Cachez ce Burkini fissa !

IMG_2881Hier, Raphaël Enthoven a posté un twit qui lui a valu une pluie d’insultes — phénomène tristement habituel sur Twitter où élever le débat est presque devenu tabou. La question : « Les partisans du burkini défendent-ils, au nom de la tolérance qu’ils invoquent, le port du string sur les plages saoudiennes ? » Elle faisait référence au problème fondamental qui occupe l’Occidental francophone (et amuse l’anglophone) en ces jours d’été : faut-il (ou peut-on) interdire le burkini sur les plages ?

Dans ce contexte où chacun est prié de prendre parti et où les arguments les plus absurdes côtoient les raisonnements les plus sensés, la formulation d’Enthoven dérange parce qu’elle est apparemment confuse et que, faute de la lire attentivement, on croit pouvoir l’interpréter dans tous les sens. Décortiquons-la en usant un peu du Larousse, ce qui est peu subtil, mais la subtilité prend de la place.

Les partisans « (Larousse) Personne qui est attachée à une cause, à un parti, à une doctrine, etc., dont elle prend la défense. »

Qu’est-ce qu’un partisan du burkini ? En principe, quelqu’un qui encourage les femmes à porter le burkini. Ce qui rend la chose plus complexe, c’est que le burkini n’est pas un vêtement musulman en soi, mais découle du hijab (voile et/ou tenue musulmane qui ne couvre pas les yeux, donc rien à voir avec le niqab saoudien, pour rappel) que des musulmanes portent volontairement ou non, selon les cas. Le burkini leur permet de se baigner, par exemple, dans la mer. Autrefois, un certain nombre d’entre elles devaient se baigner habillées ou s’interdire toute baignade. Or, l’émancipation de la femme ne consiste pas à tout faire pour la cloîtrer chez elle, mais bien à accroître la liberté individuelle de chacune.

On peut donc être « partisan » du burkini pour deux raisons. La première, parce qu’on pense que toute femme devrait avoir le droit de se baigner en toute sécurité et sans violer les préceptes auxquels elle croit ; même les femmes auxquelles le voile est imposé voient leur liberté croître : elles peuvent au moins se baigner !

La seconde raison d’être « partisan » du burkini : parce qu’on considère qu’une femme doit cacher toute chair, où qu’elle soit. Les partisans du premier groupe (libéral) sont en principe totalement opposés au second (islamiste). Ils pensent à juste titre qu’imposer une tenue à une femme est ignoble. Mais c’est cette ignominie qui doit être dénoncée et combattue. Interdire le hijab aux femmes ne combat pas l’ignominie, mais au contraire, entraîne les pires ordures machistes à réduire encore leur liberté en les parquant chez elles avec interdiction totale de sortir.

Par ailleurs, les femmes qui choisissent librement (dans la mesure où la liberté existe dans un environnement culturel, quel qu’il soit) de porter le hijab, doivent bénéficier de nos valeurs occidentales de liberté, faute de quoi nous perdons tout moyen de les leur expliquer. Lorsqu’elles trouvent un moyen hygiénique et sûr de nager en toute « modestie », le leur interdire est une atteinte à leur liberté individuelle selon nos propres normes.

Curieusement, décider de porter une tenue parce qu’on est convaincu-e qu’elle correspond à sa foi, son engagement, est normalement perçu comme honorable dans notre société. C’est d’ailleurs comme cela qu’on perçoit généralement le choix des religieuses que l’on respecte autant qu’on regarde souvent (ou parfois) les femmes voilées avec mépris, peur, angoisse. Rassurez-vous, pas plus que le mariage gay ne vous obligera à devenir homosexuel-le, le burkini ne vous obligera à porter le voile.

…au nom de la tolérance…
Cette partie de la phrase de Raphaël Enthoven semble éclairer le sujet. S’il parle des « partisans » qui agissent « au nom de la tolérance », au sens premier, il s’adresse forcément aux libéraux qui considèrent que nous n’avons pas à nous demander pourquoi une femme porte un hijab, dès lors que chacun est libre de ses choix, tant qu’ils ne dérangent pas les libertés des autres. Je précise qu’il n’existe pas de droit de ne voir que les tenues qu’on a envie de voir. De ce fait, les progressistes se sentent visés par Enthoven.

qu’ils invoquent…
Mais dès lors qu’il ajoute « qu’ils invoquent », il semble ne pas croire à cette tolérance. Dans ce cas, Enthoven ne peut évoquer les libéraux, mais parle forcément des traditionalistes, rigoristes, intégristes ou salafistes qui défendent le burkini pour mieux interdire l’apparition de chair chez les musulmanes qui se baignent, et l’interdire de gré ou de force.

…[défendent-ils] le port du string sur les plages saoudiennes ?
C’est ici que le doute tombe à mon avis : il est évident que les libéraux, par nature, ne peuvent que défendre le port du bikini sur les plages saoudiennes. L’utilisation du mot « string » prête un peu à confusion parce que dans certains cas, il est interdit aussi sous nos latitudes. Il l’est en général sur les digues. Ou à Yakoma, aux USA. Plus près de nous, la commune de Middelkerke (Belgique) avait, en 2010, interdit le string à la piscine, mais autorisé le burkini d’autant plus facilement qu’on ne savait même pas ce que c’était et que personne ne le portait. À noter que c’était alors le Vlaams Belang, parti belge d’extrême droite (qui commémore encore des nazis) qui avait demandé qu’on inscrive cette interdiction dans le règlement. Avons-nous dérivé ?

Je comprends donc la question du philosophe de la manière suivante : « ceux qui défendent le port du burkini au nom d’une tolérance qui leur est totalement étrangère défendent-ils le bikini sur les plages saoudiennes ? » Et la réponse est évidemment « non ». La phrase est intéressante en ceci qu’elle nous rappelle que le burkini est aussi défendu par des intolérants. Mais pour des raisons totalement opposées à celles des libéraux.

Ce que soulève Enthoven amène donc bien au nœud du string, ou plutôt du problème, mais il le prend à l’envers (ceci n’est pas une phrase à connotation sexuelle). Car on se retrouve emberlificoté entre deux aspects apparemment alliés, mais en réalité opposés : les « valeurs libérales européennes », d’une part, et une perception traditionaliste des valeurs musulmanes d’autre part. L’Europe prône un espace de tolérance inédit. Il signifie entre autres que les curés et les imams modérés, qui préféreraient probablement des plages où les femmes se baignent en maillot plutôt qu’en bikini suggestif, ne peuvent l’imposer. A fortiori, les radicaux ne peuvent obliger les baigneuses à porter le burkini. Or, on peut soupçonner qu’une telle oppression existe. La question est : jusqu’où la tolérance doit-elle aller ? Et c’est là que les Gaulois s’empoignèrent.

Depuis la chute des Twin Towers et plus encore depuis les actes terroristes chez nous, l’islam apparaît comme une menace aux yeux de beaucoup d’Européens, jusqu’aux grands esprits dont on se demande parfois s’ils sont toujours là. La critique directe de l’islam apparaissant comme une forme de xénophobie, les plus radicaux ont très rapidement obliqué vers des épouvantails créés de toutes pièces. Ainsi, l’extrême droite s’est concentrée notamment sur le niqab. Une fois celui-ci interdit, elle s’est intéressée au hijab. Mais mollement, parce qu’il est porté par un tel nombre de musulmanes que l’interdire reviendrait à soutenir l’infâme remigration.

Le burkini offre l’avantage de ne pas être si courant, et celui de s’opposer frontalement au bikini (ou au string comme dirait Enthoven), brandi aujourd’hui comme le fin du fin de la liberté féminine alors qu’il est aussi le porteur de nos contradictions : en libérant la femme du maillot une pièce encore trop pudique, nous l’avons résumée aux attraits de son corps. La meilleure preuve en est le peu d’enthousiasme des femmes d’un certain âge, ou des « rondes » pour le deux-pièces. Le bikini célèbre la jeunesse, l’érotisme, une certaine liberté (la totale liberté étant le zérokini, peu goûté sur la plupart des plages), les jolies fesses, mais certainement pas l’esprit, qui est laissé au vestiaire. Une curieuse gamme « déjantée » qui s’assume « La Femme Objet » résume d’ailleurs bien la question, jusqu’à l’absurde.

Comme beaucoup de symboles, le bikini est à la fois une libération et une aliénation : il impose sa loi, le bronzage maximal, et sa dictature : la minceur. Néanmoins, il est toujours réputé être la preuve de l’émancipation de la femme, bien plus que l’existence d’une présidente de la France ou d’une reine des Belges. On se contentera d’une seule première ministre en France, Édith Cresson, le poste étant toujours réservé aux mâles en Belgique. Au summum de l’esprit, à l’Académie française, les femmes se comptent toujours sur les doigts d’une main, pour 32 hommes. C’est encore pire dans les Conseils d’Administration. Curieusement, tout ce machisme est habilement dissimulé derrière deux bouts de tissus, voire un string. Et ramené sur un lieu de loisir, la plage. Je notais aujourd’hui une curiosité : on publie régulièrement des articles sur l’orgasme féminin, beaucoup moins souvent sur l’impuissance de nos queues en berne le samedi, ou sur l’éjaculation précoce. Le paternalisme passe par là, hein, les gars ?

C’est aussi parce que le bikini dispose du label d’une « émancipation », qu’on n’est pas encore parvenu à généraliser dans la société, que les extrémistes concentrent leur islamophobie sur un vêtement. Et sur la femme. On demande en fait aux musulmanes de calquer leur hypocrisie sur le mainstream occidental, qui se concentre sur le vêtement. Cette obsession est curieuse lorsqu’on rattache burkini et terrorisme, dès lors que la majorité des attentats sont le fait d’hommes. On a réussi à hisser au même niveau d’effroi le burkini et la kalachnikov ! This is 2016…

De plus, si on pouvait effectivement rattacher le niqab aux pratiques les plus rigoureuses, et indirectement à l’État islamique ou aux talibans (même si 99,9999% des Saoudiennes qui le portent ne sont pas des terroristes non plus, pour rappel), le hijab, lui, est commun à des héroïnes comme Malala Yousafzaï et à des centaines de millions de pratiquantes. De nombreuses femmes porteuses de hijab se baignent du reste en maillot une pièce sans problèmes (l’islam préconisant le respect de la loi locale). Certaines souhaitent plus de pudeur dans l’eau et le burkini a été créé pour elles.

Et c’est quand la polémique sur ce vêtement de bain qui correspond à une norme religieuse (tout comme, par pudeur inspirée de la religion, certaines femmes occidentales se baignent en maillot plutôt qu’en bikini), que les islamistes l’ont récupéré, créant de toutes pièces des « scandales islamophobes » comme cette femme de 45 ans qui ne peut, soi-disant, soigner ses douleurs articulaires parce qu’elle n’accepte de nager qu’en burkini dans une piscine hospitalière qui n’admet que le maillot une-pièce. Ou comment on abuse d’un règlement pour crier à la discrimination.

