Déni et Quatremer : ci-gît la Belgique, et une partie de sa presse.

IMG_1517Terrorisme, police fédérale sans moyens, sûreté cloisonnée, prisons invivables ouvertes à la radicalisation, files infernales à l’aéroport qui vient de rouvrir, guerres politiques… la Belgique est à bout de souffle. Jean Quatremer a fini par l’écrire dans un papier dûment argumenté sur la Belgique en déliquescence. Fait après fait, il dresse le portrait d’une société au bord de la faillite, dont les élus se sont avérés incapables de se réunir après les attentats les plus sanglants que notre pays ait connus depuis la Deuxième Guerre mondiale. Il rejoint ainsi Dave Sinardet dans La Libre pour qui « les élus n’ont pas été à la hauteur ».

Quatremer relève aussi le déni qui mine ce pays et ne pourra qu’amplifier sa déliquescence, voulue, selon lui, par les nationalistes flamands. Alors que ce diagnostic de défaillance est le prélude à la recherche de remèdes à notre longue maladie communautariste, à notre goût pour la médiocrité, les réactions d’une partie de la presse francophone lui donnent raison : si on est bien dans le déni politique, celui-ci est en sus partagé par une partie du monde journalistique.

Quatremer tranche dans Le Vif.
Ainsi, Le Vif a illico écrit que Quatremer « (re)crachait » sur la Belgique dans ce que l’hebdo qualifie d’« opinion assassine au vitriol ». Eyes wide shut ! À l’opposé, La Libre s’est contentée de « raconter » l’article du correspondant de Libé, sans prendre parti, avant de publier l’excellent papier de Dave Sinardet (et désormais aussi une interview de Jean Quatremer titrée par le journal « Gravement malade, la Belgique est devenu une fabrique d’irresponsable » – màj du 7/5). Seul journal à partir du constat de « 4Mer » pour alimenter sa propre réflexion, L’Avenir. Thierry Dupiéreux y consacrait son édito de samedi en se demandant : « L’état est-il soluble dans le chaos » ? Il s’appuyait sur le papier de Quatremer pour relever l’inquiétante incapacité de nos démocraties à « se réinventer » : « C
’est comme si le chaos dans lequel on était plongé se transformait en une fatalité que les responsables politiques ne parviennent plus à gérer de façon responsable. Le plus inquiétant, là-dedans, c’est que le vacarme produit par ce désordre général empêche des réflexions intelligentes et sereines. »

En revanche, le déni est total dans Le Soir qui n’a pas pipé mot du papier. Cachez cette critique trop complète que je ne saurais voir ? Je note que l’éditorialiste en chef Béatrice Delvaux ne peut déjà plus voir Christine Amanpour (CNN) en peinture, cette dernière ayant osé poser des questions à notre premier ministre Charles Michel, rendez-vous compte ! Je reviens ici sur cette interview hallucinante.

Mais comme si Le Vif allait à contre-courant d’une partie importante de l’opinion, le papier de Quatremer n’a pas eu un effet si négatif sur ses lecteurs. En fait, beaucoup acquiescent. Enfin quelqu’un qui le dit ! rugissent-ils. Certains d’entre eux se rappellent la Belgique d’antan, « ce pays de cocagne » qui aurait disparu. Mais oui, il a disparu ! Je me souviens de grands-parents fiers comme Artaban de la qualité belge, de sa réputation mondiale (sûrement un peu surestimée), de sa grandeur industrielle (déjà en déclin). Aujourd’hui, on n’est plus que moroses, pessimistes, on regarde notre image se déliter jusqu’à l’autre bout du monde et on crie à l’injustice.

Du pays de Cocagne au pays qu’on cogne.
Aujourd’hui, l’emploi recule encore (le taux de chômage en baisse cache un taux d’emploi tout aussi baissier), l’exclusion fait des ravages — en Flandre aussi —, nos routes et autoroutes font peur à voir, notre système politique est devenu si complexe que certains ministres ne savent plus exactement où commencent et où s’arrêtent leurs prérogatives. Et que dire des informations vitales qui ne circulent plus au sein d’une police pourtant unifiée et prouvent que réforme de l’État après réforme de l’État, nous n’avons fait que rendre ce pays ingérable ? Le résultat est là : les institutions sont maladivement explosées. Le citoyen ne sait même plus qui le dirige !

Cela permet aux stars du parti séparatiste qui, désormais, préside à notre destinée grâce à Charles Michel, de « démontrer » ce qu’ils considèrent comme « l’ineptie » belge. Et ils avancent leurs pions. Comme la ministre N-VA Elke Sleurs, ils ne se gênent plus pour saper des symboles majeurs de notre culture commune. Bruxelles a ainsi le triste privilège d’avoir des musées prestigieux dans lesquels on doit mettre des seaux pour récolter l’eau de pluie qui… tombe du toit, faute d’un financement fédéral décent ! On se comparerait bien à la Moldavie ou à la Roumanie, mais je doute que ces pays, parmi les plus pauvres d’Europe, osent offrir à leurs visiteurs internationaux un visage aussi ravagé.

Les voleurs de valeurs.
La Belgique décroche aussi sur le plan des valeurs politiques, désormais réduites au minuscule commun dénominateur imposé par la N-VA qui reste un parti populiste, nationaliste et identitaire qui, régulièrement, cogne du Bruxellois, du Wallon, du socialiste, du Francophone, du musulman ou du Berbère, célèbre du chant flamand avec des fascistes purs et durs, défend la collaboration (« les collaborateurs avaient leurs raisons »), pour ensuite reculer d’un pas en jurant ses grands dieux qu’elle elle très démocratique, sous les acclamations de journalistes béat-e-s.

Ces dernièr-e-s relèvent ainsi chaque semaine le niveau de l’acceptable en politique d’un cran au point qu’aujourd’hui, comparer des terroristes aux Juifs qui se cachaient des nazis pendant la guerre est devenu une image banale, un peu maladroite, voilà tout ! De même, accuser une partie « significative » d’une communauté qu’on rassure ensuite, la main sur le cœur, après que le mal fut définitivement fait, vaut au final à son auteur les félicitations du jury ! Bravo l’Artiste, ai-je lu dans Le Soir.

Après que la Flandre a laissé le Vlaams Belang tirer ses valeurs vers le tout nationaliste et la xénophobie décomplexée — à la police d’Anvers, des mots comme singe brun ou nègre sont devenus des qualificatifs normaux —, c’est donc aussi la Belgique francophone qui laisse glisser ses valeurs vers celles, nationalistes, communautaristes, néoconservatrices et quelquefois xénophobes, de la N-VA. Et cela, après des décennies de cordon médiatique francophone qui excluait le moindre politicien qui aurait fréquenté un cousin d’une copine de la tante d’un membre du Front de la Jeunesse trente ans auparavant.

Charles Michel a tempéré systématiquement, et qui ne dit mot consent. Et de fait, au fil des mois, on a fini par tolérer les statuts Facebook racistes, des twits infamants, les relations avec l’extrême droite, les enthousiasmes pour la collaboration, les déclarations francophobes et xénophobes, et le premier citoyen du pays peut tranquillement chanter la fin de la Belgique avec des centaines de fascistes pur jus, c’est désormais la normalité en Belgique. Quand un vieux membre du parti le plus puissant de la coalition au pouvoir a refusé de se distancier du patron nazi antisémite de la collaboration flamingante, aucun journal francophone n’en a parlé au nom de la préservation de l’État. Mais dans quel état !

Jamais notre gouvernement fédéral n’avait toléré en son sein des idéologies pareilles, même pas avant-guerre ! Fut-ce avec cette couche de démocratie étrange qui recouvre la N-VA. Jamais, en Europe, un gouvernement national n’a toléré qu’un parti au pouvoir continue, semaine après semaine, à semer le mépris des deux autres régions : aujourd’hui encore, la N-VA vient de lancer une grande opération de communication contre le Parlement wallon qui a eu l’infâme toupet de ne pas partager l’avis supérieur et obligatoire de « la Flandre » sur le traité Europe-Canada ! Ils n’ont pas hésité à écrire et propager que le Parlement wallon prend « la Flandre et l’Europe en otage » ! Rien que ça. Allô la presse ? Allô Béa ?

Les grands éditorialistes ayant lâché prise, les ministres nationalistes flamands peuvent désormais tout se permettre sans se soucier d’être trop critiqués au Sud parce que trop de commentateurs francophones ressentent encore le besoin de marcher à genoux jusqu’au Cannossa flamand pour expier les fautes passées de la Belgique latine oppressive à laquelle, par sentiment de culpabilité maladive, ou par soumission aux thèses flamingantes du sang et de la langue, ils ont accepté de s’identifier.

Déni, déni, embrasse-moi ce soir.
Voilà le tableau. Après, on a le choix. Refuser de prendre conscience de cette médiocrité qui hurle notre impuissance jusqu’à Zanzibar en passant par le New York Times, ou taper dans la ruche. C’est ce que fait Quatremer. Sur un ton parfois provocateur, polémique. Il énerve. Mais il dit des choses qu’on a pris l’habitude, en Belgique, de mettre sous le tapis avant de s’asseoir dessus pour que vraiment, ça ne se voie pas. Sauf qu’aujourd’hui, tout le monde a vu.

