MàJ : Le ministère de Céline Fremault invite AMICALEMENT un Français critique à « vivre à Paris. »

img_2318

Le célèbre chocolat du café Flore qui réchauffera peut-être M. Lebrun.

Suite à mon article ci-dessous, j’ai reçu  l’assurance de Jean-Noël Lebrun que le mail du porte-parole de la ministre Fremault (sans accent m’a-t-on fait justement remarquer) doit être remis en contexte. De même, le ministère m’assure qu’il n’était pas question de francophobie. J’ai donc remanié l’article en fonction de ces remarques. Les changements sont en gras.

La francophobie est une sale habitude bien ancrée chez certains Bruxellois, au point de transparaître en politique. Il y a quelques années, Jean Quatremer s’était vu conseiller par le ministre de la Culture Fadila Laanan d’aller « voir l’herbe verte ailleurs » pour avoir critiqué la relative propreté de la capitale. Aujourd’hui, c’est le chef de cabinet de Céline Frémault, ministre de l’Environnement de la Région de Bruxelles-Capitale, mais aussi des Relations internationales (!) de la COCOF, qui recommande par écrit à un Français de « vivre à Paris », ce que plusieurs destinataires avaient interprété comme un « retourne dans ton pays » inacceptable. Le cabinet assure que telle n’était pas du tout son intention.

Le Français en question s’appelle Jean-Noël Lebrun. Il vit à Bruxelles depuis plus de trois ans, où il a fondé le think tank Cœur-Europe, « très en pointe » dans le domaine des nuisances aériennes, mais aussi sur les nuisances liées « aux câbles 150 000 volts dans les rues trop étroites où ils ne devraient pas passer ». Venant de Paris, qu’il a quitté notamment à cause de la pollution des voitures diesel, il estime « dommage de ne pas traiter ce problème également à Bruxelles ». Né français, Lebrun a aussi étudié à Stanford, passé près de 10 ans dans la Silicon Valley, et quelques années en Allemagne et en Chine. Mais c’est à Paris que le ministère lui recommande de vivre.

La cause ? Dans un mail envoyé à Céline Frémault, avec copie à une  petite centaine de politiciens et de « Bruxellois actifs », Jean-Noël Lebrun lui transmet un article du Figaro qui annonce que Paris, Mexico, Athènes et Madrid ont promis de bannir totalement le diesel à l’horizon 2025 (et en 2020 pour Paris). Lebrun ajoute un commentaire : « Si Madrid et Paris peuvent aboutir à ce résultat dès 2025, Bruxelles peut le faire également » et clôt son message par ses « sentiments les plus respectueux »Il avait diffusé largement son mail, adressé à d’autres ministres et responsables politiques, pour interpeller ceux-ci, qui n’ont pour la plupart pas réagi du tout, hormis deux autres ministres bruxellois, Didier Gosuin et Cécile Jodogne. Le cabinet Fremault n’est donc pas le moins actif, bien au contraire.

Apparemment échaudé par des courriels précédents (Jean-Noël Lebrun est un militant, et un militant, ça milite), le chef de cabinet de Céline Frémault (sic), Stéphane Nicolas, lui répond un peu sèchement « Au nom de la Ministre Frémault (sic), je vous re-informe que le Gouvernement Bruxellois […] a pris une décision de principe d’ériger Bruxelles en LEZ (low emission zone) en juin 1016 (sic) en vue dès 2018 de réduire significativement et progressivement les véhicules les plus polluants, soit une mise en œuvre 8 ans (sic) avant Paris. »

Sauf que c’est faux, selon Lebrun, qui répond que les mesures bruxelloises « restent encore très en retrait par rapport à celles de Paris » et de préciser qu’à Paname, les poids lourds de 3,5 tonnes mis en service avant le 1er octobre 2001 sont déjà interdits depuis le 1er septembre 2015. Que les mesures pour les véhicules de tourisme y ont démarré progressivement dès le 1er juillet 2016 (au lieu du 1er janvier 2018 à Bruxelles). Qu’à l’horizon 2020, seuls les véhicules essence de moins de 10 ans seront encore acceptés dans la capitale française, alors des voitures de 19 ans pourront encore rouler à Bruxelles. Et enfin que les diesels seront entièrement bannis de Paris le 1er janvier 2025. À Bruxelles, au contraire, ceux de 9 ans circuleront encore. Lebrun rappelle enfin que le trafic automobile représente la première cause de pollution dans la capitale belge et ose quelques propositions.

