Bart De Wever et la Convention de Genève. Quand le ridicule tue.

Convention de Genève. La VRT a vite relevé le lièvre…

Convention de Genève. La VRT a vite relevé le lièvre…

C’est la VRT (chaîne publique flamande) qui a (re)levé le lièvre sur son site d’info suite aux déclarations de Bart De Wever sur la crise des réfugiés à l’Université de Gand. Et c’est en soi une évolution : en 2010, dans le même discours inaugural, Bart De Wever avait rejeté les Lumières (Voltaire, Montesquieu) et personne ne l’avait remarqué !

Les choses ont bien changé. Cette fois, le speech du Mamammouchi anversois a été décortiqué, analysé par tout un chacun, et plutôt correctement. Petit bémol pour Le Soir qui révèle que que pas mal de gens au gouvernement pensent que ce discours frise le ridicule, et même que Bart s’est « décrédibilisé ». Béatrice Delvaux étend cette analyse dans un édito titré « Le populisme de Bart De Wever voisine avec (sic) le ridicule ». Hélas non, le populisme n’est jamais proche du ridicule. Il est trop dangereux pour ça, et celui de la N-VA, trop sophistiqué.

Pour ses électeurs, De Wever n’est pas risible.
Et non, bien sûr, les électeurs, même modérés, ne liront pas les critiques et les déconstructions du Soir ou du Morgen. Parce que le discours de Bart De Wever répond à de vraies questions par des déclarations radicales, tout en les assortissant d’un fond qu’on pourrait presque qualifier d’humaniste. Aucun de ses supporters ne trouveront ça ridicule parce que ce doux mélange de populisme nationaliste et de modération (mais si, mais si !) fait passer son message pour nuancé, innovant, intéressant. Il est le seul qui parle comme ça. Encore toujours, aujourd’hui.

Sa mécanique est bien huilée : lancer des déclarations parfois carrément xénophobes (comme envers les Berbères) ou scandaleuses et irréalistes, mais les assortir d’un semblant de tolérance. Quand on l’attaque ensuite, il a beau jeu de sortir les jokers qu’il a pris soin de semer en même temps que les excès. Ce matin, la N-VA a ainsi pu fustiger la VRT qui aurait, selon elle « sorti les phrases [de Bart De Wever] de leur contexte]. Theo Francken lui-même qui énumère les jokers de son président. Ça n’a rien de ridicule, c’est extrêmement bien organisé, bien pensé, utilisé avec suffisamment de finesse pour que, dans cinq ans, le système fonctionne encore. Accessoirement, c’est ce qui permet à la N-VA d’être le premier parti de Flandre (et de belgique), au pouvoir à tous les niveaux, tout en passant chez ses électeurs pour sempiternellement « antisystème ».

C’est une stratégie qui s’adapte à toutes les situations : antisystème dans le discours et l’intention, mais très bien intégrée au système, au contraire, dès qu’il est question de gestion. La com de Jan Jambon, par exemple, est d’une efficacité remarquable. Celui qui, de par ses relations fascistes, faisait fulminer Laurette Onkelinx il y a moins d’un an, paraît aujourd’hui non seulement modéré mais aux yeux de beaucoup pour un excellent ministre de l’Intérieur. Ça permet à Bart De Wever, Sarah Smeyers, et même Theo Francken, de sortir des insanités de temps en temps.

Il n’a donc pas à s’inquiéter outre mesure du fait que, par exemple, la VRT ait révélé que la modification de la Convention de Genève qu’il réclame à corps et à cris était au cœur d’un débat qu’il a eu en 2012 (campagne communale) avec Filip Dewinter, le chef spirituel du Vlaams Belang anversois. Non seulement Bart était contre la modification de la Convention de Genève il y a à peine trois ans, mais en plus, les arguments qu’il utilise aujourd’hui ressemblent à s’y méprendre à ceux du parti néonazi dont il combattait alors les excès !

L’extrait (ma traduction) :
Bart De Wever : Une femme qui fuit l’Iran parce qu’elle serait lapidée […] ou un homo qui fuit l’Iran, [vous dites] qu’ils doivent être enfermés ici pendant la procédure ? Alors, les enfants de ces gens ne pourraient venir qu’après ? [Vous les acceptez] jusqu’à 12 ans, pas plus… Si vous avez un enfant de 13 ans, doit-il rester en Iran, alors ? Plusieurs de ces propositions vont même à l’encontre de la Convention de Genève ! Honnêtement, non, nous ne participerons jamais à une chose pareille !

Filip De Winter : À ce sujet, j’aimerais répondre : oui, nous sommes pour une modification de la Convention de Genève, c’est vrai. Cette convention est née en pleine guerre froide. Elle ne concernait que les réfugiés européens venus d’Europe de l’Est alors occupée (sic) par le communisme. Elle n’est absolument plus réaliste au jour d’aujourd’hui. La convention de Genève doit être assortie de limites territoriales.

Bart De Wever : Ce sont les droits de l’homme, hein…

Filip De Winter : les réfugiés doivent être accueillis [il martèle :] sur leur continent ! Un Africain en Afrique, un Asiatique en Asie.

