Le premier ministre belge Charles Michel minimise la collaboration

Préambule
Ce jeudi matin, à la chambre, face à la pression de l’opposition, Charles Michel a enfin déclaré, au nom de tout son gouvernement, que la collaboration était un « crime ». C’est une victoire pour tous ceux que je cite ci-dessous. Mais il n’en reste pas moins qu’il a fallu plus d’une semaine pour qu’enfin, les choses soient dites comme elles devaient l’être à ce sujet. Je ne retire donc rien au billet qui suit, je prends acte de la correction, mais aussi de la pression qu’il a fallu mettre sur la nouvelle majorité pour que Charles Michel dise enfin les mots. 

Nous n’avons toujours pas eu les réponses que nous étions en droit d’exiger de Jan Jambon et de Theo Francken : les deux sont toujours membres du Vlaamse Volksbeweging, dont le président tient régulièrement des propos minimisant la collaboration et a invité « les Flamands » à prendre exemple sur le nazi antisémite August Borms qui a envoyé les jeunes Flamands, parfois naïfs, dans la Waffen-SS. Ils doivent rendre officiellement leur carte de membre et déclarer qu’ils condamnent ces commémorations et ces déclarations. Ils ne l’ont pas fait et ne prévoient pas de le faire.

Bart De Wever, qui est toujours le président du parti le plus lourd dans la coalition, a qualifié les questions posées par l’opposition flamande comme francophone sur la tolérance aux commémorations de la collaboration de «fadaises (sic) francophones (aille)». Alors même qu’un membre de son parti, Bob Maes, a refusé de se désolidariser du Führer flamand Staf De Clerck. Ce faisant, il a, comme Jambon et Francken précédemment, botté en touche pour ne pas, à son tour, condamner les propos de Bob Maes qui flirtent allègrement avec le négationnisme : dans Volk en Staat, l’organe du VNV dirigé par Staf De Clerck, on se réjouissait en juillet 1942 du départ du premier convoi de Malines vers Auschwitz dans les termes suivants : 

« Les mesures d’épuration prises envers les Juifs se suivent en se renforçant et sont chaque jour appliquées avec plus de sévérité. Il semble donc que nous allons petit à petit pouvoir respirer plus largement autour des bureaux de notre rédaction, et maintenant que, semaine après semaine, des maisons et des appartements du quartier sont vidés, nous pouvons tranquillement nous promener de la maison au bureau et du bureau à la maison. »

Nous n’avons toujours pas de reconnaissance claire par Jan Jambon que sa présence devant un parterre de Waffen-SS était inacceptable et qu’il le regrette. Nous n’avons toujours pas d’explication quant à ses relations avec les Gouden Sinjoren, club d’extrême-droite anversois. Nous ne pouvons nous satisfaire de ce qui ne devrait même pas être dit, tant c’est évident : la reconnaissance par le gouvernement que la collaboration était un crime. Jamais, dans ce pays, on n’aurait dû permettre que l’on pût croire que le premier ministre pensât différemment. Les pendules ne sont toujours pas à l’heure. Pourtant, il suffirait de peu de choses pour qu’elles le soient, des gestes que tout parti démocrate accepterait de poser sans la moindre hésitation, et qui, à la N-VA, provoque plutôt des haussements d’épaules et un refus de répondre clairement. Ceci répond avec une clarté édifiante à la question : « la N-VA est-elle un parti démocrate ? »  

Charles Michel a imposé à Theo Francken un mot d’excuse qu’il a lu, évoquant uniquement ses déclarations sur les immigrés. Il est inacceptable qu’un premier ministre ne donne pas à la population qu’il a heurtée, aux résistants et martyrs qu’il a humiliés, la pleine réponse que les citoyens d’un État de droit sont en droit d’attendre.

En attendant que Charles Michel nous rende notre dignité perdue, j’écris, persiste et signe. Je m’appelle Marcel Sel.

Le texte 
Une chose atterrante est arrivée mardi soir en Belgique. Pour la première fois depuis la libération, un premier ministre a sciemment atténué la gravité de la collaboration avec l’occupant nazi. Au journal de la RTBF, Johanne Montay lui a pourtant tendu la perche. Alors que Charles Michel assénait que « la collaboration était une faute », elle lui demanda si ce n’était pas plutôt « un crime ». Le premier ministre refusa de répondre oui !

