Zuhal Demir (N-VA) et le foulard de son père : Philippe Leruth exige qu’on n’en pense que du mal. Je réponds.

Photo ©CCO Pixabay par https://pixabay.com/fr/users/claude05alleva-150242/

Photo ©CCO Pixabay par https://pixabay.com/fr/users/claude05alleva-150242/

Philippe Leruth (L’Avenir et président de la Fédération internationale des Journalistes, excusez du peu) a, sur son blog, eu quelques mots assez agressifs envers une émission On refait le Monde (Bel RTL) à laquelle je participais hier soir. Non sans critiquer l’émission « sirupeuse » (présentée par le tonique Patrick Weber), il nous qualifie, Marc Metdepenningen, Christian Hubert et moi-même de « grands connaisseurs autoproclamés de la Flandre » (attention, Philippe Leruth connaît, lui ! ). Et nous reprochait de ne pas avoir taclé Zuhal Demir, nouvelle secrétaire d’État N-VA, comme il l’aurait souhaité et d’avoir, au contraire « longuement glosé sur les décolletés plongeants de la nouvelle secrétaire d’État » ou encore « cru pouvoir s’extasier sur le beau coup réussi par la N-VA en plaçant au gouvernement un pur produit de l’intégration réussie. » Sans préjuger de l’opinion de mes honorables confrères et bons copains, et au-delà de nos différences d’opinions parfois radicales, mais que nous savons échanger dans le respect mutuel, nous, voici ma réponse.

Mon cher Philippe,

On vous retrouve souvent dans la position du juge (alors qu’il vous suffisait de pondre un article sur Mme Demir), mais vous n’écoutez pas bien et, sur le long terme, vous vous contredisez.

Lorsque j’ai sorti Les Secrets de Bart De Wever, avant même d’avoir lu le livre, vous avez écrit un article cinglant « contre » ce que j’avais dit lors de ma conférence de presse, où vous étiez, si je me souviens bien, arrivé en retard (et dont vous n’avez donc pas entendu le préliminaire). À l’époque, vous me reprochiez de m’être consacré à « rattacher [la N-VA] à l’extrême droite ». Et vous aviez canardé en retour en affirmant que la N-VA n’avait jamais eu de propos déplacés envers les immigrés.

Aujourd’hui, je me réjouis que vous découvriez, cinq ans plus tard, que la N-VA a des « prises de position extrémistes, que ne renierait pas une Marine Le Pen en France, voire un Donald Trump aux États-Unis ». Et que vous placiez Zuhal Demir à la « droite extrême », me donnant finalement raison.

Votre retournement de veste n’a certes rien de déshonorant, c’est le rôle du journaliste de suivre l’évolution des choses et je me trompe plus souvent qu’à mon tour, mieux, je le revendique. En revanche, ce qui est plus dérangeant, c’est la démonstration que votre critique virulente de l’époque était bonne pour la corbeille, ne reposait sur rien, et qu’entre le journaliste professionnel avec carte de presse que vous êtes, président de la FIJ en sus, et le « blogueur » qui osait, selon vous, se qualifier « éditorialiste de blog », ce que, du haut de votre perception supérieure de la profession, vous dégagiez avec mépris, eh bien, tiens, tiens, ce n’est pas toujours le second qui se trompe.

Au passage, personne ne s’est autoproclamé grand connaisseur de la Flandre. Ça, c’est dans vos rêves, et pas un constat très factuel.

Mais c’est là bien le problème des donneurs de leçons, ils oublient souvent la première personne qui devrait être la cible de leurs examens, à savoir eux-mêmes. Et ils ont souvent du mal à reconnaître que leurs leçons passées ont pu être d’une effarante médiocrité.

Aussi, donc, vous écoutez mal. Dans On refait le Monde d’hier (eh oui, une émission à la fois politique et divertissante, pour vous, c’est du « sirop », pour moi, c’est parler à un public qui ne lit pas nos analyses technologiques), contrairement à ce que vous affirmez, on s’est bien interrogés sur la question de son soutien aux mesures de Theo Francken, que j’ai personnellement même qualifiées de comparables à celles de Donald Trump — oh, tiens, comme vous…

On s’est aussi demandé pourquoi la presse francophone a tant insisté sur ses photos de charme alors que la presse flamande n’était pas revenue sur ce sujet particulier. Il y a alors eu quelques minutes, disons, un peu légères. C’est le style de l’émission. Mais on se moquait plutôt de la propension de beaucoup à s’affoler pour un décolleté plongeant. Oh… comme vous !

En ce qui me concerne, j’ai commencé par préciser que j’étais antinationaliste et que j’avais de gros problèmes avec la politique de la N-VA, mais que tout ce que je dirais ensuite partait du principe que, de toute façon, Elke Sleurs allait être remplacée par un-e autre N-VA, aspect inéluctable.

