2019 ou le retour de la Kamikaze.

IMG_1517.JPG

Caveau des propriétaires, Le Grand Hornu. Photo Marcel Sel.

Régulièrement, la N-VA sort un gros lapin de son chapeau. Les autres partis réagissent. Et certains Francophones leur crient de se taire ! Nan ! Ça favorise Bart quand vous répondez, godverdomme ! Et quoi ? Il faudrait les laisser dire que la Belgique est une abomination ? Que les Berbères sont un problème ? Que les réfugiés ont trop de confort dans les tentes du parc Maximilien ? Que Bruxelles est une catastrophe ? Que Viktor Orban est formidable ?

Il faudrait se taire quand Bart et sa clique se fichent du MR en faisant du communautaire rhétorique alors qu’il avait promis une absence de communautaire fédéral pendant cinq ans ? Promesse avalisée par Charles Michel pour rassurer les Francophones ?

Que le MR fasse le gros dos si ça lui chante ! C’est son droit, c’est son choix. C’est cohérent, après sa décision de monter dans le bateau fédéral avec la N-VA. Mais c’est le droit aussi des partis d’opposition de profiter des provocations de la N-VA pour tacler le MR. Ils seraient bien cons de s’en priver. Ils rendraient même un mauvais service aux citoyens. Et puis, c’est le jeu démocratique. Il est à deux voies dans notre pays, des voies qui ne se croisent pas, celle du Nord et celle du Sud. Et si la N-VA réussit son coup, elles pourraient ne plus se croiser du tout à partir de, disons, 2025.

Le coming-out
Depuis quinze jours, donc, les ténors nationalistes flamands rappellent qu’ils sont séparatistes. Tout à coup, on redécouvre que l’ADN du plus gros parti au gouvernement belge est de briser la Belgique. Ce n’est pas un scoop, dit-on chez les réformateurs. D’accord, mais il n’est pas normal pour autant qu’on laisse gouverner le pays par un parti qui veut sa fin. Avec le temps, on aurait presque fini par s’y habituer. On ne le peut pas.

Parmi les effets pervers du mélange des genres imposé par Charles Michel, il y a l’anesthésie médiatique. Dès l’automne de 2014, certains commentateurs ont « constaté » qu’au fond, les ministres N-VA devenaient de bons belgicains. On sous-entendait ainsi que le pari de Charles Michel avait réussi — celui de transformer un parti ultraflamingant en parti belge. Promis-juré, la N-VA allait devenir la nouvelle VU ou le nouveau CD&V !

Certains ont vraiment cru que la N-VA deviendrait le nouveau CD&V…

Cette illusion a été enterrée en quinze jours, parce que l’ADN de De Wever a rattrapé De Wever et que, confronté à la révolte de son arrière-ban, il a fallu qu’il abatte ses cartes. Pourtant, même après ces deux semaines de coming-out, il y en a encore pour vous assurer que ce n’est qu’une manœuvre pour calmer le Vlaamse Volksbeweging ou pour empêcher le Vlaams Belang de récupérer les électeurs que la N-VA lui a piqués en 2014. Admettons. Mais en 2019, l’arrière-ban exigera que le parti tienne parole, et le Vlaams Belang, bons sondages aidant, se profilera à nouveau comme un aiguillon. Ce qui s’est passé depuis le 1er janvier n’est donc pas banal et se répètera, en bien pire, pendant la prochaine campagne électorale. 

Une fidélité payante et trébuchante.
Oh, bien sûr, le parti de Bart reste au fédéral. Et il affirme qu’il tiendra sa promesse de ne pas « faire du communautaire ». Notons que le terme est mal choisi : en Belgique, tout est communautaire. Et notamment la décision de ne pas nommer le bourgmestre de Linkebeek Damien Thiéry. On devrait en fait dire que la N-VA ne fait pas plus de communautaire dans les compétences fédérales (et uniquement dans celles-là) que ne le faisait le CD&V à l’époque où il était dans un gouvernement belge sans réforme de l’État. Et cela, la N-VA ne l’a promis que jusqu’en 2019. Aujourd’hui, tout indique que, dès avant les élections, il jettera le MR et le reste de la « francophonie belge » comme de vulgaires Kleenex.

Entretemps, c’est ce MR francophone qui lui aura permis de gagner en crédibilité avant le grand saut séparatiste, en échange d’un poste de premier ministre, de six portefeuilles et surtout d’un tax-shift nécessaire pour l’ensemble des Belges, qui, en Flandre, profitera toutefois surtout à la N-VA.

Le MR permet aujourd’hui à la N-VA d’engranger des bons points.

Heureusement, à la lumière de ce projet séparatiste désormais officiellement confié par Bart De Wever à Hendrik Vuye, on redécouvre la réalité du deal gouvernemental. Un marché temporaire. Et on peut enfin ravaler les illusions fantasques : jamais un parti nationaliste n’allait monter dans un gouvernement qui allait à l’encontre de sa nature profonde s’il n’en tirait un bénéfice décisif. Le MR a bel et bien troqué une « révolution fiscale » contre la crédibilisation d’un parti potentiellement mortel pour le pays.

Car, que manquait-il à la N-VA en juin 2014 ? Pour commencer, l’exercice du pouvoir régalien : les ministères choisis par les nationalistes sont l’intérieur, la défense et les finances. Trois fonctions régaliennes par excellence.

Le pouvoir fédéral donne à la N-VA ce qui lui manquait.
Il lui manquait aussi la preuve qu’elle pouvait gérer une machine aussi complexe que la Belgique. Et la démonstration qu’elle n’était pas un parti séparatiste radical et führieux, mais une formation de gens raisonnables et compétents. Et bien entendu, il lui manquait la mise en pratique de sa vision économique, de son néoconservatisme sociétal, de sa gestion de l’immigration, non pas dans le seul environnement flamand (où elle est confrontée à pas mal de pièges locaux, comme UPlace ou la clôture du périphérique anversois), mais dans celui d’un pays entier.

De manière plus pragmatique, pour améliorer le sort des entrepreneurs de Flandre, il fallait agir au niveau belge, du moins jusqu’à ce que la Flandre dispose de plus de leviers fiscaux ou sociaux. Bien sûr, ceci pouvait améliorer la Belgique, mais à aucun moment, la N-VA ne pouvait se permettre de favoriser le pays au détriment de la Flandre. Autrement dit, tout ce qu’elle a fait et fera au fédéral devait ou devra être bon pour le Nord. Et tant mieux si c’est bon aussi pour le Sud. Mais c’est bien tout.

En cas de réussite du tax-shift, la N-VA aura le vent en poupe. Sinon, elle aura le vent en poupe aussi.

En cas de réussite du tax-shift, la N-VA abordera les élections de 2019 en tant que grand parti flamand, puissant, efficace, moderne, facteur de progrès économique. En cas d’échec, Bart De Wever ne se sera mouillé qu’à moitié. Il suffira alors de charger la barque des autres partis, et il sera facile de « démontrer » que le CD&V aura empêché la N-VA d’aller au bout de sa logique. Le parti de Wouter Beke n’arrête pas de tirer l’ensemble du gouvernement suffisamment à gauche pour se différencier du parti de Bart et ne pas perdre son aile syndicaliste.

C’est probablement déjà pour marquer la différence entre la politique du gouvernement et ses positions authentiques qu’il y a aujourd’hui un gouffre entre les discours de la N-VA et ses actes. Tout en soutenant Viktor Orban, Theo Francken mène une politique d’accueil nettement plus humaine que l’autocrate hongrois. Tout en critiquant Angela Merkel, il est plus proche d’elle dans la pratique qu’il ne l’est des Slovaques ou des Polonais. Le décodage a posteriori sera : « j’ai mené la politique des autres, mais si on m’avait laissé faire, j’aurais mené une politique nettement plus restrictive ».

Une kamikaze où le MR prend tous les risques et la N-VA, les points.
Et donc, inexorablement, la N-VA engrange des points jour après jour. Pour s’en assurer, dès le début de la coalition, elle s’est éloignée des dossiers à risques communautaires (survol de Bruxelles, SNCB, le nucléaire, les pensions, la justice, etc.) Elle bénéficie de surcroît du firewall tenu par le premier ministre, celui qui a offert la possibilité à la N-VA de faire ses preuves. Sans lui, cette coalition était juste impossible.

Alors que la nocivité d’une telle association — pour la Belgique telle que nous la connaissons — réapparaît, Michel tient bon et affirme sa confiance dans son partenaire. Mais si le premier ministre n’a pas encore chaud aux fesses, ça va peut-être venir plus vite qu’il ne l’espère.

C’est officiel, la prochaine réforme de l’État sera préparée avant les élections de 2019.

Car l’annonce par Bart De Wever de la mise en place d’un comité qui se chargera de préparer le séparatisme, avec des textes de loi, avec un projet concret et écrit, c’est déjà pas mal. À cela s’ajoute un gros pétard placé par le ministre président flamand, Geert Bourgeois sous le siège du premier ministre. Bourgeois était à la fête de Nouvel An du Vlaamse Volksbeweging, (qui fêtait aussi à cette occasion l’engagement d’un ex-Vlaams Belang proche du Voorpost, ça se passe comme ça au VVB). Et il a assuré que pour 2019, le gouvernement fédéral allait préparer une grande réforme de l’État et une modification en profondeur de la Constitution. Ce faisant, il confirmait que la fin du mandat de Charles Michel sera franchement pourrie.

Une fin de législature bien pourrie.
Faites le calcul. Les élections de 2019 doivent avoir lieu fin mai ou début juin. Cela signifie que la campagne électorale commencera, au plus tard, en janvier. Oui, mais en automne 2018, il y aura des élections communales. Avec une campagne qui connaîtra ses premiers frémissements avant l’été. Et là, l’arrière-ban, le VVB et les autres aiguillons du parti referont leur apparition ; en gros, à partir de mai 2018, la N-VA donnera régulièrement à l’opposition francophone (et flamande belgicaine) de quoi pousser des cris d’orfraie.

Ajoutez à cela que, si la N-VA veut pouvoir modifier la Constitution à partir de 2019, il faudra « ouvrir » les articles utiles au confédéralisme (ou au séparatisme) avant ces élections. En pleine campagne. Pour cela, une majorité simple suffit. Mais préparer une réforme de l’État, c’est déjà du communautaire.

Et là, tout est imaginable. Si le MR refuse de voter l’ouverture de certains articles de la Constitution à révision, on pourrait revivre l’épisode BHV à la chambre, celui où les partis flamands ont voté, contre tous les partis francophones, la mise à l’agenda d’une loi « flamingante » qui, sans la sonnette d’alarme (qui permet à une des communautés de se protéger d’une loi imposée par l’autre), aurait transformé la politique belge en champ de ruine. Et la Belgique avec.

Tout à coup, on voit revenir les fameux cahiers Atoma évoqués en début de législature.

C’est loin d’être sûr pourtant car, pour avoir une majorité à la Chambre uniquement constituée de partis néerlandophones, ceux qui sont au pouvoir au fédéral ou au gouvernement flamand ne suffisent plus aujourd’hui (ils n’ont que 65 sièges sur 150, et il en faut 76.) Il faudrait donc que la N-VA parvienne à convaincre les socialistes flamands de se joindre à elle, par « patriotisme flamand ». Mais ceux-ci n’ont plus autant d’intérêt à le faire qu’en 2010.

