Français-es, vos voisins vous supplient de rallumer les Lumières.

Image CCO Pixabay

Insoumis et Fillonnistes. Toute l’Europe a les yeux braqués sur vous. Votre choix de dimanche n’est plus une simple affaire intérieure. Il concerne aussi vos voisins, amies et amis, cousins et cousines européen-ne-s. Tous les partis d’extrême droite du continent sont à l’affût, triomphant déjà. Les démocrates, eux, sont dans l’angoisse : une victoire de Marine Le Pen ne signifierait rien de moins que l’effondrement de 70 ans de construction européenne. L’Europe se retrouverait morcelée. Elle ne serait plus une « complice » de la mondialisation, chacun de nos pays en serait une victime impuissante, pieds et poings liés, sans le moindre pouvoir face aux géants américain, chinois et russe.

Certes, les sondages pointent désormais le FN à 36 % et la présidence lui échappera probablement. Mais Le Pen a une autre victoire à sa portée. Tout aussi dangereuse, pernicieuse, en mesure de contribuer au succès des partis d’extrême droite de toute l’Europe.

Sur les réseaux sociaux, des militants FN écrivent : « Jean-Marie Le Pen a fait 20 %, Marine Le Pen fera 40 %, la prochaine fois, le Front national gagnera ». Elle est là, sa victoire : dans sa seule progression. Plus son pourcentage sera élevé, plus l’argument sera fort et contribuera aux succès prochains du parti d’extrême droite et de ses alliés en Europe. Qu’elle atteigne 45 % et la prétention que le FN représente « la moitié » des Français sera omniprésente dans leur rhétorique pour les cinq ans qui viennent. Le vote FN sera encore plus banalisé. Sa crédibilité encore renforcée. Et ce succès entretiendra l’engouement chez les militants, aidera à convaincre des électeurs, cachera la colossale inanité du programme frontiste.

Le score du FN sera en soi une victoire pour tous les partis populistes d’Europe.

Partout en Europe, les partis d’extrême droite se targueront de faire partie de cette vague brune, conquérante, envahissante. Elle sera la nouvelle norme, face aux partis traditionnels en perte de vitesse. Nous vous supplions d’empêcher ça ! Les abstentionnistes et les candidats au vote blanc sont en mesure de le faire. Chaque pour cent de moins sera une victoire. Le seul objectif qui devrait vous animer serait de cantonner le résultat de Marine Le Pen sous les 30 %.

Nous comprenons vos réticences. Mais il est des moments où il faut dépasser les querelles politiques traditionnelles. Ce moment est arrivé.

Insoumis : le vote de dimanche ne sert en aucun cas à donner une large victoire à Emmanuel Macron. Il ne donnera aucun pouvoir supplémentaire à ce président. Tout se jouera aux législatives. Quel que soit le résultat d’En Marche à la présidentielle, il sera nuancé par son caractère anti-FN, comme ce fut le cas pour Jacques Chirac en 2002. Au contraire même, plus le vote anti-FN sera massif, moins il apparaîtra comme une adhésion à la politique d’Emmanuel Macron.

Nous vous supplions de vous rappeler que vous êtes des progressistes et que le fascisme est le combat fondamental à mener pour tout démocrate qui se respecte, parce qu’une fois que l’extrême prend le pouvoir, il n’y a plus moyen de la combattre du tout.

Fillonnistes, vous aimez une France digne, forte, grande, aux discours brillants, qui éclaire le monde. La République vous est chère. Nous avons regardé le débat. Nous avons vu deux images de la France : un candidat calme, posé, au programme pondéré, qu’il plaise ou non, qu’on le trouve bon ou ridicule. En face, nous avons vu une foldingue incompétente insulter, mentir, gesticuler, mélanger, invectiver comme une charretière ivre dans un troquet. Le débat présidentiel en a perdu toute dignité. Tous les correspondants étrangers l’ont vu et déploré. Regardez-vous, bon sang ! La France est la patrie du goût et de l’élégance. Un vote massif pour Marine Le Pen écornerait gravement votre image.

Votez Macron même si vous le détestez. Votez Macron parce que vous le méprisez.


Mais pire, il imposerait aux Républicains un fardeau épuisant, continu, celui d’un parti extrémiste qui serait, plus encore qu’aujourd’hui, le poids lourd de « la droite », revendiquerait une importance supérieure au vôtre, perturberait plus encore l’élaboration d’un programme LR efficace, brouillerait toujours plus les discours de vos candidats. Votre ennemi aujourd’hui n’est pas Emmanuel Macron, mais le succès annoncé de Marine Le Pen.

Nous vous supplions de le limiter ! Empêchez-le ! Défendez-vous ! Défendez-nous ! François Fillon l’a compris et exprimé. Il vous a demandé de voter pour le seul démocrate. Entendez-le !

Abstentionnistes, enterrez vos rancœurs. Pensez à l’avenir. Pensez à la France. Pensez au progrès social. Pensez au progrès économique. Aucun programme politique, aucune formation, aucune idéologie décente ne gagnera d’une abstention ou d’un vote blanc !

Français-es. Nous vous supplions de voter Macron même si vous le détestez. De voter Macron parce que vous le méprisez. C’est ce courage-là que la raison commande. De gauche ou de droite, la France est la patrie des Lumières. Par pitié, montrez-nous qu’elle est toujours à la hauteur de cette éclatante réputation.

D’avance, merci pour nous.
D’avance, merci pour vous !

Previous Avant de voter, rappelez-vous que Marine Le Pen soutient les néonazis belges.
Next NordPresse, Hanouna, même combat ? Lettre à Vincent Flibustier.