Bart De Wever : [sévère :] Monsieur De Winter, vous parlez ici des droits de l’Homme, hein…

Filip De Winter : Et un Européen, pour autant que ce soit un vrai réfugié politique, [peut être accueilli] en Europe.

Le même langage, en plus social.
Or, ce mardi, à l’Université de Gand, c’était au tour de Bart De Wever de plaider pour la modification la Convention de Genève, notamment parce que celle-ci a été adoptée en… 1951 (Dewinter dit « en pleine guerre froide » ; en fait, elle n’est valable pour les réfugiés extraeuropéens que depuis la Convention de New York en 1967…) Et comme son collègue d’extrême droite, il affirme qu’elle n’est plus adaptée. La raison qu’il invoque est cependant différente et s’appuie sur le social : la sécurité sociale ne serait plus la même aujourd’hui, selon le président nationaliste. Les allocations seraient nettement plus attrayantes.

Et notamment les allocations familiales, que la N-VA veut par ailleurs réduire des trois quarts pour les primoarrivants (selon un projet de loi déposé par Sarah Smeyers, la vieille copine de Theo Francken), et les augmenter progressivement, atteignant 100 % après seulement quatre ans ! La raison ? Sociale aussi : préserver le droit de tous aux allocations familiales. Et éviter que de bons Flamands qui ont dûment payé leurs impôts et leur sécu voient d’ignobles étrangers en profiter (comme si ceux-ci n’avaient pas, dans leur pays, cotisé ou payé des impôts…) Le citoyen flamand approuvera, bien entendu !

Alors, ne me dis pas que c’est ridicule, Béa ! Tout ça est au contraire soigneusement préparé et la cohérence au sein de la N-VA est incontestable. Certes, que ce soir en Belgique ou à l’Union européenne, les députés nationalistes votent le contraire de ce que le Secrétaire d’État co-décide. So what ?

L’exception fédérale qui sauve la donne.
C’est l’exception fédérale : la N-VA donne d’une part le contenu de son vrai programme, et gère d’autre part des vrais problèmes, pour lesquels ils dépendent aussi des autres partis. L’électeur comprend parfaitement que ce que la N-VA veut vraiment est dans le discours, et qu’elle ne peut pas le mettre en œuvre à cause, notamment, du CD&V. D’ailleurs, le CD&V et le MR font exactement la même chose ! Le premier en critiquant les décisions que son ministre met en œuvre après un Kern, le second en fustigeant, par exemple, l’attitude de Liesbeth Homans à Linkebeek, ce qui ne lui coûte rien. Ou en dénonçant les propos populistes des nationalistes à la présidence du parti ou chez le papa du premier ministre. Mais pas au 16 rue de la Loi. On attendra du reste en vain autre chose que des protestations. Faire tomber le gouvernement sur la crise des réfugiés n’est probablement pas une option.

Ridicule ? Non. Au contraire des partis traditionnels, la N-VA a toujours ce petit avantage que, quoi qu’elle fasse, quelles que soient les concessions qu’elle fasse aux autres partis, tout peut s’expliquer par son objectif : un avenir formidable pour la Flandre. Ce qui semble n’être que des compromissions dans les autres partis, c’est de l’efficacité, de la patience, de l’intelligence politique chez Bart.

Ce faisant, il peut tranquillement occuper le secteur programmatique du Vlaams Belang. Même le fait de garder les réfugiés sur leur continent, cher au néofasciste Dewinter est présent en filigrane dans le discours de la N-VA. Pour rappel, Theo Francken prône de détruire les bateaux en Libye (il n’est toutefois pas seul, certains démocrates ont proposé la même mesure inapplicable en vertu du droit international), ce qui revient évidemment à imposer aux Africains de se réfugier en Afrique.

Des propositions populistes qui cachent bien leur jeu.
De même pour la Turquie, la fraction N-VA au Parlement européen a plaidé pour  « repousser les bateaux [qui tentent de traverser la Méditerranée] vers les ports turcs ». Une proposition qui est, elle aussi, contraire à la Convention de Genève, puisqu’on ne peut pas refuser l’entrée de candidats réfugiés sur notre territoire. Elle est, de surcroît, contraire au droit européen, la Cour européenne des Droits de l’Homme ayant statué en 2012 dans l’affaire « Hirsi Jamaa et autres contre l’Italie ». Cette dernière, après avoir intercepté des candidats réfugiés recueillis en mer à 35 km de Lampedusa, les a renvoyés  à Tripoli par bateau. Deux d’entre eux sont morts suite à ce renvoi. La CEDH a condamné l’Italie. Le renvoi groupé de migrants est donc bien illégal et la N-VA devrait, en principe, le savoir.

La N-VA dit à son électorat que pour elle, idéalement, les réfugiés syriens devraient être accueillis chez eux, en Turquie. Cette proposition, soutenue notamment par Theo Francken, irréalisable mais alléchante, n’est qu’une des innombrables postures populistes du parti nationaliste. Et, elle aussi, rejoint la thèse du Vlaams Belang d’un accueil sur le continent d’où le réfugié est originaire. C’est de facto la même chose, mais c’est dit autrement.

