de côté ou que l'immigration constitue un fléau est invraisemblable ; il est affligeant de constater que bon nombre de gens s'y engouffrent tête la première... Pour ce qui est de Dieu, ou de dieu, ou de tout ce que vous voulez, il y a bien longtemps que j'ai arrêté de me poser la question de savoir si il était ou si il n'était pas. Je ne vois pas l'amour comme une valeur transcendante qui nous tomberait du ciel, mais comme un consensus essentiel fondé sur l'empathie, la compassion et la compréhension de l'autre... Une valeur totalement immanente donc... Qua
        • L'enfoiré
          août 10, 13:41 Reply
          Cher Christophe, "Une façon de pensée qui me semble davantage anthropologique, qui se base davantage sur ce qui est que sur ce qui devrait être…" Et vous avez la pensée généraliste suffisante de croire que ce qui devrait-être l'est pour tout le monde? Je crois qu'une promenade d'étendre encore plus votre taux de lecture outrancier, de lire ce qui ne vous touche pas de près, d'aller lire bien au contraire dans le jardin de ceux que vous pourriez nommer "Ennemis de conception". Figurez-vous que c'est ce que je fais le plus sur mon propre blog depuis plus de dix ans. Un blog qui ne cherche pas à se faire applaudir avec une foule de suiveurs, de disciples comme le ferait un prophète de la bonne parole.. Mais vous avez raison cela blesse de se voir dans un miroir qui ne dit pas tu es le plus beau. Vous parlez du temps, oui, c'est extrêmement important le temps qu'il faut. Au cours de ma vie active, je n'aurais jamais eu le temps d'écrire une ligne en dehors de rapports professionnels. Mais voyez-vous, cela va faire dix ans que la société considère que la retraite a sonné. Sur Fakebook, j'y suis mais pour voir l'importance de cette connerie. Pour voir la dernière photo de bobonne, du petit qui la regarde amoureusement. Mais je n'y apporte rien. J'y reste presque muet, incolore et insipide. J'ai fait partie de ce qu'on appelle aujourd'hui "numérique", le Web n'est qu'une étape de plus. La philosophie et la psychologie sont quelques petits points importants à mes yeux que vous trouverez comme plats de résistance sur mon humble blog "Réflexions du Miroir"./
        • Christophe Gilles
          août 11, 19:37 Reply
          Cher monsieur, je réponds au-dessus car il ne m'est pas loisible de répondre dessous... D'abord je vous remercie de me répondre. Ensuite il me semble, sauf si j'ai mal compris votre propos, que vous me faites un procès d'intention. Je n'aurai jamais la pensée généraliste suffisante pour croire quoi que ce soit, je me contente de penser... C'est déjà largement difficile...Je ne considère pas que ce qui est valable pour l'un est valable pour l'autre, et c'est bien pour cette raison que je parle d'un consensus... Nous pouvons certes avoir des prétentions chacun de son côté, je n'en vois guère l'utilité si celles-ci ne se rencontrent jamais et si il s'avère que les prétentions des uns portent ombrage à celles des autres. Il existe des sujets sur lesquels il nous faut aboutir et tenir un discours pour le moins commun. Par exemple, qu'est-ce que l'humanité ? Certes, c'est peut-être de la philosophie de magasin, mais l'humanité ne me semble être un concept ni transcendant ni naturaliste. Il ne me semble pas que nous naissions humains, il me semble que nous le devenions. Pouvons-nous laisser dans le dédit une quantité d'hommes dans ce que j'ai envie d'appeler un "vide conceptuel" ne sachant si nous les considérons comme humains ou non. Car, et certes cela peut paraître choquant mais les faits sont ce qu'ils sont, ce sont nos pairs qui décident de qui nous sommes. Et nous mêmes sommes les pairs d'autres hommes que nous allons nous aussi qualifier d'humains. Voici un exemple de consensus duquel nous ne pouvons nous échapper. Pour ce qui est de la "brillance", je tiens moi-même un blog bien modestement... Jusqu'à présent je n'y ai écrit que de la poésie et ne suis que très peu suivi, cela ne me pose aucun problème... Ce n'est pour moi qu'un plaisir... Encore une intention que je n'ai pas... Pour ce qui est de Facebook, j'y suis actif... sans bobonne, mon travail souffre peu de la publicité et je n'étale donc pas ma vie privée... rejeter un système dans son ensemble et n'y voir qu'une connerie ne fait pas partie de ma manière de concevoir les choses car il me semble qu'il s'agit alors de jeter le bébé avec l'eau du bain. Enfin concernant mes lectures, je vous rassure immédiatement... elles ne se cantonnent pas... je lis absolument de tout... je n'ai pas la prétention de décider qu'il existe des "ennemis de conception", car cela reviendrait à affirmer que je sais tout... ce qui est loin d'être le cas. Et je n'aurai jamais assez d'une vie (voire même d'une éternité, expression amusante s'il en est) pour être dans cette situation. Je m'autoriserai donc à baliser mes promenades au grè de mes propres aspirations... Enfin, j'irai voir avec un grand plaisir votre blog... Peut-être y trouverai-je des achats intéressants ;) Au plaisir de vous relire, Bien à vous,
      • Pfff
        août 12, 11:50 Reply
        "La population devient plus instruite et plus curieuse de tout." Vaut-il mieux lire une ineptie pareille que d'être aveugle ? Je pose gravement la question.
