Milquetgate : vendetta contre une jeune fille, avec SudPresse pour dragon.

Je dispose de nouveaux témoignages de personnes extrêmement crédibles. Ils vont dans le sens d’un scandale politique et médiatique. Toutes les personnes qui m’ont parlé m’ont demandé l’anonymat le plus total : il y a autour du Collège St-Michel une véritable «peur de Joëlle Milquet» qui aurait envers l’école l’attitude d’une monarque sur son territoire.

La vérité étant toujours une illusion et l’avocat de la ministre étant, semble-t-il, une pointure, je garde le conditionnel, même si ça complique.

Le cœur des témoignages dont je dispose peut se résumer à ceci : «c’est Joëlle Milquet qui a tout balancé» aux journalistes du groupe SudPresse. Ce qui permet à mes sources de l’affirmer, c’est notamment qu’elle seule disposait de certains des éléments confidentiels parus dans les journaux du groupe SudPresse. La direction du collège a même affirmé au Pouvoir Organisateur de l’école qu’elle disposait d’une «preuve» de ce déballage par la ministre. Une troisième source évoque un témoignage volontairement avilissant envers la jeune fille.  Or, les éléments qu’elle a dévoilés aux journalistes impliquaient une mineure et étaient à ce titre absolument confidentiels. Elle et son avocat étaient tenus au secret. Je ne suis pas juriste, mais il me semble que la divulgation de telles informations relève du droit pénal et ici, il s’agit d’un-e ministre et d’un membre éminent du barreau. 

Selon mes sources, on peut donc estimer que toute l’action de Joëlle Milquet dans cette affaire aurait eu pour objectif de salir une adolescente, mais aussi le Collège Saint-Michel lui-même, afin de protéger un-e de ses proches, impliqué-e dans l’affaire, et d’empêcher son renvoi. Une chose est toutefois incontestable : les journaux du groupe Sud Presse se sont faits les complices d’une entreprise de démolition extrêmement inégale et injuste envers une jeune fille que l’on peut décrire comme fragilisée, en n’hésitant pas à rendre publics des éléments confidentiels du dossier et en diffusant avec une légèreté invraisemblable des détails extrêmement précis de relations sexuelles entre adolescents. 

Mais revenons à Joëlle Milquet. Les détails et les implications de ce qui apparaîtrait comme étant «une vendetta personnelle» d’une ministre en fonction envers une jeune fille de 15 ans, par presse interposée, jetteraient une lumière crue sur les méthodes et la mentalité de la ministre de l’Intérieur et de… ah, tiens oui : l‘Égalité des Chances (je passe sur son image rétrograde de la femme que j’ai déjà abordée dans mon article d’hier).

Tout d’abord, elle aurait profité du fait qu’il était interdit à la presse de révéler son identité parce qu’elle avait un lien avec l’un-e des protagonistes de l’affaire, et que celui ou celle-ci était mineur-e. Elle se serait donc permis d’user de cette position (ce que j’appelais dans mon article d’hier abus de position) pour tout balancer aux médias, persuadée qu’elle ne risquait rien. Cela revient à dire qu’une ministre en fonction aurait abusé de la législation protégeant les mineurs, mais aussi de son pouvoir, de sa notoriété et de ses relations avec la presse, pour avilir en toute impunité une adolescente et sa famille, et faire pression sur le Collège Saint-Michel.

Ce dernier n’a d’ailleurs pas pu se défendre parce qu’il aurait été obligé de présenter des éléments confidentiels. Un membre de la rédaction de la Capitale aurait confié savoir pertinemment que le son de cloche de Saint-Michel ne pouvait être diffusé, selon une de mes sources. Une autre évoque même un véritable harcèlement contre le collège où, lors d’un coup de fil avec un responsable (le directeur vraisemblablement), un-e journaliste aurait menacé son interlocuteur de «tout balancer» s’il ne lui donnait pas plus de détails sur l’affaire ou refusait de confirmer les éléments confidentiels. Or, tout cela relevait du secret professionnel. Le traitement unilatéral de l’info a jeté le discrédit sur l’école qui n’a, selon les éléments dont je dispose, franchement rien à se reprocher. Les élèves, les enseignants et les parents sont abasourdis. Même Marc Uyttendale s’est fendu, dans La Libre, d’une phrase assassine envers l’établissement. 

Du coup, ce n’est plus uniquement SudPresse, mais bien l’ensemble des journaux qui ont relayé l’information, qui auront participé, volontairement ou non, à une entreprise de dépeçage dont les victimes — jeune fille, collège, corps enseignant… — avaient été ligotées avant d’être livrées aux hyènes !

Lorsque — sur base des informations livrées illégalement par la ministre elle-même selon deux sources concordantes — la presse a implicitement accusé la direction du collège d’injustice envers certains protagonistes, il était donc impossible à la direction du Collège de répondre sans enfreindre la loi. Or, les raisons de cette inégalité apparente sont parfaitement légitimes, selon les éléments dont je dispose et qu’hélas, moi non plus, je ne peux pas révéler parce qu’ils concernent des mineurs. Admirable machination où les révélations d’une ministre ne peuvent même pas être contredites, parce qu’en face, il y a des gens qui respectent les principes… En réalité, les révélations, le viol de la confidentialité et les menaces de poursuites judiciaires servaient exclusivement le but de faire pression sur le collège pour réintégrer les élèves renvoyés, dont un-e proche de Joëlle Milquet. 

Ces menaces de poursuites judiciaires contre le collège annoncées dans la presse font joliment fi de la qualité de l’enseignement donné à 2.200 élèves de toutes les classes sociales et de toutes les origines — car, non, le Collège Saint-Michel n’est plus réservé à une élite, le Décret inscription n’ayant pas que des désavantages. Elles semblent absurdes dès lors que tous les enfants renvoyés ont été recasés dans d’excellentes écoles ! Selon une avocate, la justice devrait pourtant considérer que, dès lors qu’il n’y a pas eu de poursuites pénales, aucun élève ne pouvait être renvoyé !

Mais si une sanction lourde ne peut être appliquée à des élèves qui ont enfreint le règlement intérieur de la manière qu’on sait désormais par voie de presse, comment l’institut peut-il encore espérer maintenir un semblant de discipline ? Ceci vaut pour n’importe quelle école. Admirez le système de pression : si le collège maintient sa décision de renvoi, il a toutes les chances de devoir payer plusieurs dizaines de milliers d’euros à chaque famille. Il serait intéressant de faire la lumière sur le rôle de Joëlle Milquet dans cette partie du dossier parce qu’elle menace la qualité de l’enseignement, l’investissement en matériel pédagogique, et pour tout dire, l’éducation de la bagatelle de 2.200 enfants. Si parmi ces parents, certains auront contribué à salir le collège, ils pourraient bientôt aussi se remplir quelques poches. Joli.

En gros, les mômes, si vous n’avez pas volé ou tué, violez tranquillement le règlement, ça peut rapporter gros à vos parents !

Conflit d’intérêts
À tout cela s’ajoute la potentialité d’un conflit d’intérêts. L’on sait aujourd’hui qu’un procureur a, de sa propre initiative, lancé une information judiciaire. On a pu lire que la raison était que certains enfants étaient majeurs sexuellement (16 ans ou plus) au moment des faits alors que d’autres ne l’étaient pas (15 ans). Une de mes sources contredit cette version : tous les enfants auraient eu 15 ans au moment des faits. Or, à 15 ans, le consentement est considéré comme nul, dans une certaine mesure (puisque la relation librement consentie n’est néanmoins pas considérée comme un viol, mais comme un attentat à la pudeur). La raison de l’information judiciaire serait donc que les relations sexuelles étaient interdites à tous les protagonistes.

S’il ressort que certains d’entre eux auraient fait pression sur d’autres, l’information judiciaire pourrait déboucher sur des poursuites. Or, les enquêtes sont, entre autres, menées par la police fédérale. Celle-ci dépend de deux ministères : celui de la Justice et celui de… l’Intérieur. Dans l’investigation en cours, c’est la ministre de la Justice qui a autorité sur les policiers. Mais de par l’autorité générale de la ministre de l’Intérieur sur la police fédérale, il lui serait possible d’exercer certaines pressions sur les enquêteurs. De fait, rien ne permet d’affirmer qu’elle ait même l’intention de le faire, mais s’il y avait de telles pressions, elles seraient indétectables. La situation comporte donc un risque réel de conflit d’intérêts. 

Pire. Même au niveau d’une «simple» information judiciaire, les détails graveleux qui auraient été lâchés par Joëlle Milquet et/ou son avocat à la presse, et la révélation publique de ceux-ci par des médias de grande audience peuvent influencer les enquêteurs et les magistrats et influer sur leur perception des faits. Il s’agit d’une violation du principe de séparation des pouvoirs, y compris le quatrième dans ce cas (la presse) qui, au lieu de subvertir le pouvoir exécutif et de le remettre en question, en serait devenu le complice au détriment d’une école et d’une élève mineure. La perspective d’une telle collusion rend le silence des médias insupportable.

CONTEXTE ET COMMENTAIRES

L’arroseuse arrosée
Certains se demandent s’il n’est pas suspect que l’affaire soit dévoilée à quelques semaines des élections. On m’a même assuré que c’était un «coup du MR» (sic). Rangez-moi ces suspicions de côté, il n’y a rien de tout cela dans cette affaire qui relève en fait de l’arroseur arrosé. Sauf qu’ici, c’est une arroseuse.

Si on reprend le fil des événements, Joëlle Milquet aurait donc lancé anonymement une bordée de Katiouchas à une adolescente auprès de la rédaction de SudPresse, pensant être à l’abri d’un retour de manivelle. Selon une source «elle a tablé sur le fait qu’en Belgique, les journalistes s’attaquent rarement à la vie privée d’un ministre, contrairement au monde anglo-saxon». Qu’une ministre ait une telle sensation d’impunité fait froid dans le dos. S’en est suivi une série d’articles dans la plupart des médias qui, tous, étaient plus ou moins défavorables à la jeune fille et au collège (inégalité dans le renvoi, qui était en fait un hoax). Manque de bol, des élèves de l’école, connaissant la relation entre Joëlle Milquet et un-e protagoniste de la «soirée sexy» «ont tout bazardé sur Facebook», me dit un témoin. Il semble qu’ils aient très rapidement compris qui était «l’anonyme» qui avait parlé à la presse. Se rendant compte qu’on est au XXIe siècle, que les réseaux sociaux existent et qu’ils n’ont peur de rien, Joëlle Milquet tente alors de rattraper le coup.

Certains journalistes n’ont, à ce moment-là, toujours pas compris son rôle au départ de l’affaire et sont persuadés que le problème ne porte que sur le lien entre elle et un-e protagoniste. Ils tentent «de garder le couvercle sur la casserole à pression» (dixit un journaliste). Ce faisant, ils ne font que leur devoir, dès lors que l’affaire leur paraît exclusivement privée.

Mais plusieurs détails non évoqués ailleurs arrivent aux oreilles de Laurent Louis qui en profite pour publier une vidéo où il «déballe» tout. Si certaines informations sont vraies (celles, justement, qui ne nous intéressent pas), d’autres sont complètement fantaisistes et ne visent, comme d’hab, qu’à conforter sa grande «théorie du complot». Ainsi, il ne s’agit pas de ballets roses entre grands bourgeois dans un collège huppé : parmi les protagonistes, il y avait des enfants de tous milieux sociaux, et aucun «grand bourgeois». Comme je l’ai dit, le collège est désormais aussi mixte que d’autres écoles des environs. 

Il a aussi insinué qu’il y avait eu viol. Toutes les informations contredisent cette version. Ce faisant, il a bien sûr enfreint la Loi en désignant un mineur comme potentiellement coupable d’un viol qui n’a jamais existé, et en permettant de le reconnaître à coup sûr. Le député justicier n’est en fait qu’un député justiciable ! Hélas, Joëlle Milquet ne peut plus réagir légalement contre lui, parce qu’une partie de l’information est vraie, celle, justement, qui pourrait permettre de dérouler le fil de ses errements. Elle s’est coincée elle-même !

Il se dit même qu’elle aurait entretemps fait pression sur le collège St Michel pour qu’il impose un blackout total aux élèves, professeurs, membre du personnel et parents, leur interdisant tout contact avec, ou réponse à un journaliste. Information invérifiable, le directeur de l’école ne souhaitant plus communiquer. Il est toutefois indéniable que le blackout a été imposé au moment où l’affaire commençait à sentir le roussi pour la ministre.

Les parents de la jeune fille publient néanmoins un communiqué pour lui rendre son honneur sali par la ministre si mes informations sont correctes, mais il leur est évidemment impossible d’incriminer Joëlle Milquet, protégée par son statut, la loi sur la protection des mineurs, et tout de même un peu par la presse. 

Laurent Louis a entretemps fait des petits. Sur Twitter et Facebook, on assiste à des échanges surréalistes où tout le monde parle de l’affaire, donnant ouvertement la relation entre Milquet et un protagoniste, alors que la presse continue à couvrir la marmite à pression. On se dit qu’il ne faudra que quelques jours pour que tout le monde «sache» et qu’à ce moment-là, la seule personne qui aura abordé le sujet aura été… Laurent Louis ! Autrement dit, la pire personne à qui l’on puisse donner l’exclusivité de «la Vérité», parce qu’il s’empresse de la violer dès qu’elle s’approche de lui. Les journalistes sont sincèrement désemparés et essaient de résoudre la quadrature du cercle tout en respectant la déontologie. 

C’est alors que Clint révèle le nom de la ministre de l’Intérieur (et Het Laatste Nieuws, qu’un-e « ministre fédéral-e » est impliquée, avant de se reprendre et de l’effacer de leurs sites. Où l’on se dit que la presse flamande est plus proche de l’anglo-saxonne, mais juste un peu. Sur Clint, chose amusante, l’article dit désormais que la rédaction ne peut en aucun cas dévoiler le nom de «le ou la ministre fédérale en question» alors que dans le lien internet (URL), le nom Milquet apparaît clairement ! Oups.

Enfin, hier, je publie mon article, et les médias se verrouillent à double tour. Rien ne transpire. Mon papier a été lu plus de 10.000 fois depuis et partagé par un bon millier de comptes Facebook. Mais rien dans la presse généraliste…

Le délit de belle gueule
Il ne faut surtout pas tirer la conclusion que les médias seraient aux ordres. Je suis suffisamment souvent en contact avec des journalistes pour pouvoir vous assurer que ce n’est absolument pas le cas. Le problème est ici le suivant : d’abord, l’histoire a été présentée dès le départ comme une partie fine d’adolescents dans un collège huppé. Sur Facebook, un journaliste de SudPresse évoque même la liberté de s’en prendre à un collège catho… Autrement dit, parce que le collège est connu comme un lieu très bourgeois (ce qu’il fut dans le passé), révéler que des mineurs ont eu des relations sexuelles dans l’établissement et que certains d’entre eux se sont fait renvoyer serait, quelque part, une information qui sert le public et donc, ça, c’est déontologique.

On se demande toutefois à qui sert ce genre d’information. 

Par ailleurs, le parfum de scandale (on aurait renvoyé certains élèves et pas d’autres) ne tient pas une seconde à l’examen un tant soit peu approfondi des faits. Mais comme il s’agissait de mineurs et que la moralité du collège plane des kilomètres au-dessus de celle de SudPresse ou de Joëlle Milquet, cette information n’est pas accessible immédiatement. Pratiquement tous les médias diffusent pourtant l’info parcellaire diffusée par Milquet, non recoupée, sulfureuse. Et cela, sachant qu’ils ne sont pas en mesure d’informer correctement le lecteur. 

Du sexe, de la chair jeune, un collège huppé, une fille et 6 mecs, et pourquoi pas, les lunettes de la jolie institutrice (permettez-moi de glisser mon fantasme dans l’histoire), tout est en place pour donner au non-fait un aspect croquignolesque auquel aucun rédac-chef ne semble capable de résister.

Ensuite, lorsque l’on commence à comprendre que Joëlle Milquet a joué un rôle dans l’histoire, c’est le blocage total. Parce que révéler le nom de la ministre semble, pour tous ces journaux, revenir à révéler le nom d’un-e proche qui aurait participé à la soirée coquine. Il fallait prendre le problème à l’envers. Ne pas révéler le lien qu’il pouvait y avoir avec un-e protagoniste permettait de révéler le nom de la ministre. C’est ce que j’ai fait. Dans l’absolu, il pourrait s’agir d’un-e petit-e cousin-e, d’un neveu ou d’une nièce, du fils ou d’une fille d’une amie, etc. Je n’ai donc pas dévoilé ni permis de connaître l’identité de l’ado en question. Mais je ne veux pas être hypocrite. Il ne faut pas chercher bien loin pour la connaître et, apparemment, tous ceux qui sont venus commenter sur Facebook connaissaient, et la relation en question, et le nom de la ministre. Absurde : l’info est désormais publique, mais on ne peut pas la dire !

Bien entendu, mon approche ne permet pas d’aborder l’ensemble du problème, mais le seul fait qu’il s’agisse de mineurs impose d’occulter des pans entiers de l’information et tant pis, on ne peut pas tout avoir. Mon point de vue permet toutefois de dévoiler la seule chose qui me semble importante ici : l’attaque délibérée d’une ministre en exercice, candidate aux prochaines élections, contre une adolescente livrée en pâture à la presse, à la population, à ses camarades, après avoir soigneusement ligoté toute personne pouvant tenter de la défendre au baobab de la liberté de l’information en berne. 

Déontologie
C’est là que la question de la déontologie se pose de façon complexe. SudPresse n’a pas hésité à violer la loi et la déontologie, au service de madame Milquet. Or, le rôle le plus important de la presse est bien de surveiller les trois autres pouvoirs. Les journaux «du camp déontologique» ont réagi en reprenant l’information et en la rendant un tant soit peu plus digeste et propre à une consommation raisonnable. Il faut dire que s’ils ne l’avaient pas diffusé, leurs lecteurs se seraient demandé pourquoi, et les députés de pacotille du Parti de la Quenelle en auraient profité pour crier au complot (ils gagnent à tous les coups)

Mais ce faisant, les journaux s’empêchaient de traiter l’essentiel : la manipulation médiatique, la désinformation, et surtout la crucifixion d’innocents au bénéfice d’une personne protégée par une ministre. Bien sûr, utiliser les procédés des pires d’entre nous pour révéler une autre part de vérité, plus proche des faits, n’est pas tentant. Mais quel constat atterrant de voir que le manque d’imagination, de courage, d’audace a fait qu’in fine, aucun média n’a révélé cette information cruciale pour la démocratie, contre l’injustice, et contre l’abus de pouvoir. Même après mon billet d’hier !

Les réflexions de certains journalistes à mon égard, affirmant qu’on ne peut pas s’attaquer «comme ça» à madame Milquet ne font que conforter mon opinion : il y a quelque chose de pourri au royaume de la presse. Laisser à Laurent Louis le privilège de l’information dit beaucoup de notre société. Quand la presse a-t-elle commis l’erreur de respecter les politiques ? Quand a-t-elle oublié de subvertir les pouvoirs ? Quand a-t-elle commencé à avoir peur des révélations pénibles ? Ou d’un procès potentiel ? La presse belge n’est pas seule dans ce cas, Mediapart et le Canard enchaîné donnent régulièrement le change à une presse française qui, elle aussi, hésite parfois à se détacher totalement des séductions politiques. Non pas qu’il y ait un complot. Non, rien de ce genre.

Dans toutes les rédactions, il y a principalement des bons journalistes qui n’ont qu’une ambition : révéler les scandales, attaquer jusqu’aux plus puissants des corrompus. Mais il y a une «culture d’entreprise» de la presse généraliste qui fait que le groupe a tendance à freiner l’ardeur du sniper. Il y a le danger de la désinformation qui impose trop de contrôles, il y a le manque de moyens, il y a la peur de sortir de la déontologie. Mais, si le respect de celle-ci est tout à l’honneur de la plupart des journaux, il y a un moment où, si elle empêche la manifestation d’une vérité qui nous semble cruciale, il faut oser l’égratigner. Un peu, du moins. Faute de quoi, nous laisserons au petit caporal nivellois toute la latitude possible pour convaincre de nouveaux citoyens en mal de justice et de justesse.

Mais soyons juste, si aujourd’hui il a pu s’en mettre plein les poches, nous savons qu’il le doit plus que probablement à madame Milquet. Et ça, ce n’est qu’une pièce saumâtre de plus à son lourd dossier, que je remets entre les mains du citoyen. Il jugera.