L’interdiction du voile dans les écoles est aussi devenu rapidement un casus belli pour les intégristes. Mais alors que l’interdiction du hijab scolaire avait un sens égalitaire facile à expliquer, l’interdiction du burkini sur les plages n’en a pas. La preuve est rapidement faite par les arguments utilisés par les censeurs. Ainsi, le maire de Cannes dans son arrêté : « L’accès aux plages (!) et à la baignade est interdit à compter de la signature du présent arrêté jusqu’au 31 août 2016 à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime. » Notons que ceci interdit aussi la plage aux femmes voilées et aux religieuses.

Erreur fatale d’inclure la laïcité dans le package, car celle-ci ne revient pas à imposer une tenue neutre dans un lieu public : cela contrevient au contraire aux principes de liberté de religion et même, aux principes de liberté tout court. À lire le nouveau règlement, on conclut que les femmes ne peuvent plus entrer sur la plage qu’en maillot ou en bikini. On peut même s’étonner de ce que, dans ce cas-ci, les strings extrêmes qui révèlent le pubis des femmes semblent plus respectueux des « bonnes mœurs » qu’une tenue qui relève de la pudibonderie, certes, mais tout de même d’une volonté de pudeur, fût-elle religieuse. En gros, la bomba tous seins et pubis dehors est plus acceptable aux yeux de la société sur une plage publique que la femme couverte. Pourtant, à la première, je préfère la femme simplement nue, tout comme l’homme en moule-bite me les brise menues — autant qu’il laisse pendre son machin, c’est naturel et ça n’a de connotation sexuelle que pour les très mal-pensant-e-s.

La municipalité de Cannes précise encore : «une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse, alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’attaques terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public (attroupements, échauffourées, etc.) qu’il est nécessaire de prévenir». Étrange : cela revient à dire que comme on s’en prend à des lieux de cultes religieux, il faut supprimer le droit d’apparaître… religieux. Quant au directeur général des services cannois, il osait à l’AFP : « Il ne s’agit pas d’interdire le port de signes religieux à la plage […], mais les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre ».

Ce ne sont donc pas tous les signes religieux qui sont interdits, mais seulement ceux de l’islam (faisant « référence » à une allégeance à des mouvements terroristes). Bref, le burkini et le voile, c’est Daesh. Point. Tout autre signe religieux est autorisé. On ne va pas interdire les loubavitchs, rassurez-vous. Mais dans ce cas, pourquoi parler de laïcité dans l’arrêté ? Emberlificotage total, absolu, et fin de partie pour la patrie des libertés, désormais limitées aux non-musulmans ou aux musulmans qui rejettent… le burkini et le voile !

Au final, l’affaire de Cannes n’aura rien produit d’autre que la satisfaction des extrêmes. L’extrême droite ravie de voir ses exigences (pour les piscines) étendues par la droite aux bains de mer et même aux plages. L’extrême islamiste bavant de plaisir face à un nouvel interdit qu’elle pourra brandir comme la preuve de l’islamophobie européenne. Et en face, l’échec des libéraux, de l’Europe de la tolérance. Car comment démontrer que l’Europe est réellement tolérante si elle interdit tout ce qui ne lui ressemble pas ? La tolérance dont nous nous réclamons (oui, la vraie tolérance, justement pas l’hypocrisie des islamistes) consiste, rappelons-le à tolérer ce que nous détestons.

Je déteste l’obligation faite aux femmes, tant de se voiler, que de se surexposer.  Je déteste la dictature du corps parfait. Je déteste la pudibonderie saoudienne. Mais c’est justement parce que nous prônons la tolérance que nous ne pouvons pas prendre l’Arabie saoudite comme référence. C’est justement pour cela qu’en Europe, nul musulman ne peut se plaindre de deux hommes qui s’embrassent en public. Et nul athée ne peut se plaindre d’une femme se baignant en burkini au nom d’Allah, ou bronzant voilée.

Si nous calquons nos valeurs et leur expression sur les plus intolérants, autant les jeter tout de suite à la corbeille. Nous les maintiendrons au contraire uniquement contre ceux-ci, qu’ils soient islamistes ou d’extrême droite. Ou alors, dites-moi comment expliquer ces « valeurs » aux réfugiés musulmans, alors que nous les mettons de plus en plus souvent entre parenthèses dès que le mot « islam » apparaît en filigrane.

Perso, je sèche.


Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas contribuer à l’achat d’un dogkini pour ma chienne (de race canine, dois-je préciser), à hauteur de minimum 2 €. 

Previous Cabinet Noir suspendu : Twitter France préfère défendre le nazi.
Next Fermeture de @B3zero : pour le Comité Olympique, l’important, c’est de participer. Financièrement.