You might also like

92 Comments

  1. Ergo
    mai 05, 11:34 Reply
    Bonjour Mr Sel, je n'apprécie ni l'un ni l'autre, cela me ferait autant de mal de voter pour Macron ou pour Marine Le Pen, J'ai vu le débat, vous dites que Macron est resté "calme", moi, j'ai vu qu'il avait bien peine à se retenir, ses poings étaient plus souvent fermés qu'ouverts, il a aussi été insultant et agressif, si les chiffres exposés dans son programme sont exacts par rapport à ceux de MLP, je suis loin, très loin d'être convaincue par son programme, pas plus que de celui de MLP. Je me demande pourquoi vous parlez "au nom de tous leurs voisins" vos propos n'engagent que vous. Evitez de "penser" pour les autres. Les Français voteront pour qui bon leur semble. Le bourrage de crâne ne sert à rien. Il est clair que les français veulent un changement, à force de se voir rétrécir leur pouvoir d'achat, de voir diminuer petit à petit les acquis sociaux, l'accès aux soins , la colère gronde. Et pas qu'en France. Bonne journée.
    • Pfff
      mai 05, 16:30 Reply
      Marcel dit cela, mais, comme tous les belges, il va s'abstenir au second tour.
      • marcel
        mai 05, 17:21 Reply
        Il y a des Françaises dans ma maison.
        • u'tz
          mai 05, 22:22 Reply
          insoumises , abstinentes ou collabottes ?
  2. stephangerardg1
    mai 05, 12:03 Reply
    Excellent texte. Il est temps que nos politiciens fassent de la politique autrement. Qu'ils arrêtent tout ces passe-droits. et ces petits arrangements... et les partis populistes de gauche ou de droite ne passeront pas. Même en Belgique, nous ratons l’occasion de nettoyer tout cela. En effet, au lieu de que le parlement (wallon, dans le cas d'espèce) se réuni tous ensemble pour organiser l'éthique de nos députés et de prévoir les sanctions, c'est de nouveau un choix de particratie, sans réelle punition des dérives... et nous nous étonnons que les partis extrêmes se développent tant à gauche que à droite .... triste Europe, Triste France et triste Belgique !
  3. Michel
    mai 05, 12:04 Reply
    Vous avez été l'un, parmi tant d'autres intellectuels, à cogner très fort, très vite sur Mélenchon au moment précis où il est apparu qu'il pouvait prendre la place de Marine Le Pen au second tour. Chez vous, je pense que c'est de la naïveté et que ce n'est donc pas volontaire. Mais l'observation des billets de votre blog est cruelle, très cruelle : *Avant le premier tour, un seul billet porte sur l'élection présidentielle française, il cogne sur Mélenchon (20 avril 2017) *Après le premier tour, deux billets, tous deux contre Marine Le Pen (1 et 5 mai 2017). Quel dommage que vos coups n'aient pas porté contre Marine Le Pen AVANT le premier tour. Cette attitude (pas que la vôtre, donc, mais elle en fait partie et est assez représentative), n'a pas empêché Mélenchon d'être le seul depuis 30 ans à siphonner significativement l'électorat frontiste, en particulier chez les jeunes. Il aura manqué à Mélenchon une partie de la classe intermédiaire, celle qui est sensible aux (non-)validations des intellectuels et avait besoin de cette validation. J'ai même pu identifier des fake news d'une partie de l’intelligentsia contre lui, typiquement assimiler l'ALBA à une alliance militaire, ce qui est faux mais a fait très mal. Imaginez ne fût-ce que deux secondes ce qu'eût été un débat de second tour entre Mélenchon et Macron. Tout autre chose que ce qu'il a finalement été e,t a priori, il aurait plutôt été un bel exemple démocratique de débat d'idées. Maintenant, place au tour de manège suivant : oublier qui a concouru à l'accession de Le Pen à ce stade de l'élection, et dire que c'est terrible, que Marine le Pen soit au second tour, que les abstentionnistes sont irresponsables, qu'il faut faire barrage, Vichy, la démocratie, Pétain, la banalisation, le détail, les suppliques, le fascisme, les demandes, les Lumières, toussa... Très bien, parfait, même ; mais que ne l'avez-vous, vous-même et tant d'autres, rappelé avant ?
    • marcel
      mai 05, 17:28 Reply
      J'ai publié des billets sur Marine Le Pen bien avant le premier tour. J'ai toujours pensé qu'elle passerait le premier tout (avec ou sans mes billets). Mais si Mélenchon passait aussi, je suis pratiquement certain qu'elle l'aurait emporté. Donc, le danger le plus important était à mon sens un second tour Mélenchon-Le Pen. C'est d'ailleurs ce que disent aussi les sondages. De plus, deux candidats anti-européens au second tour eût sonné le glas de l'Europe. J'ajoute à cela que le programme de Mélenchon est truffé de mesures inapplicables et je pense que quand un populisme pointe son nez, il faut le contrer.
      • Michel
        mai 05, 19:38 Reply
        « Mais si Mélenchon passait aussi, je suis pratiquement certain qu'elle l'aurait emporté. Donc, le danger le plus important était à mon sens un second tour Mélenchon-Le Pen. C'est d'ailleurs ce que disent aussi les sondages. » C’est juste l’inverse que disaient les sondages. A partir du 5 avril, suite à la percée de JLM, ce scénario est testé par les instituts de sondage. 12 sondages successifs de 7 instituts de sondage différents sont menés. Tous, sans exception, donnent Jean-Luc Mélenchon largement gagnant face à Marine Le Pen avec un score pour JLM variant entre 57% et 64%. Soit la fourchette actuelle de votre champion et systématiquement mieux que ce que Fillon faisait dans ces mêmes sondages. Erreur ou intox ? Annexe : pour tordre le coup au vilain canard du duel Mélenchon-Le Pen : Kantar Sofres-OnePoint 5 au 7 avril 2017 JLM 57 % MLP 43 % ; Elabe 9 au 10 avril 2017 JLM 61 % MLP 39 % ; Elabe 11 au 12 avril 2017 JLM 63 % MLP 37 % ; Harris interactive 11 au 13 avril 2017 JLM 64 % MLP 36 % ; Odoxa 12 au 13 avril 2017 JLM 58 % MLP 42 % ; Ipsos 12 au 13 avril 2017 JLM 60 % MLP 40 % ; BVA 12 au 14 avril 2017 JLM 60 % MLP 40 % ; Kantar Sofres-OnePoint 14 au 17 avril 2017 JLM 57 % MLP 43 % ; Cevipof Ipsos Sopra Steria 16 au 17 avril 2017 JLM 57 % MLP 43 % ; Elabe 16 au 17 avril 2017 JLM 58 % MLP 42 % ; Harris Interactive 18 au 19 avril 2017 JLM 60 % MLP 40 % ; BVA 18 au 19 avril 2017 JLM 60 % MLP 40 %.
      • Flash
        mai 06, 12:08 Reply
        Les sondages font faire de drôles de choses, tout de même. D'autant que les derniers parlaient plutôt d'une victoire de Jean-Luc face à Marine, estimée entre 57 et 64%. Un second tour Insoumis vs FN, vous imaginez, Marcel ? Vous auriez écrit un billet appelant à voter Mélenchon ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2017 (entrée 2.2.2)
      • Michel
        mai 17, 16:36 Reply
        A propos du pilonnage de la candidature de Mélenchon par ceux qui se sont naïvement souvenus le lendemain du premier tour que c'était celle de Marine Le Pen qu'il aurait fallu mettre à terre, j'appuie avec cet intéressant relevé réalisé par Acrimed : http://www.acrimed.org/Comment-detester-Melenchon-par-quelques Ils ont fait comme vous: pilonner de la candidature Mélenchon avant le premier tour et hurler "au loup" Marine Le Pen juste après. Étonnant que certains en aient marre de ce petit jeu, non ?
  4. Lel
    mai 05, 12:15 Reply
    Renvoyer dos à dos Macron et Le Pen est faire preuve d'un grave manque de discernement qui pourrait coûter très cher à la démocratie en France et en Europe, sans compter les énormes problèmes socio-économiques. S'abstenir, voter nul ou blanc est tout simplement irresponsable! Ceux qui le feront seront responsables autant que les électeurs FN de ce qui va arriver ensuite. Je ne suis pas un admirateur de Macron, mais à un moment, il faut un minimum de bon sens et dépasser ses déceptions pour sauver ce qui peut l'être. Marine, c'est la destruction de la démocratie et de l'Europe, point barre!
  5. Salade
    mai 05, 12:29 Reply
    La Belgique n'a pas de leçon à donner à la France, étant donné le plus grand parti au gouvernement Michel. http://www.lalibre.be/actu/belgique/la-photo-qui-enerve-bart-de-wever-51b89514e4b0de6db9b05f4e
  6. lievenm
    mai 05, 12:33 Reply
    Onze franse buren kunnen misschien een van hun grote politieke denkers herlezen, wiens boutade evenzeer op hen als op ons van toepassing is: Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite.
  7. Tournaisien
    mai 05, 13:47 Reply
    Macron est une imposture, à plusieurs titres. Déjà, sur les 24 % d'électeurs qui ont voté pour lui au premier tour, seuls 44 % l'auraient fait par adhésion réelle, les 56 autres % se limitant à ce que l'on pourrait appeler des votes utiles, votes provenant pour la plupart, soit du Centre, soit du PS. Ce qui revient à dire que seuls 10,5 % de l'électorat global ont, au premier tour, voté pour lui par adhésion, ce qui est très peu, beaucoup moins que pour Fillon, pour Mélenchon, voire même que Hamon si il n'y avait eu cette imposture (Hamon qui était à l'origine quand même crédité d'une quinzaine de pourcents). Qui plus est, Macron est parvenu à la candidature pour l'investiture suprême à partir d'un poste ministériel qu'il a obtenu, non pas en passant sous les fourches caudines de la politique (pour rappel, la sanction électorale reste encore le plus sûr moyen de contrôle démocratique), mais en ayant été coopté par Hollande directement (sur pression de Jacques Attali). Or que s'est empressé de faire ledit Macron à quelque neuf fois des élections : déclarer urbi et orbi qu'il n'avait jamais été socialiste (lui qui était ministre dans un gouvernement socialiste) ; mieux, il finit par quitter le navire gouvernemental pour lancer son propre mouvement "en marche", non sans en avoir préalablement, sur les quelques mois qui précédèrent, jeter les fondements force frais de représentation et de bouche pris en charge par son ministère de l'économie (soit la bagatelle de quelque 180.000,- € en l'espèce d'environ 4 à 5 mois, un détournement de fonds publics, en dépit d'accusations et des preuves livrées à la presse, qui ne donnèrent étrangement lieu à aucune poursuite alors que Fillon se faisait étriller copieusement de la plus belle des manières). Le pire de l'affaire, c'est que sa base électorale des 24 % lui a été assurée grâce au ralliement déclaré des Delannoë, Valls, Le Drian, Cambadélis, etc., porteurs tous qu'ils sont des voix d'électeurs de gauche (des électeurs de gauche qui ont donc été trahis par ceux pour qui ils avaient voté quelque 4 à 5 ans auparavant). Non content de ne pouvoir s'appuyer sur une assise réelle de quelque 10,5 % des voix au premier tour (qui ne représenteront plus qu'un huitième des voix qui se porteront sur lui au second tour), Macron aura ainsi détourné une partie de l'électorat de gauche à son profit, et ce alors que la ligne politique et idéologique qu'il représente est clairement libérale (vieille recette de la relance économique, plan de réductions budgétaires ciblées sur les collectivités territoriales, à un moment où tous les analystes conviennent que la priorité des priorités est de réconcilier la France d'en-bas avec la France d'en-haut, allègement des charges, durcissement de la loi sur le travail d'El-Kohmri, etc. etc.). Le comble a été atteint lors de sa petite sauterie à la Rotonde (en attendant d'aller visiter la Lanterne) le soir du ... premier tour, mais le comble du comble, c'est qu'il vient d'annoncer aujourd'hui, à l'Europe, son rattachement à l'ADLE, soit le groupe ultra-libéral de Verhofstadt ... et ce alors qu'il n'a pas encore été élu. Quelle imposture ! Et je n'ai pas encore parlé avec tout ça des mystères sur les origines de sa fortune personnelle (l'argument de l'augmentation de son train de vie pour expliquer sa fortune très modeste était d'un risible absolu). L'arrivée de Macron au second tour de la présidentielle de 2017 est un rapt politique, un rapt pur et simple.