Nombreux sont les lecteurs lambda qui constatent alors que la liste, loin d’être exhaustive, des ratages énumérés par le polémiste est déjà si longue qu’il n’y a pas beaucoup d’autres conclusions à tirer que la sienne : oui, la Belgique est un État déliquescent !

La ghettoïsation de Molenbeek ou la gestion par Philippe Moureaux n’expliquent pas, à eux seuls, que la préparation des attentats de Paris se soit faite en Belgique. Ils n’expliquent pas qu’une seule et même équipe ait pu massacrer à Bruxelles plusieurs mois après avoir massacré à Paris — je ne me souviens pas d’un tel doublé ailleurs en Europe.

Réquiem pour un con.
Le 22 mars 2016, Mohammed Abrini, un homme recherché depuis plus de 120 jours par toutes les polices du continent, est entré tranquillement dans l’aéroport de Zaventem avec l’équivalent de 200 kilos de TNT dans une valise, et deux complices, n’est pas parvenu à allumer sa charge, est reparti tout aussi tranquillement à pied jusqu’au centre-ville (12 km), et a disparu dans la nature ! L’histoire résumée comme ça manque forcément de nuances, mais mettez-vous à la place d’un-e journaliste étrangèr-e : si le pays où ça se passe vous répond, énervé, que tout va bien et qu’il faut arrêter de lui poser des questions, vous concluez que ses dirigeants sont foldingues. Mais en Belgique, on est très doué pour expliquer fissa chaque erreur apparente. « Il faut savoir que… » Et si ça ne suffit pas, un vice-premier ministre accuse en plein parlement un officier de liaison belge en Turquie, et si ça ne suffit pas encore, il vous sort qu’une « partie substantielle des musulmans ont dansé après les attentats » !

S’ensuit un tollé bien commode qui permet de ne plus parler du financement et du management malingre de la sûreté ou de la police fédérale, deux services qui relèvent de ministres N-VA. On ne va quand même pas risquer de faire tomber un gouvernement qui a si brillamment rendu la Belgique ridicule aux yeux du monde entier ?

Non, on en parlera au sein d’une commission où on distribuera équitablement les responsabilités entre partis, ministères, administrations, régions et communautés, pour conclure — comme lors de la commission Tunnels — que puisque tout le monde a foiré, le foirage est dans l’ordre des choses, et on promet de faire mieux la prochaine fois. Voilà, voilà ! La Belgique, c’est l’école des Fans érigée en système de gestion.

Eyes wide shut.
Du coup, c’est toute notre usine à gaz, notre machine à échouer qui nous retombe lourdement sur les pieds. Et non seulement, il n’y a personne pour relever l’appareil, mais en plus, quand un journaliste étranger nous dit : faites gaffe, vous avez une machine sur les pieds, on lui hurle de regarder ailleurs, tout en criant à la presse espagnole, italienne, suisse, comme l’a fait Béatrice Delvaux, qu’on n’arrive plus à avancer et qu’on n’arrive pas à comprendre pourquoi.

Le constat de défaillance est lui-même défaillant, ça dit bien à quel point notre pays a failli.

Heureusement, on constate donc dans les commentaires sous les articles de journaux, ou en écoutant la rue, que pas mal de Belges trouvent que non, Quatremer n’a pas trempé sa plume dans l’acide, ce sont les faits qu’il a récoltés qui dégagent une invraisemblable acidité ! En face, il y a tout de même un paquet d’anti-quatremer chroniques. On les repère facilement, c’en est même presque comique : il suffit de faire une recherche sur « France ». Car ceux qui critiquent Quatremer le font presque systématiquement en lui rappelant qu’il… ferait bien de regarder ce qui se passe en France ! Pourtant, Jean Quatremer est correspondant de Libé en Belgique, et pas correspondant du Soir en France. C’est à se demander si les gens comprennent ce que ça signifie.

Mais comment en vouloir aux lecteurs belges trop sensibles ? Certaines de leurs plus grandes plumes journalistiques ne leur ânonnent-elles pas depuis des semaines, quand ce n’est pas des mois, qu’il y a un « Belgian-Bashing » en cours à l’étranger — oh ! oh ! ces journalistes anglais, américains, allemands, italiens, espagnols, marocains, turcs, russes, chinois, qui, tous, n’ont rien compris à la Belgique, et en font un résumé salace parce que nous, Belges, sommes leur victime expiatoire de la semaine ?

La Belgique du World-Bashing.
Et nous ? Nos journaux ne nous inondent-ils pas, jour après jour, de la dernière débilité de Donald Trump, faisant passer l’Amérique pour un pays d’idiots ? Les mêmes ne nous assassinent-ils pas au quotidien la Hollandie après nous avoir strontché la Sarkozie avec des raccourcis qui, seuls, leur évitent de faire aussi long que moi ? Les mêmes ne nous résument-ils pas la Russie à Poutine, l’Ukraine à Maïdan (restons discrets sur Praviy Sektor) ?

L’Espagne fut Podemos et rien d’autre avant de redevenir ingérable. La Grèce fut criminelle pour les uns, victime de Merkel pour les autres, etc. L’Allemagne fut horrible jusqu’à ces larmes d’une petite Palestinienne et le câlin de Merkel. Puis, elle fut génialissime jusqu’à cet accord ahurissant avec la Turquie. Aujourd’hui, elle assassine les libertés pour avoir laissé Erdogan poursuivre un journaliste en Allemagne. Quant à la Pologne, elle est facho. Et la Hongrie est une grosse saloperie ambulante. Voilà, en gros, un résumé de la perception que bien des journalistes belges projettent de l’étranger. Et ce n’est même pas une critique : le journalisme est toujours réducteur, c’est le format qui veut ça.

Mais il ne faut pas demander aux journalistes d’ailleurs d’être plus soft envers nous que nous ne le sommes envers leurs pays, sous prétexte que nous sommes très embêtés par une situation que nous ne maîtrisons plus et que nous n’acceptons même plus d’essayer de comprendre, encore moins de tenter de décrire honnêtement.

La crise impayable que nous payons cash.
Nous payons aujourd’hui quatre ans — dont 541 jours — de crise existentielle dont certains intellectuels, experts, juristes et journalistes avaient chanté la fin avec un entrain digne de la Libération. La N-VA fut, avec le CD&V, l’artisan-maître de ces dérives. Qu’on arrête donc de l’épargner en mettant la pédale douce sur nos critiques envers Charles Michel, c’est lui qui a décidé d’entrer dans ce gouvernement de dingos !

Qu’on arrête de se dire qu’on verra en 2019 ce qui se passera. Tout est en train de se préparer aujourd’hui. Qu’on arrête d’accepter que nos dirigeants nous expliquent que nos services fonctionnent normalement quand il est clair qu’ils ont dysfonctionné. Qu’ils nous expliquent plutôt où nous avons foiré, et comment nous ferons demain. Et pour commencer, qu’ils nous disent où ils vont trouver l’argent. Et qu’on exige qu’ils le trouvent. Qu’on arrête de tolérer que l’on rejette la faute sur l’autre. Du politique à l’administration. De l’administration au politique. De la Flandre à la Wallonie. Des Bruxellois aux Flamands. Du fédéral au communal. Du communal au régional. Du régional au fédéral. Et j’en oublie le superflu : les provinces !

Qu’on arrête d’accepter que nos politiciens se tirent dans les pattes pour une voix de plus ou de moins, par stratégie électorale, ou au contraire, qu’ils se félicitent après une commission « équilibrée » que, comme tout le monde a failli, les failles sont inévitables ! Le citoyen est exclu de ces débats, il n’y joue aucun rôle, il n’y gagne rien, il n’a aucune place à prendre dans ces délires qui ne concernent que les cénacles.

Un pays vous manque et tout est dépeuplé.
Aujourd’hui, le Belge peut toujours être fier de son pays accueillant, étonnant, doué, artisan, complexe, polyglotte, doux, progressiste, travailleur. Il ne faudrait pas grand-chose pour qu’il redevienne une marque de qualité. Mais le politique l’a trahi. Il a manqué à son obligation de bonne gestion. Il a manqué à son devoir de bonne réputation. Il a manqué à la raison. Et si le cinquième pouvoir ne le met pas au pied du mur aujourd’hui, la situation ne pourra qu’empirer, la distance entre le politique et l’électeur s’élargir, et les populismes, fleurir jusqu’à ce que notre pays ne soit plus qu’un trou noir incompétent, sale et aphone dans le concert des nations européennes.

Que le politique s’avance devant le citoyen, demande humblement pardon, et se mette au travail. C’est tout ce qu’on demande, et c’est tout ce qui nous est refusé. Ne nous faisons pas d’illusions : cela ne sauvera pas la Belgique. La déliquescence est peut-être trop avancée. Mais ça peut sauver les parties ou les patries qui en hériteront. Et déjà, c’est le minimum auquel ont droit ceux qui paient le système. Et ça, c’est le contribuable. On dit aussi « citoyen ».