C’est dans ce contexte que je suis rapidement passé sur les photos sexys qui émoustillent la presse francophone (au point que vous avez vous-même ressenti le besoin d’en illustrer votre article plutôt qu’avec la photo de la prestation de serment — chercheriez-vous à ramener Zuhal à son statut de bomba un peu légère tout en affirmant le contraire ?), j’ai ensuite évoqué la première femme au gouvernement issue de l’immigration turque.

Ah oui : je me suis trompé à l’antenne, et je m’en réjouis. Parce que l’erreur est humaine, et que Marc m’a corrigé, à l’antenne aussi, rappelant à chacun que nous sommes faillibles. J’avais donc affirmé que Zuhal Demir était la première membre d’un gouvernement fédéral issue de l’immigration d’un pays musulman, alors qu’elle est la seconde. La première (Anissa Temsamani) a fait un passage éclair de 2 mois (74 jours) dans le gouvernement Verhofstadt II, en 2003, et n’est de ce fait pas apparue sur les listes de ministres que j’avais. Mais Zuhal est bien la première d’origine turque, et kurde. Au temps pour moi.

L’amende honorable nous grandit et nous crédibilise, vous devriez essayer.

Je me suis donc réjoui, dans le contexte d’un poste qui revenait de toute façon à un-e N-VA, du fait qu’il revienne à une fille de mineur de fond, d’une immigration relativement mal considérée en Belgique, qui a fait des études brillantes et obtenu quelque 10.000 voix de préférence sans activer le communautarisme « musulmaniste », ni le soutien à Recep Tayyip Erdogan, au contraire !

Je n’aime pas l’idéologie de Zuhal Demir et je l’ai clairement exprimé, mais elle n’est pas que son idéologie. Elle est aussi une femme, turque et kurde, fille de mineur, partie avec le moins de chances possible, qui s’est hissée au sommet de l’État.

À propos de ses photos au Parlement, j’ai expliqué qu’elle exposait ainsi son intégration « totale » en allant plus loin que ce qu’une députée belge de souche (comme on dit chez Marine) aurait fait. C’est un exemple d’émancipation qui peut intéresser de jeunes femmes de milieux fermés. Je m’en réjouis.

Eh oui, on peut avoir, comme moi, des amies voilées parce qu’elles l’ont choisi, et défendre celles-ci bec et ongles, et en même temps, se dire que l’attitude de Zuhal peut être un modèle pour des filles à qui le voile est imposé, et qui cherchent au contraire à s’en émanciper.

J’ai aussi expliqué que le problème de cette intégration style N-VA, c’est qu’elle veut créer des immigrés-flamands parfaits, et je ne sais plus si je l’ai dit dans l’émission (vu qu’on a un temps limité), mais j’avais dans mes notes la phrase « la N-VA veut des immigrés musulmans qui mangent du porc à la troisième génération ».

Je me suis encore interrogé sur la contradiction entre une Zuhal Demir extrêmement émue du sort des réfugié-e-s sur place, une femme, d’origine kurde, encore attachée à l’émancipation kurde au point de rendre visite à un local décoré de symboles du PKK en Flandre, et qui pleure face caméra quand elle est confrontée au drame des réfugiés. Mais qui adhère toujours à la politique de Theo Francken ici.

J’ai aussi précisé que je trouvais très positif qu’une femme remplace une femme dans ce gouvernement très masculin, mais rappelé que Zuhal Demir avait voté contre la proposition d’imposer un certain pourcentage de femmes dans les conseils d’administration d’entreprises.

Je me suis réjoui du symbole qui consiste à porter le foulard de mineur de son père (où avez-vous péché que c’était un foulard de la FGTB ?) Pour rappel, ce foulard des mineurs, qui n’est pas rouge pour des raisons syndicales (ou alors, ils étaient tous syndiqués…), leur servait à se protéger des courants d’air, mais aussi à se protéger les poumons quand ils foraient (après l’avoir mouillé), protection dérisoire qui ne les a pas empêchés de s’étouffer à petit feu. Vous trouvez scandaleux de porter ainsi une mémoire soi-disant syndicale quand on est antisyndical ? Aujourd’hui ? En pleine affaire Publifin ? Au moment où l’on révèle à quel point le système socialiste a manipulé le salarié liégeois au profit de quelques bêtes de course d’une infâme Nomenklatura ?

Monsieur Leruth, moi, je vois une fille de mineur qui a réussi. Elle est dans un parti que j’abhorre, et que vous auriez dû abhorrer plus tôt — au moins, j’ai pour moi le luxe de la cohérence.

Mais il faut être dépourvu de toute humanité pour ne pas être touché par l’hommage rendu, non pas au syndicaliste, mais au père, au courageux mineur turc, à celui qui, venu d’un pays où la femme a peu de droits, a permis à sa propre fille de s’émanciper. Lui a donné les armes pour se dépasser. L’a nourrie et chauffée et éduquée au prix de ses poumons, est passé sur le rejet par les autochtones et le mépris de beaucoup. Se retrouver, enfin, au poignet de sa fille au moment où elle prête serment au roi.