Une de ses phrases passées inaperçues dans la presse indique que Theo Francken soutient même la politique de Viktor Orban qui, selon lui, fait ce qu’il peut — une position partagée par Bart De Wever. Or, le premier ministre hongrois a criminalisé l’entrée de réfugiés sur son territoire, ce qui est contraire à l’article 31 de la Convention de Genève. La fermeture hermétique des frontières (y compris avec d’autres pays d’Union européenne comme la Croatie) contrevient à la même Convention — l’Allemagne, elle, filtre aux frontières, qui ne sont pas pour autant clôturées.

Orban sépare aussi sciemment des familles, ainsi, d’après The Budapest Beacon, un photographe de presse australien basé à Budapest aurait expliqué qu’au poste frontière de Rözcke, juste avant que la police ne charge les réfugiés (poussée par les forces antiterroristes hongroises), un homme leur aurait demandé de pouvoir passer en Hongrie avec sa fillette malade. Les policiers (les Robocop serait plus juste) auraient pris la fillette, mais interdit à tout membre de la famille de l’accompagner sur le sol hongrois, provoquant une angoisse qu’on imagine insupportable chez la petiot, bafouant une série de règles internationales, et le droit de la famille, une des règles fondamentales européennes. Ceci n’est pas un cas isolé, comme je l’ai montré dans mon article précédent.

La Belgique N-VA est-elle orbanisable ?
La question qu’on ferait bien de se poser : si Bart De Wever et Theo Francken avaient la majorité absolue en Belgique, leur politique serait-elle toujours aussi « humaine » ou serait-elle une copie conforme de celle de l’infâme premier ministre hongrois ?

Dans les faits, Bart De Wever et Theo Francken se cachent pour l’instant derrière un respect strict du Règlement de Dublin, qui impose aux réfugiés de s’inscrire dans le premier pays de l’Union européenne qu’ils foulent. II impose aux pays situés aux frontières extérieures la charge du seul accueil des réfugiés, une charge aujourd’hui clairement insupportable. Il est évident que la solidarité intraeuropéenne doit les en décharger dès que possible. Dublin II est d’ailleurs déjà caduque de facto du fait que les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest valident des demandes de réfugiés qui sont passés par les pays frontaliers sans s’y inscrire.

Mais le plein respect du Règlement de Dublin tel qu’exigé notamment par De Wever revient à renvoyer l’ensemble des candidats réfugiés arrivés en Belgique dans le pays où ils sont entrés, souvent la Grèce ou l’Italie. Bart insiste aussi sur le fait que la plupart des candidats réfugiés ne sont pas syriens mais viennent en fait de Bagdad, une ville sûre, selon lui.

Bagdad n’est pas un refuge.
On peut difficilement penser pire caricature que cette ville « sûre » : l’organisation État islamique est aussi proche aujourd’hui de la capitale irakienne que ne l’étaient les nazis de Liège en 1940 ! Et l’on a vu à quelle vitesse la situation a basculé. Bagdad est soumise à la terreur de l’État islamique : en août de cette année, un camion a explosé sur un marché, faisant de 30 à 50 morts et plus de 70 blessés. Et cela, dans une qui ne parvient pas à panser les plaies d’une guerre à laquelle la moitié des pays de l’Union européenne a participé — dont les quatre pays qui s’opposent aujourd’hui au fait d’assumer les conséquences de leur engagement militaire passé à des milliers de kilomètres de chez eux. On pourrait y ajouter le Royaume-Uni, prompt pour suivre Georges W. Bush sur le sentier de la guerre, lui fournissant même des fausses preuves pour qu’il puisse convaincre l’ONU de ne pas l’en empêcher ; beaucoup moins pour recueillir son lot de réfugiés qui fuient l’infernal quotidien imposé aux Bagdadis depuis lors.

Ville sûre, Badgad ? Une bonne trentaine d’attentats, faisant chaque fois plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés en 2014. En octobre de cette même année, une dizaine d’attentats tuaient près de 200 Bagdadis, majoritairement civils. Les attentats islamistes tuent plus à Bagdad en une semaine que dans l’ensemble de l’Union européenne en cinq ans ! Prenez le 11 janvier 2014 (17 morts) à Paris, imaginez que ça arrive chaque semaine depuis cinq ans, et vous comprendrez pourquoi les jeunes de Bagdad qui veulent rejoindre l’Europe sont bien des réfugiés de guerre !

Prétendre qu’un Bagdadi est un réfugié économique comme le fait le monde politique aujourd’hui (et il est dès lors complice de la manipulation de Bart De Wever), c’est nier la réalité pour ne pas faire son devoir. De même pour les Libyens, où la Belgique a cette fois une responsabilité directe dans la situation actuelle : elle y est intervenue militairement !

