PokemonGo réquisitionne l’espace public, tue et rend con (MàJ).

IsraelPokemonGo

Image postée sur la page Facebook de Reuven Rivlin, le président israélien, avec le commentaire : « quelqu’un a appelé la sécurité ».

Mise à jour en fin d’article (en gras), avec un décès au Danemark.

C’est la folie PokemonGo. Les joueurs s’éclatent. Mais n’allez pas le leur reprocher : toute critique les rend ultra vénères. Ce n’est qu’un jeu, bon sang ! Et en plus, c’est gratuit, qu’ils disent ! Ils ajoutent souvent « vieux con ». Ils brandissent les arguments les plus absurdes : grâce à PokemonGo, les jeunes sortent de chez eux ! Waouw. Faut reconnaître : aux USA, ils passent deux fois plus de temps à chasser le Pikachu ou le Rattatac qu’ils n’en passaient à facebouquer. Même le grand spécialiste des médias (sociaux) de la RTBF (télévision publique belge), Alain Gerlache, est extatique. Comment des vieux cons (ch’est moi cha) qui passent beaucoup de temps sur Twitter osent-ils critiquer des gens (parfois journalistes) qui sortent les yeux rivés sur leur smartphone pour chasser du Pokemon ?

Bon, sur Twitter ou Facebook, on est aussi rivé sur son écran, mais on échange virtuellement. Des échanges intellectuels (de tout niveau), voire spirituels (même le pape twitte).

Sur Pokemon, on ne fait que pokémoner. On chasse, on dresse… mais bon, ce faisant, on rencontre parfois des gens en vrai avec lesquels on discute des Pokemon rares qu’on aimerait catcher, et c’est le début d’une longue amitié. Certains font même l’amour après une rencontre entre un Carabaffe et une Carapuce, histoire de voir si ça peut produire un Scarabrute ou un Excelangue au moment du coït.

Pour les non-initiés, Scarabrute et Excelangue ne sont pas des pratiques du codex du Kama-Sutra, mais bien des Pokemon rares.

Harry Potter amenait les enfants à la lecture. Pikachu les amène… euh, bon.

Voilà donc décrit le monde merveilleux du chasseur de Pokemon, une culture en soi, digne de Rodin et de Vinci (le peintre, pas le parking… quoi, tu ne savais pas ?) Un monde féérique ? Oui, mais contrairement à Harry Potter (qui fait effectivement lire les enfants et les fait sortir — c’est dingue, non ? — jusqu’au cinéma), PokemonGo pose plusieurs problèmes. Passons sur les atteintes à la vie privée, dont les joueurs sont peu avertis et dont on parle déjà pas mal ailleurs.

Car le premier problème est sociétal. C’est la réquisition constante de l’espace public, mais aussi privé (un Pokemon rare se promenait aujourd’hui dans… un immeuble de la banlieue parisienne), par une entreprise à son profit. L’échiquier de PokemonGo, c’est votre rue, votre musée, votre jardin, votre environnement. Et contrairement à son prédécesseur, Ingress, du même développeur, il ne s’agit plus d’un jeu limité à quelques avertis passionnés, mais d’un phénomène d’ultramasse. Une masse qui n’hésite pas à lancer des rencontres sur les réseaux sociaux, sans se soucier du dérangement pour les services de sécurité ou simplement les badauds. Bref, Nintendo n’occupe rien de moins que le monde, au service de ses fanatiques.

Un tel plateau de jeu donne à l’entreprise une proportion gigantesque. Dès sa sortie, la valorisation de Nintendo a d’ailleurs plus que doublé en quelques jours. Pourtant, des journaux ont osé publier et répéter que le jeu était gratuit. Les financiers sont-ils bêtes au point de valoriser une entreprise qui met des centaines de serveurs en branle pour un jeu qui ne rapporte rien ? En fait, on y accède bien gratuitement. Mais ensuite, si l’on veut progresser un peu plus vite, il faut acheter des crédits, par paquets allant jusqu’à 99 dollars.

Le plateau de jeu le plus énorme jamais conçu (par les autres).

Réquisition commerciale, donc. Le développeur, Niantic, a placé des Pokestops (lieux où l’on trouve les Pokemon) et des arènes (lieux où on peut en affronter d’autres) de façon un peu anarchique. Certains commerces proches d’un Pokestop ont ainsi vu déferler des gens qui, loin d’examiner les produits qu’ils vendaient, s’y trimbalaient le nez sur l’écran et criaient « hourra » au moment où ils tombaient nez à nez avec le Pocket Monster qu’ils recherchaient.

D’autres désespèrent de ne pas bénéficier du label Pokestop (qui sera peut-être un jour achetable), un lieu où l’on peut placer un leurre (pour quelques euros) et attirer ainsi des masses de Pokemon et donc aussi de joueurs.

L’organisation patronale flamande UNIZO a ainsi profité du Pokestop de la Kammenstraat, à Anvers, en achetant pour 50 € de leurres et en attirant dans la petite rue commerçante une telle masse de chasseurs que la police a dû… fermer l’artère ! Il paraît que les commerçants sont ravis. Si c’est vrai, cela signifierait que les chasseurs de Pokemon Go font la halte chez American Aparell, Dries Van Noten ou Essentiel, se présentent chez Randstadt intérim (au bout de la rue), achètent des diamants dans la petite boutique du coin… J’ai comme un doute. Mais soyons bons joueurs, les cafés ont bien dû faire le plein, et Addidas a dû vendre quelques baskets à ces jeunes aux pieds forcément fragiles, si peu habitués à lever leur cul. Belle image de la jeunesse qu’on nous vend-là ! Ceux que je côtoie au quotidien ont bien d’autres raisons de sortir, mais bref.

Bien sûr, tout ce qui est bon pour le commerce est positif. Sauf qu’une action (de type braderie) requiert en principe des autorisations. Et que réserver une rue commerçante aux adeptes d’un jeu bébête (mais je joue aussi à des jeux idiots, là n’est pas la question) n’est pas forcément un geste très positif pour les habitués. Dans ce cas-ci, on peut encore estimer que les commerçants payant des impôts, l’intervention nécessaire de la police pour fermer la rue était couverte par ceux-ci. Mais c’est un cas exceptionnel.

Enfin, si cette rue a la « chance » d’avoir un Pokestop à son coin, la grande majorité des rues commerçantes anversoises ne l’ont pas. Rendez-vous compte : Pokemon Go provoque même des distorsions de concurrence !

Une entreprise qui se fiche des autorités, s’appuyant sur son « peuple ».

Mais en général, les joueurs et les promoteurs de Pokemon Go se fichent comme de l’an quarante des autorités. Ainsi, à Paris, une réunion de joueurs organisée aux Jardins du Luxembourg, interdite par la préfecture, a réuni quelques centaines de participants via Facebook. L’organisateur, « en contact avec Nintendo », se vantait de 4.000 participants. Ce que l’entreprise n’obtient pas, c’est la masse populaire qui le conquiert pour elle et agite son bon droit. Quant aux amendes éventuelles, elles n’iront pas plus loin que chez le fidèle pokémoniste.

Mais le promeneur tranquille qui espère parcourir le Luxembourg pour s’aérer, découvrir la double architecture de ses jardins (à la française et à l’anglaise), ou admirer la Fontaine Médicis, et peste de cette faune qui n’en a rien à glander, n’est pour eux qu’un sacré chieur qui n’a qu’à venir un autre jour, bordel, là, c’est la chasse au Pokemon, connard de crétin cultivé (ou simplement un peu curieux) qui empêche les jeunes de sortir (enfin) de chez eux grâce à cette œuvre majeure nommée Pikachu !

