Le président de l’IERI me qualifie « d’Eichmann de l’Occident » (avec son droit de réponse).

Se faire traiter, par écrit, d’Eichmann de l’Occident, le jour anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, voilà un privilège auquel je ne m’attendais pas. Pour ceux qui l’ignorent, Adolf Eichmann, fut l’opérateur en chef du génocide des Juifs, et s’est réjoui d’en avoir tué plus de cinq millions.

Suite à mon article sur la lettre violemment islamophobe de l’Institut européen des Relations internationales (IERI), j’ai donc reçu deux messages de monsieur Seminatore, son président. Le premier est un commentaire de blog. Le second est un droit de réponse. Mon confrère, Nicolas Gros-Verheyde, vice-président de l’Association des Journalistes européens (AJE), a pour sa part reçu du même une annonce de poursuites pour diffamation suite à son article de blog titré : « Le pamphlet islamophobe d’un drôle de bonhomme auxquels plusieurs Européens apportaient leur caution » et dont je vous recommande absolument la lecture, notamment pour les réactions sibyllines de représentants de personnes citées. Sans compter celle du CIDAN (Civisme Défense Armée Nation), qui, selon Nicolas Gros-Verheyde, ne regrette aucunement avoir attribué à Irnieri Seminatore un prix « Civisme, Sécurité et Défense » remis à Berlin… sous le patronage de la représentation de l’Union européenne en France. Le CIDAN reconnaît même être proche des idées de Seminatore…

Voici les deux textes intégraux des interventions du président de l’IERI.


COMMENTAIRE D’IRNERIO SEMiNATORE, Président-fondateur de l’IERI

Marcel Sel, le « Eichmann » de l’Occident.

Un papier anonyme, mi délation, mi dénonciation, écrit par un esprit chagrin, un petit et obscur « Eichmann » de la « solution finale » de l’Occident, a voulu défendre les nouveaux nazis musulmans. Il s’est déchaîné en réaction à un texte à caractère historique en sycophante du régime, qui nous a conduit à la situation actuelle, favorisant les crimes des nouveaux bourreaux et leur volonté proclamée de génocide. La perversion de cette réponse est l’absence totale des éléments basiques d’un débat et il se signale par la carence d’un seul argument ou d’une seule idée. Ce petit comptable des futurs « camps de la mort » de l’Occident a pour seul but le dénigrement et l’anathème. Il ne peut remplir d’autres fonctions que d’être un misérable procureur de meurtre et d’assassins.

Irnerio Seminatore


« un petit et obscur ‘Eichmann’ de la ‘solution finale’ de l’Occident »

On note la formule « nazis musulmans », la volonté de génocide qui est attribuée ici de facto aux adeptes d’une religion, mon nouveau statut de sycophante (les délateurs rémunérés de la Grèce antique, pour info), et de « comptable des futurs ‘camps de la mort’ » sans parler de la diffamation qui consiste à me comparer à l’un des pires assassins de l’Histoire. Mais bon, je ne suis pas procédurier.
Ayant demandé à M. Seminatore s’il était bien l’auteur de ce commentaire, il m’a répondu en me demandant un droit de réponse que je publie donc intégralement ci-après :


DROIT DE RÉPONSE D’IRNIERO SEMINATORE, Président-fondateur de l’IERI.

En réponse à votre question de ce matin, je m’ empresse à vous répondre. Personne n’a usurpé mon nom et personne n’a le droit de le salir par des opérations de diffamation directes ou indirectes, comme vous l’avez fait sur votre blog du 24 janvier 2015 dans le site : http://blog.marcelsel.com/2015/01/24.

En effet, vous avez abusé de votre droit de journaliste et de chroniqueur et vous avez donc porté atteinte à la liberté de la presse en opérant deux transpositions, illicites et coupables : celle d’attribuer à l’IERI, les opinions et les mises au point, signées en mon nom; la deuxième de  mentionner dans la nébuleuse des personnalités évoqués par votre papier, une série de noms  non concerné par mes idées, voire même d’idées opposées. Cette double opération de transposition de responsabilités  s’appelle amalgame. Elle  est contraire à la loi, à l’ éthique professionnelle et à la moralité commune. Elle est également passible d’être traduite en justice comme attaque « ad hominem » et au débat d’ idées . En effet, il n’ existe pas en matière d’ opinions, la notion de faute collective ou de ligne politique commune sauf dans les partis totalitaires. Pourtant, vous avez extrapolé, diffamé et sali, portant atteinte à mon honorabilité et à celle d’ hommes et de femmes qui ont participé aux activités de l’IERI, par un délit d’opinion qui n’existe que dans votre tête de » gauchiste » professionnel  et qui constitue un facteur de désinformation, d’intoxication et de dévoiement de la presse européenne. Au nom du droit de réplique, je vous demande de faire figurer cette réponse sur votre site et sur votre blog.


