Pourquoi Fillon doit arrêter. Mise à jour du 5 mars.

IMG_0781Mise à jour du 5/3 au bas de l’article. Il y a un mois, je publiais une chronique intitulée « Pourquoi Fillon a raison de continuer ». Je croyais à la capacité de François Fillon de battre Marine Le Pen au second tour parce qu’ayant résisté aux révélations de la presse, il présentait un profil fort. Peu importe que j’eusse alors tort ou raison, je revendique un blog d’opinion et donc la possibilité de me tromper. Mais il n’y a pas qu’une prédiction erronée de ma part. En un mois, les faits ont aussi changé et, comme John Maynard Keynes, quand les faits changent, je change mon point de vue.

« When facts change, I change my mind » (Keynes).

D’abord, le Parquet national financier (PNF) a agi avec plus de célérité qu’on ne le pensait. Il pourrait (ou devrait) mettre François Fillon en examen dès la mi-mars. Ceci ne signifie pas qu’il ne soit pas éligible.

Ensuite, et c’est probablement le plus important, le candidat Les Républicains est désormais en défaut par rapport à sa propre éthique. Plutôt que de reconnaître au Canard enchaîné le droit d’enquêter sur les candidats à la fonction suprême, même de très mauvaise grâce, il a inventé un complot entre la justice et les médias. Je dis inventé non pas parce qu’une telle association serait impossible, mais bien parce que l’ampleur que le candidat Fillon lui a donnée est invraisemblable. Une fois, c’est le ministère de la Justice qui est à la manœuvre, une fois, ce sont les journalistes, une fois, ce sont les juges qui sont, héhé, tous à gauche, une fois, c’est l’Élysée. Et dans un tel complot, il ne se trouverait pas un seul partisan LR pour sortir la preuve de toutes ces collusions ?

Le seul véritable ennemi de Fillon, c’est François.

En réalité, ce n’est ni la presse ni la justice qui ont compromis l’élection de François Fillon : il s’est infligé ça à lui-même. Car il n’a pas commencé à être le candidat « moral » LR hier matin. C’est une image qu’il porte depuis des lustres. C’est un positionnement dangereux parce qu’il impose au candidat d’être plus propre que ses adversaires. C’est injuste, peut-être, mais personne n’a imposé à François Fillon de choisir ce crédo plutôt qu’un autre !

Or, les faits sont établis notamment par la déclaration de patrimoine. Leur illégalité ne l’est certes pas. Mais dans une élection, c’est le lecteur, le public, l’opinion qui juge de la gravité des choses. Beaucoup trouvent l’emploi fictif éventuel de Pénélope Fillon et la hauteur de ses émoluments intolérables. D’autres clament et répètent comme pour s’en convaincre que le tiers de l’Assemblée a fait pareil. Sauf que le tiers de l’Assemblée n’a pas pour autant employé fictivement des parents, et que ce tiers n’est pas candidat à la fonction suprême.

François Fillon l’a dit lui-même en octobre : un ministre, un député n’est pas un citoyen comme un autre. Aujourd’hui, il se plaint qu’on ne le traite pas comme n’importe quel autre citoyen ! Le moraliste a disparu. Il se pose désormais en victime et en résistant. En réalité, il n’est victime que de sa propre incohérence, et il ne résiste qu’à ce qu’il a auparavant défendu.

Fillon résiste désormais à tout ce qu’il a défendu au nom de la morale.

L’opinion est donc confrontée à des faits irréfutables et irréfutés. Tout le monde peut voir les montants payés à Pénélope et à ses enfants. Et comparer aux salaires d’autres assistantes. Peu importe la légalité, le népotisme, lui, est patent.

Tout le monde a pu écouter Pénélope Fillon sous-entendre qu’elle n’était pas l’assistante de son mari — même si ce n’était pas une vraie preuve, l’interview n’est qu’un élément d’un faisceau d’indices déjà lourd : le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’en a pas trouvé beaucoup du travail effectif de Pénélope Fillon. Or, tout travail qui « mérite » de 1.500 à 6 000 € par mois laisse des traces. Et des témoins. Quand on se charge de recevoir les citoyens ou de décrocher le téléphone, par exemple. Pourtant, la campagne Fillon n’a — sauf erreur de ma part — montré aucun-e de ces citoyen-ne-s reçu-e-s par Pénélope Fillon. Terrible absence.

