Terrorisme. La Belgique est dans la boue. Les Belges, apatrides.

IMG_1472.JPG

Devant le Parlement européen. Il a fallu des semaines pour le laver…

Mardi matin, nous avons été déchirés, arrachés à notre quotidien, secoués par d’horribles explosions. Au fil des heures, les nouvelles empiraient. On a essayé de douter que ce fût un attentat. Non, pas ça ! Pas aujourd’hui ! Merde, c’est mardi, les gars ! Pitié, que ce soit une explosion de gaz ! Un accident. Même une négligence coupable ! Mais un attentat, non ! Non ! Pas ici ! Pas nous ! Pas aujourd’hui…

On s’est rappelé que trois jours plus tôt, nos journaux, nos politiques, notre police jubilaient. On avait attrapé l’ennemi public numéro un. Mais à quelques encablures de son point de départ, à Molenbeek. Pendant quatre mois, il était resté à Bruxelles, toujours à proximité des ghettos. Molenbeek, Schaerbeek, Forest. Il y avait déjà de quoi jaser. Selon mes sources, il avait ses habitudes à une terrasse de la place Saint-Denis, à Forest ! Ah oui, parce qu’il semble qu’il soit même sorti en plein jour, et pas qu’une fois ! Et pas du tout dans des quartiers muslims only, figurez-vous ! Il y a juste que les gens ne l’ont pas reconnu. C’est tout. Il aura nargué tout le monde. Et aucun effort de la police n’aura permis de l’interpeler plus tôt. Baissons la tête, il n’y a pas de quoi fanfaronner.

Quelques jours plus tard, on apprendra d’ailleurs que la cache de la rue des Quatre-Vents était connue depuis décembre 2015. L’info se trouvait à la police de Malines. Elle n’a pas été transmise. Malines, c’est quand même à trente kilomètres de Bruxelles !

Ce mardi épouvantable, après avoir encaissé le choc (mais encaisse-t-on jamais ?), on s’est rappelé qu’après l’arrestation de Salah Abdeslam, beaucoup pariaient sur son innocuité. On l’avait dit lâche et lâché par l’organisation, fuyard. C’était si commode ! Il allait collaborer. On a presque fait du logisticien principal un agneau. Oubliées, la cache de Forest et sa Kalachnikov avec 11 chargeurs de 30 balles, soit 330 balles. De quoi faire une centaine de tués. Mais voilà « on n’a pas trouvé d’explosifs ».

Des commentateurs se sont même réjouis en entendant qu’il avait déclaré avoir été au Stade de France, mais qu’il avait renoncé en dernière minute. « Vous voyez bien que ce n’est pas un vrai terroriste », a-t-on chanté. « Il se cache de l’État islamique qui veut sa tête », ont précisé des experts en contre-expertise experte.

Et personne pour se demander si ce n’était pas la chose logique à faire quand on a une certaine utilité dans le réseau et qu’on ne peut pas atteindre sa cible, à savoir l’intérieur du stade. Ben oui, on laisse les autres exploser s’ils veulent, et on rentre à Bruxelles se rendre utile à autre chose.

Salah fut finalement arrêté, et comme toujours, la Belgique officielle a serré les fesses en espérant que le meilleur arrive. C’est ce qui nous tue. Et aujourd’hui, c’est ce qui nous massacre.

Alors que des complices étaient toujours dans la nature, alors qu’on ne savait pas si le réseau était neutralisé, et alors que l’arrestation d’un membre central de celui-ci augmentait forcément le risque d’attentat, ni l’OCAM, ni le gouvernement n’ont relevé le niveau d’alerte à 4 (sur une échelle de 4). C’est une faute : les attentats démontrent que la menace a été mal évaluée.

ll faut dire que politiquement, depuis le Lockdown du 21 novembre qui a paralysé Bruxelles, ce niveau est devenu la terreur des gouvernants. Comment expliquer une seconde fois, après avoir tout verrouillé, qu’il ne s’est rien passé en novembre ? Comment être crédible quand toute la chaîne de décision belge a sincèrement cru, ce jour de chats, que des terroristes allaient commettre des attentats un dimanche soir, au centre-ville, sachant qu’il n’y avait personne dans les rues depuis au moins la veille ? Comment ne pas paraître ridicule quand, des mois après ce lockdown, une émission laudative de la RTBF censée nous convaincre que le gouvernement et les bourgmestres avaient eu raison de verrouiller la ville, conclut triomphalement sur l’arrestation de 16 personnes, oubliant que quinze d’entre elles au moins ont été libérées dès le lendemain ?

Une petite phrase du reportage de Thomas Gadisseux : « les terroristes ont testé la Belgique ». L’interlocuteur, haut placé, acquiesce. La Belgique est donc un pays que les terroristes peuvent se permettre de tester, comme s’il s’agissait d’un vulgaire drone !

Passons. Le niveau 4 étant devenu une terreur pour nos dirigeants, qui avait usé la cartouche des chatons (les internautes ne la leur donneront pas une seconde fois) en novembre 2015, on a apparemment préféré risquer la terreur de la population. Et on a perdu. Après, les questions sur le niveau ont butté sur une réponse mécanique du gouvernement : le niveau 3, c’est déjà un très haut niveau d’alerte, avec une menace crédible et imminente. Et zou, emballez, c’est pesé.

Cela dit, ils n’ont pas tort : les deux attentats récents en Belgique ont été commis en niveau 3 pour la cible donnée. Pas en niveau 4. C’est donc bien quand la Belgique est en niveau 3 qu’il faut se méfier.

Et du coup, la question se pose : comment définit-on ce niveau ?

Une heure avant les attentats, un article saignant sur l’organe chargé de la gestion de la menace, l’OCAM, est paru dans Het Nieuwsblad. Il était question de la façon d’estimer le niveau d’alerte pour les individus. Extrait : « les conclusions intermédiaires [de la surveillance du renseignement — Comité R] sont dures. L’organe aurait rarement respecté ses propres règles d’analyses. On ne pourrait même pas vraiment parler de “vraies analyses”. Jusqu’à fin 2015, l’OCAM n’a même pas adopté de méthodologie formelle ni de critères clairs pour définir le sérieux d’une menace. » En bref, le niveau est établi au vogelpik amélioré, comme on dit à Bruxelles.

On ose espérer que les analyses sont plus crédibles quand il s’agit de fermer toute une ville. Ou de décréter que le niveau 3 est suffisant. À cela, les comités P et I (qui surveillent l’efficacité des polices et du renseignement) se félicitent de la bonne marche des affaires, même si de temps en temps, « certains gardent leurs renseignements pour eux ». Hélas, c’est justement ce qui ne peut en aucun cas arriver quand on est en guerre. Là aussi, on ne tape pas trop fort sur des services désorganisés.

Mieux : on relève dans ces milieux que le renseignement et la police fédérale n’ont pas les capacités de traiter l’information qu’ils reçoivent. Ils envoient tout à l’OCAM en bloc. Et qu’elle se débrouille.

Là apparaît la seule erreur majeure imputable exclusivement au gouvernement actuel : il a réduit les ressources de la Sûreté début 2015 avant de se ressaisir, mais trop tard. On va désormais engager du monde, mais il faut des années pour qu’ils soient opérationnels. Le temps joue contre nous. C’est un désastre.

Mais il serait idiot de réclamer la démission des ministres pour ça. Car en réalité, ça fait des décennies qu’aucun gouvernement n’a su gérer à la fois la crise, les prisons, un système judiciaire complètement désargenté (l’état de certains tribunaux fait plus penser à ceux de Moldavie juste après la guerre), une police à la ramasse qui s’entraîne trop peu, est en sous-effectifs partout. Il faudrait en fait envoyer tous les ministres belges impliqués depuis vingt ans dans des camps de rééducation et leur retirer leurs mandats, leur demander de rembourser ce qu’on les a payés.

Le jour des attentats, les policiers de l’aéroport préparaient une grève pour le lendemain : l’effectif minimum prévu pour l’aérogare par les normes européennes n’ayant jamais été respecté. On parle du minimum d’il y a dix ans, hein ! Aujourd’hui, ils refusent de reprendre le travail dans un aéroport qu’ils considèrent à juste titre comme dangereux. Il ne rouvrira peut-être pas de sitôt… À Bruxelles, il manque 800 policiers dans le corps de base. Il est difficile de les recruter : il faut être parfait néerlandophone dans une ville à 85 % francophone !

À cela s’ajoute une culture du renseignement bofiste, barbouillée de boulettes-frites-sauce-tomate, une bonne bière, et un sourire benêt qui s’autocongratule facilement — l’affaire Dutroux nous en avait déjà donné un échantillon. On s’est ressaisi un temps, mais c’est reparti désormais.

Le gouvernement bofise aussi, comme ses prédécesseurs, mais moins professionnellement : les ministres N-VA de la Défense et de l’Intérieur n’ont aucune expérience ! Alors, depuis le 13 novembre, un mot revient à chaque critique : Verviers. En 2015, la Belgique y a arrêté un terroriste et tué deux autres, évitant ainsi très probablement un attentat imminent. Seulement, voilà, elle n’a pas perçu (plus tôt) qu’Abdelhamid Abaaoud (encore lui) était dans les parages. Celui-ci a même fanfaronné qu’il entrait et sortait comme il voulait dans le pays (mais aussi en Europe). Sauf qu’en Belgique, il a des amis, particulièrement à Bruxelles. Et qu’on n’a jamais rien obtenu d’eux comme renseignement. Les a-t-on suffisamment mis sous pression ?

Selon Le Monde, quand Salah prétend à ses interrogateurs qu’il ne connaît pas les El-Bekraoui, les enquêteurs ne le contredisent pas, alors que leurs liens sont avérés !

Évidemment, à la cinquante-troisième interview où on brandit la même unique réussite réelle des services de sécurité belges, Verviers, on commence à le voir, qu’on en a qu’une ! Mais ouf, le 17 mars, on capture Salah Abdeslam. Ah mais zut, le 22, tout s’effondre. Et on se retrouve tous nus, comme des enfants.

D’ailleurs, pour des agents US, la sûreté belge, c’est « des enfants ». Notre pays ne serait préparé à rien. Il n’y aurait même pas de plan sérieux en cas d’attaque multiple. Et ça a tendance à se vérifier. Mardi, les réseaux GSM sont tombés en rade à une vitesse impressionnante. On ne sait toujours pas pourquoi. Quelques heures plus tard, la police fédérale demandait que l’on arrête le streaming, Youtube et la musique sur internet. Épisode tragicomique : la RTBF envoyait un twit reproduisant l’alerte de la police avec un lien vers… un streaming ! Bref, nos réseaux de communication ne sont pas à la hauteur. Mais il y a bien pire.

Quand le 22 mars 2016, à 7 h 58, une première bombe explose à l’aéroport de Zaventem (Bruxelles-National), la police est bien sûr sur place, elle sait. Il faut ensuite cinquante-deux minutes pour que les autorités décident qu’il serait peut-être prudent d’évacuer le métro de Bruxelles. Vingt-deux minutes plus tard, aucune évacuation n’est en cours à la station Maelbeek (Maalbeek). C’est compliqué, il y a probablement trop d’intermédiaires, trop de responsables. Le fédéral, la région, la ville, les communes, les polices, les Flamands, les Wallons… L’explosion qui survient fait au moins vingt morts et plus de cent blessés.

La question que la presse belge n’a pas encore osé se poser : pourquoi a-t-il fallu une heure entre les explosions de Zaventem et la décision d’évacuer le métro de Bruxelles ? Déjà, le 21 novembre, au moment du Brussels Lockdown, la perspective d’une opération terroriste concertée, ciblant des moyens de transport et des lieux de loisirs, avait amené le gouvernement à verrouiller la ville. Il devait être conscient qu’un attentat à l’aéroport signifiait probablement une réplique ailleurs. Le métro étant déjà signalé comme visé, ça ne devait pas apparaître comme une éventualité mais comme une réaction immédiate et automatique. Le métro aurait dû commencer à être évacué à, mettons, 8 h 30. Les terroristes ayant tendance à jouer la simultanéité pour impressionner, chaque minute qui passait après le premier attentat augmentait le risque mortel pour l’ensemble des usagers. Une heure vingt d’inaction est juste ahurissant.

Désorganisé ? On murmure qu’il faut une heure au RAID belge pour parvenir au centre-ville. Anecdote presque cocasse : quand les services d’intervention de la police arrivent rue des Quatre-Vents pour arrêter Salah Abdeslam, la presse est déjà là ! Plusieurs journalistes sont dans la rue, face à la porte d’entrée de la « cache ». VTM diffuse même en direct l’arrivée des blindés, de quoi avertir Salah qu’il est menacé. On entend même un policier gueuler à la caméra : « dégagez, c’est à cause de gens comme vous que… [inaudible] ». Ensuite, le chef de la police reprochera aux médias d’avoir été en dessous de tout. Seul problème : ce seraient des policiers qui auraient averti les médias trente minutes avant l’assaut. Seulement, voilà, en Belgique, les journalistes sont plus rapides que les forces d’intervention, même sur une opération « soigneusement » préparée.

Après, le monde politique a détourné l’attention en accusant L’Obs d’avoir donné une information cruciale sous embargo qui forçait la police à intervenir : on avait trouvé une empreinte digitale de Salah Abdeslam dans la cache de Forest. Seulement, voilà, une telle info n’était pas si cruciale (ce n’était pas la première fois qu’on trouvait une empreinte de Salah quelque part), et ensuite, il n’était pas clair du tout qu’il y avait embargo ! Si on en croit l’Obs, personne ne leur a dit de bloquer l’info, qui avait bien fuité de quelque part. Si la police ne sait pas tenir une info secrète, elle doit s’en prendre à elle-même d’abord.

Si tout ça ne suffisait pas, le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), ancien journaliste et ponte du parti au pouvoir, a chaleureusement félicité VTM d’avoir filmé et diffusé et direct des images qui auraient pu compromettre la capture de Salah Abdeslam, voire coûter la vie à des policiers ou des passants !  Et fustigé la chaîne publique VRT qui a eu une attitude irréprochable. Et personne ne l’a crucifié.

On n’a pas inquiété son confrère de parti, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA) quand il a expliqué que la décision d’évacuer le métro avait été prise « vingt minutes avant l’explosion ». Une manière de dire qu’elle avait été prise en temps et en heure, et peut-être, de donner l’impression que la STIB avait mis du temps à la mettre en œuvre, mais pas le gouvernement, voyons ! La presse a arrêté là les questions. Pauvres ministres déjà scotchés par les attentats. On ne va quand même pas les soumettre à un feu de vraies questions, non ? Ce n’est pas comme s’ils étaient responsables de quelque chose.

Juste après les attentats, des policiers de toutes sortes ont été envoyés dans les gares, notamment, ou ils auraient pu entrer en contact avec des terroristes. On leur a donné des gilets pare-balles qui n’arrêtent pas le calibre habituel des terroristes. Certains ont même sorti leur gilet personnel ! Et d’autres ont reçu des armes automatiques qu’ils n’avaient plus utilisées depuis des années : ils ne savaient même pas comment on active ou on retire la sécurité ! C’est vrai que la police belge ne va pas souvent au tir. Et qu’on utilise nos flics à toutes les sauces, faute de personnel et d’organisation. Quant à l’exercice antiterroriste, c’est réservé à quelques-uns pour l’instant. Mais que voulez-vous, on est trop endettés pour faire mieux.

Même la sécurité nucléaire pose question. Les frères Barkaoui seraient les deux personnes qui ont récupéré une caméra posée par Mohammed Bakkali, l’un des suspects liés aux attentats de Paris, devant le domicile du directeur de la recherche nucléaire belge, du centre de Mol (Flandre) qui possède une petite centrale et un peu d’uranium. On a donc envoyé une centaine de militaires protéger les centrales, en urgence. On n’avait pas prévu ça ! À un journal français, un responsable a expliqué qu’il ne fallait pas s’inquiéter, les terroristes visaient probablement uniquement le directeur de la recherche lui-même. Après, on s’étonne que tout le monde se moque (tristement) de nous !

Ce matin, Newsmonkey révélait que, selon la police grecque, on a retrouvé des plans de l’aéroport de Zaventem dans une cache d’Abaaoud à Athènes. Le ministre de l’Intérieur a affirmé que la Belgique n’avait aucune connaissance d’une menace sur cet aéroport. Le hic, c’est que ces plans auraient, selon les services grecs, été transmis à leurs homologues en… janvier 2015 ! Ils ajoutent qu’il est difficile de travailler avec les Belges. C’est aussi l’opinion de pas mal de spécialistes américains.

Ceux des Français qui le pensent aussi ont mis la pédale douce : ils ont tout de même laissé eux-mêmes plusieurs terroristes échapper à leurs radars (en fait, tous ceux qui ont agi sur le sol français, plus Mehdi Nemmouche, arrêté par hasard) et ont besoin des Belges, plus grands fournisseurs de terroristes par habitant en Europe occidentale, Anvers (et non Molenbeek) tenant toujours la tête en matière de daéshisme congénital. Il faut dire que là-bas, la police casse du beur en série depuis des lustres.

