Mahinur Özdemir ou le courage de virer en 187 millions de secondes.

IMG_0229

Chose curieuse, quand des Belges d’origine turque manifestent contre Erdogan, on n’en parle pas beaucoup… Souvent pas du tout.

Mise à jour du 1er juin à 17h: pour soutenir Mahinur Özdemir, le ministre turc des Affaires étrangères met en doute la « liberté et la démocratie » en Belgique (voir plus bas, en gras).

Me méfie toujours, moi, des grands concerts unanimes qui félicitent un politicien en particulier pour son « courage ». D’abord, le courage, en politique, c’est très difficile à déceler. Est-ce courageux de monter dans un gouvernement N-VA quand on ne représente que 25 % des Francophones ? Ou suicidaire ? Vous avez deux heures.

Ensuite, si courage il y eut dans le fait de virer Özdemir, il fit suite à des années d’hypocrisie. Et n’abolit pas l’hypocrisie actuelle. On a fait « la chasse aux Turcs ». Bravo. C’était facile. Un génocide centenaire très loin de nous, une négation instituée en dogme, des liens entre des élus belges et l’AKP de Tayyep Erdogan, un président « coupable » de tant d’exactions envers des journalistes, de tant d’atteintes à la liberté d’expression voire de collusion avec l’Organisation état islamique. Que rêver de mieux ?

Une « communauté » turque, en plus, mal considérée, qui a tendance à se réfugier dans sa langue, et où beaucoup d’élus communiquent en turc. Oui, il faudrait en parler, mais on a préféré brandir le génocide.

Courâge canonique
Le 22 mai, quand Benoît Lutgen a affirmé qu’un négationniste ne tiendrait pas une seconde dans son parti (suite à l’événement Facebook publié par Ahmed El-Khannouss que j’ai révélé ici), il connaissait précisément la position de Mahinur Özdemir. Il savait qu’elle avait parlé de « soi-disant génocide arménien » dans la presse turque, en 2007, puisqu’une plainte a été déposée contre elle le 22 juin 2009 au Centre pour l’Égalité des Chances et contre le Racisme. Il savait qu’il y avait des membres de l’AKP et même des nationalistes d’extrême droite à son mariage en 2010. Il savait que de ce fait là, elle ne pourrait pas, raisonnablement, reconnaître publiquement le génocide arménien. Et il n’a rien fait.

Il a fallu 700.000 secondes pour virer Özdemir !

Virée dans la seconde ? Sept jours après l’affirmation de Lutgen, elle était toujours députée ! La cellule Com du CDH lui envoyait toujours des recommandations et lui interdisait d’en parler avec des journalistes ! Entre le moment où Benoît Lutgen a fanfaronné qu’au CDH, un « négationniste » serait viré dans la seconde et la procédure de renvoi de Mahinur, il y a eu la bagatelle de 691.200 secondes ! Et entre le moment où le CDH a su qu’elle était vraisemblablement « négationniste » et celui où elle a été virée, il s’est écoulé 187 millions de secondes. Le courage est d’une lenteur, de nos jours !

D’autant qu’il aura fallu que Loïc Parmentier la course au parlement bruxellois et ensuite dans la maison communale de Schaerbeek, et que RTL-TVI diffuse cet épisode abracadabrant à des centaines de milliers de téléspectateurs pour que, tout à coup, le président du CDH prenne conscience qu’il avait une « négationniste » dans son parti ! Négationniste entre guillemets — j’insiste —, parce que la négation du génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques n’est pas un délit en Belgique, contrairement à celui des Juifs et Rroms par les nazis.

Benoît Lutgen se serait-il retrouvé coincé entre ses déclarations à la bastognaise, bille en tête à la sauce Résiste et Mords, et l’actualité qu’il n’attendait pas — la séquence de Loïc Parmentier ?

Côté jardinage et côté courage
Du courage ? Alors que, selon la version de l’intéressée, le CDH a demandé à Mahinur Özdemir de signer un nouveau papier où elle reconnaissait le génocide des Arméniens, aucun autre des 6 mandataires d’origine turque du parti n’a été ainsi confronté à sa conscience par le CDH ! L’éviction de la députée eut donc valeur de symbole, et ne faisait pas partie d’un nettoyage à sec chez les « humanistes ». Le parti va-t-il étendre son courage en sommant les autres « négationnistes » potentiels de signer ce papier évoqué par la députée (et réservé aux élus Belgo-turcs… c’est quand même bizarre), au risque de voir un parti « turc » émerger qui regrouperait les exclus des autres formations ?

L’avenir le dira. Mais pour l’heure, le CDH n’a fait qu’un seul geste, qui lui apporte un avantage politique concurrentiel majeur par rapport aux autres partis. Ah ! Le courage, en politique, ça rapporte…

Özdemir, fusible multifonctions.

Car Mahinur Özdemir est un fusible multifonctions. Il sert à blanchir le CDH mais aussi à toiser le PS, que la presse, et les autres partis, ont immédiatement mis au défi de faire de même avec sa bête de course « négationniste », Emir Kir. Mais il est bourgmestre, ancien ministre, il fait six fois plus de voix qu’Özdemir — plus dur à virer. Sans compter qu’il serait incompréhensible que le PS ne vire pas du même coup les trois élus du Parlement bruxellois qui se sont vantés d’avoir saboté la minute de silence de la noble assemblée ! Ce n’est plus du courage qu’on demande au PS, mais un début de suicide. Et est-il si courageux de précipiter tous ces élus dans un parti communautariste turc où ils pourraient allègrement nier du génocide et faire le plein de voix chez les Loups gris ? Vous avez quatre heures, cette fois.

Du courage au kirage
Le courage est contagieux. Il a vite atteint le MR. Celui-ci a envoyé l’héroïque Vincent De Wolf au feu, pour appeler le PS à virer l’Emir ! Acte d’un courage inouï, puisqu’il impliquait que De Wolf oublie publiquement les déclarations inacceptables de Didier Reynders à la Chambre qui, non seulement, a évoqué « les crimes de 1915 » en lieu et place du « génocide » (Mahinur sors de ce corps godverdomme), mais en sus, a repris telle quelle la position de la Turquie, et donc de l’AKP, en affirmant qu’un « génocide ne peut être reconnu que par un organe juridictionnel. Dès lors, il ne me semble pas opportun que d’autres instances, législatives ou exécutives, se substituent au pouvoir judiciaire pour reconnaître un génocide » (Tayyep, sors de ce corps bordel de nom de Dieu !)

Courage ! Allez donc expliquer à des Belges d’origine turque que ce que Reynders a le droit de dire au nom de l’ensemble du pays, Özdemir ou Emir Kir n’ont même pas le droit de… le taire !

Quand on reproche aux élus d’origine turque de ne pas s’exprimer sur le génocide…

Ah oui, parce qu’on ne reproche pas à Mahinur Özdemir d’avoir nié publiquement le génocide des Arméniens, mais de ne pas l’avoir reconnu publiquement. C’est tout de même une première dans notre pays ! Pour rappel, au Vlaams Belang, un certain Roeland Raes erre toujours dans les couloirs, après avoir nié l’existence des chambres à gaz ! Jusqu’à ce qu’il nie, personne ne l’avait sommé de s’exprimer. Serait-on désormais plus regardants sur le génocide le plus loin de nous que sur celui qui, au contraire, a amené l’Europe à se refonder fondamentalement ?

Depuis l’éviction de la députée voilée (applaudie au passage par une foule d’islamophobes qui trouvent en ce moment le CDH très sympathique), n’écoutant, lui aussi, que son courage, Denis Ducarme a pris la parole au nom de la majorité, annonçant que celle-ci aura incessamment la fulgurante audace de proposer une… résolution à la Chambre, dont on ne connaît pas encore le contenu mais qui, vraisemblablement, devrait reconnaître le génocide des Arméniens, et prier la Turquie de faire de même. Une telle résolution pourrait même inviter le gouvernement belge à s’y mettre aussi. Eh oui, parce qu’une résolution de la majorité gouvernementale, ça n’est pas une déclaration gouvernementale. Ce n’est même pas une loi. Ça n’engage que la chambre, et non le gouvernement. En coulisse, un diplomate ira voir Erdogan en lui disant « fieu, t’inquiète, ça est juste un résolution, hein ket ! La gouvernement ne va pas reconnaisser le gènoçaïde, hein. On veut pas embêter toi, quoi, mais tu dever comprener qu’on doit faire ça pour notre haut-pignon public. »

Cerise sur le gâteau : si la résolution devrait être déposée très bientôt, elle ne sera débattue au Parlement qu’APRÈS la fin d’Europalia Turquie, à savoir l’an prochain…

Ah. Le courage en politique, vous savez…

Le vrai courage consisterait pour le premier ministre à convoquer une conférence de presse, où il déclarerait que le gouvernement belge reconnaît le génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques. Point.

Courage, fuyons !
Au passage, Denis Ducarme a bien précisé que la décision de la majorité de voter une résolution n’avait évidemment rien à voir avec les affaires Kir ou Özdemir. Ben voyons ! Dans ce cas, pourquoi ne pas l’avoir prévue à temps pour la commémoration du centenaire ? Pourquoi avoir envoyé un sous-fifre à Erevan plutôt qu’un ministre ? Pourquoi avoir laissé Reynders déclarer à la Chambre que la thèse de la Turquie était la bonne ? Et comment expliquer tout ce fatras à un enfant élevé par des parents et grands-parents à qui, depuis leur naissance en Turquie jusqu’à aujourd’hui, tout l’environnement n’a cessé de marteler qu’il n’y a jamais eu de génocide dans l’Empire ottoman ? Un génocide qu’on n’enseignait pas à l’école belge jusqu’il y a peu ? Pour autant qu’on l’enseigne aujourd’hui… Allô Milquet ?

Côté Turcophones, Özdemir étant en ce moment en mode discrimination et victimisation, elle convainc à tour de bras, et il faut bien reconnaître qu’elle ne manque pas d’arguments. Rien que la façon dont la charte du CDH était rédigée prêtait à confusion. Elle exige la reconnaissance des génocides reconnus internationalement. Si le Parlement européen a bien reconnu le génocide, ce n’est pas le cas du Conseil ni de la Commission, ni de leur présidence, ni même de la présidence des États-Unis. Sur ce mot « internationalement », elle a raison. Sinon, pourquoi le CDH lui aurait demandé de signer un second papier concernant le génocide des Arméniens ?

