CETA lutte finale. Les Francophones belges instaurent la dictature du prolétariat.

moose-568475_1280

Orignal, image CCO Pixabay par Toubibe.

Le véto du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l’accord commercial et douanier Europe-Canada AECG (Accord économique et commercial global), connu désormais uniquement sous l’acronyme anglais CETA, fait couler beaucoup d’encre. Il est vilipendé par le ministre-président flamand parce que non conforme à l’intérêt flamand — alors que le parlement francophone est évidemment souverain. Il est brandi, au contraire, par des partis de gauche comme une victoire de la démocratie, alors que c’est plutôt une piqûre d’arsenic en plein cœur de celle-ci.

À l’international, l’un des premiers à avoir félicité la Fédération Wallonie-Bruxelles pour avoir « contré » le CETA — outre l’extrême droite française ; on a les amis qu’on mérite — est Jean-Luc Mélenchon. Un monsieur qui n’a que des mots durs pour l’Union européenne qu’il présente volontiers comme antidémocratique. Or, rien n’est moins démocratique que le pouvoir accordé au parlement de la FWB.

Déjà, le fait que tout État européen ait un droit de véto dans ce genre de traité ramène l’Europe à une communauté dans laquelle un Poucet peut imposer sa loi, alors même qu’elle dispose d’un parlement représentatif de l’ensemble de sa population. À cela s’ajoute le délire belge, où chaque entité peut imposer sa vision à l’ensemble du pays qui, à son tour, peut l’imposer à l’ensemble de l’Europe.

C’est bien sûr conforme aux règles européennes et belges (dès lors que l’accord semble concerner des compétences nationales et régionales/communautaires en Belgique), mais quand on en fait usage en sachant qu’on impose une dictature de l’infime minorité, il ne faut surtout pas en être fier. Il y a de surcroît une discrimination entre les États. Dans certains, le gouvernement peut décider seul (l’Allemagne, sous conditions), dans d’autres, un parlement national doit être consulté. Et chez nous, toute minorité fédérée a ce droit. Un excès dans un excès. Car reconnaissons qu’un petit État comme le Luxembourg, moins d’un million d’habitants, a déjà un pouvoir similaire à celui de l’Allemagne !

La loi du plus remuant est toujours la meilleure.
Le fait que toutes les entités fédérées belges doivent approuver le traité pour qu’il puisse entrer pleinement en vigueur au niveau européen implique que si la petite communauté germanophone s’y opposait seule, elle pourrait imposer sa décision à 500 millions d’Européens. La communauté germanophone compte quelque 76 000 âmes. Autrement dit, 0,015 % des Européens ont le droit de décider pour les 99 985 % restants. Vous avez dit « démocratie ? »

C’est pourtant ce que Charlie Le Paige, président du Comac (les jeunes du PTB) fanfaronne sur Twitter, et ce n’est qu’un exemple. Il faut dire que pour le PTB, 10 000 manifestants (sur 11 millions), c’est l’expression du choix du peuple. Mais oui, tout manifestant communiste vaut 10, 100 ou 1000 fois plus qu’un non-manifestant qui ne l’est pas. C’est ça, la dictature du prolétariat.

Car, au contraire, rien n’est donc moins démocratique qu’un pouvoir aussi exorbitant dont les représentants politiques majoritaires de 4,2 millions de Francophones belges ont fait fièrement usage mercredi, et les 3,5 millions de Wallons ce vendredi, pour crier ensuite à la victoire démocratique, alors qu’ils ne représentent même pas 1 % de la population européenne et refusent en fait, par l’absurdité des structures tant belges qu’européennes, leurs droits démocratiques à l’ensemble de la population de l’Union (quel que soit leur choix final).

Autrement dit, le triomphalisme de la gauche après ce vote est d’une indécence abyssale. On devrait au contraire avoir profondément honte des conséquences d’un tel vote. Et la prétention d’avoir imposé à un demi-milliard d’êtres le « seul bon choix possible » est d’une arrogance hallucinante.

Dictature de la moutonnerie.
On en vient à se demander comment ce traité de 1500 pages, que personne n’a lu, dont on a dit tout et son contraire, et dont les manifestants ne savent généralement rien du tout (mets-toi là, brandis ta pancarte, ouais, tu es avec nous ! vive la gauche bien conne !) a pu faire descendre tant d’idiots utiles dans la rue.

Simple : c’est sur la rue que le lobby anti-CETA francophone a apparemment décidé de fonder sa stratégie, autour des syndicats (puissants recruteurs de manifestants), du PTB (toujours prêt à se manifester) ou en marge du mouvement Tout autre chose, un maelström d’organisations de gauche allant du PS institutionnel aux manifestants professionnels du PTB en passant par le CNCD-11.11.11 — dont les membres incluent toutefois aussi un syndicat libéral.

Ce dernier a énormément milité contre le CETA et a notamment pris la plume en janvier 2016, pour pondre un véritable mode d’emploi de l’abolition du CETA par les seuls Wallons ou Francophones. L’article intitulé Qui peut stopper le Traité transatlantique ?, explique ça, mais aussi à quel moment agir en tant qui citoyen (sic). Il commence par rappeler que « plus de 3 millions de citoyens » (soit 0,5 % de la population européenne, mais soit) se sont opposés au TTIP — notez dès le début l’amalgame entre les deux traités — en signant une pétition dont l’énoncé était effroyablement tendancieux. Il affirmait en effet que le CETA menaçait rien de moins que la démocratie, l’État de droit, le droit du travail, les normes sociales et environnementales, la protection de la vie privée et des consommateurs, autant qu’il autorisait la dérégulation des services publics et des droits des consommateurs. La pétition reprenait aussi l’argument de « négociations non transparentes ». Un argument fallacieux, des négociations internationales ne peuvent jamais l’être : si l’on dit à l’autre ce qu’on est prêt à accepter, on ne peut que perdre, et aucun citoyen de l’UE ou d’un de ses États membres ne souhaite ça. Je reviens plus bas sur ce que c’est, un traité vraiment non transparent.

Autant en emportent les militants.
L’article du CNCD 11-11-11, une organisation citoyenne que le PTB chérit, surtout en ce moment, part de l’accord Colombie-Pérou pour affirmer que « si demain le gouvernement wallon ou bruxellois décidait de mettre à l’ordre du jour le vote sur l’Accord de partenariat économique UE-Afrique de l’Ouest ou l’accord UE-Colombie-Pérou et qu’il était rejeté, cela entrainerait la fin de cet accord pour toute l’Europe et les pays cosignataires, même si l’accord a été ratifié par presque tous les États européens. » Belle manière de défendre les droits humains. Il conclut qu’il est donc essentiel de faire pression sur les députés wallons (par exemple). D’ailleurs, dès l’automne 2015, le CNCD avait fait preuve de beaucoup de volontarisme en rendant visite aux 6 entités fédérées, leur assurant que sans leur signature, la Belgique ne pourrait ratifier le CETA et les sommant de prendre position.

S’il n’est pas rare, et s’il est très sain que la société civile milite, il est plus étonnant qu’elle aille jusqu’à expliquer aux parlements comment abuser d’une particularité belge, abolissant sciemment l’idée même de la démocratie en Europe.

L’organisation incite aussi à profiter du fait que la population (sic) est mobilisée (re-sic) contre le projet, pour obtenir des différents parlements qu’ils posent « les conditions sine qua non à leur future éventuelle ratification. » Avec Ecolo à bord (pour des raisons environnementales) et le PTB en fer de lance, les partis en perte de vitesse comme le PS ou le CDH ont le choix entre affronter un électorat de plus en plus enclin à écouter les communistes, ou foncer dans la brèche et permettre de bloquer un accord de libre-échange.

Il faut ajouter que, comme les partis d’extrême gauche,  le CNCD 11-11-11 semble hostile à tout accord de libre-échange, point. Un protectionnisme qui nie tout développement obtenu par le libre-échange. Et qu’ils risquent bien d’avoir trouvé le moyen d’obtenir gain de cause contre l’Europe, les entreprises, le Canada, les lobbies divers et variés.

Où l’on se dit pour des gens qui critiquent régulièrement le pouvoir excessif de lobbies industriels, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils démontrent que le leur n’est certes pas moindre : il suffisait donc de sensibiliser une septantaine de personnes pour gagner. Un effet-levier dont les entreprises les plus puissantes au monde doivent rêver tout haut !

La gauche et le centre : détruire localement ce qu’on pense globalement.
Si le PTB a tout intérêt à faire capoter tout accord de libre-échange (cette saloperie capitaliste), au risque de brimer des prolétaires d’autres pays (il n’y a de bons prolétaires que chez soi, c’est bien connu) en refusant totalement d’envisager que le libre-échange et l’ouverture économique a peut-être aussi permis de faire reculer radicalement la pauvreté dans d’autres pays, plus pauvres et plus lointains, les autres partis, surtout le PS et le CDH font montre d’une étrange incohérence par rapport à la position de leur groupe au Parlement européen et plus encore par rapport à la Commission européenne, où ils sont partie largement prenante. Celle-ci est en effet soutenue par une majorité européenne où les groupes du CDH et du PS sont les deux poids lourds !

Ainsi, le groupe PPE (dont le CDH fait partie) compose la moitié de la Commission européenne, président inclus. Les socialistes et démocrates (dont le PS est le membre belge) fournissent 8 commissaires (sur 28) et les libéraux (vous savez bien, ces néo-ultra-libéraux mégacapitalistes), seulement 5. Autrement dit, si vraiment le CETA est si nocif, il suffit en bout de course au Parlement européen de voter contre. Aux parlements nationaux (et qui plus est régionaux) de montrer la confiance qu’ils ont dans la démocratie européenne, celle où les mêmes partis s’expriment ensemble, au nom de l’ensemble de la population de l’Union, en militant, par exemple,  pour un vote préalable par le Parlement européen.

La N-VA arroseur-arrosé.

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois n’a pas hésité à tancer le parlement des Francophones de Belgique pour leur vote antiflamand, en faisant grand cas dans la presse. La Flandre ayant pour sa part approuvé l’accord CETA. Selon lui, les Fransquillons empêcheraient donc les Flamands, majoritaires en Belgique, de faire ce qui est bon pour eux.

Mais c’est le résultat de la volonté d’autonomie flamande dans une articulation fédérale (l’équipollence des lois) qui ressemble très fort à ce que serait le confédéralisme prôné par le propre parti de Geert Bourgeois, la N-VA. Dans une telle structure, chaque entité confédérale doit être consultée pour toute décision internationale (et le fait que ce soit déjà le cas montre que la Belgique a déjà une sérieuse dose de confédéralisme). Et le respect mutuel impose que l’on n’interfère pas dans les décisions des autres entités, souveraines.

Bourgeois peut être « désolé » de la décision francophone, mais la présenter comme nocive à la Flandre est une agression et une ingérence. Il n’a qu’à militer pour que, comme autrefois, le fédéral décide sur base de la majorité nationale, mouhaha. Mais c’est exactement cette situation-là que les flamingants (et soyons justes, des régionalistes wallons et bruxellois) ont tout fait pour abolir. Que Bourgeois morde ses propres doigts. Il ne lui appartient pas de commenter une décision souveraine d’autrui ; il n’accepterait d’ailleurs pas que d’autres entités fassent de même suite à la décision positive flamande.

Le CETA, de bêbête sympa à hydre diabolique
Tout ça, parce qu’on a beaucoup glosé sans savoir. Et non, je ne sais pas non plus. Si je me place en tant que citoyen, je ne sais tout simplement plus qui écouter.

Pour les uns, le CETA est un accord qui vise simplement à abaisser les barrières douanières. Pour les autres, c’est la fin de notre mode de vie, pas moins. Pour la France et son gouvernement de gauche, c’est officiellement une opportunité pour les PME. De même pour le représentant des socialistes européens, lors du débat sur le CETA au Parlement européen, le 14 septembre 2014.

Pour un opticien belge affilié au CDH, qui a (je l’espère) lu les 1500 pages du traité et s’est bien évidemment fait expliquer en détail leurs conséquences par un économiste chevronné (sinon, bon…), à charge et à décharge, c’est une véritable horreur qui va écraser les indépendants, les employés et les ouvriers belges. À croire que les Canadiens mangent leurs enfants tous crus et font frire leurs vieillards !

Ah, il en sait des choses. Pourtant, j’ai un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque. Et pour cause : ça ne servirait à rien, chaque clause comporte des références à des législations que bien peu de gens maîtrisent. Et seuls quelques experts peuvent se targuer d’avoir une petite chance d’imaginer ses conséquences pour l’économie réelle.

Dire qu’on sait s’il est bon ou mauvais est pour la très grande majorité des gens — députés et ministres compris — d’une audace folle. Du coup, on tombe souvent dans la propagande. De même, ceux qui brandissent des études qui concluent, pour l’une qu’on gagnera 0,5 % de PIB, pour l’autre qu’on perdra des milliers d’emplois, font de la propagande : nul n’est capable de prévoir les effets d’un tel accord aujourd’hui. Tout au plus peut-on prévoir que les échanges seront plus intenses qu’auparavant. Mais savoir s’il produira plus de nuisances que de bénéfices ou l’inverse sur base des infos qu’on peut assimiler en quelques semaines (si l’on lit donc quelques centaines de pages) est impossible.

On peut cependant essayer de raisonner un peu. Est-ce que — comme le dit le CDH —, cela privilégiera les grandes entreprises ? Voyons : aujourd’hui, elles seules ont les moyens de faire approuver un produit au Canada et en Europe, et justement, ce traité prévoit de permettre de réduire cette exigence de moitié en harmonisant les normes qui peuvent l’être (autrement dit, non pas en abaissant nos normes, mais bien en autorisant des produits dont les normes sont très semblables là-bas et ici).

Et donc, si les normes canadiennes sont si largement en dessous des nôtres, cela avantagera nos producteurs et nos PME puisqu’ils seront plus facilement aux normes canadiennes que les Canadiens aux européennes. CQFD : la position du CDH est incohérente. Mais bien sûr, elle pose d’abord que l’on va aligner nos normes sur les canadiennes, ce qui ne se trouve apparemment pas dans le traité.

Ensuite, nos lois protectrices et normes sociales sont elles sérieusement menacées par un tribunal d’arbitrage (et non plus une cour, ce point a été modifié il y a plus de 6 mois justement pour répondre aux critiques) ? On prend souvent pour exemple quelques cas bien saignants, comme Philip Morris qui a « assigné » l’Australie devant une cour ISDS (ces fameuses cours d’arbitrage). Le but : contester une loi qui imposait un paquet neutre en jouant sur le fait que de ce fait, Philip Morris n’avait plus le droit d’afficher son logo sur lequel il disposait d’un copyright. Déjà l’énoncé montre qu’il faut utiliser des moyens solidement tordus pour tenter de s’en prendre à une législation sanitaire. Eh bien, la cour s’est déclarée incompétente. Ah, zut, ce n’est donc pas si facile. Le vrai problème est ailleurs : l’Australie a dû engager 50 millions de frais de justice. Bien sûr, voilà un écueil à éviter — si ce n’est déjà prévu dans le traité. Mais voilà aussi un épouvantail (le pouvoir des cigarettiers sur un État) qui s’effondre, comme auparavant le bœuf aux hormones ou le poulet à la Javel.

L’Europe étant ce qu’elle est, si un jour, le CETA amenait un seul gouvernement d’un seul pays d’Europe à devoir, par exemple, réautoriser les paquets de cigarettes sans le label « fumer tue », des modifications rapidissimes seraient exigées et obtenues : aucune des deux entités — ni l’UE, ni le Canada — n’a intérêt à ce que l’accord ait de telles conséquences. Il ne sert pas à ça.

Le tribunal d’arbitrage (qui n’est donc plus une cour privée désormais) pose donc des problèmes d’organisation, mais n’a pour but que de garantir la préservation des investissements étrangers en Europe, une région aux législations extrêmement divergentes sur certains points, avec quelques pays souverains qui n’offrent pas une sécurité suffisante.

Présenter le CETA comme un danger est donc audacieux (tout comme il est audacieux d’affirmer qu’il sera uniquement positif). C’est un accord extrêmement finement négocié où l’on a tenu compte des intérêts de chacun. Il y a forcément des bâts blessants, tout comme il y a des opportunités. Mais je crains que l’avis d’un opticien CDH expert en CETA ne nous assure que d’une chose : tout fait farine au moulin électoral.

Le Canada, cette horreur dangereuse.
En associant le CETA au TTIP sous des prétextes souvent fumeux, une partie de la gauche européenne, avec le centre-démocrate en Belgique du Sud, présente le Canada comme un État ultralibéral qui ne cherche qu’à sucer le sang du peuple européen, à abolir ses services publics et sa protection sociale. Or, cette association est des plus fumeuses : le TTIP est peut-être déjà mort-né du fait justement de la résistance des négociateurs européens à certaines demandes américaines qui menaceraient effectivement certains de nos droits ou principes. À cela s’ajoute le protectionnisme US en plein retour du fait de la droitisation de son débat public. Tout comme le protectionnisme européen à la fois tiré par l’extrême droite et par la gauche.

Le Canada est aujourd’hui dirigé par Justin(1) Trudeau, un centriste à la fois favorable au libre-échange (sous conditions) et à une forme d’État-providence qui, certes, ne vaut pas la belge, mais tient largement la tête dans sa région. Ainsi, les soins de santé médicalement nécessaires sont gratuits au Canada. Il est même interdit de prendre une assurance santé privée pour de tels soins. Selon l’OMS, en 2000, c’était le pays d’Amérique du Nord dont le mécanisme de financement de la santé était le plus juste, et le 17e au monde (la Belgique étant 3e), ce qui indique qu’au moins 11 pays de l’Union européenne faisaient moins bien.

L’indice de développement humain canadien, supérieur à la majorité des pays de l’Union européenne (à 4 exceptions près) en fait une terre plutôt sœur que concurrente. Donc, ce que les anti-CETA sont quelque part en train de dessiner est une image assez détestable d’un pays plus développé que le nôtre à bien des égards : ce serait selon eux une nation qui n’attend que le traité de libre-échange pour massacrer nos principes, nos lois et, disons le tout net, notre démocratie.

Cela apparaît dès l’affirmation que le CETA n’est autre que le cheval de Troie du TTIP alors que les deux nations concernées sont extrêmement différentes, l’une est impérialiste, l’autre guère. Du reste, si cheval de Troie il y avait, il s’appellerait plutôt OMC, ratifié depuis des lustres, y compris par la Wallonie et les socialistes. Et surtout l’entrée de la Chine dans le mécanisme. Fallait alors y penser avant.

Pendant ce temps, le TISA se tissa…
Enfin, pendant que l’on mélange glorieusement les accords pour imposer un protectionnisme qui ne veut pas dire son nom, 23 États négocient avec l’Europe un autre accord, celui sur les services, le tristement pas assez célèbre TISA. Et là, il y a bien une absence totale de transparence au point que, selon certains, le texte de l’accord ne sera même pas dévoilé au moment de son entrée en vigueur ! Une vraie dinguerie si vous voulez mon avis.

D’après Wikileaks, la version US de celui-ci est même dans un coffre, sous couvert de copyright et toute divulgation même partielle chez Obama serait poursuivie et sévèrement châtiée. Certains paragraphes révélés par le même Wikileaks font franchement peur, pour nos droits à la vie privée notamment. Une vraie menace, celle-là, que l’on n’a pour l’instant pas encore commencé à étudier dans les cercles de cette gauche si prompte à nous défendre contre la si dangereuse poutine québécoise.

Pour l’instant, on brandit le TTIP très improbable comme la menace qui justifie toutes les critiques contre le… CETA. On gesticule beaucoup. On manifeste. On fait croire qu’on agit pour satisfaire un électorat apeuré. Mais mal cibler le mal, c’est potentiellement laisser passer le tigre mangeur d’homme pour éviter qu’une souris ne mange un chouïa de notre fromage AOC.

Si c’est à ça qu’on est en train de jouer, la gauche n’a franchement personne à féliciter. Que le PTB ait réussi avec le soutien du CNCD à imposer la dictature de son petit prolétariat local à toute l’Europe est juste fou. Et à la place de Paul Magnette, c’est la tête basse et la moue honteuse que j’annoncerais que la Wallonie enterre le CETA.

