La réponse poignante d’une journaliste belgo-turque de la VRT aux racistes qui insultent les victimes d’Istanbul.

angel-1548085_1280

Image CC0 Pixabay de Stefan Schweihofer https://pixabay.com/fr/users/stux-12364/

Ce premier janvier à 1 h 30 du matin, un homme est entré dans une discothèque d’Istanbul pour y semer la mort. Kerim Akyil, un jeune Belgo-turc de 23 ans est tombé sous les balles. À peine quelques heures plus tard, les commentaires racistes affluaient sur les réseaux. Pour se féliciter de sa mort. Le père du jeune homme a dû ajouter ces affronts à son deuil. Ici. En Belgique. Fatma Taspinar, journaliste radio de la VRT, a réagi dans une lettre émouvante, nécessaire, publiée notamment dans De Morgen (à lire ici en néerlandais). En voici mon adaptation française.


Je suis une Turque fougueuse. Ceux qui me connaissent le savent. Mais je ne ferais pas de mal à une mouche. Je m’emporte sur des tas de choses, mais je suis rarement en colère. Fougueuse. Comme une vraie Flamande. Ceux qui me connaissent le savent.

Mais il vaut mieux ne pas me piétiner le cœur. Parce qu’alors, j’en fais une affaire personnelle. Ça, il n’y a pas besoin de me connaître pour le comprendre.

Aujourd’hui, c’est mon dernier jour de congé. Des vacances dont j’avais bien besoin après le énième attentat terroriste. Paris, novembre 2015. Et depuis, ça n’a plus cessé. Une année entière de chagrin, de mort. Une année damnée. J’ai beau être journaliste, ça me ronge. Comme vous.

Et puis, 2017 s’annonçait. Une nouvelle année. Un nouveau courage. Et peut-être, de l’espoir.  Une heure et demie a suffi pour tout briser. À nouveau. Istanbul, une de mes villes de cœur, se retrouve brusquement frappée par la mort, la terreur. À nouveau. L’année n’avait même pas vraiment commencé que le sang coulait déjà. Un sang jeune. Un sang frais.

Je ne veux même pas parler de ceux qui sont derrière ce geste atroce et lâche — je le ferai en tant que journaliste. Mais on m’a piétiné le cœur.

Aujourd’hui, à la télé, j’ai vu le père belgo-turc d’une des victimes demander un peu de compassion. Son fils d’à peine 23 ans a été assassiné de sang-froid pendant l’attentat de la boîte de nuit. Il était retourné au pays pour y fêter la nouvelle année. Il a pu en profiter pendant quatre-vingt-dix minutes. Et puis, sa jeune existence a sombré.

Aujourd’hui, j’ai vu le père de ce jeune homme demander un peu de compassion. Pour qu’il puisse faire son deuil. Relisez ces mots, s’il vous plaît. Pour. Pouvoir. Faire. Son deuil. En toute sérénité.

Quelques imbéciles n’avaient en effet rien trouvé de mieux que de poster des commentaires racistes sur les médias sociaux. Sur la mort d’un garçon de 23 ans. Qui aurait mieux fait, selon l’un d’eux, d’emporter encore plus de « bruns » avec lui. Dans la mort.

Je suis une Turque fougueuse qui se met rarement en colère. Mais il ne faut pas me piétiner le cœur. Aucun père, d’aucun pays, ne devrait JAMAIS, quelles que soient les circonstances, quelle que soit la couleur de sa peau, avoir à demander l’autorisation de qui que ce soit pour faire son deuil. Pour la mort de son fils. Dans la sérénité. Aucun père, encore abasourdi par le chagrin, ne devrait jamais avoir à en parler. Pas même à y penser.

Quand votre enfant meurt, tout meurt. Quand votre enfant meurt, la terre s’arrête de tourner. La dernière chose que vous devriez avoir à faire, mais vraiment la toute dernière, c’est de réagir à des commentaires racistes.

Non. 2017 n’a pas bien commencé. Je pars à la recherche d’un nouvel espoir. Mais pas aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui, je suis en colère. Trop. Beaucoup trop.

(Avec l’aimable autorisation de Fatma Taspinar)


Suite à cette lettre, la chaîne privée VTM a appelé quelques internautes qui avaient posté des commentaires racistes à l’égard du jeune disparu. Le premier a prétendu qu’il avait perdu son téléphone et que quelqu’un d’autre avait posté pour lui, le second a expliqué qu’un Belgo-turc était légalement belge ou turc, mais pas les deux (ce qui est faux) et que c’était une façon de prévenir les gens contre des voyages trop dangereux en Turquie (« qui va là-bas ? »), le troisième a assumé. C’est, selon lui, sa liberté d’expression (non, l’incitation à la haine envers un groupe humain ne relève pas de la liberté d’expression, c’est un délit). Plongée dans un univers de lâches, de monsieur-je-sais-tout, de racistes avérés, de haineux de pacotille. Ou de gens qui s’amusent en lâchant des horreurs.

La Belgique n’a évidemment pas le triste monopole de ce genre d’infamies. Un article du Huffington Post Maroc relève le même genre d’horreurs, cette fois sur un ton sexiste, reprochant aux jeunes Marocaines qui sont, elles aussi tombées sous les balles atroces du terrorisme, de s’être rendues dans une discothèque.

Ces épouvantables donneurs de leçons belges et marocains se rejoignent dans leur extrémisme, se présentant comme les défenseurs ultimes de leurs civilisations respectives. En réalité, ils ne pourraient pas être plus éloignés du sens du mot « civilisé ». On se console en constatant qu’au Maroc comme en Belgique, ces messages haineux soulèvent le cœur de la population.

Suite à l’émotion provoquée par la lettre de Fatma Taspinar en Flandre, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a affirmé vouloir agir contre ces commentaires racistes. C’est le même homme qui, après le 22 mars, avait affirmé qu’un nombre « significatif » de musulmans belges avaient dansé après les attentats de Bruxelles et de Zaventem.

Bref, 2017 commence. Une année nouvelle.

Nouvelle… vraiment ?

Previous MàJ : Le ministère de Céline Fremault invite AMICALEMENT un Français critique à « vivre à Paris. »
Next Au gouvernement belge, les anciens Waffen-SS collent au doigt comme du sparadrap.

