L’insupportable hommage de Jean-Claude Juncker à Fidel Castro. Un crachat à la face de ses victimes.

victimes-cuba

Les victimes du 13 de Marzo.

C’est une horreur. N’écoutant que la voix du romantisme « prolétaire » qui aveugle une partie des forces progressistes européennes depuis Jean-Paul Sartre, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne a publié une lettre de condoléances ahurissante, prestement acclamée par des gauchistes nourris au fromage de Che qu’il a vilement flatté, au détriment des valeurs qu’il est sensé porter. Les droits de l’Homme, la liberté, l’égalité, les droits syndicaux, les droits des journalistes :

« Fidel Castro était l’une des figures historiques du siècle passé et l’incarnation de la Révolution cubaine. Avec la mort de Fidel Castro, le monde a perdu (sic) un homme qui était un héros pour beaucoup (sic). Il a changé (sic) l’histoire de son pays et son influence a porté bien au-delà de celui-ci. Fidel Castro reste l’une des figures (sic) révolutionnaires du 20e siècle. Son héritage sera jugé par l’Histoire. » (ma traduction)

Ce faisant, Juncker ne se contente pas de reprendre une dialectique radicale (figure révolutionnaire) sans l’ombre d’une contextualisation, il insulte aussi littéralement les victimes du castrisme et les deux millions de réfugiés et exilés (soit près d’un cinquième de la population cubaine actuelle). Il rejette dans l’oubli les dizaines de milliers de citoyens opprimés par le régime, qu’il s’agisse d’homosexuels mis en camp dans les années soixante, d’opposants exécutés ou torturés, d’intellectuels humiliés, d’écrivains enfermés, de journalistes poursuivis. Ou qu’il s’agisse des plus de 9 000 victimes du régime décomptées par CubaArchives.org ou, même simplement de la quarantaine d’hommes, femmes, enfants et bébés assassinés par des fonctionnaires(1) cubains en 1994 pour avoir tenté de rejoindre les USA sur le petit remorqueur 13 de Marzo, un crime de masse dont la Commission inter-américaine des Droits de l’Homme a attribué la responsabilité au gouvernement cubain(1). Les assaillants(1) savaient qu’il y avait des enfants à bord et que les fuyards n’étaient pas armés. 

Qu’ont-ils donc fait pour être ainsi rayés de la mémoire européenne, ces Mayulis, 17 ans, Juan, 12 ans, Eliecer, 12 ans, Yasser, 11 ans, Yousell, 11 ans, Caridad, 5 ans, Giselle, 4 ans, José, 3 ans, Angel, 3 ans, Xicdy, 2 ans et Hellen, 5 mois ?

Qu’a donc fait la petite Hellen, 5 mois, pour être oubliée par Jean-Claude Juncker ?

Cuba, c’est aussi des centaines de milliers de boat people qui ont essayé d’atteindre l’Amérique, terre de liberté pour eux. En mars de cette année, neuf réfugiés perdaient encore la vie en tentant la traversée sur une embarcation de fortune, entre Cuba et la Floride.

Qu’ont fait les 1.500 militants des droits de l’homme encore en 2015, pour que la Commission européenne leur crache brusquement son mépris bureaucratique à la face ?

Pour Amnesty International, Cuba, c’est la censure, le verrouillage d’Internet, de considérables difficultés — et souvent l’impossibilité — de communiquer depuis l’étranger avec les militants des Droits de l’homme, des avocats menacés, des syndicalistes en prison ou intimidés. Cuba est aujourd’hui toujours l’exact opposé de l’idéal progressiste. Il l’était plus encore sous Fidel Castro, un régime qui aurait, selon ses opposants, été trois fois plus meurtrier que celui du sinistre Pinochet (3 600 exécutés et disparus pour 17 millions d’habitants, contre plus de 9 000 documentés par CubaArchives, pour une population de 12 millions de Cubains). Mais vu sa longévité, on va dire qu’il l’a simplement été autant.

L’on se demande si Jean-Claude Juncker aurait rappelé, à sa mort, le fait que Pinochet était « un héros pour beaucoup ». Non. Fort heureusement, non. Pas plus qu’il ne l’aurait fait à la mort d’Erich Honecker, dirigeant de la RDA. Le mur de Berlin n’a pourtant fait « que » 250 victimes tout au long de son histoire (1600 pour le Rideau de Fer entre les deux Allemagnes) ! Mais Fidel Castro, lui, a droit aux mots « héros », « influence », « figure révolutionnaire »…

Le général Pinochet était aussi un héros pour « beaucoup ».

Il ne faut plus dire trop haut, désormais, que Castro était un tyran, un dictateur, un salopard de grande envergure : la Commission européenne vient de facto d’imposer le blackout sur les crimes, meurtres, violences, tortures, et agressions insupportables et permanentes contre les libertés les plus élémentaires à ses propres yeux. Un scandale. Une horreur.

Le fait que Castro était un héros pour « beaucoup » de gens (que représente ce « beaucoup » ?) n’a aucune valeur. Le dire revient à occulter l’idée qu’il était une ordure sanguinaire pour beaucoup d’autres. Et en particulier pour ses victimes, leurs amis, leurs descendants. Il y a bien d’autres ordures que beaucoup voient en héros, Herr Juncker ! Et pour qui vous n’auriez même pas envisagé de le relever. Mussolini, Pinochet, Lénine ou Mao en sont quelques-unes. Je vous épargne le nom de celui auquel je ne peux m’empêcher de penser, tant il revient à la mode. Mais dans tous ces cas, comme dans celui de Castro, cette adoration exécrable n’a qu’une place : l’oubli. Jamais un tel argument ne devrait jamais servir d’alibi pour servir la diplomatie.

Fidel Castro est mort. Un tyran est mort. On peut lui chercher toutes les excuses, on peut rappeler l’embargo américain (mais alors, il faut aussi évoquer l’expropriation des entreprises US dès son arrivée au pouvoir), parler de l’éducation pour tous (mais alors, il faut rappeler tous les interdits de cette éducation) et les énormes progrès médicaux cubains (mais non sans mettre en balance la paupérisation et la misère de masse). La conclusion de la vie de Fidel Castro ne changera pas : « un tyran est mort ». Point.

Erdogan, Orban, Sissi, Assad, Poutine et les autres « héros pour beaucoup ».

À l’heure où le Parlement européen vient d’appeler à suspendre les négociations d’entrée de la Turquie dans l’Union, notamment parce qu’elle ferme des journaux et enferme des journalistes, célébrer un régime qui n’a eu de cesse de verrouiller toute opposition, mais aussi tous les médias, et de rafler tout journaliste un peu critique, est une insulte intolérable envers le projet européen lui-même.