C’est encore pire quand on est chroniqueuse à la Revue des Deux Mondes, extrêmement bien rémunérée, et qu’on peine à présenter son travail. Ça, c’est impossible. Même si Pénélope écrivait à la plume d’oie — ce qui colle bien à la vie de château —, il doit y avoir des mails, une correspondance, des archives à la Revue.

Si l’on ne trouve rien de tout ça (je dis bien « si », je n’ai pas le dossier), c’est qu’il y a emploi fictif ou du moins partiellement fictif. C’est ce que semble penser le PNF. Et s’il le pense, on peut penser qu’il a des indices sérieux. Les réponses factuelles de François Fillon n’ont d’ailleurs pas réussi à convaincre hormis chez ses partisans.

Reste à savoir si un juge, in fine, conclurait à une illégalité, et donc à un délit. Si ce n’était pas le cas, ce serait terrible pour la justice, mais pas parce qu’elle aurait « fauté » : l’enquête est une étape nécessaire lorsqu’il y a de telles présomptions et il est sain de confronter un candidat à la présidentielle à sa moralité. Non, ce serait terrible parce que cela semblerait rétrospectivement donner raison à François Fillon, et valider ses assauts insensés contre les juges. Insensé dis-je bien, car ce n’est pas la justice qui a décrété qu’il ne pourrait se présenter s’il était mis en examen, c’est lui-même !

Comment passer d’un discours moral à son contraire, un discours populiste.

Je passe rapidement sur le fait qu’on l’accuse d’utiliser les mêmes arguments que Marine Le Pen. Ce n’est que partiellement vrai : il n’a pas, comme la candidate du FN, refusé de se présenter à sa convocation judiciaire. Le détail est d’importance : il s’en prend violemment au PNF mais se soumet à ses injonctions. Ce n’est pas un populiste qui trahit la République par son programme même, c’est un républicain qui fait du populisme parce qu’il s’est retrouvé dans une situation qu’il a rendue lui-même impossible.

En instrumentalisant la suspicion envers les juges et les journalistes, en produisant ainsi des effets pervers prévisibles — comme des menaces de mort envoyées notamment au Canard enchaîné qui rappellent même celles de l’État islamique (« Il n’y aura pas de survivant ») —, le candidat républicain n’a pas pour autant franchi la ligne floue qui sépare les démocrates des extrémistes : la dialectique politique est devenue péniblement mensongère, radicale et manipulatrice dans tous les partis. La faute principale de François Fillon est surtout d’avoir donné une image détestable de ce que devrait être un candidat gaulliste, l’homme de la morale, l’irréprochable. C’est justement de lui qu’on devrait attendre une attitude digne et le rejet des discours fumeux et des arguments fallacieux.

En appelant les fidèles, la foule, à le soutenir dimanche, au Trocadéro par une présence qu’il espère massive (mais qui ne sera en rien représentative de la droite française), il manipule ceux qui continuent à lui être fidèles et s’érige en cause démocratique, sinon en cause républicaine. Or, François Fillon n’est ni une victime ni une cause. C’est un candidat à la présidence de la République pris la main dans un sac. Il n’y a pas non plus, contrairement à ce qu’il affirme, un droit particulier à être candidat que l’opinion, les journalistes, les juges devraient respecter, il « représente » uniquement les moins de 3 millions de militants LR qui ont voté pour lui, et encore : c’était avant que l’affaire Pénélope ne soit découverte et révélée.

La fuite en avant, un manque cruel d’imagination.

Fillon Guerre civile.

Quand la fuite en avant frise le délire paranoïaque.

François Fillon, trahi par lui-même, n’a trouvé que la fuite en avant comme solution. Désolant. Assaut contre la justice, qui revient à attaquer la séparation des pouvoirs. Assaut contre la presse, qui grignote un peu plus le quatrième pouvoir, déjà sérieusement mis à mal par les extrêmes de droite et de gauche. Il s’en prend à présent au gouvernement qui, selon lui, créerait une atmosphère de « guerre civile » (restons simples) en n’empêchant pas des manifestants de chahuter ses déplacements. Alors qu’il est lui-même au moins partiellement responsable de ces débordements. Par ses actes passés, par ses déclarations ravageuses, par son incapacité à tenir sa parole. Et c’est chez les hystériques qu’il cherche désormais sa planche de salut : Sens Commun, une émanation de la Manif pour tous, appelle à le soutenir au Troca, et il se pourrait qu’ils amènent autant de militants que les Fillonistes « politiques ».

