Empêtré, le gouvernement belge minimise le génocide arménien.

Cérémonie funéraire des ossements d’Arméniens tués au monastère de St Sarkis pendant la bataille d’Urfa. Plusieurs des Arméniens autour de la pancarte ont été enfermés plus tard pour avoir insulté l’Empire ottoman en adjoignant ce panneau à leur photo, selon Ephraim Jernazian (in « Judgement Unto Truth: Witnessing the Armenian Genocide » pp. 127 à 131).

Dans mon article d’hier, vous découvriez la fameuse résolution que Peter De Roover avait promis de déposer à la Chambre des Représentants après le discours « de reconnaissance du génocide arménien » par le premier ministre Charles Michel. Une résolution qui, à aucun moment, ne demandait au gouvernement de reconnaître ce génocide. Dès après la publication de mon article, le porte-parole du MR, Christophe Cordier me faisait savoir par Twitter que « Ce texte date de jeudi dernier. Une nouvelle version sera déposée cet après-midi. » D’autres faisaient remarquer que Peter De Roover ne faisait pas partie du gouvernement. Soit. Mais il fait partie du plus grand parti de la majorité gouvernementale.

Le Soir, qui avait affirmé que le gouvernement belge avait « reconnu » le génocide « arménien » (entre guillemets, deux mots que le premier ministre n’a jamais prononcés !) publie aujourd’hui le nouveau projet de résolution. Et étrangement, il est pratiquement identique à celui déposé jeudi dernier par Peter De Roover. Les différences dans le texte de la résolution proprement dite sont les suivantes :

  • « de réprouver fermement toute tentative négationniste [par rapport aux génocides] » devient « de réprouver toute remise en question de leur existence ». Le mot fermement disparaît, le mot négationniste aussi.

Et aussi… ah ben non, c’est tout. C’est ce que le MR appelle « Une nouvelle version ». En fait, il y a bien des modifications importantes, mais pas dans le texte de la résolution. Celles-ci sont à chercher dans le développement. Le texte « gouvernemental » ne modifie par exemple pas le bilan, établi dans le développement précédent à « 300.000 à 1.500.000 Arméniens ». Alors que le décompte attribué à l’un des hauts responsables du gouvernement ottoman de l’époque, Tâlat Pacha, retrouvé dans son « carnet noir » permet de déduire que le nombre de déportés fut d’au moins 1.200.000 pour toute la Turquie ottomane de l’époque. Quant au nombre de morts, plusieurs sources internet (pas nécessairement arméniennes) indiquent que le journal ottoman officiel, Takvimi Vekâyi a fait état, dès 1920, de 800.000 tués, sans compter les décès dans les camps ni les enfants « drogués à la morphine puis noyés ». Je laisse le soin aux historiens (y’a un historien dans la salle ?) de confirmer ce fait, je n’ai pas les sources originales (et je ne parle pas turc). Mais si celles-ci sont exactes, arriver tambour battant avec un chiffre « minimum » de 300.000 Arméniens tués reviendrait à prétendre que la Shoah aurait fait, par exemple, 2 millions de victimes. Or, celui qui écrit une telle chose en Belgique se retrouvera devant un tribunal pour fait de minimisation du génocide nazi. Ici, c’est le gouvernement qui semble minimiser. À quelles fins ? Ou plutôt, comment ose-t-il ? Ou enfin, au minimum, on aimerait savoir d’où sort ce chiffre.

Au paragraphe suivant, le gouvernement reconnaît implicitement la thèse turque, ajoutant au projet de Peter De Roover, et sous le paragraphe évoquant le génocide, « Il convient cependant de souligner que le conflit a également fait des victimes parmi les Turcs et les musulmans. » Une phrase qui rappelle l’un des arguments de l’AKP, à savoir qu’au final, les Turcs n’ont fait que se défendre face à des Arméniens remuants. C’est exactement ce que les négationnistes les plus féroces disent de la Shoah : Hitler n’aurait fait que se défendre face aux Juifs, terriblement dangereux, selon eux, pour l’Allemagne. Or, le fait que la guerre ait fait des victimes n’a aucune espèce d’importance dans la reconnaissance d’un génocide : c’est une donnée externe. On n’évoque jamais les victimes allemandes de la guerre quand on parle de la Shoah. Jamais les victimes serbes quand on parle de Srebrenica. Jamais les victimes Khmers rouges quand on parle du génocide (ou sociocide) cambodgien. Je ne vois qu’une raison de traiter le génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques différemment : on a cédé à l’AKP, qui fait donc peur jusqu’au 16 rue de la Loi.