Özdemir a raison, mais un peu hypocritement, comme son ancien parti.

Özdemir a raison, mais n’est pas moins hypocrite à son tour : il était évident qu’un jour, le CDH allait inclure le génocide arménien dans le package qu’elle avait signé. Elle joue aujourd’hui sur le fait que la Belgique n’a toujours pas reconnu le génocide et quand Martin Buxant, sur BelRTL, lui demande si elle le reconnaîtra quand la Belgique le fera, elle ne répond pas. Elle gesticule.

Mahinur ose des mirages.
À présent, voyons où nous mène le courage de Lutgen. Özdemir — qui peut enfin s’exprimer — diffuse désormais librement la doctrine appréciée par l’AKP et alimente les jeunes issus de l’immigration turque avec le dogme du « massacre de quelques Arméniens » rapidement compensé par la « souffrance du peuple turc ». Ah, mais Mahinur, le peuple allemand a aussi souffert, hein, entre 1940 et 1945. Peut-être faut-il rappeler la différence entre une guerre et un génocide ? Un génocide, c’est l’éradication programmée d’une population. C’est de ça qu’on parle. Cette programmation a implicitement été reconnue par l’Empire ottoman lui-même, puisqu’il a condamné les responsables à mort, par contumace, ceux-ci étant réfugiés en… Allemagne. Cette dernière étant au final le seul pays ayant fait preuve d’un vrai courage en l’occurrence, en reconnaissant sa propre implication dans le génocide par la voix de son président.

Je propose d’opposer cet acte de bravoure au « courage » tonitruant de ceux qui en profitent pour basher les Belgo-Turcs en brandissant la négation du génocide comme un crime digne de la Conférence de Wannsee. Alors qu’il s’agit, dans ce qu’on appelle « la communauté turque » d’un sujet de conversation qu’on laisse le plus souvent de côté, sauf quand on se sent accusé par le reste du monde. Le réflexe est celui de l’auto-défense : les Belgo-Turcs « en ont marre » qu’on les emmerde avec cette vieille histoire. Ils ont en partie raison, ça finit par ressembler à une chasse aux sorcières.

Mais aussi, ils ont en partie tort : le meilleur moyen de ne plus être embêtés, c’est de reconnaître que des hauts responsables ottomans avec lesquels ils n’ont personnellement rien à voir ont ouvert la route aux nazis, il y a un siècle. Les Allemands ont regagné leur honneur en reconnaissant le génocide nazi. Ils font aujourd’hui figure de modèles uniquement grâce à cette qualification sans ambages des crimes de quelques-uns et de la docilité de beaucoup de leurs parents, pourtant parfois encore vivants.

On ne s’encombre pas d’un génocide ou de crimes contre l’Humanité en les reconnaissant. Au contraire, on s’en débarrasse ! Les Belgo-Turcs, et les Turcs, seraient d’autant plus légers, et leur image d’autant plus noble s’ils faisaient enfin ce pas vers la reconnaissance ! Mais si les élus, les partis, l’État belge ne leur montrent pas la voie à suivre, qui le fera ?

Chasse à courage au pôle magnétique
Je ne résiste pas à la tentation de souligner aussi le merveilleux courage de Paul Magnette, qui approche le schmilblick avec autant de pincettes qu’il y a de secondes écoulées entre la déclaration de Lutgen et l’exclusion de Mahinur : oyez, oyez, le PS va proposer une résolution qui reconnaîtra le génocide (zut, me suis planté, je recommence) : qui demandera à la communauté internationale de reconnaître le génocide. Et Emir Kir suivra. Ben, voyons. C’est reporter la reconnaissance par la Belgique aux calendes turques.

La Belgique ne doit plus accepter l’ingérence du gouvernement turc dans une des communautés de Belges.

Pendant ce temps, la position de la diplomatie belge est devenue intenable. Lorsque la Turquie, par la voix de l’AKP Bruxelles et de son ambassade au Bahrein, a fustigé le manque de liberté d’expression en Belgique (!) et défendu Mahinur Özdemir, elle s’est scandaleusement ingérée dans nos affaires et nos partis, prenant en plus une partie de la population belge à témoin, qu’elle cherche à utiliser comme cheval de Troie pour retarder la reconnaissance du génocide des Arméniens. Mais sur Twitter, c’est carrément le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Çavuşoğlu, qui s’est fendu d’un commentaire mettant en cause la démocratie belge et la liberté d’expression dans notre pays : « l’expulsion de Mahinur Özdemir du CDH pour son refus d'[émettre des] allégations sur l’Arménie est inacceptable. Est-ce là votre manière de voir la démocratie et la liberté ? » Un twit que Mahinur Özdemir s’est empressée de retwitter sur son compte en turc, mais pas sur son compte en français… 

Capture d’écran 2015-06-01 à 16.58.41

Après cette ingérence de la Turquie dans la politique belge, qui révèle des méthodes franchement inamicales, il me semble inadmissible, lâche, couard, que le gouvernement continue à faire des ronds de jambe à Erdogan. Charles Michel et Didier Reynders doivent reconnaître clairement la qualification de « génocide » le plus rapidement possible, au nom de la Belgique, et ainsi mettre les choses au clair pour tout le monde ! Si le ministre des Affaires étrangères turques peut tancer la Belgique avec une telle légèreté, il nous rend notre liberté d’expression ! Parce que non, la Belgique ne peut tolérer qu’un État étranger prétende dicter sa loi et ses idées à un parti belge, quel qu’il soit, et l’accuser de manque de démocratie ou d’atteinte aux libertés. Et non, la démocratie bruxelloise ne peut admettre que deux députés se targuent de l’avoir manipulée au bénéfice « de la Turquie » ! Que des Belgo-Turcs nient un génocide, c’est leur droit. Qu’ils le nient même au Parlement, c’est toujours leur droit. Qu’ils imposent par des manipulations antidémocratiques leur opinion minoritaire aux autres, là, non !

Et non, on ne peut pas reprocher à une députée d’avoir des liens étroits avec l’AKP turque. Pour rappel, des députés belges vont bien manifester pour Sarkozy ou pour Hollande aux élections françaises. Pour rappel, encore, la Turquie est, semble-t-il, notre alliée.

Courage de raison
Le courage ? On en a tant manqué et on en manque encore. En laissant entrer des « négationnistes » à l’époque où tout le monde se fichait du génocide des Arméniens comme de sa première culotte, l’ensemble des partis politiques francophones a omis de s’occuper de ce qui allait un jour ou l’autre nous sauter à la gueule : cette difficulté à mettre le thème du génocide des Arméniens en débat.

Difficulté ? Non, impossibilité. Pour preuve : ce dossier, qui politiquement était de loin le plus chaud du weekend, n’a pas fait l’objet d’un débat public, ni à la RTBF, ni sur RTL-TVI . À la place, on a, sur les deux chaînes, papoté de la corruption à la… FIFA ! N’est-ce pas là le signe qu’il y a un abcès à vider et que tout le monde a surtout le courage de fuir ?

Ce n’est évidemment pas le seul non-dit. Il y en a des tas d’autres. Les Belges d’origine grecque ont beaucoup de mal à reconnaître que la Macédoine a droit à son propre nom. Des Belges d’origine serbe nient encore souvent le micro-génocide de Srebrenica ou le nationalisme criminel de Milosevic. Des Belges d’origine croate font de même avec le nationalisme exacerbé de Franjo Tudjman. Les Anversois de la N-VA refusent de reconnaître la culpabilité du bourgmestre de l’époque dans la déportation des Juifs. Bart de Wever a été applaudi, acclamé par les grands journaux sur base d’une seule phrase, les autres ayant été soigneusement tues aux lecteurs (sauf par Vincent Engel et quelques autres… courageux).

Ce « négationniste » du plus grand parti du gouvernement, qu’on ne remet jamais en question.

Courage ? Jamais personne n’a osé lui demander s’il était normal qu’il héberge dans son parti Bob Maes qui, récemment encore, disait admirer Staf De Clercq, le Hitler flamand. Franchement, si Özdemir a commis un crime valant exclusion, je rappelle que le président d’honneur de la cellule de Zaventem du plus grand parti du gouvernement belge a refusé de se désolidariser du plus grand complice belge de la Shoah. Là, ça concerne des milliers de Belges déportés, des milliers de Juifs battus, des centaines de résistants belges dénoncés, battus, abattus.

Des Francophones ont toujours du mal à reconnaître que leur « terre » a envoyé plus de jeunes à la Waffen SS, proportionnellement, que les Flamands et les Français. Ils préfèrent reprendre la phrase de Brel sur les flamingants « nazis pendant les guerres et catholiques entre elles ». C’est bien commode, évidemment… Quant au mainstream, on attend encore le débat sur les atroces crimes coloniaux commis, notamment, sur ordre de Léopold II, mais aussi l’apartheid au Congo, sous Baudouin Ier.

Changer la couche d’osons.
Autant de débats qu’on mène du bout des lèvres, de temps en temps, à une heure extrêmement tardive, par des poncifs convenus, en tentant de mettre un max de poussière sous le tapis. Et puis, arrive un génocide qui s’est déroulé hors d’Europe, et des expats d’origine arménienne qui militent depuis un centenaire pour qu’on le reconnaisse. Et on finit par faire feu de tout bois sur les Belges d’origine turque, qu’on en arrive à classer au même rayon que des Faurisson ou des Le Pen. C’est à se demander si les partis vont aussi avoir le courage de rendre les mandataires hutus à part, un par un, et de leur demander de reconnaître publiquement le génocide rwandais. Et si demain, on avait des députés d’origine cambodgienne, on aurait, je suppose, le courage de leur demander leur opinion sur le génocide (ou sociocide) cambodgien. Et un député d’origine russe devra-t-il reconnaître le génocide ukrainien ou être viré du CDH ? Quand demandera-t-on à des députés d’origine espagnole s’ils sont prêts à reconnaître le génocide des Incas par leurs « ancêtres » ?

