Étude bidon, preuves imaginaires. Jan Jambon, amateur congénital ou pyromane professionnel ?

Twit de Jan Jambon : « Une partie de la communauté musulmane a dansé après les attentats. C'est ça le vrai problème ».

Twit de Jan Jambon : « Une partie de la communauté musulmane a dansé après les attentats. C’est ça le vrai problème ».

« L’affaire Jambon semble close. MR et N-VA se sont tus, les autres partis de la majorité se contentent de réprobations. » Voilà ce que twittait Bart Brinckman, journaliste politique du Standaard après que Jan Jambon fut sorti tranquille de son examen oral, mercredi dernier, en commission de l’Intérieur de la Chambre. Pourtant, il y a démontré qu’il était incompétent, qu’il utilisait mal les ressources de son ministère, et/ou que son aveuglement idéologique l’empêchait de gérer des aspects fondamentaux pour la sécurité belge.

Ministre de la Sécurité bien sécurisé
Mais que pouvait craindre le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur ? Il savait que sa démission ne serait pas demandée : Galant venait d’être débarquée et le départ d’un vice-premier N-VA pourrait faire imploser la majorité. Et qui oserait provoquer une crise politique dans la Belgique actuelle, déjà ratiboisée par le Belgian-Bashing (réel ou supposé) ? 

La presse belge n’est pas mûre non plus pour réclamer le départ du vice-premier. Il n’y a qu’à lire l’édito de Béatrice Delvaux ce jeudi, qui imagine pouvoir lui raccorder une forme de confiance. Jan Jambon a en effet affirmé à la commission de l’Intérieur qu’il voulait « reconquérir les cœurs » des musulmans. Le Soir lui a dit « chiche ». Une fois de plus. Et deux jours plus tard, badaboum, c’est Liesbeth Homans qui reprenait le témoin musulmanophobe ! Le lundi, Le Soir relevait aussi avec un enthousiasme (feint ?) que Jan Jambon avait été applaudi en commission du Parlement européen après avoir défendu… les musulmans belges !

Comment mieux dire que la méthode N-VA plonge la presse dans la perplexité ? Ou comment mieux démontrer l’efficacité de sa méthode, qu’on peut comparer à celle d’autres partis populistes européens, comme l’AfD en Allemagne. La passionaria de ce parti souvent classé à l’extrême droite par les journalistes avait ainsi déclaré que les gardes-frontières allemands pouvaient tirer sur les migrants à balles réelles, pour expliquer ensuite qu’elle ne faisait que dire ce qui se trouvait dans la loi et qu’elle ne souhaitait pas que ça arrive.

Le ministre des Énormités.
La technique N-VA est similaire. D’abord, on lance une énormité dans la presse, qui ravit les oreilles des extrémistes et choque les partis traditionnels et les médias, qui réagissent — que peuvent-ils faire d’autre ? Le/la mandataire N-VA (ou AfD) est alors sommé-e de s’expliquer. Ça lui donne du temps d’antenne. Il/elle en profite pour se présenter en victime du « politiquement correct » et expliquer qu’on lui fait, une fois de plus, un mauvais procès. Enfin, la main sur le cœur, il/elle donne des gages de respectabilité. Et fait passer les opposants pour des diabolisateurs.

Il/elle tacle au passage tous les autres partis, efface les nuances logiques ou scientifiques du débat pour y introduire les siennes, communautaires. Et, au final, le parti populiste se réapproprie les définitions les plus élémentaires avec la bénédiction naïve d’analystes honnêtes mais déboussolés, qui cherchent un équilibre entre la critique de ces dérives et le constat qu’il y a un « fond de vérité ».

Même des scientifiques brillants se laissent abuser par « la méthode N-VA ».

Un bel exemple de ce phénomène est la position de Mark Elchardus (VUB), ce dimanche dans Les Décodeurs sur la RTBF. Il a involontairement contribué à modifier le sens de « une partie significative ». Désormais, ce n’est plus 20 ou 30 ou 60 % d’une population donnée, mais à partir de… 0,0001 % (5 cas avérés sur, disons, 800.000 « musulmans »).

Le scientifique Marc Elchardus ne s’est même pas rendu compte du fait que la N-VA avait tronqué le débat. Selon elle, le fait d’appartenir à la catégorie « musulman » amène à un risque « significatif » de soutien du terrorisme. Avant d’avaliser un tel lien, un sociologue devrait, me semble-t-il, se demander quelles caractéristiques sont plus (ou moins) susceptibles d’entraîner une adhésion au terrorisme. Être [perçu comme] musulman est-il critère significatif ? D’autres critères ne le sont-ils pas plus, comme le niveau d’étude, le niveau de revenu, le fait de vivre, ou non, dans un ghetto, l’origine (on a vu que les Turcs sont sous-représentés parmi les jihadistes), etc. Mais ce débat n’est même plus possible.

Le ministre du Communautarisme
Comme beaucoup, Mark Elchardus est tombé dans le piège de la N-VA. Celle-ci a bel et bien réussi à faire valider le fait qu’il y avait un problème lié aux « musulmans », par un scientifique, à la télévision publique. Je ne dis pas que c’est faux, mais je dis que c’est probablement caricatural, d’autant que nous n’avons pas les éléments permettant d’en juger, et qu’on n’a même pas défini le terme « musulman. » Les musulmans laïcs, les apostats, les non-pratiquants, les soufis, les alévis, ceux qui fréquentent une mosquée de temps en temps, ou jamais, les chiites, sunnites, wahhabites, etc. sont tous mis dans le même sac. Ça ne me paraît pas très scientifique.

Le public, certains médias, des intellectuels, n’y ont vu que du feu. Car le débat est définitivement verrouillé sur le fait qu’il y ait ou non une part « significative » de « musulmans bruxellois » qui dansent après les attentats. Comme toujours, les communautaristes — ce que la N-VA est fondamentalement — imposent une lecture communautaire du problème : on est flamand ou wallon, belge de souche ou allochtone, non-musulman ou musulman, et pour la N-VA, ces caractéristiques impliquent des comportements donnés, positifs si l’on est flamand, négatifs si l’on est autre chose. C’est bien Jan Jambon qui s’est un jour écrié : « sortez les Wallons de leurs hamacs » !

À chaque débat lancé de la sorte, les nationalistes placent la ligne de front du débat sur un cliquet clivant et la pensée penche jour après jour un peu plus vers le communautarisme, le populisme ou l’extrême droite.