Traître pour les uns, collabo pour les autres, le MR sera résistant ou ne sera plus.
Il est aussi possible que la N-VA convainque le MR de voter l’ouverture des articles en question, se disant qu’ouvrir n’est pas modifier. La tension risque alors de monter dans l’hémicycle. Dès la moitié de 2018, on devrait donc voir le pôle nationaliste flamand et le pôle francophone de la « Suédoise » découvrir progressivement qu’ils ont des incompatibilités fondamentales. La N-VA poussée au cul par le « Mouvement flamand », le MR tyrannisé par l’opposition francophone et confronté à la perspective d’entamer la campagne électorale avec le label « traitre » ou « collabo » collé au front par les autres partis du Sud.

On se rappellera alors, peut-être, les fameux accords « Atoma » sur une prochaine réforme de l’État évoqués par Jan Jambon fin 2014…

Toutefois, aujourd’hui déjà, il est assez clair que la N-VA seule n’obtiendra probablement rien de bien costaud au sortir de la Suédoise en matière constitutionnelle. Parce que la majorité qui sortira des élections de 2019 ne pourra modifier la Constitution que si elle dispose de 2/3 des sièges. Et on ne voit pas 2/3 des électeurs belges confier à la prochaine chambre un mandat séparatiste.

L’astuce qui tue (la Constitution).

Mais Hendrik Vuye, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Namur (eh ouais…) a une alternative qui a de quoi faire exploser le manuel de droit constitutionnel du vénérable professeur Francis Delpérée. Son idée ? Partir du principe que la Flandre n’a pas à respecter la Constitution belge, dès lors qu’elle a décidé de se séparer de la Belgique. Autrement dit, si on ne parvient pas à obtenir la réforme qu’on souhaite, on fait ce qu’on veut, et on le fait au Parlement flamand. Et dans ce parlement, les partis néerlandophones de la Suédoise ont la majorité des deux tiers (pour peu qu’elle soit nécessaire à quelque chose). Badaboum.

Capture d’écran 2016-01-21 à 16.26.05Le cas catalan, modèle flamand.
C’est aussi pour cela que le cas catalan est si intéressant pour les nationalistes flamands. La Constitution espagnole empêche, là aussi, la scission unilatérale de la région. C’est un cas grandeur nature que les indépendantistes du nord du pays suivent avec énormément d’intérêt, et où Jan Jambon lui-même s’est impliqué en allant, par exemple, discourir à Barcelone à la fin de la campagne des nationalistes catalans, en avril 2011 (voir photo). On lui a aussi reproché d’avoir réuni quelques séparatistes européens dans son cabinet du ministère de l’Intérieur.

La méthode catalane qui mènerait éventuellement à une indépendance n’intéresse pas la N-VA uniquement pour des raisons constitutionnelles, mais aussi en matière d’intégration européenne. Les traités européens, sous leur forme actuelle, empêcheraient en effet la Catalogne de devenir automatiquement membre de l’Union européenne après son indépendance. Un écueil de taille que connaît aussi la Flandre indépendantiste. Plus de Schengen, plus de monnaie, plus d’accords douaniers… Raison pour laquelle Geert Bourgeois a plaidé, la semaine dernière au Vlaamse Volksbeweging, pour une admission d’office de toute région qui se détacherait d’un pays membre.

La réflexion séparatiste n’a jamais cessé d’être intense à la N-VA.

Encore une exigence qui n’aboutira probablement à rien parce que les possibilités de blocage européen sont innombrables. Mais là aussi, il y a des solutions. Exempe : pousser les Francophones à saborder le navire Belgique. Et espérer que l’Union européenne viole ses propres traités face à la perspective de voir Bruxelles, le siège de ses institutions, quitter son territoire. Ça sonne surréaliste. Mais guère plus que de violer la Constitution.

En fait, la réflexion séparatiste au sein du parti n’a jamais cessé d’être intense. Selon Hendrik Vuye, l’idée de créer un projet visant à relancer l’institutionnel est née en mai de l’année dernière (donc après six mois de Suédoise) et la N-VA y travaillait concrètement depuis octobre 2015. Au passage, c’eût été sympa d’en informer le premier ministre (non, pas Bart De Wever, le premier ministre officiel, hein !) Or, De Wever ne l’a jamais fait. Bien sûr, on peut penser que Vuye ne révèle cette historicité que pour rassurer l’arrière-ban. Mais force est de constater qu’il n’a fallu que quelques jours après le début de la révolte nationaliste pour que la N-VA dévoile qu’elle officialisait ce groupe de travail. Hendrik Vuye est de surcroît un constitutionnaliste qu’elle ne prend pas à la légère. C’est l’expert du parti. Il l’était avant d’y adhérer, alors qu’il était rémunéré par la Communauté française en tant que professeur d’université. Un étrange transfert sud-nord.

La N-VA cherche déjà des soutiens au sein… du gouvernement.
L’objectif du projet n’est pas seulement de rédiger les textes de loi (eh oui, on en est là) et de faire des recherches de niveau académique pour l’indépendance, mais aussi de chercher qui pourrait la soutenir en dehors du parti ! Autrement dit, la N-VA va tranquillement papoter de la fin du pays avec des gens du CD&V et de l’Open VLD — les deux autres partenaires du MR au gouvernement fédéral. Et tandis que le « front francophone » est rejeté avant même de naître par le président du MR Olivier Chastel (j’en reparle dans l’article suivant), les chercheurs du séparatisme de la N-VA ont déjà trouvé une oreille attentive, par exemple, chez Hendrik Bogaert, un chrétien-démocrate qui trouve aussi qu’il y a encore trop de transferts vers la Wallonie.

Préparer des propositions de loi destinées à permettre l’indépendance de la Flandre ne pourra pas non plus se faire sans consulter de temps en temps les têtes pensantes du parti. Parmi elles, il y a un certain ministre de l’Intérieur, lui-même l’un des plus chauds indépendantistes. Celui-là même que certains pensaient pouvoir qualifier de « belgicain » il y a quelques semaines à peine.

Dans trois ans pile, Bart De Wever devra se mettre à vendre activement l’annihilation du pays.

Dans deux ans, la campagne des élections communales requerra déjà quelques frémissements du genre flamingant. Dans trois ans pile, en janvier, Bart De Wever devra se mettre à vendre l’annihilation de la Belgique. Si la Suédoise tient jusque-là, ses six derniers mois risquent bien de se résumer à une foire d’empoigne, et le MR sera brinquebalé d’une sortie de Bart à une saillie d’Hendrik Vuye sans parler le nouveau chef de groupe de la N-VA à la Chambre, Peter de Roover, un indépendantiste convaincu.

Kamikaze 2, le retour. Ou la fin.
À la fin du printemps de 2019, le MR devra rendre des comptes et on tirera le bilan de son deal. Soit, il aura entretemps réussi son tax shift à la grande satisfaction d’au moins un tiers de Francophones, et il continuera à exister en Wallonie et à Bruxelles — il pourrait même progresser. Soit, il aura échoué à convaincre ses électeurs potentiels, faute d’une vraie révolution fiscale, ou parce que le tax-shift aura coûté trop cher aux communes wallonnes, et dans ce cas, le fait d’avoir laissé monter le monstre séparatiste dans un gouvernement fédéral apparaîtra comme une faute grave.

Charles Michel se souviendra alors que plus une coalition est audacieuse, plus elle comporte de risques. Et peut-être comprendra-t-il pourquoi tant de commentateurs et de politiciens auront, juste avant le début de son mandat, parlé d’une coalition « kamikaze ». Pour le pays, mais aussi et surtout pour le parti. Et pour l’Histoire.

Previous Ce vendredi, les avocats sont en danger (d'être oubliés).
Next Le gloubiboulga ou l'improbable projet francophone.

