La Belgique « arrête » la Ligue des Droits de l’Homme. Quand l’hystérie a raison des idées.

Capture d’écran 2016-04-10 à 22.56.43

Alexis Deswaef face au commissaire Vandersmissen. Source @RTL-TVI

Ça a fini par un « dérapage ». C’était ce midi dans C’est pas tous les jours Dimanche sur RTL-TVI (vidéo ci-dessous). L’un des chroniqueurs maison, Alain Raviart, excédé d’être interrompu constamment par sa consœur Emmanuelle Praet, qui défendait bec et ongles l’arrestation d’Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l’Homme, a fini par lui sortir « Défends tes amis nazis ». Dérapage…

Ou plutôt, point d’orgue de l’hystérie collective qui s’est emparée de notre pays. L’émission en était le reflet, entre un Luckas Vander Taelen (Groen) qui tenait à brandir que « La Flandre a sali Bruxelles » était raciste (le même jour, Bart De Wever relançait une nouvelle attaque sur Bruxelles sans que ça ne dérange Luckas…), et une Emmanuelle Praet plus remontée que jamais, brandissant le bon droit policier contre ce Deswaef décidément provocateur. 

Et puis, un courant d’air frais : Michel Henrion disant très posément qu’on n’a pourtant pas à se demander s’il est normal qu’Alexis Deswaef — autrement dit la Ligue des Droits de l’Homme, représentante belge de la FIDH (créée en 1922, soit dit en passant) —  se trouve à la Bourse, même si toute manifestation y était interdite.

Un commissaire de police n’a pas à se demander de quel bord est le président de la Ligue des Droits de l’Homme.


Car l’interdire de présence à cet endroit à ce moment, c’est considérer que la ligue qui défend les droits de l’Homme en Belgique est partiale, ou que sa présence sur un lieu sensible est une manifestation ou une provocation. Un policier n’a pas à s’interroger sur les tendances politiques de celui qu’il a clairement identifié comme étant le président d’une institution chargée de diagnostiquer notre démocratie. Ni sur les intentions qui prévalent à sa présence.

À moins, bien sûr, que la Belgique de Charles Michel, ou la Bruxelles d’Yvan Mayeur, ne considère que la FIDH ou Amnesty International sont des organisations subversives, mais dans ce cas, nous nous retrouvons au même niveau démocratique que la Turquie d’Erdogan ou la Russie de Vladimir Poutine.

L’arrestation a été filmée. Elle fut précédée d’une sorte de vaudeville digne du mariage de Mademoiselle Beulemans entre le président de la Ligue des Droits de l’Homme et le commissaire Vandersmissen. Deux emmerdeurs.

Le premier est la cible d’une droite qui ne supporte plus qu’on pense autrement que très à droite, très conservateur, et met, pour cela, entre parenthèses une partie de ses principes libéraux fondamentaux.

Le commissaire Vandersmissen, cible favorite des agitateurs congénitaux.

Le second est la cible préférée de gauchos garantis d’origine, manifestants professionnels et autres agitateurs congénitaux qui placent l’action avant la raison, quitte à ne rien obtenir et à régresser plutôt que progresser, et n’hésitent pas à provoquer « la bête » pour avoir une belle vidéo antipolicière à monter en épingle et en réseau ensuite. Peu subtil ou trop généreux (au choix), le commissaire leur offre régulièrement des petites victoires propagandistes.

Dimanche, de même. Mais le problème, c’est qu’il n’a pas arrêté un agité du PTB, un skin d’ultragauche insultant, irritant, voire violent, ni même un meneur qui appelait des gens à se rassembler. Mais bien le président d’une Ligue nécessaire — de plus en plus dans une Belgique aux valeurs déliquescentes. En fait, son arrestation n’en est que la superbe démonstration.

Bossemans et Copenolle en live à la Bourse.

Les deux emmerdeurs se connaissent. Alexis Deswaef lui-même a défendu des Congolais qui auraient été la cible du « racisme » de Vandersmissen, en vain : le tribunal n’a vu d’insultes que dans le chef des… Congolais, dans une vidéo brandie comme preuve par Deswaef. Un coup dans l’eau.

Leur échange de dimanche dernier dissimule donc certainement des rancœurs accumulées. Ceci explique probablement le déroulement doublement tragediante-comediante de l’arrestation : le commissaire exige la carte d’identité d’Alexis Deswaef, en l’appelant… par son nom ! Ce faisant, il montre qu’il connaît parfaitement l’identité du président de la LDH. La demande de carte d’identité est donc inutile et inutilement vexatoire et n’a d’autre objet que de provoquer l’intéressé qui, évidemment, refuse. Son identité est connue, on sait ce qu’il représente. Il a sa place à cet endroit en tant qu’observateur même si tout rassemblement est interdit et c’eût été tout à l’honneur de la police d’accepter sa présence de bonne grâce et de montrer qu’elle pouvait interpeler les citoyens qui violaient l’interdiction de se rassembler et de manifester sans violence inutile.

Certains se plaignent que Deswaef ne fait alors aucun effort pour calmer le jeu. Et il est vrai qu’il lui suffit de faire remarquer au commissaire qu’il connaît parfaitement son identité et sa qualité, et d’ajouter qu’il est là à titre d’observateur. Ce qu’il ne fait pas : il se présente au contraire comme un citoyen lambda, ce qu’il n’est pas.

Mais ça ne justifie pas la suite. Parce que quoi que dise Deswaef, Vandersmissen sait qu’il n’est pas un citoyen lambda. Il l’arrête néanmoins. Le fait de le cibler pour ce qu’il est et ce qu’il représente est dès lors un précédent inquiétant. Le rôle de Deswaef est notamment de tester la résistance des droits dans des situations de crise. Or, nous n’y sommes même pas au moment où on l’interpelle : il y a un mini rassemblement sur la place de la Bourse, quelques jeunes jouent de la guitare, rien ne permet de percevoir une menace. Lui-même n’en est pas une. Sauf pour ceux qui pensent que les Droits de l’Homme sont un problème. Vous en êtes ?

Pendant qu’on arrête le président de la Ligue des Droits de l’Homme, l’extrême droite manifeste peinard à Dilbeek et sous l’atomium.

Pendant ce temps, juste de l’autre côté de la frontière linguistique, une trentaine de manifestants d’extrême droite se baladent derrière une banderole, sans que les condés flamands n’arrêtent qui que ce soit. Ils se sont aussi promenés tranquillou à l’Atomium qui se trouve aussi sur le territoire de Bruxelles-ville. Sans problème.

Une semaine plus tôt, les individus qui avaient fait des saluts nazis — interdits en Belgique — n’avaient pas été arrêtés non plus — à quelques exceptions près. Ils étaient pourtant mille fois plus menaçants, avaient, avant d’arriver sur la place, déjà fait preuve de violence, dans un magasin notamment. Ils ont frappé plusieurs personnes venues se recueillir en mémoire des victimes des attentats du 22 mars. Une honte, à tous points de vue, qui marquera pour longtemps l’image déjà terriblement écornée de la Belgique. La police les avait gentiment accompagnés et raccompagnés.

Après avoir donné au monde une image aussi extrême de notre pays déjà si mal vu, la moindre des choses était de rattraper le coup ! L’arrestation du président de la Ligue des Droits de l’Homme belge devant les caméras alors qu’il ne menaçait rien, ne frappait personne, ne faisait rien de répréhensible, était une faute d’autant plus lourde. Or, il était urgent de ne plus en faire.