« [Marcel Sel] a porté atteinte à la liberté de la presse »

QUELQUES REMARQUES :
Capture d’écran 2015-01-28 à 12.40.44La lettre d’Irnerio Seminatore se trouvait sur le site de l’IERI, comme le montre la capture d’écran ci-contre. Il y était fait référence au titre de « working paper ». Le texte engage donc l’IERI, contrairement à ce que prétend Seminatore dans son droit de réponse.

J’ai bien donné une série de noms repris sur le site de l’IERI, considérant que celui-ci puise son rayonnement réel ou supposé en se référant à de très nombreuses personnalités de très haut vol ainsi qu’à de nombreuses institutions, présentées comme « partenaires ». Mais je n’ai pas fait l’amalgame, c’est l’IERI qui l’a fait en les reprenant sur son site. Dans mon texte, j’ai interpellé ces personnalités sans les associer directement aux idées xénophobes développées dans la lettre de Seminatore, et tout en leur donnant la possibilité d’utiliser mon blog pour se désolidariser de ses propos. Jusqu’ici, aucune n’a souhaité le faire formellement.

Lorsqu’on porte de hautes responsabilités confiées par l’électeur, l’État, l’Union européenne ou l’OTAN, l’on est responsable de ses choix devant le public. Quand une personnalité accepte de donner une conférence pour n’importe quelle organisation, elle lui fait bénéficier de son nom, mais surtout, de sa fonction. Par ailleurs, les conférences de l’Académie de l’IERI étant payantes, on peut se demander dans quelle mesure certains intervenants ont contribué, par leur participation à des cours, à attribuer à l’IERI un subside déguisé.

Plus la fonction d’une personnalité est prestigieuse, plus sa responsabilité dans ses « choix éditoriaux » me paraît importante. Lorsqu’une personnalité publique associe son nom (par haut patronage, en entrant dans son corps académique, en acceptant une charge de conseiller scientifique, en donnant des cours, gratuits ou non, etc.) avec un institut qui, d’une part fait grand bruit de leur présence, et d’autre part, publie ensuite un working paper qui me paraît tomber sous le coup de la loi contre la xénophobie, c’est le rôle du journaliste de poser la question de la pertinence de cette association passée. C’est aussi son rôle d’éclairer les opinions exprimées par un « think tank » qui s’apprête à engager une nouvelle série de personnalités pour un nouveau cycle de conférences académiques.

L’IERI n’a pas seulement impliqué des personnalités, il a aussi porté atteinte à la noblesse de leurs fonctions.

Par son texte violemment islamophobe, Seminatore n’a pas seulement impliqué un nombre invraisemblable de personnalités, il a aussi porté atteinte à la noblesse de leurs fonctions, pratiquement toutes attribuées par l’électeur ou l’État. Sans parler de nos institutions nationales ou européennes citées par l’IERI au titre de « partenaires ».

L’électeur et le contribuable ont droit à la transparence quant aux actes posés par les élus et les hauts fonctionnaires.

Pour le reste, je suis plutôt tranquille, je ne connais pas de loi belge interdisant l’attaque ad hominem. Si une telle loi existait, les trois quarts des politiciens passeraient leur temps au tribunal. 

En revanche, je me pose des questions juridiques sur l’article dans lequel Seminatore a, à titre personnel, conclu que Breivik était « un vengeur ».

Enfin, je ne suis pas un gauchiste professionnel comme l’affirme Seminatore : je ne suis en effet pas payé pour être à gauche.

Previous EXCLU. Pour la N-VA, tout n'est pas à jeter dans Pegida…
Next Rudi Vervoort : à mesure scandaleuse, réponse calamiteuse.