Petite anecdote postérieure à mon aversion pour Pokemon Go : hier, je ramenais mon chien de sa promenade vers minuit trente, Monsieur le commissaire, quand tout à coup, j’ai vu débouler une huitaine d’adolescents furieux, marchant à un bon 8 km/h, traversant la rue (dangereuse) sans regarder autre chose que leur téléphone, me bousculant ainsi que mon chien, sans même s’excuser — nous ont-ils seulement vus ? — l’un d’entre eux criant « j’ai de l’encens », un autre : « on s’en fout, on cherche un Sqdjheriuhgl » (nom de pokemon incompréhensible — les ados parlent décidément trop vite de nos jours). Bref, prétendre qu’ils pourraient s’intéresser à autre chose qu’à la chasse à leurs bestioles ultramoches aux noms mégadébiles requiert une imagination fertile.

Sur la Grand-Place de Bruxelles, il y a la bagatelle de quatre Pokestops…

Cette réquisition constante ou aléatoire de l’espace public ne dérange pas certains libéraux. Curieusement, ce sont parfois les mêmes qui hurlent quand on organise une journée sans voiture. Pokemon, ça, c’est de l’intérêt public ! Nos poumons, notre mobilité, en revanche, on s’en balance le popotin.

Pourtant, cette occupation pose une question fondamentale que les joueurs ou les pro-PokemonGo ramènent à « ce n’est qu’un jeu ». C’est la gestion du bien commun et des services publics. Mais aussi des lieux privés — comme le jardin d’un Londonien, régulièrement envahi par des pokétarés. Et la sanctification, pour les plus féroces partisans du jeu, de ces dispensables personnages sans la moindre valeur culturelle, éducative ou artistique, donne une idée du délire mondial auquel nous sommes confrontés. Pikachu a toujours raison, un point, c’est tout ! Y compris pour bazarder des millénaires d’organisation de l’espace commun… Pikachu, c’est Erdogan, mais en beaucoup plus subtil.

En s’arrogeant le monde comme espace de jeu, Niantic (le développeur) et Nintendo rompent les règles élémentaires de disposition de l’espace public. Toute manifestation requiert une autorisation. Toute nécessité de recourir à des forces de sécurité suppose une participation au financement de celles-ci. En général, cela se fait par le biais de versement d’impôts. Ou alors, de frais supplémentaires. Quand vous réquisitionnez une place de parking pour déménager, vous le payez quelques dizaines d’euros. Si vous avez un commerce et que vous souhaitez une terrasse, c’est plus cher, et toute l’année. Lorsque vous voulez réserver un musée pour un événement quelconque, vous réglez les frais. Si vous souhaitez bloquer une rue pour une braderie, vous organisez cela à l’avance avec la police et, le cas échéant, vous versez un écot à la commune. Ici, rien de tout cela. Niantic a décidé que les lieux publics, tous les lieux publics, lui appartenaient. C’est la World Company, au sens littéral du terme. Un affront définitif à la propriété privée et publique.

Un énorme problème de plus pour une police déjà débordée.

Du coup, la police, déjà débordée par le terrorisme et la menace, se prend un problème de plus. Mais on ne va tout de même pas demander leur avis aux États avant de lancer un jeu qui peut perturber ses services. Et puis, nos dirigeants ne sont-ils pas à la disposition des joueurs niais ?

Notez qu’on a frôlé la catastrophe morale. Suite à l’attentat de Nice, Niantic a retardé l’arrivée du jeu en France. Bonne pioche : à peine lancé, on trouvait des Pokemon sur… la promenade des Anglais. Plus cocasse (ou inquiétant, c’est selon) : dès le jour du lancement en France, Niantic avait placé une arène Pokemon virtuelle devant l’entrée de la… DGSE !

À Darwin, en Australie, la police a dû placer un poteau devant le commissariat, érigé par Niantic en Pokestop, où des gens entraient, non pas pour porter plainte ou demander assistance, mais pour picatcher. À New York, les joggeurs de Central Park ont été bousculés par une meute de joueurs hystériques et souvent inconscients, certains abandonnant même leur véhicule au milieu de la chaussée ! Quant à l’attention des pokémongotistes pour leurs voisins, elle est déjà légendaire, et visible sur ce petit film.

Dès le départ, Niantic s’est exonéré de toute limite. Des Pokemon ont ainsi attiré des gens dans des hôpitaux, au milieu de routes et autoroutes, dans des casernes de pompiers, effarés de devoir remballer des passants courbés sur leur appareil par dizaines. Bref, une véritable pollution. Je ne vous souhaite pas d’être au chevet d’un parent et de voir arriver un joueur dans sa chambre en pleine chasse au Métamorph(ine).

Si certains musées sont ravis d’accueillir un max des gens peu habitués qui regardent l’une ou l’autre sculpture d’un œil parfois pas tout à fait distrait (parfois, hein), tout en surveillant leur écran, d’autres en ont ras la casquette de ces dresseurs qui passent devant les œuvres les plus précieuses, sans les regarder, mais en gênant aussi la vue des amateurs venus pour l’art. Des photos d’événement PokemonGo prises dans des musées montrent les joueurs très intéressés par leurs discussions mutuelles, leur écran de smartphone, et regardant occasionnellement autour d’eux.

Mais bien sûr, comme dans tout, il y a ceux qui visitent le musée tout en chassant, accessoirement, la bébête, sans trop déranger, et ceux qui y vont avec cette morgue du pokémoniste acharné qui possède le monde et se fiche des merveilles qui l’entourent. Pikachu, c’est quand même tellement mieux que Michel-Ange !

Pikachu rules the world. Jusqu’à la Maison blanche.

Il y a aussi les gares et les stations, et leurs risques de chute sur les rails, ou carrément des voies de chemin de fer qu’il faut traverser pour choper le mochékon. Sans compter… la Cour suprême japonaise ou même, un briefing de sécurité à la Maison blanche ! Pikachu rules the world.

Sauf qu’on n’a pas voté pour lui.

Ces lieux sensibles ne suffisent pas aux développeurs. PokemonGo s’est en plus arrogé des dizaines de lieux de Mémoire dont les directeurs ou les conservateurs se sont manifestés, en colère, pour obtenir d’être effacés du jeu — sans succès pour l’instant. On a ainsi vu des gens admirer leurs petites bestioles favorites qui se baladaient devant une photo de prisonniers juifs attendant le trépas au Mémorial de l’Holocauste à Washington. Ou dans un cimetière militaire. D’autres poursuivaient des Salamèches à Auschwitz. D’autres encore guettaient l’animal soigneusement placé aux Mémoriaux de Nagasaki et d’Hiroshima, qui sont (mais oui !) des Pokestops. Sans compter celui du 9/11 à New York, où un Pokemon a été photographié sur la plaque commémorative (on ne va pas faire dans le détail : quand on réquisitionne, on le fait à fond, hein !)

Plus comique : une arène trouvée en plein milieu de l’océan… Ou ce Pokemon dissimulé dans la résidence du président… israélien (image de l’article). Fake ou pas, c’est ce qu’il a publié sur sa page Facebook en précisant « quelqu’un a appelé la sécurité ».