You might also like

113 Comments

  1. Salade
    janvier 21, 20:36 Reply
    "Bien sûr, ceci pouvait améliorer la Belgique, mais à aucun moment, la N-VA ne pouvait se permettre de favoriser le pays au détriment de la Flandre. Autrement dit, tout ce qu’elle a fait et fera au fédéral devait ou devra être bon pour le Nord. Et tant mieux si c’est bon aussi pour le Sud." Et Bruxelles, ce n'est pas le Sud. A bon entendeur salut.
    • Lachmoneky
      février 13, 14:08 Reply
      Ben, c'est évident: pour le Nord et pour le Sud, Bruxelles n'existe pas: ce n'est que leur terrain de jeu, à exploiter tant que possible: merci de le rappeler, Salade. Pourtant, maintenir ce terrain de jeu dans le meilleur était possible permettrait de gagner des points... aux deux parties. On sortirait enfin du tunnel! Mais bah, "L'union fait la Force" semble appartenir au siècle passé, ou même au précédent. "Divide ut regnes" est la devise de Bart, et de certains autres ~~~~~~
  2. Evgeni
    janvier 22, 00:15 Reply
    Situation aberrante dans un pays à la dérive... Bravo pour votre article Marcel, votre analyse est claire et réaliste. Ce qui est aberrant c'est que les partis francophones restent coincés dans leur vision d'une Belgique de papa et apparemment n'ont aucun plan pour réagir au scénario flamand, ou alors ils vont tout faire pour sauver la Belgique... Et les flamands se tordent de rire... C'est à pleurer de honte... Et d'autre part la population wallonne est dans le même esprit que ses politiques : on s'en fout royalement ! J'ai dejà essayé de parler de cette situation absurde avec des collègues ou des amis, on ne sent aucun intérêt pour ce sujet, à la limite on se fait passer pour le casse pied de service avec ses discours loufoques qu'on écoute par politesse avec un sourire en coin. Mais bon sang, comment peut on accepter l'idée d'un parti au gouvernement avec des ministres aux postes clé et qui prône la fin du pays, comment Une université wallonne peut employer un flamingant séparatiste membre d'un partit indépendantiste et comment des étudiants wallons peuvent ils suivre des cours avec ce personnage comme professeur ? Normalement ce devrait être une révolution, il y a longtemps que les partis auraient dû mener une campagne pour préparer le futur du pays et informer la population de ce qui est en train de se trâmer et les conséquences qui vont en découler... Eh bien non, tout tourne normalement, les réveillons se sont bien passé, on prépare les vacances et les diables rouges sont qualifiés pour la coupe d'Europe. La seule réflexion qui me vient à l'esprit c'est qu'on mérite ce qui va arriver ou dit autrement : on ne mérite pas un pays comme la Belgique.
    • Pfff
      janvier 26, 09:26 Reply
      "La seule réflexion qui me vient à l’esprit c’est qu’on mérite ce qui va arriver ou dit autrement : on ne mérite pas un pays comme la Belgique." Nous ne devions pas signer la sixième réforme de l'État, parce qu'elle faisait, de facto, des francophones des citoyens de deuxième classe, et de la Wallonie, une région faillie. Nous courrons à la catastrophe, grâce à des leaders qui communiquent très bien. Il n'y en a pas un pour racheter les autres. C'est grande pitié que la situation des Wallons. Je ne veux même plus en parler.
  3. thomas
    janvier 22, 03:40 Reply
    De man die altijd de expert wilt uithangen maar tot voor kort nog nooit van het subsidiaire beschermingsstatuut gehoord had, maakt hier even de rekening van de staatssecretaris die zich al jaren lang verdiept in deze materie en zich terecht een expert mag noemen. Grotesk.
  4. hansen
    janvier 22, 07:35 Reply
    Je ne suis plus aussi pessimiste que Evgeni, alors que je l'étais comme lui, parce que je crois à nouveau au bon sens belge qui n'écoute pas les politiciens ni les médias, mais cherche à travailler pour son propre bien-être. Les institutions belges sont en crise comme l'est l'Europe. D'une crise peut aussi sortir un progrès. Pour l'Europe, la grande question est de savoir si l'Angleterre va nous quitter? Pour la Belgique, la Flandre sera-t-elle assez stupide pour nous quitter. Ils pourront alors se disputer entre Anvers et Gand ou autres chicaneries parce que c'est dans leurs gènes. C'est une coutume belge ces discussions de clocher, on le voit aussi entre Liege, Mons et Charleroi. Cela malheureusement coûte trop cher en période de crise et nous ne pourrons bientôt plus nous le permettre. Il n'y a qu' à Bruxelles et dans la sous région de langue allemande qu'on ne fait pas de différences entre flamands, wallons et non-belges, tout en respectant les lois fédérales par lesquels les partis wallons et flamands tentent de nous diviser mais n'y arrivent pas. Un habitant de Bruxelles est un bruxellois. Même si les flamands de la rue Dansaert sont considérés comme des traîtres par les extrémistes de Flandre qui les appellent les "Dansaertvlamingen". Ceux-ci ne considèrent pas cela comme une insulte car ils sont fiers d'être bruxellois et de vivre dans la capitale multilingue de la Belgique et de l'Europe. Ici, les deux langues nationales sont officielles et chacun peut d'ailleurs changer chaque jour son choix de langue sur sa carte d'identité. Vive la liberté de l'individu. Nous sommes autant flamands que wallons parce que nous sommes encore des citoyens belges.
    • lievenm
      janvier 25, 19:43 Reply
      Probeer eens een week als Nederlandstalige die geen Frans kent in Brussel te leven en we zullen nog eens praten.
    • lievenm
      janvier 28, 12:34 Reply
      Nieuwe poging om door de moderatie te geraken. Probeer eens een week als Nederlandstalige die geen Frans kent in Brussel te leven en we zullen nog eens praten.
  5. Tournaisien
    janvier 22, 10:01 Reply
    On ira vers un scénario à la catalane, c'est évident : une NV-A (sauf que chez nous elle est ouvertement d'ultra-droite, alors que chez les Catalans c'est beaucoup plus mitigé) qui va forcer d'ici quelques années le referendum, et un résultat qui sera en demi-teinte, sans gagnants nets pour ou contre l'indépendance de la Flandre ... on vivra donc encore durant quelques années, jusqu'en 2025 ou même au-delà, dans une sorte de "drôle de divorce", de même qu'il en sera en Catalogne, en Ecosse, etc. Pour rappel, entre les premières déferlantes des Vandales dans l'Empire et l'épisode d'Odoacre destituant Romulus Augustule, il aura quand même fallu près de 70 ans !
    • u'tz
      janvier 26, 04:48 Reply
      ni scénario tchécoslovaque, ni scénario catalan, ni scénario écossais, Tourn' arrêtez votre propagande n-va les NL sont depuis toujours <strong>majoritaires</strong> et <strong>dominants</strong> dans ce pays démocratique quel scénario de libération ? divorce,...quel montant de pension alimentaire?
      • Tournaisien
        janvier 27, 21:17 Reply
        propagande n-va ??? Pas de propagande ... la réalité d'un monde qui change et où les dominants d'hier deviendront plus vite qu'on ne le pense les dominés de demain ! Tout peut aller tellement vite, tellement vite. Vous entrevoyez un horizon favorable le lundi, vous vous sentez pousser des ailes le mardi, vous avancez votre avantage le mercredi, vous enfoncez le clou le jeudi, vous êtes au sommet de votre arrogance le vendredi, vous pressentez des changements le samedi et vous vous prenez une superbe raclée le dimanche. La voilà la réalité ... et elle est universelle. Moi, ça ne me fait pas peur.
        • u'tz
          février 17, 23:54 Reply
          "Moi, ça ne me fait pas peur." joli Tourn' on dirait un slogan de communicant professionnel de la fédérationwalloniebruxelles ex(quoique non officiellement)communautéFR.be "La voilà la réalité … et elle est universelle." ps(wallon): (suite bon débarras!) post brexit... accueil des écossais? (inscot)
  6. Renal de Waterloo
    janvier 22, 10:36 Reply
    Ne me dites pas que vous croyez encore a l'intox flamande...? 50 ans qu'ils nous balancent du "acceptez tout ou c'est la fin du Belgium": la stratégie a d'ailleurs très bien fonctionné jusqu'à l'épisode Leterme mais on ne quitte pas un état qu'on domine. Ils vont nous la jouer CVP! D'ailleurs, Vuye a comme mandat de préparer le cultissime confédéralisme, une notion encore très floue mais qui implique un régionalisme très approfondi. Ce qui n'est pas pour me déplaire: tout ce qui réduit l'influence flandrienne en Wallonie est bon a prendre... Les Wallons (et les Bruxellois également) ont donc une belle carte a jouer. La Flandre est demandeuse et la NVA ne peut pas se permettre de jouer petits bras. Plutôt que de se complaire dans l'indignation sélective a la sauce belgicaine ou le déni, il reste 3 ans pour arriver avec un cahier des charges clair.
  7. Caine
    janvier 22, 13:18 Reply
    Bonjour Marcel merci pour cette article à l'analyse impeccable, j'ai tout de même une question. Selon vous dans un scénario de séparation, les 6 communes à facilités peuvent elles organiser leur propre référendum pour choisir leur destin ?
      • wallimero
        janvier 25, 21:46 Reply
        @ Marcel, bof, je ne sais pas, bizarre que les partis francophones ne mentionnent jamais ce que rejoindre la région bruxelloise implique pour les citoyens en termes de taxes et d'impôts, aucune communication à ce sujet... Mais bon, quand on aime, on ne compte pas? hein? Linkebeek-Molenbeek un joli jumelage en perspective... VV
        • u'tz
          janvier 27, 22:48 Reply
          VV je te plains car tu ne comprends pas que ce qu'impose les NL aux FR est bien pire que les petits inconvénients matériels possible pour se rejoindre entre nous les FR. Qu'un seul NL ne le comprenne pas montre bien qu'au fond avec tes semblable vous n'êtes vraiment pas un vrai peuple
        • leluron
          janvier 31, 18:29 Reply
          moins de taxes et moins d impot quand Wallonie
      • Evgeni
        janvier 30, 16:20 Reply
        C'est pour ça qu'une scission à l'amiable me semble peu probable. Il y aura de la castagne, avec le tak qui va descendre sur Bruxelles et j'espère que les francophones n'assisteront pas passivement à ces provocations. On ne pourra pas accepter de se cacher indéfiniment surtout quand la fin du pays sera en jeu.
        • u'tz
          février 18, 01:02 Reply
          tak rhabille-toi les NL n'avaient même pas leur propre légion chez les nazis...
    • u'tz
      janvier 26, 04:38 Reply
      dans un truc aussi symbolique, un referendum vu comme ça est sans doute farfelu, mais si les Francophones reconnaissaient dès maintenant que sur tout territoire qui leur serait attribué par exemple par le vacillant arbitre européen, Neérlandophones et Germanophones sont des citoyens à part entière... je ne vois pas pourquoi tout bhv ne serait pas négociable avec la lie nationaliste flamande actuellement "victorieuse" par la grâce du mr
    • Marc
      février 04, 16:13 Reply
