La N-VA au fédéral ? Ceci n’est pas un gouvernement !

Capture d’écran 2014-05-18 à 19.17.26

Répartition des sièges selon le baromètre d’avril. Source : Le Soir.

Il ne faut pas être grand sorcier pour comprendre que la N-VA ne veut et ne peut intégrer un gouvernement fédéral belge. Elle ne le veut pas, parce que de deux choses l’une : soit, elle y participe et il fait de l’excellent travail. Mais elle démontre que la Belgique peut fonctionner. Et Bart se tire un missile dans l’orteil en prouvant que son credo fondamental est erroné. Soit, au contraire, elle y fait du très mauvais travail. Dans ce cas, elle démontrera que ses solutions économiques sont ineptes. Or, c’est par le socio-économique que la N-VA obtient une bonne moitié de ses électeurs. On me répondra qu’en cas de mauvaise gouvernance, elle rejettera la faute sur ses partenaires de coalition — ce qui est probable — et dans ce cas, on imagine qu’un gouvernement avec un tel partenaire irait rapidement à la crise. On arrive alors dans le « peut pas » : intégrer un parti au gouvernement dont l’intérêt principal est que celui-ci ne fonctionne pas est évidemment la dernière des hérésies.

Second problème : au fédéral, la N-VA ne peut pas gouverner avec le PS et ne peut pas gouverner sans. Si elle entre dans un gouvernement sans les socialistes, elle dominera à ce point l’équipe qu’il serait incompréhensible qu’elle ne fournisse pas le premier ministre. Avec 33 sièges dans la dernière projection en sièges du Soir, elle aurait près du double du deuxième parti, le MR (à supposer que la situation ne soit pas pire encore, avec la N-VA à 34 sièges et le MR à 17 par exemple) et disposerait à elle seule de 37,5 % des députés gouvernementaux. Les Francophones se retrouveraient non seulement minoritaires dans leur collège (ce qui en soi n’est ni grave ni étrange dans une fédération), mais en plus, leur représentation gouvernementale serait d’à peine 30 % (25 sièges sur 88). Les partis francophones qui s’aventureraient dans un tel marais seraient un peu fous dans leur tête, mais ça n’est que mon humble opinion. 

Par ailleurs, le MR et le CDH devraient à eux seuls pourvoir à tous les postes ministériels francophones (soit 8 à 10 postes), avec 30 % de la représentativité. Je me demande comment Bart De Wever expliquera qu’il est entré dans un gouvernement où si peu de sièges francophones s’arrogent autant de portefeuilles. Mais rassurons-nous, seul le Vlaams Belang lui posera la question !

Une représentation francophone au gouvernement d’à peine… 30 % ?

Si la N-VA n’apporte pas le premier ministre, ce devra être un CD&V ou un MR. Mais lequel de ces partis acceptera de prendre une telle responsabilité alors que le gouvernement lui-même sera largement dominé par un nationaliste flamand ? Et quel francophone acceptera de soutenir Bart De Wever (ou autre) au poste de premier ministre ? Cela le vouerait aux pires insultes de l’opposition et de bien des Francophones.   

La N-VA elle-même ne dispose pas de tant de ministrables que ça, les seuls qui ont une expérience à ce niveau sont Muyters (pas top) et Bourgeois (pas glop). Or, elle devrait fournir au fédéral 4 à 5 portefeuilles. Vous voyez entrer des Jambon, Weyts, Bourgeois, Muyters, De Wever au gouvernement ? Tant d’inexpérience ne garantit pas de bons résultats, mais plutôt un monceau de gaffes. Or, il serait illogique que la N-VA abandonne tous les secteurs clés à d’autres partis. Il devrait au minimum couvrir les Finances, le Budget et/ou les Classes moyennes. Des secteurs où aucun de ses membres éminents n’a jamais rien prouvé : Muyters a augmenté la fiscalité en Flandre en supprimant le «jobkorting» et il s’est déjà planté dans ses comptes. 

La N-VA n’a pas de ministrables de niveau « fédéral ».

Reste bien sûr la solution d’une N-VA sans ministre, soutenant de l’extérieur un gouvernement (très) minoritaire selon le sondage ci-dessus (qui n’est qu’un modèle de travail) : avec à peine 54 députés, un tel gouvernement ne pourrait compter à coup sûr que sur un gros tiers de la Chambre. Et puis, dites, près de 4 sièges gouvernementaux sur 10 en appui externe, et les plus radicaux de surcroît, quel premier ministre accepterait un tel risque ? Ce serait une pipe, peut-être, mais certainement pas un gouvernement !

La position même d’une telle coalition « de droite » serait de la haute voltige. Car contrairement au gouvernement actuel qui n’a pas franchement d’opposition (Groen/Ecolo est trop courtois pour s’opposer radicalement et la N-VA est comme qui dirait une opposition « ingeburgerd »), une pentapartite de droite devrait batailler quotidiennement contre les 40 sièges des socialistes, des écologistes et des communistes. Soit, tout le « peuple de gauche », le plus enclin à sortir dans la rue pour contester une politique trop à droite. Et face au « bain social » qui s’annonce, surtout en Wallonie, même les policiers bruxellois connus pour leur brutalité seraient vite dépassés. Mais on pourrait importer de la main d’œuvre étrangère, les Robocops brésiliens sont, à ce qu’on dit, tout à fait redoutables. Blague à part : les grandes réformes radicales contre l’avis de la population requièrent un parti de gauche au pouvoir, faute de quoi, elles finissent en émeutes.

Bien sûr, une cure d’opposition des socialistes paraît indispensable tant le parti s’est encroûté dans ses habitudes et a dérivé au centre droit. Mais elle n’arrangerait pas les bidons d’un « gouvernement Vlaams-national-droitiste ». Les Francophones de l’opposition auraient dans ce cas beau jeu de rappeler au quotidien au MR et au CDH leur « trahison » qui serait d’autant plus patente aux yeux de bien des électeurs potentiels, que la N-VA obtiendrait d’avancées vers le confédéralisme (je rappelle que sans de telles avancées, pas de gouvernement avec mijnheer de Keizer). Je pense qu’on peut donc difficilement espérer qu’une coalition aussi déséquilibrée, avec les nationalistes comme boulet permanent, tienne vraiment 5 ans (la nouvelle durée d’une législature). Or, un échec avec dissolution des chambres avant la fin de la législature serait une victoire pour la seule N-VA, qui a bien entendu tout intérêt à aller vers une telle conclusion, pour tirer la couverture à elle. C’est sa spécialité, c’est même presque dans son ADN.

Mettre le souk, c’est dans l’ADN de la N-VA…

Alors, admettons que la N-VA finisse par accepter de gouverner avec les socialistes ? Mais dans ce cas, pour quoi faire ? Tout d’abord, les socialistes ont montré qu’ils n’avaient pas besoin de la N-VA, même forte, pour former un gouvernement qui gouverne, et qui tient la barre à droite (chômage), laissant même libre cours à une dérive réelle vers les limites de l’extrême sur l’immigration, par exemple. Or, la tripartite actuelle serait reconductible dès le lendemain des élections et tous ses députés le savent. Quelle valeur ajoutée la N-VA peut-elle proposer en terme de stabilité de l’équipe, de cohésion gouvernementale ? Aucune, c’est même une nette moins-value.

