Joëlle Milquet a-t-elle abusé de sa position ?

Selon plusieurs sources, la vice-première Ministre Joëlle Milquet se serait mêlée de façon abusive de l’affaire de la soirée libertine qui a valu à six élèves d’être exclus du Collège Saint-Michel. En soi, cette soirée ne nous intéresse pas : ce que des mineurs font ensemble de façon consentie ne peut regarder qu’eux, leurs parents et la direction du collège. Là où l’affaire prend corps — si j’ose dire —, c’est quand une ministre est soupçonnée d’avoir violé le principe de séparation des pouvoirs, et d’avoir infligé une forme particulièrement abjecte et hypocrite de torture psychologique à une mineure.

Selon Het Laatste Nieuws, «[la ministre] aurait donné une interview anonyme dans laquelle elle aurait exprimé de lourdes critiques à propos de la fille [qui a participé à la soirée libertine]», évoquant une «nymphomane» et une «dérangée» et laissant entendre que sa tenue légère montrait des intentions lubriques (c’est bien connu, si une jeune fille est en nuisette, c’est qu’elle a déjà dit oui d’avance… qu’en pensent les féministes ?) Si la ministre de l’Intérieur a réellement tenu de tels propos, l’affaire serait trop grave pour qu’on la laisse à la seule obscénité et au besoin de publicité d’un député populiste.

D’abord, parce que la ministre se serait alors sciemment attaquée à une mineure d’âge au travers d’un journaliste qui aurait recueilli et diffusé des propos abjects. Aujourd’hui, dans l’école, tout le monde sait évidemment qui est «la fille» en question. Les insultes (nymphomane, dérangée) publiées n’auront pas échappé à ses ami-e-s, à sa famille. Il est odieux d’imposer à une adolescente une telle torture. Il est même insensé de présenter une expérience dans l’univers complexe du plaisir et de la sexualité adolescente comme l’acte d’une «dérangée». La protection des mineurs ne peut se limiter à la mention de leur nom. Le journal qui a diffusé ces phrases a sciemment violé l’intimité et porté atteinte à l’honneur de cette jeune personne. Le Conseil de Déontologie journalistique me semble devoir intervenir. Et si une ministre est à l’origine de cet acte diffamatoire, cette atteinte à l’honneur et ce harcèlement envers une mineure, elle doit s’en expliquer et tirer les conclusions logiques d’un tel abus, soit démissionner.

Car Joëlle Milquet aurait alors abusé de son influence pour (faire) juger publiquement une jeune fille qui n’a enfreint aucune loi. Vu son âge, en tant que ministre de l’Intérieur, il fallait au contraire la protéger, la rassurer, et en aucun cas la juger. Du reste, il était inadmissible de faire porter le chapeau à un-e seul-e des protagonistes sous prétexte qu’elle était du sexe faible. Mais y-a-t-il même un chapeau à porter ? Dans une société où le cinéma a fait la part belle aux femmes qui se partagent, de Jules et Jim à Douche froide en passant par Vicky Cristina Barcelona, où le porno et ses «gangbangs» (visiblement, une presse prompte à l’accusation est néanmoins très au courant des termes à la mode dans le milieu du film cochon) est accessible à tout jeune un tant soit peu curieux-e ou débrouillard-e, comment peut-on tolérer qu’un-e adulte reproche publiquement à une ado d’avoir «expérimenté» des pratiques jetées à la face des jeunes par écran interposé, par des adultes soi-disant responsables ?

Troisième question brûlante : si Joëlle Milquet a bien tenu de tels propos, elle qui a voulu une loi contre le sexisme, son engagement féministe (mot que j’ai bien envie de mettre entre guillemets ici) serait-il encore crédible ? Pourrions-nous même accepter un tel mépris de la dignité des femmes de la part d’une vice-première ministre ? Notre société en serait-elle encore à qualifier de Don Juan, de playboy ou de sacré gaillard un adolescent qui serait parvenu à glisser cinq filles sous sa couette, quand une fille qui ferait de même serait une nympho chtarbée ? De l’utilité d’un ministère des droits de la femme : cette semaine, ils ont été réduits à une pistil de pissenlit. Peut-être même par une femme !

La quatrième question touche aux fonctions même de Joëlle Milquet. D’après le journaliste juridique du Laatste Nieuws, si l’ex-présidente du Centre Démocrate Humaniste (sic) a bien tenu ces propos, et que l’affaire a des suites judiciaires, «l’interview donnée par la ministre peut être considérée comme une tentative d’influer sur le cours de la justice et constituerait une infraction à la séparation des pouvoirs.» Pour rappel, Joëlle Milquet est ministre de l’Intérieur, responsable de la police, proche, dans la pratique, du pouvoir judiciaire.

Il y a enfin la cinquième question qui porte sur la presse, le quatrième pouvoir, censé subvertir et surveiller les trois autres : la ministre aurait fait pression sur certains journalistes pour que son nom ne soit pas cité. Ce ne serait pas la première fois qu’un-e ministre tente d’empêcher la diffusion de quelque chose, très loin de là. Presque chaque info un tant soit peu détonnante que les médias «sortent» a fait l’objet de pressions. Mais dans ce cas-ci, les rédacteurs en chef pensaient être pieds et poings liés par la loi sur la protection des mineurs. Ils n’ont pas eu peur, ils n’ont été empêchés par personne et ils n’ont pas voulu soustraire les faits à l’opinion publique. Toutes mes conversations d’hier et d’aujourd’hui avec des journalistes allaient dans le même sens : ils ne voyaient pas comment passer outre une loi qui les clouaient au sol et c’est tout à leur honneur. La solution n’était pas immédiate : il fallait n’évoquer que les reproches portant sur la ministre elle-même et faire abstraction du reste.

Mais plus important peut-être : nous ne pouvons en aucun cas laisser un député abonné à l’abjection brandir une pseudo-omerta, confisquant ainsi le débat public à son propre avantage et à celui de ses théories de complot. La question n’est pas de savoir si on peut parler de l’affaire, mais comment faire pour en parler légalement. Peu importent les raisons pour lesquelles Joëlle Milquet aurait éventuellement abusé de son pouvoir. Seuls comptent les abus dont elle se serait, ou non, rendue coupable. À la ministre de se défendre et de nous rassurer. Aux journalistes de poser les questions qui fâchent. Le principe étant qu’on ne peut impunément briser la vie, l’honneur et la réputation d’une innocente. Il y a probablement une leçon à tirer de ceci : si l’on ne cherche pas rapidement une façon légale de présenter une info qui nous brûle les doigts, ou si nous hésitons, les complottistes s’en emparent, l’utilisent au bénéfice de leurs théories fumeuses et la diffusent à la vitesse grand v sur les médias. Il vaut alors mieux prendre le risque de mettre une ministre sur la sellette injustement (elle est majeure vaccinée et en état de défendre son point de vue) que de laisser la démocratie à l’abandon. Les loups, les rapaces et les hyènes n’attendent que ça pour lui faire son affaire.

Joëlle Milquet doit, comme tout-e ministre sur lequel (laquelle) pèse des soupçons graves, être confrontée aux questions que se posent un nombre croissant de citoyen — à en juger par les remous sur les réseaux. Le cas échéant, cela lui permettra de réfuter les accusations portées contre elle par diverses sources (dont Het Laatste Nieuws, Brusselnieuws, Clint.be, VTM, Sud Presse)

À deux semaines des élections, l’électeur est en droit de savoir à qui il a affaire avant de se rendre aux urnes.

