Ahmed El Khannouss, le CDH n’a plus son « négationniste ». MàJ2.

Capture d’écran 2015-05-20 à 20.13.19

Mise à jour du 22 mai à 20h : après avoir effacé la page de l’événement le 21 et s’être un peu pris les pieds dans les génocides dans la DH, Ahmed El Khannouss a déclaré à RTL-TVI : « J’ai toujours reconnu le génocide arménien ». Dont acte. La clarté est au rendez-vous, je n’ai plus rien à reprocher à Ahmed El-Khannouss, au contraire, la reconnaissance ferme est toujours appréciable. Le titre de l’article a donc été modifié. Le corps, également, même s’il reste dans les grandes lignes identiques. Effacer une « gaffe » ne change pas le passé. Le texte ci-dessous pose la question de la façon de s’adresser à « la communauté turque », et celle de sa stigmatisation. Il est donc à lire en gardant à l’esprit qu’Ahmed El-Khannouss a fait toute la clarté qui lui était demandée, ce qui n’est pas le cas de plusieurs députés.


Après le tollé contre Emir Kir (PS) pour son refus de qualifier le génocide des Arméniens de génocide, je vous prédis un tollé similaire, avec des unes revanchardes, contre cette fois un échevin CDH, Ahmed El Khannouss, député bruxellois et échevin de l’Emploi, du Développement économique, de l’Économie sociale et des Sports de Molenbeek. Benoît Lutgen sera sommé de le recevoir dans son bureau et de lui administrer une sévère correction. On le poursuivra au prochain événement un tant soit peu important pour lui demander s’il y a bien eu un génocide dans l’Empire ottoman au début du siècle passé, on en parlera dans chaque émission, on fustigera son parti pour son double langage, bref, ce sera un carnage verbal.

Sur sa page Facebook, Ahmed El Khannouss a en effet partagé un événement Facebook qu’il a créé, dans lequel il ne se contentait pas de nier le génocide, il le justifiait presque ! Dans le texte d’introduction, qu’il présentait comme « un coup de gueule », il exprimait son « exaspération face à l’acharnement dont est victime la Turquie et auquel se livrent certains gouvernements et dirigeants politiques en Europe et particulièrement en Belgique. » Pour lui, on accuserait les « massacres […] de millions d’Arméniens » d’être des génocides, en oblitérant le contexte historique « douloureux » et « ces peuples livrés dans la tourmente d’une guerre découpant en lambeaux ce qui fut jadis un empire puissant, héritier du califat ». Et d’affirmer que tout cela aurait un but électoral voire cacherait une « certaine forme d’islamophobie ». Reconnaître le génocide des Arméniens aurait donc, selon El Khannouss, été non seulement une insulte aux autres victimes de la guerre, mais aussi une sorte de haine envers… les musulmans !

Il expliquait son coup de gueule par le « lynchage indigne » de plusieurs élus d‘origine turque dont le but était d’humilier et de blesser les jeunes que l’on empresse selon lui « de qualifier ‘d’origine turque’ ». Là, ça devenait compliqué parce que juste avant, il évoquait « la communauté turque de Belgique ». Donc, la communauté est turque, mais on ne peut pas qualifier ceux qui la composent comme étant « d’origine turque ». Ça va pas nous simplifier la tâche. On peut essayer « qui portent des noms de famille en langue turque » ou peut-être « dont certains ancêtres pourraient avoir habité dans un pays dont la capitale s’appela Constantinople, ce qui est tout de même Byzance ». Ou mieux : « jeunes Belges qui ont tendance à considérer le génocide des Arméniens comme une série de massacres et mangent des dürüm plus souvent que des sandwichs » (pour les dürüms, je suis tranquille, ce n’est pas stigmatisant, j’en mange aussi plus souvent que des sandwiches). Ouf ! Là, on n’est plus ethnique !

Bien sûr, je pouvais suivre El-Khannouss sur le fait qu’on stigmatisait inutilement les Belges d’origine turque, qui ont évidemment le droit de conserver un lien culturel et émotionnel avec la Turquie (surtout ceux qui ont des snacks qui font de délicieux dürüms — gardez votre culture, les gars, par pitié !) Le mot négationniste ne peut pas avoir la même résonnance que dans le cas des négationnistes de la Shoah, parce que l’histoire n’est pas la même, parce que si les Allemands ont bien dû, après la défaite et l’humiliation, traiter courageusement l’immonde tache laissée par le nazisme, la Turquie, elle, s’est fondée sur les ruines de l’Empire ottoman notamment génocidaire, avec des responsables politiques qui avaient du sang de ce génocide sur les mains. Depuis des décennies, toute la culture politique turque s’est arc-boutée sur le déni du génocide, et Recep Tayyip Erdogan en a même fait une cause centrale de son discours.

Les jeunes Belges d’origine turque (oups) n’y peuvent rien. Ils sont beaucoup plus, en effet, que cette adhésion à une culture politique négationniste. Aucun pays n’aime reconnaître ses crimes, ceux qui le font sont rarissimes. Sur ce point, l’échevin CDH avait évidemment raison.

Mais là où il tombait dans l’inacceptable, c’est quand il encourageait la communauté turque à continuer à encenser, à aduler même, un président étranger qu’ils peuvent considérer, tout au plus, comme le président du pays où ils ont des racines, mais dont ils ne sont pas citoyens. Un président qui enferme des journalistes, un président qui vient jusqu’en Belgique vendre en douce l’AKP et raffermir son pouvoir là-bas, aux frais du contribuable turc.

Par sa diatribe contre le mouvement qui demande la reconnaissance, par la Turquie, un jour, du génocide des Arméniens (qui ne concerne aucun Turc, ni de Turquie, ni de la diaspora, il est temps de le dire bien haut), El-Khannouss prétend lutter contre une position (effectivement) hypocrite et (effectivement) en partie xénophobe, par une position radicalement communautariste qui encourage au contraire les jeunes à ne pas se poser de question, à refuser de prendre le problème à bras le corps plutôt qu’à accepter avec courage qu’on peut se sentir turc (même en étant belge) tout en reconnaissant l’ignominieux projet d’extermination de populations non-Turques et sa mise en œuvre programmée. Ce serait d’autant plus « turc » comme attitude, que c’est celle que l’Empire lui-même a adoptée dès après la guerre, condamnant les coupables à mort. Je me demande même si les jeunes Belges d’origine turque le savent !

El-Khannouss nous servait ensuite une ode à Erdogan, s’attaquant à « la diabolisation dont est victime cet homme qui a métamorphosé positivement son pays comme nul autre dirigeant politique de sa génération en Europe », soulignant le progrès économique du pays, son désendettement, et le processus de paix avec les Kurdes. Même sur le plan international, « Erdogan bouscule les consciences » puisqu’il aurait été le premier à parler des enfants tués sur les plages de… Gaza.

Mouais.

Et de s’en prendre à la N-VA dont un député a fustigé la venue d’Erdogan en Belgique qui inciterait les jeunes à rester cloîtrés dans leurs « communautés ». Pour le coup, on peut difficilement donner tort à la N-VA même si celle-ci a probablement un autre agenda en tête, moins reluisant. On l’a vu avec les déclarations de Bart De Wever contre les Berbères.

Ahmed El-Khannouss terminait en racontant son voyage en Turquie, qui accueille près de 2 millions de réfugiés de toute origine. C’est vrai que l’Europe est minable à côté, et que Turcs, Libanais, Jordaniens peuvent être fiers d’offrir un havre de paix à ceux que nous avons plutôt tendance à laisser à la mer, mais rien ne dit qu’un autre président qu’Erdogan aurait eu une attitude différente. Dois-je rappeler que la Turquie de Tayyip a empêché les Kurdes de porter assistance aux habitants de Kobane ? Qu’elle est suspecte de plus d’empathie envers les djihadistes qu’elle n’en a pour les Kurdes ?

Bref, l’exercice de l’échevin molenbeekois était une apologie très subjective. Elle ne grandissait pas son auteur.

Celui-ci clôturait son texte en écrivant « Quant à la communauté turque de Belgique… qu’on laisse ces gens tranquilles ! » Eh bien non. On ne peut pas. Parce qu’on ne peut laisser personne tranquille. Parce qu’on a une histoire européenne qui se fonde sur le traitement moral d’un génocide et qu’il n’est pas possible, à terme, de le faire sans traiter tous les crimes contre l’humanité de toutes les communautés. Mais ne pas laisser tranquille ne signifie pas non plus harceler, mais bien débattre. Expliquer. Mettre en contexte. Il y a eu génocide et il y a eu guerre. Reconnaître les souffrances des Turcs permet de plus facilement aborder la question du génocide. Rappeler que le mouvement Jeune-Turc, coupable de ces crimes, n’a de turc que le nom, peut aider aussi.

On ne peut pas conditionner « l’intégration » à la reconnaissance du génocide des Arméniens par les Belges qui ont un nom turc ou une origine turque. Ils sont citoyens belges de plein droit. Leur opinion personnelle n’a aucun rapport avec leur statut national. Ils ont le droit d’aimer la Turquie, Erdogan (ou pas), et comme moi, d’adorer les dürüms. Ou le çay. Ou le Kahve plutôt que le Rombouts à la chicorée du percolateur. Et tant que le gouvernement belge n’aura pas eu le courage de reconnaître clairement le génocide arménien (et utilisera la même dialectique qu’Emir Kir sans que les médias ne s’offusquent, n’enragent, ne poursuivent Didier Reynders pour qu’il s’explique), personne n’a le droit de se demander pourquoi des Turcophones de Belgique font de même. Je vais même dire, ils sont plus intégrés que les Belges d’origine catholique, tant leur raisonnement est proche de celle de notre diplomatie !

[Note sur le paragraphe précédent, M. Brotchi, MR, m’a indiqué aujourd’hui que Charles Michel avait bien reconnu le génocide arménien au nom du gouvernement.]