Que des imbéciles qui se pensent progressistes se soient laissés aveugler par un régime qui ne l’est en rien, libre à eux. Que des syndicalistes européens croient que Cuba est leur modèle, alors qu’ils y seraient pourchassés systématiquement, libre à eux. Que des partis d’opposition, soi-disant à la pointe de l’antifascisme, présentent Fidel Castro comme un héros de la liberté alors que ses actions auraient été qualifiées de fascistes par n’importe lequel de leurs adhérents s’il vivait là-bas, libre à eux.

Mais quand le texte solennel publié par le président de la Commission européenne ne se réfère qu’à ces crétins dévoyés, et enterre d’un coup de pelle des milliers de victimes et des millions d’exilés et de réfugiés, il achève et s’approprie l’œuvre de désinformation castriste qui, dans les années soixante, avait un temps convaincu une gauche en quête de héros. Hélas, si face aux horribles réalités, elle est en partie revenue de Fidel au pays des Merveilles, elle ne semble toujours pas disposée à considérer Castro et son régime pour ce qu’ils ont réellement été. Une horreur.

Pour toutes ces raisons, les condoléances de Jean-Claude Juncker à Fidel Castro sont impardonnables. C’est par ces gestes ignominieux qu’on tue, petit à petit, le rêve d’un continent où l’égalité, la liberté, les droits individuels sont des valeurs qui surpassent tout. Ici, elles n’ont pas dépassé la volonté de plaire à Raoul Castro et à sa famille. Et c’est un cadeau formidable aux régimes simplement populistes ou largement dictatoriaux d’ailleurs et d’ici — de la Turquie à la Pologne en passant par la Hongrie et l’Égypte — qui pourront, à l’avenir, rappeler à la Commission, qu’ils ne sont finalement pas pires que cette « figure révolutionnaire » qui fut, un jour, qualifiée de « héros pour beaucoup » par un dirigeant européen, dans un moment d’infinie lâcheté et d’oubli criminel.


Si vous préférez la libertad à la fabrication de héros, n’hésitez pas à contribuer à mon trabajo à raison d’au moins 2 €. 

(Note : je n’accepte pas plus de 50€ par trimestre des mandataires politiques, quel que soit leur bord.)

 

(1) Mises à jour suite à une remarque partiellement pertinente du commentateur « Michel » ci-après. J’avais auparavant écrit « garde-côtes » au lieu de « fonctionnaires » et « militaires » alors qu’il n’est pas démontré que les assaillants l’étaient. Pour que chacun puisse se faire une idée, j’ai aussi ajouté le lien vers l’examen de l’affaire par la CIDH qui a condamné Cuba et validé les témoignages. Aucun des agresseurs n’avait été poursuivi par Cuba au moment de l’examen du dossier, ils avaient au contraire été présentés comme des héros.

Previous Le peuple est con.
Next MàJ : Le ministère de Céline Fremault invite AMICALEMENT un Français critique à « vivre à Paris. »

