Le Moustique transmet le mal aryen.

Capture d’écran 2014-10-22 à 15.04.42La couverture de Moustique cette semaine est une réponse infâme à une affirmation infâme. La seconde était de Bart De Wever. Selon lui, les débats sur les relations de Jan Jambon avec l’extrême droite et sur les écrits xénophobes de Theo Francken étaient de la « foutaise francophone ». Une déclaration francophobe : tout d’abord, ces inquiétudes, reproches ou cris d’effroi émis à la Chambre étaient partagés par la gauche néerlandophone et les présenter comme « francophone » revenait à faire peser « la faute » sur l’ennemi extérieur traditionnel de la N-VA : le Francophone. L’usage d’un ennemi extérieur est une des caractéristiques, soit du nationalisme identitaire, soit de l’extrême droite.

De plus, l’usage du mot « foutaise » est scandaleux lorsqu’il s’agit de caractériser des critiques qui portaient sur l’un des fondements de la construction de la démocratie européenne d’après-guerre — la collaboration et le nazisme — et sur l’un des prérequis de tout parti démocrate occidental pour pouvoir se déclarer tel (ou « démocratique », comme on dit) — le refus de toute haine xénophobe, du moins dans la dialectique du chef de parti. En prenant le parti de considérer la collaboration et le rejet de la xénophobie comme deux foutaises, Bart De Wever rangeait de facto son parti dans la catégorie des non-démocrates (et j’ai maintes fois crié qu’un parti nationaliste identitaire ne pouvait pas être démocrate), ce qu’on exprime en général dans la presse comme étant « non-démocratique ».

Pourquoi je rejette l’usage même de ce mot démocratique ? Parce qu’il n’a pas de sens, ne correspond à aucune définition universellement acceptée, tout comme ce « liberté », utilisé d’ailleurs par des partis d’extrême droite européens, dont le FPÖ autrichien fondé par Jörg Haider ou encore le PVV de Geert Wilders.

Outre par l’ex-RDA, le mot « Démocratique » est ainsi régulièrement utilisé par l’extrême droite en Europe : du NPD allemand, nouveau parti démocratique, à l’Alliance démocratique croate, en passant par Démocratie nationale en Espagne; les Démocrates suédois (tiens, tiens) ou encore le Parti libéral-démocrate en Russie. Le mot démocratie couvre à peu près tout et n’importe quoi, il est largement galvaudé. Même s’il est aussi largement utilisé par l’extrême droite, comme on le voit ci-dessus, le mot démocrate (ou eurodémocrate, mais c’est plus compliqué) est plus utile à mon avis, pour autant qu’il soit clairement défini.

Je le définis comme correspondant aux requis du Traité de Lisbonne en terme de respects des minorités, des libertés fondamentales, des droits de l’homme et de la femme. Je dois préciser qu’aucun parti n’est totalement démocrate. Mais il y a ceux qui, malgré de sacrés défauts parfois, tentent de respecter et de faire respecter ces pré-requis dans une certaine mesure (le CD&V est un bon exemple : il n’est pas du tout en ordre sur le droit des minorités, mais est capable de signer un accord sur BHV qui ne spolie pas tous les droits électoraux des Francophones de la périphérie). Et puis, il y a ceux qui abusent des droits européens pour défendre la population qu’ils représentent (la « Nation ») et la refusent aux autres. La N-VA est de ceux-là, ce qui n’est guère étonnant, c’est bien un parti nationaliste.

Suite aux interviews de Bart De Wever ce week-end, je l’ai classée parmi les partis d’extrême droite, dans le clan des nationalistes-néoconservateurs, en quelque sorte, des lepénistes à la flamande (au sens Marine, pas au sens Jean-Marie, rappelant que la N-VA n’a pas de « service d’ordre » militarisé, contrairement à l’extrême droite dure représentée en Flandre par le Vlaams Belang et qu’elle propose une lecture gay-friendly de la société, y compris quand ça lui permet de taper sur les petits cons de marocains).

J’ai classé la N-VA à l’extrême droite, c’est un fait. Certains diront que je suis mal placé pour critiquer cette couverture. Je pensais qu’on pouvait discuter en adultes. Qu’on était capables de faire la différence entre l’extrême droite conservatrice (très en vogue dans le Nord de l’Europe) et les néo-nazis (comme Aube Dorée, le Jobbik, Nation, le Voorpost et la NSA). La première est dangereuse parce qu’elle revête les habits de la Salonfähigkeit et qu’elle semble fréquentable à l’électeur. C’est un danger similaire à celui représenté par l’extrême gauche (Trotskistes déguisés en graaaaands démocrates). Mais elle n’a pas pour objectif de totalitariser notre société, mais d’introduire un ordre néoconservateur privilégiant ce qu’elle perçoit comme ses élites.

La seconde catégorie est dangereuse parce que violente et totalitariste, mais ses chances de parvenir au pouvoir dans l’Europe actuelle sont pratiquement nulles. Autant dire que si je classe la N-VA dans le catalogue des nouvelles (extrême-) droite, cela ne signifie pas qu’il s’agit de « nazis », comme la couverture de Moustique le suggère. Cela étant, cette licence-là reste acceptable car ni Jan Jambon, ni Bart De Wever, et encore moins Bob Maes n’ont été en mesure de criminaliser la collaboration et de rejeter rigoureusement et indubitablement le passé nazi du mouvement flamand, dont Bart De Wever a même eu le culot de se décrire comme… l’héritier ! Ces faits entraînent le droit, pour un magazine, de « montrer » ce que la banalisation par les têtes de la N-VA suggère : un SS-N-VA. Pour autant qu’il soit clair qu’on soit dans la satire et qu’on ne dit pas sérieusement que N-VA = SS, parce que dans ce cas, j’aimerais qu’on me présente d’abord les massacres commis par Bart De Wever et ses hordes aryennes. Oups. Il n’y en a pas. Même les taureaux n’ont pas à se plaindre, puisque la N-VA vient de voter contre la tauromachie au Parlement européen !