Et dire que les mêmes fustigent Emir Kir ou Mahinur Özdemir. Je ne suis pas du tout d’accord avec leur refus de reconnaître le génocide, mais pour le leur dire en face, il faut au moins être blanc soi-même ! Et ce n’est pas le cas.

L’avant-dernier paragraphe du projet De Roover a été supprimé. Il disait : « Des juridictions supérieures se sont également déjà exprimées sur cette question, notamment le Tribunal de grande instance de Paris dans un jugement du 21 juin 1995. » Pourquoi le supprimer ? Probablement parce qu’il contredit la thèse erdoganienne qui veut que la qualification de Génocide ne peut être attribuée que par une cour de justice. Or, le 21 juin 1995, ce tribunal a condamné l’historien Bernard Lewis à 14.000 francs d’amende et aux dépens pour avoir nié le génocide arménien alors qu’une commission de l’ONU, le Parlement européen et le Tribunal permanent des Peuples « a considéré comme bien fondée l’accusation du génocide arménien formulée contre les autorités turques ». Avec cet arrêt, c’est toute la thèse officielle en vigueur en Turquie aujourd’hui qui s’effondre. Charles Michel ne veut visiblement pas en arriver là !

Mais il y a une autre raison. Dans le développement, le point M, qui reprenait l’extrait du discours du premier ministre dans lequel « la presse » a cru voir une reconnaissance, a été étendu et c’est cette fois le discours intégral de Charles Michel qui est publié. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il nuance largement la soi-disant « reconnaissance » gouvernementale. D’abord, Charles Michel se félicite des excuses de la Turquie aux Arméniens, qu’il décrit comme une « avancée » (ce qu’elles sont de toute évidence). Mais surtout, il dit — tout comme l’avait fait Didier Reynders — : « Il appartiendra à des juridictions nationales et internationales de se prononcer sur ces sujets » ! Et ça, c’est exactement, presque mot pour mot, la thèse de la Turquie, ou de Mahinur Özdemir.

Et il termine par : « Je pense que les questions qui ont été posées […] donnent l’occasion au gouvernement de notre pays d’exprimer, avec clarté (sic) et force (sic), une position sur ce sujet délicat ». Où se trouve la reconnaissance explicite, claire et forte du génocide dans tout ça ? Eh bien, nulle part.

Bref. La presse a failli. Elle vous a mal informé. Elle a suivi aveuglément les fanfaronnades du premier ministre. Elle a mal titré. Elle a pris des vessies pleines de pipi de chat pour une lanterne nucléaire ! Il n’y a rien d’honorable dans ce texte. Il n’y a que de l’esbroufe. Et c’était prévisible.

Ah oui, zut, j’allais oublier : je vous ai laissé le meilleur pour la fin. Au point 7, la Chambre demande bien au gouvernement de demander à la Turquie de « reconnaître le génocide arménien ». Cocasse dès lors qu’à aucun moment, la résolution belge ne reconnaît explicitement ce même génocide ! Pire, elle demande à la chambre d’approuver la minimisation (probable à mon avis) du nombre de victimes. Et elle soutient la thèse turque sous deux aspects : celui des victimes turques qui pourraient « justifier » le génocide, celui de la nécessité de traiter la question de façon exclusivement juridique.

Non, la question des génocides est d’abord historique. Elle est ensuite morale. Une morale qui, décidément, fait défaut au sommet de l’État au bénéfice de la realpolitik.