Oui, c’est une boutade, mais ça montre que la question n’est pas tant communautaire que liée aux intérêts des uns et des autres. Celui, pour Ahmed El-Khannouss, de se faire bien voir de la « communauté turque » en défendant des positions erdoganiennes plutôt qu’en encourageant la mise à plat du débat. Celui, pour Didier Reynders, de ne pas fâcher la Belgique avec la Turquie, plutôt que de chercher à fédérer les pays européens pour qu’ensemble, ils reconnaissent le génocide des Arméniens. Cent ans après. Putain ! Cent ans !

Sinon, voilà, le CDH a eu aussi son « négationniste » (entre guillemets), le temps d’un instant. La presse en a parlé, il a clarifié ses propos, tout est pardonné, dirait Charlie. Reste à attendre qu’Emir Kir soit à son tour aussi clair. Et aux médias de chercher à expliquer, à nuancer, à comprendre les Belges attachés à une culture importée qui, certes, nie un génocide, mais que nous devons tenter d’ouvrir au débat. C’est-à-dire reformer à l’esprit démocratique citoyen : refuser strictement que des députés prennent nos institutions en otage pour propager cette négation, mais aussi rejeter toute stigmatisation d’une population sur cette base (ce serait un comble), rappeler qu’une opinion n’est jamais un délit, même si elle nous répugne, accepter que la négation du caractère génocidaire de l’élimination des Arméniens n’est pas comparable, pour des tas de raisons, au négationnisme dans le sens sulführeux du terme. Et intégrer le génocide dans l’éducation tout en respectant la Turquie et ceux qui y reconnaissent une origine, une influence, une seconde patrie.

C’est très complexe, c’est même un véritable défi, et j’espère qu’on pourra compter sur Ahmed El-Khannouss pour faciliter les choses. 

Être belge ne comporte pas l’obligation de reconnaître le génocide des Arméniens. Mais être politicien belge, quelle que soit son origine, implique bien, si l’on veut être honorable, qu’on n’alimente pas les errements culturels de chacun (qu’on soit N-VA, CDH ou autre) pour se rendre facilement populaire, mais bien qu’on privilégie la pédagogie au populisme. Le courage n’est pas de nier l’évidence, mais de la reconnaître puis de l’expliquer.

Allez, iyi aksamlar à tous.


Réponse de Ahmed el-Khannouss, envoyée en commentaire et mes commentaires 

Je suis désagréablement surpris du détournement de mon texte concernant la stigmatisation dont est victime la communauté turque. Même si, en vérité, cela démontre bien la profondeur du malaise que j’ai pointé du doigt. Non, je ne nie pas un quelconque génocide. Il suffit de relire, avec un minimum d’honnêteté intellectuelle, mon texte publié pour s’en rendre compte. Les massacres d’Arméniens survenus il y a 100 ans sont considérés comme un génocide par des historiens et par des Etats à travers le monde. Mais nous vivons, ici, en Belgique. Dès lors, est-il choquant de rappeler aussi la position officielle de l’État belge sur la question sans être, stupidement, taxé de négationniste ?

C’est précisément cela que je dénonce dans mon texte et que certains se complaisent à détourner : je suis contre le négationnisme des génocides tout autant que la stigmatisation des individus surtout s’ils font partie d’une minorité, contre l’islamophobie, contre la haine raciale, contre cette mentalité qui consiste à dresser les gens contre les autres !

On parle souvent du Vivre Ensemble, des politiques qui devraient être mis en œuvre pour y parvenir. Avant d’en arriver là, il faut choisir : veut-on vivre les uns avec les autres ou ériger des murs entre les gens ? Vivre Ensemble ne veut pas dire accepter n’importe quoi comme prix à payer pour la paix sociale. Vivre Ensemble, c’est avoir le courage de s’ouvrir aux autres même sur les sujets sur lesquels on n’est pas d’accord. C’est surtout le respect.

Ahmed El khannouss

Mes commentaires.

Le mot négationniste a été mis entre guillemets. J’explique bien dans mon texte que le « négationnisme » turc vis-à-vis du Génocide des Arméniens n’est pas comparable au négationnisme vis-à-vis de la Shoah. Quant à la négation du génocide des Arméniens, voici le paragraphe qui m’amène à cette conclusion. Il est renforcé encore par le fait que, dans votre réponse, vous écrivez habilement « je ne nie pas un quelconque génocide […] Les massacres d’Arméniens survenus il y a 100 ans sont considérés comme un génocide par des historiens et par des États à travers le monde. Mais nous vivons, ici, en Belgique. » Mais non seulement, vous évitez de lier génocide à arménien (« un quelconque génocide »), mais en plus, vous commencez la phrase suivante en évoquant les massacres d’Arméniens (soit la rhétorique d’Erdogan et celle de ceux qui nient le génocide des Arméniens) pour évoquer des historiens et des États qui le reconnaissent, suivi par « mais en Belgique… » Si l’attitude de l’État belge n’est toujours pas claire sur le sujet, celle des historiens, au contraire, est massivement que les « massacres » étaient un génocide.

« Il y a tout d’abord eu cette polémique sur les massacres (1) commis, sous l’empire Ottoman, de millions d’Arméniens. Faut-il les qualifier de génocide ou pas ? (2) Une question qui divise jusque dans les coulisses de la diplomatie belge qui rappelle la nécessité d’une décision juridique internationale. Malgré cela, on accuse, sans une nécessaire remise en contexte historique douloureux (3), de ces peuples livrés dans la tourmente d’une guerre découpant en lambeaux ce qui fut jadis un empire puissant, héritier du califat. Cette surenchère (souvent à des fins électorales voire, plus grave, qui cachent une certaine forme d’islamophobie) par rapport à la souffrance, celle de tous les peuples qui l’ont vécue (4), est tout simplement inacceptable. »

(1) : vous partez du principe qu’il s’agit de massacres.

(2) : vous n’affirmez pas qu’il s’agit d’un génocide et remettez la qualification entre les mains d’une cour internationale, la même attitude que la diplomatie turque et de la diplomtie belge, que je qualifie évidemment aussi de « négationniste » (comme ça vous ne serez pas seul).

(3) : comme Bart De Wever avec la collaboration, vous prétendez qu’il faut considérer le contexte historique douloureux, minimisant ainsi la portée du génocide, tout comme on ne rappelle pas Dresde ou les dommages de guerre qui ont miné l’Allemagne pour remettre la Shoah en contexte. Un génocide n’a pas de contexte parce qu’il ne s’agit pas d’un crime de guerre (comme Dresde) mais d’un crime contre l’Humanité. Ce faisant, vous n’êtes pas loin de justifier le génocide.

(4) : vous mettez sur le même plan les souffrances des Turcs pendant la première guerre mondiale et celle des victimes de génocide. C’est une minimisation de génocide. Je le comprends aisément de la part de citoyens belges d’origine turque ou non parce qu’il y a, depuis 1919, un contexte culturel qui s’est développé et qui bloque le débat, à partir d’Ankara. Mais je ne l’admets pas de la part d’un député humaniste.

Vous me trouverez à vos côtés pour défendre le droit des Belgo-turcophones à ne pas reconnaître personnellement le génocide arménien, vous me trouverez à vos côtés pour critiquer la « chasse aux élus turcs » qui contraste dangereusement avec la paix laissée à la diplomatie belge et à l’absence de réaction face au négationnisme de notre État, mais jamais si vous incitez une communauté à se replier sur elle-même plutôt que de les inciter à réfléchir, au nom du vivre-ensemble.

Cordialement,

Marcel Sel.

Previous Touche pas à mon Kroll ! (Est-ce ainsi que les hommes vivent ?)
Next Mahinur Özdemir ou le courage de virer en 187 millions de secondes.