J’aurai l’occasion de m’en prendre à la politique de Zuhal Demir. Mais tout n’est pas politique. Il est des moments où des symboles qui concernent les minorités (dont une, majoritaire, ne semble pas vous préoccuper : les femmes) priment. Il y a de quoi se réjouir de la non-réduction du nombre de femmes dans le gouvernement, déjà scandaleusement bas, l’arrivée d’une fille d’immigrée, fille de mineur, fille de kurde, émancipée, exemple de réussite, l’élection récurrente d’une personne originaire d’une communauté partiellement fermée, sans clientélisme et sans communautarisme, prouvant que c’est possible.

Et puis, ce petit foulard fait entrer son père, le mineur, les mineurs, dans les plus hautes et dignes sphères de notre pays. Ce foulard est privé, il est son droit, respectez-le.

Philippe, dans toute cette émission, c’est mon féminisme qui a parlé. Un féminisme de mec, forcément imparfait et toujours à la limite de l’imposture. Un féminisme hésitant, maladroit, parce que je ne suis pas une femme, tout simplement. Mais je constate qu’à cet égard, aucun parti belge n’en rattrape un autre, quand je vois la quasi-absence de femmes dans le gouvernement PS-CDH de la Wallonie, je pense qu’en leur nom, vous n’avez pas la moindre leçon à donner sur le sujet. Je constate que la (!) FGTB reste très masculine (au contraire de la CSC) alors que les femmes sont justement les plus discriminées dans ce pays. Ce regard, tout président que vous êtes, vous n’avez pas su l’avoir.

Car évidemment, ce n’est pas le statut, l’émancipation ou le respect des femmes qui vous intéresse. C’est la politique. En son nom, vous passez à côté de l’essentiel. Parce qu’il vous fallait cogner les autres. Vous fâcher tout rouge. Rouge FGTB. Faire le prof.

Le père de Zuhal n’est probablement pas d’accord avec vous. Sa fille a réussi. Sa fille tient tête. Sa fille l’a emmené, par la main, par le poignet, du fond de la mine jusqu’aux ors du pouvoir. Un geste rare, un geste beau, un geste digne d’être reconnu par ses pires adversaires politiques. Parce que combien, de ces mineurs de fond, même syndicalistes, ne seraient pas fiers de leur fille, un jour comme celui-là ?

Previous Il faut sauver le soldat Meklat.
Next Vous êtes invité-e au lancement de mon premier roman, ce lundi 27 à Bruxelles.