En revanche, ce qui est inacceptable, c’est d’entrer dans le jeu du Petit Père des Peuples tel que joué par Bart, lorsqu’il répond à une « insulte » francophone en affirmant qu’elle atteint la N-VA, son président, et [donc] tous les Flamands. Quoique radote Bart, seuls 32,5% des Flamands ont voté pour la N-VA. Moins d’un pourcent d’entre eux sont membres de la N-VA. Aux prochaines élections, un ou deux tiers des électeurs pourraient parfaitement changer de camp. Par ailleurs, les Flamands, même lorsqu’ils votent N-VA ou Vlaams Belang, ne font qu’exercer un droit fondamental : voter pour un parti légal. Profiter de la propension de Bart à (faire) croire qu’il représente tous les Flamands pour s’en prendre à tous ceux qui se perçoivent comme flamands, c’est tomber dans son jeu.

Et c’est là que la couverture de Moustique est infâme. Parce qu’à la question « foutaises francophones », elle appose une autre lecture : « ou faute flamande? », le tout, sous le titre « collaboration ». Bien sûr, le lecteur francophone aura tendance à donner spontanément sa propre réponse : « ben, faute flamande, évidemment », les plus mal informés ajoutant « tout le monde sait que les Flamands étaient tous des collabos ». Ben tiens…

En y adjoignant la photo d’un « SS-NVA », le magazine joint l’image choc au surpoids des mots. L’association « collaboration », « faute », « flamande », « SS » et « N-VA » forme un tout qui ne peut que donner l’impression à l’habitant de Flandre qu’on est en train de suggérer, sinon carrément de dire, qu’il est un facho, un nazi invétéré, à la limite, mettons même que ça doit être génétique. Quant à ceux des Francophones qui passent leur temps à plaisanter de façons graveleuse sur la laideur du « flamin », le « racisme » des Flamoutches ou encore à penser que les néerlandophones ont, de naissance, une tendance à avoir des tendinites au bras, cette couverture les comblera d’aise et confortera leurs absurdes convictions qui relèvent du racisme.

J’ai protesté sur Twitter. Le compte Twitter de Moustique m’a répondu qu’il fallait lire le contenu avant de critiquer la couverture. Je ne suis pas d’accord. Le contenu, c’est ce que ceux qui achètent le magazine liront. La couverture, c’est ce que tout le monde voit ! Mettons que la cible atteinte par la page incriminée vaut quelque chose comme 5 fois le lectorat de l’intérieur. C’est bien la couverture qui vend, raison de plus pour être attentif à ce qu’elle ne devienne pas sulfureuse.

La suggestion incontournable de cette couverture est que les Flamands sont nazis. Elle fait l’amalgame et stigmatise 6,5 millions de gens, parmi lesquels on trouve une immense majorité de démocrates. Elle fait totalement l’impasse sur la résistance flamande et à l’inverse, sur la gravité de la collaboration militaire dans toute la Belgique (8.000 en France pour 50.000.000 d’habitants, plus de 2 fois plus en Belgique pour seulement 8.000.000 d’habitants). Elle oublie une grosse centaine de policiers de la région d’Anvers déportés pour avoir refusé de participer, notamment, à la déportation des Juifs. Du reste, la collaboration ne fut ni flamande, ni francophone, elle fut le fait des seuls collaborateurs.

Lorsque Bart De Wever qualifie ces « foutaises » de « francophones », il ne se pose pas en flamand, mais en nationaliste. Les nationalistes ne défendent pas leur « peuple », ils utilisent celui-ci pour mener leur basse besogne. Répondre à un nationalisme par un autre nationalisme (« Bart a humilié les Francophones, humilions les Flamands ») est la réponse la plus stupide qu’on puisse imaginer. Elle revient à utiliser l’idéologie que l’on veut fustiger, pour la battre. Et donc, à entrer dans sa logique. Ce faisant, on ne l’abat pas, on la renforce, et on la propage de l’autre côté de la soi-disant « frontière linguistique ». Je ne doute pas que les articles sont d’une autre nature, plus modérée. Ou plutôt : j’espère vivement que…

Enfin, à ceux qui vont m’accuser d’être peu confraternel (comme si la confraternité consistait à préserver ses confrères de toute critique) : il y a deux semaines, j’ai sévèrement fustigé la couverture de M Belgique sur l’islam. La rédaction m’a autorisé à le faire dans les pages débat du magazine. Alain Raviart m’a répondu. J’espère que Moustique mènera le même débat interne. Ce serait une démonstration de sa capacité à se remettre en question. Nous qui sommes journalistes ou qui faisons du journalisme, nous mettons tant de choses, de faits et de personnes en cause chaque semaine. Le minimum est que nous acceptions aussi de nous remettre en cause nous-mêmes, personnellement ou mutuellement, lorsque nous dépassons les bornes. Sans animosité, mais avec la vigueur, l’ironie ou le sarcasme qui sied à la critique.

Info via @ksavje
Titre sur un idée de @Yves_Grecourt

Previous N-VA : la nouvelle (extrême-) droite tombe le masque.
Next Bart De Wever, complice de la réhabilitation d'un fasciste antisémite.