Après, on s’étonne que les pires critiques viennent de l’extérieur. Et on s’énerve. Car la Belgique n’est pas seulement un terreau fertile pour l’incompétence et le je-m’en-foutisme, elle n’accepte même pas la critique quand elle a tout foiré. Oui, tout, depuis le 13 novembre jusqu’à mardi dernier. Il faut savoir le dire. Dès que les remarques acerbes nous sont parvenues par la presse de Washington, Paris, Moscou, des journaux francophones belges ont regimbé sur le thème « on peut nous critiquer, mais pas nous traîner dans la boue, ehoh ! » (La Libre, mais ce n’est qu’un exemple).

Mais en fait, on ne peut même plus vraiment nous « traîner » dans la boue : on y est trop enfoncé ! Et ça commence à se voir. Et plus on se débat en hurlant que ce n’est même pas vrai, plus on s’enfonce ! Certes, certains intellectuels ou experts sont maladivement mal informés. Comme Finkielkraut qui prétend que l’islamisme dirige Molenbeek. Une véritable déchéance pour un philosophe de son acabit. Mais tout de même. Il devient difficile de trouver un journal dans le monde qui n’a pas publié au moins un article relevant un des comportements gravement erratiques de notre système antiterroriste (pour autant que nous puissions dire qu’il y en a un).

Alors, les pouvoirs se mettent en mode damage control. On va corriger l’image de la Belgique. On a donc, dès janvier, investi quelques centaines de milliers d’euros dans une campagne pour faire rebriller Bruxelles et pour désamorcer Molenbeek. Ah, le tourisme à Molenbeek, c’est bath ! Chouette campagne, au demeurant, mais inutile. Car voilà, tout le bénéfice s’est envolé le 22 mars. C’est fichu, foutu, de l’argent jeté, brûlé, explosé. Et si vous demandez aux responsables, ils vous diront qu’on va redresser ça avec de nouvelles actions de com. Autant redresser un bateau aux deux tiers gorgés d’eau avec un dé à coudre ! Alors, on regarde ailleurs, et on se dit : attendons, ça ira.

C’est peut-être ça, la principale cause du mal belge : le déni. La méthode Coué. Tout va forcément bien. On est forcément bons. Ou pas trop mauvais. D’ailleurs, pas trop mauvais, ça nous va. Pourquoi chercher à faire mieux ? On n’est quand même qu’un petit pays et pour un petit pays, on se débrouille pas trop mal, haha ! Les pays voisins nous aiment bien, non ? C’est qu’on se débrouille plutôt bien. Allez. On a forcément une bonne police et une sûreté acceptable. Et si des erreurs sont commises, c’est forcément des exceptions, et forcément pas très grave. Et de toute façon, si ça merde, on n’a qu’à dire que c’est la faute à Moureaux ! Et si on est pro-Moureaux, on dira que c’est la faute à la N-VA.

Et c’est comme ça que la foire continue. Et la foire n’a jamais cessé.

En 2015, Ibrahim El Bakraoui s’est promené 8 mois librement alors qu’il avait quitté le pays pour tenter de rejoindre la Syrie et qu’il avait été expulsé au moins une fois par la Turquie. Moins d’un an plus tard, il se faisait exploser à l’aéroport de Zaventem. El Bakraoui avait fait de la tôle en Belgique, notamment, pour avoir tiré à la Kalachnikov contre des policiers, à Laeken, un quartier de Bruxelles, en plein jour. Du lourd.

Le chopant à la frontière syrienne alors qu’il était en liberté conditionnelle en Belgique (kabooom), la Turquie l’a envoyé… aux Pays-Bas (à sa demande, et/ou parce que la Belgique n’avait pas réagi à son fax). Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a reconnu que l’agent de liaison avait traîné. En fait, il a bien transmis l’info, mais un peu tard, et à la Police fédérale, on s’est dit que comme c’était tard, autant ne pas chercher à en savoir plus. En jetant un condé en pâture à la population, le ministre de l’Intérieur s’est illico pris les syndicats de la police sur le paletot : après avoir accusé l’agent de liaison d’être responsable de tout, il a annoncé qu’il lançait une procédure disciplinaire. Les condés ne digèrent pas que le procureur se fasse aussi juge. Et qu’une fois de plus, tout retombe sur la police, rien sur le politique.

Interrogé par les journalistes pour tenter de comprendre pourquoi la Hollande ne l’avait pas remis à la Belgique dès sa descente d’avion, le ministre néerlandais explique, un peu énervé, que la Belgique n’avait jamais mis El Bakraoui « dans le fichier Schengen » ! Pire encore, alors que la Belgique pensait toujours qu’il s’agissait de deux frères gros loubards un peu remuants (libérés sous conditions parce que de bonne conduite, et jamais réincarcérés plus de quelques jours malgré la violation de ces conditions), les futurs kamikazes figuraient sur les listes américaines du contre-terrorisme. On peut supposer que la Turquie a mieux informé les USA que la Belgique. Et/ou que les Ricains savent utiliser un ordi. Ou qu’ils en ont un qui marche ? Eh oui, tout se paye.

Quelques mois plus tôt, la Turquie arrêtait aussi Ahmed Dahmani, soupçonné d’avoir participé aux attentats de Paris. Comment avait-il pu quitter la Belgique ? Condamné à 20 mois de prison pour une série de vols, il devait recevoir un bracelet électronique (les peines de moins de trois ans ne sont pas exécutées et heureusement, ça évite quelques conversions dans les prisons invivables et bondées où les islamistes font la loi). Mais voilà il y avait pénurie, lenteur ou dysfonctionnement et huit mois après, Ahmed n’avait toujours pas son bijou au pied. Le 16 novembre — soit trois jours après les attentats —, la police s’est rendue chez lui, non pas pour sa participation potentielle aux attentats de Paris, mais pour lui mettre son bracelet électronique ! Oh, dommage, il venait de partir pour la Turquie ! Un pays qui, heureusement, a été un rien plus sévère et beaucoup plus clairvoyant.

Mais chaque fois qu’Erdogan critique la Belgique, il y en a pour lui répondre qu’il n’est pas en position de le faire, méchant Tayyep. Sur la démocratie, c’est vrai. Mais sur les informations, ses services ont une cruelle longueur d’avance. C’est aussi le cas du Maroc, qui aurait donné quelques tuyaux bien utiles aux enquêteurs.

Mais revenons aux cinq jours qui ont passé entre la jubilation et l’horreur. Entre son arrestation le 17 mars, et les attentats du 22, Salah Abdeslam a été interrogé deux heures par le parquet (en une séance), et une heure par la juge d’instruction. On imagine que celle-ci a été plus factuelle. Deux vraies heures, donc. On se demande pourquoi on ne l’a pas « cuisiné » (intellectuellement, j’entends) lors du premier interrogatoire. Mais voyons : parce qu’il était fatigué, après sa balle prise dans le genou, le pauvre chou !

Ensuite, Salah Abdeslam a fait valoir son droit au silence et les condés n’ont pas insisté. Les terroristes ont, dans nos pays, droit au silence. Donc, on n’a pas su faire pression sur Salah. Rien que cette information a halluciné des journalistes de Haaretz, Newsweek, Politico, et j’en passe des centaines. Parce que quand on arrête un étron de son calibre, on ne se demande pas s’il pourrait y avoir un attentat ensuite, on part du principe qu’il y aura un attentat. Et on part du principe qu’il est complice, qu’à chaque minute, ça peut péter, qu’il sait qui sont les intervenants, où ils vont agir, et qu’on peut empêcher ça. Qu’il y a urgence absolue. Si on ne part pas de cette logique-là, on n’entre pas dans la police, on fait aubergine et on colle des amendes sur les voitures mal garées.

Évidemment, on peut aussi se demander si nos lois sont suffisamment souples pour permettre ce type d’interrogatoire, l’insistance, le push. Si ce n’est pas le cas, pourquoi n’a-t-on pas proposé d’intégrer des mesures un rien moins cosy en cas de terrorisme, à ajouter aux 40 mesures prises ou prévues en grandes pompes par le gouvernement de Charles Michel, en plusieurs vagues depuis Charlie Hebdo, dont un tiers ne servait qu’à montrer ses biscoteaux à l’électorat inquiet ? Mais là, la France avec son débat débile sur la déchéance de la nationalité n’a en effet rien à nous envier.

Entretemps, les ratages se sont amoncelés. Selon une source qui demande l’anonymat, Salah et Brahim Abdeslam auraient été signalés comme gravement radicalisés par un proche aux autorités. La personne n’en a plus jamais entendu parler. Après les attentats, elle était furieuse. Le témoignage que j’ai recueilli est indirect, mais il est corroboré par une policière qui a déclaré avoir reçu, en juillet 2014, un coup de fil d’un-e proche des Abdeslam, en larmes, expliquant qu’ils étaient « totalement radicalisés », cherchaient à aller en Syrie et planifiaient un attentat. L’information est restée dans les limbes. Devinez qui est poursuivi. Le commissaire ? Le chef de corps ? Le ministre ? Mais non ! C’est bien sûr la policière, pour avoir révélé cette information à la presse. La Belgique, c’est comme la maffia, il faut respecter l’omerta !

Une autre ? En juin 2015, Brahim Abdeslam, déjà repris de justice, était arrêté en flagrant délit pour vol avec effraction dans une brasserie. C’était son troisième vol dans le même établissement. Il est ressorti dans les heures ou les jours qui ont suivi. Et suffisamment libre, cinq mois plus tard, pour buter des Français en masse.

Autre étrangeté, mais là, la Belgique n’est pas seule à foirer : alors que la France vient de vivre le plus meurtrier des attentats, Salah Abdeslam, fiché en Belgique, est arrêté sur la route, en France. Mais voilà, bien qu’il soit fiché en Belgique, il n’apparaît pas sur le radar français. Pourquoi ? Il n’est pas suffisamment clair qu’il est bien un terroriste en puissance, et donc, l’ordinateur précise qu’il ne faut pas l’inquiéter. Question : après un attentat d’une telle envergure, pourquoi la limite entre « petit poisson » et « arrêtez-le, on ne sait jamais » ne bascule pas automatiquement ? Pourquoi les « c’est peut-être un terroriste mais on n’a pas assez de preuves » ne devient pas « à arrêter et interroger en cas d’attentat ». 

La réponse à cette question peut coûter trente-et-une vies, et 316 blessés.

La presse internationale a bien sûr aussi récupéré les arguments plus politiques, ceux qui cachent un agenda indépendantiste ou autonomiste, ou une détestation de la Capitale par certains, ou encore l’opposition rageuse entre gauche et droite. On lit dans des papiers sérieux que tout ça, c’est évidemment la faute aux six zones de police de Bruxelles alors que l’antiterrorisme et la sûreté ne sont pas concernés. Ou alors, au fait que l’ancien maire de Molenbeek Philippe Moureaux a laissé filer le communautarisme à Molenbeek. D’accord, mais dans ce cas, comment expliquer qu’Anvers livre plus de jihadistes par habitant ? Et en quoi Moureaux est-il responsable de l’impuissance de la Sûreté de l’État ? Du laxisme de la justice ou de son manque de moyens ?

Ou alors, c’est à cause de l’organisation de Bruxelles en communes. Comme si le fait d’avoir des parcmètres différents dans une même rue provoquait l’islamisme ! Bref, la presse mondiale ne fait que transposer le « c’est toujours la faute à quelqu’un d’autre », qu’on charge comme une mule pour cacher que c’est tout le pays qui est déglingué !

Avant que les déchets humains décérébrés de l’État islamique ne posent leur lourde charge, leur lourde haine dans nos vies, on doutait déjà. Ce pays fonctionnait-il ? Avait-il pris la mesure de la société dans laquelle nous vivions ? Pouvions-nous encore faire confiance à nos services de sécurité ? Nos ahurissantes charges fiscales et sociales correspondaient-elles réellement au service de qualité qu’ils nous imposaient d’espérer ?

Et cette question prit une tout autre dimension le 22 mars. Un véritable vertige pour nos dirigeants. Avant que les ordures ne ravagent Bruxelles, bien des Bruxellois, liés d’une manière ou d’une autre à Paris, avaient déjà pleuré le 13 novembre comme s’il s’était agi de leur ville, de leurs quartiers. Mais ils n’avaient pas encore fait cette terrible expérience : voir un de leurs lieux de vie, un lieu de quotidien, marqué à jamais par la terreur. Le 22 mars, ce petit reste de quiétude s’est effondré. Nous sommes alors tous devenus des victimes du 13 novembre. Et nous avons découvert que nos politiques étaient incapables de respecter même trois jours de deuil national. Et là, j’aurais préféré être français.

La France ne marche pas bien, c’est même une de ses marques de fabrique, presque une revendication. Elle est divisée, chaotique, en crise, parfois désespérée. Mais quand un drame la frappe, elle retrouve un mot magique : République. Ce mot qui fait que le plus haï des présidents français aura droit à une trêve plus ou moins respectueuse pendant le deuil. Ce mot qui fait qu’on se rassemble, toutes couleurs confondues, sur la place du même nom, pour croire, espérer, rêver.

Oh, personne n’est dupe. Ça ne dure qu’un temps. On se fait des promesses qui s’envoleront en quelques jours. Mais on a droit, quand on est français, à ce moment d’espoir qui réchauffe, aide, rassure. Et on peut, ensemble, oublier les fautes, dont on parlera plus tard.

Les Belges, eux, n’y ont pas droit. La Belgique est en lambeaux et le Belge, apatride. On en est à la sixième réforme de l’État, chacune d’entre elles étant destinée à diviser le pays un peu plus. On ne sait même plus qui est responsable de quoi. Nous vivons dans une usine à gaz. Le Belge, tiraillé entre quinze citoyennetés possibles (flamande, francophone, wallonne, provinciale, bruxelloise, germanophone…) ne trouve plus la consolation dans les symboles nationaux ou les valeurs de l’État — il la trouvait encore quand le roi Baudouin est mort. Il ne peut plus que se regrouper spontanément. Loin des politiques, du roi, des hymnes — cette Brabançonne qu’il ne chantera pas, faute d’en connaître les paroles, ou même de se souvenir de son air. À moins qu’il ne décide d’entamer un hymne régional.

Après le pire acte de guerre depuis 1945, on aurait pu croire que quelque chose allait changer. Mais non, ce fut pire que jamais ! Au moment où tous les corps constitués du pays se recueillaient au Parlement pour commémorer les 31 disparus, les 316 blessés, les dizaines de milliers de proches et les millions de Belges tétanisés, le ministre-président de la région majoritaire, la Flandre (58 % de la population), a trouvé élégant d’organiser son petit mémorial minable dans son coin, sur la Place des Martyrs — ce nom que les Daéchiens donnent aux monstres qui s’explosent parmi nos enfants, nos amis, nos conjoint-e-s, nos parents. Officiellement, une grosse moitié du pays n’était donc pas à la cérémonie nationale d’hommage aux 31 morts et 300 blessés, dont 67 en soins intensifs !

L’attentat de la station Maelbeek (Maalbeek) a eu lieu au pied du Parlement européen. Des innocents de quarante nationalités ont été arrachés à la vie ou cruellement blessés un bête mardi. Ensemble. John Kerry a dit au premier ministre, sans l’ombre d’une hésitation : « Je suis bruxellois, ik ben Brussels ». Mais la Belgique n’a pas la capacité d’en faire autant, ensemble.

Les attentats ont révélé le désastre. Contrairement aux pays qui nous entourent, même les plus petits, la Belgique a perdu toute fierté. Elle n’est même plus capable de s’interroger sincèrement. De répondre aux critiques qu’ils ont peut-être raison. Et même pas d’accepter l’aide française au moment où les ambulances bruxelloises sont débordées. Ça n’est pas de la fierté, ça, c’est de la bêtise ! La fierté, c’est ce qu’on acquiert quand on a bien agi, qu’on a reconnu ses fautes, qu’on se regarde en face dans le miroir pour s’autocritiquer décemment, vigoureusement, avec le monde pour témoin. La fierté, ça n’a jamais été ce qu’on tente de protéger en crachant sur celui qui vous annonce que votre maison est en feu.

Certes, l’Europe doit se ressaisir à bien des égards. Mais son petit cœur tout blessé n’a pas le droit de s’effondrer sur lui-même en un gigantesque trou noir, poussé à la faillite par des forces politiques centrifuges. Les Belges apatrides en ont assez de chanter le requiem de leur pays. Et cette fois, de victimes de la terreur, mais qui sait, peut-être aussi de notre tragique incompétence.

Previous L’avenir de Bruxelles est masculin, blanc et néerlandophone.
Next Quand la guerre des Belges fait blanchir l’asticot.