Previous Élio Di Rupo, libérez immédiatement Dipika, 5 ans !
Next Milquetgate : vendetta contre une jeune fille, avec SudPresse pour dragon.

You might also like

0 Comments

  1. Philippe
    mai 08, 08:05 Reply
    Si les faits sont avérés, c'est une faute. Provenant d'un Ministre, une faute d'autant plus grave ! Cette période électorale nous rappelle les limites de certains... Une langue peut-être trop pendue (Milquet), le bon mot qui toujours "tue" (Reynders), dévoiler son véritable profil flamingant (Beke), ne sans doute pas hésiter à détourner des moyens public pour sa campagne (de crem) etc.... Cette désespérante envie de se positionner, de croire exister, de faire parler de soi les expose aux embardées. Décidément il n'y a que la nva et le VB qui n'ont pas besoin de faire cela (quoique) pour qu'on les sentent ! Les produits digérés enfin sortis sentent toujours très fort...
  2. ThM
    mai 08, 09:17 Reply
    Ne faut il pas poursuivre avec la plus grande sévérité ce député qui divulgue des informations de manière illégale? Qu'en pensez-vous?
    • Marcel Sel
      mai 08, 09:58 Reply
      Bien sûr. Mais c'est aux personnes lésées de le poursuivre…
      • Sfia Bouarfa
        mai 08, 20:54 Reply
        Le député en question n'a rien révélé si 1 ministre fédéral n'avait pas donné 1 interview anonymement. [Désolé, Sfia, je censure les phrases qui permettent d'identifier un mineur, même si elle a du sens.] Conclusion ladite ministre "anonyme" a réagi pour moi comme une personne de pouvoir [Même remarque].
          • Marcel Sel
            mai 09, 17:59
            Non, je sais Sfia, mais même permettre simplement de savoir de qui il s'agit est interdit :-)
  3. CONNARDO
    mai 08, 09:42 Reply
    Modérez bien : vous profitez du fait que Laurent Louis, que vous salissez comme la meute, ait eu le courage de dénoncer le nom de la ministre et vous vous en servez en oubliant de parler de Laurent Louis, quand il a fait le travail pour alimenter votre blog. Pauvre type
    • Marcel Sel
      mai 08, 10:01 Reply
      Parce que le député a enfreint la loi pour faire un buzz qui n'intéresse que les voyeurs et les commères. Je m'intéresse à la seule partie potentiellement scandaleuse de l'affaire qu'on ait le droit de traiter sans violer le droit d'un mineur à sa vie privée. Si c'était votre enfant, vous penseriez quoi?
      • laurent
        mai 10, 16:43 Reply
        personnellement ce serais ma fille qui serais impliquée et que l'on salirait de la sorte comme cette fédérale le fait, je lâcherais tous dans la presse comme elle l'a fait mais pas en tant que anonyme, et si la presse belge était trop lâche pour publier mon article je passerais par médiapart ou le canard enchainé qui sont a mon avis les seul vrai journaux indépendant
  4. Thibault
    mai 08, 10:26 Reply
    La seule "affaire" serait ce que madame Milquet aurait dit ou fait. Si elle a effectivement ça, elle n'aura été que dans le même sens que l'école elle-même qui voulait couvrir ce qui s'était passé. Milquet aurait-elle exercé des pressions sur l'école? Au delà de ça, si ce dont on la soupçonne est avéré, y-a-t-il un moyen légal de prouver ce qui, jusqu'à présent, sont des allégations? Le journaliste qui l'aurait interviewé pourrait-il légalement fournir un extrait audio où madame Milquet dit effectivement ce dont on l'accuse? Et si la presse n'a pas publié ce que tout le monde savait déjà, [CENSURÉ], est-ce vraiment pour des raisons de pression et pas parce que, heureusement, certains médias auraient encore un certain code déontologique (je ne suis pas naïf rassurez-vous)?
    • Marcel Sel
      mai 08, 12:23 Reply
      Je ne crois pas que la presse cède aux pressions, c'est au contraire le code déontologique qui les paralyse. J'ai la chance d'avoir un blog indépendant, je peux me permettre plus que la plupart des journalistes, mais il va falloir que les médias traitent l'affaire. Comme le disait David Leloup, on ne peut pas en laisser l'exclu à Laurent Louis qui viole clairement la loi.
      • Lachmoneky
        mai 09, 18:27 Reply
        Il me semble que le message de Thibault contient des informations qui concernent un mineur et permettent de l'identifier (au moment des faits) et qui devraient donc être censurées?
  5. François De Smet
    mai 08, 10:27 Reply
    Je plains de tout cœur les rédactions plongées dans le dilemme d'avoir à traiter une affaire qui gonfle de jour en jour sur les réseaux sociaux en respectant à la fois la loi, la protection de la vie privée et le droit d'informer. Impossible en effet de traiter du volet "pression éventuelle" sans lâcher le nom de la ministre concernée, et donc de sa progéniture. Quel étrange parfum de schizophrénie, où les médias livrent des articles anonymisés tout en devant immédiatement censurer les commentaires. La nature ayant horreur du vide, l'appétit d'info est comblé par les réseaux sociaux, du pire (#laul) au plus estimable (Sel). Beau sujet annexe sur la perte du monopole de l'information par les médias traditionnels.
  6. GuyF
    mai 08, 10:32 Reply
    Voilà encore une "preuve" de la toxicité des religions ! lol ! Si ces braves petits jeunes n'avaient pas été en retraite religieuse notre ministre aurait pu poursuivre son sordide racolage du " multicultuelle" comme elle dit pour justifier - NON cela ne justifie rien en rien - la suppression de la référence au "catho" dans son parti. Mais c'est aussi merveilleux de constater que même un être aussi abject que LL peut parfois servir à quelque chose !!! Sans lui la turpitude ministérielle serait passée bien inaperçue.
  7. DUPONT
    mai 08, 10:33 Reply
    Cette affaire est évidemment complexe, comme vous le soulignez bien. Les déclarations de J. Milquet doivent être prises au conditionnel. Je suis assez dégoûté de voir une presse qui tombe de plus en plus dans la peoplelisation, voire pire dans la poubellisation d'informations qui finalement empêche un vrai débat de société. Je me méfie aussi de tous les chevaliers blancs avec leur armure morale dite indestructible. Le proverbe "on n'est jamais sali que par plus sale que soi" se révèle souvent très vrai! Qu'aurais-je fait, comme simple parent, devant une situation semblable? Et vous? Qui sait d'ailleurs l'exacte vérité sur ce fait plus que déplorable, mais qui concerne des mineurs? Attention donc aux grandes envolées démocratiques! Le fils de Onkelinx qui se drogue, les frère de Di Rupo devant la justice, etc, etc.. Ces tapages médiatiques racoleurs alimentant les conversations de café de commerce nuisent au débat de fond qui reste de savoir dans quelle société nous voulons vivre.
  8. Joseph Junker
    mai 08, 10:48 Reply