You might also like

0 Comments

  1. nancybaran
    octobre 22, 16:41 Reply
    j´aimerai, sincerement que l´on passe a autre chose. Prochain derapage de Francken, il sera OUT. d´ici la SVP....
  2. Pfff
    octobre 22, 17:11 Reply
    Anastasia De Wever, l'ennui m'anesthésie "Bart De Wever a même eu le culot de se décrire comme… l’héritier !" Selon les traductions que j'ai lu, je crois qu'il a dit le descendant. Dans les deux cas, Moustique ne fait que restituer au petit prince présomptif de la rébrezion belche terriple ses dommages-z'et-intérêts.
  3. uit't zuiltje
    octobre 22, 17:32 Reply
    absolu' Marcel feu rouge (diabolique, pas onckelique) à cette vraie foutaise FR sur une fausse vlaamse fout ! heureusement qu'ss bdw (sa sainteté...) ne se ssalit ni le zyeux ni le zoreilles avec toutes ces foutaises de grève sauvage à l'intelligence chez les FR est-ce est-ce si bon de faire des excuses :... en tant qu'FR lambda du rand je présente mes plus plates excuses à mes compatriotes NL qui se seraient sentis blessés , shame on mijn eigen volk, pardonnez-nous nos offensantes erreurs fautives, même si, je précise, sans que cela vaille circonstance atténuante, qu'à peine 32,5% de la nation FR.be s'intéresse à la télé-mouchtique... merci d'avance
  4. thomas
    octobre 22, 17:45 Reply
    Vous dites "petits cons DE marocains". J'avoue que ma maîtrise du français est loin d'être parfait, mais j'ai l'impression que quand on ajoute le mot "de" entre "cons" et "marocains", l'énoncé signifie, ou tend à donner l'impression, que TOUS les marocains sont des cons. Est-ce correct, où me trompe-je? Parce que "kutmarokkaantjes" désigne autre chose: un petit groupe bien spécifique faisant partie de la communauté marocaine, à savoir des jeunes petits voyous qui aiment emmerder et intimider les gens dans la rue, opérant quasi toujours en groupe. Selon moi la traduction correcte de "kutmarokkaantjes" serait donc "petit cons marocains", c'est-à-dire des petits cons d'origine marocaine, et non les marocains-qui-sont-tous-cons. Mais surtout, corrigez-moi si je me trompe. C'est comme ça qu'on apprend une langue. Et bien sûr, je ne crois pas une seconde que vous vous abaisseriez, de façon malveillante, à intentionnellement changer les paroles de votre adversaire.
    • Marcel Sel
      octobre 23, 23:35 Reply
      Vous n'avez pas tort. Ce n'est pas ma traduction, je l'ai reprise parce qu'elle circulait comme ça dans la presse. Mais c'est en effet "petits cons marocains" qu'il faut dire. Mais le simple fait d'apposer con et marocain sous-entend que l'on pourrait s'adresser à tous les Marocains aussi, c'est juste plus nuance.
      • thomas
        octobre 23, 23:46 Reply
        manipulation donc de la presse, pour inciter la haine. C'est grave. La différence est ÉNORME. Je suis très déçu en vous. Vous êtes bilingue, vous auriez facilement pu lire le texte original avant de reprendre sans aucune esprit critique cette traduction mensongère.
        • Marcel Sel
          octobre 23, 23:50 Reply
          Je n'ai pas été attentif, c'est tout. Petit con de marocain est une traduction correcte de kutmarokkaantje, mais petit con marocain me paraît en effet plus juste. Notez qu'en français, les deux sonnent racistes, c'est plus grave que de savoir lequel des deux est plus généralisant.
        • uit 't zuiltje
          octobre 25, 00:32 Reply
          in het FR: p'tit con de marocain gros cons de flamingants l'honneur du blanc est sauve! :)
        • Shanan Khairi
          octobre 25, 17:48 Reply
          Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une manipulation. Simplement d'une différence de perception. La question du "de" n'a aucune espèce d'importance quant au propos. L'important est qu'au sein d'un groupe "posant problème", à savoir les "petits cons", il convient pour certains de distinguer les cons selon leur origine ethnique. Vous voyez cette affirmation comme ne relevant pas du racisme, banale et juste. Pour ma part les phrases "petits cons de Marocains" ou "petits cons Marocains" telles qu'employées m'apparaissent toutes deux racistes, intolérables et méprisables. Tout comme elles auraient été antisémites si on les avait remplacés par "sale vermine Juive" ou "sale vermine de Juifs". Tout comme elles auraient été homophobes si on les avait remplacés par "dégénérés homosexuels" ou "dégénérés d'homosexuels". L'extrême-droite et la droite-extrême s'emploie ces dernières années à jouer sur les mots pour se défendre de tout racisme ou de toute homophobie. Mais le vocabulaire ne se redéfinit pas. Le racisme reste le racisme, l'antisémitisme l'antisémitisme et l'homophobie l'homophobie. Avec ou sans "de". En français ou en néerlandais.
        • Pfff
          octobre 25, 23:27 Reply
          Ben si: de est un partitif, dans ce cas-là. Ou il s'agit d'un petit con marocain ( ce qui laisse ouverte la possibilité que les petits cons ne soient pas tous marocains, et les marocains ne soient pas tous des petits cons), ou il s'agit d'un petit con parmi tous ces petits cons de marocains. Avouez que ce n'est pas vraiment la même chose. Maintenant, petit con marocain, en tant que mot-valise (encore une délicatesse flamoutche) et non simple apposition d'épithètes, induit qu'il existe une catégorie de marocains qui sont des petits cons, ce qui est plus grave.