You might also like

138 Comments

  1. Il va falloir arrêter de tirer sur des ambulances, tellement l'incompétence et la malhonnêteté de certains des politiciens qui se succèdent à la tête de notre pays depuis au moins trente ans est devenue une évidence. Que ce soit par lâcheté, par incompétence ou pas pur électoralisme, certaines édiles politiques ont cru bon, depuis 30 ans, de laisser des quartiers entiers de notre capitale aux mains de voyous reconvertis opportunément en islamistes radicaux, rendant par là, au passage, le plus mauvais service qui soit à nos concitoyens musulmans, aux braves gens venus travailler chez nous et qui ne demandent que de vivre en paix et en sécurité du fruit de leur labeur, dans le respect de leurs origines et de leur religion: laisser ces racailles - qui se sont révélées aujourd'hui, pour certaines, être de véritables terroristes - les représenter dans l'imaginaire populaire. De là est partie une image de l'immigration arabo-musulmane et de l'Islam plus que désastreuse et son corollaire, les réactions de rejet à l'égard de cette communauté, soit l'exact contraire de ce que ces apprentis sorciers prétendaient vouloir faire, à savoir lutter contre le racisme... Si, aujourd'hui, dans l'esprit d'un certain nombre de personnes, un véritable amalgame se crée entre les musulmans et les terroristes, de qui est-ce réellement la faute ?
    • u'tz
      mars 27, 23:19 Reply
      "Si, aujourd’hui, dans l’esprit d’un certain nombre de personnes, un véritable amalgame se crée entre les musulmans et les terroristes, de qui est-ce réellement la faute ?" -de la faute à tout le monde, sauf vous... et moi, bien sûr
    • André Bourlakoff
      mars 29, 14:18 Reply
      A partir du moment ou les terroristes massacrent en gueulant "Allah est grand", je ne vois pas de raison valable pour faire la différence d'avec des musulmans qui prient le vendredi en psalmodiant "Allah est grand". C'est beaucoup demander à des gens simples de faire - sur le tard - un doctorat en théologie islamique... Donc l'amalgame est inévitable et peut-être recherché par les islamistes ? Vas-savoir ?
      • Marcel Sel
        mars 29, 23:14 Reply
        Essayez avec les phalanges chrétiennes qui massacraient à Sabra et Chatila en criant Jésus, et les chrétiens de Bruxelles qui prient Jésus. Je suis sûr qu'il ne faut pas être si malin que ça pour percevoir la différence.
        • André Bourlakoff
          mars 30, 00:28 Reply
          Je n'y avais pas pensé aux phalanges ! Good shot, Brother : je suis échec et mat... A la prochaine !
        • u'tz
          avril 03, 17:11 Reply
          ne pas penser aux phalanges libanaises avec tsahal en soutien (ou l'inverse, je sais plus) contre les palestiniens multiconfessionnels... -st-dominique niquez pour nous
    • JF
      avril 01, 10:27 Reply
      Bonjour Merci pour votre article, pertinent comme toujours. Je ne suis par contre pas d'accord avec votre avis sur les services de renseignements turcs. Vous écrivez: "Mais chaque fois qu’Erdogan critique la Belgique, il y en a pour lui répondre qu’il n’est pas en position de le faire, méchant Tayyep. Sur la démocratie, c’est vrai. Mais sur les informations, ses services ont une cruelle longueur d’avance." La Turquie subit actuellement un attentat mensuel: Diyarbakir, Ankara et Istanbul à de nombreuses reprises. Est-ce vraiment un succès des services de renseignement d'Erdogan? Les médias, eux, sont censurés: interdiction de couvrir l'événement en direct. Comme par enchantement, à peine l'attentat est perpétré, des suspects sont arrêtés dans la journée voire même dans l'heure. La multiplication des attentats en Turquie, même si je ne les justifie nullement, est la conséquence de la politique d'Erdogan qui, alors qu'il avait perdu une partie de son électorat en faveur du HDP parti pro-Kurde, s'est mis à bombarder intensivement les régions kurdes en Turquie pour récupérer des voix des nationalistes. Son slogan de campagne, c'était: l'AKP ou le chaos. Le chaos est bien là...
      • Marcel Sel
        avril 03, 15:52 Reply
        C'est vrai mais ils informent relativement bien, à ce qu'on me dit, sur "nos" jihadistes. Erdogan le sait et en tire profit pour obtenir une certaine mollesse dans la critique européenne. On signe même de grands accords avec lui !
    • Brusseleir
      avril 07, 10:22 Reply
      Belgique francophone : en général, la France… en pire !
Naples-Bruxelles, même combat !
Beaudelaire visionnaire : « Pauvre Belgique ! »
Bruxelles : urbanisme immonde, rues infectes, population grossière, fonctionnaires arrogants, commerçants méprisants…
Déni et dénégation, incompétence et contre-performance, paresse et bêtise (« à front de taureau »).
Quelques faits :
• Jusque récemment : pas de station d’épuration à Bruxelles…
• Hier encore : construction d’une tour d’habitation de grand luxe sur le canal, plusieurs centaines d’appartements… pas de connection prévue aux égouts (vérifiable)…
• Aujourd’hui : collecte des ordures grotesque, hors de prix (sacs plastiques payants), inefficace, ubuesque sinon kafkaienne (interdiction de jeter des déchets dans les poubelles de rues sous peine d’une « taxe » de 115 € !)…
• Interdiction de fumer dans les espaces publics bafoué – voir les « estaminets » (sic) dits « ethniques » de Schaerbeek où la cigarette est la norme…
• Jour après jour : jusque au cœur de l’hypercentre, des artères majeures transformées chaque soir en décharges publiques…
• Voyage après voyage : les pires chauffeurs de bus d’Europe – brutaux, dangereux, sans respect pour le code de la route…
• Gares de chemin de fer : une honte, une infamie, une forfaiture – la SNCB spécule à outrance sur les terrains autour des gares, elle détruit l’habitat et chasse la population… mais laisse littéralement pourrir sur pied les gare du Nord, du Midi, centrale…
La réalité historique : Bruxelles est une ville légitimement flamande, l’une des capitales historiques de la Flandre. Une grande ville flamande sous occupation francophone. Comme dans toute occupation, comme celle de la France « à l’heure allemande », une partie de la population locale a collaboré avec l’ennemi, passant du néerlandais dans sa variante locale au français, par intérêt (à l’origine, parait-il, en réaction à la volonté de la maison d’Orange d’imposer aux Bruxellois locuteurs du néerlandais, largement majoritaires par le passé, la variante linguistique des Pays-Bas). Résultat : le basculement progressif du néerlandais au français, accéléré par l’immigration wallone.
Faut quand même se rappeler, comme le fait discrètement le musée Red Star Line à Anvers, que les Wallons ont laissé crever de faim les paysans flamands réduits à la misère par la crise agricole au XIXe siècle, espérant sans doute que la langue et la culture de ceux-ci disparaitraient ipso facto. Mais ça, ils l’ont bien oubliés les wallons d’aujourd’hui, affolés par la menace de la partition (« Papa ou t’es? ») et le tarissement programmé de la pompe à fric.
Hélas pour Bruxelles, les (tout) petits Francophones belges étaient congénitalement incapables de rivaliser avec la splendeur de l’urbanisme et de l’art flamands (Brugges, Gand, Anvers, Lier…) – inculture, illettrisme voire ananlphabétisme, culte du je-m’en-foutisme (sinon du foutage de gueule – à Bruxelles, personne n’en a rien à f… de rien, comme on peut en faire l’expérience quotidienne.
Par haine de la beauté, les francophones ont donc entrepris de détruire de fond en comble la ville occupée.
La destruction ne date pas de l’expo. de 58 : elle a commencé avec le bombardement par un officier criminel de Louis XIV, roi autoproclamé « soleil » (en réalité à l’origine du déclin de la France). Elle s’est poursuivie par le voutement fatal de la Senne, puis par la sinistre jonction nord-sud, la criminelle démolition du palais du peuple, etc.
A noter : aucun Bruxellois n’a jamais élevé la moindre protestation contre cette politique de la terre brulée urbaine. Il est vrai que les copains et les coquins ont du s’en foutre plein les fouilles – la spéculation immobilière, seule « industrie » de Bruxelles, où le taux de mètres carrés de bureaux (vides !) est le plus élevé d’Europe après Zurich.
Le résultat : si la Belgique francophone est l’anus de l’Europe, Bruxelles est une hémorroïde. Sans l’UE, qui soutient la ville comme la corde soutient le pendu, comme le papier peint fait tenir la bicoque qui s’écroule. Sans l’UE, Bruxelles retournerait en quelques semaines à l’état de bidonville du tiers-monde, comme chacun le sait.
Seul espoir des rares Bruxellois citoyens (il y en a !) : le retour en masse des Flamands à Bruxelles et la fin de l’occupation francophone – balayage, nettoyage, lessivage…
Retour à la civilisation, à la culture, à l’urbanité.
Signature : un expatrié français à Bruxelles, pas belle !
PS : Faut vraiment être niais pour croire que la chanson « Bruxelles » de Dick Annegarn est un hommage à la ville – « Bruxelles abrutie », « l’ennui de l’ennui », « Place de Brouckère, artère vers l’enfer », etc.
  2. Benoit Noël
    mars 26, 14:54 Reply
    Marcel, lorsque l'on place à des postes clés, des personnes qui ont promis la fin du pays, ça ne peut pas fonctionner (Merci Charles !!!). Mon meilleur ami est agent de liaison (comme le pauvre Sébastien Joris). Depuis que Jambon est à l'Intérieur, les moyens de mon pote ont été divisés par deux (pour être plus précis, il était agent de liaison dans quatre pays de l'Europe de l'Est. Sa zone a été étendue à quatre autres contrées mais avec le même budget). Bref, je reste sur ma théorie (et je ne pense pas être parano): la NVA affaibli en douce l'Etat fédéral (malgré sa promesse de ne pas faire de communautaire) pour en arriver à prouver que plus rien ne fonctionne au niveau fédéral. Jusqu'au jour où elle se présentera devant ses électeurs pour leur dire: "la Belgique ne fonctionne plus. On arrête"...
    • u'tz
      mars 27, 23:33 Reply
      "la NVA affaibli en douce l’Etat fédéral (malgré sa promesse de ne pas faire de communautaire) pour en arriver à prouver que plus rien ne fonctionne au niveau fédéral." "affaiblir <strong>en douce</strong>" et tout de même un solide challenge pour des gens qui veulent prouver qu'il sont totalement capables d'assumer des pouvoirs régaliens d'une Entité (le "fédéral") plus faible que leur Entité "flandre" mais au territoire plus important et surtout virtuellement considérée comme un Etat à part entière par tous les autres Etats... charles michel sera viré bien avant la fin du pays rêvée par ses maîtres
    • Les socialistes ont, eux, sapé les fondements de l’État de droit en laissant les islamistes s'installer durablement dans notre pays. De plus, à ma connaissance, ce n'est pas la NVA qui a participé au démantèlement de notre État fédéral depuis 30 ans ni au sous-financement et au délabrement de notre Justice, de notre Police, de notre Enseignement...
      • u'tz
        avril 03, 17:06 Reply
        "à ma connaissance, ce n’est pas la NVA qui a participé au démantèlement de notre État fédéral depuis 30 ans ni au sous-financement et au délabrement de notre Justice, de notre Police, de notre Enseignement…" depuis 30 ans les gens qui voulaient un sous-financement et un délabrement de notre Justice, de notre Police, de notre Enseignement… et votaient pour d'autres partis apparentées, votent aujourd'hui n-va... (ou son allié mr) -merci n-va ! disent-ils, de nous sauver des méchants cléricaux de l'islamiste ps (en sp-a? of nee?) };^)€>
        • Brusseleir
          avril 07, 12:22 Reply
          Comme indiqué ci-dessus, du point de vue d'un Français (ayant fui la France pour cause de désastre moral et intellectuel de la dite France) : Bruxelles est une ville flamande sous "occupation" francophone depuis plusieurs siècles. Occupation rendue possible par la "collaboration" des Flamands de la ville, par haine de leurs maitres néerlandais (faits historiques vérifiables). Bilan de cette occupation ? Nul ! L'occupant francophone, par haine de la culture flamande, a détruit la ville.. Quel témoignage de culture et d'art l'occupant francophone a-t-il laissé à Bruxelles ? Aucun ! La destruction d'ailleurs initiée par la France (bombardement par la soldatesque du tyran autoproclamé "soleil"), poursuivie par la bêtise "à front de taureau" (Baudelaire, qui avait plus ou moins compris de quoi il retournait) et la rage de l'impuissance. Quelques étapes de la descente aux enfers (liste non exhaustive, voire sans fin) : • voutement de la Senne… • palais de justice ("plus grand édifice public du monde", la grenouille et le boeuf)… • basilique de Kokelberg ("plus grande église", bla bla bla)… • jonction nord-sud… • Palais du peuple… • gares du Midi et du nord et leurs environs… • environs du Jardin botanique… • Coudenberg, environs de la bibliothèque royale… Etc. L'avenir de Bruxelles ? Un jour, la ville redeviendra flamande, conformément à son histoire. L'avenir de la Belgique ? Un jour, le pays redeviendra flamand, conformément à son histoire. Les francophones, minoritaires, auront le choix : soit apprendre (enfin !) la langue de leurs maitres légitimes et accepter – juste retour des choses – la domination légitime d'un peuple et d'une culture dont les réussites éclatantes démontrent la supériorité (Bruges, Gand, Anvers…), avec l'avantage non négligeable de bénéficier de la proximité avec à un grand pays démocratique, le plus dynamique d'Europe (les Pays-Bas) ; soit rejoindre une France du nord appauvrie, acculturée, en voie de sous-developpement et d'imposion sous la pression des tensions sociales. It's up to you, folks!
          • u'tz
            avril 07, 21:51
            alleïdi céfoussa, tof ! le raccourci : l'occupation des FR de bxl c'est du feu de la vieille ville en jambe de bois par la soldatesque lansquenette du soleil autoproclamé fin du xxviie,et non peut-être sa reconstruction début xxviiie en bonne pierre avec le fric des NL "à front de taureau" ou gueule de malinois ou de cochon payant de louvain... jusqu'au voûtement de la senne parce qu'une fois le trouvère FR d'RF baudelaire trouvait que la senne sentait la bière pissée deux fois... tout ça via le "Palais(sic) du peuple" (sûr là qu'horta le coupable des 323 victimes 100% belgicaine de l'innovation tout ça hors jihad parlait FR en bon gantois à la maison même à celle du peuple) "la domination légitime d'un peuple et d'une culture dont les réussites éclatantes démontrent la supériorité (Bruges, Gand, Anvers…)" et dire que le monde entier ne connait que bxl... et molenbeek, vraiment brillantes les villes des êtres supérieurs
  3. Hansen
    mars 26, 15:57 Reply
    Les belges, otages de la particratie, savent cela depuis longtemps, mais il est bon de le rappeler. Merci Marcel. Les belges sont des gens pacifiques et savent que la vérité triomphera. La vie est toujours la plus forte. Pour le moment ils font le deuil de ceux d'entre eux dont on a pris la vie injustement. Dorénavant nous avons tous quelque chose des victimes en nous et nous ne pourrons jamais plus les oublier. Ils vivront en nous et nous feront vaincre le terrorisme.
  4. MartineV
    mars 26, 16:03 Reply
    Un constat glaçant. Affreusement juste, même si différents points peuvent être discutés (certains jugements de la presse étrangère notamment). Dans ce maelström, le dévouement des services de secours paraît d'autant plus admirable, c'est quelque chose de positif à retenir quand même. Contrairement à l'infâme médiocrité de ceux qui tentent de tirer leur petit profit politique personnel du drame.
  5. lievenm
    mars 26, 16:38 Reply
    Marcel, er zijn geen Belgen. En ter info, de aanslagen zijn gepleegd door franstalige moslims, niet door leden van de N-VA. Als je dit artikel leest, zou je het niet zeggen.
    • u'tz
      mars 27, 23:43 Reply
      après 104 ans, lievenm le juldestrée NL parle au roi marcel lievenm, renseigne-toi sur le nombre de terroriste enbourgeoisé dans l'enseignement FR et inburgeré dans l'enseignement NL, c'est des bxlois tout de même!
    • dsp
      mars 28, 07:30 Reply
      Lieven : ge hebt gelijk...of toch niet ?!? Wie schiet er een kogel door de kop op een video en "klapt in 't antwaarps" ? Wie is er blijkbaar de baas van de geheime politie ? Vlaanderen (zonder Brussel) blijkt een hofleverancier te zijn. Antwerpen op haar eigen al meer dan Brussel. En sharia4belgium is volgens mijn weten heel "antwerps" ook. Dus ttontje lager als je echt zo idioot bent om het lokaal te gaan spelen, wat evenzeer als niet meer belachelijk is. Wij zitten in de shit, allemaal. Niet vlaanderen, niet brussel, niet belgie, niet europa maar de hele wereld !