Mal lui en a pris, le chef cab bruxellois n’a visiblement pas apprécié. Il répond sèchement :

« Soit vous vous présenter (sic) au scrutin électoral soit vous vivez à Paris. Ici on fait ce qu’on peu (sic), au maximum ! »

Là, dans mon article précédent, je concluais : « Les édiles bruxellois ont décidément un problème avec les ‘étrangers’ qui vivent sur leur territoire, surtout quand ils sont français et plus particulièrement parisiens (ou même pas :  Quatremer est aussi parisien que je suis verviétois). Ils se voient alors recommander de retourner « dans leur pays » à la moindre critique, reflet d’une grande tolérance pour le racisme envers le voisin proche (que j’ai appelé la vicinophobie dans Les Secrets de Bart de Wever) qui trahit probablement une forme de jalousie absurde envers la Ville lumière et ses habitants, régulièrement présentés comme « parigots » et arrogants. Cocasse retour des choses : c’est le reproche que certains flamingants font aux Francophones, et certains Wallons, aux Bruxellois, ces dikkeneks. Arroseur arrosé, Stéphane Nicolas qui fait la leçon au Parisien Lebrun est lui-même bruxellois d’adoption. Il nous vient de Hesbaye.

Dans ce paragraphe  le mot « racisme » a choqué le cabinet, qui m’assure qu’il ne mange pas de ce pain-là, ce qui me paraît plus que crédible au vu, par exemple, de son engagement, notamment sur la discrimination au logement, dont les victimes font les frais d’un racisme bien actif, quotidien et aux conséquences bien réelles. Je ne parlais évidemment pas de ce niveau de racisme-là, et j’ai pour cela associé le mot racisme au concept de vicinophobie. Je l’entendais donc au même sens que l’on entend, par exemple, le racisme de certains élus flamands envers les francophones qui, lui non plus, n’est pas comparable à celui qui touche des populations perçues comme « plus étrangères » par certains. Des politiciens francophones l’utilisent dans ce sens. Il faut qu’ils sachent là contre. 

Selon le cabinet Frémault (sic), le chef de cabinet Stéphane Nicolas a réagi sèchement parce qu’il était très tard (reconnaissons que ça peut arriver aux meilleurs) et n’a parlé de « Paris » que parce que Jean-Noël Lebrun était revenu à la charge avec l’exemple parisien (qu’il connaît forcément bien), et non pas parce qu’il était parisien lui-même. Mais aurait-il réagi de la même manière si Jean-Noël avait été anglais et parlé de Londres ? Ou allemand et évoqué Berlin ? Voilà le fond de la question. Elle ne met finalement pas tant en cause Stéphane Nicolas qu’une propension bien bruxelloise à réagir plus négativement dès qu’il s’agit de français (François Beaudonnet s’en rappelle encore suite à une certaine affaire des Noirauds), à laquelle les Bruxellois ne font même plus attention, tant elle est instinctive et banalisée.

Notons ici que, contrairement à Fadila Laanan à l’époque, et à sa hiérarchie, Stéphane Nicolas s’est d’emblée excusé par écrit auprès de ceux qui se sont dit révoltés par ses propos.

Évidemment, on n’empêchera jamais l’homme de la rue d’exprimer ses frustrations de stupide façon. Mais quand ce genre de propos — remplacez Paris par Marrakech, on comprend mieux — vient du ministère de l’Environnement de la région qui se targue d’être la « capitale » de l’Europe, il y a matière à un article et, si possible, à une réflexion de fond.

Car à refuser systématiquement de regarder ce qui se fait mieux ailleurs (en particulier à Paris), sachant que bien sûr, tout n’est jamais forcément mieux ailleurs (en particulier à Paris), on finit par refuser de se regarder bien en face, et on ne s’améliore plus. L’exemple, qu’il vienne de Paris, Mexico, Madrid ou Ouagadougou, est toujours bon à prendre. Même s’il est vrai que les autres régions, et le fédéral, sont prompts à mettre des bâtons dans les roues des ministères bruxellois et compliquent les choses, les compétences des autres capitales ne sont pas forcément plus complètes.