L’appel à la rue, la concession à tout vent, la diatribe, tout ça n’est décidément pas très présidentiel et laisse augurer — si François Fillon se maintient — d’une fin de campagne détestable, épouvantablement clivante, voire violente. Or, c’est la dernière chose que l’on doit souhaiter à la France démocrate, qu’elle soit de droite, du centre ou de gauche.

L’urgence de faire barrage à Marine Le Pen exclut tout combat personnel.

Car l’heure est au barrage à l’extrême droite. L’urgence est de s’assurer que deux candidats démocrates sortent du premier tour, pour un véritable affrontement sur leurs programmes, et non plus une foire aux accusations mutuelles (t’as piqué dans la caisse gnagnagna / t’as ourdi un complot contre moi nananère). Pas de FN au second tour, voilà ‘objectif fondamental qui devrait rassembler les partis traditionnels et motiver leur action.

Car seule une telle absence permettrait, au second tour, que les citoyens se prononcent sereinement pour l’un des deux programmes démocrates qui leur seraient proposés, pour un projet apte à rassembler, pour un vrai choix de société. C’est le sens d’une élection présidentielle.

Aujourd’hui, tous les sondages avec François Fillon candidat LR placent Marine Le Pen au second tour. Le cas Fillon pourrait encore s’aggraver, s’il était mis en examen, par exemple. Les chances de redressement de son image semblent nulles. Il faut donc qu’il renonce au plus vite, au profit du candidat le plus à même de passer au second tour. Et ça, c’est aujourd’hui Alain Juppé — toujours d’après les sondages. Bien sûr, les prévisions peuvent être trompeuses. Mais on n’a pas d’autre moyen de jauger l’avenir. Et avec Fillon, il paraît bien sombre.

Enfin, que les fillonistes qui prétendent qu’on veut leur confisquer le programme auquel ils adhèrent se rappellent que, dans la plupart des élections présidentielles, la moitié des Français ne se retrouvent pas dans le candidat élu, et un quart de plus élit un candidat dont le programme n’était pas son premier choix au premier tour. Eh oui, la démocratie est imparfaite. Mais c’est une raison de plus pour qu’on ne l’abîme pas plus encore en maintenant une candidature désormais nuisible à tous. Il serait ahurissant de confisquer aux Français le droit à un débat présidentiel démocrate dès le premier, pour des raisons internes à un parti ou, pire, par ambition personnelle.

Mise à jour : certains se réjouissent que l’entêtement de François Fillon évite de « confisquer » l’élection aux électeurs de droite, Fillonistes surtout. Mais s’il n’est pas au second tour, c’est toute la droite qui se le verra confisquer. Par elle-même.

 


Si cet article vous a intéressé n’hésitez pas à contribuer à mon travail à hauteur de minimum 2€ et de maximum le salaire mensuel de Pénélope Fillon.

(Note : je n’accepte pas plus de 50€ par trimestre des mandataires politiques, quel que soit leur bord.)

 

Previous Rosa, mon premier roman. Premières critiques, premiers rendez-vous (MàJ3).
Next Je présente Rosa ce jeudi 9 17h30 à Louvain-la-Neuve.