      Dans ce cas, /toutes/ les communes du Royaume devraient pouvoir participer à ce référendum. Quelques communes wallonnes pourraient préférer la Flandre (impôts plus raisonnables, routes mieux entretenues, code de la route mieux respecté...). Beaucoup de Wallons sont d'origine flamande. Jurbise et Wavre ont déjà des bourgmestres N-VA, et la personnalité politique la plus populaire en Wallonie est. . . Maggie De Blok. Et puis l'enseignement primaire en néerlandais est par nature plus performant qu'en français. Parce que le néerlandais a une phonétique plus logique (exemple : "Sjarl Misjel"). Sans parler de la grammaire. Moins de temps passé à enseigner l'accord des participes passés des verbes pronominaux = plus de temps passé à enseigner des choses utiles. En plus en Vlaanderen les vélos ont des moteurs ! Et si je déménageais à la Vlaamse kust ?
      • u'tz
        février 18, 01:12 Reply
        @Marc je trouve très amusant et pertinent votre post, mais nous savons tous qu'à la deuxième génération les émigrés flamands en Wallonie deviennent des wallingants hors pairs...
  8. Gilles- Bxl
    janvier 22, 18:52 Reply
    Afin de compléter votre article fort lucide, et en " piqûre de rappel," ce magnifique texte de La Boétie à propos de la servitude volontaire. http://www.singulier.eu/textes/reference/texte/pdf/servitude.pdf
  9. Salade
    janvier 22, 19:16 Reply
    le tunnel stéphanie fermé pendant 1 an!!!! http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160122_00768695/bruxelles-le-tunnel-stephanie-ferme-au-moins-un-an ET http://www.lesoir.be/1069554/article/actualite/fil-info/fil-info-belgique/2015-12-14/tunnel-leopold-ii-bruxelles-travaux-debuteront-en-2018 tiens il n'est pas fermé celui là, alors que à l'époque: http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/le-tunnel-leopold-ii-bientot-ferme-2-ans-51b73f18e4b0de6db976cfd0 «Il n’y avait pas d’autre option possible que la fermeture du tunnel Stéphanie durant au moins un an», a réagi vendredi après-midi le ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics, Pascal Smet, confirmant la décision prise dans ce sens par Bruxelles Mobilité." tout dépend si on va vers la wallonie ou vers la flandre, pour une solution urgente!!!!
    • marc
      janvier 28, 21:21 Reply
      euh, c'est quoi l'intérêt de votre intervention quand on parle de la nva et du futur de la belgique ?
      • Salade
        janvier 30, 16:56 Reply
        relisez ma dernière phrase et bxl ne concerne pas le futur de la belgique?
        • u'tz
          février 18, 01:16 Reply
          merci Sal' de penser que la belgique a un futur c'est bien sûr sûr,mais pas partagé, allez savoir pourquoi
  10. Salade
    janvier 22, 20:47 Reply
    Si le tunnel Stéphanie est fermé pour un an, toute la perite ceinture sera à l'arret aux heures de pointe. Bien fait pour tous les ministres et patrons en voiture.
    • u'tz
      février 18, 00:29 Reply
      "Bien fait pour tous les ministres et patrons en voiture" de société
  11. francolatre
    janvier 22, 21:51 Reply
    Qu'on arrête de nous dire que la majorité des Flamands ne veulent pas du séparatisme. Toutes les révolutions ont été menées à bien par une minorité agissante. Il ne devait pas y avoir plus de 15% de Français à vouloir la république en juillet 1789. Et encore moins de Russes à souhaiter tout le pouvoir aux Soviets en 1917.
    • Vince01
      février 03, 15:20 Reply
      Et encore mois de Belges en 1830
  12. u'tz
    janvier 23, 05:22 Reply
    on sent que beaucoup de gens qui réagissent sur ce blog adoore l'mr michel pauvre charlot qui voulait à tout prix être 1erministre et à vendu la dignité FR(on peut toujours rêver qu'il y en a tout de même une)par la collabo avec l'éternelle domination arrogante NLsur la belgique. les NL de vlandre n'auront pas bxl (alors qu'ils y tiennent plus que les FR de wallonnie)s'ils sont trop excités par les agitations écossaises ou catalanes, ces phénomènes d'essais pas nécessairement concluants d'appropriation régionale de territoire par des populations favorisées conquise au repli micronationaliste sur leur brillant eux-même... l'eu merde tant, qu'elle pourrait se reconstruire contre ces provinces qui se rêvent autobus , d'ailleurs ces indépendantistes ont-ils la moindre chance hors eu, hors €, si les autres leur disent dégagez de notre marché... idem cameron, go west fieu! et prends ta langue avec
  13. Wallimero
    janvier 23, 12:29 Reply
    @ Marcel, ah bon, ce n'est que depuis quinze jours qu'ils rappellent qu'ils sont séparatistes. Eeuh quoi? C'est le premier article de leur acte de base, donc à quoi bon de le rappeler tout les 5 minutes? Oui, je sais bien, tu l'as déjà dit, en francophonie, des statuts, ça ne veut rien dire, mais ce n'est q-m pas la faute de la N-VA qu'on souffre d'amnésie. Mais je vois, ce qui est totalement inadmissible c'est que le MR a permis de démontrer que la N-VA n'est pas un parti séparatiste radical et führieux, mais une formation de gens raisonnables et compétents! Quelle horeur! Ce sont des gens raisonnables et compétents! Scandale! Le MR fait la grandeur de la N-VA? méchant MR! mais, euh, les sondages maintenant sont assez dans la lignée des résultats des élections, pas d'évolution majeure, ah oui, j'oublie, c'est la faute au MR que la N-VA fait un bon boulot au gouvernement... comme quoi on trouve toujours un bâton. Donc, qu'est que la N-VA propose? une révision de la constitution! vite, alarme à tous les niveaux! eeuh, faudrait q-m appeler tes profs totalement indépendants CDH-PS pour vérifier si une simple déclaration de possible révision équivaut à une proposition ou projet de loi... Gouverner c'est prévoir non? mais je sais, pour toi, gouverner c'est redistribuer sans réfléchir... car dans ton texte il n'y rien, que de s'opposer. S'opposer au MR, appeler au front francophone, pour faire quoi rien? C'est quoi le but de ton front francophone? de refuser de former un gouvernement avec la N-VA? ben, avec une formation de plus de 500 jours, Jambon et co seront bien longtemps ministres encore... Donc c'est quoi ton projet francophone? A part d'exiger des initiatives de redistribution universelle dont on admet ouvertement qu'on n'a pas les moyens. Et entretemps il est urgent de ne rien changer. Le grand conservatisme. Joli Marcel, vraiment joli VV
    • u'tz
      janvier 27, 22:34 Reply
      gouverner c'est prévoir, manipuler c'est dominer rejoins tes frères dominants daar ben je fier op vas voter n-va VV vas voter n-va
    • Evgeni
      janvier 30, 17:14 Reply
      Qu'est ce que c'est que ces louanges sur la bonne gestion des ministres de la nva ? Qu'est ce qu'il a fait Jambon ?Il a gerė comment la crise de fin d'année ? En annulant tous les événements, comme le concert de Jonhy, les matchs de foot, le feu d'artifice et en ayant des renforts de police, l'armée et les renseignements.. Ça, moi aussi je peux le faire... Ouvrir son parapluie ce n'est pas difficile, encore heureusement qu'il n'a pas décrété le couvre feu ! Ce qu'on attend d'un politique responsable c'est d'organiser une sécurité autour d'un événement et avec le personnel policier et militaire qu'il avait à sa disposition il avait les moyens. Au lieu de ça il nous a ridiculisé au yeux de nos voisins français qui n'ont rien annulé eux, malgré que toute la tragédie s'est déroulée à Paris. Et les autres ministres qu'ont-ils fait d'extraordinaire ? Francken a le poste le plus populaire, il suffit qu'il serre la vis sur les émigrés et tout le pays applaudit et malgré cà il est parvenu à provoquer la polémique notamment avec ses places disponibles dans un centre d'accueil et que les migrants ont envoyé promené... C'est de la bonne gestion ? La nva n'a rien, mais alors rien de plus que nos autres lourdeaux de ministres, à part le fait qu'on sait qu'ils n'en ont rien à foutre de la bonne marche du pays et que leur objectif c'est la séparation. Triste constat.
  14. Georges-Pierre Tonnelier
    janvier 24, 20:22 Reply
    Quelque part, il n'est pas faux de dire qu'à partir du moment où une majorité se dégage au Parlement flamand, l'accord du reste du pays n'est pas nécessaire pour que le Flandre déclare son indépendance. Après tout, le même phénomène est occupé à se dérouler en Espagne, avec la Catalogne, bien que je trouve que dans le cas de la Catalogne, cette séparation n'a aucun sens, tandis que l'on peut comprendre la logique, sans pour autant l'approuver, qui pousse les Flamands à vouloir leur indépendance. Par la suite, tout sera une question de reconnaissance par les autres États: une Flandre (ou une Catalogne) indépendante reconnue par une majorité d’États en Europe et dans le monde seront effectivement de nouveaux pays, mais les mêmes régions qui affirment leur indépendance sans reconnaissance des autres États ne seront jamais que des régions sécessionnistes, sans plus...
    • Marcel Sel
      janvier 25, 18:40 Reply
      En effet, dès lors qu'il est établi qu'une région et sa population souhaitent se séparer d'un pays (ce qui n'est entre nous pas le cas pour la Flandre dès lors qu'aucun référendum n'est prévu), on peut considérer que la Constitution de ce pays est désactivée pour cette région et sa population. Mais ici, je souligne l'incohérence ente la volonté des partis traditionnels au pouvoir de trouver un avenir économique et social à la Belgique tout en acceptant dans leur sein un parti qui nie jusqu'à la Constitution de ce même pays à savoir le fondement même de ses valeurs et de sa législation.
      • Wallimero
        janvier 25, 19:26 Reply
        @ Marcel, tiens, d'après ce que je sache pour la création de la Belgique on n'a pas vraiment organisé un référendum non plus... Et chaque réforme de l'État ne constitue-t-elle pas un reniement de la constitution précédente? Mais soit, moi qui pensait que la Constitution était l'émanation des valeurs d'un pays, mais une fois de plus je dois constater que tes valeurs ne valent que le papier sur lequel ils sont imprimés... la stratégie est assez basique: la N-VA veut changer la constitution, il faut donc l'en empêcher par tous les moyens anti-démocratiques que l'on y a inserré, et s'il veut du changement endehors de la constitution, on criera au scandale. pas joli Marcel, vraiment pas joli VV
        • thomas
          février 14, 02:26 Reply
          Votre première phrase illustre le paradoxe du belgicisme.
        • u'tz
          février 18, 00:02 Reply
          walli courage, l'eu n'est pas pour la flandre qui s'accapare des bijoux de famille de la belgique, go west cassez-vous flamingants avec cameron dans l'ocean atlantique, mais sans nous
  15. Shanan Khairi
    janvier 25, 02:29 Reply
    "D’accord, mais il n’est pas normal pour autant qu’on laisse gouverner le pays par un parti qui veut sa fin. Avec le temps, on aurait presque fini par s’y habituer. On ne le peut pas." Hmmm... C'est le même argument qu'avait sorti Di Rupo au "Petit Journal"... Ca ne me paraît pas pertinent. Pas pertinent car, si je préfère voir les gens s'unir plutôt que se diviser, il n'y a rien d'abominable dans les vélléités séparatistes. Si les Flamands veulent se séparer, c'est autant leur droit que celui des Catalans, de Ecossais, des Corses,... Il n'y a pas de problème à voir un parti politique militer en ce sens. Sûr qu'on se risque à des difficultés si on le fait monter au gouvernement. Mais ça n'a rien de scandaleux. Et si un jour une majorité de Flamands veut partir... hé bien qu'ils partent (mais sans Bruxelles :p)... Ce qui est inacceptable dans la montée de la NVA au pouvoir c'est le passé néo-nazi de certains de ses dirigeants et leurs "dérapages" (qui n'en sont pas) récurrents racistes et homophobes. C'est cela me semble-t-il qu'il faut, sans cesse, rappeler.