Note : Suite à une remarque pertinente de deux commentateurs, j’ai modifié le texte : Het Laatste Nieuws n’a pas révélé le nom de la ministre, mais bien qu’il s’agissait d’un ou d’une ministre fédéral-e. Mes excuses à la rédaction du Laatste Nieuws, je n’avais absolument pas l’intention de nuire au journal.

Previous Joëlle Milquet a-t-elle abusé de sa position ?
Next Monkey Business au Morgen ? Retour sur l'affaire des caricatures.

You might also like

0 Comments

  1. moinsqueparfait'
    mai 09, 17:19 Reply
    Femmes, méfiez-vous des féministes... Ouvriers, méfiez-vous des syndicalistes... Rentiers, méfiez-vous des banquiers... Désireux de connaître la vérité, méfiez-vous des journalistes... Adeptes de la langue de bois, méfiez-vous de moi.
    • uit 't zuiltje
      mai 11, 17:54 Reply
      @Moins' bienvenue dans un monde moins que parfait, auriez-vous pu ajoutez si vous ne haïssiez pas tout le reste du monde... ps: sorry pour cette réflexion plus psychothérapeutique que politique
  2. francolatre
    mai 09, 17:32 Reply
    Tout à fait d'accord avec vous bien que je sois tout de même un peu sceptique sur le fait que Saint-Michel soit désormais aussi mixte que "d’autres écoles des environs". Quant à la presse, si elle se tait, c'est tout simplement qu'elle a reçu des ordres formels de sa direction. Même à la RTBF, lundi matin, interdiction formelle a été faite d'aborder le sujet sous peine de sanctions lourdes (pas difficile de deviner lesquelles) dans l'émission C'est vous qui le dites.
      • St Marc
        mai 10, 15:28 Reply
        Vous découvrez ce qu'est la PRESSE SUBSIDIÉE donc aux ordres ?
      • Deltenre
        mai 12, 10:52 Reply
        C'est apparemment bien plus inquiétant que ce qu'on ose imaginer. Qu'une "simple" ministre fédérale arrive à contrôler et à faire pression sur l'ensemble des media belges aussi efficacement qu'un Berlusconi, alors qu'elle n'en est même pas propriétaire ...
  3. moinsqueparfait'
    mai 09, 17:48 Reply
    Ceci dit, quand vous écrivez "Qu’une ministre ait une telle sensation d’impunité fait froid dans le dos." ; Moi, ça ne me fait plus ni chaud, ni froid nulle part. Nous sommes en Belgium ici, et cette "sensation d'impunité" est quelque chose qui ne m'étonne absolument pas. C'est quelque chose de totalement acquis et ne pas le prendre pour acquis, c'est forcément se tromper. Il est évident qu'ici, une ministre a une sensation d'impunité et a parfaitement raison de l'avoir, si l'on considère les choses cyniquement. À quand un article sur les appartenances politiques des journalistes et des "experts" consultants commis d'office? Et les magistrats? Elles sont pourtant connues de toute personne ayant un semblant de perspicacité, ce que le citoyen belgo-blu-blu modèle de base n'a évidemment pas, Démocrate nous l'a très bien expliqué!
    • canard
      mai 09, 18:36 Reply
      De vous à moi, vous jureriez qu’il y a encore des journalistes dans la presse mainstream, vous ? Je veux dire : des authentiques professionnels; amoureux du travail bien fait et qui font consciencieusement leur boulot ? En tout cas, si vous en rencontrez un (une curiosité) offrez-lui une cage en or massif à côté des pandas et nourrissez-le au Château d’Yquem. Du 47, s’il en reste.
      • Marcel Sel
        mai 09, 19:36 Reply
        Oui Canard, je le jure. Vraiment. Mais n'oubliez pas qu'il y a aussi des rédacteurs en chef, l'intérêt du journal et bien d'autres choses. Et il y a la question économique. Si vous gagnez 1800 euros par mois dans un journal et que vous savez qu'en le quittant, vous vous retrouvez presque à coup sûr au chômage pour quelques années, votre talent, votre entrain, votre volonté de vérité, ben elle en prend forcément un coup.
        • Tanguy
          mai 10, 00:45 Reply
          L'argent, merveilleux prétexte à la perversion. Ou en est-ce la source? Journalistes! Vous êtes le quatrième pouvoir, sans doute le plus puissant. En choisissant ce métier vous avez endossé la responsabilité de l'incarner que vous le vouliez ou non comme un médecin endosse celle de ne pas nuire au patient et de soulager ses douleurs. Se cacher derrière le fric c'est de la médiocrité!
        • Verlaine
          mai 10, 10:48 Reply
          D'où la nécessité du revenu universel pour avoir une presse libre? C'est grave d'arriver au constat que le 4 ème pouvoir est dans cet état, disons comateux, agonisant, délétère... Je rêve d'une presse investigatrice et libre.... D'évidence, ce n'est pas le cas! Le meilleur journaliste, n'est-ce pas nous même?
        • uit 't zuiltje
          mai 11, 18:02 Reply
          merci Marcel de révéler combien gagne un journaliste, perso ça m'a toujours intéressé de savoir pour combien d'€ quelqu'un fait bien (ou mal à mes yeux) son boulot... êtes-vous honnête pour cette information?? (parceque je suis dans une autre planète)
          • Marcel Sel
            mai 11, 18:46
            Vous pouvez trouver ça sur Internet, mais c'est généralement moins qu'un plombier débutant :-)
      • moinsqueparfait'
        mai 10, 01:43 Reply
        Canard, Selon moi, non. Il n'y en a pas. C'est aussi simple que cela. Je ne dis pas qu'ils sont inutiles car quand ils écrivent quelque chose, à part les éditos à la Delvaux et Vdw qui sont de la propagande de la pure veine soviétique (bien souvent carrément tarte, d'ailleurs), on apprend à tout le mois qu'il s'est probablement passé quelque chose. Mais dans les faits, le lecteur doit toujours tout recouper, analyser, deviner et... souvent connaître un peu les tenants et aboutissants cachés. Bref: avec nos "journalistes", le lecteur doit... faire le journaliste. Maintenant, que Marcel nous dise "il y en a mais... il y a les rédacs chefs", d'accord. Ils ne sont pas tous bêtes et méchants mais peu importent les intentions des uns et des autres: le fait, le résultat, c'est que de facto, ils ne font pas un travail de "journaliste" au sens où on se le figure habituellement.
        • Marcel Sel
          mai 10, 14:39 Reply
          Vu le nombre de scandales qui sortent dans la presse, je ne peux pas être d'accord. Il y a comme partout des zones taboues, comme celle où l'on se trouve précisément avec cette affaire…
        • moinsqueparfait'
          mai 10, 15:49 Reply
          Des zones taboues.... Il y en a quelques-unes, de fait. Le fait est et reste que... Van Cau ne sera jamais condamné sérieusement, qu'on ne saura jamais clairement ce qu'il s'est passé avec Cools, les tueurs du Brabant, etc., qu'Onkelinks, Di Rupo, Milquet, les Reynders, Michel et même Courtois et Deprez sont INAMOVIBLES DEPUIS 20, VOIRE 30 OU 40 ANS quelles que soient leurs facéties... Il y a quelques zones taboues, en effet...
  4. Oeildemoscou
    mai 09, 17:56 Reply
    Article recherché, intelligent, merci. Un bémol : pourquoi cherchez-vous à innocenter les journalistes quant à leur manière de garder le couvercle sur la casserole à pression ? Si cela relève d'une affaire privée, pourquoi ont-il perdu leur temps à en faire un article dont il connaissait assurément la source et qui était de nature évidente à dévoiler des faits tout en masquant non seulement l'identité mais davantage les motivations de la source ? Un journaliste à t'-il investigué suite à ces informations reçues de la source pour au minimum avoir une contre-info à mettre dans son article ? Non. Cet article était entièrement à charge. Sud presse s'est rendu complice volontairement et non pas parce qu'ils ne mesuraient pas tout. Où alors, dites, ce sont des amateurs, excusez-les
    • Marcel Sel
      mai 09, 18:03 Reply
      Chez Sud Presse, il y a une direction qui pousse à la faute. Là, les bons journalistes ne restent pas très longtemps en général ou sont plutôt à chercher à l'intérieur des pages, mais ce n'est pas pour ça qu'il n'y en a pas.
      • Oeildemoscou
        mai 09, 18:12 Reply
        Je comprends, dans notre pays, on dépend toujours d'une hiérarchie qui n'est pas exempte d'utiliser tout ce qui est en son pouvoir pour nous écraser. Mais alors, il faudrait avoir le courage, vous blogueur dit "indépendant" de faire toute un dossier là-dessus, cela soulagera tous vos contacts dans le milieu que quelqu'un puisse enfin expliquer le dessous des cartes. Nadia Bouria, l'a fait en partie, mais faut-il toujours être hors d'un système pour en dévoiler ses bassesses ou se servir d'une aide extérieure pour enfin débrider l'omerta
        • Marcel Sel
          mai 09, 19:24 Reply
          Indépendant mais non payé. Organisez une cagnotte et on en reparle :-)
  5. Oeildemoscou
    mai 09, 18:08 Reply
    A partir d'ici, vous perdez un peu de crédibilité (vos atomes non-crochus avec un certain Laurent Louis sont-ils trop prégnants ?) Je vous cite : -------------------------- "Mais plusieurs détails non évoqués ailleurs arrivent aux oreilles de Laurent Louis qui en profite pour publier une vidéo où il «déballe» tout. Si certaines informations sont vraies (celles, justement, qui ne nous intéressent pas)" .../.. "Le député justicier n’est en fait qu’un député justiciable ! Hélas, Joëlle Milquet ne peut plus réagir légalement contre lui, parce qu’une partie de l’information est vraie, celle, justement, qui pourrait permettre de dérouler le fil de ses errements. Elle s’est coincée elle-même !" ----------------------------- Alors, éclairez ma lanterne : Si je comprends bien ces 2 paragraphes, seules CERTAINES informations que Laurent Louis a déballées sont vraies mais ne vous intéressent pas, et en même temps c'est cette même partie de informations vraies qui lui permettent HELAS ne ne pas être jugé car elles obligeraient Milquet à dérouler le fil de ses errements ?
    • Marcel Sel
      mai 09, 19:24 Reply
      C'est parce que vous confondez. Je considère qu'il n'est pas utile de connaître le lien entre Joëlle Milquet et un-e protagoniste de la soirée coquine, lien que Louis a "révélé" (en fait, il circulait déjà depuis plusieurs jours sur Facebook). En revanche, pour Milquet, lancer une procédure contre Laurent Louis, c'est ouvrir la boîte à pandore par rapport à la presse et à l'opinion publique.
      • Oeildemoscou
        mai 09, 19:29 Reply
        En fait cette affaire de moeurs entre ados montre toute l'ampleur de la collusion de pouvoirs ! Anecdotique !
  6. Lachmoneky
    mai 09, 18:18 Reply
    "Il est toutefois indéniable que le blackout a été imposé au moment où l’affaire commençait à sentir le roussi pour la ministre."
  7. Oeildemoscou
    mai 09, 18:22 Reply
    Excusez-moi de continuer avec Laurent Louis, mais je me demande s'il ne vous a pas tous rendus fous ! En quoi cela est-il si important tout à coup pour les journalistes de tenir la paternité de la vérité qu'il ne faudrait surtout pas que Laurent Louis s'accorde à lui-même ? Si j'ai bien compris, la source de Laurent Louis n'était pas les journalistes, mais la police. Les journalistes, avant son intervention, connaissaient évidemment la source mais ont choisi sciemment de ne rien laisser passer, ce n'est quand même pas la faute de Laurent Louis si la presse est frileuse à donner une information complète ! Ce qui devient assez amusant, c'est que cette presse si respectueuse des politiciens qui ont la côte ont pris l'habitude d'être très voire trop prolixe quand il s'agit de monter en épingle une parole de Laurent Louis, en le sortant habilement d'un contexte éclairant. Si les journalistes aujourd'hui font une fixation sur Laurent Louis, je dirais : enfin un juste retour des choses : ils l'ont bien fait baver en ne parlant que de ses "errements" maintenant, ils sont également coincés entre leur besoin de scoop et celui de garder une mesure consensuelle envers les politiques, ce que dénonce d'ailleurs Laurent Louis dans la campagne
    • Marcel Sel
      mai 09, 19:29 Reply
      Rien ne confirme le fait que la police était la source de Laurent Louis. L'info n'était pas seulement connue des journalistes, elle était aussi sur Facebook. Par ailleurs, il y a des erreurs dans ses déclarations qui me donnent à penser que si c'est un policier qui l'a renseigné, il est lui-même moyennement renseigné. Perso, je n'ai aucun problème à dire que j'ai eu un début d'info par Laurent Louis, mais que j'ai été chercher d'autres sources avant toute publication. Il y a pas mal d'infos incorrectes chez lui. Et pas mal de choses qu'il n'avait tout simplement pas le droit de dire. On verra quand il n'aura plus son immunité parlementaires ce qu'il restera de ses soi-disant "burnes" :-)
      • Lachmoneky
        mai 09, 21:16 Reply
        "On verra quand il n’aura plus son immunité parlementaires ce qu’il restera de ses soi-disant "burnes" ... oui, pas grand chose sans doute! Le "pouvoir" (de dire et pérorer) rendrait-il certains fous? lol Ceci n'empêche pas qu'un grain de sel soit nécessaire, et même parfois indispensable. Mais, pour celui qui ouvre large les yeux, le sel apparaît en bien d'endroits où on ne l'attend pas. Merci, donc, Marcel ;)
  8. Philip Hermann
    mai 09, 18:27 Reply
    Cette histoire (choquante a plus d'un titre) m'inspire plusieurs reflexions: 1. Bien entendu, le "diabolisme" de Milquet qui accable anonymement une jeune fille pour disculper un de ses proches et lui eviter un renvoi, quand meme bien merite, est choquant...je suis peut-etre vieux jeu mais j'ai frequente de bonnes ecoles catholiques (et j'ai ete renvoye de l'une d'entre elle pour vraiment beaucoup moins que cela, une peccadile par comparaison)! 2. Le caractere au-dessus des lois et femme de pouvoir qui transparait dans cette affaire, qui revele la vraie personnalite de Mme Milquet. Elle utilise son carnet d'adresses, fait pression sur le pouvoir organisateur d'une ecole, requiert d'etre interviewee par des journalistes, qui obeissent aux ordres (c'est quand meme tres moyen de repondre positivement a cette demande grotesque de Mme Milquet) et qui diffusent unilateralement la version de la ministre, sans d'ailleurs tendre le micro aux autres parties mises en cause donc sans croiser leurs sources, ce qui me semble etre une faute mais je ne suis pas journaliste, elle requiert de ceux-ci l'anonymat et l'obtient par une astuce juridique parfaitement machiavelique, devoile des secrets, pas encore d'instruction (cruelle erreur puisque cela revele son identite) mais bon, bref Mme Milquet utilise toutes les ressources, qu'elle a nombreuse, a sa disposition pour obtenir la reintegration de son proche dans une ecole...apres une affaire dont tout parent de bon sens, aurait plutot accepte les consequences sans trop la ramener et certainement pas en utilisant les media et son pouvoir de ministre et d'ex presidente de parti...pour non pas etouffer mais pour veritablement en aneantir l'existence (quel message educatif, cela envoie-t-il a son proche, qu'il peut tout se permettre car grace a ses relations avec cette parente...rien ne pourra JAMAIS lui arriver!). Un renvoi, ce sont pourtant des choses banales qui arrivent dans une scolarite...on s'en remet...j'ai par la suite poursuivi une scolarite "normale" jusqu'a obtenir plusieurs diplomes universitaires. Je ne comprends par ailleurs pas la diatribe "debile" de Uyttendaele contre cette ecole...on l'a connu plus inspire. Bon evidement, on sait que la laicite lui tient a coeur et malheureusement Saint Michel...c'est une tres bonne ecole et...elle est catholique. 3. Aujourd'hui, grace aux reseau sociaux, grace aux temoignages de certains que ces comportements indignes, grace a un depute "fou" mais qui s'indigne cette fois a juste titre du comportement de cette ministre meme si son manque d'intelligence ne lui permet pas de le faire sans dans le meme temps reveler l'identite de ce proche de la Ministre, l'affaire sort et permet a chacun de connaitre le comportement de la ministre (interieur, egalite des chances) dans un tres mauvais role...bref il me semble qu'une demission serait une reaction appropriee si les faits reveles sont exacts. 4. Pour la suite, il me semble que la lecon devrait etre que de tels comportements, qui fonctionnaient encore au siecle passe, sont aujourd'hui a l'heure du numerique, d'internet et des reseaux sociaux tout a fait risques et a proscrire pour une personnalite publique. Bravo, bravo pour ce nouvel article!
    • Marcel Sel
      mai 09, 19:33 Reply
      Merci. Petite précision, d'autres médias n'ont pas répondu à "l'info" proposée par Milquet (et non imposée mais tenant compte de son statut, ça revient plus ou moins au même). SudPresse aurait au contraire foncé dans une brèche alléchante. It takes two to tango.
      • uit 't zuiltje
        mai 11, 18:20 Reply
        perso je me demande pourquoi milquet veut absolument qu'une personne qui lui est proche refréquente un collège qui ne sait pas gérer les relations consentantes mais inappropriées et hétérosexuelles dans le cadres d'une retraite (retraite par rapport aux parents sans doute)... la haine catho contre une école catho, perso je peux rien comprendre... avant que le cdh <b> usurpe </b> le terme d' <b> "humaniste" </b> , "humaniste" était un mot cool entre nous laïques donc obsédés sexuels et tout le bazar
  9. Oeildemoscou
    mai 09, 18:32 Reply
    Ce sera mon dernier commentaire : maintenant, tout le monde sait des choses, on n'en sait pas d'autres parce qu'on tourne en rond avec les mêmes problèmes de déontologie et de légalité, mais qui peut informer ou tout du moins se renseigner du fait que Milquet ne bouge pas d'un poil publiquement dès lors que nous ce que vous avez annoncer concernant ses manigances sont elles publiques ? Il faut qu'elle bouge maintenant, c'est bien de dénoncer, mais elle ne doit pas rester comme si de rien n'était. Elle a la fonction de Ministre de l'Intérieur et pour l'intérêt du pays, il faut que les citoyens sachent qu'ils peuvent avoir confiance en une enquête impartiale et complète de la part des policiers. Or, on peut destituer un juge quand une collusion inévitable est évidente, et pas un Ministre ? Qui comme à son habitude, décide de le prendre au dessus de la jambe comme quand elle a été photographiée à côté d'un djihadiste, ou son excuse était qu'elle ne le savait pas ?
    • Démocrate
      mai 10, 01:06 Reply
