Pauvre petit Bart riche

IMG_1317« Seul, tout seul, sur cette plage, pauvre petite fille riche », mélodiait Claude François dans une de ses premières chansons. Et après avoir vu Terzake lundi soir, où les présidents des partis flamands principaux commentaient leur victoire et évoquaient la formation à venir, j’éprouvais un sentiment similaire envers Bart De Wever (N-VA, nationaliste-flamand). Riche en voix, mais tout seul. En voyant l’attitude de Wouter Beke (CD&V, démocrate-chrétien) et de ses collègues de gouvernement, on se dit que Bart risque bien de ne pas trouver, dans un avenir proche ou lointain, de raisons de pavoiser.

Car un phénomène assez nouveau est apparu en Flandre, du moins par rapport à la victoire d’Yves Leterme en 2007. Les partis traditionnels ne se contentent plus de défendre leur politique d’un point de vue exclusivement flamand, mais soulignent les avancées fédérales. Non sans humour parfois, comme lorsque Gwendoline Rutten (Open VLD — libéraux) fait remarquer que dans ce gouvernement dirigé par un socialiste, Elio Di Rupo, seuls les socialistes ont été sanctionnés, les libéraux étant sortis gagnants du scrutin. Bruno Tobback, président des socialistes flamands lui rétorque, hilare, que « Madame Rutten veut plus de gouvernements avec des ministres socialistes ».

Le genre d’humour qui tord le cou à l’antisocialisme furi-Bart.

Le fait est que cette fois, les partis de la coalition n’ont pas été sanctionnés au Nord, ils ont même progressé. Ceux qui ont participé au gouvernement Di Rupo ont suffisamment crû pour obtenir une majorité en Flandre, ce qui leur manquait depuis 2010. Entouré des présidents du CD&V et de l’Open VLD, Bart De Wever apparaissant sur la défensive. Ses partenaires potentiels aux niveaux flamand et fédéral ont pu s’offrir le luxe de pratiquement le sommer de leur faire une proposition concrète — tant au niveau flamand que national —, sur laquelle ils jugeraient de leur participation ou non à un gouvernement avec la N-VA.

Un retournement spectaculaire !

Le retournement est spectaculaire. Alors que la N-VA avait, en publiant très tôt des textes de congrès radicaux, pris la main dans la campagne, elle se retrouve à devoir ratatiner son propre programme pour espérer séduire les autres partis ! Pour la formation fédérale, c’était encore pire : chacun semblait très conscient que mettre les gagnants francophones des élections (PS, MR et CDH) à la même table de négociations que Bart De Wever n’allait pas de soi. Au contraire. Et l’empereur d’Anvers (concurrent de l’empereur de Mons), de reconnaître qu’avec le PS, ce serait… comment dire… enfin voilà.

Tout seul, isolé, bardé de voix dont il aura bien du mal à faire usage utilement au gouvernement belge — même s’il peut encore espérer former un gouvernement flamand, — Bart De Wever est aujourd’hui à la merci de trois partis flamands qui, ensemble, ont obtenu la majorité des voix en Flandre et de trois partis francophones qui semblent, déjà, vouloir passer rapidement l’épisode De Wever pour engager les négociations pour une prolongation du gouvernement papillon qui, s’il n’est idéal pour personne idéologiquement parlant, parvient apparemment à satisfaire suffisamment de Belges pour être reconduit rapidement. C’en est au point que Didier Reynders continue à « préférer » un gouvernement sans la N-VA. Le contraste avec 2010 est saisissant : il y a quatre ans, au sortir des élections, tout le monde avait reconnu qu’il faudrait parler avec Bart. Reynders avait évoqué un parti « très démocratique » (sic). Elio Di Rupo avait reconnu la victoire nationaliste et engagé des tractations. 

Yvan Mayeur, mammouth enragé dans un magasin de vitraux en cristal.