On me dira que les gouvernements précédents n’ont rien fait du tout. C’est vrai, et ils sont aussi condamnables (moralement) pour cette absence de reconnaissance depuis 1987 (année de la résolution parlementaire européenne). Mais quand on prétend s’exprimer avec force, on ne nous livre pas des textes aussi faibles, tarabiscotés, qui de surcroît, vont chercher les thèses les plus fumeuses directement dans le bureau d’Erdogan.

La résolution demande donc à la Turquie de faire ce dont la Belgique s’avère incapable en ce centième anniversaire du génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques. Nous avons rarement été plus pleutres que ça. À nous le déshonneur. On l’ajoutera à celui de n’avoir toujours pas reconnu les crimes contre l’Humanité commis par la Belgique au Congo. Une priorité dont personne ne parle. Faut reconnaître que politiquement, c’est moins vendeur…

Previous La résolution sur le génocide arménien qui n’évoque pas… le génocide arménien.
Next Vengeons-nous de Tsipras, détruisons l’Europe !

You might also like

0 Comments

  1. guypimi
    juin 24, 14:57 Reply
    Mais êtes-vous encore surpris du toursivage institutionnalisé de ce gouvernement ? Aniway parfait de le dénoncer encore et encore jusqu'à notre libération du joug flamingant. L'épuration devra être plus radicale qu'en 1945.
    • MUC
      juin 25, 18:41 Reply
      Monsieur Sel, ce genre de racisme menacant ("l'épuration devra être plus radicale ...") une partie de la population, vous laissez passer ?
      • Marcel Sel
        juin 26, 11:32 Reply
        Je laisse passer parce qu'il parlait visiblement de (néo)flamingants, toujours coincés dans la commémoration de collaborateurs. Ce serait bien que guipimi confirme.
        • MUC
          juillet 11, 14:06 Reply
          Guipimi n'a rien confirmi. Je trouve le mot "épurationé très menacant, le terme "joug" également.
  2. Pfff
    juin 24, 15:28 Reply
    Marcel, qu'est-ce que c'est que cette photo illustrant l'article ? Des turcs célébrant "les bases de leur civilisation" (René Girard, ne reviens pas, cela ne sert à rien) comme étant un paquet de crânes arméniens ? Ou des arméniens ressortant les crânes de leurs ancêtres pour montrer qu'ils ne datent pas d'hier
    • Marcel Sel
      juin 24, 17:17 Reply
      Pfff, la réponse se trouve sous la photo (je l'ai ajoutée entretemps).
  3. serge
    juin 24, 16:04 Reply
    Lors de votre premier texte sur le sujet, je vous avais trouvé un peu difficile, un peu coupeur de cheveux en quatre. Mais je suis maintenat bien obligé de vous donner complètement raison. Bien vu Marcel! Tout ça est assez écoeurant...
    • Marcel Sel
      juin 24, 17:21 Reply
      Merci Serge. (j'ai failli écrire : "magnéto, Serge" :-)
  4. Rik-Rak
    juin 24, 17:35 Reply
    Je déduis de cette proposition que le gouvernement Michel considère "les événements" comme génocide. Je déduis du bouillon qui déborde ici et ailleurs que cela ne semble pas suffisant. Je suis donc perplexe car : même si la logique montre que Michel s'est positionné, cela ne semble pas suffisant juridiquement. Et moi je demande : pourquoi ?
  5. Hélène P
    juin 24, 17:38 Reply
    Bons billets, merci de continuer à mettre la pression. Mais je me demande si le rappel de la dernière phrase: le manque de toute reconnaissance des crimes commis par la Belgique au Congo, ne serait pas la raison profonde de l'exercice de verbiage à propos du génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques. Car vis à vis des diverses diasporas, il s'avère bien mal aisé de se 'montrer blanc' sur des sujets 'lointains' sans devant notre propre porte. Jusqu'à quand ce déni? Et ce blanchissage éternel de la colonisation soi disant émancipatrice? Toute cette histoire est d'une hypocrisie extraordinaire...
    • Rik-Rak
      juin 24, 22:03 Reply