    • marcel
      mai 05, 17:23 Reply
      Jamais une élection n'est un rapt, Tournaisien. Jamais.
      • Tournaisien
        mai 06, 07:38 Reply
        Alors disons les choses autrement : (1) cette élection a été totalement pipeautée (cfr les torpilles contre Fillon lancées à la dernière minute) ; (2) cette élection a été, pour les électeurs de gauche, confisquée par un candidat qui est parvenu à s'imposer en avançant à visage masqué ; (3) le candidat Macron n'a à rendre compte devant aucune base militante, tout au plus à un club d'hommes d'influence liés à certains milieux économiques et de la finance ; (4) le candidat Macron ne pouvait se prévaloir de facto d'aucune légitimité électorale antérieure qui justifiât sa candidature ; (5) le traitement médiatique a été, avant le premier tour, incroyablement à charge pour certains, à décharge pour d'autres, à commencer par Macron ; etc. etc. En clair, si élections il y a, force est d'admettre que l'éthique démocratique est très loin d'avoir été au rendez-vous. Macron sera donc élu, mais il sera mal élu, et cela, croyez-moi, mes "demi-concitoyens", que je connais bien pour travailler avec eux cinq jours sur cinq, ils s'en souviendront dans cinq ans. Il ne faudra d'ailleurs sans doute pas attendre cinq ans ... le troisième tour social est déjà programmé pour septembre (information que je vous livre de plusieurs de mes collègues impliqués dans le combat syndical).
      • Pfff
        mai 08, 16:33 Reply
        Un rapt, une tromperie, une duperie, un piège à cons, un tour de passe-passe, un coup d'état juridico-médiatique, un leurre, un piège, un simulacre, une entourloupe, une arnaque, un coup monté, un hold-up, une manoeuvre indigne ... Mais ne croyez pas qu'on va oublier de le rappeler pendant les cinq années qui viennent.
    • alainvdk
      mai 05, 17:44 Reply
      @Tournaisien : post similaire à l'attitude de MLP lors du débat. Le moment est venu pour les français de faire un choix politique majeur, pas de discréditer la légitimité de Macron sur sa présence au second tour. Bien à vous.
    • Pfff
      mai 05, 21:39 Reply
      Lisez Christopher Lasch, Tourn'. Philippe Muray le lisait et l'appréciait.
    • u'tz
      mai 05, 22:33 Reply
      perso pour vos deux voix je vous souhaite de bonnes abstentions d'"e.t. dans la joie" depuis que j'ai vu le fabuleux super-débat..... plus de peur honteuse d'mlp ! si la poissonnière a déclenché un truc stratégique pour que les FR d'RF la fasse gagner, alors la france la mérite !... et nous aussi puisse con a mis bdw au pouvoir chez nous
    • hilarion lefuneste
      mai 06, 08:30 Reply
      "non sans en avoir préalablement, ... , jeter les fondements ... un détournement de fonds publics, en dépit d'accusations et des preuves livrées à la presse, qui ne donnèrent étrangement lieu à aucune poursuite" en dehors de fautes de français, vous voila une fois de plus à relayer des accusations sérieuse sans en apporter le moindre début de soupçon de démonstration un tantinet crédible. Trumpien et fatiguant.
      • Tournaisien
        mai 11, 21:35 Reply
        Manquait plus que lui ... je l'avais oublié (ou presque).
  8. Yves R
    mai 05, 14:02 Reply
    Il faut quand même un certain culot pour supplier les Insoumis de voter pour Macron après avoir trainé dans la boue leur candidat à peine deux semaines auparavant (cf. votre billet "Mélenchon, l'insoumise trumperie") et l'avoir comparé à un "clone de Marchais" (ce qui, au demeurant, en dit long sur votre méconnaissance du programme du candidat). Et à vous lire aujourd'hui, les électeurs de ce nouvel ersatz communiste seraient soudainement devenus des "progressistes". Mangifique retournement de veste !
    • marcel
      mai 05, 17:23 Reply
      Vous confondez le candidat et les électeurs. When things change, I change my mind (Keynes).
      • u'tz
        mai 05, 22:41 Reply
        plus qu'à envoyer votre hologramme voter pour changer des trucs
      • Yves R
        mai 05, 22:47 Reply
        Allons Marcel, vous ne nous ferez pas croire que vous n'êtes pas au courant du fait que chaque candidat politique dispose d'une base électorale qui lui est proche idéologiquement ? ;) Mais admettons le contraire, aussi farfelu soit-il, et dissocions donc artificiellement le candidat de son électorat. Pourquoi dès lors ne vous adressez-vous pas dans votre billet aux électeurs de Marine Le Pen ? Après tout, comme vous dites, il ne faudrait surtout pas confondre le candidat et ses électeurs ;)
  9. mélanippe
    mai 05, 14:46 Reply
    CAbaret: Paroles de Willkommen, Bienvenue, Welcome Die Stimme Für Millionen - Roger Whittaker Die Stimme Für Millionen ALBUM Willkommen, bienvenue, welcome. fremde, etranger, stranger. glucklich zu sehen, je suis enchante. happy to see you. bliebe, reste, stay. Willkommen, bienvenue, welcome. im cabaret, au cabaret, to cabaret. Meine damen und herren, mesdames et messieurs, ladies and gentlemen. comment ça va, do you feel good? ich bin euer conferencier, je suis votre compere, i am your host. Und sagen Willkommen, bienvenue, welcome. Im cabaret, au cabaret, to cabaret... Willkommen, bienvenue, welcome. Im cabaret, au cabaret, to cabaret... Willkommen, bienvenue, welcome. fremde, etranger, stranger. glucklich zu sehen, je suis enchante, enchante madame. happy to see you. bliebe, reste, stay. Willkommen, bienvenue, welcome. im cabaret, au cabaret, to cabaret. Money money… money makes the world go around, the world go around, the world go around. Money makes the world go around, it makes the world go round.https://www.youtube.com/watch?v=_tUctFu46_c
    • u'tz
      mai 05, 22:35 Reply
      sauf qu'hitler n'avait pas de mèches blondes...
  10. mélanippe
    mai 05, 14:48 Reply
    https://www.youtube.com/watch?v=I8P80A8vy9I MONEY, MONEY, MONEY....
  11. Didier T
    mai 05, 15:35 Reply
    Merci beaucoup pour votre billet. C'est réconfortant de vous lire. Je trouve que vous analysez très bien les choses et j'espère que vous serez entendu en France !
      • Pfff
        mai 06, 11:49 Reply
        Exhibitionnisme islamiste ou djihab pride: "Une autre patiente souhaitait cacher son visage au monde - posture caractéristique de la honte - mais éprouvait aussi la compulsion de s'exhiber. Tout se passait comme si elle disait : "Je veux montrer au monde avec quelle splendeur je sais me cacher." Ici, la fureur du dévoilement était réorientée vers le moi, sous la forme d'un exhibitionnisme qui "ignorait la honte", comme on disait." Il s'agit d'une américaine moyenne, patiente du psychanalyste Wurmser. In Christopher Lasch - La révolte des élites et la trahison de la démocratie. Un titre de circonstance. Un très bon article de Marin de Viry (Mieux que royco, il y a belge) "Leçon numéro 4. Nous avions bien compris, et toute la campagne l’a montré : le monde de Macron, c’est le hub France, avec ce raffinement de cruauté qu’il est en plus drogué à la dépense publique. Le hub France, c’est l’aéroport de Roissy. Au premier étage, une entrée réservée et discrète : dans des fauteuils cools, des dirigeants zens s’envoient un whisky japonais pas pingre en discutant avec leur private banker sur Internet. Au rez-de-chaussée, des cadres moyens sirotent de la bière et grignotent des cacahouètes dans un confort relatif, en gérant leur crédit revolving sur leur application bancaire de masse. Au sous-sol, les bagagistes payés au lance-pierre n’ont d’autre choix que le fondamentalisme (anti-immigré ou musulman) ou le vote Mélenchon. Faute de leur avoir enseigné La Fontaine et leur avoir donné des perspectives décentes, difficile de leur en vouloir, même s’il faut les dominer. Personne ne veut de ce monde-là. Nous allons voter pour. Le masochisme est officiellement devenu une catégorie de la pensée citoyenne. Ça faisait longtemps que ça couvait, ont noté les meilleurs observateurs." http://www.causeur.fr/presidentielle-election-macron-victoire-44099.html
  12. Pfff
    mai 05, 16:36 Reply
    Marcel dixit "le fascisme est le combat fondamental à mener pour tout démocrate qui se respecte" Ruge-Brun-Rouge-Brun-Rouge-Rouge. On comprend que le camp du Bien commence à s'emmêler les pinceaux. Qu'est-ce que cela serait s'ils devaient jouer à Simon ! http://retrovery.com/musiques/simon-le-jeu-electronique
  13. Eridan
    mai 05, 16:41 Reply
    "Le bourrage de crâne ne sert à rien. Il est clair que les français veulent un changement, à force de se voir rétrécir leur pouvoir d'achat, de voir diminuer petit à petit les acquis sociaux, l'accès aux soins , la colère gronde." Et la solution, c'est de foncer dans le fascisme... Il y en a qui ont la mémoire (très) courte. Le choix actuel n'est peut-être pas heureux pour certains, mais il faudrait quand même garder les yeux ouverts, pour éviter de plonger dans la m... Car, après, il sera trop tard.
    • u'tz
      mai 05, 22:42 Reply
      ou plonger dans la mrde avec mac...
  14. mélanippe
    mai 05, 17:36 Reply