    Ce qui m'atterre surtout dans cette histoire, c'est le comportement des parents. Ils ne semblent pas trop s'inquiéter de l'avenir de Pierre-Henri du fait qu'il trouve normal de participer à une partouze dans des circonstances pas complètement claires et non élucidées en les murs du collège (voire d'un monastère catholique), ni qu'il ne soit capable à 16 ans de discerner qu'il fait une c***ie quand il est "réveillé à 4h30 pour participer à un attentat à la pudeur dans le dortoir d'un couvent". Une maman minimisait même les faits comme "bêtise d'ado". Non, là où l'avenir de leur enfant les inquiète, c'est quand Charles-Edouard est renvoyé de l'école huppée qui lui assurera de devenir un bon bourgeois comme Papa et Maman. Et tant pis si ce même collège huppé doit désormais accepter de tolérer un bordel ambulant sous la pression d'un ténor du barreau, pourvu que fifi y revienne. Soyons honnêtes, si j'étais l'un de ces parents je crèverais de honte. Pas du comportement de nos fils mais de celui des autres parents et d'y être assimilé. Ces parents seraient bien inspirés de ramasser ce qui leur reste de dignité et de rentrer chez eux remplir leur rôle d'éducateur en mettant à Pierre-Paul l'engueulade de sa vie et en l'aidant à assumer ses c***ies et leurs conséquences. Quand à l'identité des mineurs, j'entend bien qu'elle soit protégée. Mais je ne vois pas au titre de quoi on protégerait celle des parents qui ont un comportement si atterrant, à plus forte raison s'il s'agit d'une ministre fédérale d'un parti qui prétend au vote conservateur et est soupçonnée de collusion d'intérêt. (Et notez qu'il y a 1200 élèves à St Michel, nul besoin du clown en chef L. Louis pour être au courant de l'affaire)
    • DUPONT
      mai 08, 17:21 Reply
      Que connaissez-vous de ce qui se dit dans ces familles? Que connaissez-vous des réactions des parents face à leur enfant coupable? Une prise de position publique critiquable n'est pas une prise de position au sein de la famille. Dans l'éducation, il y a aussi deux choses à enseigner: tolérance et pardon, ce qui n'est pas synonyme de laxisme.
      • Marcel Sel
        mai 09, 00:08 Reply
        On a dit que les enfants n'étaient pas le sujet !
      • Joseph Junker
        mai 09, 09:21 Reply
        C'est justement d'abord la position publique que je critique. Et c'est en raison de cette position publique scandaleuse des parents (dont un ministre fédéral) que je réagis. - minimisation des faits - critique ouverte de l'école et de son directeur... par un discours moralisant et au noms des valeurs catholique (un comble !). - Réaction par voie de justice et de presse avant d'appeler au respect de la vie privée "pour défendre leurs enfants" (en profitant du même communiqué pour attaquer l'attitude de l'école, encore un comble !) - Possible abus de position politique pour le ministre Toutes ces choses sont non seulement hautement critiquables, mais justifieraient aussi grandement à mes yeux que la presse s’intéresse aux actes d'un "homme politique" qui prétend recueillir le vote conservateur, soutenir les directions d'écoles et jouer le chevalier blanc de l'éthique. Les enfants, on s'en moque (ou plutôt on s'en moque pas du tout, mais ce n'est pas d'eux dont il faut et on veut parler). Néanmoins, pour répondre plus précisément à votre question sur l'attitude des parents en famille : non, on ne peut pas parler d'une attitude de parents-éducateurs digne de ce nom. Certes, ces faits ne présument pas forcément de ce qu'ils ont dit à leurs enfants, mais à supposer qu'ils leur aient tenu un discours fort et digne - ce dont il est permis de douter- il serait complètement miné par leurs prises de positions répandues à dessein publiquement par voie de presse. Je ne vois pas en quoi les gamins pourraient être aidés à assumer leurs c***ies après de telles attitudes publiques. (lesquelles minent d'ailleurs tout simplement toute attitude de parents digne de ce nom en règle générale). Le collège n'a pas besoin de devenir une maison de tolérance pour enseigner cette dernière, et le pardon n'exclut pas la sanction.
  9. hans
    mai 08, 10:48 Reply
    sans les détails, ça manque de sel...
  10. Pfff
    mai 08, 11:34 Reply
    Quant on est à l'adolescence, on se cherche, on s'éprouve, on n'a pas toujours le soucis de ce protéger. Tout le battage autour de cette histoire est vraiment dégueulasse pour la jeune fille et les garçons. La seule chose à faire est de ne pas alimenter la canleterie. Ce qui se passe à Saint-Michel, reste à Saint-Michel.
  11. KA_oru
    mai 08, 11:40 Reply
    Concernant cette affaire, j'ai l'impression que personne ne se rappelle que la majorité sexuelle est fixée, en Belgique, à 16 ans. Les pratiques de ces jeunes gens n'ont donc rien d'illégal, à partir du moment ouù il y a consentement. La sanction de l'école doit donc porter sur un comportement inadéquat par rapport à leur règlement d'ordre intérieur. Les déclarations anonymes incriminant la demoiselle sont discriminantes, peu importe qui les a dites. Personnellement, au vu de l'ambiance sociétale et l'image de la femme renvoyée dans les médias, mon opinion est que cette fille est une victime inconsciente du systèm du système (comprenez qui a appris -en l'occurence par les médias et la société au sens large, je présume que ses parents n'avaient pas l'intention de lui inculquer l'envie d'un gangbang, mais ça reste une hypothèse, je ne connais pas les parents- donc je disais, qui a appris à croire qu'en tant que femme, elle trouverait sa place grâce àses charmes et en satisfaisant sexuellement d'autres). La question a se poser est donc pourquoi en arrive t'on a de tels comportements, et surtout, comment pouvons nous rétablir une image plus respectueuse de la femme dans nos sociétés. A ce niveau, je m'attendrais à ce qu'un(e) ministre de l'intérieur réagisse publiquement pour entammer une réflexion sur ce sujet... et prendre des mesures pour arrêter les dégâts chez les jeunes. Ce scandale est finalement traité de telle sorte que l'on passe à coté de l'essentiel. Qu'est-ce qui pousse des jeunes à avoir ce type de comportement ? Au lieu de ça, on parle de qui a dit quoi, de qui sont les enfants en question (alors que s'ils avaient plus de 16 ans et étaient consentant, ils n'ont pas enfreint la loi) des recours des parents et de l'implication d'un ministre en tant que source anonyme... Bref, si c'est effectivement un mlinistre, de sexe féminin, se réclamant féministe et ministre de l'intérieur qui a fait ces déclarations, l'analyse faite par Marcel est tout a fait correcte (et effrayante). MAis en se focalisant la dessus, on passe à coté d'un probleme beaucoup plus fondamental de "notre " société.
    • France Dubois
      mai 08, 18:13 Reply
      La jeune fille en question à 15ans ce qui implique qu'elle ne peut pas être considérée comme consentante au regard de la justice. Certains garçons impliqués en avaient 16. Il y a donc attentat à la pudeur.
      • Marcel Sel
        mai 09, 00:24 Reply
        France, c'est clair, mais la différence d'âge est minime. Certains enfants sont plus vite mûrs que d'autre. Il y a la part juridique de la chose et la part, disons "vécue".
      • Philippe
        mai 09, 11:17 Reply
        Qu'on leur foute maintenant la paix à ces jeunes ! Il faudrait inventer les délits de connerie...
    • Philip Hermann
      mai 08, 22:03 Reply
      La mineure n'avait apparement que 15 ans et donc pas la possibilite de consentir... La video de Laurnt Louis a vait atteint les 120 000 vues lorsque je l'ai visionnee...nous aurons droit au debat de societe et l'article de Marcel Sel est le meilleur que j'aie pu lire sur le web....car a ce stade, le debat c'est le comportement d'une ministe qu'il doit porter, c'est le debat sur la separation des pouvoirs, sur les pressions exercees...si vous voulez mon avis le debat sur le fait divers n'est que tres anecdotique et si les faits avaient eu dans un athene quelconque...les faits n'auraient pas fait deux lignes dans les journeaux!