À moins bien sûr de vouloir ressembler à la photo qui illustre cet article…


Si cet article vous a plu, il n’y a pas de négociation possible, contribuez à  ce blog sans passer par une cour d’arbitrage, à raison d’au moins 2 €
(Note : je n’accepte pas plus de 50€ par trimestre des mandataires politiques, quel que soit leur bord.)

 

(1) J’avais d’abord écrit Julien. Merci à ceux qui me l’ont fait remarquer.

Previous Les réseaux sociaux forcent le journalisme à sortir de son corporatisme (réponse à André Linard). MàJ et Erratum.
Next CETA : mensonges et propagande pour forcer le non : même l’ISDS n’est pas le monstre qu’on dit !

You might also like

229 Comments

  1. MaitrePylos
    octobre 14, 16:14 Reply
    "Pourtant, j’ai un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque. Et pour cause : ça ne servirait à rien, chaque clause comporte des références à des législations que bien peu de gens maîtrisent." Pas besoin d'aller plus loin, ce seule passage, rend légitime à mes yeux,le refus.
    • Ze ph11 (@ph11)
      octobre 19, 20:31 Reply
      D'un côté, vous faites l'aveu que la complexité de législation belge est illégitime.
  2. insoL
    octobre 14, 17:06 Reply
    Je vous cite : « … nul n’est capable de prévoir les effets d’un tel accord aujourd’hui …»
  3. Salade
    octobre 14, 17:17 Reply
    "C’est un accord extrêmement finement négocié où l’on a tenu compte des intérêts de chacun." A peine nuancé!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    • marcel
      octobre 14, 20:39 Reply
      Des intérêts du Canada et de ceux de l'Union européenne. C'est ça, le chacun.
      • Salade
        octobre 17, 21:35 Reply
        la lecture que vous avez faite des 1500 pages vous le garantit? (constatez que je vous lit)
        • u'tz
          octobre 25, 22:57 Reply
          en quoi 1500 malheureuses pages est un problème pour quelqu'un qui peut comprendre et réfléchir?
  4. Nicolas Pierre
    octobre 14, 17:31 Reply
    Lamentable. Parce que tous les gens qui ne sont pas des Wallons sont favorables au CETA bien entendu? Peu importe les sondages évidents qui montrent une majorité d'opposants en Allemagne ou en France par exemple. Peu importe que des acteurs bien peu PTB (puisque l'auteur semble fixé sur ce dernier) comme l'UCM s'y oppose également. La peur du rouge empêche décidément toute réflexion rationnelle.
    • marcel
      octobre 14, 20:42 Reply
      Je n'ai pas dit que seule les Wallons et francophones sont défavorables au CETA, je dis que le pouvoir de bloquer une décision qui appartient à 500 millions de citoyens ne devrait jamais pouvoir être réservé à 4 millions d'entre eux, c'est pourtant évident, non ?
      • Didier Lagasse
        octobre 15, 10:49 Reply
        Les Parlements nationaux et régionaux ne servent à rien alors ... ?! La mort des démocraties !
        • marcel
          octobre 15, 19:13 Reply
          Si les parlements régionaux peuvent bloquer chacun un parlement national, ce dernier ne sert à rien. De même avec les parlements régionaux et nationaux d'une part et le parlement européen d'autre part. Conclusion : supprimons tous les parlements et laissons les communes décider de tout. Je vous promets un avenir en or !
          • Eridan
            octobre 16, 13:23
            Vous avez un faible pour les raisonnements absurdes ou tordus. Ce n'est malheureusement pas cela qui rehausse le niveau...
          • Rivière
            octobre 17, 16:04
            Donc si je comprends bien votre propos : 1) le système européen est une usine à gaz plus qu'une démocratie car le vote d'une minorité peut tout bloquer ? Bon, dans ce cas, c'est aussi le cas de tous les gouvernements qui ne pratiquent pas le référendum : la minorité des politiciens (amateurs ou professionnels) pouvant "démocratiquement" décider de tout et même de questions existentielles pour tout le monde sans possibilité de contrôle démocratique autre que des élections périodiques 2) ce n'est pas parce qu'on ne sait absolument rien sur le résultat de tractations secrètes entre une bande de compères qui ne compte même pas publier le résultat final et complet des pré-accord auxquels ils sont arrivés afin de les soumettre à l'analyse démocratique, qu'on aurait le droit de dire non ? Sans blague, vous vous êtes relu ?? 3) Le système étant ce qu'il est, il est donc, selon vous, éthiquement interdit aux divers parlements et autorités consultées de laisser leur membre voter "contre" (ou d'ailleurs "pour", en fait c'est le même raisonnement) en leur âme et conscience ou selon les directives de leur parti ou selon les désidératas de leurs électeurs car, tenez-vous bien, d'autres entités consultées pourraient voter différemment (la théorie du blocage institutionnel global et éthique voit le jour) Bref, gobons tout ce qu'on verse dans notre auge, il est éthiquement inacceptable d'oser donner son avis... Pour une fois, je vais plagier votre détracteur fétiche : "Joli, Marcel, vraiment joli !"
          • marcel
            octobre 18, 07:03
            Juste au point 1 (je n'ai pas le temps de répondre à tout) : le référendum n'est pas un instrument démocratique obligatoire dans une démocratie représentative.
          • Rivière
            octobre 18, 14:47
            Votre réponse (18/10 07:03) est en contradiction avec vos dires dans l'article : vous me contrez en assènant que "le référendum n'est pas un instrument démocratique obligatoire dans une démocratie représentative" ce qui suppose que votre référentiel de valeurs se base sur le système légal qui a actuellement cours... Or, dans votre article, vous fustigez les conséquences du résultat d'un vote légal selon le système légal qui a actuellement cours... Êtes vous conscient que "le système légal qui a actuellement cours" n'est pas un buffet à volonté mais plutôt un menu unique avec majordome pour veiller que vous finissez bien tous les plats en utilisant les bons couverts ?
          • u'tz
            octobre 23, 20:23
            "Si les parlements régionaux peuvent bloquer chacun un parlement national, ce dernier ne sert à rien." là Marcel sorry mais vous êtes en train de dire que vous ne comprenez rien à la particularité démocratique des Entités autonomes de votre pays totalement maîtresse de leur domaine de pouvoir, en plus prêt à voter ovld ou autre mr-de si vous parlez de dictat du prol
      • Jean Reglegent
        octobre 15, 17:36 Reply
        Je ne crois pas que vous ayez une vision très claire de la réalité Canadienne. Les assurances ne couvrent que les walkin clinic, de nombreuses personnes ne se soignent que tardivement (parce qu'une journée passée à attendre pour un médecin, c'est une journée de salaire de perdue). Les canadiens sont loin d'être tous favorable à se rajouter une Dispute Settlement Provisions qui permet à des multinationales de poursuivre les états si les législations ne leur conviennent pas - principe qui en-soi est anti-démocratique. Il est finement négocié par la commission, dont le pouvoir est "sensé" tirer sa légitimité démocratique du parlement européen mais n'a été élu par personne - au contraire de l'éxécutif de n'importe quelle *vraie* démocracie. Dire que "Trudeau est un centriste" relève de la malhonnêteté intellectuelle vu qu'il se défini comme libéral... il est autant centriste que Valls est de gauche - c'est à dire pas du tout.
        • marcel
          octobre 15, 19:28 Reply
          Je sais que l'on attend souvent longtemps dans les cliniques canadiennes. Je voulais simplement rappeler que le Canada n'est pas les USA. Mon article étant déjà long j'ai pensé que dire que le système belge était meilleur serait suffisant. Par ailleurs, aucun gouvernement n'est élu directement par quelqu'un. Enfin, sur Trudeau, j'ai pris le critère le plus souvent utilisé (centriste) sachant que le sens de « libéral » diffère d'un pays à l'autre et particulièrement des deux côtés de l'Atlantique.
      • Eridan
        octobre 16, 13:57 Reply
        Plusieurs intervenants vous ont déjà expliqué en quoi vous vous trompez. Cela dit, vous ne voulez pas démordre de votre point de vue et c'est votre droit. Mais ce n'est pas comme vous l'entendez que les choses fonctionnent ; et c'est très heureux, ...une fois.
  5. Didier Lagasse
    octobre 14, 17:34 Reply
    L'Europe en misant sur le grand marché européen et la monnaie unique en "oubliant" la mise en oeuvre de politiques fiscales et sociales communes ont de fait organiser une concurrence intra-communautaire par un double dumping, fiscal et social. Délocalisations et niches fiscales font le bonheur des multinationales, des grandes entreprises et des cabinets d'avocats spécialisés pour conseiller utilement leurs clients pour des salaires les plus faibles et la fiscalités nulle ou très basse ! On voudrait nous faire croire qu'en ouvrant tout grand notre marché à des marchés extérieures les choses iraient mieux pour les citoyens ? NON ! Cela ne réglera nullement le siphonnage des recettes fiscales des pays membres de la dés-Union Européenne. NON, les citoyens ne bénéficieront d'aucuns avantages à ces nouveaux marchés. Seuls les actionnaires se frottent les mains à l'idée que les profits fortement défiscalisés vont grossir encore plus leurs revenus !
    • marcel
      octobre 14, 20:44 Reply
      C'est un point de vue. Il y en a d'autres, du style : un traité favorisant les échanges est positif pour les deux pays (et à mon avis, à une condition toutefois : qu'ils aient un niveau de développement similaire).
      • u'tz
        octobre 25, 23:02 Reply
        perso je trouve super de ne pas avoir en tant qu'FR de belgique de ne pas avoir le même niveau génial de soumission imposé par les institutions que les FR du canada
      • u'tz
        octobre 25, 23:14 Reply
        "positif pour les deux pays (et à mon avis, à une condition toutefois : qu'ils aient un niveau de développement similaire)" là on est au congo belge, niveau de développement? ni veau ni maître
    • Ze ph11 (@ph11)
      octobre 19, 20:42 Reply
      C'est bien gentil de parler des délocalisations, mais encore faut-il parler des délocalisations d'entreprise s'installant en Europe et en Belgique (dont le solde est généralement positif), sans compter les entreprises qui se créent localement grâce aux nouvelles opportunités que créent un marché plus grand ou la baisse des couts de prod. L'arbre tombe dans le fracas, la forêt pousse en silence, comme on dit. Quant à l'optimisation fiscale de quelques grosses entreprises, ça me semble un prix bien faible par rapport aux gains que permettent les échanges internationaux, sans compter que ça fait aussi baisser les couts de prod, permettant la création de débouchés et d'emplois qui n'existeraient pas sans ça. Sinon, le fait que d'autres (les vilains zactionnaires) puissent s'enrichir de la chose, ce n'est pas mon affaire. Je ne suis point une personne jalouse. Prenez le risque d'investir votre argent plutôt que de geindre.
  6. Salade
    octobre 14, 17:36 Reply
    Bon, cette règle respecte la loi de ce pays et la loi européenne, qui tous deux ont un parlement? Si oui, ça s'appelle la démocratie. Il y a pareil à bxl où les flamands sont TRES minoritaires. Si non, alors il faut faire la révolution Marcel. La révolution fachiste! Le putsch quoi. (vos exagérations en appellent d'autres) Mais tout cela n'est que tempête dans un verre d'eau! Vous n'avez pas remarqué que ce serait revoté début 2017? On prend les mêmes et on obtiendra l'inverse, du coup la démocratie revient, n'est-ce pas? Et on redore le blason de la gauche. Par ailleurs vous ne semblez pas dire grand chose de l'aspect équitable (un mot communiste alors?), du commerce par ex. Communiste. J'ai peur. Communiste. J'ai peur. Communiste J'ai peur. Vous réagissez comme les chevaliers du NI.
    • marcel
      octobre 14, 20:45 Reply
      Vous confondez la préservation des droits des minorités et le principe fondamental de nos démocraties, à savoir que le choix appartient à la majorité. Vous confondez aussi légal et démocratique. Ce n'est pas parce que la Wallonie a le droit de voter que l'ensemble est démocratique.
      • Salade
        octobre 14, 21:33 Reply
        Démocratie contre vote parlementaire (et "veto" faisant loi)! A chacun sa justice. Vous raisonner comme le patron de l'AWEX. Toute la différence entre terroriste et résistant. Accepter la dictature de la majorité au nom de la "démocratie" (pas celle des parlements mais PAS CELLE DES CITOYENS non plus, mais celle des grand pays!!) ou être un héros (visionnaire ou cassandre) qui a raison seul contre tous? Que la philosophie est belle et multiple de Hobbes à Rawls en pensant comme Nietzsche ou Kant ou Godel. Ce n'est pas parce que le MR a 50% de la représentation belge que c'est démocratique (pour une majorité wallonne, non plus.). Alors? Mais tout cela nous éloigne, et, comme je le disais EST une tempête dans un verre d'eau: http://www.lalibre.be/actu/international/ceta-valls-veut-convaincre-les-wallons-58013468cd701eed8fcd46ce extrait: "Le dirigeant wallon (NDT: Magnette) a laissé la porte ouverte à un accord de dernière minute, posant comme condition que la récente "déclaration interprétative" qui accompagne le traité commercial de 1.600 pages soit dotée du "même poids juridique" que le Ceta lui-même."
        • marcel
          octobre 14, 21:53 Reply
          Un accord de dernière minute après une négociation de 6 ans, vous plaisantez ?
          • Salade
            octobre 15, 10:38
            Eh attention! C'est une phrase de Magnette que je ne cautionne en rien! Mais on va bien vite repasser les plats, en effet. D'ailleurs: dans la presse francophone ce matin: RIEN. Sans doute une recommandation de F Hollande... Par ailleurs, le ridicule c'est d'accepter le lait en poudre chinois!!!!!!!!!!!!!!! Vous voulez un conseil: Pour qu'on ne tape sur rien: ne pas nommer les accords europe chine, surtout ne pas les nommer! ****A par ex.
          • u'tz
            octobre 25, 23:06
            négociation de six ans entre vos super copains classés alpha libres de ne tenir compte que d'eux-même et surtout pas des citoyens classés béta de ce continents
      • u'tz
        octobre 25, 23:11 Reply
        "Ce n'est pas parce que la Wallonie a le droit de voter que l'ensemble est démocratique" :<) un jour je vous rappellerai cette idiotie dont vous êtes capable,
  7. Salade
    octobre 14, 17:45 Reply
    Si l'allemagne vote contre (autriche? Pologne?), vous aurez des ennemi gauchistes que vous méritez.
  8. Salade
    octobre 14, 17:59 Reply
    Vous auriez du prendre l'indice de développement de l'Arabie Saoudite comme base, plutôt que le canada, ou bien la Suisse, pays où on rentre aussi facilement que Bové... Mais c'est vrai, Bourgeois n'a qu'à s'occuper de ses affaires. http://www.lesoir.be/1342694/article/economie/2016-10-14/geert-bourgeois-sur-refus-wallon-du-ceta-c-est-incomprehensible extrait: " Depuis le Japon, le ministre-président flamand a mis en garde le gouvernement wallon contre l’atteinte à la réputation du pays." La réputation de la NVA n'est plus à faire en Europe quand on voit dans quel groupe européen elle patauge!!
    • Salade
      octobre 15, 10:44 Reply
      Au fait quel est le représentant au Japon pour la Wallonie? Où l'on voit que De Crem ne sert à rien puisque même Bourgeois est sur place...
      • Salade
        octobre 16, 10:01 Reply
        Apparemment Magnette était sur place et est revenu précipitamment! Heureusement qu'il y a "place royale", sinon on ne saurait rien :-)
    • Salade
      octobre 15, 15:32 Reply
      http://www.lesoir.be/1343397/article/actualite/belgique/politique/2016-10-15/en-cas-majorite-avec-vlaams-belang-n-va-reclamerait-l-independance Dans ce cas, j'espère que Bruxelles sera content d'être annexé. La majorité démocratique, celle que vous encensez... Nous les wallons, on verra ça de loin. Pas question de défendre le Donbass (ou Alep).
  9. Le Gaumais
    octobre 14, 18:00 Reply
    Cher Marcel, pourquoi n'avez-vous pas fait oeuvre didactique et expliqué proactivement et dans le détail les impacts de ce traité ? Les adversaires de celui-ci ont, eux, clairement réussi à démontrer au grand public les éléments nocifs qu'il contient. Je n'ai pas lu les 1500 pages mais je ne suis pas, entre autres, un grand fan de la "privatisation" de la Justice. Ensuite, je ne comprends pas l'attitude qui consiste à pointer (déplorer) la toute-puissance de l'Allemagne dans votre article du 9 juillet dernier et ensuite refuser à une entité souveraine d'exprimer son avis. Quand on parle avec des Français comme j'en ai eu l'occasion la semaine dernière encore, le reproche majeur qu'ils font à l'Europe est la perte de la souveraineté nationale. Ici, la FWB et la Région Wallonne ont fait la preuve qu'ils peuvent prendre des décisions souveraines. N'en déplaise à G. Bourgeois qui démontre par ailleurs toute la schizophrénie de son mouvement flamingant.
    • Ze ph11 (@ph11)
      octobre 19, 20:48 Reply
      « Les adversaires de celui-ci ont, eux, clairement réussi à démontrer au grand public les éléments nocifs qu'il contient. » Comme ? Je n'ai jamais rien vu de concluant et de convaincant, juste des poncifs, des postures, des hommes de paille ou encore la dénonciation d'ennemis extérieurs cosmopolites, la crainte de la poutine à la javel ou du sirop d'érable aux hormones…
  10. Shanan Khairi
    octobre 14, 18:26 Reply
    Faut lire la presse canadienne en ligne, tant ses articles que ses forums. Il y a aussi un large mouvement contre le CETA. Avec exactement les mêmes arguments en miroir qu'on trouve ici... On y lit que l'UE va envahir le Canada avec des produits de m*** et mettre en danger la société canadienne... Marrant. Ou pas.
    • Salade
      octobre 14, 21:57 Reply
      Mais les canadiens contre le CETA sont plus intelligents que nous car ils sont d'une civilisation à indice de développement humain supérieur... Par ailleurs: Supposons un pays de 100 individus dont 98 sont contre le CETA et 2 pour. Comment diviser le pays "démocratiquement" Diviser le pays en 99 régions: Soit 98 régions de 1 individu contre le CETA Et une région de 2 individus pour le CETA. Les régions comportant 1 seul individu sont minoritaires, et leur vote doit donc être exclu. Elles ne comptent pas, car elles risquent d'être ridicules n'est-ce pas? ce pbm est théorique et idiot? C'est pourtant tout le pbm du vote à la majorité par rapport au vote à 27 dans l'Europe à l'avenir. Et bien se tirer une balle dans le pied, comme Belge, c'est de ne plus rien à voir à dire en Europe: c'est donc aussi votre discours Marcel et celui de l'Awex!
    • Eridan
      octobre 15, 08:59 Reply
      Pour le pouvoir financier qui nous gouverne, il est bien plus profitable, pour des tas de raisons, de faire consommer des millions de tonnes de pétrole à faire transiter des marchandises d'un continent à l'autre que de les produire près de leur lieu de consommation. Les populations y perdent, des deux côtés, mais les financiers y gagnent ; c'est le principe des vases communicants... Plus le bidule (le système économique intégré) est gros, plus les intérêts spécifiques des collectivités sont ignorés, soumis aux caprices d'une machine impersonnelle, incontrôlable démocratiquement : c'est le but ; plus personne ne s'y retrouve (sauf les privilégiés). Il n'y a plus qu'à subir. Toute forme d'action politique citoyenne est d'avance noyée dans le gigantisme du système et perd tout sens démocratique.
  11. Eridan
    octobre 14, 19:04 Reply
    Il faudrait vous décider : une fois vous écrivez : « C’est un accord extrêmement finement négocié où l’on a tenu compte des intérêts de chacun. » Une autre fois, vous écrivez : « Pourtant, j’ai un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque. » Comment pouvez-vous savoir que c'est si finement négocié si personne (au sens démocratique) ne sait ce qu'il y a dedans ? Votre texte est grotesque et à l'avenant de celui que vous avez produit sur Caterpilar. Simplifions votre blabla : la démocratie à la mode ultralibérale MR qui vous est chère, c'est quand le petit peuple (« prolétaire ») renonce aux droits qui lui ont été concédés par traité, pour avoir droit à l'avenant sourire de la crémière capitaliste. Mais ne soyez de toute façon pas contrarié pour si peu : la dictature néo-libérale européenne aura vite fait de faire ravaler sa salive à Magnette et consorts. Et, pendant ce temps, l'euroscepticisme et les mouvements d'extrême droite se renforceront encore un peu plus. Les Anglais sont déjà partants, il y en aura d'autres.