You might also like

0 Comments

  1. u'tz
    mai 20, 21:52 Reply
    @Marcel je suis impressionné par votre article, el khannouss , je le connais peu mais ne peut pas dire que je ne le connais pas, j'entends le marocain parlant aux électeurs potentiels turcs (pour ceux qui l'ignorent les turcs n'ont pas colonisé les marocains) svp Marcel jurez qu'après le trop facile mimir kir négationalisto-socialisse, c'est pas juste un petit coup contre le molenbeek postflupke-moureaux avec sa bourguemaîtresse (mr pour le coup) ok je suis plus indulgent envers les éventuelles maladresses d'el khannouss que les actes de netanyahu quoi! comment j'ose! sorry mais la shoah arménienne et sa logique impérialiste a plus à voir avec la naqba palestinienne qu'avec la solution finale européenne d'ah
    • Pfff
      mai 21, 10:33 Reply
      Définition ultime et définitive d'un socialiste : un socialiste, c'est quelqu'un qui choisit ses morts. Il occulte les autres, dans tous les sens du verbe occulter. Le socialisme est un obscurantisme, une superstition, une magie noire pathétique.
      • u'tz
        mai 21, 21:41 Reply
        @ pouf : les socialisses c'est la mort , les chrétianisse c'est la jésurection allez loup ya! vive la génuflexion réfléchie!
        • Pfff
          mai 23, 17:14 Reply
          Le socialisme, c'est 80 millions de morts, sans compter les natio-socialistes.
        • Pfff
          mai 23, 17:40 Reply
          À propos de morts occultés, plutôt que de fantasmer sur l'or volé par les blancs, comme n'importe quelle pie marxiste, ou des palestiniens, comme n'importe quel corbeau "progressiste", ou des trois pelés exécutés par l'Inquisition vers 1600 et une rawette, comme n'importe quel merle "voltairien", vous ne nous entretiendriez pas des quelques millions de morts assassinés de votre pays d'origine ? Il y a des silences qui sont assourdissant.
        • u'tz
          mai 27, 00:38 Reply
          @poufff 80millions de morts pour les "socialisses" 6 milliards d'abrutis pour les capitalisses pleurons les victimes amen
      • Rivière
        mai 24, 12:45 Reply
        @ Pfff Parce que, vous, vous pensez que les gens du parti socialiste sont socialistes ? Faut nettoyer vos lunettes ! Maintenant, vu que le socialisme est une idée neuve, progressiste et visant idéalement au bien-être du plus grand nombre au détriment de ceux qui aime se sentir supérieur aux autres et avoir des privilèges par rapport au capitalisme qui est une idée plus ancienne, vous diriez sans doute "qui a fait ses preuves", et qui vise idéalement à concentrer tout le bien-être sur une élite au détriment de la populace rabaissée au rang d'objets que l'on peut prendre, essorer et puis jeter... Sur base de cela et de votre postulat "Le socialisme est un obscurantisme, une superstition, une magie noire pathétique", on peut raisonnablement affirmer que le capitalisme est une culture maléfique, une religion satanique, un mal d'une noirceur si obscure qu'il ne peut provenir que des grands anciens décrit par Lovercraft et à côté de qui Satan fait figure d'amateur pas très doué.
        • Pfff
          mai 25, 20:54 Reply
          Une idée neuve du début du XIXe siècle. Je vous rassure : je ne crois pas aux sorcières. Hélas, les apprentis-sorciers socialistes sont toujours prêt à re-fonder leur grand culte sur des charniers, qu'ils oublient à mesure. Et en plus ils croient dans leur pouvoir incantatoire, ces ridicules !
    • Yves Lambert
      mai 21, 11:43 Reply
      Vous êtes plus indulgent envers un échevin communal de Molenbeek qu'envers le Premier Ministre d'Israël. Vous trouvez que leurs contextes et responsabilités sont comparables? Leur seul point commun semble plutôt à chercher du côté de l'opportunisme électoral le plus démago. Et votre conclusion est encore pire en matière d'amalgame. Parler de shoah arménienne pour fourguer un parallèle avec la naqba, c'est pas mal non plus. Pour ma part, je suis certainement plus indulgent envers Kir à qui on demande d'avoir un courage (le suicide électoral) qu'à peu près personne n'aurait qu'envers El Khannouss à qui on ne demande rien sur ce point précis. Il est possible que l'échevin soit par ailleurs une personne charmante, ça ne change rien.
      • Marcel Sel
        mai 21, 20:53 Reply
        Qu'est-ce qu'Israël vient f… dans cette histoire? J'en ai parlé dans un article précédent de manière critique. Mais ici, mon article parlait de Belgique, du CDH, de Molenbeek.
        • monnoliv
          mai 21, 21:58 Reply
          Bah oui c'est clair, c'est quoi cette manie de mélanger les problèmes d'actualité. Marcel Sel parle ici d u génocide arménien. Pour le reste, voir ses autres articles. Ras le bol de ces interventions mal à propos.
        • u'tz
          mai 21, 22:08 Reply
          qu'est-ce que lui charles michel vient f...dans cet histoire, hier dans le poste il a dit pour l'mr ya pas de doute pour tous au mr c'est le génocide arménien et dj reynder l'a prouvé à erevan... alors que vous nous avez dit qu'il n'a pas dit comme nétanyahu non plus : les turcs sont génocidaires (comme "les vulgaires" bahutu quoi) bon si emir kir n'a jamais parlé de bain de sang social...j'aurais aussi plus d'indulgence envers kir qui refuse le suicide électoral et par ailleurs ne prétend pas vivre avec 800€
        • Giuseppe Sciabica
          mai 22, 06:58 Reply
          On importe toujours le problème Palestine -Israël, pour détourner l'attention du vrai problème! D'ailleurs c'est bien le stratagème de nos médias en accord avec nos politiques. Ce que j'ai retenu que , d'une part nous avons accepté de récupérer des représentant politique pour obtenir des voix, sans se soucier des vrai problèmes des citoyens, et d'autres part j'observe que, une certaine classe politique ne s'occupe que de son électorat, il est clair que ces représentant du cdh et ps n'ont aucun scrupule d'être au service de la nation et encore moins du parti, ils ont en commun la religion islam qui fait défaut a leur conscience, le génocide des arméniens n'oublions pas c'est un génocide lié au christianisme, je reviens sur le problème Israël palestine, on leur permet de manifester et faire du grabuge sur nos places, et quand les Yezidis sont massacrés rien est dit de leur part, il y a plus de deux millénaires que la communauté juives vit en Europe, pas de problèmes partout où ils sont [QUI ? Note du censeur Sel] il y a que des problèmes, qu'ils s'intègrent mieux!
        • u'tz
          mai 27, 00:44 Reply
          "le problème Palestine -Israël, " ne détourne pas l’attention " du vrai problème! " ce dernier avatar du colonialisme occidental ramène à tout ce qui s'y apparente
  2. Cedric Lemaire
    mai 20, 22:16 Reply
    En tant que membre du cdH, je ne peux qu'être choqué par le comportement de cet échevin. Il n'en tiendrait qu'à moi, il serait exclu! Les justifications qu'il donne au génocide arménien, sont du même niveau que la justification de la collaboration par le mouvement flamand!
  3. Salade
    mai 20, 22:53 Reply
    Y a pas de politiciens MR d'origine turque à bxl? c'est pour voir
    • Pfff
      mai 21, 10:25 Reply
      Sûrement, mais le MR est un parti de gens admirables, raisonnables, qui ne donnent aucune prise à un populisme ethniciste ou islamiste. De vrais citoyens, turcs ou scandinaves, peu importe. Il vous faut regarder vers le ciel pour les apercevoir. Charles Michel akhbar ! Di Rupo est l'otage d'islamistes au boulghour ! Un valet du terrorisme salafiste, tendance Frères musulmans, en plus !
      • u'tz
        mai 27, 19:57 Reply
        le boulghour est bio c'est de la mrde... à là où à que barre
        • Pfff
          mai 28, 10:38 Reply
          J'ai l’impression que votre exécration se perd dans d'excrémentation systématique.
    • Pfff
      mai 21, 10:49 Reply
      A quand une réduction sur les tickets d'avion pour les membres du MR ? http://www.lesoir.be/884275/article/actualite/belgique/2015-05-21/emir-kir-intervient-lors-d-une-expulsion-jambon-et-francken-portent-plainte [on ne joue pas sur le physique. Phrase effacée. note du censeur salé] !
      • Pfff
        mai 25, 09:58 Reply
        Rhooo. Marcel, et vous comparez Maggie avec une barcelonaise pour sous-entendre que notre Maggie aurait un physique rébarbatif. Alors que moi, je célébrais ses formes plantureuses dans lequelles les citoyens de ce pays trouvent un peu de confort sécuritaire, selon des sondages qui ressemblent fort à des plébiscites. Franchement.
        • Marcel Sel
          mai 25, 16:55 Reply
          Non, rien à voir avec le physique rébarbatif mais avec l'aura personnelle.
        • Pfff
          mai 26, 13:42 Reply
          L'"aura personnelle". Mais pas de Pentecôte. Où est la logique ? Quand je songe que les caves de Barcelone ont été intensivement utilisée par le NKVD pour liquider les anarchistes, le POUM et tout ce qui, au sein de l'Internationale, doutait de l'"aura personnelle" du petit père des peuples en acier trempé au sang des innocents, je me demande bien de quoi l'"aura" de cette élue communiste est le nom. Amnésie collective ? Réécriture intensive de l'histoire par le camp du Bien, à fin idéologique ? http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/apost_letters/documents/hf_ben-xvi_apl_20071026_beatification-martyrs-spain.html
  4. Ergo
    mai 20, 23:10 Reply
    L'ai-je rêvé ou c'est bien vrai que l'on veut faire entrer la Turquie dans l'Europe? Ce serait une grossière erreur.
    • Pfff
      mai 21, 10:29 Reply
      Les anglais et les américains (à un moment, ils ont réussi à berner les polonais). L'erreur, déjà, c'était de faire entrer les anglais. Mais cela a l'air de se résoudre de soi-même.
      • Salade
        mai 22, 09:01 Reply
        si les anglais sortent de l'UE, je fête. faut dire que ne suis plus tout jeune et il y a du vécu et de l'usure anglaise. J'espère le voir de mon vivant.
        • u'tz
          mai 27, 01:01 Reply