You might also like

64 Comments

  1. Salade
    janvier 04, 17:08 Reply
    Et la NVA ne parle pas de s'allier avec le Vlaams Belang à Anvers?
  2. Tournaisien
    janvier 04, 19:05 Reply
    Concernant Jan Jambon, je pense en l'occurrence qu'il est, de la NV-A, l'un de ceux, si ce n'est celui, qui a réellement le plus évolué. En politique, le contact avec la réalité du pouvoir peut entraîner deux effets : certains ne changent en rien sur le fond, d'autres épousent la fonction et grandissent. J'ai la faiblesse de croire que c'est le cas de Jan Jambon, mais peut-être suis-je naïf, qui sait ? ... a priori, je ne le pense pas. Le plus détestable dans tout ceci est que ces commentaires sont un affront au deuil d'un père, et surtout qu'ils sont anonymes (ou presque). Quand on a quelque chose à dire, il faut avoir le courage de le dire droit dans les yeux, de signer et d'assumer. Et surtout avoir l'intelligence de se taire quand ce qui est la plus mauvaise part sommeillant en nous veut vomir ses frustrations, ses haines multiples et gratuites. Ceci étant, on souhaiterait quand même que la communauté musulmane, de son côté, soit plus prompte à dénoncer ces ignominies. Si l'on veut que l'Islam s'engage sur la voie d'un dialogue avec la modernité (sans pour autant renoncer à sa tradition et ce qui constitue le socle de sa foi), il est impératif que les musulmans prennent ouvertement et publiquement la parole pour dénoncer avec force l'horreur de cette inhumanité que constituent les courants salafistes, littéralistes, radicaux en son sein. Il est plus que temps, plus que temps, car ce à quoi on assiste actuellement ne va pas s'arrêter là et l'on pourrait assister à des actes bien plus atroces encore, bien plus terribles, au lendemain desquels on risque de ne plus rien contrôler. Je n'ose même pas imaginer ce qui pourrait se passer au lendemain d'un attentat perpétré dans une école d'enfants. C'est là une nécessité vitale, à commencer pour l'Islam lui-même qui, depuis une vingtaine d'années, via ses groupes radicaux, s'est engagée dans une voie sans issue. Il faut le leur dire : le littéralisme, le salafisme, le fondamentalisme, la tradition wahhabite sont des impasses, des impasses totales, dont eux les premiers ne sortiront pas indemnes. La foi est une chose, qui peut élever les cœurs et les esprits (pour ne pas dire les âmes), mais elle doit impérativement être éclairée et tempérée par l'exercice de la raison (cfr le discours de Ratisbonne du pape Benoît XVI (Ratzinger)).
    • marcel
      janvier 04, 19:25 Reply
      Mais l'islam dénonce chaque fois. Chaque fois. Chaque fois. Mais ça ne vous suffira donc jamais !
      • Tournaisien
        janvier 04, 23:04 Reply
        De nombreux musulmans, heurtés comme nous, dénoncent, de fait, mais pas tous, loin de là. Nombreux sont ceux qui sont déchirés entre la volonté de dénoncer et leur attachement à une pratique du Coran qui, sans être fondamentaliste, reste littéraliste. Et nombreux aussi, hélas, sont ceux qui adhèrent sur le fond à cette violence que dicte l'obligation pour tout bon musulman du jihad. Le problème, je l'ai déjà écrit et je n'ai pas varié d'un iota sur ce point, c'est l'incapacité du monde musulman à porter sur sa propre tradition scripturaire (le Coran, la vie du Prophète, les ahadiths) un regard critique, une approche qui, si elle était vraiment menée en profondeur, devrait normalement le conduire à revoir des points cruciaux de sa révélation, à commencer par le contenu et le contexte dans lequel furent rédigées les sourates médinoises, mais aussi le problème du "naskh" (l'abrogation), voire même le contenu exclusiviste de la chahada (profession de foi). Je vous rappelle que le régime saoudien, imprégné par le wahhabisme, lui-même modelé par la pensée hanbalite d'Ibn Taymiyya, se revendique au sein du monde musulman comme le protecteur des lieux saints de l'Islam. Quand entend-on ledit régime saoudien, qui s'assume comme instance d'ordres moral et religieux, se prononcer sur le terrorisme jihadiste ? Quand ? Dites-le moi. Moi je vais vous le dire : jamais, et pour la simple et bonne raison que le wahhabisme qui y est pratiqué est en phase totale avec l'idéologie du jihad et du recours à la violence. Il en va de même pour le Qatar, quelque "moderne" en apparence que soit leur fameuse chaîne d'information Al-Jazzera. Et je pourrais continuer avec d'autres régimes à tendance plus ou moins théocratique, d'inspiration fondamentaliste : le Soudan, la Mauritanie, voire même le Pakistan dont l'armée joue un rôle plus que trouble, et depuis très longtemps. ... Non, Marcel, les prises de position des musulmans acquis à la rationalité et à la modernité ne suffisent pas, car elles ne sont entendues ni par les conservateurs, ni a fortiori par les fondamentalistes. Or c'est cet Islam-là qui, aujourd'hui, donne le ton, trace le sillon. Les milieux les plus modernistes, les plus ouverts, tels les théologiens de l'université Al-Azhar du Caire dans leur grande majorité, sont de plus en plus marginalisés. Et que dire de la place réservée aux soufites par exemple, qui sont considérés par les fondamentalistes, voire même par les conservateurs, ni plus ni moins comme des "kafirun" (infidèles), si ce n'est pire encore dès lors que eux viennent du rivage de l'Islam. Et je ne parle même pas ici du sort réservé aux sectes, issues du chiisme, des alevis et des alaouites ! Si la Syrie devait tomber aux mains des sunnites, ne vous faites aucune illusion : ces deux communautés seraient purement et simplement condamnées à être exterminées. ... Non Marcel, ça ne suffit pas, je suis désolé, mais ça ne suffit pas.
        • marcel
          janvier 05, 12:32 Reply
          Ne confondez pas l'Arabie saoudite et la Belgique, c'est tout ce que je dis. Par ailleurs, l'Arabie saoudite s'est bien prononcée contre le jihad armé. <a href="http://www.lemonde.fr/moyen-orient/article/2014/02/06/riyad-determine-a-endiguer-le-phenomene-djihadistes-en-syrie_4361650_1667081.html" rel="nofollow">http://www.lemonde.fr/moyen-orient/article/2014/02/06/riyad-determine-a-endiguer-le-phenomene-djihadistes-en-syrie_4361650_1667081.html</a>
          • Pfff
            janvier 05, 21:06
            L'Arabie saoudite a dénoncé les horreurs de l'État Islamique : décapitations publiques, takfirisme, mutilations. Quelle horreur ! Où ont-ils été cherché cela ?
          • Eridan
            janvier 06, 12:43
            "l'Arabie saoudite s'est bien prononcée contre le jihad armé" Et vous les croyez ? Ne serait-ce pas justement elle qui le finance ? Mais tant mieux si c'est vrai...
      • Eridan
        janvier 06, 12:54 Reply
        "Mais l'islam dénonce chaque fois". Simple curiosité : c'est qui, l'islam ? @ Tournaisien : « De nombreux musulmans, heurtés comme nous, dénoncent, de fait, mais pas tous, loin de là. » Vos propos sont symétriques (donc dans le sens inverse) de ceux de Bison Futé, un peu plus bas ci-dessous. CQFD.
        • marcel
          janvier 06, 15:17 Reply
          Ce n'est pas moi qui ai utilisé « l'islam ». Ce sont évidemment « les musulmans » dans leur majorité, qu'il fallait comprendre.
        • Tournaisien
          janvier 06, 18:15 Reply