Des ministres N-VA presque irréprochables.
Sur le terrain, en revanche, Theo Francken suit presque scrupuleusement les règles en vigueur. Ou du moins, il ne les suit pas moins que ses prédécesseurs. Il traîne certes les pieds, critique le campement tout en s’en attribuant ses mérites, puisqu’il affirme que sous les secrétariats d’État précédents, les candidats-réfugiés dormaient à la rue ! Comme si c’était lui qui les avait abrités sous des tentes le temps qu’il trouve la solution du WTC (encore très imparfaite). Mais reconnaissons que plusieurs institutions fédérales, dont l’armée, ont fourni du matériel, de l’assistance, et des tentes. On en est même arrivés au scénario absurde où des militaires venus rechercher les tentes sur ordre, on le suppose, de leur ministre (N-VA) sont repartis bredouilles, la situation des réfugiés rendant une telle action inhumaine.

Difficile, donc, de critiquer rageusement les actes de Theo Francken (même s’il l’a fait lui-même à l’époque de Maggie De Block ou de Melchior Wathelet, sans faire beaucoup mieux aujourd’hui) : même sa propension à temporiser pour ne pas rendre l’accueil confortable — c’est un euphémisme aujourd’hui — ne nous change pas beaucoup des politiques d’avant.

La schizophrénie s’est donc bien emparée de la N-VA. Entre des déclarations incendiaires, contraires à la loi, inacceptables, souvent insupportables d’un côté, et des actes sans commune mesure avec ces mots de l’autre.

Il faut dire que la N-VA est coincée. Elle doit montrer qu’elle est un parti de bons gestionnaires de centre droit, la position qu’elle revendique sur l’échiquier politique (alors qu’elle est, dans son ADN nationaliste-néoconservatrice). En même temps, elle baisse dans les sondages en Flandre au profit du Vlaams Belang. Elle donne le change, reprenant à son compte des thèses des néofascistes, tout en se gardant de rejeter aussi ouvertement les étrangers. Certains excuseront ce discours en affirmant que l’objectif est d’empêcher le Belang de se re-renforcer.

Mais le fait est que la N-VA n’a eu aucun problème à recueillir en son sein une soixantaine d’anciens membres de cette sulführeuse extrême droite. Et qu’elle reprend ses thèses sans sourciller le moins du monde, en n’en retirant que la couche ouvertement xénophobe. Les partis d’opposition, quotidiennement sulfatés par Bart et ses amis, s’en donnent à cœur joie sur le thème de l’extrême droite. Mais contrairement au Parti populaire, la N-VA n’a pas de discours clairement islamophobe, du moins pas de la part de ses membres les plus éminents. Elle joue sur les peurs, oui. Mais pas (encore ?) sur la haine. Ou disons que quand elle le fait, c’est indirectement, mettant des gants là où d’autres y vont franco.

N-VA ou N-VB ?
Ce qui montre que même si on ne peut pas mettre la N-VA dans le même sac que le Vlaams Belang, elle flirte dangereusement avec ses concepts. Mettons que ce soit par populisme, pour garder dans ses filets les électeurs du Belang. N’empêche que lorsqu’un grand parti joue à ce petit jeu, il convainc petit à petit des électeurs modérés que ces théories fumeuses sont crédibles. Et les attire insensiblement vers l’extrême. Un parti populiste non xénophobe, mais très populaire, peut ainsi s’avérer, à terme, bien plus dangereux qu’un parti néofasciste qui convainc certes une partie de la population, mais fait très peur aux autres. Aujourd’hui, le discours de la N-VA ne peut en aucun cas nous faire rire. Ou paraître « ridicule ». Il doit au contraire continuer à nous effrayer.

La dérive du Fidesz de Viktor Orban, couverte par une grande partie de ses confrères centristes et libéraux au Parlement européen, est un cas d’école de montée progressive du nationalisme le plus brutal. Aucune de ses mesures n’est horrible en soi, c’est leur accumulation et la fuite en avant qui envoient la Hongrie vers une nouvelle forme de fascisme.

Notre devoir est de ne pas laisser une fuite en avant similaire s’organiser en Belgique. Faute de quoi, nous pourrions bientôt être coupable de complicité de crimes dont l’Histoire se souviendra. La difficulté étant qu’au moins trois partis démocrates autrefois fiables et très critiques de la N-VA voguent aujourd’hui avec elle au gouvernement. Leur tolérance envers les provocations du plus grand parti de la coalition ne cesse de grandir. Pas à pas, le pire devient chaque fois un peu moins inacceptable. Il ne fallait pas monter dans ce gouvernement, Charles Michel. Ce qui arrive aujourd’hui était prévisible. Et non, vous ne vous étiez pas trompé.

Il ne reste hélas plus qu’à espérer. Pourvu que, contrairement à ces enfants qui se noient toutes les semaines entre la Turquie et la Grèce, notre démocratie accoste avant de chavirer !

Previous IOS9 : Apple force la mise à jour d'OSX. Quand l'obsolescence devient religion. (MàJ)
Next Canal Plus : Biraben a dit « la vérité », elle doit être twéxécutée.