You might also like

67 Comments

  1. Salade
    novembre 26, 22:16 Reply
    « Fidel Castro était l’une des figures historiques du siècle passé et l’incarnation de la Révolution cubaine." VRAI (*) "Avec la mort de Fidel Castro, le monde a perdu (sic) un homme qui était un héros pour beaucoup (sic). " L'expression "a perdu un homme" signifie littéralement "est décédé" donc VRAI, même si effet je vous l'accorde l'expression (et c'est la seule chose que je vous accorde sur le texte ENTIER) est en français POSSIBLEMENT teintée de regret... Mais je suis bien persuadé que celui qui a dirigé le paradis fiscal luxo des années durant, n'a absolument aucun regret! Le deuxième sic est superflu CAR: c'ETAIT un héros pour beaucoup de cubains et de sud américains, et pour beaucoup de communistes radicaux (comme le Che) de par le monde et pour Bernard Kouchner et 68 et cie aussi. Donc VRAI. "Il a changé (sic) l’histoire de son pays et son influence a porté bien au-delà de celui-ci." VRAI (sic superflu) en effet même si ce n'est pas en bien et il y a aussi influence des réactions chez ses ennemis! et même Marcel Sel et moi dans cette controverse verre d'eau réagissions! "Fidel Castro reste l’une des figures (sic) révolutionnaires du 20e siècle." VRAI (cfr *) Le sic est COMPLETEMENT DEPLACE ici car il n'y a pas connotation positive ou négative aussi vrai que Napoléon et Hitler sont des figures de l'Histoire par ex. http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/figure-1/ "Son héritage sera jugé par l’Histoire. » (votre traduction) VRAI même si beaucoup ont déjà jugé depuis longtemps mais certainement pas pour tous! Et puis l'Histoire est jugée en permanence. Donc Juncker dit VRAI. enfin JE NE SUIS PAS COMMUNISTE (et encore moins castriste). ET puis, le peuple est con, n'est ce pas. Alors l'embargo américain est légitime n'est-ce pas Mr Sel??? Combien de morts par manque de médicaments par ex? Vous pourrez associer ainsi le nom des peuples cubain et américain... Enfin van de woestijn doit vous aimer à fond, comme Corentin De Salle ou Drieu Godefridi. Je suis libre, moi!!
    • marcel
      novembre 27, 01:39 Reply
      Moi aussi, je suis libre. Si vous ne comprenez pas où est le problème, ce n'est pas mon problème.
      • L'enfoiré
        novembre 27, 20:23 Reply
        Marcel, Un retour aux définitions s'impose sur le mot Liberté https://fr.wikipedia.org/wiki/Libert%C3%A9 un concept qui désigne la possibilité d'action ou de mouvement. Dans la possibilité d'action, à nouveau, une recherche pour savoir qu'est-ce qu'une action. Comme tu le vois, on n'est pas sorti de l'auberge à essayer de comprendre "l'autre." Disons qu'il y a les loups et les chèvres. ou encore les meneurs et les menés. Chacun se sent "libre"
  2. Salade
    novembre 26, 22:17 Reply
    pour le reste, vous avez écrit n'importe quoi. Vous êtes incapable de prendre du recul.
  3. Salade
    novembre 26, 23:18 Reply
    Dommage , cette propagande, il n'y a pas d'autre mot. Business RTL/la libre/telepro is business RTL. On voit bien que vous n'êtes pas historien. L'émotion vous fait écrire n'importe quoi, je persiste. Et je n'en ai rien à foutre de CASTRO. Et la politique est une belle merde.
    • marcel
      novembre 27, 01:38 Reply
      Mais pauvre. Il n'y a aucun business en l'occurrence, je ne suis pas payé par La Libre pour ce billet, ils m'ont seulement demandé si j'acceptais qu'ils le republient. Quant à RTL et Telepro, j'y jouis d'une liberté totale. Allez, bonsoir la salade.
      • Salade
        novembre 27, 13:44 Reply
        Vous êtes payé par BEL RTL. Pour la liberté nous sommes d'accord.
        • marcel
          novembre 29, 17:00 Reply
          Je suis payé par BELRtl pour les travaux que la chaîne me confie et en particulier, je suis payé pour avoir une opinion personnelle et libre. Pour le reste, je suis totalement indépendant.
          • Salade
            novembre 29, 18:22
            Oui oui, le passeport indépendant, c'est bien connu. .. et le lobbying est un concept complètement moral par ailleurs. Bon j'arrête. Vous avez le don d'amener une réflexion ce qui est déjà beaucoup dans ce monde de brutes. Mais n'hésitez pas à me censurer, ça m'énerve :-)
  4. Degenève
    novembre 26, 23:26 Reply
    Sans doute Marcel, sans doute. Au fait, si vous voulez "évoquer l’expropriation des entreprises US dès son arrivée au pouvoir", il faut aussi que la mafia (américaine) était surreprésentée parmi ces entreprises américaines et avait transformé Cuba en un vaste casino/lupanar à l'usage des "touristes" américains. Et qu'elle fut pour beaucoup dans le basculement de la politique américaine à l'égard de Castro avec toutes les conséquences qu'on connaît. Ce qui ne veut pas dire que Juncker n'aurait pas pu être plus réservé et moins vibrant dans son hommage à quelqu'un qui fut un dictateur.
  5. BHL l 'entarté
    novembre 27, 00:04 Reply
    [Commentaire insultant et violent laissé en place. Il permet de juger du sens de la liberté d'expression chez les adeptes de Castro (ou de Poutine)] Crapule neo libérale que l'Europe CREVE vive Poutine Tu seras rasé a la libération demi sel ! JE CHIE SUR TA DICTATURE EUROPEENNE
    • denis dinsart
      novembre 27, 14:05 Reply
      Commentaire stupide et imbécile mais vous auriez du écrire ..... chez DES adeptes de F.C et non pas cher LES adeptes ...
  6. moinsqueparfait'
    novembre 27, 01:55 Reply
    Ca me fait de la peine de devoir le dire mais Mussolini avait réellement commencé à obtenir des résultats dans la lutte contre la mafia sicilienne, alors que ces fichus amerloques se sont servis de la mafia pour le débarquement et que la CIA l'a carrément installée dans les hautes sphères de l'Etat italien, plombant de nouveau tout l'ancien royaume des Deux-Siciles pour un siècle au moins après le pillage des Piémontais, les mafias "sudistes" étant ensuite devenues nationales et même internationales, gangrénant donc le reste de l'Italie et même des villes entières aux USA. Constater ces faits objectifs ne m'a jamais amené à croire que Mussolini était un type bien, mais je peux vous garantir qu'en Italie, il y a encore aujourd'hui des gens qui sont vraiment persuadés que Mussolini n'avait pas un mauvais fond et que socialement, ils ne sont absolument pas gênés de le dire car ils n'ont rien à voir ni avec les caricatures de facho qui balade son berger allemand en exhibant ses tatouages ni avec celles d'éminents membres de la Loge P2. C'est complètement ahurissant mais c'est comme ça: les tyrans arrivent toujours à se créer une réserve de supporters incroyable dans la population "ordinaire" qui leur survit bien après leur mort. Pour Cuba, j'ai déjà dit ce que je pensais: il paraît que c'est royaume de la emancipacion "sauf que les vilains amerloques ont imposé un blocus pendant je ne sais combien de temps" (l'argument ne vaut rien pour les 3/4 de la période car l'URSS a aidé Cuba massivement). En réalité, la emancipacion, c'est que tout dirigeant cubain de premier plan présente invariablement les caractéristiques suivantes : homme, vieux, peau blanche, ascendance hispanique. Tout manquement à un seul de ces critères est éliminatoire. Mais bon, il y en a qui veulent nous faire croire au père Noël parce qu'ils ont pu aller se taper dans le dos de leur femme des danseuses blacks émancipées lors de "voyages d'étude" organisées par le syndicat (=vacances aux frais des affiliés, rhum et baise à volonté... mais faut pas le dire, c'est facho de dire ça...).