      Vraiment, ma conscience ne peut s'empêcher de remuer. D'un côté j'entends les ceusses qui voient là une reconnaissance évidente, de l'autre les ceusses qui voient là un détournement poussif de la langue visant à noyer le poisson. D'un côté comme de l'autre, aucune preuve légitime ne point à l'horizon, du moins pour mes petits yeux fatigués de tant de complication. Mais quoi ? En français dans le texte le gouvernement Michel reconnaît le génocide arménien. Je rappelle que la langue française est suffisamment riche que pour arriver à ses fins sans nécessairement devoir placer LE mot qui change la donne. On peut reconnaître sans user du même verbe, le sens y est. D'aucuns jugent ce texte insuffisant. Ma question sise dans le billet précédent de Marcel sur le même sujet a d'ailleurs obtenu réponse : il semblerait que le flou juridique soit de mise dans cette affaire. Fort bien, mais alors pourquoi Diable ne vois-je nul part l'avis d'un être compétent en la matière - un juriste ? Car en fin de compte, c'est quoi une "reconnaissance par un pays" ? Il y a des règles en la matière, ou pas ? Dans l'affirmative alors on aurait matière à travailler sérieusement. Mais ici, c'est du grand n'importe quoi. J'te dis que si ! J'te dis que non ! Schtroumpf vert et vert Schtroumpf version génocidaire. Tant que chaque camps n'aura pour seule arme que l'intime conviction, on n'est pas sorti de l'auberge. La question est : est-ce que, juridiquement, l'on peut considérer le génocide arménien comme acquis en Belgique, sous le gouvernement Michel ? Et sous les gouvernements futurs ? Comment réagirait un juge le jour où il aura à statuer un cas de déni ? Là sont, vraiment, les questions. Tout le reste...
      • Marcel Sel
        juin 25, 02:36 Reply
        Clairement, la déclaration de Charles Michel et la résolution ne permettront pas à un juge de statuer d'une manière ou d'une autre en cas de déni. Il n'est pas punissable puisqu'il n'est pas légalement reconnu. On parle beaucoup de juridique, et sur ce point, il n'y a clairement pas reconnaissance puisqu'il n'y a pas de loi et il n'y en aura pas. On peut estimer moralement ou politiquement qu'il y a eu reconnaissance, mais en tout cas pas juridiquement. Or, justement, dans son discours, Charles Michel évoque le passage par une juridiction pour qualifier des faits de génocide. Voilà la situation, le plus clairement possible. La France a reconnu officiellement, juridiquement, par une loi toute simple. La Belgique ne le fera pas, tout comme elle ne reconnaîtra pas la Palestine. Ou du moins, pas avant longtemps, et à mon avis, pas sous ce gouvernement.
        • Rik-Rak
          juin 25, 10:37 Reply
          Je partage bien plus l'opinion présentée ici : " http://www.lalibre.be/debats/opinions/pourquoi-charles-michel-reconnait-il-maintenant-le-genocide-des-armeniens-558acfd93570f340d753191f ", par Geoffrey Grandjean. Tout comme moi, il constate qu'il y a bien reconnaissance, mais que la structure juridique laisse un vide en ce qui concerne la pénalisation du négationnisme. En gros, ce n'est pas parce que le gouvernement Michel reconnaît le génocide qu'il est interdit d'afficher publiquement le contraire en Belgique.
  6. Ergo
    juin 24, 18:04 Reply
    Tout comme Hélène P, je trouve toute cette histoire d'une hypocrisie extraordinaire. Mais est-ce étonnant ?
  7. Salade
    juin 24, 18:06 Reply
    Les politiciens sont des gens sans morale, c'est bien connu. Ils sont dans le cosmos, comme dirait Michel Onfray.
  8. Salade
    juin 24, 18:07 Reply
    Le gouvernement belge condamne-t-il les décapitations et lapidations en Arabie Saoudite, par ex?
    • Salade
      juin 25, 12:29 Reply
      pire: http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150625_00669236
  9. Nyssen, Vivianne
    juin 24, 23:33 Reply