You might also like

0 Comments

  1. Marcel Sel a donné un bon coup de pied dans la fourmilière du racisme bien pensant du royaume et cette réaction n'en est que plus jouissive. Le fait que le gars puisse réaliser de manière aussi éhontée une telle inversion accusatoire, en prenant la position de victime, devant la haine de ses propos et compte tenu de la position de force de ceux qui pensent comme lui par rapport aux musulmans en dit long sur l'état de sa pathologie mentale. Sans parler du fait qu'il traite Marcel Sel d'Eichmann de l'Occident ni du fait qu'il compare les musulmans aux nazis, comme une certaine Marine il n'y a pas si longtemps. Si Marcel Sel me le permet, je voudrais juste dire à ce "gugus" qu'il a urgemment besoin de consulter un collège de psychiatres pour schizophrénie et paranoïa, pathologies qui de toute évidence l'empêchent d'avoir la lucidité nécessaire pour se rendre compte de l'abomination et de la stupidité de ses propos. En tout cas, on est dans le bon gros "choc des civilisations" bien dégueulasse que certains voudraient nous imposer en profitant de la masse (malheureusement !) grandissante de racistes ayant la bave qui s'écoule de leurs lèvres... En tout cas, bravo à Marcel Sel
  2. Valentina
    janvier 28, 18:36 Reply
    On récolte ce qu'on sème comme on dit. Fallait pas le provoquer...
      • Francoise Smet
        janvier 29, 09:39 Reply
        Valentina, J'entends chaque fois plus qu'il ne faut pas "provoquer" au risque de "récolter ce que l'on sème"... Dangereux. Vos propos me permettent de penser que vous justifiez l'attaque contre Charlie Hebdo. Bravo pour vos articles M. Sel. Ils sont intelligents et permettent d'affiner notre critique et relever notre niveau de conscience.
    • guypimi
      janvier 29, 09:40 Reply
      Mais si bien justement, c'est une excellente chose que de provoquer l'indignation d'indignes qui fait bien ressortir l 'abject de leurs positons.
  3. Hansen
    janvier 28, 19:35 Reply
    Je ne connaissais pas l'IERI et je vous remercie de nous avoir averti. Cela me rappelle un peu le cas de l'Eglise scientiste. Ces gens sont d'autant plus dangereux qu'ils se situent directement au niveau européen où ils dupent leur monde plus facilement semble-t-il qu'au niveau national.Heureusement que vous êtes là pour que ce danger ne passe pas inaperçu. Ce monsieur ne respecte la liberté d'opinion que quand il ne s'agit que de la sienne.
  4. Tournaisien
    janvier 28, 20:03 Reply
    Marcel, Ce qui vient d'éclater, et le contenu de la réponse que vous a faite Seminatore, met en lumière la complexité réelle du problème et surtout, les ambivalences multiples de ce dossier, les faux fuyants des uns et des autres, les incohérences tues ou assumées par nombre d'acteurs de ce grand bordel ambiant. Là où vous péchez, Marcel, c'est dans une forme de parti pris. Ce que vous ne voyez pas en effet, que vous vous refusez à admettre, est que la crise d'aujourd'hui, directement liée à l'Islam, est l'aboutissement de contradictions internes inhérentes à l'Islam et à ses textes. Je l'ai déjà écrit et je le répète : si ces textes ne donnaient pas lieu, dans la réalité, à une application dramatique, si la pratique de cette religion était tolérante, pacifique ... les sourates du glaive ou les autres hadiths du même tonneau ne préoccuperaient aujourd'hui personne. Le problème - et c'est précisément ce que vous vous acharnez à refuser - est qu'il y a un lien direct, un lien de cause à effet évident entre les dérives que l'on connaît aujourd'hui et la nature de ces textes, surtout dès lors que la culture coranique impose précisément un rapport à la lettre qui s'inscrive dans la ligne stricte de la littéralité. Rien, plus rien, absolument rien, ne peut permettre d'excuser, de passer l'éponge, de nuancer en quelque manière ce qui se passe au Nigéria (Boko Haram), au nord du Kenya (les Shebabs), au Sud-Soudan, ce qui s'est passé au Darfur (Janjawids), etc. Rien, absolument rien, ne peut conduire à effacer l'ardoise du massacre des journalistes et caricaturistes de Charlie Hebdo. Rien, absolument rien ne permet d'excuser les lapidations de femmes adultères en Arabie Séoudite, au Yemen oriental, en Afghanistan. Et rien, absolument rien ne devrait conduire quiconque, qu'il soit de droite ou de gauche, à nier que ces actes innommables, jusqu'à envoyer une fillette de dix ans se