« Confessions d’un Serial Tweeter », mon nouveau poussin, est en librairie !

Capture d’écran 2015-10-13 à 15.11.15

Confessions d’un Serial Tweeter est éclos. Chez Marque Belge. Après des mois de couveuse. Ben oui, il a bien fallu ça pour avouer mes petits crimes sur Twitter, et raconter la vie sur cette planète étrange habitée par des Twittos, des Trolls, des Followeuws, des Influents, des Égotwitteurs et même quelques Féïcebouquefwiendz égarés !

Avec sincérité mais non sans mauvais esprit (de Sel), je vous raconte l’addiction, la violence, la beauté, l’amitié et l’inimitié, les clashes, la nouvelle manière de découvrir l’info, au jour le jour. Circonstance atténuante : j’ai consacré quelques pages à guider le petit nouveau, le poui-poui, sur ce réseau plutôt élitiste qui dévoile parfois le pire de l’homme. Cette méchanceté quotidienne qui fait de vraies victimes.

Mais il fallait ajouter au dossier les pièces à conviction. Alors, j’ai relu mes 150.000 twits. Pour en retirer les plus drôles, cocasses, critiques. Déjà, voilà ma peine : ça fait six ans que je passe des heures à twitter chaque jour. Six ans que je m’oblige aux travaux forcés. Et tout à coup, cette question dérangeante : que reste-t-il de ces cent cinquante mille fois cent quarante caractères ? Soit vingt et un millions de signes ? Soit sept mille pages de magazine ? La très grande majorité de mes twits ne sont même plus visibles sur Internet ! Alors, tout ça, ce n’était rien que de l’entewtainment instantané ? Du pewsonal bwanding égocentrique et vain ? Ou est-ce qu’au moins certains twits ont encore un sens ?

J’ai donc refait tout le chemin. J’en ai retiré 487 twits qui me paraissaient encore pertinents, impertinents, drôles, actuels. Travail de forçat. J’en ai aussi retenu qui replongeaient dans l’actualité de l’époque. L’affaire DSK, la Crise belge de 2010-2011, l’arrivée du Pape sur Twitter. Au final, j’ai gardé 0,31329208 % de la production. Démontrant ainsi scientifiquement que dans 99,6867079 % des cas, l’activité des Twittos revient à écrire sur des Kleenex.

J’ai déplié les miens, je les ai remplumés, je les ai classés. Aphorismes 2.0.

Et voilà comment sont nées les confessions. J’avoue. L’occasion était trop belle, je connaissais le terrain. Mais je n’avais que de bonnes intentions : essayer d’un peu (me) (nous) comprendre. Et puis, j’ai des complices : sur Twitter, vous savez, m’sieur le juge, on est tous égo !

Confessions d’un Serial Tweeter, c’est chez Marque Belge, distribué par Interforum Benelux/CED Belles lettres (France), 15 €, dans toutes les bonnes librairies, en vrai ou en ligne.

L’œuvre en couverture est de Pascal Bernier.


REVUE DE PRESSE.

« Cette semaine, Marcel, [un polémiste come il en abondai dans la France du XIXe siècle] présente son nouvel ouvrage, Confessions d’un serial Tweeter. Un livre pour le moins origi- nal. Il n’est pas encore entré dans les mœurs qu’un auteur publie ses meilleurs tweets, à l’exception notable de Bernard Pivot, accro aux tweets en dépit de ses 80 ans. » (G.D.M., La DH)

« Un livre qui est aussi un recueil de bons mots, c’est plutôt amusant, agréable à lire. […] Si vous n’y connaissez rien du tout, vous ne vous ennuierez pas non plus en le lisant. »  (Robin Cornet, RTBF)*

*J’avais d’abord écrit « Robin Corner ». Mais non, je n’ai jamais eu l’intention de le mettre dans le coin. Coin. Merci à Florence Hainaut de me l’avoir fait remarquer.

Previous Exclu : Le gros mensonge d’Uber fâche Pascal Smet.
Next Uber, le nouveau servage. À partir de 300 €/mois.