Le commissaire Vandersmissen n’a pas perçu cette urgence. État dans l’État, la police de Bruxelles n’a pas hésité à écorner encore son image. Il a fallu qu’il marque le coup en arrêtant non seulement Alexis Deswaef mais aussi un journaliste de ZinTV qui ne faisait, lui aussi, que couvrir l’événement.

Une hystérie qui amène une ribambelle d’amalgames et finit en noms d’oiseaux.

Ensuite, l’hystérie s’est emparée des réseaux sociaux. Il fallait être blanc ou noir. Ceux qui aiment Alexis Deswaef parce qu’il s’en est déjà pris régulièrement à Vandersmissen ont hurlé au fascisme, non pas pour défendre les Droits de l’Homme ou son représentant, mais parce que pour eux, le gars est « dans leur camp » et le commissaire dans l’autre, youkaïdi youkaïda et ça suffit à retarder toute réflexion, tralala !

Ceux qui aiment l’ordre, qu’ils voient incarné par le remuant commissaire, ont hurlé que Deswaef avait provoqué et que c’était bien fait qu’il fût arrêté nananère, d’ailleurs, c’est qu’un sale gaucho pan dans les dents. Et il est d’extrême gauche, c’est pire que l’extrême droite et paf sur ton pif.

Après, ne vous étonnez pas que des gens se demandent si certains de ces anti-Deswaef rugissants ne préfèrent pas, quelque part, les nazis hooligans à la Ligue des Droits de l’Homme… On n’a en effet pas vu une telle rage de leur part une semaine avant, contre les fascistes.

Et c’est tragique. Car si la Ligue des Droits de l’Homme ne peut plus être sur les lieux lors d’un événement qui oppose policiers et manifestants, avec les excès potentiels que ça entraîne, alors notre démocratie a du souci à se faire. Et l’idée que les démocrates de droite ne comprennent pas cette équation simple, ou ne veulent plus la comprendre, est très inquiétante. Michel Henrion a bien résumé ce point : si Erdogan avait arrêté le président de la ligue des Droits de l’Homme turque, on aurait unanimement crié au loup (gris). 

Après, l’hystérie a apparemment aussi gagné un syndicat policier, dont un président local a carrément appelé à interdire Alain Raviart d’antenne. Moi, quand la police en arrive à demander une censure, je suis comme qui dirait très mal à l’aise. Du reste, Raviart a bien insulté Emmanuelle, mais pas la police !

Le problème de fond n’a pas pu être traité faute de pouvoir le diagnostiquer.

Outre l’invraisemblable attaque publique d’Yvan Mayeur contre sa propre police, le problème que cette affaire révèle concerne le commissaire Vandersmissen en premier et l’hystérie a empêché qu’on l’évoque. Vandersmissen est responsable de l’image qu’il projette de la police bruxelloise et de la ville de Bruxelles en général. En arrêtant Deswaef pour l’exemple, il a contribué à écorner cette image. Ce n’est pas la première fois qu’il fait preuve d’un excès de zèle qui ne sert personne, ni l’ordre, ni la police, ni l’image de la ville, ni lui-même. Si Vandersmissen pense encore que se faire plaisir en donnant une leçon au président de la LDH est la bonne façon de redorer le blason de son service et de Bruxelles, il n’est pas à sa place. Il ne reste qu’à espérer qu’il ne se contente pas d’écouter les louanges faciles d’une droite dévoyée et qu’il soit au contraire capable de se remettre en question. Et que la prochaine fois, il mettrait son esprit de corps avant le petit plaisir d’arrêter un avocat (Deswaef) contre lequel il a une dent.

Hélas, la police et ses syndicats, tout comme une partie de la droite qui le soutient mordicus, ont largement déplacé ce débat qui fut donc étouffé.

Une question se pose aussi à la Ligue elle-même : Alexis Deswaef défend-il trop ostensiblement « la gauche » face à la police, par pure préférence idéologique, comme certains l’affirment ? Ça ne justifie pas une arrestation, bien évidemment. Mais si c’est le cas, il faut corriger le tir. On attend une Ligue des Droits de l’Homme impartiale, sans préférence partisane. Il en va aussi de sa crédibilité.

Le clash de ce midi sur RTL-TVI, n’est donc que l’image du débat ultrapolarisé qui témoigne d’une dérive conservatrice de nos sociétés. Je me dis — sans preuves bien sûr — qu’il y a vingt ans, Louis Michel aurait protesté contre l’arrestation du président de la Ligue des Droits de l’Homme par la police. Aujourd’hui, des membres de son parti en arrivent au contraire à mettre au même niveau des saluts nazis et un regroupement pacifique un peu bobo. C’est profondément triste, mais surtout profondément interpellant.

La défense radicale d’Emmanuelle Praet tout comme le « dérapage » d’Alain Raviart, eux, ne sont au final que le reflet et l’aboutissement de cette dérive, dans un débat qui est rapidement monté en neige dans une ambiance électrique. Après, il y a eu insulte. Et qui dit insulte, dit excuse. C’est qui fut fait dans l’après-midi.

Previous Europe, ton rêve s'est brisé dans la Mer Égée.
Next Simplifier Bruxelles ? Impossible n’est pas français. Mais c’est belge.

