Bart De Wever, dernier premier ou premier dernier ?

IMG_1411Décidément, les effets d’annonce de Bart affolent la presse. Voilà qu’il serait candidat premier ministre. Du moins, si on insiste très fort. Et qu’il ne le serait pas si on insiste fort aussi. Et le lendemain, Geert Bourgeois annonce qu’il répondrait favorablement à une demande de son parti de devenir ministre-président flamand. S’il insiste. Alors qu’en principe, la candidate serait plutôt Liesbeth Homans, l’adjointe de Bart à Anvers. Si celui-ci ne part pas au fédéral. Parce que sinon, elle deviendrait maire d’Anvers. Une bourgmestre à peu près aussi populaire qu’Yvan Mayeur à Bruxelles ou Rudi Vervoort à la Région Bruxelles-Capitale. Mais pour tout ça, il faut que la N-VA s’impose, et ça, ce sera dimanche.

Plus comique : on lie la vidéo en français de Bart à son nouveau « scoop » — qui n’en est pas un, il avait déjà «candidé candidement» sur TV Brussel il y a un mois —, ce serait l’offensive Bartienne qui révélerait ses ambitions fédérales. Soyons sérieux : Bart De Wever n’a pas d’ambition fédérale autre que d’obtenir un blocage définitif de la maison Belgique. Il sait pertinemment qu’aucun parti francophone ne le suivra dans son projet de confédéralisme. Or, Ben Weyts l’a encore rappelé hier à la VRT : la N-VA irait au fédéral à cette condition. Autrement dit, à la condition que ce gouvernement soit le dernier de la fédération belge. Les nationalistes ne sont pas des idiots. Ils savent qu’ils ne pourront pas former un gouvernement, même des droites, le 26 mai. Ils sont parfaitement conscients que leur programme est totalement imbuvable pour les Wallons et plus encore pour les Bruxellois. Et celui-ci s’est encore durci depuis les 541 jours. 

Le blocage définitif, sur le modèle tchécoslovaque, ou rien.

Ce que la N-VA cherche, c’est le blocage définitif sur le modèle tchécoslovaque, le protocole de scission nationale que ses caïques citent le plus souvent et qu’ils ont étudié en profondeur. Que s’est-il passé là-bas ? Une scission politique, suite au constat d’incompatibilité entre les fédéralistes tchèques et les autonomistes slovaques. Cette scission s’est faite contre l’avis de la majorité et sans référendum. Les mêmes ingrédients se retrouvent en Belgique : seule une minorité de Flamands veut une scission. C’est pourquoi la N-VA exclut tout référendum — or, sans un tel exercice, la séparation ne serait probablement pas reconnue par l’UE. À moins bien sûr que De Wever ne parvienne à faire reconnaître aux Francophones qu’il n’y a plus d’autre moyen et à les forcer à se séparer à l’amiable. Et pour ça, il lui faut au minimum une minorité « impressionnante », de mettons 35 à 40 %. Le Vlaams Belang joue un rôle de soutien externe et ostracisé dans cette histoire : plus il est fort, plus il renforce le pouvoir de blocage de la N-VA en Flandre. 

Mais pour bloquer le pays, Bart doit être invité à la négociation fédérale. Et pour y parvenir, il doit chercher des voix chez les Flamands belgicains, ceux qui veulent une alternative politique et pour qui la séparation n’est pas un must, loin de là. Et pour cela, il doit donner le change, et faire comme s’il était prêt à négocier sérieusement au fédéral, voire à prendre la tête d’un gouvernement des droites. La vidéo adressée aux Francophones entre dans cette stratégie, et doublement. Pour obtenir une crise idéalement terminale, il faut que les Francophones acceptent de négocier avec lui. Pour cela, il doit se présenter comme premier ministrable éventuel et appâter les partis de droite (quoique le CDH soit franchement centriste) en donnant l’impression, ne fut-ce qu’aux électeurs, qu’il propose une solution à l’ensemble des Belges.

Une vidéo et trois effets kiss cool.

C’est ce qu’il a fait dans la vidéo. En encourageant les Francophones à ne pas voter PS, il pense probablement favoriser le MR (principalement). Si celui-ci est fort, De Wever pourra ensuite l’entraîner dans une danse folle, celle des négociations à n’en plus finir, non pas sur le programme socioéconomique (déjà difficile à avaler pour le MR parce que très antisocial, ce que les bleus francophones ne sont pas encore), mais sur le programme confédéraliste, la scission de la Sécu, l’apartheid social bruxellois et le reste du core business de la N-VA, imbuvable pour absolument tous les autres partis, sauf le Vlaams Belang. 