L’une des maladies belges est peut-être qu’on se trouve trop facilement des excuses. Ou alors, on sort le parapluie, comme les innombrables autres ministères qui n’ont pas du tout réagi aux informations Jean-Noël Lebrun.

Enfin, celui-ci a lui-même trouvé mon article exagérément agressif envers Stéphane Nicolas et le cabinet de Céline Frémault (sic) de la part desquel-le-s il n’a jamais ressenti la moindre discrimination et qui « ont été les premiers à augmenter la pression sur les compagnies aériennes en initiant la perception des amendes de bruit, et également en passant à zéro les tolérances de bruit à partir du 1er janvier 2017. Le Cabinet travaille très efficacement avec les différentes associations de riverains sur le dossier aérien. » Voilà qui est dit.

Il reste toutefois une bonne leçon à tous les membres de cabinets sur les réponses que l’on donne depuis un ministère avec une « réponse à tous » impliquant 92 destinataires, même à une heure du matin, même si les relations entre les deux principaux intéressés sont bonnes, même si on est à l’ère des réseaux sociaux où on a l’impression de tout pouvoir dire sans conséquences. C’est parce que ce n’est pas le cas que l’exemple doit venir d’en haut. Entretemps, Stéphane Nicolas s’est excusé et tout est pardonné, comme on dit à Paris. La leçon servira, espère-t-on, à d’autres.

Pour finir, dans la première version, de mon article, j’avais conclu par une phrase qui n’a pas du tout plu : « on se demande si l’équipe de Céline Frémault (sic) ne devrait pas commencer par dépolluer ses propres cerveaux. » Je la laisse pour mémoire, avec un clin d’œil, tout en promettant de commencer par dépolluer le mien, de cerveau !


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à contribuer à ce blog à raison d’au moins 2 €. S’il vous a énervé, mettez plus !

(Note : je n’accepte pas plus de 50€ par trimestre des mandataires politiques, quel que soit leur bord.)

 

Previous L'insupportable hommage de Jean-Claude Juncker à Fidel Castro. Un crachat à la face de ses victimes.
Next La réponse poignante d'une journaliste belgo-turque de la VRT aux racistes qui insultent les victimes d’Istanbul.