You might also like

0 Comments

  1. Salade
    septembre 23, 14:56 Reply
    Le gouvernement fédéral ne tombera jamais car tous de sont de mèche.et prêts à accepter n'importe quelle ineptie! Plus c'est cinglé, plus ça passe! Et désolé d'insister : tout cela est ridicule! Trop grave pour être ridicule? Sans blague? On est déja dans le plus grave du plus grave. Une séparation de la Belgique en 3 apparait déjà comme un moindre mal au vu de la dictature du 16.
  2. Mélanippe
    septembre 23, 16:18 Reply
    Très bon article. Mais à mon avis, la démocratie a chaviré depuis longtemps. Et les mauvaises herbes envahissent le terrain sans aucune difficulté. Bart ne fait que suivre le courant avec une intelligence redoutable. Mais c'est le propre des psychopathes qui sont partout au pouvoir.
  3. Gilles - Bxl
    septembre 23, 19:17 Reply
    ...M 'enfin Marcel,....Tu pousses le bouchon un peu trop loin... ! Fais confiance ! https://www.youtube.com/watch?v=JZCHvN6i1bo :-)))
  4. Salade
    septembre 23, 20:01 Reply
    Marcel, vous écrivez: "Il faut dire que la N-VA est coincée." Franchement, si la NV-A est coincée, Charles Michel est cloué, et je doute qu'il ressuscite, lui.
    • Salade
      septembre 25, 18:44 Reply
      une autre image qui sied particulièrement à Charles Michel: http://www.lalibre.be/light/insolite/ce-lionceau-qui-n-arrive-pas-a-rugir-fait-craquer-la-toile-video-56055dd835700fb92f2ec6a0
  5. Hansen
    septembre 23, 20:10 Reply
    La Belgique se cache derrière l'Europe, l'Allemagne a été plus claire en définissant combien de réfugiés elle peut accepter. Bart a simplement extrapoler les chiffres en prenant l'exemple de l'Allemagne. Que va-t-elle decider pour le réfugié numéro 800 001? On verra.
  6. Marcx
    septembre 23, 21:53 Reply
    Ha cet démocratie qui ne peut exister qu'à gauche. L'antifascisme rend tellement parano qu'on se rapprochent pas mal des dieudonistes en matière d'élucubrations. Rassurez-vous le seul bruit de bottes, c'est celui des promeneurs qui profitent de l'automne pour se balader en forêt. Franchement, je suis plus inquiet par Mayeur et son ego surdimensionner, car les dégâts irréversibles dans la ville où je suis né ne tiendront pas que du discour électoraliste,eux !!! De wever est uniquement un bon vieux social démocrate prêt à dire n'importe quoi pour lechouiller un électorat, un peu comme le cœur qui saigne d'Elio, et au final on fait tous la même politique.
  7. Veilleuse
    septembre 23, 22:20 Reply
    "Aucun de ses supporters ne trouverA ça ridicule…" (si vous mettez des "sic", contrôlez votre orthographe. Par exemple, pour le moment, on met toujours une majuscule au début de Belgique). Tant que j'y suis, vos billets sont toujours intéressants. Mais pourquoi sont-ils toujours aussi longs ? N'y a-t-il pas moyen d'être plus concis ? Vous n'êtes quand même pas payé (?) au nombre de mots ! Pour le reste, continuez. Vous êtes quelque part indispensable.
    • Marcel Sel
      septembre 24, 17:15 Reply
      Mes billets ne sont pas longs, ils sont complets.
    • Lachmoneky
      septembre 25, 14:07 Reply
      Complets, certes, mais (parfois) quand la baignoire est complète, elle déborde! ;-) Mais quand c'est d'enthousiasme, on lui pardonne plus facilement :p
  8. Wallon
    septembre 24, 12:26 Reply
    Tout cela est bien beau mais que les rédacteurs du SOIR ou d'un autre journal "francophone" de la Belgique centrale ou méridionale critique Bart De Wever ne sert qu'à remuer du vent. Les discours de Bart ne s'adressent plus à nous mais uniquement aux électeurs de Flandre et c'est précisément là que tous les détracteurs "francophones" de Bart se rendent ridicules ! Ainsi on peut déjà constater l'évaporation de la sublimée Belgique "francophone"... Maintenant peu importe que des conventions internationales soient votées et ratifiées, chaque Etat possédant une force armée possède le droit légitime d'actionner cette force en cas de danger que l'envahisseur porte ou non un uniforme reconnu et identifiable. La légitime défense autorise, comme les démocratiques USA l'ont déjà montré, de défendre sa frontière proche ou lointaine.
  9. Tournaisien
    septembre 24, 12:46 Reply
    Et le PS Reynders qui suggérait d'envoyer les réfugiés à Genève, pas ridicule lui ?
  10. Rivière
    septembre 24, 14:19 Reply