Ensuite, cette délicate attention envers les Wallons qu’il aime tant, lui permet de montrer à l’électeur flamand indécis, plutôt belgicain, et intéressé par ses solutions néoconservatrices (et non néolibérales), que sa promesse d’avoir un gouvernement « dès les 26 mai » (affirmation qui est en soi une belle manipulation joliment mensongère) n’est pas vaine : voyez, il comprend les Wallons, il leur parle, il essaye de les responsabiliser, ces incorrigibles pouilleux du Sud qui votent bêtement socialiste depuis 100 ans. 

Enfin, la N-VA a découvert en début de semaine qu’elle risquait de ne même pas reproduire son résultat d’il y a quatre ans. Et là, elle risque de devenir un parti d’opposition qui perdra, petit à petit, son électorat d’occasion au profit du CD&V et de l’Open VLD qui, tous deux, ont recommencé à parler aux gens dans un langage qu’ils comprennent. 

Certains pensent que la vidéo servait à ramasser des voix de Francophones à Bruxelles pour la Chambre. Non. Il n’y aura pas de siège N-VA bruxellois à la Chambre, c’est mathématiquement comme qui dirait impossible.

Enfin, même en Flandre, le programme confédéraliste de la N-VA n’est éventuellement buvable que pour le CD&V, mais à très long terme et assez partiellement. Wouter Beke a promis que pour les cinq ans à venir, il n’y aurait plus de réforme du tout. Du reste, comme il l’a fait remarquer à Ben Weyts hier, la N-VA n’a aucune chance de disposer d’une majorité des deux tiers pour lancer son vaste programme d’effondrement de la Belgique. 

La N-VA n’a aucune chance d’avoir une majorité des deux-tiers requise pour avancer vers le confédéralisme.

Heureusement, je pense, les partis flamands de droite comme de gauche ont compris que la N-VA entraînait les Flamands, les Wallons, les Bruxellois dans une aventure qui ne profiterait, au final, à personne. Ils le disent clairement. Ils redeviennent crédibles au Nord. Et certains électeurs sont probablement fatigués de voir le parti de Bart jouer le Caliméro permanent, fustiger le chômeur et mettre les prépensionnés, nombreux au Nord, dans le même sac que l’inactif du Sud. Que Bart s’en prenne aux chômeurs wallons, passe encore. Mais quand il les associe aux prépensionnés flamands, ça se rapproche trop des intérêts de ses propres électeurs.

Sa bourde de début de semaine, passée inaperçue en francophonie, pourrait lui en faire perdre beaucoup : il a dit que toute personne qui a un bon CV trouve du boulot. Ce qui montre sa méconnaissance du monde du travail. Et le courrier qui lui a été envoyé, notamment via De Morgen, était du style furieux : des chômeurs dûment diplômés avec des CV longs comme le bras lui donnaient une réponse qui sonnait comme une claque : non, les diplômes et l’expérience ne garantissent plus l’emploi ! Bart godverdomme ? Tu n’as jamais travaillé de ta vie ou quoi ? Eh ben non, dans le privé, jamais !

L’électeur flamand sera-t-il au rendez-vous de la N-VA ? Certains commencent à douter. On parle au Nord de la « semaine de trop » pour la N-VA. Ce qui expliquerait la tentative de reconquête de la campagne, par une vidéo improbable adressée aux Francophones et une déclaration de candidature alambiquée donnée à la VRT. 

Plus que trois jours de suspense. Et l’on saura si la Belgique est un Titanic ou un kayak qui descend les chutes du Niagara tous les 4 (et désormais 5) ans, en se faisant très peur, mais en atterrissant toujours, à chaque fois de façon un peu plus acrobatique.

Previous En voor de Walen hetzelfde !
Next La mère des élections : pour qui votons-nous dimanche.