Devant le peuple belge, devant son électorat francophone, le propre fils de Louis Michel — qui a ostracisé l’Autriche lorsque le « néo-nazi » Jörg Haider est entré au gouvernement Schüssel — n’a pas été capable d’admettre ce que 70 ans de travail de mémoire a lentement établi, propagé, bétonné. Charles Michel a globalement décriminalisé la collaboration. Tout au plus a-t-il admis, que dans certains cas, c’était un crime. Certains cas, qui ont été jugés, selon lui.

Pourtant, c’est justement sur ces cas-là que le débat portait. Pour rappel, la polémique a commencé quand on a rappelé que Jan Jambon avait, en 2001, tenu un discours à un parterre d’ex-collaborateurs Waffen-SS au Sint Maartensfonds, entre une marche nazie et un hommage à la division SS-Panzerdivision Wiking. En France, ça s’appelle apologie du nazisme, et c’est punissable. En Belgique, ça ne l’est pas. Jusqu’en octobre 2014, on pensait pouvoir obtenir des excuses et des explications sans la moindre ambiguïté quand un personnage qui a excusé la collaboration flamande était nommé à un poste de ministre.

Cette semaine, ce minimum citoyen a été refusé aux Belges. Dès que la nouvelle a été soumise à l’intéressé et au premier ministre, ceux-ci ont rapidement fait dévier le débat vers la collaboration en général. D’abord, en affirmant que celle-ci était « une erreur », non sans ajouter que les collabos « avaient leurs raisons ». Une « erreur » excluait d’office la collaboration militaire, qui pouvait valoir le peloton d’exécution. On n’exécute pas pour une « erreur » en Belgique. Ensuite, à force d’insister, notre ministre de la Sécurité Intérieure (!) a fini par accepter de parler de « faute » et a précisé qu’il n’avait pas dit que les collabos avaient « de bonnes raisons ». Comme si dire « les collaborateurs avaient leurs raisons » pouvait servir à autre chose qu’à minimiser la collaboration.

Erreur ? En 2001, ce que Jan Jambon excusa publiquement, c’était bien la collaboration politique et militaire, allant de la chasse aux Juifs à l’engagement dans la Waffen-SS, dans un bataillon qui était accompagné d’une chambre à gaz mobile.

Le rôle de Charles Michel fut donc exclusivement de censurer le débat qui aurait dû, impérativement, avoir lieu, sur les actes et les déclarations de Jan Jambon et de Theo Francken ainsi que sur leur personnalité et leurs fréquentations. Mais pour se sortir de cette mouise brune sans mettre en danger la coalition nationaliste-droitiste, le jeune premier ministre n’a pas hésité à jeter aux orties 70 ans de culture antinazie, 70 ans de mémoire, 70 ans d’efforts de Flamands et de Francophones, de libéraux, de catholiques, de socialistes, tous unis, pour qu’à jamais, l’on criminalise la faute de certains Belges pendant les cinq ans où l’épouvante nazie a occupé et meurtri notre pays.

Charles Michel, vous avez craché hier sur la tombe de mon grand-père germanophone qui, dans les Cantons de l’Est redevenus allemands pour cinq ans, a résisté, au péril de sa vie.

Car depuis hier, choisir le camp de l’ennemi, de l’occupant, des acteurs de la déportation, et pour tout dire du seul régime européen à avoir jamais planifié, organisé, et mené l’assassinat industriel de millions d’hommes, de femmes, d’enfants, de bébés innocents, n’est plus un crime. Pour la première fois, avoir trahi la nation dont on est le citoyen n’est plus un crime. Pour la première fois, les résistants, le gouvernement en exil, les dizaines de milliers de victimes belges — des nazis et de leurs acolytes bruxellois, wallons et flamands —, les soldats déportés en Allemagne ou morts au front, les prisonniers politiques, les malheureux et malheureuses torturé-es, assassiné-e-s par balle ou à coups de massue dans les geôles infâmes du régime honni se prennent, en rétribution de leur courage ou de leur martyre, le crachat ignominieux du mépris gouvernemental.

Charles Michel, ceci est l’expression de leur crachat en retour. Essuyez-vous le visage pour lire la suite!