La N-VA aurait tort de se priver, ça marche du tonnerre : il faut bien chercher pour trouver un éditorial vindicatif après cette nouvelle opération. Alors, la N-VA continue. À peine l’affaire Jambon est-elle clôturée sur un « cœur ouvert » que voici l’interview de Liesbeth Homans dans le Nieuwsblad, qui accuse « le CD&V, la gauche et le monde associatif » de « dorloter » les allochtones, ce qui les empêcherait de se « lever ». Ce faisant, elle diffuse l’idée que les jeunes Belges d’origine étrangère — prenant même au passage Salah Abdeslam comme exemple de leur comportement (n’en jetez plus) — sont des paresseux. Comme les Wallons sont assistés ou les Bruxellois, incompétents.

À cela s’ajoute la confusion du discours. Ce n’est pas par hasard qu’on remplace le mot extrémiste par terroriste dans un énoncé d’études (j’y reviens). Ou qu’on assimile musulman à Salah Abdeslam. Ou qu’on décrit un discours traditionnel, libéral ou humaniste comme étant politiquement correct.

Ce faisant, la N-VA aggrave le fossé entre communautés. Et elle éloigne la société d’un examen sérieux des problèmes, et donc de leur résolution. Pour un ministère aussi crucial en période de terrorisme, de guerre, c’est inadmissible, insupportable, tragique.

Un ministre de l’Intérieur à mettre dehors.
Le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur est censé être un professionnel de la communication politique. Quand il dit en interview — relue et approuvée, selon de Standaard — qu’une « partie significative des musulmans [de Belgique/Bruxelles] ont dansé après les attentats », il sait qu’il incrimine potentiellement l’ensemble des musulmans et inverse la charge de la preuve. Après de telles déclarations, c’est désormais à chaque musulman-e de prouver qu’il/elle ne s’est pas réjoui-e des attentats ! Immonde. Pourtant, certains semblent penser que Jambon est au final plus maladroit que dangereux (cf. l’épisode au Parlement européen). C’est oublier que Bart De Wever lui-même avait expliqué que la différence entre la N-VA et le Vlaams Belang était « la culture de l’insulte ». Autrement dit, on pense la même chose, mais on le dit plus doucement.

Les accusations de Jan Jambon ne reposent sur rien de concret.

Le ministre de l’Intérieur est l’acteur politique qui peut — ou non — contribuer le plus à éviter d’autres assassinats de masse, ce qui passe, entre beaucoup d’autres choses, par l’activation des jeunes — je crois que c’est l’un des messages de Bilal Benyaich, cité par Jan Jambon. Non seulement ses déclarations ne sont pas à même de réduire les discriminations à l’emploi, à la location, etc. mais en plus, elles risquent de les aggraver.

Et surtout : ses accusations ne reposent sur rien de concret. Or, un ministre de l’Intérieur a, en principe, à sa disposition un service de renseignement, un conseil de sécurité, des rapports, qui lui permettent d’exposer au Parlement une opinion fondée sur des données fiables. Et ce mercredi, il n’a brandi que l’inexistence de PV, de vagues confidences de policiers, des informations glanées dans la presse et/ou interprétées avec un manque de nuance terrifiant pour le poste qu’il occupe, ou encore, une étude bidon.

Le ministre du Cynisme
Le premier fait qu’il évoque pour démontrer qu’une partie significative de la population de Molenbeek soutiendrait le terrorisme, c’est la séance de jets de projectiles sur la police lors de l’arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek. Cet événement obsède la N-VA. Il avait été brandi dès le lendemain de l’arrestation par Geert Bourgeois comme une démonstration du refus de l’autorité. Le 26 mars, Bart De Wever passait à la vitesse supérieure : « Quand on vient arrêter [Salah Abdeslam], il y a des manifestations de soutien, c’est incroyable et je ne peux pas m’imaginer que la même chose se produise à Anvers ». C’est cette version-là que Jan Jambon reprend. Et il vise bien Bruxelles.

Visiblement, il n’a pas demandé ou pas tenu compte des avis de la police et de l’autorité de Molenbeek, commune dirigée, je le rappelle, par Françoise Schepmans, du même parti que le premier ministre : le MR.

Car les autorités molenbeekoise n’ont relevé aucun soutien à l’État islamique ou à Salah Abdeslam chez ces jeunes voyous. Il n’a même pas pu être établi que ceux-ci savaient qui était arrêté ce jour-là ! Sarah Turine (Ecolo), première échevine, précise : « Des dires mêmes de la police, il s’est agi de quelques très jeunes (13-15 ans) qui étaient dans un affrontement classique avec la police — ‘marquer le territoire’. Si cet événement n’est pas à minimiser, rien dans leur comportement ou leurs dires ne peut être directement lié à un quelconque soutien à Daesh ou au terrorisme. »

Le manque d’intérêt apparent du ministre de l’Intérieur pour les rapports des communes inquiète quant à la  gestion des problèmes.

Françoise Schepmans confirme cette information. Quand la PJ a bouclé le quartier, des adultes se sont énervés parce qu’ils étaient tenus à l’écart de chez eux des heures durant. Les gamins de rue en ont profité pour se faire remarquer en titillant la police, et en leur envoyant quelques projectiles. Les cassages (notamment d’une vitre d’une camionnette d’un journaliste) et agressions verbales contre les médias s’expliquent aisément par le fait que les médias campent depuis des mois dans la commune et donnent souvent une image totalement tronquée de Molenbeek. Les gardiens de la paix et les éducateurs sont intervenus pour calmer les ardeurs des ados. Il n’y a pas eu de blessé.

Bien sûr, il faut agir contre ces casseurs et ne pas minimiser ces événements. Il y a bien des ados et préados à recadrer ou à punir. Mais les confondre avec des supporters de Salah Abdeslam ou du terrorisme ne résout rien, au contraire, ça brouille les pistes, ça empêche de financer correctement une réponse proportionnée. Au mieux, c’est de l’incompétence, au pire, Jan Jambon instrumentalise ces agressions pour incriminer les habitants de la commune, les musulmans, et plus largement, Bruxelles.

Le ministre des Soutiens (qui prennent à la gorge)
Deuxième « preuve » de Jan Jambon : le fait qu’Abdeslam soit resté plusieurs mois dans son quartier sans être repéré. En commission, le ministre explique : « quand Salah Abdeslam a été attrapé [à Molenbeek], tout le monde confirmait qu’il devait tout de même avoir eu beaucoup de soutien ».