You might also like

34 Comments

  1. phileruth
    février 25, 18:51 Reply
    Cher ami, Sans la liberté de blâmer, il n'est d'éloge flatteur. Que Mme Demir, une femme, remplace Mme Sleurs, une autre femme, dans le gouvernement Michel est en soi assez logique: le contraire aurait mérité la critique. Ce qui est toutefois assez choquant, c'est que dans tous les portraits qui ont été dressés de la nouvelle secrétaire d'Etat, on a opportunément oublié ses commentaires xénophobes et antisociaux de 2013. Ses opinions en la matière ont de quoi inquiéter, quand on sait les attributions qui sont les siennes. Pour le reste, désolé de vous démentir, j'ai lu votre livre à l'époque, comme tous ceux dont je dois faire la recension. Et si je considère qu'on peut classer la N-VA à la droite extrême, on ne peut l'assimiler à un parti d'extrême-droite. À chacun son opinion. Bien à vous
    • marcel
      février 25, 21:08 Reply
      Cher ami aussi, Ma conférence de presse s'est tenue le jeudi 9 juin à 11h, à Bruxelles. Vous en êtes parti vers midi et demi avec mon livre sous le bras et les notes (ou un enregistreur, je ne me rappelle plus). Vous avez publié votre article sur le site de l'Avenir le 10 juin à 7h. Supposant que vous dormiez 6h, et que vous vous êtes probablement rendu à l'Avenir (Namur), cela vous laisse au maximum 11 heures pour lire un livre de 446 pages, l'analyser, écrire et publier un article où vous en restez grosso modo à l'introduction (vous avez toutefois relevé de façon très critique que — mauvais belge — j'écrivais « maire » au lieu de « bourgmestre » — en fait, j'ai utilisé les deux et plus souvent « bourgmestre » — eh oui, le livre était aussi distribué en France), ce qui prouve effectivement que vous avez lu la page 84. Mais le gros de vos remarques porte sur ce que je vous ai dit à la conférence de presse. Soit, vous êtes le Speedy Gonzales de la lecture, et vous n'avez vraiment fait que ça, en déjeunant, en dînant, voire en roulant, soit vous n'aviez effectivement fait que parcourir mon livre au moment d'écrire votre papier, ce que je comprends vu le temps très court qui vous était laissé. Mais je prends acte de votre contestation, vous fais confiance. Et vous félicite pour votre vitesse. À part ça, vous avez raison, à l'époque votre papier m'a fait plaisir, c'était le seul blâme, avec celui du Standaard, où ils lisent tout de même plus vite que vous, le journaliste étant parti à 13h, et ayant pondu son papier à… 16h45, affirmant avoit tout lu. Mais il a au moins compris qu'il y avait une vingtaine de chapitres, les titres l'ayant plus impressionné que le reste du contenu. Donc, votre critique était la seule basée sur des faits, soit mes déclarations (et un peu du contenu). Pour moi, la droite extrême ou l'extrême droite, c'est littéralement chou vert et vert chou : une expression qu'on utilise pour ne pas dire l'autre. Mais plus sérieusement, lorsque vous associez N-VA à Marine Le Pen, vous dites bien « extrême droite ». Mon livre était plus nuancé que ça, et je me contentais de poser la question : « la N-VA est-elle un parti de nouvelle droite ? » et non pas d'extrême droite. Ce n'était pas une affirmation, c'était une question. Mais bon, vous deviez être en train de regarder la télévision quand vous en êtes arrivé à ce passage. Sans rancune. Bien à vous.
    • wallimero
      février 26, 08:17 Reply
      @ Philorut, Pour un journal de p(s)arti c'est assez normal qu'il faut casser de la NV-A, mais j'adore l'hypocrisie de décorer son mur avec des appels à l'annexion de territoire flamand, qu'ils sont méchants ces nationalistes flamands! et qu'est qu'elle ose dire cette méchante Zuhal? que l'accueil des primo arrivants en francobelgie est inexistant, c'est un fait, d'ailleurs, l'absence de connaissance de langue est une des raisons pourquoi l'éducation francobelge aura bientôt besoin de missionnaires. Mais oh que c'est xénophobe d'oser dire qu'il faut peut-être s'occuper du désastre existant avant d'en rajouter. Que le sytème socialo est conçu pour garder les gens en pauvreté et dépendance est un fait aussi. on n'a que le mot "travailleur" en bouche, mais en vérité le vivier consiste dans du petit service public, des asbl sous perfusion et une armée d'allocations. Et pour le reste, le consensus social était toujours de laisser faire le capital tant qu'on arrose la distribution aveugle et on passe la facture au fédéral. Mais après une bonne bouteille, il est si bon d'allumer un cigare bien à gauche, et de passer à l'onanisme intellectuel si la NV-A est d'extrême droite ou de droite extrême autour de la table dressé par le chef sicilien. Et je te signales que le coût majeur de la gare d'anvers c'est le forage de tunnels additionnels qui permettent le relier le port. Quelle différence avec des investissements bling bling pour des capo locaux. VV
  2. Tournaisien
    février 25, 19:09 Reply