      Puis-je vous rappeler que vous êtes en Belgique?? Pays classé en "bonne position" parmi les plus corrompus? La corruption et sa mentalité sont pratiquées du haut en b a s de la société ici. Il est bien tendance d'avoir en ligne de mire des élus mais...et le reste? Par quelle anecdote dois-je commencer? Par celle des parents qui ont protégé par l'omerta généralisée (et parfois payante, suite à des petits arrangements chuchotés dans la pénombre amicalement étouffante) concernant les curés, abbés et autres ... pédophiles qui s'en sont pris à leurs propres enfants? Enfants sacrifiés par leurs propres parents. Quand ces parents ont dû choisir entre leurs enfants et les curés écoles évêques, moniteurs ou autres, qui ont-ils choisi avec amour et affection? L'argent, le silence, l'institution. POINT. Il s'agit de belges ordinaires... Complices de l'immonde et niant leurs enfants violés et abusés. Y a-t-il eu quelqu´un quelque part (presse, médecins, enseignants, universitaires, ou autres...) pour signaler le fond de la question de gens foncièrement complices du pire? NON. Signaler les parents du doigt? Pas question puisque la ligne officielle, jusque dans la fiscalité des revenus, est celle d'applaudir la famille, censée être le meilleur endroit au monde pour un enfant. Ah oui? Combien de cas d´enfants maltraités, battus, négligés, vivant la tyrannie terrorisante d'un de leurs parents ou des deux? Inutile de le signaler aux institutions (dites impuissantes grâce à toutes sortes de subterfuges, financiers, en personnel, en système foutraque de perversité organisée délibérément par ailleurs) Les voisins, la famille, les amis, les relations, les collègues, etc...Personne n'a rien vu, rien entendu, le mariage, le couple, famille avec nanfants maison et bagnole ultra conformistes étant sacrés. Le conformisme est une violence extrême en soi. Un article de presse? Rien. Une étude universitaire? Rien. Une volonté politique? Rien. Des citoyens qui exigeraient quoi que ce soit? Rien. Silence et renoncement de mentalités totalement asociales Par contre, si c'est une bagnole, là il y a des milliers de protestants. Ou un chat.. un animal domestique. Un fait divers aussi. Ca oui, ça déclenche multitude de réactions, articles, cérémonies. Delacroix (Ministre recyclé après magouille impunie) De Gucht idem, Dehaene (celui qui a vendu du Lernout&Hespie en arnaquant des tas de gens... promu Ministre et vendu comme "génial plombier institutionnel" à longueur d´articles de propagande tels que l'on trouve en majorité dans la presse belge.. qui ne fait que de la pub, propagande ou relations publiques). Très médiocre qui peut se le permettre grâce à une population vivant dans son bocal fermé et repliée sur son petit territoire qui fait office de nombril démesuré de dilatation chauvine et provincialissime, à base de comportement-réflexe conservateur de ses petites habitudes triomphalement exposées comme norme parfaite. Un gros village rempli de provinciaux émotifs Etc, etc Davignon, Lippens, Van den Boeynants, Nothomb, et autres dizaines de magouilleurs devant l'Eternel? Léopold III, Baudouin et ses amis Hiro Hito, Mobutu et autres grands démocrates, Albert Ier qui fut exactement l'inverse que ce que la propagande romancée à grosses louches délirantes vend (encore aujourd'hui), la liste est longue de tous les veules cherchant à être embaronnés (Baron Zeep issu des fructueuses collaborations avec tous occupants à toutes les époques) Promus et intouchables. Silence. Quand la police belge a manifesté son hostilité à SON Ministre de l'Intérieur, personne n'a relevé ce scandale anti-démocratique et très inquiétant (genre de truc à la pinochet). Ailleurs ils auraient été virés pour sédition et parjure. Ici, pas graaaff. Croyez-vous que la popu. belge a compris l'essence-même de ce que cela signifie? Non. Baaaah. Touchez pas à sa bagnole qu'il aime d'un amour roméo-juliette et vous aurez une paix royale. Le belge a une relation affective avec sa bagnole (unique en Europe ce signe d'arriération sociologique et de trouble affectif et identitaire grave). Il est donc malade. Il est en pilotage automatique cérébral. Ne pas le réveiller. Il a de temps en temps des émotions - superficielles - induites par les médias.. faudrait pas qu'il se cultive, qu'il soit lettré et qu'il cesse d'être apathique entretenant son trouble affectif. Quand je prends le train,métro, ou autre, sur le quai je fais baby sitter gratuit de mioches se penchant au bord des rails pour voir le train arriver en face d'eux. Tandis que les "parents" sont occupés à se relaxer en cerveau-pilote automatique (degré d'éveil le plus bas) à têter des canettes de liquide collant, tout en mâchant d'infâmes marchandises molles (un belge qui ne mâche pas tout le temps partout est un belge mort) et se regardant dans le miroir de son smartphone. Ne pas déranger. Apathie et asociabilité.Pas d initiative sociale. Il manque des milliers de crèches, d´écoles, de logements salubres...ou même normaux. Il geint et paye une fiscalité féodale. Il n'exige rien en retour et évite tout engagement pourtant légitime. Il devrait avoir un château mais on lui bourre le crâne (et facilement) avec des petits scandales à la noix et à la petite semaine. Diversion et divertissement. Evénements de masse, médias de masse = manipulation de masse (un outil connu et indispensable à tout pouvoir) Lâcheté et veulerie omniprésente pour tout sauf son nombril et son à soi bien à soi, sauf pour ses tout petits sousous dans sa petite sacoche à laquelle il se cramponne comme un radeau de la méduse. A-t-on entendu le peuple belge? Non. Tout est là. Ce n'est pas un peuple, c'est une petite sacoche. Sans science ni conscience aucune. Cramponné à ses ampoules à 2 cents et prêt à égorger, terroriser, étouffer toute une bordée de chatons pour 2 cents et surtout ne pas être responsable de r i e n ni de soi. Alors se scandaliser sur un événement...mon dieu...(si ce peuple n'existait pas il faudrait l'inventer. Il est parfait. Pourquoi se priver alors qu'il ne manifeste jamais le moindre début de soupçon d'indice d'éthique lui-même, c'est un ik wil maar ik kan niet et le reste,il s'en fout. Pour avoir une Morale, il faut être intelligent et cultivé et conscient et relié aux autres, c'est-à-dire sociabilisé et vivant. Ce n'est pas le cas ici) Comment des amis européens appelaient-ils les belges il y a quelques années? Les "c'est pas ma faute"... De véritables colonisés mentaux ...
      • Xavier
        mai 10, 15:17 Reply
        "Pays classé en "bonne position" parmi les plus corrompus?" Au contraire, notre pays est classé 15e par l'ONG Transparency International dans le classement des pays les MOINS corrompus, devant les Etats-Unis, la France et beaucoup d'autres pays démocratiques.. Alors, "tous pourris", en Belgique, il n'y a que les populistes et ceux qui ont envie de les croire pour le dire.
      • uit 't zuiltje
        mai 11, 18:58 Reply
        tant qu'à faire: "Delacroix (Ministre recyclé après magouille impunie)" ne s'agit-il plutôt de léo delcroix celui qui a supprimé le service militaire, donc la présence des civils dans la violence légitime de l' État
  10. Capucine
    mai 09, 18:55 Reply
    C'est bien triste ces abus de toutes sortes et a tous les étages ,nous en subissons au quotidien et lorsque nous nous en défendons ,on risque bien des emmerdes... On se sent sale et impuissant ,notre dignité est mise a mal ,on pleure en cachette et on souffre en se taisant .Parfois même on culpabilise ,on se sent lâché de ne pas pouvoir crier ,hurler a la gueule du monde notre colère .Cela peut détruire une vie physiquement et psychologiquement jusqu'à l'envie d en finir . C'est dégueulasse et hypocrite et si on ne navigue pas dans le même sens qu'eux ,on se fait bouffer par les crocodiles .On éduque ses enfants dans une belle morale et quand ils deviennent adultes ,on se doit de les désapprendre dans ce monde pas très beau.
    • Démocrate
      mai 10, 01:30 Reply
      Un erreur à ne jamais commettre. La Morale on l'a ou on ne l'a pas. Les excuses sont faites pour ceux qui en ont besoin pour se cacher. Renoncer et désapprendre la droiture, c´est abdiquer de soi-même. C'est un suicide. C'est un crime contre soi-même. Et c'est être complice volontaire (oui, volontaire)du pire. Il ne s'agit pas de dénoncer ni de crier. Il s'agit d'être. Tout simplement. Oh bien sûr, vous serez harcelé par les autres. Et alors? Grâce à cela, ils s'identifient eux-mêmes comme infréquentables. Ils font donc le travail à votre place. Pas besoin de perdre son temps à chercher qui est quoi:ils se présentent tout seuls. Les résistants, eux, sont des gens qui n'ont jamais abdiqué. Honorables, limpides. Tous les autres ont été complices de fait. Se soumettre c'est consentir et collaborer et permettre aux asociaux de s'installer et de vaincre. En consolidant une myriade de tyrannies dans toutes les sphères. C'est bien ce phénomène que décrit La Boétie dans son discours de la servitude volontaire. Les tyrans ne vivent que de leur repos sur la soumission de fait. Si celle-ci cesse simplement (pas nécessaire de grande révolution ni de cris ni de rien) d'exister, ils s'écroulent. La liberté ne s' échange pas. C'est un chemin et non une propriété-possession. La liberté n'est ni un sentiment ni une émotion. La liberté, cela se prend (et ne se vend pas ni ne se demande) Les mineurs ne peuvent la vivre car ils ne sont pas psychologiquement matures pour ce (le cas de nombreux "adultes" aussi, restés coincés dans leurs émotions puériles)
    • Démocrate
      mai 10, 02:04 Reply
      La peur est un des plus grands problèmes inhérents à la vie. Etre sa victime c'est avoir l'esprit confus, déformé, Etre normal et sain d'esprit, pourtant, c´est se tenir droit même si et quand tout le monde penche. Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade.
  11. wallimero
    mai 09, 19:11 Reply
    @ Marcel, Merci pour le courage de traiter de cette affaire. C'est du journalisme qui manque cruellement en Belgique. Wallimero
    • Marcel Sel
      mai 09, 19:37 Reply
      Godverdomme ! Fais gaffe quand même ! Je ne suis plus tout jeune ! J'ai eu un choc là ! :-)
    • Philippe
      mai 09, 21:38 Reply
      Je dirais même plus, c’est du journalisme qui manque cruellement en Belgique ! ;-)
      • uit 't zuiltje
        mai 12, 00:16 Reply
        ah! s'il n'y avait que le journalisme qui manque en belgique...
  12. Pol Hémickh
    mai 09, 19:32 Reply
    Deux articles que j'ai écrits à ce sujet dans brussels-star.com, quotidien en ligne. Dès mardi, le premier (Un cas d'école) soulevait déjà la question du fait que les policiers seraient empêchés d'enquêter par la fonction de la mère d'un des voyous! http://brussels-star.com/2014/05/06/exclusif-un-cas-decole/ et http://brussels-star.com/2014/05/09/lorange-a-un-gros-pepin-2/
    • Lachmoneky
      mai 09, 21:40 Reply
      Vraiment trop pénible ce texte manipulateur "....En effet, comment imaginer qu’une mère puisse ne pas exercer toute son influence ministérielle et relationnelle pour nuire à des investigations... " Imaginez un peu moins, et tenez-vous-en aux faits (tant que possible ;) ) : vous vous sentirez (un peu) mieux!
    • Lachmoneky
      mai 09, 22:15 Reply
      "...d’un des voyous!" c'est évident! Un "voyou" à moins de 15 ans 11 mois. Un "adulte consentant" à 16 ans. Ha non, je me trompe:ce genre "d'activité" est hautement répréhensible, quel que soit l'âge! ben voyons, il fallait directement le dire! Au fait, ce qui est peu-être plus "répréhensible" mais dont ne personne ne parle, c'est le "cadre" de cette activité, avec le respect pour l'endroit, les gens qui les entourent etc... Mais là, on devient sans doute trop subtil pour vous, et certainement hors cadre su sujet de Marcel!
      • Philippe
        mai 10, 17:26 Reply
        "des voyous"... C'est vraiment du n'importe quoi ! c'est risible comme vocabulaire
        • Pol Hémickh
          mai 11, 19:22 Reply
          Il semble que certains ne prennent jamais la peine d'ouvrir un dictionnaire Définition de "voyou" : voyou, nom masculin Sens 1 Individu peu scrupuleux, qui ne respecte pas les lois. Synonyme canaille Anglais hooligan Sens 2 Jeune délinquant. Synonyme chenapan Anglais urchin [NOTE DU CENSEUR SALÉ : LA SUITE EST CENSUREE PARCE QUE : DANS L'ÉTAT ACTUEL DES CHOSES, RIEN NE PERMET DE FAIRE DE TELLES AFFIRMATIONS QUI VISENT UN MINEUR, DONC MERCI DE NE PAS JETER UNE SUSPICION QUI N'A PAS LIEU D'ÉTRE, ILS AVAIENT TOUS 15 ANS. PENSEZ QU'ILS POURRAIENT PARFAITEMENT ETRE VOS ENFANTS. MERCI.]
        • Philippe
          mai 12, 08:16 Reply
          "Il semble que certains ne prennent jamais la peine d’ouvrir un dictionnaire" .... J'adore... Pauvre Pol !
        • Lachmoneky
          mai 12, 14:12 Reply
          Mais Pol, nous sommes bien d'accord sur le sens du mot "voyou": là n'est pas le problème. Le problème est qu'ils seraient un peu plus voyou à deux conditions: 1. qu'il soient jugés, par un jugement en force de chose jugée 2.qu'ils soient majeurs au moment des faits votre jugement personnel risque donc bien d'être doublement fautif ;)
      • Pol Hémickh
        mai 11, 19:26 Reply
        En ce qui concerne l'âge... adressez-vous au législateur! En ce qui concerne le "cadre", [les délits en général] sont aussi condamnable s'ils se déroulent dans une école huppée que s'il se déroulent dans une cave de Molenbeek! C'est cela l'égalité des chances... et des chancres!
        • Philippe
          mai 12, 15:33 Reply
          L "adressez-vous au législateur ! " me fait penser aux interventions de certains petits prédicateurs de quartier qui, drapé d'honorabilité, prêchent la haine sous couvert d'interprétation de lignes écrites dans un livre dont leur interprétation sera toujours limitée par leurs propres œillères. Mais notre ami Pol a manifestement aussi un problème de vocabulaire ! Parler de "cadre" alors qu'on est incapable de faire la différence entre une tournante et un gang bang c'est très drôle ! Si au moins il avait parlé de croix (St André) ... ;-) J'adore aussi.... Le "chancre"... Pauvre Pol !
    • Joseph Junker
      mai 09, 23:16 Reply
      J'ai lu l'article. D'où tenez-vous l'implication d'Uyttendaele comme avocat d'un des parents ? C'est une information démentie par le journaliste de La Libre Dorian de Meeus, contacté par Twitter. Au vu du billet d'Uyttendaele sur ce même journal aujourd'hui, ce serait une information plutôt intéressante, car cela signifierait que la réelle motivation de son discours moralisant n'est pas celle que l'on croit.
      • Marcel Sel
        mai 10, 14:31 Reply
        Je n'ai pas écrit qu'Uyttendaele était avocat d'un des parents.
        • Joseph Junker
          mai 10, 15:10 Reply
          Je voulais répondre à un autre post, celui de Pol Hémickh qui prétend être l'auteur de l'article du Brussel-Star qui affirme qu'Uyttendaele est l'avocat d'un des parents. Dorian de Meeus (quelqu'un qui me semblant quand-même crédible) m'ayant affirmé le contraire, je croise les sources.
          • Marcel Sel
            mai 10, 15:33
            Et vous avez parfaitement raison, Dorian est une source très fiable.
      • Marcel Sel
        mai 10, 14:32 Reply
        Et Dorian de Meeus dit vrai en ce qui concerne Milquet, Uyttendaele n'est pas son avocat. C'est un autre ténor. Pour les autres parents, je ne sais pas.
    • Démocrate
      mai 10, 01:40 Reply
      Si c´est la police belge qui le dit, je me méfierais quand même. Ils sont connus pour les infiltrations pas très claires... Ils s'opposent publiquement au Ministère de l´Intérieur et la Justice (rien de neuf ici, ils osent, ils sont séditieux et très violents avec le quidam.. ils protègent des manifs. racistes d' extrême-droite et tabassent tout individu quidam qui ne l' est pas. Belgique condamnée maintes fois et à répétition pour sa police aux agissements douteux.. et politique n'ose rien faire.. c'est dire ce à quoi et à qui on a affaire)
  13. Nadia Mansour
    mai 09, 19:53 Reply
    La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien. Edmund Burke
  14. Rouslan Toumaniantz
    mai 09, 20:56 Reply
    Mr Sel, Je suis Rouslan, tatoueur, et j'ai eu l'occasion de découvrir votre blog il y a cinq ans, au moment où, malencontreusement, j'ai défrayé la chronique dans votre petit pays. J'ai aimé la façon dont vous avez, à l'époque, résumé la situation, sans la connaitre. Depuis, je vous lis de temps en temps, sans avoir jamais posté. Je viens réagir à cet article, au sujet de l'opinion que vous avez de Laurent Louis. Je ne viens nullement ici contester certains de ses errements passés... après tout, c'est encore un jeune homme, et tout le monde a le droit, dans son parcours, à des erreurs... Non en fait, je m'étonne que vous ayez peur qu'il fasse de la "récupération"... n'est il pas le seul, dans ce pays, à avoir les couilles d'assumer? Avez-vous jamais autant assumé que lui, avez vous dit clairement les choses, appelé un chat un chat, appelé un pédophile un pédophile? Il a des torts, certes. Mais il a des couilles. Mettez les vôtres à la taille des siennes, et venez le critiquer ensuite. Lorsqu'assez de belges auront décidé qu'assez, c'est assez, peut-être que dans le tas, il y en aura qui sauront combiner honnêteté, intelligence, et courage. Alors, aucun doute au sujet du fait que l'honnêteté et l'intelligence, Laurent Louis n'y soit pas à 100%. Par contre, au milieu du désert testiculaire belge (depuis Jules César, les choses ont bien changé), lui, je le vois, et je ne vois pas grand monde autour. Vous avez un cerveau et vous êtes bien plus intelligent que lui. Mettez vous au niveau de son courage, et vous aurez le droit, ENSUITE, de le critiquer.
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:22 Reply
      Merci Rouslan. Content que ma version romancée vous ait plu. Concernant Laurent Louis, je l'accuse d'être un faussaire. Ses "couilles" sont facile à avoir parce qu'il a l'immunité parlementaire pour quelques semaines encore et donc, quand il ment, il risque aujourd'hui beaucoup moins que moi quand je cherche la vérité. Il gagne aussi beaucoup plus. Il se présente comme quelqu'un qui dit "la vérité" (un citoyen, un journaliste…), mais en fait, c'est un politicien aussi opportuniste que les autres, probablement même plus. Il utilise les erreurs des autres pour faire des buzz et faire croire aux déçus de la politique qu'il fait beaucoup pour eux, mais en fait, il n'a jamais rien fait pour qui que ce soit. Ensuite, il projette tous les événements dont il parle sur "le sionisme". De ce fait, il complique le combat des Palestiniens pour leur indépendance et la fin de l'Occupation israélienne parce que si tout est "sionisme", les vrais scandales liés à Israël se noient dans la masse. Il est passé par le parti Islam, dont il a voulu prendre la présidence de force, et alors que trois ans plus tôt, il réclamait un permis à point pour les immigrés (marocains et turcs, on suppose), bref, c'est une vraie girouette qui ferait n'importe quoi pour garder un salaire de député et une immunité qui lui permet d'avoir "le courage". Ensuite, je ne qualifie pas de "courageux" quelqu'un qui accuse un mineur de viol en donnant son nom, alors que les mineurs sont protégés dans notre pays (et pour des raisons bien précises) et qu'il n'y a RIEN dans l'histoire qu'il traite qui peut donner à penser qu'il pourrait y avoir eu un comportement autre que, disons "inapproprié" comme on dit en anglais. Accuser des gosses, c'est faire exactement la même chose que la ministre. Laurent Louis ne vaut pas mieux. Quant au désert belge, je fais de mon mieux pour le tatouer de quelques ronces :-)
      • Denis
        mai 11, 00:33 Reply
        MR Sel, en tant qu’humble commentateur, je vais malheureusement devoir me tenir en défenseur de Laurent Louis, car le fait que son seul nom provoque une vive hystérie parmi la population me dérange. J’aime à penser que nous avons un point commun lui et moi. Je ne le connais pas, mais, le fait est que tout le monde change, c’est inévitable, du moins pour quelqu’un qui se cherche et je pense que ce Mr Louis se cherchait. Quel rapport entre nous ? Un seul donc et pas le moindre : le Mensonge. Un Mensonge qui, quand il est avoué, quand il est accepté, quand il est digéré, provoque un sentiment de liberté profond, un altruisme puissant mais aussi une envie de justice immodérée. Ceci est mon sentiment et j’aime à croire que Laurent Louis le ressent de la même manière. Vous dites que c’est son envie d’être élu, tel un politique lambda, qui le pousse à ce comportement pour le moins décalé ? Avouez que cette attitude le nuit plus qu’elle ne lui sert… et vous savez aussi que l’immunité d’un député est bien précaire (cfr Mr Wesphael) Au contraire, tout cela le rend plus sincère dans sa démarche, et surtout, vous ne pourrez nier le fait que de plus en plus de personne, consciemment ou inconsciemment, le remarque. Le journalisme à presque disparu aujourd’hui, il ne reste qu’internet où des indépendants comme vous font du bon travail, c’est évident… mais, dans les médias de masse, le vrai journalisme a disparu et quand internet sera censuré, vous disparaitrez. J’espère que vous vous battrez contre ca, pour nous, pour la liberté.
    • Pol Hémickh
      mai 11, 19:04 Reply
      Certains journalistes ont publiés l'info dès mardi. S'ils ont eu un jour de retard sur le "dépité" fédéral, c'est qu'ils ont pris soin de vérifier leurs sources. Ainsi, Philippe Michiels, de brussels-star.com avait publié un article soulignant déjà le problème posé par le fait que, la maréchaussée dépendant de son supérieur, l'enquête de police risquait d'être biaisée par le fait que l'une des personnes incriminée était justement proche de ce supérieur (http://brussels-star.com/2014/05/06/exclusif-un-cas-decole/). Une fois le nom diffusé sur les média, et la fonction exacte de cette personne, il a même demandé la démission immédiate de cette ministre... ce qui aurait dû avoir lieu imédiatement dans une saine démocratie (https://www.google.be/#q=L%27orange+a+un+gros+p%C3%A9pin+brussels-star.com)