          [Commentaire non dénué de sens mais j'attire l'attention sur le fait qu'une fois encore, on fait le procès de l'islam alors que toutes les autres religions (y compris le bouddhisme) ont ou ont eu un caractère violent. J'attire aussi l'attention sur le fait que répondre à n'importe quel billet dans lequel il est question d'un musulman par une diatribe aussi fondamentale me pose un problème de modération. Tout cela étant dit, la question dialectique est intéressante à poser.] @ Eridan et Marcel : Ce qui m'intéresse, quant à moi, ce ne sont pas les incantations et les idées à l'emporte-pièce, mais bien les raisons premières de l'intolérance manifestée par l'Islam à l'encontre des autres religions. Le pourquoi en clair. Or la réponse à ce pourquoi, fondamentalement, tient à la tradition scripturaire dans la religion musulmane, et elle trouve pour raisons premières (1) la conception qui veut, dans l'Islam, que la révélation soit de l'incréé, à la différence par exemple de la révélation dans le Christianisme en l'espèce des évangiles, dont les exégètes chrétiens et les théologiens sont les premiers à rappeler qu'il s'agit de textes rédigés par des témoins du Christ mais humains, donc faillibles, et surtout plus ou moins tardifs (l'évangile de saint Jean a probablement été écrit vers 50 ap. J.C., soit près d'une vingtaine d'années après la mort du Christ) ; (2) le principe du "naskh" ou "loi d'abrogation" qui impose de considérer en priorité les sourates les plus récentes, celles rédigées à Médine, et ceci en vertu d'une conception qui veut que la révélation à Mohammed a été progressive (principe de progressivité de la révélation). Ce sont ces deux principes qui ont conduit à l'Islam sur la voie de la littéralité, en particulier dans le domaine du droit islamique (tradition ultra-rigoriste du hanbalisme), relayée par un adepte du hanbalisme nommé Ibn Taybiyya, et qui ont abouti à voir "fermées les portes de l'Ijtihâd (interprétation)" pour finir par donner naissance aux deux courants du wahhabisme et du salafisme. Mais ce qu'il faut bien comprendre, c'est que loin d'être des courants marginaux et radicaux, le wahhabisme et le salafisme sont en réalité la conséquence logique et inéluctable des germes qui étaient contenus dans l'Islam dès son origine (il suffit pour cela de relire la vie du Prophète, qui avec son départ pour Médine a très vite donné le ton avec le massacre de la communauté judaïque de cette ville d'Arabie). La loi du "naskh" d'ailleurs est déjà explicitement énoncée dans la première sourate rédigée à Médine, celle qui porte le titre de "la vache", et elle fait même écho à la dernière des sourates mecquoises qui en annonçaient déjà le principe. Tout l'édifice de la révélation musulmane, d'une terrifiante rationalité (un peu comme si il s'agissait d'un logiciel mis au point par un super programmateur qui se serait attaché à évacué toutes les contradictions potentielles par avance), est ainsi refermé sur lui-même, excluant toute possibilité de confrontation avec des éléments exogènes qui conduiraient à le voir s'adapter et évoluer. L'un des plus gros problèmes de l'Islam est que cette religion, et cette culture, a évacué de façon définitive et radicale toute perspective dialectique, contrairement à ce que l'on observe dans la culture occidentale, sous la double influence du judaïsme européen (traditions discursives dans les commentaires talmudiques) et des courants critiques du christianisme (la pensée de Guillaume d'Occam par exemple, mais il y en a bien d'autres). Or le génome de la dialectique est le seul qui soit en mesure de faire admettre la réalité critique de l'évolution des sociétés. Le figisme de l'Islam, à l'inverse, se décline comme l'un des systèmes de pensée les plus intolérants qui soient, porteur des violences les plus extrêmes. Ce que les Occidentaux ont d'ordinaire la plus grande difficulté à comprendre, c'est que, en dépit de l'ouverture d'un certain nombre de musulmans, l'ADN de cette religion est véritablement le nœud du problème, que donc quel que soit le débat interne qui pourrait voir le jour au sein de l'Islam, cet ADN irrémédiablement et de façon récurrente refera surgir toujours et toujours les mêmes surgeons de haine et d'intolérance, et ceci quoique de nombreux musulmans puissent se rallier à l'évidence de l'ouverture à l'autre et à la modernité. En clair, pour me résumer, ce qui se passe actuellement n'est pas le fait d'une poignée plus ou moins significative de malades mentaux. Non, ce que l'on identifie à une dérive n'est en réalité que l'expression radicalisée d'une logique interne dont l'issue est inscrite dans la matrice même du texte de la révélation, le Coran, mais aussi la vie du Prophète et les ahadiths. Ce terrible constat pourrait même aller plus loin : tant que le monde musulman n'admettra pas nécessaire de mettre fin au "naskh", et donc à la fermeture des "portes de l'interprétation", tant qu'il n'aura pas accepté la dimension critique nécessaire à projeter sur sa propre tradition scripturaire, rien ne changera fondamentalement, et toujours, le mal, quelles que soient les rémissions, resurgira avec plus ou moins de violence et de radicalisation.
          • marcel
            janvier 07, 18:59
            Toutes les religions monothéistes sont exclusives, chez Tournaisien, puisqu'elles prétendent toutes posséder la seule vérité possible/admissible. Les exactions chrétiennes procèdent d'un même problème fondamental. L'Église elle-même a toujours été opposée à tout progrès scientifique — cf. Galilée. Enfin, l'organisation de sectes violentes attirant les pires nazis n'est pas et n'a jamais été l'exclusivité de l'islam. Je suis par ailleurs scié de lire un hommage à la culture judaïque qui aurait tant influé sur l'occident alors que les Juifs étaient persécutés absolument partout et n'avaient que très peu de professions autorisées, le tout portant sur une époque où même Voltaire massacrait les Juifs (en fait, il parlait plutôt des hébreux) avec la même certitude définitive que vous massacrez l'islam. Bref, je suis assez ahuri de voir tout ceci présenté comme certitudes. Variez vos contacts et vos lectures parce que s'il y a bien une chose que je sais de l'islam, c'est qu'il est justement très interprétatif. Chaque mot peut avoir un sens différent selon l'imam qui le lit. Et vous oubliez toujours un principe fondamental de l'islam : il n'y a nulle obligation, chacun vit la religion selon ses possibilités. En revanche, la question dialectique mérite d'être posée, mais peut-être pas dans des termes aussi lourds (occident soi-disant judéochrétien contre islam islamoislamien.)
          • Tournaisien
            janvier 07, 22:56
            Ici, je note que le débat est ouvert ... et à la suite, j'admets le côté très tranché de mes propos. À vrai dire, et cela vaut pour la très très grande majorité des Occidentaux qui, sur le fond (et on peut comprendre), n'y comprennent pas grand chose, l'un des gros problèmes est qu'ils ne savent pas de quoi il s'agit (je ne suis moi-même qu'un béotien à peine plus averti ... quoique peut-être un peu plus documenté). À quand un vrai cours (mais ce que j'appelle "un vrai cours" !) d'histoire des religions dès la fin des humanités, un cours où, précisément, on nous apprenne les différences des systèmes de pensée, les types de révélations, à commencer par les religions monothéistes et singulièrement celles dites "du Livre". ... Au-delà du débat qui parfois dérape (la faute en partie à moi, certes, mais reconnaissez-le, pas uniquement ...), je trouve la chose intellectuellement plutôt stimulante. Pourquoi se priver d'essayer de comprendre ? Et pourquoi fermer la porte à des questions, même quand celles-ci peuvent apparaître embarrassantes, qu'elles soient à charge comme à décharge d'ailleurs ? Il y a là, me semble-t-il, un véritable enjeu critique qui ne pourrait que faire avancer les choses. Idéalement d'ailleurs, ce débat devrait être inter-religieux, une entreprise, ceci étant, qui a été tentée par l'Église catholique et qui n'a rencontré jusqu'ici que peu d'enthousiasme chez les musulmans. Il est vrai que l'absence d'instance de référence dans l'Islam n'aide pas à entamer un tel dialogue avec les Chrétiens (qui pour représenter l'Islam, qui soit légitimé ?). ... Un de mes amis considèrent que la dérive violente des milieux fondamentalistes actuellement sera peut-être ce qui va conduire, par choc en retour, le monde musulman à s'ouvrir à la modernité. Peut-être a-t-il raison. Puisse-t-il avoir raison !
          • Eridan
            janvier 08, 16:26
            Tournaisien, j'ai l'impression que vous approfondissez inutilement le sujet religieux. Pratiquement partout où il y a confrontation de religions, il y a des violences. Et c'est le challenge auquel est confrontée la laïcité : toutes les religions ont des ambitions politiques. En France, la laïcité a fonctionné un temps parce qu'une seule religion occupait le terrain, avec des principes repris par des courants politiques importants ; avec l'arrivée du monde musulman, on a cru qu'il suffisait de décréter le multiculturalisme, en perdant complètement de vue qu'il y aura toujours une frange de la population qui s'accrochera à la portée politique de sa « culture », c'est-à-dire sa religion. Même les pays anglo-saxons, pas plus que germaniques, n'ont trouvé pertinent de suivre cette voie.
          • Tournaisien
            janvier 10, 22:09