Si cet article vous a intéressé, et que vous ne voulez pas que je devienne un auteur failli, n’hésitez pas à contribuer (2€ minimum).

Previous Charles Michel sur CNN, ou l’interview d’un petit garçon.
Next Bruxelles martyrisée, Bruxelles ignorée… Bruxelles révolte-toi.

You might also like

77 Comments

  1. Déliquescence ? Oui. Le politique a trahi le Belge ? Oui, dans une certaine mesure. Mais qui a élu "le politique" ? Une population se désintéressant de la politique, ou plutôt acceptant passivement, voire encourageant, une focalisation narcissique sur les questions communautaires (surtout au nord du pays) et bassement politico-politiciennes. Avec comme conséquence logique une multiplication aberrante des niveaux de pouvoir, sans que personne (sauf minoritairement) ne pense à la remettre en question ou à la réduire, bien au contraire. Avons-nous réellement besoin de 3 régions, 3 communautés, 6 parlements, 10 provinces, 19 communes à Bruxelles, deux réseaux d'enseignement ? Pour offrir des postes à nos politiques (dont les compétences professionnelles -- autres que purement "politiques", quoi que ce terme recouvre -- sont généralement limitées), sans aucun doute. Mais à part cela ? Les électeurs, en particulier ceux qui planent dans un joyeux enthousiasme communautariste ou séparatiste, sont-ils conscients du coût de ces redondances, de l'inefficacité qui en découle dans de nombreux cas, et de l'image grotesque qui en est perçue à l'étranger ? Prenons un autre exemple, au hasard, l'Inde: un pays de plus d'un milliard d'habitants, avec un nombre de cultures et langues locales, d'états régionaux et de religions, très nettement supérieur à la Belgique, bien entendu. Malgré cela, à part quelques exceptions (qui comprennent malheureusement des meurtres dans certains cas), tout se passe à peu près dans le calme, aucune communauté ou région ne recherche la défaite d'une autre, et encore moins l'éclatement du pays ; les niveaux de pouvoir sont raisonnablement limités, avec un état central fort qui gère ce qui doit l'être de façon uniforme. Et la population, animée par un patriotisme puissant, adhère à cette vision, qui ne reflète que le bon sens. Certes l'Inde est confrontée à d'énormes défis, de pauvreté, de santé publique, d'éducation, d'approvisionnement en eau, de respect des femmes, de corruption, de sécurité sociale quasiment inexistante, et bien d'autres. Mais malgré ces circonstances bien pires que celles de notre confortable petit pays, l'Inde ne sombre pas dans le chaos, et ne gaspille pas ses maigres ressources dans la création de structures redondantes et inefficaces -- sans pour autant que l'une ou l'autre communauté culturelle, linguistique ou religieuse ne se sente méprisée par les autres. Malgré ses défis, l'Inde est en pleine expansion, les investisseurs s'y pressent, la classe moyenne s'y développe, et on peut espérer que ce pays rejoigne sans trop tarder le peloton d'autres pays asiatiques (démocratiques) qui sont à la pointe du développement économique, avec tous les avantages qui en résultent pour leurs populations. Dans les décennies passées (golden sixties, etc.), notre économie florissante nous a permis de bénéficier d'un train de vie extraordinairement confortable, et a poussé les électeurs nonchalants de l'époque à autoriser nos politiques à les combler de faveurs généreuses (non sans endetter les générations futures) et à concentrer leurs efforts sur la création de nouvelles institutions innombrables (combien des gouvernements passés n'ont-ils pas mis la réforme de l'Etat à leur programme ?), plutôt que sur les questions économiques et sociales fondamentales. Malheureusement mais de façon très logique, cette prospérité au-dessus de la normale n'a eu qu'un temps, et s'est achevée. Nous en payons le prix depuis de nombreuses années, et notre population en souffre. Mais il est difficile de faire marche arrière, de détricoter les usines à gaz politiques qui ont été bâties (surtout quand ce sont leurs occupants qui sont en charge de les détricoter ou de les étendre), de reconnaitre ses erreurs, de prendre des décisions impopulaires (l'objectif premier d'un politique étant d'être ré-élu). Il nous faut cependant faire un choix : accepter des changements radicaux même s'ils imposent de remettre en question certains sacro-saints droits acquis, ou persévérer aveuglément dans l'erreur et le déclin. Je ne peux pas m'empêcher de faire un emprunt littéraire pour paraphraser en conclusion : "la culpabilité d'un politique qui roule sur la pente du néant et se méprise lui-même avec des cris joyeux, [...] il est temps de réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement." DD
  2. Philip Hermann
    mai 04, 10:43 Reply
    Pas mal, pas mal... Mais nulle trace dans ce papier des racines du mal, du peche originel qui est la cause de cette desunion des belges et de ce delitement de l'etat ensuite. Il faudrait, bien sur, remonter plus haut que ce gouvernement qui n'est que le resultat d'une deliquescence passee. Le premier constat a faire, c'est que la volonte electorale flamande n'est plus respectee au niveau federal depuis au moins l'affaire Dutroux et la fin du gouvernement Dehaene. Depuis, la Flandre vote a droite et meme a l'extreme droite (le declin du Spa, de Groen et du CD&V sont ininterrompu depuis l'echec de Leterme) et elle est systematiquement gouvernee a gauche et singulierement par le tout puissant PS francophone, malgre les scandales, malgre l'ephemere "chasse" aux parvenus, qui sont tous revenus: les trois guy, dont deux sont redevenus bourgmestre, puis on a eu l'effondrement du systeme Van Cau a Charleroi, Lizin, Donfut. les aeroports regionaux, Intradel et tant d'autres. J'ai longuement blogue en son temps sur la tentative "orange bleue." Mevrouw Nee a vole les electeurs d'une possibilite de gouvernement sans le PS alors que c'etait le souhait de la population, bien sur au Nord d'ou Leterme etait sorti en Monsieur 800 000 voix de preference mais aussi au Sud, ou Reynders avait reussi de faire du MR la premiere formation politique francophone. On s'est retrouve dans un gouvernement batard ou le parti, qui avait subi la sanction electorale la plus forte etait de nouveau a la manoeuvre. La Flandre a alors choisi de rendre incontournable, un groupuscule nationaliste (mais pas fasciste, comme explique par tout un livre de la future gloire du PS, Magnette, jusque la croupion des partis traditionnels flamands. Chacun se souvient de l'interminable negociation, ou un gouvernement ne fut trouve et une improbable sixieme reforme de l'etat que grace au sacrfice du FDF par le MR. Aujourd'hui le communautaire est au frigo et un gouvernement homogene de centre droit sans socialiste et sans leur allies chretiens s'est mis en place. Il entreprend de corriger les errements passes et de realiser les reformes socio economiques trop longtemps reportees comme celles qui concernent l'assurance chomage (nous etions le seul pays au monde a verser des allocations de chomage ad vitam eternam), pour les pensions intenables alors que l'esperance de vie s'est prolongee de 15 ans, pour la taxation du travail (la plus elevee au monde egalement), pour l'indexation automatique des salaires (aussi une particularite unique au monde), etc. etc. Ce sont ces reformes la, qui etaient impossible a realiser dans un pays soumis a deux conglomerats politico-syndicaux-mutuellistes omnipotents en Belgique francophone et egalement, en raison de compromis constitutionels boiteux, au niveau federal egalement.
    • marcel
      mai 04, 13:28 Reply
      Sauf que ça n'a jamais été la gauche qui a voulu la surtaxation du travail et que, pour l'instant, on n'a rien vu de la « force du changement » promise.
      • Philip Hermann
        mai 04, 18:40 Reply
        Bien sur que c'est la gauche qui a voulu ces taux d'imposition sur le travail, d'abord historiquement parce qu'elle voulait que meme les plus modestes des salaries (qui etaient alors son electorat de base) payent des impots immediatement pour ancrer le suffrage universel alors qu'il etait precedemment censitaire et donc reserve a ceux qui payaient des impots. Si vous comparez avec les pays europeens comparables, la Belgique est (et reste malgre la suppression de la premiere tranche d'imposition par ce gouvernement Michel) sans doute le seul pays au monde ou on payait de l'impot sur son salaire alors qu'on ne gagne pas encore l'equivalent des allocations minimum de survie. Ensuite cette imposition outranciere du travail s'est perenisee sous l'influence des syndicats, qui ont toujours exige que les negociations salariales portent sur le salaire BRUT! Ils ne voulaient pas fragiliser la securite sociale (structurellement deficitaire depuis l'explosion du chomage, la croissance des couts de la sante et la prolongation de l'esperance de vie), en fait ils voulaient surtout empecher de diminuer l'appareil etatique, l'emploi public malgre la revolution informatique qui a permis de gigantesque gains de productivite dans le secteur prive (ce sont d'ailleurs ces gains de productivite qui ont permis de financer le systeme) alors que nous avons connu toujours une croissance continue de l'emploi public dans le meme temps malgre cette revolution informatique, pour une qualite de service de moins en moins perfomantes, par exemple en matiere d'enseignement...