      • lievenm
        mars 29, 23:53 Reply
        Het verschil is dat die culturele verrijker in Syrie zit en wij daar hier dus geen last van hebben. Ik wens president Assad en president Poetin alle succes toe om hem naar zijn 72 maagden te bombarderen.
  6. Lachmoneky
    mars 26, 17:02 Reply
    Voilà la réponse à une des questions que soulève Marcel: http://www.rtbf.be/info/dossier/explosions-a-brussels-airport/detail_attentats-a-bruxelles-la-stib-n-a-recu-aucun-ordre-de-fermer-le-metro?id=9252669 Nous avons donc en effet, DES sérieux problèmeS Et même une décision prise 52 minutes après le premier attentat est hallucinant, quand on se remémore le déroulement des attentats à Paris... mais aussi à Londres, Madrid, New-York.... Le seul point "positif" c'est que le hasard de Forest, suivi de l'arrestation de Salah Abdeslam, a pu faire avorter un mitraillage style gare Centrale, ou gare du Midi. Synchronisé avec les deux autres attentats.
    • Isa412
      mars 28, 19:55 Reply
      A qui vous le dites, c'est maintenant que j'ai l'après coup, car je devais prendre le metro a 9h à Merode direction centre pour un rdv important. J'ai hésité a le reporter vu l'attentat à Zaventem et les suites ici à la maison. Coup de fils multiples ayant de l'entourage concerné. Je trouvais ça un peu mou de me défiler de ce rdv pour un attentat à Zaventem qui est loin de ma route. Mais finalement j'ai tellement hésitée que j'ai appris ce qui c'etais passé à Maalbeek entretemps (des rumeurs encore au début) Ben je vous certifie la prochaine fois je n'aurais plus aucune gene a ne pas hésiter, je reste chez moi ça c'est sur. Je suis contente d'avoir eu une bonne étoile et pouvoir encore vous écrire ceci aujourd'hui.
      • u'tz
        avril 07, 22:24 Reply
        bonsoir Isa412, ya deux semaines j'étais heureux que ni vous ni moi ni une de nos connaissances usagères du métro 1 et 5 ne se soit trouvées au mauvais endroit au mauvais moment, mais là franchement il serait temps que tout redevienne normal, on prends la 2-6 aussi, franchement Isa412 si le fait qu'être devenue une femme NL à bxl vous donne une ouverture sur jambon et l'autre n-va de vandeput, faite quelque chose ! pitié Isa412 pense à nous, nous serions nombreux à vous couvrir de bizoux de merci. il est tant que le trouillomètre au max du fédéral(NL+mr) ça cesse ! que nous puissions enfin être en train de circuler dans notre ville,c'est godferdom la moindre des choses et de préférence avant même que notre ciel soit réenvahi illégitimement par les crache-kérozène de la buur-économie de nos voisins NL
  7. moinsqueparfait'
    mars 26, 17:09 Reply
    Cet État doit maintenant prendre fin. Il n'y a pas d'autre solution. Déjà dangereux pour ses propres populations (ce qui n'a jamais tracassé personne), il devient maintenant franchement nuisible pour tout le continent. Il appartient aux vrais décideurs (dont aucun n'est belge) d'enfin prendre la décision qui s'impose de dissoudre l'État belge. S'ils ne la prennent pas, ils se rendront responsables du chaos belge et de ses retombées. Il n'y a aucune autre solution permettant de stabiliser les régions "belges" que de dissoudre définitivement ce non-État. À eux de prendre leurs responsabilités. Même Francis VdW a fini par commettre un édito partiellement intelligent se terminant sur une sorte de cri du coeur mêlé de chant d'un chant du cygne, que l'on ne pourra traduire que comme ceci: arrêtez de nous enjoindre d'être "belges", de nous "unir", de "montrer l'exemple" pour l'Europe, arrêtez de nous reprocher notre opacité et nos complications: c'est la seule solution qui marche -mais toujours temporairement- pour maintenir cette fiction de pays sans que ça ne tourne en guerre civile. Si vous croyez que la Belgique doit être possible et que vous avez des leçons à donner, alors commencez vous-mêmes par former un gouvernement France-Allemagne commun avec les responsables américains qui stationnent leurs espions, leurs antennes, leurs troupes et leurs bombes où ils veulent et se mêlent de tout à leur discrétion. On verra le résultat et combien de temps ça va tenir... Si ça vous semble inconcevable pour vous, alors prière de fermer vos sales g... qui puent (et au modérateur de garder ces termes, choisis délibérément afin d'être bien compris). Même chez ce qu'on appelle les "belgicains", l'envie n'y est plus. Même le Saxe-Cobourg à côté de ses pompes qui nous sert de roi n'arrive déjà plus à faire semblant qu'il n'y croit plus lui-même après seulement 3 ans. L'envie n'y est plus. Plus personne n'a envie d'essayer de donner un peu de souffle. Tout a été essayé, ça ne marche pas. Je passe sur les sentiments des populations belges et leur désespoir car je pense que les décideurs s'en fichent totalement, c'est inutile de perdre son temps avec ça. C'est l'intérêt de ce continent qui doit maintenant être pris en compte et cette prise en compte passe entre autres par la fin de la farce belge. Hélas, je crains que les réunions en caucus entre gens "excessivement capables" ne débouchent de nouveau sur de prodigieuses décisions telles que l'appel (bien creux comme toujours) à "plus d'Europe" et (bien entendu!) un "renforcement des sanctions envers Moscou"... On ne vas pas se gêner, hein... quand on a le droit d'être con, fier de l'être, grassement payé pour ça et apparemment inamovible (pour l'instant)... Concernant la galaxie flamingante, ces pitoyables minus habens ont permis aux observateurs (qui observent vraiment) de désormais prendre la mesure de toutes leurs limites, à savoir qu'ils sont encore pires que les Belges de base. Ils vont "woordhouden" ("tenir parole", pour les non-initiés), ils vont ceci, ils vont cela, on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu. Ca gueule, ça gesticule, ça menace d'indépendance, de fermeture de robinet, etc. Quand c'est pour casser du Jacques Georgin, on est là, quand c'est pour racketter du réfugié avec son uniforme de flic, on est là. Mais quand le vrai ennemi débarque, rien n'a changé: c'est comme en 1914 et en 1940: débandade générale. Pitoyables nullards. Toujours égaux à eux-mêmes. Même pas capables de se présenter dignes et droits à une cérémonie d'une heure dans leur propre capitale... Pourtant, tous les "gens bien" comptaient sur eux pour remettre de l'ordre... une nouvelle illusion qui s'évanouit sur le plateau belge. Rideau.
    • u'tz
      mars 27, 23:54 Reply
      "Pitoyables nullards. Toujours égaux à eux-mêmes. Même pas capables de se présenter dignes et droits à une cérémonie d’une heure dans leur propre capitale…" votre désir de rideau tiré sur notre Etat (ce qui vous identifie pour ma part à un suppôt des idéologues libéraux soumis aux nationalistesflamingants) m'émeut car en pitoyable nullard égal à mon moi-même je pense que l'illusion du plateau belge est ce qui s'évanouit le moins au bout du compte
      • moinsqueparfait'
        mars 30, 00:42 Reply
        Vous êtes devenu flamingant? C'est arrivé à cause de moi? Vous devriez moins consommer, Utz, et relire le commentaire ;)
  8. Salade
    mars 26, 20:06 Reply
    "Et là, j’aurais préféré être français." Je vous parle du territoire du sud qui n'a pas été touché par les attentats. D'ici on supporte Bruxelles et la Flandre. Deux coups dans le sous-marin belge.
  9. Alex
    mars 26, 21:43 Reply
    Mouais... Puisqu'on est dans la critique, quand allez-vous faire votre mea culpa, Marcel ? Il me semble que vous avez injustement attaqué les Zemmour, les Destexhe et compagnie... Vous savez quoi ? Ils avaient raison à bien des égards ! Tenez, voici la tribune d'A. Destexhe dans le Figaro. Il n'y a pas un mot à effacer... https://www.facebook.com/alain.destexhe.9/posts/10204290409419988
    • u'tz
      mars 27, 23:59 Reply
      heureusement qu'il n'y a pas plus de racistes arrogants visibles genre autocomplaisant/destexhe, sans quoi il y aurait encore bien plus de terroriste parmi les aspirants connards
  10. Dubois
    mars 26, 21:59 Reply
    Tout est dit mais l'apologie de Ph. Moureaux est malencontreuse. Il ratissait large (pas le seul d'ailleurs et il en a inspiré d'autres) et il maintenait le calme en permettant les trafics en tous genres. Anvers ?
    • Rivière
      mars 28, 10:10 Reply
      Avoir uniquement des politiciens professionnels, ça ne donne pas des gens doués qui ne cherche que le bien commun, ça donne juste des mercenaires qui obéissent à ceux qui paient le mieux (et non pas aux électeurs !) et qui avant tout pensent à protéger leurs grosses fesses flasques ! Il faudrait instaurer un service politique du genre au service militaire d'antan, interdire le cumul des mandats et interdire que la même personne soit élue 2 fois à la même place... Ca apporterait un peu d'air frais d'avoir des gens qui connaissent les réalités de la vie réelle !
  11. Eridan
    mars 26, 22:05 Reply
    Je partage largement votre point de vue. Il serait archi-temps que les politiciens ET magistrats belges fassent leur auto-critique et en tirent en urgence des actions concrètes. Leur responsabilité est écrasante. Mais ils sont bien trop arrogants, incompétents et négligents pour l'accepter. Pauvre de nous ! !
  12. Pierre B.
    mars 26, 23:11 Reply
    Moi qui voit la Belgique de l'extérieur et de l'intérieur, je ne peux qu'abonder dans votre sens. Il y a des années que je répète à qui veut l'entendre qu'un jour il y aura des drames en Belgique. Nous y sommes et peut-être le pire est-il à venir...J"ai vécu au Canada 10 ans et je vis en France depuis 30 ans, je viens très souvent à Bruxelles, ma ville natale. A chaque fois, ou presque j'en reviens désespéré. Notamment par l'aveuglement de ce "je m'en foutisme" de la part des autorités vis à vis de la population. A tout niveau, tout point de vue...Mais n'étant pas un spécialiste, je ne me base que sur des sensations, que sur l'air que j'y respire. La Belgique n'a jamais été un pays, jamais une nation ( je ne suis pas nationaliste). Je me rappelle cet interview à la RTB de Brel sur un tournage, il disait: " Je n'ai pas quitté la Belgique, je suis parti pour aller quelque part". Votre vision sur ce rassemblement autour de la notion de République ici, en France est juste; le reste de vos commentaires sur ce point le sont également; Manneken Pis continuer à pisser sur les bombes, certes, mais il pleure aussi sur l'état de son pays fantôme...
  13. moinsqueparfait'
    mars 26, 23:34 Reply
    http://www.knack.be/nieuws/belgie/vroegere-schoolvrienden-herkennen-belgische-jihadist-in-is-video-wie-had-dat-ooit-gedacht/article-normal-684087.html "De tot nu onbekende man werd door vroegere schoolvrienden herkend als Mohammed A.F. Hij zou ongeveer 42 jaar zijn en is opgegroeid in Mechelen. Het Marokkaanse gezin vestigde zich begin jaren 80 aan de Tervuursesteenweg. In de wijk wonen veel allochtone gezinnen." C'est pas du côté d'Anvers, ce coin-là? Mais c'est devenu un "Belgische jihadist". Comme c'est beau, la belgique. Mais même après tous les rapports pointant Antwerpen comme une des capitales mondiales de la coke, de la traite des êtres humains, de la corruption policière, de la fraude fiscale, du djihadisme et du néonazisme, Bart se demande comment X, Y et compagnie peuvent encore sortir de chez eux et son kapo a déjà trouvé un officier de liaison wallon à envoyer au bûcher. Misérables übermenschen de kermesse, vous ne cesserez jamais d'être nuls, on vous voit déjà venir à des kilomètres... n'essayez pas de réorienter Fox News et le Guardian sur les scandales de l'Office wallon des Déchets, pauvres taches. C'est pas pour ça qu'ils sont venus... Vous n'y échapperez pas, cette fois-ci, c'est pour vous. A votre tour d'être "op het matje geroepen"... Game over... (Vous n'avez même pas su rester dignes 3 jours... eh bien, je vais m'y mettre aussi avec les attaques sous la ceinture, je vais rien vous épargner, comme bien d'autres autour de moi... Quant au labellisé "Best Flemish boot-licker ever" qui fait office de Premier ministre et ses supporters, il est temps qu'ils s'y fassent: ils ne seront plus jamais au pouvoir en Wallonie... l'éradication de la mérule commencera dès les élections communales partout où c'est possible; profitez-en, les traites... la traitrise, ça paie mais ça n'a qu'un temps). (Je m'étais encore demandé si P. Magnette avait bien fait de décréter le kapo persona non grata lors de l'inauguration du nouvel hôtel de police de Charleroi, me demandant si ça valait la peine de risquer ce qui pourrait être perçu comme la mesquinerie. Tout compte fait, il avait raison. Et il faut continuer. Que ce sale type reste chez lui, ce n'est pas notre compatriote, c'est presque un ennemi et on n'a pas à s'abaisser à serrer la main de ce genre de gaillard. Déjà avec les Allemands, on ne pouvait pas compter sur eux. Ca n'a pas changé avec les islamistes, toujours aussi nuls, couards et irresponsables... Ouste, du balai, dégage et garde ton fric et tes transferts, on fera sans...).
  14. moinsqueparfait'
    mars 26, 23:43 Reply
    Ca continue... http://www.hln.be/hln/nl/36484/Aanslagen-Brussel/article/detail/2658857/2016/03/26/Antwerpenaar-executeert-man-in-nieuwe-opeisingsvideo-IS.dhtml On dirait qu'ils veulent s'excuser d'avoir froissé Bart et sa secte pour ces revendications bilingues français-arabe pouvant laisser croire que le Vaderland est un pays francophone... (eh oui, les rafales de coups sous la ceinture, c'est parti, MUC, Lieven et compagnie... si ça vous plaît pas allez voir ailleurs si j'y suis).
    • thomas
      mars 28, 19:36 Reply
      Malheureusement, en Flandre nous aussi avons été gouvernés par le PS pendant si longtemps.
      • moinsqueparfait'
        mars 30, 01:39 Reply
        Les flamingants étaient déjà de gros nuls sur qui on ne pouvait pas compter en 1940. Ca a toujours été une plaie de devoir partager une nationalité avec des gens pareils, mais bon. Il paraît que c'est pour le bien de l'Europe... Mais 1940, c'était à l'époque des socialistes "nationaux", époque qu'ils s'efforcent de faire oublier... Enfin, officiellement, parce que notre ministre de l'Intérieur entretient la mémoire régulièrement... Mais de toute façon, avec ou sans le PS, ils sont toujours lâches et nuls. Ils gueulent toujours mais ils capitulent toujours aussi, et leur uiterst goed bestuur© vire toujours en eau de boudin. Spécialistes de la stratégie et de la parade mais moins du combat réel. Même pour démissionner, ils font semblant! Même en prenant les choses par ce bord-là, regardez le petit Francken: ça allait être aussi le super-nettoyage. A l'Europe, certains l'auraient entendu dire qu'il fallait les laisser couler en mer. Puis en réalité, il n'y a jamais eu autant de réfugiés présents sur le sol flamand que depuis qu'il est là... Oui, oui, faut les embrocher avec le navire de guerre et paf! comme dans les jeux vidéo... sauf que lui-même on ne le verra pas servir sur le navire de guerre et se mettre derrière la mitrailleuse... Halala, la m... ça colle au derrière et la descente de vos nervis l'autre jour vous a retaché la culotte pour plusieurs générations. Du grand art de se flinguer la réputation en direct live mondial de cette manière. De ce point de vue, vous ne décevez jamais. Ceci dit, hélas pour cette théorie du PS, la région "dominée par le PS" en belgique est celle qui compte le moins de djihadistes. Constat cruel et cinglant mais tangible et visible. Evidemment, un événement peut parfaitement survenir demain mais il est attesté que la Wallonie compte pour moins de 15% des effectifs de djihadistes belges. Vous savez, quand on ne sera plus là, vous aurez toujours vos djihadistes mais vous n'aurez plus de "socialistes wallons" à accuser. On ne va pas les reprendre, vous savez, vos compatriotes Bontick et Belkacem. En plus, ils ne voudront pas venir: chez nous ils ne trouvent que des points de passage pour aller à Paris, où ils se font coincer rapidement, et quand ils restent, ils finissent peut-être chômeurs mais leur radicalisme chute en intensité... Amaaai, y aurait même apparemment une cellule djihadiste à Courtrai... L'influence du socialisme de Mouscron, probablement... Il faudra peut-être bien un jour qu'en s'intéressant aux "causes sociales" du djihadisme belge, on se demande si ce n'est pas la belgique flamande qui est la cause sociale... dont nous ne faisons manifestement déjà plus partie... Ce seront peut-être bien les djihadistes qui auront fini par fixer définitivement la frontière. D'ailleurs, en observant bien les débats politiques de ces derniers jours, on ne peut que constater ceci: les politiciens wallons ne cherchent même pas à s'effacer, ils sont carrément "en dehors"... Tous les postes régaliens sont détenus par des Flamands néerlandophones ou le néo-flamand fransquillon Reynder$ et le seul Wallon censé être aux manettes fait de la figuration et se cache entre deux séances de léchage de bottillons flamingants. Il n'y a pour ainsi dire aucun Wallon dans la haute magistrature et le sommet de la Federale Politie et quant au Nationale Veiligheidsraad van België, un simple coup d'oeil à sa composition nous renseigne immédiatement sur "l'équilibre" linguistique. Je crois que quand ce spécialiste américain qualifiait les services belges "d'enfants qui ne comprennent rien", un nombre important de Flamands étaient visés... C'est de nouveau cruel, mais c'est comme ça. Le débat belge n'est plus qu'une engueulade entre Flamands néerlandophones et Flamands francophones de Brussel. Jules Destrée le disait déjà il y a un siècle... Il faudra patienter encore un peu pour que la France le comprenne définitivement. Notons toutefois que Monsieur Mayeur a été invité à la mairie de Paris, mais que le bourgmestre de Zaventem, lui, n'était apparemment pas convié. Un oubli, sans doute... Terminons par ceci: ce n'est pas moi qui ai ranimé le débat politico-linguisitique, il s'est réveillé tout seul après quelques heures seulement. Je constate juste qu'après 7 jours, les victimes mortelles et les blessés sont déjà oubliés... En tout cas, c'est l'impression que j'ai.