You might also like

36 Comments

  1. u'tz
    mars 04, 17:49 Reply
    Nous verrons demain comment la france conservatrice ou plutôt combien de ses bataillons nous feront une démonstration ou non de démocratie de rue... regardez bien comment eux font, les gauchos!... comment frigide barjot et ses troupes de raies publicaines amoureuses de dauphin vont sauver filly...
  2. Lachmoneky
    mars 04, 18:07 Reply
    Étrange comme ce "Fillon way" ressemble à un certain "Trump way": les mêmes "méchants",les mêmes"complots", les mêmes appels "au peuple" etc...etc...~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Qui a osé dire que "le peuple était con"?? ~~~~ Espérons que le "peuple" français le soit un peu moins, ou plutôt assez"plus" tôt, que le peuple américain ~~~~~~~~~~~~~~~~~ Quand mensonge,"erreur" et manipulation deviennent banals..... ou l'avènement des nouvelles technologies au service des nouvelles dictatures ~~~~~~~~~~~~~~~~ la véritable démocratie aurait-elle quelque(s) guerre(s) de retard?
  3. Tournaisien
    mars 04, 23:07 Reply
    "Pas de FN au second tour, voilà l'objectif ..." affirmez-vous. Mais Marcel, vous rêvez, ma parole ! L'objectif n'est pas celui-là ; l'objectif unique est "pas de FN à l'issue du second tour". Voilà le véritable enjeu, voilà le véritable danger. Le FN sera classé au premier tour, ne vous faites là-dessus une illusion, et je vais même aller plus loin : il va probablement dépasser les 30 %. L'électorat captif du FN, aujourd'hui, c'est plus de 20 % ; à cela s'ajouteront tous ceux qui, excédés par ce qu'ils voient, voudront envoyer un coup de semonce. Retenez bien ceci, Marcel : le FN a toujours systématiquement été sous-évalué dans les sondages. J'ai bien écrit : systématiquement, et ce pour diverses raisons, dont la principale reste que, pour bon nombre d'électeurs, cette expression électorale doit rester discrète. ... Seuls, dans le panel politique actuel, Emmanuel Macron et le candidat de LR sont susceptibles de battre Marine Le Pen. Et encore, pour la première fois, il y a menace. Dans l'hypothèse où le candidat de LR (Fillon ou un autre tel que Juppé) est éliminé, et que donc Macron s'impose, très peu d'électeurs de droite voteront Macron. Pire, une bonne proportion d'entre eux est fichue de basculer en faveur du FN. Quant aux électeurs de Mélanchon et de Hamon, eux non plus ne voteront pas pour Macron. Contrairement à ce qu'affirment les médias, Macron est donc loin d'être assuré de l'emporter face à Le Pen. Le risque est grand également dans l'hypothèse d'un Fillon au second tour. Décrédibilisé, la gauche ne votera jamais pour lui, voire même une proportion significative d'électeurs de Macron et du centre. Le danger est probablement comparable. Le seul scénario où Le Pen serait battue à coup sûr, c'est si Fillon ayant été remplacé par Juppé, ce dernier arrivait au second tour. Contre Juppé, Le Pen n'a quasi aucune chance, la gauche traditionnelle et la droite traditionnelle votant pour lui. ... Maintenant, si vous êtes vraiment écoeuré par ce qui se passe tant à gauche qu'à droite, je ne vois plus qu'une solution en dehors de l'abstention : voter pour Poutou. Une manière du moins d'envoyer un doigt d'honneur à l'insupportable Vanessa Burggraf.
    • u'tz
      mars 05, 16:44 Reply
      la menace pour le 2d tour,... surtout sans comprendre qu'il y a un 3e tour, l'fn aurait-il la majorité (sans intégrer les f[illo]nistes) au parlement ? ...les lr vont pas être intacts après les dérives de leur lamentable premier choix aux primaires de droite, le ps sera plus prompt à s'unir et prêt à rallier macron le nini s'il a eu du poids, là obama pourrait se rêver hollande devant la missfrance du trumplande ; ou alors crac boum l'RF...une bonne petite guerre civile si marine change les règles (élection proportionnelle etc)... puis plein de refugiés politiques FR qui enfin vanteront notre royaume avec un souverain crétin et un gouvernement libéral / fn
  4. mélanippe
    mars 05, 11:02 Reply