You might also like

27 Comments

  1. Salade
    décembre 06, 11:13 Reply
    le côté condescendant des bruxellois envers les wallons a été longtemps du même type que celui des parisiens vis-a-vis de la province. C'est d'abord une relation condescendante face à plus pauvre (et donc moins éduqué?) que soi. La moquerie des parisiens vis-à-vis des auvergnats ou des bretons est légendaire. La condescendance de l'ELITE francophone vis-à-vis des boers flamands le fut tout autant. Elle s'est accompagnée d'une exploitation, qui explique la revanche flamande. On l'a compris, la zone des moqueurs s'est inversée (voir micro-trottoir de deborsu à Anvers) par ailleurs il ne reste plus guère que les zones "pures bourgeoises" francophones (je le fais exprès là, Marsel) à garder le hautain. Comme Uccle, Auderghem, des Woluwe, une partie d'Ixelles Le brabant wallon a repris ce rôle, aussi parce qu'il les a hébergés. Il suffit de voir ce que les autres provinces wallonnes dégustent (via le "socialisme")... Difficile d'accepter, retour de balancier, qu'une certaine wallonie (globalement pauvre elle-même, rappelons-le) puisse se moquer de bruxelles la pauvre?
  2. Jean-Noel Lebrun
    décembre 06, 11:54 Reply
    PRECISION IMPORTANTE: J'ai de l'estime pour Stéphane Nicolas et Céline Frémault. Ils avancent efficacement dans le dossier des nuisances aériennes, alors que PRESQUE RIEN n'avait été fait sur ce dossier depuis Didier Gosuin. Et sur la pollution de l'air, ils ont également réussi à faire passer des premières mesures hélas refusées en 2002.
  3. draugtor
    décembre 06, 14:35 Reply
    Etant un Français émigré à Bruxelles, non pas pour raison financière mais par amour (ma femme est Bruxelloise). Je ressens au quotidien ce racisme Anti-Français. Et quand je dis au quotidien, c'est vraiment au quotidien. Et le pire, c'est que c'est TOUJOURS de la part de Francophones belges à croire que subissant le racisme Flamants, ils doivent se venger sur le seul pauvre Français dans leur ligne de mire. Si vous voulez de bonne relation avec vos collègues belges, mon Premier conseil est de ne JAMAIS vouloir faire une comparaison sur ce que la France fait de mieux que la Belgique ou bruxelles.... Jamais, vous êtes parti pour des jours de critiques des fois fondées mais souvent infondée de ce que fait la France de mal ou de pire. Que dire, je fais avec, quand cela dépasse le juste débat, je me dis intérieurement, "petit pays, petit esprit" mais en faisant cela, j'insulte la part de la Belgique qui ne m'a rien fait, et là je vise la Flandre. Au final, alors que je suis plutôt pour la défense du Francophone vis à vis des nuisances que les Flamands font à la Belgique, j'en reviens à soutenir les pires propos de la NVA ou pire vis à vis du Francophones, pour une fois pour toute faire exploser ce non-pays. Alors, je deviens un raciste anti-belge, un peu comme il y a 60ans des noirs devenaient de raciste anti-blanc à force d'en prendre plein la Goule.
  4. Wallimero
    décembre 07, 19:45 Reply
    @ Mfin Marcel, Dikkenek? Non, mythomane. On se prend des airs de Paris tout en étant Bucarest. Quand on est au niveau de la Roumanie, on ne va pas imposer à des électeurs de St Josse, Anderlecht, ou Schaerbeek d'acheter une nouvelle voiture ou camionnette tous les dix ans. Mais bon, regardons surtout ailleurs, et discutons des exemples d'Ouagadougou, de Paris ou de Mexico, et évitons surtout de regarder la réalité en face. En somme, ce chef de cab a bien raison, si vous voulez des solutions de Paris, allez à Paris, pour Bruxelles c'est le modèle roumain ou albanais qu'il faut suivre. Donc tout ton billet est encore un bel exemple du niveau stratosphérique des discussions intellectuelles dans laquelle cette gauche francophone aime se baigner, avec le petit doigt du maître penseur envers le chef de cab qui n'a pas l'esprit assez universaliste. Mais bien-sûr on ne se situe pas sur le niveau du racisme primaire de ceux qui doivent être forcés à remettre les clés de leur héritage à la pauvreté mondiale que l'élite de gauche dans sa grandeur invite inconditionnellement sur le territoire - on ne va pas quand-même pas demander aux politiques de résoudre les problèmes qu'ils ont créés! Quelle idée! Marcel n'oserait jamais ça! Non, huhu, comment pourrait-on penser autrement, c'est bien évidemment de racisme flamand qu'il s'agit! Et bien-sûr, les politiciens francophones n'y peuvent rien, car c'est la faute du fédéral (lisez la diabolique N-VA) et les autres regions (les méchants