You might also like

54 Comments

  1. Pierre Verhas
    avril 11, 05:46 Reply
    Tout cela est le résultat en premier lieu de l'hypermédiatisation des actes terroristes et de la stratégie de la tension du gouvernement Michel-Jambon. Depuis le 13 novembre et surtout depuis le 22 mars, il n'y a pas un JT, un débat télévisé, une émission à caractère politique sans qu'on parle du terrorisme. Dès lors, il est normal que les clivages s'accentuent. L'incident mineur qui a opposé une Emmanuelle Praet dont on se demande si elle est chroniqueuse ou bien porte-parole de la police de Bruxelles à un Alain Raviart qui a des raisonnements à l'emporte-pièce, était inévitable et on devrait en rester là et passer à l'ordre du jour. Le seul qui est un brin raisonnable dans ce trio est Michel Henrion, mais on lui reproche d'être parfois la voix du seul PS. Tout cela ne fait pas un réel débat. Et les téléspectateurs attendent des informations commentées plutôt que des pugilats médiatiques. Mais, il y a l'audimat, n'est-ce pas ? Depuis le 13 novembre et surtout depuis le 22 mars, on assiste à une sécurisation excessive de la Belgique et particulièrement de Bruxelles, à tel point que les transports publics en sont perturbés, que le tourisme à Bruxelles et le secteur Horeca qui ont une part importante dans l'économie de la Région, sont perturbés. On peut douter de l'efficacité de l'omniprésence de policiers et de militaires dans la ville. On peut aussi se demander si, par ce biais, ne s'installe pas petit à petit un pouvoir autoritaire qui cache son nom jusqu'à présent, mais pour combien de temps ? Quant à l'impartialité que vous défendez, Marcel Sel, elle est impossible surtout devant un gouvernement dont la principale composante est un parti nationaliste qui n'a pu tout à fait se débarrasser des scories du fascisme flamand et d'une branche libérale qui bouleverse le rapport capital travail en faveur du premier. Tant que ce gouvernement pratiquera la stratégie de la tension, il faut s'attendre à des incidents bien plus sérieux que les états d'âmes de deux chroniqueurs quelque peu énervés.
  2. Tournaisien
    avril 11, 08:22 Reply
    Pierre Vandersmissen n'en est pas à son coup d'essai ; c'est une branche pourrie de cette police belge dont tous savent qu'elle a absorbé depuis plus de cinquante ans des éléments aux parentés troubles, aux inclinations inavouables. En définitive, on en revient toujours à la même question : qu'est-ce qui motive les gens à rejoindre les rangs de la police ? Question identique à celle qui consisterait à se demander "qu'est-ce qui motive à rentrer en politique ?" ou encore "pourquoi y a-t-il tant de pédophiles dans l'Eglise ?". Ces trois corporations, ou institutions, exercent qu'on le veuille ou non un pouvoir polarisant, un effet d'aimantation, un peu comme un aimant qui attire la limaille de fer. La police (je vais être "à l'emporte-pièce"), c'est un peu comme de la limaille de fachos, du moins de fachos potentiels. Le problème se pose quand certains corps sont majoritairement contaminés ; ces corps deviennent alors des états dans l'état, échappant à tout contrôle du politique, et à fortiori d'instances indépendantes telle que la LDH. En Belgique, Vandersmissen est en quelque sorte le parangon de ces fachos à képis qui déjà, rappelez-vous, faisaient parler d'eux aux belles d'heure d'un certain "vieux crocodile" qui s'appelait Paul Vanden Boynants. Rien de nouveau sous le soleil en somme ; la Belgique reste étonnamment fidèle à elle-même. L'épisode que vous venez de relater, Marcel, me rappelle étrangement les années de mon adolescence quand toute une jeunesse était liguée contre ledit VDB, figure emblématique du conservateur réactionnaire, autoritaire et margoulin, sorte de Rastapopoulos de la politique belge, avec bien d'autres sbires à l'époque (que l'on se rappelle du baron de Bonvoisin, de Jean-Pierre Grafé et autres ténors du tristement célèbre à l'époque CEPIC : http://www.resistances.be/tueurs2.html).
    • Pfff
      avril 11, 16:27 Reply
      "Son identité est connue, on sait ce qu’il représente." Très cher Tourn', La ligue des droits de l'homme, qui n'a jamais vu qu'une excellente rééducation par le travail dans le Goulag, qui ne s'est jamais repentie de rien. Un demi-siècle de collaboration active avec le plus grand système concentrationnaire de tous les temps. La ligue des droits de l'homme, fayot éperdu des procès de Moscou, aveugle à Kolyma, mais jamais en retard pour éclairer l'humanité sur le chemin de la morale. La Grande Parade, encore, et toujours.
      • Pfff
        avril 19, 13:37 Reply
        Quand je parle de "La Grande Parade", il n'est pas question des zinneke, mais du livre de Revel. Peut-être utile que je précise. "La Grande Parade, ouvrage décapant et livre d'humeur, met en cause l'incapacité du socialisme, en raison de sa haine du progrès, à tirer les leçons de son histoire. Jean-François Revel s'étonne de constater que l'effondrement du régime soviétique sous le poids de ses contradictions internes n'a suscité, au sein de la gauche internationale, aucune réflexion critique sur la validité de la doctrine socialiste. Bien au contraire, les véritables raisons de cet effondrement ont été occultées, tandis que restait taboue la comparaison entre les grandes idéologies totalitaires du XXe siècle – le nazisme et le communisme – malgré l'identité de leurs méthodes, de leurs crimes et de leurs objectifs. L'auteur explique les raisons de cet aveuglement et dénonce le mensonge historique qu'il engendre, cultivé aux seules fins de nier le naufrage des illusions de la théorie au mépris de la vérité des faits. C'est finalement cette tendance totalitaire de toute idéologie qui est critiquée car elle s'oppose à l'aspiration des hommes à la liberté." Allons un peu plus loin : ce mensonge historique permet aujourd'hui à nos kolabobos de pratiquer la culture du déni, du relativisme culturel et historique, et de l'excuse socialisante face à la menace islamiste. Une longue pratique.
    • Pfff
      avril 11, 16:59 Reply
      Open your eyes, cher Tourn' http://arkheia-revue.org/LDH-les-liaisons-dangereuses-de-la.html http://arkheia-revue.org/LDH-les-liaisons-dangereuses-de-la,460.html
      • Tournaisien
        avril 11, 22:50 Reply
        Cher Pfff, admettons ... mais le problème n'est pas pour moi, en l'espèce, dans la LDH. Il est dans les éléments nauséabonds qui contaminent certains des corps de police du royaume. Je réitère que Pierre Vandersmissen n'en est pas à son coup d'essai. D'ailleurs, la disparité de traitement de ces quelques représentants de la LDH, quelles que soient leurs crispations idéologiques, et des hooligans qui, il y a une semaine, ont sali le deuil des familles des victimes est en soi très symptomatique.
    • Pfff
      avril 11, 17:43 Reply
      Et, sans surprise, aujourd'hui, la LDH roule pour ... Tariq Ramadan. "Progressivement désertée par les musulmans modérés et laïcs – Soheib Bencheikh et Leïla Babès notamment – et malgré le désaveu de la présidente de la Ligue de l’enseignement, Jacqueline Costa-Lascoux, chercheuse au Cevipof et éminente spécialiste des questions musulmanes, la commission a été prise en main par la LDH, soutenue par le Monde diplomatique. Elle a contribué à légitimer Tariq Ramadan parti à l’assaut des plateaux de télévision, des colloques et des conférences internationales pour défendre sa conception rétrograde de l’islam. Ainsi lorsqu’il publie, en octobre 2003, un texte désignant comme juifs quelques grands intellectuels français, la commission « islam et laïcité » prend ardemment sa défense."