  10. Wallon
    août 09, 10:25 Reply
    Madame Anja Reschke a omis LE fait important à savoir qu'avant d'accepter des "réfugiés" en masse, un gouvernement se doit d'interroger (référendum) directement la population du pays. Si la haine réapparaît en Europe c'est LA faute des gouvernants, du plus haut niveau l'Europe au plus bas les gouvernements nationaux. Tout semble se jouer à Davos ou ailleurs entre "chefs maffieux". Les peuples peuvent "la fermer" comme dans les belles dictatures du vingtième siècle et sous le despotisme des pseudo démocraties actuelles.
    • Schoonaarde
      août 10, 20:06 Reply
      Pourtant nous vivons tous en Europe avec des parlements REPRESENTATIFS: c.à.d; où les élus représentent leurs électeurs. Donc inutile de consulter la population. Mais on aurait pu consuler les élus.
  11. Schoonaarde
    août 09, 11:44 Reply
    Un nécessaire rappel à la réalité: http://www.ipsos-na.com/news-polls/pressrelease.aspx?id=6930 Et à la réalité belge: http://www.standaard.be/cnt/dmf20150808_01810258 http://www.demorgen.be/buitenland/meerderheid-belgen-vindt-dat-er-te-veel-migranten-zijn-a2416526/ (Je n'ai pas trouvé d'articles sur cette enquête dans la presse francophone) La réalité est donc qu'une très grande partie de la population (belge/européenne/mondiale) est contre la migration et n'hésite pas à ventiler son désaccord. A-t-elle le droit de le faire?
    • u'tz
      août 09, 18:02 Reply
      Schoon', demander aux FR voulez-vous vivre en NL et inversément (et j'imagine bien un différentiel) aux NL voulez-vous vivre en FR... puis reparlons de ce que veut dire 61% (la proportion d'NL en belgique, non?)
      • Schoonaarde
        août 10, 20:08 Reply
        Parlez pour vous-même. L'affaire BHV est clôturée.
        • u'tz
          août 11, 21:58 Reply
          moins clôturée que l'europe bien clôturée rêvée par les 61% de blanc ventilé
        • Pfff
          août 12, 11:54 Reply
          Je serais vous ; je mettrais un mirador dans le backyard de Uit'. On n'est jamais trop prudent.
    • Salade
      août 09, 22:56 Reply
      Il faudrait peut-être se demander si l'entrainement des F16 au dessus de nos têtes (qui coûte un pont au contribuable) ne mène pas, via bombardements "préventifs" de la Libye à la Syrie en passant par l'afghanistan et l'Irak (et plus si affinités avec les US), si cela ne mêne pas finalement à ces vagues migratoires...
  12. GILLES - BXL
    août 09, 21:50 Reply
    Les vrais gens normaux aimants et partageux ne perdent pas le précieux temps de leur vie à cracher leur venin sur les réseaux sociaux, ils vivent leur vie avec leur proches et leurs amis. Ceux qui le font ont perdu tout leur coeur, toute leur âme, tout leur bon sens et tous leurs amis ( et tout espoir ) pour faire ce qu'ils font ! Ces pauvres malheureux sont bien à plaindre !...Regardez notre premier, fier comme Artaban de twitter le premier "agreement" lors du pseudo accord Grec...Ils font vraiment vraiment peine !