          "si les anglais sortent de l’UE, je fête." perso idem à condition qu'ils emmènent leur langue avec
      • Pfff
        mai 22, 11:23 Reply
        Et le Chi et le Dailaï-Lamy, aussi. Comme par hasard, ceux qui ont empêché que soit fait mention des racines chrétiennes de l'Europe dans son projet de Constitution. Des esprits illuminés comme des sapins de Noël, rad-soc franchouilles. Super-Homais lisant l'avenir du progrès du futur de demain dans les menstrues de Mme Renan. Depuis lors, le projet européen, n'est-ce pas, succombe à la joie française de se vivre ensemble dans le roman national des terres d'immigration, dans un enthousiasme délirant.
  5. El khannouss
    mai 20, 23:38 Reply
    Je suis désagréablement surpris du détournement de mon texte concernant la stigmatisation dont est victime la communauté turque. Même si, en vérité, cela démontre bien la profondeur du malaise que j’ai pointé du doigt. Non, je ne nie pas un quelconque génocide. Il suffit de relire, avec un minimum d’honnêteté intellectuel, mon texte publié pour s’en rendre compte. Les massacres d’Arméniens survenus il y a 100 ans sont considérés comme un génocide par des historiens et par des Etats à travers le monde. Mais nous vivons, ici, en Belgique. Dès lors, est-il choquant de rappeler aussi la position officielle de l’État belge sur la question sans être, stupidement, taxé de négationniste ? C’est précisément cela que je dénonce dans mon texte et que certains se complaisent à détourner : je suis contre le négationnisme des génocides tout autant que la stigmatisation des individus surtout s’ils font partie d’une minorité, contre l’islamophobie, contre la haine raciale, contre cette mentalité qui consiste à dresser les gens contre les autres ! On parle souvent du Vivre Ensemble, des politiques qui devraient être mis en œuvre pour y parvenir. Avant d’en arriver là, il faut choisir : veut-on vivre les uns avec les autres ou ériger des murs entre les gens ? Vivre Ensemble ne veut pas dire accepter n’importe quoi comme prix à payer pour la paix sociale. Vivre Ensemble, c’est avoir le courage de s’ouvrir aux autres même sur les sujets sur lesquels on n’est pas d’accord. C’est surtout le respect. Ahmed El khannouss
    • Monsieur je suis désolé de dire que n'avait rien appris de l'histoire. Si ces citoyens de plein droit comme vous dites sont Belges, ils devraient renoncer à leur nationalité Turque et ne pas voter dans les élections Nationales Turque. D'autre part je vous mets en demeure de publier dans les plus brefs délais le document que vous avez signé lors de votre entré au CDH dans lequel vous avez reconnu le Génocide Arménien. Je ne fais que reprendre les déclarations de votre Président: Benoit LUTGEN
      • Marcel Sel
        mai 21, 20:47 Reply
        Désolé, le droit à la double nationalité n'autorise pas à pretendre que voter dans l'autre pays est une faute, pour les Francais comme les Turcs. C'est un droit, point.
        • Tournaisien
          mai 21, 21:02 Reply
          Je suis concerné par le cas. Je suis belge et français ; je vote en Belgique et en France ... même aux européennes, ce qui là, reconnaissons le, soulève quand même un petit problème (aux européennes, je vaux deux électeurs !).
        • u'tz
          mai 22, 14:03 Reply
          ç@Tourn' (aux européennes, je vaux deux électeurs !) tiens c'est fou ça il me semblait plutôt qu'un citoyen européen des 28 votait à l'europe où il est domicilié dans les 28...
        • Pfff
          mai 23, 17:55 Reply
          Vous en valez bien dix, Tourn', soit dit sans flatterie !
        • Tournaisien
          mai 25, 19:46 Reply
          @ U'tz Sérieux ... authentique. C'est bizarre, mais c'est comme ça. Je vote à Roubaix et à Tournai ... aux Européennes. Je reconnais que c'est un peu particulier, mais c'est bien comme ça. D'ailleurs, je reçois toujours les prospectus électoraux français à mon domicile tournaisien, y compris pour les européennes. @ Pfff Dix ... waw ! Dois-je me sentir flatté ?
        • u'tz
          mai 27, 00:51 Reply
          Tourn' ne vous en vantez pas c'est juste illégal,
        • Tournaisien
          mai 28, 07:20 Reply
          @ Ut'z Apparemment pas aux yeux de la France ! Cela ne leur a jamais posé le moindre problème. Mieux, comme je vous l'ai dit, je suis inscrit sur les listes d'électeurs à Roubaix et je reçois la publicité électorale à chaque élection. Le problème est le suivi "électoral" aux Européennes dans les cas des doubles nationaux. Mais là, très franchement, je ne vois pas comment faire pratiquement, sauf à enclencher (comme pour la gestion des domaines fiscaux) des comptabilisations électorales aux cas par cas. Maintenant, soyons de bon compte : ce ne sont pas les quelques clampins dans mon genre qui votent deux fois qui vont entraîner des déséquilibres électoraux d'une gravité telle que l'ensemble des résultats électoraux seraient remis en cause.
        • u'tz
          juin 02, 02:02 Reply
          ok Tourn' vous vous êtes domicilier dans deux pays différents, perso tous les français qui m'ont dit le faire le faisais pour niquer les assedic pas vraiment pour avoir deux voix au parlement européen...
      • Willy
        mai 27, 08:56 Reply
        @Tournaisien: Et cela ne vous pose pas un problême d'ordre moral vous qui la préchez à l'envi ?
    • u'tz
      mai 27, 20:03 Reply
      "Ahmed El Khannouss a déclaré à RTL-TVI : « J’ai toujours reconnu le génocide arménien »." respect devant un bon belge, ...sans comprendre le suivi dans le soutien aux compatriotes turcs
      • Pfff
        mai 28, 14:07 Reply
        Dis-moi pas que c'est pas vrai ! Maintenant, la question, Uit', est de savoir si Bart va reconnaitre le génocide arménien. Après la Shoah, la semaine passée, cela fait peut-être beaucoup de mauvaises nouvelles en un court laps de temps.
  6. Tournaisien
    mai 21, 08:28 Reply
    Parfait ... Mais j'aurais aimé un article du même tonneau s'agissant de la sortie de Erdogan à Hasselt !
  7. thomas
    mai 21, 10:39 Reply
    Parfait parfait? Vraiment? Critique-t-il vraiment l'immobilisme qui frappe nos politiques ou nous détourne-t-il de sa tentative de recadrage? Et son "par des historiens", ça passe?
  8. Willy
    mai 21, 11:26 Reply
    Être belge ne comporte effectivement pas l’obligation de reconnaître le génocide des Arméniens ( on reste libre de nier une évidence dans notre démocratie...) mais bien de reconnaitre la primauté de notre constitution, de nos lois, décrets et règlements sur toutes autres "obligations" découlant d'un choix philosophique ou culturel. Cela devrait être la base des cours de citoyenneté ( pardon du cours de rien, euh non de l encadrement pédagogique alternatif: à croire que le mot citoyenneté est aussi pénible à prononcer que génocide...) ou du processus d'intégration pour les primo-arrivants. Je reste persuadé que Ahmed El Khannouss, en bon politicien local , ne s'est exprimé que dans le but de faire une petite OPA locale sur une partie de l'électorat qui dans notre démocratie reste libre de nier l'évidence. ( Les belges d'origine arménienne pèseraient électoralement trois ou quatre fois le poids de celui de l'électorat belgo-turque, le discours serait probablement tout différent....) Personnellement je ne suis pas fan d'un président qui fait embastiller journalistes et avocats qui ne partage pas ses évidences, bloque l’usage de Twitter, Youtube et Google, ou qui laisse les combattants de KOBANE se faire tailler en pièce par IS mais intervient militairement pour transférer un sanctuaire..... Pour toutes ces raisons, et de multiples autres, je reste persuadé que la Turquie n'a pas sa place au sein de l’Europe. Cependant, lorsque les présidents bulgares , grecques, ou arméniens recevront l'autorisation de Ankara de pouvoir tenir un meeting en Turquie , du même acabit que celui de Hasselt, à destination de leurs minorités respectives, j'envisagerai de changer d'avis. En attendant j’ai troqué Bodrum et Izmir pour Rhodes et la Crête depuis 7 ans maintenant et sans aucun regret tout en ayant l impression de contribuer, très très modestement, à la balance commerciale d'une démocratie européenne bien mal au point budgétairement parlant.
    • monnoliv
      mai 21, 22:03 Reply
      "Être belge ne comporte effectivement pas l’obligation de reconnaître le génocide des Arméniens ( on reste libre de nier une évidence dans notre démocratie…) " Ah bon? Je pensais que cela s'appelait du négationnisme. Ne RIEN laisser passer svp.
      • Marcel Sel
        mai 22, 11:09 Reply
        Non. On ne remet pas en question la citoyenneté belge d'un fanatique du Voorpost qui pense qu'Auschwitz était une colonie de vacances. On ne remet, de la même manière, pas en question la citoyenneté d'un Allemand naturalisé belge qui se sent plus allemand que belge et vit à l'allemande. On ne remet donc pas en question la citoyenneté d'un descendant d'immigré turc qui refuse de reconnaître le génocide des Arméniens, mange turc et aime la Turquie au point d'aller à un meeting d'Erdogan. Ni les descendants de Français qui vont à un meeting de Sarkozy ou de Hollande. C'est le principe de base, fondamental, de la citoyenneté. Quand on partira de ce principe indéfectible pour les populations que certains trouvent trop exotiques pour admettre que leurs droits sont identiques à ceux des Belges d'origine européenne, on aura fait un grand pas parce qu'on aura sérié les problèmes. Le droit pour les Turcophones (ou semi-turcophones) à leurs opinions personnelles, et à l'inverse, le non-droit pour des élus qui se basent sur une communauté de nier le génocide (si leur parti l'autorise, c'est là que le bât blesse) et aussi, moralement, le non-droit de prétendre avoir son mot à dire, en tant que minorité, sur la qualification de génocide par les divers parlements belges, comme trois députés d'origine turque l'ont fait au Parlement bruxellois,ou du moins, se vantent de l'avoir fait.