    • MUC
      octobre 27, 10:23 Reply
      le mot "kutmarokkantjes" vient des Pays-Bas. En Flandre , c'est le journal (de gauche)De Morgen qui l'a lancé, notamment son rédacteur en chef, Yves De Smet, qui y est toujours fièr. Avec ce mot, on signifie les jeunes petits voyous d'origine nord-Africains qui emmerdent tout le monde (y inclus leurs parents et voisins, en première place) avec leur actes de vandalisme, vol, agressivités, brutalités...
  5. thomas
    octobre 22, 18:04 Reply
    Comment la presse militante francophone, Marcel incluis, manipule la vérité, par des ommissions, des énoncés tirés de leur contexte et des traductions incorrectes (facile avec une audience dont une grande partie n'est pas capable de lire la presse de l'autre côté): http://www.13lignes.be/2014/10/petits-cons-de-journalistes.html Je ne connaissais pas ce blogger, mais je lui trouve aussi talenté que vous, Marcel :)
  6. Hansen
    octobre 22, 18:49 Reply
    J'ai eu la même reaction que vous et je vous remercie de publier cela. Il ne faut pas se laisser entraîner par les provocations de la NVA qui ne représente pas plus la majorité de la Flandre que le MR ne représente la majorité de la Wallonie. La NVA à trouvé des partenaires pour diriger la Flandre mais le MR se retrouve tout seul au Fédéral et n'y représente qu'une minorité de la Wallonie. Il usurpe le partage du pouvoir avec la NVA. C'est une traîtrise aux électeurs wallons.
  7. GeBonet
    octobre 22, 19:08 Reply
    Marcel, A priori, je me demandais qu'est-ce qu'il raconte Marcel, c'est pas mal ce que raconte Moustique... Puis, en prenant la peine de te lire tu as absolument raison et ta remarque et au moins du même type que celle adressé à Johannes Montay par Vincent Peiffer en parlant de la honte des francophone à se coucher devant des diktats d'une certaine Flandre en argumentant par exemple que "après des excuses, il faudrait passer à autre chose"... Bien évidement que l'article en lui même est très explicite quoi que aussi peu didactique et mou face à ce qui dans le fond est une vrai menace. Et celle-ci m'est apparus directement a la constitution de la région wallonne suivie de près par la flamande suivant d'ailleurs le même modèle sauf qu'en Flandre a la place du PS ou a la NVA. Il devenait clair que le MR étant isolé, le moindre appel à droite allait le mettre dans une position de décision inédite et lui permettre de montrer son vrai visage ! Le Bart a alors joué la carte VLD, l'a admit dans le gouvernement Flamand et ensemble ont facilement convaincu ce MR ayant sa tête un jeunôt n'ayant que l'ambition du papa, devenir le premier premier a 39 ans et ce au prix de n'importe quelle collaboration fut-elle nationaliste. Sans compter de ses arriviste proches comme le Ducarme et en laissant Didier au étrangères il ne serait pas trop fâché ! Maintenant pour ce qui est de la démocratie... Je suis un adepte de : https://www.youtube.com/watch?v=zjq4y6115sg d'accord avec ce qui y est développé sans l'avoir attendu puisque je n'accepte plus de voter depuis au moins 20 ans pour ces raisons là... On se fait avoir, j'ai tenté de monter un mouvement politique vers 1988, sans réussir trop tôt, ils adhérait a ce que je racontais, mais ne croyait qu'en la possibilité électoral traditionnel... Alors j'ai essayé d'évoquer de voter blanc en mentionnant pourquoi avec un slogan unique pour qu'on en tienne compte et qu'on comptabilise... Mais voilà, trop mou, trop dans leurs confort et difficile d'en sortir. Aujourd'hui le monde s'éveille un peu, mais il va falloir que cela s'accélère, reprendre les décisions et ne pas les laisser aux partis, aux oligarque qui nous volent nos voix pour en faire ce que eux veulent !
  8. wallimero
    octobre 22, 22:21 Reply
    @ Marcel, billet après billet que des foutaises francophones on déclare gentiment que la N-VA est un parti d'extrême droite, un parti xénophobe et patati patata, et on est surpris si le Moustique sort une couverture en SS? si Théo était un tel monstre, pourquoi on n'a pas fait un boucan avant le sermet du gouvernement? Depuis 2007 et 2011 on a quand-même eu largement le temps de lire ces mails et son facebook? Non? ah, non, le but est de casser du MR, la N-VA on s'en fout, et du CD&V et VLD on n'en parle même pas, ils sont q-m dans le gouvernement avec ce monstre, non? Mais tu nous sors les Nazis à chaque photo Marcel! Il y a du SS, il y a des croix gammés du tout, tu passes à la télé tu parles de nazis (ah oui, et puis pour dire que tu ne le dis pas), Le Vif nous a déjà sorti les Nazis, il suffit d'écouter et de regarder les sois-disant humoristes francophones qui nous sortent les nazis depuis belle lurette! Dès qu'on remet en question les dogmes de l'ingénierie sociale pour casser le tissu urbain classique urbain en le changeant pour de la pauvreté importée eternellement dépendante du PS on est qualifié de nazi. Oui, bien-sûr tous nos problèmes sont causés par la méchante crise économique (capitaliste) externe. ah oui, mais à part ça, tout ce que dit la N-VA c'est de la diabolistion anti-démocrate, tu parles! Se réunir en secret avec un syndicat politique (qui s'enrichit avec le chômage), avec une mutuelle politique (qui s'enrichit