    • Salade
      novembre 29, 18:28 Reply
      Mais Mussolini c'était un socialiste, enfin, au début et au milieu ...
  7. Brozovic
    novembre 27, 03:25 Reply
    Monsieur Sel, je pense que Monsieur Juncker avait à l'esprit aussi la grande responsabilité du monde occidentale sur les millions de morts provoqués par sa politique (Irak, Libye, Syrie, Afghanistan, Vietnam et autres) Etant réaliste il a fait de la politesse entre les gens du même monde qui ont du sang sur les mains.
  8. act
    novembre 27, 04:46 Reply
    Junker est une ordure, cela ne fait aucun doute. Mais peut-être est-ce parce qu'il voyage plus que vous qu'il ne s'est pas livré à votre lamentable exercice. Cette impression de m'être égaré sur un site d'un hystérique anti-castriste de Miami et en français! Votre emportement vous égare, sans parler de vos chiffres et références. Ne me croyez pas, vérifiez par vous-même, voyagez dans n'importe quel pays d’Amérique du sud, ou centrale, en Afrique et dans une grande partie de l'Asie et demandez à ces populations ce qu'elles pensent de Cuba, de sa révolution ou de Fidel. Dans la plus grande partie de cette planète et même ici, Fidel, Che, Camillo, Raul et bien d'autres sont déjà des héros et la révolution cubaine une véritable légende. Donc oui, Fidel est un héros pour beaucoup, beaucoup plus de femmes et d'hommes que vous ne pourrez jamais l'imaginer, c'est un fait indéniable. Il est entré dans l'histoire de son vivant, il a écrit l'histoire. Votre colère pathétique n'y changera rien. Tous ces gens seraient-ils totalement idiots ou si mal informés? Voire manipulés, même s'ils vivent libres et loin de la Havane? Ils n'auraient selon vos mots "aucune valeur"?! Ce n'est pas seulement à Cuba que cela se passe : il y a plus de médecins Cubains (une île) qui soignent gratuitement à travers le monde que de médecins travaillant pour l'OMS (le reste du monde). Ce sont les médecins cubains qui ont réussi à contenir les dernières épidémies en Afrique, même les USA et CNN les ont salué pour cela. Différentes campagne d'alphabétisation sont aussi actuellement menée en Amérique latine. Demandez-vous pourquoi Mandela une fois libre s'est rendu à Cuba, pour rencontrer et remercier Fidel? Visitez Cuba, cet enfer socialiste, et ensuite visitez Haïti, paradis capitaliste situé non loin, et comparez, forgez-vous votre propre opinion. D'ici vous pouvez déjà comparer quelques indices comme la mortalité infantile, le taux d’alphabétisation, l'espérance de vie, le nombre de sans abris, vous savez ce qu'on appelle aussi les droits de l'homme. Vous pouvez aussi comparez ces indices cubaines aux nôtres, vous serez surpris. N'oubliez pas que le premier est soumis à un blocus économique depuis plus de 50 ans et que le second fait partie du monde libre. Ne perdez pas de vue qu'une fois en Haïti, finies les promenades nocturnes -et même diurnes-, les discutions avec l'habitant autour d'un rhum où bon vous semble,etc., il risquerait de vous en coûter votre vie, tout simplement. Comparez le niveau d'éducation, une dictature comme vous l’imaginez prendrait-elle le risque d'abolir l'apartheid, le sexisme institutionnalisé, d'alphabétiser et d'éduquer gratuitement l'ensemble de la population? Ou celui plus énorme encore d'armer cette population? Si aujourd'hui les jeunes générations sont si critiques, innovatrices et motivées c'est précisément parce que leur niveau d'éducation leur permet cette réflexion. Pensez vous vraiment que les barbus ne l'avaient pas prévu?! Une analyse binaire ne suffit plus quand il s'agit d'aborder l'expérience cubaine. Il est évident que personne ne peux passer 50 au pouvoir sans se salir les mains mais votre texte montre à quel point vous ignorez tout du personnage, de son parcours et des autres habitants de l'île. Même Obama y est allé de son hommage courtois, mais vous faites partie de ceux qui s'entêtent à aboyer dans la mauvaise direction, comme Trump que vous appréciez tant. La consigne à changé mais dans votre égarement vous ne l'avez pas encore comprise. Pour le nombre de prisonniers politiques voyez plutôt les rapports d'Amnesty, comparez le aussi avec le nombre de ceux détenus dans nos pays de "démocraties représentatives". Notez que parmi ceux-ci une grande partie le sont aussi -et surtout- pour faits avérés de terrorisme, oui ici comme à Cuba. Contrairement à beaucoup de nos pays, Cuba a depuis longtemps totalement modifié son attitude envers la communauté LBGT et est aujourd'hui à la pointe des droits identiques pour tous. C'est la propre fille de Castro qui mène le mouvement. Des rencontres internationales LBGT ont lieux à la Havane avec le soutien de l’État. Concernant la tragédie des balseros ou des victimes du 13 mars '96, vous feriez bien de poursuivre vos recherches sur le sujet et les causes du drame avant d'y voir l'argument ultime. Interrogez-vous par exemple sur la loi US dite des "pieds secs" et de ses implications. Particulièrement quand il meurt plus de réfugiés sur nos côtes européennes en une semaine qu'au large de Cuba en plusieurs décennies. Bien évidement il y a bien des choses à critiquer, à changer, à améliorer à Cuba et si vous écoutiez ou lisiez les Cubains ou Fidel plutôt que de lire sur Fidel et les Cubains vous sauriez déjà qu'ils ne l'ont jamais nié. Les peuples de cette planète aiment Cuba et Fidel. Récemment en titre vous écriviez "le peuple est con", aujourd'hui vous insultez son héros le jour de son décès, vous voyez tout se tient.
    • marcel
      novembre 29, 17:06 Reply
      Petite question après ce beau papier : pourquoi vous n'habitez pas à Cuba, en fait ?
      • Salade
        novembre 29, 18:25 Reply
        A ce qui parait que Cuba, pour la moto c'est cool et chips. Et Davignon s'y gare.
      • X69X
        novembre 29, 21:47 Reply