    ...Et éviter que de bons Flamands qui ont dûment payé leurs impôts et leur sécu voient d’ignobles étrangers en profiter (comme si ceux-ci n’avaient pas, dans leur pays, cotisé ou payé des impôts…) ... Votre argument concernant ce que les réfugié ont payé chez eux est mauvais (même si je trouve normal qu'ils aient accès aux mêmes droits que tout le monde une fois qu'ils ont été inscrits/acceptés chez nous). Cela me rappelle les propos d'un collègue non syndiqués qui se plaignait que les syndiqués recevaient une prime syndicale. Le fait que celle-ci provenait de leurs cotisations syndicales ne semblait pas le perturber : sans doute aurait il été heureux d'avoir une part d'une cagnotte dans laquelle il n'avait pas versé tout en dénigrant continuellement l'action des syndicats. Et tout cela alors que ceux-ci lui avait permis d'obtenir un poste statutaire... Genre : je veux le beurre, l'argent du beurre, le sourire de la crémière et je ne me gênerai pas de lui cracher au visage... Avoir versé des sous dans une caisse ne donne pas d'office le droit d'obtenir une part des autres caisses bien distinctes. Ce droit ne s'obtient que si on vous le donne. A partir du moment où vous êtes accepté, ajouter des conditions ou vous refuser ce droit n'est plus acceptable.
  11. francolatre
    septembre 24, 14:36 Reply
    Marcel, à quoi bon taper sur la N-VA dont les électeurs viennent en grande partie du Vlaams Belang et y retourneront peut-être un jour? Et si l'on dissout ces partis, il en viendra un autre du style Vlaanderen Eerst qui fera 20% des voix! Et si c'était la Flandre qui avait un problème? Bernard Tapie disait: "Il ne suffit pas de dire que les responsables du FN sont des salauds. Il faut dire que leurs électeurs sont des salauds."
  12. Eridan
    septembre 24, 15:56 Reply
    Le problème n'est pas à la N-VA, qui reste logique avec elle-même. Le problème posé par De Wever n'existerait pas si d'autres partis (le MR en particulier, les partis flamands ayant quelques excuses relatives) ne s'étaient pas assis sur leur honneur en trahissant l'accord du bien nommé « cordon sanitaire » et en lui offrant une place au gouvernement. Il sera donc intéressant de voir à quelles contorsions de toutes sortes va se livrer le MR pour garder le pouvoir, jusqu'où ira sa sa tolérance -probablement grande- à l'infamie. Même si c'est autrement, votre confrère Luc Delfosse ne dit pas autre chose : http://www.levif.be/actualite/belgique/jusqu-a-quand-va-t-on-supporter-le-premier-ministre-d-anvers/article-opinion-420171.html
  13. wallimero
    septembre 24, 22:15 Reply
    @ Marcel, je vois que la mécanique des adeptes du grand n'importe quoi est en train de faire des heures sup'. Hebdo PS avec une tirade sans fin et sans fondement, une "opinion" d'un certain Delfosse qui ne vaut pas mieux que l'égout à ciel ouvert qui s'appelle twitter "Il est d'abord le porte-voix de ces nouveaux riches, de ces m'as-tu-vu arrogants, de ces frileux pour qui la solidarité est une injure à leur statut d égoïste patenté, sauf à exhiber à la télé des chèques (défiscalisés) pour leurs oeuvres de charité ? Nationaliste? Quelle bonne blague ! BDW et son clan sont avant tout égocentriques, racrapotés et secs comme tous ces parvenus qui friment, se mirent et se la pètent de façon indécente de Budapest à Rome, Paris ou La Haie en inculquant à leurs femmes, leurs enfants, leurs sujets, leurs servantes, leurs chauffeurs, leurs députés et leurs clients que la loi du plus fort est d'essence divine." http://www.levif.be/actualite/belgique/jusqu-a-quand-va-t-on-supporter-le-premier-ministre-d-anvers/article-opinion-420171.html et notons qu'il parle de plus d'un tiers des électeurs flamands Le PSoir avec la Delvaux dont la chevelure a fait un attentat suicide de désespoir avec son édito, un socialogue prof de l'EduPS qui a constaté que près de 40% de l'éctorat flamand est extrême droite ou extrême extrême droite, et radio-téléPS qui en boucle débite les mêmes inepties... en grand dernier pour jeter son livre dans le feu c'est notre Marcel, et comme par hasard ce n'est que l'intervention d'il y a 3 ans que tu traduis, mais ce qu'il a dit à Gand, et nottament quand il énumère tous les droits qui selon sont inaliénables - dont ceux en question en 2012 - mais quand il ajoute a dit qu'on ne peut pas enfreindre les droits de l'homme, mais qu'un droit civil - comme l'accès à la sécurité sociale belge - n'est pas un droit de l'homme. Il n'y a donc aucune contraction avec ce qu'il a dit. Mais les gauchofrancos adorent le pathos, comme une horde de moutons, l'un derrière l'autre dont tu as fait le copier-coller "Le président du premier parti du pays, qu'on le veuille ou non, tient des propos qui se rapprochent de ceux du Premier ministre hongrois Viktor Orban." http://www.levif.be/actualite/belgique/bart-de-wever-est-il-dangereux/article-opinion-420149.html ohlala! il se rapproche des propos d'Orban! et comme tout ce que dit Orban est forcément méchant, on doit se couvrir les oreilles quand De Wever parle! Ah oui, ton article 31 de la Convention ne s'applique qu'aux