Flamands). Ah oui! Comme quoi on conclue ce tas de clichés de gauche franco avec de l'excusisme francobelge on ne peut plus classique. Mais c'est tellement agréable de se draper dans de grands principes humanistes, tant qu'on peut cantonner les pauvres allophones entre les murs administratifs d'une zone géographique, il suffit ensuite d'exclure l'exclusion de l'école pour fixer les mauvais éléments là où ils sont et de prohiber le redoublement, et on passé au plus vite de la pauvreté enfantine au chômage, et du budget de la grande Wallobruxie pour passer la facture au fédéral. Vive le pacte d'excellence! Oui, Pisa n'est qu'un indicateur parmi d'autres, tout comme celui de la pauvreté, ou du chômage, ou de la mobilité, ou celui de l'état des infrastructures. Dommage qu'ils disent tous la même chose... Le désastre total. Vite prenons de la hauteur et surtout, surtout; regardons ailleurs, ah, Paris.... Joli Marcel, vraiment joli. VV
  5. Franck Pastor
    décembre 07, 20:10 Reply
    Je suis un Français de Bruxelles également, et depuis encore plus longtemps que monsieur Lebrun puisque je compte treize ans de présence dans cette région (et un intermède de trois ans à Tournai). Je me dois de préciser que je n'ai jamais ressenti personnellement le moindre racisme ou rejet à Bruxelles. Pourtant je dois abonder dans votre sens car j'ai très, très souvent entendu dire du mal de mes compatriotes à Bruxelles. Cela venait de gens qui s'étonnaient, sachant ma nationalité, que je ne fasse pas preuve de certains défauts qui nous seraient typiques à nous Français : particulièrement l'arrogance et l'impolitesse. « Surtout les Parisiens », disaient-ils. Ne venant pas du tout de Paris mais de Grenoble, j'avais l'impression de bénéficier une sorte de statut d'exception, d'être une sorte de « Français fréquentable a priori ». À charge pour moi de faire mes preuves… c'est-à-dire de ne surtout pas aborder les spécificités belges avec un point de vue français que j'aurais présupposé supérieur. En bref, il fallait que je sois particulièrement prudent quand il s'agissait de faire des comparaisons : attention, terrain miné ! Les Belges de Bruxelles se sentent apparemment méprisés par les Français et plus particulièrement par les Parisiens. Et le mépris, ça ne se pardonne jamais.
  6. Capucineke
    décembre 08, 00:26 Reply
    Que se soit ici ou là bas,il devient de plus en plus difficile d'aérer la chambre ,de faire sécher le linge au jardin et de pouvoir dormir sereinement. C'est à notre santé qu'on fait du mal,c'est par là qu'il faudrait commencer plutôt que de supprimer le remboursement de certains soins. Si les ministres de toutes les régions travaillaient ensemble pour Nos enfants ,on en ferait des économies,on pourrait même en supprimer quelques uns.
  7. Eridan
    décembre 08, 18:48 Reply
    S'il y a un sujet de fond, c'est bien celui de la pollution -complexe s'il en est- dont on ne trouve malheureusement ici pas grand chose. Bien dommage. Quant aux épithètes que les individus s'envoient à la tête pour mettre du sel dans leurs relations, ce n'est pas nouveau et ce n'est pas demain qu'il en ira autrement. Et c'est tant mieux, si on ne souhaite pas vivre dans un monde socialement aseptisé. Alors, pour ce qu'ils se disent entre eux... Vous verrez : ils finiront bien par prendre le thé ensemble, avec des petits gâteaux...
  8. Salade
    décembre 09, 19:20 Reply
    Rien à dire sur l'attitude de Charles Michel face à la séparation des pouvoirs? Le pragmatisme libéral s'en moque?
  9. Wallon
    décembre 10, 08:46 Reply
    Bien vu, Monsieur Sel. L'irritabilité des "politiques" francophones bruxellois, comme celle des "politiques" wallons, à l'encontre des Français vient de la TROUILLE qu'un jour ils soient dans l'obligation de s'enfuir en France ou de devenir citoyens français. Lire l'Histoire actuelle de la Flandre...
  10. u'tz
    décembre 11, 23:45 Reply
    bonsoir Marcel, et ça vous dit quoi quand l'n-va que vous aimez tant :) montre enfin ce qu'elle est côté état de droit etc... et vos amis anticastristes si tristes castrés par les flamingants et leur volonté à fond fascho... là où la mrde pourrait involontairement faire réagir l'europe sur laid drwadelhum... avec en face un pôle magnettique en phase avec la manche gauche du t-shirt des travailleurs wallons (pendant que les flamands sont en costume d'époque)
  11. u'tz
    décembre 11, 23:51 Reply
    perso je vous invite AMICALEMENT à rester tout de même vous-même même à st-job
  12. Sopped