    7 Adar 5777. Naissance et mort de Moïse. François Fillon franchira-t-il le jourdain? Josué est le nouveau chef d’Israël. Tout comme Moïse a mené le peuple de Dieu à travers la Mer Rouge, Josué le mène maintenant à travers le Jourdain, vers la Terre Promise. Quand le peuple voit les prêtres en train de porter le coffre qui contient les tables de la loi de Dieu (aussi appelé “L’Arche de l’Alliance”), il sait qu’il doit se préparer à traverser le fleuve. Pendant que les prêtres avancent, Dieu dit à Josué qu’il a prévu faire des choses extraordinaires pour son peuple. Il promet à Josué qu’il sera avec lui, comme il l’a été avec Moïse.
  5. PATRICK DE GEYNST
    mars 05, 11:08 Reply
    Comme j'aimerais que les corrompus- maffieux wallons soient mis en cause avec la même vigueur qu'en France. Ici une commission ronronne puis nous endormira paisiblement. Et nous voterons pour les mêmes..........comme d'habitude. Les politiques français aimeraient tant un peuple Wallon si facile à berner.....
  6. mélanippe
    mars 05, 11:09 Reply
    Petit rappel historique: Le Trocadéro est lié à Cadix: "Par ordonnance royale du 18 juin 1483, les Rois Catholiques ordonnent la création de la ville et du port de Puerto Real. Le premier port moderne de la baie naît alors, et bénéficie d'un monopole commercial dans la zone. L'Andalousie occidentale disposait alors de ports aux mains de la noblesse locale, et la monarchie souhaitait se doter du port nécessaire à son expansion maritime au sud. Le port concentre son activité sur le commerce avec l'Afrique, puis s'ouvre peu à peu aux fantastiques horizons du Nouveau Monde" (Wikipédia.
  7. mélanippe
    mars 05, 11:44 Reply
    http://babone5go2.blogspot.be/2015/05/2-cv-picasso.html Aujourd'hui est aussi le jour de la chèvre. Pique assaut et sa chèvre,...
  8. Benoit Delvaux
    mars 05, 11:47 Reply
    C'est bien pourquoi si j'étais Français, je voterais Macron et ne penserais même plus à voter Juppé (au cas où il finirait par être candidat), vu le spectacle affligeant offert depuis des semaines par LR et UDI, la plupart de ses membres n'étant intéressés que par leur réélection aux législatives qui suivront la présidentielle. Comme François Bayrou l'a très bien expliqué, il faut sortir de ce système qui oppose systématiquement les dogmatiques de droite et de gauche pour construire des ponts au centre entre l'économique et le social, tout en évitant les aventures extrêmes, en particulier celle du FN.
  9. mélanippe
    mars 05, 11:51 Reply
    Hommage à la mort de la plus grande psychanalyste: https://fr.wikipedia.org/wiki/Janine_Chasseguet-Smirgel.
  10. mélanippe
    mars 05, 11:54 Reply
    Elle analyse et critique parmi les premières, les positions « sur la primauté de l'organe viril » dans les théories de Freud sur la sexualité2 tout en s'écartant des positions de Karen Horney3. Son livre Le corps comme miroir du monde est un exemple des positions qu'elle défendait notamment contre les idées de Wilhelm Reich contre lequel elle avait déjà écrit avec son mari4. Elle abhorrait par dessus tout cette idée de "libération sexuelle" qui avait aussi inspirées certains adeptes du mouvement de Mai 68. Elle s'érigea aussi avec ardeur contre les idées de Lacan qu'elle percevait comme «un gourou»5. Dans la même veine, elle s'en prend à la vision actuelle sur la sexualité et l'indifférenciation des sexes qu'elle ramène à « la haine du féminin maternel » Et comme "par hasard,.... le hasard existe-t-il? La manif du Troca est contre la Loi Taubira.
  11. mélanippe
    mars 05, 12:13 Reply
    http://www.psychoanalytikerinnen.de/france_biographies.html. a toutes les Rosa qui ont veillé sur nos nuits,....et nos jours.
  12. Pfff
    mars 05, 12:37 Reply
    Macron: d'où vient l'argent ? Comme Pigasse/Bergé ne pouvaient plus gagner une élection, ils ont décidé de l'acheter. Habitués à tenir le rôle de la banque au casino, ils ont misé sur plusieurs chevaux : Juppé et Macron. La perspective de voir l'élection leur échapper, même un peu, les fait complètement paniquer. Que Marcel demande à Fillon de se démettre est une très bonne chose. C'est quand Marcel demandait à Fillon de se maintenir que je m'inquiétais. Marcel doit sentir que le candidat de l'open space va finir dans le paysager, comme de juste. http://www.causeur.fr/macron-culture-colonisation-algerie-identite-42963.html
  13. mélanippe
    mars 05, 12:57 Reply