faire exploser avec une ceinture d'explosifs, ont été perpétrés par des musulmans, au nom de l'Islam et d'Allah, en se fondant sur les injonctions d'un certain nombre de préceptes contenus dans le Coran, les hadiths et la Sunna. Seminatore, personnage assurément dangereux qui souffle la haine sur la braise de la peur et du ressentiment, a beau jeu de vous traiter d'Eichmann. Il ne le pourrait assurément pas si, soucieux d'identifier la réalité qui est, vous vous décidiez enfin à mettre les mots qui conviennent sur les choses, sur cette réalité cruelle. Je n'ai aucune sympathie pour les mouvements du type Pegida, mais ce que je dis, c'est que ce qui arrive aujourd'hui, et qui pourrait être le début d'une déferlante, est une suite logique, inéluctable, au spectacle que nous donne à voir l'Islam depuis maintenant une quinzaine d'années. Le concert de la haine, du rejet méprisant de l'Occident, et de la violence innommable surtout, ne pouvait qu'aboutir à voir surgir une réaction qui ne tardera pas à son tour à se faire terriblement violente et cassante. On ne publie pas à l'échelle planétaire impunément, aujourd'hui de façon quasi quotidienne, les images d'otages américains, anglais ou japonais égorgés au couteau, on ne visionne pas les vidéos montrant des chrétiens chaldéens crucifiés, de dominicains occidentaux décapités au couteau, on ne nous montre pas, de semaine en semaine, des images d'attentat, jusqu'à celles de l'attentat de Charlie Hebdo, sans qu'à un certain moment, la bête de la haine féroce anti-Islam ne finisse par s'élever, sans que chez nous, à leur tour, des Occidentaux, Allemands, Suédois, Hollandais, Français, Italiens, etc. ne se lèvent et aient envie d'en découdre. Vous ne voulez pas voir cette réalité. Elle vous rattrapera, et quand bien même elle vous serait dite par un Seminatore, le procès d'"'Islam nazi", face aux atrocités sans nom de Boko Haram ou des Shebabs ou des Selakas (Centrafrique) ou des intégristes d'Abu Sayyaf etc., finira par couvrir de sa caisse de résonance les masses populaires. Vous vous érigez, tel un mur de sable devant la marée montante, en défenseur d'un Islam tolérant ... vous serez trahis par ceux-là mêmes qui, quand bien même ils seraient modérés, ne lèveront pas le petit doigt pour vous soutenir et vous serez emportés par la marée de haine de vos concitoyens. La seule issue, je vous l'ai déjà dit (mais vous ne voulez en tenir compte), est celle qui consisterait à responsabiliser les musulmans, à les amener à clarifier le problème de leur rapport au texte ... et donc aux valeurs de tolérance, de laïcités et de pluralité qui fondent notre civilisation occidentale. Tant que nous n'en passerons pas par là, nous ferons chou blanc. Et nous irons de déconvenue en déconvenue ... ou plus exactement non, les gens qui, comme vous, pensent pouvoir maintenir un simili statu quo dans le retour à un modus vivendi apparent en seront pour leurs frais ... car les autres auront alors beau jeu de battre le fer au feu dans l'attente d'une belle confrontation.
    • Tournaisien
      janvier 29, 10:14 Reply
      Merci de publier ce post ... quand bien même il vous chagrinerait un peu.
    • Tournaisien
      janvier 29, 23:26 Reply
      Vous n'êtes manifestement pas décidé à le publier. Soit ! Vous oubliez toutefois que sur le PC où le commentaire a été posté, tant qu'il n'a pas été modéré et accepté, il reste assorti de la formule "Votre commentaire est en attente de modération". Ce qui revient à dire que le commentaire ci-dessus attend toujours. Serait-ils si gênant. Là, franchement, je ne comprends pas très bien. D'ordinaire, vous ne refusez jamais la contradiction, même quand elle est solide, preuve en est le droit de réponse de Seminatore (pas très subtil, il est vrai).
      • Marcel Sel
        janvier 29, 23:34 Reply
        Tournaisien, j'ai publié votre commentaire. Je l'avais laissé en suspens parce que je voulais repondre mais hélas, je n'ai pas eu le temps. Donc, voilà, il est publié depuis ce soir 20h30 environ.
    • Marcel Sel
      février 02, 15:24 Reply