      • Renal de Waterloo
        mars 30, 02:20 Reply
        STOP! Etat CVP depuis un demi-siècle les Flandriens, on ne se défile pas aussi facilement ...
  15. Éric Bourguignon
    mars 27, 03:21 Reply
    Un article très intéressant, malheureusement. J'étais à Bruxelles mardi matin. Courage.
  16. Wallon
    mars 27, 10:20 Reply
    Très bonne analyse. Il reste quand même une question effrayante: nos politiques n'ont-ils pas fermé sciemment les yeux dans l'illusion que les combattants d'Allah ne détruirait pas le sanctuaire belge ? Vu la débâcle institutionnelle et existentielle, ne serait - il pas utile de brancher les forces de l'ordre flamande à une centrale de renseignements hollandaise et les homologues wallons à une centrale de renseignements française ? Cela afin d'éviter le vide et de permettre la réduction des budgets dans le cadre des économies prévues par l'Europe et dans le plan d'autonomie extrême de la Flandre ?
  17. Abdellatif
    mars 27, 10:44 Reply
    La question qui manque : Que fait la Belgique en Syrie, en Afghanistan et en Irak ? Le suivisme dont font preuve les politiciennes à l'égard des USA criminelles nous revient dans la tronche. LES BOMBARDEMENTS ATROCES DONT SONT VICTIMES CES PAYS : NOUS EN PAYONS LE PRIX AUJOURD'HUI....
    • Marcel Sel
      mars 27, 20:10 Reply
      La Belgique bombarde en principe uniquement des cibles terroristes dans tous ces pays. En Afghanistan, il s'agissait d'éradiquer les Talibans qui avaient notamment commis un acte de guerre atroce, tuant 3000 innocents à New-York sans raison (il n'y a pas eu d'agression préalable des Usa envers l'Afghanistan). En Irak et en Syrie, la Belgique fait partie d'une large coalition, incluant des pays arabes, contre un régime islamiste atroce pour les habitants (musulmans pour la plupart). Mais il est vrai que ça risquait d'entraîner des réactions.
      • DDT
        mars 27, 23:59 Reply
        Pour ce qu'on en sait, ce ne sont pas les talibans qui sont à l'origine des attentats de 2001 à New York mais bien le groupe Ben Laden. Pas le même style, pas la même provenance, pas les mêmes objectifs ; même si les talibans ont hébergé Ben Laden et consorts à cette période. A ma connaissance, les talibans sont surtout nationalistes (bien que fanatiques religieux) et il ne me semble pas qu'ils aient commis d'attentat en dehors de l'Afghanistan et du Pakistan.
      • u'tz
        mars 28, 00:15 Reply
        "La Belgique bombarde en principe uniquement des cibles terroristes dans tous ces pays." merci Marcel pour l'"en principe",mais le seul truc sûr c'est qu'en afghanistan et syrie il n'y a pas d'eurocrate en dommage collatéraux... "(il n’y a pas eu d’agression préalable des Usa envers l’Afghanistan)" du point de vue de najibullah votre affirmation est hilarante,(ben laden l'anti-urss subsidé par l'usa) "la Belgique fait partie d’une large coalition, incluant des pays arabes", pays arabes inclus : l'arabie c'est où dites ? par là, mec !
      • Salade
        mars 28, 12:32 Reply
        "Il n’y a pas eu d’agression préalable des Usa envers l’Afghanistan" Ben Laden était SAOUDIEN Il a été tué au PAKISTAN on n'envahit pas le nord du Pakistan? On n'envahit pas le Yémen? On ne retourne pas en Somalie? Que se passe-t-il au Soudan? Avec ou sans raison? En fait tout cela est absurde Ben Laden a existé suite au bourbiers initiaux Israélo-Palestinien et aussi ne l'oublions pas, des frères musulmans en Egypte, association fondée en 1928!! https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_musulmans Donc, l'occident, par les anglais en Egypte et en Palestine, a aussi une responsabilité, plus généralement c'est une séquelle de la colonisation. Le film Lawrence d'Arabie est aussi éloquent du jeu occidental dans cet échiquier multiséculaire. Bien entendu, les schismes religieux musulmans, le sionisme et le pétrole ont servi l'occident (rappelons-nous la guerre iran/irak) d'abord européens puis américain. Le jeu mortel ne s'arrête pas, il se ramifie.
      • Marcx
        mars 29, 20:53 Reply
        Un pays incapable de sécuriser son territoire doit s'abstenir de tout ingérence. L'Espagne n'a plus vu d'attentat depuis qu'elle a su tirer les conclusions qui s'imposent. Utilisons ces moyens pour nettoyer le pays de fond en comble.
        • Ce n'est pas faux... Essayons d'abord de sécuriser notre propre pays avant d'aller donner des leçons aux autres...
      • paul
        avril 02, 09:30 Reply
        vous avez raison et tort Marsel Sel. Vous avez raison 3000 américain tués innocents ,mais l’État américain n'est pas innocent Il faut dire que les Etats unis ont soutenue ont favorisé ben landen et al-quaida notamment pour contrer les soviétiques. c'est pas moi qui le dit mes des intellectuels ,journalistes et politiques américain par exemple: Hillary Clinton. La réalité en Afghanistan est un échec puisque le peuple soutien les talibans . Les américain contrôlent que les villes ils soutiennent a bout de bras un régime que le peuple ne soutien pas ils ont crée un sentiment de haines anti américain anti europêen . Les américain sont responsables de dérapages tortures, bombardement de civiles ect. Il y a une étude internationale sur l'intervention américaine depuis 10 ans en moyen orient l’étude démontre que l'intervention a causé plus de 4 millions de mort. Apres aller expliquer aux arabe du moyen orient. que nous leur voulons du bien .
        • Marcel Sel
          avril 03, 15:54 Reply
          Au moment où Ben Laden a agressé les USA, il n'y avait pas de guerre américaine contre les Talibans en Afghanistan.
    • Eridan
      mars 29, 16:54 Reply
      @ Abdellatif : « La question qui manque : Que fait la Belgique en Syrie, en Afghanistan et en Irak ?  » Non, ce n'est pas du tout la question. La présence de la Belgique aux côtés des pays attaqués -justifiée par la défense de ceux-ci- n'est que le prétexte au terrorisme qu'elle subit. Et s'il n'y avait pas la Syrie, l'Afghanistan et l'Irak, le terrorisme se trouverait d'autres prétextes. Il est d'ailleurs actif dans bien d'autres régions du monde. Qu'ont bien pu faire de mal, par exemple, les chrétiens assassinés récemment au Pakistan, les Yézidis en Irak, pour être traités avec une bestialité innommable ? Non : la seule vraie motivation du terrorisme, c'est le fanatisme religieux, c'est-à-dire un mélange d'intolérance outrancière, de frustration malveillante et de morbidité.
      • Salade
        mars 30, 10:02 Reply
        Yalatollah Khomeini a été mis en place avec la complicité de qui??? Celle des français!!
  18. Debière Pascal
    mars 27, 13:01 Reply
    Voici un lien qui va étayer absolument tous tes propos mon bon Marcel. Si tu savais comme parfois j'aimerais que nous ayons tort. Malheureusement cette fois..."mauvais jeu de mots" le tort tue. [lien vers une chaîne d'extrême droite effacé]
    • Debière Pascal
      mars 27, 20:41 Reply
      Dommage, étant donné que les informations divulguées pouvaient être intéressantes et rejoignaient les points soulevés dans ton article. Il y était fait mention du livre écrit par un journaliste flamand, ainsi que de l'infiltration d'une journaliste maghrébine dans les milieux radicaux de Molenbeek il y a déjà quelques années. En matière d'information, il faut pouvoir profiter de ce qui est disponible et croiser les différentes sources. Même si,,,et tu m'a appris quelque chose, ces liens se trouveraient sur un site "d'extrême droite". Je t'avoue qu'au vu des mesures prises par les gouvernements démocratiques, en Belgique, en France et en Allemagne, je ne sais plus trop ce qu'extrême droite veut dire. Pour moi, un homme tel que Vals en France ou un Bart de Wever en Belgique ont depuis longtemps dépassé les rêves les plus fous de notre pitoyable Front National ;-)
      • Tout à fait, Pascal. Le gouvernement de Charles Michel a, sur plusieurs points, été plus loin que tout ce qu'avait pu proposer le Front National en Belgique.
    • u'tz
      avril 03, 18:09 Reply
      @Marcel perso j'aurais aimé avoir votre avis sur l'NL hind fraihi (la fameuse "journaliste maghrébine dans les milieux radicaux de Molenbeek il y a déjà quelques années" de D.Pascal) dans <i>Undercover in Klein-Marokko</i> (aujourd'hui reconverti dans <i>En immersion à Molenbeek</i>) votre collègue m'était apparue comme une arriviste qui disait ce qu'on voulait entendre au nord du pays, aujourd'hui elle est encensée à paris pour le même opus recyclé en FR...<i>En immersion à Molenbeek</i>... la <i>banlieue djihadiste de bruxxelles</i> disent-ils dans le poste là-bas, sans préciser que bxl est la capitale de la flandre du reste, même si pour eux <del>zaventhem</del>bxl-national est le deuxième pôle économique <i>belge</i> après le port d'envers
  19. stephangerardg1
    mars 27, 13:30 Reply
    Marcel : on dit que toute vérité n'est pas bonne a dire et là, tu nous mets une belle baffe dans la figure. Bravo pour ce texte tristement et dramatiquement vrai. Et je te dirais merci pour m'avoir réouvert les yeux.
  20. Tournaisien
    mars 27, 13:35 Reply
    Et si on en revenait aux fondements ? Les fondements ? Mais l'Islam bien sûr. L'Islam ? Comment ça l'Islam ? Ca y est, voilà l'islamophobe impénitent qui reprend du service. Principes et rétroactes : avez-vous déjà entendu parler du "naskh" ? Du quoi ? Du "naskh", autrement dit de la règle d'abrogation qui préside à la lecture du Coran ! De quoi s'agit-il donc ? Rétroactes : Le "naskh" ou loi d'abrogation remonte aux origines de l'Hégire ... oui, j'ai bien écrit "l'Hégire". L'Hégire ? Oui, l'Hégire ... 622 ap. J.C. : le début de l'expansion de l'Islam, quand Mahomet fut chassé de la Mecque et alla se réfugier à Médine. Oui ... en 622 ap. J.C.! Et alors ? Alors ? ... eh bien, ce moment important, ce basculement dans l'histoire de l'Islam correspond très précisément aux débuts de ce que l'on appelle l'"Islam politique". L'Islam politique ? Oui, l'Islam politique, l'Islam violent si vous voulez que je vous le dise autrement. Que s'est-il donc passé en 622 ? Mahomet, qui se trouve à la tête d'une communauté de croyants issue de substrats judéo-chrétiens implantés en Arabie, perd son épouse, dont il était follement épris. Douleur indicible! Une douleur indicible qui se trouve en lui à l'origine d'une faille, d'une fêlure : les premiers préceptes, les fameuses sourates, qu'il a rédigées tandis qu'il vivait dans une sorte d'état d'harmonie ... les fameuses 86 sourates mecquoises ... il commence à les retoucher, à les réécrire. La communauté de croyants à laquelle il appartient l'accuse alors de dévoyer le message d'harmonie, d'égalitarisme, de tolérance des préceptes qu'il avait lui-même largement contribué à rédiger. Ce fait est relayé dans l'une des dernières sourates mecquoises, la 16ème (verset 101), celle qu'on appelle "L'abeille". Accusé d'avoir manipulé les textes sacrés, il est chassé de la Mecque. Il part avec un groupe de fidèles irréductibles et il se réfugie dans la ville de Médine, située à quelque 400 kilomètres. C'est alors qu'il laisse commettre avec son assentiment le premier véritable pogrom de l'histoire de l'Humanité : les 2 à 3.000 membres de la communauté judaïque de Médine sont massacrés en sa présence, impitoyablement. Génocide ! Une histoire qui commence assurément très mal ! À Médine, l'Islam prend un tour très violent. L'Hégire ne signifie-t-il pas le début de l'"espansion", de la "conquête". C'est alors que sont rajoutées aux 86 sourates mecquoises 28 nouvelles sourates, celles qu'on dira "médinoises" ou "médiniennes", dont la tonalité n'a plus rien à voir avec l'irénisme et l'égalitarisme empreint de tolérance des sourates mecquoises. Telle situation ne pouvait cependant qu'entraîner un problème : comment réconcilier ces deux parties du Coran dont l'esprit était si différent ? Comment résoudre les problèmes de contradiction multiples émergeant de la confrontation entre les sourates du Coran originel et celles du Coran de l'Hégire ? Dans une religion comme le Christianisme, cela se serait probablement résolu à un niveau théologique, au travers de la longue tradition de l'exégèse qui a fini par donner aux textes sacrés des chrétiens leur forme actuelle, compatible avec la modernité. Dans l'Islam, il n'en fut rien ! C'est alors qu'a été imposée la règle d'abrogation, qu'en arabe on appelle le "naskh". Cette règle stipule, en clair, que les sourates les plus récentes (PS les sourates dans le Coran ne sont pas classées par ordre chronologique, mais par longueur) abrogeaient d'office les sourates les plus anciennes. En clair, les sourates médinoises étaient bel et bien celles qui allaient le donner le 'la' en matière d'interprétation du Coran. Cette règle trouve son fondement, comme par hasard, dans la première sourate rédigée à Médine, à savoir la 2ème (verset 106), celle qu'on appelle "La Vache" : "Nous n'abrogeons aucun âya, Nous n'en faisons oublier aucun sans le remplacer par un autre qui soit meilleur ou équivalent. Ne sais-tu pas que Dieu est tout puissant ?". Dans le Coran, est dit "mansukh" tout précepte ou sourate qui aura ainsi été abrogé, et est dit "nasikh" tout précepte ou sourate qui abroge. En clair, les sourates mecquoises, celles qui sont irénistes et égalitaristes, sont "mansukh", c'est-à-dire vidées de leur substance, du moins quand elles rentrent en contradiction avec les sourates les plus récentes, et les sourates médinoises, celles qui sont intolérantes et violentes, sont dites "nasikh", c'est-à-dire celles qui ont à s'imposer à la lecture de l'ensemble du Coran. Faudra-t-il insister sur ce que ce principe de l'abrogation constitue par excellence un mécanisme propre à toutes les dérives sectaires ? Rappelez-vous par exemple de la révélation donnée au pasteur Smith chez les Mormons, seul dépositaire du message dès lors que les lunettes qui lui furent mises à disposition remontèrent aux cieux après qu'il avait mémorisé les textes divins. Les sourates abrogeantes, "nasikh", sont bien évidemment les plus violentes ; il s'agit de ce que l'on appelle communément les "sourates du glaive" ou "sourates de l'épée". Or précisément, ce sont ces mêmes sourates, qui sont abrogeantes, qui dictent l'obligation du "Djihad", celui-là même qui se trouve à la source du terrorisme islamiste auquel nous sommes aujourd'hui confrontés ! Durant les premiers siècles de l'Islam, toutefois, une longue tradition s'était mise en place, qui défendait le principe de l'interprétation du Coran, aux fins de respecter l'esprit originel. Il s'agit là de ce que l'on a appelé l'"Ijtihâd". Les théologiens, muftis et oulémas, chargés de déduire des textes coraniques les prescrits juridiques, n'eurent de cesse de réfléchir sur les préceptes, de les interpréter à la fois sur le fond, et sur la forme (interprétation philologique). Le problème, c'est que les garants du pouvoir mirent fin, à la fin du IVe siècle de l'Hégire (notre Xe siècle ap. J.C.) à cette tradition d'interprétation, ce qui s'est