Rosa emporte le prix Soleil Noir Jaune Rouge 2018

Soleil Noir Jaune Rouge, c’est un prix de lecteurs organisé par les bibliothèques du Nord-ouest de Bruxelles (avec le soutien de la Bibliothèque centrale de la Région bruxelloise) : Berchem, Ganshoren, Jette, Koekelberg, Laeken et Molenbeek.

C’est aussi la preuve qu’on peut être prophète en son pays pourvu qu’on ait un peu de patience. J’ai en effet passé ma petite enfance à Laeken, mon enfance à Jette et à Koekelberg, et toute ma scolarité à Jette et Laeken.

Le prix est doté d’un simple mais très joli bouquet de tournesols (qui trône depuis à proximité de ma bibliothèque). Deux autres tournesols donnent d’autant plus de relief à cette récompense. Ils s’appellent Karine Lambert (Eh bien dansons maintenant) et Véronique Biefnot (Comme des Larmes sous la Pluie).

Si mon souvenir est juste, c’est Beigbeder qui a raconté que, rencontrant un jour son idole Jacques Higelin par hasard dans la rue, il lui aurait dit « ah, le meilleur ! » et Higelin aurait répondu « non, le veilleur ».

J’ai la conviction qu’il n’y a pas de « meilleur » en littérature. Seulement des veilleurs (et des veilleuses). Et qu’il faut (se) le rappeler chaque fois qu’on est récompensé pour son travail. Pour chaque prix littéraire, c’est la somme des lecteurs touchés par un livre plutôt que par un autre qui définira un-e « gagnant-e ». Les raisons peuvent être innombrables, du choix du sujet à sa construction, du style à la vivacité des personnages, ou simplement une rencontre plus intime.

Les prix littéraires ne servent d’ailleurs pas à établir un hit-parade mais à encourager à continuer le travail de veille, parfois financièrement, parfois simplement en donnant l’occasion à l’écrivain de parler de son travail à quelques lecteurs et en lui disant que son ouvrage a plu.

Et ils sont indispensable. Parce que je vais vous faire une confidence : il faut être complètement fou dans sa tête pour se lancer dans une telle aventure.

Mais je vous promets que je continuerai à l’être ! Un peu grâce au prix Saga Café (Liège) et à celui des Bibliothèques de la Ville de Bruxelles.  Et un peu grâce au prix Soleil Noir Jaune Rouge, organisé par ces gens trop modestes qui vivent parmi les livres et se démènent pour les partager. Ça aussi, c’est un art. Celui des bibliothécaires.

Rosa, mon premier roman, chez Onlit Éditions a aussi été finaliste du Prix Rossel 2017, second du Prix Club des Lecteurs et est actuellement en lice pour le Prix des Lycéens.

Previous Rosa au prix Soleil Noir Jaune Rouge ce samedi 20 octobre 2018, à Koekelberg
Next Schweinehund ou l'Europe. (Nouvelle de 14-18)

You might also like

7 Comments

  1. Salade
    octobre 24, 10:38 Reply
    Félicitations! Mais c'est contre toute logique :-) Vous débarquez fort! https://www.stichelbaut.com/media/40fd359e-c54e-4f79-8168-618ade08f300-ar-men
  2. u'tz
    octobre 24, 19:35 Reply
    proficiat Marcel vous avez été choisie parmi les 3 auteures ;) apparemment vous avouez être la régionale de l'étape, mais pas de modestie douteuse, votre roman est bien à l'hauteur

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.