      Tournaisien, vous regardez la même situation dans le même verre que moi mais sous un angle différent, c'est tout. Le sens du mot islam n'est pas le même chez vous et chez moi. Je constate que d'autres livres sanguinaires n'amènent pas forcément la violence au nom d'une religion et que la plupart des musulmans vivent un islam débarrassé de ces excès. S'il y a un lien entre islam et ultrajihad, c'est parce qu'il existe une version intégriste de l'islam qui a aujourd'hui un réel pouvoir sur le monde musulman. Mais je ne pars pas du principe que tout le mal est contenu dans le Coran, parce qu'aucune religion n'est exempte de sources autorisant ou même suscitant la violence. Il suffit de voir les orthodoxes de Mea Sharim ou les antibalakas en Centrafrique. Et pourtant, la majorité des Juifs vivent leur religion paisiblement, tout comme la majorité des chrétiens. Il en est du religieux comme du politique, d'ailleurs, à partir des écrits de Marx, on peut justifier la sociale-démocratie à la suédoise tout comme le stalinisme et ses horreurs (Lénine et Trotsky ayant auparavant aussi pas mal de sang sur les mains). De même pour Voltaire, d'ailleurs. Je n'opère pas les mêmes distinctions que vous. Je vois surtout qu'il y a des gens qui ont des religions ou des idéologies différentes et qui ne s'agressent pas pour autant ou même vivent ensemble sans problème. Donc, je me base sur cette population-là comme "modèle", les autres (quelle que soit leur religion) étant le problème. À partir de là, il est tout à fait possible d'hurler au moyenâgisme de l'Arabie saoudite, au nazisme de l'Organisation État islamique, à la bêtise de certains islamistes d'ici, au scandale de l'immixtion d'imams payés par le Maroc, la Turquie ou pire encore financés par le Koweit ou l'Arabie saoudite et de le faire avec des musulmans. L'islam doit se réformer de l'intérieur, mais ce n'est pas en leur criant : "tu dois te réformer, sinon… " qu'on les y incitera. Je crois plus au : "je m'intéresse à tes réformes et je suis prêt à te soutenir". Au moins, les musulmans menacés et intimidés par certains courants de l'islam y trouveront des partenaires plutôt que des ennemis supplémentaires.
      • Tournaisien
        février 04, 20:30 Reply
        Marcel, Que puis-je dire si ce n'est que je vous rejoins à quasi 100% sur ce que vous écrivez ? Vous êtes sans doute, en définitive, plus optimiste que moi, et donc vous avez plus raison que moi, car je reste convaincu que ce sont ceux qui veulent voir les choses de façon positive qui, en définitive, ont raison. Reconnaissez néanmoins, à ma décharge, que nos amis musulmans nous donnent parfois du fil à retordre et qu'il n'est pas facile de garder la tête froide quand on voit tout ce que l'on voit.
  5. uit 't zuiltje
    janvier 28, 20:17 Reply
    il a pas dit adolf daeshman, remarquez... juste un truc genre: - l'anti-seminatore c'est la banalité du mal, ses analyses de pro vont gagner en crédébilité,
    • uit 't zuiltje
      janvier 29, 00:17 Reply
      ses analyses de professionnel de droite (islamophobe amateur de droite) vont gagner en crédibilité chez les personnalités eurocrate-α complices
  6. Debière Pascal
    janvier 28, 20:45 Reply
    Bienvenue au point Godwin. Tout dialogue, toute analyse, tout débat est totalement impossible. C'est une triste réalité qui s'impose à nous en cette fin de vingtième et début de vingt et unième siècle. Cela constitue une très grave atteinte à la liberté d'expression. Osez exprimer le fait que certains accommodements sont dangereux en démocratie et vous êtes d'office considéré comme souffrant de graves phobies. Mettez en doute la politique d'une communauté et vous voilà nazi ou islamophobe. Pire encore et tout en haut de l'horreur, vous voilà antisémite. La pensée est à l'homme, comme la mode aux corps des dames, toujours changeante avec le temps. Quoi qu'il en soit, le débat est le seul garant de paix au sein des communautés. Il est donc indispensable qu'il persiste envers et contre tout. C'est la raison pour laquelle, l'arme ultime est déterrée...la législation. Quand une loi empêche le débat ou le travail des historiens, alors la liberté est en danger. Pire, c'est la vérité qui est en danger, car quand une thèse ne peut être débattue et se voit imposer par la force, elle en perd automatiquement toute crédibilité et autorise de par ce fait tous les mensonges en opposition. Courage.