    Macron est le type même du fétiche auquel se raccroche une France dépressive et en perte de valeur. Un produit Marketing qui comme tous les gadgets finira par lasser. Il brille, mais l'intérieur est vide, mort: un homme de chiffre, sans âme; Un fétiche ne peut rien contre la montée de l'extrême-doite. Juste une illusion, comme les naufrageurs qui déviaint les bâteaux en Bretagne pour les faire s'échouer et prendre leur butin. Marine fut ellement mauvaise durant le débat que c'est a croire qu'ils étaient complices.
  15. mélanippe
    mai 05, 17:47 Reply
    Le seul exemple dans l'histoire qui a réussi à concilier libéralisme et conservatisme fut Frédéric II. il avait concentré le pouvoir Divin et éthique (pour l'époque bien sûr,...les pages et le fameux harem) avec un commerce florissant, des érudits jusque chez les fonctionnaires. Platon mis en application sans trop d'inquisitions (gares aux hérétiques, genre charlie Hebdo). Un tel modèle n'est plus applicable aujourd'hui, l'éthique étant haïe comme entrave à la liberté individuelle et l'etat est perçu comme une belle-mère acariâtre qui vient réclamer son fric sans aucune amélioration pour le bien commun. Voilà pourquoi Hitler a gagné en 1930 et pourquoi l'horreur ne pourra être vaincue par Macron. Contrairement à ce que pensaient les protestants ou certains catholiques, l'argent est dans l'incapacité de gérer les moeurs. Car comme les chiens qui reniflent leur merde, il tirent l'être humain vers le bas, C'est trop tard, et contrairement à Fillon qui s'est tiré une balle dans le pied, Macron n'a pas la carrure.
  16. u'tz
    mai 05, 19:16 Reply
    "Votez Macron même si vous le détestez. Votez Macron parce que vous le méprisez." j'adooore comme j'aimerais être FR d'RF dans le secret de l'urinoir... espérons qu'en toute logique le devoir n'est pas de votez pour celle qu'on déteste et méprise le plus
  17. Evgeni
    mai 05, 21:43 Reply
    Mon cher Marcel, vous pouvez être tranquille, la blondasse ne passera pas ! Elle n'a nulle envie d'accéder à la présidence, que voulez vous qu'elle y fasse avec un programme aussi débile ? Aller au charbon et relever la France, très peu pour elle, elle laisse ça à Macron. Le débat qu'elle nous a infligé mercredi était​ juste pour dégouter les indécis a voter pour elle et montrer à sa clientèle qu'elle a mouché Macron. Son pire cauchemar est d'être élue dimanche, mais grâce à sa prestation elle peut être tranquille et continuer à profiter de l'Europe tout en crachant dessus... Et cumuler avec son mandat de présidente du FN. C'est de l'imposture politique... Une troll quoi ! À la justice de s'en occuper...
  18. u'tz
    mai 05, 23:12 Reply
    @Marcel, je vous ai vraiment trouvé nul sur mélenchon(quoique vous disposez légitimement à mes yeux de toutes les excuses issues de votre centre droit existentiel), nul d'ailleurs aussi sur fillon (avant màj)..., trouvé un peu naïf sur la le pen (je veux dire sur l'idée que la nostalgie de vieux prétentieux égorgeurs flamingants serait rédhibitoire pour quiconque), et vous trouve ici à mon grand étonnement, assez classieusement convaincant sur le vote macron (quoique l'arrogance du théatral égo jésuitique de l'intéressé tempère instantanément .mon enthousiasme)
    • u'tz
      mai 16, 07:56 Reply
      chouette , un coup de barre, marx et ça repart, ne pas confondre le candidat et les électeurs, ne pas confondre le candidat et les électeurs et ne pas mourir de rire : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/quelles-ambitions-pour-la-generation-macron la france même sans la sous-france va quand même pas se faire sous-frire...
  19. Tournaisien
    mai 06, 10:53 Reply
    Quelques clarifications à l'attention de Marcel : (1) Le profil de Macron est celui d'un socio-libéral, soucieux de relancer l'économie et, pour ce faire, de remettre les comptes publics en ordre. Je n'ai bien sûr absolument rien contre cela, même si certaines de ses recettes (celle qui mise notamment sur une relance de la sacro-sainte croissance) apparaissent comme des vieille rengaines et ne solutionneront rien sur le moyen et le long terme ; (2) Ce qui est gênant n'est donc pas tant ce positionnement socio-économique, quelles que soient les réserves qu'il convient d'ores et déjà d'émettre (cfr à ce propos les propos, pertinents, tenus par Nicolas Hulot sur le plateau d'A2), que la stratégie politique mise en oeuvre pour parvenir à s'imposer comme candidat à la présidentielle. Que Marcel le veuille ou non, rapt électoral bel et bien il y a eu. Non content de parvenir à se faufiler entre la gauche et la droite à partir d'un mandat ministériel pour lequel il fut coopté sans être membre du PS, Macron a en effet réussi le tour de force de faire une captation en attirant dans ses rets la frange droitière (et opportuniste) des caciques du PS, les Valls, Le Drian, Delannoë, Cazeneuve, Cambadélis, etc. ; le problème, c'est que cette captation s'est opérée aux dépens des électeurs du PS qui avaient voté pour eux. Grâce à une maîtrise extraordinaire du timing, Macron est ainsi parvenu à créer un effet de bascule et constituer sa base électoral avec une bonne partie de l'électorat PS en découvrant peu à peu son programme qui s'avère en réalité correspondre très exactement au segment socio-économique d'un candidat comme Juppé. Tour de force, certes, mais aussi rapt ... appelons les choses par leur nom ; (3) La candidature de Macron aurait été parfaitement respectable si il avait suivi la voie tracée par quelqu'un comme Juppé, à la limite comme Bayrou, en clair si il avait réussi à imposer sa candidature à partir d'un profil clairement identifié, correspondant à ce qu'il était réellement. Le problème, évidemment, est que le segment qui est le sien sur le plan socio-économique était déjà occupé par Juppé, voire par Bayrou, solidement vissé sur son Modem taillé à sa propre mesure ; l'appel d'air offert par un PS en pleine crise interne constituait en revanche une opportunité extraordinaire, qu'il a su (il faut bien le lui reconnaître) saisir mieux que quiconque. Cette OPA aura été indéniablement un super "coup" politique, mais qui sur le fond, du point de vue de la stricte éthique démocratique, reste très problématique, en tous cas très tendancieuse. Cette stratégie rappelle à s'y méprendre à celle qui avait conduit Tony Blair à s'emparer du Labour ... pour mener une politique très à droite à bien des égards ; (4) Le plus gênant n'est toutefois pas là, mais bien dans les manoeuvres multiples organisées, planifiées par ceux qui, manifestement, avaient décidé de dégager la voie au jeune prodige : le think tank constitué par les Jacques Attali, Alain Minc, etc., mais aussi l'Elysée et au premier chef, le bien nommé François Hollande. La collusion incroyable d'un appareil médiatique (j'ai bien écrit "appareil") et politico-judiciaire aura permis, au-delà de toute retenue, à Macron de s'imposer à l'issue du premier tour. De ce point de vue, la différence de traitement est patente entre ce qui a été réservé à Fillon, que la presse a étrillée jusqu'à la nausée (je précise que je n'exonère en aucune façon les agissements de Fillon), et l'extraordinaire complaisance vis-à-vis de Macron, dont la presse (et la Justice) a sciemment passé sous silence l'utilisation des moyens financiers de Bercy pour lancer son mouvement en marche (des sources apparemment sérieuses parlent de quelque 180.000,- € dépensés en frais de bouche et de représentation sur le budget du ministère de l'Economie). Cette affaire, pourtant, était bel et bien passible de poursuites judiciaires, au titre de détournement de fonds publics et abus de biens sociaux. ... En conclusion, la vraie question est pour moi la suivante : la fin justifie-t-elle les moyens ? Il me semble quant à moi qu'en démocratie, la réponse devrait être "non".
  20. Flash
    mai 06, 12:27 Reply
    "Qu’elle atteigne 45 % et la prétention que le FN représente « la moitié » des Français sera omniprésente dans leur rhétorique pour les cinq ans qui viennent." Si elle n'atteint pas 45% cette fois-ci, ce sera pour la prochaine fois. Surtout si entre-temps Emmanuel se sent pousser des ailes grâce à un bon résultat. Ne vaut-il pas mieux que cela arrive au plus vite, que la sonnette d'alarme soit enfin tirée ? Que des mesures soient enfin prises ? Cinq ans supplémentaires la tête dans le sable seront peut-être les cinq ans de trop. "Insoumis : le vote de dimanche ne sert en aucun cas à donner une large victoire à Emmanuel Macron. Il ne donnera aucun pouvoir supplémentaire à ce président." Une large victoire le rendrait pourtant plus légitime et pourrait appuyer son parti aux législatives. Ce que vous craignez pour le FN trois paragraphe plus haut, en fait. "Tout se jouera aux législatives. Quel que soit le résultat d’En Marche à la présidentielle, il sera nuancé par son caractère anti-FN, comme ce fut le cas pour Jacques Chirac en 2002. Au contraire même, plus le vote anti-FN sera massif, moins il apparaîtra comme une adhésion à la politique d’Emmanuel Macron." Je n'ai pas l'impression qu'on en ait tenu compte, en 2002. D'ailleurs, comment ces bons élus feraient-ils la différence entre votes d'adhésion et votes forcés ? Et surtout pourquoi ? "Votez Macron même si vous le détestez. Votez Macron parce que vous le méprisez." Si on en arrive aux paradoxismes incantatoires, ça devient carrément flippant, comme discours. "Votre ennemi aujourd’hui n’est pas Emmanuel Macron, mais le succès annoncé de Marine Le Pen." Le chasseur avisé sait que son véritable ennemi n'est pas le poison qui le ronge, mais le serpent qui le lui a inoculé. Et s'il admet que le plus urgent est de soigner la plaie, il n'oublie pas que le plus important, à terme, est de neutraliser l'infect petit monstre. "François Fillon [...] vous a demandé de voter pour le seul démocrate." François Fillon nous a demandé de voter pour une politique dont il est très proche et qui lui convient très bien. Sa défense concernant les affaires nous ont montré que la démocratie est un concept très souple, dans son esprit. "Abstentionnistes, enterrez vos rancœurs. Pensez à l’avenir." Justement, ils y pensent. Mais y pensent aussi à moyen et long termes. "C’est ce courage-là que la raison commande." Renier ses convictions sous la pression du chantage n'est pas une preuve de courage. D'abnégation, tout au plus. Et l'abnégation, ça va un temps. "D’avance, merci pour nous. D’avance, merci pour vous !" Merci pour votre billet. Et merci de votre compréhension pour les abstentionnistes.