aux réfugiés qui, arrivant directement du territoire où leur vie ou leur liberté était menacée, ça fait quoi pour la Hongrie? Mais soit, on se fout de la réalité, pourvu qu'on gobe le mensonge gauchobobo. et qu'est-ce que De Wever dit? Il faut peut-être changer la Convention de Genève. il ne dit pas qu'il ne faut plus l'appliquer, il dit qu'on devrait la changer sur un point limité. Mais dans la constellation du grand immobilisme gauchiste, changer quoi que soit est déjà une idée criminelle! changer la convention de Genève? non mais, c'est encore pire que de vouloir la constitution belge! Il est défendu sous peine d'être d'extrême droite de vouloir changer quoi que ce soit! pourtant, la règlementation actuelle ne marche pas. Dans une analyse pointue, qu'hebdo PS refuse bien-sûr de traduire parce qu'elle confirme des choses que les gens pensent et qu'elle est donc populiste, Marc Bossuyt constate la faillite de cette grande tour de papier dans laquelle on s'est enfermée http://www.knack.be/nieuws/belgie/hoe-de-eu-de-controle-over-de-migratiebewegingen-verloor/article-opinion-603749.html le système actuel est une passoire anti-démocratique et incontrôlable mais ça bien-sûr c'est le but n'est-ce pas Marcel? Et méchants d'extrême droite ceux qui ne veulent pas embrasser ce walhalla de l'immigration illimitée et l'appauvrissement universel, mais au fond tu as même raison, la destruction totale de notre société et richesse est le meilleur moyen de stopper les pression migratoire... Joli Marcel, vraiment joli VV PS: en ce qui concerne la Croatie, ça commence déjà http://www.hln.be/hln/nl/922/Nieuws/article/detail/2465389/2015/09/23/Undercover-in-Kroatisch-vluchtelingenkamp-Dit-zijn-toch-geen-dieren.dhtml
  14. Pierre
    septembre 25, 09:26 Reply
    Il y a 15 ans, on boycottait l'Autriche pour moins que ça. Haider paraîtrait presque normal dans le paysage politique européen actuel. O tempora, O mores !
  15. André Unis
    septembre 25, 10:07 Reply
    "Un parti populiste non xénophobe, mais très populaire, peut ainsi s’avérer, à terme, bien plus dangereux qu’un parti néofasciste qui convainc certes une partie de la population, mais fait très peur aux autres. Aujourd’hui, le discours de la N-VA ne peut en aucun cas nous faire rire. Ou paraître « ridicule ». Il doit au contraire continuer à nous effrayer." Tiens tiens voila le grand discours de la "PEUUUURRRR". Votre discours se mord la queue une fois de plus. Ici votre idéologie gauchiste boboisante transparaît dans un voile à peine plus léger que le repas de Bart durant son régime. Vous pensez donc qu'un homme n'ayant qu'une minorité d'adepte il y a de cela 15 ans puisse constituer un danger terrible pour le peuple belge au point de tenter désespérément de convaincre ce dernier que la mort est à ses trousses dans des propos électoralistes. ... je pouffe... vous pensez donc qu' UNE personne qui profère des inepties et est écoutée par un certain nombre de fidèles constitue une menace pour la démocratie? Mais Monsieur Sel nous tombons enfin d'accord, à l'exception d'une chose, je ne fais aucune différence entre les minorités menaçantes et les cons au discours démago qui sont capables sur le long terme de mobiliser des masses (c'est en partie pourquoi je ne présente aucune sympathie pour vous). Voilà ou le bas blesse votre orgueil. Votre éducation religieuse et votre croyance politique ne vous permet même plus d'être objectif... Amicalement André
    • Marcel Sel
      septembre 28, 10:06 Reply
      André Unis, ceci est le DERNIER commentaire que j'accepte avec "bobo, gaucho" ou similaire dedans. Ce blog n'est pas un épanchoir à concepts insultants. merci.
      • André Unis
        septembre 28, 10:57 Reply
        Vous prenez cela comme une insulte? Etre de gauche, gagner allègrement sa vie et donner des leçons de morale à une population dont ne vous connaissez que votre frange est un concept insultant? Je ne voit aucun argument en réponse à mon post... C'est surtout cela que je vois... Amicalement, André,
        • Marcel Sel
          septembre 28, 11:16 Reply
          1. Vous ne savez pas comment je gagne ma vie mais je peux vous dire que c'est largement sous la moyenne belge. 2. La population "populaire", j'en viens et j'y reste. Je ne connais en effet qu'une frange de quelque 15.000 personnes qui me suivent et de ceux de mon petit million de lecteurs cette année aui a commenté sur ce blog. C'est ma seule richesse, d'ailleurs. 3. Etre de gauche n'est pas insultant, c'est ce sempiternel "bobo gauchisant" ou similaire qui a fini par devenir une insulte sous-entendant une incapacité à analyser les problèmes, une non-crédibilité chronique de tout ce qui ne pense pas radicalement à droite. C'est une attaque ad personam, donc, je ne la tolère plus. Débattez poliment, autrefois, la droite avait le sens de l'élégance, je constate qu'elle est aujourd'hui plus souvent putassière, insultante.