    • Ghost Girl
      octobre 19, 17:56 Reply
      Je me suis faite la même réflexion au sujet deux phrases que vous citez. En fait, si on suit les arguments de M. Sel, les gouvernements sont invités à signer cet accord les yeux fermés. C'est démocratique, ça ? Sans rire...
      • u'tz
        octobre 23, 20:32 Reply
        signer les yeux fermés un traité con a pas lu c'est pas que du Sel, c'est aussi de la démocratie flamande, de la socialdémocratie à la valse hollandaise, alors que lire un traité soumis par des experts de lobbies et des fonctionnaires eurosurpayés c'est de la dictature du prolétariat...
        • marcel
          octobre 24, 18:44 Reply
          Désolé, mais le traité a été négocié avec des aller-retours réguliers avec les États, dont la Belgique qui était à l'époque gouvernée par Elio Di Rupo. Dire aujourd'hui qu'il ne savait rien est politiquement scandaleux.
          • u'tz
            octobre 25, 23:27
            pas d'accord avec vous sur ça parce que les Etats de l'union n'étaient pas dans la négociation comme vous le prétendez juste des cooptés par embrouille... pour moi le mr et ses maîtres flamingants trop contents d'être servis par de tel minables traitres FR sont juste des bénis oui oui méritocrates (ou ploutocrates, banksters, etc...holalala trop antisionistes ces termes) [méritocrate= type qui pense que les pauvres le sont parce qu'ils le méritent, alors qu'eux ont pu faire fructifier l'héritage de papa parce qu'ils le valent bien]
          • u'tz
            octobre 26, 10:08
            ce qui est scandaleux c'est de dire qu'ils ont dit qu'ils savaient rien... les verts européens (dont les belges) se démènent dans toutes les langues là dessus depuis le premier jour des discussions pour la mise en place de tel traité dans les cénacles dont vous semblez admirer la légère et légitime transparence démocratique sans parler de leurs merveilleuses ouïes populaires
  12. Hugues CREPIN
    octobre 14, 20:49 Reply
    En fait, quoique mondialiste et espérant un jour voir un Monde ouvert et uni (mais sans les dumping et fraudes divers), je reste pour les libre-échanges mais pas sous la forme d'un traité incompréhensible de 1500 pages ou pire d'un décret secret. Cependant, concernant le TISA, il ne pourra forcément pas rester secret à sa promulgation puisque si il est secret, nous ne sommes pas tenu d'obéir à des Lois qui ne sont pas soumises à notre connaissance, c'est la Loi, je doute donc un peu que le TISA aille aussi loin ...
    • marcel
      octobre 14, 21:52 Reply
      Hélas Hugues, si l'on en croit le document fuite, c'est bien le cas.
      • Rivière
        octobre 18, 15:05 Reply
        Mais, même en sachant cela, vous pestez contre ceux qui votent contre ? ... Il y a quelques temps vous pestiez sur le coût de la profession de blogueur et demandiez des participations financières aux lecteurs, vous proposiez aussi d'étudiiez certains sujets moyennant finances... Petite question frivole : un gros contributeur vous aurait il demandé de vous pencher sur la légitimité démocratique de la possibilité pour des minorités de bloquer des projets de lois/accord/... au dépend de la majorité ?... Je suppose que non... Mais êtes vous conscient que tout votre argumentaire pourrait être utilisé par votre grand ami Bartounet pour justifier que la majorité flamande ait le droit de diriger la Belgique comme bon lui semble et dans son seul intérêt aux dépends de la minorité francophone ??? Nous en reparlerons dans quelques années lorsque nous serons tous deux dans la file vers la chambre à gaz...
      • u'tz
        octobre 25, 23:39 Reply
        si tisa est un contre-feu pour vos arguments salés, je ne comprends pas le côté ironique léger de l'info
  13. Michel
    octobre 14, 22:59 Reply
    Votre analyse est erronée du fait que vous confondez une règle (ou un principe) de décision collective (majoritaire ou unanime en l'occurrence) et la démocratie. La démocratie, se définit comme un système où tout ceux qui vont devoir suivre la loi sont effectivement représentés par ceux qui vont la décider. Qu'une majorité simple, qualifiée, renforcée ou même l'unanimité soit requise parmi les personnes amenées à prendre telle ou telle décision (surtout avec différents états souverains qui ne sont pas une seule démocratie) n'est absolument pas le signe d'une absence ou d'une présence de démocratie. Par exemple, qu'une junte militaire décide à la majorité de ses membres de prendre telle ou telle décision n'en fait pas une démocratie. Par exemple encore, la décision majoritaire était déjà présente dans les tyrannies archaïques grecques (avant la démocratie athénienne, donc). On ne peut néanmoins pas qualifier ces régimes de démocratiques puisque ces décisions se prenaient uniquement au sein des familles de l'aristocratie.
  14. moinsqueparfait'
    octobre 14, 23:07 Reply
    Bon, on va poser les vraies questions au niveau belge, maintenant: Quand les travaux du RER wallon vont-ils commencer, quand le Thalys wallon va-t-il être rétabli, quand des investissements compensatoires aux fameuses éoliennes en mer du Nord vont-ils être réalisés, quand aurons-nous notre gare à BSCA sous financement fédéral, quand aurons-nous des musées fédéraux établis en Wallonie? Hein, mon cher Marcel, nous aurons ça quand? Vous allez me dire que "ça n'a aucun rapport". Eh bien il y a maintenant un lien: on l'a créé. Vous me direz que c'est de la flibuste et du chantage? Je vous dirai: "this is Belgium, my dear". Et quelqu'un a cru qu'à l'échelon du dessus, à la European Union Inc., c'était autre chose? Si ce quelqu'un existe, il s'est trompé. Pourquoi est-ce que les Wallons devraient se priver? Si on les dérange, les vrais Belges, à savoir les "echte" et les "verbeulemanste" Vlamingen, n'ont qu'à prendre leur indépendance (nous vire, en somme). Ils ont également une kyrielle de parlements et de gouvernements pour le faire. À eux de voir. Jusqu'ici, ils veulent nous garder. Et inutile de nous faire le coup du chantage aux transferts: dans quelques années, ils s'éteindront. Vous croyez qu'on n'a pas lu? On a très bien lu, au contraire. Ceci dit, je crois que les Wallons vont finir par signer... mais il va falloir quelques petits arrangements à la belge en coulisses. Vous avez dit "wafelijzer"?... En attendant, moi je me marre bien. Tout ce qui est bon pour la Belgique est mauvais pour la Wallonie, et inversement. Même parmi les Wallons les plus endormis, on finit par se rendre compte qu'essayer de plaire à nos "amis compatriotes du nord et du centre du pays", ça ne sert à rien. Nous sommes détestés pour ce que nous sommes, quoi que nous fassions. Alors autant bien énerver son monde, c'est plus rigolo.
    • u'tz
      octobre 25, 23:50 Reply
      "Même parmi les Wallons les plus endormis, on finit par se rendre compte qu'essayer de plaire à nos "amis compatriotes du nord et du centre du pays", ça ne sert à rien. Nous sommes détestés pour ce que nous sommes, quoi que nous fassions. Alors autant bien énerver son monde, c'est plus rigolo." bien d'accord avec vous moins' que le flamand s'offusque que son pays refuse ceta à cause des wallons sert la cause de la belgique (pas juste des belgicains rassurez-vous)
  15. Paul Domergue
    octobre 15, 00:55 Reply
    Erreurs factuelles, angles de vue tronqués, raccourcis à répétition, ignorance du processus de ratification des accords au niveau UE, fixette sur le PTB... C'est vous qui devriez avoir honte de remettre une copie aussi bâclée, débordante de partialité et dénuée de rigueur. Je suis l'actualité des traités transatlantiques au quotidien depuis fin 2014, je me suis farci les 1598 pages du CETA et quantité d'autres écrits. Votre article est juste infamant... pour vous-même.
    • marcel
      octobre 15, 19:20 Reply
      Merci d'argumenter point par point, je ne demande qu'à apprendre. Mais écrire que mon article est infamant sans développer, voilà qui me paraît… infamant.
    • Paul Domergue
      octobre 16, 15:16 Reply
      Je n'en ferai rien ou presque. Mais vous pourriez commencer par lire l'arrêt de la Cour constitutionnelle allemande, rendu ce jeudi 13 octobre, lequel conditionne la signature de l'accord par l'Allemagne. Notamment en intégrant la possibilité de sortir de l'accord. Concernant les tribunaux d'arbitrage, alias ICS, vous constateriez de vos yeux une position similaire à celle figurant dans la motion du parlement wallon. Je m'en tiendrai là. J'ai un goût mesuré pour les habits de redresseur de torts que vous endossez aussi prestement que Lucky Luke dégaine. Et votre niveau d'information est si bas que je devrais vous asséner une somme conséquente, j'ai franchement mieux à faire. D'autant plus que votre honnêteté intellectuelle est en péril. Le mouvement de contestation est venu d'une société civile largement mobilisée. Le CNCD est monté en puissance sur la remise en cause des traités transatlantiques et alors? Le PTB n'a rien téléguidé et a été très absent dans la dynamique qui s'est créée. Vous n'y croyez pas? Démontrez le contraire sans assertion. Cette dynamique a rassemblé des organisations aussi diverses que l'UCM, Test-Achats, les mutuelles, Inter-Environnement ou La Ligue des Droits de l'Homme et chacune disposait d'un argumentaire spécifique à son champ d'action. Toutes noyautées ou manipulées par des gauchistes et récupérées par des formations politiques? Soyons sérieux.
  16. u'tz
    octobre 15, 00:57 Reply
    bravo les wallons, les canadiens auraient dû envoyer des mohawks avec des plumes dans le cul pour séduire vos représentants élus... il auraient sûrement pu faire oublier que le ceta c'est la même mr-de que le ttip j'espère aussi que les flamingants rigolos de la cd&v et ceux d'extrême droite plus gerbants de l'n-va vont pas s'entendre dans le gouvernement non représentatif côté FR adepte du soutien débile aux gosses de riches, fils à papa et autres salauds dont la place est sur une plage des bahamas et pas dans la campagne du coeur de l'europe ps (wallon): marcel , suis vexed de ne plus avoir de mail d’annonce de vos nouveaux posts
  17. A. Winter
    octobre 15, 07:30 Reply
    Donc qu'un parlement démocratiquement élu bloque la signature d'un traité dont vous reconnaissez vous-mêmes que les effets ne sont pas très clairs, et vous hurlez à la dictature du prolétariat? C'est clair que, si votre modèle, c'est le gouvernement fédéral qui applique depuis deux ans le programme des "très démocratiques" FEB et VOKA, en n'hésitant pas à prendre des mesures qui ne figuraient dans aucun programme électoral (le report de l'âge légal de la pension par exemple), ça doit vous filer un sacré choc ! Vous vous moquez de 10.000 manifestants mobilisés en Belgique contre ces traités de libre-échange? Et bien que ceux qui y sont favorables manifestent leur soutien! Où sont les dirigeants de PME, les agriculteurs, les petits indépendants censés pouvoir profiter de ces traités? Pourquoi ne manifestent-ils pas pour en réclamer la signature puisque ce sont eux les premiers qui seraient impactés? Par ailleurs, prenez un peu de hauteur et révisez vos notions de démocratie. L'ouverture des marchés est souvent considérée comme un critère d'évaluation du niveau démocratique d'un régime. Mais de quel droit? Quelle population a été consultée sur le fait qu'on allait lever les barrières douanières? Quelle population en a formulé la demande? Quelle population soutient les accords de libre-échange qui certes, stimulent les exportations, mais entraînent comme corollaire un nivellement par le bas des normes sociales et environnementales? Réponse: aucune. Relisez Emmanuel Todd: la levée des barrières douanières, qui est le socle de la construction européenne, ne s'appuie sur aucun consensus démocratique. Alors que celui-ci soit aujourd'hui discuté dans un parlement démocratiquement élu, quelle que soit sa couleur politique, n'a rien de choquant. C'est simplement la conséquence de l'expression démocratique. Vous semblez même établir une hiérarchie des lobbies, jugeant qu'un lobby citoyen vaudrait moins qu'un lobby d'intérêts privés. A y regarder de plus près, votre propos pue le mépris de classe. Que vous proposiez que le débat ait lieu au sein du Parlement européen fait carrément virer votre billet à la pantalonnade. Vous étiez où ces 15 dernières années???? Le Parlement européen, vraiment???? Ce machin où Guy Verhofstadt et Louis Michel paradent devant les caméras en éructant des discours dont la teneur est à l'exact opposé des lignes directrices que suivent leurs partis respectifs u pouvoir au niveau national??? Ce Parlement qui n'a toujours aucun pouvoir et même pas celui de désigner le président de la Commission? Ce Parlement incapable de tenir une ligne cohérente sur des points aussi cruciaux que la protection des lanceurs d'alertes ou l'exploitation des minerais de sang dans les pays en guerre? C'est ça votre modèle de démocratie? Encore une fois, vous vous improvisez expert d'une matière qui vous est totalement imperméable et vous vous couvrez de ridicule en dévoilant la profonde indigence de vos raisonnements. User de subordonnées par palettes de douze n'y changera rien: ce sont les mêmes sophismes que ceux du buffet de la gare. Vous êtes plus pertinent lorsque vous écrivez sur le nationalisme flamand.
    • marcel
      octobre 15, 19:12 Reply
      Vous faites bien pire que moi. Je dis simplement que le PS et le CDH se sont laissés entraîner par des arguments conçus plus à gauche et une manœuvre pensée au CNCD de plus en plus teinté d'extrême-gauchisme. Elle est là, la dictature du « prolétariat ». Le PTB a emporté une immense victoire, les démocrates ne devraient pas en être fiers.
      • Eridan
        octobre 16, 13:33 Reply
        Quel est le problème, à part votre allergie personnelle au PTB ? Pourquoi les démocrates devraient-ils ne pas être fiers du fait que des gens d'une certaine tendance aient réussi à développer des arguments qui en ont convaincu d'autres ? Au contraire : c'est cela une démocratie saine !
        • Jester
          octobre 20, 09:17 Reply
          sauf que les arguments sont fallacieux. qu'attendre d'autre de la part de staliniens tenants du "socialisme dans un seul pays"...
  18. Eridan
    octobre 15, 08:28 Reply
    @ Le Gaumais « Cher Marcel, pourquoi n'avez-vous pas fait oeuvre didactique et expliqué proactivement et dans le détail les impacts de ce traité ? » Mais bien sûr parce que M. Sel n'a aucune idée de ce qu'il y a dedans ; alors, que voulez-vous qu'il vous explique ? Son texte est uniquement motivé par son adhésion inconditionnelle à la religion ultra-libérale (un ensemble de credo et affirmations gratuites qu'on se répète en coeur pour mieux se convaincre) et par l'allergie qu'il éprouve à l'égard du « prolétariat » wallon, comme il dit, et dont il avait déjà témoigné dans son texte sur Caterpillar. Que la démocratie wallonne fonctionne dans l'Europe conformément aux traités qui ont été signés, cela le hérisse. Cela ne lui vient pas à l'idée que, si lesdits traités n'existaient pas comme ils sont, avec les effets qu'ils impliquent, il n'y aurait tout simplement pas d'Europe et la question du prétendu « veto » minoritaire dont il parle ne se poserait même pas (en réalité, cela lui vient certainement à l'idée, mais, le but, c'est de profiter de l'occasion pour taper sur les Wallons forcément imbéciles, puisqu'ils n'ont pas voté massivement MR).
    • marcel
      octobre 15, 19:10 Reply
      Merci de ne pas répéter message après message que je suis ultralibéral, vous accumulez les erreurs (et les mensonges).
      • Eridan
        octobre 16, 13:37 Reply
        Voulez-vous préciser de quels mensonges il s'agirait ? S'il s'agit de mon affirmation que vous êtes ultra-libéral, c'est simplement l'expression de l'impression que vous me faites : tout votre discours se rapproche furieusement de celui de l'ultra-libéralisme. Peut-être êtes-vous un ultra-libéral qui s'ignore...
        • marcel
          octobre 16, 15:33 Reply
          Je ne me suis jamais ignoré, vous savez. Mais dès qu'on n'est pas d'accord avec vous, on devient ultra-quelquechose. Ce n'est pas un argument, c'est de l'accusation.
      • Eridan
        octobre 17, 06:12 Reply
        C'est intéressant : vous ne répondez pratiquement jamais sur le fond des commentaires, mais presque uniquement sur des aspects accessoires. Quant à vous qui me reprochez d'accumuler les mensonges (rien que ça !), cela, ce n'est pas de l'accusation ! Non, non... Cohérent tout ça. Très.
  19. Eridan
    octobre 15, 08:29 Reply
    La réponse de la « démocratie » à la mode libérale est déjà là : http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_des-personnalites-de-l-open-vld-exhortent-reynders-a-signer-le-ceta?id=9430435 Je vous disais bien, M. Sel, qu'il n'y avait pas de quoi vous inquiéter ; votre ultralibéralisme n'a rien à craindre (pour le moment et avant que les peuples de plus en plus bafoués ne se fâchent pour de bon).
    • marcel
      octobre 15, 19:09 Reply
      Ah mais je ne suis pas d'accord avec la proposition de ces ex-ministres Open VLD.
  20. Eridan
    octobre 15, 08:45 Reply
    @Marcel Sel @salade : « Vous confondez la préservation des droits des minorités et le principe fondamental de nos démocraties, à savoir que le choix appartient à la majorité. » Disons plutôt que, comme dans votre texte sur Caterpillar, c'est vous qui faites un fameux méli-mélo, avec des affirmations ahurissantes comme celle-là, dans un sujet dans lequel vous faites une fois de plus la démonstration que vous n'y connaissez manifestement pas grand chose. La « majorité européenne » est une construction politique arbitraire soumise à des règles et qui ne vaut qu'en fonction de ces règles ; ladite construction n'existerait pas sans ces règles, parmi lesquelles celle du pouvoir accordé aux Etats et à leurs composantes. La démocratie européenne est inachevée et c'est la raison pour laquelle existent ces règles. Mais cela ne vous plaît pas parce que cela entrave le bon-fonctionnement de votre ultra-libéralisme. De toute façon, la dictature libérale qui fonctionne en Belgique sait déjà comment traiter le sujet.
    • marcel
      octobre 15, 19:09 Reply
      Je ne suis pas ultralibéral mais donc merci de montrer que votre rhétorique est ultra-gauchiste :-)
      • Eridan
        octobre 16, 13:44 Reply
        Pour ce qui est de la rhétorique, avouez que vous vous défendez pas mal non plus... D'ailleurs, je pense que vos lecteurs (qui ont été habitués à mieux) apprécieraient des lectures éventuellement un peu moins polémiques, un peu plus nuancées et moins commandées par vos curieuses pulsions viscérales contre le PTB. Différence entre nous : même si, moi non plus, je ne suis pas ultra-gauchiste, je ne prends pas votre propos pour une insulte; je ne suis même pas vexé. Bizarre, non ?
  21. Schmidt
    octobre 15, 10:55 Reply