Le courage ? Ne serait-ce pas plutôt de s’assoir à la table, d’en discuter ? Publiquement. Ça ne modifierait probablement pas fondamentalement les lignes des uns et des autres, ou très lentement. Mais au moins, l’opinion publique pourrait mieux comprendre pourquoi tant de Belges d’origine turque ont du mal à reconnaître le génocide des Arméniens, pourquoi les élus qui se reposent sur cet électorat sont coincés d’une part entre un électorat blessé, un entourage nationaliste et des pressions de groupes fascistes, et d’autre part, la pseudoblancheur (toute fraîche) des grands partis belges.

Les partis belges lavent plus blanc que blanc avec la lessive des autres.

Quand le CDH a enrôlé Mahinur Özdemir voici dix ans, c’était pour faire des voix. Jusqu’à ce vendredi 16 h, au moment de la décision de renvoyer la députée, cette considération primait encore sur le tintamarre du président. On peut difficilement demander à un-e candidat-e de « faire un score » et lui imposer de prendre des positions qui auraient l’effet inverse.

Un mot aussi sur le succès du thème « génocide des Arméniens ». Il s’appuie sur notre sensibilité au génocide que l’Europe a connu et organisé voici 70 ans, la Shoah. Mais il n’a pas la même valeur morale. Il est plus ancien. Il a mis longtemps à être clairement révélé. La plupart des pays occidentaux ne le reconnaissent pas. Il n’y a plus un seul coupable en vie. Par comparaison, il y a aujourd’hui, en Belgique, des ex-Waffen SS qui continuent à raconter leur vie sur le front russe au service, par exemple, de la Flandre. Alors que pour le génocide des Arméniens, il n’y a que le souvenir, de part et d’autre, à 3.000 km d’ici, au moins. Même l’État qui l’a perpétré (l’Empire ottoman) n’existe plus ! Nous n’y habitons pas. Et la plupart des Belges ne savent même pas qui était le père de la nation turque !

Courage, ô désespoir !
Le défi, soi-disant lancé par le CDH au PS, avec toute la meute des autres partis pas beaucoup plus propres sur eux, n’en est donc pas un. Au haro sur le Belgo-Turc répond l’écho du haro sur les socialistes. La position de Paul Magnette est aussi minable que celle de tous les autres. Mais pas plus, pas moins. Entre les opportunistes, les hypocrites, les lave-plus-blanc et les cache-moi-ça, je ne fais pas le détail.

Je trouverai en revanche du courage à celui qui essayera une autre voie, celle de l’explication, plutôt que de choisir la confrontation. Rêvons un peu. Emir Kir pourrait s’armer d’un tel courage et commencer à préparer ses électeurs à l’inéluctable : la reconnaissance du génocide des Arméniens par tous les partis belges. Pour rendre à « la communauté turque » l’honneur qu’elle perd chaque fois que quelqu’un nie en son nom. Car la reconnaissance des erreurs passées n’est jamais un aveu, mais toujours un pas en avant. Il permet de laisser derrière soi les crimes d’autrui et de repartir la conscience vierge. Ce ne serait pas une source de honte, mais au contraire, de fierté.

Une source dont les Belges « d’origine catholique » (héhé) n’ont eux-mêmes toujours pas eu le courage de s’abreuver sur le Congo. Alors, je rappelle une phrase chrétienne qui me plaît beaucoup : « que celui qui n’a jamais péché leur jette la première pierre ».

Tout ça n’empêche pas que tout élu doit se rappeler que, même s’il appartient aussi à l’une des nombreuses communautés dont notre pays est riche, lorsqu’il s’assied dans une de nos institutions, il doit être belge avant toute autre chose. Et respecter l’opinion de la majorité. Quelle que soit son origine.

Previous Ahmed El Khannouss, le CDH n'a plus son « négationniste ». MàJ2.
Next Un Blog de Sel, stop ou encore ? À vous de décider.