Je ne sais pas qui est ce « tout le monde » qui « confirmait » une information dont personne ne semble disposer. Les soutiens de Salah Abdeslam sont en principe, soit en prison, soit activement recherchés. Ce sont des complices de terrorisme. Ceux qui lui ont fourni des planques. En principe, si quelqu’un se planque jusque dans des logements sans électricité, et change d’apparence, c’est bien que, même à Molenbeek, il doute du soutien de la population.

De nombreuses informations qui ont permis de suivre les terroristes venaient de « la communauté ».

En revanche, des journalistes belges et étrangers se demandaient comment les autorités avaient failli à repérer un homme qui n’avait pas quitté la ville depuis le 14 novembre 2015, malgré des dizaines de perquisitions. La question a été posée à Jan Jambon, d’autant que la police de Malines possédait l’adresse en question depuis des semaines, ainsi que les informations sur son hôte radicalisé, Abid Aberkan.

À propos, ces informations provenaient, semble-t-il d’un membre de « la communauté ». De même, l’info sur la présence de Salah Abdeslam rue des Quatre-vents le jour de son arrestation proviendrait, selon la source, soit d’un « proche » de la famille, soit d’un « ami ». Les multiples alertes sur la radicalisation des frères Abdeslam, bien avant les attentats, provenaient, elles aussi, de « la communauté » et, souvent, des propres familles des futurs terroristes. Le mouvement des mères contre la radicalisation vient, lui aussi, de « la communauté ». Alors, pourquoi Jan Jambon ne salue-t-il pas les « musulmans » qui ont informé les autorités quand quelqu’un se radicalisait ?

Suite aux soupçons d’impéritie policière, on a donc posé la question de l’inefficacité apparente de la police. C’est là que Jan Jambon n’a pas hésité à comparer le terroriste (si peu) présumé Salah Abdeslam aux familles juives qui se cachaient des nazis sous l’Occupation. Pourtant, celles-là n’ont pas bénéficié de beaucoup de complicités locales : la délation avait pris de telles proportions qu’ils ne pouvaient faire confiance qu’à une poignée de personnes absolument sûres. Étrange qu’un homme qui a fêté les 50 ans d’une association d’anciens Waffen-SS en 2004 ne soit pas au courant de ça. Oui, je sais, c’est bas. Mais c’est un fait, relevé par la presse israélienne en même temps que la comparaison juif/terroriste.

Le ministre de la Reformulation des questions d’études.
Jambon a comme troisième argument les « différentes études qui confirment la sympathie [de musulmans] pour les terroristes », citant d’abord celle de Bilal Benyaich qui — c‘est commode — est tenu à la réserve dès lors qu’il est aujourd’hui diplomate. Je vais donc tenter, sous toutes réserves, de ne pas trahir ses conclusions.

De quelle étude de Benyaich parlait le ministre de l’Intérieur ? Dans son article destiné à soutenir Jan Jambon, le député N-VA Peter De Roover écrit : « Les musulmans qui ont le sens du réalisme sauront qu’un trop grand groupe dans leur communauté sympathise avec le fondamentalisme et la terreur. Bilal Benyaich a écrit en 2013 un livre aussi intéressant qu’alarmant à ce sujet » et de citer l’ouvrage en question : Islam et radicalisme chez les Marocains à Bruxelles (Van Halewyck). Un livre passionnant que je recommande.

Mais l’étude de Benyaich n’a pas de valeur scientifique et n’évoque pas la sympathie des jeunes « musulmans » pour le terrorisme proprement dit. Sur base d’un panel de 200 Belges d’origine marocaine (donc pas tous les/des musulmans), qu’il reconnaît lui-même non-représentatif, il pose la question : êtes-vous d’accord, pas d’accord ou sans opinion sur l’affirmation suivante : « le fondamentalisme et l’extrémisme religieux constituent un problème important auquel les musulmans belges sont confrontés ». Et 22 % des musulmans interrogés répondent « non ».  Cela n’implique évidemment pas qu’ils soient partisans du fondamentalisme ou de l’extrémisme (le mot « terreur » n’apparaît même pas). Ils peuvent penser que le problème n’est pas important (quantitativement), par exemple.

Ensuite, on peut se demander ce que les répondants ont compris par « extrémisme religieux ». Wahabisme ? Ou jihadisme ? Il est évident que les soutiens éventuels du terrorisme dont Jan Jambon parle figureraient dans ces 22 %. Mais combien exactement ? On ne le sait pas. Le panel est déjà faiblard, l’étude, purement indicative, sans marge d’erreur, a le mérite de poser des questions qu’on préfère trop souvent éluder, et de lancer l’alerte. Mais quantitativement, elle ne prouve strictement rien.

Non seulement, Peter De Roover (et Jan Jambon) « reformule » la question de l’étude à sa sauce et la convertit en soutien du terrorisme, mais en plus, celle-ci a été menée en 2010, soit avant les assassinats de Charlie Hebdo, de l’Hypercacher, du Musée juif, du 13 novembre à Paris et du 22 mars à Bruxelles, autant d’événements qui ont profondément modifié la position des musulmans, d’abord attentistes et gênés de se montrer, et aujourd’hui largement présents dans la rue pour manifester leur horreur et clamer sa réprobation.

Le ministre des Études bidon.
Le quatrième argument brandi par Jan Jambon avait déjà été démoli par Nicolas Vanderbiest en novembre 2015 dans Reputatiolab (une démonstration reprise cette semaine par L’Écho). Selon Jambon, « une autre étude montre que la Belgique est dans le top trois mondial en matière de soutiens pour l’État islamique et en nombre de messages en arabe sur les médias sociaux, après le Qatar et le Pakistan. » Cet argument est repris tel quel par un seul autre parti : le Vlaams Belang.

En réalité, cette « étude » se base sur les seuls comptes géolocalisés de média sociaux, ce qui rend déjà les données peu fiables. De plus, elle exclut les messages neutres. De ce fait, le pourcentage de commentaires « positifs » n’est pas relatif au nombre de messages sur l’État islamique, mais à celui d’opinions positives ou négatives sur celui-ci.