    • uit 't zuiltje
      mai 12, 02:07 Reply
      ah bon c'est très intéressant... vous loui avez tatoué les couilles... (pour être si sûr qu'il en a) un petit coeur et "à ma chère maman" sans doute
  15. uit 't zuiltje
    mai 09, 21:32 Reply
    "Comme je l’ai dit, le collège est désormais aussi mixte que d’autres écoles des environs." (comme perso pas concerné je n'ai pas tout chercher à comprendre au décret inscription), il me semble néanmoins qu'en 4e au csm dans un établissement d'une telle excellence... la mixité (sociale !;^) bof bof bof bof par ailleurs vous ai-je bien compris, ou seule mon imagination complotiste peut me laisser accroire que passer l'info à laurent louis était délibéré dans le but de niquer toute velléité démagotique de gonfler en "milquetgate" un simple "nongate-madame"... habile cet humaniste ministre à l'intérieur! non? plus efficace que l'autre avec ses avions flamands là! ps(wallon): marcel vous le défendez bien ce collège, vous sortez de la cuisse de ce st-michel n'est-ce pas ?
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:25 Reply
      Zuiltje : non, je sors du Collège St Pierre de Jette dont j'ai été renvoyé pour aller ensuite là où je me suis senti chez moi, à Bockstael, école publique de Bruxelles, où on a bien rigolé. Donc, vraiment, St Michel est tout sauf my cup of tea. Mais j'ai des détails notamment sur les élèves renvoyés et il y a de tout.
      • uit 't zuiltje
        mai 12, 02:10 Reply
        donc en 4e ya pas trop mixité (sociale) si je vous suis bien...
        • uit 't zuiltje
          mai 12, 02:32 Reply
          la mixité sociale à st-michel, sorry mais les ministres révolutionnaires ... ça étouffe pas trop ma suspicion... mes putain (je veux dire [NON, PAS ICI ZUILTJE, PAS SUR CETTE PAGE, MERCI) de doutes... mais pourquoi était-il là l'autre gamin-là [POUF] et pas ailleurs des fois ?
  16. Nicolas
    mai 09, 21:40 Reply
    Il y a un point qui manque dans votre liste des causes du silence de la presse: La presse belge dépend directement des subsides attribués par les politiques. Pas besoin de complot quand on tiens les cordons de la bourse.
  17. M-VDA
    mai 09, 22:20 Reply
    Je vous suis depuis environ un an (principalement via les réseaux sociaux), et n'ai que rarement été d'accord avec vous, Mr Sel. Cependant, j'approuve entièrement ce billet (ainsi que celui d'hier). J'apprécie tout particulièrement le constat que vous posez quant à la déontologie journalistique en Belgique, même si à mon sens la plus évidente des collusions médias/politiques se situe au sein de la RTBF plutôt que chez Sud Presse. Cependant, lorsque vous parlez du manque d'un Mediapart ou d'un Canard Enchainé en Belgique, je viens à me demander votre avis concernant UBU-PAN. Je sais que le journal est principalement satyrique, plutôt de droite (même avec la présence de journalistes de gauche comme Claude Demelenne) et quelque fois bordeline, mais il a de temps à autre soulevé de beaux lièvres.
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:28 Reply
      Bof, UBU-PAN manque de la crédibilité journalistique dont jouit Le Canard, et ce n'est pas pour rien. Quand à Claude Demelenne, c'est le type qui m'a accusé publiquement d'être antiflamand pour avoir relevé des relations entre le Voorpost et la N-VA…
  18. Salade
    mai 09, 23:14 Reply
    Marcel, vous écrivez: "Enfin, hier, je publie mon article, et les médias se verrouillent à double tour. Rien ne transpire." Vous même verrouillez à double tour l'affaire du survol de Bxl.: pas une seule ligne!! Le communautaire ne vous intéresse plus?? Vous habitez où au fait? ;:)
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:30 Reply
      Salade : depuis toujours, je traite de préférence ce que la presse généraliste ne traite pas. Sur Twitter, je suis très actif sur le survol de Bruxelles, mais ici, que puis-je ajouter à tout ce qui se dit déjà ailleurs ? Sinon, j'habite à Uccle et il y a aussi des avions ici (on a vraiment senti la différence), mais ils sont trop haut pour m'empêcher de dormir. Je suis cependant pour le survol massif de bruxelles…
    • Philippe
      mai 11, 11:45 Reply
      Très bonne remise en question concernant l'aéroport flamand privé de zaventem. Source: http://www.lalibre.be/actu/belgique/pourquoi-l-aeroport-de-zaventem-est-si-mal-place-536d189b3570102383c34358
      • Philippe
        mai 12, 15:07 Reply
        La seule solution courageuse: ..."Si Bruxelles ne peut plus supporter une augmentation des nuisances sonores des avions et que la Flandre ne peut non plus en tolérer une au-dessus de son territoire, alors qu'elle récolte les principaux bénéfices de l'activité aéroportuaire de Zaventem, une réduction de l'activité de cette plate-forme est envisageable, les aéroports de Liège et Charleroi ayant pour leur part déjà mené des opérations d'isolation phonique des maisons avoisinantes, rendant les nuisances plus acceptables."... Il est temps de mette les points sur les "i" ! Source: http://www.lalibre.be/actu/belgique/nuisances-des-avions-la-n-va-proteste-contre-l-agenda-cache-de-wathelet-5370837f3570102383c5aa58
        • Philippe
          mai 12, 15:51 Reply
          A lire aussi dans le même article l'intervention du ministre-président flamand, Kris Peeters ! Il ose un "La Flandre n'acceptera pas que Zaventem soit freiné" La Fédération Wallonie Bruxelles peut bien crevé et ses habitants aussi, il en a rien à foutre... L'arrogance et le mépris des politiques flamands n'a pas de limite. Le message de nos politiques doit maintenant être on ne peut plus clair, l'objectif sera bien la fermeture de cet aéroport pour tout ce qui ne nous convient plus et le transfert du reste vers Liège et Charleroi ! Cela emmerde Kris Peeters et la nva..? And so what ? Ceci n'est plus notre problème et c'est bien notre espace aérien...
        • Philippe
          mai 13, 08:40 Reply
          La délocalisation des activités de l'aéroport fédéral polluant, dangereux et bien trop flamand de zaventem est désormais inscrite dans le marbre. Les sociétés ne vont plus investir dans des infrastructures qui seront sous peu vouées à une fermeture obligatoire. Peu importe ce qui est dit avant des élections... Source: http://www.lesoir.be/542659/article/actualite/belgique/2014-05-12/survol-bruxelles-di-rupo-ne-veut-pas-lacher-zaventem
  19. Hedayat
    mai 10, 00:57 Reply
    "Cela revient à dire qu’une ministre en fonction aurait abusé de la législation protégeant les mineurs, mais aussi de son pouvoir, de sa notoriété et de ses relations avec la presse, pour avilir en toute impunité une adolescente et sa famille, et faire pression sur le Collège Saint-Michel." Marcel, Joëlle Milquet n'est quand même pas assez conne pour penser que son témoignage (ou interview) va rester anonyme. Ça ne tient pas une seule seconde cette histoire. Et elle n'a pas à abuser de son pouvoir, puisque ce pouvoir elle le détient, quoi qu'elle fasse. Donc Milquet s'est lâchée pour protéger [un proche, comme l'aurait fait n'importe qui]. Soit. Mais la seule question qui vaille, c'est la nature de la rencontre entre Milquet et la "rédaction de SudPresse". Interview ou témoignage prémédité ? Réaction à chaud ? Dans quelles circonstances ? Où ?
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:37 Reply
      D'après mes informations (je n'y étais pas), rencontre à la demande de SudPresse qui a appris que Joëlle cherchait à faire paraître l'info dans un journal sans être citée. Eh oui, c'est suffisamment bête pour être vrai. Certains disent que le journaliste a ajouté des choses qu'elle avait dites en "off" dans l'article (plus précisément les insultes), mais le off à ce niveau-là et dans ces affaires-là, ça n'existe pas.
  20. Jean-Marc L.
    mai 10, 08:15 Reply
    Mme M. candidate à la Région pourrait se retrouver ministre de l'enseignement secondaire après les élections. Juge et partie. Quel monde merveilleux.
  21. Thierry De Pauw
    mai 10, 08:45 Reply
    J'ai des difficultés à comprendre la motivation évoquée : J. Milquet aurait voulu faire pression sur le collège, par voie de presse, en vue de faire annuler l'exclusion d'un de ses proches ? C'est admettre que le cynisme et le sentiment d'impunité atteignent des sommets absurdes (vraiment absurdes puisque grâce à vous, l'information paraît). Si ce que vous dites est vrai, il n'existe aucune raison de "protéger" la ministre. Si la presse belge est frileuse, pourquoi ne pas lancer sur le sujet Médiapart ou un journal anglais ? Voys y connaissez des journalistes ? Après tout c'est la ministre de l'intérieur, on a le droit de s'intéresser à sa probité dans les pays limitrophes.
    • Marcel Sel
      mai 10, 14:56 Reply
      Oui, mais ça ne les intéresse pas. Pays proche… bof.
      • Thierry De Pauw
        mai 10, 15:33 Reply
        Je ne comprends pas : ils s'intéressent bien au survol de Bruxelles. Si ce que vous dites est vrai, il me semble qu'il s'agit d'un scandale suffisamment grave pour qu'on s'y intéresse, non ?
      • M-VDA
        mai 10, 16:28 Reply
        Aucun journal flamand intéressé par l'affaire non plus ?
        • uit 't zuiltje
          mai 13, 01:31 Reply
          mais la flandre n'est pas un pays proche... c'est juste le pays contre
      • Thierry De Pauw
        mai 12, 20:47 Reply
        Vous n'avez probablement pas tout à fait raison de dire que ça ne les intéresse pas. Ci-dessous, ce qu'on a entendu sur France Culture ce matin; c'est un début. Si la presse belge est incapable de traiter cette question sérieusement, j'espère sincèrement que la presse française le fera, sans s'arrêter à une couverture type "revue de presse" comme celle-ci. Cela nous fera prendre sainement du recul. http://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-internationale-parfum-de-scandale-en-belgique-2014-05-12
  22. Anna Muratore
    mai 10, 09:03 Reply
    Il serait grand temps que les citoyens belges aient le courage de la désobéissance civile!
  23. Xavier
    mai 10, 09:18 Reply
    J'ai lu attentivement votre post. 1) Vous ne présentez pas l'ombre d'une preuve. Vous avez entendu quelqu'un qui a entendu le directeur dire qu'il existe quelque part une preuve que c'est Milquet qui a tout balancé. En somme, vous êtes l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours. 2) Il y a manifestement eu procès public d'une jeune fille vulnérable, c'est un fait qu'on ne peut nier. Il n'y a par contre pas l'ombre d'un élément indiquant un conflit d'intérêt ou un abus de pouvoir, même en admettant l'hypothèse que c'est Milquet qui a tout balancé. Même pas un on-dit (ou alors, vous le gardez pour vous). Dans ce temps de populisme anti-politique, vous brandissez cette accusation en vous appuyant sur le seul fait que Mme Milquet est ministre et qu'il se pourrait qu'un jour, peut-être, elle use de son influence sur la justice. C'est exactement comme si cous disiez que Koen Geens fraude probablement le fisc parce qu'il est minstre des finances et pourrait de ce fait abuser de son pouvoir. Si elle a parlé à la presse, c'est peut-être pénalement répéhensible, ça l'est certainement moralement, mais ni de près ni de loin ce n'est un abus de pouvoir ou une violation de la séparation des pouvoirs entre l'exécutif et le judiciaire. 3) Vous êtes outré que les journalistes ne relaient pas vos "informations". Ils doivent, comme nous tous, les prendre pour argent comptant ? Ou tenez-vous des éléments matériels à leur disposition ? Si AUCUN média ne fait ses choux gras d'une affaire somme toute bien scandaleuse et extrêmement vendeuse, n'y a-t-il pas de bonne raison. Mme Milquet a certes de bien vilains défauts, mais elle n'est pas Berlusconi : même si elle le voulait, elle ne pourrait pas museler l'ensemble de la presse. Pourquoi les médias flamands, qui ne la portent généralement pas dans leur coeur, tairaient l'affaire si elle est aussi limpide que vous le prétendez ? 4) Loin de moi l'idée de minimier la portée des faits de salissage publique d'une mineure. Quiconque est responsable de cet acte, que ce soit Madame Milquet ou quelqu'un d'autre, a fait preuve d'un incroyable manque de morale. C'est difficilement pardonnable, même s'il arrive aux [gens] de faire des choses folles lorsqu'il s'agit de défendre leurs [proches]. J'espère que dans le climat anti-politique qui est le nôtre, vous avez des éléments que vous ne nous dévoilez pas. Sinon, vous êtes coupable de nourrir le populisme à partie de ragots. Vous êtes d'habitude de l'autre côté de la ligne de front :-(
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:16 Reply
      <blockquote>1) Vous ne présentez pas l’ombre d’une preuve. Vous avez entendu quelqu’un qui a entendu le directeur dire qu’il existe quelque part une preuve que c’est Milquet qui a tout balancé. En somme, vous êtes l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.</blockquote> Non, j'ai bien plus que ça. Mais j'ai aussi des sources à protéger. <blockquote>2) Il y a manifestement eu procès public d’une jeune fille vulnérable, c’est un fait qu’on ne peut nier. Il n’y a par contre pas l’ombre d’un élément indiquant un conflit d’intérêt ou un abus de pouvoir, même en admettant l’hypothèse que c’est Milquet qui a tout balancé.</blockquote> Je ne tiens pas ça pour une hypothèse mais pour une certitude. <blockquote>Dans ce temps de populisme anti-politique, vous brandissez cette accusation en vous appuyant sur le seul fait que Mme Milquet est ministre et qu’il se pourrait qu’un jour, peut-être, elle use de son influence sur la justice.</blockquote> Non : comme une information judiciaire est en cours, ses déclarations et sa position de ministre de l'Intérieur sont déjà en mesure d'influer sur la justice <blockquote> C’est exactement comme si cous disiez que Koen Geens fraude probablement le fisc parce qu’il est minstre des finances et pourrait de ce fait abuser de son pouvoir.</blockquote> Non, c'est comme si je disais que le frère de Karel De Gucht était ministre des finances. <blockquote> Si elle a parlé à la presse, c’est peut-être pénalement répéhensible, ça l’est certainement moralement, mais ni de près ni de loin ce n’est un abus de pouvoir ou une violation de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire.</blockquote> J'ai parlé de la séparation des pouvoirs au sens large. Sans compter qu'un témoignage anonyme d'une ministre me paraît tout à fait sulfureux. Du reste pour la séparation des pouvoirs, plusieurs avocats et au moins un journaliste judiciaire sont d'accord avec moi. Mais ça reste bien sûr une opinion. <blockquote>Vous êtes outré que les journalistes ne relaient pas vos "informations". Ils doivent, comme nous tous, les prendre pour argent comptant ? Ou tenez-vous des éléments matériels à leur disposition ?</blockquote> Ils disposent d'une partie de l'information et rien n'empêche qu'ils enquêtent sur le reste. Mais sincèrement, hormis un élément matériel dont je suis sûr que je suis le seul à avoir, je ne vois pas ce qui pourrait les empêcher d'avoir la même base que moi, facilement accessible. <blockquote> Si AUCUN média ne fait ses choux gras d’une affaire somme toute bien scandaleuse et extrêmement vendeuse, n’y a-t-il pas de bonne raison. Mme Milquet a certes de bien vilains défauts, mais elle n’est pas Berlusconi : même si elle le voulait, elle ne pourrait pas museler l’ensemble de la presse. Pourquoi les médias flamands, qui ne la portent généralement pas dans leur coeur, tairaient l’affaire si elle est aussi limpide que vous le prétendez ?</blockquote> a. peur de la protection des mineurs b. peur de violer (égratigner à mon avis) la déontologie c. approche des élections d. peur de favoriser la N-VA en Flandre (ça vaut pour la presse FR et certains journaux flamands) e. peur de ne pas disposer de suffisamment de preuves matérielles ("on" m'a dit que tant que ni Milquet ni le journaliste ne reconnaissaient l'interview, "on" ne publiait pas…) f. un petit côté establishment - vous vous rendez compte ? un ministre ? Qui pourrait résister à Bart ? <blockquote> 4) Loin de moi l’idée de minimier la portée des faits de salissage publique d’une mineure. Quiconque est responsable de cet acte, que ce soit Madame Milquet ou quelqu’un d’autre, a fait preuve d’un incroyable manque de morale. C’est difficilement pardonnable, même s’il arrive aux [gens] de faire des choses folles lorsqu’il s’agit de défendre [un proche]. J’espère que dans le climat anti-politique qui est le nôtre, vous avez des éléments que vous ne nous dévoilez pas. Sinon, vous êtes coupable de nourrir le populisme à partie de ragots. Vous êtes d’habitude de l’autre côté de la ligne de front </blockquote> Oui, j'ai des éléments que je ne dévoile pas.
      • Xavier
        mai 10, 15:41 Reply
        Oui j'ai bien compris que vous avez des sources à protéger. C'est très pratique pour elles. Les sources sont toutes anonymes, non parce qu'elles sont lâches ou peu fiables, mais parce que Madame Milquet est tellement, tellement méchante qu'elle risque de manger leurs enfants en représaille. Et si les médias ne les relaient pas, ce n'est bien sûr pas parce que ces éléments sont maigres, mais c'est parce qu'ils participent tous à un grand complot (insérez ici votre complot favori : maçonnique par exemple, ou sionniste, tiens, ça marche toujours bien celui-là) Concernant l'absence d'élément pour un abus de pouvoir, je persiste et je signe. Madame Milquet aurait fait ces déclarations de manière anonyme, vous le dites vous-même. Alors, à moins, qu'elle n'ait envoyé un courrier à la justice pour dire "vous savez, ces déclarations anonymes, ça venait en fait de moi", je ne vois pas comment la Justice pourrait avoir le sentiment de subir des pressions de la part de l'Exécutif (en l'occurence, la Ministre Milquet). Il faut se prévaloir de sa fonction pour que des déclarations à la presse puissent être considérées comme un abus de pouvoir. Si la déclaration est anonyme, l'accusation d'abus de pouvoir est simplement absurde. Du reste, je suis absolument convaincu que Sud Presse, dans sa course folle au papier racolleur, aurait relayé les mêmes "informations" (la fille est nymphomane, etc.) si elles avaient émané d'un autre parent. S'il est un domaine dans lequel il ne faut pas être ministre pour avoir l'oreille de ce genre de journalistes, c'est bien les affaires de moeur. Donc, là encore, ce ne peut pas être constitutif d'un abus de pouvoir. Vraiment, peu de choses au monde me feraient plus plaisr que de voir le cdH faire un score misérable aux prochaines élections. Mais j'aimerais bien mieux que ce soit le résultat de leur programme indigent et rétrograde, plutôt que sur base d'accusations qui sont : * étayées par des éléments dont on doit croire sur parole qu'ils existent. * pour une partie d'entre elles (abus, violation de la séparation des pouvoirs) , fantaisistes. Ca me fait penser à ces procureurs qui tiennent un suspect et qui pour maximiser leurs chances d'obtenir une condamnation vont sans grand discernement multiplier les chefs d'accusation. Si les faits que vous relatez sont vrais, ils sont suffisamment graves par eux-mêmes pour ne pas rajouter d'accusations aléatoires. Ca reste une faute grave, mais une faute personnelle, pas politique. Dire le contraire, c'est participer gratuitement au "tous pourri".
        • oeildemoscou
          mai 11, 12:59 Reply
          Mais le CDH fait toujours des scores misérables, à égalité avec les Ecolo, sauf qu'ils sont à tout niveau de pouvoir comme si c'étaient eux qu'on avait élu. Alors, le CDH et sa clique, qu'on m'explique comment s'en défaire puisque les urnes prouvent qu'on ne veut pas d'eux majoritairement
  24. Guy De Bruyne
    mai 10, 09:32 Reply
    Pendant combien de temps le couvercle sera tenu sur la marmite avant que cela n'explose!
  25. Tournaisien