        • Pfff
          mai 05, 15:14 Reply
          Tous ensemble, tous ensemble, hé, hé ! Bien sûr, vous dites vrai, Philip Herman. Mais, sur ce blog, on explique doctement que les dépenses publiques soutiennent l'économie nationale, sans même rigoler. Le multiplicateur keynésien, abracadabra ! Alors, .... Tout est bon pour taper sur le gouvernement, en particulier le premier ministre "du parti séparatiste qui, désormais, préside à notre destinée grâce à Charles Michel" : ce n'est jamais la faute de l'électeur flamand, de la classe politique flamande et du landernau médiatique bruxello-francophone, qui avait pourtant, rappelez-vous, "sauvé la Belgique" par la vertu de l'ensemblisme et de la méthode Coué.
      • Didier
        mai 09, 10:09 Reply
        "La gauche n'a jamais voulu la surtaxation du travail" ! C'est une blague, Marcel, ou bien, toi aussi, tu es dans le déni ? Qui a toujours été contre les "cadeaux" au patronat ? Ne sont-ce pas les syndicats de gauche ? Et quels sont leurs relais politiques ?
    • Salade
      mai 04, 14:17 Reply
      Disons que la gauche n' a pas vraiment investi dans l'entretient de nos infrastructures (notamment routières, voir Daerden)... Alors la droite!: elle va les couler tout simplement, pour maintenir les bénéfices. La droite croit qu'elle n'a pas besoin d'état (hormis pour la sécurité, et encore, si on regarde l'état des prisons...) La droite croit qu'elle pourra vivre uniquement via ses exportations et ses produits de luxe! En effet la classe moyenne se meurt: qui va consommer? les intérimaires? Que fait l'eurostoxx 50 sur un an au fait?
      • Philip Hermann
        mai 04, 19:01 Reply
        Je constate que le gouvernement Michel tente de redonner du salaire poche aux travailleurs, mais le jeu semble pour les gouvernements regionaux francophones (c'est different en Flandre) de vouloir tout reprendre en taxes diverses et variees...
        • Pfff
          mai 05, 15:48 Reply
          La Région wallonne n'a peut-être pas la même marge de manoeuvre ... (cf sixième réforme de l'État) Quant à Daerden, Marcel pense que c'était loin d'être un con. La RTBF lui a, in illo tempore, déroulé le tapis rouche, alors ...
          • Domi Bengler
            mai 06, 10:42
            effectivement, l'ayant rencontré et passé du temps avec, je peux affirmé que daerden était loin d'être con, une partie de soirée avec lui où il paraissait bourré....alors qu'il buvait à l'eau !!!
          • Pfff
            mai 08, 12:47
            Il faut réécrire la servitude volontaire : "Ils ne sont si malins que parce que nous sommes complètement cuits."
        • Salade
          mai 05, 17:27 Reply
          comme sur l'électricité, les accises sur le diésel, les boissons sucrées? http://www.lesoir.be/943716/article/actualite/belgique/politique/2015-07-23/accord-sur-tax-shift-electricite-alcool-tabac-et-diesel-couteront-plus-ch vous faites dans le mensonge?
          • Didier
            mai 09, 10:29
            Cessez donc de fumer et boire, cela améliorera votre santé et prolongera votre vie. Et si cela ne suffit pas à votre porte-feuille, roulez à l'essence : leurs accises vont baisser, elles !
          • Salade
            mai 09, 15:29
            @Didier Et l'électricité? Faut aussi la supprimer? Supprimez les camions sur les routes (ça les détruit) et qu'ils roulent à l'essence Bonne idée? Arrêtez de faire de la morale à deux balles!
        • u'tz
          mai 06, 01:50 Reply
          Michel tante de redonner du salaire popoche, comme de la sécurité en treillis en ville... du blabla de collabobo
        • Domi Bengler
          mai 06, 10:41 Reply
          ai-je le droit de vous dire que je trouve que vous défendez l'indéfendable? Vous constatez que le MR tente de redonner du salaire poche aux travailleurs? Où ça, nous ne devons pas partager le même pays. Ce que je constate pour ma part c'est la volonté de paupérisation d'une frange de la population déjà fragilisée à l'avantage des plus nantis. Le travailleur lambda ne tirera AUCUN avantage de cette politique mortifère voire assassine !
        • Rivière
          mai 06, 22:17 Reply
          Génial : on a un plus "gros" salaire poche mais tout et un peu plus nous est repris par l'impôt l'année suivante ! Quelle splendide évolution !
          • Philip Hermann
            mai 08, 10:50
            Ben non, les reductions d'impots du gouvernement Michel, au niveau federal donc, sont financees principalement par des reductions de depenses. Une partie, c'est vrai, est issue d'une taxation dissuasive sur des produits dommageables pour l'environnement (comme le relevement des accises sur le diesel, absolument indolore car concomittante a une baisse du baril de brut) soit sur des comportements nocifs (tabac, soft drinks, alcool).
          • u'tz
            mai 09, 23:00
            chouette la tva sur électrabel pour ma popoche ;)
          • Salade
            mai 12, 12:42
            @ Philip Hermann indolore? vous dites n'importe quoi. oui oui, on ne vous a pas communiqué que la baril remonte depuis mi-février? et avec l'effet de levier "du système d'accises belge", ce sera vite une catastrophe économique. http://prixdubaril.com/
  3. Salade
    mai 04, 13:32 Reply
    Si on supprime les provinces en wallonie, alors les seuls investissements wallons se limiteront aux villes de Liège et Charleroi. Je constate d'ailleurs que la RTBF, quand (je devrais plutôt dire si) elle parle de la wallonie, c'est de Liège! Pq parce que ces gens ne se déplacent pas loin et ne font que des micro-trottoirs faciles.
  4. Salade
    mai 04, 13:39 Reply
    "Micro-trottoir facile": oxymore ou pléonasme?
  5. vince01
    mai 04, 13:45 Reply
    Que du contraire, les chiffres sont même affolants.L'Europe va devoir s'en mêler. Les éternelles complaintes de la majorité flamande brimée par le PS qu'elle a elle même le plus contribuer à installer dans tout le reste du pays par ses turpitudes et ses perversions, ne fonctionne plus. Les francophones ne sont plus dupes.
  6. Wallon
    mai 04, 16:25 Reply
    Très bon article, Monsieur sel. Le délitement de la Belgique se prévoyait déjà voilà deux cents an ! Cause première: l'Europe de Vienne et surtout la Grande-Bretagne, gendarme du Monde avant les USA. Plus proche dans le temps, Lucien Outers diagnostiquait déjà, dans " Le Divorce Belge",tous les maux que vous énumérez aujourd'hui. Que les Flamands (NVA, CDNV, VLD, SPA, V.B., enz.) soient nationalistes et revanchards ou que les Wallons soient lobotomisés par le PS depuis le Congrès de 1945, n'élude pas un fait saillant : il n'y a pas d'Homme politique en Belgique/Belgïe, il n'y a que des politiciens de village ! Pourquoi les Tchécoslovaques réussirent-ils le divorce entre Tchèques et Slovaques ? Pourquoi les Flamands et les Wallons ne peuvent-ils pas réussir un tel divorce alors que tous les obstacles "nationaux" ont disparu depuis longtemps : banques, finances, industries, monnaie, etc. ? Remercions les Allemands en 1917 d'avoir mis en pratique ce que les Wallons avaient théorisé en 1912: la séparation administrative ( grand-maman de la régionalisation ) Puisque l'Europe nous a créé, voilà deux siècles, sans aucune réflexion sauf la haine de la France, qu'elle remette donc de l'ordre dans le chaos. Que la "frontière linguistique" devienne enfin " l'Oder- Neisse " entre les Pays-Bas et la France et qu'on en finisse ! N.B.: pour les Bruxellois et la presse belge francophone la même chose.
    • u'tz
      mai 06, 01:56 Reply
      "les Wallons avaient théorisé en 1912"... VVall' précise les sources de ce mensonge débile, ne fusse qu'en précisant l(es)' auteur(s), même s'il s'agit de pure propagande NL.
      • Christian Materne
        mai 08, 16:46 Reply
        @ u'tz : 1912 : lettre au Roi de Jules Destrée dont Albert 1er a dit qu'il partageait l'analyse.
        • u'tz
          mai 09, 22:42 Reply
          "(anti-wallons dans les tranchées de l'Yser et anti-flamands suite à la collaboration avec le Reich)" vos sources m'intéressent aussi pour le premier membre de la parenthèse...
        • u'tz
          mai 09, 23:03 Reply
          "Albert 1er a dit qu'il partageait l'analyse." mon franc tombe, comme le roi dans la penpente de marche-l'édam, avvk
      • u'tz
        mai 09, 22:37 Reply