        j'y ai vécu, y suis retourné autant que possible et projette d'y retourner / le problème est que je n'ai pas la nationalité, suis déjà en couple (le mariage donne la nationalité) et que pour des raisons que je vous expliquerais en privé, je n'y ai aucun avenir professionnel (or un job y permet le séjour, comme chez nous). / il me reste à trouver la solution viable de plus après un temps sur l'île, je me suis surpris en découvrant que ma grise et pluvieuse Bruxelles me manquait, ce qui complique encore la solution... / votre petite question me rappelle le refrain "si tu n'es pas content, va vivre en URSS" d’antan.
    • moinsqueparfait'
      novembre 30, 00:35 Reply
      L'essentiel, c'est que vous y croyez. Mais quand un "grand de ce monde" ou bien friqué, même fine ordure ou résistant breveté©, est malade, il va toujours se faire soigner aux USA, et plus rarement en France ou au Canada au lieu de se précipiter à Cuba... Quant à l'alphabétisation héroïque par les communistes cubains, cette antienne commence à chauffer les oreilles à force d'être beuglée pour camoufler tous les autres bruits... comme s'il n'y avait que les communistes qui savaient lire et écrire et enseigner. C'est l'Argentine (communisme, pas le genre de la maison...) qui est le pays hispanophone où l'alphabétisation a été généralisée le plus tôt (elle a débuté vers 1870), à tel point que les Argentins moyens ont su lire et écrire en castillan pas loin de 60 ans avant leurs homologues espagnols (ex-puisssance coloniale!). Invraisemblable, cette superstition. Même flinguée de A à Z minutieusement pendant un siècle (ce pays devrait être membre du G8 tant il est richissime), l'économie argentine offre encore aux Argentins un niveau de vie comparable à celui de l'Espagne et l'Italie du Sud, soit bien mieux qu'à Cuba (et par pitié, ne me faites pas dire que je soutiens les régimes argentins uniquement parce que je constate ce fait objectif!). Il est vrai que Cuba performe bien en termes d'espérance de vie mais elle fait moins bien que le Costa Rica et pas énormément mieux que l'Argentine et l'Uruguay. Et pour ce qui est de mettre en regard les "USA", par pitié, vous qui auriez voyagé et vous seriez renseigné, prenez conscience d'un élément de base: les USA, c'est 50 États et entre les standards de vie en Floride et dans le Wyoming, il y a un gouffre, ce qui tue toutes les comparaisons car la différence d'échelle est trop grande, sans compter que si les vilains USA n'existaient pas et que s'ils ne partageaient pas nationalité des Californiens, je vous garantis que les habitants du Mississippi auraient le niveau de vie... de votre emblématiques haïtiens. Alors, stop à la fin, parce que ça fait de la peine de lire ces superstitions. Ce sont des Cubains qui fuient à la nage vers la Floride, et pas des pauvres américains qui font le chemin inverse. Quant à sélectionner Haïti "ad hoc" comme symbole du capitalisme pour sauver l'image du régime cubain, alors là vous sombrez totalement. Comme par hasard, vous n'avez pas sélectionné les exemples de la Martinique et de la Guadeloupe...
  9. Michel
    novembre 27, 09:49 Reply
    C'est étonnant que vous ne compreniez pas que dans ces circonstances, l'art politique c'est aussi l'empathie. Beaucoup de citoyens européens d'une génération plus ancienne que la mienne ont effectivement vibré, avec sincérité, pour cette idéologie et sont donc aujourd'hui touchés. En ne prenant pas en compte cette dimension et en l'accompagnant des erreurs d'analyse historique qui plombent vos derniers billets, ça donne que, parmi les dirigeants étrangers, celui qui a eu la réaction la plus proche de la vôtre en déclarant : «Fidel Castro était un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple.» se nomme... Donald Trump!
    • marcel
      novembre 29, 17:05 Reply
      J'ai vécu cette empathie de très près, dès les années 70. C'était l'époque où, à l'école, des formateurs nous attiraient vers le maoïsme en nous fournissant des jolies revues chinoises pas chères du tout et très bien écrites en français (parfois un peu vieillot) au demeurant. Je me suis toujours méfié de ces engouements faciles. Pourquoi pas les autres ?
      • moinsqueparfait'
        novembre 29, 19:39 Reply
        Encore très haut de gamme, ça Marcel. Bourgeois, va! Vous ne semblez pas avoir connu les expositions sur la Bulgarie dans des maisons particulières de la Fondation Jacquemotte. Grandiose. Une seule manière d'illustrer ça avec le sourire: https://www.youtube.com/watch?v=_kT9-YYJ_xQ
  10. L'enfoiré
    novembre 27, 10:38 Reply
    Salut Marcel, Comme je viens de l'écrire ailleurs, je ressors mon commentaire à ceux qui sont admiratifs et ceux qui le sont beaucoup moins http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fidel-castro-les-chiens-de-garde-186942#forum4737138 J'y disais: Avez-vous été à Cuba pour constater sur place ? J’y ai été. Si vous y avez été, auriez-vous aimé y rester vivre en osant dire tout sur tout et n’importe quoi ? Parce que c’est ça le problème. C’est ça la liberté. Il n’y a pas que manger et boire ni obtenir une éducation poussée si elle ne peut être utilisée pour critiquer. Je n’aime pas les chiens de garde. Une vidéo qui me parait le plus objectif sur Castro. Les humains sont bipolaires. Comme je viens de l’écrite : il y a plusieurs vérités et une seule réalité. La vidéo mentionnée tu sais évidemment d'où elle vient Il y a toujours deux phases à un dictateur. La première qui cherche à s'attirer les bienveillances, suivie par une apogée, un retour de flammes dans lequel ils tournent kazakh comme on dit chez nous et qui voient tous les avantages à en tirer pour eux-mêmes. Que ce soient les prêcheurs de bonne parole . :
    • marcel
      novembre 29, 17:03 Reply
      Aller sur place est toujours intéressant, mais cela ne permet pas de juger de l'oppression éventuelle, toujours en coulisses. J'ai été en RDA, par exemple, sans voir quoi que ce soit de très choquant (sinon l'attitude des gens). Sans les témoignages des dissidents russes, on n'aurait pas su grand chose des exactions du régime soviétique, hormis le fait qu'il n'y avait pas grand chose à acheter au Goum.
      • X69X
        novembre 29, 22:08 Reply
        Aller sur place ne suffit pas pour beaucoup. En effet beaucoup de touristes qui vont à Cuba reviennent choqués par la pauvreté qu'ils ont pu constater à certains endroits. Pour la plupart de ces touristes c'est leur premier voyage dans un pays du sud et surtout le premier où il s peuvent vraiment rencontrer les gens. Sortir des circuits et des hôtels sans risquer de petits ou graves problèmes ou pire. Parce que s'il y a de la pauvreté, il n'y a pas de misère. Pas d'enfants abandonnés qui vivent dans la rue, pas de gang sous crack, etc. / Donc aller sur place mais surtout avoir visité avant, ou après, d'autres pays du sud, dans les caraïbes, en Amérique Centrale ou du Sud etc...Avant que vous pensiez que je ne vante la "répression", je précise qu'un des sujet principal des Cubains qui adorent discuter, avec le base-ball et la bagatelle, c'est la politique, dont la critique du régime. Aujourd'hui les opposants sont libres ont accès internet et la plupart y tiennent un blog. Encore une fois Cuba est loin d'être parfaite mais vous décrivez un phantasme d'exilé anti-castriste (dont la plupart, né à Miami, n'ont jamais vécu à Cuba), la situation n'a cessé d'évoluer et évolue encore.