« Tout le monde est témoin… »

Elle se focalise aussi sur le taux de messages d’opinon, pas sur leur nombre. Apparemment, les auteurs de l’étude pensent que, quel que soit le nombre de twits qu’ils ont géolocalisé dans un pays, ils sont représentatifs de la réalité totale de ce pays. Mais rien ne le prouve. Il faudrait ainsi expliquer pourquoi il y a plus de 30 fois moins de commentaires recensés en Belgique qu’aux Pays-Bas ! Le pourcentage de 31 % obtenu pour la Belgique ne peut donc pas être validé, il ne signifie rien !

On pourrait tout autant présupposer que des pays comme les Pays-Bas, la Belgique et la France ont un pourcentage d’opinions géolocalisées relativement similaire. Or, aux Pays-Bas, si l’étude affiche 12,5 % de commentaires pro-EI, le nombre de messages relevés pour ce pays représente 1.61 % du nombre total mondial. En Belgique, 31 % des messages d’opinion repérés seraient pro-EI (près de 3 fois plus qu’aux Pays-Bas)… Mais seulement sur 0,05 % du nombre total — (près de 30 fois moins) ! Il y aurait donc (calcul rapide : ) 13 fois plus de messages pro-EI repérés en Hollande qu’en Belgique !

Vous me direz qu’il faut rapporter le tout à la population de chaque pays. J’ai donc imaginé un « indice de radicalisme » qui intègrerait cette donnée. Résultat : celui des néerlandais serait alors 8,4 fois supérieur à celui de la Belgique et 22,4 fois supérieur à celui de la France. Ce qui est évidemment absurde.

% de messages sur le total enregistré

% de messages positifs envers l’EI

Population (en millions)

Indice de radicalisme par 10.000 ha.

Pays-Bas

1,61

12,5

17

118,4

Belgique 

0,05

31,0

11

14,1

France

0,17

20,8

67

5,3

(Indice : Pourcentage de messages positifs x Pourcentage de messages par rapport au total « mondial » de l’étude / 10.000 habitants.)

Et donc, la seule chose que ces chiffres peuvent démontrer, c’est que cette « autre étude » est bidon. En la citant sans l’avoir fait vérifier par ses services, Jan Jambon fait très amateur.

En fait, il avait tellement peu d’éléments concrets qu’il a d’emblée déclaré que : « Tout le monde est témoin. Tout le monde sait que de tels faits se sont produits. Faut-il attendre un procès-verbal de confirmation pour qu’un phénomène existe ? »

Avec des arguments pareils, je peux aussi dire que tout le monde sait que les Américains n’ont jamais vraiment été sur la lune ou que Sheila est un homme ! Voilà le niveau… Et à supposer que « tout le monde » déclare effectivement « savoir », la rumeur serait donc devenue une méthode d’enquête et/ou de décision politique dans ce pays.


Le ministre des Danseurs psychiatriques
Cette rumeur est elle-même fondée sur quasi rien car non, « tout le monde » n’est pas témoin. Au contraire. En fin de commission, le député MR Philippe Pivin, bourgmestre de Koekelberg, a confirmé que sa police n’avait aucune information à propos de réjouissances après les attentats. Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort avait auparavant relevé que le parquet n’avait qu’un signalement impliquant deux personnes. Une autre affaire, citée par la presse aurait concerné six personnes, mais rien n’a pu être établi. Rien de significatif, donc, sur des gens ayant fêté les attentats, ou ayant dansé à Bruxelles. Aucune fête de rue, que Jan Jambon a pourtant évoquées lors d’un congrès sur Israël à La Haye, comme le relève le journal en ligne néerlandophone Apache. Et deux étudiants punis pour s’être réjoui verbalement, à Laeken.

Le seul fait de « danse » paru dans la presse concernait un Tunisien résident à… Bruges. Et selon Het Nieuwsblad, il aurait oublié de prendre… ses médicaments. L’homme a effectivement dansé dans un supermarché après les attentats. Il était en liberté conditionnelle après avoir déjà menacé de détruire un supermarché qui vendait Charlie Hebdo. Il est retourné à la case… hôpital psychiatrique. Un fou ?

Jan Jambon racole-t-il des voix du Vlaams Belang ?

Le ministre de l’Intérieur s’installe donc dans un rôle d’agitateur et de racoleur des voix qui quittent de plus en plus clairement la N-VA pour le Vlaams Belang. En accusant une « partie significative des musulmans » d’avoir fêté l’assassinat de plus de trente innocents, soit l’acte le plus brutal que la Belgique ait connu depuis les massacres des Tueurs du Brabant, le vice-premier Jan Jambon a tendu un bouc émissaire à la population, rompu la confiance entre la majorité et une minorité, provoqué la suspicion systématique envers celle-ci et donné un argument supplémentaire aux recruteurs terroristes, celui de l’inimitié, du rejet, par le gouvernement lui-même, des musulmans. Après, c’est facile de les défendre au Parlement européen, son électorat ne l’écoute pas là.

Alors que notre société avait besoin de convergence, Jambon, Homans, De Wever divisent. Ils sèment la discorde au moment où il faut réconcilier. Ils n’ont pas cessé de le faire après les attentats. Ils ont ignoré les 400 hooligans, dont de nombreux extrémistes, qui ont souillé le mémorial. Et c’est désormais à la « communauté musulmane » de démontrer qu’elle n’est pas « un cancer » qui ronge notre société, pervertit la jeunesse et organise l’assassinat de dizaines d’innocents à Paris, Bruxelles et Zaventem. Mais comment le pourrait-elle auprès d’un public pour qui aucune preuve n’est jamais suffisante ?

« Les musulmans » ont beau avoir été représentés massivement lors de la marche contre la terreur et la haine, ils ont beau avoir fait déclaration forte sur déclaration forte, des imams ont beau réaliser enfin qu’il va falloir revoir la pratique musulmane en Belgique et le dire tout haut, ça ne suffit jamais pour les xénophobes qui forment — au passage — une partie significative de la population belge, ce qui est facile à prouver : selon une vraie étude du Centre pour l’Égalité des chances citée par Jozef De Witte dans un rapport réalisé par Bilal Beniaich pour Itinera, 32 % des Belges pensaient en 2006 que certaines races étaient plus intelligentes que d’autres. Trente-deux pour cent dans une étude sérieuse, ça, c’est du significatif !


Si cet article vous a intéressé ou appris quelque chose, il a requis 4 jours de recherche, de lecture et d’écriture. N’hésitez pas à contribuer (2€ minimum).