La seule et unique chose qui plaiderait en faveur d’une entrée de la N-VA dans un gouvernement avec ou sans les socialistes serait l’effet psychologique de son résultat — mettons même 35 %. Mais est-ce si puissant que ça, ce chiffre, si les autres partis peuvent montrer qu’ils sont prêts à monter au 16 sans discussion inutile, sans négociation longue, sans remords et sans peur ?

Pourtant, ce chiffre a un sens. En 2010, la N-VA était le premier parti, devant le PS. Mais pas la première famille politique. Aujourd’hui, elle risque en sus de récolter ce laurier-là. Fondamentalement, cela ne signifie rien. Être premier parti avec moins de 25 % des voix au niveau belge, et sans partenaire, c’est très joli, mais ce n’est pas suffisant. Il faudra l’expliquer à la population et les partis flamands ont déjà commencé à le faire, du bout des lèvres. N’empêche que le roi devrait, ne fut-ce que pour l’esthétique, proposer un premier round d’information à Bart De Wever. Et une telle initiative peut avoir des effets pervers.

Le roi pourra-t-il se passer d’un round « N-VA » ?

Mais le roi pourrait également arguer du fait que la N-VA n’a aucun premier ministrable dans sa poche pour la zapper d’emblée, et passer directement au plan 2 (pas le plan B, hein, le plan 2) : si les partis de la coalition actuelle proposent rapidement un projet commun, ils ont bien la majorité pour eux, et peuvent aller ensemble chez Philippe avec le deal suivant : « vous nous confiez la formation et nous vous promettons un gouvernement dans les 60 jours ». Plutôt tentant : la monarchie se retrouverait entre ça et une menace sérieuse de revoir notre Belgique errer 541 jours durant à la recherche d’un gouvernement. Une crise que l’on ne peut se permettre une seconde fois. 

Oui, la N-VA est impressionnante. Mais être le plus fort, quand on est tout seul, ça ne sert à rien. Oui, les partis flamands qui participeraient à un tel gouvernement seraient fusillés par les nationalistes pour avoir reconduit une majorité minoritaire en Flandre. Mais le CD&V, l’Open VLD et le SP.a auraient 5 belles années pour travailler. Et la N-VA, autant pour se rendre impopulaires au gouvernement flamand. Bref, cette solution est de loin la plus raisonnable. L’électeur ne pourra s’y opposer que dans longtemps, très longtemps. 

Du plan B au système D.

Ça fait bricolo, tout ça ? Et le gouvernement Di Rupo, ce n’était pas bricolo, peut-être ? Il a néanmoins relancé la Belgique pour un tour de manège qui a pondu une 6e réforme de l’État assez radicale et adoptée sans grande querelle. Un tour de force, au prix d’une politique sociale terrible. Mais la scission eût probablement coûté plus cher encore. 

Ajoutons à cela que le parti nationaliste n’entrera dans aucun gouvernement belge qui ne lui promettra pas de larges avancées vers le confédéralisme, ce qu’aucun autre parti « gourvernementable » ne veut. Ni au Sud, ni au Nord. Et que tout Bruxellois exclut d’office.

La N-VA au gouvernement fédéral ? Si ce n’est pas du Magritte, ça y ressemble très, très fort. Mais la Belgique nous a déjà réservé d’étranges surprises…

Previous La N-VA n'est pas raciste, elle n'aime pas les Congolais, c'est tout.
Next En voor de Walen hetzelfde !