    • "Quoi qu’il en soit, le débat est le seul garant de paix au sein des communautés. Il est donc indispensable qu’il persiste envers et contre tout." Euh, c'est le respect mutuel qui est un tel garant, et pas le débat ou encore "la liberté d'expression totale et absolue". Le "débat" comme vous l'appelez n'est rien d'autre que la légitimation des mesures de rétorsion prises directement ou indirectement contre les "ennemis" du peuple, déclarés ou considérés comme tel. Comme par exemple les musulmans, je dis ça au hasard... Vous avez vous vu quelque part un vrai débat, entre de vrais musulmans qui ne sont pas choisis de manière particulièrement opportune pour qu'ils n'opposent aucune résistance et aucun argument sérieux à leurs contradicteurs (ou en d'autres termes, qui ne soient pas des bras cassés) et des non-musulmans qui ne soient pas à 10 contre 1 sur le plateau de télévision ? Les débats dont vous parlez ne sont rien d'autre que des pelotons d'exécution ! Je vois le mal dont vous et tant d'autre souffrez et que vous avez tant de mal à remarquer: ça s'appelle l'ethnocentrisme. Ce n'est pas dramatique en soi mais, lorsque les circonstances évoluent dans le bon sens, ça peut déboucher sur le racisme. Je tiens à préciser que je ne vous traite absolument pas de raciste, ne vous méprenez pas. Mais je dis simplement que vos arguments, comme ceux de tant d'autres, me laissent penser que le germe est là dormant. Et qu'il convient d'y prêter grande attention pour éviter qu'il ne débouche sur cela. Tant que l'ethnocentrisme reste confiné (n'est-on pas d'ailleurs une majorité d'êtres humains à penser que nous sommes les meilleurs, les plus intelligents, etc., c'est totalement humain !), il n'y a pas de problème mais dès qu'il évolue, alors c'est là que les problèmes commencent...
  7. Salade
    janvier 28, 21:30 Reply
    think tank = souvent pro-américain je vous le dit. souvent des gens placés...
  8. Capucine
    janvier 28, 21:42 Reply
    Courage!nous devons nous entendre et non se faire dispute.calmez vous!
    • guypimi
      janvier 29, 09:42 Reply
      NON ! il y a des gens avec qui il ne faut surtout pas s'entendre mais argumenter radicalement pour contrer leurs idées abjectes.
  9. Edouard
    janvier 29, 01:39 Reply
    ET voici un autoportrait vidéo tout à fait halluciant de Seminatore réalisé par Seminatore ,avec la voix de Seminatore. L'intro est insupportable. Cà devient intéressant à partir de 4'00'' (sa vision de mai 68).http://www.dailymotion.com/.../x9clnd_exode-trois-saisons...
    • Debière Pascal
      janvier 29, 07:13 Reply
      Cette vidéo m'inquiète fortement sur l'état mental de cet homme. L'inquiétude m'avait déjà touché à la lecture de son CV. Il me semble en tout cas que le personnage à une très narcissique et très haute opinion de sa personne ;-) http://www.ieri.be/fr/irnerio
    • ThM
      janvier 29, 12:27 Reply
      La seule chose amusante dans cette absurde injure, c'est qu'Adolf Eichmann était lui-même un occidental, originaire de la Rhenanie. Il faudrait donc demander à ce monsieur qui était le "Eichmann de l'orient".
  10. coppola christian
    janvier 29, 09:31 Reply
    Ce qu' a écrit ce Monsieur Seminatore est tout simplement une infamie! Et son droit de réponse est grotesque!
  11. Shizuma
    janvier 29, 10:58 Reply
    En même temps Seminatore (qui porte d'ailleurs un nom prophétique hein XD) c'est le genre de gus qui a une certaine image de lui. Ou en tout cas une certaine image publique, celle d'un type qui "dis de la merde mais qui sait la doser, rester assez ambigu pour pas ce faire trop griller dans les médias", un peu comme la marine. Et quand quelqu'un met le doigt là ou il dérape l'homme se défend en affublant celui qu'il désigne comme "ennemis de tout ce qui est juste" des pensées immonde que produit en permanence son petit esprit xénophobe. D'ailleurs si il dit que tu es payé faudrait voir si lui ne touche pas de commission par mot haineux qu'il sort.
  12. Hélène P
    janvier 31, 20:47 Reply
    Le 'working paper' se trouve toujours sur le site de l'IERI, depuis aujourd'hui également en traduction anglaise. http://www.ieri.be/fr/publications/wp/2015/janvier/islam-and-occident Merci, Marcel Sel, pour révéler cette affaire hautement toxique et les dérives de ce soi-disant think tank qui semblent affecter tant de personnes et organisations. Cordialement, hp
  13. alex
    février 03, 16:32 Reply
    Formidable. Ainsi donc, il existe une réflexion qui émerge, qui ose sortir de cette pensée unique vaseuse qui pourri toute l'intelligenstia européenne depuis 40 ans. On progresse!

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.