Aujourd’hui, rien de tout cela. On frôle même l’insulte quand Yvan Mayeur, maladroit comme un mammouth enragé dans un magasin de vitraux en cristal, explique que le parti s’apprête à « faire faire quelques tours à De Wever comme informateur » avant de reprendre la main. Le genre de maladresse à ne pas reproduire : l’électeur N-VA a droit à un minimum de respect. Mais elle montre bien que les esprits sont déjà formés à l’après-informateur-De-Wever. Comme je l’explique aujourd’hui dans Paris Match Belgique, et comme je le disais déjà une semaine avant les élections, Bart n’a pas, comme il l’affirmait dans Terzake, « un beau jeu » ou « toutes les cartes en main ». Il a bien toutes les têtes, mais aucune de la même couleur. Une reine de cœur avec un roi de trèfle n’ont jamais fait une paire. Et le pire, c’est que c’était inscrit dans les astres. Comme je l’ai dit, des mois avant les élections : la N-VA n’a aucun intérêt à monter au gouvernement fédéral, et le gouvernement fédéral n’en a aucun à intégrer un parti indépendantiste. La logique et la mathématique sont souvent tordues par les politiciens, mais là, on touche à des axiomes. 

Plus humiliant encore pour les nationalistes : cette fois, ce sont les chrétiens-démocrates, des deux côtés de la stupide frontière linguistique, qui ont la main. Sans le CD&V, pas de Bart au gouvernement flamand, ni au gouvernement fédéral. Sans le CDH, il devra trouver un terrain d’entente avec les socialistes… En gagnant mal les élections (notamment pour avoir phagocyté le Vlaams Belang déjà en très mauvais état de par ses dissensions internes), De Wever les a en réalité perdues. Or, le nationalisme supporte très mal les perdants. Et quoi de plus perdant qu’un gagnant qui se retrouve coincé par sa propre victoire ?

En 2010, la N-VA pouvait encore se présenter comme le justicier d’une Flandre brimée en conditionnant toute négociation à une scission unilatérale de BHV. Seulement, voilà, la scission a entre-temps été actée. Il a suffi pour cela que les Flamands négocient avec les Francophones au lieu de leur imposer leur vision unilatérale, imbuvable. 

Ce n’est pas Bart qui a les cartes en main, c’est Wouter Beke !

C’est en négociant cette scission que le CD&V a rattrapé quatre ans de crise due au radicalisme d’un certain Yves Leterme et à sa méconnaissance du terrain fédéral. Le parti de Wouter Beke et de Kris Peeters est aujourd’hui sur une tout autre longueur d’onde. Il a repris goût aux vertus du compromis à la Belge. Si celui-ci reste imparfait, il coûte toujours moins cher qu’une longue crise et qu’une Flandre indépendante hors de l’Europe et sans Bruxelles. Le CD&V, jusque chez ses plus ardents flamingants, s’est aussi brusquement rendu compte qu’en s’engagent quasi aveuglément dans un combat pour la scission d’un arrondissement électoral (un certain Herman Van Rompuy en tête), il a fait perdre aux Néerlandophones de Bruxelles tout espoir d’avoir encore, un jour, un député à la Chambre.

Même Éric Van Rompuy a fini par reconnaître qu’il s’était trompé de combat. Aujourd’hui, les faits sont là : la scission de BHV n’a rien changé à la vie des Flamands. Aucun n’est plus heureux ou plus riche. La « tache d’huile » francophone n’a même pas été freinée. Il y a toujours un député UF (Union des Francophones) au Parlement flamand. Mais les « Flamands » de Bruxelles, eux, sont Gros-Jean comme devant. Et ce n’est pas aux Francophones qu’ils le doivent !

Aujourd’hui, Bart n’a plus le joker BHV. Celui qui unissait les partis flamands contre les partis francophones. À la place, il a un confédéralisme tellement radical qu’il réunit l’ensemble de la classe politique contre lui. Sauf bien sûr le Vlaams Belang, mais il s’en est fait un tel ennemi qu’il ne doit plus rien attendre d’Annemans & Co non plus. Il ne reste plus à la N-VA qu’à laisser tomber l’ensemble de son programme communautaire pour espérer monter au fédéral. Mais dans ce cas, elle se sépare de son ADN.