      • willy
        mai 24, 23:26 Reply
        Et bien non dans le cadre de la democratie belge ce cas précis ne relève (malheureusement ) pas du negationisme....
        • Marcel Sel
          mai 25, 16:47 Reply
          C'est bien pour ça que négationniste est écrit entre guillemet. Il s'agit bien de nier la qualification de génocide, mais ce n'est pas interdit par la loi belge.
  9. Pierre@s
    mai 21, 11:32 Reply
    Le "H" de CDH ...... Ca signifie bien "humaniste" . Non ?
  10. robert
    mai 21, 15:23 Reply
    l'homme aux 13 mandats rémunérés (en 2013) n'en est pas à son coup d'essai... voilà ce qui se passe quand on fait dans le clientélisme, l'électoralisme, au lieu de se soucier de l'intérêt général, on se retrouve avec des policards à la petite semaine et un débat au niveau des pâquerettes...
  11. Pfff
    mai 21, 15:28 Reply
    Pas d'accord sur Dresde. Ce fut un crime atroce et inutile. Hemingway fut un des seuls à s'élever contre cette barbarie. Il fut d'ailleurs condamné à ce titre par le "parlement des écrivains américains", à une espèce d'indignité. Raison pour laquelle il offrit la médaile de son prix nobel à Cuba. On peut s'en rappeler alors que de nombreux et prestigieux écrivains américains, membres du Pen Club, viennent de s'opposer à la remise du prix pour la liberté d'expression à Charlie Hebdo. En effet, qui se rappelle du "parlement des écrivains américains" ?
    • Pfff
      mai 21, 16:20 Reply
      Je veux sourcer, impossible ; je sais visiblement un truc qu'Internet ignore royalement.
  12. robert
    mai 21, 15:30 Reply
    2 mandats rémunérés, pardon. Cela dit, ça ne change pas grand chose. Je cite "Vivre Ensemble, c’est avoir le courage de s’ouvrir aux autres même sur les sujets sur lesquels on n’est pas d’accord. C’est surtout le respect." c'est d'ailleurs pour cette raison que notre député bruxellois CDH ne serrent plus la main d'Alain Destexhe qui a osé critiqué l'entrée du voile au parlement bruxellois... communautarisme de bas-étage...
    • Marcel Sel
      mai 22, 10:57 Reply
      (pour une fois que Destexhe était au Parlement…)
      • u'tz
        mai 22, 14:28 Reply
        je crois savoir que c'était pas au parlement mais un jeudi de marché au parvi st jean-baptiste
      • willy
        mai 24, 23:36 Reply
        Vous avez des statistiques officielles de fréquentation à partager avec nous ou c est une pique gratuite pour un non membre du seul parti francophone qui détient la vérité ( mais dont les theories ont mené la wallonie là où elles est....) ?
        • Marcel Sel
          mai 25, 16:48 Reply
          Pour le Parlement, je n'ai pas de statistiques, mais au Conseil communal d'Ixelles, un membre de sa coalition m'a confié que Destexhe leur "foutait une paix royale" : il n'est jamais là.
        • Pfff
          mai 28, 14:21 Reply
          Plus cela va, plus je me rends compte que les lois mémorielles sont une boite de Pandore. Bonnes en principe, mais en principe seulement. L'extension du Droit se fait toujours au détriment des mœurs. La mémoire ne peut pas être sanctuarisée par la Loi, car c'est déposséder les citoyens de leur devoir. La mémoire est trop importante pour être abandonnée à l'État, qui l'instrumentalisera toujours. Lorsque nous nous reposons sur l'État pour défendre la mémoire, que nous acceptons les protections illusoires de la Loi, nous renonçons à nos devoirs, à notre liberté et à nos droits. Une nouvelle forme de tyrannie est en formation.
  13. Tournaisien
    mai 21, 19:14 Reply
    http://www.lesoir.be/885251/article/actualite/regions/bruxelles/2015-05-21/genocide-armenien-manifestation-proturque-pas-autorisee-mais-toleree Le summum de l'hypocrisie et de la connerie !
    • Pfff
      mai 23, 17:29 Reply
      Au "jeune arabe en colère", il faut désormais ajouter le "turc fumasse".
  14. Capucine
    mai 22, 09:46 Reply
    Y a t il d autres politiciens d origine Turque parmi les différents partis Belges? ont ils tous reconnus le génocide Arménien? n est ce pas a la Turquie de reconnaître ce. Génocide? Les Immigrés turcs,italiens,polonais etc sont venus chez nous avant tout pour trouver du travail ,tous ces pays ont un fardeau ,une histoire. Les enfants et les petits enfants de ces émigrés ne peuvent pas porter les injustices du passé sinon l Europe ne se fera jamais. Construire l Europe demande à la base une sincère amitié ,une vue vers un avenir uni et solidaire. On en est loin!
    • Pfff
      mai 23, 18:01 Reply
      Je ne sais pas si il y en a qui l'ont reconnu, ce qui serait à applaudir, évidemment. Je crois que tous les micros se seraient tendu vers celui qui nous aurait rassuré à si bon compte. Il y en a une ribambelle qui ont nié, dans le parlement fédéral et le bruxellois. Et les arméniens, ils n'ont pas droit à notre solidarité ? Serait-ce parce qu'ils sont chrétiens ? Je m'avance, je m'avance. Mais je ne risque pas de me tromper de beaucoup.
  15. Capucine
    mai 22, 13:58 Reply
    Nous avons également notre fardeau en ayant coloniser le Congo sans oublier tous les émigrés d Amérique qui ont éliminé les. indiens.
    • u'tz
      mai 27, 00:56 Reply
      pas "tous les émigrés d Amérique" Capucine seulement une armée américaine à l'entrainement.
  16. Salade
    mai 22, 17:02 Reply
    ce serait bien un sujet sur les places de parking à bxl mon avis est que TOUS les politiques sont ridicules soit les trains sont bourrés et en retard et pas de RER avant 2025 je constate qu'on ne fait pas grand chose si on rentre par Auderghem! la flandre est donc une fois de plus favorisée! soit on se plaint de trop de monde sur les routes soit on fait un péage (ou vignette) tout cela rend la vie impossible pour les navetteurs (qui sont des travailleurs qu'on va décourager de travailler à bxl au nom de quelle liberté?) la solution la plus évidente est d'OBLIGER le téle-travail pour ceux dont le travail ne nécessite pas de contact physique. mais je suppose que ce n'est pas possible à cause de la laisse qu'ont besoin les patrons vis-à-vis de leur personnel il n'y a donc pas de solution: arrêtons d'en parler sujet suivant! le poujadisme d'Ecolo bxl (en rat des villes) est sidérant
  17. Capucine
    mai 22, 21:59 Reply
    bon ok , je vais me faire plaisir avec de la musique métissée ! Le silence à mes propos est un signe que j ai peut être un peu raison mais ce n est pas important ,je vous aime !
  18. Hansen
    mai 23, 11:15 Reply
    Curieusement vos lecteurs citent deux fois Charles Michel dans leur commentaire. Je préfèrerais ne plus entendre parler de ce monsieur Michel quî a l'audace de venir encore polluer l'ecran de ma télé aux journaux de la une.
  19. Hansen
    mai 23, 11:41 Reply
    Il y a un malaise parmi les électeurs du MR dont je fais partie parce que ce on sieur Michel a trahi sa communauté ou son parti ne represente qu'un tiers des électeurs. Ce n'est parce que la loi ne l'interdit pas que c'est quand même une trahison de vouloir la représenter face à la Flandre, sans avoir une majorité dans sa propre communauté quî se sent trahie. Comment voulez respecter encore un président quî mange sa parole meme vis à vis des électeurs de son propre parti. Sa façon d'expliquer son retournement est encore pire. Elle annihile toute la confiance qu'on devrait avoir dans la capacité de son gouvernement à redresser le pays et particulièrement la Wallonie (sans parler de Bruxelles). Le gouvernement precedent avait entamé de bonnes réformes que la population acceptait parce que ce gouvernement-là avait réussi à créer la confiance. Ce gouvernement-ci accentuera la division entre les belges comme l'a fait Mr Sarkozy en France, alors que les français avaient mis tous leurs espoirs en lui qui disait "on ne laissera personne sur le bord du chemin!". Ces politiciens-là sont des cyniques. Faisons la grève du vote. Ils ne représenteront plus qu'eux-mêmes, de pères en fils.
    • willy
      mai 24, 00:43 Reply
      ''Le gouvernement précédent avait entamé de bonnes réformes que la population acceptait parce que ce gouvernement-là avait réussi à créer la confiance''..... Manifestement vous n avez pas du lire souvent la presse flamande à l époque ni regarder de zevende dag ou de laatste show... la confiance était tellement bonne du cote neerlandophone que cela c est traduit par une armada de députés nva à la chambre et du côté francophone par un tassement du PS....et pour rappel dans le gouvernement précédent les partis flamands de la coalition ne représentaient pas non plus la majorité en Flandre sans que cela émeuve grand monte côté francophone ?
      • Hansen
        mai 24, 22:52 Reply
        Il me semble qu'il y avait une coalition de partis flamands qui ensemble représentaient une majorité globale de leur communauté au gouvernement Federal et de meme du côté wallon alors que dans ce gouvernement-ci, un parti minoritaire en Wallonie (30 pour cent?) prétend à lui seul parler au Federal au nom de tous les wallons quî n'ont pas voté pour ce parti (70 pour cent?). C'est une faute contre l'esprit, me semble-t-il. Mea culpa si je me trompe.
        • Willy
          mai 27, 09:41 Reply
          Désolé, mais sous la législature précédente, le gouvernement Di Rupo n'avait pas de majorité côté flamand. La NVA a d'ailleurs à l 'époque martelé le sujet à qui mieux mieux dans tous les médias flamands. De plus la constitution ne tient pas compte des vues de l'esprit, un gouvernement doit disposer d'une majorité de sièges au parlement et ce sans tenir compte de majorité linguistique. S il envisage de modifier la constitution, le vote sur la révision doit se faire à une majorité de deux tiers, avec un quorum de deux tiers, dans chacune des deux chambres.
  20. Tournaisien
    mai 23, 13:52 Reply