avec les maladies) et les intercommunales politisées (qui s'enrichissent avec un monopole imposé) pour définir une stratégie contre un gouvernement élu et empêcher le débat au parlement, ça c'est démocratique! Ah oui, c'est parce que Bart n'a pas évoqué la notion, fondamentale pour un intellectuel francophone, de crime en parlant de la collaboration que la N-VA est un parti d'extrême droite. Mais quel délire! La notion de crime est fondamentale pour un intellectuel francophone, et ça ce déclame comme ça. Et comme on n'utilise pas le mot magique qu'on a déclamé comme norme absolue, on est d'extrême droite. Ah oui! cela permet d'humaniser le criminel! Tiens, pour un humaniste auto-déclaré il faut oser. Donc la N-VA est d'extrême droite? Et alors? Qu'est-ce qu'on fait? ah rien Marcel ne dit rien ah non, il a déjà fait son boulot, suffit de dire qu'ils sont d'extrême droite Faut-il casser la baraque? une grève massive? Il faut faire quoi Marcel? Donc il y un grand danger d'extrême droite au gouvernement et il faut écrire encore plus de billets anti-N-VA. tiens, j'ai une proposition: peut-être scinder le pays, non? ah non, justement, il faut refuser catégoriquement toute confédération! on s'adore tellement qu'il faut démocratiquement prévenir une modification de la constitution, et entre dire un clown qui parle à son poisson de la RTBF s'indigner si la N-VA espère que sa législation ne soit pas modifiée une législation prochaine! La Belgique ne tient que par l'impossibilté de changer quoi que ce soit contre toute logique démocratique! équilibres linguistiques, représentations garanties, sonettes d'alarme, double majorités, consitution non révisable, etc etc, en on fait la leçon de démocratie à la N-VA??? c'est vraiment à vomir Mais tu as raison, si le MR a des C***** il fait tomber le gouvernement à cause des critiques du PS. Il faudra p-ê 600 jours pour un nouveau gouvernement, mais la Flandre pourra enfin se libérer de toute cette haine francophone. joli Marcel, vraiment joli VV
    • uit't zuiltje
      novembre 04, 13:01 Reply
      facilewallimakelijk partout où les habitants NL sont minoritaires qu'ils se cassent idem partout où les habitants FR sont minoritaires qu'ils se cassent , échange de population à la turco-grecque, en option utilisation de l'expertise d'entreprise isrëalienne pour construire un mur sur la bande d'urgence du ring alors qu'agir est si simple, pourquoi voudrais-tu qu'on écrive dans la constitution: "la flandre (le truc NL en .be) prend ce qu'elle veut que les autres se démerdent avec ce qu'elle délaisse"
  9. Alain
    octobre 23, 09:42 Reply
    Bonjour Marcel, Bien sûr, cette couverture est au moins maladroite, sûrement d'un goût douteux... (mais n'exagérons pas: c'est la couverture de Telemoustique, pas du Point du Monde Diplomatique ou de Newsweek... je me souviens de couvertures de Hara Kiri, journal satirique il est vrai, qui étaient encore plus... disons... démonstratives). Toutefois si elle permettait à un seul (espérons qu'il y en ait plus...) électeur "opportuniste" de la NV-A de se rendre compte que cette couverture traduit, sans doute de manière caricaturale, un sentiment qui re-grandit au sein de la population francophone, je pense qu'elle n'aura pas été vaine. Vous dénoncez très justement la manière dont le Mammamouchi d'Anvers (Copyright Sel) se joue des médias, son refus du débat avec la presse francophone... je trouve que la presse francophone est aussi en droit de taper, à sa manière, sur la table. Ce ne sera pas apprécié par le Nord de ce pays ? Tant pis... je n'apprécie pas non plus de me faire insulter, fut-ce par un brol qui ne représente "que" 30 % des électeurs (et qui fait passer le message "nous sommes (largement, parfois, disent-ils, Monsieur le Commissaire) majoritaires"... prouvant aussi qu'ils ont des problèmes relativement graves en mathématique... ou bien est-ce, là aussi, un problème de définition de la démocratie???). Je pense que nous en sommes à un stade où il faut montrer clairement que cela suffit, par tous les moyens, fussent-ils de mauvais goût (cette couverture) ou très discutables (clasher en jaune la façade du MR). Si quelqu'un a des propositions pour faire des démonstrations spectaculaires, visibles, de bon goût et intelligibles, il y aura sans doute de très nombreux preneurs... A bientôt. Alain.
    • Marcel Sel
      octobre 23, 23:21 Reply
      Non, cette couverture choque des Flamands qui n'ont rien à voir avec la N-VA.
      • Alain
        octobre 23, 23:32 Reply
        Choqués ??? Tant pis... Ils se sentent insultés ? Bientôt cela va devenir un but... Juste pour les faire réagir, si ils sont encore en capacité de réagir... Alain.
  10. Tournaisien
    octobre 23, 18:52 Reply
    Un peu fatigué, Marcel ? 7e § : "elle revêt" et non "elle revête". 9e § : "Quoi que radote" et non "quoique radote". Voilà ce que c'est que de monter en pression trop vite .... (clin d'œil).
    • Marcel Sel
      octobre 23, 23:11 Reply
      C'est un résumé de deux chapitres des secrets de Bart De Wever, fait en moins de 2 heures… et non relu (donc merci :-)
  11. keymeulen
    octobre 24, 15:10 Reply