    Rien à redire. C'est cohérent, c'est à charge et à décharge. Cette charmante jeune femme (je ne savais pas que les Kurdes pouvaient avoir des yeux aussi bleus) est très probablement sincère, même si, comme vous le soulignez, le fait d'être d'un parti tel que la NV-A l'amène à devoir gérer quelques belles contradictions. ... Il est certain en tout cas, quoi que l'on pense, que le profil de Zuhal Demir, en dépit de son appartenance à ce parti, n'a rien à voir avec celui d'un Alain Mathot, d'un André Gilles ou d'un Stéphane Moreau. Ou encore d'un Emir Kir, bourgmestre PS de Saint-Josse, dont les collusions avec ce que la Turquie produit de pire en matière politique n'est pas sans soulever de vraies grosses questions en matière démocratique. Il est vrai que madame Demir, elle, est Kurde, un peuple opprimé depuis plus d'un siècle (qui continue à payer très cher sa participation au génocide arménien de 1915). La NV-A, qui n'est pas avare d'un "bon coup", avait parfaitement compris tout le bénéfice qu'elle pourrait tirer d'une telle adhésion et d'une telle mise en visibilité. Nous dirons donc que madame Demir est, sans doute, la belle face de Janus de ce parti. Mais au fait, qui en politique n'est pas un Janus ? Le PS lui-même ne l'est-il pas quand pour contrebalancer les Mathot, Gilles, Moreau (etc.) il peine à aligner quelques rares Willy Taminiaux qu'on ne parvient même pas à compter sur les doigts d'une main ? Et que dire d'un CDH qui eut ses marquis de Bonvoisin & Co ? Alors, oui, après tout, quand bien même elle présenterait d'indiscutables relents nationalistes malodorants, la NV-A a aussi une face ... disons acceptable. Et en plus, elle est mignonne (sorry pour le sexisme), ce qui ne gâche pas le plaisir (des yeux).
    • marcel
      février 25, 20:37 Reply
      Si mes information sont bonnes, son père est turc et sa mère est kurde.
    • lievenm
      février 26, 16:21 Reply
      Ik denk dat je hier te sceptisch bent. De N-VA verbergt niet dat ze totaal gaat voor het 'integratie = assimilatie' model en daar kun je voor of tegen zijn, maar ze meent, in tegenstelling tot het Vlaams Belang, die hetzelfde beweren, wel wat ze zegt. Of anders doen ze zo goed alsof dat het op hetzelfde neerkomt. Zowel de eerste allochtone schepen in Antwerpen als de eerste allochtone burgemeester in Vlaanderen zijn N-VAers.
      • marcel
        février 27, 13:41 Reply
        Ben akkoord. Ben tegen een dergelijke "verplichte" assimilatie, maar het betekent inderdaad ook dat geassimileerde politici van eender welke oorsprong bij de N-VA zonder probleem schepen of ministers kunnen worden.
    • u'tz
      février 26, 21:35 Reply
      "(je ne savais pas que les Kurdes pouvaient avoir des yeux aussi bleus)" sorry Tourn' je m'xkuz de relever un truc phénotypiste mais bon, c'est peut-être plus facile de s'assimiler avec le facies de laurette onklincx en jeune sans venir de lasne...
      • marcel
        février 27, 13:38 Reply
        Les Kurdes sont indo-européens (par leur langue, du moins). Certains ont les yeux très bleus.
        • u'tz
          février 28, 01:39 Reply
          attention marcel à la langue bleue... sanskrit plein dieux bleus etc aïe aïe aïe y à l'eau... race quand tu nous tiens
  3. Capucine
    février 25, 19:16 Reply
    Elle va peut être normaliser la NVA!
    • u'tz
      mars 02, 23:02 Reply
      grâce à zuhal zeimer ?
  4. jpp
    février 26, 10:17 Reply
    Bonjour Marcel, Toujours un plaisir de vous lire (même si parfois je ne partage pas votre point de vue). Dommage qu'il faille "se taper" ce que je considère comme des querelles personnelles avant de lire l'essentiel et dont la teneur à elle seule aurait mérité un article..... un bon we à vous L'article que j'aurais aimé lire sur votre blog aurait commencé ici pour se poursuivre jusqu'à la fin (avec qques aménagements pour gommer la "querelle perturbatrice" : -------------- "Je n’aime pas l’idéologie de Zuhal Demir et je l’ai clairement exprimé, mais elle n’est pas que son idéologie. Elle est aussi une femme, turque et kurde, fille de mineur, partie avec le moins de chances possible, qui s’est hissée au sommet de l’État. À propos de ses photos au Parlement, j’ai expliqué qu’elle exposait ainsi son intégration « totale » en allant plus loin que ce qu’une députée belge de souche (comme on dit chez Marine) aurait fait. C’est un exemple d’émancipation qui peut intéresser de jeunes femmes de milieux fermés. Je m’en réjouis. Eh oui, on peut avoir, comme moi, des amies voilées parce qu’elles l’ont choisi, et défendre celles-ci bec et ongles, et en même temps, se dire que l’attitude de Zuhal peut être un modèle pour des filles à qui le voile est imposé, et qui cherchent au contraire à s’en émanciper. J’ai aussi expliqué que le problème de cette intégration style N-VA, c’est qu’elle veut créer des immigrés-flamands parfaits, et je ne sais plus si je l’ai dit dans l’émission (vu qu’on a un temps limité), mais j’avais dans mes notes la phrase « la N-VA veut des immigrés musulmans qui mangent du porc à la troisième