    Bonjour, Étrange plaidoyer pour un traité dont, justement personne ne sait rien, pas même celles et ceux qui en notre nom devraient le signer? Quelques questions pourtant demeurent, qui a rédigé ce traité? Il semble à la base que ce soit un groupe d'avocats spécialisés dans le lobbying et donc travaillant d'abord et avant tout pour celles et ceux qui paient leur service, en l'occurrence pas des états. "Quels intérêts défendent-ils?" est à mon sens, une des questions primordiales. Ne faut-il pas y voir là, une pâle copie des Accords de l'AMI avorté en 98? Et donc, oui, avant de signer, s'inquiéter de la teneur et surtout des impacts d'un tel traité sur nos économies et nos vies, sans pour autant tomber dans un colbertinisme extrême. Souligner qu'une minorité n'a pas le droit de bloquer les décisions qu'une majorité souhaite prendre, ne revient pas de la même sorte, a nier a cette minorité de faire entendre sa voix et s'inquiéter de se faire avaler par la majorité. C'est vrai que représente l'espace francophone en Belgique, par rapport à l'Allemagne, exemple même du bien-être libéral avec des contrats à 1€ et près de 15 millions de travailleurs pauvres? Que représente la Belgique francophone et ses habitants face à des pays de l'ex blocs soviétique, favorable a se traité, avec des disparités salariales significatives... Par ailleurs l'adhésion et l'ouverture à l'est a fait aussi l'objet d'un traité à l'époque, nous voyons aujourd'hui les bienfaits de ce traité sur l'emploi en Wallonie. Combien d'entreprise ont délocalisé leur production vers des pays plus "économiquement" rentable (surtout en terme de main-d'oeuvre bon marché sans trop de protection)? Est-ce donc, un déni de démocratie que de tenir compte des craintes et des inquiétudes des citoyens, alors que leur a tant vanté les bienfaits de différents traités, de la privatisation des services, de l'ouverture aux échanges commerciaux? Qu'en est-il aujourd'hui? - Dumping social avec la directives "détachement". - Explosion des prix et création de monopole avec la libéralisation des énergies - Inflation sans précédent depuis l'arrivé de l'euro et ce dans toutes les régions d'Europe.. Vous parler de l'Europe, et des constitutions des groupes politiques, mais est-ce qu'un socialiste hongrois, lituanien ou roumain défend-t-il les mêmes enjeux et mêmes intérêts qu'un socialiste belge? Enfin, oui, ne faut-il pas s'inquiéter d'un traité qui donne a des entreprises une légitimité législative, alors même que pendant des siècles, en Europe, le monde s'est battu pour faire tomber les privilèges de que quelque uns avaient sur la majorité? Quel rôle jouerait un état? Quel rôle peu jouer la Région Wallonne face par exemple, pour ne citer qu'un exemple, le géant bombardier qui réalise un chiffre d'affaire frisant les 200 milliards de $ alors que le budget de la région on compte en million d'euros, voir parfois en millier pour boucler un budget, toujours réduit... Enfin, ne commerçons-nous pas déjà avec ce pays de façon constructive, pour qu'il y ait besoin d'un énième traité de 1500 pages, traité aussi indigeste qu'incompréhensible pour la plupart et surtout, laissant une large plage à l'interprétation... Le vieil adage dit, selon que vous serez puissant ou misérable, les jugement de cour (pas de tribunaux), vous rendront blanc ou noir... Il en est probablement de même lorsque la branche canadienne d'une entreprise comme Monsanto, pardon Bayer exigera devant une cour d'arbitrage de statuer sur la liberté d'écouler ses produits à ses conditions.. Si une entreprise peut être mise en faillite, il en est de même pour un état, mais les conséquences, sont à mon sens plus problématique et surtout beaucoup plus dangereuse pour la démocratie...
    • marcel
      octobre 15, 19:14 Reply
      Je n'ai pas plaidé pour le traité, j'ai essayé de montrer qu'on essayait de nous faire avaler des couleuvres pour forcer le vote contre le traité, c'est très différent. Mais il est vrai qu'à lire les arguments de ceux qui sont contre, et à constater, chaque fois que j'en approfondis un, qu'il est fallacieux, je me dis qu'à l'arrivée, le traité est peut-être positif en effet. Mais par l'absurde.
      • Eridan
        octobre 18, 13:59 Reply
        Vive l'absurdité.Osons être fous !...
      • u'tz
        octobre 25, 23:59 Reply
        Marcel voter contre un traité n'est pas plaider pour un traité, traiter les gens qui nient un traité de dictateur du prolétariat ou juste de mongol qui ne se rend pas compte du génie du marché libre et "qu'à l'arrivée, le traité est peut-être positif en effet. Mais par l'absurde" ...en effet
  22. Léa Andersteen
    octobre 15, 11:39 Reply
    Certains, comme vous, Marcel n'ont toujours pas compris que le "libre échange", c'est toujours un rapport de force et qu'il y a toujours un perdant. Vous croyez à la religion Néo Libérale. Car tout prouve que ce n'est qu'une foutue religion. Chose que vous ne pouvez accepter, vous croyant "raisonnable" et "intelligent", plus que le prolétariat que vous méprisez. Vous dissimulez juste votre religion derrière des colonnes de chiffres et d'équation, pensant que le verni de la science mathématique en fera une science dure et une Loi de la Nature, comme la physique, par exemple. Vous êtes dans le fantasme. Contrairement à vous, la majorité des "prolétaires" commence à comprendre que le néo libéralisme a comme conséquences: - destruction de la planète, - destruction de la classe moyenne, - appauvrissement généralisé sauf certains privilégiés, - libre exploitation des salariés....(liste non exaustive). Et ils savent bien qu'en haut, ils font TOUT sauf ce qui est au bénéfice du Peuple. Oui, je suis contre tous ces traités de libre-échanges. Et je ne les ai pas lu! Mais pourquoi les lire? C'est des traités de "libre échange"..C'est comme le port-salut, c'est écrit dessus.... Et l'humanité en crève la gueule ouverte du libre-échange. Vous êtes trop aveuglé pour ne pas réaliser que le libre échange est une guerre généralisée qui met en concurrence totale tous les prolétaires et s'appuyant sur des porte-conteneur, des avions et des camions... Et donc du PETROLE. pour faire une Croissance Infinie dans un monde fini. Rien de bon ne peut provenir d'un traité de "libre échange". Ceux qui se documentent davantage savent en plus que ça implique des arbitrages (une juridiction des plus contestables DANS SON PRINCIPE MÊME vu que ca permet à Malboro d'attaquer l'Union Européenne pour ses politiques de lutte contre le tabagisme...), des nivellements par le bas des normes sanitaires et environnementales (poulet au chlore, ogm et j'en passe et des meilleures)... Vous autres libéraux, vous délirez. Et vous êtes en train de détruire l'humanité. Alors oui, je suis contre tous les traités de libre échange. Et je ne suis pas le seul.
    • marcel
      octobre 15, 19:16 Reply
      Non, il n'y a pas toujours un perdant dans le libre-échange, tout dépend de sa régulation et de l'équilibre (ou non) entre les deux parties. Ici, le Canada et l'Europe sont nettement plus proches à beaucoup de points de vue que l'Europe et la Chine, par exemple, ou le Canada et le Mexique.
      • u'tz
        octobre 26, 00:01 Reply
        "il n'y a pas toujours un perdant dans le libre-échange" vlà une vérité qui vous réchauffe Marcel!
  23. Mereck
    octobre 15, 11:40 Reply
    "Ah, il en sait des choses. Pourtant, j’ai un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque. Et pour cause : ça ne servirait à rien, chaque clause comporte des références à des législations que bien peu de gens maîtrisent. Et seuls quelques experts peuvent se targuer d’avoir une petite chance d’imaginer ses conséquences pour l’économie réelle. Dire qu’on sait s’il est bon ou mauvais est pour la très grande majorité des gens — députés et ministres compris — d’une audace folle." Ne serait-il pas dangereux, par essence, de voter pour quelque chose alors que l'on n'en connait ni les tenants ni les aboutissants ? Il ne faut pas oublier qu'avec les banques et multinationales, les gens ont appris à se méfier de ce que les premières tendent à défendre.
    • marcel
      octobre 15, 19:17 Reply
      Le principe du travail d'un député est de s'informer avant de voter. Donc l'erreur est justement que si peu de gens censés décider aient omis de le faire. Supposons que ce traité soit très positif et qu'on ait voté contre sous des prétextes fallacieux, ou par peur, n'est-ce pas une erreur aussi ?
      • u'tz
        octobre 26, 00:05 Reply
        les gens pour qui j'ai voter (au vlaams parlement du reste) sont bien informés sur le ceta, même des prétextes définis comme fallacieux par les suppôts mritocratiques
  24. Vigubu
    octobre 15, 12:24 Reply
    Poser comme principe que ceux qui ne pensent pas comme vous sont manipulés, c'est ça votre conception de la démocratie? en réalité, comme vous l'expliquez parfaitement, il est très difficile d'évaluer les conséquences de ce traité; dans ces conditions, est-il vraiment absurde de choisir le statu quo ( car contrairement aux menaces qu'on agite, une non ratification n'entraînerait aucun chaos) plutôt que l'inconnu?
    • marcel
      octobre 15, 19:18 Reply
      Je ne pose aucun principe mais un constat, ce sont les mêmes arguments qui reviennent toujours, et ils ne proviennent ni du PS (qui s'en fout un peu), ni du CDH (qui s'en fout encore plus).
      • u'tz
        octobre 26, 00:18 Reply
        les arguments viennent des verts européens dont c'est la tasse de thé depuis l'alena(idéal dans la tête à Marcel), mais le ps et le cdh ne peuvent à namur passer outre d'arguments légitimes rassemblés depuis dix ans et assénés sans relâche par les technocrates d'écolo (merci d'exister les verts et de rendre les experts chers à Marcel totalement obsolètes par leur servilité au multinationale) Dire que ps et cdh s'en foutent c'est dire que le problème est intra belge juste anti-mr , c'est obscène de la part de celui quui le dit
  25. Pierre
    octobre 15, 12:43 Reply
    "Pourtant, j’ai un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque. Et pour cause : ça ne servirait à rien, chaque clause comporte des références à des législations que bien peu de gens maîtrisent." Dictature d'une minorité "d'experts" contre les peuples qu'on maintient dans l'ignorance des réels rouages du pouvoir et des décisions. Sauf que c'est des politiciens qui n'ont pas pris le temps de le lire et de le comprendre un peu comme l'auteur de cet article !
    • marcel
      octobre 15, 19:19 Reply
      Les experts sont d'abord là pour régler les problèmes. La Commission a bien vulgarisé le traité mais on se méfie d'elle.
      • Salade
        octobre 18, 15:08 Reply
        Ben je me méfie plus d'elle que du parlement européen. Si vous voulez une europe vraiment démocratique alors il faut supprimer les états et la commission. Le vote du peuple européen, simplement. Qui élit un parlement européen. Et pas selon une clé étatique, rien qu'une clé de groupes parlementaires basée sur le nombre d'électeurs.
      • Jean Etienne
        octobre 21, 14:08 Reply
        Un traité bien rédigé ne demande pas à être"vulgarisé". Il doit avant tout être lisible et compréhensible. Vulgariser, c'est obligatoirement interpréter, ce qui ouvre la voie à toutes les erreurs, voulues ou non.
        • Salade
          octobre 24, 09:23 Reply
          Vulgariser (le mot a une connotation négative), expliquer, etc... C'est d'autant plus nécessaire pour la démocratie quand la matière est complexe. De toute façon , comprendre c'est interpréter Même un programme informatique a un interpréteur. Le traité était écrit dans une langue, vous voulez supprimer les traducteurs, pourtant les erreurs de traduction sont légion? La législation belge devrait être en anglais? Le tribunal et les plaidoyers d'avocats sont des interprétations aussi. L'enseignement, les profs, . La vie en fait, est une suite d'erreurs. Donc tout est sujet est à interprétation et à erreur. Et d'ailleurs un texte a des erreurs: orthographe, grammaticales, contre-vérités, etc... Woody Allen. "La première fois que j'ai vu une femme nue, j'ai cru que c'était une erreur." Le challenge est d'essayer de limiter leur impact.
  26. Hugues Bouckaert
    octobre 15, 14:05 Reply
    Votre commentaire à l'égard du TISA révèle la faille démocratique que vous percevez vous-même dans l'institution et la défiance très légitime qui en découle. Que vous soyez scandalisé par ces petits wallons caricaturés qui bloquent une décision impliquant toute l'Europe est pourtant bel et bien le fruit d'un processus démocratique suivant une procédure qui ne l'est pas moins. Je pense que les états sont libres de passer les accords qu'ils jugent bons de passer avec d'autres états et que ce blocage n'interdit nullement de commercer avec le Canada. Peut-on déplorer le manque de courage politique et s'émouvoir de la sorte de ce que le Parlement Wallon décide librement, Sans céder aux pressions des gros bras ?
  27. Jim
    octobre 15, 15:04 Reply
    Merci pour votre essai qui a le mérite de tenter le dialogue. Le véritable problème n'est pas dans votre thèse ni dans le contenu du traité (que personne n'a lu et c'est un comble non ?) il est justement dans le déficit démocratique grandissant dont la plupart des citoyens européens n'en peuvent plus. La mondialisation est présentée (y compris par vous) comme une fatalité, fatalité à laquelle personne, sauf quelques experts aguerris, ne comprend plus rien. Admettez a minima que cette mondialisation ne se fait pas au bénéfice de personne mais bien au bénéfice de ceux qui ont rédigés ces traités, et je doute que ce soit les citoyens qui en soient les premiers bénéficiaires, les acteurs du manger sain, des circuits courts, de l'écologie, de la santé abordable etc.. il est urgent que les dirigeants de ce monde se rendent compte que les citoyens européens ne sont pas que des moutons à tondre, regardez Barroso et ses copinages avec les grands financiers du monde ! COMMENT voulez vous que les gens aient confiances dans leurs dirigeants et dans des traités qu'on essaie de leur faire avaler en totale oppacite ? Votre théorie est défaillante car basée sur la bonne volonté, la bienveillance, La défense de l'intérêt général et aussi la compétence de nos dirigeants (qu'elle bonne blague) Mon avis est que le système démocratique européen et mondial est très largement défaillant et que tout ça va forcement dans le sens de plus de défiance et plus de rébellion envers l'ordre qui nous est imposé chaque jour un peu plus Je suis libéral dans l'âme mais je pense que les la mondialisation actuelle tient plus de la dictature que du libéralisme
    • marcel
      octobre 15, 19:23 Reply
      La mondialisation a mis des populations au travail qui n'en avaient pas. Désolé de vous contredire, mais les dirigeants ne sont pas les seuls à en avoir tiré profit. Seulement voilà, l'humanisme aujourd'hui se limite à sa petite région…
      • Rivière
        octobre 17, 16:39 Reply
        "La mondialisation a mis des populations au travail qui n'en avaient pas." Bof, même si une délocalisation en mode mondialisé donne du boulot à ceux qui n'en avaient pas au point d'arrivée, elle en retire au point de départ, ce qui nous fait un bilan nul. Si on ajoute les restructurations le bilan plonge en négatif. Maintenant, si on ajoute une dimension éthique, prenons l'exemple de la filière crevette : pêchée en france, décortiquée au maroc et consommée en france éthique financiaro économique : cool on se fait plus de blé (en haut) éthique socialo économique : les décortiqueur français sont au chômage ? Il n'ont qu'a devenir transporteur de crevette cortiquée ou décortiquée et faire la navette... tas de fégnant ! éthique écoloéconomique : c'est la cata, on pollue bien plus qu'avant et de manière idiote Mais bon, qui sont les promoteurs de la mondialisation ? Les financiers donc le message qui reçoit les honneur est...
        • marcel
          octobre 18, 07:02 Reply
          Je vois que vous vous fichez du décortiqueur marocain. Joli…
          • Rivière
            octobre 18, 15:22
            Personnellement, je ne mange pas de crevette, crustacé, mollusques ou ver (bref toute bestiole que l'on est obligé de manger entière (excréments compris) donc, s'il n'y avais que moi, toutes ces filières pourraient disparaître... Mais, non, je ne me fiche pas du décortiqueur marocain qui soit dit en passant doit vraiment toucher une misère pour qu'un système aussi anachronique soit rentable... Je trouve juste que chaque zone géographique devrait être organisée de façon à pouvoir être autonome sur ses besoins courants et vivre en autarcie alimentaire. Les échanges entre zones ne devrait se faire que pour les produits de luxe ou les appareils de technologies de pointe ou pour les programme nécessitant une base plus large telle la conquête spatiale ou la recherche fondamentales ou... Donc les crevettes conssommées au maroc ou magrheb devrait être issue d'une filière totalement marocaine ou magrhébine
          • Pierre
            octobre 19, 10:54
            Au contraire.. Je voudrais que le décortiqueur marocain soie payé le même prix que le belge. Mais alors l'entreprise ne voudrait plus délocaliser.. Oui mais comme les décortiqueurs seraient payé plus cher ils pourraient consommer plus de produit marocain ou voyager au Maroc et favoriser le tourisme. En favorisant les bas salaires et la délocalisation ont diminue le pouvoir d'achat. Donc on augmente le chômage et la dette.
          • Degenève
            octobre 20, 09:50
            C'est évidemment tant mieux pour les décortiqueurs de crevettes marocains, tout comme pour toutes ces petites mains qui s'activent de par le (tiers) monde pour le plus grand profit des actionnaires, bien que je soupçonne qu'ils ne perçoivent pour leur travail ingrat que des cacahuètes. Sans compter, pour ceux qui exécutent des travaux insalubres ou dangereux, que les normes de sécurité ou d'hygiène, lorsqu'elles existent, sont facilement ignorées ou contournées pour réduire encore les coûts. Et tant pis s'ils se tuent au travail ou meurent de maladies (évitables) résultant de leur conditions de travail. Sans compter que les aller-retour de crevettes (décortiquées ou pas) ont un coût écologique. Parce que si je ne me trompe pas, si on a bien inventé de moyens de transports qui n'utilisent pas d'énergies fossiles, ils sont peu ou pas utilisés pour les transports commerciaux de marchandises. Les crevettes à décortiquer ne sont pas envoyées au Maroc par voilier, que je sache...
          • Pfff
            octobre 20, 16:10
            Rivière, Dans les grosses crevettes, on retire les intestins. Dans toutes les crevettes, on retire la tête. D'où la profession de décortiqueur.
  28. Degenève
    octobre 15, 16:01 Reply
    Je me trompe ou, contrairement à ce que vous écrivez, la Communauté germanophone n'a pas son mot à dire sur l'adoption du CETA, puisqu'elle n'a aucune compétence en matière économique et commercial, qui relève des Régions et pas des Communautés. Or comme le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) relève précisément de ces matières, je ne vois pas bien ce que le parlement d'Eupen pourrait constitutionnellement décider en cette matière. Aber ich kann nicht ausschließen, daß ich auf diesem Punkt eine Irrtum machen könnte...
    • marcel
      octobre 15, 19:24 Reply
      À ma connaissance, il y a des matières communautaires dans le CETA. Si ce n'était pas le cas, la FWB n'aurait pas dû donner son aval non plus.
    • u'tz
      octobre 16, 19:30 Reply
      il me semble que vous avez raison Degenève, c'est l'aval des deux grandes communautés NL et FR (la germanophone c'est moins qu'une commune bxloise sur un le territoire wallon de communes "à facilité" où tout recensement linguistique est interdit par la communauté flamande qui peuvent blocquer la transparence démocratique); (nos deux Entités communautaires étant tout aussi autonomes que l'Entité dite "fédéral") les journalisses sont pas clairs non plus (en fait ils sont encore plus ignorants que politiciens habitués eux au maquignonage avec leur domaine de pouvoir)... dites, rappelez-moi, les représentants FR (de la seule RW ou de la CF-dite-FWB ?) leur choix qui "va ridiculisé" la wallonie pour des siècles de des siècles capitalistes à venir, ont-ils voté à Bx ou à Namur ? les FR ont des velléites anti-"libre"-échanges et les NL des haines genre refus de la convention-cadre pour la protection des minorités nationales, à chacun ses raisons... le "fédéral" n'a pas là-dessus plus de droit qu'un neubelgier.
  29. Wallon
    octobre 15, 17:22 Reply
    Allons, Monsieur Sel, veuillez admettre que depuis 1945, les USA et leurs complices anglo-saxons de tous poils se permettent tous les coups bas et toutes les arnaques bancaires, financières et commerciales. Quant à l'Europe, cette institution impériale anonyme, elle s'acoquine avec tous les margoulins de la planète aux dépens de ses populations. Maintenant, quant à la Belgique et à la Flandre, j'ose espérer que le Président Bourgeois saisira l'occasion de pousser les feux de l'indépendance de sa Région puisqu'il doit constater (sans déplaisir ?) que vivre avec les Wallons devient impossible ! Pour la NVA, le sort en est jeté et la voilà mise au défi...
  30. Masure Luc
    octobre 15, 18:01 Reply