Aujourd’hui, Bart n’a plus la carte BHV.

Bref. Bart est seule sur sa plage. Et même la mielleuse rengaine de Claude François ne suffit pas à décrire le désastre. Parce que sur les plages d’Égypte, au moins, le sable est chaud. Sur celle de Coxyde, on peut tout juste espérer échapper à la drache. À moins, bien sûr, que Bart ne décide de se réchauffer en faisant du cuisse-tax. Mais pour quelqu’un qui veut réduire les taxes, ce serait un comble !

Previous La mère des élections : pour qui votons-nous dimanche.
Next EXCLU. La Marche sur Rome de la N-VA, c’est le 1er août.

You might also like

0 Comments

  1. GuyF
    mai 28, 14:10 Reply
    Bel oxymore que ce titre ! Alors encore subir la mainmise des flamingants sur toutes la Belgique ( il n'en reste pas d'autres- tous gangrénés si pas vérolés) . Bon sang que ceux qui n'aiment pas la Belgique la quitte et nous permettent de réaliser une Utopie positive un Projet Sociétal Humanologique.
  2. Bernard (Rouen)
    mai 28, 14:46 Reply
    Donc, si je comprends bien, la Belgique est sauvée ! Ou du moins tranquille pour pas mal de temps encore... Voilà une bonne nouvelle, qui compense un peu les horreurs venues de France.
    • Marcel Sel
      mai 28, 16:41 Reply
      Pas tout à fait, cher Bernard. Elle ne sera sauvée que si j'ai raison et si le gouvernement flamand, avec ou sans Bart, reste sympa :-)
    • uit 't zuiltje
      mai 29, 19:10 Reply
      oui Bernard et merci à la marine fn, en visitant le vb en .be et le pvv en .nl , elle leur a foutu la poisse....
  3. guillaume21
    mai 28, 15:02 Reply
    Pas faux. Maintenant comme l'a dit un politologue flamand, il va falloir un sacré bout de temps pour la population flamande pour accepter que leur premier parti (même en n'ayant pas voté pour lui) ne soit pas au gouvernement. Donc on risque d'être parti pour des mois et des mois ....
  4. thomas
    mai 28, 15:46 Reply
    La n-va a tout intérêt à monter dans un gouvernement centre-droite sans le PS. Essayer à redresser l'économie Wallonne, avec le MR, cdH, CD&V et VLD, afin de pouvoir démontrer aux wallons qui travaillent que la Wallonie va de mieux en mieux sans le PS, pour que la même équipe soit réélu dans 5 ans. Le jour où la Wallonie va mieux, peut-être les wallons seront même partie requérante à plus d'autonomie eux-mêmes. Espérons que le MR ait un peu de courage. Un gouvernement sans le PS serait déjà une réforme de l'État en soi.
    • Marcel Sel
      mai 28, 16:42 Reply
      Le problème, c'est que l'intérêt de la N-VA ne coïncide avec l'intérêt de personne d'autre.
      • wallimero
        mai 28, 21:46 Reply
        @ Marcel je vois que tu es reparti pour 5 ans d'analyses à 2 balles transférees... Allez, on ne discute plus de la légitimité de Homans? Ah non, puisqu'elle a eu plus de votes de préférence que Peeters ou tout le reste, c'est déjà ça. Et Peumans qui a battu Beke au Limbourg. La Flandre vote massivement à droite. Et tous les francophones qui se frottent les mains en fêtant la victoire! Ouf! On peut continuer la tripartite! Quel bonheur! ah oui? le VLD, si je me souviens bien, ils ont commencé en imposant l'exclusion de 50000 chômeurs et puis c'était Maggie à l'immigration, youpi au PS, faudra continuer (le contraire serait trop facile) et elle veut s'attaquer aux excès dans les soins de santé? Tiens, les soins de santé, n'y aurait-il pas une certaine teneur régionale? Le PS adorera! Rutten a très bien compris qu'il fallait faire de la NV-A dans un gouvernement PS pour gagner les élections. et sans DEXIA pour mettre dans le dos du contribuable, le CD&V, qu'est-ce qu'ils vont demander? Je n'avais pas l'impression que De Crem était le favori des francophones, et