génération ». Je me suis encore interrogé sur la contradiction entre une Zuhal Demir extrêmement émue du sort des réfugié-e-s sur place, une femme, d’origine kurde, encore attachée à l’émancipation kurde au point de rendre visite à un local décoré de symboles du PKK en Flandre, et qui pleure face caméra quand elle est confrontée au drame des réfugiés. Mais qui adhère toujours à la politique de Theo Francken ici. J’ai aussi précisé que je trouvais très positif qu’une femme remplace une femme dans ce gouvernement très masculin, mais rappelé que Zuhal Demir avait voté contre la proposition d’imposer un certain pourcentage de femmes dans les conseils d’administration d’entreprises. Je me suis réjoui du symbole qui consiste à porter le foulard de mineur de son père (où avez-vous péché que c’était un foulard de la FGTB ?) Pour rappel, ce foulard des mineurs, qui n’est pas rouge pour des raisons syndicales (ou alors, ils étaient tous syndiqués…), leur servait à se protéger des courants d’air, mais aussi à se protéger les poumons quand ils foraient (après l’avoir mouillé), protection dérisoire qui ne les a pas empêchés de s’étouffer à petit feu. Vous trouvez scandaleux de porter ainsi une mémoire soi-disant syndicale quand on est antisyndical ? Aujourd’hui ? En pleine affaire Publifin ? Au moment où l’on révèle à quel point le système socialiste a manipulé le salarié liégeois au profit de quelques bêtes de course d’une infâme Nomenklatura ? Monsieur Leruth, moi, je vois une fille de mineur qui a réussi. Elle est dans un parti que j’abhorre, et que vous auriez dû abhorrer plus tôt — au moins, j’ai pour moi le luxe de la cohérence. Mais il faut être dépourvu de toute humanité pour ne pas être touché par l’hommage rendu, non pas au syndicaliste, mais au père, au courageux mineur turc, à celui qui, venu d’un pays où la femme a peu de droits, a permis à sa propre fille de s’émanciper. Lui a donné les armes pour se dépasser. L’a nourrie et chauffée et éduquée au prix de ses poumons, est passé sur le rejet par les autochtones et le mépris de beaucoup. Se retrouver, enfin, au poignet de sa fille au moment où elle prête serment au roi. J’aurai l’occasion de m’en prendre à la politique de Zuhal Demir. Mais tout n’est pas politique. Il est des moments où des symboles qui concernent les minorités (dont une, majoritaire, ne semble pas vous préoccuper : les femmes) priment. Il y a de quoi se réjouir de la non-réduction du nombre de femmes dans le gouvernement, déjà scandaleusement bas, l’arrivée d’une fille d’immigrée, fille de mineur, fille de kurde, émancipée, exemple de réussite, l’élection récurrente d’une personne originaire d’une communauté partiellement fermée, sans clientélisme et sans communautarisme, prouvant que c’est possible. Et puis, ce petit foulard fait entrer son père, le mineur, les mineurs, dans les plus hautes et dignes sphères de notre pays. Ce foulard est privé, il est son droit, respectez-le. Philippe, dans toute cette émission, c’est mon féminisme qui a parlé. Un féminisme de mec, forcément imparfait et toujours à la limite de l’imposture. Un féminisme hésitant, maladroit, parce que je ne suis pas une femme, tout simplement. Mais je constate qu’à cet égard, aucun parti belge n’en rattrape un autre, quand je vois la quasi-absence de femmes dans le gouvernement PS-CDH de la Wallonie, je pense qu’en leur nom, vous n’avez pas la moindre leçon à donner sur le sujet. Je constate que la (!) FGTB reste très masculine (au contraire de la CSC) alors que les femmes sont justement les plus discriminées dans ce pays. Ce regard, tout président que vous êtes, vous n’avez pas su l’avoir. Car évidemment, ce n’est pas le statut, l’émancipation ou le respect des femmes qui vous intéresse. C’est la politique. En son nom, vous passez à côté de l’essentiel. Parce qu’il vous fallait cogner les autres. Vous fâcher tout rouge. Rouge FGTB. Faire le prof. Le père de Zuhal n’est probablement pas d’accord avec vous. Sa fille a réussi. Sa fille tient tête. Sa fille l’a emmené, par la main, par le poignet, du fond de la mine jusqu’aux ors du pouvoir. Un geste rare, un geste beau, un geste digne d’être reconnu par ses pires adversaires politiques. Parce que combien, de ces mineurs de fond, même syndicalistes, ne seraient pas fiers de leur fille, un jour comme celui-là ?" En savoir plus sur http://blog.marcelsel.com/2017/02/25/zuhal-demir-n-va-et-le-foulard-de-son-pere-philippe-leruth-exige-quon-nen-pense-que-du-mal-je-reponds/#OwumVvbtfDuJ0Irl.99
  5. u'tz
    février 26, 11:58 Reply
    Donc une nationaliste kurde n'aime pas Erdogan et sa tête de turc, une nationaliste kurde peut faire une bonne nationaliste flamande, et donner du jambon dans la boterham des petits enfants des musulmans
    • Tournaisien
      février 26, 21:53 Reply
      Et les nationalistes du Rand, mon cher U'tz ? Où se situent-ils eux ? Entre les Dardanelles et Marmara ou sur les rivages du lac de Van ?
      • u'tz
        février 28, 02:02 Reply