  21. Eridan
    mai 07, 16:38 Reply
    Pour Ergo et Tournaisien : http://www.liberation.fr/france/2017/05/05/on-ne-vote-pas-seulement-pour-soi-meme_1567683 On ne peut mieux dire. Voilà ce que j'appelle du journalisme de qualité.
  22. Pfff
    mai 08, 09:12 Reply
    Élection de Macron, France périphérique : "Les communications plus faciles ne vivifient pas les régions écartées, elles leur sucent la moelle." Nicolas Gomez Davila
  23. vince01
    mai 08, 13:45 Reply
    Chère Salade, Marcel ne veut pas qu'on dise que la NVA c'est l'extrême-droite, c'est un tabou belgicain.
  24. Tournaisien
    mai 08, 16:10 Reply
    Un article du Monde de février dernier : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/03/emmanuel-macron-peut-il-etre-inquiete-dans-l-affaire-des-frais-de-bouche_5074081_4355770.html ... Rien à redire. Un article à charge et à décharge, qui pondère avec beaucoup de mesure et d'esprit critique les informations utilisées par les uns et les autres. Sur le fond, il n'en reste pas moins qu'il y a là un arrière-goût assez déplaisant, qui tendrait à conforter tous ceux qui soupçonnent dans la campagne de Macron une forme de hold-up démocratique. ... J'attire par ailleurs votre attention sur l'éditorial de Luc Ferry du 3 mai dernier sur le "jeunisme de la candidature Macron". Du blé à moudre pour tous ceux qui seraient quelque peu en panne ... d'esprit critique.
    • Pfff
      mai 12, 09:04 Reply
      Franchement, Tourn", lire Le Monde ou Huffington Post, pour un catholique, c'est du masochisme, de l'auto-destruction. J'ai annulé mon abonnement à l'Immonde il y a quelques d'années. Mon geste citoyen. Je m'en félicite chaque jour. Je vous conseille de lire, si vous le trouvez, "Le Monde" tel qu'il est, de Michel Legris - ancien journaliste du Monde -, publié en 1976. La culture de l'Immonde et sa falsification quotidienne ne date pas d'hier - De Gaulle était tout à fait révulsé par ce torchon qui se donne des allures de respectabilité. Mais j'étais naïf, Tourn'. Le rachat par Bergé et l'inflexion de la ligne éditoriale qui a immédiatement suivi - transgenrisme et anti-catholicisme rabique - m'ont décillé.
  25. Tournaisien
    mai 08, 16:38 Reply
    Ce qu'il serait peut-être bon de rappeler : http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/08/resultats-de-la-presidentielle-2017-le-prochain-president-ser_a_22074913/ ... A plus d'un égard, le scénario Macron rappelle celui du film "Ex Machina". Créature d'Attali, qui est parvenu à l'imposer à Hollande comme ministre de l'Economie (Bercy) sous le gouvernement Valls, le jeune prodige échappe rapidement au contrôle de l'Elysée, pour finir par saborder les ambitions de son patron de Matignon et du président lui-même. Mieux, il en vient même à glisser entre les doigts de son géniteur, ne faisant rien pour endiguer les commentaires peu élogieux courant sur son compte. La cyber-créature a débranché les prises qui le reliaient à ses mentors ; le voici maître de son destin ... et très accessoirement de celui de la France. Le jeunisme de son entourage et de son idéologie risque toutefois de s'apparenter sous peu à un eugénisme de classe, celui d'une jeunesse conquérante (arrogante), "en marche", celle des starts up et des hauts fonctionnaires biberonnés à l'ENA (... ne prétendait-il pas échapper au "système" ?) assurément bien éloignés de la jeunesse d'en bas. Cfr http://archives.universcience.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/franquin/franquin/images/idees_noires.jpg
  26. Wallon
    mai 08, 18:40 Reply
    Dormez bien, Monsieur Sel, Marine hantera encore vos nuits dans cinq ans si le Président Macron ne répond pas à certaines attentes légitimes des électeurs du Front National à savoir la "tolérance zéro" dans les villes et les banlieues de France comme le maire Rudolph Giuliani appliqua avec succès en 1994 dans les rues de New-York. Le Président Macron devra aussi résoudre la quadrature du cercle entre les métropoles "gagnantes" et la campagne "perdante". Je lui souhaite bien du plaisir surtout avec les banquiers fridolins...
  27. Tournaisien
    mai 09, 15:02 Reply
    Faisons les comptes ... Macron a remporté 66 % contre 34 % pour Le Pen au second tour. Or lors de ce même second tour, 25 % des électeurs se sont abstenus, à quoi il faut ajouter 10 % de votes blancs. Ce qui revient à dire que Macron n'a obtenu au second tour que 66 % de 65 % des électeurs, soit environ 44 %. Ayant obtenu 24 % de voix au premier tour, il faut donc en déduire que 20 % au grand maximum de ces 44 % n'ont pas voté pour lui mais contre Le Pen. Enfin, rappelons qu'on estimait qu'environ 44 % des voix portées sur son nom au premier tour l'ont été au titre de "votes utiles", seule une grosse moitié des 24 % étant semble-t-il constituée par les électeurs convaincus par Macron. Nous en conclurons donc, en étant généreux, que les électeurs ralliés à Macron représentent au mieux une quinzaine de %. ... Aux législatives, les règles vont changer du tout au tout. Ce qui compte lors de ces élections est le poids des élus locaux. Les Français, dans leurs circonscriptions, votent pour des poids lourds, pour des figures qui s'imposent à l'échelon régional. Or les futurs candidats de Macron sont à ce jour des inconnus, des jeunes, qui ne feront pas le poids face aux vieux professionnels de la politique dans l'Hexagone. Certes, Macron escompte sans doute débaucher l'un ou l'autre des partis, en particulier du PS et des Républicains, à l'instar de Valls, qui a trahi aujourd'hui pour la deuxième fois en l'espace de moins d'un mois. Lesdits partis toutefois ont été clairs : ceux qui partent chez Macron perdront toute accréditation et se verront illico opposer dans leur circonscription un autre poids lourd du parti. En clair, Macron n'a aucune chance de remporter les législatives. A peine aura-t-il nommé son premier ministre (Bayrou ou un autre), à peine celui-ci aura-t-il choisi ses ministres, qu'une quinzaine de jours plus tard, tous, ils pourront déjà remiser leurs tenues ministérielles au placard. Inutile de préciser que ceux-là seront grillés à tout jamais, qu'ils pourront faire une croix définitive sur leur carrière politique. Il ne faut se faire aucune illusion : tous au PS (hormis Valls ou l'un ou l'un ou l'autre couillon dans son genre) et chez les Républicains savent que ce jeu-là risque de leur coûter très cher, et comme ils raisonnent en priorité en termes de carrière ... Bref, Macron, à peine élu, se retrouvera à poil, sans quasi aucune assise à l'assemblée nationale. Tout ça pour ça ... Macron va très vite l'apprendre à ses dépens. Il y aura des lendemains de fêtes qui vont déchanter, c'est mon petit doigt qui me le dit. Le marionnettiste n'est probablement celui qu'on pense ... il y en a un autre, autrement plus madré, qui est occupé depuis quelque temps à tirer les ficelles. Qui ? Mais si, que diable, vous le connaissez, vous savez ?, celui qui manipule Barouin, le nabot de la Puszta. Tout ça pour ça ... franchement, à quoi servait-il de s'offrir le luxe d'avoir un Montesquieu ou un Diderot ?
  28. Wallon
    mai 10, 08:03 Reply
    Bonjour, Monsieur Sel, les événement se déroulent-ils à votre convenance? Vivement dans cinq ans pour évaluer les dégâts portés à la France. Sauf si Macron devient un président à vision monarchique, peut-être qu'il décrochera une auréole à la JFK sinon il offrira un boulevard à Marine Le Pen dès le premier tour. Patience ! J'en doute. Maintenant, comme de nombreux " résistants " à la mode, vous pointez le danger de l'extrême-droite. Comme l'écrit Eridan, " le bourrage de crâne ne sert à rien" sauf à exciter les décervelés et les moins de vingt-ans ignorants. Le fascisme a pour origine un Mussolini socialiste. Le chancelier Hitler n'a-t-il pas créé un parti socialiste nationaliste ? Contrairement aux dires de Macron, dès l'occupation allemande, la France (le Tricolore, le Coq gaulois, la devise "Liberté, Egalité, Fraternité") siège à Londres grâce à Charles De Gaule sous la protection de Churchill. Au côté de De Gaulle bien des hommes et des femmes de droite et même d'extrême droite. Sauf erreur, plus tard, le RPF ne présentait pas une idéologie de gauche. Par contre, les drames humains qui se déroulèrent sur le sol français le furent sous la couverture politique du Régime de Vichy (Francisque, Tricolore, devise "Travail, Famille, Patrie"). Ce régime ne représentait pas la France puisque que Pétain détenait les pleins pouvoirs (Assemblée nationale du 10/07/1940) et qu'il en profita durant toute la durée de la guerre pour " ajourner jusqu'à nouvel ordre " toute activité parlementaire. A cela, il ne faut pas oublier que la zone non occupée ne vécu que de 1940 à 1942. Alors, où se trouvait la France ? Comme pour le génocide en Algérie, Macron a encore menti ! Un bien beau président désinformateur ! D'autant que Pétain était SFIO, Déa était socialiste, Doriot était communiste, Laval était socialiste, Darlan (apprécié de Léon Blum) était de centre gauche. Un seul, Darnand s'affichait d'extrême droite. Mais oui, bien sûr, Mitterrand ou le socialiste à la francisque, étonnant n'est-ce-pas ? La beauté du temps qui s'écoule fait que la vraie nature des choses craquèle les récits désinformateurs comme les herbes folles mettent en ruines les constructions les plus solides.
    • Pfff
      mai 12, 08:21 Reply
      "Sauf si Macron devient un président à vision monarchique, peut-être qu'il décrochera une auréole à la JFK sinon il offrira un boulevard à Marine Le Pen dès le premier tour. " J'aimerais que l'on convienne enfin de ce qui est : le FN ne peut gagner une élection, Marine est déconsidérée, au niveau de la comprenure comme du leadership, et le FN est une très efficace machine pour faire perdre, indéfiniment, les classes populaires. Cette machine fonctionne très bien contre la droite conservatrice, donc Macron n'a nulle intention de calmer "la colère populaire", ni de lui faire la moindre concession. Fervent immigrationiste, liquidateur en chef de la société liquide, il va "sadiser" les classes populaires, la presse se chargeant de les nazifier entre les deux tours de n'importe quelle élection.
  29. mélanippe
    mai 10, 09:48 Reply