You might also like

80 Comments

  1. Pfff
    juin 01, 14:39 Reply
    Soghomon Tehlirian : est-ce que le génocide arménien est un génocide ? ou, rendons à radio Erevan ce qui appartient à radio Erevan. "Mais il n’a pas la même valeur morale." Comprend pas. Serait-ce parce que 2/3 des arméniens vivant en Turquie sont morts alors que 3/4 des juifs vivant en France ont survécu ? Que la vie d'un arménien vaut moins que celle d'un juif ? Un génocide (ou dans sa version Vendéenne, populicide - significatif que le premier génocide des temps moderne soit l’œuvre des "forces de progrès" - c'était aussi le cas des Jeunes-Turcs, du Parti "Union et Progrès"), c'est quand un état, et la population d'un pays, se décident à exterminer une partie déterminée de sa population. Period. "Même l’État qui l’a perpétré (l’Empire ottoman) n’existe plus !" Ce Reich-là était déjà plus près d'avoir duré mille ans. Pouf-pouf. Depuis lors, le califat est à qui voudra bien s'en saisir. Ce sont les rénovateurs (de grands francophiles) de la Turquie qui ont organisé ce génocide. Les prédécesseurs d'Attaturk. Pas l'empire Ottoman en pleine panade. http://fr.wikipedia.org/wiki/Soghomon_Tehlirian : pour ceux qui veulent savoir exactement quand et pourquoi le mot génocide a été inventé. Pas pour les vendéens (ils ont eu droit au néologisme populicide), pas pour les juifs : pour les arméniens.
    • Pfff
      juin 01, 14:41 Reply
      Plus d'info: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeunes-Turcs
    • Marcel Sel
      juin 01, 15:03 Reply
      Pfff, je n'aime pas du tout que vous déformiez mes propos. Il n'a pas la même valeur morale dans le chef de celui qui nie. Les négationnistes de la Shoah sont des antisémites. Ce n'est pas le cas pour les "négationnistes" du génocide arménien. Ou alors, Barack Obama est arméniennophobe et la Belgique avec.
      • Pfff
        juin 01, 15:25 Reply
        On ne m'ôtera pas de l'idée que le génocide du très vieux peuple juif et celui du très vieux peuple arménien (la plus ancienne nation chrétienne - reconnue comme telle par l'ensemble des chrétiens de toutes confessions) ont quelques points communs. Judéophobie, Christianophobie, Progrès ! Cela se ressemble beaucoup, dans le fond. Il faut lire Muray, le 19e siècle à travers les âges. Surtout en ces temps de panthéonisation, qui devraient donner la gerbe à toute personne un peu informée. Sans compter Poutine qui est en train de fourrer la momie de Staline au miel pour la refourguer à l'histoire.
        • u'tz
          juin 01, 23:00 Reply
          "Il faut lire Muray, le 19e siècle à travers les âges." du génocide de néanderthal à celui des héréros (de la classe ouvrière chrétienne)
        • Pfff
          juin 02, 17:08 Reply
          Et non, Uit', le livre commence le 7 avril 1786, très précisément. "Une affaire modeste en apparence. Une anecdote de voirie."
      • Pfff
        juin 01, 15:29 Reply
        "dans le chef de celui qui nie" "Celui qui toujours nie", le diabolo à la minte qui rit, himself ?
      • Pfff
        juin 01, 18:28 Reply
        Y a un truc qui fait masse "Ou alors, Barack Obama est arméniennophobe et la Belgique avec." C'est possible. Ou serait-ce qu'ils ont un allié du genre fumasse, négationiste et armeniennophobe ? Qu'il s'agirait de ménager ? Au vu de ses réactions de caractériel et de menteur pathologique (cela va ensemble, les premières permettant de faire accepter les seconde de force) ? Et de ses amis qui découpent les gorges des chrétiens du moyen-orient en pointillé-é-é (vertige de l'amour VAESH) ? Du genre grosse brute qui n'est satisfait que quand il t'a fait dire que l'eau ne mouille pas et que le feu te glace?
  2. hilarion lefuneste
    juin 01, 14:51 Reply
    "... il y avait des membres de l’AKP et même des nationalistes d’extrême droite à son mariage en 2010 ... de ce fait là, elle ne pourrait pas, raisonnablement, reconnaître publiquement le génocide arménien" Monsieur: à mon mariage, un homme était présent. Volontaire dans la SS Flandre, il fut condamné à mort par contumace en 1945. Rentré en Belgique en 1946, il fut arrêté à la frontière et emprisonné, en attente de son exécution. En 1947, sa peine fut commuée. Il fut libéré en 1952. Cet homme était mon oncle. Sa présence à mon mariage me rendrait-elel incapable de reconnaître publiquement un quelconque génocide, disons, la Shoah, à lauqelle mon oncle, comme Waffen SS de la Légion Flandre, a sans doute, directement ou non, participé lors de son séjour sur le front russe ? Si cela n'est pas le cas, si malgré la présence de mon oncle à mon mariage, vous me pensez capable de reconnaitre la Shoah, merci de m'expliquer plus en détail ce en quoi les invités au mariage de la dame en question viennent faire dans votre argumentation. Merci d'avance.
    • Marcel Sel
      juin 01, 15:06 Reply
      Vous n'êtes pas plongé dans un univers où des ultranationalistes cassent aujourd'hui encore la tête à des journalistes qui n'écrivent pas ce qu'ils veulent lire. Laissez votre oncle en-dehors de ça.
      • hilarion lefuneste
        juin 01, 16:04 Reply
        Bien. Voila une réponse des plus éclairantes. Vous tous, avant de lancer vos invitations de mariage, réfléchissez bien. Et avant d'en accepter une (d'invitation), demandez à voir la liste de tous les invités. On n'est jamais trop prudent. Quant à moi, je dis et je maintiens qu'écrire « … il y avait des membres de l’AKP et même des nationalistes d’extrême droite à son mariage en 2010 … de ce fait là, elle ne pourrait pas, raisonnablement, reconnaître publiquement le génocide arménien » est, à tout le moins, kort door de bocht. Herkese merhaba.
        • Marcel Sel
          juin 01, 19:18 Reply
          Comme vous voulez. La présence d'Erdogan ne disait rien non plus, je suppose ? Désolé, il y a un système de pression dans certains pans de la communauté turque qui n'existent plus vraiment (mais ont existé) chez nous.
    • u'tz
      juin 02, 01:41 Reply
      le mariage est toujours une connerie héritée de la débilité catho (ou musulmane etc) si vous êtes le beau-frère de mengélé adressez-vous au futur évèque de malines
      • Pfff
        juin 02, 17:12 Reply
        C'est votre côté Hegel ? Mariage arrangé pour tous ? Mais l'amour contrarié est contrariant.
  3. Pfff
    juin 01, 14:51 Reply
    À vot' bon coeur : des casques blancs pour l'Afrique "Une source dont les Belges « d’origine catholique » (héhé) n’ont eux-mêmes toujours pas eu le courage de s’abreuver sur le Congo. " Abreuvons-nous : Quelques millions de morts dans la région des grands Lacs, dans notre histoire immédiate, dans une indifférence de plomb. Il va falloir fournir les belligérants en casques coloniaux, sinon votre lecture historique risque d'être mise à mal. J'ai bon ?
  4. Tournaisien
    juin 01, 14:52 Reply
    Tout ça est bien beau, mais quel est le véritable enjeu ? Au cas où vous ne l'auriez perçu, Marcel, l'enjeu est ailleurs, il est à la fois dans le principe, mais aussi et surtout au Levant. Il est dans le fait que, si un pays musulman comme la Turquie accepte de reconnaître que le massacre des Arméniens fut un génocide, c'est-à-dire un crime contre l'humanité, donc un crime absolu, contraire à toutes les valeurs humaines (mêmes religieuses), ce sont les lignes politiques des pays musulmans qui seront amenées à devoir in fine évoluer. L'enjeu, on l'aura compris, c'est notamment l'ignominie commise au quotidien depuis plus de deux ans par l'EIL en Syrie et en Irak, un EIL qui est d'ailleurs "très hypocritement" soutenu par Erdogan. L'enjeu c'est par ailleurs, à nouveau, celui du nationalisme le plus vil, et le plus brutal. Les Loups Gris ou les adhérents de l'AKP, de ce point de vue, ressemblent à s'y méprendre aux Tchetniks serbes ou aux adhérents du parti de Milosevic à l'époque de la guerre en Bosnie ou au Kosovo. Derrière l'arbre des incohérences politiciennes belges, je vous en prie, Marcel voyez donc en priorité pourquoi cette reconnaissance du génocide arménien est fondamentale. Ce n'est qu'à ce prix, en effet, que la Turquie pourra légitimement jouer un rôle moral et politique bénéfique pour tout le Proche-Orient. Et foutre les Benoît Lutgen, Denis Ducarme ou Emir Kir, les calculs électoralistes du PS et les postures du CDH, on s'en fout ! Ce n'est pas cela qui est important. À jouer les avocats du diable, Marcel, vous perdez de vue l'essentiel, et ça, c'est intellectuellement insupportable.
    • Marcel Sel
      juin 01, 15:08 Reply
      Vous avez dû mal me lire. Je demande une reconnaissance immédiate par la Belgique.Tant que les reconnaissances seront parsemées aussi lamentablement qu'aujourd'hui, la Turquie ne sera pas incitée à reconnaître quoi que ce soit.
      • Didier
        juin 02, 14:38 Reply
        Ce que Tournaisien veut dire, c'est que vous prennez le risque d'apparaître comme défendant le point de vue de la dame alors que sur le fond, il est indéfendable. Je sais que ce n'est pas le cas, mais jouer l'avocat du diable comporte ce risque car beaucoup ne prennent pas la peine de tout lire. Alors bien sûr il faut dénoncer la posture des partis. Il faut faire savoir que Lutgen n'agit uniquement ici que parce qu'il pense en retirer un avantage. Tout comme le PS pense l'inverse pour les mêmes raisons. Mais entre ces 2 attitudes, je pense quand même que celle du cdh est de loin la moins haïssable. Je jugerai cependant ce parti sur ce dossier à l'attitude de Milquet : va-t-elle enfin faire inclure l'histoire du génocide arménien dans les manuels scolaires afin que nos jeunes compatriotes (de quelque origine) apprennent la vérité? Concernant la comparaison entre Reynders et Ozdémir, disons que Reynders est le 1° diplomate du pays et n'exprime donc malheureusement que la triste position officielle du pays. Ozdémir par contre que défend-elle si ce n'est ses convictions profondes ? Ses circonvolutions sémantiques sont pathétiques et ses nombreux défenseurs en disent plus sur elle et ce qu'elle pense qu'elle même.
  5. Pfff
    juin 01, 14:55 Reply
    [Voilà où on en est. Note du Censeur Sel] "lorsqu’il s’assied dans une de nos institutions, il doit être belge avant toute autre chose" et lorsqu'il s'assied dessus, qu'il reste turc malgré tout
    • Pfff
      juin 01, 15:57 Reply
      Où on en est ? Mais dans le monde merveilleux du multiculturalisme, une chance pour le pays, une joie sans fin qui inonde nos cœurs de citoyens reconnaissants ! Une richesse ! Une aubaine ! Que le gouvernement soit remercié ! Perspectives dégagées de notre avenir radieux ! Dire qu'on aurait pu passer à côté d'une opportunité pareille ! Heureusement, on ne peut plus ! À ma grande honte, je dois admettre que j'avais gardé une certaine réserve, face à l'enthousiasme officiel. Mais j'avais tort ! Maintenant, j'ai compris ! Gloire au discernement infini des Partis ! Et vive Boulgour Ier, notre chef, et ses jolies moustaches !