        • marcel
          décembre 06, 11:07 Reply
          J'ignorais qu'Amnesty était un émigré cubain anticastriste…
  11. L'enfoiré
    novembre 27, 10:40 Reply
    J'oublie... Je connais aussi l'autre volet. J'ai été en son temps en Floride. J'ai donc connu ceux d'en face.
  12. marcdodinval
    novembre 27, 11:41 Reply
    En considérant que le Castrisme a dévié en dictature népotique vers les années 1980, il ne faut pas oublier la vague qui a porté Castro dès 1954. Deux pays du monde libre , Cuba et Haïti, dont les habitants crevaient de misère en 1950 à l'exception d'une nomenclature locale et étrangère nageant dans le bien être subsistaient dans cette région Caraïbe. En 2016, Haïti est toujours libre et dans une misère crasse tandis que Cuba est une dictature où le peuple est logé, soigné et reçoit une éducation de très bon niveau ... je ne sais ce qu'il faut choisir la liberté avec un analphabétisme miséreux sous des dirigeants plus qu'à l'aise .... ou une relative privation de liberté et un bien être à la soviétique. C'est la réalité
  13. Tournaisien
    novembre 27, 15:07 Reply
    Sans chercher à excuser quoi que ce soit, il est un fait que l'injustice et les abus entraînent toujours une injustice et des abus contraires. Le coup d'état qui avait porté Battista au pouvoir portait en lui toutes les promesses d'un radicalisme opposé.
  14. Eridan
    novembre 27, 16:52 Reply
    Trump dit (presque) exactement la même chose. Après votre billet précédent, il est intéressant de noter que, après avoir traité le peuple de "con", vous trouviez opportun de mentionner les "progressistes (qui) se sont laissés aveugler". Vous ne devriez pas vous arrêter en si bon chemin : livrez-nous votre pensée profonde... Remarquez que, selon Grevisse, il aurait été mieux de laisser "laissés" sans s.
    • Salade
      novembre 29, 18:29 Reply
      Oui, ça fait Pornocratès
  15. Capucineke
    novembre 27, 17:12 Reply
    Dans des moments pareils,je relis "le petit prince"de saint ex....et je rêve .. L'histoire ,la géographie et les sciences devraient être enseignés avec un GPS sans oublier l'art . L art,,avec un grand À de la diplomatie.
  16. Capucineke
    novembre 27, 18:35 Reply
    @ salade J'aime bien les gens qui se mettent en colère. Quand j'étais enfant,je croyais qu'il y avait "les zen t'ils et les messants"comme les cow boy et les indiens, Avec le temps,je ne sais plus.
  17. Capucineke
    novembre 27, 18:57 Reply
    l'humour a de plus en plus difficile de nous faire rire. Il serait prudent d'y faire attention!
  18. u'tz
    novembre 27, 19:10 Reply
    sacré Marcel, fidèle dans la droiture à vos derniers posts ! dites merci à castro de quitter son jogging de pantin douteux au moment opportun avec le nain luxo jamais à cours de propos inopoportuns sauf si le but est de dévoiler sa pantinitude émoroïdocratique (émotivo-eurocratico-héroïque). Kar le Marxel, il dit: "Le général Pinochet était aussi un héros pour «beaucoup»", bcp peut-être mais le working class hero du cubla ibre à plus de % dans pouplations que les mèmères à casserole du sous-fifre pinocchio, pour les zéroïsmes comparés : fidel baise eisenhower et même le berliner catho qui écrase marylin, augusto suce juste nixon... évidemment si Marxel pense que marilyn n'est qu'un petit oiseau, et que nixon a arrêté la guerre du vietnam... juncker n'est forcément qu'une tache, toute petite
  19. José Fernandez
    novembre 27, 20:55 Reply
    Marcel, avant d'écrire cet article (que l'on comprend à charge contre Juncker, ce que l'on peut en soit accepter), je pense que tu aurais pu/dû : aller à Cuba, rencontrer des Cubains. Parler à des chirurgiens Vénézoliens. Ou à des enseignants Sud-Africains ou encore des agriculteurs Angolais. Tu aurais alors sans doute pu comprendre pourquoi Castro (et le Castrisme), tout dictateur qu'il était, ne peut en aucun cas être comparé à un Pinochet (qu'à t il apporté au peuple chilien), à un Assad, et à tous les autres noms de dirigeants totalitaires que tu cites. Et je ne suis évidement pas un "adepte" de Castro. J'aime juste le peuple Cubain, au sein duquel j'ai de la famille, des amis et de connaissances. C'est eux qu'il faut écouter et lire.
    • marcel
      novembre 29, 16:57 Reply
      Je ne juge pas un dictateur sur le bien qu'il a éventuellement pu faire à l'étranger. Et oui, j'ai eu des contacts avec des Cubains (que j'aime aussi), mais particulièrement à l'époque de Castro. J'ai aussi travaillé pour une organisation intergouvernementale de réfugiés début des années 80, j'ai donc pu reccueillir des témoignages directs. Par ailleurs, pour ce papier, je me suis informé à des sources très diverses et plutôt neutres (Amnesty, ICHR, RSF et journalistes crédibles) comme il se doit.
  20. Marcx
    novembre 27, 21:37 Reply
    Bravo, votre meilleur texte à mes yeux, peut-être parce que je suis cet fois 100% d'accord, je faisais dés hier matin le parallèle avec Pinochet. Les libéraux ne lui ont pas portés louanges quand bien même il aurait appliqué certains conseils de Friedman et de boys de Chicago. Une ordure autocrate reste une ordure autocrate.Ok pour la real politique mais là on vire effectivement dans l'indécence.
    • Salade
      novembre 29, 18:34 Reply
      vous avez oublié de réagir ici où là: http://www.lefigaro.fr/international/2015/01/23/01003-20150123ARTFIG00012-le-roi-abdallah-d-arabie-saoudite-est-mort-a-l-age-de-91-ans.php extrait: "François Hollande a salué la disparition d'un homme dont «l'action a profondément marqué l'histoire de son pays" Surtout pour les femmes lapidées
  21. Nobels
    novembre 27, 23:14 Reply
    Mister Sel, j'approuve votre article et l'ai déjà bien diffusé.
  22. Wallon
    novembre 28, 09:28 Reply
    Bonjour Monsieur Sel, tout à fait d'accord avec vous. Fidel Castro est mort. Un tyran est mort ! Mais, il faut avant tout rappeler que les Etats-Unis d'Amérique furent le détonateur de cette pénible période ( Cuba un lupanar régi par les gangsters nord-américains avec l'assentiment de l'Oncle Sam). Quant à leur embargo, il n'a fait qu'aggraver la situation de paupérisation même s'il faut évoquer l’expropriation des entreprises US. Entreprises US, qui comme partout ailleurs en Amérique centrale comme du sud, profitaient largement des salaires de misère imposé dans les pays de cette arrière-cour nord-américaine. D'ailleurs, qui déstabilisa de nombreux Etats d'Amérique du centre et du Sud afin de placer à leur tête des dictateurs sanguinaires à la botte de Wall-Street ? Toutefois d'accord avec vous, Un tyran est mort !