You might also like

0 Comments

  1. Jacquemart Albert
    mai 19, 16:42 Reply
    J'avoue que je ne suis pas loin de penser la même chose. Vive le pragmatisme en ces temps.
  2. GuyF
    mai 19, 17:03 Reply
    Réaliste mais triste... si nous pouvions vraiment nous débarrasser du flamingantisme qui gangrène tous les partis flamands ce serait mieux et dans de meilleures conditions maintenant que plus tard !
    • MUC
      mai 21, 11:17 Reply
      Réaliste mais triste… si nous pouvions vraiment nous débarrasser du gauchisme qui gangrène tous les partis Wallons ce serait mieux et dans de meilleures conditions maintenant que plus tard !
      • Philippe
        mai 21, 19:27 Reply
        La nva un parti raciste selon un des constitutionnalistes les plus réputés du royaume... Est-ce une surprise ? MUC tu te trompes... Tous les partis de la Fédération Wallonie Bruxelles élargie aux communes qui ont marqué leur volonté de ne plus être administrés par la Flandre.
      • uit 't zuiltje
        mai 21, 22:40 Reply
        @MUC "Als vader,als burger én als burgervader wil ik dit land snel terug op de rails zetten"(citaat bdw) the act became real : wereldburgervader maybe the rails of the reality
        • Marcel Sel
          mai 21, 23:18 Reply
          Il devrait faire attention à la largeur des wagons :-)
  3. moinsqueparfait'
    mai 19, 18:30 Reply
    "Les partis francophones qui s’aventureraient dans un tel marais seraient un peu fous dans leur tête, mais ça n’est que mon humble opinion." Il n'y a absolument rien de fou dans le phénomène d'instinct de survie. Quand vous avez un flingue sur la tête et un bourreau qui vous dit "le Belgium doit survivre, et si et seulement si il survit, tu survivras", soit vous voulez jouer au héros, soit vous vous exécutez. Il n'y a rien de fou là-dedans, il n'y a qu'une expression de rapport de forces et de lâcheté* sans doute, mais nullement de folie. >>>> Un gouvernement belch avec un Premier ministre "wallon" homosexuel et "socialiste" et des Flamands en minorité dans la majorité avec une Flandre majoritaire et ancrée à droite... Oh, mon bon Mossieur... "Les partis flamands qui s’aventureraient dans un tel marais seraient un peu fous dans leur tête, mais ça n’est que mon humble opinion." C'est pourtant exactement ce qui s'est produit et qui se paiera très cher... ------ *Cette lâcheté correspond à celle de leurs électeurs. De fait, ce ne sont nullement les électeurs qui tiennent le flingue. Mais ici, ça dure comme ça depuis tellement longtemps que quand les élites indéboulonnables autrement que par des intrigues de palais à laquelle la gueusaille n'est pas conviée font semblant de craindre un scrutin pendant 30 secondes au Jité, on célèbre une démocratie exemplaire.
    • Lachmoneky
      mai 20, 10:21 Reply
      Précisément, c'est leur instinct de survie qui leur fera exclure la NV-A, grand distrait que moinsqueparfait!
      • moinsqueparfait'
        mai 20, 13:02 Reply
        S'il le faut Bart deviendra PM, grand-prêtre belgicain dans 20 ans, ministre d'État et enterré avec des funérailles nationales par la suite, comme tous ceux qui ont fait leur profession de foi belgicaine de décennies en décennies (examen d'entrée: ch... dans la gu... des Wallons, ce qui équivaut à une déclaration d'amour pour la Belgique aux yeux d'un Brusselois moyen). faut-il vous rappeler le parcours des Martens, De Haene et autres chers "compatriotes néerlandophones du nord dupéyïs", sombres individus sanctifiés par la propagande belgicaine mais dont la mort m'a réjoui, je n'hésite pas une seconde à l'écrire? C'est vous qui n'avez rien compris. La faculté d'oubli (volontaire) du belgicain le rapproche du poisson rouge...
        • Marcel Sel
          mai 20, 15:13 Reply
          Aucun de ceux que vous avez cités n'étaient des nationalistes identitaires. Désolé, revenez le 26 :-)
        • moinsqueparfait'
          mai 20, 17:24 Reply
          Marcel, On a la mémoire courte ici... Vous avez déjà oublié le non-identitairement nationaliste qui nous soupçonnait de manquer de capacités intellectuelles, dépeint par la suite comme un sauveur de la patrie par une autre branding & comm. officer du régime dans ses éditos délirants du soir. Oubliée la poésie d'un auteur nazi publiée par un certain HVR, bien en cour là où il faut. Mais bon, s'ils n'étaient pas "nationalistes identitaires", alors ça va. Nous sommes sauvés. Je vous parle de quoi, là? De trucs qui remontent à l'Antiquité? Non: il y a six mois pour l'un et quelques années pour l'autre. Le 26, nous verrons non pas si Bart va devenir PM ou pas. Nous verrons quelle sera la solution retenue par les intendants des colonies et leurs maîtres pour maintenir le chaos et l'abrutissement permanents et surtout les rentes de situation. Vous semblez considérer inconcevable qu'on finisse par nommer Bart PM et que le régime belgicain finisse par en faire un héros. Je prétends le contraire sans hésiter mais je ne peux en effet garantir que j'ai raison sur ce coup-ci car ce n'est en effet peut-être pas ça qui va se passer. L'essentiel n'est pas là. L'essentiel, c'est que comme beaucoup, vous considérez que la frontière de l'admissible est en passe d'être franchie et que cette fois-ci, ce sera la dernière pantalonnade. À chaque fois, la limite est franchie et la limite est repoussée. Outre l'aspect reculade permanente, il y a aussi le côté "oubli" et vitesse de celui-ci. Je pense qu'il n'y a pas vraiment de solution. S'il y en avait une, elle aurait dû émerger depuis longtemps. Enfin, si: cette capacité d'oubli est une partie de la solution... mais au bénéfice des autres.
  4. Salade
    mai 19, 22:15 Reply
    Sauf que pour gouverner la Belgique, la NVA n'a pas besoin d'être au fédéral. Il lui suffit d'avoir un boy PS pour faire le sale travail en faisant croire ainsi que le francophone sauve les meubles!! Naïveté des francophones encore, et des bruxellois surtout, cars ces derniers se feront représenter encore par des ... wallons!!!! Alors Di Rupo mangera sa moquette belge, une fois (de plus)! Et il dira encore et encore "Ceci n'est pas la Flandre", tout à fait comme Magritte. 7ème, 8ème réforme...etc...jusqu'à l'infini et au-delà, et les politiciens francophones aiment ça!
    • Lachmoneky
      mai 20, 10:29 Reply
      Voilà qui est en effet plus subtil: gouverner par pions (flamingants et même (un peu) flamands) interposés: Maggie De Block en est un GENTIL exemple. Ça me semble assez évident comme "manœuvre". D'ailleurs, TOUTE la politique n'est-elle pas qu'un jeu d'influences.. plus ou moins cachées: le VOKA ou Maddens évitent de s'afficher trop clairement, mais leur but final est clair: ce n'est certainement pas une solidarité "nord-sud" --- quant à une exploitation dans le même sens, cela ne semble pas trop les affecter: Maddens ne s'en est même pas caché. Sans aucune réaction francophone!!!!!!
  5. xavier castille
    mai 19, 23:03 Reply
    Donc on continue avec les mêmes depuis toujours et tout s'arrangera :-). Ce que je ne comprends toujours pas est comment il est possible de former un gouvernement avec des partis pour lesquelles on ne peut voter et appeler cet crasse la démocratie. La politique choisie dans une circonscription électorale (Flandre, Wallonie et BXL!) munie de pleins pouvoirs fera que les rapports entre les régions seront plus respectueux et transparents, tout le contraire à la polarisation que nous connaissons avec le système actuel.