  13. L'enfoiré
    août 10, 08:32 Reply
    Bonjour Marcel, Bon billet que j'approuve parfaitement. Mais je vais l'extrapoler. Notre monde a un très grand besoin de reconnaissance, d'exister, de sortir du lot et de la masse. Si vous allez voir ce qui se passe sur Fakebook, pardon Facebook, vous comprenez cela. On y parle sur le "mur" de quelqu'un, je vous rappelle. La porte d'entrée va-t-elle s'ouvrir? Bonne question, je vous remercie de l'avoir posée. Le buzz est ce qui en résulte. Secouer l’opinion, la faire réagir est le deuxième plan à cet état de chose. Le monde du virtuel tente vainement de faire sortir les gens de l'anonymat pour chercher des idées neuves. Des idées qui ne seraient pas formatée par quelques élus. Le blog était fait pour. Il a été dépassé par sa droite par les réseaux sociaux. Est-ce plus profitable? Tchatter, pardon discuter, prend du temps. Alors on plusse ou on moinsse. On ne dit pas pourquoi mais on le fait. On pense être démocratique.... Le buzz, c'est tout cela.
  14. L'enfoiré
    août 10, 08:36 Reply
    Une autre forme de buzz? La voici http://www.lalibre.be/actu/international/une-journaliste-canadienne-embrassee-en-direct-porte-plainte-55c79da83570b54653314861
  15. Stéphane Corbion
    août 11, 10:36 Reply
    […] Mais ce n’est pas ce qui se passerait si je le faisais. Je me prendrais un flux de commentaires haineux. “Kanaques de merde, que va-t-on encore leur céder, trop c’est trop, on devrait les brûler.” Ce genre de choses. Comme d’habitude.  Jusqu’il y a peu, les auteurs de ce genre de commentaires se cachaient encore derrière un pseudonyme. Mais désormais, cela se fait de plus en plus ouvertement, sans cacher son identité. Apparemment, ce n’est pas plus gênant. Au contraire. Des phrases comme “les ordures, on doit les noyer en mer.” obtiennent des encouragements enthousiastes et des paquets de j’aime. Celui qui n’était qu’un petit quidam raciste jusque-là trouvera ça tout à coup terriblement agréable. Bien sûr, on peut dire “oui, bon, il y aura toujours des idiots, au mieux, ignorons-les” mais ce ne sont pas que des mots. Au contraire, il y a déjà des incendies criminels contre des centres de réfugiés. Les tirades de haine sur Internet ont depuis longtemps enclenché les processus de dynamique de groupe. Le nombre d’actes de violence d’extrême droite a grimpé.  Ça ne peut pas durer. Bien sûr, il y a la possibilité de poursuivre les auteurs de ces messages haineux. Cela se fait de plus en plus. Un de ces semeurs de haine sur Facebook, un Bavarois, a été condamné à une amende pour incitation à la haine. Ça peut déjà faire effet. Mais ce n’est pas suffisant. Les rédacteurs de messages haineux doivent comprendre que cette société ne tolère pas leurs écrits. Du moins, si nous ne pensons pas que tous les réfugiés sont des parasites qui doivent être chassés, brûlés ou gazés. Dans ce cas, nous devons le leur faire savoir clairement.  S’y opposer, dire les choses tout haut, résister, clouer ouvertement la haine au pilori, quelques blogs méritoires le font déjà. Mais il y en a trop peu. La dernière contestation des gens honnête date d’il y déjà 15 ans. Je pense qu’il est temps de remettre ça. Et je me réjouis d’avance des commentaires qu’on postera à propos de… mon commentaire. » Source : Le blog de sel […]
  16. Capucine
    août 11, 10:53 Reply
    Tout simplement,je me pose surtout des questions Sommes nous capables d accueillir ces personnes humainement? Les petits politiciens ne vont ils pas manipuler cette immigration ? Quant à la haine et à la xénophobie sur Facebook ,ne serait il possible de légiférer?