    • marcel
      novembre 29, 16:51 Reply
      J'ai lu, sans pouvoir le vérifier, qu'à l'époque de Battista, Cuba avait au contraire un niveau de vie relativement élevé et un taux de mortalité infantile (déjà) très bas. Mais je n'ai pas pu le vérifier. Je n'attibuerais pas non plus toutes les fautes à l'Amérique. Soupçonnant Castro de vouloir s'allier à son ennemi juré d'alors, l'URSS, et particulièrement après l'affaire des Missiles (Castro ayant dit par la suite qu'il savait qu'il y en avait et qu'il les aurait utilisé en cas d'invasion, même en sachant que cela aurait signifié l'éradication pure et simple de toute vie sur Cuba), l'embargo était une conséquence tout à fait logique. Et si celui-ci peut en partie expliquer la pauvreté des Cubains, il n'explique en aucune façon la dictature et la dynastie familiale.
      • Degenève
        novembre 29, 20:14 Reply
        Petit rappel de datation historique, Marcel : la crise des missiles de Cuba c’est fin 1962. L’invasion de la Baie des cochons, planifiée sous l’administration Eisenhower et (mal) exécutée sous l’administration Kennedy, c’est dix-huit mois avant la crise des missiles. Et elle achève de pousser Castro et son régime dans les bras des soviétiques qui n’attendaient que cela. Alors qu’il semble que l’objectif de l’invasion US était de rendre les clefs du pays à la mafia : https://www.theguardian.com/world/2007/jun/27/usa.cuba Peut-être que si les USA avaient été un peu plus proactifs ils auraient pu éviter le rapprochement de Castro avec l’URSS. L’histoire des soixante dernières années a bien montré qu’ils sont parfaitement capables de s’accommoder de voir des dictateurs à la tête des pays d’Amérique latine, la seule condition étant que les dictateurs en question ne nourrissent pas de sympathies communistes. Quant à Castro expliquant qu’il aurait utilisé les missiles en cas d’invasion, encore faut-il que les Soviétiques l’aient laissé faire. Rien ne permet de penser qu’il aurait pu avoir accès aux codes de tir. Mais affirmer qu’on en aurait fait usage permet de prendre une posture (surtout à usage interne). Pour le reste on est dans la situation classique du pouvoir qui corrompt et du pouvoir absolu qui corrompt absolument. Ayant éjecté Batista et ensuite repoussé le débarquement de la Baie des cochons, il a été adulé par tout un peuple tout en bénéficiant d’un pouvoir absolu. Ce qui est arrivé ensuite (dictature, népotisme, kleptocratie, etc.) était hélas inévitable, la nature humaine étant ce qu’elle est.
  23. mélanippe
    novembre 28, 11:59 Reply
    Pas un article sur fillion-Filiation. Attention presse de gauche à la botte des cohn Bandit. La fin est proche.... Saluto.
    • marcel
      novembre 29, 16:46 Reply
      Je ne vois pas bien le rapport entre Castro et FIllon. Je dois écrire un article à chaque événement dans le monde ? L'Obs et Libé n'ont-ils pas déjà fait le portrait de Fillon comme il se doit ?
  24. serge
    novembre 28, 15:38 Reply
    Bien d'accord avec vous Marcel. Soit on se tait pudiquement soit, si on évoque le disparu, on le fait avec plus d'objectivité. Ces formules creuses furent soigneusement étudiées pour etre vaguement positives et factuellement inattaquables. Un exercice politicien un peu affligeant venant d'un homme qui prétend parler vrai.
  25. Dagniau Marcel
    novembre 28, 18:00 Reply
    Comparer un Pinochet, un V. Orban et même un Erdogan à Castro, vous y allez un peu fort. Même si ce régime n'était certes pas l'idéal, il n'y a pas là-bas des pourris d'extrême droite qui crachent à qui mieux sur les peuples. Des gens comme vous ne comprendront jamais la différence entre la gauche radicale et l'extrême droite à la Lepen. Quant à Juncker, nous avons quand même d'autres raisons, plus sérieuses, de lui en vouloir, n'est-ce pas ? Luxleaks, ça vous parle ? Je parie que vous êtes heureux de la victoire du Fion chez nos voisins ! Je vous ai viré de mes contacts il y un bout de temps, allez comprendre pourquoi !
    • marcel
      novembre 29, 16:45 Reply
      Il ne s'agit pas de comparaison mais d'exemples.
  26. MUC
    novembre 28, 19:33 Reply
    Monsieur Sel. Vous n'allez pas me croire, mais enfin, après des années, je suis oblige de vous féléciter ! Vous venez d'écrire un article qui me plait. puis j'y ajouter l'exécution obscure du general Arnaldo Ochoa, en 1989 ? A ne pas oublier son népotisme, en faisant de son frère le nouveau president ? Ce Raul, qui a execute 70 "Ballistero" comme des chiens ?
    • marcel
      novembre 29, 16:44 Reply
      Ah, ça change, hein. On aurait donc quand même des valeurs en commun ?
      • MUC
        novembre 30, 09:07 Reply
        Je suis quand-même un petit peu décu. Ce n'est pas grave, mais dans votre article, j'ai cherché en vain un lien entre Fifi Castro et August Borms. Les sois-disant Oostfronters non plus ont reçu une place qui leur appartient. Un rare moment de faiblesse de votre part ?
  27. Michel
    novembre 28, 21:02 Reply
    A nouveau des erreurs et des imprécisions historiques. " assassinés par les garde-côtes cubains en 1994 pour avoir (...) Les militaires savaient qu’il y avait (...)" C'est faux. Pour rappel, le bateau en question a été coulé suite à une voie d'eau préexistante, à l'arrosage du bateau à la lance et par des voies d'eau ultérieures et volontaires dues aux deux autres remorqueurs. Mais la présence de militaires ou garde-côtes à leur bord n'a pas été établie ni même avancée par les victimes rescapées. Ils ont fait état de personnes habillées en civil. Les trois bateaux impliqués, y compris celui coulé, appartenaient au ministère des transports et non aux gardes côtes ou militaires. Et si les gardes-côtes cubains sont en effet intervenus, c'est pour repêcher les rescapés dont nous avons aujourd'hui le témoignage. Au final, il reste en effet que la responsabilité de l'État cubain dans ce drame à été établie. Mais je suppose qu'une fois de plus, ces précisions historiques ne seront que "propagande" pour vous.
    • marcel
      novembre 29, 16:30 Reply
      En effet, j'ai un peu simplifié les choses. Je vais donc corriger. Notez que les survivants suspectent fortement le gouvernement cubain de leur avoir tendu un piège prémédité. Ils ont expliqué que les garde-côtes étaient resté un moment en stand-by avant d'agir, laissant les autres remorqueurs poursyuvre leur horrible besogne. Aucun des assaillants n'a été poursuivi par Cuba, qui est donc complice sinon instigateur. Par ailleurs, dans bien des dictatures, il n'est pas besoin d'être militaire pour être "mobilisable". Et je tiens la collision pour hautement improbable, un bateau en bois n'avait aucun intérêt à percuter les bateaux en acier. Sinon, l'arrosage d'un bateau en train de couler est me semble-t-il un meurtre.Sinon voici le lien qui a sauté dans l'article où vous pourrez lire la version des naufragés en détail. http://www.cidh.org/annualrep/96eng/Cuba11436.htm