      • Lachmoneky
        mai 09, 05:02 Reply
        C'est exactement ce que je pense. La lettre de la loi devient un peu ridicule si, à quelques 2-3 mois près, l'un est "majeur" et l'autre "mineur". Ainsi, une relation entre deux "mineurs" de 15 ans 10 mois l'un et 15 ans 11 mois l'autre est vue légalement d'une façon, un mois (!) plus tard, elle sera pénalement passible de poursuites dans le chef du plus âgé (M ou F d'ailleurs, peu importe), et encore un mois plus tard, elle ne sera plus qu'une relation entre deux "adultes" consentants. Et je me rappelle fort bien qu'il y a un peu plus de 50 ans (!)(1962-63) certains jeunes s'éclipsaient lors de certains voyages scolaires... avec une "certaine" discrétion. Et il me semble qu'à cette époque, la majorité sexuelle était à 18 ans. Ce qui est lamentable est précisément le manque de respect vis-à-vis de ces jeunes qui découvrent (bien maladroitement) la vie.. et vis-à-vis de leur famille, et le battage qu'en fait une certaine presse. Décidément, la proximité des élections ne fait que montrer les limites de certains.
  12. Marc Toussaint
    mai 08, 12:05 Reply
    Cher Marcel, merci pour ce billet. Vous omettez de préciser que la "Mère Milquet" est aussi ministre de l'Egalité des Chances"... Un comble !
  13. miyovo
    mai 08, 12:32 Reply
    This is very disappointing, and to coin a phrase, "I beseech you, in the bowels of Christ, think it possible that you may be mistaken". Earlier this year you took position in a case where a politician is accused of murder on his wife, arguing that unless proven guilty the man is innocent and ought to be freed. You start and keep alive a whole polemic, but alas to this day the man is still gaoled. Sterile discussion thus. Now you take position on something somebody would have said, or would have done, according to "several sources" of which you identify only ONE, not particularly known for its high standards. You build a whole somewhat paranoid case on hypothetical statements that someone would have made, anonymously at that. This is going to be as sterile a debate as the previous one. Not that long ago, on Vox (an on-line newsletter I recommend), Ezra Klein published a paper titled "How politics makes us stupid". I really recommend you read this paper. OK, it is longish, it may seem to deal only with US politics but it will be worth your while, trust you me: http://www.vox.com/2014/4/6/5556462/brain-dead-how-politics-makes-us-stupid Love and peace miyovo PS: OK, the name (Ezra Klein) is indeed a Jewish name. And Ezra IS a Jew (so am I by the way). We've learned to be defiant of wild accusations based on flimsy hearsay.
    • Marcel Sel
      mai 08, 13:02 Reply
      Miyovo : I use the conditional because I have 1. own sources which are not sufficient ; 2. exterior sources which must have been verified somehow 3. a silent minister 4. media that does not find a way to ask some important questions. The information has leaked. It is the role of the press to search for answers. If the minister is clean, she can react. The girl that has been evidently targeted by the article and, according to 4 sources what I am concerned (not only HLN), by the minister, cannot react. (BTW tks for your mail :-)
      • miyovo
        mai 08, 15:21 Reply
        "If the minister is clean, she can react." Don't tell me you are twisting logic into "if she does not react, then she mustn't be clean", do you ? Watch out and cool this down ASAP lest you get other Megan Meier, Tyler Clementi or Amanda Todd. Leave this be, and please understand - it's nice and fun and glorious and whatever to go after the minister, how flimsy the whole case my be, but what the kids and their families need is to sort this out in private, far from the public eye. And if that entails to let the minister off the hook (what hook, I wonder, but for the sake or argument let's consider she is hooked), well so be it. Won't be the first time, nor the last, that a meanie gets away unscathed. Well, that's what I'd want if I was one of them six moms: leave us alone and look elsewhere for your thrills. And going after the minister is, to these families, exactly the opposite of leaving them alone. Shouldn't be that hard to understand. That's all I am saying.
        • Marcel Sel
          mai 09, 00:04 Reply
          Good. But it's too late for that. Some of the moms made the whole thing public and the main victim of this publicity today is a teenage girl. I think she could need a little help. I did not read in the press that what had been done to her and written about her in the main press was furiously unfair. I have several indications that the minister has a responsibility in what I consider to be psychological harrassment/torture towards one teenager in particular. A minister must be accountable for such abuse. If she's not, she can defend herself. But I believe she cannot. Because I may be wrong still, but my conviction is that she is at the origin of the leak in the press.
    • Marcel Sel
      mai 08, 13:03 Reply
      Note : I have never been able to see the difference between a Jew and a Goy :-)
  14. Philippe
    mai 08, 12:45 Reply
    Faudrait peut être arrêter de se foutre de la gueule des gens... Abus de pouvoir... Abus de pouvoir... Comment ne pas s'indigner quand la réalité c'est le sacrifice de la santé de la population Bruxelloise pour des intérêts tous flamands afin de permettre quelques malheureux milliards de transfert vers la Wallonie alors que c'est la Région Bruxelloise qui sponsorise sans mot dire, la Région flamande à concurrence de plus de 30 milliards € par an ! Ils sont devenus fous..! C'est intolérable. Il est clair qu'avec tôt ou tard le "plus un seul survol de la Région à basse altitude ne sera toléré" c'est la fermeture de l'aéroport qui sera clairement désormais l'objectif. Les politiques flamands à force de jouer aux cons auront bientôt tout perdu. Mais c'est clairement pas notre problème. Et si Joëlle Milquet doit dire non et imposer sa marque, c'est bien maintenant ! La honte est sur Elio Di Rupo himself et donc à travers lui, tout le PS Bruxellois. Honte également à Ecolo qui table sur faire chier une partie plutôt qu'une autre de la Population Bruxelloise... Source: http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/survol-de-bruxelles-di-rupo-ne-veut-pas-trancher-536a8ce135707e5aa8103e4b Pour ce qui est de "l'affaire de la Mère Michel", de ma phrase "Si les faits sont avérés, c’est une faute. Provenant d’un Ministre, une faute d’autant plus grave !" Il faut peut être voir une autre perspective qui pourrait être une circonstance atténuante... Si c'est la maman qui parlait, on peut lui reprocher un discours sexiste et sans doute maladroit mais jamais un amour inconditionnel.
    • moinsqueparfait'
      mai 08, 14:44 Reply
      Il faut croire que les Brusselois en redemandent. Les redede de chez nuls de Brussèle Erre Laïnes une fois préfèrent une faillite qui sera de toute façon épongée par d'autres à des décollages chez les sales Wallons de Gosselies et l'argent du refinancement est déjà reparti pour la construction d'un stade en Flandre. Désole, mais je ne me tracasserai pas pour ça. Avions flamands qui embêtent les habitants de la capitale de la Flandre. Pas mon problème, désolé.
      • Philippe
        mai 09, 12:29 Reply