Charles Michel, la collaboration était un crime, dans tous les cas. Non seulement, c’était un crime au sens moral, une trahison de ses concitoyens, du gouvernement en exil, de l’État, du roi et de l’humanité, mais c’était aussi un crime au sens du Code pénal, consacré comme tel par une série d’articles, dont le 118bis me paraît une excellente synthèse : «sera puni (de la détention à perpétuité), quiconque aura participé à la transformation par l’ennemi d’institutions ou organisations légales, ébranlé en temps de guerre la fidélité des citoyens envers le Roi et l’Etat, ou qui aura sciemment servi la politique ou les desseins de l’ennemi

Ce que Jan Jambon à excusé en 2001, ce n’était pas la vente de quelques œufs à un petit soldat de la Wehrmacht ou à un Feldgendarm bonhomme. Ce qu’il a excusé, c’est la collaboration militaire, la prise de pouvoir au nom du national-socialisme, la déportation et l’assassinat de masse. Il s’est présenté à la tribune d’un cercle d’anciens nazis qui continuaient à commémorer sans le moindre complexe les chefs de la collaboration nationale-socialiste en Flandre— leur magazine en atteste : ce sont les Staf De Clercq et leur antisémitisme radical, les Raymond Tollenaere qui mêlaient la diatribe antijuive au pogrom actif, les August Borms qui faisaient du tourisme à Auschwitz en 1943 mais, bien sûr, « ne savaient pas ».

Comme je l’ai montré dans un autre article, Jan Jambon est toujours membre du VVB, dont le président n’a pas seulement excusé les actes du dernier collaborateur cité, il a carrément appelé les Flamands à prendre exemple sur lui! Je lis dans le journal en ligne flamand Lees.info que Jan Jambon fait toujours partie d’un cercle, les Gouden Sinjoren, où il côtoie des membres du Vlaams Belang, de la NSV (cercle étudiant neonazi), ou du musée en hommage au collaborateur August Borms. Et Bob Maes, désormais soutenu par la droite francophone (que je n’ose plus qualifier de libérale, de peur que Montesquieu ne me maudisse jusqu’à la fin des temps) a, hier encore, déclaré qu’il ne se distanciait pas de Staf De Clercq, l’un des pires collaborateurs que la Belgique ait connu avec Léon Degrelle. Ce faisant, Bob Maes était couvert par votre déclaration au JT de la RTBF, il ne faisait pas l’apologie d’un criminel nazi, il exerçait son droit de se solidariser avec un homme qui n’a finalement commis qu’une « faute ».

Hier soir, tout a changé dans ce pays. Et cela, grâce à votre attentisme, votre faiblesse, votre soumission à une vision tronquée de l’Histoire, diffusée en Flandre et instituée par ceux-là même qui avaient commis le crime absolu de récupérer le Mouvement flamand au profit de l’Ordre nouveau, du jihadisme svastiqué, du racisme le plus épouvantable.

Aujourd’hui, heureusement, votre répugnante propension à l’euphémisme a réuni les résistants du Nord et du Sud, contre l’ignominie dont vous, et l’ensemble des membres du MR, êtes devenus les complices. Ces résistants n’ont d’autre choix que de se rassembler derrière l’opposition francophone et flamande, et ne sont apaisés que par la vigueur de leurs assauts, auxquels vous opposez le déni. Vous critiquez le « triste spectacle » de cette opposition. Non, monsieur Michel. Le triste spectacle, c’est de voir les libéraux défendre une vision de l’Histoire amorale.

Vous tolérez que Bob Maes, qui est N-VA, soit défendu par vos partenaires. Et au nom de votre nouvelle union avec ce parti qui accueille et défend des nostalgiques du Reich sans sourciller, vous avez rangé vos principes les plus fondamentaux au placard. Lorsque vous avez annoncé que le Parti réformateur négociait avec les nationalistes flamands, d’aucuns ont espéré que celui-ci changerait pour l’occasion. Qu’il se départirait de ses oripeaux nostalgiques et mettrait ses membres au pas. Nous espérions qu’au moins, dans ce gouvernement qualifié de « flamand » de par son déséquilibre, vous obtiendriez d’eux un engagement ferme d’empêcher leurs ministres et secrétaires d’État de fréquenter des organisations qui pratiquent l’apologie de la collaboration, et que ceux-ci s’abstiendraient de contacts trop ostentatoires avec d’anciens collaborateurs, surtout lorsqu’ils ont en sus fondé une milice néofasciste qui a tué un militant francophone.

Il n’en fut rien. La N-VA a, au contraire, dévoilé son vrai visage. Nous avons désormais un ministre de la « Sécurité intérieure » qui a cherché à nous vendre que les collaborateurs avaient « leurs raisons », un ministre des Finances qui pense tout haut que la collaboration était une « simple » erreur et un secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations qui signe « Leider du VNV» dans des mails à l’humour brun-svastika.