    Première grosse déception que cet article de Marcel Sel. Il me parait au contraire très sain qu'une minorité ait estimé qu'un monstre de 1.500 pages que personne ne connaît bien et dont personne ne peut encore bien évaluer les conséquences, doive être rejeté. Et tant qu'on ne fait pas un référendum au niveau de l'Europe, c'est donner le pouvoir à une petite minorité de bureaucrates, bien plus petite que celle représentée par le parlement wallon et la fédération Wallonie-Bruxelles. Pour une fois qu'on assiste à une réaction à la politique néolibérale dirigiste voire despotique de l'UE, vous vous placez à côté de cette Europe financière déshumanisée. Oui, votre article est pour moi une grosse déception de votre part et je ne lirai plus jamais vos articles comme avant.
    • marcel
      octobre 15, 19:29 Reply
      Il est donc très sain que la Wallonie, qui sait (sa réussite en est une preuve éclatante) ce qu'il faut faire ait le pouvoir de décider pour toute l'Europe ? Eh be. Quelle arrogance !
      • Salade
        octobre 16, 10:06 Reply
        L'arrogance wallone, ça épate les souris.
      • Pfff
        octobre 17, 10:13 Reply
        "Il est donc très sain que la Wallonie, qui sait (sa réussite en est une preuve éclatante) ce qu'il faut faire" 1. Les Wallons sont des loosers. 2. Les Wallons sont des cons. 3. Lors de la prochaine réforme de l'État, j'adapterai mon discours pour que ces ratés se sacrifient encore pour sauver la Belgique, c-à-d, refinancer Bruxelles. Ce sont de tels cons ; ils goberont tout.
        • marcel
          octobre 18, 07:05 Reply
          Non mais la Wallonie économique n'est pas bien placée pour donner des leçons.
          • Pfff
            octobre 18, 11:54
            Alors que le brusseleir est un champion. Bon, est-ce ce que vous croyez vraiment que les wallons vont travailler à Bruxelles par choix ? La situation de la Wallonie n'est pas seulement due à sa goede bestuur, mais aussi à la guerre politico-économique que ce pays fait subir à sa minorité wallonne depuis 50 ans.
          • Eridan
            octobre 18, 13:55
            La Wallonie ne donne de leçon à personne. On a du mal à comprendre d'où vient la mauvaise foi dont vous faites étalage à profusion dans ce fil. Votre présentation est invraisemblablement tendancieuse et semble relever d'un credo religieux dans les vertus de l'ultra-libéralisme. Même le monde libéral, même Reynders, ne semblent pas aussi agressifs que vous à l'encontre de la Wallonie.
          • u'tz
            octobre 23, 20:38
            "la Wallonie économique n'est pas bien placée pour donner des leçons" sûr que st-job économique est mieux placée pour donner des leçons ;)
      • Rivière
        octobre 18, 15:29 Reply
        Il est donc très sain qu'un petit groupe d'expert d'obédience et d'intérêts inconnus et bien souvent issus des rangs des adeptes du Grand Dogme NéoLibéral, qui sait (ses réussite en sont une preuve éclatante) ce qu'il faut faire ait le pouvoir de décider pour toute l'humanité ? Eh be. Quelle arrogance !
  31. olysushi
    octobre 15, 18:32 Reply
    Notre PM c'est Justin Trudeau, et non Julien Trudeau :) (bonjour du Canada où j'aurais aimé trouvé plus de fromages belges :p )
    • marcel
      octobre 15, 19:08 Reply
      Merci pour cette remarque. Hélas, si le CETA ne passe pas, il n'y aura pas plus de fromages belges ni français.
      • Vigubu
        octobre 15, 20:03 Reply
        Faux, si le CETA n'est pas ratifié, le commerce avec le Canada continuera comme maintenant.
      • Salade
        octobre 15, 23:15 Reply
        Mais c'est un accord qui tient compte des intérêts de chacun! Donc personne n'aime le fromage.
        • Salade
          octobre 17, 21:39 Reply
          constatez que c'est la raison qui explique que ça épate les souris.
      • u'tz
        octobre 16, 19:44 Reply
        vous avez tout faux sur le fromage Marcel, en plus des filières clandestines existent je connais personnellement des trafiquants yankees qui se fournissent en fromages au lait cru chez des dealers québecois pour leur stinky parties...l'homogénéisation du marché ne serait pas bon pour leur business
  32. Salade
    octobre 15, 21:32 Reply
    Je voudrais ici remercier sincèrement (il n'y a pas d'ironie) Marcel Sel pour la leçon de démocratie de son blog. Je souhaite qu'il continue. Toues les idées sont les bienvenues. Nos armes ne tuent personne.
  33. Gabriel
    octobre 16, 08:41 Reply
    Il me semble que le Parlement et le gouvernement wallon ne ferment aucune porte, mais refusent simplement de signer un document inconnu sur lequel les multinationales ont certainement fait pression via les lobbys. En final, il demande qu’un texte préliminaire et fondateur, telle une constitution, fondent et explicite le but, les moyens et les limites du traité. Il faudrait, il me semble, que ce texte « fondateur » soit légalement supérieur au document de 1500 pages proposé et qui est qualifié de « trop technique » que pour être compris. Nous faudrait-il croire en la bonne foi, l’humanisme et par philanthropie de firmes telles que Caterpillar, ING, VW, Monsanto, AXA et consorts, il est clair que leur dogme qui dit « si c’est bon pour moi, c’est bon pour le monde » n’est qu’un dogme et un égoïsme destructeur pour lequel l’humain est un moyen et jamais une fin. Je me demande en quoi ce traité va favoriser l’emploie, soit la production, soit l’économie, soit la consommation, en développant les échanges commerciaux et donc les transports long-courriers et le gaspi dans un monde qui aurait plutôt besoin de circuits économiques courts, de production locale, de retour à une qualité durable de façon à limiter le réchauffement climatique, où la folie de Trump à t’elle contaminer nos décideurs ? Signeriez-vous un contrat sans le lire ?
  34. Wallon
    octobre 16, 09:50 Reply
    Mais non, l'honorable rédacteur du présent site, Monsieur Sel, en bon ketje de Bruxelles-belge-avant-tout, déteste les Wallons ; il trouve ici l'occasion de rêvée de hurler avec les loups. "Pas joli, joli çà Marcel" comme l'écrit souvent un autre de vos lecteurs attitrés.
    • marcel
      octobre 16, 15:30 Reply
      Je n'ai rien contre les Wallons, et vous le savez bien. Ne recommencez pas ce genre d'attaque, je n'apprécie pas du tout.
    • Eridan
      octobre 17, 05:34 Reply
      Marcel Sel ne se rend même pas compte de ce que son texte est particulièrement insultant pour les Wallons. Car les parlementaires et le gouvernement dont il se gausse et qu'il qualifie de "dictature" (du prolétariat), ce sont ceux qui ont été choisis par les Wallons et qui, jusqu'à preuve du contraire, traduisent leur volonté. Puisqu'il nie, il faut croire qu'il n'y a que lui qui détient les clés de décodage de son texte. A noter aussi qu'il a une conception toute personnelle de la signification de la démocratie. On lui fera remarquer au passage que le terme de "démocratie" signifie simplement le gouvernement par le peuple, que ce terme n'implique pas de modalités précises de fonctionnement et qu'il peut donc exister une multitudes de variantes de démocraties. Ses ruades concernant de supposées entorses à la démocratie sont donc spectaculairement polémiques, mais vraiment peu convaincantes.
  35. Tanguy
    octobre 16, 12:25 Reply
    Marcel sait tout, Marcel sait ce qui est bon pour toi veule plébéien, Marcel , lui, a tout lu et tout compris. Il sait que le traité nord américain incluant le canada n'a aucune influence! Dors, mange, travaille consomme paye et meurs, Marcel veille sur toi! La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force.
    • denis dinsart
      octobre 17, 19:05 Reply
      La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. " 1984 " Georges ORWELL. Un livre prémonitoire. Par ailleurs reconnaissez Monsieur Sel que la dictature du prolétariat est bien peu de chose à côté de celle de l'actionnariat
    • denis dinsart
      octobre 18, 10:48 Reply
      Ne faites pas celui qui ne comprends pas. Je ne parle pas de Staline et de ses erstaz mais du coup de gueule du parlement Wallon. Au jour d'aujourd'hui le LA est donné par le marché et ses dérives ultralibérales. Qu'un petit parlement de rien du tout pousse sa gueulante,n'y changera rien cela aussi vous le savez. En l’occurrence nous ne sommes pas face à une dictature mais face à une assemblée d'élus à qui on demande son avis et qui le donne. Tous les partis se sont convertis à la mondialisation au sens le moins humain du terme. Si des représentants des prolos se rebellent de temps à autres cela ne peut qu'être bénéfique face à la panurgie actuelle. Bien à vous
  36. Eridan
    octobre 16, 13:21 Reply
    Selon moi, le talent polémiste, c'est de savoir dire des choses pertinentes de manière percutante, qui retiennent l'attention. Dans le cas présent, il est indubitable que Marcel Sel a su capter l'attention ; pour le reste... Dommage. Quoi qu'il en soit, je me félicite d'être représenté par un parlement régional qui n'a pas accepté de bêler dans le même sens que la cohue moutonnière (et qui, comme le font remarquer certains, ose dire tout haut ce que d'autres pensent aussi, mais n'ont pas le cran de d'exprimer ; ou qui se rallieront plus tard à cette position). Une fois n'est pas coutume ; il faut savoir prendre son plaisir quand il se présente. Sur le fond, tout le monde semble d'accord pour dire que personne ne sait de quoi l'on parle. Ce qui est une preuve parmi d'autres du caractère non démocratique des instances européennes. Ce seul fait devrait inciter à l'abstention dans le sens de toute décision ; on appelle cela le « principe de précaution ». Il est donc très heureux que les représentants nationaux (ou régionaux) aient encore leur mot à dire. N'en déplaise (beaucoup) à Marcel Sel. De manière plus générale, comment peut-on imaginer un système politique qui déciderait universellement pour plus de 500 millions de personnes, sans tenir compte des spécificités régionales, avec une pression constante et scandaleuse des lobbies financiers, une organisation qui est une insulte à la démocratie, des représentants qui sont complètement hors de portée des citoyens qu'ils sont supposés représenter, avec des groupes politiques complètement hétéroclites, et j'en passe (beaucoup) ? Cela dit, si on le lit bien, ce qui semble hérisser le plus Marcel Sel, ce n'est pas tant cette ignorance qu'il partage avec nous que le fait que la position wallonne soit appuyée par le PTB. Cette allergie viscérale au PTB est assez comique.
    • marcel
      octobre 16, 15:32 Reply
      Oh, si vous trouvez comique d'être allergique à une idéologie qui reste, avec le nazisme, l'une des plus liberticides au monde, libre à vous.
      • Eridan
        octobre 16, 17:04 Reply
        Une idéologie ! Comme vous y allez ! Je me demande comment Raoul va prendre le fait que vous le compariez à Hitler. Vexé ou hilare ? Je me dis bien que vous avez un (gros) problème avec lui, mais je n'ai toujours pas bien compris lequel. Quoique... je n'aurais peut-être pas dû vous qualifier d' "ultra-libéral", mais plutôt d' "ultra-anti-communiste". Histoire de rester "ultra" quand même. Ce serait plus juste ? N'empêche qu'il y a des points communs et que votre discours sur le libre-échange rend le premier qualificatif crédible; vous semblez bien un adepte de l'idéologie de la main invisible à grande échelle, du laisser-faire (qui résulte d'ailleurs d'une compréhension erronée du propos d'Adam Smith) que n'acceptent pas certaines composantes politiques wallonnes, entre autres ; c'est cela que vous appelez "liberticide" ? Si tel est le cas, alors, je suis pour le "liberticide". Vous devriez vraiment vous mettre à lire Thomas Piketty : voilà un Monsieur dont la qualification ne fait pas de doute, qui a pris la peine de collationner de grandes quantités de données pour en exposer son interprétation et la synthèse dans un ouvrage très documenté à la portée de tous, et qui ne se contente pas d'envoyer des vérités toutes faites à la tête de ses lecteurs.
      • Gabriel
        octobre 16, 17:26 Reply
        on peut ne pas partager l'idéologie du PTB mais reconnaitre que dans le cas présent ils n'ont pas vraiment tord, même si nous ne partageons pas totalement leurs raisons de voter contre !
      • JB
        octobre 16, 18:32 Reply
        Amusant la manière dont Marcel Sel botte en touche tous les (bons) arguments et ne retient et commente que la dernière phrase... C'est vrai qu'apporter des arguments à son rejet du principe de précaution requerrait un peu plus de travail que d'effectuer un subtil rapprochement PTB - nazis :-)
        • marcel
          octobre 18, 06:57 Reply
          Entre Facebook et ici, j'ai répondu en 2 jours à plus de 200 commentaires, en plus de mon travail habituel. Utiliser ça pour tenter de faire croire que je ne réponds pas est d'une médiocrité crasse. Quant au rapprochement PTB - nazis, indiquez-moi où il se trouve, je ne le vois nulle part. Quant au principe de précaution, il peut aussi être nocif et faire rater une occasion.
          • Eridan
            octobre 18, 13:42
            "Quant au rapprochement PTB - nazis, indiquez-moi où il se trouve, je ne le vois nulle part" Apparemment, vous ne vous relisez pas, puisqu'il suffit de remonter de quelques lignes.
          • Eridan
            octobre 18, 14:05
            "Entre Facebook et ici, j'ai répondu en 2 jours à plus de 200 commentaires" Simple suggestion, comme ça : écrivez un peu plus ici, sur le fond, et un peu moins d'onomatopées sur Fesse-book et autres réseaux asociaux. Simple suggestion, hein !
      • u'tz
        octobre 16, 19:48 Reply
        mais comment ça se fait con peut sprayer autant de liberticide con veut sur charlot premier et que ça ne le fait même pas tousser, ce type doit pas avoir grand chose avec la libreté
      • Eridan
        octobre 17, 05:19 Reply
        Addendum : manifestement, le reste de mon intervention ne vous intéresse pas, alors que c'en est l'essentiel ; le sujet est donc bien celui de votre fixation sur le PTB. Comique, tout à fait ; je ne pense pas qu'il y ait grand monde en Belgique francophone pour vous prendre au sérieux.
      • Salade
        octobre 17, 21:45 Reply
        "La plupart des JT sont terminés". Une certaine idée de la liberté.
    • moinsqueparfait'
      octobre 18, 09:38 Reply
      Un rapprochement entre le PTB et les nazis n'a rien d'incongru d'un point de vue purement théorique. Le communisme est aussi criminel que le nazisme. Par contre, comme l'a souligné George Steiner dans un de ses ouvrages, le pouvoir de la parole est infini et a un côté égalitaire terrifiant. Pouvoir apparemment égalitaire et infini de la parole, car comme le dit Steiner: vous pouvez dire que Mozart était un musicien médiocre incapable d'écrire une mélodie valable. Tout le monde peut en effet tout dire... mais ça ne signifie évidemment pas que cela ait du sens. Si Marine Le Pen trouve que les petits Français doivent avoir le droit de partir en vacances et qu'un quidam moyen pense la même chose, ça ne fait pas de lui un partisan du FN non plus. Vous pouvez pratiquer l'amalgame, et les communistes ne s'en privent pas. Rien ne l'interdit. Mais si vous le faites, ne vous étonnez pas que les contradicteurs usent de la même technique...
      • Eridan
        octobre 20, 08:38 Reply
        « (...) d'un point de vue purement théorique. Le communisme est aussi criminel que le nazisme. » Voilà une affirmation péremptoire assez osée. Si l'on se réfère à sa définition théorique, le nazisme est effectivement construit à base de racisme et porte donc en lui, dès le départ, les germes de la criminalité à grande échelle, comme il l'a démontré. La définition théorique du communisme ne comporte aucune base raciste ou criminelle, à moins de considérer comme criminel (comme le font certains -beaucoup de- libéraux) le fait de vouloir le bien-être des prolétaires (aussi naïve que soit cette ambition). Ce qui est criminel, c'est d'avoir utilisé le prétexte du communisme pour installer des dictatures sanglantes. Mais ces mêmes dictatures auraient tout aussi bien pu s'appuyer sur n'importe quelle autre idéologie ; il y a pas mal d'exemples (criminels) de par le monde. Ce qui est criminel, c'est par exemple aussi de faire peser le soupçon de criminalité sur des communistes convaincus (à tort ou à raison) qui, contrairement aux plumitifs pantouflards d'aujourd'hui qui les critiquent, ont donné leur vie pour combattre la dictature tsariste et le nazisme (notamment).
        • moinsqueparfait'
          octobre 24, 09:37 Reply
          Le réel montre qu'aucun régime communiste n'a jamais fait autre chose que brimer les libertés fondamentales dans les cas les moins graves et verser dans le génocide dans les cas les plus graves. Il n'y a jamais eu une seule expérience communiste qui n'ait pas versé dans cela en plus d'aboutir à un appauvrissement généralisé et à une concentration de la richesse entre les mains d'apparatchiks inconnue même dans les pays dits "capitalistes", ce qui fait même dire à certains que le communisme est la forme de capitalisme la plus aboutie. La "définition théorique du communisme" comme vous dites donne de droit aux "prolétaires" de faire rouler les têtes des "riches" ou identifiés comme tels. Or, jusqu'à présent, les "riches" (mais pour un communiste, même un ancien pauvre comme moi est "riche") sont encore des êtres humains... Il y a quelque chose de fascinant à voir que des gens croient que le communisme est la justice sociale après toutes les expériences inhumaines qu'il a engendrées et surtout que de TOUS et ABSOLUMENT tous les peuples qui l'ont connu réellement, AUCUN ne veut y retourner. Oui: après un siècle d'expériences, le caractère criminel du communisme est avéré et il n'y a rien de péremptoire à affirmer cela. Quand tant de cas et expériences l'ont prouvé, la théorie est établie. On n'est pas moins criminel que les nazis ou les tsaristes en les ayant combattus mais hélas... fait encore plus de morts qu'eux et ouvert des camps de concentration également (malheureusement, c'est bien comme cela qu'il faut appeler les goulags et autres centres de détention-rééducation qui parsèment systématiquement les paysages de pays communistes). Il n'y a pas que les communistes qui ont combattu les nazis. À ce train-là, je pourrais vous rappeler que les capitalistes américains et des aristocrates comme Churchill ou des grands bourgeois comme De Gaulle l'ont fait aussi et vous seriez quand même en peine de me contredire. Quant au "racisme", si vous voulez, on peut discuter du comportement pour le moins changeant des staliniens envers les juifs, du traitement des ethnies minoritaires du Vietnam par les communistes, etc. Toutes choses jamais abordées par ceux qui croient que le communisme apporte "au moins un petit quelque chose de bon"... Désolé, Eridan. Et pour votre information, la "justice sociale" et "s'occuper des petites gens" sont aussi des prétentions de l'extrême-droite.
          • Eridan
            octobre 25, 06:21
            Je ne vois pas du tout en quoi votre commentaire réfute le mien."La "définition théorique du communisme" comme vous dites" : c'est vous qui parlez de "rapprochement théorique" ; je ne fais que reprendre vos termes. Puis vous écrivez : "Le réel montre qu'aucun régime communiste (...)". Donc, vous passez de la théorie à l'application qui en a été faite par des gens mal intentionnés ; là-dessus, j'ai écrit la même chose ; relisez-moi. Là où nous divergeons, c'est dans le fait que vous utilisez l'application pour en faire une théorie ; cela se défend, mais cela occulte complètement le sujet, bien plus intéressant et fondamental, de la critique du capitalisme par K. Marx.
          • Salade
            octobre 25, 16:18
            Je ne sais pas pq mais les images de la rafle de Calais, hier, m'ont rappelé des souvenirs. Evidemment les cars sont plus confortables et la destination n'a rien à voir. Mais quand même: deux sec pour choisir deux régions françaises de sa vie sans rien en connaitre.
      • moinsqueparfait'
        octobre 25, 16:20 Reply