  16. Tournaisien
    janvier 25, 08:53 Reply
    [Note du censeur sel: je laisse l'amalgame entre une organisation terroriste et la religion dont elle prétend s'inspirer à titre d'information, mais ça reste un amalgame que je réprouve absolument.] http://www.lalibre.be/actu/international/l-ei-seme-la-terreur-avec-une-nouvelle-video-ou-apparaissent-les-auteurs-des-attentats-de-paris-56a53b693570ed38954c3450 Quelle merveilleuse religion, empreinte de tant d'humanité ! J'en ai la larme à l'œil.
    • u'tz
      janvier 31, 11:31 Reply
      abdeslam est pas dans la vidéo, faut croire que c'est lui qui filmait depuis son armoire...
  17. denis
    janvier 25, 11:17 Reply
    La belgique a toujours été dirigée par et pour la Flandre
  18. Renal de Waterloo
    janvier 25, 12:13 Reply
    Ca s'agite au Belgium... Le RER wallon est donc définitivement mort et enterré, comme prévu oserais-je dire. Quelqu'un a des nouvelles de la gare de l'aéroport de Charleroi? Du Thalys wallon? En remerciement pour services rendus, les politiciens wallons devraient, en toute logique, se mettre a table rapidement pour participer au financement de la mise a niveau des tunnels bruxellois (Les entrepreneurs flamands sont déjà dans les starting-blocks!)... Tout ca sur fond d' "étude" essayant de nous vendre un renforcement de l'identité "belge" des députés (voir sur lalibre.be de ce jour) et son fantasme sous-jacent: une refédéralisation de certaines compétences. Eclaircie dans la grisaille: même Didier Reynders (peu suspect d'ultra-régionalisme...) promeut le transfert de compétences communautaires aux régions wallonne et bruxelloise.
    • moinsqueparfait'
      janvier 25, 19:50 Reply
      Vous avez vu la même chose que moi avec cette pluie soudaine d'articles sur la "belgitude des choses au Belgium". Chacun aura compris qu'il s'agit de l'habituelle phase de préparation des parties de cerveau disponible. Je crains qu'à la fin, ça ne marche plus du tout car : 1. Il n'y a plus de partie disponible dans notre portefeuille et, revers de la médaille, la Iouropienne Iounionne nous suit de près pour interdire tout recours inconsidéré à l'emprunt et au dérapage budgétaire (vous avez voulu l'Europe allemande, eh bien vous l'avez!) ; 2. Les Wallons sont bêtes à un point légendaire, certes, (allez-y les germanolâtres, jappez et votez pour moi! :) MAIS, ils se rendent quand même bien compte qu'à la fin... Il n'y a jamais "d'intérêt national pour le bien de tous les belchs dans notrepéyïs" pour a) les écluses de Lanaye b) la liaison Brussel-Luxembourg, c) la liaison routière Charleroi-Reims d) le Thalys wallon et la gare ferroviaire de BSCA e) les voies fluviales et les ascenseurs d) nos deux aéroports e) l'autoroute Brussel-Paris que nous devons entretenir nous-mêmes... d) l'ancien futur terrain de balle pelote qui traverse la brousse des corons et des vaches étrangement devenu un des axes les plus fréquentés d'Europe... À chaque fois, dès qu'un projet peut intéresser la Wallonie, même quand tous ces ouvrages qui pourtant ne font qu'assurer le lien de "notrepéyïs" avec de destinations aussi accessoires que Dunkerque, Paris, Cologne, Luxembourg, Rotterdam..., et même s'ils ne nuisent pas nécessairement à l'économie de nos très compatriotes germaniques temporairement francisés ou non, là, il n'y a JAMAIS d'intérêt nationaaaal et plus encore, il y a TOUJOURS une volonté caractérisée de SABOTAGE... Pas de panique... les choses suivent leur cours. On savait parfaitement bien que le RER wallon ne verrait jamais le jour. Qui a cru le contraire? Deux choix: soit on abandonne Brussel définitivement (ce que je préconise) et on rapatrie tout, avec bazardage en règle et immédiat de la Communauté française dont la tête ne tient déjà plus à un fil (si même notre ex-compatriote Reynder$ s'y met, alors c'est la fin des haricots), soit ont continue à compter temporairement sur Brussel comme bassin d'emploi mais alors... dans ce cas, Magnette et Marcourt doivent employer des moyens à la Spitaels. Il y des ouvrages dans le projet Seine-Escaut qui passent par la Wallonie et intéressent la Flandre. Alors soyons clairs, chers amis néerlandophones du nordupéyïs: pas de RER wallon, pas de Thalys, pas de sous? OK, ça va traîner un peu du côté de Comines... Ca s'appelle du chantage dans des trucs qui n'ont rien à voir? Absolument. Mais on va créer le lien... Voilà ce que je préconise comme option B. ------- (on remarquera le vide effrayant causé par le silence de Di Rupo... serait-il malade?)
      • Salade
        janvier 27, 19:58 Reply
        On pourrait peut-être aussi demander de l'argent pour entretenir tailfer et modave
      • denis
        janvier 28, 17:20 Reply
        l’article de B. Delvaux dans le soir de ce jour, … c’est beau comme l’antique. Mais plus sérieusement faire croire qu’un retour en arrière est possible c’est un scandaleux mensonge et elle le sait.
        • moinsqueparfait'
          janvier 30, 16:30 Reply
          Denis, Quand on verse dans la propagande à ce point, on ne peut qu'en être conscient. Mais... qui lit encore Le Soir réellement? Sans les aides et les abonnements "acquis d'office" (bibliothèques, administrations, etc.), tous ces journaux flamands publiant en français seraient, tous et absolument tous, en faillite. Mais quelque part, c'est un peu comme la Pravda de la grande époque: en lisant entre les lignes, on finit toujours par décrypter les angoisses du régime.
    • wallimero
      janvier 25, 21:38 Reply
      @Reloo, nonnon, ils vont se faire un séminaire sur comment attirer les cars de touristes aux gares de Liège et de Mons pour remettre l'économie Wallonne sur les rails... Tu cherches l'RER? Cherchez l'erreur... VV
      • Renal de Waterloo
        janvier 28, 13:27 Reply
        @ wallimero, Généralement j'évite de répondre aux "compatriotes" du nord du non-pays (aucun intérêt) mais vous me tendez une perche: - Coût gare Anvers: 775 mio - Coût gare de Liege: 437 mio et gare de Mons: 272 mio c-a-d 709 mio en cumulé... Vu que vous êtes bien informé, est-ce que tous les Wallons et Bruxellois continuent a payer une surcharge pour financer / rembourser le projet Diabolo? Cherchez l'erreur vous disiez...
        • MUC
          février 03, 16:24 Reply
          Anvers compte deux fois plus d'habitants (520.000) que Liège (195.000) et Mons (95.000) ensemble. Quel est votre problème ? Je vous invite de comparer l'importance économique d'Anvers, Liège et Mons. MONS SON ECONOMIE, vite, expliquez-moi ce qui se passe là !
        • moinsqueparfait'
          février 04, 19:48 Reply
          Dans la 2ème partie du 19ème siècle, le Hainaut générait à lui seul 40% du PIB belge. L'État belgo-flamand a choisi d'investir là où il n'y avait encore "aucune importance économique" et de délaisser la région qui avait de "l'importance économique", avec le résultat que l'on sait... Sans la Wallonie, la Flandre et sa splendide brussel ne seraient RIEN. La Wallonie a été pillée en règle comme le Sud de l'Italie l'a été par Nord (Naples et la Sicile étaient les régions les plus riches avant l'indépendance et sont devenues parmi les plus pauvres par la suite). La différence est que les Italiens sont un vrai peuple et que les allocations familiales sont identiques à Palerme et à Milan. Les seules exceptions ne sont pas très favorables comparativement parlant pour la belgique flamande: il y a en Italie des possibilités de traitement de faveur pour les allocataires des régions du sud dans le régime d'indemnités de chômage ainsi qu'une caisse d'investissements infrastructurels pour le sud alimentée par le centre et le nord. Et quoi qu'on en dise, et malgré tous les torts réels des méridionaux et les déceptions, cela porte ses fruits: des régions comme les Abruzzes, le Molise et même la Basilicate (la "honte de l'Italie" d'après certains) ont fini par quitter spirale infernale et inverser la tendance! Alors que là-bas, il en est pour se plaindre (sans doute à raison), c'est l'Etat italien qui a financé le métro de Palerme, les aéroports et les autoroutes. Ici, la Wallonie ne reçoit pas un balle à part une soi-disant aise sociale massive (comme si personne ne travaillait ici!) et surtout des flèches dans le dos à toutes les occasions (et on nous ose encore nous dire que c'est pour le bien "du pays"). Et ça nous coûterait 10 ans de PIB d'en finir? Eh bien si ça ne tient qu'à moi, qu'on en finisse: moi je suis prêt à m'appauvrir de 15% pour qu'on en finisse une bonne fois pour toute. Et surtout, bonne chance, sans rancune et je vous laisse gracieusement le superbe incubateur à djihadistes et à tunnels pourris "admiré dans le monde entier" qui vous sert de capitale. Nous avons d'autres défis économiques qui nous attendent.
        • MUC
          février 12, 12:56 Reply
          "Dans la 2ème partie du 19ème siècle, le Hainaut générait à lui seul 40% du PIB belge". Dans la 2ième partie de ce siècle, il n'y avait pas de sécurité sociale, pas de taxation sur les entreprises, pas de transferts, pas de solidarité entre le "sud" et le "nord". De plus, le pays était gouverné par des francophones, les joli postes (armée, justices, fonctionnaires, politiciens, ..) étaient reserves aux francophones, ...l'Apartheid Belge. Les revenus de l'étât était minimes, et venaient des droits de douanes (dankzij de Vlaamse havens), les taxes sur l'alcool, les taxes sur les propriétés (cadastre). La Wallonië n'a pas "soutenu" la Flandre, elle n'a jamais fait et elle ne le fera jamais. La Wallonië a collaboré vivement avec les fascistes-avant-la-lettre, les francophones qui ont emmerdé le peuple Flamand ("jamais une université pour les Ménapiens") de 183 jusqu'à 1930. La libération, l'émanicipation des néerlandophones a été un succes malgré la résistence des Wallons. Les soit-disants socialistes Wallons ont toujours voté CONTRE les lois qui implicaient l'EGALITE des différent langues dans ce pays.
        • Lachmoneky
          février 15, 00:16 Reply
          "De plus, le pays était gouverné par des francophones, les joli postes (armée, justices, fonctionnaires, politiciens, ..) étaient reserves aux francophones" Ha la belle légende! Des francophones de Flandre qui, comme depuis toujours, font passer LEUR région avant le pays
        • u'tz
          février 18, 00:17 Reply
          @MUC les flamands ont vidangé l'économie wallonne à leur profit de germano-raciste majoritaire en belgique (pays qui a permis à la culture flamande NL d'exister ce qui n'est pas le cas à Rijsel par exemple) les villes wallonnes Mons Namur Liège (et même Charleroi) sont tellement plus belle que les vôtres qu'on comprend votre jalouserie destructrice
        • u'tz
          février 18, 00:26 Reply
          MUC! t'as pas répondu pour la diabolotax dégueulasse MUC dégueulasse la diabolotax qu'on fasse payer tous les flamands qui prennent le tunnel léopoldeux pour travailler à bxl ! (sauf ces nombreux flamands aux mains coupées car on est pas des sauvages)
      • moinsqueparfait'
        février 14, 23:35 Reply
