Rosa, mon premier roman. Premières critiques, premiers rendez-vous (MàJ3).

Rosa_coverMon premier roman sort en librairie ce 1er mars 2017 aux éditions Onlit qui le publie en version papier, que je vous recommande — c’est un très bel objet grâce notamment à la sublime photo par Stéphanie Roland — et en version numérique.

MàJ 4. Nouveau : rencontre à Paris et au Petit Filigranes. Interview par David Courier.

Maurice Palombieri,  jeune Bruxellois, se voit imposer par son père Albert, qui ne l’a jamais lu, d’écrire un roman. Vexé, le jeune homme lui envoie au contraire une histoire vraie : le destin épique et tragique de Rosa, sa grand-mère et la mère de son père, dans l’Italie de Mussolini. Juive par sa mère, Rosa a été assassinée par les nazis en 1944. Personne n’a jamais pu le dire à Albert, orphelin à quatre ans. Croyant se venger, Maurice, le fils, à qui le grand-père a tout raconté, rend à son père la Mémoire de sa mère. Comme une transmission à l’envers. Mais voilà. Le père ne le lit toujours pas…

20170228_371Libraires
Coup de cœur et « premier très beau roman » chez Filigranes à Bruxelles (Marianne Petre).
Coup de cœur chez Chapitre, à Louvain-la-Neuve (ex Libris-Agora).

Critiques et recensions
« Un premier roman emballant, pudique et à l’image de son attachant auteur. » (Télépro)
« La révélation d’un nouveau et talentueux romancier. » (Jacques Mercier, « Rosa, un très grand Livre », sur Lire est un Plaisir)
« À sa lecture, nous avons pensé, mutatis mutandis, au Docteur Jivago de Boris Pasternak. Pas moins… » (Bernard Delcord, « La Vie avant Soi », sur Satiricon.be)
« Des trésors de tendresse et d’intelligence. » (Anouk Van Gestel, Marie Claire)
« Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître… et un coup de cœur. » (Marguerite Roman, « Une Commode bleue contre un Mur ocre », sur Le Carnet et les Instants)
« C’est cruel et violent comme l’histoire européenne, cosmopolite comme Bruxelles. » (Fabrice Grosfilley, « Marcel Sel, de la Polémique au Roman », sur Rue de la Loi)
« Avec ce premier roman intime et brillant, Marcel Sel surprend tout le monde.
(David Courier, LCR sur BX1).

Rendez-vous.
• en radio ce mardi 7 mars à 19h dans On refait le Monde (BelRTL) avec Patrick Weber,
• en présentation-rencontre ce jeudi 9 mars à 17h30 à la librairie Chapitre de Louvain-la-Neuve,
• en télé ce vendredi 10 mars à 17h40 sur BX1 dans LCR avec David Courier.
• en signature les samedi 11 et dimanche 12 mars de 15h à 18h à la Foire du Livre.
• en signature le samedi 25 mars sur le stand de la Librairie Wallonie-Bruxelles au Salon du Livre, à Paris (Livres Paris).
• en présentation-rencontre-apéro le dimanche 26 mars à 11h au Petit Filigranes, à Uccle.

L’extrait

Previous Vous êtes invité-e au lancement de mon premier roman, ce lundi 27 à Bruxelles.
Next Pourquoi Fillon doit arrêter. Mise à jour du 5 mars.

You might also like

12 Comments

  1. mélanippe
    mars 03, 15:41 Reply
    Marcel Sel en gématrie Eschbaal = "un homme de Baal" (Baal=Seigneur). Le saigneur de la Baalgique. אֶשְׁבַּעַל hébreu 792. Je suis à la page 175:אַהֲרוֹן hébreu 175 Aaron = "haut placé ou éclairé" Voilà le "train train. Attention un train ou un père peut en cacher une autre.... BAV ou T.
  2. Tournaisien
    mars 04, 08:30 Reply
    Je passerai le commander ce week end. J'avais commencé la lecture de "Décadence" de Onfray, que je trouve d'un parti pris scandaleux pour quelqu'un supposé prendre de la hauteur. Je me suis rabattu entre-temps sur "le Golem" de Meyrinck (un peu vieilli) et un ouvrage consacré à la figure de Ponce Pilate publié (en italien) chez Einaudi à Turin. Passionnant ... le temps de terminer cette lecture, votre tour viendra.
  3. mélanippe
    mars 04, 17:26 Reply
    Hannibal "Du monde nous ne tomberons pas. Nous sommes même en elle. Christian Dietrich Grabbe
  4. serge
    mars 08, 11:51 Reply
    Félicitations, Marcel!!! On savait que vous saviez écrire, mais produire un roman fait appel á d'autres saviors que vous semblez maitriser, á lire les critiques. Je suis un peu jaloux... Rosa vient d'atterrir sur mon kindle. Je finis ma lecture actuelle et vous lis avec empressement! Encore bravo! (pardon pour les accents étranges ou l'bsence d'accents: je travaille en Hongrie pour l'instant et les claviers locaux sont déroutants!)
    • marcel
      mars 08, 12:26 Reply
      Merci Serge. Et bonne lecture !
  5. Georges Koulischer
    janvier 11, 17:23 Reply
    Oui c'est un très bon roman. Je détonnerai peut-être un peu dans ce choeur de louanges en recopiant un commentaire que j'ai écrit dans l'agenda que je tiens sur les livres lus et les événements culturels auxquels il m'est donné d'assister: "Des digressions inutiles comme ce personnage de Jane qui comme par hasard finit dans le lit de l'auteur. Cela diminue le souffle poignant de l'intrigue. Sans doute était-ce nécessaire à ,un premier roman ..."
    • marcel
      janvier 11, 17:58 Reply
      Merci pour cette critique un peu négative, de celles qui peuvent faire avancer. Vous avez probablement raison sur les « digressions » d'un point de vue purement narratif. C'est en partie voulu, je ne voulais pas céder à la mode du roman condensé sur une action, je voulais emmener le lecteur dans une promenade plus vaste, quitte à le perdre par moments. Mais je n'aurais pas vu Jane comme une digression. Elle est importante, je dirais même fondamentale, pour montrer que Momo ne parvient pas à aimer (ou à aimer aimer, ou à accepter d'aimer) parce qu'il s'est réfugié dans les leçons d'un grand-père amer et blessé dont il a pris les déclarations péremptoires pour parole d'évangile. Même quand le coup de foudre pour Jane le surprend, Momo refuse de se l'avouer et tente de continuer « comme avant ». Il faut bien qu'elle « finisse » dans son lit pour faire évoluer le jeune dandy. Par ailleurs, Momo a trente ans, il est célibataire, il est beau, l'étonnant eût été au contraire que Jane ne finisse pas dans son lit. Non ?
  6. Daloze
    octobre 08, 15:03 Reply
    Bonjour, Mon épouse et moi avons lu votre roman avec énormément de plaisir. Il nous montre avec force et intelligence la complexité de la nature humaine et les choix cornéliens devant lesquels ont été placés certains durant ces années effroyables. Bravo et merci pour ce beau moment.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.