      • Yves
        avril 18, 08:54 Reply
        Il n'a pas désigné comme juifs quelques grands (sic) intellectuels français, il a souligné leur silence lorsqu'il est question de violation des droits de l'homme par l'Etat d'Israël. Classiquement, le débat a été évité en accusant Ramadan d'antisémitisme, ce qui reste à prouver. Entre Ramadan et BHL, on n'est heureusement pas obligé de choisir son camp.
      • Pfff
        avril 19, 13:41 Reply
        Mais bien sûr, et quand Tariq Ramadan a rencontré Ben Laden et Ayman al-Zawahiri lors du sommet "Islamintern" organisé par Hassan al-Tourabi, ils ont causé point-de-croix.
  3. Didier
    avril 11, 08:42 Reply
    D'abord, une réflexion : quand on aime regarder RTL, faut pas s'étonner d'apparaître peu crédible. Ensuite, un constat : les débats politiques televisés à la belge sont une prime au populisme de droite, de gauche ou du centre. Il n'y a plus que le show (pour les participants) et l'audimat (pour la chaine) qui comptent. Tout cela au détriment des idées et de l'intelligence. Celui qui s'en satisfait en est complice.
  4. Lilly
    avril 11, 08:46 Reply
    Merci pour ce texte! Surtout pour ce passage! "Mais si c’est le cas, il faut corriger le tir. On attend une Ligue des Droits de l’Homme impartiale, sans préférence partisane. Il en va aussi de sa crédibilité." Juste par souci de perfection, Bruxelles-Ville désigne le pentagone uniquement, Ville de Bruxelles l'ensemble du territoire (ce qui fait que l'atomium n'est pas sur le territoire de Bruxelles-Ville) (le détail dont on se fiche ;) )
    • marcel
      avril 11, 12:14 Reply
      Merci pour la remarque. Je note qu'il y a d'autres usages (Pentagone ou Centre-ville) mais en effet, il s'agit officiellement de la ville de Bruxelles et non de Bruxelles-ville si je m'en tiens à la Constitution.
  5. Renal de Waterloo
    avril 11, 08:49 Reply
    Ce sont deux visions de société qui s'affrontent au-delà du cas du président de la LDH... La LDH et autres associations subventionnées sont les censeurs de l'époque: ils distribuent bons et mauvais points, toujours dans un seul sens, et sont bien en cours dans le nanocosme mediatico-politique. Rois des trente dernières années, la réalité de la société qu'ils ont mise en place et défendue les rattrape de plein fouet. Ne pas vouloir voir ou accepter qu'une frange importante de la population (la majorité selon moi, mais ca peut être discuté) ne se reconnait pas ou peu dans cette vision de la société (multi-culturalisme, européisme, capitalisme mondialisé,...) nous expose a des troubles importants. Et c'est justement dans ce genre de vide que s'engouffre l'extrême-droite... Si on veut éviter ce genre de partis ou groupuscules de proliférer, il est plus que temps de remettre a plat certains dogmes. Le "débat" d'hier montre une fois de plus que le camp du bien ne supporte pas la contradiction: ils ont raison, les autres ont tort même si le réel leur démontre chaque jour l'inverse (ce sketch avec le commissaire n'est qu'un prétexte). Et pourtant, en Wallonie et a Bruxelles, les contradicteurs sont très faibles (intellectuellement, elle fait de la peine la chroniqueuse RTL quand on compare a ce qu'on peut voir en France, c-a-d des Zemmour, Rioufol, Finkielkraut, Tillinac, Polony, De Kerdrel, Consigny, ...)... Dommage d'ailleurs pour Deborsu, qui tient plutôt la route dans son rôle de maitre de cérémonie, d'avoir un panel de chroniqueurs aussi faibles. A part peut-être C. Giltay qui fait preuve, au travers de certaines fulgurances, d'une culture rarissime a la télévision "belge", les autres font zapper au bout de quelques minutes.
    • une fan
      avril 12, 12:53 Reply
      j apprecie christophe giltay ,quand il parle,il raconte et est tres juste;
  6. Wallon
    avril 11, 09:49 Reply
    La Ligue des droits de l’Homme n'est qu'une asbl, une association reconnue d'éducation permanente, indépendante, pluraliste et interdisciplinaire. C’est, paraît-il, un mouvement au sein duquel chacun se sent concerné et agit pour le respect de la dignité de tous. Même si cette asbl est financée par les deniers publics, les membres de cette asbl, président y compris, ne bénéficient d'aucun statut particulier comme les magistrats, les diplomates ou les officiers de police judiciaire. De plus, la profession d'avocat ne confère aucun statut particulier à un(e) citoyen(ne); ce n'est qu'un titre professionnel tel journaliste ou plombier. En conclusion, le citoyen Deswaef se devait d'obtempérer à la requête de l'officier de police qui ne faisait qu'appliquer la loi et l'interdiction de manifester sur le territoire de la Ville de Bruxelles. En mission, pas de sentiment ! Que cela plaise ou non. Mais le sieur Deswaef comme le bourgmestre (non élu mais choisi selon des modes d'Ancien Régime) appartiennent à la même mouvance qui protège des franches de la population qui ne valent guère mieux que les nervis d'extrême droite. De plus, le sieur Deswaef montre un personnalité bien orgueilleuse pour quelqu'un qui devrait montrer l'exemple pour le respect de la dignité d'un officier de police, représentant de l'ordre de la Ville de Bruxelles ? Si cette image semble dommageable pour Bruxelles, le bourgmestre et le sieur Deswaef et y ont largement participé aussi.
    • marcel
      avril 11, 12:26 Reply
      Il y a une erreur factuelle, le bourgmestre a bien été élu, d'abord par la population, ensuite par le conseil communal. Par ailleurs, la Ligue des Droits de l'Homme n'est pas juste une ASBL comme une autre mais une organisation non gouvernementale qui dispose d'organes consultatifs auprès du Conseil de l'Europe ou de l'ONU. Cette arrestation nous met au niveau de Djibouti, l'Algérie ou le Tchad. La défense de Vandersmissen est, comme toujours dans ce pays, conforme au "bon sens" bourgeois conservateur réac et rétrograde. Pas à une société libérale de tolérance et d'ouverture, pas conforme aux valeurs que nous exigeons des primo-arrivants qu'ils respectent. http://www.acp-europa.eu/?p=796 http://fr.alkarama.org/item/1962-algerie-arrestation-de-hassa-bouras-la-repression-des-militants-des-droits-humain-continue http://www.afrik.com/tchad-des-ong-denoncent-l-arrestation-du-militant-des-droits-de-l-homme-djeralar-miankeol
    • Lachmoneky
      avril 11, 14:02 Reply
      "...En conclusion, le citoyen Deswaef se devait d'obtempérer à la requête de l'officier de police qui ne faisait qu'appliquer la loi et l'interdiction de manifester sur le territoire de la Ville de Bruxelles...." Donc, pour vous, quand un représentant de la ligue des droits de l'homme se trouve seul ( = non entouré d'une masse de "supporters") dans un lieu susceptible de dérapage policiers, il "manifeste".D'autant plus si cette présence est silencieuse, sans slogans, sans caliquots? Wallon, vous avez inventé une nouvelle "race": "nous sommes tous des manifestants", même Wallon quand il se promène avec bobonne le dimanche. Au fait, quand la présence d'un représentant de la LDH ne s'assimile-telle pas à une "manifestation" quand il se trouve au cœur d'un endroit "sensible"? Il me semble que le bon sens élémentaire quitte certains quand ils assimilent la LDH à un mouvement politique, ou syndical. Les droits de l'homme ne sont donc plus universels.