  17. xavier
    août 11, 12:40 Reply
    J'ai de la sympathie pour les réfugiés qui cherchent une vie meilleure que dans leur pays. Je met en garde contre l'idéologie véhiculée par l'islam. Chaque religion a des interdits qui sont applicables aux fidèles qui s'efforcent dans leur vie de chaque jour de mettre en oeuvre cette religion. Une foi sans oeuvre est vide, inutile. Toutes les religions prônent globalement une vie où on applique des principes de vie vertueuse : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir, être fidèle,ne pas exploiter le plus faible. Il faut dire et redire qu'heureusement il existe des musulmans modérés qui appliquent ces principes. Je pose la question : est ce que l'islam ne devient pas une idéologie totalitaire dès qu'elle a le pouvoir soit par la force, soit par le vote ? Ainsi l'interdiction de représenter le prophète est une interdiction qui s'applique évidement aux musulmans ce qui est tout à fait admissible mais aussi à tout homme ! Les sanctions prévues ne se limitent malheureusement pas à l'excommunication. Beaucoup de gens généreux veulent soutenir l'islam. Ils me font penser à ceux qui s'aveuglaient volontairement et soutenant les régimes communistes. Ces régimes étaient "globalement positifs" et ceux qui dénonçaient étaient injuriés et traités d'anticommunistes primaires, de réactionnaires, de fascistes.
    • Marcel Sel
      août 11, 18:29 Reply
      Non, dans un état de droit, l'interdiction de représenter le prophète (non coranique du reste) ne s'applique qu'à ceux qui se l'imposent.
      • xavier
        août 12, 12:37 Reply
        Malheureusement les islamistes qui ont tués les journalistes étaient absolument convaincu que l'interdiction s'appliquent à tout homme. Leur conviction n'était pas arrêtée par l'état de droit. Comment convaincre un fanatique ? Il est dans un système de pensée basé sur des convictions très fortes, une vision du monde rassurante où il y a d'un côté les bons dont il fait partie et de l'autre les méchants. De plus il est convaincu que la violence est légitime contre les ennemis.
    • "Il faut dire et redire qu’heureusement il existe des musulmans modérés qui appliquent ces principes." Si ça ne s'appelle pas un préjugé... Non xavier, il existe une religion qui s'appelle l'Islam et qui est appliquée de manière "variable", entre les deux extrêmes qui sont les "musulmans laïcs" (sic) et les fondamentalistes purs et durs. Vous devinerez sans difficulté j'en suis certain quelle est la composante que l'on essaie de dénigrer et quelle est celle que l'on essaie de mettre en évidence comme étant l'Islam tout court. Et tout ceci afin de mettre en oeuvre un "Islam européen" (autrement dit, une coquille vide bien adaptée à la société européenne laïciste et qui n'aurait d'Islam que le nom). Musulmans modérés, une expression à bannir du vocabulaire. "Beaucoup de gens généreux veulent soutenir l’islam. Ils me font penser à ceux qui s’aveuglaient volontairement et soutenant les régimes communistes." Dans votre esprit, l'Islam est fondamentalement mauvais et par conséquent, ceux qui le soutiennent se trompent forcément. Ceux qui soutiennent l'Islam sont souvent ceux qui ont compris qu'il ne s'agit pas de l'image qu'on essaie de véhiculer et qui n'ont pas l'outrecuidance de penser qu'ils doivent forcément représenter le bien, la norme, la civilisation face à l'obscurité. Si ce lavage de cerveau n'est pas malheureux...
      • Hugues CREPIN
        août 16, 11:11 Reply
        J'aime ces rappels de la situation des communistes surtout que les ouvertures des archives ont démontré que malheureusement les persécutions des communistes avaient leurs fondements du moins ceux appartenant à l'Internationale et qui recevaient bel et bien leurs ordres de Moscou et étaient tenus d'y obéir. Aujourd'hui, dans notre monde, on hausse les épaules et on se dit, gênant mais pas grave. Mais projetons-nous en pleine guerre froide et tenant compte que les communistes français du début de la guerre avaient largement trahi leur pays, avec des pieds de plomb certes, aussi longtemps qu'Hitler ne trahit pas le pacte germano-soviétique, il y avait de quoi s'inquiéter. Alors si l'on compare justement l'Islam au communiste, si c'est un bon exemple, n'y aura-t-il justement pas matière à inquiétude? Ce n'est pas moi qui fait la comparaison, je dis bien "si" mais ok, prenons cette sympathique comparaison par rapport à l'Histoire et posons-nous la question: "si l'Islam est comparable au communisme, devons-nous nous inquiéter ou pas?"