trouvé consacré par la formule "la fermeture des portes de l'Ijtihâd". Le véritable débat au cœur même de l'Islam tourne autour de cette question de l'abrogation. Preuve en est, c'est sur ce point précisément que s'étaient concentrées les critiques du théologien et politicien soudanais Mahmoud Mohamed Taha, exécuté en 1986 pour apostasie sur ordre du président Gaafar Nimeyri. Que disait donc Taha qui fût aussi intolérable pour les intolérants de l'Islam ? Il disait tout simplement qu'il fallait en revenir aux fondements de l'Islam, celui des sourates mecquoises, qui prêchaient paix, égalitarisme, tolérance, respect de la nature ... tous messages qui sont d'une extraordinaire actualité. Le terrorisme islamiste d'aujourd'hui est en réalité l'héritier en droite ligne de la dérive sectaire de la réécriture du Coran de Médine, qui s'appuie sur ce principe "anti-philologique" et "anti-théologique" qui est celui de l'abrogation. L'Islam, en clair, ne parviendra à se réconcilier avec le monde et avec la modernité qu'à la seule condition qu'il renonce au message des sourates les plus récentes, celles de Médine, et donc également au principe de l'abrogation dicté par la sourate 2, verset 106. Tant qu'il s'y refusera, l'Islam sera en guerre avec le monde. Dès lors qu'il acceptera d'y renoncer, il aura un message très fort à proposer à l'Humanité, fait d'esprit de paix, de tolérance et de respect envrionnemental. La vraie question qui se pose pour les spécialistes de l'Islam est de savoir si la dérive sectaire de Médine est intrinsèquement et consubstantiellement liée à l'Islam-même, ou si il s'agit d'une simple dérive historique qui a dévoyé le message originel. Les tenants de la première hypothèse, dont l'islamologue française Anne-Marie Delcambre, considèrent que le mal est au cœur même de l'Islam de l'origine ; d'autres, au contraire, pensent qu'il y a eu dévoiement et voient dans les grandes heures de l'Islam, celui d'avant la fin du Xe siècle, une des grandes pages de l'histoire de l'Humanité. Aux musulmans de nous dire à quel Islam ils sont attachés ! À celui de la paix, de la tolérance, de l'équilibre entre l'homme et la femme, de l'écologie ... ou à celui du repli rigoriste sur leur tradition faite de violence et d'intolérance. Les musulmans ne sortiront vainqueurs que si ils acceptent d'affronter ces questions sans faux-fuyants, sans fards, avec courage et transparence. Si ils y parviennent, ils imposeront le respect. Sinon, ils n'en finiront pas de s'enfoncer dans une voie sans issue et sans honneur.
    • Salade
      mars 27, 22:38 Reply
      L'histoire de la chrétienté a également un rapport certain aux guerres de religion. Les religions qui tuent. A cause des certitudes de la croyance. Mais elles tient bien moins que par le passé. En effet, dans la modernité actuelle, c'est le rapport de force économique qui compte. A ce jeu là, tuer au nom du libéralisme ou du communisme compte bien plus dans les carnages modernes.
      • u'tz
        avril 01, 01:40 Reply
        Salade, Bien d'accord avec vous Sla, imaginons mon appliqué la Marseille au pied de la lettre...
        • u'tz
          avril 03, 18:13 Reply
          Salade, Bien d’accord avec vous Sla, imaginons-nous appliquer la Marseillaise au pied de la lettre… (putain de vacance,putain de smartphone)
    • u'tz
      mars 28, 00:20 Reply
      Tourn' le perspicace : "Ca y est, voilà l’islamophobe impénitent qui reprend du service." ya un problème : vous êtes bien plus convaincu que les musulmans que daesh c'est l'islam
      • Tournaisien
        mars 30, 05:58 Reply
        u'tz Je vous savais parfois subtil, parfois moins. Nous dirons qu'hier, pour vous, fut un jour sans. Je traduis donc vos propos subliminaux : "mais non, Daesh ce n'est pas l'Islam, ça n'a rien à voir avec l'Islam, la preuve en est les autres musulmans ne se reconnaissent pas là-dedans". Que voulez-vous rajouter à cela ? Vous êtes un digne contempteur de Magritte : "ceci n'est pas une pipe". Je vous laisse, vous-même, à vos certitudes. Ah oui, à propos ... un tout petit détail : quand les jeunes musulmanes pourront épouser des non-musulmans, avertissez-moi quand même, histoire que je vienne saluer les mariés.
        • miyovo
          avril 04, 16:06 Reply
          Vous mélangez islam et wahhabism
    • Degenève
      mars 28, 10:28 Reply
      "L’Islam, en clair, ne parviendra à se réconcilier avec le monde et avec la modernité qu’à la seule condition qu’il renonce au message des sourates les plus récentes, celles de Médine, et donc également au principe de l’abrogation dicté par la sourate 2, verset 106". @ Tournaisien, je suis complètement d'accord avec cet énoncé et, en même temps, je crains que ce soit une vue de l'esprit. Le dogme selon lequel le coran est intangible car ce serait littéralement "la matérialisation de la parole de dieu" rend toute altération du contenu impossible. N'importe quel musulman qui préconiserait d'abandonner les sourates de Médine se verrait aussitôt accusé d'apostasie par certains de ses coreligionnaires, avec toutes les conséquences tragiques que cela peut avoir et don vous avez donné vous-même un exemple. Le fait est que le texte est verrouillé alors qu'il contient tout et son contraire, permettant toutes les interprétations sans qu'on puisse prétendre que les unes (violentes ou très violentes) sont moins conformes au coran que les autres (pacifiques et tolérantes). Par ailleurs, les travaux d'exégèse du coran qui aboutissent à démontrer que le texte est constitué de strates diverses et d'apports multiples sont très mal vus des musulmans puisqu'ils aboutissent inévitablement à la conclusion que le texte n'est pas d'origine divine mais purement humaine. Bref, je crains que le problème soit sans solution. Il se trouvera toujours des extrémistes pour expliquer que leur interprétation violente du coran est la seule qui vaille et pour déclarer apostats tous les musulmans qui ne se rallient pas à leur point de vue. Par ailleurs je constate que ceux des musulmans qui plaident pour une réinterprétation des textes ne sont pas entendus et encore moins écoutés. En définitive, une caricature du prophète provoque bien plus de réactions courroucées des musulmans qu'un attentat commis au nom du prophète, et ça n'est malheureusement pas près de changer.
      • Marcel Sel
        mars 29, 23:02 Reply
        L'interprétation est humaine et il y en a de multiples, dès lors qu'on ne peut connaître l'intention d'Allah, c'est à l'homme qu'il revient d'accorder plus ou moins d'importance à certaines sourates. Ce travail peut se faire, et je dirais mieux : il se fait.
        • Pfff
          mars 30, 14:47 Reply
          Je dirais même plus Tout va bien, alors. N'oublions pas la priorité des priorités : la lutte contre l'extrémisme. Il faut prendre ses responsabilités. Luc Trullemans doit arrêter de faire la pluie et le beau temps dans ce pays. En fait, vous n'avez aucun début de preuve que les phalangistes ont jamais crié Jésus à Sabra et Chatila (c'est peu probable et il faudrait peut-être signaler ce que les palestiniens ont fait subir aux libanais ?). Peut-être que certaines victimes de Maelbeek et de Zaventem ont crié Jésus. Martyr pour un chrétien a une définition exactement opposée à celle des islamistes : on n'imagine pas un chrétien mort en martyr et armé. Voilà pour les amalgames.
      • Tournaisien
        mars 30, 06:17 Reply
        Superbe mise au point synthétique. Le caractère d'incréé du Coran est de fait ce qui pose le problème essentiel. C'est là que grand nombre de soi-disant intellectuels, hommes de gauche pour la plupart, se fourvoient dans les grandes largeurs : ils oublient un fait essentiel : dans les religions du Livre, l'ADN c'est l'écrit. Pour sortir de ce déterminisme tout en restant attaché à sa foi, il n'y a qu'une voie à emprunter, celle de l'exégèse. Encore faut-il pour cela qu'existe une autorité centrale reconnue et sous celle-ci, une institution qui en est en quelque sorte la garante. Dans l'église catholique, sous l'autorité du pontife, cette institution c'est la "congrégation pour la défense de la foi". Dans l'Islam, elle n'existe pas, ou plus exactement elle est morcelée. Si existent des théologiens ouverts, de l'université al-Azhar notamment, qui n'accordent plus qu'une place très dérisoire au principe d'abrogation, il en est bien d'autres en revanche qui restent terriblement rigoristes, notamment ceux des écoles coraniques de la péninsule arabique, et plus particulièrement d'Arabie Séoudite et du Yemen (exception faite du sultanat d'Oman, qui est un pays de l'Islam parmi les plus libéraux).
        • u'tz
          avril 01, 01:34 Reply
          Vous êtes bien plus convaincu que les musulmans que daesh c'est l'islam, je réitère ce propos car votre incapacité à concevoir que d'autre que vous non-musulmans puissent s'intéresser à l'islam et à ses compatriotes musulmans sans a priori christallin me sidère. perso toutes les purées religieuses ont leur propre intérêt et délire, que le coran en plus soit probablement issu d'un lectionnaire judeochretien pour s'affilier les arabes... est plus rigolo que les listes d'interdits ridicules que s'infligent les croyants qui n'ont pas conscience du ridicule de ces interdits. néanmoins en bon né athée et soucieux de ne pas vivre dans de la foi intempestive, je n'ai comme vous manifestement, aucune crainte d'être ridicule dans mon point de vue
    • Isa412
      mars 28, 20:02 Reply
      enfin qq ;) je l'etudie aussi depuis qq années, non non pas a le lire ou avec des cours. Mais je cherche des réponses a mes questions et les leurs, dans tout les coins, pas que chez ceux qui sont contres. Et le veritable problème est la malheureusement
    • piva anne
      mars 29, 09:37 Reply
      merci pour la clarté de votre texte, cela permet de s'y retrouver dans le double discours véhiculé par le monde musulman: douceur et paix d'une part, violence meurtrière dans l'appel au "djihad" d'autre part
  21. Wallimero
    mars 27, 17:11 Reply
    @ Marcel, Quoi? On aurait pu croire que quelque chose allait changer? Mais c'est d'une hypocrisie indécente. Il y a quelque billets tu nous fais l'éloge de la stratégie de l'inopérance étatique avec tes mantras idéologiques. "Dans la gloubiboulga-politik, tant qu’il n’y a pas une telle scission à l’horizon, on continue comme on l’a toujours fait : de petit compromis en petit compromis, en tâchant de garder Bart De Wever loin du pouvoir fédéral. Finalement, ça n’a pas trop mal réussi de 2011 à 2014, ce machin. C’est peut-être encore la formule la plus réaliste. Un peu penaude, pas glorieuse, brinquebalante même, mais la Belgique, c’est ça aussi. Et après tout, ce n’est pas la faute des Francophones si les politiciens flamands ne sont jamais satisfaits." Bien-sûr, tout est la faute des politiciens flamands. Organisons l'irresponsabilité universelle, comme ça on peut tranquillement continuer la politisation à outrance tout ce qui touche à la chose publique. et dire que ça fait 15 ans que le PS insulte de racisme tout le monde qui ose poser des questions quand il bloque joyeusement toute inititiative qui pourrait améliorer la sécurité des citoyens. http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/politiek/1.2611169 Donc de grâce, ne vient pas avec des pages entières d'idéologie à peine masquée. La lettre ouverte de Merry Hermanus, PS bruxellois lui-même, qui date de presqu'un an démontre que l'étendue du désastre n'avait rein d'un hasard. http://deredactie.be/cm/vrtni http://deredactie.be/polopoly_fs/1.2509012!file/lettre_elio_di_Rupo_5460722-93590.docx oh mais tout cela, ce n'est pas la faute des Francophones, ce sont des politiciens flamands qui ne sont jamais satisfaits... Pas joli Marcel, vraiment pas joli. VV
    • Salade
      mars 27, 22:09 Reply
      VV comme VilVoorde? Ou martyr comme la place des martyrs?
    • u'tz
      mars 28, 00:28 Reply
      c'est la faute des NL qui n'ont pas pu récupérer les pauvres petites victimes musulmandes des arrogants bourgeois FR, les pauvres petites victimes flamandes des arrogants bourgeois FR n'ont eut aucune solidarité (parceque leur racisme anti-FR était trop fort!) pas beau la francophobie VValli pas beau l'islamophobie
  22. Salade
    mars 27, 22:48 Reply
    Ce qu'a dit Vincent De Wolf sur les "hooligans", c'est Charles Michel qui aurait dû le dire. Charles Michel est un faible.
  23. u'tz
    mars 28, 01:02 Reply
    Je ne sais plus si heureux de vous lire après tant de silence j'ai encore un minimum d'esprit critique, j'ai relevé : «(l’état de certains tribunaux fait plus penser à ceux de Moldavie juste après la guerre)» j'ai trouvé l'image de la moldavie étrange, règlement de compte de votre part avec les bolcheviks «juste après la guerre» la guerre ? Celle des bienveillantes ? La métaphore m'a parut improductive hors racisme envers l'orient slave «Il faudrait en fait envoyer tous les ministres belges impliqués depuis vingt ans dans des camps de rééducation et leur retirer leurs mandats, leur demander de rembourser ce qu’on les a payés.» quel odeur d'urss dans votre post... avec le pragmatisme salarial d'un big brother populiste «Et on se retrouve tous nus, comme des enfants.» comme des enfant-roi(en ce royaume) «on brandit la même unique réussite réelle des services de sécurité belges, Verviers, on commence à le voir, qu’on en a qu’une !»...je rêve, je me suis dit chouette on a juste jambisé salah on l'a pas zigouillé comme ceux de vervier, les FR d'RF vont chier de devoir gérer un vivant, une réussite belge, et vous Marcel trouvez que verviers c'est une réussite,une réussite française alors «la décision d’évacuer le métro avait été prise<i>«vingt minutes avant l’explosion»</i>.» bon franchement si les terroriste sont des vrais terroristes, quelle possibilité réelle d'éviter le drame avions-nous ? «Et/ou que les Ricains savent utiliser un ordi.» je trouve <strong>HYPERcomplexé</strong>de «croire» (verbe qui donne «croyance», religion tout ces trucs américains) que ceux qui vont plébisciter trump «savent» mieux que nous dans leur propre Etat qui impose aux autres de ruiner leur Etat, se servir d'un ordi (s'ils ont l'hypothétique moyen de se l'acheter)
  24. Tournaisien
    mars 28, 08:51 Reply
    http://www.lesoir.be/1164314/article/actualite/monde/2016-03-28/attentat-suicide-au-pakistan-talibans-voulaient-viser-chretiens Tuer des chrétiens le jour de Pâques ... lâchement ... 29 enfants morts sur les 72 tués lors de cet attentat ... Et promettre ensuite que l'on va s'attaquer aux établissements scolaires ... Cette religion a enfanté d'un monstre, un monstre absolu. Cette religion porte en elle les racines d'un mal absolu. C'est le diable, dans toute sa laideur, dans toute sa cruauté. Cet Islam-là est vraiment le visage du malin.
    • Marcel Sel
      mars 29, 23:00 Reply
      Ils tuent des musulmans tous les autres jours. Donc, ce n'est pas ça, l'islam. L'islam en est aussi une des victimes.
      • Tournaisien
        mars 30, 06:23 Reply
        Marcel, Vous connaissez pourtant aussi bien que moi la dialectique perverse du bourreau et de la victime ... en parlant d'un Islam victime (qui plus est victime de lui-même), à votre corps défendant, vous ne pouviez pas mieux le désigner comme bourreau. Quand on est un homme digne et responsable, adulte, on ne se pose pas en victime; on se pose en acteur décidé à œuvrer pour un meilleur, en acceptant d'être à charge et à décharge, le plus honnêtement possible (ce qui veut dire qu'on veillera bien sûr à ne jamais être plus à charge qu'à décharge ... mais paradoxalement aussi, pas plus à décharge qu'à charge). L'homme libre est d'abord lucide et il accepte de mettre des mots sur les choses.
      • Eridan
        mars 31, 09:20 Reply
        @Marcel Sel : « Ils tuent des musulmans tous les autres jours ». Chiites, sunnites et autres wahhabites vous diront que ce n'est pas le fait qu'on tue d'autres musulmans qui fait qu'on n'est pas musulman. « Donc, ce n’est pas ça, l’islam. » Qui décide de ce qu'est l'Islam ? Etes-vous plus qualifié ou autorisé pour le faire que les imams rigoristes, par exemple ? Ne chercheriez-vous pas à inventer un pseudo-Islam d'Europe ? Un « Islam des Lumières » ! « L’islam en est aussi une des victimes. » Traduction : l'Islam est victime de l'Islam. Pas clair quand même.
      • thomas
        mars 31, 23:33 Reply