        Eridan, en soi le marxisme n'est pas le communisme! L'angle d'analyse de Marx continue d'être enseigné dans les facultés de sociologie et d'économie, comme on enseigne la géométrie euclidienne parallèlement à d'autres géométries en sciences math! Personne ne dit qu'il n'y a rien à prendre dans Marx. Par contre, tout comme on ne peut être mathématicien en refusant les autres géométries que la géométrie euclidienne, on ne peut pas être économiste en retenant le marxisme comme seule et unique théorie fondamentale. Le communisme refuse toute autre approche. Il y a une loi fondamentale de la lutte des classes qui régit tout et s'opposer à elle justifie tout, à commencer par le non-respect de la liberté individuelle. Et ça, c'est la voie directe vers la version de "gauche" du fascisme...
        • moinsqueparfait'
          octobre 25, 20:39 Reply
          Zut: lire "mener la lutte des classe...", pas s'y opposer, évidemment ;)
  37. Gabriel
    octobre 16, 17:20 Reply
    le tour de passe passe en France pour éviter une remise en question n'est pas triste, si certain critique le refus francophone, que dire de l'acceptation française ? http://transatlantique.blog.lemonde.fr/2016/10/07/demissionner-pour-mieux-voter-letrange-manoeuvre-des-socialistes-pour-eviter-le-blocage-du-ceta/
  38. moinsqueparfait'
    octobre 16, 18:00 Reply
    Le grand progrès engrangé par la Wallonie grâce à cette situation est le suivant: en tout premier lieu la France officielle a toujours été rétive à reconnaître même l'existence de la Wallonie. Encore pire que chez les Belgicains. Rien ne doit troubler le mythe des "amis belges". Spitaels et (eh oui...) G. Deprez se rendirent un jour chez Mitterrand pour s'entretenir de la situation belge, entretien dont ils ressortirent avec une perspective peu engageante pour notre région: le bâtisseur de pyramides ancien collabo (comme par hasard) leur ordonna carrément de tout faire pour maintenir la belgique. Concrètement, ça revient à: laissez les flamands vous humilier et vous spolier jusqu'au bout sans broncher, c'est votre mission. La France officielle nous ignore de toutes ses forces depuis toujours. Ici, Monsieur Hollande a reçu le ministre-président de Wallonie P. Magnette on ne peut plus officiellement comme un chef d'Etat et pas par la porte de service. Et les traitres Reynders et leurs nouveaux compatriotes De Gucht, Bourgeois et compagnie peuvent aller se masturber aux toilettes... J'en connais en Catalogne (et au "nord du pays") qui vendraient père et mère pour ne fût-ce que rêver d'une telle audience officielle avec ce rang... Monsieur Valls a encouragé "les Wallons" à changer d'avis et partout, on parle du Parlement wallon et de son gouvernement. La presse internationale s'y met. Nul ne peut plus ignorer maintenant que la Wallonie est un quasi-Etat. Les autorités wallonnes ont forcé la porte du concert des nations, mes amis. L'air de rien, comme ça... Vous imaginez le nombre de petits ploucs de partis identitaires en Europe qui rêvent de ça pour leur région et n'arrivent à rien avec leurs défilés de drapeaux, leurs attentats pour certains, et autres "grands coups"? Ils n'ont pas le vingtième de ce dont disposent les Wallons. Aux derniers pitres belgicains, champions de la tautologie, qui viennent nous expliquer que "la Wallonie, ça n'existe pas, c'est une invention des socialistes wallons" (sic), voilà la réponse. Mieux vaut être détestés qu'ignorés! Et si le Luxembourg a un droit de véto, pourquoi pas la Wallonie? Alors ce sera peut-être l'occasion pour les Wallons faire passer certains messages avant de signer. Exemple: "puisque vous tenez absolument à ce que la belgique survive, vous dites clairement à la belgique flamande d'arrêter de nous flinguer dans le dos et de nous humilier en permanence, vous leur mettez un flingue sur le crâne pour qu'ils se calment... car voyez-vous, ce n'est pas la peine de nous menacer, on a déjà tout perdu sauf notre droit de véto et on va s'en servir pour ruiner votre belle unanimité permanente sur tout... Brexit, gesticulations de Trispras, groupe de Visegrad, etc., etc., et maintenant Wallonie... ça devient lourd à la fin pour l'unanimité religieuse youropienne... mais peut-être que la solution au problème wallon passe par la fin de la belgique... à vous de voir." Réfléchissez à tout ça.
    • Rivière
      octobre 18, 15:43 Reply
      "Les autorités wallonnes ont forcé la porte du concert des nations, mes amis. L'air de rien, comme ça... Vous imaginez le nombre de petits ploucs de partis identitaires en Europe qui rêvent de ça pour leur région et n'arrivent à rien avec leurs défilés de drapeaux, leurs attentats pour certains, et autres "grands coups"? Ils n'ont pas le vingtième de ce dont disposent les Wallons." Comme quoi, ce n'est pas en bêlant avec le troupeau que l'on s'affirme...
    • Eridan
      octobre 19, 04:31 Reply
      moinsqueparfait, au raisonnement absurde de Marcel Sel, vous répondez par des arguments qui sont certes bien plus optimistes et sympathiques pour les Wallons que les siens, mais qui n'en sont pas moins tout aussi absurdes. Vous noterez, par exemple, que, ce mardi, la Wallonie s'est vu adresser par l'Europe une mise en demeure qui a toutes les allures d'un ultimatum. Sauf attitude suicidaire, la Wallonie n'aura d'autre choix que de se coucher et d'obéir. Ce qui donnera au passage à réfléchir aux petits pays européens ou leurs régions qui, à l'avenir, envisageraient imprudemment d'avoir le culot d'oser formuler une opinion critique sur des projets de l'Europe. Un ultimatum, c'est un message qu'un belligérant adresse à un ennemi. Depuis ce mardi 18 octobre 2016, l'Europe est donc devenue officiellement l'ennemie de la Wallonie. Qu'on se le dise !! Tout ceci donne en tout cas une idée de la redoutable machine de guerre ultra-libérale qu'est devenue l'Europe.
    • Eridan
      octobre 19, 04:48 Reply
      (La fin de mon intervention n'a pas été recopiée ; la voici). Reste-t-il encore de la place pour l'optimisme ? Parmi les nombreuses mesures de rétorsion dont est menacée la Wallonie, il y a celle de la persistance du dumping social imposé par les pays de l'est (et le patronat Allemand) qui, pour des raisons plus psychiatriques qu'objectives, sont aussi partisans de l'ouverture maximale vers les USA. On est en tout cas fort intéressé de savoir comment Magnette va désormais répondre. De toute façon, même s'il s'écrase (admettons que, pour le moment, ce n'est pas sûr), la boîte de Pandore est ouverte...
      • moinsqueparfait'
        octobre 19, 19:44 Reply
        Eridan, La Commission européenne des petits roquets en fin de carrière et candidats banquiers a déjà envoyé de nombreux ultimatums aux dirigeants polonais et au désormais fameux V. Orban! Je ne retire rien à ce que j'ai dit mais... quand je vois que la Cour constitutionnelle allemande a "autorisé" la signature mais avec des réserves telles que la presse officielle s'abstient d'en parler, que les admonestations de Messieurs Valls et Hollande ont finalement été formulées sur un ton très modéré (on dira comme ça)... et qu'apparemment, demain, le PM néerlandais s'apprête à annoncer par ailleurs (autre silence officiel) qu'il va être difficile d'obtenir une unanimité sur l'accord de libre échange avec l'Ukraine (et donc qu'il ne s'assoira pas sur le résultat du référendum comme on le lui a bien entendu "vivement conseillé"), que deux pays de l'Est ont encore un oeuf à peler avec le Canada pour des raisons de mauvaise foi dans l'application des règles de visa... je me dis que Magnette n'est quand même pas totalement idiot et que ce baroud d'honneur, tout compte fait, certains sont bien contents qu'il le fasse à leur place et lui en ont fait part en écrivant de petits messages discrets sur les boulettes de papier qu'on lui lance... Ne confondez pas la Commission et le Conseil. La Commission se sent toujours "mandatée" pour tout... mais elle oublie parfois qu'elle n'a rien à dire. Ceci dit, je ne sais pas ce qui va se passer mais si la menace de dumping est là, elle le sera pour tous et pas en particulier pour la Wallonie. En tout cas, il est clair (et je réponds par là à Rivière aussi) qu'en termes de "nation-building", la Wallonie a pris des km d'avance sur la Catalogne, la Corse, l'Ecosse et compagnie... et tout ça sans attentat ni défilés de drapeaux, trompettes et tambours. Ajoutons que Magnette n'est pas un inconnu dans les milieux youropiens: il était même un des consultants européisto-compatibles agréés privilégiés dans le petit monde de la presse Berlaymont (allo, M. Quatremer?). Et le voilà en train de ferrailler en public avec la Très Sainte, Sérénissime et Incontestable European Union Inc.? Mauvais genre, tout ça... mauvais genre. Mais c'est de leur faute aussi: ce sont les mêmes qui disaient que la directive Bolkenstein n'entraînerait pas de dumping et que l'euro allait nous propulser à des 5% de croissance annuelle qui nous disent qu'il n'y a rien à craindre... À force de mentir et/ou de se tromper sur tout, on n'est plus cru et il ne reste plus que le passage en force et la menace.
  39. Salade
    octobre 16, 20:25 Reply
    Toujours préférer l'orignal à revoir la copie
  40. coppola christian
    octobre 17, 09:25 Reply
    Quand je lis tous ces commentaires, çà me laisse rêveur! Tout çà pour une merveilleuse manipulation politicienne de toutes les parties à propos d'un traité dont personne ne connaît le texte. D'où une floraison surréaliste de commentaires. Pour moi: la vraie question est la suivante: Combien de temps il faudra pour que le parlement Wallon ET le gouvernement de la région rentrent dans le rang après ce ridicule show!! Et moi aussi je suis profondément allergique au PTB totalitaire et à l'extrême droite.
  41. Pfff
    octobre 17, 10:20 Reply
    Le Québec paiera ! Mylène Farmer, Cœur de pirate, Céline Dion : la liste des agressions auditives et esthétiques caractérisées est sans fin*. Cela appelle une réplique d'ampleur inégalée. *certes, la Wallonie n'est pas exempte de toute faute : nous avons aussi nos "chanteuses à voix"
    • u'tz
      octobre 31, 00:14 Reply
      à camp un ceta sans bonne femme?
  42. lievenm
    octobre 17, 13:01 Reply
    Je brengt me ertoe de PS te gaan verdedigen, wat ook een prestatie is. Bourgeois is hier compleet fout. De franstalige parlementen hebben het volste recht om binnen hun bevoegdheden dit verdrag af te keuren. En het komt Bourgeois helemaal niet slecht uit dat hij nog eens voor de Vlaamse publieke opinie kan aantonen dat de franstaligen de belangen van Vlaanderen schaden.
    • marcel
      octobre 18, 07:04 Reply
      Dat is pas consequentie !:-)
  43. Salade
    octobre 17, 15:59 Reply
    comme on est mieux informé dans la presse canadienne que dans la presse francophone belge, je conseille de lire ceci de ce matin (lire la fin surtout): http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/482421/l-accord-economique-et-commercial-canada-ue-un-modele-a-l-accord-entre-l-ue-et-le-royaume-uni-selon-un-ministre-espagnol extrait: "Blocage en vue ? La signature du traité AECG est prévue le 27 octobre à Bruxelles, en présence des 28 dirigeants européens et du premier ministre canadien Justin Trudeau. Mais vendredi, la région francophone de Wallonie a mis, malgré les pressions internationales, son veto à la signature par la Belgique du controversé traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, réclamant des garanties supplémentaires avant la mise en oeuvre de l’accord. Une réunion est prévue mardi à Luxembourg des 28 ministres chargés du Commerce de l’UE où ces derniers sont censés donner leur feu vert à ce traité de libre-échange. Lundi, à Luxembourg, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a précisé que les discussions entre la Commission européenne, le gouvernement fédéral (belge) et les régions en Belgique avaient continué pendant le week-end « On va continuer à y travailler pour aboutir demain (mardi), sinon en fin de semaine lors de la rencontre de chefs d’État et de gouvernement ». Ces derniers seront réunis en sommet à Bruxelles jeudi et vendredi." Tout va se régler encore plus vite que prévu et rentre dans le rang, Magnette comme Kris Peters, sur un autre accord...
    • Rivière
      octobre 18, 15:51 Reply
      Que se passerait il au niveau belge si, enfreignant la loi qui permet aux parlements régionaux de bloquer des décisions nationale, le petit Michel signe l'accord malgré que le parlement wallon continue à ne pas l'autoriser ? Hein Marsel ?
      • Salade
        octobre 19, 20:05 Reply
        Ca permettrai aux canadiens de déja appliquer l'accord, comme c'est prévu dès vendredi et ce avant la signature de l'accord définitif, bien plus tard en fait. Puis, Charlie pourrait renier cette signature, pour éviter que la belgique n'explose, et tout le monde serait content. Un accord quantique quoi!
  44. Eridan
    octobre 17, 16:39 Reply
    Un exemple de manipulation grossière de la Commission (et dénoncée -entre autres- par de multiples personnalités, qui ne sont pas toutes du PTB -il n'y en a même aucune-, ni même des arrogants Wallons, n'en déplaise à Marcel Sel : http://www.levif.be/actualite/international/non-le-ceta-n-est-pas-un-accord-progressiste/article-opinion-562297.html )  : « Toutes les garanties nécessaires ont été prises pour que l'accord ne génère pas de bénéfices économiques au détriment de la démocratie, de l'environnement ou de la santé et de la sécurité des consommateurs. » http://ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ceta/index_fr.htm Comment peut-on avoir le culot de proférer une telle énormité, alors même que le texte est d'ordre purement économique, parfaitement conforme à la logique libérale, et ne donne strictement aucune garantie de ce genre ? Un tel texte revient à dépouiller la démocratie de beaucoup de sa signification (déjà que celle-ci n'est pas si facile à définir !). Ce texte ne se préoccupe essentiellement (dans sa logique) à peu près que de la sécurité des « investisseurs » (les entreprises et leurs actionnaires ; chapitre 8) mais ne dit pas un seul et unique mot à propos des citoyens ! La démocratie, c'est le cadet de ses soucis ! (c'est normal : il n'en a rien à foutre !). Sur les 230 pages du document de base (avec 1268 pages d'annexes complexes diverses...), le texte consacre pas moins de 55 pages (de la page 38 à la page 92) à ce seul aspect, alors qu'il expédie en deux pages (DEUX, 2 !!) celui des subsides, dans le chapitre 7 précédent, et qui intéresse au plus haut point les agriculteurs ouest-européens. On voit bien pour qui roule la Commission...
    • Eridan
      octobre 18, 09:32 Reply
      Deux corrections : a) les annexes comprennent 1368 pages et pas 1268 ; b) le chapitre 8 s'étend des pages 38 à 73 et non 92 (celui lui fait quand même 36 pages, au lieu de 55) ; le chapitre sur la propriété intellectuelle (principalement des entreprises) en faisant, lui, 23 (150 à 172) ; ...histoire de se rattraper...
  45. Salade
    octobre 17, 16:59 Reply
    http://www.lesoir.be/1344932/article/economie/2016-10-17/magnette-wallonie-fait-face-des-menaces-peine-voilees-sur-ceta extrait: "Les discussions vont bon train ces derniers jours sur les demandes wallonnes de clarifications et de garanties pour le Ceta. Paul Magnette dit attendre encore un nouveau texte dans les heures qui viennent. Il réclame le temps nécessaire pour l’examiner et se dit prêt, si ce texte n’est pas satisfaisant, à confirmer le refus wallon. Le socialiste a également évoqué la possibilité que le sommet UE-Canada du 27 octobre soit annulé dans ce cas." SI CE TEXTE N'EST PAS SUFFISANT! Magnette est INCAPABLE de nous expliquer EN DETAIL ce qu'est une "suffisance" quelconque.
    • Salade
      octobre 18, 14:17 Reply
      Et en détail ne veut pas dire "interprétative". Une annexe quoi. Ca ne devrait pas être un très long amendement. On devrait pouvoir le consulter. Tout semble secret: il n'y a rien de transparent pour leS peuples concernés ! C'est plus grave si on se dit gauche. Ce texte sera peut-être un truc du style : les sociétés dans la liste qui suit héritent d'une appellation CETA protégée: suit une liste wallonne de sociétés (digne de la liste royale). Tout cela je suis pour, en fait. Mais notons toutefois l'ambivalence de la droite. Elle est contre le protectionnisme quand elle pense gagner dans un libre échange pur, et, si le vent tourne, pour le protectionnisme quand elle ne peut plus gagner dans un libre échange : alors vient la marque, la griffe, le terroir. Mais Cécilia aime la Wallonie!
  46. François
    octobre 17, 21:33 Reply
    CETA lutte finale. Les Francophones belges instaurent la dictature du prolétariat, alors que celle des multinationales est vraiment plus cool. En avant la populace! Révoltez-vous contre le Gouvernement wallon et achetez de la vaseline, car ce n'est pas la Wallonie qui va stopper le CETA; rien ne sert de s’inquiéter pour la démocratie, l'UE trouve toujours une parade contre l'idée que le bonheur passerait par celui de la population européenne avant celui de la finance. Mort aux vilains wallons!
    • Eridan
      octobre 18, 14:46 Reply
      Tout à fait. Avec les dernières grosses péripéties économico-financières, la Wallonie est devenue très dépendante des fonds structurels européens et fédéraux. Merci l'ultra-libéralisme. Et ce n'est pas fini : ces mêmes arguments vont servir de moyen de chantage ; c'est que ce suggèrent, de manière à peine voilée, les milieux d'affaire allemands (et belges, UWE comprise !), entre autres. Nous parlions de dictature ? le problème sera vite résolu dans le sens souhaité par M. Sel. Vive le meilleur des mondes capitalistes ! Mais M. Sel va encore comprendre de travers, alors j'explique : la Wallonie est en mauvaise posture pour essayer de faire choisir la voie du bon-sens, consistant à demander des précisions, des garanties, des adaptations, des mises au point, avant de signer ; dans le monde de requins dans lequel nous vivons, le chevalier blanc wallon risque fort de se faire bouffer, à moins de rentrer dans le rang discrètement, vite fait (si c'est encore possible...). Cela n'a donc rien à voir avec la pertinence des remarques faites par le gouvt wallon ni même avec une quelconque prétention à donner des leçons à qui que ce soit, mais avec le fait de tenir compte d'un environnement capitaliste particulièrement hostile et dangereux. Chiche que l'extrême droite jubilera de la signature du CETA. Curieusement, les pro's semblent s'en foutre. C'est le résultat de leur inconscience ou, au contraire, la conviction que même Le Pen est condamnée à les servir ? La haute finance ne s'embarrasse pas de politique. Henry Ford, par exemple, a conservé d'excellentes relations avec le IIIe Reich tout au long de la 2e guerre mondiale...
    • Eridan
      octobre 18, 17:37 Reply
      Je compète : « Henry Ford, par exemple, a conservé d'excellentes relations avec le IIIe Reich tout au long de la 2e guerre mondiale... » ...pendant que les GI's, eux, chargés de défendre la « démocratie » au prix de leur vie, avaient des relations pour le moins « mitigées » avec les « délégués » que leur avait envoyés le IIIe Reich ! Il y avait sûrement un malentendu quelque part, non ? D'autant qu'ils avaient un ennemi en commun : le communisme. A moins que... Bref, sans faire concurrence à Madame Soleil, on peut prévoir facilement que, après quelques pirouettes pour la galerie, la Wallonie va s'écraser (elle se trouve dans une situation qui rappelle quelque peu celle de la Grèce). Non parce qu'elle à tort, mais parce qu'elle ne fait pas le poids face à la dictature (un terme que M. Sel aime bien) capitaliste. Il reste à espérer que cette péripétie nourrira le mouvement europhobe en Wallonie, mais aussi dans d'autres pays, et qu'elle convaincra par exemple les Anglais de ce qu'ils ont fait le meilleur choix, s'ils en doutaient encore, et que ce choix en inspirera d'autres...
      • Eridan
        octobre 21, 09:39 Reply
        ...J'ai écrit "je compète", je ne veux pas dire que je m'associe à qui que ce soit. On peut constater à quel point la rigueur de l'orthographe peut parfois prendre une importance inattendue. Je suis convaincu de ce qu'il n'est pas nécessaire de le repéter.
    • Darth Ph11
      octobre 20, 09:03 Reply