Koen Geens n'est certainement pas le plus à gauche du CD&V, et n'était-ce pas Beke qui avait dit qu'avec des lois de simple majorité on pourrait faire pas mal de choses? Allez, prenons le programme: la rigueur budgétaire et baisse de la fiscalité sur le travail en augmentant la TVA avec un index raboté (du Geens craché). Le PS en raffole! Et le MR? il voudra quoi? Et si le PS n'est pas d'accord de baisser son pantalon devant tout le monde, ils pourront toujours dire qu'ils doivent discuter avec la N-VA! Di Rupo deux (fois plus cher...) avec un PTB qui monte? Un PS perdant et plus à gauche que jamais? Avec la rigueur budgettaire? Les compétences de la 6ième sans les moyens financiers? et les transferts qui commencent à diminuer? Bonne chance la francophonie. Si c'est pour casser du PS, la partie a déjà commencée... Cela ne m'étonnerais pas qu'on laissera au CDH le soin de faire couler les négociations, et j'espère que ce sera Milquet en personne qui le fera. (ça passe bien sur VTM). Comme quoi il suffit de quelques pourcents des francophones pour imposer un gouvernement communiste francophone à la Flandre. sans gouvernement? ne passons pas à côté des choses simple et crois moi, on rentre gagnant Je sors déjà mon pop-corn pour regarder le pugilat. Joli Marcel, vraiment joli
        • Marcel Sel
          mai 29, 01:33 Reply
          Je n'ai pas dit que j'approuvais la tripartite, Walli. Et pour Homans, les choses ont en effet changé depuis les élections. Je sais reconnaître les changements.
        • uit 't zuiltje
          mai 29, 21:49 Reply
          "il suffit de quelques pourcents des francophones pour imposer un gouvernement communiste francophone à la Flandre." geweldige avond walli geweldige avond
  5. Axle
    mai 28, 16:54 Reply
    Mais c'est génial, le cd&VLAAMS reprendra les rênes dupâys! L'état belge se sauvera de nouveau, c'est tout ce qui compte. Et je suppose qu'après les mamours que Peeters a fait aux Wallons à Seraing dernièrement, il vont laisser tomber les 5 résolutions que le parlement flamand a voté en 1999, ils vont effacer leur "charte pour Flandre", ils vont même donner Brussel aux zinneke et choisir Middelkerke comme capitale!
    • uit 't zuiltje
      mai 29, 19:17 Reply
      pas middelkerke, plutôt zottegem c'est plus démographiquement central pour l'église au milieu du village
  6. Flandre Pierre
    mai 28, 18:41 Reply
    C'est la fonction qui fait l'homme, ce qui pourrait rendre BDW, peut-être un jour, plus acceptable pour les francophones. N'oublions pas que Wilfried Martens, étudiant à Leuven, a scandé le très flamingant "walen buiten" pour devenir quelques décennies plus tard un premier que l'ensemble de la classe politique a encensé lors de ses funérailles. La politique du CVP à l'époque fut pourtant, et de loin, peu favorable à la Wallonie si l'on tient compte de la répartition des budgets alloués aux différentes parties du pays pour leurs développements économiques. Si la NVA ne participe à aucun gouvernement, personne ne pourra la juger sur l'opportunité et l'application d'une partie (compromis oblige) de leur programme. Évidemment, en tant que francophone, je préférerais que cette participation ne se limite qu'au niveau régional, histoire de montrer à ses nombreux électeurs la face cachée de l'ultra libéralisme.
    • guillaume21
      mai 29, 12:24 Reply