Nous avons un premier ministre qui couvre ces petits arrangements avec l’Histoire et laisse le président de la N-VA insulter les Francophones en traitant leur inquiétude légitime, leur effroi même, de « fadaises ». Vous nous avez vendu la promesse nationaliste qu’il n’y aurait pas de communautaire dans votre gouvernement. Vous nous offrez en échange l’insulte francophobe, le mépris de la résistance, le déni de mémoire.

Monsieur Charles Michel, vous n’êtes pas le Chamberlain de la Belgique francophone, vous en êtes — crimes exceptés — le Philippe Pétain.

Je n’ai jamais cru que sur la Mémoire, il y avait une frontière linguistique. On voit aujourd’hui que des Néerlandophones et des Francophones défendent ensemble, côte à côte et pied à pied cette Mémoire que vous salissez. Mais il est un fait qu’en Flandre, le plus grand parti refuse de condamner (c’est-à-dire de criminaliser) la collaboration et que, là-haut, d’autres partis démocrates laissent faire par calcul politique. Comment la Flandre peut-elle se libérer de cette gangue brune quand le propre président N-VA du parlement flamand assène que les résistants étaient des crapules et des assassins ?

Cette culture rendue dominante par le Vlaams Belang d’abord, la N-VA ensuite, entre fascisme et conservatisme nationaliste, a gangrené la culture flamande. Ses tenants ont ainsi préparé la population à une réécriture radicale de l’Histoire. La résistance actuelle des antifascistes flamands n’en est que plus admirable. Ceux des partis de la coalition sont désormais muselés, une victoire magistrale pour les pro-collaboration. Les Francophones, qui avaient péniblement réussi à créer un environnement culturel débarrassé de ce révisionnisme infâme, pour faire de leurs enfants des relais de mémoire, sont aujourd’hui invités par vous à décriminaliser à leur tour la collaboration.

Vous n’avez pas commis une erreur ou une faute, vous avez provoqué un désastre !

En refusant de dire les mots, en refusant d’exiger plus que de vagues explications énervées de vos ministres indélicats, et en acceptant que le président de la N-VA en profite pour faire de la francophobie à la louche, vous laissez ce que la culture flamingante a de plus abject pourrir à son tour la culture française de Belgique qui, plus pauvre, avait au moins cette victoire-là, celle de la mémoire, celle du souvenir. Celle de refuser d’excuser, ne fût-ce que par euphémisme, le crime individuel que fut chaque acte de collaboration.

Monsieur Michel, un crime peut avoir des circonstances atténuantes. C’est vrai aussi pour la collaboration. Les tribunaux en ont tenu compte. Mais pour les grands criminels qui sont restés en filigrane de cette affaire, il n’y en a pas. Et c’est eux que l’on encense au Nord, que l’on encensera longtemps encore, et désormais avec votre blanc-seing.

Tout crime peut avoir des circonstances atténuantes. J’en cherche en vain pour le vôtre.

Et puisque c’est désormais normal pour un secrétaire d’État de signer ses mails « Houzee », le cri de ralliement des nazis flamands pendant la guerre, je vous salue en tendant bien le bras, en claquent les talons, en transpirant d’arrogance sous une casquette à tête de mort, et en vous envoyant bien en face, les yeux dans les yeux, ce cri qui désormais, grâce à vous, n’a plus rien d’anormal ni de punissable :

Sieg Heil!

P.S. : ik ben van Luxembourg.

Previous Jan Jambon est toujours membre du VVB dont le président incite à prendre un collabo nazi pour modèle.
Next Le gâteau N-VA qui donne mal aux fesses à Charles Michel.