You might also like

117 Comments

  1. Eridan
    août 15, 19:24 Reply
    Intéressant. D'actualité. Il y a une quinzaine d'années, mon « professeur es-internet » m'écrivait : « peu importe que l'on parle de vous en bien ou en mal ; ce qui compte, c'est qu'on parle de vous ». Ceux qui doivent se frotter les mains à l'évocation de ce genre de sujet, ce sont les bigots et intolérants (c'est synonyme) de tous poils (pubiens ?). Vous séchez ? Peut-être y a-t-il alors une dimension du sujet qui vous a échappé ? Avez-vous, par exemple, noté des protestations européennes massives concernant les tenues, parfois étonnantes, des Noires Africaines résidant chez nous, des Japonaises, d'autres encore ? Est-il raisonnable de penser -comme vous semblez y encourager- que les réactions concernant les tenues que vous commentez soient à prendre au premier degré ? Contrairement à la plupart des autres civilisations, une partie du monde musulman se pose en concurrente (et même en colon) de la civilisation occidentale et vise à y imposer son mode de pensée, en se servant, pour introduire les siennes, des lois de notre civilisation. C'est contre cela que se développent les réactions, même si ces dernières sont parfois maladroites, mal argumentées, voire même malhonnêtes. Combien de femmes en burkini et en voile se rendent réellement compte du jeu politique auquel elles participent ? La tolérance ne peut pas museler la vigilance. Et la vigilance est un métier difficile.
    • marcel
      août 15, 21:15 Reply
      On pourrait en dire autant de l'Occident qui a cherché à rendre sa tenue universelle…
      • Sébastien Bertels
        août 15, 22:04 Reply
        Quelle tenue ? Y'en a pas en occident,apart pour les [Insulte censurée] qui suivent la mode..mais elles sont aussi [insulte censurée] que ceux qui sont religieux... donc bon xD
        • Mélusine
          août 16, 00:58 Reply
          les quoi, Sébastien Bertels? les femmes qui suivent la mode sont des pouffes et des connes? et quid les hommes qui "suivent" la mode? et c'est quoi "suivre la mode" pour vous? en quoi est-on une pouffe et une conne si on suit la mode? ... et tu laisses passer ce genre d'insultes, Marcel?
          • marcel
            août 16, 14:23
            Bien vu, message modéré.
        • Morue Moderne
          août 16, 11:46 Reply
          Ne t'en déplaise, Sébastien, les tenues occidentales sont devenues universelles. Y'a qu'à voir le Japon, qui a fini par mettre les kimonos au vestiaire pour se saper à l'occidentale.
          • Jean-François Happé
            août 17, 14:44
            Cela, personne n'est venu les y obliger ! Quant à vouloir universaliser un vêtement, par pitié...
          • Shanan Khairi
            août 22, 13:19
            "Les tenues occidentales sont devenues universelles". Commentaire d'un gars qui ne sort jamais de chez lui. Voyagez un peu, ça vous fera du bien.
      • Eridan
        août 19, 07:27 Reply
        "On pourrait en dire autant de l'Occident qui a cherché à rendre sa tenue universelle…" L'Occident a cherché cela ? Et quelle tenue, en effet ? La cravate ? Le chapeau boule ? Le parapluie ? L'imperméable ? Mais c'est juste : la tenue de l'Occident était déjà universelle à l'époque où l'on portait des peaux de bêtes (d'ailleurs, on en porte encore...).
    • " C'est contre cela que se développent les réactions, même si ces dernières sont parfois maladroites, mal argumentées, voire même malhonnêtes." >> Très certainement le plus souvent malhonnêtes ! L'élément le plus important qui passe pourtant systématiquement inaperçu est la raison qui se trouve derrière ce comportement et ces réactions... C'est l'ethnocentrisme, terreau de belles et robustes plantes dénommées racisme, haine et intolérance. Parce que le monde occidental européen se considère par défaut comme le summum civilisationnel, tout ce qui est différent est par conséquent mauvais et à vilipender impérativement. L'occident est majoritairement athée ? Il faut donc bannir à tout prix toute manifestation d'une quelconque croyance religieuse. Pourquoi ? Parce qu'on a raison, pardi ! Cette obstination crasse à vouloir absolument écraser, par la force et la malhonnêteté si nécessaire, toute manifestation à connotation musulmane indique clairement un racisme galopant et hautement contagieux au sein de la population.
      • Eridan
        août 19, 07:19 Reply
        Votre admiration pour le monde occidental nous va droit au coeur...
      • Eridan
        août 21, 16:05 Reply
        « L'occident est majoritairement athée ? » Que non ! Loin de là ! Préjugé très faux. Aux U.S.A., il est de bon ton de se dire croyant (peu importe à quoi...). Dans les pays de l'Est, l'effondrement de l'URSS a permis une forte recrudescence religieuse. Dans les pays du sud, l'empreinte religieuse reste forte. Voir aussi : http://www.revue-pouvoirs.fr/Laicite-connais-pas-Allemagne.html En G.B., on pratique une laïcité « procédurale » http://www.commongroundnews.org/article.php?id=31441&lan=fr&sp=0 On en est donc aux antipodes des conclusions que vous tirez.
        • marcel
          août 22, 11:40 Reply
          Dans sept états des USA, il est interdit d'occuper une fonction publique si l'on est athée… 
        • Vous avez raison. L'occident n'est pas athée, ce qui n'est naturellement pas un défaut en soi, mais devient plutôt de plus en plus laïciste. Autrement dit, un intégriste fondamentaliste de la laïcité dans un délire messianique anti-musulman. Et accessoirement djihadiste, quand il s'en prend physiquement et légalement aux musulmans (musulmanes préférentiellement). Quand un intégrisme chasse l'autre... Heureusement que des personnes de la trempe de Marcel Sel (c'est-à-dire des personnes qui ont, comme dirait un sheik Imran Hossein "a backbone made of steel") sont là pour faire contrepoids à toute cette masse d'idiots (note au censeur Marcel Sel: désolé Marcel, c'est le seul terme approprié ici...) déversant leur haine aveugle et stupide.
  2. u'tz
    août 15, 20:09 Reply
    perso chuis pour la liberté de porter le burkini sauf pour les grosses là où zônent encore les derniers chasseurs d'éléphant de mer, car elles seraient en danger vu les confusions visuelles possible chez ces débiles (même s'ils étaient éventuellement musulmans mâles, en string pour différencier clairement les genres)
      • marcel
        août 16, 14:21 Reply
        Boah, comme je ne suis pas mince moi-même, je tolère :-)
      • u'tz
        août 16, 18:19 Reply
        @Mo.Mo. toute honte bue, je voulais mettre en garde mes soeurs radicales en version ronde... j'ai encore un peu honte de les avoir trouvées plus en danger que les anorexicaine en string chez les pêcheurs de crevette... jle frai plus
      • u'tz
        août 16, 18:31 Reply
        ...ou les chez les éplucheuses de crevette...;^)
  3. Sébastien Bertels
    août 15, 22:01 Reply
    Comme ci être tolérant c'est positif... Etre tolérant c'est être hypocrite. Je préfère dire que peut importe la religion, c'est de la merde et j'en veux pas,plutôt que de faire le bobo chrétien et dire "je te tolère". Imagine si quelqu'un te dit ca ? Ca veut dire qu'il souhaite en fait ne pas te voir. Au nom de la tolérance, j'en ai rien a foutre...FUCK RELIGION !
    • Etre tolérant c'est dire "je ne pense pas comme vous, mais je vous laisse le bénéfice du doute si ça vous fait plaisir". A lire vos deux commentaires, on peut en conclure que vous avez l'absolue certitude d'être dans le vrai. Et traiter tous les croyants de "cons" force l'admiration sur vos critères de jugement de la valeur des individus. Respect !
    • Chady
      septembre 01, 17:33 Reply
      Et ca se dit civilisé .. Quelle etroitesse d'esprit .. Quelle arrogance ..
  4. ISALAMISTEMARCELSEL?
    août 15, 23:43 Reply
    [Je laisse ce commentaire diffamatoire pour rappeler le niveau. Je ne défends ni les islamistes, ni les terroristes, point.] Marcel Sel Défends les islamistes comme les terroristes palestiniens faut s'etonner qu'il soit pour le burkini.
    • u'tz
      août 16, 18:23 Reply
      le niveau d'un surfeur en kippa et bermuda ;^)
    • u'tz
      août 16, 18:25 Reply
      ...et drettes lox, merci crolle
  5. Salade
    août 16, 09:16 Reply
    A propos de sécher dans la piscine: http://www.lesoir.be/1292083/article/actualite/belgique/politique/2016-08-15/jean-claude-marcourt-aux-etudiants-en-medecine-on-trouvera-une-solution
  6. BetsBook
    août 16, 09:54 Reply
    Une femme aime changer de tenue. Un jour en jean, un jour en tailleur. Un jour en mini, un jour en maxi. Une femme aime porter des bijoux, se maquiller et se faire belle. Comment imaginer qu'une femme qui ne porte que le burkini pour se baigner agit spontanément ? Non, monsieur. On la manipule, on la force.
    • marcel
      août 16, 14:21 Reply
      Vous universalisez votre propre point de vue. Les femmes voilées font aussi du shopping, vous savez.
      • Eridan
        août 19, 07:59 Reply
        Vous semblez faire usage fréquemment du terme "universel", avec une pointe de connotation négative. Seriez-vous relativiste ? Benoit XVI n'était pas pour...
    • @BetsBook: merveilleux exemple d'ethnocentrisme (voir mon commentaire plus haut). A partir d'une situation existante, en définir une règle générale et tenter de l'imposer par tous les moyens possibles, parce que c'est la "normalité". Là où se trouve l'ethnocentrisme, le racisme n'est pas très loin...
    • @betsBook .Et toi on te force a être aussi stupide ? Sinon ce n'est pas normal , alors si une femme a envie de ne pas s'habiller comme toi ça veux dire qu'on la force obligatoirement ? Et une femme en tenue de clown = ça veux dire que son mari/petit ami/fiancée la flagelle sauvagement tous les jours pour qu'elle mette sa tenue ? Andouille que tu es = va visiter le monde un peu et sors la tête de ton cabinet de toilette !
  7. guypimi
    août 16, 10:46 Reply
    Moi aussi je sèche sec sur de tels sujets qui ouvrent la porte à toutes les ambiguïtés. Il devient peut-être plus sain de ne pas avoir d'opinion que d'en avoir d'extrêmes mais ce qui non plus ne fait pas avancer l'humanité. Ne pourrions-nous pas plus simplement laisser le plus grand libre choix possible à tous MAIS en tentant par tous les moyens possibles d’élargir le cadre de perception de chacun sur l'esprit critique et la liberté de PENSER en insistant sur la différence entre PENSER et croire en une spiritualité influencée par une déité exogène inexistante. Attribuer à de l'exogène ce qui se passe en nous, notre spiritualité individuelle, est de l'ordre de la schizomanie !
  8. Briand Jean Paul
    août 16, 11:54 Reply
    Merci pour cet article ouvert, puissant, intelligent : j'aimerais être capable d'en écrivain d'une aussi belle facture ! JPB
  9. bellazzurra
    août 16, 13:24 Reply
    Pour moi on se perd dans les sujets comme la laïcité, la liberté de choix de la femme, le communautarisme, la tolérance religieuse ou autres... alors que ce qui pose vraiment problème dans le fond, et qui provoque toutes ces réactions, politiques ou citoyennes, c'est la souffrance de nombreuses personnes à voir la culture "occidentale" et notamment française attaquée par la culture "musulmane" ou "arabe" ou "islamique" avec ses us et coutumes. Je crois qu'au fond peu de personnes en France sont heureuses de voir cette concurrence de culture et les évolutions imposées par l'arrivée de personnes différentes et qui n'ont pas vraiment l'intention de s'intégrer dans la nôtre. Le changement fait mal, le retour en arrière également (car finalement le burkini est peu éloigné des tenues des femmes à la plage dans les années 20 ou 30...
    • marcel
      août 16, 14:20 Reply
      Il n'y a de retour en arrière que pour celles et ceux qui le choisissent. Quant à la culture française, elle est toujours bien vivante, mais encore plus multiple qu'auparavant. C'est comme ça que les civilisations évoluent.
      • Jean-François Happé
        août 17, 14:48 Reply