        salut Chris, si c'est juste ce bdw insignifiant de destrèe la source... les flamingants vont encore dominer longtemps ces pauv' wallons incapables de penser avec indépendance l'histoire de ce pays à partager...
  7. Christian Materne
    mai 05, 03:46 Reply
    Un élément oublié par Marcel Sel est la pression et l'arrogance du monde des affaires flamand. Il suffit de se remémorer les sorties, durant ses dernières 48 heures, de Descheemaecker, de Johnny Thys ou de Karel Van Eetvelt. La Flandre et la partie francophone du pays ont deux visions de société différentes. Et réforme après réforme, le fossé se creuse de plus en plus. Imaginer pouvoir le colmater un jour relève de la plus grande utopie. Nous sommes donc arrivés à un moment prédit depuis longtemps. Jules Destrée et le roi Albert 1er en convenaient déjà en 1912, il y a 104 ans ! Entre-temps, même deux guerres mondiales n'ont pas pu nous rabibocher mais au contraire nous ont éloigné encore plus l'un de l'autre (anti-wallons dans les tranchées de l'Yser et anti-flamands suite à la collaboration avec le Reich). Tout le monde sait que la scission est inéluctable. Personne ne veut en prendre l'initiative. L'espoir secret de la Flandre est que, poussée dans ses derniers retranchements, la Wallonie en décide. Les Wallons, à juste titre, ne veulent pas commettre cette faute. Chacun joue en défense et personne ne marque. La seule alternative capable de nous sauver est la transformation de l'Europe des 28 en une Europe des Régions. Dans ce cas, et uniquement dans ce cas, la scission se fera sans heurts majeurs.
    • u'tz
      mai 06, 02:01 Reply
      "La seule alternative capable de nous sauver est la transformation de l'Europe des 28 en une Europe des Régions. Dans ce cas, et uniquement dans ce cas, la scission se fera sans heurts majeurs." très amusant, l'europe des x>69... "seule alternative" entre natifs de.;.
    • Salade
      mai 06, 23:35 Reply
      Une faute? Mais la wallonie est bien la seule région du monde, complètement dominée (par la flandre, mais aussi par le bruxellocentrisme) qui par masochisme souhaiterait continuer à vivre comme une néo-colonisée!
  8. PATRICK DE GEYNST
    mai 05, 13:34 Reply
    Désolé de faire si court après un développement aussi copieux mais il est à craindre que le belgicain si majoritaire dans ce pays accepte tout de ses "politiques" pourvu qu'il puisse rester dans ses frontières (même multiples) et groupé autour de son bon Roi. Cher Marcel ,je ne suis pas sûr ,dès lors,que tous nos maux viennent des nationalistes flamands quelles que soient leurs obédiences.
    • u'tz
      mai 06, 02:08 Reply
      votre "le belgicain si majoritaire dans ce pays" nie que seul le flamingant est majoritaire dans ce pays...il serait intéressant que vous précisiez vos sources, votre concept de belgicain et les chiffres, merci d'avance
    • Salade
      mai 06, 11:18 Reply
      Evidemment: la naïveté wallonne est sidérante. Ce peuple est dominé par les bourgeois et il aime ça, tant qu'il y aura des carapils et du foot...
      • Salade
        mai 10, 16:53 Reply
        carapils et foot étant également quasi flamands, comme les légumes flandria, (subventionnés par l'europe) A vrai dire la wallonie et bxl sont à la botte. Quid du tourisme? Quid du développement local et des labels (par ex bio)? Quid du prix de l'eau (tiens au fait combien paie la flandre pour l'eau wallonne)? Une taxe sur les résidences secondaires en wallonie rapporterait un max.
        • Salade
          mai 10, 19:16 Reply
          http://www.lesoir.be/1206164/article/demain-terre/biodiversite/2016-05-10/moule-renard-ou-faucon-pour-representer-belgique-sondage ce serait plutôt autruche un exemple (parmi des milliers): http://www.lesoir.be/1206506/article/actualite/belgique/2016-05-10/attentats-bruxelles-bolle-fustige-conditions-imposees-aux-enqueteurs
  9. bdamienBenjamin
    mai 06, 10:02 Reply
    Ah, le Marcel nous sort ses sempiternels "reponsables", tout en protégeant ses amis du PS, qui est le premier responsable de la déliquescence, avec son comportement mafieux, clientéliste, populiste et sa culture de la médiocrité et sa haine du travail et du mérite. Comme tu dis Marcel, pour traiter le mal il faut faire un bon diagnostic. Et donc bien cible la cause (les gauchosmafieux du PS) et pas les conséquences (la NVA).
    • marcel
      mai 08, 10:49 Reply
      Relire le paragraphe sur la démission des ministres dans cet article <a href="http://blog.marcelsel.com/2016/03/26/terrorisme-la-belgique-est-dans-la-boue-les-belges-apatrides/" rel="nofollow"></a>
  10. u'tz
    mai 06, 13:57 Reply
    pas d'accord avec vous sur l'article de 4mer qui mélange quelques symptômes assez justement "dénoncés" (mais pourquoi pas molenbeek et la jonction nord-midi tant qu'il y est)... si vous trouvez que c'est du déni de dire que tout ça n'est pas la faute à la forme de l’État belge, non pas d'acc.... c'est basher la belgique de dire ça, c'est tout autant (pour moi vachement plus) la faute de la dérive de l'idéologie sectaire internationale de dégraissage total des services publics dont ces salauds de collabo FR mr sont les plus vils suppôts dans ce pays (ps et cathos n'étant pas vraiment en reste), les guéguerres entre Entités autonomes n'arrangent pas les angles... mais encore cette fois, vous véhiculez les paradigmes flamingants qui induise la fin de l'Entité appelée/dite "Fédéral" de l’État où ces prédateurs parmi les NL qui prétendent avoir été victimes de ce que seuls allah et eux savent quoi, sont majoritaires, où ils sont bien entendu au pouvoir et bien sûr ce qui ne va pas... c'est de la faute à eux.... et chiche con revotera pour eux en 2019, car la belgique (et ses Entités et les cons qui vont avec) sera encore là
  11. u'tz
    mai 06, 14:32 Reply
    à propos Marcel si la photo de pierre tombale en schiste vient comme je le pense de st-hubert, sachez qu'en 1835 le luxembourg belge n'était pas encore clairement belge, quoique plus que la neubelgien
    • marcel
      mai 08, 10:38 Reply
      Non, elle vient du Grand-Hornu.
      • u'tz
        mai 09, 22:43 Reply
        la photo ok, mais la pierre ?
  12. Rivière
    mai 06, 22:14 Reply
    De toute façon dire que les Partis socialistes en Europe de l'ouest sont de gauche relève déjà de malhonnêteté intellectuelle flagrante par rapport aux idéaux fondateurs ! Rouge, cela fait longtemps qu'il ne le sont plus ! Je dirais plutôt violet tirant sur le bleu tandis que les soi-disant bleus sont bleus marine tirant sur le brun et les soi-disant bruns sont si noirs qu'un véritable trou noir passe pour une rigolote petite arcade entre 2 cours joyeusement éclairées... Et tous ces gens les souteneurs et les soutenus passent à côté des véritables enjeux : une planète qui part à vaux l'eau car pour les psychopathes narcissiques, le profit immédiat parait toujours plus important que la santé de nos contemporains et la survie à long terme de nos descendants (ou futurs occupants de ce monde déjà ravagé par notre espèce nuisible) !
    • Démocrite
      mai 09, 14:44 Reply
      En effet. D'ailleurs, les termes insignifiants de ''gauche'' ou "droite" ressortent de l'endoctrinement à la fiction fétichiste et de la terminologie simplette réductrice inventée à l'usage des illettrés politiques, dont idéologiques, qui prolifèrent parmi les petits-bourgeois économiquement menacés dont le gémissement sert à occulter l' analphabétisme craintif et la haine réactionnaire de la perspective d'abandonner son si cher capitalisme des petits propriétaires, qui le sous-tend . Quoi d'étonnant donc à sa capacité à gober volontairement tout discours hollywoodien nostalgique du bon vieux temps, celui duquel où grand-papa, après les effroyables semeurs de misère de la 1ère GM suivie de la Grande Dépression suivie du nazisme et du fascisme +ordinaire ou non+ et de la 2GM, soudain ce pays, selon la fiction en vigueur, ayant été sauvé des eaux par les USA et non la réalité des méchants soviétiques sacrifiés par millions pour ce, ait en même temps subi un MIRACLE inédit : 75% de petits propriétaires (la meilleure chair du fascisme, classe glorifiée et mise en avant par Franco lui-même, et pour cause, CHUUT) TRES CHAUVINS, le chauvinisme faisant aussi partie du fascisme, de même que la PRIVATISATION. (ils l'ignorent puisque personne ne leur a simplement dit en QUOI cela consiste) De même qu'ils ignorent les FAITS Historiques. En 14, fin et mort des Socialistes partout puisque pour défendre des intérêts de CLASSE, ils ont envoyé à la boucherie des millions de prolétaires, et en 19 le S P D allemand a encore réprimé la révolte des allemands anti-guerre en créant le corps ultra répressif des FREIKORPS tueurs à casques à croix gammées déjà et dont les dirigeants seront bien entendu nazis plus tard, rien que de logique) et partout dans la brave Europe; les socialistes de Laval à De Man ont