    • Franck Pastor
      mai 20, 17:09 Reply
      Entièrement d'accord ! La N-VA se définit d'ailleurs comme un parti anti-PS, déplore même d'avoir à s'en prendre au CD&V pendant cette campagne alors que « son vrai ennemi, c'est le PS ». Alors qu'on ne peut pas voter PS en Flandre !! Ça n'a pas de sens.
  6. xavier castille
    mai 19, 23:17 Reply
    "Oui, les partis flamands qui participeraient à un tel gouvernement seraient fusillés par les nationalistes pour avoir reconduit une majorité minoritaire en Flandre. Mais le CD&V, l’Open VLD et le SP.a auraient 5 belles années pour travailler. Et la N-VA, autant pour se rendre impopulaires au gouvernement flamand. Bref, cette solution est de loin la plus raisonnable. L’électeur ne pourra s’y opposer que dans longtemps, très longtemps.. ". Bonne idée, suivons l'exemple de BXL et la Wallonie qui nous ont montré le chemin à suivre.
  7. wallimero
    mai 19, 23:18 Reply
    @ Marcel, Là c'est bas les masques, le cynisme pur du grand réactionnaire progressiste. La gauche n'est pas dans le gouvernement? On casse la baraque. Il faut que les Flamands comprennent que quoi qu'ils votent, ils sont insignifiants car la gauche francophonne est éternelle en Belgique. Au besoin, la gauche francophone fera de la droite pour sauver les tranferts dans le social, comme on le fait maintenant. Si tout le monde dit non à la N-VA, c'est la N-VA qui met le souk. Mais bon, si De Wever dit qu'il veut entrer dans le gouvernement, ce sont les autres qui disent non, et puis on dit qu'il n'est pas sincère. Mais si, il l'est. Et ce sera pour réaliser son programme. Comme tout autre parti. Il peut accepter de la connerie socialiste au gouvernement fédéral, mais ce sera au prix d'un confédéralisme poussé. Il peut accepter un gouvernement de droite, et il remettra le confédéralisme à un peu plus tard. Que la francophonie se fout de comment vote la Flandre, ça on a l'habitude, ils on même inventé le Cordon "Sanitaire" pour ça. Maintenant on nous propose de faire du comme de la N-VA en étant farouchement contre la N-VA. Comme quoi on est vraiment prêt à tout à sauver sa Sucrerie Nationale. Oui, je sais, mais la scission eût probablement coûté plus cher encore. Quelle belle vision progressiste: hypocrisie, mensonge et tout cela pour maintenir sa position, et sinon, on casse la baraque et on tape dessus. joli Marcel, vraiment joli
    • Marcel Sel
      mai 20, 00:10 Reply
      Je ne recommande évidemment pas que la gauche mette le souk, je constate qu'elle est plus proche des syndicats et plus prompte à descendre dans la rue. Les politiques impopulaires ont toujours été plus faciles à adopter avec les socialistes au gouvernement, c'est tout ce que je dis.
      • lievenm
        mai 20, 11:56 Reply
        Als het krapuul op straat probeert terreur te zaaien zet je desnoods het leger in om de straten schoon te vegen.
        • Pffff
          mai 20, 22:29 Reply
          La Vlaamse Leger ? Ben, mon colon.
        • attibo
          mai 21, 11:33 Reply
          D'où le pronostique: la N-VA au gouvernement, c'est l'armée dans les rues endéans les 3 mois...
  8. xavier castille
    mai 19, 23:19 Reply
    "On me répondra qu’en cas de mauvaise gouvernance, elle rejettera la faute sur ses partenaires de coalition — ce qui est probable — et dans ce cas, on imagine qu’un gouvernement avec un tel partenaire irait rapidement à la crise." Les autres partis par contre avouent tout le temps leurs échecs ... . Pouvez vous quand même me donner 1 ou 2 exemples svp?
  9. uit 't zuiltje
    mai 20, 00:53 Reply
    je dois être fou, je parviens pas à m'énerver plus que d'hab' ce qui compte vraiment c'est d'avoir un gouvernement en flandre, en wallonie et à bxl (et donc en colatérale "fédéraillante wallobrux", ex-cf), ach ja il y a co les z' Allémaniques (moins nombreux que les FR du rand) mais eux c'est pas les zes...keine broplème.- car il y a que ces Entités qui ont des responsabilités pratiques... pour le reste l'Entité fédérée autonome appelée "fédéral" on en a rien à foutre... l'armée, le roi, la justice, la comptabilité fiscale, la représentation à l'EU qu'on laisse tout ça aux fonctionnaires... ya qu'à avoir un "bon" gouvernement d'affaire courante et qu'on laisse courir... [Qu'on attende que BDW, le seul qui existe à la n-va, disparaisse de la scène politique (MODIFIE PAR LE CENSEUR SEL] le nationalisme flamand n'est finalement qu'une maladie, rien de plus pour les wereldburgers l'avenir de bdw n'est pas d'être le keizer de vlandre, juste d'être l'exciteur des seulement 30% de connards parmi les flamands ( bon dans les comptes y a aussi les 10% d'inévitables faschos flamands) qui croient vraiment être des êtres supérieurs bon s'il sont n-va/vb plus de 50% le 25mai, on déterre nos flingues no problemo
  10. petit
    mai 20, 01:50 Reply
    Je me souviens du gouvernement Martens-Gol et pas un peu !!!! c'était l'année où j'ai fait construire ma maison et les taux d'intérêts n'étaient pas ce qu'ils sont actuellement. Avec les sauts d'index, et le rabotement d'un mois de salaire dans la fonction publique, j'ai été dans la merde pendant plusieurs années. Alors moi les libéreaux, le CDV, NON MERCI. Même actuellement le FMI reconnait que les politiques d'austérité ne valent rien quand elles touchent la masse la plus grande de la population. Alors le programme NVA, à droite toute mais sans chiffres, bref tout démolir juste pour démontrer que rien ne va en Belgique. Il veut quoi le BDW, des gens avec 3 boulots sous payés comme en Allemagne ? Au vu du débat de ce soir entre Di Rupo et Reynders, on aura sans doute droit pour à un premier tour avec la NVA (Philippe ne pourra pas faire autrement), et ensuite, on prendra les même et c'est parti pour 5 ans qu'ils disent et ça j'en suis beaucoup moins sûre. Ouf, je pars vendredi pour 3 semaines car ras le bol d'entendre toujours la même chose. Mon vote, il est déjà parti chez celui qui a ma procuration. je dis cela au cas où on viendrait me reprocher de partir pour ne pas voter.
  11. Tournaisien
    mai 20, 07:42 Reply
    Bart De Wever a pourtant été clair : "nous sommes bien conscients qu'un gouvernement qui mettrai à son programme de nouvelles réformes institutionnelles n'a aucune chance ... notre plan A, c'est un gouvernement sans le PS". Qu'est-ce à dire ? Que la NV-A veut monter au gouvernement avec un programme socio-économique fort, un programme qui constitue en quelque sorte comme un mixte entre la ligne allemande et la stratégie conservatrice anglaise, qui se fixe pour horizon une dette publique de l'état belge sous la barre des 80%. La recette ? : Réduction de la couverture sociale (réduction de la durée de la couverture chômage), dégrèvement des impôts sur les entreprises, réforme des pensions (allongement du temps de travail), etc. Un programme dont la NV-A sait par avance qu'il ne pourra jamais passer avec le PS. Vous dites qu'en tenant un coup comme celui-là, si cela marche, la NV-A se tire un missile dans l'orteil. Je ne le pense pas personnellement. De Wever sait en effet qu'un programme aussi drastique, si le PS est dans l'opposition, mettra le feu à la Wallonie, et d'une certaine façon, cela l'arrange. Dans tous les cas de figure, s'il parvient à imposer un tel programme avec le concours des Libéraux, aux moins