    "Je veux être très claire" ;-), Marcel Sel, vous cernez parfaitement le problème de la couardise et de la rhétorique blablatesque ambiante, hélàs ! Rien n'est clair, on chipote... La procession d'Echternach, c'était quoi déjà ?
  10. u'tz
    juin 25, 01:21 Reply
    "Nous avons rarement été plus pleutres que ça. À nous le déshonneur. On l’ajoutera à celui de n’avoir toujours pas reconnu les crimes contre l’Humanité commis par la Belgique au Congo. Une priorité dont personne ne parle. Faut reconnaître que politiquement, c’est moins vendeur…" belges "pleutres" mais moins que les FR face aux arrogants NL dans l'histoire de ce pays, tout de même !... le premier mr du gouvernement n-va dont l'ego ignore le déshonneur. leopoldeux saxobourgota et unilever, chais pas, mais la belgique sa société générale et ses bwana-mon-pères a juste commis depuis 1909 le crime d'apartheid ( et si elle s'en rendait compte et le regrettait, pourrait-elle être amie d'israël ou du rwanda par exemple)
  11. Alperen
    juin 25, 10:19 Reply
    Marcel Toujours dans la meme veine pey, que veut dire ''Minimiser le génocide''? De deux choses l'une, soit la Belgique reconnait comme tu dis clairement que les evenements constitue un génocide. soit elle ne reconnait pas et le mot genocide n'est plus de mise. Puisque c'est claire que la Belgique n'a a ce jour pas reconnut un génocide des Arméniens, traiter les avis contraire de négationiste constitue clairement un délit d'injure et et peuvent etre poursuivi devant les tribunaux. tu raccontes des carabistouilles pey, l'ex premier ministre Erdoğan a presenté au nom de la Turquie ces condoléances pour les victimes armenienne de ces évenement dramatique, et pas comme tu raccontes des excuses, ce qui est tres différents. Puisse le gouvernement Armenien faire de même pour les victimes non Armenienne, ça les grandirait. Quand a ton mic mac de melanger Akp un parti politique, Erdoğan un Premier Ministre certe devenu Président de la République de Turquie avec un air dedaigneux avec la position officiel de la Turquie revele ton regard ignorant sur le fontionnement de ce pays. ton expression de ''Turquie Ottomane '' est aussi fausse et un non sens, la Turquie n'existe que justement L'empire Ottoman n'existe plus. Mahinur Özdemir a été viré de son parti pour un ''délit'' qui n'existe pas et devrait demander réparation devant les tribunaux. Je ne te salut pas pey
    • Pfff
      juin 26, 14:59 Reply
      Fort comme un Turc, ou fort comme un avion ?
    • Lachmoneky
      juin 27, 07:01 Reply
      Mahinur Özdemir n'a pas à demander réparation légale, parce être accepté ou viré d'un parti ne dépend pas de règles légales, càd de lois, mais bien de règles internes au parti. Et, que je sache, aucune exclusion de parti n'a jamais fait l'objet d'une réparation légale. Sans doute parce que le "préjudice" subi n'est tout simplement pas punissable légalement. Faire partie d'un parti n'est pas un droit, une obligation. cela est sensé n'apporter aucun bénéfice légal... ou aucun préjudice légal.
      • u'tz
        juin 30, 20:29 Reply
        être exclu d'un parti démocrate et humaniste, semble bien être accusée d'un crime contre l'humanité, pire accusée d'être négationniste d'un crime contre l'humanité... heureusement que papy erdogan le cdh turc qui ressemble plus à un n-va turc qu'à un cd&v turc va consoler la donzelle dont le voile peut compter sur le divan de sa virile épaule en rompant le jeûne lorsque le soleil daigne enfin se coucher sur le piétonnier bxlant d'<del>irma</del>laplace de brouckère
  12. Grande
    juin 25, 11:26 Reply