            @ Eridan ... si je me focalise sur le problème religieux, c'est bien parce qu'il est intrinsèquement lié aux systèmes de pensée qui constituent le moteur essentiel des actions humaines. En d'autres lieux et d'autres temps, on aurait parlé d'idéologie. Au nom de l'idéologie (cfr la Russie bolchevique ou l'Allemagne nazie), on a tué des millions de gens. Il est faux de croire que l'on peut dissocier la réalité culturelle et sociale des idées. In fine, ce sont les idées qui structurent les actions des hommes, et ce quand bien même les conditions suffisantes pour expliquer les dérives violentes émaillant l'histoire des hommes sont bien le plus souvent socio-économiques. La monstruosité du bolchevisme ne peut se comprendre que parce qu'une structure de pensée totalitaire s'est mise en place, qui avait pour caractéristique d'évacuer par avance toute forme de débat contradictoire possible. Les théories du Grand Soir avaient bien pour but de démontrer qu'en dehors d'elles, rien n'était possible ou tout était déviance totale. Une telle appréhension du fait humain mène inéluctablement aux goulags. Or le totalitarisme inhérent dans l'Islam, qui est inscrit dans sa tradition scripturaire, est porteur d'un gène potentiellement semblable. La seule possibilité pour l'Islam d'échapper à ce piège mortel est d'admettre la possibilité d'interpréter les textes de sa révélation, mais cette possibilité, depuis des siècles, est rendue impossible par les deux principes ou mécanismes que sont le "naskh" (loi d'abrogation) et la croyance en un texte qui serait "incréé" (les deux étant d'ailleurs liés), avec pour conséquence de déclarer tout ce qui lui serait antérieur ou étranger "jahilyya". Si l'Islam veut parvenir à s'ouvrir à la modernité, quelle qu'en soit la forme, il lui faudra revenir à son âge d'or qu'était le mutazilisme, à l'époque des Omayyades, sous l'influence de la pensée grecque (et c'est un chrétien qui vous le dit !), avant la dérive de la révolution hanbalite. Marcel me dira sans doute qu'à nouveau, j'ânonne les mêmes niaiseries, et pourtant ...! Je reste convaincu que les conditions premières d'une telle évolution, nécessaire, sont là et bien là. La base de tout réside bel et bien dans ce que j'ai déjà appelé l'ADN de cette religion. En clair, si l'Islam veut aborder son avenir sous une toute autre forme (et je suis convaincu que potentiellement, elle a à donner énormément à l'humanité), ce ne le sera qu'à ce prix, à savoir celui d'une véritable "refondation" et "réappropriation" de sa tradition. En clair, le jour où les musulmans renonceront à "la fermeture des portes de l'Ijtihâd", le jour où ils accepteront de voir dans Mohammed un prophète quasi divinisé, en l'occurrene un homme, avec toutes les limitations que cela présuppose, alors, l'ouverture sera possible. De ce point de vue d'ailleurs, si je devais me situer à l'époque des grands conciles fondateurs du Christianisme (ceux d'Éphèse, de Nicée, de Constantinople), sachez que je serais personnellement bien plus proche du "nestoranisme" que du "monophysisme". Si Marcel prend la peine de comprendre ce que cela veut dire, il saisira que je suis loin d'être celui qu'il veut voir en moi depuis déjà pas mal de temps. Et j'ajouterai enfin que ce débat est certes intellectuel, mais qu'il est fondamental, car il touche aux conditions premières du devenir de l'Islam, et donc aussi, par feed-back, quelque part à celles de notre propre devenir. Pour me résumer, ce débat est loin d'être vain comme le pensent Bison machin chouette ou cette chère Miyovo ; il est même plutôt essentiel, et on ne peut que souhaiter qu'il s'établisse avec le monde musulman chez nous. Un tel débat pourrait être le début de ces "Lumières dans l'Islam" qu'appellent de leurs vœux de nombreux intellectuels musulmans.
          • marcel
            janvier 13, 19:55
            Pas des niaiseries, mais un peu de nuance : il est impossible d'appliquer des textes datant du VIIe siècle sans les interpréter un minimum. D'ailleurs, les fondamentalistes l'interprètent, et les takfiristes encore plus.
  3. u'tz
    janvier 04, 21:03 Reply
    bonne année Marcel, suis presqu'aussi en colère d'entendre ces propos dégueux de quelconque clavier chasseur de tête de turcs , j'imagine le sens que celà peut avoir pour ses parents compatriotes pensant leur enfant en sécurité pour la saint-sylvestre dans un Etat équivalent à notre flandre commune,... mais je ne suis que "presqu'aussi"en colère (même si par ailleurs je me sens plus kérim que charlie) parce qu'il me manque de l'info: _en quelle langue les propos racistes? _Où sont-ils écrits? ça a de l'importance me semble-t-il car qu'il y aient une floppée de connards prêts à écrire jobjobjob des saloperies là où on va les lire me paraît aussi sûr qu'il y a bien moins de compatriotes (parmi ceux qui par exemple feraient enterrer leur propre enfant victime dans la terre de leurs propres ancêtres) qui prenne une kalashnikov... qui a-t-il de choquant que dans notre pays, celui des plops de bourgeois, des flics de jambon, des ploucs de vandeput, qu'en plus quelques poëtes expriment leur racisme explicitement
    • Eridan
      janvier 06, 11:56 Reply
      Absolument ! En quoi consiste d'ailleurs le problème ? Qu'il y a des imbéciles sur terre ? Cela, je pense que nous le savions déjà, non ? Qu'il faut encadrer la liberté d'expression dans la société ? Car les réseaux dit « sociaux » permettent à tous les imbéciles de s'exprimer avec une facilité déconcertante et une liberté devant laquelle les responsables desdits réseaux refusent de prendre leurs responsabilités. Ce qui constitue probablement le vrai problème de fond car, à ma connaissance, il n'existe pas encore de remède permettant de soigner l'imbécillité. Si on passe son temps à écouter (ou lire) toutes les conneries qui se disent tous les jours sur ces fameux réseaux, on ne fait que cela. La question est donc aussi et d'abord de savoir à quoi on s'intéresse, qui on écoute. Ce que je ne comprends donc pas bien, c'est : pourquoi ne parle-t-on ici que des propos des imbéciles racistes ? Parce que c'est une source d'inspiration inépuisable ? Peut-être aussi parce que « tout fait farine au moulin » ? Comme on le voit dans une intervention ci-dessous, on a vite fait de généraliser de manière accusatrice quelques cas particuliers à l'ensemble du « coeur de la population ». Ce qui souligne l'évidence que le racisme n'est pas à sens unique et que les racismes se nourrissent réciproquement. A nous de savoir si nous tombons dans le piège de ces propos de caniveau déguisés grossièrement en paroles raisonnables...
  4. Cher Marcel, vous écrivez "On se console en constatant qu’au Maroc comme en Belgique, ces messages haineux soulèvent le cœur de la population.". Vous suivant depuis un bon moment, mais aussi sur base de votre travail, je ne doute pas un seul instant de ce fait en ce qui vous concerne personnellement. Par contre, en ce qui concerne le cœur de la population, j'ai très franchement de gros doutes. Tout ce que cela entraine le plus souvent, c'est au mieux de l'indifférence. En attendant que celle-ci cède progressivement le pas à la haine. Les gens sont devenus insensibles au malheur d'autrui, en particulier s'ils ne sont pas originaires des mêmes horizons qu'eux. Il y a de plus en plus deux camps en présence: "eux" et "nous". Peu importe dans quel sens vous regardez la relation. Les messages haineux ne représentent que le sommet de l'iceberg, l'indifférence le corps de celui-ci. Toutes les difficultés du quotidien ne font que déplacer de plus en plus la masse depuis l'indifférence vers la haine, en vertu du principe universel selon lequel la cause de tous ses problèmes, c'est exclusivement les autres. Lorsque les choses vont de plus en plus mal, la haine se développe au galop. L'incitation à la haine est un délit, tout le monde le sait. Mais quelle est la valeur d'une "loi" si elle n'est pas appliquée ? L'action des organismes publics en charge de la lutte contre celle-ci (Unia, ...) est à pleurer, je parle par expérience. Le scénario à la yougoslave est en train de se mettre petit à petit en place, se construisant sur les fondations de la non-action des pouvoirs publics et des individus lambda qui ne font rien (ou si peu) pour lutter contre cela. Merci en tout cas d'attirer, une fois de plus, l'attention sur ce phénomène. Votre acharnement contre l'injustice est tout simplement exceptionnel. Vous êtes mon héros.