        être d'une frontière, rand, bord, marge enz mon cher Tourn c'est être garde-bariière et contrebandier, et même pas peur des mûrs, et pas peur de pas trouver janbon halal ou zaventem luchtvervuiler van bxl... et je vous parle pas de mme serpillièrumide au collège de ma Commune... aucun nationalisme dans le rand, juste un soupçon de tribalisme congénital, le nationalisme ici viens d'ailleurs (d'ailleurs en flandre, tout de même)
  6. Nobels
    février 26, 16:18 Reply
    C'est dommage, Mr Sel, car je trouve que votre réponse du 25/02 à 21:08 déforce complètement votre article préalable (première réponse à Mr Leruth). Ça sent le règlement de comptes ("t'as pas dit du bien de mon bouquin et tu ne l'as même pas lu")... J'ai le sentiment que vous devriez être au-dessus de cela... Mais bon, ce n'est que mon avis. Cordialement.
    • marcel
      février 26, 17:56 Reply
      Merci Claude. C'est en effet une petite pique peu importante et donc puérile, mais je tenais juste à expliquer à Philippe Leruth pourquoi je pensais évident qu'il n'avait pas pu lire tout le livre dans son développement de l'époque (à savoir, tel qu'il a été conçu, page après page) avant d'écrire son article, ce qui est très courant dans la presse, et je dirais à titre de circonstance très atténuante, étant donné que l'éditeur avait donné quelques bonnes feuilles à un journal en particulier, cela imposait à L'Avenir d'écrire très (trop) vite pour ne pas être dépassé de trois jours par les autres. Mais il y a depuis une petite rancune mutuelle qui traîne, non pas parce que la critique était négative — j'étais au contraire ravi qu'il y en eût une et pour tout dire — mais parce qu'elle l'était pour des raisons qui me semblaient incorrectes (le fait d'utiliser par moments « maire » au lieu de « bourgmestre », qu'il avait qualifié de pédant alors que c'était simplement parce que le livre allait aussi être lu par un public français ; le fait de me reprocher de qualifier la N-VA de parti d'extrême droite, ce qui ne se trouve pas dans le livre ; le fait de me reprocher d'inciter les Flamands à voter N-VA par on ne sait que effet de manivelle inversée.) Quand je me retrouve à nouveau sur la sellette pour des raisons incorrectes, comprenez que je relève un certain systématisme…
  7. Tournaisien
    février 27, 11:24 Reply
    http://plus.lesoir.be/83781/article/2017-02-27/yen-marre-de-la-politique-par-caricature#_ga=1.121965259.1124248489.1486808908 ... il y a quand même, Marcel, un problème avec Zuhal Demir que pointe implicitement cet éditorial de Béatrice Delvaux, et auquel vous ne faites pas allusion. Et pourtant ! C'est en quelque sorte un grand classique, un classique qui pourrait se définir ainsi : "il n'y a rien de pire que ceux qui, pour se faire accepter par le groupe qu'ils viennent de rejoindre et auquel rien a priori ne les prédestinait, se font plus catholiques que le pape". Je crains, en l'espèce, qu'il n'y ait de cela dans l'attitude de Zuhal Demir qui semble bel et bien la "surjouer". Inutile de dire, bien sûr, que certains à la NV-A s'en frottent les mains.
    • marcel
      février 27, 13:37 Reply
      Non, Béa Delvaux ne pointe pas ce « problème », ni implicitement, ni explicitement. Heureusement, parce que celui qui accusera Zuhal Demir d'être en quelque sorte le « nègre blanc » de sa communauté aura affaire à moi. Cela dit, je ne vois pas trop en quoi Zuhal Demir aurait fait autre chose (« pire ») que ce que font tous les politiques aujourd'hui, et je repense aux éditos enflammés que la même Béa Delvaux aurait pu écrire sur les énormes mensonges diffusés par certains édiles PS et CDH sur le Ceta. Les approximations n'étaient pas moindres. Certes, le sujet était moins sensible. Mais oh, tiens, tout à coup, on découvre que Demir est N-VA et que la N-VA milite depuis toujours, avec des arguments fallacieux, contre le Centre de l'Égalité des Chances ? Quel scoop !
  8. mélanippe
    février 27, 13:39 Reply
    Beyth Shemesh [bayth sheh'-mesh]L LE Nom de Zuhal Demir en Gématrie: Temple du Soleil. Celle qui va éclairer la Flandre. Le phare.
  9. mélanippe
    février 27, 13:54 Reply
    Genèse 2 : 10 Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre ('Arba') bras.
  10. mélanippe
    février 27, 14:13 Reply
    Extrait de mon Roman: Dans l'allégresse, près de la pointeuse, les cartes postales s'échappent du tourniquet pour rappeler à l'ouvrier le coeur palpitant de son ouvrière. Au loin, sur une péniche, un tas de charbon nage vers le foyer ardent de la dulcinée. L'affiche de cirque, se décolle du mur sous le choc violent du ballon rouge des gamins de rue. L'un d'eux est peut-être sorti du trou du monde pour lui rappeler son infamie.
  11. mélanippe
    février 27, 14:15 Reply
    Image d'une inouïe splendeur qui apparaît dans mon roman: "Blanc seing" ou je fait allusion à Dutroux, la mine, les charbon, les forges et le diamant qui remonte à la surface pour éclairer nos nuits. Ce roman est toujours dans mon ordinateur et fut commencé en 2003 (mort de mon père). Je sais que s'y touve la solution pour la Belle gique. Je bloque sur un meurtre, celui de Strome.(anagramme de mortes).