    Merci Marcel pour vos dernières analyses de la / des résolution(s) sur la prétendue "reconnaissance" du Génocide Arménien. Je me met un instant à la place de ces arméniens de Belgique ou d'ailleurs qui suivent ces débats en Belgique et qui non seulement ne peuvent pas comprendre ces "non-dits", mais surtout qui les font encore plus souffrir. En effet, malgré les tentatives "maladroites" de ce gouvernement "Michel Ier" de vouloir reconnaître le génocide Arménien, Araméen et Grec pontique, cette résolution fait clairement apparaître qu'elle a été écrite sous la pression diplomatique, économique, politique, ... et menaces de l'AKP. C'est un vrai scandale, de se faire dicter nos valeurs, nos principes, notre humanité par des personnes qui en sont à l'extrême opposée! D'autant qu'on reproche aux citoyens belges d'origine turque d'être sous influence de la Turque. C'est évident que ce gouvernement à "baissé son froc" face aux pressions turques. Un texte taillé sur mesure pour ne pas froisser un Président-Dictateur qui ne cesse de voter des lois liberticides (emprisonnement de journalistes, destitution de gendarmes, de juges, ...). Je m'arrête là, car il y a tant à dire sur ce gouvernement AKP que cela mériterait plusieurs blogs.
  13. Pfff
    juin 26, 14:56 Reply
    Casuistique touristique Selon la gauche, les attentats à Sousse sont plus criminels que ceux de l'Isère, car la saison des sports d'hiver est passée. C'est là qu'on voit qu'il n'y a plus un seul intellectuel à gauche. #bravo
    • Pfff
      juin 26, 16:53 Reply
      Remboursez les tickets ! Question: Est-ce que les familles des victimes envisagent des actions en justice contre Bertrand Delanoë et Frédéric Mitterrand, pour publicité trompeuse ? http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/04/24/20002-20150424ARTFIG00006-bertrand-delanoe-et-frederic-mitterrand-volent-au-secours-du-tourisme-tunisien.php Justice, j'écris ton nom !
  14. Alperen
    juin 26, 15:19 Reply
    Le President ''dictateur''s'est presenté aux suffrage des turcs et a ete choisi avec 52 pour cents des voix. Si vous avez mieux faites nous savoir! et si vous avez un chef d'Etat se presentant aux suffrages aussi faite nous savoir Quand a la pression de la Turquie ( devenu AKP dans votre bouche ), faites nous aussi savoir si vous avez la moindre preuve de ce fait. et mettez vous a la place des Turcs de Belgique , Sous pression continue sous des accusations ne reposant que sur du blabla enrobé dans un soi disant discours humanitaire complement hypocrite comme de coutumes en guise de vos valeurs. C'est fou quand il s'agit de la Turquie, tous ces s'improvise justicier , Cour, a la des juridiction, internationale et se permettent de qualifier comme bon leurs semblent. Personne ne peut qualifier de genocide les agissement belge au congo , meme si sur le plan de la morale c'est bien plus deguelasse de tueurs d'apres certains dire 1, 500 000 africains pour simplement une rentabilité economique basé sur le vol, le pillage que defendre sa patrie lors d'une invasion etrangeres multi-nationale, Vos postures ''humanitaire'' sont ignoble d'hypocrisie, vos imixion dans les affaires de la turquie sont intolerable et vos insuniations de negationniste sont grosteque et infamant, illegale et delictueux.
    • Grande
      juillet 07, 14:26 Reply
      Le Président "dictateur" turc a de sérieux concurrents, pour n'en citer qu'un le Président Assad, élu démocratiquement avec plus de 70 ou 80%. Evidemment Erdogan peut se permettre de traiter les autres de dictateur et en même temps de soutenir les terroristes venant des 4 coins du monde pour créer Daesh et Al-Nosra avec l’appui financier et militaires des frères musulmans, du Qatar et de l’Arabise saoudite pour ne citer qu’eux (car la liste est encore plus longue). Mais là aussi, il n’y a aucune preuve, sauf les images et vidéos prises par des policiers/militaires. Conséquences ces militaires sont emprisonnés, des juges et journalistes, idem encore et encore … difficile dans ces conditions d’apporter des preuves. J’ai parlé de l’AKP, et non de la Turquie pour justement différencier les turcs de leur gouvernement actuel. Donc les turc s’ils ne sont pas aveugles ne devraient pas se sentir sous pression, car ils n’y sont pour rien. C’est la 2ème fois que je viens sur ce blogs, mais c’est incroyable l’acharnement «enragé » que vous portez à Marcel Sel qui ne fait qu’exprimer sans avis sur son propre blog.