        "Pas mon problème, désolé"... Sorry de vous contredire mais primo "Brussèle Erre Laïnes" est financée par la la Région Wallonne ! Et secundo, le Brabant Wallon est bien une partie de la Région Wallonne, non ? Tertio, sauf erreur de ma part, toute opportunité économique est bonne à prendre, non ? En Région Wallonne aussi, non ? La Fédération Wallonie Bruxelles au travers de sa composante régionale Bruxelloise doit subir les problèmes flamands de financement et de pollution... STOP ! Pour information la Région wallonne à scrupuleusement mis en oeuvre des plans d'isolation et d'expropriation pour ses deux aéroports ce que la Flandre refuse de faire...
    • Philippe
      mai 08, 18:01 Reply
      Elio Di Rupo PS le confirme: le nouveau plan permettant de soulager un tout petit peu les citoyens Bruxellois est ... suspendu ! Les lâches du PS et les maladroits du cdh (dont Madame Milquet ne dira pas le contraire) donnent les cartes au FDF et au MR car Ecolo vendrait sa mère et son père pour une once de pouvoir même si ils sont incapables de la moindre gestion cohérente d'un seul dossier... Que Madame Huylebroeck s attache déjà à récupérer dès demain par huissiers et avec la TV les amendes prévues par la région bruxelloise (merci Monsieur Gosuin) pour les dépassements de niveaux sonores ! Si je ne me trompe, elle peut ( et maintenant doit) le faire. Très dérangeant, retour de la pollution chez le pollueur et hop, conflit d'intérêt ! On croit rêver... Qu'on le ferme cet aéroport ... Source: http://www.lesoir.be/539254/article/actualite/belgique/elections-2014/2014-05-08/elio-di-rupo-confirme-nouveau-plan-wathelet-est-suspendu
  15. moinsqueparfait'
    mai 08, 13:02 Reply
    Le pire dans toute cette histoire, c'est qu'il ne s'est apparemment rien passé de grave à la base, puisqu'il semble avéré qu'il n'y a pas de viol au sens courant du terme : on peut ergoter sur l'absence de majorité sexuelle de la fille qui rendrait les faits délictueux "d'office" mais clairement, on n'est pas dans le cas d'un abus au sens courant, la fille étant apparemment consentante -si pas demandeuse- et les gars ayant quasi le même âge. C'est donc le buzz créé par la réaction de la direction suivie de réactions en chaîne qui a fabriqué de toutes pièces cette "gravité".
    • Mélusine
      mai 09, 19:31 Reply
      voici ce qui est dit dans l'article de la libre de mercredi: Les parents tiennent également à souligner, via leurs avocats, que si leur fille était "consentante", elle "a précisé ne pas avoir été l'instigatrice des faits, comme la presse l'a parfois rapporté". "Elle aurait d'ailleurs été bien en peine de le faire face à cinq garçons qui, s'ils ne l'avaient pas invitée dans leur chambre, lui auraient demandée de la quitter." donc, s'il-vous-plaît, les insinuations du genre "si pas demandeuse" gardez-les pour vous, ok? (ne vous faites pas pire que les horreurs qui ont déjà pu êtres racontées... d'autant que le sujet de cet article n'est pas là)
    • Mélusine
      mai 09, 20:12 Reply
      Quant à "C’est donc le buzz créé par la réaction de la direction suivie de réactions en chaîne qui a fabriqué de toutes pièces cette "gravité"". Je vois ça autrement; le buzz vient plutôt du fait que les parents n'acceptent pas la décision de l'école... Or, dans une école (comme dans beaucoup d'endroits) il y a un règlement, qui sert à mettre un cadre. Ce règlement, les parents et les enfants le signent. Tout le monde ne ressent pas le besoin d'inscrire son môme à "Saint-Mich" où, avant le décret inscription, il fallait non seulement de très bonnes notes pour y entrer, mais une lettre de motivation et idéalement des "parrains" (Cas vécu, ma fille aînée a voulu y aller il y a 11 ans, et a changé d'avis parce qu'elle trouvait cela vraiment trop élitiste - bien qu'elle n'aurait probablement pas eu trop de mal à passer les barrages, vu que tous les garçons de la famille de mon père y sont passés, et j'ai même un grand-oncle qui y a enseigné ;) ) Donc voilà ce qu'est Saint-Mich. Une école où on fait des "retraites" en 4è... Pas n'importe quoi, quand même, si? Et dans ce cas de figure, la direction agit en accord avec son projet d'école (que les parents et élèves ont signés, donc) mais quand ils s'agit des conneries que font leurs mômes ils ne sont plus d'accord? (Et quand ils sont "haut placés" encore moins?) Franchement, vous trouvez ça normal, vous?
  16. Un problème n'est pas du tout abordé, l'influence de la pornographie sur les jeunes et leurs perceptions faussées de la relation. Extrait : "Il faut cesser de jouer à l'autruche et regarder la réalité en face. La pornographie fait de sérieux ravages auprès de nos enfants. Les chiffres sont clairs, la pornographie via l'internet est visionnée par les jeunes dès l'âge de 8 à 10 ans et demeure leur principale source d'éducation et formation sexuelle. Ce qui revient à dire, qu'à peine sortis de l'enfance, garçons et filles sont exposés à des images de pratiques sexuelles extrêmes et sont projetés dans un univers de fantasmes (normalement réservés aux adultes), sans garde-fou d'aucune sorte. Ainsi, avant même d'avoir eu leur première relation intime ou leur premier «Frenchkiss», ils auront assisté à des scènes de bestialité, de viols ou de sadomasochisme qui auront pour effet d'anéantir d'un seul coup d'œil, toutes traces d'innocence, en les confrontant à la dure réalité du monde des adultes, celui régit par le sexe." http://www.huffingtonpost.fr/tina-karr/dangers-pornographie-enfants_b_4037324.html
  17. Tournaisien
    mai 08, 15:19 Reply
    Tout ceci tombe au plus mal. Crachez, crachez, il en restera toujours quelque chose. Décidément, la politique est de plus en plus nauséabonde. Pour rappel, à l'adresse de tous les redresseurs de torts, il y a dans cette affaire des mineurs qui sont impliqués, et en tant que tels, l'affaire devait rester discrète. Il s'agit là plus que d'un point de déontologie journalistique; il s'agit d'une prescription légale. En lâchant par la tangente le nom de madame Milquet, qui maladroitement a livré ces propos à la presse sous couvert d'anonymat, la presse a mis sur la place publique une affaire concernant des mineurs. Car la question est là : c'est celle de la fuite. Eh oui, fuite il y a eu, et elle venait semble-t-il, au moins pour partie, de la presse. Laurent Louis lui-même a concédé avoir été contacté en direct, probablement ici par un membre de la police bruxelloise. Tout ceci s'apparente à de la pure malveillance. Quant à madame Milquet, d'une certaine façon, cela s'apparente à un piège, un piège dans lequel elle est tombée les pieds joints. Madame Milquet n'aurait dû avoir cette conversation qu'avec le proviseur du collège Saint-Michel, éventuellement avec la police concernée par l'enquête, pas avec un représentant de la presse. Or c'est bien en cela que le bât blesse ici, c'est bien en cela que madame Milquet pourrait se trouver "prise en défaut" [PASSAGE SUPPRIMÉ]. Piège donc, et réponse très maladroite de Milquet. Un premier relais via la vidéo postée par Laurent Louis (beh tiens donc ! ... celui qui lui a filé l'info savait ce qu'il faisait). Cela aurait pu s'arrêter là. Consciente du brûlot que cela représentait, la presse semblait disposée à maintenir le couvercle. Mais non, voilà ! Marcel Sel, au prétexte de principes humanitaires, féministes ou autres, a décidé de relayer, non qu'il souhaite tourner à son tour dans la panade mais qu'il entend replacer "l'église au milieu du village", entendez par là la chapelle du collègue Saint-Michel au centre d'Etterbeek ! Bingo ! Merci de la part de Joëlle, Marcel. Avec une telle couverture de bienpensance de centre-gauche, nul doute que désormais les presses, people et sérieuses confondues, vont s'estimer dédouanées et pourront sans vergogne s'attaquer enfin au quartier de viande. Là, je dois dire, vous avez fait fort : relayer les propos rapportés par Laurent Louis, cela s'apparente à un jeu d'équilibrisme pour le moins scabreux.
