Oh Bro 2bis. Les Frères musulmans modifient une interview gênante d’Ihsane Haouach, commissaire du gouvernement.

CC0 Tumisu sur https://pixabay.com

Le 8 juin de cette année, peu après l’annonce de la nomination d’Ihsane Haouach comme commissaire du gouvernement belge à l’Institut pour l’Égalité entre les Femmes et les Hommes, l’Observatoire des Fondamentalismes met le doigt sur un « détail » croquignolesque. Mais d’abord, rappelons le contexte largement abordé dans mon article précédent : avant d’être nommée, Ihsane Haouach avait été interviewée pour un rapport de l’EFOMW (European Forum Of Muslim Women), fondé par les Frères musulmans en tant que branche « femmes » de la FIOE, la coupole de l’organisation islamiste « modérée » en Europe. J’ai notamment révélé qu’Ihsane Haouach était présente au dîner de l’Assemblée générale de l’EFOMW où ce rapport a été présenté.

Ce huit juin, donc, l’Observatoire des Fondamentalismes reprend un extrait de l’interview d’Ihsane Haouach pour les Frères (ou plutôt les Sœurs) musulman·e·s sur Twitter, dans lequel elle fait (volontairement ou non) aveu d’islamisme — soit une version politique de l’islam qui vise le pouvoir séculier — en déclarant notamment : « notre communauté est à la traîne, nous sommes une réelle force politique. Nous ne sommes pas assez organisés pour faire pression ».

Cette phrase est extraite d’un paragraphe explicite sur le sujet. (lien vers l’archive de l’article) À la question « Quel regard portez-vous sur la société belge et la place accordée aux femmes musulmane (sic) ? », Ihsane Haouach répond en effet : « Le point positif est que nous sommes dans un pays démocratique qui nous garantit une série de droits. Il nous faut cependant nous battre et nous unir pour les revendiquer. Le point négatif est que malheureusement notre communauté est à la traîne, nous sommes une réelle force politique mais nous ne sommes pas unis, il n’existe pas de véritable lobby. Il n’y a qu’à regarder les dernières élections politiques et le nombre de musulmans qui ont élu des représentants de partis politiques qui ont voté des lois qui ne sont pas en faveur des musulmans (abattage rituel, voile, cours de religion,…) Nous ne sommes pas du tout organisés pour faire pression. Et puis il y’a (sic) clairement cette islamophobie grandissante et je ne vois pas du tout les chose (sic) aller en s’améliorant. Le discours raciste se banalise dans les médias (sic) et dans l’opinion publique […] »

Copier sur ses Frères, c’est pas beau…

C’est là un copier-coller du discours des Frères musulmans et de l’islam politique : le besoin d’entrer en politique ; l’universalisation du port du voile pour les musulmanes — à ne surtout jamais enlever —, ce qui requiert d’étendre le droit de le porter dans tous les services publics ; la prétendue islamophobie des démocraties occidentales ; la confusion entre islamophobie et racisme ; la victimisation constante.

Les deux premiers exemples (abattage rituel et voile) donnés par Haouach font directement référence à la charia telle qu’interprétée par les conservateurs musulmans. Elle assimile ensuite tous les musulmans à son cercle d’influence qui place la religion avant la politique. Ce qui revient à se plaindre du fait que les musulmans belges sont (trop) nombreux à voter pour un programme (ou des personnalités) politique et non pour la religion. J’aurais plutôt envie de les  en féliciter.

Elle démontre au passage que le pouvoir des Frères musulmans est très relatif au sein de la communauté dont ils se réclament dans notre pays. Il est même inversement proportionnel au pouvoir que leur octroie le gouvernement en prenant Ihsane Haouach comme sa représentante officielle, par la grâce de la secrétaire d’État Ecolo Sarah Schlitz, de bien d’autres élus Ecolo, et d’antennes diverses et variées qui les soutiennent et les financent, ou les accueillent dans leurs conseil d’administration.

Efface, vite, efface…

Le 8 juin 2021, le passage très politique en gras, probablement trop en phase avec l’entrisme frériste qui privilégie (c’est la sûreté de l’État qui le dit) les partis politiques qui prônent le voile partout et l’abattage sans étourdissement — rappelez-vous le tract de Zoé Genot — le 8 juin, donc, ce passage était celui que l’on trouvait dans le PDF et ailleurs sur le site de l’EFOMW.

Mais quelques jours après le tweet de l’Observatoire des Fondamentalismes, il avait disparu de l’interview, qui venait d’être republiée ailleurs sur le site de l’EFOMW, et avait été remplacé par une autre version, plus compatible avec la nouvelle fonction d’ihsane Haouach : « Le point négatif c’est que nous sommes à la traîne en matières (sic) d’égalité pour toutes et tous, toutes communautés confondues. Des fois on pense que si on vote pour une personne d’origine étrangère, celle-ci va représenter toute sa communauté d’origine et défendre ses droits. Or ce n’est pas le cas. Il faut voter pour des propositions concrètes en analysant les programmes, et non pour des personnes en particulier […] » Le passage sur le racisme et l’islamophobie est bien sûr resté.

La date de création de ce nouveau PDF (où toutes les autres modifications sont typographiques ou orthographiques) est celle du 11 juin 2021 à 23h41, soit trois jours après la révélation de l’extrait par l’Observatoire des Fondamentalismes.

On peut donc conclure que les Sœurs musulmanes ont complaisamment modifié une interview à la demande de la nouvelle commissaire du gouvernement. C’est pas beau, ça ?