    [Ceci est de la pure élucubration. Je la laisse parce qu'elle est drôle, mais à prendre pour élucubration exclusivement]. L'envoloppe Macron: Le phallus comme pouvoir centralisé. Le phallus est juste un symbole, celui de la centralité qui s'est affronté à la poissonière (Gorgone, marâtre, Le Pen) en lui tendant un miroir et l'inverse). A ce jeu Macron a gagné. Marine est OUT. Macron reste ce miroir dans lequel la gauche et la droite croit se reconnaître.LA PYRAMIDE DU LOUVRE. Dans son livre (Totalitarisme et oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045), le psychanalyste christian Nots parle de la pyramide du Louvre comme symbole inversé (donc satanique). Le chiffre 3 apparaît souvent chez Macron (chemin de vie par exemple). Extrait de Libé de hier: Emmanuel Macron, une trajectoire qui résume entre celui-ci par:Le parcours géographique du nouveau chef de l’Etat en dit long sur ce qu’il est : des trois «P» de la Picardie, des Pyrénées et de Paris à l’exaltation des destins littéraires chez Balzac ou Mauriac. Ma réflexion: Macron,Hermaphrodite comme le dieu Hermès. Homme et femme comme Jeanne d’Arc. d’ailleurs, il a un léger strabisme comme la quinzième carte du tarot: le diable, associé à la finance. Son nom/ Emmanuel (Dieu) associé à Macron (En patois wallon: makrelle, sorcière, entremetteuse). Personnage double. Vous pensez qu’il est à droite, il vire à gauche
    • Pfff
      mai 12, 08:45 Reply
      En wallon, je crois bien qu'on dit makrale ; makrelle, c'est autre chose. Vous délirez grave sur le beau-père idéal. Éloge (comique quand on connait les dégâts) de la famille décomposée, le cadavre du père au placard. Preuve s'il en fallait que le freudisme est un cloaque. "Ils ignorent que je leur apporte la peste.", Freud dixit. Vous êtes déjà en transe-pration pour la secte macroniste. Bientôt le chamanisme. http://festival-chamanisme.com/ "Les programmes censés aider les gens à entrer en contact avec leur vrai moi, soi-disant motivés par des idéaux émancipateurs, ont souvent pour effet de pousser les gens à penser d'une façon qui confirme l'idéologie des créateurs de ces programmes. En conséquence, de nombreuses personnes qui commencent à se dire que leurs vies sont vides et sans but finissent par se perdre dans les arcanes d'un programme particulier, ou bien par avoir l'impression de "ne jamais être au niveau" quoi qu'ils fassent". Charles Guignon, cité dans La vie liquide de Zygmunt Bauman.
    • Pfff
      mai 12, 20:45 Reply
      Tout est dans tout, et inversement, et toutvalanttoutletoutouvaudou, je vous annonce que Dior a défilé à Los Angeles, collection inspirée de la chaman-E Vicki Noble http://www.lunafemina.com/vicki-noble-a-paris-en-octobre/ . Sinon, il y a l'air d'y avoir un excellent film sorti cette semaine : Problemos de Eric Judor (qui se plaint comme Clint Eastwood de la génération de lèche-culs "indignés" que nous devons subir). http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=248226.html
  30. Serge
    mai 11, 16:21 Reply
    Il y a quelques années, au e tour, les socialo ont voté Chirac avec des pieds de plomb il est vrai, et ils avaient raisons vu le mépris affiché par la présidence durant son mandat. Pourquoi revendiquer le vote des « Insoumis », qui n’ont politiquement aucune affinité avec Macron, pourquoi Macron peux-il affirmer que faire un seul pas vers le programme de Mélanchon serai parjure s’il demande aux « Insoumis » de renier leur programme. Pourquoi personne n’ose dire que l’Église catholique est plus qu’ambigüe pour ne pas dire pro Le Pen. En restant ferme, Mélanchon conserve l’espoir d’un parti de gauche et évite que les dégoutés de ce libéralisme sauvage et des politiques de centre qui n’ont plus aucun programme sinon la soumission au capitalisme ne passent tous à l’extrême droite par rage ou désespoir, nous remercierons les « Insoumis » d’ici peu pour avoir redonner espoir aux « sans dents » !
    • marcel
      mai 15, 08:30 Reply
      Si Macron avait dû s'adapter à la droite et aux Insoumis pour battre Marine Le Pen, il serait arrivé avec un programme tellement tarabiscoté qu'elle aurait eu quelques chances de plus. Cet argument est absolument fallacieux. On ne marchande pas ses voix quand il y a le fascisme en face. La lâcheté est patente. Et c'est dingue qu'on forme une jeunesse à ce genre d'arguments.
      • Pfff
        mai 15, 10:31 Reply
        Si le FN était fasciste : il n'accepterait pas le verdict des urnes, prendrait la rue lorsqu'il perd une élection et ferait le coup de poing dans ses meeting. Je me demande quel autre parti en France accepterait à ce point d'être sous-représenté, sur une si longue période. Il est vrai que les Le Pen, père et fille, se contrefoutent de leurs électeurs et n'ont jamais eu l'intention d'exercer le pouvoir ( même celui de leur mandat d'euro-députés) pour peu qu'on leur laisse le bénéfice de la PME familiale, ils feront exactement tout ce que le Pouvoir voudra.
      • u'tz
        mai 16, 18:28 Reply
        "On ne marchande pas ses voix quand il y a le fascisme en face. La lâcheté est patente." arguments svp Marcel ... perso, renier ses engagements par peur d'un épouvantail me paraît patentement encore plus lâche; utiliser le verbe "marchander" lorsque l'égo d'un candidat comme mél ne se considère pas propriétaire de ça vingtaine de pourceaux et qu'un candidat comme mac considère que sa soixantaine de pourceaux a plébiscité son programme personnel à décréter précipitamment, l'alter-trumpitude peut être chic fille avec l'esprit de conquête et les bonnes fées du 3e tour (: c'est patent et en même temps épatant :)
    • Tournaisien
      mai 15, 22:13 Reply
      @ Serge. Deux choses : (a) Je rejoins Marcel à propos du positionnement de Mélenchon. Inadmissible! Il est clair que le positionnement de la France insoumise n'a pas été seulement politique, il a aussi été mû par des enjeux personnels. Mélenchon n'en sortira pas gagnant. / (b) Vous stigmatisez une église catholique vendue au FN. Amalgame, ou plus exactement jugement sans nuance. Il y a, en France, deux communautés de croyants, ceux qui, retranchés dans leur place-forte du fait des lois sur les associations religieuses de Combe, se sont radicalisés, ceux par ailleurs qui, parfaitement intégrés dans la république laïque, vivent leur foi en citoyens comme les autres. Ceux auxquels vous faites allusion, les adeptes de l'excitée de Christine Boutin, ne représentent qu'une minorité de la communauté chrétienne en France, toutes tendances confondues. ... De grâce, ne tombez pas dans l'excès. Je vous rappelle qu'un adage dit "ce qui est excessif est insignifiant". ... J'en viens à ma position quant à Macron : j'étais moi aussi très défiant par rapport au phénomène Macron, pour diverses raisons qu'a bien résumées voici quelques jours Jean-Louis Debré. Il nous faut toutefois jouer le jeu des institutions : de même que le président élu devient avec son élection le représentant de TOUS les citoyens de la nation, de la même manière, nous citoyens, nous nous devons de laisser au nouvel arrivant une chance de réussir. Comme le dit le dicton : le vin est tiré, il faut le boire. Jouer à l'obstruction dès le lendemain de l'élection n'aurait aucun sens. Les Français ont tout intérêt à ce que Macron réussisse à infléchir positivement les choses. Telle est la raison pour laquelle, quoique j'ai voté contre Macron au premier tour, je donnerai ma voix à un représentant d'En Marche aux prochaines législatives. Ce n'est qu'après une période probatoire d'un à deux ans que les citoyens pourront se faire un début d'opinion, et il s'avère qu'il y a des choses qui ne vont pas, alors il faudra structurer l'opposition dans la perspective du futur rendez-vous de 2022. Pas avant !
      • Pfff
        mai 16, 13:27 Reply
        "J'étais moi aussi très défiant par rapport au phénomène Macron" Cela n'aura pas duré longtemps. À peine élu, et déjà des opportunités complètement loupées: "Madame Merkel a d'ailleurs déjà indiqué à propos d'Emmanuel Macron, à l'issue de leur premier entretien: "Je lui fais pleine confiance. Il sait ce qu'il doit faire". On est bien loin de l'estime et du respect réciproque qui avaient régné au moins jusqu'à la réunification : Madame Merkel parle au nom d'une puissance dont le modèle monétaire a été accepté par une grande partie de l'Europe et qui accumule les surplus commerciaux. Elle s'adresse à un pays qui n'arrive pas à résorber ses déficits et touché par une désindustrialisation sévère. Le rapport de force économique est inégal; le rapport de force politique pourrait être plus équilibré, voire à l'avantage de la France mais ni François Fillon ni Emmanuel Macron n'ont utilisé l'atout à la disposition de la France durant leur campagne électorale : profiter des lourdes erreurs politiques de Madame Merkel (rupture avec la Russie; politique non-soutenable à long terme d'accueil massif de populations réfugiées) pour proposer une nouvelle relation franco-allemande, plus équilibrée avec une reprise en main du leadership politique par la France. " "Certes on a raison de dire qu'Emmanuel Macron a sans doute eu tort de ne pas rompre avec l'habitude de ses prédécesseurs d'une "première visite" à Berlin. Mais cela serait à nuancer si le nouveau président français en avait profité pour poser clairement des intérêts français divergents de ceux de l'Allemagne (l'absence de politique de change active de la zone euro; la mauvaise gestion de l'espace Schengen par l'Allemagne; les intérêts français en Méditerranée; l'exigence d'un véritable protectionnisme européen etc....). Au lieu de cela, il a voulu briller en bon élève de l'européisme, c'est-à-dire qu'il a accepté le cadre allemand de mise en oeuvre d'une politique européenne. L'occasion perdue aujourd'hui ne sera jamais rattrapée." Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-soutien-affiche-angela-merkel-emmanuel-macron-risque-etre-plus-complexe-concretiser-qu-en-air-3050137.html
  31. Tournaisien
    mai 11, 21:44 Reply