    Rappel:La Manif: cette Place n'est pas choisie au hasard: Ces lieux ont été baptisés ainsi en souvenir de la bataille du Trocadéro qui s'est déroulée le 31 août 1823, pendant laquelle un corps expéditionnaire français enleva le fort du Trocadéro, qui défendait le port de Cadix, en Espagne.Le roi d'Espagne est libéré et restaure l'absolutisme dans une brutale répression1,2. À Paris, la place du Trocadéro (ex « place du roi de Rome ») et l'ancien palais du Trocadéro qui y fut construit, ont été nommés ainsi en l'honneur de cette victoire absolutiste. A bon entendeur.
    • u'tz
      mars 06, 02:06 Reply
      à l'élection précédente, sarko 1er -dont fillon fût l'homme à toutfaire- se rêvant en sarko 2 dans l'entre-deux-tours avait aussi fait le maîtrechanteur avec standingovation au troc... (avec autant de ploucs de droite mais moins de familles nombreuses provita et plus de tenors)... et l'RF fût requinquenée à la sauce lolhandaise
  14. Pfff
    mars 05, 13:23 Reply
    Pourquoi Fillon doit se battre : https://youtu.be/TEIO8r1Sbwk "Mais il y a un hic : François Fillon et Alain Juppé sont au antipodes."
  15. mélanippe
    mars 05, 13:39 Reply
    L'expression: Franc-tireur (sois franc, François!!) vient de la bataille de Sébastopol (100 avant la naissance de François François. La citation J'y suis, j'y reste est une citation prêtée au général français Mac Mahon après la prise de la redoute de Malakoff lors du siège de Sébastopol.
  16. mélanippe
    mars 05, 13:47 Reply
    La boucle est bouclée. Mac Mahon épouse une De Castries (ami de Fillon)Il épouse à l'église Saint-Thomas-d'Aquin de Paris le 13 mars 1854 Élisabeth de La Croix de Castries, fille d’un propriétaire gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi et de Marie Augusta d'Harcourt-Olonde
  17. mélanippe
    mars 05, 13:58 Reply
    Bon à savoir: Guernica. http://www.regain2012.com/2016/12/vous-chantiez-eh-bien-dansez-maintenant.html
  18. Pfff
    mars 05, 15:08 Reply
    Place de la Concorde remplie, plusieurs dizaine de milliers de manifestants, dont 24 envoyés en bus par la circonscription de la Gironde (président Alain Juppé).
    • u'tz
      mars 07, 00:57 Reply
      évidemment au troc' il y avait 35à40000 chatelain de province selon la police et 200000 selon penelope qui tient compte des landaus et des autistes
  19. Dekais claudine
    mars 05, 16:19 Reply
    Ce que vous dites est toujours lu avec passion j'achète tous vos livres l'un après l'autre Merci merci Claudine Dekais
  20. Tournaisien
    mars 05, 21:27 Reply
    Macron l'imposteur, Macron l'homme dont on sait si peu, Macron la créature de Jacques Attali, lui-même le courtisan des courtisans, Macron ministre d'un gouvernement socialiste sans être affilié au parti, Macron ni gauche ni droite, Macron fondé de pouvoir chez Rotschild, Macron ministre de l'économie qui a laissé partir Alstom en sucette, Macron ministre de l'économie qui n'a rien fait pour défendre les ouvriers de Good Year à Amiens, Macron l'opaque, Macron celui qui a trahi tous son monde au PS ... Macron qui ressemble tellement à Tony Blair, le même Blair qui pas plus tard que tout récemment aurait proposé ses bons et loyaux services à Donald Trump. Tout est dit, vous ne trouvez pas ?
    • marcel
      mars 05, 23:27 Reply
      Vous découvrez que les hommes de pouvoir aiment le pouvoir ? Sinon, Tony Blair a démenti.
      • Tournaisien
        mars 06, 13:15 Reply
        Tony Blair a sans doute démenti ses offres de service, mais en revanche pas le fait qu'il ait, à trois reprises consécutivement, rencontré Jared Kushner, le gendre et conseiller de Donald Trump, information par ailleurs confirmée par d'autres médias. Je crains qu'on ne nage là en pleines arguties.
        • u'tz
          mars 07, 00:51 Reply
          avec ces cathos convertis , il faut s'attendre à poutout
    • u'tz
      mars 06, 02:12 Reply
      je comprends votre dégoût Tourn' un "fondé de pouvoir chez Rotschild" qui va à telaviv dire que le colonialisme est un crime contre lumanité ;^)
      • u'tz
        mars 07, 01:10 Reply
        macron président, (ça par dépit ou une "blonde" fasciste à défi) bayrou ministre de l'éducation nationale, villepin aux affaires étrangères, vals aux flics, cohnbendit à l'europe et aux crêches... avec hollande après herman et jeanclaude à l'europe et schulz à berlin ...
  21. vince01
    mars 06, 09:24 Reply