    • Marcel Sel
      mai 09, 00:00 Reply
      Tournaisien : vous me reprochez de permettre d'identifier un mineur (ce qui n'est pas le cas, rien dans mon texte ne permet de l'identifier), et vous placez-vous-même une phrase qui permet de l'identifier (que j'ai censuré). Bonjour la cohérence !
      • Tournaisien
        mai 09, 08:28 Reply
        Je ne vois plus de quelle phrase il aurait pu s'agir. D'ailleurs, ne connaissant ces jeunes "ni des lèvres ni des dents" (comme disait Coluche), je ne vois pas comment j'aurais pu contribuer à la confondre. Quoi qu'il en soit, je constate que la presse parvient à maintenir le black out sur l'information. Et je m'en étonne d'autant plus que vous avez relayé l'information. À votre décharge, cher Marcel, il est vrai que vous êtes politiquement correct (et j'écris ceci sans l'ombre d'un fiel). J'aurais compris que la presse se refuse à rebondir sur la vidéo de Laurent Louis, cela bien sûr, mais qu'elle ne relaie pas une information transmise par un blog tel que le vôtre, qui fait référence dans l'univers de la blogosphère politique en Belgique, cela m'étonne quelque peu. Faut-il croire qu'un ministre de l'Intérieur exerce, qu'on le veuille ou non, un impact dissuasif certain. Marcel, se pourrait-il que vous ayez reçu des pressions. Manifestement, le sujet est hyper-sensible.
        • Marcel Sel
          mai 09, 17:55 Reply
          Non, les gens évitent de faire pression sur moi, ils savent que j'en parlerais immédiatement sur mon blog !
    • uit 't zuiltje
      mai 09, 00:36 Reply
      mais pourquoi milquet est venu à bxl... tout de même pas pour que sa delurée de fille puisse s'exprimer à st-michel et rentrer la soir à la maison, la maman(-chieuse-avec-l'école-de-ses-enfants) milquet passerait avant la madame-non(-à-ces-cons-de-flamands) alors ? ces humanistes croient-ils/elles en djeu l'père (le bon mâle dominant ado argenté)... alors pourquoi mettre sa progéniture chez les jésuites incapables de gérer la mixité?
      • Oeildemoscou
        mai 09, 21:59 Reply
        Entre-nous, Milquet prône l'égalité de tous. Plus de mixité puisque plus de différence entre une fille et un garçon, tous égaux quoi ! Si on te demande quand tu es enceinte : c'est une fille ou un garçon, tu lui colle direct un procès pour discrimination. C'est pas beau l'évolution !
        • uit 't zuiltje
          mai 11, 17:05 Reply
          l'évolution ça a rien à voir avec la beauté ou le reste... l'évolution de l'oeil de moscou? perso j'vois rien où(ça)craigne perso j'ai adoré les communistes(wallon) de bdw au cd&v
  18. Vincent Van Linthout
    mai 08, 15:30 Reply
    On lit tout et n'importe quoi dans cette affaire. On accuse d'étouffer l'affaire alors qu'on est en train débattre de celle ci sous des articles traitant justement de celle ci. Grâce à ça, la justice va se mêler d'une histoire qui n'est jamais qu'un dérapage d'ados. Je n'ai pas à juger moralement la chose. "Que celui qui n'a jamais péché me jette la première pierre." On oublie de rappeler que si ce fait est connu, c'est parce que [PHRASE EFFACEE : VOUS METTEZ EN CAUSE UNE MINEURE. RELISEZ MON ARTICLE ET ENTREZ DANS LE SIECLE DE L'EGALITE DES SEXES MERCI.] Quant à la pression ministérielle, j'en doute très fort. Le directeur du collège a quand même pris les sanctions qu'il désirait. Que les parents fassent un recours, c'est leur droit le plus strict. Est-ce que parce que les faits se sont déroulés dans le cadre d'un collège dit huppé les droits sont differents ? Quelles auraient été les réactions à propos d'un autre collège ? Il faut raison garder et ne pas faire de tout cela une affaire d'état. On en vient à féliciter un pseudo politicien de faire les poubelles et de récupérer à des fins politiques ce fait divers. Que les théories du complot restent à leur place. Beaucoup crient à l'étouffement de l'affaire sur des sites, de presse ou autres, où on déballe tout sans pudeur. Pas doués les gens accusés d'étouffer l'affaire...
  19. Capucine
    mai 08, 16:06 Reply
    Par qui était surveillée cette jeunesse?
    • uit 't zuiltje
      mai 11, 17:24 Reply
      par des gens incapable de gérer la mixité, sorry d'en rajouter mais quelqu'un(e) parmis les "parent d'élève" (dont nous savons tous lorsque que de près ou de loin nous comprenons leur implication "démocratique" dans le système de transmission) a parlé de "nymphomane"... <b> "nymphomane" </b> sûr que je suis <i> calotinophobe </i> de base, mais perso je ne sais même pas quel mot utiliser pour désigner la même chose de genre masculin... l'école n'est pas que "surveillance","bienveillance", "etc..." il y a incompétence de cette "merveilleuse" école "d'élite" de l'"élite" "Par qui était surveillée cette jeunesse?" mais Capucine, par la police (fédérale) bien sûr! bon sang ne peut mentir...
  20. Mungersdorff
    mai 08, 16:10 Reply
    "À deux semaines des élections, l’électeur est en droit de savoir à qui il a affaire avant de se rendre aux urnes." a - Personne ne peut prouver quoi que ce soit sur ce qui s'est réellement passé avec ces jeunes personnes. Un "gang-bang", une "partouze" disent certains. Oui, pourquoi pas. Mais je n'y étais pas, ni vous ni en fait le restant de l'Humanité et rien de tangible n'existe pour me convaincre d'une quelconque réalité. b - Selon "machin", "bazar" aurait donné un interview bidon, fieu ! Argumenter sur cette base, Marcel, avouez qu'est atteinte la limite. Allez, quoi ? Het Laastste nieuws a écrit que peut-être que Milquet aurait sorti que... WTF ? Je vous cite : "Il vaut alors mieux prendre le risque de mettre une ministre sur la sellette injustement (elle est majeure vaccinée et en état de défendre son point de vue) que de laisser la démocratie à l’abandon." Alors là, vous y allez fort ! Vous me décevez grandement. Si je comprends bien cette phrase, vous faites le choix délibéré de mettre en jeu une valeur humaine sur l'autel de votre démocratie ?? "Il vaut mieux prendre le risque" me laisse fâcheusement penser que le choix réfléchi est présent, mais que son issue est incertaine...Mais alors : "de mettre une personne sur la sellette injustement" ? Injustement ? Mais de quel droit ? Celui de la... De la... démocratie !? Ah oui, la démocratie. Ce terme que l'on n'a jamais vraiment réussi à définir ? Celui à géométrie variable. Plus probablement la définition qui VOUS convient, monsieur Sel. Elle est majeure et vaccinée, donc cela suppose qu'on peut taper dessus. Dipika, elle n'est pas majeure et peut-être pas vaccinée, mais elle est mineure dans votre esprit alors elle a droit à une vraie démocratie. Pft...
  21. oeildemoscou
    mai 08, 17:47 Reply