You might also like

0 Comments

  1. Juliette
    octobre 15, 20:35 Reply
    Politiquement, le choix du MR et de Charles Michel était déjà plus que douteux; Il se révèle infamant. J'attends avec une certaine impatience de voir si et comment ce médiocre personnage et son parti se sortiront de ce piège grossier dans lequel BDW, manipulateur avéré, les a si facilement attirés. La soif du pouvoir et la frustration ne peuvent pas tout expliquer.
  2. MUC
    octobre 15, 20:50 Reply
    twee opmerkingen. Primo : Uw "sieg Heil" is strafbaar. Secundo : u loopt achter. Lees www.destandaard.be
    • Marcel Sel
      octobre 16, 03:02 Reply
      Ik wacht op de eerste die mij voor deze Sieg Heil in deze context durft te vervolgen.
  3. Rivière
    octobre 15, 20:52 Reply
    A croire que Charles Michel serait un néocollabo en sus de néolibéral...
    • Pfff
      octobre 16, 13:14 Reply
      Je me demande si les gesticulations du PS ne sont pas faites pour décrédibiliser et ridiculiser ceux qui dénoncent le vieux remugle nazifiant flamoutch ! Prendre des leçons d'intégrité d'Onkelinckx ?
      • Rivière
        octobre 17, 10:10 Reply
        Un plan dans le plan dans le plan... Je ne vous savais pas à ce point admirateur de l'intelligence du PS et de son égérie lol
  4. Hansen
    octobre 15, 21:02 Reply
    Ik ben ok van Luxembourg. Charles Michel est le plus jeune premier ministre de Belgique, ça se voit. Les vieux sages au placard. Le peuple ne le suit pas puisque la Belgique est déjà en grève.
  5. Ergo
    octobre 15, 21:10 Reply
    Entretemps, Carles Michel a fait une déclaration, que je viens de lire ce soir sur le site LeVif/L'Express
  6. ddt
    octobre 15, 21:40 Reply
    Vous avez raison, indépendamment des opinions politiques, des préférences idéologiques (il y a des libéraux démocrates), les propos de Michel sont d'une lâcheté ignoble. Un malheureux pantin.
    • Léon Laffut
      octobre 23, 15:43 Reply
      Il y a des libéraux démocrates dites-vous, je l'ai cru jusqu'aujourd'hui, mais maintenant j'attends leurs réactions !
  7. wallimero
    octobre 15, 21:45 Reply
    @ Marcel, toute cette indignation instrumentalisée ne fait que confirmer la N-VA qu'elle est sur la bonne voie. Il n'a fallu que deux De Wever, l'un en une phrase et l'autre dans une interview, pour que la Flandre entière se rallie derrière ses excellences, et si les francophones trouvent tout cela tellement inacceptabe, que le PS et le CDH montent au créneau pour négocier la confédération. C'est tellement horrifique, que, eeuh, on ne fait d'autre que s'indigner stérilement et exiger que qq d'autre fasse qq chose... Et quel est le but de tout cela? Faire en sorte que le PS garde l'exclusive sur la pensée unique francophone en se focalisant sur des thèmes secondaires (le serment, une réu d'il y a 15 ans connue depuis 5 ans, des e-mails d'il y a 7 ans connus depuis 3 ans) et éviter que le PTB soit plus crédible sur les thèmes de budget et de politique, et de casser la droite si on arriverait à des élections anticipées ah oui, le grand ennemi c'est le MR, Michel collabo! Ah bon, et de qui? de la N-VA? et alors pourquoi pas le CD&V et le VLD? A quand la grande indignation contre Geens et consorts? C'est que le CDH n'hésitera pas d'entrer dans un gouvernement avec des collabos, ils préfèrent seulement le faire sans les collabos du MR les autres collabos sont très bien, à moins qu'ils sont collabos avec les flamands? nonnon, on en aura encore besoin pour tenir à flot la caisse à subsides qu'est la Belgique, surtout pas de confédéralisme! restons unis avec les collabos! et bien-sûr que c'est la RTBF qui pose la bonne question, allez, je parie qu'ils ont reçu leurs instructions, et puis notre Marcel qui prend le relai, et puis on suit tout cela dans les gazettes francophones contrôlées par le parte et la boucle est bouclée... et tout cela pour un parti dont des illustres élus vont eux-même faire l'éloge - sur place - d'un régime qui tue industriellement sa propre population. Mais bon, j'imagine que c'est de l'Alzheimer politique. et puis on nous sort un Quatremer, dont plus la moitié du pays a collaboré mais fait comme si elle a gangé la guerre, et un Italien dont le pays a inventé le fascisme et la maffia et entretemps la N-VA s'en fout présidentiellement joli Marcel, vraiment joli
    • GeBonet
      octobre 20, 01:04 Reply