    http://www.lesoir.be/886995/article/actualite/regions/bruxelles/2015-05-23/pres-1000-personnes-manifestation-belgo-turque-bruxelles-photos [Phrase effacée. Note du censeur Sel] Un million et demi d'Arméniens massacrés par les Jeunes Turcs en 1915, sans compter les massacres antérieurs sous les Ottomans, notamment en 1895 ... et on tolère cela sur notre sol ? ... [Phrase effacée. Note du censeur Sel (Tournaisien, vous pouviez faire mieux que ça…)]
    • Tournaisien
      mai 23, 20:52 Reply
      Censure ? Mouvement d'humeur. Je ne comprends comment on laisse faire ce genre de choses chez nous. Heurtant, terriblement heurtant ... Il y aurait une manifestation de nazillons proclamant qu'il n'y a jamais eu de génocide juif, en moins d'un quart d'heure tout le monde serait embarqué !
      • Marcel Sel
        mai 24, 11:53 Reply
        Oui, mais la Shoah n'a pas la même valeur géographique/symbolique que le génocide des Arméniens qui, chez nous, est importé.
        • willy
          mai 24, 23:44 Reply
          Bref a vos yeux la douleur des belges descendant des arméniens et syriaques massacrés par les ottomans a moins de force que celles des belges descendant des juifs massacrés par les nazis......pffff vous versez dans le lamentable monsieur Sel....
          • Marcel Sel
            mai 25, 16:51
            Mais non. À mes yeux, la Belgique n'a aucune responsabilité dans le génocide des Arméniens et il s'est déroulé hors de l'espace européen. Il n'a pas la même charge symbolique pour la Belgique que la Shoah. Par ailleurs, il en va de même pour d'autres génocides ou ethnocides ou supposés-génocide (jusqu'à ce que les historiens s'entendent) comme le Cambodge, Holodomor, etc. où l'on peut sans problème négationniser à envi. Et je rappelle que la loi belge ne condamne pas le négationnisme du génocide des Arméniens. Or, tout ce qui n'est pas interdit est autorisé. Moralement critiquable, certes, mais autorisé.
        • Tournaisien
          mai 25, 19:48 Reply
          Holodomor ? ... je suppose que ce terme désigne la famine consécutive à la dékoulakisation.
          • Marcel Sel
            mai 26, 10:35
            Oui, mais comme l'Ukraine se rapproche de l'Europe (très, très lentement), l'analyse du thème commence à devenir urgent. La question est évidemment de savoir s'il y a eu programmation ou pas.
        • Tournaisien
          mai 26, 15:34 Reply
          Pour Stéphane Courtois et son "Livre noir du communisme", oui, ce fut bel et bien programmé. Conscients de ce que les campagnes restées fondamentalement conservatrices et ne revendiquaient en réalité qu'un programme de redistribution agraire (programme des partis agrariens en Europe orientale au début du XXe siècle), les Bolcheviks auraient sciemment entraîné ces masses rurales vers une faillite complète du système agricole avec l'intention d'affamer, de façon à faire place nette et pouvoir réorganiser les campagnes sur le modèle des sovkhozes et des kolkhozes. La conséquence de la famine des années '20 dans une Russie déjà saignée à blanc par la première guerre mondiale et la guerre civile (jusqu'en 1922) a été dramatique : plus de deux millions de morts, sans compter les exécutions de masse qui touchèrent également les campagnes russes. Dans ce cas, toutefois, on ne peut parler de "génocide" au sens d'"ethnocide", mais plutôt de "sociocide".
          • Marcel Sel
            mai 27, 22:56
            C'est le cas aussi du génocide cambodgien…
        • Pfff
          mai 26, 17:12 Reply
          "La question est évidemment de savoir s’il y a eu programmation ou pas." Le gazage de la population civile ukrainienne dans des camions blindés, dès les années 20, fut-elle une malencontreuse erreur mécanique ? Posons-nous gravement la question. L'avenir du progrès est en jeu. L'histoire selon les progressistes est une farce qui a du sens : elle montre clairement la crédulité volontaire du progressiste.
        • Pfff
          mai 26, 18:06 Reply
          Ce qu'un progressiste, tout à son historicisme providentiel (qui contient le nationalisme en germe, ce que le progressiste ne veut pas non plus savoir), veut absolument ignorer, est ce que l'Histoire, avec une grande hache, est précisément : "It is a tale. Told by an idiot, full of sound and fury,. Signifying nothing."
        • Pfff
          mai 26, 18:22 Reply
          "Holodomor ? … je suppose que ce terme désigne la famine consécutive à la dékoulakisation." Précisément, la dékoulakisation (qui a eu lieu aussi hors d'Ukraine) est une joyeuseté qui doit être considéré à part; comme un meurtre de classe. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9koulakisation L'Holodomor est aussi la conséquence de la "collecte" de nourriture en Ukraine, indépendamment de la dékoulakisation : on retire toute la nourriture d'un pays, on interdit tous les approvisionnements, on empêche toute circulation de personnes en dehors de ce territoire et là, Marcel, Tourn', à la surprise générale, les gens meurent de faim, le cannibalisme réapparait, etc. Était-ce planifié ? Est-ce qu'on me prendrait pour une bille ? Tout est à faire, en matière de dévoilement des crimes du communisme ; les résistances sont bien plus grandes que pour les crimes nazis. La gauche est lancée dans une course au néant, face au crimes communistes jamais examinés par le système éducatif européen. La volonté de casser l'école chez la gauche correspond aussi à la volonté d'esquiver les questions qui lui pendent au nez. La gauche préfère l'ignorance et le matraquage idéologique, pour préserver le mensonge d'une gauche dans le sens de l'histoire.
          • Marcel Sel
            mai 27, 23:00
            N'importe quoi. La question de la programmation est centrale dans le cas d'un génocide, et il y a toujours des réponses divergentes à cette question, c'est tout ce que je dis. Quant à nier les crimes communistes, ce n'est pas chez moi que vous trouverez ce genre de maladie.
        • u'tz
          mai 27, 00:24 Reply
          @Marcel point de vue valeur géographique/symbolique (...qui chez nous "importé") quid du génocide des interahamwe contre l'ethnie du dictateur kagame, toute suspicion de négation d'un génocide est poursuivie par la loi, si ce que tout le monde au mr appelle le génocide arménien (à l'exception de dj reynder à erevan) est "nié" par un belge par exemple tête de turc d'origine sans que ce belge soit poursuivi par la loi, c'est que c'est pas défini dans la sharia belgicaine comme un génocide...
        • u'tz
          mai 27, 01:13 Reply
          pour holodomor et l'analyse du thème qui "commence à devenir urgent" , lire : Terres de sang: L'Europe entre Hitler et Staline de Timothy Snyder horreur encore un horrible négationniste !
        • Pfff
          mai 28, 11:08 Reply
          La question de la programmation ne m'a pas l'air si centrale que cela. Ce qui frappe, dans les cas des génocides de la Shoah (dont la décision commence en 1942) et le génocide rwandais, c'est plutôt que c'est parti en sucette. Bien plus centrale me parait la volonté diffuse de zigouiller toute une partie (ou pire une portion*) de la population. Si les marches forcées de 1945 doivent beaucoup au génie Turc, cela ressemble quand même à une impasse. Le génocide des Tutsi a livré le pays à l'anarchie et ... aux Tutsi. En comparaison, le génocide ukrainien est nettement mieux réussi : parce qu'il est mieux dissimulé et plus contesté, historiquement, par les nombreux sympathisants extérieurs des assassins, et qu'il reste donc plus contestable, ce que n'importe quel meurtrier attend d'un crime presque parfait. *les ordres de <b>Lénine</b> qui dit, dès la guerre civile, "Tuez en <b>autant</b> pour tel village ou dans telle région" constituent une innovation "géniale" dans le génie du Mal, qui se perfectionne chaque jour. Les nazis n'ont pas inventés grand-chose dans la matière. Ils se sont contenter de perfectionner des processus industriels dans leurs applications, en bon Docteur-Professeur-Ingénieur allemand. Une "ironie de l'histoire" singulièrement monstrueuse est que les crimes de Staline, en particulier pour l'Ukraine furent dénoncés par Khrouchtchev, dont on sait qu'il fut un des principaux bouchers de l'Ukraine. Et que le procès a posteriori des crimes du Stalinisme par ses bouches même servit aussi à renforcer l'image d'un Léninisme innocent.
        • Pfff
          mai 28, 21:07 Reply
          Uit', Vous allez nous expliquer en quoi Hitler, inconnu avant 1933, à un rapport avec l'Holodomor qui a lieu entre 1929 et 1932 ? Quelles sont exactement les limites que l'on est en droit de fixer à l'imposture de l'anti-fascisme rétrospectif, tel qu'il fut pratiqué avec une constante admirable dans la malhonnêteté intellectuelle par la gauche, au 20ème siècle et de nos jours ?
        • u'tz
          juin 01, 15:11 Reply
          @Pfff vous le spécialiste d'être ou ne pas étre un génocide, aviez parler d'un lieu géographique en particulier,... soit "entre staline et hitler" aurais-je dû écrire juste pour l'einstein de la chronologie que vous êtes snyder explique bien pourquoi il n'utilise pas le terme "holodomor" et je le trouve plus pertinent que vous...
  21. Linda Mondry
    mai 23, 14:30 Reply
    Surtout se battre à propos d'ancien génocides qui ne sont malheureusement jamais à prouver pour les victimes... Dont l'infanticide mental quotidien... Je Réfléchis donc je Suis, Une Vraie Journaliste! Par Foi, avec des Vrais Lecteurs "mais" c'est très rare... Comme diraient si Bien, laids SnulS! Qui ne se livre pas à l'Instant, Même a son petit révisionnisme égoistes sans jamais ouvrir laids yeux sur les Autres! https://laguenon.wordpress.com/2015/05/23/tomber-si-bas-sur-une-planete-epuisee-petrole-contre-nourriture/
  22. Tournaisien
    mai 23, 19:16 Reply