  15. Pfff
    juin 27, 09:10 Reply
    Quand la supériorité morale de la gauche fait de l'humour noir involontaire "Ça, c'est pour ceux qui en ont gardé un… “@hlamtrong: Plus que jamais, écouter son cerveau plutôt que sa peur. #isère” Gardons notre tête.
  16. Pfff
    juin 27, 09:16 Reply
    À chaque attentat terroriste important, en France, le gouvernement accompli ce miracle : il nomme l'ennemi, le terrorisme islamique. Et puis, sa seule politique, un fois que les choses sont passées ... faire voter un budget de 100 millions d'euro pour lutter contre ... l'islamophobie.
    • Pfff
      juin 29, 11:48 Reply
      Pourquoi suis-je en colère quand je suis d'accord avec les paroles de Valls ? #foiedeveau "ronotitju
  17. Pfff
    juin 27, 20:57 Reply
    Allocution "historique" du PM grec : ils n'avaient pas aussi fondé la réthorique, les grecs ? Parce que, là, ils ont beaucoup baissé. #nimportenawak
    • Pfff
      juin 28, 10:44 Reply
      Si le peuple grec vote en faveur d'un accord, quelle leçon pour nos gouvernants !
  18. Tournaisien
    juin 27, 22:34 Reply
    Passons des Arméniens aux Grecs ... Nous voici aux portes du Greexit ! Et c'est maintenant que DSK vient de choisir pour sortir du bois : http://www.lesoir.be/921334/article/actualite/union-europeenne/2015-06-27/conseils-dsk-sur-grece-apprendre-ses-erreurs Pas innocent ... même plutôt interpellant. Le gars est certes parfois guidé par son membre viril (laissons ces frasques de côté SVP), mais il lui arrive aussi de réfléchir avec sa tête. Sa proposition est tout ce qu'il y a de plus intéressante : échelonner les remboursements de la Grèce tout en fermant les robinets d'emprunts supplémentaires. Double avantage : maintenir la responsabilisation de la Grèce en l'obligeant à réduire de plus en plus sa dette primaire et, dans le même temps, éviter la sortie de la Grèce de la zone euro, ce qui serait une catastrophe pour tout le monde, à commencer pour les Grecs eux-mêmes. Cet échelonnement par ailleurs ne mettrait pas en péril nos organismes financiers, le principe étant à peu de choses près identique à la sacro-sainte loi qui, en bourse, veut qu'on n'a pas perdu tant qu'on n'a pas vendu. Une telle situation serait certes difficile pour la Grèce (il faudrait imaginer des mécanismes de solidarité sectoriels, dans le domaine de la santé en particulier ... des mécanismes de solidarité ciblés, identifiables), mais ce serait, à bien y regarder, la seule manière pour elle de sortir progressivement (même si sur le long terme) du piège dans lequel ce pays s'est enfoncé depuis vingt ans. La seule autre possibilité, techniquement parlant, est évidemment le renom (la déclaration de faillite de l'état grec et le renoncement à rembourser ses dettes). L'avantage de cette option est qu'au terme des 10 à 12 ans de mise au ban international des prêteurs, le pays peut alors redémarrer à zéro. Le désavantage, comparativement beaucoup plus lourd, est qu'en dix ans, le bain social peut être littéralement apocalyptique. La solution de DSK imposerait donc aux Grecs une mise en équilibre de leurs finances publiques. Ce qui revient à dire que ce pays devra enfin accepter de faire payer "ses riches", à commencer par ses armateurs (exemptés de fiscalité) et l'église orthodoxe, qui détient à peu près le tiers du parc immobilier en Grèce et est quasi exempté d'impôts également. Il me semble en effet que les couches populaires ont donné au-delà de ce qu'il est imaginable de supporter. Pourquoi ne pas imaginer