    • Salade
      novembre 29, 19:01 Reply
      Pour revenir à la crise de Cuba, Quelqu'un peut me dire quand les missiles US ont été placés en Turquie? Et quand il a été question de placer les missiles à Cuba?
  28. Wallimero
    novembre 28, 22:57 Reply
    @ Marcel, Aleï, c'est q-m témoigner d'une incroyable arrogance et surestime de soi-même que de prétendre qu' Orbàn, Al-Sisi ou Erdogan se préoccupent une seconde de ce que Jean-Claude peut dire à l'occasion du décès de Fidel. Notre famille dirigeante a entretenu des relations avec Hitler, Mussolini et Franco, mais est-ce que la gauche franco exige la république? Oh que non, tant que cela sert la francogauchie on garde! Donc de grâce tu permettra à Jean-Claude ce petit "malentendu" à des milliers de kilomètres d'ici, non? On va pas insulter le grand frérot du type avec lequel on vient de conclure un grand accord il y a deux mois non? Ah, mais toute cette gesticulation indignée n'est que prétexte pour donner une leçon moralisatrice aux membres égarées de la joyeuse troupe de Dodo's de gauche: "le rêve d'un continent où l'égalité, la liberté, les droits individuels sont des valeurs qui surpassent tout". De l’idéologie pure comme seul guide. Castro n'aurait pas fait mieux. Le Grand Dragon du Temple de la Lanterne Rouge nous ressort l'utopie humanistoïde de la redistribution intergalactique: égalité devançant la liberté, la redistribution inconditionnelle bétonnée dans des 'droits individuels ésotériques qui remplacent la fraternité. Le Schieven Architect est descendu de sa tour d'ivoire avec deux tablettes de somnifères... Soyez contents vous les pauvres d'ici, grâce à la perte de votre emploi on a su aider des chinois à être un peu moins pauvre mais encore plus pauvres que vous! Quel bonheur! Quelle belle proposition sociétale. Bien-sûr la fraternité passe à la poubelle, car cela engendre la responsabilité sociétale, et c'est méchant. Il y a bien deux manières pour créer de la richesse, créer les conditions pour que chacun puisse exceller, ou celle de détruire tout pour que tous autres aient moins que soi. Les chiffres de IWEPS démontrent que la gauche francobelge - dont tu est un exemplaire type - a opté pour le suicide collectif... Mais bon, on préfère se munir d'un égo aussi grand qu'Erasme à prêcher l'Atlantide Humanistoïde en parcourant sur un âne une Europe en feu au lieu d'accepter qu'il est urgent de réformer ses propres dogmes. Joli Marcel, vraiment joli VV
  29. Salade
    novembre 30, 17:40 Reply
    Quelqu'un aurait des infos sur le statut des enfants sour le régime castriste? En centre fermé par ex?
  30. Salade
    novembre 30, 20:05 Reply
    un post sur le reportage de Deborsu sur la flamandisation de la belgique? une blague! La wallonie dit NUTS et préfère vivre pauvre que flamande, d'ailleurs le mouvement inverse est en route la flamandisation de bruxelles est TOTALE quand à elle (mais elle ne règlera en rien le chômage abyssal bruxellois): bye bye bruxelles! mais la flandre et bxl ne peuvent vivre sans eau et sans électricité wallonne (pour rappel Doel et Tihange ont chacun la même capacité de 3Gw) même avec le champ éolien de knokke on est loin car la superficie wallonne (aussi en terme de panneaux soilaires) est bien plus grande , sans compter l'hydrolique. un trilogiport s'installe à Liège SANS besoin de la Flandre , etc... c'est une question de temps.
  31. Salade
    décembre 01, 14:35 Reply
    le lendemain du jour où Deborsu a fait son macro-trottoir que je peux le faire aussi, voici pourquoi la Belgique doit cesser d'exister: http://www.lavenir.net/cnt/dmf20161201_00923612/pres-de-105-000-emplois-crees-depuis-2014-mais-le-taux-d-emploi-reste-stable IMPOSSIBLE d'avoir le nombre d'emploi créés, taux d'empoi, etc.. PAR région! il faut que cette comédie francophone digne de la fusée ariane francaise/européenne CESSE! Le peuple francophone est CON.
  32. Capucineke
    décembre 01, 20:47 Reply
    Je crois que les citoyens,les gens qui vivent dans la vraie vie,recherchent des hommes politiques œuvrant pour l'amour et la paix,pour une justice équilibrée comme la balance de ma bobonne,pour une société où la famille,les enfants,l'éducation,la santé,la vérité priment sur l'insolence des etres suffisants se permettant d'insulter les gens courageux en toutes impunités grâce à leurs titres et leurs supériorités financières. Bonne nuit ????,tic tac,tic tac...
  33. u'tz
    décembre 02, 01:18 Reply
    après la mort de la fidélité à la classe ouvrière, fidel est mort , flamby est mort chez les FR d'RF, vive le "geen derde rijk in onze mooie wijk", fuck nva vive le cordon santinaire contre sa soeur jumelle vb, fuck l'mr et ses lopettes suceurs de nationalistes flamands et dan zijn ze fier op en plus tas de fumier ordoné maltais
  34. Degenève
    décembre 04, 23:36 Reply
    Si l'hommage de Juncker est insupportable, que dire alors de la sortie de Ségolène Royal qui va jusqu'à nier l'existence de prisonniers politiques à Cuba...
  35. u'tz
    décembre 05, 01:41 Reply
    "L’insupportable hommage de Jean-Claude Juncker à Fidel Castro." ce marxiste de fidel (oui monsieur un marxiste quasi un pétébéiste une de ces raclûres qui trouvent que le libéralisme c'est l'esclavage, le colonialisme, le dégraissage de la cité et d'autres instinct tel le suprématisme blanc) ... un cordon sanitaire autour du juncker ! avant la contagion
  36. Salade
    décembre 05, 11:00 Reply
    http://www.lesoir.be/1383900/article/actualite/regions/bruxelles/2016-12-05/n-va-menace-bloquer-fonds-accordes-bruxelles Bruxelles se couchera. Bruxelles n'aime que l'argent flamand. Le reste, des paroles. Et on a (re)vu Dewever comme toujours! Et je te le dis, Moi Bruxelles, n'irai pas plus loin, Mais je te préviens, J'irai pas à Anvers. D'ailleurs j'ai horreur De tous les flonflons, De la valse NVA Et de l’accord BHV, Et on a (re)vu Dewever comme toujours! Mais mais je te le reredis ... Kaï Je n'irai pas plus loin Mais je te préviens J'irai pas à Anvers D'ailleurs j'ai horreur De tous les flonflons De la valse NVA Et de l'accord BHV Et on a (re)vu Dewever comme toujours!
  37. Didier Melin
    décembre 06, 09:29 Reply
    Bravo et merci pour cette utile mise au point. Les articles honnêtes et bien renseignés étant noyé dans une masse de désinformation souvent haineuse, ça fait du bien de lire ce genre de choses. Bonne continuation.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.