b i e n entendu appuyé fascisme et nazisme. Blublu au pays des Schtroumphs accros à leur fiction de province très collabo. Quand on est Schtroumphien on est miraculeusement propriétaire, y a que ça qui compte. Que fiscalement la Belgique soit ultra conservatrice - un locataire n'ayant AUCUNE aide -ne pouvqnt déduire de ses revenus le prix du loyer - contrairement au brave petit propriétaire qui LUI peut déduire frais de son crédit hypothécaire sur le compte des plus pauvres que lui et un célibataire payent tout. Normal il n'est pas m a r i é. Ménage et mariage, mamelles du petit-propriétaire réactionnaire obéissant et con-formiste qui ne proteste que si lui se voit menacé. Equité ZERO, Conscience sociale NEANT et réactionnariat INEDIT en Europe MON NOMBRIL, ils l'appellent donc de ''gauche", ça fait joli-gentil, dans la ligne narcissique qui est aussi une des caractéristiques typiques du réac. petit-bourgeois (s'auto-bombarder joli émotif tolérant des gays et autres distractions sociétales envoyées en droite ligne de leurs sauveurs USA qui EUX ouf n'ont p a s puni les nazis; mais les ont gardé en place, pas comme les méchants soviétiques qui EUX les ont punis, on a alors sorti l'autre fiction pour protéger nos petits nazis, on a dit goulag, pas libres, grand méchant loup, pas bien ça le goulag qui veut dire prison pour les nazis petits et grands, pas bien, pas libres nos nazis), outre l'arrogance et la négation des faits.
    • Démocrite
      mai 09, 15:58 Reply
      En effet. D'ailleurs, les termes insignifiants de ''gauche'' ou "droite" ressortent de l'endoctrinement à la fiction fétichiste et de la terminologie simplette réductrice inventée à l'usage des illettrés politiques, dont idéologiques, qui prolifèrent parmi les petits-bourgeois économiquement menacés dont le gémissement sert à occulter l' analphabétisme craintif et la haine réactionnaire de la perspective d'abandonner son si cher capitalisme des petits propriétaires, qui le sous-tend . Quoi d'étonnant donc à sa capacité à gober volontairement tout discours hollywoodien nostalgique du bon vieux temps, celui duquel où grand-papa, après les effroyables semeurs de misère de la 1ère GM suivie de la Grande Dépression suivie du nazisme et du fascisme +ordinaire ou non+ et de la 2GM, soudain ce pays, selon la fiction en vigueur, ayant été sauvé des eaux par les USA et non la réalité des méchants soviétiques sacrifiés par millions pour ce, ait en même temps subi un MIRACLE inédit : 75% de petits propriétaires (la meilleure chair du fascisme, classe glorifiée et mise en avant par Franco lui-même, et pour cause, CHUUT) TRES CHAUVINS, le chauvinisme faisant aussi partie du fascisme, de même que la PRIVATISATION. (ils l'ignorent puisque personne ne leur a simplement dit en QUOI cela consiste) De même qu'ils ignorent les FAITS Historiques. En 14, fin et mort des Socialistes partout puisque pour défendre des intérêts de CLASSE, ils ont envoyé à la boucherie des millions de prolétaires, et en 19 le S P D allemand a encore réprimé la révolte des allemands anti-guerre en créant le corps ultra répressif des FREIKORPS tueurs à casques à croix gammées déjà et dont les dirigeants seront bien entendu nazis plus tard, rien que de logique) et partout dans la brave Europe; les socialistes de Laval à De Man ont b i e n entendu appuyé fascisme et nazisme. Blublu au pays des Schtroumphs accros à leur fiction de province très collabo. Quand on est Schtroumphien on est miraculeusement propriétaire, y a que ça qui compte. Que fiscalement la Belgique soit ultra conservatrice - un locataire n'ayant AUCUNE aide -ne pouvqnt déduire de ses revenus le prix du loyer - contrairement au brave petit propriétaire qui LUI peut déduire frais de son crédit hypothécaire sur le compte des plus pauvres que lui et un célibataire payent tout. Normal il n'est pas m a r i é. Ménage et mariage, mamelles du petit-propriétaire réactionnaire obéissant et con-formiste qui ne proteste que si lui se voit menacé. Equité ZERO, Conscience sociale NEANT et réactionnariat INEDIT en Europe MON NOMBRIL, ils l'appellent donc de ''gauche", ça fait joli-gentil, dans la ligne narcissique qui est aussi une des caractéristiques typiques du réac. petit-bourgeois (s'auto-bombarder joli émotif tolérant des gays et autres distractions sociétales envoyées en droite ligne de leurs sauveurs USA qui EUX ouf n'ont p a s puni les nazis; mais les ont gardé en place, pas comme les méchants soviétiques qui EUX les ont punis, on a alors sorti l'autre fiction pour protéger nos petits nazis, on a dit goulag, pas libres, grand méchant loup, pas bien ça le goulag qui veut dire prison pour les nazis petits et grands, pas bien, pas libres nos nazis), outre l'arrogance et la négation des faits
  13. Krouzi
    mai 07, 15:02 Reply
    Bonjour, Outre le fait de savoir si Quatremer a raison ou non, il serait bon de faire allusion clairement à ce qui énerve bon nombre de Belges francophones : c'est la "suffisance" et le ton quasi "néo-colonial" de ses articles. Jouer la provoc', ça peut être bien mais à long terme, c'est improductif. C'est basique comme notion. Quatremer ne veut pas l'entendre. Il suffit de lire ses réactions sur Twitter, par exemple, pour se rendre compte à quel point il ne supporte aucune discussion, aucun désaccord. "Il a raison", point. Qu'on le veuille ou non : oui, c'est l'image que donnent énormément de Français expatriés chez nous. Il suffit d'en avoir comme collègues pour comprendre à quel point c'est irritant et à quel point les Belges sont pourtant d'une patience angélique. Beaucoup de Français ont un mal monstrueux à reconnaître les lacunes de leur propre pays mais adorent se moquer des "autres" et donc, bêtement, ça nous énerve. Ca non plus, il ne veut pas en entendre parler. Logique, il est tellement dans "son" monde... Que ce soit dans un couple, au boulot, en politique ou ailleurs, la critique est permise mais tout est une question de TON ! Basique aussi pourtant, non ? Et là que fait aussi Quatremer si on ose le lui reprocher ? Se positionner en victime, devenir grossier sur Twitter et j'en passe. Quant à la Libre, étonnant qu'elle soit plus "cool" avec Quatremer ? La Libre publie intégralement certains articles de Libération, non ? Bref, ok pour se remettre en question mais soyons honnêtes, Mr Sel... Demandez à un Québécois ou un Suisse francophone ce qu'il pense globalement du comportement des Français chez eux. Je vous donne déjà la réponse ? Bien à vous.
    • marcel
      mai 08, 10:40 Reply
      Prier un journaliste d'adopter un ton particulier parce qu'il est français, vous êtes sérieux ? Ses articles sur la France (et notamment sur le Belgian-Bashing) sont tout aussi cinglants. Mais il devrait changer de ton envers les Belges si formidables ?
      • Didier
        mai 09, 14:13 Reply
        Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris le sens de ce post. Il y est question de la condescendence qu'ont les Français (du moins, beaucoup d'entre eux) envers les autres pays, singulièrement quand ceux-ci sont plus petit que la France. La carte blanche de Quatremer (j'avais pourtant apprécié "Bruxelles pas belle") comporte ainsi son lot d'inexactitude et d'approximation. ce qui tue un peu le propos général. Mais surtout, jamais il ne tirerait de telles conclusions pour des faits similaires en France. Là est le coeur du problème de sa prose! Car tout ce qu'on peut reprocher à la Belgique, on le peut aussi envers la France si l'on veut bien analyser les choses sereinement. Le radicalisme, les scandales politiques à n'en plus finir, les banlieues abandonnées, la lasagne institutionnelle, le nationalisme, etc ... en cela que fait de mieux la France ?. Par contre nous pouvons affirmer que la guerre des polices, les jungles de Calais & co, les bidonvilles de Rom, les vendettas perpétuelles de Marseille,... tout cela est sans commune mesure avec notre vécu. Or que tire-t-il comme conclusion ? La Belgique est un "failed state", mais surtout pas la France.
  14. astérix
    mai 07, 19:04 Reply