    A postériori, il est toujours facile de mettre de prendre l'excuse de la loi ou de la déontologie. La vérité est la presse ne s'attaque pas à la main qui veut encore bien la nourrir. Sans les subsides que l'Etat lui verse pour servir ses propres intérêts et au vu ou la presse (dites presstituée) est boudée au profit des sites alternatifs, elle serait reléguée depuis longtemps au passé, un peu comme les 33 tours ! Seuls les nostalgiques en parleraient encore. Ce ne sont pas des journalistes en Belgique, ce sont des courroies de transmission de la volonté de l'Etat. Et même s'ils s'en défendent par orgueil, qu'ils balaient devant leur porte et regardent comment ils s'occupent également de l'actualité internationale. Même un amateur serait plus habile pour faire croire que la Russie est le méchant et que les US sont les gentils. En attendant, leur parti pris fait des morts, alors que si on avait une info fouillée, les gens seraient horrifiés de la politique de notre pays et réagiraient en adultes ayant dans leurs mains les outils pour décider de leur futur. Laurent Louis est un grain de sable dans les rouages et en faire autant autour de lui montre qu'une fois de plus, ce qui compte c'est d'étouffer le fond du problème de la presse
  22. SIMON Jean
    mai 08, 18:09 Reply
    Ou les assertions de L.Louis s'avèrent [Censuré] de son intervention "anonyme" pour stigmatiser la responsabilité de la jeune fille et elle doit clarifier la situation par une prise de parole rapide et concise, ou il ne s'agit que d'insinuations d'un imprécateur malveillant et elle doit le poursuivre tout aussi rapidement en diffamation de manière publique. Il y va une fois encore de la santé de notre Démocratie, non?
  23. bernard halleux
    mai 08, 18:30 Reply
    Combien de conditionnels ? (Aurait, aurait dit, aurait fait) : rien n'est sur, rien n'est prouvé : on reste dans la pratique du corbeau...Même vous, Marcel ...vous participez au buzz à l'air de la calomnie (qui n'en a que l'air)
    • Marcel Sel
      mai 09, 00:17 Reply
      Admettons. Mais dans ce cas, que préférez-vous ? Lire un blog qui calomnierait une ministre ou être diriger par une ministre qui aurait calomnié une mineure ? A vous le choix.
  24. lievenm
    mai 08, 18:46 Reply
    “Journalism is printing what someone else does not want printed: everything else is public relations.”
  25. Gaetanop (@Gaetanop)
    mai 08, 20:26 Reply
    "si", "aurait", "selon", "ce serait"... Quel est l'intérêt d'un tel papier si c'est pour commenter quelque chose qui ne s'est peut-être pas passé? Quel est ta responsabilité dans la propagation de ce qui n'est pour l'instant qu'une rumeur? Je vais me permettre de te retourner ton commentaire: et si c'était ton gosse? J'entends que les rédactions ne diffusent rien par manque de confirmations: je trouve que tu devrais prendre exemple.
    • Marcel Sel
      mai 09, 00:16 Reply
      Le conditionnel va chez moi jusqu'à 95% de certitude. le "peut-être pas passé" est donc très relatif.
  26. schoonaarde
    mai 08, 20:38 Reply
    Je n'aime pas du tout votre article et ceci pour les raisons suivantes. 1. Vous traduisez un article du Laatste Nieuws" d'une facon malhonnête. L'article parle d'un ministre fédéral sans indiquer le nom du ministre ni le sexe du ministre. En effet en néerlandais "een minister" ou "de minister" peut aussi bien désigner un homme ou une femme. Nulle part on indique qu'il s'agirait d'une femme. Dans votre traduction il n'y a aucun doute. 2. Un de vos lecteurs "Connardo" (What's in a name?) prétend dans son commentaire que votre information (qu'il s'agit de Milquet) viendrait du député Laurent Louis, ce que vous ne niez pas. Est-ce que j'ai raté quelque chose? Depuis quand Laurent Louis est devenu une "source"? Je suis vraiment déçu..
    • Marcel Sel
      mai 09, 00:15 Reply
      1. Vous avez un bon point pour le "minister". C'est une distraction de ma part, mais je ne vois pas ce que ça change. 2. L'information ne vient pas de Laurent Louis mais il a bien donné des informations, qui ont du reste aussi été utilisées par, devinez qui ? Het Laatste Nieuws. Seulement, Laurent Louis n'est pas ma source, juste le déclencheur, comme pour les journaux que je cite.
    • Wizz
      mai 09, 06:05 Reply
      Vous me fatiguez tous avec vos prétentions absolues. Pourquoi Laurent louis serait un être abject ? Pourquoi ne serait-il pas une source ? Vous vous prenez pour qui ? Les maîtres du monde ? Ceux qui savent tout sur tout ? Les gens voient très clairement vos mensonges journalistiques. Laurent Louis ne s'exprime pas comme un petit Bourgeois, certes je vous le conçois, mais ce n'est certainement pas pour ça qu'il faut le démonter publiquement comme vous le faites. C'est à cause de ça qu'il devient populaire aux yeux des citoyens. Vous montrez clairement que vous êtes des incapables. Je peux vous affirmer une chose, a moins d'un miracle, toutes les statistiques que j'ai faites montre qu'il sera réélu. Merci à vous ! Vous auriez dû le prendre sur un plateau de télévision et montrer publiquement que sur les questions politiques, il n'était null part. Au lieu de ça vous avez lancé des propagandes toutes aussi fumiste les une que les autres.
      • Marcel Sel
        mai 09, 17:54 Reply
        Wizz, je n'ai aucune espèce d'arrogance envers Laurent Louis, mais il passe son temps à manipuler l'information, et les gens qui l'écoutent. Je viens d'un milieu qui n'est pas plus reluisant que Laurent Louis, j'ai moins de diplômes que lui et je gagne nettement moins que lui. Il faut arrêter de croire que ceux qui critiquent Laurent Louis sont tous "l'élite". C'est sa première manipulation. Lisez-le si vous voulez, mais gardez votre esprit critique.
        • wizardry2003
          mai 09, 19:40 Reply
          Marcel Sel, Vous devez admettre que nous ne sommes pas en démocratie, regarder la France !!!! Même le FN a le droit de débattre de leur idées à la télévision, Les débats parlementaires sont diffusés sur une chaine publique. En Belgique, on voit toujours les même tête faire des débats. Nous sommes censurés.
        • Oeildemoscou
          mai 09, 22:08 Reply
          Wizz, je n’ai aucune espèce d’arrogance envers Laurent Louis ------------- Si si, quand même ! On ne va pas vous couper la tête si vous avouez votre travers, rassurez-vous ! Sauf si Milquet devient Ministre de la Justice ! Dépêchez-vous de faire quelque chose !
  27. Capucine
    mai 08, 20:50 Reply
    Si j étais maman d un de ces jeunes ,je serais très triste ,aucun parent ne souhaite que son ado découvre la sexualité par des pratiques pareilles ,le mieux serait de dédramatiser tout en se posant les bonnes questions ! Le mieux serait de ne plus en parler et laisser travailler les spécialistes . Politiser cet accident de parcours douloureux est indigne dans tous les sens.
  28. uit 't zuiltje
    mai 08, 21:02 Reply
    [CENSURE. ZUILTJE, CE N'EST PAS DROLE ET VOUS ATTAQUEZ UN-E MINEUR-E] saint-michel partageant son string, le contraire de boko harem
    • uit 't zuiltje
      mai 09, 21:53 Reply
      compris censeur Sel , ah que la chair est si triste, si pas de 6quettesgate pourquoi un 1000quettesgate ? dans l'espoir de votre pardon je vais de ce pas brûler six cierges à sainte virginie (des pentes tout de même)
  29. Stephane
    mai 08, 22:56 Reply
    Comment propager des rumeurs, avec un petit poil de conditionnel pour se donner bonne conscience.heureusement les beaufs sont la pour aboyer avec vous.