    • En effet, certaines personnes ont l'air de considérer que le fait d'être président de la LDH confère une sorte d'immunité, ou à tout le moins d'autorité morale qui lui permettrait d'outrepasser les droits et devoirs des citoyens ordinaires. Un peu comme on aurait pu le penser, sous l'Ancien Régime, des autorités ecclésiastiques. Cela me fait dire qu'aux yeux de ces personnes, les droits de l'homme sont devenus une nouvelle religion et la LDH et autres officines similaires ses nouvelles églises. Il deviendrait, dès lors, pour eux, inacceptable d'un point de vue moral d'arrêter le président d'une telle association, comme on n'aurait pas imaginé pouvoir priver de liberté un prêtre...
  7. Jester
    avril 11, 10:03 Reply
    "On attend une Ligue des Droits de l’Homme impartiale, sans préférence partisane. Il en va aussi de sa crédibilité." C'est vrai, on l'attend toujours d'ailleurs.
  8. Salade
    avril 11, 10:35 Reply
    Dans le même genre, on arrête le président de la ligue des droits de l'homme, mais les camionneurs paralysent le sud du pays pendant 6 jours.. Le pays est encore sous quel niveau d'alerte?
    • Salade
      avril 12, 19:08 Reply
      Toute une nuit de saccage d'une usine à Liège. Pas d'intervention policière la nuit! Sécurité à la tête du client càd uniquement du "client" djihadiste..
    • Salade
      avril 13, 11:09 Reply
      Charles Michel essaye de s'en prendre aux médecins "complaisants" des controleurs aériens... Sait-il seulement le travail éreintant et à risque effectué par ces experts dû au reroutage de zaventem? était-ce le bon moment pour la direction de signer un accord avec un seul syndicat? sait-on que depuis 2012 ces gens sont en overbooking? Il aura bientôt pareil avec les policiers et les soldats (moins chers) réquisitionnés contre les attentats, d'ailleurs tout à coup le métro a été complètement opérationnel. Le risque c'est aussi épuiser les ressources humaines. Je constate par ailleurs que charles michel a réagi immédiatement à ce problème contrairement à celui du blocage des routes par les camionneurs. On ne le verrait guère réagir à une grève de la sncb. La jet set a priorité.
  9. u'tz
    avril 11, 12:17 Reply
    l'homme des droits de l'homme a été préventivement arrêté avant de placer une bombe à rtlvi...et paf c'est l'autre a.raviart qu'a pris le relai... mais problème ailleurs : mayeur veut plus con prend des gants avec des hooligans, il donne des ordres pour ça, traduc flics bxlois : envoyez le big boss arrêter des jolis gens... luckas vt le "représentant (sic) des flamands" (dixit deborsu) n'a pas eu de réponse à sa question : "est-ce que dire "la flandre sali bxl" est raciste?" personne n'a écouté le "représentant (sic) des flamands" dire avant que les hooligans n'étaient pas que flamands et qu'ils étaient très mélangés... mélange NL-FR j'imagine, FR belge ou d'henin-beaumont (parce qu'alors c'est peut-être eux aussi des flamands saliSSants) finalement les hooligans de vilvoorde c'étaient des nazis? des "représentants des flamands"? ou juste des exemples de blancs?... mayeur s'est sali ou pas, ya pas eu un arrogant FR de la table pour m'aider à savoir si oui ou non mayeur a dit un truc raciste...
    • Salade
      avril 13, 10:59 Reply
      explique un peu ce que des francophones foutraient à vilvoorde pour aller ensuite à bxl? parce que c'était train gratuit au nord du pays? Sans blague. Question racisme, les francophones n'ont aucune leçon à recevoir de milices flamingantes. Quand il y aura des milices francophones, on en reparlera.
      • marcel
        avril 14, 01:00 Reply
        Vilvoorde était le lieu de ralliement pour tout le pays.
        • Salade
          avril 14, 18:42 Reply
          sans blague, la prochaine fois on choisira un lieu de rassemblement en wallonie. Je propose Arlon.
      • u'tz
        avril 14, 19:44 Reply
        je n'ai aucune raison de mettre en doute le "représentant des flamands" quand il dit qu'ils étaient mélangés... "explique un peu ce que des francophones foutraient à vilvoorde pour aller ensuite à bxl?" je me demande effectivement pourquoi un FR passerait dans le rand flamand pour entrer à bxl :^) disons que les nazis FR venaient d'RF ou étaient juste des exemples de blancs bien de chez nous et donc s'ils sont FR, trop seuls ou trop fainéants que pour créer une milice ou une legion
  10. Je voudrais rappeler qu'une chaîne de télévision privée telle que RTL vit de ce genre de «dérapage», dont raffolent un certain nombre de téléspectateurs. C'est donc en toute connaissance de cause qu'un professionnel de la communication tel qu'Alain Raviart lâche des propos provocateurs à l'encontre d'Emmanuelle Praet, dont la réaction était plus que prévisible. Il y a fort à parier qu'ils se sont fait la bise après l'émission et ont été tranquillement boire un verre en se congratulant réciproquement pour leur prestation une fois les caméras éteintes. [NOTE DU CENSEUR SEL : sans entrer dans les détails, l'énervement n'était pas feint et il s'agissait d'un clash absolument imprévu qui a surpris l'équipe. Et non, ils ne se sont pas congratulés réciproquement après. Ceci pour rétablir les faits et éviter des suppositions basées sur des fantasmes] Quand au fond de l'affaire, reconnaissons qu'Alexis Deswaef joue clairement la carte de la provocation en tenant volontairement tête à un commissaire de police devant les caméras. Là aussi, Alexis Deswaef est un professionnel du verbe, quelqu'un qui manie au quotidien l'art du spectacle et de la mise en scène. Il savait donc pertinemment que le commissaire Vandersmissen, avec qui il a un compte à régler (cf. affaire qui s'est soldée par un non-lien en chambre du conseil), allait réagir et ne pouvait pas, psychologiquement, voir son autorité déforcée en public, a fortiori devant des caméras. Croire que ce policier allait lâcher prise ainsi aurait été bien mal connaître la psychologie humaine. Alexis Deswaef savait donc bien ce qu'il faisait: il est allé volontairement à l'affrontement avec le commissaire de police, à des fins purement politiques. Cela posé, la Ligue des Droits de l'Homme a parfois raison sur certains points: il serait manichéen de prétendre unilatéralement que tout ce qu'elle défend comme position est correct ou ne l'est pas. C'est à nuancer, bien évidemment. Par exemple, en matière de conditions de détention des prisonniers, elle a raison. Idem en matière de défense de la vie privée. De même, lorsqu'il y a de véritables dérapages policiers (qui sont rares, plus qu'on ne voudrait parfois le faire croire, mais néanmoins parfois bien réels), la LDH a raison de s'indigner. Par contre, ici, clairement, l'action d'Alexis Deswaef a déforcé la légitimité de l'organisation qu'il préside en révélant un aspect plus que détestable: une aversion injustifiée pour les forces de l'ordre, que je soupçonne de ne pas être innocente d'un point de vue politique.
    • [NOTE DU CENSEUR SEL : sans entrer dans les détails, l'énervement n'était pas feint et il s'agissait d'un clash absolument imprévu qui a surpris l'équipe. Et non, ils ne se sont pas congratulés réciproquement après. Ceci pour rétablir les faits et éviter des suppositions basées sur des fantasmes] Sans doute disposez-vous d'autres sources que moi, simple spectateur (très occasionnel) de RTL... Je vous remercie en tout cas d'avoir fait part de votre point de vue à ce sujet.
    • u'tz
      avril 12, 21:38 Reply
      "Alexis Deswaef est un professionnel du verbe, quelqu'un qui manie au quotidien l'art du spectacle et de la mise en scène. Il savait donc pertinemment que le commissaire Vandersmissen", lui, ne l'est manifestement pas,. avec un tel big boss on comprend mieux la compétence de la police de bxl... j'imagine le bon roi philippe chef de l'armée belge converser avec el bagdaddy dollar du spectacle et de la mise en scène, les droits de l'homme c'est du théyâtre tout ça...