      "ah oui, le grand ennemi c’est le MR, Michel collabo! Ah bon, et de qui? de la N-VA? ", Oui c'est ça, de la NVA, simplement parce que lui et lui seul a déclaré a la télé "la NVA jamais, la NVA parti séparatiste alors jamais" alors tout le monde la cru LUI et pas le VLD ou CD&V qui sont flamands eux et ne renie personne, le CD&V a même déclaré par Kris, qu'il n'était opposé à un futur con fédéralisme.. Je n'ai pas approuvé la "tactique PS", mais le MR, le CD&V et le VLD devrait arrêter de craché dans la soupe parce que a ce que je sache si le PS est resté au pouvoir pendant 25 ans, il y a été avec qui ? Didiers par exemple 2 fois ministre des finances d'affilé et une fois ministre des affaires étrangère dans le dernier gouvernement... L'état du pays actuellement n'est pas le résultat du PS seul, mais aussi de ceux qui l'on accompagné... Le MR, n'en déplaise à Ducarme qui se crois un des DUCS d’antan... Ça fait combien de temps en compagnie du PS tout ça ??? Et ce que je dis là est valable pour tous ceux qui tape sur le PS, qui je le répète n'est pas ma tasse de thé, mais je ne supporte pas l'injustice et encore moins les faux jetons. Les collabos d'un jour deviennent aussi collabo et mangeur de paroles devant le pays tout entier. Il n'y a pas que le CDH ou le PS qui a dit non à la NVA, il y a aussi le MR, les Ecolos, le PTB, bref a part le PP tous les partis francophone... Et qui a retourné sa veste ? Mais ce gouvernement n'est pas axé sur le communautaires, mais sur l'économique ! C'est vrai sauf que c'est le tremplin parfait pour que la NVA revienne en fin de législature avec l'article 195 et transforme la prochaine en cimetière de la Belgique. Dans tout les cas, maintenant le MR a ouvert la boite de pandore et Bart en est sortis vainqueur...
      • Marcel Sel
        octobre 21, 09:48 Reply
        On verra les résultats de l'ecônomique. Je ne vois pas d'avantages pour les TPE, qui sont un rouage fondamental de l'économie. Ce programme passe à côté d'énormément de besoins des entreprises de moins de 5 personnes. Attendons. Avec impatience. Et un certain désespoir.
    • Moi
      octobre 21, 09:35 Reply
      @ Wallimero Là, mon pote, je me dois de réagir. Ça fait un petit temps que je lis vos réactions et, même si je ne suis pas d'accord avec vous sur la quasi totalité de vos propos, là vous dépassez les bornes. Même si le PS essaie de tirer son épingle du jeu avec les Jambongate et Franckengate, le fond de l'affaire n'en reste pas moins sordide. Je suis étonné, consterné, ébahi de lire de nombreuses réactions comme la vôtre dans les journaux. Je n'ai que 38 ans, je n'ai donc pas vécu la guerre ni ses atrocités, mais je me demande comment on peut, ne fût-ce qu'une seule seconde, ne pas condamner les actes et les propos de ces deux (m/s)inistres !!! Même si certains faits remontent à 15 ans, 20 ans ou plus, ça ne vous dérange pas d'avoir un sympathisant collabo et un raciste décomplexé dans le gouvernement qui prend des décisions pour vous ? Alors, j'aimerais, cher Wallimero, que vous répondiez clairement à cette question que je me pose depuis quelques temps : êtes-vous simplement une personne qui veut l'indépendance de la Flandre ou êtes-vous assimilable à Jambon et consorts ? Bien à vous
      • Moi
        octobre 24, 14:26 Reply
        @ Marcel Sel : ne vous donnez plus la peine de modérer mon commentaire. Trois jours se sont écoulés. Je doute donc que le principal intéressé le lise encore et l'article n'est plus très frais.
        • Marcel Sel
          octobre 24, 18:17 Reply
          Comprends pas, j'ai pourtant modéré deux fois depuis 3 jours, et je n'ai pas vu votre message passé. Désolé.
        • Moi
          octobre 29, 12:34 Reply
          Pas de souci ! :-)
  8. moinsqueparfait'
    octobre 15, 22:10 Reply
    Bon, c'est pas tout ça. La Belgique est sauvée. C'est beaucoup plus important que ces jérémiades. Faut savoir ce qu'on veut. Les Wallons et les Bruxellois ont largement ce qu'ils méritent. Quand on est con à ce point, faut pas venir se plaindre.
    • Jimmy Karton
      octobre 16, 12:00 Reply
      Commentaire constructif... et argumenté. Je me couche.
      • moinsquearfait'
        octobre 16, 14:33 Reply
        Il n'y a rien de constructif à attendre dans ce temple de la nullité qu'est ce pays. Je sais que ça fait mal mais c'est pourtant la vérité. Pour info: je parle de mon propre pays.
  9. schoonaarde
    octobre 15, 22:51 Reply