        Mon pauvre MUC, vous êtes l'exemple même du surintoxiqué qui me conforte dans l'idée de ne même pas dialoguer avec les non-compatriotes du "nord du pays". Je vous écris: « Dans la 2ème partie du 19ème siècle, le Hainaut générait à lui seul 40% du PIB belge » et vous me répondez "Dans la 2ième partie de ce siècle, il n’y avait pas de sécurité sociale, pas de taxation sur les entreprises, pas de transferts, pas de solidarité entre le « sud » et le « nord ». " Il n'y a aucun lien logique entre votre réponse et la mienne. Juste une occasion saisie pour redéverser son pathos ridicule baignant dans la para-logique. On se débrouillera sans vous, bon voyage. On n'en mourra pas, ne vous faites surtout pas de souci. Moi, je sais ce que je paie comme impôts. Ce n'est pas demain qu'un Flamand me fera vivre. Pour vos gouvernants "francophones"... je n'en ai rien à f... de vos "francophones", ancêtres des Damien Thierry et autres "on n'est pas le Hainaut" + galaxie des noblions créés de toutes pièces par le fond du panier de l'aristocratie allemande qui nous sert de famille "royale"... Moi je vois qu'un exemple typique de gouvernement de cette époque illustre à merveille la minorisation permanente des Wallons: https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_de_Brouckère La Belgique a toujours été gouvernée par des Flamands et pour les Flamands. Ceux-ci ont juste cessé à une certaine époque de le faire en français.
  19. Salade
    janvier 25, 18:37 Reply
    Il n'est pas question que la wallonie ou flandre payent pour les tunnels bruxellois Que bruxelles mette un péage! Ca me ferait plaisir que la flandre voie que bruxelles n'est pas la flandre
    • wallimero
      janvier 25, 21:30 Reply
      @ bouffe à lapin, un péage! quelle bonne idée! eeuh, mais, eeuh, pourquoi les flamands voudraient-ils entrer à Bruxelles si les entreprises vont y sortir? ah oui, et ils feront un Uplace, juste pour être sûr que pour le chopping non plus il ne faudra plus y aller... nonnon, tu as tout à fait raison, Bruxelles n'est pas la Flandre, un jour tout cela sera à toi mon grand... VV
    • Salade
      janvier 27, 12:47 Reply
      La Flandre refuse: c'est donc bien ce qu'il faut faire Le beurre et l'argent du beurre, c'est fini (càd Bruxelles capitale de la Flandre oui ou non??) l'heure de vérité approche!
  20. Wallon
    janvier 25, 18:44 Reply
    Excellent article, Monsieur Sel. Le sujet se décline parfaitement tant au politique qu'à l'humain. En somme, vous vous rapprochez de l'analyse de Talleyrand. La seule erreur de l'illustre ministre français tient à la durée; deux cents années tient du Guinness Book ! Comme vous le remarquez parfaitement, cette " durée de vie" ou au contraire "cette longue agonie" tient par l'inertie des gouvernants et la "flemme" des gouvernés. Il y a matière à thèses tant en Sciences politiques qu'en sociologie et en anthropologie. Mais il ne faut pas cibler uniquement le Wallon car le Flamand a mis aussi du temps à se réveiller depuis les massacres espagnols au 16e siècle. Il semble probable que la Flandre n'obtiendra rien au Parlement fédéral; il lui reste deux possibilités la séparation brutale par "acclamation" devant le Parlement de Flandre ou pousser les Wallons à la séparation en les appauvrissant brutalement. Dernier point d'interrogation: la famille Michel, en terme politique, ne se compose pas d'aveugles. Se pourrait-il qu'elle joue un double jeu et danse un tango dans les bras de Bart en vue d'un séparatisme wallon selon le scénario tchécoslovaque ? Les MIchel sont puissants en Brabant wallon et un tel scénario bousculerait les PS-CDH- Ecolo et placerait le MR en arbitre. Si le Brabant wallon tend la main à Liège, Namur n'aura qu'à se taire et Charleroi sera poussée dans le coin.
    • Salade
      janvier 27, 12:07 Reply
      si le brabant wallon tend la main à Liège mais le brabant wallon n'est rien sans bruxelles La wallonie c'est l'axe sambre et meuse
      • moinsqueparfait'
        janvier 27, 19:44 Reply
        Erreur, justement. Qu'elle continue comme ça et c'est Brussel qui ne sera bientôt plus rien sans le Brabant wallon... À moins qu'elle ne veuille vraiment redevenir la capitale du Pajottenland et de rien d'autre avec tout en Verkavelings-Nederlands (alias Simple Dutch) aub, comme dirait notre ami Démocrate... L'université libre de Brussel est quand même pour une grande partie une université wallonne décentralisée. On pourrait recentraliser... L'exemple de l'UCL nous a montré de manière éclatante qu'être en dehors de Brussel est loin d'être un handicap rédhibitoire. Quant à l'UCL, bastion du belgicanisme (mais moins qu'on ne le croit), elle pourrait très bien trouver un jour que miser sur Mont-Godinne, ce n'est pas plus mal que miser sur Woluwé. Même en plein milieu de la brousse, ça finira par être plus facile à atteindre et surtout nettement plus sécurisé qu'Alexandrie sur Senne dont on ne voit plus du tout le phare. L'école de traducteurs Marie-Haps récemment récupérée par l'UCL est partie à LLN et pas à Brussel (autre exemple, je dis ça, je dis rien...). Le Brabant wallon est bien wallon. La Wallonie qui se réduit à l'axe Sambre-et-Meuse est un fantasme belgicain auquel même certains Wallons finissent par croire mais ce n'est qu'un fantasme qui s'évanouira comme les autres. http://www.lesoir.be/814783/article/actualite/belgique/politique/2015-03-06/waterloo-florence-reuter-en-larmes-lors-sa-prestation-serment (vous avez vu le drapeau en grand à l'arrière sur la photo?) Même en "Sambre-et-Meuse" on ne l'étale pas comme ça en grand...
        • Salade
          février 15, 13:39 Reply
          Je dis seulement qu'en cas d'indépendance des 3 régions, le brabant wallon sera très orphelin de Bxl
      • u'tz
        janvier 27, 22:23 Reply
        "l’axe sambre et meuse" ! sorry mais entre mons_charleroi_liège c'est une colonne vertébrale mythique, non? l'axe bxl-south_bxl-ville devrait être développé (charleroi est la partie défavorisée du bassin d'emploi bxlois et dans tout pays non-raciste/flamingant ça serait pris en compte) autant que l'rer lln/bxl (partie du bassin d'emploi bxlois capable comme le rand flamand de s'en approprier des parts) je dis ça pour les priorités de mobilité à défendre devant les voleurs flamands (qui ne volent que les pauvres, FR, bien entendu)
      • Renal de Waterloo
        janvier 29, 11:59 Reply
        Euh...non! La Brussels Metropolitan Region (ou autre appellation fantaisiste) est un fantasme politique récurrent qui, a chaque fois qu'elle est remise sur la table, reçoit un accueil frisquet de la part des Flamands et des Wallons. Quand comprendrez-vous que le Brabant wallon fait partie intégrante, historiquement et sociologiquement, de la Wallonie...?
        • Salade
          janvier 30, 15:32 Reply
          Des tonnes de gens du brabant wallon sont d'origine bruxelloise Par ailleurs la plupart des gens du brabant wallon travaillent à bruxelles, et ont une vie culturelle à bruxelles Enormément ne connaissent rien aux grandes villes wallonnes L'histoire rurale "wallonne" du brabant wallon ne pèse plus guère
        • moinsqueparfait'
          février 04, 19:14 Reply
          Et des tonnes de Brusseleers sont d'origine wallonne mais si vous leur dites qu'ils sont wallons, c'est le déluge de "beek, wallonie, chaumaaaach, assitéï, péyesse, cacaprout...". Vous n'avez donc rien prouvé concernant les sentiments d'appartenance. Déplacez donc l'offre culturelle en Brabant wallon, comme ça finira et commence déjà par arriver, et je vous garantis que vos "brusselois" qui "ont leur vie culturelle à Brussel" ne se plaindront pas le moins du monde de ne plus devoir se farcir les 4 bras de je ne sais plus où et les magnifiques tunnels en charpie ou, pire, les sévices de la nmbs ou l'immense sentiment de sécurité et de confort offert par la mivb. Il y a quelque chose qui pèse lourdement dans l'héritage wallon du Brabant wallon, c'est la dure réalité suivante: mille ans de tentatives de germanisation ne donneraient quand même rien, au contraire. Tous finissent par se romaniser, comme en "Sambre et Meuse". Il y a en plus un argument assez implacable: le brusseleer qui suffoque dans sa ville-lumière et qui finit par en avoir assez et casque bien cher pour se trouver une chaumière chez ces satanés Wallons finalement pas si sauvages que ça (d'ailleurs une fois qu'il y est, il semble s'y trouver bien à son aise...), ce n'est pas pour se retrouver à terme dans le bazar qu'il fuyait...
        • denis dinsart
          février 05, 15:47 Reply
          Salade, Ces Bruxellois deviendront Wallons, à leur façons. En entendez-vous bcp qui souhaites un rattachement du BW à la RBC?
        • denis dinsart
          février 05, 15:50 Reply
          Salade, Pour votre gouverne, le BW c'est aussi Sainte, Clabecq, Orp, Faulx les Caves, ... Cela ne se limite pas à Lasnes et Waterloo. Faites confiance à la capacité d'intégration de la Walllonie.
      • Wallon
        janvier 30, 12:31 Reply
        Pour autant que Bruxelles ne redevienne pas un simple sous-préfecture ? On peut vider Bruxelles en l'étouffant. C'est ce qui se passe en ce moment !
        • Salade
          janvier 31, 13:01 Reply
          C'est exactement ce que font la flandre ET la wallonie Mis chacun à leur manière La Flandre étouffe uniquement le caractère francophone de Bruxelles (la preuve: De Lijn) La Flandre tente de couper les liens entre Bruxelles et la Wallonie, mais la Wallonie lui rend bien.
  21. petitmf
    janvier 26, 20:42 Reply
    La NVA joue aux échecs. Quand on voit le dossier SNCB............ le blocage pour l'agrandissement de l'aéroport de Charleroi etc, etc....... La NVA et la flandre étranglent Bruxelles et la Wallonie, sans doute en espérant que la demande de scission viendra du sud .......... comme en 1830. Un façon de garder le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crèmière européenne.
    • Salade
      janvier 27, 20:01 Reply
      la scission viendra du sud vous en doutiez encore? Le tunnel Léonard va s'effondrer très bientôt Chacun retournera travailler chez lui. Enfin.
    • denis
      janvier 28, 17:18 Reply
      dites plutôt "le leurre et l'argent du leurre".
  22. Salade
    janvier 26, 23:17 Reply
    Louis michel fait le malin au parlement européen, comme il a fait le malin à l'époque contre l'autriche de Heider. 1) son parti s'allie à la NVA (dont bon nombre d'élus viennent du vlaams belang 2) le côté social du libéralisme en belgique , avec ses interêts notionnels, etc... 3) rien dit contre le bade wurtemberg ou la bavière qui font bien pire que le danemark! 4) son rôle trouble dans le Congo démocratique (rappelons nous Forrest)
    • u'tz
      janvier 27, 22:25 Reply
      perso j'adore les vieillards rouges de rage, surtout lorsqu'il sont bleu de leur progéniture médiocre
    • Wallon
      janvier 31, 10:50 Reply
      Louis Michel a déclaré un jour "entre un cul-de-basse-fosse belge et la France, je choisis la France". Donc, selon moi, cela éclaire bien l'esprit politique du père et du fils: opportunisme, réalisme et cynisme.
  23. Salade
    janvier 27, 16:29 Reply
    Bruxelles est un trou à rats, selon Trump. Il parlait des tunnels, non?
    • u'tz
      janvier 27, 22:01 Reply
      bxl est un taubira manneken pis fuck la trump à mèche