    • marcel
      janvier 05, 12:29 Reply
      Héros ? On se calme ! Je ne suis qu'un relais :-) Les héros, c'est une tout autre dimension !
      • C'est typiquement une réponse de héros. Je répète: votre pugnacité, votre engagement inébranlable dans les mêmes valeurs que vous défendez sans la moindre arrière-pensée intéressée ou opportuniste, vous classent dans cette catégorie. Vous en voyez beaucoup d'autres Belges de souche qui font le quart du seizième de ce que vous faites pour "défendre les arabes et les musulmans" (je caricature) ? J'aimerais bien des noms si vous connaissez car moi, je ne vois rien à l'horizon. En France, ils sont un poil plus nombreux mais en Belgique, c'est aussi sec que le désert du Sahara... Voilà, vous êtes une oasis de fraîcheur dans ce désert brûlant de haine et d'indifférence.
        • marcel
          janvier 06, 11:58 Reply
          Oh, mais je ne suis pas Belge de souche, ou seulement pour 25% :-)
  5. Wallon
    janvier 05, 18:04 Reply
    [<strong>Ce commentaire minimise l'incitation à la haine raciale en prétendant l'expliquer par son contraire : l'antiracisme ou le multiculturalisme. En gros, c'est le manque de racisme qui crée le racisme. À la base de cette idée, il y a la réservation d'un territoire à une civilisation ou une sorte de « race » (« européenne ») et la prétention que l'immigration n'aurait pas été contrôlée. Or, elle l'a bien été, assez strictement, puisqu'il a fallu généralement arriver illégalement en Europe pour, bien plus tard, obtenir la nationalité. Par ailleurs, on sait ce que lier un territoire à un type humain (européen ici) implique. Le reste n'est que noircissement de l'image de l'immigration, qui implique nettement plus que quelques quartiers problématiques. Je laisse ce commentaire à titre d'exemple, il reflète un mode de plus en plus courant de justifier la haine raciale.</strong>] Le racisme actuel et la haine de l'autre n'est jamais que le résultat recherché par les architectes du multiculturalisme. Il fallait absolument détruire les européens et leurs traditions. Maintenant, cessez de pleurer pour des injures qui ne tuent personne et craignez plutôt les "adolescents" de certains quartiers bruxellois qui caillassent systématiquement les pompiers, les ambulanciers et la police; qui lancent des cocktails Molotov afin de terroriser les petits blancs de nos dernières communes autochtones; qui s'attaquent à nos filles et femmes parce qu'elles ne se cachent pas sous des sacs et serviettes; qui transforment nos bons vieux quartiers en casbahs et qui incendient nos voitures. Tout cela ne serait pas arrivé si des projets d'immigration réfléchis et préparés avaient été soumis à référendum dans chaque pays du continent européen. Relisez les déclarations de Junker, l'Empereur, ils ne vaut pas mieux que les anciens junkers prussiens !
  6. Rivière
    janvier 06, 11:56 Reply
    C'est dégueulasse... Le monde se trumpinise... Avant on voulait "aimer comme un(e) fou (folle)" maintenant on ne cherche qu'à "haïr comme un(e) con(ne)"... Le monde s'effondre et les imbéciles "d'élite ou non" creusent un terrier... A quand le retour de la mode de la peau de bête grossièrement ajustée et de la massue ramassée mais non taillée ?
  7. Capucineke
    janvier 06, 13:03 Reply
    Il faudrait peut être apprendre par tous modes de communications à répondre à la haine par l'intelligence et l'instruction. Apprendre à se contrôler et à ne pas laisser la colère ,le chagrin,l'humiliation..l'emporter . Cela ne fait que porter de l'eau à ces têtes vides de toute compassion. C'est un travail difficile mais il est nécessaire d'inculquer ces valeurs importantes pour l'équilibre du monde. Donc,plutôt que de donner des cours de ?? ,donner des leçons de respect et d'amour à nos enfants Que tous les jeunes partis trop tôt reposent en paix.✨
  8. Miyovo Ceviki
    janvier 06, 17:52 Reply
    Je voudrais faire un commentaire, pardon si je fais des fautes de français - je crois que la personne que je veux qu'elle lise ne parle pas l'anglais. Alors, mon commentaire, c'est pour Mr Tournaisien: 1. l'article de Mr Sel est à propos des réactions choquantes pour le décès d'un belge en Turquie. C'est de cela, uniquement, qu'il est question. Vos commentaires sont donc hors sujet, ce qui vous arrive souvent 2. vous dites toujours la même chose à propos des musulmans, en utilisant des arguments que vous enrobez dans des grands mots et des grandes théories, mais cela masque mal que vos arguments sont maintenant connu de tout le monde et n'ont plus aucun intérêt pour personne, sauf peut-être pour vous, et pour ceux qui comme vous aiment propager la peur et le mépris 3. je vous suggère de vous poster devant l'entrée d'une mosquée le vendredi après-midi (il y a bien une mosquée à Tournai ?) et d'y raconter votre théorie. De deux choses l'une: ou bien on vous écoute calmement et vous pouvez espérer convaincre certains et faire avancer les choses, ou on vous casse la figure et vous serez un martyr et vous serez très fier. En d'autres mots: vos idées ne servent à personne et à rien, si ce n'est, encore une fois, à propager la peur et la haine des autres. Voila, c'est tout pour aujourd'hui. Shanah tovah.
    • marcel
      janvier 06, 18:06 Reply
      Ne vous excusez pas pour votre français : que vous ne faites que très peu de fautes et vos rares maladresses ne sont rien d'autre que charmantes, Miyovo. Shana tovah.
      • Tournaisien
        janvier 06, 22:19 Reply
        Je constate, Marcel, que les tenants d'une pensée soi-disant ouverte, mais en réalité extraordinairement intolérante dès lors qu'il s'agit de s'ériger en recours moral, ont un droit de parole qui ne s'apparente en rien à un véritable esprit critique. Injurier les intervenants de ce blog avec qui on n'est pas d'accord ne me semble pas être une gageure d'ouverture d'esprit et de respect du débat contradictoire. Mais pour vous l'avouer franchement, quelque part, cela ne m'étonne guère. S'ériger en vestale conduit toujours au même type de dérive, celle des donneurs de leçons, des imprécateurs et des lanceurs d'anathèmes. Quelque charmante que soit Miyovo, blogueuse comme vous, avec une petite touche (rien qu'une petite touche) de narcissisme en plus (il est vrai qu'elle peut se prévaloir d'arguments que vous auriez de la difficulté à revendiquer quant à vous), il m'apparaît qu'elle pourrait à tout le moins essayer de prendre le problème autrement, en essayant pour commencer de comprendre ce que je tente de faire passer comme message, et ayant compris les idées de fond, en y répondant éventuellement. Au lieu de cela, comme à l'accoutumée, ce ne sont que propos péremptoires et condamnations, ou sarcasmes. Ah, qu'il est simple pour les "bons esprits" de se poser en recours moraux, mais qu'il est tout aussi difficile pour eux d'épouser les exigences du vrai débat, et ce faisant, de respecter ceux qui ne pensent pas comme eux ! Je note que j'ai pointé des vrais problèmes, liés non à des considérations de race ou de nation, donc de personnes, mais bien des systèmes de pensée, des problèmes tels que la part réservée à l'exégèse dans l'Islam, la question de l'abrogation, le rôle joué par les ahadiths, etc., mais de cela, personne, a fortiori pas ceux qui s'offusquent de mes propos soi-disant heurtants, ne parle. Non, il est beaucoup plus simple de pointer du doigt celui dont on pressent qu'il n'est pas dans la ligne de la doxa convenue. Et pourtant, le problème est bien central, et il est loin d'être anodin, car ce sont de centaines et de milliers de morts que nous parlons ici, me semble-t-il. D'aucuns manifestement semblent l'oublier (c'est tellement simple ... c'est tellement plus simple de se draper dans une posture de grande tolérance, fût-elle complètement aveuglée). D'ailleurs, pour dire les choses clairement, faudra-t-il rappeler que les premières victimes de cette dérive obscurantiste ne sont autres en priorité que les musulmans eux-mêmes, de quelques appartenances qu'ils soient, alévis, chiites, alaouites, druzes, soufites, etc. Tous ceux-là ont encore bien plus à endurer que les Chrétiens et les Juifs d'Orient, voire même les Yesidis ! Est-ce donc trop se découvrir que de rappeler que les exactions massives contre ces communautés n'ont rien à envier aux atrocités nazies des années '30 et '40 ? Une telle question mériterait, me semble-t-il, une réponse honnête. De toute façon, quoi que vous pensiez, quoi que je pense, le mal est profond et les horreurs commises vont continuer. Quel risque à cela ? Ou bien une totale banalisation, dont les effets ne seront perceptibles que bien plus tard, et pourraient être terribles, ou bien une réaction radicale une fois les lignes rouges franchies. Mais l'on dira alors, ce jour-là, qu'on ne savait pas, qu'on ne pouvait pas, qu'on ne comprenait pas. Sans doute est-ce cela après tout que l'on veut : se refuser à appeler un chat un chat, et attendre résolument que l'inéluctable survienne, ceci alors qu'il serait peut-être plus constructif d'instaurer un dialogue public de fond avec les musulmans, d'aborder avec eux les vraies questions de fond, celles qui conduisent au spectacle que l'on sait. Mais non ... cela, surtout pas, ce serait manquer de respect, ce serait de l'arrogance ou que sais-je encore ? Et bien soit, alea jacta est : que ce qui doit advenir advienne, puisque nos maîtres à penser nous disent que c'est bien là en définitive la voie à suivre.