en partie, il sait qu'il est gagnant : ou bien il aura réussi à imprimer une direction libérale qui est, aussi, chère à son programme, ou bien les forces socialistes, au sud du pays, font tout foirer, et là il lui restera à désigner le grand responsable de l'échec. Si la NV-A est désireuse de monter au gouvernement, c'est précisément parce que son programme comporte deux fers au feu : réforme institutionnelle et réforme socio-économique libérale. Ne jamais oublier que ce second point est aussi important pour la NV-A que le premier, que les deux modèles toujours invoqués par la NV-A sont l'Allemagne et l'Angleterre (accessoirement un pays comme le Danemark), que ces deux aspects du programme NV-A sont liés en tant que les mentors de ce parti considèrent, notamment, que toute réforme socio-économique profonde dans ce pays n'est possible que sans le PS, donc sans le sud du pays. En essayant d'imposer un gouvernement majoritaire en Flandre (qui pourrait être NV-A, CD&V et Open VLD) et minoritaire en Wallonie (MR et éventuellement CDH ... qui représenteraient quant à eux quelque 40 à 42 ou 43%), De Wever fait cette fois le pari de l'exercice du pouvoir. Or il sait que le CD&V, s'il parvient à un score au-delà de 30 sièges, se refusera à jouer la carte de la quadripartite contre elle, au prétexte que cela serait totalement non respectueux de l'expression démocratique en Flandre (ce en quoi, ils n'auraient pas tout à fait tort, reconnaissons le). Donc il sait qu'il aura toutes les chances d'être incontournables. Il restera alors au CD&V à faire comprendre aux Francophones que la fois dernière, c'étaient les Flamands qui la mort dans l'âme avaient accepté de former un gouvernement où les partis flamands étaient minoritaires en Flandre et que donc, cette fois, ce serait au tour des Francophones à faire de même si vraiment ils ont le souci de sauver ce pays. En clair, messieurs les Libéraux et les socio-chrétiens francophones montraient que vous avez chez vous des hommes d'état qui sont capables de prendre des risques. ... Cette fois, la clef est bel et bien du côté flamand. La NV-A étant incontournable, c'est elle qui dictera les lignes-maîtresses du programme, et sur de telles mesures socio-économiques, dures il est vrai, tout laisse penser que dans les grandes lignes pourraient les suivre les Libéraux flamands et francophones, voire même le CD&V, quels que soient les coups de pinceau qu'il parviendrait à imposer (chômage pour les plus de 50 ans notamment, ... cfr la déclarati!on de Kris Peeters). Ce scénario n'est pas tout à fait improbable, du moins si le PS en Wallonie repasse en dessous de la barre des 30% et que le CDH, comme on semble le lui prédire, remonte de façon significative avec par ailleurs un MR à plus de 25%. Si cette tendance se confirme en Wallonie (à Bruxelles les choses seront un peu différentes, FDF oblige notamment) et qu'en Flandre, la NV-A est la grande gagnante, alors tout dépendra de l'attitude du CDH. Ce parti restera-t-il irrémédiablement scotché au PS (tendance Milquet) ou acceptera-t-il de faire le grand saut (tendance Lutgen). ... En clair, je crois que, loin d'avoir une NV-A qui se refuserait à monter au gouvernement comme vous le soupçonnez, nous pourrions bel et bien avoir un scénario de gouvernement avec la NV-A, les Libéraux et les ex-Socio chrétiens. J'imagine ici que le CD&V, qui a conservé de bons contacts avec le CDH via les vieux briscards tel Eyskens, ne manquerait pas de tout faire pour convaincre Lutgen de monter dans le wagon.
    • Marcel Sel
      mai 20, 09:47 Reply
      Tournaisien, vous semblez oublier que la N-VA est un parti nationaliste. Pour elle, le fédéral ne peut pas fonctionner bien. Elle n'a aucun intérêt à le faire fonctionner. Mais bon, il y a encore beaucoup de monde qui pense qu'un parti nationaliste identitaire est un parti comme un autre.
    • thomas
      mai 20, 11:08 Reply
      Et SI le pays et les gens, flamands et francophones, se portent mieux après 5 ans de gouvernement avec la N-VA et sans le PS (moins de pauvreté et chômage, croissance économique, migration win-win etc.), vous allez avoir une drôle de figure, Marcel. Sí. Et pour cette nationalisme "identitaire", je ne vous crois pas une seconde. Chaque pays du monde exige le respect de sa langue officielle. Et la défense de notre langue ne nous a pas empêché de devenir très forts en anglais (la seule langue qui compte internationalement), alors que les élèves francophones sont les pires en anglais de tous les pays de l'OCDE après la Turquie
      • denis dinsart
        mai 20, 14:14 Reply
        C'est très rassurant pour des "surhommes" comme vous de vivre au côté des "pires".
        • moinsqueparfait'
          mai 20, 17:33 Reply
          Il croit ce qu'il dit, c'est l'essentiel. Ne perdez pas votre temps avec lui. Le Wallon moyen est passablement nul en anglais. Je crois qu'il le sait. Le Vloms moyen, lui, est persuadé qu'il connaît bien l'anglais. Quand l'Amerloque de service lui lâche que son charabia était "interesting" avec un sourire invraisemblable, il croit vraiment qu'on l'a trouvé intéressant. Ne cherchez plus l'idiot du village global, on l'a trouvé.
      • Alain
        mai 20, 16:19 Reply
        Continuez donc a vous vautrer dans vos idées reçues d'un autre temps. Le niveau de connaissance des langues des néerlandophones s'appauvrit d'année en année (et je ne parle pas que du français...). Se replier sur son nombril n'a jamais fait en sorte que l'ouverture et la connaissance des autres (en particulier sur les plans culturels et linguistiques) augmentent...
      • uit't zuiltje
        mai 20, 16:40 Reply
        chouette thomas ! la flandre qui maîtrise parfaitement "la seule langue qui compte internationalement" va enfin nous permettre de débarrasser les pires élèves de l'ocde des cours de NL
      • Franck Pastor
        mai 20, 17:17 Reply
        Ça fait longtemps que le nationalisme flamand a dépassé le stade de la lutte linguistique. Maintenant c'est sur les clivages riches-pauvres, libéral-socialiste, bourgeois-prolétaires, travailleurs-assistés, enzovoort enzoverder, qu'ils font leur beurre. Les Francophones belges maîtriseraient-ils mieux le néerlandais ou l'anglais que ça ne changerait rien à la politique de la N-VA.
      • Philippe
        mai 20, 17:40 Reply
        Mais c'est évident... Tous les petits flamands sont des génies et les petits francophones des cons ! Mon pauvre Thomas, moi je constate que selon les catégories sociales de moins en moins de flamands sont vraiment des bilingues (langue maternelle + une autre langue) et la langue française est totalement inconnue chez bon nombre de jeunes flamands. Avant de nombreux francophones en Flandre maîtrisaient parfaitement le flamand, le néerlandais et le français, les séjours linguistiques étaient déjà courants. Aujourd'hui seuls les belges aux origines multiples et variées pratiquent réellement plusieurs langues. Et ceux qui en ont les moyens ou l'opportunité... Non, les jeunes flamands ne sont ni pire ni meilleur ... Ils ont juste eu à produire plus d'efforts si ils voulaient avoir une langue internationale dans leur bagage ce que les jeunes francophones ont comme langue maternelle. Mais maintenant avec vos nationalistes qui vous promettent le paradis dans un grand Bokrijk, il y en a beaucoup qui sont vraiment à plaindre...
      • uit 't zuiltje