      Sinon, entre des multinationales non-régulées et un État arbitraire sans limites, seul le second a causé historiquement les guerres totales, totalitarisme, génocides, camps de concentration, extermination de masse… L'État reste techniquement le monopole de la violence légale, possède armées, police, prison, tribunaux… On peut toujours se mettre à l'abri des entreprises, mais pas d'un État totalitaire… et le pouvoir d'une entreprise ne dure jamais. Si vous deviez choisir entre ces 2 extrêmes, lequel choisiriez vous ? Sinon, faire passer une faille légale pour le triomphe de la démocratie, c'est juste fallacieux. Cette décision, c'est le triomphe du repli sur soi, de la fermeture, de la peur irrationnelle et des théories obscures et confuses du net. Est-ce que ça instaure le pouvoir des multinationales ? Non, comme l'a démontré Marcel, seules les multinationales savent profiter de la disharmonie normative au détriment des PME's, car celles-ci possèdent les moyens de leur puissance, un service légal considérable leur permettant de jongler avec les diverses législations. Tout comme elles sont celles qui profitent de la disharmonie législatives des codes fiscaux à l'inter, leur permettant l'évasion fiscale au détriment des PME's ! Argument pourtant bien connu des anti-CETA… Mais c'est pas pareil, car ils devraient mordre sur leur chique et compromettre légèrement leur posture dogmatique anti-capitaliste, ce qui serait donner raison à leurs "adversaires", ce qui est impossible pour des anticapitalistes, tout comme un créationniste ne peut céder sur un point de la théorie de l'évolution…
  47. henri Halleux
    octobre 18, 08:54 Reply
    Cher Marcel, il y a trois arguments contre rarement ou jamais évoqués. 1 – Ce truc a été mijoté par les mêmes qui ont par le passé tenté de nous imposer d'abord ACTA, ensuite PIPA, puis SOPA et enfin TAFTA. Chacun étant plus ou moins une resucée du précédent. Tout cela a été servi sur un plateau à nos génies politiques et à nos très chers commissaires européens. Comme vous le savez, tout ce beau monde vit sur une autre planète. Aucun ne postpose des soins de santé, aucun ne vit dans un HLM, ne roule dans une bagnole de dix ans, et aucun ne s'inquiète de son avenir professionnel ; on pourrait allonger la liste. 2 – Je n'ai pas lu les 1500 pages du traité, mais d'autres ont lu les parties touchant à leur domaine de compétence. Les organisations syndicales, les gestionnaires de mutuelle, les agriculteurs, les environnementalistes et bien d'autres. Et leur avis oscillent entre scepticisme et franche opposition. 3 – Au cours de ma carrière dans l'industrie, j'ai vu qu'un partenariat ne fonctionne bien que si les partenaires sont de taille ou de force similaire. Si j'observe l'Europe face aux USA, la Belgique face à l'Europe, la Wallonie face au gouvernement flamand, je ne les vois pas comme des partenaires. Je termine par une question : le plat a mijoté longuement et bien à l'abri des regards citoyens. On attend maintenant de ceux-ci qu'ils se décident vite. Pourquoi ne pouvons-nous pas disposer d'un temps équivalent afin de voir où nous allons mettre les pieds ?
  48. Martine- BXL
    octobre 18, 11:11 Reply
    Attention ! http://europeanwater.org/fr/actualites/communiques-de-presse/680-gouvernements-et-societe-civile-sont-concernes-par-l-impact-de-ceta-sur-l-eau
  49. Martine- BXL
    octobre 18, 11:12 Reply
    http://www.groupejeanpierrevernant.info/CETA-Lettre-ouverte-universitaires-canadiens.pdf
  50. Martine- BXL
    octobre 18, 11:27 Reply
    Et encore... A lire sur le club de Médiapart ( accès libre) https://blogs.mediapart.fr/michel-crinetz/blog/151016/nos-democraties-ne-vont-plus-etre-dans-nos-moyens
  51. vince001
    octobre 18, 13:43 Reply
    Démocratie démocratie, l'argument fort des journalistes.Mais jusqu'à nouvel ordre, un pays dont les citoyens ne sont pas tous égaux dans l'isoloir n'est pas un pays démocratique et cet argument est indestructible.
  52. Degenève
    octobre 18, 13:58 Reply
    Quelques commentaires sur votre analyse Marcel. C’est la conjonction des règles européennes et des règles institutionnelles belges qui mène à cette impasse. La question n’est pas de savoir s’il faut en être fier ou pas. Ce genre de choses est arrivé dans d’autres domaines où au moins un pays, ayant une population dix fois moindre que la population wallonne a pu bloquer des initiatives de la Commission. C’est notamment le cas en matière de fiscalité directe où, en raison de la règle de l’unanimité requise pour les décisions, le Luxembourg a toujours constitué un obstacle majeur pour une plus grande harmonisation des règles, qui serait pourtant bien souhaitable. Je ne voudrais pas jeter la pierre aux seuls Luxembourgeois, d’autres ayant pu à l’occasion les rejoindre. La solution serait sans doute d’éliminer le Conseil européen de tout rôle décisionnel dans l’élaboration et l’adoption de la règlementation européenne et de laisser ce rôle au seul Parlement européen. Les Etats membres et la Commission ne garderaient qu’un pouvoir d’initiative. Mais pour cela, il faudrait une renégociation des traités et cela n’est pas près de se faire, en particulier dans le climat actuel. Quant à l’imbroglio belge, il est imputable à des décennies de négociations communautaires qui ont progressivement mené au monstre institutionnel que nous connaissons. Toutes les parties impliquées dans ces négociations en partagent la responsabilité et sont donc malvenues de venir critiquer cette conséquence. Après tout, comme le faisait remarquer un autre lecteur, si la Belgique n’a toujours pas ratifié la Convention sur la protection des minorités, c’est aussi pour des raisons similaires, à la seule différence que cette fois le blocage vient de la Région flamande. Quant au traité CETA lui-même je lisais hier cet article publié dans la Libre Belgique : http://www.lalibre.be/actu/international/vu-du-canada-l-objectif-du-ceta-est-de-proteger-les-interets-des-multinationales-58052979cd701eed8fcefd25 . Certes, la personne interviewée, qualifiée de « chercheur » (peut-être à tort), semble avant tout être un activiste, mais ça ne signifie pas pour autant que son avis est dénué de toute pertinence. Comme il l’explique, l’accord a certes éliminé la possibilité de régler les différents grâce à des arbitrages privés, mais la solution retenue reste tout aussi bancale. Tant le Canada que les membres de l’Union européenne sont des états de droits pourvu d’instances judiciaires parfaitement capables de régler des différents au mieux des intérêts des parties (sans même parler, pour l’UE, du rôle de la Cour de Justice). L’accord tel qu’il est conçu est une atteinte fondamentale à la souveraineté des états membres bien plus grave, à mon avis, que tout ce que l’UE a pu mettre en place et que lui reprochent ses détracteurs souverainistes. Dans son interview Stuart Trew souligne le déséquilibre provoqué en faveur des entreprises au détriment des états (et de leurs citoyens) par l’ALENA, accord similaire au CETA conclu entre le Canada, les USA et le Mexique. Il affirme notamment que « Aucune compagnie mexicaine ou canadienne n’a jamais gagné une affaire de différends entre investisseurs et Etat contre les Etats-Unis. Quant aux affaires perdues par les autorités canadiennes contre des entreprises, elles sont toutes liées à des mesures environnementales. Par exemple, la firme chimique américaine Ethyl a gagné contre le Canada qui voulait bannir l’importation de carburant contenant des neurotoxines ». Certes, venant d’un activiste, ces affirmations devraient être corroborées (ou infirmées) par d’autres sources, mais en l’état c’est inquiétant. Le CETA contient en effet bon nombre de dispositions douanières favorisant le libre-échange et sur ce point précis, je n’ai pas de reproches particuliers à formuler. L’UE a conclu bon nombre d’accord globaux de ce genre et ce n’est pas là que le bât blesse, mais plutôt dans les autres dispositions qui favorisent avant tout les intérêts particuliers des entreprises au détriment de l’intérêt général. Le tout sous le signe du credo ultralibéral – jamais prouvé – qui voudrait que tout ce qui est bon pour l’entreprise est bon pour le citoyen. Il n’existe par ailleurs aucune raison que le TTIP est fort différent, bien au contraire, il semblerait qu’il soit encore plus déséquilibré en faveur des entreprises. Sans même parler du TISA sur lequel vous avez attiré mon attention. Je constate que le texte de ce projet de traité a été mis sous copyright (pas moins !) pour une durée de cinq ans qui prendra fin après son entrée en vigueur. Comme transparence démocratique, on a déjà vu (beaucoup) mieux puisqu’en tout état de cause cette clause permettrait d’appliquer un traité dont on ne connaît pas le texte. Quelle est cette aberration ? Je n’apprécie pas toujours ce que fait Wikileaks, loin de là, mais en l’occurrence je ne peux que les remercier d’avoir rendues publiques certaines parties de ce projet de texte. Certes, comme vous le soulignez à juste titre, ce genre de négociations ne peut pas se faire sur la place publique, mais il me semble qu’ici on va bien au-delà de la discrétion nécessaire. Et cet état de fait pose d’autres questions. Qui a rédigé ce projet de texte et sous l’influence de qui ? Connaissant les excès du lobbying tant aux Etats-Unis que dans l’Union européenne (et probablement ailleurs) peut on vraiment croire que les entreprises ou les secteurs économiques intéressés par la conclusionde ces accord n’ont pas eu accès aux textes en question ? Ou qu’ils n’ont pas pu en influencer d’une façon ou une autre la rédaction de façon à ce qu’elle coïncide au mieux avec leurs intérêts particuliers ? On peut aussi se demander pourquoi ce genre de textes peut subir une telle influence des entreprises alors que d’autres représentants de la société civile comme les associations de travailleurs, les associations de consommateurs et/ou les associations écologiques – entre autres – sont totalement exclues de leur élaboration. Les personnes qu’elles représentent ne comptent-elles plus ? S’agit-il de personnes sans intérêt qui ont juste le droit de travailler et de consommer et sinon de se taire ? En l’occurrence on est bien au-delà de la simple question institutionnelle de l’adoption ou pas d’un traité international, mais du pouvoir de décision ou de consultation du citoyen et de sa faculté à encore pouvoir avoir son mot à dire et influencer son environnement juridique. Alors on pourra sans doute discuter sur la pertinence des raisons bonnes ou mauvaises qui ont poussé le parlement wallon à prendre la décision qui est la sienne mais, en ce qui me concerne, je suis assez fier que les Wallons aient osé dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.
    • Eridan
      octobre 20, 07:07 Reply
      Ne pas oublier que les Anglais ont déjà dit aussi ce qu'ils pensaient, mais du fonctionnement de l'Europe, en général.
  53. Salade
    octobre 18, 15:26 Reply
    Maelström: je laisse jusqu'à vendredi à Magnette pour dire oui. C'est un cas d'apostasie alors?
  54. Salade
    octobre 18, 15:53 Reply
    Tiens on ne parle pas de Courard. Il est pourtant directement concerné en temps que Président de la fédération Wallonie-Bruxelles!!!
  55. Rivière
    octobre 18, 17:44 Reply
    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2016-10-14-Rejet-du-Ceta-accroc-libre-echange encore un média noyauté par le PTB ? Quand même, ils sont fortiches ! Comment ça se fait qu'il ne dirigent pas déjà le monde ?
  56. Salade
    octobre 18, 19:00 Reply
    Magnette Pirouette Pour des cacaouettes! Article intéressant du journal le Monde: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/18/tout-comprendre-du-ceta-le-petit-cousin-du-traite-transatlantique_5015920_4355770.html extrait: "Interrogée mardi, la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström s’est déclarée « optimiste » sur les chances de convaincre les Wallons de changer d’avis pour tenir ce calendrier. Pour cela, ses services ont rédigé une « déclaration interprétative » du CETA, censée répondre aux craintes des sceptiques, mais qui ne change rien au traité lui-même." Je répète la dernière phrase: qui ne change rien au traité lui-même!!!!!!!! Alors on apprend que la Roumanie fait pareil, mais là on sait pourquoi (par contre les raisons détaillées qui ont amené la wallonie à voter NON: NADA) Et autre extrait: "Comme le CETA touche à la fois aux compétences de l’UE et des Etats membres (on appelle ça un accord mixte), la ratification ne sera terminée qu’après l’approbation des trente-huit parlements nationaux et régionaux de l’UE (dont l’Assemblée nationale et le Sénat en France). Ce qui pose un double problème : non seulement le processus sera très long, mais, surtout, personne ne sait ce qu’il arriverait si l’un des parlements venait à dire « non », car cela ne s’est jamais produit." Que va nous raconter demain matin à la radio Paul Magnette? Surprise!
    • Lachmoneky
      octobre 19, 20:03 Reply
      He bien, c'est encore pis qu'on ne le pensait: il paraît, pour l'efficacité et la crédibilité d'un accord aussi fragile, qu'il serait mis en vigueur AVANT l'accord définitif de toutes ses entités, et que en cas de refus définitif de l'une d'elle, on ne sait pas très bien comment on reviendrait "en arrière"... car le cas ne s'est jamais posé!~~~~~~~~~~~~~~~~ Ou comment faire que l'UE ne fonctionne JAMAIS correctement... ou plutôt comment mettre la charrue avant les bœufs. ~~~~~~~~~~ Surtout quand ils ne vont pas dans le même sens! ~~~~~~~~~~~~~~ Cela s'appelle-t-il: forcer la main? Ou refuser un droit de démocratie?
  57. Pierre
    octobre 19, 10:38 Reply
    "le référendum n'est pas un instrument démocratique obligatoire dans une démocratie représentative." La démocratie et l'accord du peuple ne semble pas non plus obligatoire dans une démocratie représentative si je comprends bien ?
    • Salade
      octobre 19, 21:51 Reply
      Dans une société dominée par les médias de l'éphémère (surtout les journaux, la TV et la radio) et l'argent associé, il ne reste que la propagande. Il y a longtemps que la démocratie n'existe plus. J'en veut pour preuve la vision diamétralement opposée des médias en flandre et en wallonie càd sur 30000km2 seulement. La démocratie c'est le mot utilisé par la caste dirigeante ("représentative") pour que le peuple ne se révolte pas, ce dernier croyant naïvement à son élection. D'ailleurs les lois sont faites pour ceux qui ont des biens à défendre.
  58. Eridan
    octobre 19, 16:05 Reply
    Deux très bons textes sur le sujet : http://www.levif.be/actualite/belgique/ceta-wallonie-l-europe-derape/article-opinion-563661.html http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2016/10/19/ceta-aux-limites-du-libre-echange/ avec, notamment, une conclusion logique de Quatremer : « La course en avant vers le libre-échange se terminera dans le mur du nationalisme ». ...Et on y va tout droit ! Mais on peut douter que les eurocrétins prêtent l'oreille aux avertissements de Quatremer. Pour le moment, en tout cas, ils s'en foutent.
  59. marco
    octobre 19, 16:42 Reply
    un tout grand MERCI à la Wallonie , ce genre d'ultra libéralisme à la sauce Américaine qu'ils ce le gardent pour eux ,l'Europe c'est pas le top mais on l'aime comme ça avec toute ces saveurs et ces gouts différent !
  60. Ze ph11 (@ph11)
    octobre 19, 18:28 Reply
    Très bon article, impartial et objectif. Ce qui est inquiétant dans ce débat-ci, c'est surtout de constater que le populisme, la crédulité et la désinformation ont le vent en poupe…
    • Eridan
      octobre 20, 07:04 Reply
      Qu'est-ce tu dis en bas de ça ?
    • François
      octobre 21, 21:40 Reply
      "Ce qui est inquiétant dans ce débat-ci, c'est surtout de constater que le populisme, la crédulité et la désinformation ont le vent en poupe…". On ne va pas perdre son temps à définir "le populisme" ou "la crédulité" et même "la désinformation". Il y a une notion de doxa qui selon la philosophie de l'auteur peut être vue comme une sorte de Point Godwin atténué (...tu n'es pas d'accord avec moi, donc tu es populiste, crédule, idiot, etc). Dans votre post, vous êtes policé, car vous ne traitez pas les contradicteurs de fachos, mais le résultat est le même; ces derniers sont des imbéciles qui n'ont rien compris à rien. Enfin, ça n'a pas vraiment d'importance, sauf de flatter l'ego de Sel (s'il est sensible à ce genre de déclaration d'amour: "Très bon article, impartial et objectif"). Ce qui est intéressant dans cette actualité, c'est la manière dont a travaillé le Gouvernement/Parlement wallon. Plutôt que d'attendre à avoir à ratifier stupidement au nom du "Peuple" un accord de libre-échange convenu entre le Conseil et la Commission européenne avec le Canada, l'ensemble Wallonie a fait un travail en amont. L'accord a été étudié progressivement depuis 2014, avec la pesée du pour et du contre. Manifestement, on peut constater qu'une fois que nos élus sont bien informés, ils ne votent pas nécessairement à l'aveugle et dans ce cas la réponse wallonne est : non ! Mais alors, ils sont fous ces wallons? Peut-être pas autant que les béni-oui-oui du toujours plus d'Europe libérale. Globalement, on constate que lorsque l'on donne la parole aux citoyens européen (référendum, consultations, etc.), l'UE se "casse la gueule" dans ses choix. C'est que le "bon peuple" en a soupé à en vomir d'un discours dont il ressent directement les effets depuis une trentaine (voir plus), alors qu'une petite élite bien nourrie et aux commandes ne comprend pas de quoi le "petit peuple" se plaint (il est vrai qu'il est difficile d'éprouver de la compassion pour autrui quand on est au pinacle et que depuis votre plus jeune âge, on vous répète que votre réussite n'est due qu'à vous même; une forme d'individualisme ontologique). Le Monde diplomatique à sorti un article assez bien documenté dans sa dernière édition sur la "gouvernance" de l'UE vs "démocratie" des États de celle-ci. Cette histoire de traité en est un bon exemple. Je suis désolé de n'être pas "tendance" et de ne pas "marcher" dans l'idée que l'UE et sa Commission et ses potes du Conseil sont en réalité des démocrates qui ne souhaitent que le bien-être de leur population. Je suis sûrement un peu idiot, voir complètement con. C'est peut-être le fait de mon appartenance à une classe en voie de déclassement et à la subjectivité de mon patrimoine culturel inférieur à celui de certains nantis. Allez savoir ...
  61. Salade
    octobre 19, 18:45 Reply
    Serait-il théoriquement possible que le parlement wallon donne son accord et pas le parlement de la communauté wallonie bruxelles? Qui peut me répondre?
  62. Karl N
    octobre 19, 19:55 Reply
    "C’est bien sûr conforme aux règles européennes et belges (dès lors que l’accord semble concerner des compétences nationales et régionales/communautaires en Belgique)" "Autrement dit, 0,015 % des Européens ont le droit de décider pour les 99 985 % restants. Vous avez dit « démocratie ? » " Dans le même ordre d'idée, si l'ONU décide que la Belgique doit accepter 1 Million de réfugiés syriens, mais que la Belgique s'y oppose à juste titre vu que ca n'est pas une compétence que nous avons transféré à de l'ONU, Monsieur Sel, vous considérerez qu'il y a déni de démocratie ? Vraiment ? En réalité, comme il s'agit de compétences qui restent aux états européens (et aux régions chez nous), qu'est-ce qui interdit aux 27 et à la Flandre de signer une copie du CETA qui ne porte que sur leur juridiction ?
  63. wallimero
    octobre 19, 21:00 Reply
    @ Eridan, Il y a plus d'informations sur le CETA que sur le programme de ton cher PTB, qui préfère dire du mal des autres mais refuse de dire ce qu'il entend faire. Ah, avec un parti parieil, c'est le Walhalla rouge qui attend la Wallonnie, où le problème me semble plutôt être l'exploitation du privé par le self-service public et les inactifs que l'inverse. C'est à se demander comment on va garder le même niveau de vie avec une base taxatoire de 0 si tout devient public. Oups! je sais, c'est la Flandre qui paiera comme disiait l'Emir de St-Josse. Mais bon, personnellement je trouve toute cette gesticulation Marxiste hilarante. Ce sont des régions avec des politiques financièrement désastreuses qui prônent les plus haut standards, ça, ça va marcher. Le redressement est en vue! Ah oui, et pendant qu'on se refait une virginité politique le service public FN envoie par bateaux entiers ses armes à l'Arabie Saoudite. Au moins toute la planète entière se rend compte que la Flandre est le dernier pays de l'Europe qui vit encore sous la coupe d'une dictature communiste étrangère. Avec cette belle sortie de Magnette, le confédéralisme belge est déjà acquis, et la position de la Flandre en Europe renforcée de manière inespéree en cas d'indépendance. joli Eridan, vraiment joli VV