    J'espère que vous êtes remunuré pour ces billets.
    • Juliette
      octobre 19, 09:32 Reply
      Il est quand même significatif que, dès que l'on place la critique et le débat au niveau des valeurs, il se trouve immédiatement non des contradicteurs mais des esprits étriqués pour évoquer une rémunération, voire une soumission docile à un quelconque diktat idéologique ! Il est donc à ce point inconcevable pour ceux-là d'avoir des engagements fondés sur des valeurs morales et humanistes, indépendants de ceux dictés par le petit intérêt lucratif personnel ou la soumission aveugle à quelque parti politique?
  10. Philippe Vander Linden
    octobre 15, 22:58 Reply
    Voilà qui sonne désespérément juste... Et la mollesse pathétique de Charles Michel montre à quel point c'est un homme de paille (j'aime bien le parallèle avec Pétain)... mais ça, on s'en doutait depuis quelques temps déjà... Pour prendre le maquis, on s'inscrit où? ps: Attention à la faute d'orthographe dans le dernier paragraphe (claquant).
  11. Salade
    octobre 15, 22:58 Reply
    Le triste spectacle, c’est de voir les libéraux défendre une vision de l’Histoire amorale. Très juste. La fin de la baisse des charges justifie les moyens.
  12. uit 't zuiltje
    octobre 15, 23:21 Reply
    merci pour ça Marcel bien glaçant avec les 9,3 centimètres de sentiment libéral du premier sexué linguiste si bon bilingue pourtant
    • uit 't zuiltje
      octobre 16, 00:36 Reply
      "Het was toch diezelfde minister die stelde dat wij niet verantwoordelijk zijn voor de miserie in de wereld? Die zei dat mensen hun huis moeten verkopen voor ze een leefloon kunnen krijgen? Die de actievoerders rond Gaza halve terroristen noemde? Die stelde dat men de palen van onder het Belgisch huis moet zagen? Wél ja, die man is nu de baas van Binnenlandse Zaken en Veiligheid…" innerlijke kracht voor binnenlandse zaken
  13. Ben
    octobre 15, 23:56 Reply
    Félicitations et merci pour cet excellent article, qui DOIT être lu par tous les démocrates de ce gouvernement de toute urgence. Je ne peux pas croire que tous cautionnent cette situation, qu'attendent-ils pour prendre leurs responsabilités en démissionnant ! L'attrait du pouvoir a ses limites, voir l'occasion unique de faire passer des réformes n'excuse pas tout... Accepter l'inacceptable au nom de cela, c'est se mettre au niveau des collabos flamands durant la guerre...
  14. A. de beir
    octobre 16, 09:17 Reply
    j'ai lu l'artcle,completement;je n'ai pas dû comprendre,quand je voiis :les collabos flamands,j'ai un cousin ,flamand qui est décéde en déportation,une exception?
    • Marcel Sel
      octobre 16, 14:33 Reply
      Désolé, je ne vois pas où dans l'article, j'aurais écrit "les collabos flamands". J'ai toujours précisé que la collaboration était une affaire belge et que les Belges, de toutes les régions ont été 10 fois plus actifs dans la collaboration militaire à l'étranger (la waffen-SS) que les Français par exemple. 8000 membres de la Légion Charlemagne en France, 18000 à 25000 collabos belges (les Wallons étant surreprésentée, eh oui) dans les Waffen-SS et la Légion Wallonie (tout aussi Waffen-SS d'ailleurs) ont été sur le Front de l'Est. Dans Les Secrets de Bart De Wever, j'explique aussi pourquoi la résistance en Flandre n'aurait jamais pu être aussi forte qu'en Wallonie, pour des raisons très diverses. Il y a d'abord la géographie : ce n'est pas pour rien que les résistants limbourgeois se repliaient et s'organisaient à Liège. Il y ensuite la densité urbaine, nettement plus forte en Flandre avec un tissu de villages dans un pays plat, nettement plus facile à surveiller et à réprimer. Il y a aussi la répression de la collaboration, différente en Flandre et en Wallonie. Dans le Sud, tous ceux qui avaient des velléités de résistance étaient rapidement enfermés, déportés et/ou exécutés. En Flandre, il y a eu une autre attitude. J'ai ainsi trouvé des témoignages d'un jeune libéral flamingant qui a distribué des tracts. Il a été arrêté par la police, on lui a fait très peur (denk aan de risico's voor je familie…) et puis, on l'a relâché. Il s'est ensuite tenu le plus tranquille possible. À cela s'est effectivement ajouté un facteur de rejet de la Belgique, mais comme on peut le voir dans les résultats électoraux de l'époque, cela ne concernait qu'une minorité de Flamands. Ce qu'il y a, c'est qu'après guerre, les anciens collabos et les tenants de la ligne dure ont réussi, en Flandre, pour des raisons que j'explique dans mon livre, à faire croire que la collaboration avait été au seul bénéfice de l'émancipation flamande, ce qui est archifaux.