        • André Unis
          septembre 28, 13:20 Reply
          Tout dépend de quel chiffre vous disposez et comment vous jouez avec. Si vous connaissez 15 000 personnes voir plus c'est que vous ne connaissez profondément personne. Je suis par contre convaincu de votre incapacité à analyser les problèmes en étant objectif. Je regrette par contre que la gauche n'ai pas évolué depuis plus de 50 ans et vive toujours sur des combats ancestraux plus ancrés dans l'histoire scolaire que dans la réalité du moment, elle n'apprend pas elle rabâche ce qui conduit à un perpétuel recommencent des erreurs passées. Hitler était socialiste vous savez, souvenez vous en de temps en temps. Détrompez vous, je ne suis d'aucune couleur politique à par celle de la réflexion globale. Vous voyez M sel je ne relève pas ce que je pourrais prendre comme insulte au point 3 pour une bonne raison, je n'ai pas besoin de gagner ma vie avec des idées cela les rend plus libres, plus objectives. D'ailleurs comptez vous répondre aux arguments de mon premier post sur votre impartialité chronique? Celle qui condamne la stratégie de la peur mais qui s'en ressert allègrement quand les circonstances lui semble plus propice à son idéologie. Aujourd'hui tout doit être noir ou blanc sans intermédiaire et ce blog en est un symptôme. Il n'apporte aucune solution, crée des débats stériles qui polarisent la population. Je trouve que vous avez beaucoup de point commun avec BHL dans vos discours et cela m'amuse ainsi qu'avec la plupart de nos hommes politiques qui essaie de diviser, loin de nos vies. Amicalement André
        • André Uni
          septembre 29, 08:40 Reply
          "partialité chronique" excusez moi parfois je me prends à rêver ;-)
  16. lievenm
    septembre 25, 21:48 Reply
    (1) Noch de conventie van Geneve, noch het verdrag van de rechten van de mens zijn door God in stenen tafelen op een berg overhandigd of door de engel Gabriel gedicteerd. Dit zijn simpele overeenkomsten waar natiestaten zich ooit toe verbonden hebben en het soevereine volk van zo een natie kan besluiten uit die overeenkomsten te stappen. Waar die verdragen door een kaste niet verkozen rechters misbruikt worden om de wil van het volk te dwarsbomen is dit zelfs een noodzaak aan het worden. Cameron is iets dergelijks bezig in het Verenigd Koninkrijk met betrekking tot het Europees Hof voor de rechten van de mens. Het wordt dringend tijd dat wij ook een halt stellen aan deze gouvernement des juges. (2) Wat betreft de "Universele" rechten van de mens, de moslimwereld heeft deze in de Cairo verklaring volledig afgewezen. Het getuigt dan ook van een stuitend cynisme dat zij en hun westerse supporters er een beroep zouden op doen.
  17. u'tz
    septembre 27, 23:28 Reply
    "La Belgique N-VA est-elle orbanisable ?" absolument OUI grace au mr ! merci bdw seule barrière au poujadisme dans notre pays merveilleux... oh lalala c'est magnifique !
    • u'tz
      septembre 27, 23:31 Reply
      mr=suceur de l'N-VA
  18. thomas
    octobre 23, 11:01 Reply
    Marrant. Le soi disant facho a encore eu raison. Comme d habitude http://newsmonkey.be/article/58503
    • Marcel Sel
      octobre 24, 12:57 Reply
      Je n'appelle pas ça un article, et je n'appelle pas NewsMonkey un journal.
      • thomas
        octobre 24, 23:02 Reply
        Euh... http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/buitenland/2.39637?eid=1.2476804 Euh... http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/videozone/programmas/deochtend_DO/2.41506?video=1.2476512
        • thomas
          novembre 02, 15:21 Reply
          Geen reactie? OK. Maar ik dacht dat dit toch redelijk pertinent was gezien uw artikel hierover. Maar ja, u bent niet alleen. Ongeveer de hele FR pers heeft zedig gezwegen.
          • Marcel Sel
            novembre 03, 14:33
            Ik ben nog bezig met reacties over de FGTB… Kan niet alles doen. Ik heb wel over de badge gesproken in Les Experts van zaterdag (Tele Bruxelles) en uitgelegd dat het helemaal geen uitvinding van Jambon was. Voilà.
      • thomas
        novembre 19, 10:41 Reply
        Pourquoi newsmonkey n'est pas un journal selon vous?
  19. thomas
    octobre 25, 10:07 Reply
    Euh... http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/buitenland/2.39637?eid=1.2476804 Euh... http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/videozone/programmas/deochtend_DO/2.41506?video=1.2476512

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.