Previous Simplifier Bruxelles ? Impossible n’est pas français. Mais c’est belge.
Next Lucha Libro ! Le premier match de catch littéraire à Bruxelles, c'est ce soir !

You might also like

35 Comments

  1. Hansen
    avril 26, 06:18 Reply
    Ils veulent reconquérir la terre historiquement flamande de Bruxelles et puis sans doute walen buiten en franse ratten rol uw matten. Maar zij vergeten dat wij ook nederlands spreken en dat brussel een "Terre d'accueil" blijft voor ieder mens.
    • Wallimero
      avril 27, 22:09 Reply
      @ Hansen, Les Flamands quittent Bruxelles, et plus aucun flamand de l'extérieur ne met ses enfants dans l'éducation bruxelloise, il n'y a que 20% d'enfants dans l'éducation flamande à Bruxelles qui viennent de deux parents néerlandophones, ce qui fait à peine 5% au total de l'éducation Bruxelloise, et on n'arrive même pas à 50% (10% du total) si on compte un des deux parents. C'est à se demander pourquoi la Flandre finance encore 20% de l'éducation Bruxelloise et ce bidule de VGC. Il suffirait de créer quelques institutions spécifiques pour les quelques expats flamands à Bruxelles et un centre culturel international comme à Paris. Dire que la Flandre veut reconquérir Bruxelles est donc un phantasme francophone. La Flandre n'a rien à faire avec 1 million de francophones qui la détestent,et les flamands la quittent. La Flandre discute de la couverture du ring d'Anvers à coups de milliards, et non pas de celui de Bruxelles. La N-VA était même contre la localisation de la VRT à Bruxelles. Cela devrait donner matière à réfléchir quant à quelle ville on considère comme capitale. Mais soit, les francos bruxellos préfèrent vivre dans leur Matrice franco rouge-bonbon. Votons à Gauche! Votons Gauche! VV
  2. Salade
    avril 26, 09:08 Reply
    Jan Jambon est ministre régalien du gouvernement Michel. Charles Michel. Charles Michel. Charles Michel. Ah quel plaisir de le mouiller à ça! Désolé Marcel, ça m'a échappé.
    • Wallimero
      avril 27, 21:42 Reply
      @ miyovo, very good? pourquoi? Marcel ne fait rien d'autre que de répondre à un formattage de droite - ce qui est le rôle d'un polique - avec un préformattage de gauche franco - ce qui est inacceptable de quelqu'un qui aime se vanter de sa liberté de pensée. D'abord il salit la réputation de Marc Elchardus en disant qu'il est tombé dans le piège de la N-VA pour ensuite dire qu'il ne dit pas que c'est faux, mais probablement caricatural. Donc même le fait que c'est caricatural n'est pas sûr. Donc qu'est qu'il nous raconte? Et qu'est-ce qu'il veut nous servir? Ah, les plats réchauffés de la cantine humanistiquement correcte ULB bien-sûr! Avant d’avaliser un tel lien, un sociologue devrait, me semble-t-il, se demander quelles caractéristiques sont plus (ou moins) susceptibles d’entraîner une adhésion au terrorisme. Être [perçu comme] musulman est-il critère significatif ? "D’autres critères ne le sont-ils pas plus?" Oui, marcel, ce ne serait pas la discrimination et le manque de soutien financier public par hasard? Ah oui, "comme le niveau d’étude, le niveau de revenu, le fait de vivre, ou non, dans un ghetto, l’origine (on a vu que les Turcs sont sous-représentés parmi les jihadistes), etc. Mais ce débat n’est même plus possible." Non c'est vrai Marcel 60 % des votants turcs de Belgique préfèrent l'AKP, mais bon, tout cela est indifférent. Poser la question est y répondre. C'est qu'en francophonie de gauche on refuse tout débat, car c'est l'omerta humunaiste qui y reègne. Tiens, prenons comme exemple l'amicale du suicide intellectuel de Brusselsstudies, platforme de lobotomie académique conjointe de l'ULB et du VUB. Après femmes de rue on a besoin de 10 pages que ce n'est surtout pas les aspects culturels qu'on veut étuder quand on étudie les déplacements des femmes et le sentiment d’insécurité à Bruxelles. Donc on se limite à mentionner les conséquences, mais de grâce! surtout pas les causes! http://www.brusselsstudies.be/medias/publications/BruS87FR.pdf Et qu'est qu'on nous apprend d'autre? Tandis que les flamouches constatent qu'il n'y plus personne venant de l'extérieur de Bruxelles qui ose mettre ses enfants dans l'éducation bruxelloise, heureusement que les francophones restent aveugles pour la réalité. "En phase avec l’agenda politique, la littérature scientifique est beaucoup plus fournie du côté francophone et se concentre surtout sur l’analyse des inégalités sociales, scolaires et ethniques produites par le système scolaire à travers l’orientation, les performances scolaires, ainsi que la distance parcourue par les élèves entre le domicile et l’école". http://www.brusselsstudies.be/medias/publications/BruS98FR.pdf Ah oui, si on ne veut étudier que les inégalités, c'est sûr qu'on ne va touver que des inégalités. De grâce! Depuis Marion van San il est Am Selsten Verboten de chercher autre chose que des inégalités sociales! Ah oui, au 1er janvier 2015, la Région compte 655.450 individus, dont la première nationalité n’était pas belge (soit 55,8 % de la population). Cette population compte un nombre important de Turcs (je rappelle 60% AKP), de Congolais et surtout de Marocains (tous humanistes athés sans-doute), qui acquièrent la nationalité belge plus fréquemment que les ressortissants de l’Union européenne. Et le parcours d'intégration limité prévu qu'en 17 ne vaut bien-sûr pas pour les naturalisés. Ah oui, rappelles-moi, c'était qui encore la minorité? http://www.brusselsstudies.be/medias/publications/BruS94FR.pdf Mais à part ça, c'est le méchant Jambon qui ose dire qq chose sur qq chose qu'il est défendu d'étudier. Marcel Sel? Insiginficatif. VV
  3. Degenève
    avril 26, 10:56 Reply