    • u'tz
      avril 12, 21:53 Reply
      perso j'ai regardé la mise en scène de deborsu juste parce que Marcel attire l'attention dessus, praet et raviart ont quand même l'air de trop mauvais acteurs que pour qu'arrogance de l'une et agacement de l'autre participe d'un rôle de composition, ou alors il sont très bonne et bon... on sent que si praet trouve que ses amis nazis ne sont pas ses amis, c'est du vécu... perso le zouave bien bronzé du droit de l'homme m'a fait penser à un "je suis schwarzie", et je peux comprendre que la "décolorée" (in)politicalmant (in)correcte praet pouvait espérer se le faire.
  11. Hugues Crepin
    avril 11, 13:55 Reply
    J'avoue que j'aime bien, c'est assez mesuré et assez révélateur du problème. J'ai aussi mentionné ce droit à être observateur quand on est parlementaire ou responsable d'une officine représentative. Heuuuu, les deux camps étaient assez virulents sur ce sujet, à le refuser. Cela dit, Deswaef se présentant comme citoyen et refusant de circuler, le tout avec une série de personnes connues des services de police qui avaient aussi lu les appels aux rassemblements ainsi que les signataires, ça faisait quand même assez mauvaise foi la "concentration" ayant été avalisée par la LCA, JOC, LDH, ... Au fond, en gros, la police aurait pu laisser courir mais les mêmes lui avaient reproché son laxisme la semaine suivante (dans des conditions différentes cela dit). Retenons quand même que cette journée n'a vu qu'un seul blessé grave et très peu de casse, après tout, le rôle de la police, avant tout, n'est-ce pas d'éviter et de limiter la casse? La police n'avait-elle pas mieux à faire ce jour-là que de faire la chasse aux bobos, tenant compte qu'un peu plus une centaines d'extrémistes courraient vers la Bourse pour casser du facho? Ne faudrait-il pas aussi montrer l'exemple de respect de l'autorité quand celle-ci s'exerce de manière mesurée, fondée et limitée dans le temps et l'espace? On ne demandait que 24 heures de suspension des mouvements pour laisser à la police la capacité de réprimer tout débordement potentiellement violent. Deswaef devrait aussi donner l'exemple de comment respecter l'état de droit et majoritairement journalistes et chroniqueurs ne comprennent pas ce qu'il a voulu faire. Il n'a pas été neutre, il n'a pas demandé de statut d'observateur et à soutenu la concentration interdite. Vandersmissen avait lui un peu plus de responsabilités immédiates, s'inquiéter des risques d'émeutes, gérer les éventuelles infiltrations. Finalement, les fachos prévus n'ont pas osé venir, une trentaine ont fait quelques actions à la sauvette mais une centaine de jeune a essayé de saccager le Bourse tandis que deux ont complètement perdu les pédales. Vandersmissen voulait le calme à la Bourse, le président pouvait faire 50 mètres et observer tranquillement au lieu de s'organiser sa petite auto-promotion. Sur un point de vue organisation, Vandersmissen n'en est pas à sa première manif' et connaît l'animal, il sait que si il le laisse sur ses arrières, il va se mêler de tout, inciter à la résistance et à la désobéissance, ... Bref, il risque une petite fête dans son dos, tactiquement, il va frapper fort et n'a qu'une minute pour prendre sa décision, si il se retire, il ruine sa crédibilité et son autorité donc pour faire respecter l'arrêté, il va falloir taper dans le lard. Alors, il prend un choix tactique qui lamine directement le moral et permet de dégager tout le monde relativement facilement car si il les laisse là, il ignore combien d'autres viendront rameutés par les médias sociaux ou déjà regroupés autour de la place. Concernant Yvan Mayeur, j'ai un peu de mal avec les arguments de Marcel, c'est un élu mais sa position de bourgmestre est vraiment un parachutage anti-démocratique. Quant à Deswaef, il est n'est que président des droits des Hommes qui pensent comme lui et ça c'est un problème. Vandersmissen? Les procédures envers lui parlent par elles-mêmes, sûrement pas parfait mais vu ce qu'il a eu à gérer, si il était aussi léger, il n'occuperait plus ce genre de fonction, le problème est d'incarner l'autorité, ce n'est pas facile surtout quand des vies sont en jeu, lui ne joue pas, toute erreur se paie cash. Personnellement, je peux me mettre dans la tête de Vandersmissen et comprendre dans le cadre de son métier ce qui l'a poussé à cette rupture surprenante. Côté Deswaef par contre, je crois qu'il y a eu une volonté de manipulation, provocation et humiliation, il en a eu pour son argent et on peut se demander si ce n'était même pas convenu avec Yvan Mayeur cette confrontation. Quand je rentre dans sa tête, je ne vois aucun beau mobile, juste un abject calcul politicien. Fondamentalement, tout citoyen est tenu de céder aux injonctions raisonnables d'un fonctionnaire de police surtout quand il se fonde sur des arrêtés dont vous avez parfaitement connaissance. Á partir de là, le président de la LDH reste un simple citoyen donc l'arrestation certes surprend mais est logique, même dans le Monde, justement, son attitude provocante et immature parle pour elle-même, à la LDH, justement, on ne se met pas de travers envers les autorités, c'est l'observation qui compte, pas l'activisme sur le terrain, cela c'est pour ceux qui sont autorisés à avoir une opinion or en acceptant la charge de président de la LDH, monsieur Deswaef a normalement accepté de renoncer à ses opinions pour se ranger derrière les Droits de l'Homme qui concernent l'entièreté de l'Humanité et seulement la portion que vous reconnaissez.
    • spamerino
      avril 12, 23:28 Reply
      Tout comme Marcel qui décidément ne semble pas connaitre les milieux de gauche et activistes, vous feriez mieux de sortir un peu, voir ce qui se passe avant de l'ouvrir. Brandir des grandes valeurs comme le respect de l'autorité et autre montre à quel point vous êtes ignorant de la politique autre que politicienne.
  12. guypimi
    avril 11, 14:33 Reply
    Ce blog me semble bien euphémisant dans le contexte de radicalisation quazinazie de notre société ! Il est temps de marquer une frontière nette aux dérives de la droite qui fait plus que flirter avec l'extrême droite. La démocratie est simplement en danger ! Dans une société respectueuse des libertés individuelles ce triste galonné serait dégradé face à ses troupes en carré ses insignes de pouvoir arrachés et soit mis à régler la circulation mais ce serait encore dangereux soit radié sans indemnités ou pension.L'honneur d'un corps de défense de nos libertés aussi fondamentales ne peut être rétabli qu'à ce prix !
  13. moinsqueparfait'
    avril 11, 16:22 Reply