  30. wizardry2003
    mai 09, 06:06 Reply
    Vous me fatiguez tous avec vos prétentions absolues. Pourquoi Laurent louis serait un être abject ? Pourquoi ne serait-il pas une source ? Vous vous prenez pour qui ? Les maîtres du monde ? Ceux qui savent tout sur tout ? Les gens voient très clairement vos mensonges journalistiques. Laurent Louis ne s'exprime pas comme un petit Bourgeois, certes je vous le conçois, mais ce n'est certainement pas pour ça qu'il faut le démonter publiquement comme vous le faites. C'est à cause de ça qu'il devient populaire aux yeux des citoyens. Vous montrez clairement que vous êtes des incapables. Je peux vous affirmer une chose, a moins d'un miracle, toutes les statistiques que j'ai faites montre qu'il sera réélu. Merci à vous ! Vous auriez dû le prendre sur un plateau de télévision et montrer publiquement que sur les questions politiques, il n'était null part. Au lieu de ça vous avez lancé des propagandes toutes aussi fumiste les une que les autres.
  31. Pato Donale
    mai 09, 09:59 Reply
    Allez, ça va passer! Et avec un peu de chance, la jeune femme aura tout filmé avec son portable, publiera ça sur Youtube et se fera un paquet d'argent. La réussite dans notre modèle de société... La poutre est tellement enfoncée... Note : I have never been able to see the difference between a Nigga and a White...
  32. Laurens
    mai 09, 14:50 Reply
    [CENSURE] Désolé, je ne peux pas publier ceci parce que vous désignez un mineur.
  33. […] Mais revenons à Joëlle Milquet. Les détails et les implications de ce qui apparaîtrait comme étant «une vendetta personnelle» d’une ministre en fonction envers une jeune fille de 15 ans, par presse interposée, jetteraient une lumière crue sur les méthodes et la mentalité de la ministre de l’Intérieur et de… ah, tiens oui : l‘Égalité des Chances (je passe sur son image rétrograde de la femme que j’ai déjà abordée dans mon article d’hier). […]
  34. Josine
    mai 10, 11:42 Reply
    Quand est-ce que l'on va cesser de dire "vice-première-ministre" au lieu de "vice-premER-ministre"? Nous n'avons pas de Première Ministre pour le moment et 'vice-' veut dire 'à côté' (pour ceux qui ont fait du latin...). Joëlle Milquet est donc 'à côté' du Premier Ministre, elle est donc 'vice-Premier Ministre', ce que les professionnels de la plume devraient savoir. Le reste, c'est de l'info de bas niveau, moins on en parlera mieux cela vaudra, il y a des problèmes bien plus urgents que ces galipettes de gosses de riches il me semble.
    • Marcel Sel
      mai 10, 15:29 Reply
      Un seul des gosses est presque (mais même pas vraiment) gosse de riche, les autres ne le sont pas. Par ailleurs, il ne s'agit plus de galipettes.
      • uit 't zuiltje
        mai 11, 17:45 Reply
        "galipettes"...et s'il s'agissait juste de "galipettes"? sinon de quoi s'agirait'ils (et perso tout ça me fait plutôt rigoler) , mais s'il ne s'agit pas de "galipettes"... je ne voudrais pas rater une occasion de me taire à propos de pauvres petites victimes... (juré, chuis pas didier r)
  35. Marie-No B
    mai 12, 19:08 Reply
    Sexe, Sang, Sensationnel, Pouvoir, religion... tous des thèmes que l'on dit "porteurs". Il y avait néanmoins quelques pistes de réflexion intéressantes dans les différents commentaires au départ de ce fait divers: le pouvoir et le rôle des médias: l'influence et la manipulation que cela "pourrait" entraîner, la désinformation, la sexualité des jeunes et des ados et les différentes influences qui conduisent à ces dérives. Ces thèmes feront toujours partie des faits divers. C'est bien évidemment dramatique pour les personnes concernées, et cela fait partie des craintes de tout parent qui essaye d'inculquer des valeurs à ses enfants, avec ou sans religion. Les abus de "pouvoir et d'autorité" encore faut-il les démontrer, mais tout humain faisant partie d'une société hierarchique est forcément tenté un jour ou l'autre d'en abuser.... Et oui, l'humain n'est pas toujours très reluisant, et chacun analyse les infos suivant son bagage personnel et l'émoi du moment ... D'un autre côté, si les journaux n'étaient remplis que de grandes analyses historiques (par exemple) rébarbatives, personne ne les lirait. Alors oui les faits divers font réagir le public. Du moment que cela est pour mieux nourrir un esprit critique, susciter de l'intérêt, de la recherche (réflexion) pour moi tous les avis sont intéressants, même si j'avoue que perso ce qui est un peu trop "propagande" ou "grand complot", ou autres stéréotypes socio-religieux" j'essaye d'éviter parce que stériles pour un débat plus en profondeur. Les avis extrêmes ouvrent le débat. Laurent Louis vaut ce qu'il vaut, mais il a réussi à ce qu'on parle de lui. Tous vos commentaires étaient néanmoins intéressants à lire. La loi protège les mineurs, et le silence sur les faits précis est bien nécessaire à l'enquête, que l'on en tire profit ou non. Et si un(e) Ministre est confronté à ce scandale, et bien je dirais, d'une part pas de bol, mais un parti politique ne se résume pas à une personne et ses actes. Des crétins ou des attitudes complètement idiotes, on en voit / lit tous les jours dans beaucoup de partis différents. J'ose espérer que nous ne sommes pas jugés uniquement sur nos manquements et erreurs indivituelles ou familiales...D'autre part: je ne voudrais vraiment pas être à sa place!!!! De là à juger l'attitude des parents,etc. je m'en abstiendrais car on n'a pas l'entièreté des infos, la presse n'est pas une religion où il faut croire tout ce que l'on dit, il y a à boire et à manger là aussi, mais c'est clair que toutes les familles confrontées doivent souffrir d'insomnie et raser les murs pour fuir les regards. Je ne voudrais vraiment pas être mis à la "une" pour des faits aussi peu gratifiants. Au Japon, ou en Corée, un Ministre lié de près (?) à pareil événement, serait prié de démissionner manu militari. Chez nous, et ce, malgré le "politiquement correct" ambiant, rien ne semble forcer nos chers ministres à démissionner. Et pourtant les scandales n'ont guère manqués ses dernières années: financiers, fiscaux, sociaux, homicide volontaire ou non, enfin, il y en a tellement... bon allez j'arrête avec mes généralités de comptoir, c'est pas beaucoup mieux :D
    • PJBC
      mai 17, 20:35 Reply
      Une pétition demandant la démission de Joëlle Milquet a été lancée, […]
      • Marcel Sel
        mai 18, 12:29 Reply
        Désolé, je ne diffuse pas les pétitions xénophobes sur ce blog, je n'ai pas non plus l'intention de promouvoir des pétitions demandant même sa démission. Merci.
  36. Patrick
    juin 23, 11:49 Reply
    Bonjour, Il reste une question a laquelle vous n'avez pas répondu dans votre article. Quand une personne tient des propos pareils c'est qu'il y a peut être autre chose que juste une envie de justice. [Désolé, ce sont de pures supputations. Je ne publie pas les rumeurs… Note du censeur Sel ] De la à faire le lien, ... moi je dis il n'y a qu'un pas, ... Que je franchis allègrement ! :) Mais qui ne tient qu'a moi.
  37. schwrawlewa
    août 30, 19:44 Reply
    Madame comme il y a plus de cour de religion et de morale faite leur faire deux heures de sport au de les laisser assis pendant 2 heures

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.