    Un truc marrant à signaler, quand même. On pressent Edouard Philippe, maire du Havre, comme premier ministre de Macron. Or ce politique de centre-droit est le plus farouche opposant au projet du Seine-Nord, au point que le directeur des VNF (Voies Navigables de France), lui-même pressenti pour faire partie de l'équipe Macron, a d'ores et déjà prévenu que si Philippe était désigné, il ne faudrait pas compter sur lui. Mais passons là-dessus : moi, ce qui me fait rire, c'est que la DGO2 (Voies navigables de Wallonie) a imposé le passage en force et commencé ses travaux d'élargissement de l'Escaut à Tournai, et ce en dépit de trois recours déposés au printemps auprès du conseil d'état, dont un recours en suspension par les riverains. Or la seule véritable justification de ces travaux est la perspective du Seine-Nord. En clair, si Edouard Philippe devient premier ministre de Macron, je crains pour eux qu'ils n'aient plus qu'à remballer leurs pelles et leurs pioches. ... ça leur apprendra à se croire plus malins que tout le monde. Je sens qu'on n'a pas fini de rire. De toute façon, à Tournai, d'une manière ou d'une autre, on rit toujours, même quand c'est jaune.
  32. Pfff
    mai 12, 14:43 Reply
    Erdogan : "l’Europe, continent en train de pourrir", "Plus aucun Européen ne pourra sortir dans la rue en sécurité" lorsque les musulmans d’Europe seront plus puissants et plus nombreux grâce à une natalité combative https://fr.express.live/2017/05/12/mariages-denfants-belgique/ "– Le Service Droit des Jeunes (SDJ), une organisation de Liège qui accompagne des jeunes avec des problèmes familiaux ou juridiques, est venu en aide à 102 enfants dans la ville au cours des quatre dernières années. Presque chaque semaine, le service donne de l’aide en toute discrétion à un mineur souhaitant échapper à sa situation, mais ne sachant pas comment faire. D’après le SDJ, le chiffre réel est bien plus élevé, un multiple de ce nombre. Certains enfants qui se présentent au SDJ sont âgés d’à peine 12 ans. – « Dans la plupart des cas, il y a des abus sexuels dans un tel mariage. Ce n’est pas parce qu’une fille mineure accepte un mariage forcé, qu’elle accepte aussi les habitudes sexuelles de son mari. »" "En dépit d’un renforcement de la loi sur le regroupement familial, le mariage demeure encore le moyen le plus simple pour obtenir des documents de séjour dans notre pays. La plupart du temps, il implique des hommes étrangers qui effectuent un premier séjour en Belgique, puis recherchent une femme de leur pays d’origine à épouser sur Internet. Celle-ci est alors donnée en mariage par ses parents, contre paiement."
  33. Pfff
    mai 12, 19:53 Reply
    Cela va se passer près de chez vous. "C’est ainsi que le néo-sultan Erdogan, qui n’a pas digéré les interdictions de meetings en Allemagne et en Belgique lors de sa campagne référendaire sur ses pleins pouvoirs, a lancé une nouvelle provocation à l’occasion du prochain sommet de l’Otan qui se tiendra à Bruxelles les 24 et 25 mai prochains : Recep Erdogan envisage en effet de se rendre dans la capitale belge et européenne un ou deux jours plus tôt, dans le but d’y tenir une grande conférence auprès de l’importante communauté turque-musulmane de Belgique, celle qui a le plus voté en sa faveur durant les dernières consultations électorales. Plus arrogant et culotté que jamais, l’hyper-président-sultan tiendra alors un meeting de campagne en vue d’un nouveau référendum turc visant cette fois-ci à rétablir la peine de mort dans son pays, pied de nez incroyable de la part de celui qui exige de faire entrer la Turquie dans l’Union européenne tout en sachant que l’abolition de la peine de mort fait partie des causes de refus non-négociables pour l’intégration dans l’UE…" Objectif stratégique: ""Notre pays qui fait partie sur les plans historique, géographique et culturel, depuis des siècles de l'Europe, veut poursuivre le processus en vue de l'adhésion à l'Europe, qui est un objectif stratégique", a écrit le président turc Erdogan dans une déclaration solennelle." Non, non et non, donc, non, serais-je tenter de répondre. En fait, c'est rien que des bachi-bouzouks. Quelle est la meilleure version : l'historique ? « À Toi Satan turc, frère et compagnon du Diable maudit, serviteur de Lucifer lui-même, salut ! Quelle sorte de noble chevalier au diable es-tu, si tu ne sais pas tuer un hérisson avec ton cul nu ? Mange la vomissure du diable, toi et ton armée. Tu n'auras jamais, toi fils de putain, les fils du Christ sous tes ordres : ton armée ne nous fait pas peur et par la terre ou par la mer nous continuerons à nous battre contre toi. Toi, scullion de Babylone, charretier de Macédoine, brasseur de bière de Jérusalem, fouetteur de chèvre d'Alexandrie, porcher de Haute et de Basse Égypte, truie d'Arménie, giton tartare, bourreau de Kamenetz, être infâme de Podolie, petit-fils du Diable lui-même, Toi, le plus grand imbécile malotru du monde et des enfers et devant notre Dieu, crétin, groin de porc, cul d'une jument, sabot de boucher, front pas baptisé ! Voilà ce que les Cosaques ont à te dire, à toi sous produit d'avorton ! Tu n'es même pas digne d'élever nos porcs. Tordu es-tu de donner des ordres à de vrais chrétiens !! Nous n'écrivons pas la date car nous n'avons pas de calendrier, le mois est dans le ciel, l'année est dans un livre et le jour est le même ici que chez toi et pour cela tu peux nous baiser le cul ! » Signé le Kochovyj Otaman Ivan Sirko et toute l'Armée zaporogue Ou celle d'Apollinaire ? "Plus criminel que Barabbas Cornu comme les mauvais anges Quel Belzébuth es-tu là-bas Nourri d'immondice et de fange Nous n'irons pas à tes sabbats Poisson pourri de Salonique Long collier des sommeils affreux D'yeux arrachés à coup de pique Ta mère fit un pet foireux Et tu naquis de sa colique Bourreau de Podolie Amant Des plaies des ulcères des croûtes Groin de cochon cul de jument Tes richesses garde-les toutes Pour payer tes médicaments" Read more at http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/nouvelles-provocations-geopolitiques-neo-sultan-erdogan-3046407.html#L7UZvHOAKSGxobW7.99
  34. mélanippe
    mai 13, 09:41 Reply
    J'espère changer d'avis sur Macron et qu'il sera notre Frédéric II, le Hohenstauffen. De nombreux signes tendraient à le confirmer. A propos du mot fascisme sur lequel chacun s'étripe sans le définir vraiment. La mienne à la force de la clarté: LA NORMALITE. je n'ai jamais compris comment un journal nommé Libération pouvait défendre: la normalité. La normalité c'est la mort, la dépression, l'érasement de la force de vie, même si celle-ci a pris la forme d'une contestation à contours extrêmistes. De nombreux communistes ont d'ailleurs voté F.N. Le vrai fascisme se niche justement dans la normalité (Monsieur-tout-le-monde si bien décrit dans la pièce: Rhinocéros de Ionesco et qu'adulent les médias). Hollande fut bien l'exemple type du fasciste normalisé. Nous avons vu ce que cela a donné.
  35. Tournaisien
    mai 16, 20:28 Reply
    http://www.lesoir.be/1504385/article/soirmag/actu-soirmag/2017-05-16/une-belle-maman-blague-misogyne-sur-brigitte-macron-silvio-berlusconi?int_source=bloc_maintenantsurlesoir&int_medium=content_bloc&int_campaign=befr_bloc_maintenantsurlesoir_widget_content Là c'est clair et sans retour : je suis un inconditionnel de ce couple inédit. ... Ce Berlusconi, la honte de l'Italie ... Quel con !
    • Pfff
      mai 23, 08:01 Reply
      Défiant, plus défiant, inconditionnel. Pfff
  36. Tournaisien
    mai 20, 16:12 Reply
    Changement de crèmerie ... je rebondis sur l'actualité : http://www.lesoir.be/1507270/article/actualite/monde/2017-05-20/accords-d-armements-110-milliards-dollars-entre-usa-et-l-arabie-saoudite ... Une obole en remerciement pour l'extraordinaire duplicité de l'Arabie Séoudite qui porte une responsabilité énorme dans la crise syrienne, dans le terrorisme islamiste (en Europe en priorité) ... et accessoirement dans le massacre des Houtis au Yemen. ... Ah oui, j'oubliais : à part cela, ce sont bien sûr les Etats-Unis qui nous font des leçons de démocratie à jet continu et qui ont tout fait pour nous pousser à ouvrir les portes de l'Europe à la Turquie. À tout prendre, pour moi, il n'y a pas photo: Poutine lui au moins a une analyse de la situation internationale qui semble plus pragmatique, et en définitive bien moins hypocrite.
    • Salade
      mai 22, 12:39 Reply
      Et pour satisfaire la politique américaine, on doit acheter des F35 nous aussi...
  37. Pfff
    mai 23, 08:33 Reply
    Attentat à Manchester. Ville qui symbolisait l'envie populaire d'une autre musique, au début des années 90 - Madchester. Concert d'Ariana Grande, un concert pour les enfants, les jeunes adolescentes. Journal de la Première : l'attentat se retrouve intercalé entre Publifin et la dernière histoire de nombril du PAF. Dormez, bonnes gens. Toutvauttoutafluxcontinu. Le terrorisme est une séquence de la nouvelle normalité européenne. Joie des siècles à venir.
  38. Pfff
    mai 23, 12:37 Reply
    Manchester. Libération trouve que la police de Manchester va "vite" - comprenez "trop vite" - pour déclarer qu'il s'agit d'un attentat terroriste. C'est qu'ils ont des priorités - que dis-je, une mission sacrée -, chez Libération : retenir le réel éloigné le plus longtemps possible et l'expulser dès que faire se peut. Après cela, il y a des journalistes pour se plaindre que plus personne ne veut acheter leurs torchons.
  39. Salade
    mai 23, 18:23 Reply
    Rallumez les lumières plus souvent, Marcel, sinon tout le monde va se barrer par manque de continuité du blog. Les "twits" ont tué les blogs, c'est bien connu.
    • u'tz
      mai 25, 21:54 Reply
      le mâle effet, trottard !
  40. Tournaisien
    mai 23, 18:37 Reply
    Salman Abedi ... a British citizen ! We 're relieved... it could have been a foreigner who shares not our values. ... All is good, the show can gon on.
  41. Tournaisien
    mai 24, 11:25 Reply