    Une nouvelle fois, je dois partager mon sentiment de totale extranéité de la Wallonie dans le débat belge, qui une fois encore démontre qu'il n'est qu'une interminable et insoluble engueulade entre Flamands francophones et Flamands néerlandophones sous l'oeil à la vigilance variable des parrains étrangers. Quand je parle avec des gens en Wallonie (et surtout des "non-engagés", j'ai l'impression que si tout ceci arrivait en Allemagne ou en Scandinavie, ça donnerait à peu près le même encéphalogramme plat). Pendant que les Bossemans et Coppenolle s'empoignent et s'engueulent avec leurs accents toujours aussi truculents et leurs concepts de Grand Bazar de la philosophie politique, que les fachos lèvent le bras droit en toute impunité, que les communistes bourgeois et autres grands penseurs de "gauche" de la Capitale abonnés à toutes les chapelles dont il faut être pour passer à la télé ne se sentent pas obligés d'éviter la récupération dans une tentative désespérée d'être un jour à la fois belges et dignes (impossible, hélas), que les débats sur les chaînes flamandes francophones "dérapent" (en fait: que le ton monte un peu... en Italie, ça gueule 20 fois plus fort et tous les soirs!), que tous les professionnels de l'indignation dans la Hoofdstad s'affairent à préparer la future "marche contre la mal-pensance" en faisant bien en sorte, et avec la collaboration de toutes les toiles d'araignée du régime, qu'elle soit bien belge (à savoir, entre autres, tout sauf spontanée), le seul mouvement social qui s'élève en Wallonie est une grève de patrons sur les autoroutes, dans lesquelles on retrouve "étrangement" une bonne proportion de manifestants flamands trop heureux de faire XXXX le gouvernement wallon, et pour laquelle le kapo féderaal ne se décide à intervenir que quand le mouvement commence à faire "tache d'huile" en Vlaanderen, avec la kollaboration du parti de M. Patate qu'on sent nettement moins triomphaliste ces derniers temps malgré les arrestations (le FBI a envoyé des enquêteurs et l'enquête est désormais une enquête franco-américaine sur le sol belge, ce que la presse-citron de Brussel n'explique évidemment pas -enfin, ils ont dit à Marcel l'année passée qu'on avait "la meilleure police du monde ah ah ah-)... Vous me direz: "ça n'a rien à voir". En effet, cela n'a rien à voir, c'est que je vous expliquais. Nous n'avons plus rien à voir dans le débat. Je me demande de plus en plus comment on peut encore nous donner la même carte d'identité... Nouveau rappel: encore une fois, il me semble que les 30 morts sont déjà bien oubliés... Ah mais oui, finalement, il n'y avait pas tant de Belges. Il y avait une bonne part d'étrangers. Donc, on s'en fout un peu. Dégât collatéral acceptable. Ce qui compte, c'est notre "image" et le sauvetage de Zaventem Airport et de Brussel Luchtwegen/Airlines met maatschapeleijke zetel te Diegem... Bientôt le retour du "consensus à trouver au-delà de Brussel"... Pour ce qui est de sauver la place des institutions européennes, il n'y a rien à faire: elles s'effondrent elles-mêmes et chose impensable il y a 6 mois encore, un candidat à l'investiture présidentielle US très bien placé aux dernières nouvelles parle même de dispenser les anti-américains basiques de l'énorme poids de la tutelle américaine en tournant le dos à l'OTAN... L'avenir du belgium est radieux... ----- Question: sur la nouvelle plateforme, comment faire pour séparer les paragraphes? Faut-il imposer les sauts de ligne avec MAJ+ENTER??
  14. Capucine
    avril 11, 17:48 Reply
    Ce que je retiens de cette petite gueguerre digne des gendarmes de saint Tropez sauf que ceux ci nous faisaient rire à gorge déployée ,cest que nous avons la représentation même de comment s'y prendre pour humilier une personne en restant dans les règles de la loi.cela s'appelle aussi hypocrisie des honnêtes gens. L'humiliation est une arme terrible ,elle fait aussi mal que des coups,on atteint la dignité de la personne et cest ainsi qu on monte les gens les uns contre les autres. Monsieur Mayeur a intérêt à bien être en phase avec sa police,une police sans tête est une alarme grave pour la securite d'un pays. En attendant,on apprend que lHomme au chapeau à vendu son chapeau ???,que notre premier ministre s'égosille dans toutes les langues pour redorer l'image du pays??? et que monsieur Leterme peut enfin parler librement.. Si je descends dans le midi ,j fous ma cagoule ou bien je me déguise en Greta Garbo . ? . Mme Praet a reçu des excuses sauf qu'on ne dit pas:'" je m'excuse "mais "excuse moi ." Il faut faire attention aux mots qu'on utilise surtout sur un plateau de télévision. Mme Milquet démissionne ,je me demande qui va la remplacer,ce ministère doit être mis entre de bonnes mains et ayant l'expérience du terrain . Il serait bien de faire un audit complet de chaque école afin de se rendre compte de l'état de l'enseignement avant de prendre des décisions plic ploc déstructurées.notre jeunesse a besoin d être rapidement rassurée . ?????????? Bonne soirée.????????
  15. Gilles - Bxl
    avril 11, 17:56 Reply
    Rectification de mon post précédent.... Julien, reviens de La haut car ils sont re devenus fous !
  16. Rivière
    avril 11, 18:28 Reply
    Etrange... Sous le coup de l'émotion ou non le politicard number one de bxl lache un 'la flandre a sali bxl avec ses hooligans" et le bonhomme désigné par l'émission pour représenter la Flandre demande s'il est raciste et déclare qu'il insulte tout les flamands... Pourtant, vu les déclarations courantes de ce bon Bart si jovial et de sa troupe de joyeux taal-tillons, du gentil Leterme et consorts (...), on aurait pu croire qu'ils auraient dit "Coooppaiiin, toi aussi tu crois à la théorie de l'ubermenchisme" ? Et ben non... étrange étrange ! Ah oui, il est pas du bon côté alors il est vilain (même s'il n'a pas encore fait le quart de ce que subissent les non-flamand...) Pour répondre à la question en suspend : non je ne crois pas que cela soit du racisme, je crois que c'est une crasse insulte bien puante mais c'est un amateur face à bart le jovial et ses groupies... Alors on fait quoi ? on invente la journée du coup de pieds au cul (attacher tous les politiciens en position pour la fessée et chacun choisit celui qui lui déplait le plus en Belgique pour lui fiche un bon coup de pieds au derrière) ca ferait un sondage pas cher et ludique...
  17. Wallimero
    avril 11, 19:10 Reply
    @ Marcel, non, c'est vrai, la LDH n'est pas une ASBL comme une autre, car elle est financée par la "Fédération Wallonie-Bruxelles", et comme par hasard, sa page d'acceuil fait l'appel à la résistance à la police http://www.liguedh.be/ en référent directement au sous-site qu'elle a créé www.Obspol.be un truc qui semble sortir directement du capuchon de la gauche extrème - qui appelle à raconter le tout et n'importe quoi sur la police, intéressant est aussi le lien que ce site offre à l'initiatives "campagne stop-répression": http://www.stop-repression.be/ "Dans le marasme économique et social actuel, la répression d’état s’exerce dans nos quartiers, dans nos rues, contre des populations déjà fragilisées. Son bras armé qu’est la police soumet la population aux contrôles au faciès, aux perquisitions, au harcèlement ainsi qu’à des violences parfois extrêmes en quasi- impunité !" oh que tout cela à l'odeur bénie de ONU et des valeurs universelles de la lutte des classes et quel est le bon conseil de ces gaillards (anonymes bien-sûr)? "Comment porter plainte : 1. Réunir tous les témoignages, vidéos, photos possibles. Plus il y en a mieux c’est. L’identification du policier (grade, taille, sexe,…), numéro d’immatriculation du/des véhicules présents,… Il est important de rassembler un maximum de preuves et de faire un récit basé sur des faits (éviter les commentaires,…) énoncer simplement ce qui s’est passé. 2. Faire constater les éventuelles blessures par un médecin (par écrit + photos). 3. Contacter un avocat, par le biais de la Ligue des Droits de l’Homme par exemple (Tél : (32) 2.209.62.80 – E-mail : ldh@liguedh.be)." Et tiens, le président de la LDH, qu'est-ce qu'il fait encore? il ne serait pas avocat par hasard? Euuuh, ça ne sent pas un peu douteux tout ça? La LDH semble donc être le fournisseur de la Cour pour l'activisme crypto-marxiste contre la police et bien-sûr le tout financé sous fonds publics par la belle Fédération Wallonie-Bruxelles, et ça met également en perspective l'appel aux refinancement de l'aide jurique par le public qui figure également sur la page d'acceuil de la LDH. Donc non, le problème que cette affaire révèle ne concerne pas le commissaire Vandersmissen en premier. Et la vraie question ne serait-elle pas de savoir si Mayeur oui ou non a défendu tout rassemblement public – que même un président d'une ASBL clairement anti-policière devait respecter. Mais bon, la réalité doit s'adapter aux dogmes n'est-ce pas Marcel? Et tiens, qu'est-ce que BXL Laïque vient faire dans cette page de liens d'Obspol? Et Mayeur, il était quoi encore? Joli Marcel, vraiment joli VV