    mai 10, 10:08 Reply
    Marcel, Il y a une question (potentielle) à laquelle vous n'avez pas répondu : faut-il croire Laurent Louis quand il affirme que les informations lui ont été communiquées par des agents de la police fédérale excédés par les pressions qu'ils auraient subies ? Vous disiez, s'agissant du conflit d'intérêt que soulevait cette affaire, que de telles pressions resteraient invérifiables. Sans doute, sauf qu'en l'occurrence, si la fuite parvenue à Laurent Louis avait bien cette origine, les choses auraient une toute autre portée. Personnellement, je fais une analyse un peu différente de la vôtre. Je crois que l'approche des élections tétanise une presse qui entend ne pas être partie prenante de ce qui pourrait apparaître comme un "savonnage de planche définitif" à quinze jours des élections. Et je vais aller plus loin : il y a une série d'indices qui me laissent croire que la stratégie orchestrée entre un certain nombre d'acteurs au plus haut niveau est de tout faire pour imposer, du côté francophone, une reconduction de l'Olivier. Les voici : - Les discours du PS se font de plus en plus virulents depuis plus d'un mois à l'encontre du risque d'un "gouvernement des droites". Tels discours visent deux bénéfices : (a) Se repositionner face au danger d'un PTB montant; (b) Marginaliser un MR que, côté francophone, on aimerait voir rester dans l'opposition. - Le positionnement du CD&V en Flandre, qui s'affiche étonnamment comme parti garant des acquis sociaux, une stratégie qui s'explique bien sûr par la nécessité d'endiguer la montée d'une NV-A assimilée à l'acteur futur d'un bain de sang social mais qui implique aussi, de facto, que le CDH soit associé au futur gouvernement fédéral. Or côté francophone, l'exigence de symétrie entre le fédéral et le régional est forte. - Un parti Ecolo qui, quoiqu'il s'était globalement tassé ces derniers temps (notamment aux communales), affiche une attitude étonnamment décomplexée à l'approche des futures élections. Un parti Ecolo qui entend jouer le duo avec Groen qui, en Flandre, pourrait jouer l'appoint nécessaire. - Un MR stigmatisé côté francophone (cfr l'affaire de Reynders, sanctionnée sur les ondes de cette radio à peine deux minutes après la fin de l'interview ... qui niera que la RTBf ne s'est pas ruée illico sur l'occasion), mais étrangement épargné dans les discours électoraux côté flamand (excepté peut-être dans la bouche de quelqu'un comme Vande Lanotte, encore ce dernier visait-il en priorité la NV-A et son libéralisme implacable). Globalement, la presse du pays (cfr par exemple les commentaires sur les sondages qui portent au pavois un Rudy Demotte dont on veut nous faire croire qu'il sera de facto reconduit à la Région wallonne, donc en compagnie de ses chers CDH et Ecolo) concourt à dérouler le tapis devant ce scénario que l'on sent trop bien se mettre en place (et qui explique pour partie sans doute l'énervement de Reynders qui aurait d'ores et déjà compris que le MR servirait tout au plus à faire l'appoint au fédéral contre la NV-A dans une sorte de grande coalition nationale vaguement teintée de bleu). C'est à mon avis dans ce contexte-là, entre autres, qu'il faut comprendre la frilosité, il est vrai totalement incroyable, d'une presse qui, depuis déjà deux ou trois jours, aurait normalement et décemment dû relayer l'information. Le problème étant évidemment que la pression exercée se fait de plus en plus forte (et vous n'y êtes pas pour rien ... félicitations !). Je ne serais pas loin de penser, en clair, que les pressions (car pressions il y a, c'est évident), ne viennent pas uniquement du ministère de l'Intérieur, mais carrément du 10 rue de la Loi. Des pressions qui pourraient s'appuyer sur un justificatif du genre "vous voulez vraiment donner à la NV-A l'occasion de nous resservir le plat imbuvable de 2008 ?". En clair, cette affaire est plus qu'une simple affaire mettant en cause un politicien en vue. Cette affaire prend un tour beaucoup plus largement politique, dans un contexte hyper-sensible, à la veille d'élections fédérales que tous redoutent.
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:25 Reply
      <blockquote>Il y a une question (potentielle) à laquelle vous n’avez pas répondu : faut-il croire Laurent Louis quand il affirme que les informations lui ont été communiquées par des agents de la police fédérale excédés par les pressions qu’ils auraient subies ?</blockquote> Non. Laurent Louis peut raconter n'importe quoi, il n'est pas tenu à la preuve. Donc, rien ne montre que ce sont bien des policiers. C'est sa parole. Par ailleurs, si ce sont des policiers, soit ils l'ont mal informé, soit il a mal compris. 100% de ce qu'il "révèle" se touvait déjà sur Facebook ou dans la presse. <blockquote>Vous disiez, s’agissant du conflit d’intérêt que soulevait cette affaire, que de telles pressions resteraient invérifiables. Sans doute, sauf qu’en l’occurrence, si la fuite parvenue à Laurent Louis avait bien cette origine, les choses auraient une toute autre portée.</blockquote> Invérifiable dans le sens où, hors fuite, une investigation indépendante aurait du mal à le prouver. Mais bien sûr, il y a les fuites. <blockquote>Personnellement, je fais une analyse un peu différente de la vôtre. Je crois que l’approche des élections tétanise une presse qui entend ne pas être partie prenante de ce qui pourrait apparaître comme un "savonnage de planche définitif" à quinze jours des élections.</blockquote> oui, je suis d'accord, j'ai d'ailleurs évoqué l'approche des élections dans mon billet précédent. Je considère que ce n'est pas une donnée. Si un politicien est pris la main dans le sac avant les élections, c'est avant qu'il faut informer la population. Après, on ne peut plus que lui dire : on savait, mais on ne vous l'a pas dit parce que ça aurait pu lui coûter votre voix. Que reste-t-il alors du 4e pouvoir ? C'est toutes proportions gardées comme si on avait fait silence radio sur l'affaire DSK en attendant les présidentielles pour dire après aux Français qui l'auront élu : ah, euh, on a oublié de vous dire, mais le mec s'est fait choper dans une tournantes organisée par un repris de justice du nom de Dodo-la-Saumure… Pour l'Olivier, c'est possible.
  26. Renaud
    mai 10, 10:18 Reply
    Les politiciens Belge n'ont pas grand chose à craindre de la justice et ont une déontologie à géométrie variable. Dois-je rappeler l'affaire et l'extradition dont a été victime Bahar Kimyongür (http://www.senate.be/www/?MIval=/consulteren/publicatie2&BLOKNR=16&COLL=H&LEG=4&NR=14&SUF=&VOLGNR=&LANG=fr) ? Sans parler que ce pauvre homme est encore victime aujourd'hui, plus d'une décennie plus tard, d'arrestations ridicules (http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_bahar-kimyongur-accuse-milquet-de-collusion-avec-les-turcs?id=8024130 et http://www.rtbf.be/info/societe/detail_dhkp-c-l-arrestation-de-bahar-kimyongur-en-italie-un-acharnement?id=8141032). S'il s'avérait exact que Mme Milquet sois partie prenante dans l'affaire dont vous parlez, que risquerait-elle ?
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:27 Reply
      Il faudrait demander à un juriste :-) Mais révélation d'informations confidentielles concernant une mineure, diffamation (avec des dommages importants déjà), c'est pas gratuit je pense :-)
      • SIMON Jean
        mai 10, 16:10 Reply
        La Loi doit toujours être respectée et c'est l'honneur de la Presse d'adhérer à ce principe fondateur d'un état de Droit. Cependant, dans ce contexte, que penser de l' intervention "anonyme" d'un membre de l'Exécutif usant de sa position dominante pour juguler et instrumenter à son profit la même Presse dans la révélation de faits maintenant connus de tous. L'amour d'une mère est admirable mais les devoirs inhérents à une fonction ministérielle n'en sont pas moins contraignants et ne peuvent être confondus avec des sentiments certes nobles mais inappropriés surtout en période électorale. Le vote citoyen est déjà tellement marqué au sceau de l'émotionnel qu'il ne peut être question en cette occurrence de se tromper sur ce qui garantit la santé de notre Démocratie à savoir la séparation des pouvoirs.
  27. miyovo
    mai 10, 11:10 Reply
    Ok what had to be said on this subject has been said. I suggest we go back to business: http://blog.marcelsel.com/2014/05/06/elio-di-rupo-liberez-immediatement-dipika-5-ans/
  28. M.L.
    mai 10, 12:04 Reply
    Récapitulons: le jeune parent d'une notable se trouve embarqué avec des copains dans des faits gênants impliquant une adolescente fragile. La notable anonyme traite dans la presse la jeune fille - qui ne peut se défendre - de nymphomane notoire (mais semble avoir omis d'expliquer à son jeune parent qu'il est assez peu humaniste d'abuser des faibles, même avec leur consentement). Une autre notable, très amie avec la première, a pour époux un avocat réputé, qui se fend dans un journal d'une lettre ouverte accablant le collège fréquenté par les protagonistes. Si l'on veut espérer le retour d'un peu d'équité dans cette affaire, il faut souhaiter que la ministre de la justice ne soit pas elle aussi très copine avec ses collègues...
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:30 Reply
      Rien ne prouve que l'avocat dont vous parlez ait agi autrement que par calottophobie congénitale :-)
      • Tournaisien
        mai 10, 15:50 Reply
        Là, vous faites bien sûr allusion à Marc Uyttendale. Calottophobie congénitale et avocat de renom ... je ne vois personne d'autre. N'empêche ... tout ceci commence singulièrement à sentir le rance, ou le parthénogénétique. Je résume : La Milquet et la Onckelinx sont deux des piliers essentiels de l'Olivier. Onckelinx et Uyttendale, il n'y a plus à rappeler ce que ce tandem signifie (allez demander aux habitants du quartier le plus huppé de Lasne). Que la Milquet se soit choisi Uyttendale comme avocat, en dépit de sa calottophie congénitale (à vrai dire , la Milquet est très peu col romain), n'est en définitive que peu surprenant. PS (c'est le cas de l'écrire) : Il se dit que Milquet, régulièrement, allait prendre ses ordres au boulevard de l'Empereur. Le jour où elle virera sa cutie, il ne nous restera plus qu'à lui conseiller d'aller consulter Jacques Vergès ... euh, sorry, celui-là est déjà parti négocier avec saint Pierre (pauvre saint Pierre, d'ici à ce qu'on le prenne pour un nouveau Pol Pot).
        • Marcel Sel
          mai 10, 16:12 Reply
          JE N'AI JAMAIS ECRIT QU'UYTTENDAELE ETAIT L'AVOCAT DE MILQUET, IL NE L'EST PAS, un point c'est tout !
        • Xavier
          mai 10, 16:18 Reply
          "Là, vous faites bien sûr allusion à Marc Uyttendale." "Il se dit que Milquet, régulièrement, allait prendre ses ordres au boulevard de l’Empereur." Vous voyez le problème Monsieur Sel ? Le on-dit (une vraie informaiton non étayée reste un on-dit) appelle le on-dit.
          • Marcel Sel
            mai 10, 18:07
            J'aurais dû éviter d'écrire "un ténor du barreau" avec une certaine ironie parce que certains allaient comprendre "Marc Uyttendaele" ? Oh lala . Moi, quand on me dit "un ténor du barreau", j'entends "un bon avocat" ou tout simplement "un ténor du barreau". J'ignorais que monsieur Onkelinx était le seul ténor au barreau…
        • Tournaisien
          mai 10, 17:22 Reply
          Vous connaissez donc ledit avocat ! Fort bien, voilà qui ferme la porte. Il faudra quand même que vous nous expliquiez comment vous faites pour prendre vos informations, car que je sache, vous ne disposez pas d'une carte de presse qui vous autorise, sans risque de retour de bâton, à investiguer.
          • Marcel Sel
            mai 10, 18:21
            D'abord, il y a beaucoup de gens qui me font confiance. Ils savent que je ne diffuse que le ON relu, et approuvé et que je ne piège pas les gens quand je leur pose des questions, que je fais absolument tout pour empêcher qu'on les identifie, y compris après publication. Ça permet d'avoir des témoignages qu'on ne pourrait pas avoir sans ce rapport de confiance absolue. Il y a ensuite des gens de tous milieux qui me suivent et me confient des choses. Et enfin, j'ai un téléphone et même un email :-) Par contre, je ne savais pas qu'il fallait une carte de presse pour investiguer…
        • M.L.
          mai 11, 03:08 Reply
          Me Uyttendaele a publié sa chronique dans La Libre Belgique sans s'en cacher. Dans mon récapitulatif, j'ai omis les noms pour illustrer ce qu'il restait des faits sans l'animosité ou le préjugé favorable que peuvent déclencher l'identité des protagonistes. Et cela me semble suffisamment parlant et tarabustant ainsi.
      • Juliette
        mai 12, 00:49 Reply
        Là que j'y pense... La déontologie autorise-t-elle un avocat à intervenir par voie de presse à propos d'une une affaire en cours... ???
        • Réponse à la question, en ce compris lorsqu'il s'agit d'une affaire dans laquelle l'avocat n'intervient pas : Lors de chacune de ses interventions, l'avocat respecte les principes qui font la base de sa profession. Il fait notamment preuve de: 1° dignité : en ayant conscience des obligations particulières que lui impose sa qualité d'avocat et en veillant à la modération de ses propos et commentaires ; 2° délicatesse : en s'abstenant notamment de parler au nom de tiers par lesquels il n'est pas mandaté, de formuler des attaques contre quiconque, de tenir des propos offensants, de porter atteinte à la présomption d'innocence et à la vie privée, de méconnaître le respect dû par lui aux cours et tribunaux ; 3° loyauté : en ne fournissant que des informations dont il a raisonnablement pu se convaincre de l’exactitude.
          • Marcel Sel
            mai 14, 04:08
            Il me semble que la description qu'il a faite de la séance porte atteinte à la vie privée d'une personne en particulier et qu'il attaque le collège en omettant des détails importants (qu'il ne peut pas donner publiquement)
          • Marcel Sel
            mai 14, 04:09
            Et merci pour votre réponse à Juliette !
    • Philippe
      mai 10, 17:33 Reply
      Rien n'est blanc ou noir dans cette affaire qui n'aurait jamais du dépasser les limites d'un recadrage par des enseignants avisés... Décidément nous avons tous des œillères ! Foutons donc la paix à ces mômes.
      • uit 't zuiltje
        mai 13, 01:11 Reply
        mais Philippe les mômes ne sont pas le propos, c'est bien "milquetgate" qu'il est titré ici il n'est pas marqué "M" le maudit sur aucun dos d'ado de st-M perso ces mômes de 15ans en 4e dans une école pas vraiment reconnue laxiste je ne leur souhaite qu'une chose, de bien réussir leurs examens... bon excusez mes errements personnels jacqueline, je l'avoue lorsque j'ai entendu cette histoire j'ai bien rigolé non pas des élèves mais de l'embarras que ça a dû causer, merde c'est louis (!oh! non pas lui...) qui a donné l'info, zut c'est que du pipeau cette épiphanie alors, cette jeune calotte fraîche, hétéro et spirituelle et libre comme un voeux pieux les jours sans sel... ok foutons-lui la paix laissons-là aux femmes et aux hommes de bonne volonté messie milquet mousse... Marcel, venge-nous de nos mamans à grosse voix qui traitaient nos copines de petites trainées
  29. Dans un passé pas si lointain, la presse mainstream ne s'est pas privée de matraquer sévèrement des politiques au comportement douteux. D'où une légitime question: pourquoi ce black-out quasi généralisé dans le cas présent? La protagoniste concernée disposerait-elle soit d'un pouvoir de nuisance au-dessus du commun, soit d'un pouvoir de récompense berlusconien? Le dossier est-il trop obscur ou trop parcellaire pour permettre un traitement journalistique déontologiquement irréprochable? Ou encore y aurait-il un consensus idéologique au sein du microcosme médiatique pour ne pas nuire à la mouvance de ladite protagoniste? C'est là-dessus que cette affaire m'apparaît vraiment "interpellante" (je déteste ce mot mais n'en trouve pas d'autre).
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:34 Reply
      J'ai répondu plus haut déjà à cette question.
  30. claude-éric desguin
    mai 10, 16:17 Reply
    Non, vous n'avez pas vraiment répondu me semble-t-il, mais j'admets volontiers que ma question ne peut sans doute pas recevoir de réponse tranchée en l'état actuel du dossier si dossier il y a (ce qui constitue aussi une question légitime, puisque vous invoquez des éléments non dévoilés). Comprenez que votre article ressemble à un bikini: il révèle des choses intéressantes en voilant l'essentiel. Je devrais probablement plutôt interroger le rédac'chef de la Reteboeuf, du Soir ou de la Libre. Qui ne me répondrait probablement pas, ce qui pourrait en soi constituer un début d'explication.
    • Marcel Sel
      mai 10, 18:05 Reply
      Sans préciser, je sais que des rédactions font un travail par rapport à l'affaire ou ont prévu de le faire mais elles doivent encore récolter l'info et s'assurer qu'elles peuvent la diffuser conformément à leur culture informative ou à leur code interne. Après, chaque média décidera.
      • moinsqueparfait'
        mai 10, 20:39 Reply
        Le code interne, il est assez simple. Nous sommes à deux semaines des élections. Il ne faut pas "alimenter le populisme" (traduction: notre mission est de protéger le régime dans notre domaine d'action). Le voilà, le code interne. La "presse belge", c'est ça.
  31. Question : qui a lâché le morceau de l'histoire de Libramont, alors que cette retraite spirituelle avait eu lieu en janvier ? Manifestement, le problème vient de là,... si personne n'avait craché le morceau, aucun des étudiants n'auraient eu à pâtir de cet "écart de conduite" certes fâcheux, mais qui n'avait pas de conséquences notoires, tous les participants étant consentants dans l'histoire, et aucun adulte concerné !
    • Marcel Sel
      mai 10, 18:09 Reply
      Peux pas vous répondre, je n'ai qu'une version de l'info et je n'ai pas pu la recouper, mais si la mienne est vraie, c'est à pleurer. Voilà. Un bon teasing, vous ne savez rien, et vous avez encore plus envie de savoir. Je suis cruel, hein :-)
  32. utonium
    mai 10, 16:43 Reply
    Cela dit, je vous trouve un peu hypocrite dans votre refus de dévoiler des informations certes superflues mais bel et bien publiques. [CENSURÉ] Ce travail n'a pas pris plus de 5 minutes au quidam que je suis, on en attendrait autant des "journalistes" que vous défendez tant !
    • Marcel Sel
      mai 10, 18:14 Reply
      Non, ces informations dont vous parlez ne sont pas publiques parce que s'agissant de personnes mineures, il est interdit légalement de donner des informations permettant de les identifier. Cette interdiction ne vaut pas seulement pour les journalistes, elle vaut pour tout le monde et elle vise à protéger les mineurs. Vous me direz que du coup, tout Facebook et tout Twitter sont hors-la-loi, sans compter le député Nivellé par le bas. Mais voilà, c'est la loi. On choisit de la respecter ou pas. Donc, sur ce blog, je ne l'autorise pas. Je peux être poursuivi pour ce que vous diffusez, vous savez…
  33. Wapa
    mai 10, 19:33 Reply