    Je suis globalement d'accord avec cet article. Dommage que celui ci se focalise trop sur le gouvernement actuel et sur la NVA. Un exemple: " de ne plus parler du financement et du management malingre de la sûreté ou de la police fédérale, deux services qui relèvent de ministres N-VA" Je trouve osé de faire du gouvernement actuel le seul coupable de ce sous financement. Je rappelle quand même que depuis Verviers, le gouvernement actuel a augmenté les moyens et les budgets des services en charge de la lutte anti terroriste. Si les services de sécurité sont sous financés aujourd'hui, c'est de la faute des différents gouvernements successifs qui ont sans cesse diminué le budget des services de sécurité (car électoralement, couper dans ses budgets, ce n'est pas très nocif). Or, cet article donne l'impression que les ministres NVA du gouvernement actuel sont seuls responsables de cette situation. le problème principal de la Belgique c'est qu'il existe deux sortes d'entités fédérés (Régions et Communautés) alors que dans tous les autres états fédéraux au monde, il en existe juste une sorte (Etats aux USA, cantons en Suisse, Landers en Allemagne,...). Or, le fait qu'il y a deux sortes d'entités fédérés complexifie tout. C'est ce qui explique pourquoi notre système est si complexe et cela nuit grandement à l'efficacité des politiques publiques. Je rappelle quand même que si ce sont les flamands qui ont poussé pour créer les communautés, ce sont les wallons qui ont voulu créer les Régions. Il serait temps de passer à une Belgique à 4 régions. (et on supprimerait les communautés). La culture de compromis a des avantages mais cela a conduit à la situation que l'on connait actuellement. On défédéralise les compétences non pas en suivant le principe de subsidiarité et d'efficacité mais en pratiquant un marchandage purement polticien. Cela conduit à tout complexifier et à avoir des situations de non sens où certaines compétences défédéralisées seraient bcp plus efficaces s'ils étaient tjs fédérales. Il faut faire une grande remise à plat des compétences quitte à refédéraliser certaines compétences (je pense notamment à la compétence des relations internationales qui devrait être aux mains de l'état fédéral). Quand à votre remarque sur l'Ukraine, elle est absurde. Praviy Sektor a fait 0,2 % aux dernières élections parlementaires ukrainiens. Ce parti n'est pas au Parlement ukrainien. Il est totalement marginal. L'actuel premier ministre ukrainien est ouvertement juif. Alors, il est ridicule d'accuser le gouvernement ukrainien d'être néo nazi. Oké, il y a de graves problèmes dans nos services de renseignement mais il y a aussi pas mal de problèmes dans les services de renseignement francais. Les Francais tentent de nous faire passer pour les seuls responsables (et je ne nie pas que l'on a une part de responsabilité) en omettant leur problème responsabilité.
    • marcel
      mai 08, 10:44 Reply
      J'ai dans un article précédent prié l'ensemble des anciens ministres de la Justice et de l'Intérieur de démissionner de tous leurs mandats. Ici, je pars du principe que cibler Bruxelles ou Molenbeek pour détourner le regard de ses propres errements était inacceptable, raison pour laquelle je parle de la N-VA.
      • u'tz
        mai 09, 22:47 Reply
        "Les Francais tentent de nous faire passer pour les seuls responsables (et je ne nie pas que l'on a une part de responsabilité) en omettant leur problème responsabilité." bon ben, vu que nous on a plus jamais coloniser les arabes depuis gode froid de mouillon...
  15. Capucine
    mai 08, 09:34 Reply
    Cet article fait du bien et avoir le regard d'un journaliste clairvoyant devrait nous faire réfléchir afin d'aider à la reconstruction de l'image ,de l'âme et de la multiculture appréciée de la Belgique. Cet article m'a fait venir les larmes et me rappelle un triste moment passé dans un hôpital bruxellois lors d'une médiation pour une négligence médicale,je ne demandais que la vérité ,l'aide pour mon père devenu handicapé ,un pardon... Je n'aurai obtenu que des ennuis supplémentaires ,lHomme qui a failli et qui a des pouvoirs ne dit jamais pardon! J'ai regardé les films sur Hithler et ses comparses cruels et fous,ce n'est pas pour rien qu on nous repasse ce passé guerrier et xénophobe,une petite piqûre de rappel ne peut que nous faire réfléchir comment la bête immonde peut anéantir la paix dans le monde. En écrivant ,mes yeux se sont à nouveau embués en pensant aux enfants et petits enfants en ce magnifique jour de la fete des mamans .❤️?? Bon dimanche .
  16. paul
    mai 08, 17:49 Reply
    Je trouve que votre analyse est légèrement tronquée Je vous signale que nous sommes actuellement sous le traiter de Lisbonne qui a été votez par les 28 Le résultat est le transfert de 90% à 95% des compétences nationales vers la commission européenne( qui est gardienne des traités). La commission est au-dessus des parlements .Je vous invite à lire le traité qui a valeur de programme politique . actuellement les gouvernements ne gouvernent pas et reçoivent en réalité les ordres de la commission dans le cadre du traité sur la reforme du chômage du contrat travaille etc. Les 28 reçoivent des recommandations( en langage européen obligation sous peine de sanction financière). actuellement nous sommes dans l'absurde et dans le mensonge puisque le gouvernement ne fait que appliqué les ordres de la commission , les ministres ne possèdent plus le pouvoir Je me base sur la légalité et le droit Actuellement on fait croire que le gouvernement décide souverainement des lois économiques ou social comme si la Belgique était autonome comme si le traité n’existait pas Le gouvernement soit de gauche ou de droite ne change rien ,la seule chose qui change est le style ou la communication. L'analyse que vous faites pour la Belgique on peut le dire de l'ensemble des 28 Vous avez une dégradation de l'ensemble des 28. Dans le traité il a un article qui oblige la reforme du travail d'ou le projet de la loi de reforme du travail en France et en Belgique ou les reformes des avantages sociales ,je pourrais continuer vous avez la privatisation des soins de santés dans un article du traité L’Europe est devenue un problème démocratique si vous votez pour des hommes politiques qui sont devenu des marionnettes on vide de sens le vote Si la commission non élu gouverne,il y un problème L’Europe et le traité nous mène a la catastrophe économique et social on ne géré pas une démocratie par un traité Vous avez le projet des euro régions qui pousse les régions a l'autonomie et a indépendance et qui coupe la Belgique en deux. si on est europeiste ont est pour la fin de la Belgique
    • marcel
      mai 09, 07:08 Reply
      Il est faux de dire que la CE a 90% à 95% des pouvoirs. Ne me parlez pas de traité de Lisbonne si vous ne comprenez pas le principe de subsidiarité.
      • Didier
        mai 09, 13:34 Reply
        Le populisme de gauche n'a rien à envier à celui de droite. Juste un constat.
      • paul
        mai 09, 23:15 Reply
        Vous dites que c'est faux .vous ne développez pas ,c'est faux point avec ça on va loin d'abord ne faites pas une fixette sur le pourcentage mais je maintiens que la politique intérieur nationale a été transférer vers l'eu C'est pas moi qui le dit, vous avez les experts, les fonctionnaires européens,hommes politique dans divers interviews sur la base du traite et de la pratique actuelle en vigueur. Meme les commissaires européens le disent dans divers interview Vous avez une vidéo amusante ou Viviane Reding commissaire européen invitée par l’assemblée nationales française qui explique que l’Europe décide maintenant devant les députes bouche bée sidérer. Elle dit la politique intérieur de la France n'est plus décidé par la France mais par l'europe aucun député français ne contestera les propos de Mme Reding. Je vous signale le traité de Lisbonne n'est pas un bout de chiffon ,le traité représente 30 ans de négociation et de compromis. .
        • marcel
          mai 10, 18:22 Reply
          C'est faux et je n'avais pas le temps de chercher le pourcentage exact (déjà qu'un tel chiffre est assez subjectif à définir.) Mais si on compte les transpositions de directives européennes dans le droit français, on est à 20% en général, et un peu plus de 30% pour l'agriculture. Ça doit être assez similaire en Belgique. <a href="http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/21/quelle-est-l-influence-de-l-ue-sur-la-loi-francaise_4422034_4355770.html" rel="nofollow">http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/21/quelle-est-l-influence-de-l-ue-sur-la-loi-francaise_4422034_4355770.html</a>
          • paul
            mai 11, 19:23