Un jeu carrément morteeeeeeel !

Tout ça, sans compter les risques de blessure, d’accident, d’arrestation ou peut-être même de mort. Au Canada, deux adolescents ont été arrêtés pour avoir traversé la frontière pour choper un Pokécon. En Indonésie, c’est un Français qui a pénétré sur un site militaire pokémoné. En Belgique, deux enfants de 9 et 12 ans sont partis en pyjama à la chasse aux Pokemon, sans prévenir leurs parents. Ils ont cru à un enlèvement. Nintendo a inventé le jeu à faire paniquer papa-maman.

Une jeune fille est tombée dans un trou à Compiègne, nécessitant l’intervention des pompiers. Elle s’en sort avec des points de suture et un arrêt de travail. En Suède, un joueur s’est empalé sur une palissade en tentant d’attraper une bestiole. Là aussi, grosse intervention du SAMU et des pompiers. Aux États-Unis, on ne compte déjà plus les accidents. Deux joueurs se sont fait tirer dessus après être entrés dans une propriété privée dotée de merveilleuses proies. Deux autres sont tombés d’une falaise — heureusement freinés par des fourrés. Une fille de 15 ans a été chopée par une bagnole pendant une chasse. Salement amochée, mais vivante.

Un homme a percuté une voiture de police, juste à côté de trois policiers, à Baltimore. D’autres policiers ont failli tirer sur un joueur de foot crispé sur son jeu. Un joueur de Colombus s’est pris une balle dans la jambe après s’être fait voler son poképhone. Un autre a été pris en chasse par un meurtrier surpris en train de buter sa meuf. À San Antonio, un pokémoniste a été repéré, dépouillé et poignardé. Il faut dire que certains malfrats utilisent des leurres pour attirer, non pas des Pokemon, mais des gens à détrousser. Résultat, déjà deux blessés par balles à Las Vegas.

En Bosnie, les autorités demandent aux joueurs de respecter les avertissements de champs de mines, que certains ont négligés. Une ONG craint que le jeu n’alourdisse gravement (c’est dire) le bilan — 600 tués depuis la guerre.

Au Japon, des Pokemons radieux. Mais irradiés.

Au Japon, en quelques jours, la police a déjà relevé 36 accidents de la route dus aux petites bêtes. En Inde, le premier accident (une voiture contre un rickshaw — on l’a échappé belle) date d’hier. Au Brésil, un homme a été arrêté par la police. Il se promenait sur une route nationale, le nez dans le touchscreen. Un homme a agressé une femme au Japon parce qu’il pensait qu’elle le prenait en photo, alors qu’elle capturait un petit être innocent. Bon, il était aussi sur la photo et elle refusait de l’effacer.

Toujours au pays du Soleil levant, l’administration de Fukushima est furieuse parce que des Pokemon seraient apparus dans la zone… irradiée. En France, sur l’A4, une conductrice a perdu le contrôle de son véhicule en tentant de contrôler plutôt sa Pokeball. Heureusement, il n’y avait pas beaucoup de monde sur l’autoroute. Au Luxembourg, un joueur a percuté plusieurs voitures et fait quelques tonneaux. Là aussi, il a eu de la chance. En Espagne, des jeunes ont été arrêtés pour avoir joué dans une caserne de la Guardia Civil (chassant un pokemon appelé FrancoCoño, je suppose) et deux Japonais, pour avoir joué dans un tunnel automobile très fréquenté de Barcelone. Il faut dire qu’ils le parcouraient… à pied, au beau milieu de la chaussée. Ils chassaient vraisemblablement un Vivalamuerte. Au Royaume-Uni, deux ados de 16 et 17 ans se sont retrouvés coincés dans une mine à 30 m sous terre… Là, je sèche.

Bref, les Pokemon sont partout et parfois juste n’importe où. Évidemment, ça coûte plus cher d’organiser ça scrupuleusement de manière à éviter les accidents (3 Pokemons sur le périphérique de Bruxelles avant-hier…) Mais voilà, de nos jours, l’entreprise mondialisée n’en a juste rien à caler d’offrir un service sûr. Évidemment, ce n’est pas comme si des enfants étaient susceptibles d’y jouer !

Mais ouf : il n’y a pas à ce jour eu de mort liée directement à PokemonGo, même si un jeune Guatémaltèque a été tué en jouant — mais dans des circonstances non élucidées —, et une Australienne s’est suicidée pendant une recherche pokémonienne. Juste des blessés, des emmerdements, des coups de feu, des arrestations, des envahissements, des insultes à la Mémoire. Pfouh !

Entretemps, PokemonGo nous envahit sans vergogne dans nos lieux de détente et de loisirs, voire des jardins privés, se moque des lieux sacrés et de la Mémoire, place les intérêts de dessins de merde au-dessus de ceux de la vraie curiosité, de la culture, de la connaissance et des intérêts de la société, occupe des services qu’il ne paye pas, bénéficie d’une publicité massive de la part de médias naïfs qui se mettent ainsi au service d’une entreprise grossièrement irresponsable.

Mais surtout, le jeu rend certains de ses adeptes, y compris des adultes en principe intelligents, complètement con. Et s’il y a une chose que je ne peux pardonner à Pikachu, par-dessus tout, c’est bien ça !

Mise à jour 2 : selon TV2.DK, un jeune homme de 21 ans aurait perdu la vie dans un accident de la route en jouant à PokemonGo. À l’arrivée de la police, son iPhone était non-bloqué et l’application tournait. Ce serait le premier décès directement lié à PokemonGo.

PokemonVisitBrusselsMise à jour 1 : ce sont désormais des institutions publiques qui se sont lancées dans la promotion de PokemonGo. Ainsi, VisitBrussels s’est fendue d’une image de l’Atomium revue et corrigée à la Nintendo pour inciter les joueurs de PokemonGo notamment dans le Parc royal. Non sans oublier de leur proposer de se connecter à la page Facebook qui organise… une journée nationale PokemonGo fin août. La STIB a elle aussi sa page PokemonGo qui propose de capturer les bestioles sur son réseau. Une petite image attire l’attention sur les dangers potentiels : les trams ont priorité sur les joueurs. Bref, Niantic et la filiale de Nintendo qui ramasse les sous-sous sont aussi soutenus par nos deniers publics. Pendant ce temps, on démembre nos musées bruxellois mais bon, ça, c’est pour l’élite, à écouter les fanatiques de PokemonGo. On ne va quand même pas y envoyer nos enfants pour s’éduquer. À moins, bien sûr qu’il y ait des Tartagueul à y choper.  

STIBConseilsPokemon STIBRailsPokemon


Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à verser un peu de Pokemoney, min 2 €, en contribution de mon dur labeur. Ça me permettra accessoirement d’acheter une batterie de rechange pour ma prochaine chasse au Pokécon, une version trafiquée où l’on ne chasse pas les monstres de poche, mais  bien ceux qui les convoitent, en chantant « ce matin, un vieux con, a pris un chasseur de Pokemons).

Previous Brexit : l’Union européenne est devenue une marâtre revancharde.
Next Racisme : Bart De Wever peut, les Flamands ne peuvent pas.