      Ce qui me fait douter le plus c'est le vote des membres de la N-VA. Franchement, le coeur de la N-VA c'est l'indépendance et les réformes institutionnelles auquel on a ajouté le programme socio-économique de l'OpenVLD avec des accents conservateurs et libertariens. Sans le PS, la N-VA ne peut pas faire de réformes institutionnelles, elle peut faire des réformes socio-économique en ayant une minorité francophone dans le gouvernement fédéral mais quel parti francophone va se faire hara-kiri ? Peut-être le MR qui a plus intérêt à se démarquer. J'ai lu et entendu que certains en Flandre imaginaient une coalition N-VA-OpenVLD-MR-Groen-Ecolo. Franchement croire que les écologistes vont s'allier avec la N-VA .... même si côté flamand ils ont gagné des voix, le pendant francophone va pas se suicider et la gauche écologiste est derrière le PS ce qu'exècre le plus les nationalistes ... Et puis ce serait aller contre avoir un gouvernement de droite. Si le MR allait tout seul au gouvernement, il y aurait donc une coalition N-VA-CD&V-OpenVLD-MR avec 85 sièges faisable donc.
      • uit 't zuiltje
        mai 29, 21:23 Reply
        groen et écolo ont leur propre vie, merci, participer à l'olivier c'est pas qu'avec la gauche, c'est aussi avec le cdh dont le ténor est indifférent aux avions sur le quarts des FR et l'enfant de leur soprano bien moins indifférent aux petites chattes de son collège huppé ps: le mr n'est sans doute pas assez con malgré charle, malgré didier pour se laisser manipuler par les flamingants
  7. xavier castille
    mai 28, 21:22 Reply
    Marcel ... croyez vous vraiment que c'était si facile? Naturellement que les partis francophones ne vont donner à la NVA aucune chance de former un gouvernement fédéral. Pour la formation d'un gouvernement régional tout dépend si Peeters veut rester ministre président. Mais essayez de voir comment le premier conclave budgétaire va se dérouler. Il ne faut pas oublier qu'il faut encore toujours trouver 8 milliards et que le PS a promis à chaque travailleur 120 EUROS net/mois et l'abolition du temps restreint au chômage. De l'autre côté on a la Flandre qui a voté massivement à droite et dont les partis seront après les indiscrétions de Reynders (au sujet des taxes sur les taxes sur les voitures de sociétés) sur leurs gardes. Laissons BDW faire quelques petits tours pour la gallérie avant de former un gouvernement fédéral avec les partis traditionnels qui de toute façon ne tiendra pas longtemps. Qui voudra par après encore gouverner avec qui .... et le confédéralisme sera un fait. BDW (peut-être seul) mais avec son but atteint.
    • Philippe
      mai 29, 11:57 Reply
      VRAI Seul dans son coin avec pour celle occupation, celle de bouder... C'est Bart l'enfant roi ! FAUX "Naturellement que les partis francophones ne vont donner à la NVA aucune chance de former un gouvernement fédéral." C'est à la nva de mettre sur table les compromis nécessaires pour une coalition avec les partis francophones et pas l'inverse ! FAUX "le confédéralisme sera un fait" sauf si pour vous un parlement dans chaque Région signifie confédéralisme ! FAUX les flamands ne paient pas plus de taxes sur les voitures de sociétés que les citoyens de la Fédération Wallonie Bruxelles ! Primo ils sont plus nombreux et secundo, et tous les francophones ou presque ayant à faire à une société de leasing (ou autre) flamandes sont répertoriés comme... flamands ! Un bug informatique certainement comme à la DIV qui propose d'aller aux guichets en flamand toujours désespérément vides afin d'éviter les files interminables aux guichets en français...
      • xavier castille
        mai 29, 18:40 Reply
        il ne faut plus que convaincre la NVA de reconnaître BXL comme région entière et de donner toutes les matières aux régions. Tout le monde heureux et plus de jalousies et reproches. Au contraire: les accords entre les régions se passeront avec plus de respect mutuelle et transparence. En court: chaque région reçoit sa politique choisie aux élections. Si cela n'est pas démocratique et simple ...