        • marcel
          janvier 07, 18:41 Reply
          Il n'y a personne qui empêche quiconque de penser ou de s'exprimer (dans les limites de la loi) ici. Il n'y a pas de donneurs de leçons, ou plutôt, Miyovo ne l'est pas plus que vous. Mais je suis assez d'accord avec elles que vous élucubrez toujours sur les mêmes thèmes pour tenter de démontrer, j'imagine, que l'islam est nocif par nature (ou alors, j'ai mal compris) ou que Daesh a un soutien important au sein des musulmans. Si c'était le cas, déjà juste pour commencer, ils ne seraient pas 60.000 à soutenir militairement l'EI (sur un milliard de musulmans — ça nous fait 0,006 % de l'islam — mais au moins 1 million, juste pour être significatif. Ici, la question était de savoir s'il était normal que des Belges se croyant de souche insultent la mémoire d'un belge assassiné dans un attentat sous prétexte qu'il a des origines turques. La réponse me paraît assez facile à trouver. Et elle n'est pas « oui, mais il y a des musulmans qui… » Ça n'a juste aucun rapport avec le schmilblick : rien ne présente la victime comme proche que quelque mouvement islamiste que ce fût, et c'est bien une victime des takfirs.
          • Tournaisien
            janvier 07, 19:39
            Marcel, je n'ai jamais cherché à dire que l'Islam était par nature nocif (cherchez dans ce que j'écris, cherchez bien ...). En revanche, ce que je dis, c'est qu'une religion du Livre qui se refuse à soumettre sa tradition à un regard critique et à l'exerce de la raison finit par conduire inéluctablement à des problèmes. Ce que j'ai écrit également, c'est que l'Islam a connu des heures glorieuses (civilisation bien plus brillante en son temps que celle de l'Occident), mais que c'était à une époque où "les portes de l'Ijtihâd" n'avaient pas encore été fermées, à une époque où on lisait Aristote à la cour des Abbassides, où on le commentait, où on l'intégrait, à une époque où la philosophie antique avait droit de cité dans le monde musulman (une tendance que l'on appelle le "mutazilisme"). En appeler à renouer avec la richesse de l'exégèse, passage obligé vers la modernité (quelque forme que prenne cette modernité dans le monde musulman) ne me semble pas être scandaleux, tout de même. ... Pour tout vous avouer, je trouve quand même assez dingue que dès qu'on ouvre ce type de débat (même si le propos était hors sujet, je l'accorde à Miyovo), on se retrouve automatiquement avec une volée de bois vert sur le coin de la tronche. Ceci me semble être une belle illustration de ce que, dans notre société, le véritable débat d'idées est quelque chose de difficile. Il y a eu naguère des périodes où l'ouverture d'esprit était autrement plus grande qu'aujourd'hui. ... En outre, je ne crois franchement pas que ce genre d'attitude, face à des propos tels que j'ai pu les tenir (qui ne comportent rien de raciste ou de discriminatoire), soit de nature à ramener la vox populi dans le droit chemin. Si vous voulez mon avis, c'est même plutôt le contraire qui risque de se passer. Le sentiment de confiscation du débat que de telles réactions ne manquent pas de susciter serait même plutôt de nature à précipiter la majorité dans une attitude de rejet indifférencié.
          • marcel
            janvier 08, 11:31
            Bien sûr, vous n'avez pas écrit que l'islam était nocif en soi, mais votre concentration sur un aspect donné des choses amène le lecteur à le conclure. Ça me rappelle des conférences où le PP expliquait le « problème » de l'islam sans jamais parler de nocivité. Mais à la fin, l spectateur sortait convaincu que les femmes voilées étaient nocives, de même que chaque imam, chaque croyant, chaque musulman « modéré ». Le problème n'est pas dans ce que vous relevez, qui est intéressant et utile, mais dans l'aspect informé et érudit que vous donnez à votre explication, et le fait que cela arrive sur une page où la question n'est pas celle-là. Je préfère quand vous précisez, comme vous l'avez (enfin) fait dans ces deux derniers commentaires.
          • Tournaisien
            janvier 08, 20:47
            J'espère au moins que vous ne m'associez pas à Modrikamen et son infâme clown Laurent Louis. Rassurez-moi.
          • marcel
            janvier 09, 17:03
            Meuhnon !
          • u'tz
            janvier 10, 01:03
            mon cher Tourn' perso côté islamophobe je vous trouve plus Louis le clown que charlie (Mischaël), si tous les cathos comme vous se sont intéressés autant que vous à l'islam depuis l'hégire, on pourra plus dire que l'islam n'a rien à voir avec la construction européenne
    • Tournaisien
      janvier 06, 21:14 Reply
      [Note du censeur Sel : message accusant Miyovo d'être un homme, et musulman, sans le moindre début de preuve. J'attire l'attention sur le fait que je n'apprécie pas ce genre de procédé.Par ailleurs, Tournaisien, rappelez-vous que les arguments apportés par autrui sur vos écrits n'ont pas besoin de répondre à vos arguments pour en être. Dire que vous êtes hors sujet est un argument tout à fait admissible en tant… qu'argument.] Vous aussi, vous êtes identifié, et depuis longtemps sur ce blog. Identifié comme quelqu'un, apôtre de la bonne pensée, qui êtes en réalité une belle illustration du refus de tout débat ouvert. Car, hormis vos injures et vos anathèmes, l'argument et l'arme des faibles, vous n'avancez aucun argument. D'ailleurs, que dites-vous au juste à ce propos, hormis le fait que vous vous portez unilatéralement au secours de musulmans (que soit vous ne connaissez pas, ou très mal, soit vous êtes vous-même à visage couvert). Ce que je pointe dans mes propos ne relève en aucune manière d'une discrimination d'ordre racial ou d'ordre culturel au sens large. Je mets simplement le doigt sur, ce qui dans cette religion, pose problème, car vous ne nierez pas qu'il y a, comme qui dirait, un méchant problème. Quand on tue systématiquement au nom de sa foi ou de son Dieu, c'est qu'il y a un problème. Refuser de le voir relève pour moi d'une pure malhonnêteté intellectuelle. Quand je souligne que le principe du "nask" (sorry pour les "grands mots", mais ça s'appelle comme ça) est l'un des points qui, réellement, pose problème, je ne discrimine pas, je me contente de dénoncer un fait qui explique la dérive. Quand je souligne le refus de toute interprétation du texte sacré dans l'Islam (au moins par les milieux salafistes et littéralistes), je ne discrimine non plus ; c'est un fait, un fait avéré depuis le XIIIe siècle de façon majoritaire dans l'Islam (Ibn Taybbyia, Mohammed Abudlwahhab, etc.). Le dénier s'apparente à une singulière mauvaise foi. ... mais à vrai dire, je crois commencer à deviner de quel bois vous vous chauffez. Vous avancez à visage couvert, mais à vrai dire, vous êtes musulman, et probablement pas de l'espèce la plus ouverte à la modernité. Ce qui explique vos partis pris, et surtout, le fait que, manifestement, sur le terrain du fond, vous soyez totalement à court d'argument. En clair, allez vous faire voir ...
      • Tournaisien
        janvier 07, 19:29 Reply
        Je n'avais pas vu son blog. Après l'avoir consulté, il est clair qu'elle est aux antipodes de l'Islam. Bien plus aux antipodes que je ne le serais moi-même, d'ailleurs. Là n'est pas la moindre ironie de la chose.