You might also like

55 Comments

  1. Hanocq
    juillet 28, 18:36 Reply
    Le syndrome de Peter Pan à l'échelle planétaire???
  2. u'tz
    juillet 28, 19:38 Reply
    patience, bientôt pikatrump à la maison blanche neige va manipuler les sorcières mecsiqu'haine... gaffe aux ratatacs auto-radicalislamisés sponta&instanta nément... bonnes vacances en truquie, n'oubliez pas de laisser vos coordonnées au dj reynders au goût fermement collabo flamingant
  3. joyovaih
    juillet 28, 20:39 Reply
    J'ai entendu aujoutd'hui que les autorités polonaises demandent (supplient ?) que le 'sanctuaire et lieu mémoriel' d'Auschwitz ne soit pas livré aux délires de ces pokemons ! Seront-elles écoutées ? Hallucinant !
  4. lievenm
    juillet 28, 21:20 Reply
    O tempora O mores! Ik denk dat je echt oud begint te worden, mijn beste Marcel. Zet je gewoon rustig en binnen drie maanden is deze rage even vergeten als de skoubidous, de flippos en alle andere Angry Birds. En voor je me van medeplichtigheid gaat verdenken, ik heb enkel een oude Nokia die alleen maar kan bellen en SMSen.
    • marcel
      août 01, 17:56 Reply
      Ik heb heel veel Angry Birds gespeeld. Maar zonder andere mensen/lokalen/enz te storen.
      • Muc le tolerant
        août 04, 22:12 Reply
        Sel, ne sortez pas ce soir. Il y a des gamins qui jouent au foot, dans le parc public ! Il y a des gosses à bicyclette, sur le trottoir ! Il y a un clochard qui fume, à côté de ta maison ! Ils embêtent tout le monde avec leurs jeux mortelles... Connais-tu le nombre de morts à cause des cigarettes, le vélo et le foot ?
        • marcel
          août 06, 00:00 Reply
          C'est pas une raison d'en rajouter.
        • marcel
          août 06, 00:01 Reply
          (sinon, je suis sorti, j'étais meme dehors toute la journée)
          • Aujourd'hui, un home qui se promenait sur l'alpe d'Huez est tombé, il est mort. S'il avait participé au jeu "Pokémon" dans le zoo d'Anvers (15.000 jeunes ont participle), il serait toujours vivant....
  5. LilAngel
    juillet 28, 22:36 Reply
    alors, la pokétarée que je suis a attraper un Ratata en lisant votre article. Quelques précisions: - un pokestop n'est pas un lieu où l'on trouve des pokémons mais où on se recharge en pokeballs (et avec de la chance on obtient de l'encens, des oeufs, et d'autres consommables) - les boursicoteurs sont effectivement assez étranges puisque ce n'est pas Nintendo qui a développé le jeu, je présume que les gens ont fait directement l'amalgame (il me semble d'ailleurs que le cours de l'action Nintendo est retombé depuis lors) - quant aux accidents: le jeu ne fonctionne pas quand on va plus vite qu'une vitesse de marche normale, donc l'idiote qui essaye d'attraper un pokemon en conduisant sur l'autoroute (plus de 70 km/h), risque juste de dépenser ses pokeballs pour rien - les pokestops ont été fixés dans des lieux reconnaissables (plaque, statue,...) et il y a une explication: le weekend passé, j'étais en vacances et j'ai pu obtenir des informations sur les monuments/plaques/statues grâce à PokemonGo. Effectivement, j'aurais pu simplement googler mais je trouve cela fun de combiner les deux - il n'est généralement pas nécessaire de s'approcher exactement du lieu où se trouve le pokestop ou le pokemon pour le chopper: un exemple, on peut se trouver à l'entrée de City2 et faire fonctionner le pokestop du Crowne Plaza (pas besoin d'entrer dans le lobby hein) - comme tout jeu ou activité, faut juste être raisonnable: ce n'est peut-être pas le jeu le plus intelligent mais ce n'est pas pire que Farmville ou Candy Crush il me semble - dernière précision, pas besoin d'avoir les yeux fixés 24h/24 sur son écran car le smartphone vibre lorsqu'on croise un pokemon ou un pokestop! NB: le jeu est fun mais je pense que quand on aura joué au bout d'un mois ou deux, on passera à autre chose
    • marcel
      août 01, 18:06 Reply
      1. Il y a souvent des Pokémon autour des Pokestops, notamment via les leurres qui les attirent. 2. Nintendo possède 32% de la société qui gère les droits. 3. Les joueurs s'échangent des alertes. Ex, Bruxelles : des joueurs à Park sont avertis par d'autres qu'il y a un Pokemon rare et puissant à 3 km de là, s'engouffrent à 6 dans la voiture (pour 5) et roulent jusqu'au lieu (où ils ne trouveront rien). Il y a aussi des cartes comportant des alertes. Etc. 4. L'approche nécessaire ou pas du lieu dépend souvent de bien d'autres facteurs : réseau, par exemple. Une arène située dans un château privé est difficile d'accès. Des Pokemon dans de vastes propriétés privées de même. 5. Je me fiche de l'intelligence du jeu. J'ai bien écrit que je joue parfois à des jeux très bêtes, mais dans mon coin, sans gêner les autres. (vivement l'hiver).
  6. Alex
    juillet 29, 08:17 Reply
    Ca s'écrit "Pokémon", Marcel... Et sinon, c'est tout ce que l'actualité vous inspire ?
  7. Geoffrey Claustriaux
    juillet 29, 09:00 Reply
    Marcel, je suis généralement d'accord avec vous, mais pas cette fois. Je précise que je ne joue pas à ce jeu. Mais si les gens sont cons, ce n'est quand même pas de sa faute ! Bien sûr, les Pokéstops à Auschwitz, dans les jardins privés ou dans d'autres endroits inappropriés doivent être enlevés, mais tout le reste, c'est aux humains d'y faire gaffe. Personnellement, je ne blâme pas le jeu, mais ceux qui y jouent de façon si assidue qu'ils en oublient la réalité. Excusez-moi, mais accuser le jeu de les rendre cons, c'est du même niveau que d'accuser les jeux vidéos (ou les films) de rendre les joueurs violents.
  8. Pierre
    juillet 29, 10:53 Reply
    Effectivement, ta manière de raisonner fait "vieux con". Niantic et Nintendo ne réquisitionnent pas les rues... ils ne les réservent pas et n'encouragent pas les gens à commettre des incivilités ou des actes dangereux pour eux et le reste des usagers. C'est un jeu. Un jeu qui se joue dehors, avec certes, un téléphone. Certes, le jeu est victime de son succès et donc, le manant qui ne joue pas au jeu voit des gens s'adonner à une pratique qu'ils ne comprennent pas. Est-ce pour autant mauvais ? Répréhensible ? Nintendo n'est en rien responsable des cohues, des ados qui traversent sans regarder ou des gens qui sortent de leur voiture en la laissant au milieu de la rue avec des warnings. Ces personnes doivent être punies, parce qu'elles font n'importe quoi. Le jeu n'y est pour rien. C'est comme si un supporter de football allait voir un match, était en retard et se garait n'importe comment devant le stade "parce qu'il est en retard"... et que la ligue nationale de football soit pointée du doigt pour ça. Pokemon rend con ? Beaucoup moins que ce que l'on pourrait voir à la TV si on était pas dehors à chasser les pokemons. Pokemon ne fait pas lire les jeunes ? Ce n'est pas son but, c'est comme reprocher à ces satanés scouts qui réquisitionnent l'espace public, détériorent les jardins et les lieux ou ils établissent leur camp de ne pousser les jeunes vers la lecture. C'est un jeu, point à la ligne. Un simple jeu... et si les gens jouaient un peu plus, plutôt que de se haïr et de passer leur temps devant la TV autrement plus débilisante, je pense que le monde s'en porterait bien mieux. Un presque trentenaire qui n'a pas le téléphone pour jouer à Pokemon Go, mais qui vit et laisse vivre.