    C'est pour faire bonne mesure que vous mettez la soi disant extrême gauche en balance avec la N VA et autre VB. Les personnes qui soutiennent le PVDA sont souvent les plus pauvres parmi les pauvres. Et le PVDA est composé entre autre de médecins qui soignent gratuitement ! Rappelez moi la dernière action violente de ce groupe.
    • Marcel Sel
      octobre 24, 18:16 Reply
      Je suis opposé au PTB/PVDA par principe parce qu'ils refusent toujours de reconnaître ouvertement que Cuba est une dictature (entre autres). Par ailleurs, rappelez-moi la dernière action violente de la N-VA ?
      • uit 't zuiltje
        octobre 25, 00:42 Reply
        perso j'ai de bonne raison de boire des cubas libres à la santé des toubib du ptb... sourtout si la violences ne restent jamais que verbales
        • uit 't zuiltje
          octobre 25, 00:48 Reply
          le ministre de l'intérieur est quand même le dépositaire de la "violence légitime", pas de jambon fumé sans feu ni de mao à l'horizon
  12. Bernard (Rouen)
    octobre 28, 20:33 Reply
    Je viens de passer 3 jours en Wallonie et je me suis aperçu que personne, absolument personne, ne fait la moindre allusion à la situation politique présente. Tout au plus un petit sourire triste si on aborde le sujet. Étonnant. Par ailleurs j'ai visité à Liège l'expo sur 1914, beaucoup de documents intéressants mais présentés de façon rébarbative. Ce qui me semble évident, c'est qu'au delà des accusations sur la collaboration et le nazisme, ce qui est en jeu, c'est le rapport de ce pays au monde germanique et à l'Europe du Nord. Il est frappant de voir dès 1914 la différence de traitement par les Allemands des Belges francophones et flamands. Même si les Flamands ont participé à la défense du pays en 1914 (notamment en inondant la plaine), ils n'ont pas connu la violence des premiers jours de l'invasion et, surtout, la Flamenpolitik allemande de 1916-17 a permis le passage de la revendication identitaire du plan culturel au plan politique. Et donc le vécu des néerlandophones était en 1918-1919 très différent de celui des francophones. Ce qui n'a a fait que s'accentuer, car tout le reste en découle : dans les années 30 le nazisme n'apparait à bon nombre de Flamands que comme un super-pangermanisme, avec l'antisémitisme (très courant alors en Europe et même aux États-Unis, ce qu'on a tendance à oublier) vécu soit comme un "plus", la cerise sur le gâteau, soit comme un à-côté inévitable. Un peu à la façon d'Alfred Krupp qui a déclaré à Nuremberg à ce sujet :"Quand on achète un bon cheval, on y regarde pas à quelques défauts". Les voilà, à mon sens, les raisons invoquées par Jan Jambon. L'objectif sacré de la république flamande permet de tout excuser et d'absoudre tout indépendantiste, passé, présent et futur. Alors que les Francophones qui n'ont pas connu l'équivalent de Vichy, se sentent eux, bien plus à l'aise, d'autant plus qu'ils ne sont "demandeurs de rien". Ils peuvent tranquillement faire de Simenon un héros liégeois et trouver toutes les excuses à Hergé. Certes, ce n'est pas comparable à l'engagement dans la SS, mais.. Sans doute viens-je de découvrir la lune ?
    • Marcel Sel
      octobre 29, 17:00 Reply
      Non, vous avez mis le doigt sur un point intéressant : Hergé et Simenon n'ont pas été embêtés outre mesure, le premier ayant clairement collaboré, pourtant. En revanche, les Flamands n'étaient pas en majorité attirés par le pangermanisme. J'en veux pour preuve le peu de succès des partis comme le VNV en Flandre. D'autre part, une historienne vient de montrer que la plupart des condamnés pour collaborations étaient de purs hitlériens et pas du tout des partisans du mouvement flamand. Il y a beaucoup de légendes là-dedans. Mon propre arrière-grand-père, néerlandais de naissance et soldat de l'Yser (néerlandophone, donc) n'a jamais fait mention d'autre chose que de l'horreur de la guerre, jamais de problèmes linguistiques. J'ajoute que l'université "collaboratrice" de Gand a eu relativement peu de succès, pas plus de 300 élèves qui, en sus, se faisaient insulter dans la rue. Non, les Flamands n'ont pas été majoritairement fascinés par les Germains. C'est l'un des mythes du mouvement flamand récupéré par l'ordre nouveau : en accusant les Flamands d'avoir massivement collaborer, ils ont pu rendre leur faute apparemment moins grave.
      • Bernard (Rouen)
        octobre 29, 20:42 Reply
        Que dire alors du reproche linguistique couramment fait par les nationalistes flamands à propos de 14-18 concernant les officiers donnant en français des ordres que les soldats flamands issus du peuple ne pouvaient comprendre ? (Entre parenthèses, j'ai entendu la même chose en France à propos de Bretons, Basques ou autres langues régionales) C'est une réalité ou un fantasme ?
        • Marcel Sel
          octobre 30, 12:27 Reply
          Non, ça, c'est une réalité, mais ce dont les soldats flamands se plaignaient surtout, c'était du mépris que certains Wallons et officiers avaient pour eux. Mais au-delà de ça, je me souviens d'une émission où on interrogeait un vétéran à la VRT. Il parlait spontanément de l'horreur de la guerre. Et il a fallu que le journaliste revienne trois fois sur la question de la langue pour que le vétéran finisse par dire que, ah oui, il y avait ça aussi. Ce n'était donc pas le souci premier de la plupart des poilus flamands. Ce n'était d'ailleurs pas général non plus, il y avait aussi de solides amitiés entre soldats Wallons et flamands. Mais il reste bien entendu que la Belgique n'a pas traité ses soldats flamands comme elle aurait dû. Ce qui ne règle pas la question de la collaboration, qui n'était d'ailleurs pas le fait de soldats en majorité: ils étaient derrière l'Yser inondée…