        • marcel
          janvier 08, 11:32 Reply
          C'est le moins qu'on puisse dire :-)
    • Tournaisien
      janvier 06, 21:26 Reply
      [message limite sexiste effacé, chacun choisit de présenter comme il/elle veut. Merci de rester dans le débat. ]
      • u'tz
        janvier 10, 00:23 Reply
        [NOTE DU CENSEUR SEL : ceci est, j'espère, à prendre au 89e degré - merci de confirmer, Zuitltje… Miyovo, si vous trouvez le commentaire sexiste, n'hésitez pas à me le dire, je l'efface.]  sacré Tourn' , faut écouter les gens, Miyovo a un jour fait l'éloge de la super baise qu'offre le sioniste circoncis, ça ne peut donc être qu'une jolie maman juive dont pourraient rêver tous nos gosses s'ils n'étaient pas si goy... comment avez-vous pu y voir un de ces barbus postdocétistes à groopies voilées tant par vous haïs
        • u'tz
          janvier 10, 18:47 Reply
          à 90° Marcel , cent doutes trop paire pendiculaire
    • Alors là, Tournaisien, a été mouché. Et bien mouché... J'espère qu'il va se cacher pour quelques articles de Marcel, cela nous fera des vacances. Morceaux de choix: "... Vos commentaires sont donc hors sujet, ce qui vous arrive souvent...", "... vous dites toujours la même chose à propos des musulmans, en utilisant des arguments que vous enrobez dans des grands mots et des grandes théories...", "... vos idées ne servent à personne et à rien, si ce n'est, encore une fois, à propager la peur et la haine des autres...". Et pour achever la bête agonisante, le coup final: " Voila, c'est tout pour aujourd'hui.". Miyovo Ceviki, chapeau bas ! :-DD
    • Tournaisien
      janvier 07, 09:42 Reply
      @Miyovo Ceviki ... Mieux que toutes les réponses que j'ai pu faire, je vous engage à découvrir cette vidéo dans laquelle le sublime Fabrice Lucchini lit un des poèmes de l'"infâme" Philippe Muray : http://www.dailymotion.com/video/xg1nju_luchini-lit-tombeau-pour-une-touriste-innocente-de-muray_news Voila qui devrait vous coller à la peau !
      • u'tz
        janvier 10, 00:30 Reply
        philippe murray, Tourn', le dieudonné de fabrice lucchini !
          • u'tz
            janvier 18, 04:23
            quelle plume à votre chapeau mon cher.
    • Un autre message pour Tournaisien, en lien avec le message de Miyovo Ceviki. Dans un article Le Soir de ce weekend du 7/8 janvier ("Rik Coolsaet (UGent): «On ressent la peur d’une nouvelle guerre» (vidéo)" - http://www.lesoir.be/1410274/article/actualite/belgique/2017-01-07/rik-coolsaet-ugent-on-ressent-peur-d-une-nouvelle-guerre-video), Rik Coolsaet, spécialiste des relations internationales, dit ceci : "[...] Il y a ces facteurs de discrimination qui font que la promesse du vivre ensemble en Belgique a été beaucoup moins tenue que dans les autres pays. Pour moi, c’est ça l’explication [...]". C'est exactement cela la cause, ou une des causes majeures, de la situation catastrophique dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Le problème n'est pas l'Islam (sauf pour les racistes indécrottables) mais le fossé qu'on a creusé/laissé se creuser de part et d'autre pour isoler un "certain groupe" (en caricaturant: à barbe et à voile) du reste de la population. Cela recoupe exactement ce que je dis plus haut en ce qui concerne Marcel Sel: c'est le seul à ma connaissance en Belgique qui est aussi acharné dans la défense des musulmans contre l'injustice qui leur est faite. Où sont les autres ? Ben, y en a tout simplement pas... Comme dans la métaphore de l'iceberg ci-dessus, y a 10% de haine et 90% d'indifférence/quasi indifférence. Et c'est là que se joue tout le drame social actuel. Et c'est la raison pour laquelle Marcel est mon héros.
      • Tournaisien
        janvier 07, 19:15 Reply
        @Bison, la colle ... J'ai vu moi aussi cette émission. C'est une explication, de fait, mais ce n'est pas toute l'explication. Ou plus exactement, vous confondez ce qu'en logique on appelle "condition nécessaire" et "condition suffisante". La discrimination à l'encontre de nos populations musulmanes chez nous est une condition suffisante pour expliquer les dérives violentes que l'on observe actuellement, mais l'adhésion à un islam littéraliste et rigoriste est la condition nécessaire. Sans quoi, comment expliquez-vous que toutes les autres catégories discriminées (il y en a d'autres, tels les gitans, les noirs africains, etc.) et défavorisées (combien de Belges "du crû" sont-ils eux-mêmes laissés sur le bord du chemin) ne dérivent pas eux aussi vers le terrorisme ? On pourrait traduire les choses comme suit, en rapport avec ce qu'on appelle en logique l'implication : si p implique q et que p est faux, alors d'office la proposition est vraie quelle que soit la valeur de q. De même, si p implique q et que q est vrai, alors d'office la proposition est vraie. En revanche, on ne peut affirmer que l'implication p implique q est vraie si p est vrai et q est faux. En clair, une implication ne sera vraie uniquement que si la mineure est fausse ou que si mineure et majeure sont vraies en même temps. ... Je veux bien qu'on soit animé par des grandes et belles valeurs ou idées, encore conviendrait-il de raisonner correctement. Car même dans la bouche d'un "homme de bien", un erreur de raisonnement reste toujours une erreur. Alors de deux choses l'une, ou bien vous acceptez le débat ouvert et contradictoire, en essayant de ne pas tomber dans les imprécations, et vous vous rendrez compte que les choses ne sont peut-être pas aussi simples que vous l'affirmez, ou bien vous vous retranchez vers des positions de principe, mais en cas, je crains qu'il ne faille tirer un trait sur ce qu'on appelle un débat et une confrontation d'idées et d'arguments. Bref, êtes-vous ouvert au débat ouvert, monsieur Bison la colle super-machin ?
        • @ Tournaisien: Où ai-je dit que c'était "toute" l'explication ? Aucun problème du monde ne peut être envisagé sous l'angle d'une seule et simple explication/cause sous-jacente. J'en pointais un gros du doigt, sous-entendu "parmi d'autres", à la faveur de l'intervention d'une personne "qui n'est pas monsieur tout le monde" sur le sujet. Vous êtes vraiment devenu un professionnel de l'embrouille en emballant des propos dans un flot de phrases et de fumée de manière à leur faire dire ce qu'on ne voulait pas dire. Vous confirmez une fois de plus que Miyovo a écrit. Je cite : "... vous dites toujours la même chose à propos des musulmans, en utilisant des arguments que vous enrobez dans des grands mots et des grandes théories...", "... vos idées ne servent à personne et à rien, si ce n'est, encore une fois, à propager la peur et la haine des autres...". Débattre avec quelqu'un qui est à ce point borné dans ses certitudes (je résume: l'islam et les musulmans = le mal = le danger) est futile et fatiguant à la fois. J'admire la patience religieuse de Marcel Sel dans les réponses qu'il vous donne, même si je suis enclin à penser que vous êtes un troll. Mais c'est normal, c'est un héros ;-)
  9. MUC
    janvier 07, 14:20 Reply
    Il est grand temps d'attraper et de punir les racists qui figurant sur internet J.JAmbon semble de comprendre ça).. D'autrepart, je suis chôqué par le reportage dans De STandaard, il y a quelques jours à propos de l'attentat à Zaventem et Maalbeek. Selon une victime, elle aurait rencontré trois jeunes "van buitenlandse origine" qui ... riaient. après l'attentat. Ce genre de conneries nourrit les racists.
    • u'tz
      janvier 10, 00:46 Reply
      faudrait mentionner la (toutes les) victime(s) musulmane(s) ou d'origine(s) musulmane(s) de zaventem en flandre ou/et de maelbeek dans la capitale de flandre, histoire de pas laisser du grain à moudre aux islamophobes qui croiraient qu'il y avait des compatriotes muslimste que parmi les salauds et qu'en plus il avaient prévenu tous leurs frères&soeurs victimes potentiels par le téléphone arabe...
  10. Capucineke
    janvier 08, 16:41 Reply
    un politien se doit d'être humain et de travailler pour le bien être des citoyens Donc,face à cette situation internet catastrophique ,il serait temps qu'ils trouvent DES solutions rapides en travaillant jours et nuits.
    • u'tz
      janvier 10, 00:53 Reply
      Cap' ...=la solution de syndicaliste FR: engager des jeunes comme nouveaux fonctionnaires pour traquer sur le net les flamingants (donc performants en tant qu'uberrmen de la pensée unique)