    • marcel
      août 01, 17:54 Reply
      Désolé, la réquisition pour un jeu ou pour autre chose, ça reste de la réquisition.
      • gduchateau
        août 04, 15:28 Reply
        L'espace publique n'appartient-il pas à tous ceux qui payent des impôts ? Et son utilisation n'est-il pas dès lors du libre choix de ceux-ci (à partir du moment ou cette utilisation ne restreint pas l'utilisation des autres contributeurs - ce qui n'est pas à mon sens le cas de ce jeu)? Si ce n'est pas le cas et si l'espace publique doit suivre une règle édictée par une minorité bien pensante, j'aimerais qu'on me rende mon argent ...
        • marcel
          août 04, 17:59 Reply
          Si je ne peux plus m'asseoir sur un banc du Parc Royal parce que tout est réquisitionné par les fans de Niantic, je veux bien qu'on me rende mon argent. Si je me fais bousculer dans la rue par des joueurs en principe gentils mais rendus irrespectueux par la frénésie du jeu, je veux bien qu'on me rende mon argent. Si je ne peux plus visiter un musée sans voir passer, entre une œuvre majeure et moi un gars l'œil rivé sur son écran pour attraper des mochetés infantiles, je veux bien qu'on me rende mon argent. Si certaines rues sont fermées au profit de Niantic, je veux bien qu'on me rende mon argent. Si… Si… Si…
  9. PATRICK DE GEYNST
    juillet 29, 12:19 Reply
    La soumission des peuples à la "modernité" est effarant. Panurgisme,suivisme,abandon de toute réflexion personnelle me rendent triste,vraiment triste. Le smartphone tient lieu de cerveau extra-corporel et dirige tous ces corps sans tête.....
  10. Rivière
    juillet 29, 15:27 Reply
    Il n'y a pas longtemps alors que je venais de ramener un pote chez lui, un ado m'adresse la parole (sans dire bonjour ou excusez moi...) et me demande si j'ai vu des pokemons sur la route. Comme j'étais vaguement au courant de ce bête jeu, je lui ai dit "je ne chasse pas". Le gars a eu l'air très surpris... puis il a repris sa route le nez dans l'écran à "scanner" les environs (sans dire merci ni au revoir...). Puis un 1 minute plus tard, un gamin m'a posé la même question, je l'ai donc envoyé vers l'autre zigoto, en me demandant pourquoi ils pensaient que je chassais la biesstiole en conduisant...
  11. pokédaccord
    juillet 29, 16:20 Reply
    Bonjour, j'ai lu l'article avec attention (et sourire) et il faut dire que même si je joue à ce jeu depuis 15 jours mais vraiment de temps en temps avec les enfants je me rend compte que vous avez totalement raison. Ce jeu rend les gens idiots pour ne pas dire de mot vulgaire. Il est vrai qu'ils auraient au moins pu se fendre d'une carte avec des exceptions sur certains lieux plutot que génbérer un algorythme pourri basé sur une jeux que personne ne connaissait avant. Et quand ils annoncent que le jeux n'est qu'à 10% de ses capacités je me dit que ça va finir en cacahuète cette histoire. ils vont nous pondrent des pokemons dans le slip ? Du coup les pokedresseurs vont nous déshabiller en pleine rue. :) Il est vrai qu'avec la conjoncture actuelle ou l'on parle sans cesse de liberté etc... la une partie des gens (ce qui ne joue pas) n'en n'ont plus du tout.
  12. Capucine
    juillet 29, 21:18 Reply
    Hello , J'ai été voir ce dessin animé au cinéma avec un petit enfant,en sortant du cinéma,je me suis sentie très agressée et je me suis dit que le petit garçon qui m'accompagnait devait l'être aussi,je n'ai rien compris à l'histoire ,je n'ai retenu que des couleurs vives et de la violence masquée . Pour oublier ce vilain moment,j'ai vite acheté bambi et la belle et le clochard. Ou est passer nounous ,Nicolas et pimprenelle que je regardais les yeux pleins d'étoiles avant d'aller faire dodo.
  13. Degenève
    juillet 30, 08:13 Reply
    Je pense que PokemonGo ne rend cons que ceux qui avaient des prédispositions à le devenir ou l'étaient déjà.
    • Tournaisien
      août 02, 11:42 Reply
      Oui, bien sûr, mais le problème c'est que ça fait beaucoup de monde ... et que tant qu'à faire, la connerie, on la préfèrerait discrète.
  14. Huby
    juillet 30, 22:36 Reply
    C'est quand même marrant comment le fait que l'espace public soit investi par un public plutôt jeune dérange. C'est vrai que ça change de l'espace public conçu pour les hommes d'age mûr. Pour les incidents je pense que Pokemon Go permet de centraliser des anecdotes diverses pour lesquelles on n'aurait pas fait de liens autrement.
  15. Capucine
    juillet 31, 11:12 Reply
    Voilà comment on peut endoctriner les humains.
  16. Rivière
    août 01, 19:04 Reply
    Le Grognosel est un petit pokemon "Roche" qui balance de longues tartines garnies d'encre sur ses adversaires. Il a la particularité d'écrire plus vite que son ombre et de ne pas ronchonner seulement quand on l'enferme dans son pokéblog... et encore, seulement par temps chaud et sec ! Comme beaucoup de pokémons rocheux et moussus, il n'apprécie pas du tout "ces jeunes graviers mal polis" qui courent dans tous les sens beaucoup plus vite et beaucoup moins poliment ou respectueusement qu'à son époque (bon pour ça il a raison... mais il fait partie de la génération qui a créé ce monde pourri alors : bien fait pour lui lol)... Avertissement : Si vous possédez un Grognosel, ne capturez pas de Bartatouille, car il s'entendent très mal : vous perdriez tout votre avancement dans le jeu et seriez embourbé dans des flaques gluantes de flamiméroteries et enseveli sous les tartines à l'encre. PS : toutes ressemblances même partielles avec des personnages non virtualisés du monde réel serait purement fortuites Blague à part... Si on possède un terrain sur lequel pokégo a mis une réserve à pokébiess, croyez vous qu'il y a moyen de se faire du pokéfric sonnant et trébuchant en faisant payer l'entrée ? (j'en ai pas mais bon si c'est seulement à 10% du déploiement qui sait ?)
  17. miyovo
    août 01, 20:53 Reply
    Jeez, how can you waste so much time and energy on this rage, beats me, really. Who gives a shit, really, well certainly not me... Here's someone else's opinion: https://artistecomptantpourrien.wordpress.com/2016/07/25/pokemon-go-ou-la-decadence-de-la-jeunesse/ Just saying.
  18. u'tz
    août 02, 00:18 Reply
    finalement, encore un jeu qui ne pose pas de problème aux ménapiens
  19. Tournaisien
    août 02, 08:33 Reply