    Remarquable article écrit au scalpel qui met en évidence les méthodes de Jambon que ne renierait pas un régime totalitaire. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi la presse n'est pas plus incisive sur ces questions et n'est pas capable de faire le travail que vous venez de nous livrer. Ca fait des mois qu'en jouant au "good cop, bad cop" la N-VA distille en douce sa "Weltanschauung" sans que la presse réagisse. On commence par une déclaration matamoresque d'un ponte de la N-VA qu'un autre fait mine de tempérer quelques jours ou heures plus tard devant les réactions de la presse. Et à peine les choses se sont elles un peu calmées, on en remet une couche. Et tout se passe dans l'indifférence quasi générale du monde politique et du gouvernement en particulier. Il est vrai que les ministres fédéraux sont bien trop accrochés à leurs maroquins (sans jeu de mots) que pour risquer une crise en dénonçant le double de jeu de la N-VA. Certes, le moment n'est sans doute pas à une crise qui ne résoudrait probablement rien - bien au contraire - mais il n'en reste pas moins que l'impression qui se dégage de tout cela, c'est qu'en acceptant la N-VA au gouvernement et en lui confiant les postes de ministres de ministre de l'intérieur, de ministre des finances et de ministre de la défense nationale (soit trois des fonctions purement régaliennes de l'état sur cinq), sans oublier le secrétariat d'État à l'Asile et la Migration les autres partis du gouvernement (et le MR en particulier) ont confié les clefs de la caserne des pompiers à une bande de pyromanes.
  4. moinsqueparfait'
    avril 26, 13:07 Reply
    "Si Sjarel Misjel a refusé ma démission à l'époque des faits, c'est parce qu'il avait ses raisons". (J. Jambon). Vos voyez que les flamingants sont très appréciés à l'Europe, Marcel. Tout le monde fait semblant et applaudit bien fort. Maingain peut aller se coucher avec ses "grandes victoires à l'Europe". Normal, car personne n'exprime jamais le fond du problème: les Flamands, et surtout les flamingants, sont l'avant-garde du suprémacisme pan-germanique approuvé même par la France officielle. Il n'y a que les "sales Britanniques anti-européens" qui ont une nouvelle fois flairé l'arnaque et n'apprécient pas du tout, comme la fois dernière et la fois d'avant, d'ailleurs... Pourtant Obama a même pris l'avion pour tenter de les forcer à adorer. Pas sûr que ça marche... Mais en tout cas, ne vous inquiétez pas, au Belgium officiel, le suprémacisme germanique, tout le monde adore, comme la fois d'avant, etc., etc.
    • Démocrite
      mai 09, 18:11 Reply
      Comme la fois d'avant. Et l'autre, aussi, celle d'avant d' avant Hinterland oblige. Et ça a bien réussi, non? Toujours impunis et répandant un discours gentillet pour un peuple qu'ils méprisent profondément, le maintenant sous la chape de plomb de l' analphabétisme politique et historique. C'est faute au ps au cdh au mr à Milquet et à la mère à Michel à Martens ou Dehaene, l'important c'est de personnaliser en figures locales du village, l'idéologie; car la connaissance de l'idéologie, le savoir, c'est dangereux. Ca amène prise de conscience et, horreur, horripilantes questions. Tout est bon dans le béton. Armé. Tous au Brico, à Torremolinos ou à Walibi. Ah s'ils savaient comme les trahisons nous sont jubilatoires, ils nous casseraient la... Heureusement, ils n'ont qu'une mémoire de poisson rouge enfermé dans le petit et minuscule aquarium belge. Avec une foule de moules à Walibi. Walibi, qui rime avec alibi. Ou Plopsaland. Plop, blub, fait la gentille-brave-petite- mignonne BelgHic. Qui ne ferait pas de mal à une mouche. S'ils n'étaient pas nigauds de générations en générations, faudrait les inventer. The job is done. Ca marche à fond. Et si tu ne marches pas, on te zigouille. Parce que nous sommes aux mains de braves gentils. C'est pas les congolais qui démentiront. Eux, ils agitent leurs mains quand ils nous voient. Leurs mains. Coupées, bien entendu. Productivité oblige, on-n'y-peut-rien. C'est-pas-notre-faute. Adopte un petit nafricain-qui-a-faim. Faim qu'il a choisi, car la faim tombe du ciel, ou de nulle part, c'est connu. De son plein gré, il a adopté la faim. .Librement. Mais non, on n'est pas racistes. "C'est les autres, les racistes." Quant au suprémacisme ... il est partagé par les anglo-saxons. Qui furent, en bons experts de la perfidie du double-jeu, parfaitement au fait de ce que les pan-germains-uber-alles faisaient dans leurs camps. Ils y vérifiaient que leurs méthodes dans leurs colonies (famines programmées, Bengale, Irlande, camps raciaux, Afrique du Sud, extermination, racisme structurel, mépris pour ces "lapins sauvages'' - sic- des colonies qui méritent bien de crever en Inde et maîtrise de l'histoire en leurs mains dominantes, etc...) y étaient bien appliquées correctement. Ainsi des membres de l'administration britannique AVANT LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE les visitèrent avec joie et hygiénique admiration pour la propreté-bien-rangée. Ils repartirent satisfaits.
  5. Rivière
    avril 26, 13:56 Reply
    Tout le monde sait bien que bart de wever (ne mérite pas de majuscule) est en réalité l'antéchrist et que les films "Damien" sont là pour nous induire en erreur et nous détourner du véritable être maléfique... En fait, jan jambon (ne mérite pas non plus de majuscule) est en réalité le chien de l'enfer qui accompagne Damien et c'est encore une idée de leurs complices holywoodiens infiltrés par le domme volk pour nous induire en erreur... Moi aussi, je peux m'y mettre avec les "tout le monde sait bien que..." !
  6. Travail excellentissime et courageux à la fois. Comme d'habitude. Et j'invite tous les lecteurs à participer financièrement pour compenser, même si cela sera toujours largement insuffisant, le temps et les efforts que vous avez déployés pour aboutir à un contenu qui soit autre chose que la m****e qu'on nous sert partout ailleurs. Y aurait pas un moyen de vous faire subventionner pour cause "d'utilité publique" ? Quitte à faire payer le peuple, autant que ce soit pour quelque chose qui en vaille vraiment la peine.
  7. Lachmoneky
    avril 26, 15:24 Reply