        mai 21, 21:34 Reply
        @thomas (citaat n-va) "Door garant te staan voor <b> onderwijs op topniveau </b> " au pays des bisoenoers ce slogan de la n-va dans "een flexibel arbeidsmarkt" vous sauve de vos peurs, faudra évaluer votre niveau le gars definition du flamand version n-va: " <b> mensen die werken , sparen en ondernemen, moeten weer beloond worden </b> " l'incantation apporte des voix... bientôt Tourn' va être frustré de ne pas pouvoir voter pour vous
  12. Alain
    mai 20, 09:56 Reply
    M'ouais, peut-être... Mais je pense quand même qu'il manque la dimension régionale dans votre raisonnement. Puisque nous habitons dans un pays où "Tout est dans tout, et inversément", et puisque la réforme de l'Etat a renforcé nettement le pouvoir des régions, la situation post-électorale régionale ne me paraît pas sans intérêt... vous imaginez sérieusement que le MR viendrait au fédéral avec le PS sans une contrepartie régionale ? Vous imaginez le CD&V abandonner la présidence de Vlaanderen à la NV-A comme prix à payer pour être au gouvernement fédéral sans la même NV-A ?? Et bien moi pas... Mais bon... attendons le 26 mai... 2014... Alain.
  13. Axle
    mai 20, 10:19 Reply
    Ce n'est pas un gouvernement "fédéral". C'est le mélange des résultats de 2 élections distinctes. Jusque là ça a encore fonctionné (façon de parler) parce que du côté flamand il y avait une majorité qui a bien voulu trouver un "compromis" à la belch et du côté "francophone" on adôôôre tellement la Belgique qu'on est prêt à tout pour la maintenir, même si ce n'est que pour partager la dette et les pensions. Mais rien ne dit que la jeune génération de l'élite flamande fera encore éternellement comme les anciens.
  14. Lachmoneky
    mai 20, 10:47 Reply
    Marcel, merci de "résumer" exactement ce que je pense. L'alliance MR- NV-A (et autres pour boucher les trous) pourrait fonctionner si le MR était nationaliste. Mais le nœud du problème reste Bruxelles: sa situation actuelle est déjà ubuesque, impliquée, imbriquée et emmêlée dans les 3 "régions". Plus la séparation sera forte, plus Bruxelles sera dans la m... (voyez les projets délirants de la NV-A)... et accessoirement plus une bonne partie des ressources du pays sera dans la mélasse. Vu le poids du MR à Bruxelles, l'option "MR-séparatiste" est invraisemblable. Reste donc la convergence "économique" entre MR et NV-A. Mais vu que le plus gros "concurrent" du MR est socialiste, ils se doutent bien qu'une politique à droite toute les fera sombrer à la législature suivante: comme le dit Marcel, pour aller à droite, il faut un cocher de gauche. Seule la Dame de Fer a un peu réussi. Mais elle est partie de bien loin "à gauche". Et bien d'autres gouvernements "de gauche" se sont finalement montrés assez "pragmatiques".. avec plus de douceur mais un effet semblable à un gouvernement "de droite"
  15. Philippe
    mai 20, 11:59 Reply
    Le top de l’administration fédérale penche bien trop du côté flamand ! L’Article 43 ter des lois sur l’emploi des langues qui exige la parité et que peut on constater... Les francophones ne "pèsent" plus que 37 % des fonctions en tenant compte des pondérations ! Les ministres francophones ne sont pas capables de se faire respecter et cela sans même la présence des partis nationalistes flamands et associés qui représentent entre 40 et 50% des électeurs en Flandre. Qui disait "couilles molles" ? Source: http://www.lalibre.be/actu/belgique/trop-de-flamands-au-top-des-ministeres-537a41a73570102383cc3791
    • Lachmoneky
      mai 20, 19:01 Reply
      C'est Théo Lefèvre qui disait (il y a déjà bien longtemps): "On rentre dans les francophones comme on rentre dans le beurre"
  16. xavier castille
    mai 20, 12:56 Reply
    Marcel, vous voulez parler des ministrables de niveau Fédéral? Connaissiez vous Maggie De Block ou Koen Geens avant 2011? Quand on sait que plus de la moitié des docteurs en médecine et les entrepreneurs votent pour la NVA en Flandre je crois bien qu'il y en aura capable de gouverner le pays. Naturellement ils n'auront pas le poids de Milquet (la même de Milquetgate), Reynders ( ... Parce qu’elles ont moins d’effets sensibles à Bruxelles et en Wallonie qu’en Flandre), Onckelinx (qui parle à peine la langue de la majorité du pays), De Crem (qui voulait acheter des avions très couteux avant les élections pour la présidence de l'OTAN), Johan Vande Lanotte (cfr. Electrawinds) ... . Mais bon on essayera de faire avec se qu'on a (pas). A propos Marcel ... vous vous souvenez le moment quand Reynders et Vande Lanotte présentaient le Fond Argenté et qui déclamaient fièrement qu'il contenait 0 EUR parce que le tout était investit dans l'état Belge (celui dont la dette dépasse les 100% du PIB). Gouverner c'est prévoir ce qui veut dire que ces deux sont ou bien incapables ou bien menteurs. J'espère du fond du coeur qu'on aura d'autres ministres.
    • Marcel Sel
      mai 20, 15:12 Reply
      Xavier Castille : Geens est loin d'être un débutant. Je considère le ministère de Maggie de Block comme un échec cuisant pour diverses raisons. Si gérer l'asile, c'était un simple travail de comptable qui expulse aveuglément pour brandir de beaux chiffres, ça se saurait. Le problème de la N-VA au fédéral, c'est que ce n'est pas un ou deux mais bien quatre ministrables, plus un premier ministre, qu'elle devrait fournir, et tout ça à des postes aussi importants que les finances, l'intérieur, le budget, etc. Nos ministres ne sont pas tous bons, c'est vrai, mais de là à les remplacer par des débutants qui n'ont rien prouvé nulle part, et en masse, il y a une marge, non ?
      • Philippe
        mai 20, 17:43 Reply
        Au fait, dans notre système, c'est quoi un "bon" ministre ?
    • thomas
      mai 20, 23:59 Reply
      "Si gérer l’asile, c’était un simple travail de comptable qui expulse aveuglément pour brandir de beaux chiffres, ça se saurait." Arrêtez vos populismes. Gérer l'asile, Marcel, c'est offrir la protection aux demandeurs d'asile dont il s'est avéré, après une examination très profonde, que leurs demandes satisfont aux critères de la Convention de Genève ou aux dispositions relatives à la protection subsidiaire, et de renvoyer tous ceux qui, après la même examination très profonde, ont été refusé le statut de réfugié ou l’octroi du statut de protection subsidiaire. Les fonctionnaires qui font ces examinations et qui prennent ces décisions, sont hautement qualifiés, intègres, et connaissent beaucoup mieux cette législation internationale que vous. De Block essaie de faire appliquer la loi, contrairement à son prédécesseur qui excellait dans son indécision.
      • Marcel Sel
        mai 21, 18:18 Reply
        Désolé, Thomas, quand De Block renvoie des malades du Sida qui, à peine arrivés dans leur pays sont torturés et assassinés par la police, elle ne fait pas son boulot de secrétaire d'État à l'asile, elle fait de la comptabilité, et ça tue des gens. Personnellement, je considère que la responsabilité du premier ministre est tout autant engagé. Mais présenter le travail ministériel de De Block comme réussi, sous prétexte que ses chiffres sont bons (comment peut-elle prétendre qu'elle y est pour quelque chose, puisqu'elle n'intervient dans rien, dit-elle ?), c'est franchement le contraire d'une analyse politique.
  17. Renaud
    mai 20, 14:15 Reply