  11. Miyovo Ceviki
    janvier 08, 22:48 Reply
    Please, someone, explain: does Tournaisien really suggest I am a muslim man ? If so, ROFLMAO !!!!
    • Tournaisien
      janvier 09, 17:33 Reply
      Keep quiet. I've visited your blog which convinced me otherwise. To be sure, your arguments were hitting bull's eye.
    • Tournaisien believes that anyone who shows an ounce of sympathy towards muslims and Islam is... muslim. And a man because, it's well-known, muslim women don't go on the internet but rather stay at home raising kids by dozens. Moreover, they aren't allowed to say anything without the permission of their husband/brother/grand-child/dog. So, he became suspicious when both happened at the same time. (PS: Note au redoutable censeur Sel au cas où le sarcasme ne serait pas évident de prime abord après une longue journée de travail: ceci est sarcastique et Tournaisien va encore me dire que cela ne va pas me grandir).
      • marcel
        janvier 10, 17:40 Reply
        J'ai bien compris que c'était du sarcasme. Mais même si vous n'êtes pas d'accord, merci de vous respecter les uns les autres :-)
      • Tournaisien
        janvier 10, 21:39 Reply
        No, dear Bison, on the contrary. I find your remark really brilliant.
  12. Eridan
    janvier 09, 19:54 Reply
    Lecture intéressante : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_noir-jaune-blues-constat-d-echec-pour-le-vivre-ensemble-en-belgique?id=9497247 Reportage diffusé dans le JT de ce 9/1. Dont j'extrais la conclusion : « A force de constamment se sentir victime de l’autre, on se retrouve dans un cercle vicieux dont le grand exclu est le dialogue. » De ce reportage, il ressort -conformément d'ailleurs à certains commentaires ci-dessus-, que la grande majorité des Belges sont des imbéciles. Ce que nous savions évidemment déjà. Raisonnement qu'on pourrait probablement même généraliser aux Français, aux Autrichiens, aux Polonais et autres résidents des pays de l'Est, etc. Selon cette très docte enquête, cette situation pourrait déboucher sur de la violence. Parce que, bien sûr, la violence n'est pas déjà là ! On se demande, depuis le temps qu'on nous parle de « dialogue », ce qui se fait de réellement utile pour engager concrètement ledit dialogue, autrement que par des imprécations et admonestations. Or, il est flagrant que l'action d'organisations telles que le MRAX ne change strictement rien, voire même au contraire : la menace de recevoir des « coups de latte en fer » sur les doigts ne joue aucun rôle significatif. Cela donne une idée de ce à quoi va aboutir la conclusion de cette enquête, sauf à donner plus d'arguments encore aux frustrés de tous poils. En construisant la laïcité, la République Française avait échappé au piège de la supposée « nécessité de dialogue » parce qu'elle n'était confrontée qu'à une seule religion dont les principes moraux et sociaux étaient déjà largement compatibles avec ceux de la République et qui avaient même très largement inspiré ceux-ci. Mais la laïcité, devenue le cadre politique, n'avait même pas un siècle qu'elle était déjà gravement remise en question par des religions de plus en plus remuantes, avec des revendications politiques déstabilisantes et divers actes de violence. Tant qu'à citer une référence, en voici une autre, émanant également de la RTBF : http://www.rtbf.be/info/dossier/l-etat-islamique-menace-t-il-le-monde/detail_david-thomson-sur-la-question-djihadiste-nous-sommes-dans-une-situation-tres-perilleuse?id=9494223 et qui n'a rien d'optimiste.
  13. paul
    janvier 09, 20:12 Reply
    Je pense que les journalistes sont responsables de l’ambiance haineuse actuelle plutôt que d'informer ils font de la propagande. ils montrent les conséquences mais pas la cause de la radicalisation ou des attentats en faisant croire que le problème vient de la religion ect.. Il ne donne pas les clefs de compréhensions ,pour regarder un tableau il faut se mettre a 3 ou 4 mettre pour comprendre pas a 2 cm et la presse elle refuse ou ne veut pas que nous regardions les événements avec un peu de recule Il faut pas s étonner que les gens on des propos haineux puisque pour simplifier la presse dit méchant musulman en évitant d'expliquer qu'il y a un état qui s'appelle Etats unis qui a décider de déstabiliser le moyen orient avec les pays caniches européennes dans une guerre avec des conséquences qui sont la haine et la mort.
    • marcel
      janvier 10, 17:38 Reply
      Non, je crois que vous généralisez. Il y a bien une partie de la presse qui déforme plus qu'elle n'informe, mais il y a de nombreux articles de fond. Le problème, c'est que pour aller au fond, il faut beaucoup de temps, et même sur le web, un article de fond attire beaucoup moins de lecteurs qu'une brève titrée bien grassement. C'est pareil sur mon blog. Et sans le rapport des brèves ou des articles de base, la presse n'aurait peut-être pas les moyens de faire le travail de fond. (hormis certains cas rares comme Médor).
      • Eridan
        janvier 10, 21:20 Reply
        Généraliser ?? Vous avez de ces termes ! Vous tournez beaucoup moins autour du pot pour répondre à Tournaisien. Il y aurait comme un malaise ? L'impression regrettable qu'on en retire, c'est que tout cela donne raison à Magritte : « ceci n'est pas ...un dialogue ». Une occasion ratée, peut-être...
        • marcel
          janvier 13, 19:53 Reply
          Pas de problème. La modération est un art et la critique est difficile. Mais je sais admettre la critique, et le fait que mes capacités de dialogue avec une dizaine de personnes est comme qui dirait limitée. Humain trop humain.
    • Eridan
      janvier 11, 11:24 Reply
      Marcel Sel ne répond qu'à votre première phrase :« Je pense que les journalistes sont responsables de l’ambiance haineuse actuelle plutôt que d'informer ils font de la propagande ». Je pense aussi que les journalistes pourraient mieux faire, mais, quant à la responsabilité de l'ambiance, que dire alors des terroristes ? Des prêcheurs ? Des messages sur réseaux sociaux avec lesquels les journalistes n'ont rien à voir ? Que dire de certains messages sur le présent blog où ce sont carrément les qualités humaines de l'ensemble de la population belge qui sont mises en cause ; pour des gens qui n'aiment pas les caricatures graphiques, ceux-là ont des dons certains en matière de caricature verbale ; le tout emballé dans un verbiage aussi mielleux que fielleux. Quant à la suite : « ils montrent les conséquences mais pas la cause de la radicalisation ou des attentats en faisant croire que le problème vient de la religion ect.. » Les sunnites et les chiites qui s'entre-tuent en Irak et ailleurs, ce n'est pas pour cause de religion ? Les tueries entre musulmans et hindous, en Inde, ce n'est pas religieux ? Expliquez-nous. Et, peut-être, lisez aussi : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/inde-pakistan/extremismes-religieux.shtml « (...) en évitant d'expliquer qu'il y a un état qui s'appelle Etats unis qui a décider de déstabiliser le moyen orient avec les pays caniches européennes dans une guerre avec des conséquences qui sont la haine et la mort. » Que G.W. Bush Junior l'imbécile (comme son successeur Trump) ait fait des conneries, personne (à part sans doute les Républicains) n'en disconvient. Depuis, Obama a quand même fait ce qu'il pouvait pour essayer de réparer, tant bien que mal. De là à dire que le but (la décision) était la déstabilisation, c'est aller vite en besogne. Et pourquoi la déstabilisation, d'ailleurs ? On ne peut déstabiliser que quelque chose qui a déjà, par nature, tendance à être instable ; or, au Moyen Orient, l'instabilité, elle est religieuse, ethnique, tribale et elle est évidemment encouragée aussi par la grande criminalité pétrolière. Quant à imputer la responsabilité de cette déstabilisation aux E.U. et à l'Europe, que faites-vous du rôle de l'Arabie Saoudite, principal soutien du jihadisme sunnite, de celui de l'Iran, qui finance et fournit les milices chiites, et de celui de la Turquie, qui s'engraisse avec le trafic de pétrole ? Entre autres. Ce qui m'a conduit à ma remarque à Marcel Sel, c'est que votre propos est une justification au minimum implicite du terrorisme.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.