      • Xavier
        août 19, 16:07 Reply
        Guy Sorman a bien mis en évidence qu'il était impossible d'avancer dans la discussion sur les crimes des pays communistes car à celui qui tenait ce discours on répliquait : "ce n'est pas le socialisme idéal mais une mauvaise interprétation et quelques excès mineurs." Comme chrétien je trouve qu'il est justifié de dénoncer la façon dont fonctionne les pays à majorité musulmanes où les droits de l'homme sont en danger. Quel est le problème ? L'islam se présente comme une religion càd recherche spirituelle et vie vertueuse et paix. L'islam est aussi un projet global qui régit aussi comment traiter les non-musulmans, les femmes, les homosexuels, les athés, les apostats, ceux qui aiment bien dessiner le prophète etc. et surtout ce projet peut être soutenu par des moyens violents si nécessaire. Quel est le vrai islam, l'islam réel ? .
        • GdeC
          août 21, 12:38 Reply
          comparer le communisme à l'islam... Ils osent tout, c'est à ça qu'on les reconnait ! En outre, Xavier tu t'éloignes un peu trop à mon sens du message originel ici.... On parle d'appel à l'intellignence, au vivre ensemble, et tu illustres le propos de Marcel et de celle qu'il traduit par un appel sinon à la haine, du moins à la discrimination négative; CQFD.
        • Xavier
          août 28, 12:09 Reply
          Le communisme ainsi que l'islam invectivent leurs détracteurs. Vais-je me faire insulter ? Certainement mais je j'attache pas d'importance à ces cris. Un argument fait appel à la raison. Un excellent rationaliste que je vous invite à consulter : HAMID ZANAZ. Algérien il parle l'arabe et vous pouvez donc pas lui raconter n'importe quoi sur les obligations de l'islam.
    • u'tz
      août 12, 00:23 Reply
      "Toutes les religions prônent globalement une vie où on applique des principes de vie vertueuse : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir, être fidèle,ne pas exploiter le plus faible." croire ça c'est assumer qu'une religion (et même une religion en particulier) ne peut être un problème...
  18. Attila
    août 12, 10:30 Reply
    On est en plein dans la réalisation de ce que Guy Debord analysait dans "La société du spectacle" à savoir pour ce que j'en ai compris, que le sujet de la production médiatique n'a plus grand chose à voir avec les messages véhiculés, mais est devenue son propre et unique sujet d’intérêt.
  19. Salade
    août 12, 11:21 Reply
    bon je reconnais, ici je fais le troll mais je ne résiste pas: au lendemain des commémorations d'Hiroshima et Nagasaki: http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150811_00686283 au lendemain de la fin des championnats du monde de natation en russie à Kazan (qui ont été autorisés malgré les embargos sur nos fruits): http://www.france24.com/fr/20150811-mh17-enqueteurs-identifient-elements-missile-buk-ukraine-russie-pays-bas http://www.lesoir.be/960012/article/actualite/monde/2015-08-11/violences-en-ukraine-l-armee-ripostera-par-tous-moyens ce monde est l'enfant de Goebbels. il parait de plus en plus évident que contrôler le peuple par les médias devient on ne peut plus facile vu le degré zéro d'éducation des peuples OCCIDENTAUX.
    • Salade
      août 12, 15:36 Reply
      Mais constatons que si les débats politiques à la télé sont moins écoutés, ce n'est pas par manque d'éducation, au contraire! C'est du bon sens!
  20. […] Tout ça, c’est ce que j’ai trouvé sur le site de SudPresse en quelques minutes. Rien n’est censuré, ni l’islamophobie, ni l’homophobie. Je ne comprends pas que le Centre pour l’Égalité des Chances et contre le Racisme ne lance pas des poursuites contre ce genre de dérive à grande échelle, même plus anonyme, comme le disait Anja Reshke ! […]

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.