        "ls tuent des musulmans tous les autres jours. Donc, ce n’est pas ça, l’islam. L’islam en est aussi une des victimes" Oui, très logique tout ca. Et les fusillades aux USA n'ont rien à voir avec les lois laxistes sur les armes à feu, parce que même un adepte de la NRA peut devenir victime d'une fusillade
  25. Capucine
    mars 28, 11:54 Reply
    Les partis désirant l'indépendance de la Flandre detricotent notre Belgique en l'affaiblissant à tous niveaux . Les terroristes ont vite compris que notre pays était aussi fragile qu un couple en instance de divorce. Et qui trinque pour ce bric à brac organise,ce sont les enfants de ce pays Les dysfonctionnements de mon pays me mettent en colère depuis de nombreuses années. Merci Marcel pour cet article . Tout mon amour aux victimes.
  26. Salade
    mars 28, 12:53 Reply
    Ayant parcouru les journaux flamands, ce qui ressort des incidents de la bourse (il faut bien chercher car les manchettes n'en parlent pas directement, c'est que Yvan Mayeur est coupable de dénoncer et n'unit pas. Quels faux-culs, et en particulier De Wever. "N-VA ondertekende die mededeling nochtans niet. ‘Er is geen gezamenlijke verklaring gekomen nadat de aanslagen werden gepleegd’, was te horen bij de woordvoerder van de voorzitter. ‘Als er dan wel een verklaring komt rond een aantal hooligans die amok maken, is dat wat raar in perspectief.’" Hooligan ? On a bien compris que l'arbre cache la forêt nationaliste. Il y aurait des francophones à vilvoorde?? La bourse, esprit de la belgique unie, c'est l'ennemi de la cause flamande. Puunt aan de lijn. Les politiques et journalistes francophones sont beaucoup trop gentils. A part peut-être Yvan Mayeur: et il va vite devenir l'ennemi à abattre .
    • Renal de Waterloo
      mars 30, 02:25 Reply
      vous n'avez rien compris... Informez-vous sur ce qui s'est réellement passé!
    • Salade
      mars 30, 10:10 Reply
      Il est déjà l'ennemi à abattre de la DH... Ce pays n'existe déjà plus du tout.
  27. MG
    mars 28, 13:13 Reply
    Résumé plein de clairvoyance qui, si les événements n'étaient pas aussi tragiques , serait un concentré d'humour.... belge :-(
  28. Tournaisien
    mars 28, 13:34 Reply
    [NOTE : c'est bien sûr ignominieux, mais cet article a près d'un an et on l'a déjà évoqué je crois sur ce blog. Ceci n'est donc pas un deuxième cas]. http://www.sudinfo.be/1361074/article/2015-08-25/etat-islamique-un-bambin-de-3-ans-decapite-son-ours-en-peluche-video Le dernier carat de l'ignominie ! Que voulez-vous faire avec des gens pareils ? Il n'y a rien à leur faire comprendre. Ceux-là sont perdus pour l'humanité. Et qu'il n'y ait surtout personne, sur ce site, qui vienne prendre la défense de ce genre de truc! Que les choses soient claires : défendre cela ou trouver des excuses à cela, c'est se faire complice par complaisance de l'innommable.
    • Juliette
      mars 30, 07:49 Reply
      Mais qui vous parle d'excuser ou de défendre????? On cherche, pour comprendre... Peut-être. C'est beaucoup plus compliqué et beaucoup plus long. Et moins rassurant aussi.
      • u'tz
        avril 03, 20:07 Reply
        Juliette excusez Tourn', rien ne le rassure, le manque de confiance... en soi, en sa culture, tout ça....
  29. kareldestomme
    mars 28, 14:53 Reply
    Et voila ce que on fait de mieux en Belgique ... On subi , et on parle ...
  30. Salade
    mars 28, 17:49 Reply
    http://www.standaard.be/cnt/dmf20160328_02206709 il faut gueuler à mort pour que ça finisse par apparaitre dans les médias flamands ceux qui prônent le silence ont tout faux. d'abord parce que le peuple flamand n'était jusque là pas au courant.
  31. Salade
    mars 28, 18:36 Reply
    https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_la-cavalcade-de-fleurus-annulee-par-mesure-de-securite?id=9251172 http://www.lanouvellegazette.be/1520231/article/2016-03-22/sambreville-la-cavalcade-d-auvelais-est-annulee MAIS http://www.sudinfo.be/1522433/article/2016-03-25/la-cavalcade-de-fleurus-aura-bien-lieu-ce-week-end http://www.laprovince.be/1520932/article/2016-03-23/jemappes-la-cavalcade-est-maintenue http://www.lameuse.be/1520819/article/2016-03-23/le-bourgmestre-de-herve-a-priori-pour-le-maintien-de-la-cavalcade-malgre-les-att pas vu la logique...
  32. Tournaisien
    mars 28, 18:37 Reply
    http://www.lalibre.be/actu/belgique/attentats-de-bruxelles-faycal-cheffou-libere-56f93c5135708ea2d3fde275 Premier paragraphe : une perle : "Libéré, Cheffou reste inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d'assassinats terroristes". Alors là, chapeau ! Il va vraiment falloir que la Justice, cette grande muette aux esprits d'une subtilité qui confine à l'ionosphère de l'"absconditude", se fende en 10480 pour nous expliquer pédagogiquement (j'ai bien écrit "pédagogiquement") les fondements de cette décision qui force l'admiration. Donc si je comprends bien : ce brave garçon est impliqué jusqu'au cou, il est complice, patati patata ... mais on le relâche parce qu'on ne l'a pas pris la main dans le sac, en train d'appuyer sur la gâchette d'une kalachnikov en direction d'une foule (... PS: Je précise, d'une foule qui est de toute façon, quoi qu'il en soit, potentiellement coupable, c'est bien connu ! ... on en viendrait presque à verser une larme sur la pauvre victime qu'il est !). Car en Belgique, il faut le rappeler, le citoyen lamda qui fait son devoir d'état et se comporte correctement est toujours coupable, potentiellement il s'entend ... tandis que les fripouilles sont bien sûr quant à elles toujours présumées innocentes. N'est-ce pas là le B.A.BA. de tout état de droit qui se respecte ? Frappe-moi, Johny Johny Johny, frappe-moi ... je veux que ça fasse mal.
    • Juliette
      mars 30, 08:04 Reply
      Si mes informations sont exactes, un juge d'instruction a le pouvoir d'inculper et de placer en détention préventive, le pouvoir de libérer le détenu en préventive si des éléments viennent invalider cette détention. Par contre, il n'a pas le pouvoir de "désinculper", ceci étant du ressort de la Chambre du Conseil. Voilà...
  33. Salade
    mars 28, 19:35 Reply
    on arrête éventuellement des cavalcades, on évite logiquement le match MAIS http://www.lesoir.be/1164773/article/actualite/belgique/politique/2016-03-28/hans-bonte-au-soir-nous-n-avions-pas-raison-d-arreter-hooligans Charles, tu es premier ministre ou marionnette?
  34. Lachmoneky
    mars 28, 19:36 Reply
    Theo Francken a, une fois de plus, dérapé. http://www.rtbf.be/info/belgique/dossier/gouvernement-michel/detail_theo-francken-qualifie-faycal-cheffou-de-djihadiste-extremiste-repugnant?id=9254266 Entre-temps, voilà donc ce djihadiste-extrémiste-répugnant-présumé-innocent, libre. La séparation des pouvoirs n'est pas vraiment sa tasse de thé. Ni la présomption d'innocence. Encore quelques tensions en perspective. Le navire tanguera, mais ne sombrera pas. Michel veille au grain.
  35. Lachmoneky
    mars 28, 20:00 Reply
    Certains voudraient scinder la SNCB en 2 ou 3 entités.Mais déjà en une seule, l'information et l'urgence ne passent pas. http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_attentats-a-bruxelles-des-trains-circulaient-encore-a-bruxelles-apres-10h00-selon-la-cgsp-cheminots?id=9254437 Au fait, qui est la ministre des communications? Une démission de plus? "Nous avons DES sérieux problèmeS" disais-je. Quel sera LE suivant?
  36. Paddy
    mars 28, 22:23 Reply
    Finkielkraut un philosophe de gabarit ?' C est une blague?
  37. David L
    mars 29, 01:45 Reply
    Ça pique mais vous avez tellement raison. Bravo au passage à tous les services de secours, qui eux, font le travail..
  38. marcelhach
    mars 29, 03:10 Reply
    Bonjour cher Marcel, J'ai lu vos critiques avec beaucoup d'attention. et j'ai beau parcourir la presse libre et moins libre, les discours de toutes couleurs et de toutes latitudes, mais je ne trouve personne qui parle de solutions... Marcel. (En references a vos règle de commentaires, c'est vraiment mon prénom)
  39. Didier
    mars 29, 09:15 Reply
    Votre obsession à propos de ce qui vient d'Anvers m'écoeure tout doucement. Sinon, pourquoi comparer le nombre de djihadiste venant de cette ville avec ceux de Molenbeek ? S'il faut jouer au con, alors autant le faire jusqu'au bout : Molenbeek = 47 djihadistes (Le Soir 22/2) pour 95.576 habitants (chiffre au 1/1/2016) et Anvers = 93 pour 513.570. Qui a le plus beau rapport ? Si l'on ajoute Bruxelles-ville (47 aussi) et Schaerbeek (31) on dépasse le chiffre d'Anvers sans atteindre son nombre d'habitants. Alors, s'il faut faire un lien entre la politique menée localement et le nombre de djihadiste, quelle conclusion faut-il en tirer ?
    • Marcel Sel
      mars 29, 23:12 Reply
      Ce sont des politiciens anversois qui font la leçon aux Bruxellois, alors de temps en temps, on les remet à leur place. Si l'on prend les quartiers "type Molenbeek" à Anvers, le nombre de jihadistes est supérieur. Chiffres officiels trouvables ici : https://pietervanostaeyen.wordpress.com/ Anvers 106, Bruxelles 197. Faites le rapport, on est quittes. MARRE que l'on permette à ces hypocrites de la N-VA (et autres) de faire croire que le problème est surtout bruxellois. encore plus marre qu'on me reproche de rétablir les chiffres.
      • Lachmoneky
        mars 30, 07:14 Reply
        La situation en Brabant flamand n'est pas triste non plus, notamment à Vilvorde.
      • Salade
        mars 30, 10:15 Reply
        C'est que la flandre est habituée à la mollesse francophone. Quand un francophone réagit, elle est toute surprise. Et le mot qu'elle préfère c'est " zwarte piet", qui en fait n'est qu'un procès d'intention quand on n'a pas d'argument..
      • Wallimero
        avril 01, 07:04 Reply
        @ Marcel, Tes chiffres officiels le sont pour la province d'Anvers, ce qui fait 1.8 million d'habitants, tandis que les chiffres pour Bruxelles le sont pour 1.1 million... Mais je parie que maintenant tu va dire qu'en fait tu t'es trompé et qu'il faut prendre les chiffres de la ville d'Anvers, qui fait 500.000, mais alors n'oublie pas de cumuler Bruxelles, Schaarbeek et Molenbeek, ce qui n'est pas très joyeux pour la franco-bruxie non plus. VV
        • Marcel Sel
          avril 03, 15:50 Reply
          La différence entre la province et la ville est peu signifiante. Voir mon article suivant (et pleurer).
  40. Eridan
    mars 29, 14:12 Reply
    @moinsqueparfait : « Vous n’avez même pas su rester dignes 3 jours ». Il faut effectivement l'avoir vu et entendu pour le croire. De Wever et ses sbires ont perdu l'occasion de démontrer qu'ils ne sont pas des archi-minables. Et cela montre ce qu'est (ou est devenue) cette Flandre qui vote majoritairement pour ce genre de politiciens déviants. Ce problème est désormais explicitement superposé à celui de l'Islam. Contrairement au discours des fanatiques, la question n'est pas de savoir si la société musulmane vaut mieux que la société occidentale ; la question, c'est que, si chacune de ces sociétés peut rayonner de manière indépendante, il est totalement impossible de faire coexister une organisation sociale (occidentale) dans laquelle la religion est un accessoire philosophique de plus en plus marginal avec une autre (musulmane) dans laquelle la religion sert d'identité et de référence morale fondamentale. Cela n'a rien à voir avec une quelconque absence de tolérance. Comme l'expliquait ce mardi midi au journal de la RTBF un ancien professeur de l'un des terroristes, le mobile de ces jeunes fanatiques, même ceux qui sont très cultivés, est essentiellement leur malaise de musulmans. Ils n'arrivent pas à comprendre et admettre que l'importance accordée à la religion dans leur milieu social ne soit par reconnue par l'environnement social occidental. D'où une incompréhension insurmontable. C'est d'autant plus problématique que la vague religieuse musulmane est arrivée en Europe en plein milieu d'un mouvement laïc de fond toujours très puissant. Avec cette recrudescence du fait religieux, l'Europe est (et a été) prise complètement à contre-pied. Ce qui n'était « que » de l'incompatibilité est devenu désormais conflit ouvert et sanglant. Et il s'agit là d'un problème d'une toute autre dimension que celle des querelles par lesquelles Flamands et Francophones se tiennent compagnie depuis des décennies...
    • moinsqueparfait'
      mars 30, 02:09 Reply
      Eridan, D'accord, mais il y a une "constante": l'émergence de l'islamisme qui se superpose à des populations musulmanes diverses et surtout à une société européenne diverse et qui, ce faisant, fait éclater au grand jour des différences majeures au sein même des structure "hôtes": 1. Quelles sont les sociétés européennes qui parviennent à assimiler et intégrer, et quelles sont celles qui cultivent le communautarisme et l'exclusion et/ou échouent totalement dans l'accueil ? 2. Quelles sont les sociétés européennes qui disposent de structures étatiques crédibles et quels sont les "failed states"? Tant à l'échelle du microcosme belge qu'à l'échelle européenne, ce phénomène djihadiste fait presque office d'expérimentation de type "réaction chimique": on applique le produit ici, puis là, puis encore là et on voit les différences de résultats... parfois spectaculaires comme l'écart Wallonie-Flandre en termes de nombre de djihadistes. C'est saisissant! Honnêtement, il n'y a aucune volonté de "querelle communautaire belgo-belge" là-dedans: on a un phénomène que je qualifierais "d'exo-induit" qui révèle une différence spectaculaire défiant bien des explications courantes. Pour le reste, n'oublions pas une chose: le fond du problème actuel est une crise, une guerre civile au sein du monde musulman, dont nous subissons des contre-coups selon une logique très difficile à suivre (qui tient essentiellement, comme toujours, à une toile inextricable de mésalliances en tous sens) mais dont, fondamentalement, nous ne sommes pas la cible première.
    • Lachmoneky
      avril 02, 12:57 Reply
      L'Islam n'est pas monolithique. Les problèmes ont commencé... début des années 70, quand le roi Baudoin a fait don de l'ancien pavillon égyptien du parc du Cinquantenaire à l'Arabie Saoudite... et a laissé, par la même occasion, le wahhabisme se développer et se répandre chez nous. Il suffit de se rendre compte de ce qu'est le wahhabisme par exemple ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Wahhabisme ... pour comprendre aisément que répandre cette "religion" dans NOS sociétés ne pouvait QUE amener au clash. TOUS nos dirigeants, depuis quasi 50 ans, ont fait preuve d'un angélisme sans mesure. Dans une société relativement ouverte (Tunisie, par exemple), où la religion musulmane est religion d'Etat, le wahhabisme s'intègre déjà difficilement. Dans une société démocratique (quelle qu'elle soit), c'est impossible, puisque le wahhabisme (ou salafisme) ne peut s'épanouir que sous la charia, dans son interprétation rigoriste. La charia et le wahhabisme, dont les interdits sont TOTALEMENT incompatibles avec les droits universels.
  41. serge
    mars 29, 17:23 Reply
    Deux problèmes majeurs: Problème 1:Nous sommes un pays sans ressource naturelle autre qu'un peu d'agriculture. Nous n'avons que deux cartes à jouer: l'éducation de nos jeunes et la qualité de notre infrastructure. Ces deux missions essentielles sont un désastre: écoles ghetto, tests de Pise catastrophiques, universités médiocres, autoroutes dépassées, tunnels fermés,... A quoi servent donc nos impôts? Mais à vous protéger! A assurer l'ordre et la sécurité. A payer la police et la justice! Quoi, que dites-vous, même à ces niveaux-là, la médiocrité est endémique? Mais où va l'argent? Qui dcide des priorités? Problème 2: pour résoudre lesdits problèmes, nous comptons sur une classe politiques obsédées par les objectifs électoraux, opportuniste, sans idéal, livrées aux partis, sans courage, malhonnête. Que faire? fonder un nouveau parti? Boycotter en masse les élections?
    • u'tz
      avril 03, 19:32 Reply
      prob1: nous avons produit une nouvelle génération prob2: nous leurs avons refilez le problème 1 que faire? observer
    • u'tz
      avril 03, 19:55 Reply
      prob1: nous avons produit une nouvelle génération prob2: nous leurs avons refilez le problème 1 que faire? observer réagir ou rêvolutionner
  42. Brisavoine
    mars 29, 18:47 Reply
    Une question que je me pose (depuis la France) : depuis l'attentat survenu à Zaventem, pourquoi aucun média belge n'évoque l'absurdité de la scission de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles survenu en 2014 ? Ça va être pratique de devoir gérer ces attentats avec deux parquets séparés relevant de deux arrondissements judiciaires différents...