    Le politique traditionnel dépasse la ligne rouge.La question n'est plus de savoir si Marine LP sera élue, mais quand elle sera élue.
  22. gerdami
    mars 06, 11:41 Reply
    Récemment, le chef d'Etat d'un pays transcontinental situé aux confins de l'Asie et de l'Europe a critiqué ses juges puis les a mis en prison. Comparaison n'est pas raison, mais une bonne raison cependant de ne pas voter Fillon.
  23. Capucine
    mars 06, 12:31 Reply
    Comment est ce possible d'être si con a un niveau pareil,j'espère que les Français ne voteront pas pour TRumpette par dépit ,si la France est dirigée par la fille à papa,lEurope risque d'avoir bobo. Fillon devrait arrêter et diriger ses électeurs afin d avoir au deuxième tour une force commune pour abattre les pions Brunâtres.
  24. Tournaisien
    mars 06, 13:17 Reply
    Votez Philippe Poutou ! Rien que le fait qu'il se soit fait tourner en bourrique par Vanessa Burggraf me le rend sympathique.
    • u'tz
      mars 07, 01:21 Reply
      perso je préfère la gauche qui prend au sérieux la politique, poutou et burgrave qui font du penelope fillon (en moins payé) ça fatigue
  25. Wallon
    mars 07, 10:00 Reply
    L’urgence de faire barrage à Marine Le Pen exclut tout combat personnel. Comment exclure le combat personnel dans une lutte de chefs s'il s'agit de devenir le chef suprême ? J'attends les propositions. Junker, Hollande "la panade", Merkel (?), tous viennent au micro subitement avec un nouveau couplet: l'Europe des nations n'est pas l'Europe de l'uniformité. Sauf erreur, cela sent le plagiat des Wilders, Orban, Le Pen , de la perfide Albion, de la Pologne et de l'Autriche. Excusez du peu ! Si les Français veulent éviter Marine, ils doivent exiger de leurs représentants l'application du programme du FN à savoir LA RECONQUISTA du territoire national et la refonte des traités européens. A ce jour, même si Mitterrand en porte la faute, l'Europe actuelle ressemble à celle dont Hitler rêvait si le Reich avait gagné la guerre. A bien regarder, l'Allemagne règne sur l'Europe malgré la défaite de ses armées ???
  26. mélanippe
    mars 07, 15:47 Reply
    Bonjour Marcel, je vous souhaite une belle présentation de votre "Rosa". Pour la petite histoire: je viens d'apprendre par généanet que ma famille est liée aux DE Wever par une certaine Magda. Je sens venir le Fafnir,... A suivre;
  27. Manwe
    mars 09, 16:39 Reply
    L'élection présidentielle s'est transformée en élection uninominal à un tour et cela ne date pas de l'affaire Fillon. Depuis la dernière élection régionale il est très clair qui Marine Le Pen sera au second tour. La situation actuelle est littéralement catastrophique. En résumé on a un candidat socialiste qui a un programme compatible avec celui de l'extrême gauche. Le candidat conservateur avec un programme (ultra?) libérale et qui s'est décrédibilisé d'un point de vue moral mais ne renoncera pas, par aveuglement ou ambition démesurée. Un candidat centriste qui est passé par un gouvernement socialiste, une banque d'affaire et la haute fonction publique, moins cohérent comme parcours cela parait difficile. Dans tout les cas, MLP aura face a elle un candidat qui ne fait rêver qu'une petite partie du corps électoral (10-20%) et donne la nausée aux autres. Beaucoup de français voteront "à défaut" et ce dès le premier tour sans aucun attachement au candidat ou au programme. Cela promet pour le vainqueur un niveau d'impopularité élevé dès sa prise de fonction et on a vu les conséquences dévastatrices que cela a eu pour F. Hollande lors de son quinquennat: rapidement il ne tenait plus sa majorité et a vu ses marges de manœuvre réduite (en 2015 cela s'est clairement ressentie dans la réforme des régions). Et ça c'est dans le meilleur des cas, celui où MLP ne gagnerait pas l'élection présidentielle. Last but not least il y a les élections législatives. Après la défaite du PS ou du candidat LR leur électorat respectif ne se mobilisera pas, celui du FN par contre ... Si les candidats FN arrivent en tête dans beaucoup de circonscriptions, pas sûr que le PS soit prêt à faire sepuku comme aux élections régionales pour éviter un vaste groupe de députés FN à l'Assemblé Nationale (et les candidats LR n'en parlons même pas). Des jours sombres nous attendent.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.