        Culture française, mais multiple ? Qu'est ce à dire ? La simple association des mots "la" et "multiple" rend votre proposition contradictoire. Soit on se trouve face à une culture, soit à des cultures, soit encore à une culture en évolution, donc significativement différente du jour du moment passé. Mais évoquer une culture multiple, c'est "porte nawak" !
        • marcel
          août 18, 18:18 Reply
          Je vais l'expliquer autrement : la culture française (de la France) est l'ensemble de tout ce qui a été produit, écrit, filmé, montré, l'ensemble de toutes les mentalités qui existent en France, les conflits politiques, les édits anciens, les sources, les origines, les mélanges, les métissages, et bien d'autres choses encore. Elle n'est donc ni descriptible, ni assimilable. Chacun se construit sa propre culture en fonction de cette base, d'une base familiale, de ses rencontres, de ses préférences, de ses points de vues. La culture d'un pays (disons) n'est donc pas quelque chose qui rassemble un certain nombre de gens, mais une base où chacun puise pour construire sa propre culture. Le mot culture est extrêmement souple. C'est pourquoi il est toujours délicat à utiliser. Personnellement, certains aspects de la culture américaine ou anglaise, ou flamande, ou juive, ou musulmane m'ont plus marqués que d'autres réputés proprement français, ou belges, ou catholiques, ou que sais-je. La culture n'est donc pas une obligation, et à chaque lettre écrite sur un réseau social francophone, la culture française évolue. Pourvu que ça dure, inch'allah !
          • Jean-François Happé
            août 19, 10:03
            Nous sommes parfaitement d'accord, à quelques détails près. Vous insistez beaucoup sur la capacité humaine de choisir, de piocher dans l'ensemble des composantes culturelles d'un lieu donné, mais vous passez sous silence la transmission naturelle de certains traits culturels d'une génération à l'autre. Autrement dit, il est difficile de déterminer si (1) les choix sont conditionnés par les choix précédents, transmis par la génétique, ou (2) les choix sont entièrement libres, issus d'un terrain neutre. Dans le premier cas les préférences des uns et des autres pourront se voir rassemblées sous une même bannière culturelle, pas dans le second. Vous êtes partisan d'un choix strictement personnel, singulier, unique et entièrement détaché de toute influence culturelle passée. Mais je vous arrête tout de suite, personne à l'heure actuelle ne peut affirmer dans quelles proportions nos choix sont, ou pas, influencés par le bain culturel au sein duquel nous naissons, puis grandissons. Vous posez, à nouveau, le monde comme simple conjonction linéaire de 7 milliards (et une rahouette) de cultures singulières, la numéro "1" piochant dans les 6 999 999 999 (et une rahouette) pour se définir. Mais cela ne marche pas Marcel. Parce que vous pouvez toujours essayer de boire un verre de vin à Ryad sur la place publique, en tant que femme non mariée embrassant une autre femme. Il se trouvera beaucoup de gens pour être d'accord de vous faire subir un mauvais sort. Car ils se rassemblent tous sous une même bannière culturelle. Les hommes, dans l'ensemble, s'assemblent en fonction de leurs convictions, de leurs intérêts, de leurs idées. C'est la culture, Marcel, et s'il est indéniable qu'un aspect singulier fait partie de sa construction, il est aussi indéniable qu'un partage du résultat façonne les peuples pour les rendre, eux aussi, singuliers.
      • Eridan
        août 19, 08:02 Reply
        @Marcel Sel : « Il n'y a de retour en arrière que pour celles et ceux qui le choisissent » Si c'était vrai, les choses seraient si simples...
  10. Peter
    août 16, 13:43 Reply
    Encore un qui l'a compris Marcello ! Toi par contre ? http://www.esquire.nl/mantertainment/longform/a4944/er-is-een-veenbrand-en-die-woedt-van-jewelste/?visibilityoverride
  11. Bonjour Marcel, avec la nouvelle version de votre blog, il n'est plus possible de mettre en forme un tant soit peu les commentaires (par exemple avec la création de paragraphes ou l'ajout de sauts de ligne) ? Cela en est un peu gênant car tout texte se transforme de facto en un pavé indigeste surtout si il contient plusieurs idées qui nécessitent une structuration minimale...
    • marcel
      août 16, 18:48 Reply
      En effet, c'est un défaut par rapport à la version précédente. Je vais voir si je peux améliorer les choses.
      • La possibilité d'ajouter ne serait-ce que des balises de paragraphe serait un grand plus. Si vous utilisez une installation WordPress, je crois qu'il est possible de définir les balises HTML autorisées dans les commentaires que WordPress conservera.
  12. Degenève
    août 16, 14:45 Reply
    Article trouvé au fil de mes pérégrinations sur le web qui apporte un éclairage différent sur la question tout en se référant à un fait légèrement différent, mais lié à la même problématique, à savoir la réservation d'une piscine dans un parc aquatique : http://www.courrierinternational.com/article/vu-dalgerie-burka-et-burkini-une-provocation-inutile-en-france
    • marcel
      août 16, 18:19 Reply
      Intéressant, mais d'un point de vue alterculturel : les problèmes du Maghreb sont foncièrement différents. Et pourquoi des Français y voient une provocation alors que dans le monde anglo-saxon, c'est perçu comme un choix légitime ?
      • u'tz
        août 16, 21:47 Reply
        si l'espèce homme-grenouille peut se reproduire avec l'espèce femme-enburkinée, tout s'arrangera, les plages et les congés payés servent à ça...
      • Degenève
        août 17, 14:58 Reply
        Je suis comme vous, Marcel, je sèche. Et lorsque je lis dans la presse du jour de le premier ministre français explique - et sans rire encore bien - que le "burkini serait contraire aux valeurs de la république", je me dis qu'on a pas fini de creuser pour atteindre le tréfonds du ridicule : http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/17/manuel-valls-burkini-maires_n_11558804.html?utm_hp_ref=france Franchement je suis loin d'être convaincu que le souci majeur dans ces interdictions serait les "valeurs de la république". J'aurais même tendance à soupçonner des raisons qui sont complètement à l'opposé de ces valeurs. J'ai bien aimé le dessin de Kroll ce matin dans Le Soir. Il résumait de façon magistrale 50 ans d'évolution sociétale.
      • Degenève
        août 18, 13:02 Reply
        Au hasard de mes lectures je suis tombé sur cet article d’un blog, rédigé par quelqu’un que je ne connais pas, qui remet l’église (et la mosquée) au milieu du village – si j’ose dire – au sujet de la loi française de 1905 relative à la laïcité : https://blogs.mediapart.fr/stephanelavignotteorg/blog/160816/letrange-laicite-daurelie?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66 Au vu de ce document on se rend bien compte que le débat en France est en train de déraper complètement, notamment avec des interprétations pour le moins fantaisistes de ce qu’est ou devrait être la laïcité dans ce pays. Certaines des interventions qu’on a pu entendre ou lire sur cette question sont d’une rare médiocrité, notamment celle de Manuel Valls. Va-t-on faire un « remake » du « Gendarme de Saint-Tropez » où le burkini plutôt que les nudistes serait dans le collimateur des gendarmes ? Comme on pouvait le craindre le « débat » a fini par s’inviter en Belgique où une représentante N-VA veut bannir ce vêtement à la côte belge et partout dans le pays. Pire encore le MR n’a rien trouvé de mieux que d’expliquer qu’il serait « ouvert au débat » sur une législation interdisant le port du burkini, déroulant ainsi un magnifique tapis rouge sous les pieds de la N-VA et de son président qui n’a même pas eu besoin d’ouvrir la bouche sur la question. La Belgique n’est-elle pas confrontée à des problèmes autrement plus graves et plus sérieux que le port du burkini ?
        • "La Belgique n’est-elle pas confrontée à des problèmes autrement plus graves et plus sérieux que le port du burkini ?" Vous résumez parfaitement bien la situation par votre phrase finale... Le monde en général, et occidental en particulier, n'a jamais connu de situation analogue à celle que nous vivons actuellement, à savoir une accumulation à l'échelle globale d'un grand nombre de problèmes importants (économie, environnement, politique, ...). Comme les gouvernements ne savent/peuvent rien faire face à des problèmes qui les dépassent, la seule solution pour eux (et pour leurs représentants dont l'objectif premier est de conserver leurs postes et leurs avantages) est de jouer un scénario à la yougoslave càd la diversion. Ça a toujours marché par le passé et ça continue de marcher aujourd'hui. Et cela marche d'autant mieux que la majorité des gens n'ont ni le temps ni l'envie de réfléchir et de comprendre le fonds des choses. Pokemon Go est un thermomètre particulièrement explicite en la matière...
  13. Alfred
    août 16, 17:52 Reply
    Voici quelques idées pour vos prochains articles... "Les bienfaits de l'excision" ou "Lapidation : ne pas juger trop vite" Jusqu'où va votre tolérance, Marcel ?
    • marcel
      août 16, 18:18 Reply
      Quand quelqu'un vous dit que la viande est un délice, vous lui demandez aussi s'il recommande le cannibalisme ?
      • Aaaaahhh les adeptes "ON/OFF" de la pensée fasciste... Ceux qui sont avec nous ont 100% raison et les autres (étrangers, musulmans, etc.) ont 100% tort. Noir ou blanc, pas de gris !
  14. marcel
    août 16, 18:22 Reply
    <b>test</b> sans saut de ligne </p> </p> avec saut de ligne
    • Mélusine
      août 16, 20:49 Reply
      en plus les commentaires sont envoyés par biais non sécurisé me dit mon serveur... :(
  15. u'tz
    août 16, 18:37 Reply
    ma copine est aussi bandante en burk' qu'en bik' ou en monokini, mais zavec les zislamophobes, la laïcité est à poil ! voilà madame Mo.Mo.
  16. u'tz
    août 16, 18:42 Reply
    le bikini est à la bombe h, ce que le burkini est à la bombe hash, pouce shalom
  17. Tournaisien
    août 16, 19:47 Reply
    Une école catholique pour filles, Bruxelles, début des années '90 : population scolaire, belges de souche à 75 à 80%, une dizaine de % de maghrébines. Quasiment pas de port du voile : elles sont habillées comme les filles de "chez nous". L'intégration est plus ou moins harmonieuse. Vingt-cinq ans plus tard, l'ami qui me faisait le constat retourne dans cette école où il avait enseigné. C'est le jour de la remise des diplômes ; il y a foule dans la rue face à l'entrée principale. Il n'y a que des musulmanes, toutes (absolument toutes) voilées ! Question : Pourquoi ? Pourquoi en vingt à vingt-cinq ans l'expression de leur religion, de leurs convictions, est-elle passée ainsi d'une forme, nous dirons plus coulée, plus fondue, dans les usages de nos sociétés, et pourquoi aujourd'hui l'affirmation identitaire par la tenue vestimentaire est-elle devenue aussi radicale ? Au-delà du problème de la liberté vestimentaire, disons-le, ce qui est en jeu, c'est bel et bien l'affirmation identitaire. Or cette affirmation est contraire à toute volonté et toute perspective de réelle intégration, donc d'ouverture, d'échanges, de rencontres. Faudra-t-il encore rappeler qu'il est interdit, dans l'Islam, à une musulmane d'épouser un non-musulman ? Que pour qu'un autochtone de nos contrées, non-musulman, épouse une musulmane, il lui faut au mieux (au mieux, car souvent, c'est une fin de non recevoir) se convertir à l'Islam ? Que le refus d'intégration, c'est aussi la porte ouverte au refus de l'autre (l'autre, en l'espèce, étant nous-mêmes), que ce refus mène tout droit à la haine de l'autre, et la haine à la violence. C'est aussi cela ce que signifient les niqabs, burkas, hijabs et autres burkinis. Qu'une musulmane croyante et pratiquante veuille conserver une pudeur, une discrétion, cela est parfaitement légitime, mais que je sache, il lui est parfaitement loisible de revêtir un maillot une pièce comme en portent d'ailleurs des quantités de femmes prudes de chez nous. Un tel maillot n'est pas a priori quelque chose de provoquant : cet habit de bain est plutôt neutre. Cette neutralité