You might also like

16 Comments

  1. tilto
    mai 22, 12:20 Reply
    En kayak dans le port d'Anvers ce n'est pas très ragoutant ! Que fait on dans cette galère avec un Hortator qui casse le rythme et traite les autres d'incapables ?
  2. moinsqueparfait'
    mai 22, 14:31 Reply
    Paco Rabanne a déjà annoncé la fin du monde à plusieurs reprises. Je ne sais pas pour vous mais moi, j'y ai survécu. Même l'Unterland Belgien du 4e Reich y a survécu. N'ayez crainte.
  3. Tournaisien
    mai 22, 17:00 Reply
    Marcel, On verra à l'autopsie ce dimanche soir. Personnellement, je reste confiant. J'ai même le sentiment diffus que le CD&V est occupé à reprendre la main, un CD&V qui a longtemps soufflé sur la braise mais qui, aujourd'hui, voit dans un fédéralisme de responsabilité le modèle en définitive le plus porteur pour la Flandre. Il faut dire que le monde des entreprises a compris autre chose : (a) que l'image de marque "België / Belgique" est économiquement plus rentable que la seule image de marque "Vlaanderen" ; (b) que la Wallonie, d'une manière ou d'une autre, finira par décoller et constituera une plus-value pour la Flandre également. Je crois qu'on a passé le cap dangereux d'une crise qui aurait pu déboucher, comme par le fait d'un emballement, au splitsing. On sent bien aujourd'hui que ce "climax" est derrière nous. ... Il nous reste donc à améliorer nos institutions, à les rendre plus démocratiques encore qu'elles ne sont, en déjouant les pièges et les dérives des tendances particratiques (trop fortes à ce jour en Belgique), en réaffirmant et en confortant les règles démocratiques en respect des principes de l'état de droit (notamment en ce qui concerne les zones, trop nombreuses encore dans le monde de nos institutions, des conflits d'intérêts ou conflits de mission (cfr le code de la démocratie locale qui, en Wallonie, est très mal respecté ... et c'est un Tournaisien qui vous l'affirme, c'est dire !), en essayant d'instaurer le système de la circonscription fédérale; etc. etc. ... Si les élections de dimanche se traduisent par un échec cuisant pour la NV-A (nous verrons !), il ne faudrait pas que cela encourage nos hommes politiques à se reposer sur leurs lauriers et à continuer à ne rien faire, à les amener à s'enliser dans l'immobilisme. La démocratie, dans ses principes, son esprit, son fonctionnement au quotidien, à tous les échelons (administrations, politique, rapports avec le monde des entreprises et le monde associatif), est quelque chose qui doit engager de façon permanente, pour lequel il faut se battre au quotidien. La démocratie n'est jamais acquise ... il importe de s'en rappeler et de le rappeler encore et toujours à nos politiques, en particulier à ceux qui sont souvent tentés par des prurits autocratiques ou autoritaires. .... Je pense en particulier à Rudy Demotte dont vous seriez fort inspiré, cher Marcel, de pister la déontologie démocratique plus que douteuse. De ce point de vue, Tournai constitue un laboratoire qui présente ... je dirais ... de sacrées zones d'ombre (euphémisme).
    • Salade
      mai 22, 19:10 Reply
      Oui mais comment expliquez-vous alors les consignes du VOKA?
      • Tournaisien
        mai 23, 19:00 Reply
        Le VOKA est phagocyté par un lobby de nationalistes flamands ultra-libéraux (pour ne pas dire de droite extrême pour certains d'entre eux). Ce lobby dessert la cause des milieux économiques flamands d'une façon générale; il dérange d'ailleurs de plus en plus d'acteurs économiques flamands qui se distancient de la direction du "patronat flamand". Ce qui se passe là est d'ailleurs très intéressant. On sent en effet aujourd'hui comme une sorte de frémissement au sein de la classe politique flamande. Je pense en particulier au revirement, assez flagrant, de Kris Peeters, qui a mon avis a compris le danger représenté par le radicalisme du VOKA. Ce petit jeu, qui se passe en dessous de table, constitue un enjeu de fond fondamental pour l'avenir de la Belgique, et il n'est pas sûr que ceux qui remporteront la partie soient précisément ces adhérents du club du VOKA. Ceci relève d'une partie d'échecs qui n'est pas lisible pour le commun des citoyens, mais qui n'en est pas moins l'un des enjeux essentiels pour l'avenir de notre pays.