    Très triste billet, vous êtes vraiment tombé bien bas. Xavier a dit ce qu'il fallait dire... La question n'est même pas que vous ayez des sources, des preuves, etc... Vous tenez un blog, toujours à la frontière entre l'opinion et l'information. Ce qui gêne, c'est que vous donnez peu d'informations - un peu moins que Laurent Louis - pour ne pas trop avoir l'air de le suivre. Et c'est un peu plus assassin, car il est tellement plus scabreux d'affirmer qu'elle "protège un parent", plutôt que de donner sa situation réelle... Une Ministre qui protège un parent, ça vous fait un joli complot... Et de là, vous affirmez connaître à la fois la stratégie et la motivation. Et c'est là que vous dérapez, le mot est faible. Combien de temps faut-il à une enquête réelle et sérieuse pour connaître les motivations des actes, et faire réellement la part du vrai et du faux ? Vous utilisez les ingédients d'un petit scandale bien poujadiste pour crédibiliser votre grille de lecture, et vous mettez en avant des réticences déontologiques pour donner du relief à vos suppositions. Au moins, Laurent Louis, en balançant tout sans votre finesse, permet aux gens honnêtes de savoir si oui ou non ils ont quelque chose à faire là-dedans. Pour ma part, si des infractions sont commises, j'attends qu'il y ait enquête... Evidemment, la rhétorique complotiste me répondra que c'est impossible, mais en vous lisant on peut être rassuré, car le nombre de gens qui veulent parler et qui le font paraît bien grand... En attendant, croyez bien que je suis déçu comme à chaque fois que je vois ceux qui s'érigent en défenseur d'une certaine liberté montrer que leur soi-disant rigueur n'est qu'un instrument rhétorique... Vous êtes brillant comme Soral, prenez garde de finir comme lui. Une dernière chose : les rumeurs sur la jeune fille, pouvez-vous m'indiquer où vous les avez trouvées dans la presse ? Et particulièrement dans Sud-Presse que vous dénoncez comme les ayant relayées ?Je n'ai probablement ni tout lu, ni enquêté comme vous l'avez fait, mais pour ce que j'en ai vu, sa mise en cause n'a jamais été relayéee dans la presse comme vous l'entendez... La seule information donnée, c'est qu'elle n'a pas été renvoyée, alors que les garçons l'ont été, le Collège alléguant ses faiblesses particulières, une autre info étant qu'effectivement, les parents des garçons trouvaient que les sanctions n'étaient pas équitables, notamment pour cette raison. Au moins là, nous avons un fait avec le non-renvoi. Le reste, une fois de plus, n'est que supposition et on-dit. Mais soyons clairs : c'est chez Laurent Louis qu'on a entendu pour la première fois les allégations sur la jeune fille... C'est certes pour les attribuer à Mme Milquet, mais c'est bien là qu'elles sont, et jusqu'alors là seulement. Et désormais chez vous. Bien entendu, par rapport à cette jeune fille, je suppose que vos circonvolutions et, surtout, le rôle de justicier public que vous vous attribuez vous laissent la conscience tranquille.
    • Marcel Sel
      mai 10, 20:16 Reply
      A qui la faute si on ne peut pas en dire plus ? Qui a lancé l'info de manière anonyme? Depuis quand vaut-il mieux violer le droit d'un mineur que le préserver? Taire le nom d'une ministre qui a probablement médiatisé une information contre une adolescente plutôt que le révéler? Chercher un moyen de le faire décemment plutôt qu'en bazardant tout et n'importe quoi? Je n'ai pas de théorie du complot, mais les faits. Rien que la révélation de l'histoire revient à révéler du confidentiel. Les détails ne sont pas tous sortis dans Sud Presse, il y a eu la DH mais c'était plus tard. En tout cas, on a eu droit au déroulement exact de la soirée, ce qui violait le droit des enfants. Partant du principe que mes sources sont fiables, a choisir entre se taire pour épargner la ministre parce que ce qui plaide pour elle ne peut pas être dit être et révéler/ le vrai scandale , qui n'est pas qu'il y ait un lien entre la ministre et un-e protagoniste, mon choix est immédiat. Et le votre?
    • Juliette
      mai 12, 01:00 Reply
      La différence, c'est que Laurent Louis n'est qu'un piètre manipulateur qui s'assied sur le droit. J'en ai particulièrement ras la casquette d'entendre et de lire que ce pathétique individu dit tout haut ce que d'autres n'osent pas dire. Suffit de réfléchir 1/4 de seconde pour constater qu'aucune personne dotée d'un minimum d'intelligence n'oserait lâcher ce qu'il lâche, craignant de paraître pour une décérébrée.
  34. Wapa
    mai 10, 21:53 Reply
    Merci de votre réponse. Pour le reste vous éludez. Voyez votre titre "sud-presse pour dragon"... Pur sensationnalisme. Que vous appuyez dans l'article : "Ce qui permet à mes sources de l’affirmer, c’est notamment qu’elle seule disposait de certains des éléments confidentiels parus dans les journaux du groupe SudPresse". Or, et vous le confirmez, il n'y a pas eu d'informations confidentielles dans les journaux du groupe-sud presse... mis à part le fait que le fils d'un ministre fédéral était impliqué. Que je sache, 6 familles et quelques éducateurs sont impliqués, au moins, et connaissent les faits qui sont donc bien peu confidentiels... Et par là-dessus toute une école qui doit bruisser, nous avons tous connu ça. Voilà maintenant que, dans votre réponse, le scandale change de nature : ce n'est plus sud-presse, c'est la dernière heure. ce n'est plus un tombereau d'insultes personnelles, mais le simple déroulé des faits... Et c'est bien ce que je voulais dire : votre billet fait très peu de cas des faits, et beaucoup des conclusions que vous en tirez, au travers d'une grille de lecture unique, la vôtre, conforme à votre vision des protagonistes de cette affaire. Le problème est que tout ça est téléphoné. Dès qu'une sanction différente était appliquée à la jeune fille, la machine à fantasmes machistes allait se lancer. L'idée de la provocation fénimine étant consubstantielle à tout écart sexuel masculin, il était évident que beaucoup de gens allaient combler les vides de cette histoire avec des éléments de ce genre. Les informations parcellaires sont d'abord suggestives, et vous le savez. C'est la raison pour laquelle il faut un peu plus que des certitudes pour rompre le silence en toute déontologie, attitude de vos confrères que vous dénoncez pourtant avec de lourds malentendus. Les faits sont simples : une histoire de gosses a conduit à une lourde sanction de la part de leur école. Personnellement, il me semble que cette sanction est justifiée, et le fait qu'elle soit néanmoins contestée par les parents est en soi un fait intéressant qui mériterait des commentaires. Le directeur de St-Michel, lundi, a dit des choses que je trouve justes, pour ensuite annoncer qu'il ne communiquerait plus, ce qui l'est encore plus. Je ne serais pas non plus étonné que l'un ou l'autre des parents des garçons, confonté à cette situation, prenne une attitude stupide et tombe dans le remugle machiste. Mais tout ça ne fait pas encore un Milquetgate, et s'il y en avait un, il n'y aurait aucune difficulté pour en parler puisque ça la concernerait elle, une adulte, et sa relation avec les journalistes ou des acteurs sur lequels elle a une autorité quelconque, tous adultes également. Encore une fois, je suis désolé, mais la rhétorique de votre billet est parfaitement parallèle à celle de Laurent Louis, et le fait que vous n'en disiez pas autant que lui n'a là-dessus aucune incidence. Ce qui pose question chez les gens de son espèce n'est pas ce qu'ils disent (qui est souvent vrai), mais la manière dont ils le disent. Venons-en à la question que vous me posez. Vous choisissez, dites-vous, de révéler le "vrai scandale". Outre le fait que, comme je viens de le dire, vous ne "révélez" rien au sens technique du terme, votre question même ne fait que confirmer ce qui transparaît dans tout votre billet : vous vous érigez en justicier. Vos sources sont fiables, dites-vous, et figurez-vous que je vous crois. Ce que je crois aussi, c'est que votre certitude de dénoncer un scandale et votre évidente envie de le faire vous empêchent de voir que vos sources sont probablement susceptibles de bien d'autres lectures. Dénoncer un Ministre est votre impératif absolu. Dont acte. Le mien est plutôt celui-ci : je n'ai jamais eu aucun problème à laisser courrir un coupable si c'était le prix à payer pour ne pas condamner un innocent. Vous vous érigez en justicier, et les justiciers me font frémir. La justice populaire 2.0 m'effraie au plus haut point, et c'est encore plus vrai lorsqu'elle se donne comme ici des atours sympathiques. C'est aussi la raison pour laquelle je ne vous répondrai plus ici, ces polémiques internet sont stériles, et je crains de me faire agonir par tous ceux qui veulent que votre vérité soit la Vérité. Merci d'avoir publié mon mot sans aucune censure, cela justifie le temps que nous aurons mis à correspondre, je lirai bien entendu votre réponse, et je continuerai peut-être le dialogue, mais alors par MP. Bonne soirée.
    • Marcel Sel
      mai 11, 11:02 Reply
      <blockquote>Pour le reste vous éludez. Voyez votre titre "sud-presse pour dragon"… Pur sensationnalisme.</blockquote> Les bons titres accrochent. C'est comme ça. Et SudPresse a bien eu une attitude de dragon. <blockquote>Que vous appuyez dans l’article : "Ce qui permet à mes sources de l’affirmer, c’est notamment qu’elle seule disposait de certains des éléments confidentiels parus dans les journaux du groupe SudPresse". Or, et vous le confirmez, il n’y a pas eu d’informations confidentielles dans les journaux du groupe-sud presse… mis à part le fait que le fils d’un ministre fédéral était impliqué.</blockquote> Faux. Le fait qu'il y a eu une partie impliquant des mineurs était déjà une information confidentielle. Pour le reste, je n'ai tout simplement pas encore eu le temps de reprendre exactement ce qui est paru chez SudPresse et ce qui est paru ailleurs pour vous répondre décemment. <blockquote>Que je sache, 6 familles et quelques éducateurs sont impliqués, au moins, et connaissent les faits qui sont donc bien peu confidentiels…</blockquote> Ça change quoi ? Même si tout le monde sait ce que je n'écrirai pas, je peux être poursuivi si je l'écris ou si je le laisse écrire sur mon blog. Par ailleurs, entre connaître les faits et les divulguer à la presse, il y a une énorme différence. <blockquote>Voilà maintenant que, dans votre réponse, le scandale change de nature : ce n’est plus sud-presse, c’est la dernière heure.</blockquote> Je n'ai pas dit ça, j'ai dit que la DH avait aussi diffusé des infos confidentielles. Mais clairement, le premier à l'avoir fait, c'est SudPresse. Dès que j'ai le temps, j'irai vérifier qui a dit quoi exactement (je lis plusieurs dizaines de papiers par jour) et je referai le point pour vous. <blockquote>Et c’est bien ce que je voulais dire : votre billet fait très peu de cas des faits, et beaucoup des conclusions que vous en tirez, au travers d’une grille de lecture unique, la vôtre, conforme à votre vision des protagonistes de cette affaire.</blockquote> Je m'engage. Autrement dit, ce qui découle de ma connaissance d'autres faits que je ne peux pas révéler, je l'intègre dans mon raisonnement pour donner la version qui me semble la plus juste. Il y a de la subjectivité et personne n'est forcé de me croire (sinon, je ne débattrais pas). Mais ne venez pas me dire que j'ai une "grille de lecture unique". <blockquote>C’est la raison pour laquelle il faut un peu plus que des certitudes pour rompre le silence en toute déontologie, attitude de vos confrères que vous dénoncez pourtant avec de lourds malentendus.</blockquote> Si on attend des preuves directes, vous n'auriez rien. Pas le Watergate. Pas DSK, rien. Il faut vivre avec. <blockquote>Encore une fois, je suis désolé, mais la rhétorique de votre billet est parfaitement parallèle à celle de Laurent Louis, et le fait que vous n’en disiez pas autant que lui n’a là-dessus aucune incidence.</blockquote> Si. Ça fait toute la différence entre une manœuvre politique (Laurent Louis) et une position journalistique (la mienne). Par ailleurs, il n'y a pas que le fait que je n'en dis pas autant que lui, il y a aussi le fait que je ne traite que la partie de l'information qui intéresse le citoyen. <blockquote>Venons-en à la question que vous me posez. Vous choisissez, dites-vous, de révéler le "vrai scandale". Outre le fait que, comme je viens de le dire, vous ne "révélez" rien au sens technique du terme</blockquote> Il n'y a pas de sens technique. Il y a une information sur base de preuves directes, indirectes ou de témoignages. Techniquement, je révèle bien que Joëlle Milquet est celle qui a parlé à Sud Presse. Vous avez entendu un démenti de son cabinet ? Moi pas. <blockquote>Vous vous érigez en justicier. Vos sources sont fiables, dites-vous, et figurez-vous que je vous crois. Ce que je crois aussi, c’est que votre certitude de dénoncer un scandale et votre évidente envie de le faire vous empêchent de voir que vos sources sont probablement susceptibles de bien d’autres lectures.</blockquote> Je l'ai dit, la vérité n'existe pas. Je crois avoir bien prévenu le lecteur. Mais selon mon idéologie (j'aime bien Newsroom), il n'y a pas d'autre lecture possible pour moi que celle que j'ai donnée, à chaque lecteur de faire sa propre lecture. <blockquote>Dénoncer un Ministre est votre impératif absolu.</blockquote> Faux. J'ai déjà dénoncé toutes sortes de choses, et quand j'ai pu défendre la position de Bart De Wever (dans l'affaire d'Aartselaer), je l'ai fait. Quand je tombe sur un scandale qui n'est révélé nulle par ailleurs, je m'en empare, quel que soit le protagoniste principal. J'aurais dénoncé n'importe quel autre politicien dans ce cas. Vous me faites un procès d'intention, là. <blockquote>je n’ai jamais eu aucun problème à laisser courrir un coupable si c’était le prix à payer pour ne pas condamner un innocent.</blockquote> Je ne suis pas juge, je fais ici du journalisme. Ce n'est pas moi qui juge, c'est l'opinion (dont vous). Si je me trompe, il n'y a aucun problème pour Milquet à le démontrer. Tout ce que j'ai eu comme info depuis la publication de ce billet montre que sur le fond, je ne me trompe pas. <blockquote>Vous vous érigez en justicier, et les justiciers me font frémir. La justice populaire 2.0 m’effraie au plus haut point, et c’est encore plus vrai lorsqu’elle se donne comme ici des atours sympathiques.</blockquote> Moi, ce qui me fait frémir est bien plus puissant qu'un blog sur le web qui dénonce des politiciens. <blockquote>C’est aussi la raison pour laquelle je ne vous répondrai plus ici, ces polémiques internet sont stériles, et je crains de me faire agonir par tous ceux qui veulent que votre vérité soit la Vérité.</blockquote> Je pense au contraire qu'elles sont intéressantes. Je m'y plie parce que justement, ça permet au lecteur des articles de voir d'autres opinions en-dessous et ça fait partie de l'exercice. C'est aussi une des raisons pour lesquelles je me permets d'être plus polémique que d'autres dans ma manière de traiter l'info :-) <blockquote> Merci d’avoir publié mon mot sans aucune censure, cela justifie le temps que nous aurons mis à correspondre, je lirai bien entendu votre réponse, et je continuerai peut-être le dialogue, mais alors par MP. Bonne soirée.</blockquote> Je ne dialogue pas par MP sur les sujets de mon blog, c'est justement le débat qui est intéressant et qui enrichit. Je ne pourrais d'ailleurs pas me permettre de mener plusieurs débats en MP ou par mail :-)
      • Xavier
        mai 11, 12:30 Reply
        Chaque lecteur peut faire sa propre lecture, dites-vous. Je me demande bien comment puisque vous ne divulguez aucun document, aucun témoin direct. Wapa a raison : il n'y a aucun fait tangible présenté, uniquement votre interprétation. Je vous connais assez pour croire que vous disposez d'éléments. Je vous crois aussi quand vous dites être dans l'impossibilité de les présenter. Concernant le sérieux et l'impartialité de vos sources dans une affaire chaude si près des élections, en revanche, on ne peut que douter. D'autant que la seule source (indirecte) que vous citez, le directeur, est une des parties de l'affaire. Ce n'est pas rassurant.
        • Marcel Sel
          mai 11, 18:33 Reply
          Vous croyez vraiment que je peux citer qui que ce soit d'autre ? Je préfère être moins crédible et protéger mes sources. C'est comme ça. Depuis ce matin, je ne suis d'ailleurs plus le seul à affirmer que c'est "la ministre" qui a parlé.
      • MUC
        mai 11, 19:21 Reply
        Le scandale d'Aartselaer (Aartselaar, je suppose) ... !!!!! nog nieuws van deze roddel-affaire ? Je suis curieux. Modrikamen, a-t-il trouvé des preuves ? "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose".
        • MUC
          mai 12, 09:37 Reply
          A moins, ce monsieur Modrikamen pourrait nous informer !
  35. Jérôme Longer
    mai 10, 23:15 Reply
    J'ai pris plaisir à lire tous ces échanges - ne serait-ce que par la qualité du langage utilisé par la toute grande majorité des intervenants, et que l'on ne retrouve malheureusement plus, même dans la presse de qualité, pressée (!) de sauter sur tout ce qui bouge, sans même se relire. Pour ma part, j'ai lu des détails croustillants et extrêmement détaillés sur la manière dont cette petite sauterie s'est déroulée - mais je ne saurais dire sur quel médium ils ont été publiés. Toujours est-il qu'ils répondaient point par point à des critiques, un peu à la manière dont Marcel Sel procède ci-dessus. Pour ce que j'en ai lu, c'était suffisamment crédible pour attester que c'était une personne ayant participé aux faits ou en tout cas très proche qui commentait les faits. Bref, je me garderai bien de juger puisque ce n'est pas mon rôle et que je ne détiens pas les éléments à charge ni à décharge. Le fait est que même s'ils sont répandus, les rapports sexuels entre mineurs de moins de 16 ans sont, si pas moralement répréhensibles (là, c'est du domaine de la perception individuelle, voire civilisationnelle : dans certaines peuplades, on est marié à 12 ans) du moins pénalement punissables dans notre juridiction. De même, si l'intervention d'un(e) ministre en exercice peut se comprendre - à la manière que je juge personnellement criticable d'un parent qui s'en prend au professeur lorsqu'il inflige une retenue au rejeton, fût-elle justifiée - toute cette construction savante me semble prêter à madame Milquet un machiavélisme que je l'imagine mal avoir. Quoi qu'il en soit et de manière générale, force est de reconnaître qu'à partir d'un certain âge, les parents perdent peu à peu prise sur la manière dont leur progéniture se comporte. La force du groupe l'emporte alors sur l'éducation reçue. Que celui qui n'a jamais enfreint une seule règle en retraite - silence, boisson, sortie, mur à faire - me jette la première pierre ! En revanche, s'il s'avère qu'un(e) ministre a usé de sa fonction pour étouffer une affaire pénalisable dans laquelle pouvait être impliqué(e) un(e) proche - là, cela pose question. Et vis-à-vis de notre système prétendument démocratique, cela pose question quelle que soit la manière dont les faits ont été connus/divulgués. Pour ma part, mais cet avis n'engage que moi, un représentant de l'Etat, dont la fonction est déléguée par le peuple, se doit d'être irréprochable dans tous ses agissements. Qu'on ne puisse lui reprocher les écarts de tiers, fussent-ils proches, soit. Mais au moins doit-il, lui, être parfaitement dans la lignée du droit - droit dont la séparation des pouvoirs est un élément fondamental.
  36. Dessis
    mai 10, 23:25 Reply
    Rechercher a tout prix un scandale.. Quelques remarques. Combien d'ados ont des relations sexuelles volontaires et combien se retrouvent devant la Justice et l'objet de nombreux commentaires? Traitement de faveur sans doute?? Combien d' enfants spnt exclus de leur ecole a un mois des examens?? Traitement de faveur!! Qui a decide de communiquer immediatement apres le renvoi les infos aux journalistes?? M ' ecole ou plutot des profs..quant a la jeune fille comment Milquet aurait eu acces a des infos sur elle? Fantasmer sur l'onfluence de milquet sur l'ecole est ridicule. Ou est le vrai scandale? C'est tout simplement dans une affaire delicate qui implique des ados , des vautours se font de la publicite au detriment du bien etre de ces ados.
    • Marcel Sel
      mai 11, 11:07 Reply
      Je n'ai pas le droit de dire pourquoi Joëlle Milquet disposait d'infos qu'elle seule pouvait avoir. De toutes manières, elle ou son avocat (ce qui revient au même de mon point de vue) a bien divulgué des informations confidentielles à la presse, j'ai désormais assez de sources pour l'affirmer. Les vautours ne sont pas ceux que vous pensez.
    • Philip Hermann
      mai 11, 16:08 Reply