un système européen, transnational, de réseaux de solidarité "santé" ? Un système qui pourrait permettre à ce pays de prendre les mesures nécessaires sans tomber dans l'indignité de certaines situations (on a enregistré depuis trois ans en Grèce une augmentation de la mortalité enfantine de 43 % ! ... cela est totalement intolérable). Appeler les Grecs à la responsabilité ne peut être crédible que dans la mesure où nous accompagnons cette exigence d'une autre, chez nous, celle de solidarités ciblées, sous d'autres formes que strictement financières, labellisées BCE ou FMI.
  19. Pfff
    juin 29, 13:51 Reply
    [ARRETEZ DE ME PRETER DES ENGAGEMENTS QUE JE N'AI PAS. JE NE SUIS NI SOUVERAINISTE (DE QUOI D'ABORD ?) NI SOCIALISME ET ENCORE MOINS NATIONALISGTE. NOTE DU CENSEUR SEL, FURIEUX] Marcel le souverainiste qui s'indigne de l'intervention de Juncker. #socialismeetnationalisme #hayekwasright
    • Pfff
      juin 30, 17:13 Reply
      Mais je le sais bien, que vous n'êtes pas souverainiste ou socialiste, en théorie. Quand est-ce que les négociations ont capotés ? Quand on s'en est pris aux pensions de la fonction publique, ce qui est vraiment monstrueux, comme l'a encore communiqué Di Rupo. Le coup de la TVA pour les iles, c'est du pipeau. Les pré-retraite sont généralisée à 55 ans en Grèce, on peut aller en retraite après 15 ans de cotisations (en dat in ekas), la fille d'un fonctionnaire décédé touche sa retraite jusqu'à son mariage, l'Eglise orthodoxe possède 30% du territoire et ne paie pas un kopeck d'impôt, etc., etc. Il n'y a pas de cadastre, et pas d'administration fiscale digne de ce nom. La vie est belle aux frais de la princesse ! Austérité, c'est le nouveau cache-sexe du socialisme clientéliste. Avant on parlait de la mission publique, mais cela marche moins bien. Il faut saluer une avancée sémantique pour masquer les intérêts défendus. Avec austérité, on masque mieux la cuisine interne. C'est plus abstrait. Ce que vous ne dites pas, c'est que les revenus des grecs et les dettes des grecs sont payés par des slovènes, slovaques, hongrois, tchèques, baltes qui sont complètement furieux de voir qu'ils doivent payer un train de vie à de ceusses, auquel eux n'auront jamais droit.
      • Pfff
        juin 30, 17:53 Reply
        Réformes ou chaos, aux grecs de choisir. Dans le premier cas, comme le disait Quatremer, y a pas de miracles, la Grèce sera le boulet de l'Europe pour des décennies. Dans le deuxième cas, on peut déjà voir que la Russie et la Turquie flanqueront un bordel infernal dans les Balkans, voir plus si affinités. Dans les deux cas, l'attitude grecque sera vue par l'histoire comme une trahison de l'idéal européen.
  20. u'tz
    juin 30, 11:39 Reply
    "en ce centième anniversaire du génocide des Arméniens, Assyriens et Grecs pontiques" pourvu que les grecs rajoutent une question claire sur le génocide des arméniens dans leur referendum ce weekend, afin que le fils michel puisse enfin siffler la fin de la récréation... et que reynders puisse fêter le 55e 30juin de la rdc/ex-rz, féliciter le 3e mandat du burundais... et les turcs entrer dans une e.u. dégrècée...
  21. Pfff
    juin 30, 12:57 Reply
    Portrait de Benoît XVI, réalisé avec des milliers de préservatifs. Marcel jubile. Des catholiques protestent. Marcel s'indigne. Ce n'est rien : si vous voyiez les Hollande que je sculpte en bronze !
  22. u'tz
    juillet 07, 20:20 Reply
    http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-chambre-debat-de-la-reconnaissance-du-genocide-armenien?id=9025777 le fils ducarmes reconnaissant qu'il ne comprend rien, ne diminue pas l'impression d'entendre vos arguments qu'on a lu ici même,...et même un commentateur turc pour saluer la reconnaissance du gouvernement n-va proposée par le mr...

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.