      • Pfff
        juin 02, 08:22 Reply
        Le grand rêve, ou ce que Hollande le profanateur de sépulture a voulu dire devant Sainte Geneviève, ou la nouvelle terreur rouge : Lorsque l'intégration a des couacs mortels, ce n'est pas l'immigrationisme qui a des défauts, c'est l'immigrationisme qui fait défaut, car l'immigrationisme, c'est le Bien, c'est Moi-Président, et je ne me pourrais accepter que l'on considère que je me trompe, étant un brave type, par définition. Abondance de Hollande ne nuit pas. Surplus d'immigrationisme ne pourra jamais nous épuiser. Viennent les islamistes du monde entier pour tomber en pluie fine sur la France et nous conduire vers un avenir radieux car indéterminé.
  6. Francis Delmtte
    juin 01, 15:07 Reply
    Superbe texte, dans le fond et la forme, c'est dire ! A envoyer à tous mais surtout Denis Ducarme, l'impayable, qui ce matin sur les ondes m'a encore plus écoeuré que les autres fois . Le Tartarin de Chimay surclasse en hyporsie le Tartuffe de Molière, petit amateur sans envergure par rapport au penseur MR.
  7. Pfff
    juin 01, 15:09 Reply
    Paf le Philippin « que celui qui n’a jamais pêché leur jette la première pierre » "Pas plus d'une lapidation tout les 70 ans, sinon les autres peuples nous accusent d'être des barbares." Apprenti Gigolo, Woody Allen
  8. francolatre
    juin 01, 15:35 Reply
    Deux petites remarques en passant: - On ne peut pas mettre dans le même sac des Waffen SS flamands et des génocidaires. - Les débats du week-end sur le foot sont à l'image de ce que pensent les Belges. Ils se fichent pas mal du génocide arménien mais le football est devenue la seule religion contemporaine.
    • Marcel Sel
      juin 01, 19:17 Reply
      Pour rappel, certains Waffen SS flamands étaient accompagnés dans leurs mouvements en Russie de camions de gazage.
      • Hop !
        juin 02, 10:15 Reply
        Certains Waffen SS "FLAMANDS"... Vous ne vous rendez même plus compte à quel point vous êtes sordide. Après ça, vous vous targuez de donner des leçons de maintien ? C'est hilarant. Bon allez, j'ai assez traîné dans votre dépotoir.
        • Marcel Sel
          juin 02, 16:47 Reply
          Je répondais à quelqu'un qui écrivait qu'on ne peut pas mettre les Waffen SS flamands sur le même plan que des génocidaires. Je n'ai pas le parcours exact des SS wallons, mais je donnais un des arguments permettant de mettre les SS flamands sur le même pied que des complices de génocides, sachant bien évidemment que le simple fait d'entrer dans une caste militaire qui prône la pureté « raciale » rend la comparaison tout aussi crédible pour des SS wallons ou français ou néerlandais, peu importe.
      • willy
        juin 02, 17:17 Reply
        Auriez vous une ou des références historiques crédibles attestant de ce que vous écrivez " Pour rappel, certains Waffen SS flamands étaient accompagnés dans leurs mouvements en Russie de camions de gazage" ? je serais bien aise de pouvoir les consulter. Merci d'avance
        • Marcel Sel
          juin 02, 17:25 Reply
          Il suffit de regarder dans quelles divisions ils étaient intégrés.
        • willy
          juin 02, 17:37 Reply
          Jolie réponse très crédible et historiquement bien argumentée pffffffffffffff
          • Marcel Sel
            juin 02, 20:51
            Explorez la trajectoire de la division Wiking. Ça devrait vous aider. Je peux refaire les recherches pour vous dans mes archives, mais vous me donnez combien ?
        • Willy
          juin 03, 10:22 Reply
          Je vais tenter de modestement éclairer votre lanterne , et ce gratuitement...., Au sein de cette "SS-Division "Wiking on trouvait entre autre la SS-Panzer-Grenadier-Regiment 10 "Westland" au sein de laquelle se trouvait effectivement certains volontaires flamands parmi une majorité de Néerlandais et d'autres nations, mais manifestement vous semblez omettre qu'on y trouvait aussi par après la SS Strumbrigade Wallonien... Ecrire que "...certains volontaires SS flamands étaient accompagnés dans leurs mouvements en Russie de camions de gazage..." ,et donc insinuer qu'ils les auraient utilisés, aurait mériter la mention d'une source historique crédible.
          • Marcel Sel
            juin 03, 10:57
            À nouveau, je répondais à une question sur "les Waffen SS flamands". Il est évident qu'il en allait de même pour les Wallons. Sinon, renseignez-vous sur le "certains" qui ferait penser qu'ils étaient 10 ou 12. Par ailleurs, ce que j'écris dans mes articles est toujours vérifié (ou corrigé si on pointe une erreur de ma part). Ce que j'écris dans mes commentaires est de mémoire. Je suis certain de ce que j'avance à propos des camions de gazage, mais je n'ai pas le temps de refaire les recherches dans mes archives juste pour votre bon plaisir. Enfin, j'ai simplement pris cet exemple, parmi bien d'autres (formation raciste des Waffen SS, participation à des campagnes qui ont été truffées de très nombreux crimes de guerre et de crimes contre l'humanité — j'ai eu un témoignage direct par un oncle malgré-nous qui a été dans la Wehrmacht jusqu'à Stalingrad : il était impossible de ne pas être au moins témoin de ce genre de crimes dès qu'on mettait le pied en Russie selon lui — sans compter les dénonciations multiples : la plupart des premiers Waffen SS étaient collabos avant de partir, certains étaient membres de l'infâme Vlaamse-SS chasseuse de Juifs que la Kommandantur de Gand recommandait de ne pas fréquenter tant ils étaient brutaux. Par contre, je n'ai pas encore vu d'étude sérieuse sur les crimes de guerre commis ou non par les SS belges alors que leurs bataillons étaient impliqués. Bizarrement, ceux qui sont revenus n'auraient jamais rien vu. Un peu comme s'ils avaient été de véritables vierges pures au milieu d'une cohorte de barbares.)
  9. Wallon
    juin 01, 16:20 Reply
    "Tout ça n’empêche pas que tout élu doit se rappeler que, même s’il appartient aussi à l’une des nombreuses communautés dont notre pays est riche, lorsqu’il s’assied dans une de nos institutions, il doit être belge avant toute autre chose. Et respecter l’opinion de la majorité. Quelle que soit son origine." Voilà l'unique paragraphe utile et puissant ! Pour le reste, quel intérêt de remonter le temps et de recenser toutes les tueries de masse ? Imaginez-vous la droite française (plutôt catholique) reconnaître la Saint-Barthélemy pour faire plaisir au PS d'Hollande (plutôt calviniste).
    • Pfff
      juin 02, 13:20 Reply
      La Saint-Barthélemy ? Qui a un peu occulté la conspiration d'Amboise. Le Duc de Guise, l'homme le plus aimé de France (le 19e siècle n'est pas encore passé par là pour tout mentir) et de Paris, venge le lâche assassinat de son père (dont il a été privé tout petit par le sinistre Coligny) en estourbissant l'ignoble (puis il le met à nu et le balance par le parapet dans la fange). Le Duc d'Albe (le brave homme !) avait essayé auparavant de le débarrasser du méchant amiral en envoyant à Paris un sniper wallon. Mais, z'hélas, cela avait échoué. J'y pense souvent. Quand je vois la statue de la rue de l'Observatoire (sacrilège !). Ou quand Pierre Bergé passe à la télévision.
      • Pfff
        juin 02, 14:32 Reply
        Pas l'Observatoire, l'Oratoire ! Toutes les innovations calvinistes sont déplorables, comme le disait Montaigne. La meilleure preuve en est qu'elles nous poussent à l'erreur.
      • Pfff
        juin 02, 14:35 Reply
        et pas la conspiration d'Amboise, la conjuration, verdom'
  10. Pfff
    juin 01, 16:26 Reply
    Desthexe énerve Marcel "Récemment, ce dernier [Ergogan- ndlr] a réussi à rassembler 14 000 personnes pour un meeting électoral à … Hasselt. Le plus grand meeting d’un parti belge au cours des 20 dernières années en a réuni 4 000." Tiens, et là, Todd, il a un "flash totalitaire" ? Just asking.
  11. Philippe
    juin 01, 17:29 Reply
    Merci pour ce délicieux article.... ;-) Juste une question: sur quoi appuyez-vous ce "Des Francophones ont toujours du mal à reconnaître que leur « terre » a envoyé plus de jeunes à la Waffen SS, proportionnellement, que les Flamands et les Français. " Car selon mes sources: 1° nombres de SS https://books.google.be/books?id=__PjBgAAQBAJ&pg=PT36&lpg=PT36&dq=volontaires+SS+Vlaanderen&source=bl&ots=hW6KS1Kvrr&sig=jiXaPbOAhfagfoNH3BCwb1_izvQ&hl=fr&sa=X&ei=0HFsVb_9OcjSUeutgNAF&ved=0CB4Q6AEwADgK#v=onepage&q=volontaires%20SS%20Vlaanderen&f=false Voir : La Waffen SS et le mouvement Légionnaire 2° Population en 1939 https://books.google.be/books?id=N3IS3dVNiL0C&pg=RA1-PA144&lpg=RA1-PA144&dq=population+belge+en+1939+flamand+wallon&source=bl&ots=VnQnNYa6rW&sig=gJ_u4PnEx50h403Pk7Pgb6EiszQ&hl=fr&sa=X&ei=CHNsVbeWB8GqUpe1g4AM&ved=0CDIQ6AEwAw#v=onepage&q=population%20belge%20en%201939%20flamand%20wallon&f=false J'ai pris arbitrairement une clé de répartition 80/20 pour la population Bruxelloise Les chiffres sont de... 8.000 Français, 50.000 Hollandais, 15.000 Wallons et 23.000 Flamands Une population en Belgique de 8.396.276 citoyens dont 4.413.230 Flamands et 3.983.046 Francophones. Ce qui nous donne une proportion de 0,52% de Flamands pour seulement 0,38% de Francophones ! Alors ou donc allez-vous chercher vos chiffres pour affirmer ainsi un "mal francophone" ?
    • Marcel Sel
      juin 01, 19:38 Reply
      Je n'ai pas le livre sous la main, mais j'étais arrivé à une proportion légèrement supérieure de légionnaires wallons. Cela dit, si l'on tient compte du fait qu'il y avait en Flandre un système de recrutement nettement plus efficace basé sur des personnalités de renom (comme August Borms), 0,52 et 0,38 me semble relativement similaire… Pour info, en 1930, la population tournait vers les 4.1 mio néerlandophones pour 3,5 mio Francophones. La proportion a nettement augmenté après guerre parce que de nombreux Bruxellois ont refusé d'encore se dire flamands pour des raisons diverses. Ce qui me donne une proportion d'environ 0,43% pour les Francophones et 0,56 pour les Néerlandophones. A comparer à moins de 0,02% chez les Français… Nazi pendant les guerres et catholiques entre elles peut donc fonctionner pour toute la Belgique comparativement à la France. Et ça, c'est difficile à faire admettre à beaucoup de Francophones, encore aujourd'hui :-)
      • Pfff
        juin 01, 20:44 Reply