  12. mélanippe
    février 27, 14:18 Reply
    Dites Marcel. Je poste sur Le Soir, mais j'ai l'impressio d'etre sang surée par Del Veau d'Or. Vous pourrier m'éclaire? Vous rappelez-vous de cette fameuse année 2003 et toutes les vaches qui jalonnait Bruxelles. Elle m'ont inspiré le sujet de mon roman. Redonner le lait de Bruxelles. ...
  13. mélanippe
    mars 03, 10:23 Reply
    C'est comestible… Dans les yeux de mère: OUI.
  14. mélanippe
    mars 03, 13:07 Reply
    Ma lère quand j'avais un rhume (rhum, hum,...) mélangeait de la trappiste, du miel et du lait (Trappist-1 en gématrie donneרָנַן (ranan, 07442, c'est à dire joyeux)
  15. mélanippe
    mars 03, 13:11 Reply
    1 Chroniques 1:42 Fils 01121 d'Etser 0687: Bilhan 01092, Zaavan 02190 et Jaakan 03292. -Fils 01121 de Dischan 01789: Uts 05780 et Aran 0765. - Joyeux comme un des sept nains. Fillon, c'est plutôt Grincheux (comme vous Marcel).
  16. mélanippe
    mars 03, 13:30 Reply
    Autre excellente nouvelle Marcel, la découverte de Trappist-1 s'est faite juste après une éclipse solaire et son nom est l'Etoile. Cette année est aussi considérée par les tarologue (Torah) comme l'année de l'étoile (17). Je suis une proche de Jodorowski, par sa première femme (lui ne le sait pas,...). Mais moi je sais. Je vais aller voir son dernier film. Foutue sychronicités,... Pour la petite histoire, La première femme de JODO a appris sur le tard que son p^ère était...nazi. Le lien.
  17. mélanippe
    mars 03, 13:38 Reply
    https://books.google.be/books?id=R5_XPb1g1JMC&pg=PT22&lpg=PT22&dq=artiste+femme+de+jodorowsky&source=bl&ots=NuG0is7-VU&sig=sK1R1GppEyaXIe9qqTnzno_-95g&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi7kbeBrLrSAhVCI8AKHadAD6QQ6AEIjQEwFw#v=onepage&q=artiste%20femme%20de%20jodorowsky&f=false. La Belgique a mal à ses ancêtre. Le Meiboom.
  18. u'tz
    mars 04, 20:59 Reply
    perso Marcel vos vieilles querelles d'hauteur avec leruth me posent aucun problème, mais avec mélanippe, c'est quoi le blème ? une vieille maîtresse ? ... Suis jaloux, car je n'ai encore lu que les dix pages de votre roman disponibles sur votre blog...
  19. mélanippe
    mars 13, 15:30 Reply
    Voici un excellent article qui pourrait nous éclairer sur les enjeux européens, la turquie, l'Ecosse et Laurence d'Arabie. http://ddata.over-blog.com/0/05/17/99/DOSSIER1/LAWRENCE-D-ARABIE-de-ANTHONY-NUTTING-ARCADIE-111.pdf sourate de l'Europe 89
  20. Noiret Tina
    avril 09, 22:56 Reply
    Une réflexion - pour son auteur aussi - sur la phrase : "Eh oui, on peut avoir, comme moi, des amies voilées parce qu’elles l’ont choisi, et défendre celles-ci bec et ongles, et en même temps, se dire que l’attitude de Zuhal peut être un modèle pour des filles à qui le voile est imposé, et qui cherchent au contraire à s’en émanciper." En fait, ce n'est pas contradictoire, au contraire - les deux attitudes sont contraires à l'émancipation, bien évidemment, car seule une femme peu sûre de ses autres qualités fait appel à son physique aussi ostensiblement, et surtout une parlementaire qui n'avait aucune raison de le faire (ni mannequin ni vendeuse de vêtements) pour briller, induisant à penser que c'est son atout majeur, la raison pour laquelle elle s'est hissée "au sommet de l'Etat" dans la boue politique et non dans une autre profession. Ne pensez-vous pas que la politique de cette femme issue d'après cet article d'une classe défavorisée et de l'immigration est justement une honte pour tous les défavorisés du système, dont son papa mineur ? C'est bien elle qui se fait le fer de lance de la limitation des allocations de chômage dans le temps et la politique d'immigration de son parti ne laissent aucun doute... sur ses affinités avec les "pauvres". En quoi cette personne représente-t-elle la classe d'où elle vient ? Elle n'hésite pas à lâcher les siens, pour utiliser le faux langage politique qui prétend que l'égailité des chances, ça existe, contre toutes les analyses sociologiques qui prouvent le contraire. Promulguer des lois sur base de l'exception, est une faute très grave vis-à-vis du citoyen. Le manque d'intégrité intellectuelle ne permet pas de faire avancer une démocratie dans le bon sens. De telles politiques ne produiront que l'exclusion sociale de groupes-cibles bien connus et pas du tout une intégration de masse à l'image de Zuhal Demir elle-même, parlementaire élue. En quoi dès lors Zuhal Demir et les idées qu'elle revendique mérite-t-elle que vous appliquiez là son égard la discrimnation positive sur base de ses origines reniées dans ses prises de position ? Une fille de mineur digne n'aurait-elle pas promu tout autrement une certaine "égalité des chances" ? https://www.amazon.fr/Caprice-dieux-Tina-Noiret-ebook/dp/B01HRKBTZ0

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.