    • uit 't zuiltje
      mai 29, 19:31 Reply
      "…. et le confédéralisme sera un fait." le confédéralisme EST un fait depuis quarante ans, seuls les ignorants insensibles ou fascinés par les mandarins du monde académique porteurs de propagande qui leur permettent de recevoir un titre de noblesse par exemple, n'ont pas compris qu'"Entité fédérée autonome" veut bien dire "Entité fédérée <b> autonome </b> ", autonome donc dans son domaine de pouvoir et sur son territoire.... OÙ donc un crétin quelconque peut voir là la quelconque présence de quoi que ce soit qui ait à voir avec un <b> niveau </b> fédéral... il y a une Entité "fédérale" parmi les Entités fédérées, c'est tout
  8. Juliette
    mai 28, 22:44 Reply
    Moi, le "Wallons qui travaillent" et laisse donc supposer qu'il y des Wallons qui ne travaillent pas, par choix délibéré bien sûr, ça commence à me gonfler. Personnellement, parce que, enseignante, je travaille depuis plus de 35 ans avec les moins favorisés, intellectuellement, socialement, culturellement, financièrement et surtout, affectivement (et tout est lié, imbriqué), je sens poindre derrière ce "Wallons qui travaillent", les mots "assistés" et "assistanat" qui me révoltent tant ils prouvent, au mieux, l'ignorance de la réalité humaine, au pire, le profond mépris de ceux qui s'en gargarisent. Et d'être aujourd'hui amenée, parce que c'est imposé par le politique sous prétexte que "un jeune ne doit pas quitter l'école sans qualification", à collaborer (et le terme à tout son sens!) à la certification par unités d'apprentissage, ça me fout la rage. Parce qu'il ne s'agit rien moins que de délivrer des sous-certificats attestant de sous-qualifications pour mettre sur le marché de l'emploi des sous-travailleurs qui n'auront accès qu'à des sous-emplois, sous-payés évidemment. Qui y gagne?
    • thomas
      mai 29, 10:39 Reply
      Et qu'est-ce qu'on gagne avec un PS dominant et à l'éternité dans nos gouvenements? On perd du terrain sur tous les rankings internationaux, dans toutes les matières. Pourquoi doit-on continuer à accepter cette médiocrité alors qu'on a le potentiel de faire beaucoup mieux?
      • Philippe
        mai 29, 18:07 Reply
        Avec la nva c'est "back to the big Bokrijk" ! Le lisier sentira toujours mauvais et il semblerait que 20% de la population Belge ne fasse pas la différence entre de la merde et un parfum...
        • uit 't zuiltje
          mai 29, 19:38 Reply
          le "potentiel" c'est juste pour la propagande, collectivement parlant je veux dire
        • thomas
          mai 30, 01:15 Reply
          "à chacun son ranking pour la médiocrité… " C'est vrai. Mais dommage pour nous que votre médiocrité veut toujours imposer sa médiocrité chez nous, alors que nous on dit chacun sa propre médiocrité svp si vous n'aimez pas la nôtre.
        • uit 't zuiltje
          mai 30, 15:29 Reply
          tu m'as eu thomas: "nous on dit chacun sa propre médiocrité svp" (...et je t'ai presque cru! ) dans une histoire où la médiocrité c'est surtout chez l'autre, la mienne est la plus belle de l' histoire et l'autre sa poubelle
        • thomas
          juin 01, 23:35 Reply
          'Uiltje Non. Il y a juste une DIFFÉRENCE, une incompatibilité de 2 modèles, SANS dire que l'un est supérieur et l'autre inférieur. Si moi j'aime le choco sur ma tarine et vous préférez du fromage, on va manger des tartines avec du fromage ET choco? Alors je dis mangez du fromage, et moi je mangerai du choco. Je ne dis pas que le choco est mieux qu le fromage, mais s'il vous plaît ne me donnez pas une tartine avec fromage et choco
        • uit 't zuiltje