ne rime-t-elle donc pas avec pudeur, ou ce qu'elles recherchent est-il autre chose qu'une simple neutralité, une simple discrétion ? Ne recherchent-elles pas quelque chose de plus, de plus affirmé en termes de différence, de rupture ? Les conquêtes de l'Islam sous nos latitudes ont toujours été remportées de la même manière : les musulmans radicaux, intégristes, finissent par obtenir ce qu'ils veulent nous imposer en prenant à partie les principes mêmes de notre liberté de choix, de pensée, d'expression. Hitler, en 1933, n'avait rien fait d'autre, qui avait utilisé les ressorts de la démocratie pour parvenir à s'imposer à la chancellerie. On a vu ce que cela a fini par donner par la suite. L'article de Bock-Côté, publié la semaine dernière en carte blanche dans le Figaro que je vous avais mis en lien dans un commentaire précédent, pointait juste à mon sens : le multiculturalisme est fondamentalement une vue de l'esprit, voire même une abstraction. Ou alors, cette réalité vaut tout au plus pour des zones d'exception, tels New York, Londres, etc. En dehors de ces îlots ou oasis du cosmopolitisme où tout le monde fréquente tout le monde et où la masse critique est à ce point diversifiée que la tentation d'identitarisme de certains en vient à être diluée, il y a toujours une culture d'héritage, une culture de référence, une culture historique. Ceci ne veut bien sûr pas dire que les autres cultures en seront d'office exclues, non !, mais que les ressortissants de ces mêmes cultures seront logiquement invités à respecter le modus vivendi en usage dans leurs pays d'accueil. Vous avez évoqué, Marcel, ce twitt où il était question de défense du string en Arabie Séoudite. Quelque part, oui, le problème est là : est-il envisageable que des touristes occidentaux aillent faire du nudisme par exemple sur les plages à hauteur de Médine, sur les bords de la mer Rouge ? Non bien sûr, et si ces mêmes touristes, bravant l'interdit saoudien, rencontraient des problèmes avec la justice de ce pays, on ne pourrait que leur rétorquer que, quelque part, ils l'avaient bien cherché. De la même manière, il n'est pas concevable de rentrer dans une église en Italie les épaules nues pour les femmes. Une attitude réactionnaire ? On en pensera ce qu'on veut, mais quoi qu'il en soit, le port de la mantille fait partie des usages et des marques de respect qui appartiennent à la culture italienne (même à celle des laïcs qui respectent ce prescrit). Pourquoi donc des laïques ou des chrétiennes plus décomplexées chercheraient-elles à rentrer en bikini dans une église ? À quel titre le feraient-elles ? Et pourquoi les Italiens devraient accepter cela ? À quel titre ? Eh bien, je dirais tout simplement ceci : si nos amis musulmans avaient un peu plus le souci du respect de notre propre culture, de celle des pays où ils se sont implantés, ils veilleraient à ne pas afficher leur différence, à ne pas affirmer agressivement leur appartenance. Leur foi, parfaitement respectable, s'exprimerait de façon plus harmonieuse, et non dans la rupture. Ceci est une question de choix : ils ont fait le choix de vivre dans nos pays (l'immigration maghrébine est, pour l'essentiel, récente, remontant à deux générations tout au plus) ; ils doivent en accepter les conséquences. Un choix est, pour rappel, toujours assorti d'un bénéfice et d'un renoncement : choisir c'est aussi renoncer. Si ils ne veulent pas renoncer à l'intégrité de leur religion dans sa forme la plus radicale, au moins dans son expression extérieure, alors ils peuvent partir. Rien ne les retient chez nous. J'en viens enfin à un dernier point : imaginez un traître instant que des chrétiens, catholiques radicaux, intégristes, se mettent à commettre des attentats dans les pays musulmans où ils se sont implantés, qui au Maroc à Marrakech ou à Meknès, qui en Algérie à Constantine, à Oran, qui en Tunisie, à Kairouan etc. À votre avis, qu'adviendrait-il ? Quelle serait la réaction des populations locales, musulmanes devant ces actes d'intolérance inspirée par une religion qui n'est pas la leur ? Eh bien, moi, très concrètement, je vais vous dire ce qu'il en serait : il ne faudrait pas attendre toute la litanie des attentats que nous avons déjà subis sur le sol européen depuis deux ans pour voir perpétrés des pogroms et des ratonades publiques avec violences, meurtres, etc. Il faut qu'on arrête une bonne fois pour toutes, au nom de principes libertaires, humanitaires ou égalitaires, de nous voiler la face (sans jeu de mots) : la lucidité impose de faire les vrais diagnostics. Il y a des limites à ne pas franchir, des limites me semble-t-il qui ont été franchies depuis déjà pas mal de temps, et dont les conséquences directes ou indirectes, d'ailleurs, sont celles qu'on voit aujourd'hui. Saviez-vous par exemple qu'Oussama Atar, le cousin des frères Bakhraoui, le probable principal fomentateur des attentats de Bruxelles du 23 mars dernier, avait été incarcéré en Irak voici quelques années et qu'il avait été libéré sur intervention de l'état belge, à la suite manifestations organisées par des défenseurs du "vivre ensemble" (300 personnes qui avaient alors manifesté à Bruxelles). Cela, c'était quelque 7 à 8 ans avant les attentats de mars dernier qui ont fait 35 morts. Je pose la question : quelle est, en l'espèce, la responsabilité de ces manifestants prompts à se draper dans leurs principes humanitaires et cette remarquable bienpensance qui est la leur ? Quelle est-elle ? Eh bien oui, une responsabilité, concrète, ils en ont une, de même que l'état belge qui a permis de faire remettre en liberté ce fou furieux qui, aujourd'hui, est dans la nature, a une responsabilité énorme lui aussi. Une responsabilité qui se prénomme d'abord : aveuglement, manque de lucidité, posture (et donc imposture) ! On n'a jamais attrapé des mouches avec du vinaigre : si vous voulez défendre les valeurs démocratiques du vivre ensemble, de la liberté de pensée, du débat critique, autant de convictions qui nous relient tous, il faut accepter en situation de menace de placer la lucidité et le courage au-dessus des principes qui le fondent, sinon la démocratie finira par contribuer à se voir disparaître, un peu comme les lymphocytes dans les maladies auto-immunes finissent par se retourner contre les cellules saines de l'organisme. Un assassinat politique en 1933 qui aurait visé Hitler nous aurait sans doute fait éviter l'innommable. Si l'on avait pu anticiper, aurait-il fallu, au nom des sacro-saints principes humanitaires, que l'on y renonce ? Oui à la démocratie, pas aux ventres mous de la bienpensance !
    • u'tz
      août 18, 22:53 Reply
      Eva Braun en burkini, puis terminer sur le deuxième amendement des u.s. pour nous débarrasser des féministes radicalisées, merci Tourn'
    • u'tz
      août 18, 22:57 Reply
      oubli : https://francoisdesmet.wordpress.com/2016/08/18/lostentation-de-la-purete/
    • Laurent
      août 19, 10:13 Reply
      Merci, Tournaisien, pour cette réponse qui résume l'état d'esprit de beaucoup. En tout cas, le mien.
    • C'est la que la mise en forme du texte (voir commentaire ci-dessus) fait cruellement défaut. :-D Sinon, Tournaisien nous offre un excellent exemple de ce que représente le point de vue d'un individu après passage par le filtre de l'ethnocentrisme...Pour ne pas aller plus loin dans le diagnostic et utiliser un autre terme en r ...
    • Dounief12
      août 25, 20:47 Reply
      Tournaisien, ce qu'il nous manque cruellement ce sont des avis comme les vôtres. La bien-pensance est unilatérale. Ce que nous vivons est un lent 'salafisme' des pensées. A force de relativiser et accepter ce qui peut paraître comme des détails nous déforcerons , à terme, notre liberté de pensée. Encore merci pour votre point de vue .
      • marcel
        août 27, 11:38 Reply
        La bienpensance est bilatérale, au contraire. Elle n'a rien à voir avec la gauche ou la droite ou l'islam ou quoi que ce soit, c'est un mode de fonctionnement de privilégiés qui rejettent les faits pour pouvoir juger les autres sur des critères désuets. Le seul fait que vous vous sentiez obligé d'utiliser de tels termes montre que vous sentez bien que votre raisonnement est biaisé. Il vous faut une sorte d'insulte pour y croire vous-même. C'est pathétique.
  18. Tournaisien
    août 16, 20:34 Reply
    http://www.lalibre.be/debats/opinions/quatre-deputes-belges-ont-soutenu-la-liberation-d-un-djihadiste-normal-57b31fef35704fe6c1d96c8f ... Tout est dit, ou presque.
    • u'tz
      août 18, 23:01 Reply
      @Tourn' tout est dit sur qui? sur vos enemis ?
  19. Eridan
    août 17, 07:42 Reply
    @ Marcel Sel. « Et pourquoi des Français y voient une provocation alors que dans le monde anglo-saxon, c'est perçu comme un choix légitime ? » Je suppose que c'est parce que, dans la culture française, la laïcité est encore à fleur de peau ; sujet que le monde anglo-saxon considère souvent avec un certain mépris. Votre solution passerait-elle par le mépris de la laïcité (c'est très à la mode, actuellement) ? Il y a en tout cas quelque chose de violent dans le fait de réintroduire le sujet religieux de manière envahissante dans une société qui sort à peine d'une difficile confrontation sur ce sujet. Il ne s'agit pas ici de liberté individuelle, mais de liberté communautaire de se distinguer et d'occuper l'espace, parmi une multitude d'autres signes. Il s'agit donc de greffer une civilisation (notamment de type théologique ; mais ce n'en est qu'un aspect) sur le territoire géographique et institutionnel d'une autre civilisation, mais dans une démarche de multiculturalité juxtaposée, du fait d'incompatibilité de principes, et très peu de type « osmotique » comme celle que vous rêvez, ou marginalement. La Belgique des Flamands et Wallons donne une idée ambiguë du résultat que cela peut donner : un compartimentage territorial. Est-ce de la multiculturalité ? Et on ne dénombre qu'un seul mort en plusieurs dizaines d'années. Avec la confrontation en question, on en est déjà à plusieurs centaines de morts et blessés en France et en Belgique. Le fait d'activistes ? Mais, dans toutes les confrontations, il y a des activistes, des sympathisants, des suiveurs et des passifs. Les Allemands sont de braves gens. Ils ont pourtant soutenu le IIIe Reich. Il faut donc certes être vigilant sur le sujet de la tolérance et du respect mutuel, mais il faut l'être plus encore sur le sujet de la confrontation culturelle.
  20. Eridan
    août 17, 09:03 Reply
    @ Marcel Sel. « Et pourquoi des Français y voient une provocation alors que dans le monde anglo-saxon, c'est perçu comme un choix légitime ? » (2 ou Bis) Je pense que les policiers enturbannés de Londres -et, plus généralement, tous les porteurs de tenues exotiques- sont exhibés en tant que témoins de la puissance impériale planétaire de la Grande Bretagne et que les intéressés sont fiers d'entretenir cette image ; ils participent au système. A l'inverse, la France n'a eu que des misères avec ses colonies. Alors que l'anglais reste plus que jamais la langue internationale, le français reste dans une position défensive. Avec le sujet (encore) à fleur de peau de la laïcité, on peut donc penser que la francophonie est le ventre mou du monde occidental. Il y a certainement aussi une assez grande différence entre se sentir Européen insulaire (avec ou sans Brexit) et Européen continental. Et les différences ne s'arrêtent pas là.
    • marcel
      août 18, 18:22 Reply
      Ça peut marcher pour le Royaume-uni, mais guère pour les USA, où le burkini est considéré comme un choix personnel, point.
      • Eridan
        août 19, 08:07 Reply
        C'est vrai que, là-bas, on peut se promener aussi en cow-boy, en Indien (d'Amérique), ou ... en Noir.
  21. Eridan
    août 17, 09:52 Reply