    http://jn.lesoir.be/?&_ga=1.107320135.439058507.1381237091#/article/240770 Une guerre civile, pas un génocide ! Bin tiens ! D'ailleurs, les Juifs pendant la dernière guerre, c'est bien connu, c'était de leur faute : ils n'avaient pas besoin de s'attaquer aux Allemands. Et les chambres à gaz, ça n'a jamais existé, c'étaient des douches, non ? Les Tutsis tués en 1994 au Rwanda, ça non plus, ce n'était pas un génocide. C'est tout aussi bien connu, c'était une guerre civile. Et d'ailleurs, ces salopards de Tutsis, qu'est-ce qu'ils avaient besoin de respirer l'air des Hutus ... non mais un peu, tout de même ! http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/04/23/le-genocide-armenien-admis-par-des-intellectuels-turcs_1341652_3218.html Pendant ce temps, en Turquie, des intellectuels tel l'écrivain Orhan Pamuk, et même le petit-fils de Cemel Pacha, l'un des trois artisans du génocide, n'hésitent pas à affirmer que génocide il y a bien lieu. Certains d'entre eux ont même fait circuler une pétition, signée par 30.000 courageux citoyens de Turquie. En Belgique, en revanche, la communauté turque est toujours dans le déni le plus complet. Mieux, les autorités belges ont admis qu'Erdogan, ce crypto-nationaliste et négationniste forcené, vienne haranguer à Hasselt des concitoyens vivant sur notre sol. Beaucoup mieux encore, trois députés "ps" (eh oui ! des socialistes ...!) d'origine turque ont boycotté la minute de silence demandée au parlement bruxellois en souvenir du massacre des Arméniens. Et vous savez quoi ? Eh bien, le PS n'a même pas cherché à les tacler. De là à dire qu'en définitive, le PS belge francophone est un parti crypto-négationniste soft, il n'y a qu'un pas. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que dans le genre hypocrites, ils sont absolument remarquables !
  23. Tournaisien
    mai 23, 20:22 Reply
    http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/le-burundi-en-fusion-3-morts-dans-des-affrontements-683419 Dans le genre "saloperies", il y aurait également lieu d'évoquer le Burundi. Depuis le début des manifestations, des "éléments inconnus" lancent des grenades, tantôt sur la police, tantôt sur des marchandes de légumes. Trois morts il y a dix jours, trois morts hier. À Bujumbura, des sources semble-t-il bien informées affirment que ces "lanceurs de grenade" (manifestement des provocateurs) ne seraient autres que des imbonerakurés, ces extrémistes hutus qui sont allés en 2013 au Sud-Kivu pour s'entraîner auprès des Interahamwés, autres hutus extrémistes, mais rwandais ceux-ci. Il se dit que ce sont ces Interahamwés qui les auraient surarmés (avec la complicité du président Nkurunziza). Pour mémoire, ces Interahamwés du Sud-Kivu sont ceux que les Français de l'opération Turquoise, à la fin de 1994, ont exfiltrés vers la RDC. Un scandale sur lequel tout le monde s'est tu, et dont on mesure aujourd'hui les conséquences quelque vingt ans plus tard. Car ces Interahamwés ne sont autres que des tueurs, des génocidaires, et depuis vingt ans, eux, ils n'ont absolument pas baissé les armes, ils n'ont fait aucun travail de conscience. Pire, ils ressassent leur haine avec le secret espoir de pouvoir revenir au pays et éjecter une bonne fois pour toutes les Tutsis du Rwanda, voire de les exterminer. Or le combat que mènent les Imbonerakurés du Burundi est à peu de choses près le même. Faudra-t-il rappeler que la guerre civile au Burundi au début des années 2000 a fait quelque 300.000 morts (le tiers du nombre de morts au Rwanda). Mais tout le monde se tait ! Si l'on fait les comptes, que constate-t-on ? Que ceux qui attisent la haine sont précisément les génocidaires de 1994 à qui l'on a permis de fuir. Pas de condamnations, pas de peines riment avec impunité, et qui dit impunité dit refus de tout travail de conscience, et donc aussi le plus souvent désir d'en découdre, de terminer le travail laissé inachevé. Il suffit de regarder le problème qu'a l'Autriche avec son extrême-droite. L'Autriche, en effet, était numériquement plus acquise au nazisme que l'Allemagne juste avant la guerre, mais elle n'a pas été inquiétée (preuve en est : Kurt Waldheim). La conséquence logique : une extrême droite larvée, d'autant plus rampante et dangereuse. Telle est la raison pour laquelle il faudra tôt ou tard que la Turquie reconnaisse officiellement le génocide arménien.
  24. Tournaisien
    mai 24, 14:46 Reply
    Marcel, L'attitude ambiguë de nos dirigeants politiques vis-à-vis du régime d'Erdogan (j'ai bien parlé d'un "régime Erdogan") n'est pas admissible. Pire, elle est totalement répréhensible. La Belgique est un état de droit, qui a inscrit (à juste titre) le négationnisme comme un délit dans son code pénal, mais dans le même temps, elle rechigne à reconnaître le massacre d'un million et demi d'Arméniens en 1915 (sans compter les massacres antérieurs, en particulier celui de 1895) comme étant lui-même un génocide. Et pourtant, il s'agissait bien de cela ! Elle s'y refuse alors que d'autres états, la France en tête, l'ont officiellement reconnu, au mépris des rodomontades et des pressions du "régime Erdogan". Ce faisant, elle se décrédibilise; plus grave, elle rend le pire des services aux intellectuels et citoyens turcs qui, depuis une dizaine d'années, militent pour cette reconnaissance dans leur propre pays (chapeau à ceux-là ! Quel courage !). Ceci donne de notre pays l'image d'arrière-boutique de marchands de tapis, et le pire c'est qu'ils sont tous à mettre dans le même sac, Libéraux et Socialistes en tête. Personnellement, je trouve cela écoeurant. De même que je trouve révoltant qu'un état de droit comme le nôtre permet à Erdogan de venir faire ses harangues crypto-nationalistes à Hasselt, qu'elle permet aux membres de la communauté turque de Belgique (en tout cas, tous ceux qui ont la fibre nationaliste) de venir tempêter à la gare du Nord contre la problématique du génocide arménien (affirmant, un comble !, que ce n'était là qu'une "simple" guerre civile), qu'elle ne déchoie pas de leurs droits civiques (en tout cas politiques) trois députés d'origine turque qui boycottent la minute de silence en souvenir du massacre des Arméniens au parlement bruxellois. Mais où sommes-nous donc ? Dans la banlieue d'Ankara, ou en Belgique ? Et le pire ... c'est que les citoyens belges restent là, sans moufter, amorphes comme d'hab ! Ils préfèrent manifestement manifester contre le saut d'index (là, pas de problèmes, ils sont tous dans la rue ... dès lors qu'on touche à leur portefeuille, ils se réveillent). Un pays de pleutres, voilà ce qu'est la Belgique.
    • Marcel Sel
      mai 25, 16:45 Reply
      D'accord, mais nous sommes confrontés à nos principes : Erdogan peut-il organiser un meeting en Belgique, où il a des électeurs, ou non ? Les Belges d'origine turque ont-ils droit à la liberté d'expression, la « communauté internationale » n'ayant pas encore (hélas) statué sur la qualification de génocide, ou non ? Et enfin, si des négationnistes de la Shoah convaincus (au Vlaams Belang par exempl) peuvent garder leur citoyenneté, de quel droit ferions-nous exception pour des négationnistes d'un génocide plus éloigné, qui n'a concerné au premier chef que l'Allemagne en Europe, un pays qui a d'ailleurs complaisamment hébergé ses responsables principaux ?
      • Tournaisien
        mai 25, 19:52 Reply
        Les négationnistes de la Shoah devraient être condamnés, voire même déchus de leurs droits civiques. Voilà pour le VB ! ... pour ce qui est du génocide arménien, on attend avec impatience qu'il soit enfin reconnu par le droit belge (et donc lui-même puni).
  25. Pfff
    mai 24, 19:05 Reply
    On va encore me demander le rapport avec la choucroute hallal, mais bon. http://www.lepoint.fr/monde/le-frere-du-djihadiste-toulousain-mort-dans-un-attentat-en-irak-temoigne-24-05-2015-1930789_24.php http://www.pol-editeur.com/index.php?spec=livre&ISBN=978-2-8180-3561-0
  26. Salade
    mai 25, 00:09 Reply
    autre sujet intéressant: les baronnies wallones ou les cités-états ou le décapole du sillon sambre et meuse je parle évidemment des fonds FEDER mais on pourrait parler de la dispersion de l'argent par nos politiques il n'y a plus le respect de l'état. il n'y a plus d'investissements pour la collectivité (belge, wallonne, bruxelloise) seulement des projets pochette-surprise : du chacun pour soi c'est la leçon des enfants gâtés de 1945. chacun son cadeau chacun son projet de prestige nombriliste. Ah, il est loin le projet Belgique, le projet francophonie, le projet bruxellois, le projet wallon le projet bruxellois étant le plus abouti, le plus égoïste, car on ne peut plus adapté à la notion de cité-état!! mais les autres entités suivent rapidemen,t, la plus égoiste étant l'entité germanophone!
    • Salade
      mai 25, 17:38 Reply
      cet égoisme est aussi, à plus grande échelle, celui qui va faire très bientôt exploser l'Europe au niveau des pays (Grèce, Espagne, RU, Pologne, Hongrie, France et FN, et pq pas Italie) , puis des régions puis des micro régions, puis des euro-cités, puis des villes-états. Chaque citoyen enfant-roi veut voir l'argent sonnant et trébuchant de son vote!!
      • Salade
        mai 26, 11:43 Reply
        on devrait plus exactement parle de tribus, comme en Libye. Ah, la modernité de l'occident capitaliste!
  27. Tournaisien
    mai 25, 10:55 Reply
    http://www.lesoir.be/887955/article/actualite/monde/2015-05-25/l-arme-nucleaire-bientot-dans-mains-l-etat-islamique Voilà qui finira par régler le problème. Israël et les USA ne tolèreront jamais cela et se donneront les moyens d'éradiquer ce cancer, même si ils doivent intervenir militairement au sol.
  28. Pfff
    mai 25, 12:49 Reply
    Pentecôte : l'esprit de Vérité descend sur Terre. Deux milles ans plus tard, Marcel nie toujours. http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310199-Le_Greco_la_Pentec%C3%B4te.jpg
    • Pfff
      mai 25, 21:44 Reply
      Ah, c'est sport de publier ! Du coup, j'en remets une couche. Pentecôte: les disciples speak in tongues. C'est la glossolalie ! Simon-Pierre, de très bonne humeur, convertit 3.000 juifs d'un coup et puis va se coucher. Une bonne journée.
  29. Pfff
    mai 25, 13:13 Reply