        Enfin, en Wallonie, il faut dire nazi pendant les guerres et socialistes entre elles. Je suis bien certain que c'est ce que vouliez dire. Votre langue a fourché.
        • Pascal Debière
          juin 03, 17:44 Reply
          Pour rappel, le plus beau tour de passe passe du socialisme, a été de faire passer le nazisme pour de l'extrême droite. Hors, notre bon Adolph a commencé carrière dans le syndicat socialiste ouvrier. Le National socialisme est bien l'origine du nazisme. Que voulez vous? Quand on va trop à gauche sur l'horloge politique, on est vite à l'extrême droite et inversement. La politique, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Le reste n'est qu'une question d'argumentation.
          • Marcel Sel
            juin 04, 14:47
            Désolé, le national-socialisme, ce n'est pas du socialisme tout simplement parce qu'il n'est pas d'obédience marxiste. Allez, zou, retour aux études ! :-)
        • Pascal Debière
          juin 06, 07:22 Reply
          Voilà une position qui me choque un peu de votre part Marcel. Pour ma part, je continuerai à dire que le socialisme allemand de l'époque a amené au nazisme. Désolé si ce n'est pas ce qu'on enseigne dans les universités. Si on ne pouvait définir le socialisme que par son obédience marxiste, je me demande franchement où se situe le parti socialiste belge. Très très loin du marxisme c'est certain. Seul le PTB est dans la norme. Il serait intéressant que vous retrouviez certains discours de Di Rupo ou mieux encore, de Manuel Vals. Vous comprendrez vite que le pas entre le socialisme déclaré et le nazisme est tout petit. Il y a trop de vérités établies, trop de pensées dogmatiques. Malheur à quiconque ose sortir de la ligne. Allez Zou, retour à la faculté de penser hors des dogmes ;-) notre humanité en a bien besoin. De toute façon, il me semble trop dangereux de confier le pouvoir à quelqu'un qui veut l'obtenir.
        • Pfff
          juin 06, 16:28 Reply
          Et d'ailleurs, Marcel va nous dire que Hitler n'était pas du tout de gauche. La preuve en est qu'Hitler mangeait avec un long couteau, alors que Marcel se sert d'une longue cuillère.
      • u'tz
        juin 02, 01:20 Reply
        "de nombreux Bruxellois ont refusé d’encore se dire flamands pour des raisons diverses" "raisons diverses" est aussi passionnant que de comprendre les raisons diverses du choix obsessionnel de dénomination pour un crime contre l'humanité évident -à qui a profité la détermination criminelle ? -à qui profite la dénomination de cette détermination criminelle?
      • willy
        juin 02, 17:34 Reply
        Personnellement je suis prêt à admettre aujourd'hui ( tout comme hier et demain) beaucoup de choses sur bases de travaux et références historiques crédibles qui ne manquent d'ailleurs pas ( Jacques Wynants , Chantal Kesteloot, Rudi Van Doorslaer , Bruno De Wever etc) mais pas sur base d'approximations. PS: A tout hasard avez vous tenu compte de l'influence du recrutement de la "milice" de Vichy dans vos calculs?
      • Philippe
        juin 02, 22:14 Reply
        Merci pour votre réponse et plus encore pour votre peine. Vous nous êtes précieux !
    • willy
      juin 02, 17:21 Reply
      Je trouve aussi dommage que l'on ne puisse pas profiter des références historiques de monsieur Sel. Merci pour les votres.
  12. Gilles-Bxl
    juin 01, 18:15 Reply
    Et c'est qui qui lave plus blanc que blanc Marcel ?.... http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/la-n-va-planche-sur-une-nouvelle-resolution-parlementaire-sur-le-genocide-armenien-556c3f8c3570fde9b385d788 .....................Coluche en son temps le racontait..... https://www.youtube.com/watch?v=7vVaWFw54ig ................"elle ne sait même pas qu'il y avait un nouvel Omo !"... - Alors par exemple vous avez : - Madame, je vois que vous achetez un baril d'Ariel, si j'vous l'reprends et que je vous en donne deux où y a rien d'écrit ??? - Oh ben non alors. - Heu, heu. Vous voyez, il faut vraiment être con mur pas prendre deux barils à la place d'un. - Hé, vous imaginez la bonne femme qui dirait : - Ah ben merci, vieux. Salut hein. Allez hop là. - Allez, revenez, ça va pas. Coupez! On va la refaire. c'est pas bon... - Et puis qu'est-ce que vous avez aussi ??? - Vous avez le nouvel Omo. - Ah! Il est bien le nouvel Omo. - C'est celui qui lave encore plus blanc que blanc. - Moi, j'avais l'ancien Omo qui lavait plus blanc et il lavait déjà bien hein. - Mais maintenant il y a le nouvel Omo qui lave encore plus blanc. - Moi j'ose plus changer de lessive, j'ai peur que ça devienne transparent après. - J'ai déjà l'air con avec des rayures, hein. - Ils rigolent en plus. - Bon. Parce que j'suis allé voir Mr. Omo et j'y ai dit : "Dites donc, je m'excuse de vous déranger pendant le repas..." - Parce qu'il était à table avec des enzymes à lui. - Alors il était là... - J'y ai dit : Je m'excuse de vous déranger, Monsieur Omo. Le nouvel Omo, est ce qu'il lave plus blanc que l'ancien Omo ??? - Heu... il lave plus blanc, le nouvel Omo! - Mais l'ancien Omo, il lave... moins blanc alors? - Non, l'ancien Omo, Il lave... blanc! - Ah bon... Parce que moi, heu, blanc, je sais ce que c'est comme couleur c'est blanc. - Moins blanc que blanc, je m'doute. ça doit être gris clair. - Mais plus blanc que blanc j'vois pas. - Qu'est-ce que c'est comme couleur ??? - C'est nouveau, ça vient de sortir! - Ah bon, on peut pas discuter alors ??? - Bon. C'est pas là, c'est pas là, attends. - Hé, alors. - Le nouvel Omo c'est celui qui lave la tache qui est cachée dans le nœud du torchon. - Vous avez vu ça à la télévision ??? - Y a le torchon, C'est deux gonzesse qui font la publicité, complètement abruties. Y en a une, elle sait même pas qu'il y a un nouvel Omo. - Heu... l'autre, elle dit : "Ben dis donc ? T'en as fait une grosse tache sur ton torchon." - Elle est triste la gonzesse, elle a vu la grosse tache. Et l'autre elle est toute gaite. - Elle dit : "Ah! Ouaf, ouaf!" - Elle est toute gaite, alors elle dit : - "Bon ça fait rien avec mon nouvel Omo!"' - Alors l'autre elle sait même pas que ça existe le nouvel Omo. - Quoi! , Y a un nouvel Omo - Alors l'autre :"Ben oui hé con." - Et alors elle dit : "Regarde bien le nouvel Omo. Tu vois la grosse tache sur le torchon ??? - Je fais un noeud. Tac... et plus la tache! Et l'autre elle est sciée. - Le nouvel Omo, ça lave la tache qui est cachée dans le nœud du torchon. - Mais il est bien le torchon après. Il est propre. Il est aussi propre qu'avec l'ancien Omo sans faire le nœud. - C'est plus long, faut faire les nœuds. - D'ailleurs, celui qui a 5 kilos de linge, il fait les nœuds le lundi, il fait la lessive le mardi et puis après il a toute la semaine pour défaire les nœuds. - Parce que les nœuds qui ont été dans l'eau, bonjour hein. - Qu'est ce qu'il y a encore comme lessive? Y'a Persil antI-redéposition! Ah, voilà une lessive qu'elle est bonne. Et pourquoi qu'elle est meilleure que les autres, s'il vous plaît ??? - Eh bien parce que c'est écrit dessus. - C'est parce qu'elle est an-ti-re-dé-po-si-tion. - Y en a six qui suivent. C'est intéressant hein ? - Bon, Eh oui, monsieur. C'est écrit dessus qu'elle est meilleure que les autres comme lessive Persil, parce qu'elle est anti-redéposition. - Je pose une question maintenant. - Je pose une question. - Qu'est-ce qu'elles font les autres lessives ??? - Hein, Qu'est-ce qu'elles font les autres lessives ??? - J'attends. Les autres lessives, elles soulèvent la crasse qu'y a dans les fibres, elles lavent la crasse qu'y a dans les fibres et après qu'est-ce qu'elle devient la crasse propre. - Elle se "re dépose" dans les fibres, on vous l'a déjà dit et répété! - Tandis qu'avec Persil anti redéposition non! Persil anti redépositon soulève la crasse qu'est dans les fibres et après elle la retient avec ses petits bras musclés tandis qu'avec le pied elle tape dans la machine : "Enlevez le linge, je retiens la crasse." - Alors la Mère Denis arrive sur sa tornade blanche en poussant son cri : "Mère Deniiiis!" Ah non, ça c'est Gueule de Rak. J'les confonds toutes les deux, moi........... - Bon, elle arrive, elle retire le linge et la crasse s'en va dans l'égout avec la couleur puisque justement c'est de là que vient l'expression bien connue... - On ne souffle pas!.......................................
  13. Hop !
    juin 01, 18:17 Reply
    Ca fait marrer ces petits politicards belges avec leur nouveau hochet "génocide arménien" alors qu'il faudrait foutre le nez de tous ces nains dans leur Congo ! Et puis surtout il y a le terme "génocide", là ils n'en peuvent plus et font sous eux ! Ils vont vous en donner de la morale et s'envoyer de gros paquets de bonne conscience à peu de frais, nos pitoyables komiekskes démagos. Méchante députée qui ne respecte pas la belle démocrature belge toujours prête à s'indigner de ce qui ne la regarde pas. Haro ! Les politicaillons pataugent avec délectation dans les égoûts exotiques. Surtout exotiques ! En corollaire, t'as les pétés du bulbe qui vont t'expliquer en quoi la reconnaissance du génocide arménien est fon-da-men-ta-le et va lourdement influencer tous le moyen orient. C'est à crever de rire ! Pays de cons !
    • Pfff
      juin 01, 22:07 Reply
      Oui et non. J'ai bien étudié la question en détail (honnêtement, surtout l'aspect belgo-belge et international - pour ce qui c'est passé au Congo, voyage au coeur des ténèbres). L II était un type larger than life, et un criminel sans vergogne. On ne peut pas plus condamner l'État belge pour les exactions qui ont eu lieu quand L II possédait le Congo en propriété personnelle qu'on ne peut blâmer la Sublime Porte pour le génocide arménien. Frère-Orban (libéral) était tout à fait opposé aux ambitions colonialistes de son Roi. Mais celui-ci était obsédé. Il était convaincu qu'il fallait une colonie à la Belgique (sa frustration germanique face aux empires français et anglais). Il avait commencé à chercher une colonie bien avant de devenir roi, dès sa vingtaine. À un moment, il a failli s'accaparer la Chine à lui tout seul. Quand il a fallu partager, il s'est remis en chasse. S'est emparé du Congo sous des motifs "humanitaires" (lutte contre la traite esclavagiste arabe dans le nord-est Congo). S'était résolu à se l'approprier en propre (Tantine était reine d'Angleterre) quand le gouvernement belge avait fait connaître son désintérêt. A du faire face à la première campagne de presse internationale (Gloire !, et caoutchouc rouge ). Les américains qui n'avaient pas de colonies commençaient là leur grande carrière anti-colonialiste. Donc, le gouvernement belge s'est retrouvé avec le Congo sur les bras - et une crise internationale, sans avoir rien demandé. Alors, apartheid, colonialisme, bien sûr, sans aucun doute. Mais de génocide belge au Congo, point l'ombre d'un. C'est déjà bien assez de devoir porter devant l'histoire la responsabilité écrasante de la naissance du Hutu Power. http://www.lalibre.be/debats/opinions/le-congo-sous-leopold-ii-realite-et-fiction-51b8833ae4b0de6db9aa1459