    Pourquoi le confédéralisme n'est-il pas le modèle idéal pour les trois régions ? La N-VA est une solution qui ne me semble pas pire qu'un Gouvernement Dehaene ou Gaston Eyskens.
    • Marcel Sel
      mai 20, 15:16 Reply
      Trop long à expliquer, mais le confédéralisme vu par la N-VA, c'est s'arroger l'économie bruxelloise en en confisquant aux Francophones (90%) le bénéfice social, et appauvrir le Wallon comme jamais il ne l'a été. Si vous voulez que la Wallonie plonge comme la Grèce l'a fait, votez N-VA. Le patronat flamand s'en portera merveilleusement bien. Pour le Sud, autant le rattacher tout de suite au Bengla Desh. Le seul moyen de dépasser le fédéralisme de façon décente pour tout le monde, c'est la scission avec une Bruxelles autonome et un choix laissé aux régions séparées de s'associer ou non, ou de rejoindre un autre pays. Le confédéralisme, c'est la même chose, mais au seul bénéfice de la Flandre.
      • uit't zuiltje
        mai 20, 17:03 Reply
        @Marcel la n-va ne veut pas aller au fédéral, car il y a un minimum de bon sens chez des gens qui ne sont pas racistes mais prennent les FR pour de la merde dont il faut se débarrasser, ils savent très bien que s'ils dirigaient le pays (autrement que par influence sur les complexes de supériorité flamands) ils ne tiendraient pas quatre mois à bxl avant qu'on les renvoit dans leur pays à coup de pompe dans le cul... plus que 5 fois dormir...
      • Renaud
        mai 20, 17:04 Reply
        Tiens, je pensais que les flamands avaient déjà tout grâce à l'état fédéral. La terre prise au francophones, l'arrogation de droits (avec une clé de répartition qui n'a pas bougé depuis 1947) en tout genres, des impôts qui partent en flandre, les Bruxellois francophones ont moins de droit que les Bruxellois flamands, etc... Pour moi, la Belgique a cessé d'exister lors de la création des 3 régions et la scission du Brabant (la bonne vieille Belgique de bom'pa). Et étant donné que le gouvernement flamand ne voudra jamais revenir en arrière, que le gouvernement Bruxellois n'arrivera jamais à rien et qu'en Wallonie on prépare un puputan géant pour 2022, que reste t-il à faire en sachant que lâcher Bruxelles n'est pas une option flamande ? Si l'on scisse, on engonce Bruxelles dans la flandre et ce n'est pas une solution viable, même si l'IPP pourrait revenir à Bruxelles. :( PS : Je vois plutôt Ben Weyts, un gars de mon village, à la Justice !
      • Philippe
        mai 20, 18:11 Reply
        "autant le rattacher tout de suite au Bengla Desh." [CENSURE] ;-) Primo La Wallonie n'a pas à rougir de ses chiffres compte tenu d'un ensemble de facteurs et plus encore du fait des détournements systématiques d'activité économique dont la Flandre est responsable. Secundo la banque c'est la Région Bruxelloise et sa périphérie Tertio celui qui fait main basse sur la banque à gagné la partie & Game Over ! Depuis toujours la Flandre se sert sans gène aucune dans la caisse et surtout quasiment sans aucun retour. Estimation par an: près de 30 milliards €
      • schoonaarde
        mai 20, 19:38 Reply
        "Une Bruxelles autonome" est probablement la solution, aussi bien pour la Wallonië que la Flandre. Un problème contenu et bien cerclé.
      • Pffff
        mai 20, 22:32 Reply
        Le CDV, c'est la même chose, mais en plus lent, pour pouvoir récupérer Bruxelles au passage.
      • thomas
        mai 20, 23:22 Reply
        Votre comparaison entre la Grèce et la Wallonie ne tient pas la route, parce que la Grèce a plongé à cause de décennies de très mauvaise gestion, alors que la Wallonie a été gérée tellement bien par le PS.
      • MUC
        mai 21, 11:23 Reply
        Le Gouvernement Di Rupo II sera comme le Gouvernement Di Rupo I. Sans majorité en Flandre. Un gouvernement peu respecté, peu démocratique. Au sud, on aime les transferts du Nord, mais on déteste la voix, l'influence démocratique du Nord. Geen enkel huwelijk houdt zo stand.
        • Philippe
          mai 21, 19:30 Reply
          Quels transferts ? Les 3 à 4 milliards de la Flandre vers la Wallonie ou les 25 à 30 milliards par an de la Région Bruxelloise (partie de la Fédération Wallonie Bruxelles) vers la Flandre ? Les nationalistes aiment l'argent et se prendre pour des riches sans trop savoir d'où l'argent vient...
  18. St Marc
    mai 20, 15:07 Reply
    Vous affirmez que la NVA ne possède pas assez de ministrables expérimentés, que leur confier des grands ministères serait une catastrophe. Vous soutenez donc la maintien au pouvoir de la médiocrité. En effet, c'est oublier un peu vite le bilan de ce gouvernement qui est, si on met de coté l'avenir assuré par les Louis et autres De Croo à leur progéniture, un véritable fiasco. Or qui retrouve-t-on dans ce gouvernement ? Les mêmes depuis 20 ans. Quelle est l'expérience d'une Laurette ou de Jojo Mascara qui ont détruit tous les ministères fédéraux et régionaux où elles sont passées ? C'est aussi surement grâce à votre fameuse "expérience" que Turtelboom vient d'être gratifiée d'un magnifique zéro pointé par les syndicats des gardiens de prison. S'il y a bien une raison de voter NVA, c'est pour avoir des nouvelles personnalités au pouvoir qui font, comme Maggie De Block ou De Wever à Anvers, un excellent travail. Au grand dam des politicards de carrière !
    • Marcel Sel
      mai 20, 15:18 Reply
      Je ne suis pas d'accord avec vous sur Maggie De Block, quant à De Wever à Anvers, c'est franchement trop tôt pour tirer le moindre bilan. Mais bon, si vous pensez que Jambon aux finances, Muyters au budget, Ben Weyts à l'égalité des chances et Bourgeois à l'intérieur sont des garanties d'efficacité, libre à vous :-)
      • St Marc
        mai 20, 15:31 Reply
        Une ministre qui applique une politique voulue par la majorité, qui ne fait pas d'effet d'annonce et qui se paie le luxe de rendre 90 millions au fédéral, je ne sais pas ce que vous voulez de plus. Je constate que ceux dont vous pronez la reconduction ont échoué. Et je n'ai pas d'a priori sur Jambon, Muyters ou Weyts au fédéral. Votre posture est celle d'un idéologue.
        • Marcel Sel
          mai 21, 18:10 Reply
          Les 90 millions rendus au fédéral, ça s'appelle un effet d'annonce. Par ailleurs, entre appliquer une politique et la faire aveuglément en refusant de considérer de tenir compte des condamnations (voir mon article "le prix d'une vie au pays de Maggie", je n'appelle pas ça de la gestion ministérielle, j'appelle ça de l'incompétence.
        • uit 't zuiltje
          mai 21, 21:07 Reply
          dommage que les gens avec lesquel la déblok remplit les charters ne soient que des nègres à tamtam et des mauvais musulmans,... problème de génération, avec des koulaks russes ou des juifs allemands, elle nous aurait rapporté bien plus de pognon Dr Barbapapa l'adorée de la belgique dorée (mister bart quelle nouille à côté, ah oui, mais lui il est vraiment de la n-va) ben weyts à la justice, ah non, on a bien dit qu'on peut pas pire qu'onkelinckx... ces flamands ne vont quand même pas nous démontrer le contraire!
      • Franck Pastor
        mai 20, 17:21 Reply
        Oui, c'est sûr, ce serait pas très très folichon comme perspective ! :-/
      • schoonaarde
        mai 20, 19:28 Reply
        Les ministres ne doivent pas être obligatoirement élus. Il y a d'excellent gestionnaires non élus qui peuvent faire le boulot.
  19. miyovo