    Tant que j'y suis, j'en rajoute une couche... (on verra bien). La Belgique a osé -ou a jugé pertinent de- créer trois communautés, différenciées par la langue. Heureusement -à part Bruxelles et certains oubliés francophones-, ces trois communautés occupent des territoires distincts. A l'heure où l'on nous rabâche les oreilles tous les jours avec l'Islam et la communauté musulmane, ne serait-il pas temps d'institutionnaliser cette communauté ? C'est-à-dire de créer des identifications et différences constitutionnelles, plutôt que d'essayer d'imposer la même Constitution à tout le monde. Eventuellement pensable en Belgique ; Probablement impensable en France (et c'est peut-être justement pourquoi le problème y est critique). Quand une société est satisfaite de son fonctionnement constitutionnel, n'est-ce pas une pratique dangereuse que de la taquiner sans cesse avec de nouveaux principes sociaux qui ne font pas partie de sa culture ? S'il faut admettre le droit à penser de manière différente, ne peut-on considérer comme un droit l'envie de vivre dans un contexte social stable ? Tout le monde ne dispose pas de l'intelligence (ou de la santé) qui lui permettrait d'affronter sereinement la redoutable diversité du monde. A-t-on encore le droit de vivre dans son village social (Musulmans compris), même si celui-ci n'est pas géographiquement défini  ? Est-ce réellement impossible ? Définitivement utopique et interdit par les principes supérieurs du multiculturalisme et de la prétendue tolérance, que certains perçoivent comme la volonté d'imposer une promiscuité dangereuse ?
  22. Manwe
    août 17, 12:23 Reply
    Le burkini n'est pas un maillot de bain. Ce n'est pas pratique pour nager, ce n'est pas pratique pour se sécher. Rien que le nom de cette chose devrait nous éclairer sur ce qu'il est: un outil de prosélytisme du wahhabism contre lequel nous devons lutter. Que doit-on faire? L'interdire leur permet de se poser en victime tout en montrant du doigt l'impudeur des femmes occidentales (qui portent toutes des bikinis si j'ai bien compris le message). Je vais vous dire quand j'étais jeune (et plutôt bien gaulé) je portai une chemise à la plage que j'enlevai pour aller me baigner. Personne ne vous oblige à vous exhibez sur la plage. Un pareho, un maillot une pièce, un bonnet de bain et le tour est joué. Vous croyez vraiment que c'est de la pudeur que de porter un burkini? Alors que cela attire les regards et que c'est fait pour? Interdire cette chose est contre productif surtout si l'on invoque la laïcité. On favorise leur discours eux (en se présentant comme des victimes car musulmanes et donc pudiques) contre nous intolérants et décadents. Roudidiiou mais qui est intolérant à la base? Ne serait-ce pas celui qui porte un vêtement dont le nom en fustige un autre et par extension celles qui le portent? Mais accepter ce vêtement conduira probablement à voir émerger des espaces pour eux et d'autres pour nous. Vous avez envie de vous baigner près d'un groupe avec des femmes en burkini? Vous voyez une femme en bikini s’installer à côté d'eux? Alors même que le nom de ce vêtement les stigmatise elle? Là encore ils sont gagnants. Ils cleavent, nous ramènent à eux contre nous. Des espaces pour eux les pudiques et d'autres pour nous les décadents voilà ce que ce vêtement prône! Il n'y a qu'une seule façon de lutter contre le wahhabism, le montrer tel qu'il est. Un hymne à l’intolérance et à la haine. Mais pas facile quand ce mouvement est financé par des pétro dollars depuis 40 ans et peut vendre un système social et économique irréalisable pour le reste du monde. On ne peut pas tous faire fonctionner un pays avec des esclaves venus des pays pauvres, des cadres venant d'Occident payés à prix d'or (noir) tout en ramenant la femme à son unique rôle de mère et d'épouse.
  23. Pije
    août 17, 12:32 Reply
    Vous avez écrit: "Cette obsession est curieuse lorsqu’on rattache burkini et terrorisme..." Et bien je pense que c'est là que réside le problème. Sans les attentats ou le terrorisme latent, probablement n'aurions nous pas ou très peu de polémique sur le burkini. Qu'on le veuille ou non, le lien entre signes de l'islam et attentats va encore persister, dans l'inconscient, voire même le conscient, si on ne fait rien en tout cas. Pour en finir avec lien entre islam et attentats, il faudrait (c'est ma tendance cartésienne qui travaille, et essaye d'éviter les solutions et contraintes politico-socio-psycho-philosophiques) arriver à faire la démonstration pour les 2 cotés (musulmans et non-musulmans) que nous sommes en face d'actes origine criminelle, purement, simplement et uniquement. Si on éradique cette organisation et que plus rien ne se passe, ce sera donc en effet la preuve que lien entre islam et terrorisme est erroné ainsi que la fin des préjugés burkini, hidjab, et autres halal affairs. Pour ce faire il faut une fenetre de retour au calme assez longue. Il faudrait donc passer à une tolérance zero pour toute attitude un tant soit peu complaisante avec la violence. Il faudrait donc en finir avec les gens qui prennent 15 ans et sortent après 4 mois, avec ceux qui prêtent leur apparts aux terroristes mais ne savaient pas que s'en étaient, avec ceux qui dansent quand un attentat est perpétré (hmmm;-), avec ceux qui prêchent (peu importe l'endroit) la violence et font du prosélytisme. Ils font tous partie, de près ou de loin de l'organisation criminelle et de sa base sans laquelle elle ne peut exister, et tant pis si certains en sont inconscients. Les futurs complaisants, modérés et encore "hésitants", seront vite découragés s'ils apprennnent que visiter un site salafiste "trois" fois coute 25 ans dont 15 ans ferme. Ou que revenir de Syrie (...) sans en avoir eu une autoristion gouvernementale préalable de s'y rendre, coute 30 ferme. On a fait la meme chose avec la pédophilie il y a 20 ans, de sorte que visiter "trois" fois un site pédo vous met en prison pour longtemps. Personne ne s'en plaind. En résumé, cibler les responsables individuellement, mais très puissament afin de marquer les esprits sur la responsabilité personnelle, et éviter ainsi la propagation de la crainte à des signes qui ne font de mal à personne (le mal-nommé amalgame).
  24. Tournaisien
    août 17, 17:55 Reply
    http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1471431465 Ceci vient de Libération ! Et c'est signé Aalam Wassef, un musulman modéré égyptien ... un papier qui, à sa manière, reflanque une nouvelle gifle aux "crétins humanitaires" de nos contrées qui n'y comprennent décidément rien (mais qui n'en finissent pas de faire la leçon, comme à leur accoutumée). Merci, monsieur Wassef, pour votre courage et votre lucidité ! Belle leçon donnée à nos vestales, coutumières de la posture ... et de l'imposture.
    • Eridan
      août 19, 08:18 Reply
      On aurait aimé savoir ce que Marcel Sel pense de ce texte d'Aalam Wassef.
      • marcel
        août 21, 00:34 Reply
        J'en pense que c'est un Égyptien qui parle de son voisin ultra saoudien. Je le comprends et une partie de ce qu'il dit est pertinent. Mais nous vivons en Europe, ne sommes pas menaces d'islamisation et avons des valeurs à défendre. Si on veut les faire respecter, nous devons commencer par les respecter nous-mêmes.
        • Eridan
          août 21, 11:13 Reply
          @Marcel Sel : « Mais nous vivons en Europe, ne sommes pas menaces d'islamisation » Vous entendez qui, par « nous », exactement ? C'est un « nous » exclusif, sélectif ? @ Saint-Marcel : « (...) et avons des valeurs à défendre ». Des valeurs !!? Comme celle de l'or ? Votre laïcité émet des effluves de sainteté, de sorte qu'elle présente forcément le flanc à ceux qui veulent n'y voir qu'une religion, donc à égalité avec les autres religions. Ce concept de « valeurs » les conforte aussi dans leur opinion d'une civilisation européenne prétentieuse qui se croit supérieure aux autres. Lisez certains commentaires ici même : ils sont édifiants. Une religion (telle que l'Islam) a toujours un objectif politique. C'est pourquoi la laïcité à la française est aberrante.
          • marcel
            août 22, 11:42
            toutes les religions ont un aspect politique. La laïcité sert justement à les limiter à leur aspect religieux.
        • Eridan
          août 21, 11:44 Reply
          « (...) et avons des valeurs à défendre » (Bis). Rien qu'à voir les différences de réaction en GB , en Pologne, ou en Hongrie, j'ai l'impression que lesdites « valeurs » supposées n'ont pas un caractère très universel en Europe. Il s'agit d'un problème sociologique typique : la vie communautaire n'est possible que sur base d'un consensus de règles négociées au sein de la majorité, selon les principes de la démocratie, contrairement aux règles d'inspiration (qu'on veut faire passer pour) divine, qui sont indiscutables. Historiquement, la laïcité française n'est pas fondée sur des « valeurs », mais sur le constat des nuisances de la religion ; on a donc voulu restreindre au maximum le pouvoir et la visibilité de la religion, mais sans l'interdire au niveau privé. Et c'est cet objectif fondamental qui est aujourd'hui mis gravement à mal. Cela n'a rien à voir avec le racisme. Il ne faut pas se tromper de « valeur » ni faire l'amalgame, comme certains se plaisent à le faire.
        • Alfred
          août 21, 12:48 Reply
          " Nous vivons en Europe, ne sommes pas menaces d'islamisation... " On y arrive tout lentement mais sûrement ! Réveillez-vous !
          • marcel
            août 22, 11:41
            Avec 3% de musulmans, et jusqu'à 7% dans les pays où l'islam est le plus intégré, dont une moitié toutefois de non-pratiquants, je vois mal comment on pourrait être islamisé, même à long terme. Mais bon, les peurs sont faites pour effrayer le bon peuple.
          • Soaz
            août 24, 06:22
            Dans vos fantasmes alors ! C'est ce genre de déclaration qui distille la peur irrationnelle dans les esprits vulnérables qui vont chercher refuge dans un vote d'extrême droite. Donnez-nous des chiffres, soyez factuel. Combien d'européens se sont convertis à l'islam ces dix dernières années ? En l'absence d'une réponse convaincante ou d'une réponse tout court, car je doute que vous irez chercher les sources, soyez honnête intellectuellement et retirez votre commentaire manipulateur des masses.
          • marcel
            août 25, 23:16
            Désolé, sur mon blog, on ne prie pas autrui de retirer un commentaire. J'ai seul une telle autorité et les raisons de retrait sont clairement reprises dans les règles de commentaire <a href="http://blog.marcelsel.com/regles-de-commentaire/">sur cette page.</a> Merci d'en tenir compte la prochaine fois.
    • Eridan
      août 19, 11:44 Reply
      La tenue qui illustre l'article est très seyante. Cela fait très film de science-fiction des années 50/60. Rien à voir avec les éléphants de mer d'Ötzi.
  25. paul
    août 17, 19:20 Reply
    Je pense que chacun doit être libre de de s’habiller comme il veut .Je conseillerais de supprimer le maillot de bain(intégral) porté par certaines musulmanes et de le remplacer par le maillot de bain de 1890 que portaient nos arrière grands mères a la plage .Je serais curieux de voir la réaction des maires si des femmes musulmanes ou pas ,arrivaient en vêtement historique de vêtement de bain de 1890 donc intégral l'interdiraient ils?
  26. Salade
    août 17, 19:33 Reply
    Il suffit que le burkini fasse aussi combinaison de plongée et le problème est réglé
  27. xavier
    août 18, 08:33 Reply
    La meilleure opinion sur le sujet selon moi: http://www.demorgen.be/opinie/pak-niet-de-boerkini-aan-maar-de-mannen-die-hoer-roepen-b346c047/
  28. JOLIVET
    août 18, 10:02 Reply