        • Pfff
          octobre 30, 13:41 Reply
          "Non, ça, c’est une réalité." Non, çà, c'est une foutaise, dénoncée par plusieurs historiens flamands, qui ont bien repéré là-dedans la patte "Arme Vlanderen" de ces fils de boulets sauce lapin de flamingant. "Mais il reste bien entendu que la Belgique n’a pas traité ses soldats flamands comme elle aurait dû." Encore une foutaise flamingo-belgicaine, bien entendu. Aussi dénoncée par des historiens flamands. L'instrumentalisation de l'Histoire, la forge des mythes ressentimentaux et ressenti-minteux, c'est un grand art flamingant, dont on n'a aucune idée en France.
        • Pfff
          octobre 30, 13:43 Reply
          Vlaaaaaanderen, mistake
        • Pfff
          octobre 30, 13:44 Reply
          Arm Vlaanderen, voilà
        • Willy
          octobre 30, 16:09 Reply
          Entre nous soi dit comme certains paysans flamands, certains paysans ou ouvriers wallons ne comprenaient pas plus le français et étaient pas mieux traités....La terminologie des ordres militaires de base destinés aux soldats ne nécessite pas un master en philo romane ou en langues germaniques pour être comprise.. (en avant, voorwaarts, garde à vous, geef acht, feu, vuur......) Pour preuve un peu plus de 20 ans plus tard certains wallons comme flamands, n'avait aucune peine à comprendre et excécuter les ordre en allemand de leurs bienfaiteurs sur le front de l'est. En synthèse: http://www.lesoir.be/497109/article/14-18/debats-14-18/2014-03-18/parlait-on-francais-dans-tranchees Et si vous avez plus de temps: Morelli, Anne (ss. la dir. de). Les grands mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie Bruxelles, Editions Vie Ouvrière, 1995
    • MUC
      octobre 29, 19:39 Reply
      " La Flandre ... n'ont pas connu la violence des premiers jours" .... euh, je vous propose de vous informer. Louvain, Aarschot, Dendermonde, ...
      • uit 't zuiltje
        octobre 30, 23:07 Reply
        oui mais c'étaient vos cousins germains, ça ne compte pas :)
        • uit 't zuiltje
          novembre 02, 16:54 Reply
          "la Belgique n’a pas traité ses soldats flamands comme elle aurait dû..." nos cousins germains par contre... c'est comme la Belgique qui a traité ses soldats wallons comme elle devait sans doute...
    • uit 't zuiltje
      octobre 30, 00:26 Reply
      "Sans doute viens-je de découvrir la lune ?" à peine le secret de rackam le rouge, vous ne mettez ni simenon ni hergé en tournesol plus à l'ouest sur la une où la main de l'homme n'a jamais mis le pied, cher inspecteur maigret
    • Pfff
      octobre 30, 08:54 Reply
      Bernard, Tout le monde sait que Rastapopoulos ne s'appelait pas Rastapopoulos au départ. Observez encore ceci. Nous sommes tous en train de nous demander comment des flamands peuvent être à ce point cornichon-nazi. Nous regardons dans leur histoire, à la recherche du point de divergence, de l'explication ontologique, du secret de leur mentalité, du moindre détail de leur ressenti. C'est la mode belgicaine: trouver une explication, qui serait un début d'excuse. Pendant ce temps-là, les flamingants peuvent cliver au maximum, et les belgicains suspendre leur jugement indéfiniment. Mais ce qui est encore plus frappant, c'est qu'à se plonger de la sorte dans le regard de l'autre, on en oublie qu'eux n'ont strictement rien à faire de notre point de vue, qu'ils s'en foutent dans des proportions épiques, dans lequel pointe un mépris total et féroce. Mépris qui en dit beaucoup plus sur la réalité de la situation que nos bavardages, comme dirait Bart.
      • schoonaarde
        octobre 30, 20:08 Reply
        Là, mon cher Pfff, vous vous trompez. Si cela va mieux avec vous, nous nous en réjouissons et nous espérons tous que le gouvernement fédéral MR puisse amméliorer la situation économique de votre région en la donnant les armes necessaires. Si par contre vous continuez à vous lamenter et à crier que vos droits à la paresse sont lésés, on vous laissera tomber. Nous voulons préserver notre sécurité sociale et notre bien-être. L'unique solution c'est de travailler plus, de gagner plus et d'avancer. Avec vous préférablement, mais sans vous si nécessaire.
        • Marcel Sel
          octobre 31, 18:32 Reply
          Le "droit à la paresse"? Vous vous adressez à une population qui travaille à plus de 80%. Hoe durft u?
        • schoonaarde
          octobre 31, 20:22 Reply
          Wel ja! Ik durf dit. http://www.youtube.com/watch?v=oRzBv0ohce8
        • schoonaarde
          novembre 01, 10:57 Reply
          Et voici le texte de Lafargue: http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Le_Droit_à_la_paresse&printable=yes
        • Pfff
          novembre 04, 16:39 Reply
          C'est bien le seul communiste avec lequel je serai jamais d'accord.
        • Pfff
          novembre 05, 13:32 Reply