      D'apres Michel Henrion, il y aurait environs 70 renvois pour motifs sexuels par an... Cela met en perspective le drame vecu par Mme Milquet et l'injustice dont son proche aurait eu a subir! Les enfants n'ont pas ete exclus a un mois des examens et tous ont retrouve une ecole. Ce que dit l'excellent article de Marcel Sel, et c'est d'ailleurs l'interet...c'est qu'au terme de son enquete, il detiendrait les preuves que Milquet a ete a la base de ces articles deleteres dans La Capitale! Quant aux dommages pour les enfants, sorry mais moi je pense aussi a l'adolescente qui a ete jetee seule aux chiens dans tous les media...par Milquet!
  37. bennon
    mai 11, 00:27 Reply
    Het Laatste Nieuws n'a jamais publié le nom de Milquet. Jamais, jamais, jamais. Ils ont même fait un édito qui expliquaient pourquoi ils taisaient le nom de Milquet. C
    • Marcel Sel
      mai 11, 11:08 Reply
      Je vais revérifier ce point. S'il s'avère que vous avez raison, je modifierai évidemment mon article.
    • schoonaarde
      mai 11, 15:10 Reply
      C'est-ce que j'ai dit en réaction au premier article publié par Sel sur ce sujet.
  38. SIMON Jean
    mai 11, 10:09 Reply
    Madame M. juriste distinguée et sans doute bien conseillée ne pouvait ignorer qu'en tentant de charger "anonymement" par voie de presse un protagoniste de l'affaire, elle se plaçait de facto en dehors de tout recours possible puisque le simple fait d'évoquer son nom publiquement revenait à identifier un des se proches mineur et donc protégé par la Loi. Il y a dans cette démarche une espèce de machiavélisme que l'amour maternel ne peut excuser mais qui tout en donnant des gages quant au respect de la Loi n'en reste pas moins une trahison grave du principe de la séparation des pouvoirs qui est le fondement de notre Démocratie.
    • Tournaisien
      mai 11, 12:55 Reply
      Oui, elle a manifestement abusé de sa position, et a donc enfreint le principe de séparation des pouvoirs (entre politique et 4e pouvoir et entre appareil judiciaire et politique). Fondamentalement, c'est cela qui est gênant dans cette affaire. Ceci étant, il faut voir les choses en face : je crains que ce type de pression soit hélas, au niveau du landerneau politique, chose assez commune. Pour le reste, je ne vois pas en quoi la ministre de l'Intérieur serait à incriminer. Ce qui s'est passé, [censuré] peut potentiellement arriver à [n'importe qui], même dans des familles éduquées, au système de valeurs solide, à la solide assise morale. En l'espèce, une action en justice a été introduite [coupé]. L'abus de position de la ministre pourrait certes lui-même faire en théorie l'objet de poursuites judiciaires, encore faudrait-il que quelqu'un introduise une plainte, qu'il soit en position pour le faire et, surtout, que l'on soit capable d'en apporter la preuve. Des conditions qui me semblent difficiles à réunir. Je crois donc en définitive que cette affaire, du moins pour ce qui concerne la ministre de l'Intérieur, restera sans suite. La presse d'ailleurs l'a bien compris qui a préféré se tenir à distance règlementaire d'accusations qui risquaient de se retourner contre elle. Mais à la limite, serais-je tenté d'ajouter, qu'importe. Ne croyez-vous pas que madame Milquet a d'ores et déjà payé très cher cette "maladresse" ? J'imagine sans peine que les conséquences électorales de cette affaire la concernant seront assez salées. Ajouté à cela l'affaire du survol de Bruxelles et les maladresses, politiques et administratives celles-ci, de Melchior Wathelet ... j'entrevois un score plutôt médiocre du CDH à Bruxelles (euphémisme) qui devrait conforter l'hypothèse d'une alliance rouge-romaine à Bruxelles. ... Politiquement, la chose est intéressante. Il se pourrait fort bien en effet, côté wallon, que l'on s'achemine comme je l'ai écrit plus haut vers une reconduction de l'Olivier. Un scénario du moins qui se confirmera si Rudy Demotte est en position de force au soir du 25 mai prochain. C'est ici que les résultats de sa "chère" ville de Tournai seront à scruter avec attention. Rudy Demotte en effet sera sous la loupe de la direction du PS qui ne se contentera pas de son score global mais analysera également la légitimité de son enracinement politique dans sa nouvelle d'adoption. Or, dans l'arrondissement électoral du Hainaut occidental, si Demotte obtiendra sans aucune difficulté un score très large à Ath, voire dans les Collines (à l'exception toutefois de Flobecq, fief désormais de son grand ennemi Philippe Mettens), il est loin d'être acquis qu'il fera un score honorable dans la ville des Cinq Clochers. Que du contraire même ! Son score aux communales de 7200 voix à Tournai pourrait fort bien piquer du nez. C'est du moins ce qui se dit à mi-mots dans les milieux socialistes de cette ville (l'USC), dont les militants depuis un an et demi apprécient fort modérément le côté autoritaire et omnipotent du personnage. Tout est dans tout. Si Demotte est désavoué dans sa ville d'adoption, cela pourrait être l'argument tout trouvé pour Elio di Rupo pour imposer à la tête de la RW un autre mentor du PS, soit un Hennuyer (Paul Magnette), soit un Liégeois (retour du balancier après une position majoritaire du Hainaut de près de 20 ans !). Auquel cas Demotte recevrait probablement comme lot de consolation, au fédéral, un ministère tel que celui des Pensions (après tout, n'est-il d'abord un technicien efficace, qui avait déjà fait ses preuves à la Santé voici une quinzaine d'années ?). Si Demotte rempile à la Région, alors il y aura de toute évidence reconduction de l'Olivier en Wallonie, et l'on pourrait s'acheminer vers un scénario dissymétrique côté francophone :Vi!olette à Bruxelles et Olivier en Wallonie. Une telle dissymétrie rendrait à la limite les choses un peu plus faciles côté flamand : tant qu'à partir sur un scénario dissymétrique, pourquoi pas en effet également une dissymétrie avec la Flandre (qui elle pourrait tenter une coalition SP-A, Open VLD et CD&V). Si en revanche Demotte est écarté pour le Fédéral, alors très probablement irions-nous côté francophone vers un scénario symétrique, à savoir une Violette à Bruxelles et en RW, alors les choses pourraient éventuellement coincer avec les Flamands, du moins avec le CD&V qui préfèrera, quoi que l'on dise, avoir côté francophone un partenaire tel que le CDH (les vieilles familles ne sont pas encore totalement dissoutes). C'est dans un tel contexte que l'on s'aperçoit que les petits ruisseaux peuvent parfois faire les très grosses rivières. Une affaire telle que celle de Miquet, de même que le score personnel d'un Demotte à Tournai, pourraient, au moins indirectement, peser très lourd sur l'avenir politique de notre pays.
  39. dessis
    mai 11, 10:15 Reply
    ce blog est totalement aberrant d'hypocrisie... je ne dis pas qui est le mineur mais je donne tous les éléments pour le retrouver - sachant qu'avec internet il sera attaché a vie à cette histoire-; je n'ai pas lu de declarations de Milquet mais je sais que c'est elle - les journalistes ne doivent ils pas protéger leurs sources? M^me si votre histoire est vraie, où est l'abus? joelle Milquet n'intervient pas en tant que ministre et n'utilise pas de son autorité.. la meilleure preuve étant que cette affaire a une publicité que plus grande que des faits plus graves qui se sont produits au m^me moment en Belgique ou dans le monde. relativisons.. il s'agit de relations sexuelles consenties entre ados du même age.. va -t-on envoyer la police dans les camps scouts pour vérifier ce qui s'y passe ou dans toutes les soirées de jeunes. Nouvel exemple d'hypocrisie de votre part.. la loi dit qu'un jeune de moins de 15 ans n'est pas consentant;;;oui mais vis-a vis d'un adulte , pas d'un jeune du même age! par ailleurs, vous oubliez un peu facilement la responsabilité de l'école;;; où était la surveillance pendant cette retraite?? En bref, je suis déçu.... le seul souci est celui du scandale à tout prix au mépris de la vie des jeunes.. belle conception de l'humanité . J'espère simplement que ces jeunes sont solides moralement et que l'un d'entr'eux ne commettra pas un geste fatal...mais sans doute ce serait encore la faute a Milquet!!
    • Marcel Sel
      mai 11, 11:11 Reply
      Bienvenue dans le pays où il faut impérativement défendre une ministre qui a usé d'anonymat pour casser une gamine de 15 ans. C'est génial, la Belgique ! Et je suppose qu'il ne fallait pas parler de la violence sexuelle de DSK parce qu'au final, cela revenait à évoquer des relations privées ?
      • Tournaisien
        mai 11, 20:01 Reply
        Sur le fond, vous avez raison. Le problème hélas est que ce terrain est glissant, et que, même en restant strict sur les règles et principes démocratiques comme vous l'êtes, vous prenez le risque d'être aspiré, même à votre corps défendant, dans une spirale qui vous assimile de près ou de loin à la manœuvre grossière d'un Laurent Louis. C'est pour cela, notamment je crois, que beaucoup sont frileux par rapport à cette affaire. D'ailleurs, pour tout vous avouer, je vous sens vous même très tendu sur ce coup-ci. À l'évidence, vous marchez sur des œufs, de plus en plus. Comment interpréter autrement l'usage croissant des "crochets" que vous introduisez dans les modérations de commentaires qui ne visaient pourtant pas à découvrir qui que ce soit, sauf à vouloir faire de la casuistique toutes les deux lignes ?
        • Marcel Sel
          mai 12, 00:44 Reply
          Je ne marche pas sur des œufs, je fais mon travail de censure pour garder l'info principale et éloigner celle qui ne devrait intéresser personne :-)
  40. Dessi
    mai 11, 12:19 Reply
    Vous sombrez dans l'abject...comment osez vous mettre des enfants de 15 ans dans le même sac que DSk, un adulte parfaitement conscient de ses actes..et si vous avez tellement le souci de protéger la jeune fille, pourquoi ne suivez vous pas le conseil de ses parents et la laisser tranquille. Non bien sur cela vous priverait d'un prétendu scandale. Il est trop facile de se draper dans la vertu indignée...mais ceux qui portent le plus atteinte a ces ados, ce sont tous ceux qui se repaissent du prétendu scandale. Si vous lisez la presse, vous aurez vu le nombre impressionnant de violences sexuelles dans nos écoles ( et personne ne parle de cette situation dans le cas present). Ou est votre indignation? Ou sont ces jeunes...non bien sur il n'y a pas de personnalités indirectement impliquées....pourquoi les jeunes de Saint Michel doivent ils être la victime indirecte a vie de cela....les indignes sont ceux qui se nourrissent du scandale On m'avait parle de votre blog..je suis déçu..c'est tout simplement du poujadisme a laurent Louis, mieux écrit je le reconnais
    • Pol Hémickh
      mai 11, 20:00 Reply
      Le problème n'est pas ce qu'ont fait les enfants. Le problème est à rechercher du côté de leurs parents [NOTE DU CENSEUR SALÉ Désolé, vous revenez avec les mêmes éléments qui me posent problème pour une publication, mais je reprends les éléments principaux : démission plutôt que de s'en prendre à une personne en particulier.
    • uit 't zuiltje
      mai 13, 00:10 Reply
      @Dessi un certain Dessis disait plus haut: "il s’agit de relations sexuelles consenties entre ados du même age".. …"comment osez vous mettre des enfants de 15 ans dans le même sac que DSk, <b> un </b> adulte parfaitement conscient de ses actes"... dites-vous à Sel... et Nafissatou Diallo (<b> une </b> adulte parfaitement consciente de ce qu'est être "consentante", être "nymphomane", "en retraite", dans une école égalitaire grâce au décret inscription, etc...) l'affaire dsk n'est pas l'affaire de dsk où est passé le bon temps des st-michel vertes sans filtre...consenties entre ados du même âge
  41. Barbara Dufour
    mai 11, 12:24 Reply
    Cher Monsieur Sel, J'apprécie souvent votre esprit d'analyse, votre capacité à aller en profondeur, à comprendre les tenants et aboutissants des situations souvent bien complexes... Je me régale de la lecture de vos billets qui mettent des mots sur ce que je suis, le plus souvent, incapable d'exprimer mais que je ressens au fond de moi. Merci donc pour cela. Dans l'affaire que vous décrivez, n'importe qui, à la place de la ministre, n'aurait-il pas fait pareil? Aussi, je vous pose une question. Le problème est moins que telle ou telle personne, fasse pression, use de son pouvoir d'influence, etc. (bien que ce soit très grave à mon sens) que le fait que le système permet ces attitudes et comportements pour le moins anti-démocratiques. N'est-il pas temps alors de faire sauter le système et de mettre en place une autre démocratie comme le préconisent certains (par exemple David Van Reybrouck dans son livre "Contre les élections")? Pourquoi n'évoquez-vous pas cette possibilité? Merci,
    • Marcel Sel
      mai 11, 18:29 Reply
      D'autres gens auraient peut-être fait pareil. Je ne les aurais pas trouvé très recommandables. Mais ils ne sont pas ministres…
    • moinsqueparfait'
      mai 11, 19:26 Reply
      Bonjour, On nous avait déjà vendu la NCP (Nouvelle Culture Politique) sous Verhofstadt. Voyez où est Verhofstadt et voyez où nous en sommes. Le vrai problème, c'est la féodalité belge. C'est la Belgique elle-même, le problème. Si vous n'acceptez pas ça, vous vous condamnez à la désillusion permanente. Cela étant: constater cela, l'admettre en tant que postulat de réflexion pour passer à la suite et être libre d'esprit est bien souvent tout ce qu'on puisse faire car j'ai conscience que cet État, c'est l'Ukraine en moins violent. Ce n'est pas ici que se décident les grandes orientations qui nous concernent. Donc la remise en question de la Belgique peut assez difficilement venir des Belges eux-mêmes, même s'ils ne méritent certainement pas les félicitations du grotesque Di Rupo pour leur "immense maturité démocratique" (sic, on ne rit pas... des gens qui élisent et réélisent des bonimenteurs pareils à longueur de décennies ne sont assurément pas "immensément mûrs démocratiquement"). La meilleure méthode de lutte est celle d'être individuellement libre d'esprit, de sortir du carcan politico-moraliste féodal qui est enseigné ici dès l'école primaire et répété par la presse officielle jusqu'au lit de mort. Ce qui a tué l'URSS, ce ne sont pas les satellites de Reagan et de Bush. Ce qui a tué l'URSS, ce sont les problèmes économiques et démographiques associés à un poison mortel pour tous les régimes basés sur la colonisation des esprits: le désenchantement individuel, la perte de foi dans le système, individu après individu... les gens cessent d'y croire. L'ouvrier fait semblant d'avoir bien travaillé, le contremaître fait semblant de n'avoir rien vu, le directeur fait semblant qu'il ne sait pas qu'on fait semblant, etc. Le soldat ne matte plus la révolte, le sous-offf fait semblant que, les officiers pondent des rapports qui disent que tout va bien... et au-dessus, quand tout s'est mis à fonctionner comme ça, on a une bande de brontosaures qui n'ont plus de maîtrise sur rien. Tout est faux: les chiffres, les rapports, les déclarations du collègue untel, les statistiques de l'amiral machin, etc. Tout est faux. Alors, on menace, parfois on exécute, on gueule, on réforme et reréforme le 52ème plan de réforme quinquennal sur trois ans, etc. mais pour finir, tout foire quand même.
      • uit't zuiltje
        mai 14, 10:05 Reply
        @Moins' j'envie la qualité de votre observation, et votre analyse du complot des bonimenteurs... remonte-t-il à la féodalité, s'agit-il d'un déjà vieux protocole ncp trop postmoderne que pour être déjà amorti, ou s'agit-il d'une disposition particulière de l'élite à la servilité belge... merci d'ouvrir des pistes de l'erreur humaine (mais pas trop humaine comme une ministre dont il ne faux-pas dire le nom pour ne pas nuire aux enfants)...
  42. Julien
    mai 11, 12:36 Reply
    Ah oui ça vous n'allez pas y couper à la tempête de reproche, mais ne vous laissez pas abuser, c'est parce que vous êtes le seul à avoir agis de manière juste dans cet histoire et l'hypocrisie est dans le camp de ceux qui vous dénonce.
  43. Dessi
    mai 11, 12:49 Reply
    Enfin dernière remarque...pourquoi personne ne s'est indigne quand l'article de sud presse est paru..le comportement de la mere était déjà le même...personne n'a rien dit jusqu'a l'intervention de Louis..pourtant les faits étaient déjà la
    • Marcel Sel
      mai 11, 18:34 Reply
      Demandez à ceux des journalistes qui savaient depuis le lendemain de la parution qui avait parlé, et pourquoi. Ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question. L'indignité de SudPresse, en effet, aurait dû être épinglée dès le début.
  44. moinsqueparfait'
    mai 11, 12:54 Reply
    Honnêtement, vous devriez faire attention à vous. [CENSURÉ : je n'accepte pas qu'on fasse un tel procès d'intention violent, même si c'est de bonne volonté et même si j'apprécie le soutien :-)] A mon avis, vous allez avoir des ennuis, Marcel. Je vous souhaite bien du courage.
    • moinsqueparfait'
      mai 11, 19:05 Reply
      Comme vous voulez, Marcel, comme vous voulez. Mais j'ai quelque fois l'impression que bien qu'ayant probablement plus d'accès aux coulisses que moi, vous êtes encore dans la désillusion... Je maintiens ce que je dis, vous en faite ce que vous voulez.
  45. Suska
    mai 11, 15:07 Reply
    Dans son article, Marc Uyttendaele traite le Directeur de St-Michel de poltron. Il aurait selon lui renvoyé les élèves par peur du qu'en-dira-t-on. Je trouve qu'au contraire il a fait preuve de courage. Exercer l'autorité et marquer les limites face à des parents influents est tout sauf une attitude 'poltronne'. Il me semble au contraire que faire dans le même article l'amalgame entre les journalistes 'sagouins' et la direction du collége était autant habile que malhonnête intellectuellement. S'il s'avérait par la suite (ce qui n'est pas le cas à ce jour) que Me Uyttendaele a un quelconque lien avec les parents, ce serait par ailleurs déontologiquement inqualifiable.
  46. Site du CDH
    mai 12, 02:35 Reply
    Plutôt drôle de voir l'info sur ce site : http://www.lecdh-bruxelles.be/content/scandale-sexuel-au-coll%C3%A8ge-saint-michel
  47. moinsqueparfait'
    mai 12, 09:24 Reply
    Toujours aucune allusion dans la presse d'État... J'ai bien l'impression que vous allez vous retrouver très esseulé, Marcel. Tant que vous tapiez sur les extrémistes flamingants, ça allait (à condition de ne pas remettre en cause le dogme de l'existence de la Belgique). Que maintenant, vous vous en preniez à un-e dignitaire du régime, là... Ne vous étonnez pas. Ils prendront le temps qui leur convient et choisiront leur méthode mais ils vous feront passer le goût du pain. C'est garanti sur facture.
      • Pierre@s
        mai 12, 19:06 Reply
        Il reste en fait moins de deux semaines pour que Joëlle Milquet soit éventuellement sanctionnée par l'électeur pour tout ce que vous révélez et qui est en effet inacceptable. Quoique, franchement, le CDH avec H comme humaniste, a ses afficionados qui votent orange par habitude et peut-être génétiquement. Comme le PS, comme le MR.... Cela dit, elle doit vous lire cette égérie CDH. Comme on dit chez nous "rire nos autres". Joëlle, si tu nous lis .......
  48. Jean-Marc L.
    mai 12, 13:53 Reply
    Selon ma source, l'affaire a éclaté plusieurs mois après les faits [Censure : désolé, ce sont des détails confidentiels et sans intérêt ici (et partiellement incorrects d'ailleurs). Merci]. Ils ont donc bien été exclus il y a quelques semaines et pas fin janvier.
  49. John Doe
    mai 12, 19:24 Reply
    LA phrase qu'on retiendra : "Laisser à Laurent Louis le privilège de l’information dit beaucoup de notre société." Heureusement, sans doute, il n'y aura bientôt plus de Laurent Louis. Que les salauds de tous bords se rassurent, ils pourront impunément retourner à leurs petites affaires mesquines, dégueulasses et rémunératrices et à leurs simagrées démagogiques pourraves à l'attention de leur public de veaux. De toute façon, il n'y aurait pas eu Laurent Louis, cet article n'aurait jamais existé. Voilà, voilà...