    J'ai bien ri, Marcel. Merci pour cette promenade récréative. Le délire, de fait, n'a plus de limite, mais le plus désopilant dans tout ce que tu nous as aligné, c'est de constater que les pouvoirs publics font eux aussi la promotion de cette connerie sans nom. C'est dire le niveau. Après ça, après la future première dame des States à poil en première du New York Post et un prêtre de 84 ans égorgé tandis qu'il célébrait l'eucharistie dans une église de village en Seine maritime, je ne vois pas très bien ce qu'on peut encore rajouter. À n'en pas douter, le progrès humain est linéaire. Et pour ceux qui en douteraient encore, il suffira de comparer ce qui se fait aujourd'hui en matière d'art contemporain (je pense en particulier à une oeuvre telle que "Tree" de Paul MacCarthy, dressée sur la place Vendôme à Paris) avec la Pietà de Michelange (1498) ou la 'Flagellation' de Piero della Francesca (ca 1450-1460) à la galerie nationale des Marches à Urbino. Tout est dit. Quand on aura compris que progrès technique ne rime pas d'office avec progrès spirituel, on aura tout compris (... j'imagine que U'tz ne manquera pas de nous servir un petit sarcasme en réponse à cette manifestation de l'esprit le plus réactionnaire du blog de Marcel).
    • u'tz
      août 04, 21:36 Reply
      @Tourn' je me doutais bien que vous préféreriez le retour de la statue equstre du roi-soleil bruxellochtone place vent d'hôme... vous devriez vous intéresser par exemple à l'expo de la collégiale d'huy qui propose des trucs autochtones plus intéressant et aussi contemporain d'un mickey en marbre de carare datant du début de la geste occidantelle génocidaire du nouveau monde... -suis trop joyeusement déséspéré car pas un con d'islamiste actuel en méso pot amie globalislamisé n'a conçu un pokestop pour attirer un max de chair fraîche athée et innocente pour attirer l'amok d'un de leur tamagoshi non virtuel à frustration téléguidable
      • Tournaisien
        août 06, 06:48 Reply
        Cher Ut'z. Non rassurez-vous : je ne suis pas pour le retour de la statue équestre du roi Soleil à la place Vend d'home. Si c'était moi, en revanche, je reconstruirais la vis du Louvre pour y replacer les statues de Charles V et de Jeanne de Bourbon ... et au passage, je brûlerais bien en place publique MacCarthy comme on l'avait fait d'Enguerrand de Marigny.
        • u'tz
          août 08, 07:33 Reply
          Vous tournez vachement maccarthyste avec vos sourcières mon cher Tourn'
  20. Kara
    août 04, 10:00 Reply
    Tenez, la modification de votre titre pour sa publication dans La Meuse, c'est de l'auto-censure ou alors un début de complexe par rapport à votre égocentrisme autosatisfait de vieux réactionnaire sur le retour ? Parce que sincèrement, au départ, je trouvais vos articles pertinents mais à force de négativisme de caniveau, de jugements de valeur répété et d'étalage de votre avis comme s'il faisait loi, vous en arrivez à me dégoûter de vos écrits. Vous allez bien dans la vie ? Y a pas l'air.
    • marcel
      août 04, 12:58 Reply
      Pour commencer, je ne suis pas au courant d'une publication de la Meuse. Je suppose que vous parlez de la publication de La Libre. Le journaliste m'a demandé l'autorisation de publier le début de mon papier et de référencer vers mon blog pour la suite, que je lui ai accordée. Ils ont modifié le titre eux-mêmes, je n'y suis absolument pour rien. Quant à « vieux réactionnaire sur le retour », c'est exactement à cause de réactions de ce genre à des twits juste un peu critiques (plutôt moins méchants qu'envers des partis politiques ou des religions, l'Union européenne ou des journalistes) qui m'ont amené à rédiger et publier cet article. Si un jeu provoque des réactions aussi épidermiques, c'est bien qu'il y a un problème.
      • John
        août 05, 15:15 Reply
        Le problème, c'est que vous êtes insultant envers toute une communauté dont la grande majorité des représentants se comportent avec respect et dignité, même lorsqu'ils sont en train de jouer. Sur le fond, je trouve que vous avez une vision très libérale (au sens économique du terme) de l'espace public et ça, ça m'étonne un peu de votre part.
        • marcel
          août 06, 00:08 Reply
          Les entreprises qui fondent leur revenu sur les lieux publics doivent participer au financement nécessaires pour combler les nuisances, Ce n'est pas du liberalisme, c'est de la Gestein du bien public. Ensuite, je suis assez radical mais pas envers les joueurs respectueux (Je les cite dans l'article) mais envers ceux qui placent Pokemon (ou leur chasse) au-dessus de toute autre considération, parfois fondamentale pour notre société (cf Douaumont maintenant…) et encore plus envers les professionnels de l'info qui laissent l'engouement public l'emporter sur toute réflexion. Avant tout autre personnes, c'est d'eux que je parle.
  21. L'enfoiré
    août 04, 13:06 Reply
    Salut Marcel, Cela faisait un temps que je n'étais pas passé par ici. C'est alors que j'ai lu votre article dans le Soir où là je suis plus souvent à la pêche. ( http://www.lalibre.be/debats/opinions/pokemon-go-requisitionne-l-espace-public-tue-et-rend-tare-57a2096c35704fe6c1cf2c9e ) J'ai lu les commentaires qui vont dans les deux sens. Comme je n'ai pas du tout un esprit de joueur, je ne me sentirais jamais impliqué dans cette nouvelle fantaisie iPhonique mania. Bruxelles, j'y suis très souvent. Que ce soit en jogging ou à vélo (plus jamais en voiture). Je ne verrais jamais avec mon bigotoIphone dans la main. Il est bien caché dans ma ceinture et il y reste jusqu'au moment où il sonne. Comme toujours, je me demande à qui profite le nouveau machin (pour ne pas dire crime bien sûr) Si j'en vois un ce weekend, je lui demanderai.... @+
  22. Adrien
    août 04, 13:21 Reply
    Et sinon, vous pensez quoi de la bicyclette ?
    • marcel
      août 04, 18:13 Reply
      haha. Trop dangereux à Bruxelles. Super à l'île de Ré.
      • u'tz
        août 04, 21:42 Reply
        très bien la bicyclette à bxl, plus il y en aura mieux ça sera, 31€ par an et vous avez villo à disposition, l'essayer c'est l'adopté... le guidon c'est pas "dangereux" n'écouter pas l' auto-propaganda des lourds à volant
    • u'tz
      août 04, 21:44 Reply
      la bicyclette ne favorise pas les chasseurs-cueilleurs de pokémon
  23. Tythan
    août 04, 15:14 Reply
    Vous êtes-vous demandé à un moment si c'était vraiment le jeu qui était maléfique (avec Niantic qui a tout orchestré derrière bien sûr) ou si les gens que vous citez - qui s'introduisent dans des propriétés privées, abandonnent leur véhicule, traversent sans faire attention, etc - ne sont pas simplement mal élevés et dénués de bon sens ? A pratiquement chaque article que je lis dénonçant la mort tragique d'une personne "parce qu'elle jouait à Pokémon GO" la conclusion est la même : cette personne est éligible aux Darwin Awards. Ignorer un panneau du style "Attention champ de mines, danger de mort." et mourir derrière, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer tellement c'est stupide. Vous ne pardonnez pas que le jeu rende certains adultes "en principe intelligents" complètement cons, vous devriez en être reconnaissant, ils l'ont probablement toujours été. Toute une génération prônant le "Les jeunes restent enfermés chez eux sur leur ordinateur et leur console, qu'ils sortent prendre l'air !" réalise brutalement que maintenant que les jeunes débarquent dans les parcs et les rues, rester chez soi et laisser flâner les plus vieux en paix c'était finalement très bien. Ouvrez donc un stand de bouffe/boissons à côté d'un parc plein de Pokéstops, vous vous ferez de l'argent pour compenser les deniers publics utilisés par la STIB et VisitBrussels pour prôner le règne du Saint Pikachu et cela calmera peut-être votre propension à déverser vos camions de sel sur la toile. Au passage, vous précisez bien que la valorisation de Nintendo à doublé à la sortie du jeu, mais vous omettez bien de préciser que leur côte en bourse ne s'est jamais aussi mal portée que depuis que les gens se sont rendu compte que c'est bien Niantic qui gère le jeu et contrôle tout (c'est-à-dire 3 ou 4 jours après le lancement). Jetez un coup d'œil à la bourse de Tokyo si vous avez des doutes. Et si jamais vous daignez répondre, donnez au passage votre définition de "valeur culturelle et artistique", j'ai comme un doute.