    Espagne : Pudimos nada y Mariano Rajoy paso. Olé !
  30. Pfff
    mai 26, 16:46 Reply
    Clément Méric. On se rappelle que Valls avait parlé d'assassinat, et qu'il fut repris en cœur par la meute "progressiste". Mais, ce n'est pas grave, quand un gauchiste ment, même sur les choses les plus graves, c'est pour la bonne cause, contre les méchants qui sont mauvais, au nom de lui-même qui est le bien incarné. L’essentiel est de lâcher les chiens dans la bonne direction. Outrau. Il fallait incriminer des innocents, au nom de la lutte des classes. La dizaine d'innocents qui ont eu leur vie brisée l'avait bien cherché : ils n'étaient pas de gauche, contrairement au procureur qui avait une conscience de classe, au service des plus pauvres. Le procureur fut d'ailleurs acquitté par ses pairs, issus d'une justice complètement dévoyée au service de l'idéologie socialiste, et pourrie par Mitterrand. L’essentiel est de lâcher les chiens dans la bonne direction. Après cela aboie tout seul.
  31. Wallon
    mai 27, 09:26 Reply
    Et pendant que les Byzantins ( plutôt des crapuleux que des honnêtes gens) discutaient du sexe des anges, les Turcs, comme les loups, sont entrés dans la ville... Bon amusement avec vos principes. Si vis pacem parabellum (ce n'est pas de moi ).
    • Pfff
      mai 28, 10:31 Reply
      Parabellum, ... Je sais ! C'est du Dirty Harry.
  32. Pfff
    mai 27, 12:08 Reply
    2 actes qui permettraient peut-être à la France de renouer (partiellement) avec la civilisation 1. rendre le Panthéon à Sainte Geneviève (et bruler les immondes carcasses qui l'infestent, dans un but de salubrité publique, physique et mentale) 2. abolir toutes les lois mémorielles
    • Pfff
      mai 28, 11:59 Reply
      "Esprit, es-tu là ?" Victor Hugo, s’adressant à sa table http://www.lepoint.fr/invites-du-point/charles-consigny/consigny-arretons-de-nous-gargariser-avec-notre-histoire-28-05-2015-1931698_1449.php#xtor=CS4-198 Il y a quelque chose de profondément pourri dans ce recyclage de cadavres (sans parler d'y mettre Brossolette sous le même toit que Jean Moulin, tout cela pour complaire aux trois-points).
      • Pfff
        mai 28, 12:10 Reply
        L'utilité du Panthéon ? Il a permis de moments d'un intensité obscène et comique inégalés dans l'histoire. Comme, lors d'un de ses nombreux pillages, lorsque les ossements de Voltaire et Rousseau furent volé et mis dans le même sac. On a du mal à imaginer les crânes de Voltaire et de Rousseau s'entrechoquant dans une telle promiscuité ; cela semble irréel, et pourtant, cela fût. En faisant rentrer Brossolette au Panthéon, est-ce que Hollande le blagueur espère réaliser le même coup avec Jean Moulin ?
        • Pfff
          mai 28, 13:07 Reply
          Vers l'infini et l'au-delà Pour ceux qui ne voient pas toute la beauwté du tableau, le crâne Jean Moulin (suicide : se lance contre le mur de sa cellule, tête la première) rencontrant le crâne de son ennemi juré Pierre Brossolette (suicide : se jette par la fenêtre, tête la première), leurs crânes entrant en collision de l'autre côté du miroir, voilà qui va faire frissonner les ovaires de tous les petits frères au trépied. Cela donne bonne une idée de la force démiurge à l’œuvre derrière le Hollandisme : l'inertie. Celle des cadavres. Superstition, obscurantisme, trafic de cadavres, instrumentalisation de squelette, fétichisme morbide, messes pourries des rad-soc positivistes ! Crapules, crapules, crapules ! Tas de boue ! Hugo rêva, bien sûr, que l'entrechoc des crânes de Voltaire et de Rousseau provoqua des étincelles de la Fée électricité. Immonde crédulité volontaire des socialistes qui se donnent des émotions ! Abjection de tout cela.
  33. Salade
    mai 27, 12:32 Reply
    l'espace aérien belge fermé ce mercredi jusque 17h30 suite à une demande de la chapelle reine élisabeth Les finalistes se plaignalent de ne pouvoir répéter.
  34. Pfff
    mai 28, 18:42 Reply
    Vive les Lulus ! Je propose que Stéphane Bern donne une baffe à Mélenchon : http://www.lepoint.fr/politique/melenchon-en-guerre-contre-stephane-bern-28-05-2015-1931781_20.php#xtor=CS4-198 Contre les dictateurs, la méthode Lulu. L'essayer, c'est l'adopter.
  35. Hansen
    mai 29, 04:49 Reply
    @willy. Pour moi, les choses seraient plus claires si nous avions un 1er ministre NVA. Pourquoi Mr Michel fils s'est-il prêté à un jeu de dupes? La prochaine fois, je ne voterai plus MR mais NVA. Ã la région flamande, les choses sont plus claires et je comprends que les présidents de région, flamande et wallonne, soient prêts à s'entendre, y compris j'espère pour régler la question de Bruxelles, au lieu d'en faire un terrain de bataille entre les deux regions majoritaires du pays.
  36. Tournaisien
    mai 29, 16:41 Reply
    http://www.lesoir.be/892524/article/actualite/belgique/politique/2015-05-29/deputee-oezdemir-exclue-du-cdh-pour-avoir-refuse-reconnaitre-genocide-arm Chapeau au cdH ! Mille fois chapeau ! Fini l'hypocrisie. Ras le bol ! PS: Postscriptum : Le PS en revanche ...! Encore un parti démocratique et cohérent ? ... hormis les rodomontades scripturaires de Magnette ?
  37. Degenève
    mai 30, 10:57 Reply
    Je suppose qu'après l'exclusion de Mahinur Özdemir du CdH, nous allons avoir droit à une nouvelle mise à jour.
  38. Tournaisien
    mai 30, 13:57 Reply
    Editorial de Béatrice Delvaux aujourd'hui dans le Soir. Sans appel ! C'est cinglant ... pour le PS ! L'hypocrisie enfin démasquée !
  39. Tournaisien
    mai 30, 21:28 Reply
    http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/le-parti-d-erdogan-condamne-l-eviction-injuste-de-mahinur-ozdemir-5569ebd535704bb01c8db0d9 Il serait grand temps de faire comprendre à monsieur Erdogan que chez nous, nous gérons les choses comme nous l'entendons et que la Belgique n'est pas une excroissance de la Turquie nationaliste dont il est le président. Non mais ! Pas croyable ! Et la prochaine fois qu'il voudra venir faire des meetings chez nous, qu'on adopte les dispositions qu'on applique à l'encontre de Dieudonné depuis plus d'un an. Au moins, les choses seront claires.
  40. Tournaisien
    mai 31, 23:16 Reply
    Le cdH a provoqué quelque chose. Il a surtout obligé le PS à clarifier enfin sa position, une clarification qui va conduire selon toute vraisemblance à un vote sur la reconnaissance du génocide arménien. Un tel vote ne sera pas anodin. La reconnaissance du génocide contre des populations chrétiennes ou pré-musulmanes (yésides) de la part d'un pays musulman, même si laïque dans le fonctionnement de ses institutions, pourrait constituer une avancée considérable au regard de ce qui se passe actuellement dans certains pays musulmans, singulièrement en Syrie et en Irak. Cette prise en compte de la responsabilité historique est une des voies qui, on le souhaite, mènera nos amis musulmans sur la voie d'une certaine modernité (j'ai bien écrit une "certaine", car il ne s'agit pas bien sûr pour nous, occidentaux, donneurs de leçons, de leur imposer un modèle précis). La Turquie se grandirait à reconnaître enfin ce génocide. Les responsables politiques turcs n'imaginent pas à quel point une telle reconnaissance, loin de les humilier, les conduirait au contraire à s'imposer avec une réelle force morale sur la scène politique du Proche-Orient.
  41. Tournaisien
    juin 01, 09:30 Reply
    http://www.lesoir.be/893931/article/actualite/belgique/politique/2015-06-01/oezdemir-exclue-du-cdh-ce-n-est-pas-ma-faute-si-belgique-n-pas-reconnu-ge Elle est fine. Sa défense ne manque pas d'intelligence et d'une certaine subtilité. Ceci étant, je crois que le fond du problème n'est pas là : il importait politiquement que se passe quelque chose, qui amène enfin la Belgique à reconnaître le génocide arménien. Plus fondamentalement encore, ce qui est en jeu n'est tant le fait que la Belgique vote cette reconnaissance, mais bien que la Turquie, à terme, finisse elle-même par souscrire à cette reconnaissance. C'est à ce prix en effet que ce pays musulman (quoique laïque) pourra réellement se rapprocher de l'Europe et jouer un rôle positif sur la scène du Proche-Orient, un rôle moins ambigu en tout cas que celui qui est le sien aujourd'hui, dans ses rapports opaques avec l'EIL. Il est important que parte du monde musulman lui-même, d'un pays tel que la Turquie en particulier, un signal fort qui aille dans le sens du respect de l'altérité, des autres confessions. Le Levant était à l'origine la "montagne des religions" (un peu comme on parle de la "montagne des langues" s'agissant du Daghestan) ; c'était une richesse extraordinaire, un foisonnement de diversité confessionnelle, dans une région où se fréquentaient les chrétiens uniates catholiques, les orthodoxes grecs de Constantinople, les orthodoxes melkites, les maronites, les chaldéens, les alaouites, les druzes, les sunnites des diverses tendances, les chiites, les yésides et même certains zoroastriens (ce qu'on appelle en Iran les "zertoshts"). C'est cette diversité, cette richesse, qu'il faut préserver. Or la Turquie, tout comme l'Iran, est un pays qui devrait avoir une parole forte sur le plan politique et moral. L'amener à reconnaître le génocide arménien c'est à mon sens la meilleure manière de l'encourager à jouer ce rôle positif qu'on attend d'elle sur la scène du Proche-Orient.
    • Marcel Sel
      juin 01, 15:01 Reply
      Cher Tournaisien : il est insensé d'exiger des députés belges de reconnaître un fait que le pays lui-même refuse de reconnaître (et ne reconnaîtra pas avant des années).
  42. u'tz
    juin 07, 20:24 Reply
    ... perso, dame özdemir, la bru du grand-turc qui n'a pas les valeurs non-"génocidaires" qui sont les nÔtres...a un négationnisme qui m'emmerde moins que celui de l'hystérique pro-nucléaire mrghen aux electrabelles jambes et celui de son infra-belle complice de la mobilité aux neurones aussi ponctuels que nos trains

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.