  50. Vincent
    mai 12, 21:38 Reply
    [Désolé, peux pas publier de précisions - Censuré] C'est subtilement joué. Mettre à distance l'info concernant la partie de jambes en l'air permet d'éviter un problème de déontologie et de se concentrer sur l'info la plus importante. D'une pierre deux coups. Franche culture a relayé sur son site. À quand la presse belge?
  51. moinsqueparfait'
    mai 12, 22:47 Reply
    La morale de l'histoire, finalement, la voici. http://www.standaard.be/cnt/dmf20140512_01102374 "snoep verstandig, neuk een appel"... ---------- Petite note aussi ceux qui croiraient que je ne ris qu'aux enterrements ou que je ne suis qu'un bête francolâtre unilingue (on m'a dit que...).
  52. […] ainsi que l’on crée le « BUZZ« … Les réseaux sociaux chauffent, les bloggeurs se déchainent et même les médias étrangers sont sur le coup. Beaucoup de stars hollywoodiennes pourraient […]
  53. moinsqueparfait'
    mai 13, 18:07 Reply
    Tic, tac... pshhhhit. 13 mai 2014 au soir... Tout le monde aurait-il compris sauf Marcel? :)
  54. miyovo
    mai 13, 18:39 Reply
    Dear Mr Sel, this debate is apparently, at long last, drawing to a close. None too soon IMHO. By trade, I have a (nasty) tendency to quantify stuff (being a believer in the statement "if you can't measure it, you can't manage it"). So I quantified this recent exchange. It's fun, good for the brain, and brings some learnings. In total, 163 reactions to your article. 45 of these were your own "meta-reactions" (your comments on people's comments). That leaves thus a total of 118 reactions, emanating from 49 different people. I don't know if you are happy that as many as 49 people, or disappointed that as few as 49, had opinions to share here, I'll leave that to you to decide. Of course trolls using different ID's cannot be identified as such so this may not be perfect an assessment. From the numbers that follow, your own 45 "meta-reactions" are excluded. One assumption is made, that I would like you to confirm (or deny): the date / time shown for each comment refers to the moment the commentator submits the comment for your review, NOT the moment you release it on your Blog. In that case, we had 35 reactions on May 9th (day you published), 64 on May 10th, 41 on May 11th, 23 on May 12th, which seems to confirm that the wind is slowly abating and the discussion running out of steam. 14% of the comments were posted between midnight and 4 am. That should be worrying some wives (or husbands, although I surmise most of the commentators are males). More than 50% were posted in the afternoons of Saturday or Sunday - that should be worrying the little children who had hoped to play soccer with Dad, only to be told "I'm too busy". C'mon guys, get a life ! There are a few prolific writers: 10 people account for more than half of all the comments: uit 't zuiltje (13 posts), moinsqueparfait (10), Philippe and Oeildemoscou (7), Lachmoneky (6), Pol Hemickh, Tournaisien, Xavier (5), Democrat and Dessis (4). Quantity is measurable. Quality is something else though, and I won't delve into that. I could go on and on and on. I could also include "the first Milquet post" (the one of May 8th), although I doubt it'd change much to the overall picture. My conclusion is: time, high time, to move on. Well, that's all I am saying. love and peace miyovo PS: don't worry, if you are any good with computers, the above numerical analysis takes maybe 15 minutes so I did not waste any time here. I even added a few new tricks to my bag of magic formulas...
    • Marcel Sel
      mai 14, 04:06 Reply
      Thanks for the stats. But the problem is far wider. The lack of confidence of the Belgians in our national press has been widening with this case. So, it must be dealt with.
    • Thierry De Pauw
      mai 19, 22:05 Reply
      Miyovo, If I understand it correctly you argue this : "(1) Nobody cares, or at least the interest for this case is rapidly fading away (I prove it statistically); (2) Therefore let's move on." I believe that the first part is not really established. If you wish to show that the interest for this particular has faded away, you ought to at least compare it statistically with "comparable" situations, most obviously with the other articles published on this blog. I haven't done the job; perhaps you will. In case you find out that a substantial amount of M. Sel's paper generate interest for a much larger period of time, your conclusion will be stronger. Otherwise you won't be able to say much, I don't think. Next, inferring (2) from (1) is (in my opinion) somewhat of a sad statement. After all, aren't we talking about a political leader who, if the facts are established, is using their power and influence to defend a personal interest, with no regard for a "fair usage" of the press? Isn't that baffling? What do you think about? Finally, even though we don't know whether commentators here are married and/or have children, your comment about their lonely wives and lonely children is both very true and somewhat irrelevant to this post. In fact, statistics would perhaps show that your comment is more or less universal: most blogs are crowded with absent dads and husbands.
  55. Andre T
    mai 13, 19:27 Reply
    voir aussi : http://medias-presse.info/scandale-sexuel-au-college-saint-michel-joelle-milquet-ministre-suspectee-davoir-use-de-son-pouvoir-pour-etouffer-les-faits/9695
  56. Pol Hémickh
    mai 13, 21:03 Reply
    Selon mes sources, Marc Uyttendaele ne serait effectivement pas avocat dans l'affaire du collège St-Michel mais serait le Conseil de la Ministre de l'Intérieur et aurait, en cette qualité, rencontré la presse avec elle au début de cette affaire!
    • Suska
      mai 14, 09:41 Reply
      Si c'est le cas, son intervention dans la presse comme donneur de leçon est particulièrement déloyale. De plus, il critique la direction du collège qui ne peut se défendre dans la presse parce qu'elle est l'objet de l'action intentée par les parents. S'attaquer à quelqu'un qui ne peut pas se défendre, voilà ce que j'appelle du "courage" ...
    • Tournaisien
      mai 14, 13:24 Reply
      Je renvoie à l'un de mes commentaires plus haut, où j'évoquais le nom de Marc Uyttendaele. Un commentaire retoqué solidement par notre ami Marcel. Marcel, se pourrait-il donc que vos informations aient été incomplètes. Ah oui, c'est vrai ! Vous allez me rétorquer qu'être avocat de madame Milquet ou être son conseiller juridique, ce n'est pas tout à fait la même chose. Casuistique, mon cher Marcel, casuistique et subtilités phillogiques !
      • Marcel Sel
        mai 14, 14:31 Reply
        Si vous pensez que Marc Uyttendaele a sciemment agi dans l'intérêt de Joëlle Milquet, c'est à vous de le prouver. Je vous souhaite bonne chance. Pour ma part, jusqu'à preuve du contraire, ce n'est pas le cas, même si un coup de fil de l'un-e à l'autre est possible. Je trouve suffisamment révélateur que l'avocat s'attaque unilatéralement au collège, sur des informations incomplètes de mon point de vue (aurait-il eu des informations tronquées ? C'est évidemment possible, mais seul lui peut l'affirmer), plutôt que de s'attaquer à l'avocat qui a clairement manqué, comme le dit un de ses confrères plus haut, de "délicatesse".
  57. moinsqueparfait'
    mai 14, 11:01 Reply
    Sujet au départ un brin olé-olé. Mais qui pour ma part m'aura ouvert les yeux sur quelque chose: il y a des gens qui, bien qu'ultra-informés, qui bien qu'ayant tout sous les yeux pour n'avoir qu'à les ouvrir, se font encore des illusions sur le degré de pourriture de ce "pays" et de son régime ploutocratique. La nationalité belge est manifestement un phénomène d'addiction induite et entretenue. C'est très dur d'en sortir.
  58. SIMON Jean
    mai 14, 18:47 Reply
    Après tant de point de vues et pour tenter de faire court dans l'évaluation de cette pénible affaire, ce qui paraîtra sans doute réducteur à d'aucuns, souvenons-nous de Machiavel pour qui "gouverner c'est faire croire".
  59. moinsqueparfait'
    mai 15, 14:03 Reply
    Voilà, Marcel. Vos confrères de la presse du Centre Dupéÿis ont ouvert le feu. C'est terrible. Pour peu, on dénoncerait une cabale... http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/milquet-a-la-guerre-comme-a-la-guerre-avec-le-potin-des-avions-en-sourdine-5373958e35704f05d692a649
    • Tournaisien
      mai 16, 07:59 Reply
      @ Moinsqueparfait Vous en doutiez ? Grand naïf, de même que Marcel d'ailleurs. Je crois qu'il est clair désormais pour tous qu'il s'agissait d'un pétard mouillé. Il n'y aura plus d'affaire Milquet, il n'y a pas d'affaire Milquet, il n'y a pas eu d'affaire Milquet, il n'y a jamais eu et n'y aura jamais d'affaire Milquet. Point à la ligne, punt aan de lijn.
      • moinsqueparfait'
        mai 17, 20:51 Reply
        Généralement, je suis davantage accablé pour mon cynisme que pour ma "naïveté"...
  60. David
    mai 16, 12:10 Reply
    Une semaine plus tard... Pchiiit fait déjà le pétard, hélas. Hélas, même votre grain de sel n'a pu faire que cela change, pourtant un si bel article, un moment j'y ai cru. Ce silence de Milquet, et le bruit d'une chronique d'un avocat sur une affaire aussi importante pour les fondements de valeurs démocratiques, me glacent comme jamais. La boite de pandore s'ouvre pour laisser libre court à tous les amalgames et tous les fantasmes les plus fous. Ce silence, ces démarches pour discréditer/étouffer l'affaire, risquent pour certains de s'amalgamer avec d'autre part l'impression d'acharnement politique, médiatique et judiciaire à l'égard d'un certain LLouis. Le vrai, le faux s’entremêlent, allez expliquer aux pourfendeurs du tous pourris qu'ils ont tort? Qui à part vous Marcel Sel, a osé dire que cela ne va pas, bien peu de monde si ce ne sont des personnes généralement mal considérées. Et pourtant, tout le monde en parle, mais sous le manteau, tout le monde à peur, mais personne ne réagit, par notre laisser faire, nous cautionnons. La lâcheté de la presse vaut la notre, mais pas vous Marcel, encore bravo et tout mon soutien, même si je ne suis pas toujours d'accord avc vous, je me battrai pour que vous ayez toujours le droit de vous exprimer librement, il en va de notre liberté. Cette affaire, après quelques jours de recul est à mes yeux le coup le plus grave à nos valeurs démocratiques de base ces dernières années. Et pourtant, rien, ou presque, effrayant, pas un élu des partis traditionnels n'ose réagir. Les extrémistes se frotent les mains et moi, j'en ai les larmes aux yeux.
      • Tournaisien
        mai 16, 15:58 Reply
        Je le répète : je crois que ce black out s'explique, entre autres, par la nécessité de ne pas introduire une faille dans ce qui pourrait être un front francophone après le 25 mai. Par ailleurs, il y a une relative unanimité au sein du PS pour reconduire l'Olivier, au moins en Wallonie. À Bruxelles, en revanche, PS et MR pourrait bien convoler en justes noces, seul front crédible pour faire barrage à la NV-A, éventuellement suivie par le CD&V. Je me résume donc : Le PS et Ecolo ne vont pas flinguer Milquet et donc le CDH dont on aura besoin à la Région wallonne. Le signal envoyé par Demotte (oliviers offerts aux membres de la majorité à Namur) est on ne peut plus clair. Quant au MR, il pourrait s'allier au PS à Bruxelles. Qui aurait donc, côté francophone, intérêt à tirer à bout portant sur Milquet ? Le PS : certes non, pas dans une hypothèse de reconduction de l'Olivier à Namur, voire d'alliance à Bruxelles. Ecolo : non plus, pour les mêmes raisons. Le MR : de peur d'être marginalisé, comme cela semble à tout le moins se préciser à la RW, a tout intérêt à se montrer sous son plus beau jour et à ne pas en rajouter. En clair, tout le monde se tient par la barbichette, et ce d'autant plus que l'argument qui tue est celui de la nécessité d'un futur front uni des Francophones, en cas de tsunami nationaliste en Flandre. Je trouve un écho de tout ceci à Tournai, où nous avons vécu et où nous continuons à vivre une situation semblable. L'arrivée de Rudy Demotte a tétanisé les autres partis traditionnels aux dernières élections. Obnubilés par leur désir de monter en majorité avec lui en 2012, le CDH, Ecolo et le MR n'ont lésiné sur aucun renoncement pour plaire à celui que chez nous on appelle "le petit marquis". Au point même de se faire carpettes, de servir la soupe à son excellence, de surenchérir sur les thèses de sa grandeur des Collines. Et depuis 2012, le cirque continue. Le MR, qui est en majorité avec Demotte et le PS, ne cesse de se renier (il n'est pas un point de son programme affiché avant les élections qui ne soit systématiquement bafoué), et les deux autres, CDH et Ecolo confondus, s'évertuent encore et toujours, eux-mêmes, à se taire dans toutes les langues, même devant les entorses manifestes au code de démocratie locale de notre bourgmestre empêché (Non seulement monsieur Demotte préside le Conseil communal, ce qui en cas d'empêchement pour cause de conflit d'intérêts potentiels, est rigoureusement proscrit par ledit code, mais il assiste, en contrindication avec le même code, aux collèges des bourgmestre et échevins). Leur but avoué est assez clair : on n'est jamais assez prévoyant, jamais assez en anticipation; il faut se positionner, mode carpettes, d'ores et déjà pour 2018. Tout ceci est l'illustration la plus parfaite de ce que notre modèle de scrutin à la proportionnelle ne fonctionne pas, qu'il est fondamentalement anti-démocratique, contribuant bien au contraire à maintenir à la tête du pays une caste d'oligarques dont le seul but, inavoué, est de se prolonger le plus longtemps possibles aux manettes. De ce point de vue, avouons le, le système majoritaire à deux tours comme en France, même s'il est imparfait, est autrement satisfaisant, car il responsabilise beaucoup plus les équipes au pouvoir. Le black out sur l'affaire Milquet, tant du monde politique et, son corollaire, d'une presse soucieuse de rester politiquement correcte, n'est en somme qu'une expression, un symptôme de ce dysfonctionnement de nos institutions démocratiques.
  61. welschdesmarolles
    mai 16, 15:21 Reply
    Monsieur Sel, Voici quelques commentaires sur le forum du Soir à propos des "garçons en jupe à Nantes" Au fil de la conversation, d'aucuns ont parlé de l'affaire de Saint-Michel. A 14h30, j'ai mis en lien cet article en croyant qu'il disparaitrait rapidement. Il y est toujours à 15h17. Lien de cet article: http://www.lesoir.be/546436/article/actualite/france/2014-05-16/des-eleves-francais-en-jupe-pour-lutter-contre-sexisme Merci pour votre courage. Je suis vraiment choqué du silence assourdissant autour de cette affaire!
    • Marcel Sel
      mai 17, 14:36 Reply
      Merci Welsch. Notez que dans la case "nom", il vous suffit de mettre votre pseudo :-) Sinon, désolé, j'ai retiré les commentaires parus sur le journal Le Soir, je ne tiens pas à ce que mon blog se transforme en forum-bac-à-sable :-) (ce n'est pas une critique envers Le Soir, la modération coûte cher, moi, je ne modère que quelques articles par semaine).
  62. Thingol
    mai 22, 10:51 Reply
    Pensez-vous que la chute de Milquet en popularité dans le dernier Baromètre Politique s'explique par ce que vous dénoncez dans votre article malgré l'omerta médiatique ? C'est particulièrement spectaculaire (-6 %, de 19 à 13 %) et je ne vois pas d'autre explication dans ce qui a le "droit" de paraitre dans la presse. Si oui, ça montre la puissance des réseaux sociaux qui arrivent à transmettre une info au public sans aucun relais des médias traditionnels
    • Marcel Sel
      mai 22, 18:14 Reply
      Non, je ne pense pas. Peut-être partiellement, mais c'est surtout la gestion ahurissante du survol de Bruxelles qui l'a fait plonger.
  63. lenain
    mai 24, 13:37 Reply
    Il est bien connu que le groupe SUDPRESSE n'est qu'un ramassis d'âneries propre à ses journalistes qui ne cherchent qu'à faire de la vente... Ils me font penser à celles et ceux qui rédigent les articles pour "DETECTIVE" ou toute autre cochonnerie du genre. Dans un procès qui m'a concerné le journaliste n'a pas moins fait que de mélanger l'audience précédant la mienne et celle qui me concernait !!! Pendant les audiences ce dernier prenait des "notes" tout en discutant avec son collègue !!! Résultat des courses, un article rempli d'erreurs... [CENSURÉ : INFORMATION CONCERNANT UN DECES D'UN TIERS] Alors pour en revenir à l'article concernant les déboires [du proche de] Milquet et les interventions disgracieuses, manipulatrices, offensantes et imprégnées d'abus de pouvoir; il serait temps que la Belgique bouge son cul pour élargir la diffusion des malversations de la ministre concernée. Concernant la vidéo et dénonciation de cette affaire par Laurent LOUIS, cela était de bonne guerre suite à l'interdiction de son meeting à Anderlecht (je pense). Après tout, j'en aurais fait tout autant. [NOTE DU CENSEUR SEL : L'INTERDICTION PORTAIT SUR LE FAIT QUE PLUSIEURS ANTISEMITES NOTOIRES ETAIENT INVITES, JE NE PARLE PAS DE SOI-DISANT ANTISIONISTES, MAIS DE GENS CONDAMNES POUR PROPOS OU ECRITS ANTISEMITES. LES EVENEMENTS D'AUJOURD'HUI MONTRENT OU MENE LA TOLERANCE À CE GENRE DE DISCOURS.] Je suis parvenu suite à la diffusion de condisciples [du proche de] Milquet de connaître toutes les données concernant ce dernier : nom, prénom, date de naissance, adresse, téléphone ... Idem pour [un-e autre protagoniste] ! [CENSURÉ : REVELE LA PERSONNALITE D'UN MINEUR] Maintenant sans prendre parti uniquement sur CDH qui me dégoûte, on pourrait s'étendre sur les déboires [d'autres politiciens ou de leurs proches] Un livre que je conseille vivement à toutes et tous, le livre de Maître Xavier Magnée : Dutroux, un pervers isolé ? dans lequel il est difficile d'avaler toutes les négiigences de l'enquête. [Merci de ne pas jeter la suspicion tous azimuts, il n'y a de surcroît aucun rapport entre Dutroux et les ministres que vous avez cités, ne pas mettre dans le même sac affaires familiales ou conneries d'ados et meurtres crapuleux. Merci]
    • lenain
      mai 26, 11:48 Reply
      Je vous remercie Monsieur Marcel Sel d'avoir rectifié mes propos qui auraient pu, qui sait, me mettre hors légalité. Mais j'avais écrit mon avis comme on dit : la rage au ventre. Je vous souhaite une bonne continuation et au plaisir de lire vos articles.
      • Marcel Sel
        mai 27, 01:43 Reply
        Je comprends, j'essaye de ne pas censurer les idées, mais vous ne m'avez pas rendu la tâche facile :-)
  64. lenain
    mai 24, 14:24 Reply
    déso pour mes fautes d'ortho monstrueuses ! Et lire : pour éviter de retrouver les frasques...
  65. PJBC
    mai 28, 13:32 Reply
    [Désolé, je ne promeus pas les pétitions dont l'énoncé est xénophone. Entre autres.]
  66. Renaud
    mai 30, 10:53 Reply
    A y est, la presse étrangère en parle : http://blogs.rue89.nouvelobs.com/histoires-belges/2014/05/29/scandale-sexuel-dans-un-college-bruxellois-les-silences-de-la-presse-belge-233006 Mais toujours rien chez nous.
    • Marcel Sel
      mai 30, 11:06 Reply
      Faux désormais, mon article est paru dans M… Belgique, qui en principe devrait être dans les kiosques aujourd'hui (à moins que ce ne soit demain… mais vraiment au plus tard.) M… Belgique a osé ce qu'aucun autre média n'a osé en Belgique, quoique je doive ajouter que Diederick Legrain, qui a écrit l'article dans Rue89 est belge.
      • uit 't zuiltje
        mai 30, 19:16 Reply
        zut ya pas M... aujourd'hui dans mon village flamand, mais ya: http://www.arte.tv/guide/fr/050868-000/oui-mais-non?autoplay=1 jusqu'à mardi sur arte
        • uit 't zuiltje
          mai 30, 20:51 Reply
          super intéressant côté brosse à reluire de l'autosatisfaction belgicaine
  67. Jean SIMON
    mai 31, 08:17 Reply
    Pour info. http://blogs.rue89.nouvelobs.com/histoires-belges/2014/05/29/scandale-sexuel-dans-un-college-bruxellois-les-silences-de-la-presse-belge-233006

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.