    Croustillant votre article ! En effet ces réseaux tweet ou Facebook reflète bien l'impossibilité d'un débat sans doute la même chose dans notre société. Dès qu'on prône un autre discours que tout noir, tout blanc, on a le droit au sarcasme de gens qui visiblement manquent d'argumentation. Voici ce que j'ai publié il y a deux jours sur FB et qui m'a valu de me faire démolir publiquement par une contre-burkini (j'en conclue que la véhémence de certains les empêche de comprendre ce qu'ils lisent) : "La tenue des femmes (dictée, décidée, orientée ...) tout comme l'excision n'ont rien à voir avec la religion mais avec les instruments du pouvoir des hommes sur les femmes partout dans le monde. Balayons devant notre porte et déchirons notre propre voile ! A ce propos, dans l'excellent livre de feu la sociologue marocaine Fatima Mernissi : Sexe, idéologie, islam, aux éditions Tierce, paru en 1983, on y apprend que le Hijab est descendu pour séparer deux hommes (verset, sourate 33). Elle y décrit le processus de l'asservissement des femmes afin de donner les clés pour s'en libérer. Ce sont les musulmanes elles-mêmes qui se libèreront des règles dictées par les hommes tout comme les occidentales ont juste commencé à le faire (Dates du Droit de vote, autonomie bancaire pour les femmes en France ?) Toujours à l'heure actuelle figurent sur des formulaires officiels (CAF, Assurance Maladie,...) des expressions complètement mysogines du style nom de jeune fille, pour la Caf, nom du chef de famille ..." J'ajoute que le machisme d'une certaine culture ne devrait pas masquer celui qui sévit chez nous et en tant que femme féministe, je le constate chaque jour. Je parie que mon commentaire, si vous le publiez Marcel, me coûtera de nouveaux dénigrements en tout genre.
  29. Tournaisien
    août 18, 12:24 Reply
    Marcel, vos ronds de jambe qui n'aboutissent qu'à noyer le poisson (ou le burkini, c'est comme on veut) tiennent-ils vraiment la rampe face à des fillettes de 7 ou 8 ans à qui, dans notre pays de la fritte, certains obligent de porter le hijab ? : http://www.lesoir.be/1294181/article/actualite/belgique/politique/2016-08-18/francoise-schepmans-mr-on-impose-voile-plus-en-plus-fillettes Je vous pose simplement la question ; vous n'êtes bien sûr pas obligé de répondre, de même que vous n'êtes pas obligé de publier (comme vous avez chuinté, semble-t-il, l'un ou l'autre commentaires que j'avais laissés voici deux à trois jours). Pour rappel, la prise de l'habit par les moniales ne peut se faire qu'à un âge adulte confirmé, après une période probatoire qui peut être de plusieurs années (sœurs converses), et est soumise à une évaluation des motivations profondes de la candidate à la clôture par la mère supérieure, auquel cas contraire ladite candidate est encouragée à retourner à la vie civile et à mener la vie pour laquelle elle est faite. Il ne s'agit pas là d'un élitisme ou d'une stratégie qui viserait à contrarier des vocations, mais d'agir au mieux pour le bien de la personne, trop conscientes que sont ces religieuses des exigences de la vie conventuelle. Dans l'Église, on porte le voile parce qu'on a choisi de "consacrer" sa vie à Dieu, et encore, cela ne suffit pas, il faut que ce choix et ces motivations soient réellement et profondément éprouvées. Tout le contraire de ce à quoi on assiste dans l'Islam !
    • marcel
      août 18, 18:11 Reply
      Tournaisien, sur Twitter, j'ai donné raison à Françoise Schepmans : il me paraît tout à fait anormal de voiler des filles avant leur puberté (ce qui se fait en général), et d'utiliser l'autorité parentale pour le faire. Mais comme le dit Françoise Schepmans, c'est un tout autre débat. Autoriser le burkini et militer auprès des imam pour qu'ils fassent cesser ce prosélytisme facile et franchement wahhabite, je crois que c'est un meilleur choix que de chercher noise par tous les moyens aux musulmans. Il faut qu'ils cessent d'avoir l'impression d'être la tête à claque de notre société. Par ailleurs, ce quu se fait dans l'église et les raisons ne m'intéressent pas. Une musulmane se « consacre » autant à dieu qu'une religieuse. C'est-à-dire autant que les grand-mères qui, elles aussi, se voilaient régulièrement (du moins dans les pays du Sud). Une religion ne procure pas de job de religieuse. Ce n'est pas une fonction, c'est une vocation, tout comme le fait d'être musulmane pratiquante et voilée. Maintenant, celles qui se voilent et ne prient jamais, c'est évidemment stupide, mais c'est encore leur problème. Le choix du voile (et celui de la tenue modeste chez l'homme) fait partie des pratiques courantes en islam. Il n'est pas obligatoire. Nous n'avons pas à en discuter.
      • Tournaisien
        août 18, 19:34 Reply
        Marcel, comment expliquez-vous alors que voici une vingtaine d'années, il y avait très peu de femmes voilées dans nos pays, que celles qui arboraient cette tenue vestimentaire n'était qu'une extrême minorité ? Comment expliquez-vous que le changement radical de tendance observé chez nous concerne également les pays musulmans eux-mêmes, en ce y compris ceux qui étaient les plus "occidentalisés" telles la Tunisie ou l'Égypte ? Par ailleurs, votre réponse concernant l'engagement religieux ne tient pas. Une religieuse catholique est une femme qui est "rentrée dans les ordres". Faut-il en conclure que l'Islam est un vaste ordre religieux où toutes les femmes sont appelées à prendre l'habit et à rentrer en clôture ? Pourquoi la vocation féminine dans le christianisme romain passe-t-elle par un sacrement, pourquoi y parle-t-on de clôture, pourquoi parle-t-on de clergé séculier et de clergé régulier, si ce n'est précisément parce que cette forme d'engagement qui passe par un "sacrement" engage à se mettre à l'écart du monde (du moins pour un certain nombre d'entre elles). L'Église (dont vous n'avez que faire, soit) est une institution qui distingue clairement l'espace sacré de l'espace laïc, espace laïc qui n'est pas combattu ou dénié, un principe que vous trouvez édicté dans la métaphore utilisée par le Christ du "denier de César". Non, Marcel, la femme musulmane n'a pas une relation à la religion identique à celle d'une religieuse catholique, ou alors, dès lors que la tendance au voile est imposée et se généralise sous la pression des familles et des mosquées, c'est que c'est l'ensemble de la société qui doit devenir "espace sacré". Imaginez un traître instant la double équation : "toutes les femmes doivent être voilées" (d'où la tendance à les voiler de plus en plus jeunes) et "aucune femme musulmane ne peut épouser un non-musulman, sauf s'il se convertit" et "les hommes musulmans, eux, peuvent parfaitement épouser des non-musulmanes et, ayant autorité sur elles, leur imposeront de se convertir". Tirez la conclusion vous-même : à terme, de plus en plus de femmes non musulmanes se convertiront à l'Islam, toujours plus dès lors qu'une fois rentrées en "Islam", il ne leur est plus possible d'en sortir, et toutes ces femmes, toujours plus nombreuses, finiront comme les religieuses qui, dans l'Église, sont entrées en clôture ! ... La clôture pour toutes ! TaÏÏÏooo ! ... allez, je pousse un peu ... à peine à vrai dire. ... votre position libertaire de principe en arrive à servir la soupe à des liberticides. Bravo. La démocratie qui fabrique son propre poison et se l'inocule lentement mais sûrement, jusqu'au moment où elle en crèvera. C'est là somme toute un grand classique. Sauf, cher Marcel, que pour construire une démocratie, il faut des générations et des générations, des décennies, pour ne pas dire des siècles de luttes, de débats, de confrontations, mais pour mettre au pouvoir un régime liberticide, cela peut aller au contraire beaucoup plus vite, surtout quand les soi-disant défenseurs des libertés servent de marche-pied aux futurs tyrans en herbe. Je crains que nous ne nous trouvions là au seuil d'une différence de vue très profonde. Allez, là-dessus, bien le bonjour de ma part à Recep !
      • " Le choix du voile (et celui de la tenue modeste chez l'homme) fait partie des pratiques courantes en islam. Il n'est pas obligatoire. Nous n'avons pas à en discuter." --- Amen, cher Marcel ;-) Mais pourquoi comprenez-vous si bien cela et pourquoi cela est-il si compliqué à faire comprendre aux autres ?
  30. Alain
    août 18, 13:50 Reply
    http://www.lesoir.be/1294181/article/actualite/belgique/politique/2016-08-18/francoise-schepmans-mr-on-impose-voile-plus-en-plus-fillettes Faut-il laisser toute liberté au plus extrémistes et laisser ainsi ceux qui vivent la même religion être pris en otage par ceux-ci ? Perso, je sèche... Mais peut-on laisser faire ? Ou placer les limites de la tolérance ? Quel cadre pour pouvoir justement préserver nos valeurs dont justement, celle de la tolérance ?
  31. Tournaisien
    août 18, 22:15 Reply
    Marcel ... je reviens sur notre échange. L'Islam, cœur d'un vaste débat et d'un vrai problème. Un problème de société, un enjeu pour les décades à venir, une menace ... oui, j'ai bien écrit, une menace. Ce qui se passe est présenté par certains comme le choc en retour de l'intolérance d'une large frange de la population européenne vis-à-vis des musulmans. Il y a certes de cela, mais pas uniquement, loin s'en faut. Ce qui est en jeu est beaucoup plus viscéral et vital que cela : il en va de notre propre identité (comment nous dénierait-on le droit d'en avoir une alors que tout, dans le comportement des musulmans qu'on nous demande d'accepter, se définit par rapport à un identitarisme de rupture radical ?), voire plus fondamentalement encore de l'avenir que nous entrevoyons pour les générations qui nous suivent, nos enfants, nos petits-enfants. Peut-on accepter la multiplication de mosquées abritant des prêches salafistes sur sol européen ? Peut-on assister sans réagir à la radicalisation accélérée de toute une communauté musulmane dont la majorité des femmes, aujourd'hui, sont voilées, dont même les filles ou fillettes sont voilées désormais quand elles sortes en rue ? Peut-on admettre le refus opposé par les musulmans à ce que leurs filles épousent des non-musulmans, sauf à imaginer qu'ils se convertissent ? Comment interpréter la violence qui se multiplie, le terrorisme de la part de jeunes musulmans de la deuxième ou troisième générations qui sont nés chez nous ? Comment ne pas être heurté par les manifestations de joie des musulmans dans les écoles à l'annonce de certains attentats, et pas uniquement celui de Charlie Hebdo ? Quelle est l'horizon d'intégration d'une communauté qui refuse le mixage social, les mariages mixtes, l'éventuelle conversion de membres de leur propre communauté à une autre religion ? Que laisse donc comme marge d'adaptation une telle communauté qui, de plus en plus, s'enfonce dans un radicalisme, souvent haineux, au mieux défiant ? Que faudra-t-il accepté après avoir fermé les yeux sur le voile, puis sur le burkini ? La prochaine étape n'est-elle pas la burqa ? Comment prétendre qu'il n'en sera rien quand à chaque question délicate qui est soulevée, au prétexte de la sacro-sainte liberté de choix, nos sociétés baissent à chaque fois pavillon ? Si le burkini passe à Cannes, à Nice, il passera à La Baule, à Arcachon, puis à Perros-Guirec et à Bray-Dunes, soyez-en certains. Et de Bray-Dunes, il aura tôt fait de s'imposer à Coxyde, puis à Blankenberge, à Middelkerque. Et comment ne pas imaginer que cela se généralisera quand on voit à quelle vitesse s'est généralisé chez nous le voile ? Il aura fallu tout au plus vingt ans pour qu'un tel usage vestimentaire qui était ultra-minoritaire devienne la norme chez la majorité des musulmanes de nos pays. Comment ne pas se rendre à l'évidence qu'il en sera de même du burkini, qui aura lui-même tôt fait de devenir une traînée de poudre ? Et après le burkini ? Après le burkini, dès lors que cette évolution est le fait d'une radicalisation et d'une intransigeance toujours plus grande, soyez-en certain, il y aura autre chose : la burqa, que l'on finira par voir devenir à son tour la norme dans nos rues, dans nos espaces publics. Et après la burqa ? Quid ? .... Marcel, merde, ouvrez les yeux bon Dieu. Vous êtes parfois très raide vis-à-vis d'une église catholique qui, pour l'essentiel, a viré sa cuti, a fait la mue de la modernité et de la laïcité, mais je constate que quand il s'agit de l'Islam, vos propos sont étrangement bienveillants, lénifiants, là où parfois quand il s'agit de l'Église, vous ne faites aucune concession. Serait-ce donc à dire que l'Église est en définitive plus intolérante que la communauté musulmane, plus dure, plus violente en son for intérieur ? Étrange également que de tels propos très lénifiants face à une montée toujours plus radicale d'un Islam souvent intolérant dans la bouche de quelqu'un qui n'a pas eu de mots assez durs pour critiquer et dénoncer le double langage d'une Flandre arrogante et conquérante ! L'Islam serait-il moins conquérant, moins intolérant, moins problématique qu'une certaine Flandre, celle de De Wever, de la NV-A ? Pourquoi donc se refuser envers et contre tout à admettre l'évidence de limites nécessaires ? Le sens des limites, c'est l'une des conditions premières de l'apprentissage de la liberté. Il n'y a pas de liberté sans libre choix, mais il n'y a pas de choix sans renoncement. Au moment où vous choisissez, vous dites oui, mais également non. Le choix de vivre sur notre sol, dans notre pays riche de traditions et d'un héritage qui lui est propre, amène des droits mais impliquent aussi des devoirs, à commencer par celui d'accepter les limites qui sont le début de la liberté des autres. Je crois, en clair, qu'aujourd'hui, il est temps, plus que temps, de faire comprendre à nos amis musulmans qu'il y a des limites à ne plus franchir.