    • marcel
      août 04, 18:12 Reply
      1. Le jeu est conçu pour amener un maximum de personnes à jouer (et à acheter des crédits). Ceci impliquer une responsabilité du concepteur. 2. Sans le jeu, il n'y aurait aucune, je dis bien aucune des nuisances dont je parle. Aucun blessé, aucun mort. 3. Les jeunes sortent. Le fait de les dépeindre comme des idiots neuneus rivés derrière (devant) leur écran chez eux est en fait scandaleux. C'est un des arguments de Niantic, repris en chœur par ceux des joueurs plus âgés qui se cherchent une raison « intellectuelle » de jouer et de vanter le jeu. Or, il n'y a pas grand chose à vanter. 4. Je suis persuadé que beaucoup de ceux qui bousculent les gens sous injection d'encens Pokemon ne le feraient pas dans d'autres circonstances. Le jeu induit l'effet de groupe, la frénésie aveugle, le besoin de gagner toujours plus de Pokemon et réduit l'attention au monde extérieur. J'ai testé sur quelques centaines de mètres et je me suis pris un joggeur qu'en temps normal (même avec Twitter), je n'aurais pas heurté. Les jeunes qui m'ont bousculé un soir sans s'excuser (et ils ont de la chance que mon chien ne mord pas) étaient clairement « sous influence » et pas dans leur état normal. Je croise souvent des scouts dans le petit bois derrière chez moi, et leur attitude est à l'opposé : ils prennent soin (du moins leurs moniteurs) de prendre conscience du monde qui les entoure, c'est même le fondement de leurs activités. 5. J'ai parlé de la valorisation de Nintendo pour rappeler aux journalistes censés nous informer décemment que le jeu n'était pas gratuit. La valorisation de Nintendo a rebaissé parce que l'entreprise a expliqué qu'elle ne possédait que 32% des droits de vote de Pokemon Company. Mais le choix des investisseurs de vouloir du Nintendo montre qu'ils ont compris que le jeu n'était pas gratuit. Il rapporte d'après plusieurs sources assez fiables 11 millions par mois. À lui tout seul, Pokemon rapporte plus que L'ENSEMBLE DES LOGICIELS EDUCATIFS sur AppleStore. 6. Valeur culturelle : selon vous, le Radeau de la Méduse a-t-il une valeur supérieure à un dessin de Pokemon ? Ou le Déjeuner sur l'Herbe ? Ou les Demoiselles d'Avignon ? Ou un Magritte ? Ou un readymade de Warhol ? Pensez-vous que Pikachu questionne plus notre société que Sartre ou Lacan ? Je crois que vous avez votre réponse.
      • Tythan
        août 05, 00:19 Reply
        1. Comme pour tous les jeux, toutes les applications, il y a une volonté de se faire de l'argent derrière, encore qu'on puisse y jouer de manière totalement gratuite, mis à part pour la connexion internet mobile (pour laquelle certains fournisseurs offrent déjà la gratuité vis-à-vis du jeu). Rien de surprenant. 2. Alors vite fait, l'utilisation du téléphone provoque quelques centaines d'accidents par an, c'est pas nouveau, ça date de bien avant Pokémon GO. Doit-on pour autant interdire complètement le téléphone partout ? La police multiplie les campagnes de prévention pour rappeler aux gens de ne pas s'en servir au volant, les gens s'en moquent, tant pis pour eux j'ai envie de dire. Un message apparait dès le lancement du jeu pour rappeler de rester attentif, de regarder autour de soi et de ne surtout pas s'en servir au volant, là aussi certains s'en moquent... On pourrait résumer par "le téléphone rend con", pas besoin d'un jeu pour ça, même si ça aide. 3. Ils peuvent toujours dire que quelques kilomètres de marche par jour ont au moins un effet sur le plan sportif, et les Pokémon apparaissent plus régulièrement si on court. Si on ne peut même plus vanter les bienfaits de la course/marche à pied... 4. Je n'ai pas attendu cette application pour qu'on me bouscule de temps en temps dans la rue sans s'excuser. Depuis la sortie du jeu je n'ai encore percuté/été percuté par personne d'ailleurs. A moins d'être pressé rien ne vous oblige à continuer à marcher pendant que vous capturez un Pokémon, au pire il suffit de lancer la pokéball et si ça touche pas besoin de fixer l'écran, cela n'augmente pas les chances que la bête reste ou s'échappe, ça laisse largement le temps de jeter un coup d'œil en face de soi. Certains des scouts de votre petit bois jouent très probablement au jeu eux aussi lorsqu'ils ne sont pas en camp, se transforment-ils pour autant instantanément en zombies drogués à la baie pokémon ou sont-ils toujours capable de faire attention quand ils traversent ? [Si ça peut vous rassurer les combats entre joueurs seront intégrés dans quelques semaines, là les gens seront attentifs et je les imagine déjà, tels leur congénères artificiels du jeu vidéo d'origine, rester plantés en attendant de voir un autre dresseur passer devant eux et croiser leur regard pour le défier.] 5. Ce N'EST PAS un logiciel éducatif, c'est un jeu, un divertissement, d'ailleurs il est bien dans la catégorie des applications de jeu sur le Play Store (pour Apple je ne sais pas). Un peu comme si je râlais parce que je gagne moins d'argent en vendant des poires qu'en vendant des chips dans le nightshop du coin. C'est moins sain mais les gens préfèrent ça. Le jeu est gratuit oui, pour les utilisateurs. Ils peuvent payer pour avoir un coup de boost, rien ne les y oblige, et ça existe pour la quasi totalité des jeux pour mobiles. Évidemment, derrière ça se fait de l'argent en masse, quelle surprise. On peut s'en indigner tant qu'on veut ça n'y changera rien et il y a quand même bien d'autres sujets sur cette planète sur lesquels on peut s'indigner, notamment sur l'aspect "ils se font de l'argent grâce à nous et on en touche pas un centime". 6. J'ai demandé une définition, pas une comparaison. Une valeur supérieure sur le plan artistique ? Sûrement. Et encore, l'art c'est très subjectif... Mais il me semble avoir lu "sans la moindre valeur culturelle ou artistique", allez demander aux Japonais ou à toute la génération née dans les années 90 si ça ne représente rien culturellement, allez une fois voir les fan arts de certains amoureux des Pokémon, les dessins de Pikachu ne se résument pas à des gribouillages d'enfants de 7 ans, ceux-ci ont grandit. Vous pourrez en trouver certains moches, d'autres personne diront que non, et à moins que vos paroles ne soient des dogmes au final ça donnera une valeur artistique plus que moindre à la chose. Et puis pour le coup, à l'heure actuelle le Pikachu il a plus d'impact sur la société que Sartre ou Lacan, il ne la questionne pas tout seul mais il vous le fait faire.