You might also like

13 Comments

  1. Salade
    octobre 16, 11:47 Reply
    heu 150000/6/365=68,5 tweets par jour? rafale tweeter plutôt? http://www.eighties.fr/images/stories/ESPACEPERSO/MAX/Saturnin%20le%20canard%20ORTF%20tv%20ANNEES%2060%20%283%29.jpg
  2. Salade
    octobre 16, 12:08 Reply
    http://www.lalibre.be/light/insolite/zx-x-qz-h-bum8-zx-qui-se-cache-derriere-ces-tweets-etranges-56209cc735700fb92fc1a67d la libre vous cherche...
  3. lievenm
    octobre 16, 18:35 Reply
    https://medium.com/bad-words/why-twitter-s-dying-and-what-you-can-learn-from-it-9ed233e37974 It’s early fall, and I’m at my favorite cafe in London. What the? Twitter’s a cemetery. Populated by ghosts. I call them the “ists”. Journalists retweeting journalists…activists retweeting activists…economists retweeting economists…once in a while a great war breaks out between this group of “ists” and that…but the thing is: no one’s listening…because everyone else seems to have left in a hurry.
  4. Willy
    octobre 19, 11:57 Reply
    70 tweets par jour, avez vous pensé consulter un addictologue.....?
      • u'tz
        novembre 04, 14:40 Reply
        @Marcel : >140 signes x 70 par jour, ya en tout cas pas d'addiction littéraire là-dedans je viens d'interrompre ma lecture en cours pour lire votre poussin qu'amazon m'a enfin livré hier, lu avec intérêt et beaucoup de plaisir, je trouve très intéressant votre témoignage qui me vaccine perso de toute envie d'en être, dans vos exemples de twit vous savez être manifestement trop court, mais je vous préfère en long, même en trop long... perso j'ai lu tous vos livres,parfois vos éditos quand j'ouvre télérama chez mon psy et suivi votre blog depuis pas mal de temps, j'y trouve un petit quelque chose d'information qui complèmente plaisamment ce que je lis ailleurs, un peu de discute régulière comme avec des parents, des amis, des connaissances, des collègues mais en version virtuelle. pour le "serial tweeter", la fameuse frontière linguistique interne qui se respecte comme architecture non-ossifiée du cerveau de tout belge tel que vous (souvent à l'encontre des belges sousréalistes lobotomisés de l'autre communauté)... pour le "serial tweeter" donc toute cette réalité se dilue, un peu comme dans le nouveau googlemap l'espace avec sa gauche sa droite le haut le bas est complètement bousillé par une projection sphérique soi-disant 3d... la belgique est-elle trop petite pour l'égo? bàv de bhv
  5. wallimero
    octobre 19, 20:49 Reply
    @ Marcel, Il me semble que ton poussin est mort pour la cause depuis pas mal de temps, empaillé pour être exploité visuellement et en plus maltraîté post-mortem pour accroître son rendement commercial... allô Gaia? VV
  6. u'tz
    novembre 04, 20:14 Reply
    @Marcel au fond votre relative indifférence pour ce blog... abandon à tweeter qui est à l'info du net ce que daesh est à l'islam
  7. André Uni
    novembre 10, 10:06 Reply
    Un triste jour pour la littérature... On n'a plus rien lu d'aussi fade depuis la vie de madame Lucette en 23 volumes. Heureusement que vous avez des amis pour tenter de vous flatter. Avec autant de tweets par jour et si peu de réussite, c'est comme un lapin auquel on demande de sauter dans la casserole, il y arrive toujours sans le faire exprès et n'y reste jamais longtemps... Amicalement, André
    • u'tz
      novembre 12, 23:23 Reply
      à chaque Marcel sa recherche du temps perdu pour que vive la littérature
  8. […] passerai trois fois chez Filigranes ce mois-ci. Une fois pour promouvoir mon nouveau livre, Confessions d’un Serial Tweeter, le mercredi 18 novembre à 18h. Il s’agira d’une présentation du bouquin, avec […]
  9. Capucine
    mars 17, 19:43 Reply
    Très simplement,je crois qu'il faut bien du courage pour écrire un livre, J'aime le livre ?quand j'étais enfant ,il m'était quasi interdit ,c'était pour les riches et cela m'a handicapé à la réflexion tout le long de ma petite vie. Donc,je reste toujours en admiration pour celui qui crée! Vous allez me dire,il y a les bibliothèques,j'y ai loue mon premier livre quand j'avais 14 ans mais il fallait lire vite et comprendre vite,je suis rentrée dans cette bibliothèque comme dans un pays inconnu ,il m'aura fallu beaucoup d'efforts afin de comprendre ce que je lisais . L'accès à la lecture est primordial ,l'instruction peut changer une vie ,le livre papier est un cadeau ..

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.