    "...32 % des Belges pensaient en 2006 que certaines races étaient plus intelligentes que d’autres..." 32% des Belges sont donc des imbéciles: nous ne sommes en effet pas sortis de l'auberge! Par ailleurs, merci Marcel, d'écrire ce que je me sentais incapable d'exprimer. Soit Jambon est un parfait manipulateur, soit il apprend que l'église est au milieu du village.Tout dépend de son intelligence... et de son honnêteté.On peut rêver à certains extrémistes (VU ou autres) qui, au contact des "autres", se rend compte que les chants et tambours de son joyeux "village" n'étaient pas la meilleures façon de construire notre bien-vivre-ensemble. Chacun à leur "échelle", Anciaux et Martens sauraient en témoigner ;-) Répondre à de la manipulation (de la pire espèce) ( celle de l'EI) par de la manipulation n'est peut-être pas la meilleure solution.car cela n'appendra pas à améliorer notre sens de l'analyse, de la critique... et de l'indépendance d'esprit.
    • u'tz
      avril 27, 23:37 Reply
      dans ces déclaration l'éi est on ne peut plus clair, avec bien moins d'égo que les déclarations de charlie michel, par exemple... si l'n-va était aussi clair que l'éi, pas sur les arabes , mais sur les FR... les pavanes de charlie m. lui ferait perdre tout crédit
  8. Lachmoneky
    avril 26, 15:40 Reply
    Concernant le caillassage des forces de l'ordre au moment de l'arrestation de Salah Abdeslam, il me semblait évident que certains étaient non seulement empêchés de rentrer "chez eux", mais de plus exaspérés par l'élargissement du périmètre de sécurité, qui, si je me souviens bien, s'est opéré en plusieurs étapes. Une suggestion serait de dédier à une partie des forces d'intervention ou éducateurs du quartier la tâche d'expliquer le pourquoi de la situation et de son évolution. Plutôt qu'à de "simples policiers" chargés de faire respecter tout "bêtement" ce périmètre. De plus, même si les événements semblent être terminés, la police scientifique doit pouvoir établir des constats... dans un calme et une discrétion relative. Cela s'est encore avéré lors de l'intervention avenue Rogier (place Meiser). Quand, après avoir suivi ces événements, j'ai entendu sous quel "motif" ils étaient repris, j'en ai été abasourdi. D'autant que... " Il n’a même pas pu être établi que ceux-ci savaient qui était arrêté ce jour-là !" Çà me semble évident! Manipulation, quand tu nous tiens! OU un instant de (feinte) lucidité (au parlement européen) pour 10 ou 100 instants de manipulation!
    • marcel
      avril 27, 08:45 Reply
      Lachmonekey, d'après mes sources, les éducateurs étaient sur place et ont fait ce qu'ils pouvaient, mais les petits voyous de rue sont très mobiles.
    • u'tz
      avril 27, 23:26 Reply
      "le caillassage des forces de l'ordre au moment de l'arrestation de Salah Abdeslam, "caillassage" tant qu'on parle de chose "significative" : "lapidation" de la police...cette pauvre petite fifille victime de l'islam, "intifada" molenbeekoise des petits chieurs de rue plus encore victimes de leur connerie que de l'islamophobie bien personnalisée par contre par l'n-va débridée grâce au collabo FR/mr, premier non asexué dans un gouvernement fédéral forcément incompétent (sauf pour massacrer le pays) puisqu'à 2/3 flamand
  9. Lachmoneky
    avril 26, 16:00 Reply
    Marcel, merci pour avoir reprécisé QUI était le seul "représentant musulman" ayant dansé (publiquement du moins) à l'annonce des attentats. lol J'avais de suite fait le rapprochement, et je m'étonne qu'aucun des "contradicteurs" de Jambon n'ai soulevé ce trait d'ironie: OUI, il y avait UN musulman qui a dansé. Et il était "significatif". Hélas, si ce "danger dansant" n'en n'était pas un, cette manipulation honteuse nous éloigne à toute vitesse d'une réelle solution à ce qui est un véritable problème: l'incompatibilité de la charia (telle que vue par le Wahhabisme) avec nos valeurs démocratiques, ou avec la démocratie, tout simplement. Et des prédicateurs (en live ou par Internet) poussent encore le "bouchon" plus loin et deviennent vecteurs du terrorisme le plus abject, sous couvert d'un Wahhabisme dévoyé... dont même l'Arabie Saoudite... et les musulmans en général, même radicaux (style Erdogan) deviennent victimes. Le terrorisme ou les crimes de guerre ne se "limitent" pas à l'Europe et leur source n'est pas que l'EI: il y a quelques jours, deux marchés, en Syrie, se sont encore fait bombarder... par des forces de El Assad... soutenu par les "mécréants" soviétiques. Voilà qui fournira encore quelques recrues à l'EI. L'Europe et sa démocratie chancelante sont bien mal prises dans ce "jeu" d'hypocrites.
  10. u'tz
    avril 26, 22:36 Reply
    la ministre mr du budget dans le gouvernement fédéral n-va est une FR du rand flamand, quoi une ces arrogants FR dans le rand dont ces incompétents n-va n'ont pu purifier ethniquement la flandre ! mrde alors une de ces FR, "PARTIE SIGNIFICATIVE" de la flandre arrogante dans un gouvernement fédéral n-va, bien sûr dans les collabos mr ils ont dû faire appel à une flamande, la seule compétente du reste chez les collabos mr
    • wallimero
      avril 27, 21:46 Reply
      @ u'tz rassures-toi, pour se débarasser d'un truc comme toi inutile de s'adonner à la purification ethnique, il suffit de tirer la chasse... VV
      • u'tz
        mai 03, 01:24 Reply
        pas rassuré par l'efficacité de vos chasses, VV, ..."il suffit de tirer..." et les FR du rand ne sont toujours pas chassés et la mrde trouve suffisament d'électeur amoureuz chez vous les NL pour engorger les chiottes de flandre
  11. Wallon
    avril 27, 11:34 Reply