  24. Olivier MONTULET
    août 04, 17:10 Reply
    Ce qui attire une adhésion massive est très généralement abrutissant car ne requière pas de peiner à penser. Et le marché néolibéral recherchant par définition le maximum d'adhésion ne fait qu'abrutir le peuple, soumis volontaire par paresse et par recherche de satisfactions immédiates, privés qu'ils sont des satisfactions émancipatrices que la doctrine néolibérale aliénante leur empêche d'espérer atteindre.
  25. Capucine
    août 04, 21:11 Reply
    Et c'était bien! Il fut un temps où nous participions à des jeux ou ,nous ,les jeunes,devions courrir afin de nous instruire poliment,gentiment,gaiement,librement. Je me souviens d'un temps où le collège saint Gilles créait de tels événements,on participait à un rallye organisée par les professeurs et les jeunes à laquelle on remettait le trophée à celui qui avait bien répondu au questionnaire plein d'humour et d'intelligence ,plein de gentillesse et de respect pour le premier et le dernier, Que c'était chouette! On décorait un local avec peu de moyens et c'était beau... On se déguisait et le père directeur souriait de bonheur avec les croyants et les non croyants On organisait tout . la nourriture,la musique,la décoration,la sécurité...la vaisselle,le nettoyage, On était heureux ... Et c'était bien.
  26. Salade
    août 05, 10:28 Reply
    ce type d'info rend con aussi: http://www.lalibre.be/light/insolite/quand-joe-biden-souhaite-un-bon-anniversaire-a-barack-obama-57a4500035704fe6c1d0a736 on s'en fout! En plus on n'est pas américains!
  27. Lachomeneky
    août 05, 11:44 Reply
    Il y a comme des airs de manipulation de l'imbécillité humaine... http://www.rtbf.be/info/insolites/detail_france-l-ossuaire-de-douaumont-est-devenu-une-arene-pour-la-chasse-au-pokemon?id=9369930 Panem circensesque dirait un certain BDW.... ou un autre... Et surtout oublier tout esprit critique...
  28. François-Marie
    août 06, 12:04 Reply
    Monsieur Sel, je dois reconnaitre avoir bien ri à la lecture de cet article. Votre plume acerbe pointe, comme souvent, des dérives et/ou éléments cocasses de notre "civilisation". Maintenant, je pense que lorsque vous pointez du doigt la société Nintendo, vous vous trompez de cible: Nintendo est un mastodonte du Nikkei, qui n'en a cure des effets de son jeu. Seuls comptent les bénéfices qu'elle pourra en tirer, et ce, tant qu'elle respectera les lois (pas par sens éthique, mais par peur de procès couteux). Les vrais problèmes sont politiques et culturels: politiques car nos politiciens se complaisent à voter des lois plus inutiles les unes que les autres (à de très rares exceptions près), leur seul but étant de se faire ré-élire afin de continuer à profiter des plantureux émoluments liés à leurs fonctions de ministres et parlementaires; et culturels car voter des lois contre des multinationales vont immanquablement susciter des critiques taxant leurs initiateurs (ainsi que tous ceux qui auront voté pour) de protectionnistes, de réactionnaires, ou (pire encore) d'anti-libertaire. Un peu comme toute tentative de faire passer des lois ciblant les terroristes potentiels (personnes fichées, retour de Syrie,...) déclenche immanquablement des réactions traitant leurs instigateurs de racistes et xénophobes. L'Europe est à ce point hantée par son histoire qu'elle se sclérose lentement, oubliant de se renouveler, de s'adapter à un monde changeant. Les dérives constatées pour l'instant avec ce jeu sont encore bien minimes... Ce jeu possède un pouvoir assez impressionnant, quand on voit de quoi les joueurs sont capables (laisser sa voiture au milieu de la chaussée, ne pas regarder où ils mettent leur pieds,...). Ce jeu crée inévitablement des conflits entre joueurs non-respectueux et honnêtes citoyens se baladant... même s'il ne faut pas mettre tout les joueurs dans le même sac. Ce jeu possède donc un potentiel énorme de faire progresser l'humanité: alors que les ressources naturelles s'épuisent, les besoins augmentent et les conflits se développe, on constate que certaines personnes restent rivées à l'écran de leur smartphone quoi qu'il puisse se passer. Et c'est ici que ça devient intéressant. L'installation d'un point d'apparition d'éléments rares du jeu idéalement placé à la pointe d'un brise-lames en mer du Nord par un Panurge des temps moderne permettrait à nos scientifique d'observer des applications intéressantes des théories de Darwin. Tout ceci pour dire que ce jeu, à défaut d'être la maladie, est un des symptomes, ou plutôt des révélateurs d'une société malade. Tous les joueurs ne sont pas des idiots, mais ce jeu permet de mettre en exergue de manière évidente chez les personnes présentant ce trait de caractère. FMA-dV
  29. Salade
    août 07, 12:51 Reply
    Selon l'OCAM, les commissariats sont en alerte 2,718281828459045... Un alerte transcendante quoi, càd au-delà de l'intelligible...
  30. cl
    août 08, 13:44 Reply
    Oseriez-vous la comparaison avec le monde du football, pour lequel le moindre match de première division attire un public bien plus dérangeant, souvent saoul, voir violent ? A la différence, je n'ai pour ma part encore vu aucun signe de racisme, de haine ou de violence dans le comportement de ces joueurs, groupe auquel je n'appartiens pas. Par ailleurs, il n'y a aucune réquisition de l'espace public. Cet espace est au contraire enfin occupé. Car oui, tout le monde les paie, ses impôts, et tout le monde peut en profiter, que cela vous plaise ou non. Et s'il n'y avait pas ce jeu, mais que les gens sortaient pour l'occuper, vous plaindriez-vous autant ? Bien sûr, d'autres l'ont même fait envers de pauvres sdf. A force de tout critiquer, sachez qu'on finit par se décrédibiliser...
    • marcel
      août 08, 17:06 Reply
      La petite ville de Lillo, 35 habitants, occupée depuis deux semaines jusqu'à des 4h du matin, ce n'est pas de la réquisition ? Les cimetières, les tombes de vétérans munis de Pokestops, ça n'est pas de la réquisition ? La digue hollandaise brusquement occupée par les voitures, les piétons, les uns sur et dans les autres. Ça n'est pas de la réquisition ? Je m'intéresse aux faits, et désolé, mais les faits sont là. Sans parler de l'occupation des journaux, aussi prompts à défendre Pokemon qu'ils l'étaient à défendre Uber, pour des raisons souvent absconses.
  31. L'enfoiré
    août 19, 17:24 Reply
    Voilà, il suffisait d'attendre des réactions des diffuseurs. http://belgium-iphone.lesoir.be/2016/08/19/niantic-desactive-pokemon-go-sur-le-reseau-de-proximus/#_ga=1.90344796.7323096.1435586188

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.