      • Antoine Dellieu
        novembre 14, 14:57 Reply
        La responsabilité de l'état Belge peut être edulcorée, mais la responsabilité des Belges, et donc de la Belgique peut difficllement l'être. Tant qu'à s'étriper sur les termes, ce n'était pas franchement parler un génocide, puisqu'il ne s'agissait pas d'une élimination programmée. C'était juste un moyen de motiver les gens, au fond... Les quelques millions de morts se foutent pas mal de savoir à qui au juste ils doivent être attribué, et de nos débats humanistes qui élevent le sens moral de ceux qui y participent, selon ceux qui y participent.
    • Didier
      juin 02, 15:20 Reply
      C'est quoi le rapport entre le génocide arménien et le Congo? Qui nie quoi au sujet de ce pays ??? Des noms s'il vous plait ! Après on discutera. Et si ce pays de cons ne vous plait plus, quittez-le. Nous ne sommes pas en Corée du Nord, vous en avez donc le droit.
  14. Pfff
    juin 01, 18:19 Reply
    Bon, au final, la reconnaissance du génocide, ben, tu vois, c'est culturel, nan, mais, ok, quoi. Clairement. <b>Tout cela ne doit pas nous détourner de la polémique en cours.</b> Le Point mène un sondage pour savoir qui panthéoniser. J'ai évidement voté Céline, comme 10 % de plaisantins. Mais je regrette amèrement l'absence de Landru de la liste des panthéonisables ! Et le Génie français, alors, non, mais, merde, quoi !
  15. Bernadini
    juin 01, 18:51 Reply
    Pourquoi le CDH "s'attaque-t-il" uniquement à cette députée. S'il veut être cohérent, ce dont je doute, ne doit-il pas aussi virer les conseillers communaux ou de cpas CDH qui ne reconnaissent pas le génocide...
    • Tout simplement parce qu'il faut effacer "les erreurs du passé" ou en d'autres termes, supprimer cette unique mais si dérangeante élue voilée du paysage politique. Et toutes les occasions sont bonnes à prendre. Gageons que le CDH sera alors particulièrement prompt à modifier ses critères internes pour qu'à côté de la reconnaissance du génocide arménien, la nouvelle condition soit l'absence de port de foulard pour tout futur élu CDH. Au nom de l'humanisme, of course ! Comme le dit si bien Marcel Sel, après les condamnations pour des choses qu'on a dites (cf. le négationnisme, les propos racistes ou antisémites, ...), maintenant on a droit à la condamnation pour des choses qu'on n'a pas dites. C'est du pur délire. La démocratie n'existe décidément pas. Le système politique dominant partout en Europe est une sorte de mix foireux entre dictature et oligarchie. Le meilleur des deux mondes en somme.
  16. Tournaisien
    juin 01, 18:59 Reply
    http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/mahinur-ozdemir-joelle-milquet-me-soutient-556c7c0235709a87ac6211d9 Mais à quel jeu joue donc madame Milquet ? Après le Gang Bang du collège Saint-Michel, après le détournement d'activité de membres de son cabinet aux approches des dernières élections à Bruxelles, faut-il maintenant qu'elle se mette à saper l'autorité de son président de parti en soutenant une sympathisante de l'AKP (qui s'empresse, ceci étant dit, de la découvrir) ? Mais pour qui donc joue-t-elle ? Pour le PS ? Se pourrait-il que comme Guy Duplat, responsable des pages culturelles de la Libre Belgique, elle soit une taupe de l'institut Vandervelde infiltrée au cœur même du réacteur cdH ? Où donc parlait-on de clarté ? N'était-ce au cdH ? Ils feraient bien de commencer par faire en leur propre parti le ménage au plus haut niveau. Qu'ils aillent se revoir en boucle le film (1968) de Brian G. Hutton, "Where Eagles Dare" !
  17. Altaï
    juin 01, 19:44 Reply
    Contrairement aux autres génocides de l'histoire qui ne sont probablement pas suffisamment mis en lumière, la Turquie fait actuellement de l'obscurantisme sur son passé. Des procès au même titre que celui de Nuremberg (pour les crimes du Troisième Reich) il y en a eut également en Turquie concernant le génocide des Arméniens. Les réquisitoires, compte-rendu d'audience... de cette époque se trouvent dans les archives de l'Empire Ottoman (http://www.imprescriptible.fr/documents/archives/ottomanes/dadrian.htm). Le débat n'a pas lieu d'être, il a déjà eut lieu.
  18. Pfff
    juin 01, 20:34 Reply
    Tourn', vous connaissez le Turkish Quizz ? Question 1 : Is the Turkish CUP to be blamed for the genocide of Armenians christians in 1915 ? Question 2 : Is the Turkish AKP to be blamed for the genocide of christians in Irak and Syria in 2015 ? Answer : IS-IS
  19. Rhooo...
    juin 01, 22:05 Reply
    « Tout ça n’empêche pas que tout élu doit se rappeler que, même s’il appartient aussi à l’une des nombreuses communautés dont notre pays est riche, lorsqu’il s’assied dans une de nos institutions, il doit être belge avant toute autre chose. Et respecter l’opinion de la majorité. Quelle que soit son origine. » Euuh... Objection, votre Honneur ! Un élu ne doit pas respecter l'opinion de la majorité. Sinon, on ne voit pas très bien pourquoi on l'élit. Il doit défendre ses propres opinions (en théorie. En pratique, il doit surtout éviter d'énerver son président de parti. )
    • Marcel Sel
      juin 02, 16:39 Reply
      Oui, je vois que cette phrase a été mal interprétée. Respecter l'opinion de la majorité signifie ici ne pas manœuvrer pour tronquer les relations entre la majorité et une minorité, comme empêcher une minute de silence de se tenir pour défendre un point de vue extrêmement minoritaire. Sinon, bien sûr, le droit des minorités, c'est autre chose.
  20. Debière Pascal
    juin 02, 06:13 Reply
    La politique n'est définitivement qu'un jeu de dupe. Il ne servirait à rien d'écrire des centaines de lignes. Il est plus simple de faire appel à la mémoire et l'internet a cela d’intéressant, c'est qu'il permet de retrouver la trace de certaines choses. Le CDH n'a jamais hésité à fréquenter l'infréquentable. Il y a juste qu'il faut bien choisir ses infréquentables. Dans le cas du CDH, rappelons nous d'où vient cette chère Mahinur Özdemir. N'oublions pas que madame Milquet avait de drôles de relations à l'époque. Et en ce qui concerne la communauté turc, elle n'a pas hésité à s'associer aux loups gris, que nous qualifierons sans trop nous avancer d'extrême droite turque et qui n'a jamais caché ses idées négationnistes sur le génocide arménien. D'où nous vient la petite Mahinur qui d'ailleurs ne portait pas le voile à l'époque? Je vous le donne en mille.... http://www.resistances.be/loupsgris.html Vieil article, mais toujours d'actualité apparemment. Madame Milquet n'est pas à une bêtise prêt et en politique cela ne semble pas influencer énormément. Ce qui compte, c'est l'amnésie du citoyen. Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance qui n'a pas hésité à faire bloquer un dossier au parquet de la jeunesse impliquant [une de ses connaissances] dans un gangbang sur mineur lors d'un voyage scolaire. Aujourd'hui elle décide de l'avenir de vos enfants. Étant papa de 5 enfants, je vous avoue que les décisions de ce genre de personnage m'inquiètent au plus haut point. Je ne vous parle pas ici d'un jugement sur la personne, mais d'agissements prouvant un manque totale de moralité. Sur ce...Excellente journée à tous et à Marcel en particulier pour le niveau des échanges de ce Blog.
  21. lievenm
    juin 02, 08:44 Reply
    Franstalig Belgie is duidelijk weer bezig met de belangrijke dingen. Misschien moet de politiek correcte linkse kerk eens in Nice vergaderen (Iznik is al lang veroverd gebied van de Saracenen en daar de Armeense genocide erkennen zou geen goed idee zijn) en een moderne geloofsbelijdenis samenstellen zodat iedereen die kan onderschrijven om de moderne inquisitie te vermijden.
  22. guypimi
    juin 02, 09:35 Reply
    Déprimant de constater que la distinction entre violences faites à des HUMAINS quel qu’en soi l'horreur et la DÉTERMINATION à éliminer une population ne soit pas comprise par autant de personnes. Il y a des horreurs commises au nom des religions ou même pas qui son TOUTES intolérables. Mais il n'y a que quelques idéologies totalitaires qui ont poussé l'horreur jusqu'à théoriser l'élimination d'un peuple " simplement" parce que c'est un peuple. C'est aussi le concept inepte de l'épuration ethnique qui peut être moins violent mais aussi débile comme ce fut le cas pour le "wallen buiten" la différence c'est l'intensité de l'horreur mais l'intention d'éliminer la présence d'HUMAINS " simplement" pour leur appartenance à une communauté est la même !
  23. Pfff
    juin 02, 10:04 Reply
    Le mur du çon Selon les inrocks, le djiahdisme serait une idée reçue. Je dirais même plus : cette idée reçue contribue au sentiment d'insécurité. #lagauchecontrelereel1-0
  24. Pfff
    juin 02, 10:07 Reply
    Al-Silicon Valley Selon les Inrocks, le djihadisme, c'est la faute à Internet.
  25. Pfff
    juin 02, 10:11 Reply
    Les Inrocks caracala en tête "L’Empire romain n’a pas été détruit pas des hordes d’étrangers qui auraient pénétré l’empire de l’extérieur. Dans cet empire corrompu, les minorités ne demandaient qu’une chose : s’intégrer." Moi, je dis : il suffit de donner la nationalité à tout le monde, et tout ira beaucoup mieux. Commençons par mon cheval.
  26. Pfff
    juin 02, 10:30 Reply
    Selon les Inrocks, c'est la barbe qui fait le fondamentaliste anti-djihadiste. Mais pas que. Il y a aussi le hipster.
  27. Pfff
    juin 02, 12:00 Reply
    220 chrétiens enlevés par DAECH en Syrie Je sens que bientôt l'actualité ne saura plus où donner de la tête. Conversions de dhimmis en France : le boom Après cela, il y aura encore des cyniques pour dire que le terrorisme ne sert à rien.
    • Pfff
      juin 02, 12:08 Reply
      La Foi Originaire et l'Être Suprême Comment ignorer, des jacobins aux salafistes, la longue tradition jivago républicaine ? En parlant de virago, je n'oserais dire que les jeunes filles (la majorité de ceux qui sont partis rejoindre DAECH sont des jeunes filles) qui sont parties tortiller du cul devant des assassins certifiés, des bouchers éprouvés, en Syrie ou en Irak, s'inscrivent dans une tradition spécifiquement française. Parce qu'en Belgique, ce n'est pas mieux, c'est encore pire. [SUPPRIME, proces d'intention visant une population donnée (féminine). Note du censeur Sel] [Par ailleurs, Pfff, essayez de grouper vos interventions et d'éviter de répondre systématiquement aux twits que j'envoie et qui apparaissent ci-contre. Abonnez-vous plutôt à Twitter et répondez sur ce réseau.]