    Tout est bon dans le Jambon ! Votre article très fouillé ne sert qu'à protéger la " Communauté innocente" à la mode. Jusqu'à son arrivée massive en Europe, alors qu'il n'y avait déjà plus assez de travail pour les Européens, il existait une autre "Communauté innocente" mais on ne peut pas en favoriser deux à la fois surtout quand elles se détestent souverainement depuis la nuit des temps et qu'elles se le font sentir tous les jours. Vous aussi, Monsieur Sel, vous avez été un gamin. Comment avez vécu cette période ? Avez-vous arraché des sacs au carrefour par désoeuvrement ou par tradition ? Avez-vous caillassé l'agent 22 par plaisir de casser du flic parce qu'il n'avait rien à faire dans votre quartier? Avez-vous injurié, dans les bus ou les trams, les dames qui ne s'habillaient pas comme des Belphégor ? Le nombre d'individus ne compte pas; il en suffit d'un et c'est déjà de trop. Seul l'acte et sa signification importent. Et l'interpellant dans tout çà, c'est que cela s'observe sur les cinq continents dès qu'y débarque des éléments de la "Communauté innocente". Mais, la trahison vient des gouvernants qui, pour des raisons obscures et inavouables, accordent à cette " Communauté innocente" tous les accommodements possibles et inimaginables au détriment des populations de souche. Alors ? Eh bien, il ne faut pas s'étonner que les électeurs de souche, écoeurés de boire le vin et la lie, s'adressent à des représentants politiques qui les écoutent et répercutent leurs plaintes et leurs souffrances. Quant à Jambon et la NVA; relisez l'article premier des statuts du parti. Avez-vous remarqué le silence de la Flandre profonde quant à la déglingue de Bruxelles et de la Belgique ? A terme vous irez le caresser le "Lion belge" à Pairi Daiza... Tout est bon dans le Jambon !
    • marcel
      avril 30, 10:11 Reply
      Gamin, j'ai fait les 400 coups, oui.
  12. Julien Ars (@JulienARS)
    avril 27, 13:04 Reply
    Très bon article, qui mériterait d'avoir plus de couverture médiatique, mais qui est arrivé trop tard je pense... Au fait, y a-t-il eu des commentaires n'allant pas dans votre sens que vous n'avez pas laisser apparaître ?
  13. Eridan
    avril 27, 17:20 Reply
    @ Marcel Sel : « Les musulmans laïcs, les apostats, les non-pratiquants, les soufis, les alévis, ceux qui fréquentent une mosquée de temps en temps, ou jamais, les chiites, sunnites, wahhabites, etc. sont tous mis dans le même sac. Ça ne me paraît pas très scientifique. » Pourquoi pas ? Vous n'avez pas relu la théorie des ensembles que vous avez apprise à l'école ? Parce que, justement : « on n’a même pas défini le terme « musulman » » ; ce qui n'empêche pas qu'on en parle et que les intéressés se désignent comme tels, à défaut de se définir, quelle que soit la « variété » à laquelle ils appartiennent. C'est quand même qu'il doivent avoir leur idée sur la question... Et il doit bien y avoir une raison. Ce qui m'épate le plus, en tout cas, c'est la locution « musulman laïc » qui m'a tout l'air de cacher un imposture.
  14. miyovo
    avril 27, 17:26 Reply
    J'ai oublié de dire - Mr Sel il met maintenant de la publicité sur son site, moi, je trouve que c'est une très bonne idéé, alors tout ceux qui vient ici il faut faire un right click sur la publicité, ça coute rien à vous et ça donne des sous à Mr sel, alors vous venez et revenez et chaque fois tu fais un right click, got it ????
  15. GILLES- BXL
    avril 27, 19:16 Reply
    Bonsoir Marcel ...C'est terrible de lire votre article ! Je n'accepte plus que ces ignares pas concernés parlent en notre nom ! J'habite un immeuble de +/-130 personnes de +/- 17 nationalités différentes sis sur la route de l 'aéroport et je peux vous garantir que non seulement je n'ai vu aucune personne de l'immeuble se réjouir des attentats... Que du contraire !!!... Ma voisine du rez-de- chaussée, mariée à un Iranien se préparait comme chaque matin à rejoindre son bureau à l'aéroport quand elle a appris la terrible nouvelle, la fille de mon amie Pakistanaise arrivait à l'aéroport à 8h10 afin de commencer son travail aux guichets et elle a aidé les rescapés à se mettre en sécurité... Puis vers 10h30, alors que je discutais des événements devant la porte d'entrée avec un papa Polonais inquiet de ne pouvoir récupérer ses enfants à l'école est arrivé mon voisin du troisième, un bagagiste Turc rentrant à pied de l'aéroport et complètement choqué de ce qu'il venait de vivre qui m'a presque sauté dans les bras tout heureux de voir enfin quelqu'un de « connu » Ceci est notre réalité et notre vie en commun à Bruxelles et je pense que c'est vraiment une honte pour l'humanité que de pareils clowns soi-disant élus et «  responsables du peuple Belge » osent ainsi s'exprimer !
  16. GILLES-BXL
    avril 27, 19:27 Reply
    PS: Quand je pense que les pauvres gens dont je viens de parler ( et moi ) payons plus que largement les impôts qui font vivre certains élus....Je pense que les vrais actifs de la vraie société feraient bien de renverser la table et de leur mettre à tous cul par-dessus tête !!! Marre à la fin de ces clowns !
  17. Eridan
    avril 27, 19:42 Reply
    ...Nous sommes bien d'accord, l'imposture est femelle. Pour rester dans le genre masculin, j'aurais été mieux inspiré de parler d' "oxymore".
  18. MUC
    avril 27, 20:55 Reply
    Je ne sais pas combien de "musulmans" ont dansé après les attentats. Mais tout le monde a pu constater que pas mal de jeune musulmans Bruxellois ont attaqué la police et les service de secours pendant leurs actes contre les musulmans terroristes Bruxellois. Ce qui est pire de "danser". "Un fait divers", sans doute ...
  19. Salade
    avril 28, 12:41 Reply
    Jo Cornu quitte la sncb: CHAMPAGNE!
  20. Salade
    avril 28, 18:22 Reply
    FLASH Pour fêter le départ de Jo Cornu, la SNCB offre à tous les belges un séjour à la mer. C'est autant de pastilles d'iode économisées.
  21. u'tz
    avril 29, 00:04 Reply
    "Jan Jambon racole-t-il des voix du Vlaams Belang ?" aucun doute ! c'est yam bon banania chez les chasseurs cueilleurs
  22. Salade
    avril 29, 17:47 Reply
    Enormément de gens de Wallonie avec qui je discute disent qu'ils en ont marre de la RTBF. Le débat sur le pietonnier de Bruxelles, qu'ils entendent sur la Première (ils payent pour ça) , devrait être relégué sur Radio Bruxelles uniquement.
  23. Capucine
    mai 03, 09:19 Reply
    Amadouer,manipuler,diviser,jeter. Un ministre de l'intérieur d'un pays dont il veut la séparation en foutant le Big bordel sur Bruxelles qu'il sauvera comme un héros afin de diriger.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.