            Je vous remercie pour votre réponse. Je ne suis absolument pas d'accord avec vous. 1-L'eu possède une compétence dite "exclusive"(c'est -a-dire que les états n'ont plus mot a dire et obligés d'obéir) sur -l'union douanière et la politique commercial commune(donc sur les questions cruciales concernant la protection douanière et les délocalisations) -L’établissement des règles de concurrence nécessaire au du marché intérieur(donc sur la mise en concurrence,la privatisation et le démantèlement des services publiques les privatisation de la poste par expl est décidé par l'eu) -La politique monétaire pour les états dont la monnaies est l'euro(donc sur le taux d’intérêt et les grandes orientations de politique économique d'ou découlent la croissance,le niveau de vie, l'emploi et le chômage) -Conversation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche(donc le revenu des pêcheurs) Donc une compétence exclusive quoique vous puissiez votez l'etat Belge n'a rien a dire. 2-L'eu possède une compétence dite"partagées"(euphémisme qui signifie en réalité que les états n'ont plus leur mot a dire sauf sur les sujets accessoires et si l'union le leur demande,ce q'elle fait rarement) sur: -Le marché intérieur -la politique sociale,pour de tès nombreux aspects -la cohésion économique,social et territoriale -l'agriculture -l’environnement -la protection des consommateurs -les transports -les réseaux transeuropéens -l'energie -les questions de liberté publique -les questions de sécurité -la justice -l'immigration -les enjeux communs de sécurité en santé publique Ils'agit de presque tout que ce soit la politique vis à vis: -l'immigration -des ogm -des vaccination massives -de la privatisation de l'eau -de la précarisation de l'emploi --des fusion-acquisitions entre entreprises -de la préservation de l’environnement -des mandats d’arrêts internationaux -des fonds structures régionaux ect--,ect tout est très largement décidé par l'eu Les élus Belge n'ont,dans le meilleures des cas, qu'une faible marge de manœuvre. J’arrête ici nous sommes bien loin de vos 30 % ma source site officiel de l'eu merci de m'avoir lu
          • marcel
            mai 12, 14:27
            Vous oubliez que les décisions se prennent aussi par les gouvernements… européens (même si l'unanimité n'est plus requise, il est rare de ne pas voir un consentement explicite de la Belgique sur les décisions européennes).
    • u'tz
      mai 09, 22:55 Reply
      "Le résultat est le transfert de 90% à 95% des compétences nationales vers la commission européenne" vos pourcentages c'est quoi ? une "directive" doit être appliquée... dans les lois, décrets ou ordonances (en version belgo-polyentitaire) vous avez pas bien compris votre chance d'être européen et pas africain mon cher paul
  17. Démocrite
    mai 09, 15:05 Reply
    De toute façon, les POLITIQUES NATIONAUX sont ceux qui 1.Ont demandé un nouveau Traité dit Lisbonne 2.Ont négocié INTERGOUVERNEMENTALEMENT eh oui l'UE étant ADMINISTRATION juridique sans plus COMMANDEE par les gouv. NATIONAUX 3.Ont APPROUVE tout 4.Ont RATIFIE tout L'UE n'est PAS internationale mais MULTILTERALE Ce sont les NATIONAUX qui ont TOUJOURS la décision, le RESTE est écran de fumée de démagogues utilisant le paravent; en bons abuseurs et amuseurs de gogos à débats de grands slogans servis par gourous du spectacle politico-médiatique, "c'est l'UE". L'UE c'est EUX Et pendant ce temps, ainsi les gens parlent ni de l'OTAN ni de l'OCDE ni de l'ONU ni surtout PAS de l'OMC.SILENCE localisme dans les têtes alors qu'organisations MACRO économiques gérant intérêts capitalistes dit de "marché." Magnifique opération écran de fumée, qui marche du tonnerre, en plus (venez vomir par ici, c'est la faute à l'UE, pas à nous ni à l'OTAN ni l'OCDE ni l'OMC avec lesquels TOUT se passe et nous disons toujours oui car sinon...).
  18. Lachmoneky
    mai 11, 11:55 Reply
    En effet. Si, par exemple, le TTIP lie chaque ETAT (et pas la CE ! ), et permet à n'importe quelle multinationale d'attaquer un Etat pour défendre SES intérêts commerciaux, cet ETAT risque de devoir se référer aus directives de la CE, et donc indirectement, chaque Etat ET toute la CE devient le "jouet" des intérêts économiques d'une entreprise. Ou une vision pure et dure du capitalisme, où les États... et l'Europe ne sont plus que des républiques bananières. Peu importe donc que les lois soient dirigées à 10, 20 ou 90% par l'Europe: CHAQUE ETAT devient une cible potentielle d' "obstruction" au "libre commerce" (de n'importe quoi). J'ai une idée stupide et soudaine: FN ( Herstal... ou USA) pourrait attaquer les législations qui limitent le commerce des armes, leur survie étant mise en jeu: il faudra donc les rendre disponibles en distributeurs automatiques, supermarchés ou autres,... comme c'est le cas dans certains pays ~~~~~~~~~~
  19. Salade
    mai 13, 11:23 Reply
    de la déglingue de la SNCB: http://www.lalibre.be/actu/belgique/bruxelles-78-voyageurs-bloques-dans-un-train-jusqu-a-3h-du-matin-57358ab435702a22d75194db petite étude sur les derniers trains le soir au départ de bruxelles EN SEMAINE? vers Namur par exemple, si vous ne pouvez arriver avant 22h35 à bruxelles-midi vus arriverez au plus tôt à...6h55 à Namur!! Pratique non?
  20. Hécate Mélanippe
    juin 01, 11:12 Reply
    J'ai fait le thème astral de la Belgique en prenant la date de la représentation de "La muette de Portici". Très décevant. Le Noeud Nord est en vierge et en maison 6. Ce qui sauve la Belgique du chaos (Vierge opposée au signe du poisson: le chaos primordial et utérin), c'est son pragmatisme. Cela manque vraiment de verticalité. Bon, je vais essayer avec Ambiorix.
  21. Hécate Mélanippe
    juin 01, 12:02 Reply
    Il serait très intéressant de revenir sur le mythe de la Muette de Portici; Fenella souffre d'une amnésie hystérique du fait de la perte de sa virginité. Son frère Masanellio venge sa soeur et par la même occasion prend le pouvoir en armant la rébellion contre Alphonse qui a séduit et abandonné sa soeur, tout cela sur fond d'éruption du Vésuve (belle allégorie d'un orgasme). Nous connaissons la suite: Masanellio épargne Alphonse (pourquoi? séduit?..) et Fenella finit par se suicider en se précipitant dans le Vésuve. Pour ceux que le sujet intéresse, lire: En musique dans le texte: le mélodrame de Rousseau à Schoenberg Par Jacqueline Waeber. Freud n'était pas encore né... Je vous laisse imaginer Fenella sur le divan...
  22. Hécate Mélanippe
    juin 01, 12:10 Reply
    Je tape 18 mai 1833 (lu à l'arrière de l'emblème de mort) et je trouve: Les Enfants d'Édouard, créée au Théâtre-Français le 18 mai 1833 et portée en triomphe ...
  23. Hécate Mélanippe
    juin 01, 13:38 Reply
    Si la Belgique a pu tenir bon durant la longue vacance de gouvernement, c'est grâce à ses vertus pragmatiques. Mais actuellement, cette "philosophie" n'est plus efficace. L'accrochage au "factuel" n'est plus opérant quand tout s'écroule la dépression qui est ne l'oublions-pas, une grande opportunité). Il faut alors analyser les causes de tout ce qui a été occulté le Chagrin de Belges et toutes ses épreuves) et se reconstruire sur des bases plus solides. Celles qui ont toujours existé (relire Platon et Freud).
  24. Hécate Mélanippe
    juin 01, 15:27 Reply
    Attention à la vengeance de Fenella. Fenella, c'est le petit peuple, les fonctionnaires le signe de la Vierge plus souvent folle que sage). Actuellment, Jupiter se trouve au noeud Nord (comme par hasard: en vierge). Et saturne dans le signe du sagittaire (Michel et BDW). Saturne: la castration. Vous avez, je le pense, suivi mon raisonnement. :-).
  25. Hécate Mélanippe
    juin 01, 18:08 Reply
    http://www.astrotheme.fr/theme_astral_et_carte_du_ciel.php. Pour ceux qui seraient intéressés. Les astrologues comprendront vite pourquoi la Belgique est au coeur de la tourmente. Heureusement, le caractère terre à terre de la Vierge est compensé par une belle lune noire en scorpion, artistique. Si vous doutez. Vérifiez mes dires par vous-même. Non, ce ne sont pas mes projections personnelles. Sacrée personnalité ces belges. Ne vous fiez surtout pas à leur apparence "gentille".;
    • marcel
      juin 02, 08:17 Reply
      Vous devriez faire un blog astrologique. Là, on s'éloigne un peu du sujet, non ?
  26. Hécate Mélanippe
    juin 02, 11:30 Reply
    Je vous ai pourtant écrit que j'étais nulle en informatique. Il s'agit d'une approche parmi tant d'autres. J'ai juste entreouvert une lucarne d'approche sans développer.
  27. Hécate Mélanippe
    juin 02, 11:42 Reply
    C'est très dur, quand on a choisi d'aider les autres, d'entendre chaque jour des personnes dirent, la situation est CATASTROPHIQUE. et de rester impuissant et se refermer dans son monde.
  28. Hécate Mélanippe
    juin 02, 12:23 Reply
    Pour moi le problème n'est pas dû aux nationalistes flamand m'est est bien antérieur. Le déclin a commencé dans les années quatre-vingt cinq et le tournant ultra-libéral dans lequel le monde politique et journalistique s'est engouffré. Jean Quatremer en est un bon exemple. Facile de s'en prendre aux nationalistes flamands. Le terrain était tout préparé.
  29. Hécate Mélanippe
    juin 02, 14:02 Reply
    Vous savez Marcel, personne ne peut dire qui vous lit. Mais j'ai très souvent parsemé ma route de petit cailloux et cela a donné des résultats tout à fait inattendus. Il ne faut pas désespérer de l'être humain, dans certaines circonstances, des trésors enfouis peuvent remonter à la surface. Je vous remercie malgré nos divergences de m'avoir accueillie.
  30. Hécate Mélanippe
    juin 02, 14:04 Reply
    Les personnes ont bien plus besoin d'être ré-enchantées plutôt qu'écrasées par la polémique, souvent stérile.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.