  28. MarieH (@bullbizou)
    juin 02, 13:10 Reply
    Oui il est plaisant de voir enfin une réaction dans cette mer d'hypocrisie. Faut-il rejeter tout acte politique sous prétexte que ses intentions ne sont pas absolument pures ? (question pas sérieuse) Que cette réaction soit elle-même hypocrite est un autre problème malheureusement corollaire à la pratique politique. Croyez-vous le peuple assez stupide pour ne pas remarquer les prodigieux efforts déployés par Mr Lutgen afin de tenir le rôle de l'homme fort et intègre qui agit alors que les autres, onctueux et manipulateurs, regardent ailleurs ? C'est une posture fort prisée par quelques nouveaux partis également. Voyez avec quelle rapidité la N-VA a réagit pour ne pas être en reste vu que sa philosophie officielle érige l'efficacité sans compromis en principe. Comme vous dites, rouler des mécaniques pour un vieux génocide poussiéreux qui s'est passé loin de "chez nous", voilà des points gagnés facilement. Sauf pour Mr Lutgen qui risque quand même de perdre pas mal de sympathisants. Mais bon, c'est surtout à Bruxelles alors...
  29. thomas
    juin 02, 13:30 Reply
    Imaginez qu'il était interdit de faire un lien entre le tabagisme et le cancer des poumons, même s'il y a des preuves, interdit d'avoir cette opinion. On appelait cela la tabacophobie. http://www.levif.be/actualite/belgique/prof-licencie-pour-propos-islamophobes-sur-facebook-une-attitude-incompatible-avec-sa-fonction/article-normal-398165.html Mais bon, les religions on toujours eu une phobie pour les faits.
  30. Pfff
    juin 02, 16:36 Reply
    Les FEMEN à oil-pé à Rabat Les réactions ne sont pas fait attendre. Il est vrai que Rabat manquait cruellement d'intégristes et que c'était le dernier coin du Maghreb où elles pouvaient ramener leur fraise et montrer leurs fraises en toute quiétude. Que voulez-vous que je vous dise ? Ce sont des ispices di counasses, par vocation religieuse.
  31. Patrick
    juin 02, 17:05 Reply
    si le CDH prend cette nouvelle orientation humanitaire entérinée par une éviction de négationniste c'est que le vent tourne et qu'il est temps de changer les compteurs... Cette éviction symbolise la fin d'un temps marqué par le Vietnam (sa guerre, la géostratégie mondiale, l'intoxication philosophique des blocs, parmi lesquels la Turquie trouvait sa place pour liquider les Kurdes et réaliser son évolution sur un génocide comme fondations à sa culture et ses prétentions... Le PSC aimait l'orange (comme l'agent, ah ah...) et le politiquement correct s'y est toujours conformé et aujourd'hui à nouveau le CDH a donné le "la" finassier et toutes les attitudes responsables et pragmatiques ont perçu le signal. Irons nous aussi loin en cette nouvelle orientation que les points atteints au temps du napalm, de Nixon et de la décadence du monde occidental?? (cela a été très loin). Si oui alors cela signifie quelque chose comme une guerre mondiale ou peut-être plutôt comme un correctif pour parachever un phénomène historique.
  32. Piana Danielle
    juin 03, 13:40 Reply
    JUSTICE FOR KHOJALY : "Malgré l’adoption de quatre résolutions par le Conseil de Sécurité des Nations Unies condamnant l’invasion, l’Arménie occupe toujours le Haut-Karabagh et sept provinces limitrophes. Près de 20 % du territoire azerbaïdjanais est toujours occupé et environ 875 000 réfugiés et déplacés internes ont été relogés dans des camps d’Azerbaïdjan." Je reconnais le génocide des Arméniens, cependant voici cependant qu'eux aussi continuent d'occuper indûment des terres volées, après un cruel massacre commis en 1992 dont on ne parle pas, et qui maintient en exil les Azerbaïdjanais dont les terres sont confisquées, v.: COMMUNIQUE DE PRESSE : Un poignant concert de musique classique a été donné le 18 février 2015 dans la magnifique Salle Mozart de Strasbourg, en commémoration des 613 victimes civiles du Massacre de Khojaly en 1992 (l’épisode le plus tragique du conflit du Haut-Karabagh ayant opposé l’Arménie et l’Azerbaïdjan), dont 70 personnes âgées, 106 femmes et 63 enfants. Le concert s’est déroulé en présence de 150 invités, dont des diplomates et des représentants d’institutions internationales, du secteur privé, de la société civile et des médias. S.Exc. Emin Eyyubov (ambassadeur et représentant permanent de la République d’Azerbaïdjan au Conseil de l’Europe) a déclaré : « Le Massacre de Khojaly perpétré par l’Arménie en 1992 était un crime contre tous les Azerbaïdjanais. C’est un massacre d’une extrême cruauté qui a coûté la vie à des civils innocents et sans défense. Mme Leyla Aliyeva, vice-présidente de la Fondation Heydar Aliyev, est à l’origine de la campagne internationale Justice for Khojaly lancée en 2008 pour que l’opinion publique internationale soit au courant de cette tragédie. Grâce à cette campagne, la communauté internationale dispose d’informations détaillées sur ce crime, sur ce massacre, commis par les Arméniens. » « La Fondation TEAS et la Représentation azerbaïdjanaise au Conseil de l’Europe sont fiers d’organiser cet événement à la mémoire des victimes de Khojaly dans le cadre de la campagne Justice for Khojaly, explique Mme Marie-Laetitia Gourdin (directrice du bureau français du Cercle Européen d’Azerbaïdjan – Fondation TEAS). La rapidité du développement de cette campagne permet de mesurer le soutien international en faveur du rétablissement de la justice dans cette région du monde. Ce soutien s’est déjà exprimé à travers des événements organisés dans plus de 100 pays d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique, que ce soit au niveau d’individus, d’organisations internationales et même d’États. Au-delà de l’évènement co-organisé ce soir à Strasbourg, la Fondation TEAS organise ces jours-ci plusieurs évènements similaires dans le cadre de la campagne Justice for Khojaly à Londres, Paris, Bruxelles, Berlin, Berne, Dublin, Istanbul, Ankara, Rome, Luxembourg et Vilnius. « Il est logique que la commémoration de ce soir prenne la forme d’un concert de musique, qui fait partie du patrimoine culturel immatériel de l’Azerbaïdjan. Khojaly se situe dans la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh, toujours sous occupation arménienne. Or cette région est à la fois une plateforme culturelle et le berceau de la musique propre à ce pays. La ville de Choucha, aujourd’hui en ruines, était surnommée le Conservatoire du Caucase. Les plus grands musiciens, chanteurs et compositeurs azerbaïdjanais y sont nés. Parmi eux, Uzeyir Hajibeyli, le père de la musique classique azerbaïdjanaise ; Sadigjan, qui a beaucoup fait évoluer le tar azerbaïdjanais ; les plus grands chanteurs de mugham ; et aussi le légendaire chanteur d’opéra Bul-Bul, qui a suivi ses études à La Scala de Milan. « Nous dédions aussi cette soirée à Dilham Asgarov et Shahbaz Guliyev, les deux civils azerbaïdjanais capturés par les forces d’occupation au mois de juillet 2014 alors qu’ils allaient se recueillir sur la tombe de leurs proches dans leur village d’origine. En décembre 2014, un ‘tribunal’ illégal les a condamnés à 22 ans de prison pour l’un, et à la perpétuité pour l’autre. J’exhorte toutes les personnes présentes ici ce soir à demander au gouvernement français de faire pression sur le gouvernement arménien pour qu’ils soient libérés. » À l’image de l’ambiance de la Salle Mozart, construite au 18ème siècle en pleine époque des Lumières, le programme du concert a mélangé des œuvres classiques et modernes, azerbaïdjanaises et européennes, interprétées par deux pianistes azerbaïdjanaises – mais parisiennes d’adoption – très talentueuses et reconnues dans le monde entier, Renara Akhoundova et Saida Zulfugarova. Renara Akhoundova a surtout joué ses propres compositions, souvent inspirées de chansons populaires ou de mughams azerbaïdjanais et enrichies d’une forte dimension spirituelle. Un autre morceau, entièrement improvisé, est ensuite comme entré en résonance avec les pensées et les émotions d’un public très recueilli à l’écoute de cette façon très créative d’évoquer le Massacre de Khojaly. Saida Zulfugarova a ensuite rejoint Sarah Nemtanu (violon) et Alexander Somov (violoncelle) pour interpréter deux grands classiques du répertoire azerbaïdjanais de Gara Garayev et d’Ogtay Zulfugarov, et d’autres œuvres d’Antonín Dvořák et Franz Schubert. Malgré l’adoption de quatre résolutions par le Conseil de Sécurité des Nations Unies condamnant l’invasion, l’Arménie occupe toujours le Haut-Karabagh et sept provinces limitrophes. Près de 20 % du territoire azerbaïdjanais est toujours occupé et environ 875 000 réfugiés et déplacés internes ont été relogés dans des camps d’Azerbaïdjan. La soirée a été dédiée à la mémoire des victimes de Khojaly et des Azerbaïdjanais qui n’ont qu’un souhait : rentrer chez eux.
    • Patrick
      juin 03, 19:26 Reply
      une précision sur le motif de la guerre du Karabagh: juste avant le conflit (1988) cette enclave montagneuse était encore peuplée à 75/100 d'Arméniens. Dans les années 1920 c'est l'administration soviétique qui avait forcé le rattachement d'une zone peuplée d'Arméniens à l'Azerbaïdjan. Ceci pour dire que la guerre d'autodétermination des Arméniens du Karabagh en 1988 n'était pas générée par le désir de crime ou de génocide mais plus pour quitter un pays qui n'est pas le leur (l'Azerbaïdjan) dont la culture et la langue n'est pas les leurs. Les chrétiens de cette région vivent avec un sentiment profond d'injustice depuis des centaines d'années. Les Arméniens ont souffert dans leur foi, leur corps et leur âme parce que premier rempart de la chrétienté contre les tatares et les peuples d'Asie centrale (dont les Azéris et les Turcs) déferlant vers des contrées plus cléments, moins âpres. Ce mouvement s'est répercuté jusqu'à Rome... Les peuples dits "barbares" se sont, d'aventure, accommodés d'une vie civilisée et sédentarisés par la suite mais il subsiste parfois aujourd'hui certains apanages d'une culture sauvage dans les faits et les évènements d'actualité dont nous connaissons maintenant les arcanes.
    • Pfff
      juin 04, 10:58 Reply
      Radio Erevan Pourquoi l'Arménie a-t-elle un ministre de la Marine ? L'Azerbaïdjan a bien un ministre de la Culture.
  33. Piana Danielle
    juin 03, 13:41 Reply
    2 erreurs dans le texte : que celui qui a péché, et non pêché (c'est aller à la pêche), et 'prédisent' sans doute écrit pour président? la phrase n'est pas claire.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.