          juin 04, 23:31 Reply
          bien essayé thomas... perso je garde le choco pour ma tarine et toi garde ton fromage
      • Juliette
        mai 30, 05:29 Reply
        Ah... Si l'important, c'est les "rankings" internationaux plutôt qu'une vie juste un peu, un tout petit peu, décente pour tous... Salauds de pauvres, va!, qui nous tirent vers la médiocrité et, en plus, le font exprès!
        • thomas
          mai 30, 11:04 Reply
          Non Julliette, Le but est de créer une société où il n'y a plus de pauvreté. Et c'est mon très humble avis qu'un certain parti a besoin de pauvreté pour se maintenir au pouvoir.
        • uit 't zuiltje
          mai 30, 15:39 Reply
          @thomas "nous on dit chacun sa propre médiocrité svp" un parti à besoin de la "pauvreté" vs un parti à besoin du "nationalisme" un parti prétend s'occuper des problèmes des bons pauvres travailleurs un parti flatte les complexes de supériorité de qui a la bonne pauvre identité
  9. Suska
    mai 29, 11:51 Reply
    En effet, cette fois-ci, la NVA est isolée et il est fort probable qu'elle reste dans l'opposition, au fédéral tout au moins. Mais si c'est le cas, elle n'en sortira que davantage martyre et donc renforcée. Le sentiment des Flamands sera à juste titre que la démocratie n'est pas respectée et la NVA reviendra en 2019 à 40%. On aura juste 'gagné' 5 ans au cours desquels la NVA continuera d'influencer toute la vie politique sans se compromettre. Bref, ces 33%, ça reste une vraie victoire pour BDW.
    • uit 't zuiltje
      mai 29, 19:49 Reply
      "Le sentiment des Flamands sera à juste titre que la démocratie n’est pas respectée" le sentiment de plus de 50% de flamands est en effet respectable 5 ans sans bdw, et lui de son côté : le pauvre martyr, c'est du win-win quoi!
    • Juliette
      mai 30, 05:47 Reply
      La démocratie sentimentale... Tout un programme! Ou celle de la frustration, allez savoir... :-)
  10. moinsqueparfait'
    mai 29, 12:01 Reply
    Vous voyez, je vous l'avais dit. Il ne va rien se passer. Les Belges vont pouvoir de nouveau étaler toute leur médiocrité bien à l'aise pendant encore de nombreuses années. C'est apparemment indispensable.
  11. Gregoire
    mai 29, 17:47 Reply
    Une nuance peut-etre a votre premier paragraphe ("En voyant l'attitude de WB, CD&V,,etc"). Une chose m'a fort surprise en regardant (via internet) le debat de soiree electorale "Kopstukken" sur VRT; lequel reunissait sur le plateau: Van Besien, Tobback, Annemans, Ruttens, Bart DW & Peeters. C'est la grande connivence, et pas seulement convivialite, qui semblait reigner entre eux, et en particulier entre Peeters et BDW, entre Rutten et BDW, entre Rutten-BDW-Peeters, mais aussi dans une certaine mesure avec les trois autres. Ce qui etait frappant aussi, c'est de voir l'espece d'"allegeance" verbale et non verbale au grand vainqueur de la journee BDW que semblaient exprimer (peut-etre a l'insu de leur plein gre, qui sait) les protagonistes de la soiree. Ce qui me fait dire que, quelle que sera la configuration qui emergera a la Region flamande, les choses pourraient aller plus vite qu'imagine (que craint? ;-) . Soit. Qui vivra verra, en effet. Cordialement. pascal (sorry pour les accents, clavier UK)
    • Marcel Sel
      mai 30, 00:43 Reply
      Grégoire : cette connivence existe côté francophone aussi, et des politiciens très opposés sont copains comme cochon, seulement en Flandre, ils le montrent plus volontiers. Pourquoi pas ?
  12. Axle
    mai 30, 14:02 Reply
    A lire aujourd'hui dans le Vif/L’Express: "Combien de temps va-t-on prolonger le coma de la belgique?" par Pascal de Sutter

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.