Notons au passage que, dans l’esprit d’Ihsane Haouach, il y a les bons « musulmans » qui représentent « toute leur communauté d’origine » et militent pour l’introduction de lois compatibles avec la charia, et les « mauvais musulmans », qui ne les « défendent pas ». Ne vous étonnez pas si tout à coup, des laïques socialistes se sont mis à défendre la nouvelle commissaire, ainsi que le voile à la STIB et autres innovations « raisonnables » : aux dernières élections, des vidéos de propagande violentes incitant à ne pas voter socialiste ont circulé dans la « communauté » sans qu’on sache qui en étaient les concepteurs.

Tout s’estompe quand vient Le Soir

Dans l’article du Soir de ce samedi — dont je vais reparler bientôt —, la journaliste Fanny Declercq demande à Ihsane Haouach : « Certains s’inquiètent de votre proximité éventuelle avec les Frères musulmans. » Je pense avoir démontré dans mon article précédent que cette proximité n’avait rien d’éventuelle, mais bon. Après tout, suis-je journaliste ? Moi qui ne fais que réunir des faits dans l’intérêt du public ? Graaaaande question.

Réponse d’Ihsane Haouach : « J’invite qui que ce soit à prouver quoi que ce soit, je n’ai rien à cacher. Je ne connais pas cette mouvance, ni de près ni de loin. » C’est de mon point de vue un aveu. Car il est impossible qu’elle ne « connaisse pas » cette mouvance vu le nombre de fois où elle a été en contact avec elle et ses accointances avec des personnalités qui ont travaillé pour elle. Et sa présence à un dîner. Et dans un rapport. Et ses signatures sous des pétitions avec, systématiquement, plusieurs organisations fréristes. Je pense avoir pour le moins démontré sa « proximité » avec les Frères musulmans, point. On ne saura jamais si elle en est membre, dès lors que c’est une société secrète. Et au final, ce n’est pas le plus important. Ce qui compte, c’est de savoir si elle véhicule leur philosophie dans son intense militance et la réponse est : oui.

Gibier de potence, acte 4

Ihsane Haouach conclut bien entendu : « Là aussi, je réfléchis à l’opportunité d’une action en justice. »

Ben tiens. S’il ne m’était nécessaire de faire un crowdfunding chaque fois qu’on m’invite au tribunal,  je serais presque impatient de pouvoir exposer à un juge civil l’ensemble du dossier, et de faire valider par la justice le droit, à partir de tous ces éléments, d’écrire : Ihsane Haouach est pour le moins proche des frères musulmans, dont elle fait avancer l’agenda avec le soutien d’Ecolo et — pour l’instant encore — du gouvernement belge. Et ceci est bien d’intérêt public.

Car oui, Ihsane Haouach représente désormais le gouvernement belge et elle a le pouvoir de suspendre des décisions du Conseil d’Administration de l’Institut où elle siège. Plus inquiétant : dès 2013, une antenne de référence des Frères musulmans belges, Muslims Rights Belgium, avait publié sa stratégie dans un rapport. L’un des points était d’obtenir un siège à l’Institut pour l’Égalité Homme-Femme.

C’est aujourd’hui chose faite. La question qui se pose de plus en plus clairement, et que le journalisme belge semble incapable de poser est :

« Le gouvernement belge a-t-il introduit la philosophie des Frères musulmans, paternalistes et machistes, à l’Institut pour l’égalité entre les Femmes et les Hommes ? »

commissaire du gouvernement

 

Enfin, rendons à César, comme on dit : c’est le compte @hely_hutchinson, qui se réclame du MR (équivalent belge des Républicains), qui a relevé l’anguille sous la roche islamiste.

 

 


Cet article se base sur des informations de l’Observatoire des Fondamentalismes et de « Hely Hutchinson », mais aussi sur mes vérifications et sur plusieurs semaines de recherche et de travail. S’il vous a intéressé, n’hésitez pas à contribuer à mon travail à raison de minimum 2 € (en-dessous, la perception PayPal est prohibitive). Ceci contribuera notamment à payer mes frais de justice à venir.

Vos contributions permettront peut-être de m’éviter un nouveau crowdfunding. 

©Marcel Sel 2021. Distribution libre à la condition expresse de citer l’auteur (Marcel Sel) et d’établir un lien avec cette page. 
Previous Oh Bro ! 2. En nommant Ihsane Haouach, la Belgique met la charia avant la meuf.
Next La note de la Sûreté sur Ihsane Haouach : et pour les Francophones la même chose.

You might also like

3 Comments

  1. unpassant
    juillet 06, 12:34 Reply
    Pour votre info, puisque vous travaillez sur le sujet, voici un projet "ambitieux" qui mérite d'être analysé : https://pascalsmet.prezly.com/lecole-el-hikma-recoit-son-permis-durbanisme#
  2. Gauthier V.
    juillet 06, 14:52 Reply
    Belle prise! Pour info, si certains ont un doute sur la véracité des faits, il est encore possible de récupérer le fichier d'origine sur www.archive.org. Cela dit, quand on lit le parcours de ces femmes, il en ressort que certaines n'avaient pas de problème avant qu'elles ne décident de porter le voile "inamovible". D'une certaine manière, elles reconnaissent ainsi implicitement que l'attitude de la société belge à cet égard ne relève pas du racisme, ni du rejet d'une conviction religieuse, mais d'une critique d'un comportement social, lequel exprime une mise à distance voire un rejet de la société d'accueil.
  3. RP dean
    juillet 15, 11:55 Reply
    "Nous sommes une réelle force politique". Comprenez que le pouvoir par la politique permettrait d'asseoir plus facilement le pouvoir religieux. Non, merci, je ne veux pas voir ça de mon vivant.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.