    mai 20, 17:08 Reply
    6 Reasons To Love Belgium http://www.esquire.co.uk/food-drink/travel/5935/belgium/ Hey gimme a break I'm a foreigner here so if someone, at long last, says something positive about this place, allow me to spread the word, 'cause you guys don't seem inclined to see the bright side of life, mostly, if I may be allowed to express an opinion about Belgians.... And YES I know, one of your ministers once famously said that all you guys have left in common is soccer, beer and and and and OMG what was the 3rd thing again ???? love and peace miyovo
  20. Philippe
    mai 20, 18:24 Reply
    "la maintien au pouvoir de la médiocrité." Un peu limité ce jugement de valeur.. "c’est oublier un peu vite le bilan de ce gouvernement ... un véritable fiasco." Répéter un mensonge n'en fait pas une vérité ! Je remarque que BHV est libéré du "joug Bruxellois" (selon d'authentiques médiocres) et que les avocats flamands se battent pour malgré tout conserver Brussels sur leur carte de visite alors qu'ils plaident quelque part dans la pampa flamande... Très drôle leurs pleurs pour revenir en partie à Bruxelles/Brussels ! Je remarque que la Belgique conserve toute sa crédibilité malgré le fait que dans une de ses Régions, des enragés obtiennent pour le moment des résultats électoraux. Je remarque les résultats atteints sous cette législature et le travail abattu y est énorme. Mais bon pour les authentiques médiocres cela ne sera jamais bon sans leur panda anorexique malade du cœur ! Pour ce qui est des jambon et autres Muyters, Weyts ou la blondasse mature dont j'ai oublié le nom et de wever, mis à part faire de la figuration c'est du vent... Et il ne sent pas bon ! Mais bon les goûts et les couleurs...
  21. Tournaisien
    mai 21, 07:59 Reply
    Dernier sondage en Flandre : la NV-A à 25%. Le précédent sondage (il y a environ un mois et demi) donnait la NV-A à 33%. Une différence de quelque 8%, soit 25% du total des intentions de vote enregistrées en avril. Question : Preuve du caractère non fiable des sondages ? Ou réelle évolution des intentions de vote en Flandre ? Ce qui est sûr, c'est que la stratégie du CD&V, qui a décidé cette fois de se démarquer radicalement de la NV-A en jouant la carte du socio-économique, a l'air d'être payante. Le CD&V d'ores et déjà sera au nombre des partis gagnants en Flandre. Le revirement, sinon à 180°, au moins à quelque 120°, de la communication de Kris Peeters est de ce point de vue on ne peut plus révélateur d'un nouveau cap mis au sein du parti social-chrétien flamand. Force est de constater une fois encore que, côté flamand, les clefs se trouvent en priorité dans les mains du CD&V, un parti qui, quoi qu'il a subi le choc en retour de la montée de la laïcité dans ce pays, a néanmoins réussi à amorcer un virage intelligent, un virage qui lui permet de continuer à arbitrer et à jouer un rôle central sur l'échiquier politique flamand. On ne peut pas en dire autant, côté francophone, du CDH ... et le c'est le moins que l'on puisse dire !
  22. Gérard
    mai 21, 12:30 Reply
    Voyant les sondages quelque peu baisser, Bart De Wever adopte une nouvelle stratégie. Il va s’adresser aux francophones en leur disant en gros « N’ayez pas peur, l’institutionnel n’est plus notre priorité ». Il y aura donc ceux qui goberont ses paroles et les autres. Les premiers voteront en masse pour le MR qui pourra faire alliance « en toute confiance « avec la NVA. Ce sont les plus faciles à accrocher aux wagons. Mais comme dit Marcel, l’article 1er de leur chartre est bien l’indépendance de la Flandre. En gouvernant sur le socio-économique, ils pourront prendre au passage des tas de bonus pour la Flandre en appauvrissant la Wallonie. C’est ce qui se passe déjà. Quant à Bruxelles, ils arriveront bien à l’appauvrir économiquement, la faisant tomber tel un fruit mûr, comme une « ville normale » dans une grande Flandre presque indépendante.(forte et propre !) Reste à savoir si pendant ces 5 ans de législature, les flamands ne vont pas comprendre qu’une majorité d’entre eux s’est appauvrie aux détriments des plus aisés. Car De Wever ressemble de plus en plus à un effet « Kiss Cool » Il ne pense pas non plus à ce que les dirigeants européens et internationaux diront au sujet du statut de Bruxelles (A vrai dire, ils montrent les gros doigts à Poutine mais laissent filer la Crimée, pourquoi pas Bruxelles dans une région flamande indépendante.) « Tout fout le camp ma bonne dame » Mais n’ayez crainte, Bart De Wever a toujours les crocs (même s’il veut faire semblant de les rentrer et tomber malade au moment de prêter serment devant le roi.) En disant cela, je ne dis pas que le régime socialiste est le meilleur au monde, loin de là. (Voyez la pauvre France socialiste – mais aussi libérale de Sarko !!) Cependant tomber dans le populisme, l’extrémisme, il y a de la marge.
    • uit 't zuiltje
      mai 21, 23:22 Reply
      "(A vrai dire, ils montrent les gros doigts à Poutine mais laissent filer la Crimée, pourquoi pas Bruxelles dans une région flamande indépendante.)" la crimée a été vidée de ses habitants et peuplée de russes donnée à l'ukraine par les russes et reprise par les russes perso je vois pas le rapport avec bxl, le quart de la communauté française de .be
      • Gérard
        mai 22, 10:46 Reply
        @uit't zuiltje Ce que vous dites est vrai en terme de population mais je parlais de l'esprit dans lequel cela s'est passé.(malgré quelques sanctions économiques qui leur fait peut-être mal) Il me semble que la région flamande n'a jamais signé les traités internationaux ( droit des minorités). L'Europe et l'ONU peuvent montrer les gros doigts, les flamands s'en fichent. Cette situation pourrait très bien se représenter pour Bruxelles ( Bruxelles capitale de la Belgique mais aussi de la Flandre.) Si vous trouvez cela normal!!!! De Wever est maintenant aux abois. Il ne voulait pas participer au gouvernement fédéral, rester à Anvers et maintenant si on lui proposait le poste de premier ministre," rien n'est à exclure". Placer un séparatiste à la tête du pays, la Belgique se tirerait une balle dans le pied. Si ce parti ne voulait pas la fin de la Belgique, il aurait sans doute ces chances de participer à un gouvernement bien de droite ( vous en tireriez la langue peut-être le premier tellement votre pouvoir d'achat souffrirait), mais il aurait ses chances, je le répète.
        • uit 't zuiltje
          août 08, 00:42 Reply
          salut Gérard je reviens vers vous parceque je ne suis plus très sûr de revenir vers ce blog son rythme de traitement ne me convenant pas trop "Il me semble que la région flamande n’a jamais signé les traités internationaux ( droit des minorités)." voilà le genre genre de truc qui pose problème dans notre pays , en fait c'est la "belgique" donc l'Entité fédérale qui représente l'État belge pour les traités internationaux mais pour cette décision sur les droits des minorités chaque Entité communautaire doit décider, chez nous seul les NL blocquent en prenant argument sur le fait qu'en RF le FR est la seule langue officielle...
  23. […] Comme je l’explique aujourd’hui dans Paris Match Belgique, et comme je le disais déjà une semaine avant les élections, Bart n’a pas, comme il l’affirmait dans Terzake, « un beau jeu » ou « toutes les cartes […]

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.