  24. Pfff
    janvier 27, 17:45 Reply
    Bon, maintenant, la vengeance du serpent-à-plume catholique : Guyane, indépendance ! (ils sauront qui remercier) Taubira, c'est l'Amérique ! (air connu) http://youtu.be/xbo-hFs6cI8
  25. MUC
    janvier 28, 20:15 Reply
    Christian Van Eycken, en liberté grâce à une faute grave d'un autre extrémiste francophone, un juge notamment .... j'en ai marre de ce genre de gens.
  26. Capucine
    janvier 29, 12:41 Reply
    Le ver est dans le fruit depuis bien des années,on détricote la Belgique et on salit Bruxelles par des tas de petites crapuleries au sein de toutes les institutions . L état des tunnels ,des hôpitaux,de la justice,de la police,de l armée,des écoles,des services sociaux...c est le bordel organise! Il va falloir beaucoup travailler et faire preuve d intelligence et de solidarité entre tous ceux qui aiment ce pays et sa capitale . Quant à Trump,c est un fou blondinet qui me fait penser a un petit moustachu mais en plus vulgaire.il me fait penser a un partouzeur dégoulinant de vices de film X. Vive mon gentil pays plein d humour .
    • Salade
      février 02, 23:08 Reply
      Le RER à 4 voies ne se fera pas ni vers Nivelles, ni vers Ottignies: REPUBLIQUE BANANIERE cout 2 milliards? Les infrastructures de la 4 voies sont là!!! Bref on a fait des murs antibruits, basta.
      • u'tz
        février 18, 01:26 Reply
        est-ce que quatre voies étaient nécessaire? seule infrabel(avide d'augmenter sa capacité de transporter des marchandises l'a affirmé et je ne parle pas ici de détournement de subside)
        • Salade
          février 22, 11:11 Reply
          vous n'êtes surement pas navetteur long-courrier, et ne savez pas ce que c'est que d'avancer dans un train inter-city au ralenti derrière un omnibus, et cela quasi tous les jours pour info avant, les trains sur la ligne ottignies - bxl doublaient les omnibus sur le tronçon 4 voies genval-rixensart, mais la paresse de la sncb ne le permet même plus!!
  27. Wallon
    février 02, 19:45 Reply
    Pour tous ceux qui souhaitent s'instruire sur le comment et le pourquoi, je les invite à cliquer sur les trois liens suivants: http://cassapride.fr/WP3gewif/2016/01/30/pourquoi-le-vvb-vlaamse-volksbeweging-veut-il-scinder-la-securite-sociale/ http://cassapride.fr/WP3gewif/2016/01/29/le-temps-dun-printemps-wallon-est-venu/ http://www.knack.be/nieuws/belgie/het-is-tijd-voor-een-waalse-lente/article-opinion-652141.html Bonne lecture.
  28. Tournaisien
    février 03, 07:09 Reply
    Marcel, C'est quoi cette affaire avec Karin Gérard ? Je ne pige rien. Vous avez un avis sur la question ? Pour rappel, elle fut baronnisée en 2004 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_anoblissements_en_Belgique_(r%C3%A8gne_d%27Albert_II) et elle fut citée pour reprendre la direction de la Sûreté de l'Etat en 2013 : http://www.lesoir.be/189628/article/actualite/belgique/2013-02-14/karin-g%C3%A9rard-%C3%A0-t%C3%AAte-s%C3%BBret%C3%A9-l%E2%80%99%C3%A9tat La roche tarpéienne .... je vous laisse poursuivre, vous connaissez la tirade.
    • Marcel Sel
      février 04, 17:34 Reply
      Je n'ai aucun avis sur la question, personne ne connaît les détails de l'affaire.
      • Tournaisien
        février 04, 19:11 Reply
        Bizarre ... et comme par hasard, on retrouve Uytendaele en avocat de la cause ! Il y a manifestement des trucs qui ne sont pas très nets derrière tout ça.
  29. Salade
    février 03, 11:28 Reply
    Pas un mot sur le site de la Libre ce matin sur l'arret de la mise à 4 voies du RER "frabcophone" On voit pour qui roule La Libre. Lamentable. Les électeurs navetteurs wallons s'en souviendront
  30. Salade
    février 03, 20:38 Reply
    1ère phase ligne TGV Est Vaires-sur-Marne à Baudrecourt 300km!! début 30/01/2002 mise en service Juin 2007 soit 5,5 ans!!!! RER Ottignies Bruxelles: 30 km soit 10x moins Début 08/2006 je crois jusque fin 2025 (alors que la ligne Nivelles Bxl, moins avancée sera terminée fin 2024 DOUBLE SCANDALE!) = soit 20 ans !!!!!!! la durée du chantier RER Ottignies sera donc 4x plus longue que la 1ère phase du TGV Est Français alors que le trajet est 10 fois plus petit!!!!!!! De plus les 3/4 du béton utilisé EST INUTILE (tunnels, pare bruits, macro quais pour micro gares!! MERCI CFE et les pots de vin!!!
  31. Tournaisien
    février 04, 21:53 Reply
    Voici ce qui tourne sur le WEB actuellement ... que j'ai reçu par mail. Je vous laisse juges : ... L'histoire est un perpétuel recommencement dans lequel personne n'en tire des leçons... Remontons un peu le temps : 1988, l'affaire AGUSTA, une histoire de corruption et de pots-de-vin liés à l'achat d'hélicoptères de combat. Sont impliqués : Guy Spitaels, Guy Mathot, Guy Coeme, Frank Vandenbroecke, Karel Van Mier, tous ministres PS ; et, cerise sur le gâteau : Willy Claes, secrétaire général de l'OTAN ! Etsm quelques collaborateurs. 1988 encore, l'affaire des Mutuelles socialistes, implique et entraîne la démission d'Edmond Leburton, premier ministre PS. 1989, le dossier IBRACO. Malversations sur la vente et l'achat de pétrole brut qui devait être raffiné en Belgique. Impliqué : encore Edmond Leburton et des membres de son équipe ! 1991, assassinat du ministre PS André Cools. Affaire probablement liée au dossier AGUSTA. Sont impliqués : Alain Van Der Biest, Deferm, Demolin, Richard Taxquet, Léonard, Georges Cywie, Philippe Moureaux (dont les bureaux avaient été à perquisitionnés ) 1994, affaire INUSOP. Impliqués : Merry Hermanus, Philippe Moureaux, Philippe Busquin, Bernard Anselme, Robert Urbain … 1997, l'affaire de l'aéroport de Bierset. Blanchiment d'argent, pots-de-vin. Impliqués : José Happart, Jean-Marie Happart, Horst Herman, … 1997, affaire D'Assault. Impliqués : Fernand Detaille et d'autres membres du PS, pour faux en écriture, corruption. Suite au scandale, le général Lefebvre se suicide. Début 2000, Laurette Onkelinkx aide à empêcher l'arrestation de son ex mari, le Belgo Marocain Guened , qui était recherché pour trafic de drogue et association de malfaiteurs. Elle lui fournit une place comme conseiller au Ministère de la Justice, un comble alors que cet homme est sous le coup d'un mandat d'arrêt international délivré par son pays d'origine, le Maroc et d'un autre par la Turquie !!! 2002, « suicide » d'Alain Van Der Biest. 2004, le scandale de la SMAP. Un nombre important d'élus socialistes bénéficient de « dons politiques », parfois de véritables fortunes ! Sont impliqués : Léon Lewalle, Richard Carlier, Jean Marie Dehousse, les frères Happart, Anne Marie Lizin, Guy Coeme, Guy Mathot, Jean-Claude Van Cauwenberg ainsi que le PS lui-même et sa fédération de Liège … 2007, début des affaires de Charleroi. Là, le nombre de gens du PS impliqués et inculpés est des plus impressionnant : 33 personnes le 16 août 2007 et 12 personnes condamnées en juin 2010 ! 2009, Philippe Sonnet et d'autres élus politiques du PS (et d'ailleurs) sont poursuivis pour fausse déclaration fiscale… 2010, Anna-Marie Lizin est dénoncée pour abus de biens publics (usage de cartes de crédit). 2010, la justice enquête sur les nombreux contrats litigieux passés entre des entreprises publiques dépendantes du ministre Michel « Papa » Daerden et son propre cabinet de révisorat dirigé par son fils… 2010, les affaires de Charleroi continuent notamment avec la nouvelle affaire des fraudes lors de la passation de marchés publics impliquant Laurence Wilgaut et Michel Wilgaut son père etc. Donc, ce parti qui domine la scène politique belge francophone, à tous les niveaux de pouvoir, depuis la moitié du XXème siècle, et qui a le culot de donner des leçons de morale à ses concurrents, n'est en fait qu'un gang de " mafieux légaux !" via Google : Laurette Onkelinx, ministre socialiste, a tenu les rênes des ministères de : l'Education nationale, la Justice, la santé ... Cette femme, qui peut lorsque rien ne va dans le sens qu'elle veut, faire des crises hystériques, avec des gestes désordonnés, des mots insultants, ce veut donneuse de leçon ! Or, cette dame qui ressemble plus à un cancer politique qu'autre chose, une fachiste du socialisme, elle traîne derrière elle des casseroles, personnelles et familiales . En voici un petit florilège : Vers 1980, sa jeune soeur (nous n'avons pas son prénom) est incarcérée pour ... Trafic de drogue ! Laurette se marie avec Abbès Guenned, un homme d'origine marocaine. En 1996, le pays d'origine de Guenned le place sous mandat d'arrêt international pour... trafic de drogue et association de malfaiteurs. Guenned se garde bien de retourner dans son pays natal et, travaille tranquillement dans l'équipe de collaborateurs de son épouse au ministère de la Justice ! Il jouit sans l'être, d'un passeport diplomatique... Le 31 juillet 1997, Guenned est arrêté en flagrant délit à l'aéroport de Zaventem, là aussi, son passeport diplomatique pourtant plus valable, va lui être utile. Mais pour éviter le gros scandale, Laurette divorce d'Abbès vitesse grand V, le divorce fut prononcé à la vitesse record d'un seul mois ! (Selon les annales, ce fut le divorce le plus rapide que la Belgique ait connu !) Le 21 juillet 1998, Abbès Guenned se fait à nouveau arrêter pour les mêmes motifs, mais à l'aéroport de Adnan Menderes de Izmir en Turquie . Après quelques jours de détentions, et alors que le Maroc réclamait son extradition, Guenned prend comme avocat un certain... Marc Uyttendaele. C'est alors, que le Département de la Justice belge, intervient (on se demande pourquoi), en faveur de Abbès Guenned pour "éviter une crise diplomatique", étrange lorsque l'on sait que Guenned n'a jamais été diplomate ! De nos jours, Abbès Guenned fait toujours partie de l'équipe de collaborateurs de Laurette Onkelinx, qui s'est payée le luxe de prendre son ex mari comme témoin de son nouveau mariage avec l'avocat (hé oui, encore lui !) Marc Uyttendaele. Début 2000, Patrick Onkelinx, frère aîné de Laurette est le patron d'un restaurant prospère, le "Beau Vivier" à Ougrée, restaurant qui marche bien, et où l'argent coule (selon les dire), à flots. Et curieusement (bien sur), Patrick Onkelinx qui n'en n'a pas besoin, touche une pension d'invalidité pour "incapacité de travail" ... Vers 2003, Patrick Onkelinx se fait arrêter pour port illégal d'arme, et le 23 avril de cette année, après un barbecue "PS" organisé par Alain Mathot (le fils de l'autre), Patrick se fait "agresser" par deux hommes qui font disparaître une caisse de 12.500 euro des bénéfices du BBC... Les agresseurs sont arrêtés, et sont défendu par un avocat du PS : (oui-oui, encore lui !!) Marc Uyttendaele ! Aujourd'hui, Patrick Onkelinx est propriétaire de plusieurs établissements, dont le café le "Prévert II" à Seraing, où se passe une polémique avec les autres patrons de café de la région, qui crient à la concurrence déloyale de la part de Patrick Onkelinx, qui profite de son nom pour laisser fumer ses clients à l'intérieur malgré l'interdiction . Le 26 octobre 2009, Sara Guenned, fille de Laurette et d'Abbès, alors agée de 17 ans, est arrêtée par la police, elle est en compagnie de son petit ami "Jhimmy", dealer bien connu des services de police. Ils se trouvaient dans une voiture de luxe de location, une Mercedes classe C220 CDI, qui servait à fournir ses contacts... Nous n'oublierons pas non plus, en dehors d'autres casseroles, la commande de Laurette Onkelinx en 2009, d'un énorme stock de vaccins pour lutter contre la grippe AH1-N1, qui n'est pas administrables aux femmes enceintes. La catastrophe fut évitée de peu... Aujourd'hui nous pouvons comprendre pourquoi Laurette Onkelinx soutien la vente en libre distribution de drogue, c'est dans les gênes, et ça sent le vécu... Certains de ces documents peuvent être facilement trouvés sur le net, un dossier avait été monté également au sujet de Laurette Onkelinx et des avatars de sa famille, par une ancienne magistrate du Parquet . Ah oui, avant que je ne l'oublie, en 2014 Abbès Guinned est miraculeusement nommé Commissaire à la STIB par un arrêté du Gouvernement Bruxellois .... Allah est grand et Onkelinx son prophète !