    décembre 13, 08:32 Reply
    Cette histoire me rappelle une situation Liégoise d'il y a quelques années... Le milieu associatif liégeois s'est doté il y a maintenant 6 ou 7 ans de celà d'une association visant à developer une critique positive de l'urbanisme (Urbagora). Le president de l'association à l'époque s'est vu répondre à plusieurs de ses interventions qu'il n'était pas élu et que son avis ne valait donc rien (je résume très grossièrement). La cooperative Vega s'est formée, entre autres, dans ce contexte (et est antérieure et distincte du movement Véga qui, plus tard, se proposa aux elections d'autres niveaux de pouvoirs) et à permis au president d'Urbagora de se presenter aux communales... Et de devenir conseiller. Peut-être monsieur Lebrun devrait-il suivre le conseil qui lui a été prodigué (pour peu que ce soit possible, car j'avoue ne pas connaitre la legislation sur le sujet de l'éligibilité de personnes non-belge (au sens purement technique et administratif du terme)) ? On a trop peu d'élus passionnés et maitrisant les dossiers à tous les niveaux de pouvoir, ça ne pourrait pas faire de mal d'en avoir quelques uns de plus :)
  13. Salade
    décembre 16, 21:57 Reply
    votre cerveau est en dépollution: congé illimité?
  14. Salade
    décembre 20, 15:17 Reply
    2 semaines de silence marcelien (ou salique). Tout-va-bien?
    • marcel
      décembre 26, 18:53 Reply
      Ce serait plutôt un mois. Désolé, j'étais en charrette avec Votez pour moi télé :-)
      • Tournaisien
        décembre 26, 19:16 Reply
        Cher Marcel, ... n'oubliez quand même pas que ce que vous êtes parvenu à faire avec votre blog (qui compte dans le paysage politique belge) reste votre marque de fabrique, voire mieux, la référence à laquelle vous vous identifierez toujours le mieux. Si vous laissez partir la pelote, pour des raisons qu'on peut d'ailleurs parfaitement comprendre, très rapidement, vous perdrez le fil. Ce serait dommage, car vous êtes devenu à vous tout seul un recours démocratique (même si il vous arrive, comme à tous à vrai dire, d'être parfois orienté).
        • marcel
          décembre 27, 17:17 Reply
          Tout à fait, Tournaisien. Le seul problème, c'est que depuis mi-novembre, j'ai écris des sketches pour Votez pour moi radio, la version télé, relu mon prochain livre qui sort en février, réalisé deux montages pour des clients, préparé les 4 émissions auxquelles j'ai participé… bref, il ne m'est pas resté beaucoup de temps pour écrire des articles un tant soit peu fouillés :-) Mais je vais sûrement essayer de me rattraper !
      • Eridan
        décembre 29, 14:37 Reply
        Ouf, me voilà rassuré. Je vous croyais absent pour cause d'overdose de réseaux sociaux. Donc, bonne année et surtout, bonne santé. Et attention aux abus (notamment de fin d'année)...
        • marcel
          décembre 29, 18:54 Reply
          Bonne année à vous aussi :-)
  15. leluron
    décembre 25, 14:03 Reply
    A quand les chaudière au normes euro 6 à paris comme à bruxelles, a quand la fermeture de Roissy Orly Zaventem pour cause de pollution. La défense à Paris est chauffé au fuel lourd. Et bien sur ce sont les voitures qui polluent. J oubliai les usines, incinérateurs et autres joyeuseté
  16. Tournaisien
    décembre 29, 18:57 Reply
    Cfr l'affaire Publifin et les 67.000,- € de jetons de présence du mandataire d'Awans Maxime Bourlet. Je viens d'aller sur son site, et vous savez quoi ? Cet ahuri n'a même pas pensé à supprimer le commentaire qu'il y a publié, toujours accessible. Je vous le livre en son intégralité (et non le lien vers son site), au cas où il lui prendrait l'envie d'effacer sa prose. Comme vous le constaterez, c'est proprement hallucinant. Si ça, ce n'est pas de l'autisme politique, alors je ne comprends strictement plus rien à rien ! Voici : ".... ..... Ensemble, réenchantons la Politique Ma vision de l'engagement au sens lagre L’engagement, c’est le citoyen, Monsieur tout le monde qui, à travers son action dans son village, dans une association, pour sa commune, essaye de faire changer les choses en mettant son dynamisme et ses convictions au service des gens. L’engagement politique au sens le plus noble du terme est quelque chose de beau et de sain. On le voit dans de nombreux pays du monde, parfois même aux portes de l’Europe, des gens meurent pour défendre leurs idées, leur liberté et faire naître un régime démocratique. Je me rends compte que la vie politique lasse ceux qui en sont distants et la regardent en