    • Lachmoneky
      mars 30, 07:17 Reply
      Vous vous attaquez là à l'absurdité de la séparation de Bruxelles-Région et de sa périphérie, dans le sens général. Il en résulte une paralysie totale ou une lenteur affolante dans toutes les décisions qui concernent la métropole bruxelloise. Et même des décisions absolument contradictoires.
    • Eridan
      mars 30, 11:01 Reply
      La réponse vous était donnée implicitement plus haut par moinsqueparfait : Les FR savent qu'il ne sert plus à rien de « dénoncer » puisque les Flamands ne reviendront pas sur ces modifications qui résultent de leur volonté invariable, constante, de scission du pays. Beaucoup de « Belges » (donc pas des Flamands !) se disent effectivement que tout cela est absurde ; mais ce n'est pas cela qui infléchira la volonté flamande. Cela fait des décennies que, en exigeant des révisions de constitution en série, les Flamands s'ingénient à désorganiser sciemment la Belgique ; ce qui débouche sur une complexité institutionnelle et fonctionnelle ingérable. Et ce sont ceux-là mêmes qui l'ont voulu qui, aujourd'hui, tirent prétexte de ce caractère de plus en plus ingérable pour exiger encore plus de scission. Les Flamands veulent bien encore des Wallons en tant que clients obligés (c'est-à-dire en tant que colonie), pour leur vendre les services de leurs entreprises monopolistiques de constructions, de travaux publics et de distribution -genre Colruyt dirigée par d'illustres flamingants-, mais pas en tant que concitoyens. Absolument rien n'indique que les choses vont changer, bien au contraire. Ce qui nous renvoie aux conclusions de moinsqueparfait, que je partage : entre deux mauvaises solutions, il faut choisir la moins mauvaise, qui finira peut-être un jour par devenir la bonne...
      • moinsqueparfait'
        mars 31, 23:46 Reply
        Eridan, Un bémol: le morcellement de la Belgique ne résulte pas que de demandes flamandes. Initialement, en fait, il est plutôt d'instigation wallonne. Ce qu'il y a, c'est que l'autonomisme wallon n'est pas un mouvement d'affirmation nationale anti-belge. C'est pour cela qu'il court toujours avec un temps de retard: c'est un mouvement réactif face à l'hégémonisme flamand et à sa perpétuelle lamentation linguistico-identaire qui finit vraiment par "casser les oreilles et chauffer les XXXXX". Le côté identitaire est subséquent chez les Wallons: les Wallons ne prennent conscience d'eux-mêmes qu'à force d'être pris pour cible par les autres. Cela peut paraître difficile à comprendre mais les Wallons sont assez "tranquilles" du point de vue culturel: ici, on parle français, avant on parlait même wallon et picard, et personne ne se pose de question avec ça. La revendication identitaire, à la base, est passablement absente. Tout aussi paradoxal: la plupart des Wallons, même les plus "pointus", ne sont pas vraiment dérangés par l'idée d'être appelés "belges". Pour ceux qui peuvent le retrouver sur Youtube, je vous conseille le reportage de la RTBF réalisé sur les descendants des Wallons du Wisconsin, où l'on voit que ces gens, oscillent tout le temps entre les symboles belges et les symboles wallons. Pour certains, "causer (djozer) belge", c'est "parler wallon", ils organisent des "fêtes belges", etc. Bref, parfois c'est "belge", parfois c'est "wallon", pour eux c'est la même chose. C'est la même chose... jusqu'à ce que le reste des "Belges" (quand ils sont là, à savoir hic et nunc) se manifeste. Alors, évidemment le Wallon a un peu de mal à être fier d'être "belge" quand les 60% d'autres Belges flamands néerlandophones et les 10% d'autres formés par un amalgame de Flamands francisés, ex-Wallons honteux et "Nouveaux Belges®" toujours très fiers d'affirmer leur différence tout en n'étant pas différents (c'est l'effet psychédélique brusselois 3.0, faut pas essayer de suivre) lui font sentir autre chose en permanence... C'est difficile de "faire le Belge" quand 70% des Belges n'arrêtent pas de vous faire sentir que vous n'êtes pas comme eux (et que dans leur tête, c'est pas un compliment). Le paradoxe, c'est que pour finir, la société Wallonne accède à l'autonomie à reculons mais qu'elle l'assume mieux qu'on ne le croit et qu'elle n'y renoncera jamais. Les gens qui croient que les Wallons vont un jour renoncer à l'autonomie "pour le bien de la Belgique" mais surtout pour avoir à coup sûr une dictature flamande à tous les étages là où ils sont parvenus à la tenir à l'écart se trompent. Le plus paradoxal également est que malgré tous les regrets ou reproches justifiés qu'on puisse avoir à formuler, la Wallonie est la collectivité la plus stable parmi les communautés belges: son territoire n'est pas contesté, sa capitale non plus, sa population est homogène (la présence de la minorité allemande ne pose de problème véritable à personne) et elle parvient manifestement mieux que les autres à assimiler les arrivées de populations étrangères. Je dis ça, je dis rien (comme on dit), mais les énergumènes venus faire des saluts nazis* sur la place de la Bourse à Brussel et ces records mondiaux de foyers islamistes, ça n'annonce rien de bon pour la future ex-Belgique non wallonne du point de vue de la cohésion et de la stabilité de cette société. ----- *On me dira qu'ils ne sont pas tous nazis, les Flamands. Je le sais mais il y a un hic: le président de la NVA ne veut pas condamner. On connaît par avance la réaction du Vlaams Belang... et quand on a ces deux-là, on a 40% de l'électorat flamand. C'est lourd, quand même. Alors, personnellement, soit j'arrête de m'appeler "belge" soit, s'il faut vraiment que je sois "belge", j'exige que toute cette engeance soit privée du titre ou y renonce car je n'ai aucune envie de le partager avec elle.
        • u'tz
          avril 03, 19:25 Reply
          @Moins-que' "Un bémol: le morcellement de la Belgique ne résulte pas que de demandes flamandes. Initialement, en fait, il est plutôt d’instigation wallonne." même en consommant moins, je ne peux relire ce commentaire, tant c'est insupportable d'entendre un truc aussi paradigmatiquement flamingant. sans rentrer dans les détails : au xxe la wallonie a été économiquement vidangée au profit des intérêts de la flandre, comme l'FR a été stigmatisé au max à défaut d'être éradiqué au profit du NL... le reste n'est que bidouillage nationaliste flamingant (aidé par l'allemagne du xxe d'avant w brandt) talentueusement fictionné par les NL avec succès surtout auprès des losers FR... dont vous ne faites peut-être pas partie Moins-que', quoique j'ai quelques doutes
  43. Tournaisien
    mars 29, 19:19 Reply
    Ces deux articles parus dans la Libre Belgique : Le premier signé d'Ismaïl Saïdi, paru le 23 mars dernier, lendemain des attentats : http://www.lalibre.be/debats/opinions/pourquoi-les-musulmans-ne-descendent-pas-en-masse-dans-la-rue-pour-condamner-56f268d435702a22d5a69224 Le second signé d'un certain Jonathan Claes, paru trois jours plus tard, le samedi 26 mars dernier : http://www.lalibre.be/debats/opinions/il-est-temps-d-arreter-la-complaisance-aveugle-envers-la-communaute-musulmane-56f5496a35708ea2d3e794ce Chapeau à La Libre Belgique d'avoir accepté de publier ce droit de réponse très circonstancié. Mr Jonathan Claes, félicitations pour ce courage, contre un politiquement correct qui devient tout bonnement étouffant, félicitations pour votre lucidité, félicitations pour la clarté de vos principes. IL N'Y A PAS, IL NE PEUT Y AVOIR D'ETAT DE DROIT À GEOMETRIES VARIABLES. LE PRINCIPE MÊME DE L'ETAT DE DROIT EST QU'IL A À S'APPLIQUER INDISTINCTEMENT À TOUS LES CITOYENS, DANS UN RESPECT TOTAL DE LA DIFFERENCE, DE L'EGALITE ! Le jour où un Belge autochtone, ou un Polonais, ou un Italien, ou un Russe ... bouddhiste, athée, agnostique, orthodoxe, protestant, catholique pourra épouser, sans se convertir à l'Islam, à une musulmane, qui quant à elle pourra garder sa fois islamique, sans que cela pose un problème ... le jour où ce Belge, ce Russe, cet Italien pour l'épouse tout simplement parce qu'il l'aime, et que elle l'aime ... et que cet amour mutuel les conduira à respecter leurs différences mutuelles, CE JOUR-LÀ SERA UN GRAND JOUR ... À COMMENCER POUR LES MUSULMANS !
    • Lachmoneky
      mars 30, 07:25 Reply
      Heu.... je crois que ce jour existe depuis longtemps, notamment le jour où Philippe Moureaux a épousé une personne de religion musulmane. Et il ne doit pas être le seul. Reste que ces situations assez rares ne doivent pas masquer le fait que, dans la large majorité des cas, ce genre de situation pose de très gros problèmes. Allant parfois jusqu'au meurtre familial de la "fautive". Dans d'autre religions, la qualité des "heureux élus" se mesure parfois à la qualité des leurs pratiques religieuses. Ces jugements me semblent d'un autre âge. Pourtant, ils ne sont pas si rares. Mais il ne faut pas nier que, dans la religion musulmane, ces différents débouchent beaucoup plus facilement sur des issues violentes.
    • u'tz
      avril 01, 01:54 Reply
      Tiens Tourn' pour un mariage homo alors un musulman peut marié un chrétien et non un chrétien marié un musulman... ?
      • Tournaisien
        avril 07, 22:05 Reply
        U'tz La réponse, vous l'avez en Syrie ... Postez-vous sur le toit d'un immeuble de douze étages et visez de vos mirettes le toit de l'immeuble d'en face, celui où des amis d'Al Baghdadi précipitent sur le tarmac au pied dudit immeuble les homos de service. Mais quand donc arrêterez-vous donc de sortir des sornettes ?
  44. Peter
    mars 30, 08:53 Reply
    A lire Marcello ... le vrai problème, décrit par un ami à toi ? https://www.facebook.com/franckentheo/photos/a.483652065107165.1073741828.483497581789280/682512271887809/?type=3&theater
  45. PATRICK DE GEYNST
    mars 30, 10:36 Reply
    Le réquisitoire est cruel mais comment le contester ? Bien sûr la critique est aisée mais l'anti-terrorisme est difficile. Les fumées de l'apocalypse dissipées , une lueur de réconfort pointe dans les ténèbres ;la formidable mobilisation des secours ,la compétence et l'efficacité de la Croix- Rouge chargée de la coordination sont dignes d'éloges. L'Armée ,parfois raillée pour son rôle de figuration dans les rues à fait face avec compétence et efficacité grâce à l'Hôpital Militaire . Les personnels civils détachés à L'H.M.ont été bluffés par l'organisation et la mobilisation de leurs homologues "kakis" Alors à défaut de penser l'anti-terrorisme nous avons la capacité d'en panser les plaies.......
  46. Capucine
    mars 31, 13:11 Reply
    Je remarque que la securite et l honneur des belges sont honteusement bafoués . L'intérêt commercial et L ego particrates de nos politiciens priment sur le travail de gens honnêtes qui ont avec confiance vote pour eux. On annonce des manifs brunâtres sur Bruxelles,on voit Le bourgmestre de Bruxelles serrer des mains à Paris en les remerciant pour leurs conseils comme si on dépendait d eux ,on demande aux gens d'apprendre les reflex des premiers secours,c'est quoi cet amateurisme? Ce n'est pas le moment de faire des réunions pour savoir à qui cest la faute,ce sera comme pour l'affaire Dutroux ,cest pas moi ,c'est lui devant un pays en larmes.? On nous fait tourner en rond et pendant ce temps,les services de polices sont épuisés,les services médicaux désargentés,les états des bâtiments et routes déglingués.,nos carnets d'épargne desepargnes,les taxes n'arrêtent pas d'augmenter,l'enseignement a besoin d'être renforcé.. Mais qu'ont ils fait avec notre argent?de notre pays? De notre jeunesse ? Qui utilisent des travailleurs sous payé ? Qui s'offre des logements ,des voitures et des avantages avec notre argent? Qui détient vraiment les Clés,le code secret de ce pays? Nous avons tant travaille pour la liberté,pour les droits de lHomme ,pour l'amour et l'amitié entre les peuples ,pour l unité . Elle est ou l'unité de la Belgique ? La capitale de lEurope devient un non pays et la construction de LEurope sans barrière,sans armee,sans securite .. Les elus du haut de la pyramide avaient ils des raisons pour nous endormir a ce point! Si je reviens sur terre ,j'aimerais être un escroc pour escroquer tous les malhonnêtes de mon pays et tel Robin des bois,je redonnerais aux braves gens le courage et la dignité. Bonne journée.
  47. moinsqueparfait'
    avril 01, 10:50 Reply
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/03/25/31001-20160325ARTFIG00320-bruxelles-laboratoire-de-l-europe-de-demain.php "Faut-il plus d'Europe ou moins d'Europe? Autant demander au malade s'il lui faut plus ou moins de fièvre! Il faut certes plus de coopération entre États européens mais il faut surtout plus d'État tout court pour lutter contre les effets du djihad (plus de forces de l'ordre, de magistrats, d'agents de renseignement ; etc.). Tirer des attentats de Bruxelles, la conclusion qu'il faudrait plus d'Europe, ce serait comme estimer que seul l'approfondissement du communisme allait venir à bout des files d'attentes devant les magasins à l'époque de l'URSS. Cet appel à plus de fédéralisme pour lutter contre le terrorisme relève d'un total contre sens." Maintenant, que répondrait-il à "Faut-il plus ou moins de Belgique?"...
  48. moinsqueparfait'
    avril 01, 19:11 Reply
    "Si, à l'époque des attentats, Sjarel Misjel a kollarobé une fois à ma fausse démission, c'est qu'il avait ses raisons". (J. Jambon)
  49. Mélanippe
    avril 04, 14:03 Reply
    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/de-la-democratie-a-la-pathocratie-179540
  50. Lachmoneky
    avril 13, 12:00 Reply
    Une fois de plus, Jambon dérape. "Juifs cachés et djihadistes en fuite: la comparaison de Jan Jambon fâche" http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_juifs-caches-et-djihadistes-en-fuite-la-comparaison-de-jan-jambon-fache?id=9268221 Inévitablement, en conclusion de cette comparaison, on se dit que, comme TOUS les belges étaient de braves "Mensch" (et protégeaient et cachaient les pauvres juifs poursuivis), TOUS les "musulmans" protègent et cachent les "pauvres" terroristes poursuivis. Ceci montre que le subconscient NVA (ou plutôt extrême droite) reste bien présent, et "remonte"... quand le naturel reprend le dessus.Qu'en dit donc la presse flamande? Triste! ou pis: lamentable! Certainement pas digne d'un "homme d'État".
  51. Jay
    avril 14, 09:16 Reply
    Autant je partage certains points de votre analyse. Surtout ceux qui concernent le manque minable de prise de responsabilité et de courage au niveau des politiques et des services de sécurité (renseignements et autres). Autant, je vous trouve assez dure voire même naïf dans votre comparaison avec d'autres pays. Il est aisé de trouver les dysfonctionnements après tout évènement, mais difficile des les prévoir à l'avance. En attestent les ratés qui ont mené à évènements de Londres, Madrid, Paris, San Bernardino, 9/11 etc etc etc...Il y a des milliards d'informations à recouper à gérer et malheureusement qu'à moins de devenir une société dans le style "minority report", il faudra accepter que la perfection et le risque 0 n'existe pour personne. Même si toutes ces choses méritent analyse et amélioration et là je vous rejoins tout à fait.
  52. jm
    avril 19, 08:35 Reply
    En Belgique, il est possible d'élire domicile sans jamais y vivre, pour par exemple toucher une allocation sociale, ou son contraire, vivre à une adresse sans y élire domicile, pour par exemple échapper à ses créanciers. Il est possible d'exercer une activité commerciale sans être annoncé auprès de la TVA et du fisc, il est possible de bâtir une demi-maison sans autorisation, la liste peut être très longue. Les autorités sont tout à fait au courant de la situation, mais laxisme oblige, on n'agit pas. Dans le même ordre d'idées, les fonctionnaires dont la tâche est de détecter les fraudes au sens large (urbanisme, pollution, fiscalité, etc...) ne contrôlent que ce qui a "pignon sur rue". L'urbanisme va contrôler en priorité les citoyens ayant fait une demande de permis de construire, le fisc contrôle surtout les assujettis, et pas le vrai travail au noir émanant de travailleurs du samedi, l'agent de quartier s'occupe de ceux qui sont domiciliés, etc, etc.. Ce depuis des décennies, à tous les niveaux. L'explication est souvent: "manque de moyens". Il est très facile, dès que ce grand principe a été assimilé, d'évoluer en parallèle. Qu'on ne soit pas étonné des dérives tragiques que nous avons connues. On n'a pas voulu les voir.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.