  32. paul
    février 05, 21:03 Reply
    Je trouve votre billet intéressant mais vous faites du Belgo Belge . Vous faites comme si la Belgique était indépendante ,souveraine. C' est l'union européenne qui fixe les règles du jeux Un des projets de l'union c'est la création de grandes régions européenne types lander Allemand. Si actuellement il y a une prolifération de région qui revendique l'indépendance ou plus d'autonomie . c'est d'abord évidement une pousser de nationaliste interne au départ mais promu derrière part l'union .. L'union pousse et fait pression à la création de grandes régions et l'exemple récent est la réforme des régions Française. J'ai vu un document de travail sur le projet des régions qui redessinait les régions en europe. on y voit un rassemblement des régions sur base ethnique linguistique Une corse indépendante ,une Bretagne française indépendante et nous Belge une Flandre indépendante La Wallonie est associer ou intégré a la France . Je n'invente rien, c'est un document de travaille qui est publique journalistes et politique le savent pour résumer dans des documents de travail de l'union la Flandre apparaît indépendante L'union a deux discours le premier relayé par la presse qui critique légèrement les indépendantistes et derrière qui organise la création de région autonome . Je rappelle que le premier ministre Belge a moins de pouvoir que le premier Islandais (population 323.000)
  33. Capucine
    février 05, 21:54 Reply
    Dernièrement pour une petite affaire familiale ,j ai eu droit à un avocat qui a tout fait pour m enfoncer et je ne sais pas pourquoi . ce sont des petites expériences de la vie non seulement cela coûte cher pour un petit portefeuille mais cela vous fait très mal ,on perd confiance ,c est cela le plus dur.
  34. Capucine
    février 06, 22:51 Reply
    Peut être est ce leur façon de faire grève ,les avocats font peut être payer leurs manques de moyens en utilisant les petites personnes sans aucun pouvoir pour se révolter Si c est le cas,qui va donner l exemple à nos jeunes? C est tellement minable qu on ne peut y croire ,je l ai donc remercier en le ventant de ses pouvoirs ,je l ai quitté tellement il me faisait peur comme un homme qui a des possibilités de loi que je n aurai jamais de ma vie. Sinon tout va bien madame la marquise.
    • Lachmoneky
      février 13, 14:02 Reply
      Merci de m'avoir fait découvrir la série, Capucine ;-)
  35. Tournaisien
    février 07, 16:16 Reply
    L'affaire Galant et son refus de poursuivre les travaux du RER, contredit deux jours plus tard ... du suicide politique ? Un coup fourré des Flamands qui, une fois engrangés les acquis du RER au nord de Bruxelles, auraient veillé à se que se tarissent les robinets pour la Wallonie ? C'est quoi ce bordel, Marcel ?
    • Salade
      février 09, 19:15 Reply
      Il y a aussi la répartition 60/40 quid de bruxelles? quid du financement de la coûteuse (passage sousmétro) liaison ferroviaire Schuman - Josaphat -Mérode terminée bien plus rapidement... On se fout de notre gueule.
    • Lachmoneky
      février 13, 14:00 Reply
      Un coup fourré, certainement.... Et Galant, contrainte de se "suicider"... Dans ces conditions, il est évident que sacrifier le Brabant wallon (alors que le Brabant flamand arrivait "à bon port") était suicidaire... pour tout le MR. La réponse aux déclarations de Galant (côté MR... et opposition) ...était 100% prévisible!!! Bref, un jeu politique parfaitement hypocrite (puisque prévisible) qui fait prendre le spectateur lambda pour le couillon de service! Mais non, la mise à 4 voies sera faite... le plus tard possible, quand les poules auront des dents: l'incurie wallonne et l'hypocrisie flamingante y veilleront...
      • u'tz
        février 18, 00:06 Reply
        attention Lachm' l'hypocrisie n'est jamais prévisible, et l'incurie MR n'est sûr pas wallonne
  36. u'tz
    février 08, 00:36 Reply
    bonsoir Marcel si c'est rien de plus que d'appuyer sur un bouton d'envoyer un mail lorsque vous nous honorez d'un nouvel article... ce serait sympa de faire de même chaque fois que vous laissez quelques réponses s'ajouter... bien sûr si les délais de modération sont juste là pour éloigner les familiers du blog...j'attendrai patiemment vos futurs articles sur les tunnels sans payage pour les flamands, les putes sans papier chez le négationniste kir, le gen (rer) flamand sans wifi et l'rer sans voie wallons,enz
    • Marcel Sel
      février 09, 18:03 Reply
      Le système envoie automatiquement une info chaque fois qu'un nouvel article est publié (si vous êtes abonné). Vous recevez en principe une info quand une réponse est publiée (il n'y a pas moyen de régler ça hélas…)
  37. Mélanippe
    février 09, 12:25 Reply
    Allons Marcel, au boulot!!! Un bon petit article sur Trepalium. Si Bart de Wever regarde Arté (ce dont je doute), il en mangera sa gaufre ultra light de travers.
  38. Salade
    février 13, 14:38 Reply
    RER: pas de coupables, selon un journal. Bah, surtout pas de journalistes capables de les trouver...
  39. Tournaisien
    février 14, 11:43 Reply
    http://www.lalibre.be/actu/international/crise-des-migrants-merkel-toujours-plus-seule-en-europe-56c028aa3570b1fc11211686 Terrible, terrible refermement de l'Europe sur elle-même ! Pour moi, Merkel a raison. Elle a raison, mais cette politique d'ouverture repose plus fondamentalement la question de nos politiques d'emploi. Faut-il laisser faire le libre marché qui, nous disent les tenants d'un libéralisme universel et dur, règlerait toujours tous les problèmes et serait la promesse même d'une sorte d'auto-régulation permanente ? Ou faut-il suivre Karl Polanyi quand, au contraire, il remettait en question le caractère soi-disant universaliste de la loi du marché, en réalité décollée du monde réel ? La question des réfugiés dans une Europe essoufflée économiquement ne peut qu'engendrer deux réponses : - soit le refus pur et simple, la fermeture des portes ; - soit une vision nouvelle, radicale, qui vise à repenser la place de tous dans la société. Il est symptomatique, en l'espèce, que la réponse donnée par l'Allemagne ne tombe ni dans la première réponse (hormis bien sûr les nombreux opposants à cette politique, des pragmatiques aux "sulfureux" de Pegida et de l'extrême-droite allemande), ni dans la seconde. Merkel et ses alliés ne misent-ils pas en effet sur une économie qui, en Allemagne, reste relativement dynamique et, le cas échéant, d'autant plus si cette économie devait redémarrer, en l'occurrence donc sur une besoin de main-d'œuvre, surtout non qualifiée, auquel viendrait très opportunément suppléer cet apport de bras jeunes et vigoureux ? Il est tout aussi symptomatique que la France, pourtant de gauche, vienne de déclarer par la bouche de Manuel Valls que les portes ouvertes aux réfugiés à partir de maintenant c'était fini, nada, niets, nitchevo, etc. La France et son modèle économique largement "accompagné" se trouve en effet, en quelque sorte, dans la situation inverse, et étant donné son modèle socio-économique, se trouve condamné plus tôt que tard à organiser ce que l'on pourrait appeler l'"égoïsme national". En une certaine mesure, la réponse française apparaît tout aussi platement logique que celle de l'Allemagne. Et les idéaux là-dedans ? ... faites moi rire ! Ces deux réponses, en apparence opposée, sont en réalité les deux faces d'une même médaille, celle d'une société qui rechigne à se réinventer et qui préfère continuer à gérer vaille que vaille ses 8 % de chômeurs, mais alors avec 25 % de salariés sous-payés, ou ses 20 % de chômeurs, avec 13 % de salariés sous-payés. Force est de constater que, de ce point de vue, les bien pensants de droite de la CDU-CSU sont bien proches des bien pensants de gauche du parti de Jean Jaurès et de Léon Blum. Votre avis, cher Marcel ? PS: Oui oui ... c'est le même Tournaisien (schizophrène ?) que celui qui avait commis bien d'autres commentaires, en apparence d'une toute autre saveur, antérieurement.
    • u'tz
      février 17, 23:42 Reply
      cher Tourn' perso j'apprécie votre "une société qui rechigne à se réinventer et qui préfère continuer à gérer vaille que vaille ses 8 % de chômeurs, mais alors avec 25 % de salariés sous-payés, ou ses 20 % de chômeurs, avec 13 % de salariés sous-payés." c'est plus positif, sexy et apaisé qu'une société en guerre avec 0,08% de djihadistes vs une société avec 0,8% de djihadistes
      • Tournaisien
        février 20, 20:22 Reply
        Je savais que vous apprécieriez ... c'est d'ailleurs un peu pour vous que j'ai commis ce commentaire. L'auriez-vous deviné ?
  40. Tournaisien
    février 14, 21:50 Reply
    http://www.lesoir.be/1121673/article/actualite/monde/2016-02-14/turquie-continuera-combattre-kurdes-syrie Au sens strict, il s'agit là de l'état le plus fasciste, le plus proche du fascisme italien de l'entre-deux-guerre ! Je sais que l'Histoire ne repasse pas les plats, mais ici les similitudes sont plus que frappantes. Erdogan n'est guère plus très éloigné de Mussolini.
  41. u'tz
    février 18, 00:55 Reply
    @MUC à mémoire ultra courte (pauvre hère) "le pays était gouverné par des francophones, les joli postes (armée, justices, fonctionnaires, politiciens, ..) étaient reserves aux francophones, …l’Apartheid Belge. Les revenus de l’étât était minimes, et venaient des droits de douanes (dankzij de Vlaamse haven<strong>s</strong>), les taxes sur l’alcool, les taxes sur les propriétés (cadastre). La Wallonië n’a pas « soutenu » la Flandre, elle n’a jamais fait et elle ne le fera jamais. La Wallonië a collaboré vivement avec les fascistes-avant-la-lettre, les francophones qui ont emmerdé le peuple Flamand (« jamais une université pour les Ménapiens ») de 183 jusqu’à 1930. La libération, l’émanicipation des néerlandophones a été un succes malgré la résistence des Wallons. Les soit-disants socialistes Wallons ont toujours voté CONTRE les lois qui implicaient l’EGALITE des différent langues dans ce pays." zeebrugge est un don de la wallonie le NL en belgique est un don de la wallonie (= la disparition du FR de la flandre belge est un don de la wallonie) tout le reste est propagande de reich allemands (II &III) en wwi et wwii j'ai comme les wallons conscients de leur valeur non volée aux voisins, pitié de toi

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.