spectateur. Petit à petit, un fossé se creuse entre les citoyens et le monde politique! Ce constat est navrant et favorise la montée en puissance des extrêmes, par dépit dans la plupart des cas. Je souhaite rendre ses lettres de noblesse à l’engagement politique, j’ai envie de rétablir la confiance entre les citoyens et le monde politique. En bon fan de Tintin et de Dupont et Dupont, "je dirais même plus" : il faut impérativement réenchanter la politique ! J’estime que nous devons accorder plus de places aux citoyens dans le processus décisionnel et renforcer les mécanismes de démocratie participative et de transparence. Mes Propositons: 1. Instauration d’une initiative législative citoyenne belge et wallonne Cette proposition permettra aux citoyens de déposer eux-mêmes des propositions de lois et de décrets au parlement, à la condition que celles-ci soient soutenues par 20 000 signatures. Cette proposition s’inspire de l’initiative citoyenne européenne qui est une réalité au parlement européen et doit recueillir un million de signatures pour être adoptée 2. Soumettre à la cour des comptes les programmes des partis politiques avant les élections ! Les conseillers communaux, les parlementaires et donc les représentants des partis doivent être élus sur un programme réaliste et réalisable. Je m’inscris en faux contre les catalogues de bonnes intentions. Un chef d’entreprise ne présentera jamais à ses actionnaires un plan d’investissements démesurément élevé par rapport au chiffre d’affaire et aux bénéfices dégagés par l’entreprise. Il doit en être de même en politique et dans la gestion de l’argent public. Le réenchantement de la politique passe par là également. Certains partis savent pertinemment bien que leur programme n’est financièrement pas tenable, par ce fait ils induisent l’électeur en erreur en proposant des actions et réformes irréalisables compte tenu des finances publiques. A l’avenir, la cour des comptes sera là pour dire ce qui est économiquement réalisable et ce qui ne l’est pas. 3. Rationaliser les intercommunales et entreprises publiques et limiter leurs conseils d’administration à 15 membres Les entreprises publiques et les intercommunales sont indispensables quand leur existence se justifie. Malheureusement, on constate qu’il existe encore trop de structures dont l’utilité reste à prouver. Elles comptent trop souvent un nombre incalculable d’administrateurs. Je ne suis pas contre leur présence, que du contraire car ils représentent les actionnaires, c’est-à-dire l’état fédéral, les régions et les communes, raison pour laquelle, je souhaite limiter les conseils d’administration des organismes publics à 15 membres ! ... ...". Alors, qu'en avez-vous pensé ? Plus fort que du roquefort, non ?
  17. u'tz
    décembre 29, 20:11 Reply
    chouette israel l'Etat colonial des blancs de religion rabinique attends trump pour justifier un seul Etat avec indigène arabe ségrégé, chouette le voka est content provisoirement de son valet michel, chouette on ne parle plus de jambon qui a besoin de bdw quand ya le bon baiser de molenbeek au métro de maelbeek... chouette ya Marcel Sel qui revient après son enlèvement par rtl-tvi
  18. Tournaisien
    décembre 31, 17:20 Reply
    http://www.levif.be/actualite/belgique/publifin-la-demission-des-lampistes-est-l-arbre-qui-cache-la-foret/article-opinion-593157.html ... Pas une virgule à retrancher ou à ajouter ! Ceci étant, le mal est fait. Je sais que nombre de politiques cyniques comptent sur la mémoire paraît-il très courte des électeurs. Eh bien, nous verrons ! Moi, je ferais plutôt le pari que cette mémoire courte le devient de moins en moins. Il suffira de vérifier les scores de l'abstention et du PTB en 2018 aux prochaines communales. Je sens qu'on va rire.
  19. Capuicine
    janvier 03, 21:06 Reply
    Concernant le bruit,j'aimerais pousser mon coup de gueule sur les petards et feux d'artifices qui commencent avant les fêtes et durant la nuit de Noël,de nouvel an et après les fêtes de façon complètement sotte. Ceci n'est pas une fête,ceci est hyper chiant et perturbant pour le bien vivre de bien des vivants. Il n'est évidemment pas question d empêcher la bonne humeur mais de donner à ces fêtes de la qualité et non de la quantité.
  20. Rivière
    janvier 06, 11:33 Reply
    Suis-je sot : je pensais que vous vous tapiez un gros bide (o commentaire) pour votre article et que vous boudiez dans votre coin comme un gros trump aigri

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.