    • Eridan
      octobre 24, 03:56 Reply
      Je me doutais que mes interventions allaient vous plaire, Wallimero. Je suis flatté. Flatté aussi de l'admiration inébranlable pour la Wallonie que vous partagez depuis longtemps avec Marcel Sel...
    • u'tz
      octobre 26, 00:36 Reply
      walli, le confédéralisme belge est acquis depuis quarante ans (Entités fédérées AUTONOMES ça s'appelle) mais t'es trop nul pour l'avoir remarqué, crie avec bourgeois et autre débilepour les quels vous les NL gaspillez vos voix politiquement misérables car soumises sans un pet de réflexion à ce qu'on leur demande. Pauvre walli dans une europe réveillée par les FR de wallonie et de la capitale de l'europe, minoritaires dans leur pays où la majorité NL dominante est si historiquement servile devant leur maîtres
  64. xavierdesmit
    octobre 19, 23:47 Reply
    Je ne vais pas trop surenchérir sur les commentaires très justes qui critiquent ce mauvais papier de Marcel Sel, mais un peu quand même... Estimer que l'Europe est une démocratie relève sans doute de la blague vu que la Commission se passe de l'avis du Parlement en cas de conflit, et que le Parlement est lobbyé des ongles aux cheveux par les multinationales. Dans la même veine, quand un gouvernement légitime (wallon ou autre) défend les intérêts de sa population - largement exprimés par plusieurs canaux -, estimer que cela relève du populisme ou de la dictature du prolétariat (sic) est grotesque. C'est moche, quoi. Je lisais avec une certaine délectation le Blog de Sel depuis des années. Je regrette de constater (et le constat est amer) que depuis que les tensions s'intensifient, Marcel Sel a choisi le camp de la droite dure. Le CETA, ce n'est pas la droite libérale façon Smith, le père tranquille. C'est du néolibéralisme prédateur, ultraconservateur, antisyndical et réactionnaire. Demandez donc un peu aux Canadiens et aux Mexicains ce qu'ils pensent des « tribunaux d'arbitrage » (ça ! c'est largement antidémocratique, Marcel Sel !). Vous risquez de tomber de votre chaise.
  65. Philippe
    octobre 20, 09:52 Reply
    Quand certaines études sérieuses disent que le CETA menacera pas moins de 200 000 emplois en Europe, il est heureux qu'un parlement européen (même petit) n'accepte pas aveuglément un accord comme celui là http://www.philippelamberts.eu/wp-content/uploads/2016/09/Chiffre-26-CETA-200.000-jobs-JPG.jpg
    • marcel
      octobre 23, 20:34 Reply
      Toutes les projections ne sont que des projections
  66. Pita Gore
    octobre 20, 10:14 Reply
    Vous êtes un fumiste monsieur Sel. La différence entre opposant et partisans à ce genre d'accords est ténue et vous le savez très bien. Si cette différence s'exprime légèrement en faveur du non par le truchement du parlement Wallon, elle est valable. En démocratie un seul homme peut parfois faire la différence, ici il s'agit de 4 millions .
  67. Salade
    octobre 20, 18:22 Reply
    FYI http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/10/20/accord-ceta-on-ne-peut-pas-nous-dire-ce-traite-est-parfait-vous-avez-le-choix-entre-oui-et-oui_5017564_3234.html extrait: "Cela fait sept ans que le CETA est discuté, c’est vrai, mais nous avons reçu la version définitive il y a moins d’un an et j’ai alerté la commissaire sur tous les problèmes qu’il nous posait dès le 2 octobre 2015. La première réaction m’est parvenue le 4 octobre… 2016, à vingt-trois jours du sommet avec le Canada." Merci à De Gucht, en fait.
  68. Salade
    octobre 20, 22:41 Reply
    Magnette discute directement avec le Canada! Mon Dieu! Pirouette, nous voilà! Une tite frette!
  69. Lilou
    octobre 21, 05:22 Reply
    Sincèrement, j'ai du mal à croire que quelqu'un doté d'un cerveau puisse avoir écrit un tel torchon réac. Il y a un sophisme à pratiquement chaque phrase. Ça ne pourra toucher que les débiles et les bras du front. Allez, on zappe cette daube.
  70. Tournaisien
    octobre 21, 08:58 Reply
    J'avoue que j'ai quant à moi beaucoup de difficulté à me situer sur ce dossier. Je ne sais au juste qu'en penser. A priori, je suis quand même très défiant vis-à-vis du pouvoir incroyable des multinationales et de leurs exigences. Il convient de ne pas oublier que ces supra-structures économiques privées disposent de bataillons de juristes de haut vol, qui sont capables de prendre au piège des entités politiques complètes. J'aurais a priori tendance à penser qu'il y a des moments où il n'est pas inutile d'envoyer certains signaux, leur faisant comprendre qu'il y a des frontières à ne pas franchir.
  71. Eridan
    octobre 21, 09:28 Reply
    Encore un exemple de l'approche d'un partisan du CETA : « Et puis les Canadiens et leur police montée au costume rouge suranné sont des gens honnêtes. Ils ne tirent pas sur les Blacks sans sommation. (...) Ils sont écolos et protègent les ours blancs. Ils ont une vraie santé publique et des hôpitaux subventionnés. Ils offrent la retraite à 60 ans voire 56. Ils sont sociaux. Ils sont les plus européens des Américains. Et ils nous empafferaient comme des bleus ? On a peine à le croire. Non : le refus de signer le CETA porte un nom. La peur. » Nicolas de Pape http://www.levif.be/actualite/belgique/ceta-un-peu-d-audace/article-opinion-564057.html N'importe quel observateur un rien attentif sait que les réserves exprimées concernent les multinationales et les pratiques commerciales et n'ont rien à voir avec les Canadiens, dont beaucoup formulent d'ailleurs très logiquement les mêmes réserves. Mr. de Pape est donc tout à fait à côté du sujet. Lui aussi. Peut-être quelqu'un pourra-t-il m'expliquer, par ailleurs : « nous » faisons du commerce avec le Canada depuis plusieurs siècles. Améliorer les principes de ces échanges est certainement une bonne idée. Mais ne disposons-nous donc pas de quelques semaines pour prendre le temps d'examiner au calme tous les aspects ? Pourquoi est-il si urgent de signer tel quel le document ? Autre question : c'est apparemment la Commission qui répond aux questions du gouvernement wallon ; et les Canadiens, ils sont d'accord d'office avec l'interprétation de la Commission ? Bizarre, non ?
  72. Salade
    octobre 21, 14:18 Reply
    http://affaires.lapresse.ca/economie/transports/201610/20/01-5032721-bombardier-sabre-7500-postes-de-plus.php bruges sera-t-elle affectée?
  73. moinsqueparfait'
    octobre 21, 17:26 Reply
    N'avais-je pas annoncé in tempore non suspecto, sous les quolibets de la foule et de quelques-uns ci-autour du zinc de notre stameneï virtuel préféré l'effacement de Di Rupo, et à la "surprise générale de tous ici et ailleurs" la reprise du rôle de Superwallon par P. Magnette? Ceci dit, ne nous leurrons pas: un jour les Wallons seront maîtres du monde, mais ce n'est pas pour tout de suite. Si le Conseil avait vraiment voulu signer, on aurait entendu des menaces nettement moins voilées de nos très chers voisins inventeurs de la Grosse Bertha, dont la Cour constitutionnelle a autorisé la signature du traité moyennant... la vidange totale de toutes les clauses de celui-ci (en gros, c'est à peu près ça...). M'est avis que les Allemands ont préféré que la cérémonie soit malencontreusement "gâchée" par un "pitre régional" sur l'air "désolés, on n'y peut rien, on a tout essayé pour les convaincre...". Après avoir envoyé paître les Américains pour le Traitré-maître, un nouveau refus franc et net n'aurait pas fait bon genre. Enfin, ceci dit, à la grand-messe du jeudi et vendredi, une chose est sûre: les sanctions contre Poutine sont confirmées! C'est comme ça à la European Union Inc.: quand on ne sait plus quoi faire et que c'est la zizanie (quand c'est comme toujours, quoi...), on se met d'accord sur un nouveau petit train de sanctions contre les Russes, ça calme et les nerfs.
    • Eridan
      octobre 24, 04:06 Reply
      Tiens. Pourquoi Magnette et Martin Schulz se sont-ils rencontrés ?
      • marcel
        octobre 24, 18:45 Reply
        Parce que le groupe S&D du Parlement européen auquel le PS appartient est… comment dire… furieux.
        • Eridan
          octobre 25, 06:29 Reply
          Ah ! vous étiez là ? Moi, ce n'est pas à cela que je pensais...
  74. Provost
    octobre 21, 19:56 Reply
    Merci les wallons, il ont réussi à nous épargner de tomber sous la coupe des tribunaux arbitraux, qui pourraient prendre le pouvoir par dessus les états, déjà bien affaiblis par Bruxelles.
  75. Dédé
    octobre 22, 09:47 Reply
    OUF et merci à Mr Magnette qui sait encore représenter les idées des citoyens alors que les autres planent dans un autre monde, celui du fric à tout prix au détriment du climat. Quel délire ce CETA alors que nous avons des défis climatiques immenses à régler. Le Canada, c'est loin pour échanger des produits que nous avons ici et si nous ne les avons pas et bien fabriquons les.
  76. denis dinsart
    octobre 22, 15:51 Reply
    Monsieur Sel Pour la prochaine réforme de l'Etat vous devriez proposer que les parlements régionaux et nationaux deviennent de simples chambres d’entérinement et d'accoler à la constitution les articles suivants: article 1: la commission européenne a toujours raison. article 2: si la commission a tort, référez vous à l'article 1.
  77. robertdelille@gmail.com
    octobre 22, 23:00 Reply
    Comme d'habitude Marcel Sel ne propose, après de longs développements inutiles, qu'une analyse en noir et blanc: soit la dictature du proletariat, soit la dictature du capital. Bien sûr que la social démocratie et la démocratie chrétienne ont montré depuis qu'il existent des masses de solutions intermédiaires ....
  78. Eridan
    octobre 23, 07:40 Reply
    Excellent article de Jean Quatremer : http://www.liberation.fr/planete/2016/10/21/libre-echange-waterloo-pour-le-ceta_1523569 ; "Si le Ceta, dont l’avenir semble compromis, est le prix à payer pour qu’enfin les dirigeants nationaux et européens comprennent qu’il y a un problème en Europe, ce ne sera pas cher payé. «Ce n’est pas parce qu’on est seul qu’on a forcément tort», a rappelé devant ses députés Paul Magnette." (et contrairement à ce dont Marcel Sel essaie de nous convaincre ; en vain, semble-t-il, à voir les réactions).
  79. David Sbabo
    octobre 23, 19:20 Reply
    Mon Dieu. Pourriez-vous me dire combien des 500 millions d'européens ont accepté ce traité ? Non, sérieusement, j'aimerais connaître le nombre de PARLEMENTS NATIONAUX ayant ratifié ce traité. Je vais vous donner la réponse. Aucun. Zéro. Nada. Bulle. Le processus de ratification n'a même pas commencé, il y a 3 phases, étalées sur plusieurs années, et c'est l'Allemagne et la France qui ont poussé à ce que ce traité DOIVE être ratifié par les parlements nationaux. Donc non, les wallons ne "bloquent pas" 500 millions d'européens, ils bloquent VINGT-HUIT ministres du commerce. Si cela n'avait pas été le cas, le traité aurait encore du être approuvé par le Parlement Européen pour amener une entrée en vigueur PROVISOIRE, selon les modalités prévues à cet effet. Et seulement à ce moment là, les états européens auraient pu décider d'accepter (ou non) ce traité. Ce qui change considérablement l'image de "3.5 millions de wallons qui bloquent ce que 500 millions d'européens ont décidé". Les wallons ont décidé que, non, ils ne souhaitaient pas l'entrée en vigueur provisoire du CETA en Wallonie. Si cela implique que le traité n'entrera pas en vigueur provisoire nulle part, ce n'est absolument pas leur problème.
  80. L'enfoiré
    octobre 24, 07:36 Reply
    "un scoop pour vous : personne n’a lu le traité ou presque". Voilà, tout est là dans cette constatation. Pourquoi parce qu'elle n'est pas publique. Tout simplement. A quoi sert l'OMC dans ce bazar? Pourquoi un accord avec le Canada et pas avec d'autres pays: le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Australie...? Rendons à César ce qui appartient à César. Rendons à l'OMC, les prérogatives qui appartiennent à l'Organisation Mondiale du Commerce qui globalise les échanges dans le monde. Canada, t'as de beaux yeux, tu sais... Mais, il fait froid chez toi, ton pays c'est l'hiver... La Belgique et principalement Bruxelles, a toujours été considérée comme le laboratoire de l'Europe. La démocratie, qu'elle soit bafouée dans l'esprit, j'en ai rien à cirer, on peut être individualiste quand nos intérêts sont en jeu, non?. Ce n'est pas parce la majorité dit les choses (surtout quand elle ne sait pas) qu'elle a raison Seuls contre tous? C'est pas si sûr. Sur mon blog, on en a aussi discuté.
    • marcel
      octobre 24, 18:46 Reply
      Le traité est public depuis 2014. Auparavant, le PS a pu suivre tout le développement en tant que parti dirigeant d'un État membre. Donc voilà.
  81. Salade
    octobre 24, 10:10 Reply
    on en arriverait à penser que la wallonie doit dire non rien que pour voir si cela bloque effectivement quelque chose. Si ça ne bloque rien, c'est comme le référendum français quoi...
  82. Salade
    octobre 24, 10:15 Reply
    C'est vrai que quand je dois conduire une nouvelle voiture, je donne au début quelques coup de freins violents sur une route peu fréquentée, histoire de me rassurer sur le fonctionnement des freins.
  83. Démocrate
    octobre 24, 11:28 Reply
    Encore un festival d'inepties (noyez le poisson) par l'obsession du "je vois des communissss partout". Basé comme toujours sur une désinformation digne d'un "stamcafé" de la place de mon village ousqu"on a vu le loup. Du McCarthysme à la petite semaine réac, sans la puissance effilée des américains USA (où l'on compte des Historiens sérieux et scientifiques, eux, et même pas coimmuniss non pus (comment est-ce possible?) et pas des Jo Gérard par le petit bout de la lorgnette facho populaire de l'épicier hystérique d'ignorance crasse). Sel n'a PAS CONNAISSANCE du TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL ALLEMAND qui a déclaré et jugé que clauses d'arbitrage privé sont INCONSTIUTIONNELLES en ALLEMAGNE et ne pourront EN AUCUN CAS être appliquées ni même provisoirement. L'ALLEMAGNE de MERKEL- communiste, voyons cette Merkel qui ne fait pas plier son Tribunal Constitutionnel au nom du capital que chérit tant l'épicier réactionnaire de son bled. Sel, tention, les communissss vont venir sur votre paillasson et ptêtre même qu'ils parleront allemand comme votre grand-papa (sauvé des eaux communissss soviétiques - 27millions oui de morts pour sauver la peau des DEMOCRATIES d'Europe occidentale, contre la volonté des vrais fachos et des fachos déguisés en épiciers et des fachos petits-bourgeois trouillant de devoir rendre des comptes... hier, aujourd'hui ou demain... en petits larbins sournois ou évidents) Vive le capital. Les témoignages sont nombreux dans le monde entier : il fera votre bonheur à l'insu de votre plein gré (tention vla des communissss, ces méchants à santé performante, gratuite, éducation, logement sans crédit - la connerie arnaqueuse préférée du petit -bourgeois sous-développé et ignorant)- sans chômage... et avec magasins et droits constitutionnels (1936 URSS Constitution garantit droit de propriété de SA maison et aussi DROIT d'hériter d'un logement familial, chut pas dire, ils croient aux billevesées des pro nazis Hearst, McCarthy, Ford le nazi rageur, - le même qui bousille ses industries aux USA et en Europe, Genk connaît pas - Bush coca cola ibm standard oïl, ces magnifiques démocrates qui organisaient la démocratie dans les camps d'extermination, en écolos, recyclons la peau en lampes et le gras en savon, c'est rigolo PARCE QUE les communiss sont méchants et dangereux) Devinons le pédigrée familial de Sel - prochain jeu pour illettrés. L'ALLEMAGNE ne veut pas des clauses que Magnette (leur pitre attitré pour ne pas paraître au-devant de la scène) ne veut pas non plus. L'ALLEMAGNE = dictature du prolétariat (méchants va, alors que le commerce de l'esclavage, ça rapporte) Ah et si Magnette ou autre est socialiste, moi, je suis le Pape. Ah je vois un communiss, deux communiss, des millions de communisss partout, ils envahissent tout. Au secours, Vincent les a vu aussi et personne ne le croit.... (vieille série USA McCarthyste pour épiciers réacs) Au Secours. L'ALLEMAGNE n'est plus une Démocratie... (selon Saint Sel)
  84. Chrisco
    octobre 25, 02:43 Reply
    On peut regretter l'intergouvernementalisme de l'UE et le confédéralisme de la Belgique mais de là à parler de dictature et de déni de démocratie, il y a un pas que je m'étonne de vous voir franchir. Il me semble que vous confondez certaine notions. Le fait que la Belgique ne soit pas d'accord de signer le CETA comme le reste des Etats membres de l'UE (parce qu'il s'agit bien de la Belgique en réalité) n'a rien d'antidémocratique. C'est juste l'expression de l'intergouvernentalisme de l'UE qui veut que dans certaines matières, à certains stades d'une processus décisionnel, il faut l'accord de tous les Etats membres pour avancer même celui du Luxembourg (10x moins peuplé que la Wallonie by the way). C'est un choix institutionnel qu'en tant qu'européen convaincu on peut regretter mais c'est démocratique. Les décisions sont prisent par des élus "sous contrôle" dans le cadre de lois et de règles acceptées par tous. Je ne vois pas où vous avez vu un "régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes (junte) qui l'exercent sans contrôle, de façon autoritaire". Même chose au niveau intrabelge où on peut regretter le côté confédéral de notre Etat mais là non plus rien d'antidémocratique et ni de dictature. Juste le choix institutionnel de ne pas avancer sans l'accord unanime de toutes les parties.
  85. Movassaghian
    octobre 26, 20:41 Reply
    Pourquoi personne ne propose de faire un CETA avec une échéance de 3 ans ou 5 ans, avec renouvellement pour une même durée si les deux parties sont contentes et satisfaites des résultats et si une des parties trouve que cela ne lui a rien apporté ou pire lui a créer des problèmes comme toute les promesses faites de création d"emploi et de nouvelle richesse, tout simplement on renouvelle pas le traité. Pas de signature sans une échéance sans qu'un protocole de retrait ou de non renouvellement existe. On voit toute la difficulté du Brexit et de la Grèce qui une rentrer dans l'Europe sans prévoir une manière simple de sortir ou d'être exclu, regardons la Pologne et la Hongrie qui font ce qui veulent en se foutant pas mal des règles de l'Europe.
    • marcel
      octobre 26, 21:39 Reply
      C'est ce qui est prévu. C'était prévu depuis le départ : une période d'essai de trois ans, le temps de ratifier (ou pas).
  86. Thyrion
    octobre 27, 09:21 Reply
    En réponse à SEL concernant l'exemple d'ETHYL cette firme est célèbre pour avoir empoisonné délibérément des générations partout dans le monde avec le tetraethyle de plomb de la manière suivante:alors qu'au milieu du XXeme siècle deux antidétonants étaient en compétition,à savoir l'alcool éthylique et le fameux dérives au plomb sur lequel la firme avait le brevet,elle décide d'imposer ce dernier bien qu'elle fut au courant de sa toxicité.La raison en était simple: ce dérivé coûteux à été le produit chimique qui a engendré le plus gros chiffre d'affaire du secteur et des bénéfices plantureux ...au détriment de la santé des consommateurs. Comme quoi,l'histoire n'est qu'un éternel recommencement où seuls les naïfs se laissent piéger.
    • marcel
      octobre 28, 12:09 Reply
      Je le dis dans l'article suivant. Avez-vous lu ?
  87. Philippe
    octobre 27, 09:31 Reply
    Contrairement à ce que certains tentent de faire croire pour les discréditer, les francophones ne sont pas isolés. Près de 90 eurodéputés ont signé une lettre ouverte enjoignant les francophones de tenir bon. Ils sont belges bien sûr mais aussi espagnols ou lettons, anglais ou bulgares. Et parfois, ils sont issus de partis représentés dans leur gouvernement national comme les Français, les Italiens, etc. Cela représente 12% des 751 eurodéputés. Bien plus que les 1% de Van Rompuy.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.