  18. Pfff
    avril 11, 19:33 Reply
    J'ai une question. Dites, Marcel, le choix de l'avatar dans "Commentaires récents" est-il aléatoire ? Parce que, là, je suis servi.
    • marcel
      avril 14, 00:53 Reply
      Oui, c'est aléatoire :-) Désolé
  19. MUC
    avril 12, 07:48 Reply
    Tout le monde a le droit d'être arrêté par la police, quand on ne respecte pas les lois, les ordres. Est-ce que ce monsieur, avait-il un privilège spéciale ? Non. Quand on participe a une manifestation INTERDITE , on connaît le risque. Ce monsieur a pris le risque, il a été arrête d'une manière correcte. Peu plus tard, on lui a redonné la liberté, (après un PV ?) Zo functioneert een rechtsstaat ("rechtsstaat", je ne sais pas traduire ce mot, mes excuses, monsieur Sel m'aidera, je suppose).
    • marcel
      avril 14, 00:55 Reply
      Etat de droit, Muc. Sauf que si on suit votre logique, on aurait dû arrêter 400 hooligans, et pas 10. L'arrestation est toujours sélective. Et donc, on tente d'éviter, si on est un policier malin, d'arrêter un symbole. Surtout si ont se contente de 10 fachos violents sur 400 pour, la semaine suivante interpeller 99 gauchos pacifiques sur 100.
      • MUC
        avril 14, 15:44 Reply
        Peut-être ce "symbole" voulait se laisser arrêter ? There is not such a thing as bad publicity..... Et en effet, on aurait dû arrêter les hooligans. Arrêter 400 hommes violents au centre ville, prêt à lutter, c'est beaucoup plus difficile d'arrêter un homme tranquille qui veut se faire arrêter ....
    • Lachmoneky
      avril 14, 08:36 Reply
      "...Quand on participe a une manifestation INTERDITE ,...." Vous avez une notion TRÈS étrange de la "manifestation". Donc, pour vous, tout représentant de la LDH qui se trouverait présent pas loin d'une manifestation, précisément pour vérifier que les Droits de l'Homme sont respectés, devient participant à cette manifestation. Alors que ce trouver là est son BOULOT. Si tout représentant de la LDH se fait arrêter (ne fût-ce que administrativement) cela me pose un GROS problème, car la LDH se trouvera bien dépourvue si ces droits étaient bafoués. C'est le début de la dictature. Que je sache, Deswaef ne portait pas de calicot, n'était pas mêlé au groupe des manifestants, et ne poussait aucun cri ni ne faisait aucun geste montrant qu'il manifestait.
  20. Rudi
    avril 12, 08:01 Reply
    "Car l’interdire de présence à cet endroit à ce moment, c’est considérer que la ligue qui défend les droits de l’Homme en Belgique est partiale, ou que sa présence sur un lieu sensible est une manifestation ou une provocation." Mais c'était annoncé d'avance qu'il y venait pour manifester, même avec de conseils comment ne pas se faire remarquer dès le départ. Est-ce que cela aurait "échappé" à ce grand enquêteur? Aussi parler de gauchistes quand ceux qui appelaient à manifester font parti de la clique des frères musulmans et défendent la charia ainsi que la représentante de Tariq Ramadan ou le groupe de Nordine Saidi, renvoyé du MRAX à cause de sa proximité avec Dieudonné et son antisémitisme. Marcel Sel devrait voir un ophtalmo pour s'éclairer et pas celui de Damas.
    • marcel
      avril 14, 00:56 Reply
      Toujours aussi subtil, hein, Rudi. Tiens, que pensez-vous du dernier article de Haaretz sur la Belgique. Enfin, je veux dire, sur Jan Jambon ?
  21. Wallon
    avril 12, 09:13 Reply
    Là, Monsieur sel, je vous retrouve (chassez le naturel...). L'actuel bourgmestre fut choisi à l'occasion d'un tour de passe-passe (certes légal) qui fit la une et les remous de la presse "belge". Evidemment, s'il n'avait pas été un élu, il n'aurait pu être choisi comme dauphin du bourgmestre démissionnaire (juste après son élection). Que la LDH soit une organisation non gouvernementale qui dispose d'organes consultatifs auprès du Conseil de l'Europe ou de l'ONU ne change pas le fait qu'elle est une asbl et rien de plus. D'ailleurs le fait d'être une ONG ne lui confère aucune caution morale ( les ONG servent parfois de paravent à bien des magouilles entre copains politiques) ni pouvoirs particuliers. L' arrestation nous met au niveau de Djibouti, l'Algérie ou le Tchad, là aussi, vous exagérez honteusement. La police de Bruxelles ne ressemble en rien aux services de sécurité algériens, tchadiens ou autres en action sur le continent africain. Face à ces services, nos policiers ressemblent plus à d'aimables scouts aidant les vieilles dames à traverser la rue. Maintenant si nos services de police ressemblaient vraiment à leurs homologues algériens ou marocains, je n'ai pas l'impression que le sieur Deswaef aurait été présent sur le plateau de RTL ? Quant au rêve ou à l'idéologie rêvée d'une société libérale de tolérance et d'ouverture, elle nous explose à la figure au sens propre comme au figuré. Déjà oubliés les morts et les blessés de guerre en France, en Belgique, en Grande - Bretagne, en Espagne ? Pour terminer, la présence d'un représentant de la LDH ne s'assimile pas à une manifestation quand ce dernier ne provoque pas sciemment, ostensiblement les représentants de l'ordre duement mandatés par un bourgmestre pour veiller à la paix publique. La provocation du sieur Deswaef fut largement filmée.
  22. moinsqueparfait'
    avril 12, 11:35 Reply
    La Belgique flamande n'a décidément pas beaucoup d'amis, malgré "l'admiration dans le monde entier" qu'elle est censée provoquer... http://www.elsevier.nl/opinie/blog/2016/04/falend-belgie-wil-eigen-problemen-niet-onder-ogen-293329/ "Nederland dient daarom nooit en te nimmer het Belgische model over te nemen. Dat is het recept voor een falende staat in tijden van terreur en onrust. Tom Lanoye representeert het verdriet van België, HET INTELLECTUELE EN POLITIEKE ONVERMOGEN OM MET DE REALITEIT OM TE GAAN. Wat een drama: een falende staat en een falende intellectuele klasse." On remarquera que cet auteur ne fait à aucun moment allusion à "l'immense responsabilité" des Wallons qui regardent les Simpsons en version doublée (ah ah ah), avec leur déficit en djihadistes et leur Office wallon des déchets... Mais Muc et Lieven vont aller lui expliquer tous ces éléments fondamentaux qui échappent étrangement toujours aux radars des béotiens.
  23. Tournaisien
    avril 12, 12:25 Reply
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/32684/Menaces-terroristes-en-Belgique/article/detail/2673239/2016/04/12/Au-musulman-hypocrite-il-est-temps-d-accuser-l-imam-qui-ne-parle-pas-ta-langue.dhtml Tout est dit !
  24. Capucine
    avril 12, 19:36 Reply
    Quand la gangrène de l'extrême brun se faufile dans les institutions dont on espere la justice aussi équilibrée que les balances de nos bobonnes,cest le début de la fin de la democratie. C est tel,un virus sans vaccin pour le contrer.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.