  4. L'enfoiré
    mai 22, 18:11 Reply
    C'est exactement cela, Marcel. So dom & Go more, encore une fois notre Bart....
  5. L'enfoiré
    mai 22, 18:12 Reply
    En plus, les anversois pourrait se détourner de Bart http://www.lesoir.be/551546/article/actualite/belgique/elections-2014/2014-05-22/pour-kris-peeters-anversois-pourraient-se-detourner-bart-wever
  6. Hachiville
    mai 22, 18:25 Reply
    "Il n’y aura pas de siège N-VA bruxellois à la Chambre, c’est mathématiquement comme qui dirait impossible." Impossible, Marcel ? Oh! que non... Il suffit de suivre les conseils du très philo-sophe (erreur ou omission) Van Parys pour changer la donne. Celui-ci ne conseille-t-il pas aux Bruxellois francophones de voter pour les partis traditionnels flamands "pour contrer la NVA" (dans LE SOIR d'aujourd'hui) ? Que Didier Reynders préconise de voter Vlaams Belang, Kris Peeters de voter RWF, Laurette Onkelinckx de voter Groen, Wouter Beke de voter pour le Front de gauche... mathématiquement (et philosophiquement), il n'y aura comme qui dirait plus rien d'impossible. On vit une époque formidable!
  7. Le meilleur moyen de se débarrasser de la N-VA est encore de leur donner ce qu'ils demandent : l'indépendance. Qu'on scinde la Belgique une fois pour toute, et que chaque nouveau pays applique la politique que ses citoyens réclament, de droite en Flandre, de gauche en Wallonie et libérale à Bruxelles.
  8. GuyF
    mai 22, 19:55 Reply
    Ben Oui ! ce n'est pas parce qu'ils font encore semblant d'être opposé à bart que nos politiciens sont parfait. J.F. Kahn interviewé à la RTBF disait que si l'extrême droite progresse en France c'est par manque d'un projet politique crédible de la droite et de la gauche. Où lisez-vous un véritable Projet Sociétal Humanologique dans lequel la logique de l'Humain prime la logique du profit outrancier qui montre ses dérives, ses excès et ses dégâts ? Même pas à gauche ! Mais je pense que l'on a une grande chance de retourner rapidement ( dans l'année ?) aux élections pour " sortir de la future crise" plus dure et qui dure plus que la précédente. On pourrait envisager alors de ne plus voter pour des partis mais pour un Projet.
  9. MH
    mai 22, 22:35 Reply
    Mon petit grain de sable dans le rouage politique actuel... Voici enfin la réponse à la question que tout le monde se pose mais personne n'ose y répondre! --> "Pourquoi les politiciens sont-ils des ordures?" http://sanscensure.eu/politique/pourquoi-les-politiciens-sont-ils-des-ordures
  10. elDebil
    mai 22, 23:14 Reply
    Bart va finir par s'écrouler comme tous les messies proclamés par la Flandre (souvenez-vous de Leterme) qui manifestement est en quête perpetuelle d'un héros pour les sauver des méchants Francophones empêcheurs de tourner en rond... Le jour où ils comprendront que ce racisme (non reconnu comme tel par la loi belge) ne sert qu'à des fins electorales, ils auront fait un grand pas en avant... Comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils sont dans une position qui leur est extremement favorable (majoritaire dans un pays). Je vous garantis que s'ils obtiennent la fin de la Belgique les flaminguant auront comme reflexe de diriger leur haine entre provinces... A trop se regarder le nombril, quand on releve la tête on se retrouve bien seul...
  11. Philippe
    mai 23, 11:22 Reply
    Très très bon... Il nous veulent que du bien ! http://www.rtl.be/videos/video/493001.aspx ;-)
  12. Lison
    mai 23, 11:26 Reply
    Dimanche, nous verrons bien si ce Bart bashing généralisé a convaincu ou non.
  13. Philippe
    mai 27, 08:26 Reply
    L'enfant roi fait encore pipi au lit ! Source: http://www.lesoir.be/555588/article/actualite/belgique/elections-2014/2014-05-26/lapsus-wever-flandre-est-une-republique
  14. u'tz
    avril 20, 19:16 Reply
    "Plus que trois jours de suspense. Et l’on saura si la Belgique est un Titanic ou un kayak qui descend les chutes du Niagara tous les 4 (et désormais 5) ans, en se faisant très peur, mais en atterrissant toujours, à chaque fois de façon un peu plus acrobatique." diable y a 2 ans je n'imaginais pas cameron en capitaine de titanic et trouver un jambon dans mon kayak en descente de laisse

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.