          "Si cela va mieux avec vous, nous nous en réjouissons et nous espérons tous que le gouvernement fédéral MR puisse amméliorer la situation économique de votre région en la donnant les armes necessaires." Cela serait bien, vu que la législature précédente a donné à la Flandre toutes les armes nécessaires pour procéder à l'exécution économique de la Wallonie. On y croit. "Si par contre vous continuez à vous lamenter et à crier que vos droits à la paresse sont lésés, on vous laissera tomber." Avec des salaires de 30 % inférieurs en moyenne, les wallons qui bossent sont en fait beaucoup plus courageux que ces boulis de flamin. Sans compter que la moitié de ces feignasses de flamoutch passent leurs vies en pause café dans la fonction fédérale, où leur paresse atavique achève de faire sombrer le pays, et que, cette engeance de parasite, mal taillée pour le travail et épuisée de bonne heure, siphonne les caisses de l'État depuis trente ans à coup de plans de pré-pensions pharaoniques dans toutes les entreprises internationales de leur région, que seule leur main-mise politique sur la Belgique a pu forcer à s'installer dans cette partie du pays où jamais rien ne fut fabriqué (le flamand, comme toutes les races de poux suceurs de sang, préfère les services - d'une part parce qu'il ne sait rien faire, à part causer, réclamer et entuber- d'autre part, parce que c'est, encore une fois, un fainéant intergalactique) , entreprises internationales qui s'enfuient en courant une fois qu'elles ont compris à quelle race de culs de plomb elles avaient affaire. Vous savez, schoonaarde, comment on traduit "Hier spreekt men Vlaams" en wallon ? "Ici, on boute."
    • Willy
      octobre 30, 16:57 Reply
      "...Même si les Flamands ont participé à la défense du pays en 1914 (notamment en inondant la plaine), ils n’ont pas connu la violence des premiers jours de l’invasion...." Puis je vous conseiller de refaire l'exposition attentivement en lisant les documents "..rébarbatifs..." et certainement vous trouverez des mentions relatives à Dendermonde, Zemst, Leuven, Aarschot....et qui a ordonné l'innondation de la plaine de Yser. Et quant à découvrir la lune, et affirmer que " ...Alors que les Francophones qui n’ont pas connu l’équivalent de Vichy, se sentent eux, bien plus à l’aise...."; je vous propose de découvrir Léon Legrelle et ses légionnaires, archétype du Wallon, les Gardes wallonnes, Henri de Man et l'UTMI, les Amis du Grand Reich Allemand , Deutsch-wallonische Arbeitsgemeinschaft, et autres associations de collaborateurs zélés très actifs en Wallonie.
      • Marcel Sel
        octobre 31, 18:44 Reply
        Degrelle, archétype du Wallon? Vous êtes pas bien?
        • Pfff
          octobre 31, 21:12 Reply
          Degrelle que les résistants wallons ont essayé d'enlever/de tuer plus de sept fois après la guerre (sans compter les israéliens) ? La Garde wallonne ? Des siècles de gloire qui finissent dans l'abjection. De quoi devrions-nous le remercier ? Ce sont bien sûr les nationalistes flamands, dont le Vlaams Belang, qui prenaient plaisir à visiter cette baderne. Le nationalisme flamand a toujours apprécié de pouvoir instrumentaliser Degrelle, en disant, "vous voyez, vous aussi".
        • willy
          novembre 04, 18:00 Reply
          Je vais très bien merci, et vous? Ceci dit j'aurais du me relire : " ......archétype du Wallon collaborateur idéologique et militaire..."
      • uit 't zuiltje
        novembre 01, 20:05 Reply
        @Willy c'est pas les flamands qui ont inondé la plaine, c'est l'eau de l'yser... les ordres ont été donnés en FR et aucun NL n'aurait pu les suivre... n'auriez-vous pas lu les bons documents :) "je vous propose de découvrir Léon Legrelle et ses légionnaires" dans le concours de haïkus en son honneur organisé chaque année à la citadelle de namur par les politiciens wallons tous en uniformes debout sur les remparts chantant des hymnes au vent dominants venant de la frontière est... hahaha willy... et adolf a dit meine Favoriten sind die wallonische :)
        • willy
          novembre 05, 14:48 Reply
          Ni les flamands, ni l'eau de Ijzer, mais bien la mer ;-) ".....Pour inonder la zone entre l’Yser et le talus de la ligne de chemin de fer Nieuport-Dixmude derrière lequel ils ont pris position, les Belges ont utilisé les écluses et les vannes de la « Patte d’oie » en inversant leur fonctionnement normal. L’histoire a retenu les noms de Karel Cogge, employé de la wateringue de Furnes, et d’Hendrik Geeraert, un batelier de Nieuport : grâce aux indications de l’un et la connaissance du système hydraulique de l’autre, les écluses et vannes sont ouvertes à la marée montantes pour laisser l’eau envahir les polders et fermées à la marée descendante pour empêcher son évacuation. Après une première tentative décevante dans la nuit du 26 au 27 octobre, la seconde, en ouvrant le déversoir du Noordvaart du 29 au 30, permettra de faire pénétrer une énorme quantité d’eau dans l’arrière-pays, ce qui oblige les Allemands à se retirer sur la rive droite de l’Yser....." Et la prochaine fois que vous allez vous balader à la citadelle de Namur évitez de forcer sur le pékèt...quant au fanclub du SS Degrelle ==> google ==> vidéo ==> la face cachée du vlaams blok

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.