    Changement de crèmerie une fois encore : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/05/23/31003-20170523ARTFIG00276-bruckner-la-solution-au-terrorisme-islamiste-n-est-pas-militaire-elle-est-culturelle.php ... Je n'avais rien écrit d'autre voici quelques mois, mais cela avait déplu à certains, y compris à Marcel qui avait alors rétorqué qu'on ne pouvait imposer à l'Islam de faire un coming-out de l'extérieur. Pourtant, il n'y a pas d'autre voie possible vers ce que devrait être à tout le moins une forme de consensus dans une forme de respect mutuel. Le problème de l'Islam est inscrit dans son ADN le plus profond, et ce qui se passe actuellement avec l'islamisme n'est que la conséquence de ces fondements, explicites dans le texte mais tus (à commencer par nos directeurs d'opinion), qui sont portés en acte par les tenants d'une religion musulmane qui porte le littéralisme à ses ultimes extrémités. Ce radicalisme n'est pas un dévoiement de l'Islam, une évidence que refusent obstinément les porte-faix d'une pensée unique chez nous; il en est l'expression logique, même si caricaturée. C'est bien là la cause profonde, et c'est cet ADN qu'il faut modifier au risque de voir l'Islam s'enfoncer encore et encore dans l'innommable et dans une forme de suicide à petit feu qui, à terme, ne pourra que le mener à sa propre destruction. Car si l'Islam ne change pas de boussole, ce qui arrivera n'est pas tant le changement de paradigme dans le monde musulman, ce que la plupart encore se refusent à accepter, que la modification des balises démocratiques dans nos propres pays, qui pourrait in fine conduire à une confrontation ouverte d'où il ne sortira de toute façon pas vainqueur. L'analyse de Bruckner, et celle de bien d'autres avant lui, des plus ouverts aux plus conservateurs (tel le général Henri Roure), est de ce point de vue imparable. À vrai dire, la voie en a été tracée dans l'Islam par certains oulémas ou théologiens, de l'université du Caire notamment, ou encore quelqu'un comme Mahmoud Mohamed Taha, exécuté en 1985 sur ordre du président soudanais Nimeyri pour avoir osé appeler à la suppression du Naskh (loi d'abrogation), rendant impossible toute réinterprétation moderniste du Coran.
    • u'tz
      mai 25, 21:52 Reply
      c'est beau d'avoir raison Tourn' surtout quand on parle de religion ( et surtout pas de la vôtre)
      • Tournaisien
        juin 03, 10:55 Reply
        Il me semble que le monde catholique (puisque c'est à cela que vous faites allusion) a fait son coming out depuis pas mal de temps. Quand vous trouverez un chrétien qui, pour sa foi, se met à égorger ses voisins de confession différente, vous me ferez signe.
        • marcel
          juin 03, 13:37 Reply
          Il y a quand même un background chrétien dans certains attentats d'extrême droite ou carrément fondamentalistes. À puiser dans la liste ci-dessous. Nobody's perfect. Et je ne parle même pas des pasteurs qui ont incité en Afrique de l'Est à poursuivre et massacrer des homosexuels. https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attaques_terroristes_d%27extr%C3%AAme_droite
        • u'tz
          juin 05, 01:10 Reply
          égorger beurk mais un petit drône par ci sans dommage sanglant + un petit f16 sans effet par là, jamais rien que des bombes ( de déo pour wc, bien sûr)
    • miyovo
      mai 29, 15:34 Reply
      these rants are always the same, and aside from totally off the mark, so boring... but what do you expect coming from an old wasted tired spent white man... here is the appropriate answer : https://youtu.be/PCexvdhMvlw up yours, Tournaisian
      • Tournaisien
        juin 03, 10:52 Reply
        Cette vidéo ne répond pas au fond du problème. Bien sûr qu'une majorité de musulmans sont des gens ouverts, tolérants etc., mais ce qui est en jeu réside dans les fondements du texte, fondements qui rendent possibles les dérives violentes et intolérantes que l'on connaît. Je suis désolé d'être un vieux barbon de blanc ennuyeux, mais tant que cette question n'aura pas donné lieu dans l'Islam à un vrai débat de fond, cet ADN continuera à nourrir les délires des littéralistes de tous poils, parmi lesquels, hélas, un certain nombre n'hésitent pas à passer à l'action. ... c'est quand même fou que des gens soi-disant intelligents soient incapables de comprendre cela.
        • marcel
          juin 03, 13:38 Reply
          Une fois encore, l'écrasante majorité des musulmans ne poursuivent pas les kuffar. Ça me semble être déjà une solide démonstration du fait que le coran a des interprétations multiplissimes, la plupart ne considérant pas le jihad comme une guerre physique mais mentale, et d'abord envers soi.
          • Tournaisien
            juin 03, 18:33
            Certes, mais encore une fois, le problème est du côté du littéralisme. Vous savez aussi bien que moi que les tendances extrémistes de l'Islam se retrouvent toutes dans une relation au texte qui est strictement formaliste, un courant qui est largement représenté dans le wahhabisme et qui irrigue les expressions les plus radicalisées du sunnisme. Ces musulmans-là sont certes minoritaires, mais ils sont très actifs, et le problème, c'est qu'ils ne sont pas strictement dénoncés par les autorités religieuses, et ce pour deux raisons essentielles : (a) parce qu'il n'y a pas, dans l'Islam, d'autorité unique et reconnue qui soit garante du dogme comme dans le catholicisme ; (b) parce que la matière sacrée du texte coranique reste, quoi qu'il en soit, quelque chose d'ultra-sensible, que même les plus modernistes dans l'Islam rechignent à remettre en cause au motif que le Coran est considéré comme incréé (cfr ce qui a fini par arriver à Mahmoud Mohamed Taha). Là où, quand bien même les islamistes sont minoritaires, le problème est de taille, c'est que ce courant ultra-radical essaime un peu partout dans le monde musulman, et en particulier dans les zones de l'Islam où ce dernier est confronté à d'autres confessions (Philippines, Thaïlande du Sud, le nord de l'Indonésie (Bornéo, Célèbes, Mollusques ...), le nord du Kenya (Shebaab de Somalie), nord de l'Afrique occidentale, singulièrement le Nigeria (Boko Haram), ...). Il n'est pas possible de se retrancher derrière l'affirmation d'un Islam pacifique dès lors que la frange radicalisée de celui-ci, même si elle ne dépasse pas les 5 %, est à l'origine de telles souffrances, et ce d'une façon aussi diffuse un peu partout dans le monde. La question doit être abordée sur le fond, et en l'occurrence, le fond est bel et bien ici le substrat textuel, et singulièrement la règle du 'Naskh' qui empêche en théorie toute interprétation du texte, au moins chez les littéralistes. Le jour où les instances reconnues de l'Islam (ce qui est certes déjà le cas de la plupart des théologiens de l'Université du Caire et de la mosquée Al-Azhar) accepteront de dénoncer l'errance de la lecture stricte des sourates les plus violentes et ne proclameront pas urbi et orbi qu'elles doivent être comprises comme des métaphores, ce jour-là, les choses commenceront à changer. Ce pas-là, fondamental, n'a pas encore été franchi, ou si c'est le cas, il ne l'est à ce jour que par l'écume la plus réformiste de l'Islam sunnite (les imams d'Al-Azhar en particulier ... qui sont d'ailleurs de plus en plus pris à parti, je vous le signale, par les islamistes).
          • marcel
            juin 06, 08:26
            Je vous recommande de lire Rachid Benzine. Il a une lecture très peu littérale du Coran. On y découvre (sauf ceux qui le savaient déjà) que le Coran ne peut qu'être interprété, pour trois raisons : d'abord, parce que l'arabe du Coran n'est plus l'arabe d'aujourd'hui et que toute traduction littérale est hasardeuse. Ensuite, parce que de nombreuses sourates contredisent d'autres sourates et que tout le travail des lecteurs du coran est de chercher à comprendre ces oppositions. Enfin, parce qu'il a été rédigé pour une population tribale vivant au VIIe siècle et que donc ses enseignements doivent être adaptée à la société d'aujourd'hui. De ce fait, les lectures soi-disant « littéralistes » sont au contraire une interprétation radicale du texte.
        • u'tz
          juin 05, 01:37 Reply
          votre adn de " vieux barbon de blanc ennuyeux" n'est désolant qu'à propos de vos exigences envers "l'Islam", le coming out contemporain de "l'Islam" n'étant pas trop seyant... bon vous avez aussi des circonstances atténuantes , vous avez des gendres circoncis, vous pensez qu'un coming out est un truc forcément positif et que le monde de l'oint est plutôt proche d'être parfait...
          • Tournaisien
            juin 06, 13:10
            Many thanks pour mes zygomatiques ... ça m'aide à digérer.
        • miyovo
          juin 06, 13:24 Reply
          in your world, Tournaisian, it'll never be enough. This here: http://www.mcb.org.uk/over-130-imams-religious-leaders-from-diverse-backgrounds-refuse-to-perform-the-funeral-prayer-for-london-attackers-in-an-unprecedented-move/ is, I guess, totally insufficient. On the one hand you say that there are no, but should be, a central authority like the pope, on the other you say that "instances reconnues" must speak out (and who would that be we wonder). You are not honest, all you want is to bash muslims and you'll never cease bashing them. You are a frightened old little white man, full of hate and fear. You try and cover your hate and your fear with layers of pretended erudition and knowledge, but you fool no-one. That Marcel Sel lets you, week after week, repeat your hateful rants beats me, and I am sure I am not alone.
          • marcel
            juin 06, 14:11
            And I will go on letting Tournaisien express himself, within some limits though, because I believe a good debate is better than closing our eyes on some opinions.
          • Tournaisien
            juin 19, 08:19
            Je n'y étais pas revenu et n'avais pas lu son commentaire. My god ! Je vous croyais un tant soit peu plus mesurée. En définitive, tout ceci me conforte dans ce que je pensais : l'intolérance n'est pas là où la prétendent certains. Vous en êtes un superbe exemple. Ceci sans compter les procès d'intention que vous faites. Je ne vais pas revenir sur mes propos (ça nous entraînerait trop loin), mais je me contenterais de rappeler que je ne suis, sur le fond, nullement contraire à l'Islam. Pour moi, toute fois religieuse est parfaitement respectable. La seule chose que je dénonce c'est la tendance de cette religion à l'intolérance. À quand un œcuménisme élargi entre communautés musulmanes et chrétiennes ?
  42. u'tz
    mai 25, 22:30 Reply
    _autant écoutez le gonflant onfray pour la lumière, en évitant la 1e minute sur ses maladies..._ https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/les-loups-sont-entres-dans-paris
  43. miyovo
    juin 23, 16:08 Reply
    Je sais que Tournaisian ne parle pas anglais, donc http://www.nybooks.com/articles/2017/06/22/islamic-road-to-modern-world/ ne l'intéressera pas et il continuera à raconter son délire

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.