  32. Wallimero
    août 19, 06:58 Reply
    @ Marcel, Donc si un type enfile un costume folklorique de chez nous en tant que noiraud (ou père fouettard) c'est inacceptable car référant à une discrimination d'il y a trois quart de siècle et scandaleux (http://blog.marcelsel.com/2015/03/20/reynders-en-noiraud-la-gaffe-que-la-belgique-ne-veut-pas-voir/), mais si on enfile un niqab qui fait référence à l'oppression institutionnalisée de plus que la moitié de la planète et la persécution sanguinaire de toute opinion différente, ou le bourkini par lequel on manifeste son approbation de la discrimination familiale des filles, c'est OK. Et comme d'habitude voici un discours sur le burkini qui ne traite évidemment pas du burkini, mais est l'occasion rêvée de s'autoflageller une fois de plus - femme de rue revisitée - sur la moralité désastreuse de nous européens. Mais bon, personnellement je crois qu'une prof avec un hijab devant une classe de lesbiennes aura la vie un peu plus facile qu'un prof gay devant une classe de musulmans. Il est peut-être utile de prendre acte de l'opinion de F.Schepmans (http://www.lesoir.be/1294181/article/actualite/belgique/politique/2016-08-18/francoise-schepmans-mr-on-impose-voile-plus-en-plus-fillettes). Y pourrait-il être de même du burkini lors de classes de mer...? Mais qu'importe elle fait partie du parti dont il faut dégoûter les francophones, n'est-ce pas? Et qu'est-ce que tu nous racontes? Le burkini est le symbole des intégristes émancipées! Youpi! Quelle bonne compagnie. Un wetsuit n'est pas assez, il faut les flonflons visibles qui vont avec comme quoi le foulard doit être un foulard, pas un chapeau qu'on peut méprendre pour qq chose qui n'appartient pas à la communauté... Il faut d'ailleurs noter qu'on n'est pas libre de s'habillez comme on veut. Il y a un type à Paris qui c'est fait condamner en justice pour avoir porté un costume Nazi et ça ne t'a pas inspiré un billet sur le désastre moral de notre société. Si l'Allemagne aurait défendu les symboles et brassards à croix gammée en '30, est-ce que les Nazis se seraient imposé de la même manière? Donc où finit la tolérance? Et l'argument comme quoi les fondamentalistes se frotteraient les mains avec une telle interdiction me semble peu pertinent. Si on accepte le hijab ou le burkini, il trouveront autre chose pour se lamenter, c'est pour ça d'ailleurs que ce sont des extrémistes. Mais à part ça, merci pour ce billet, que j'invite tout le monde à lire, car une fois de plus, il est exemplaire joli Marcel, vraiment joli VV
  33. Capucine
    août 19, 08:50 Reply
    Je trouve le Burkini très peu esthétique L'interdire se terminera en discussions interminables comme pour le foulard. il faut juste faire respecter les règles du bien vivre ensemble pour des raisons valables. (Hygiène,sécurité,...
  34. Jacques
    août 19, 12:29 Reply
    Allez, pour le plaisir des questions... Je suis pour la liberté totale dans l'espace commun, mais pas pour les fonctionnaires de l'espace public (j'appelle public celui destiné aux services sociétaux, comme employé de la poste , chauffeur de bus etc. Imaginons qu'en 1946, parce que je suis fanatique de l'Inde et de ses symboles, que je me mette à vouloir promouvoir la roue de la vie, la svastika qui "tourne" à gauche, pas l'immonde Nazie qui tourne à droite. Je l'imprime sur mes vêtement, mon véhicule etc. Ne pensez vous pas qu'il y a un problème de "timing"? Pour moi le burkini relève du même problème de timing. Ne pas vouloir ce rendre compte qu'il est associé (à tord ou à raison) à l'islam radical qui nous a déclaré la guerre, c'est prendre des risques. Les mêmes risque encourus par les adorateurs de svastika en 46....
    • marcel
      août 21, 00:35 Reply
      Le burkini est tellement peu associé à Daesh qu'il est strictement interdit dans l'état islamique.
    • Jean-François Happé
      août 21, 11:50 Reply
      Il n'y a pas que le timing, il y a peut-être et avant tout le refus culturel d'un retour en force du religieux. J'ose croire qu'une majorité d'entre les Belges ne veut plus d'une religion présente, voire plus de religion du Livre tout court. Il ne s'agit bien sûr pas d'abandonner toute spiritualité, plutôt d'abandonner ces croyances et ces Vérités révélées.
  35. Capucine
    août 21, 06:48 Reply
    Tout nu et tout bronzé... J'espère que les politiciens auront d'autres choses à faire que de récupérer ce minuscule courant de mode.
  36. Capucine
    août 21, 10:02 Reply
    Ce que j'aime dans les commentaires de Marcel,c'est qu'il arrive à parler de choses délicates avec une pointe d'humour qui me fait vraiment plaisir. Bon dimanche.?????? Il y a le ciel,le soleil et la mer...?
  37. u'tz
    août 21, 18:45 Reply
    chouette au jt : l'argent du rer va servir à acheter des caméras à repérer les éléphants de mer en burkini qui prennent le thalys vers parys, et à acheter aussi des scanners à mains pour s'assurer que c'est de la cellulite hallal et pas des bombes sur des jolies bombes radicaliées
  38. Tournaisien
    août 22, 07:24 Reply
    Marcel. La question de fond est : "quel Islam voulons-nous en Europe ?" et non pas "voulons-nous d'un Islam en Europe ?". Il est vrai que la controverse du burkini peut cacher l'une comme l'autre. Que les choses soient claires entre nous : en ce qui me concerne, il n'est pas question de dénier à l'Islam la possibilité d'avoir sa place en Europe, mais bien de savoir quel type d'Islam nous acceptons. Cette position se retrouve dans les propos de certains hommes de gauche en France qui plaident en faveur d'un "Islam de France", et donc, de facto, en défaveur d'un Islam importé (ndlr dans sa forme wahhabite). La problématique du burkini, qu'on le veuille ou non, est aussi liée à cela. Oui à un Islam ouvert à l'intégration, à une vraie rencontre avec l'autre, à une insertion dans un modèle de société laïque (au sens d'espace public neutre), et non à un Islam politique, rigoriste et intransigeant, pour ne pas dire intolérant. Or faire la différence entre les deux passe par certaines limites qu'il nous importe de fixer. La question du voile et du burkini constitue l'une de ces lignes rouges que nos amis musulmans devraient normalement, dans nos sociétés, ne pas franchir.
    • marcel
      août 22, 11:39 Reply
      Déjà la formulation de base pèche : « quel islam voulons-nous en Europe ? » dites-vous… Mais c'est aux musulmans d'en décider, il me semble. Après, évidemment, on peut militer dans un sens ou un autre. Mais décider à la place d'autrui me paraît le contraire de la laïcité.
      • Eridan
        août 22, 17:04 Reply
        « Mais décider à la place d'autrui me paraît le contraire de la laïcité. » Surtout, si, en plus, on n'est plus très sûr de la signification de la laïcité et de la tolérance : http://www.revue-pouvoirs.fr/IMG/pdf/75Pouvoirs_p61-71_laicite_democratie.pdf https://fr.wikipedia.org/wiki/Tol%C3%A9rance « En présence d’une revendication qui se réclame du droit de chacun d’affirmer ses croyances, mais qui est soupçonnée de mettre en péril la liberté des personnes et l’unité de la nation par l’attestation d’appartenance à des communautés particulières, ils (les tenants de la laïcité) hésitent sur la ligne à adopter. » http://www.revue-pouvoirs.fr/IMG/pdf/75Pouvoirs_p7-16_laicite_et_contraires.pdf Matières à réflexion.
      • Tournaisien
        août 22, 21:24 Reply
        C'est là que nous divergeons : une société laïque ne signifie pas une société permissive, au risque même d'admettre des dérives qui remettent en cause le modèle démocratique (en ses principes du moins) que nous avons construit sur des décennies, voire des siècles. C'est à eux d'en décider, dites-vous ... alors je vous pose la question : doit-on donc respecter leurs choix, quand bien même ceux-ci émaneraient de Charia4Belgium, de membres de l'EIL, d'ultra-rigoristes wahhabites, de salafistes liés aux Talibans les plus intransigeants d'Afghanistan ou de la zone tribale au Pakistan ? Eh bien moi, je vous le dis tout net : non ! Non, cet Islam-là, je suis désolé, nous, en Europe, nous avons encore le droit me semble-t-il de le refuser. Et je vais vous dire pourquoi : ne fût-ce que pour une raison toute simple, parce que cet Islam-là représente un réel danger pour nos sociétés et, plus grave, parce qu'il oeuvre à un modèle exactement contraire à celui de l'intégration. Ces germes de communautarisme sont un cancer que nous ne pouvons admettre dans nos sociétés. D'ailleurs, ce type de comportement social est très exactement contraire aux valeurs de laïcité que vous défendez.
      • "... Mais décider à la place d'autrui me paraît le contraire de la laïcité. ..." Sauf si on considère que l'objectif réel et non affiché de la laïcité est justement de faire contrepoids à l'islam. On n'a jamais vu d'athées brandir autant l'argument de la laïcité que dans les situations où il faut museler les manifestations de foi musulmane, quelque soit leur forme.
        • Tournaisien
          août 24, 06:39 Reply
          Il y a vingt ans d'ici, la grande majorité des femmes musulmanes étaient non voilées (autant chez nous, d'ailleurs, qu'en Tunisie, au Maroc, en Algérie), et elles n'en étaient pas moins croyantes et pratiquantes pour autant. Le problème n'est pas tant leur foi et le fait qu'elles pratiquent, en soi hautement respectables, que l'utilisation de cette foi et de cette pratique religieuses pour affirmer un "identitarisme" qui, en la forme, est incompatible avec une société laïque au sens de neutre et ouverte. Je l'ai déjà écrit plus haut : le jour où une jeune musulmane pourrait épouser un jeune athée, catholique, protestant, orthodoxe, juif, hindou, sans nécessairement que son jeune mari doive de facto se convertir à l'Islam, ce jour-là, il n'y aurait, dans nos sociétés, plus de problème avec l'Islam. Ce que Marcel se refuse à admettre, c'est que le voile n'est pas une simple manifestation de sa foi et de sa pratique religieuses, mais bien plus, au nom de la religion, une affirmation d'une identité qui est affichée ouvertement comme incompatible avec nos propres valeurs. Et là, sorry, mais ça pose un vrai problème. Cela est totalement incompatible avec le vivre ensemble.
  39. Capucine
    août 22, 10:58 Reply
    Un itsi bitsi tout petit burkini,quelle m'éttait pour la première fois,un itsi bitsi tout petit petit Burkini rouge et jaune à petit pois,1,2,3 deviner ce qui arriva?⛱
  40. luc nemeth
    septembre 14, 11:47 Reply
    ces intellectuels médiatiques ne sont décidément jamais à court de miracles lorsqu'il en va de faire leur show -quitte, à caricaturer la position adverse... Contrairement en effet à ce qu'essaye de faire croire celui-ci l'objet du débat public n'est pas le port du burkini, par lui présenté comme étant justifié par certains au nom d'une conception dévoyée de "la tolérance", mais : le principe ou les modalités de la législation anti-burkini.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.