  15. Pfff
    octobre 16, 13:23 Reply
    "seul régime européen à avoir jamais planifié, organisé, et mené l’assassinat industriel de millions d’hommes, de femmes, d’enfants, de bébés innocents" Vous parlez bien sûr du communisme soviétique. Ajoutons que cette nature profondément criminelle est confirmée par la durée de plus d'un demi-siècle pendant lequel le crime fut perpétré.
    • uit 't zuiltje
      octobre 16, 23:05 Reply
      Pfff qu'attendre du spécialiste de la concur rance des victimes qualifier poutine de "régime européen"... et bien sûr vous connaissez plein d'ostalgiques ayant rejoint l'armée rouge pour égorger des pauvres gens, dont on fête l'anniversaire en chantant l'internationale
      • Pfff
        octobre 19, 21:58 Reply
        Uit, Je ne parle pas de Poutine, et vous le savez très bien. Il faudrait vraiment que vous vous documentiez sur l'horreur absolue (aussi) que fut le soviétisme.
        • uit't zuiltje
          octobre 20, 11:31 Reply
          d'emblée go....douine: nétanyahu c'est aussi un "régime européen" alors, "poutine" c'était juste pour le qualificatif du régime et la sauce eurasienne je suis documenté sur ces victimes-là aussi, mais ne connait personne parti casser du koulak (ou du révisionniste et/ou du polonais ou de l'ukrainien et/ou tout individu ou groupe d'individu considéré comme obstacle...) dont on fêterait l'anniversaire parcequ'il avait de <del> bonnes </del> raisons de donner un coup de mains aux bourreaux et d'avoir des amis au gouvernement fédéral ou en voyage professionnel au pays des pandas (et quid des balles uniques dans la nuque remboursées par la famille des propriétaires des nuques) et puis d'ailleurs je m'excuse de mes foutaise FR et l'incident est clos go...dverdom! vrede мир
  16. Pfff
    octobre 16, 13:31 Reply
    "Avec l'ensemble du gouvernement, sans ambiguïté, nous condamnons la collaboration", a-t-il déclaré en ajoutant que "c'est un crime" et en assurant que "tout le gouvernement partage cette conviction". Donc, tout ce qui pourrait être dit à l'avenir par Marcel sur la position de Charles Michel vis-à-vis de la collaboration est du "ad hominem tu quoque mi pti fi" très farfelu.
    • uit 't zuiltje
      octobre 16, 23:09 Reply
      « Avec l’ensemble du gouvernement, sans ambiguïté, nous condamnons la collaboration » charlot quel humour ! « tout le gouvernement partage cette conviction » charlot mon amour « ad hominem tu quoque mi pti fi » n'est pas une des citations du vrai maître du gouvernement des beaux collabos
      • Pfff
        octobre 19, 22:00 Reply
        Marcel, Expliquez-lui que les libéraux n'aiment pas le nationalisme. Ce ne sont pas eux qui ont donné du pouvoir à la NVa, ce sont les électeurs flamands.
        • uit't zuiltje
          octobre 20, 12:36 Reply
          c'est la cd&v qui a donné le pouvoir à la n-va pour lequel plus de 60% des flamands n'ont pas voté... elle avait des raisons: le n-va est censé être plus dangereux dans l'opposition que les mains dans le cambouillie de la gouvernance, mais j'ai pas dit qu'elle avait des bonnes raisons (pour rappel ils avaient viré les autres du gvt flamand, l'ovld fût repêchée plus grâce aux libéraux (donc "non-nationalistophiles") mr qu'à la bouée maggie... c'est tout de même l'mr ("non-nationalistophiles") qu'a permis la libération de l'attelage, l’mr ("non-nationalistophiles") seul FR collaborant devant la désertion des autres FR (eux bien plus "nationalistophiles" n’est-ce pas)... "...qui ont donné du pouvoir à la NVa" perso contrairement à vous Pfff, je préfère croire à la puissance de la volonté du mr qu'aux électeurs NL(eux bien plus "nationalistophiles" n’est-ce pas) ou même qu'aux électeurs du mr qui ne sont pas ceux non plus qui ont donné du pouvoir à la n-va... bàv du hv de bhv sous bdw1er
  17. nancybaran
    octobre 16, 13:37 Reply
    Pas du tout d´accord. Les pontes socialistes le savent tres bien et utilisent ceci comme obstruction. Que l´opposition s´occupe de la politique gouvernementale d´aujourdhui. Ils ne parlent pas en mon nom. L´histoire est quelque chose de complique, ni blanc ni noir mais tjrs gris. Pas en mon nom ce genre d´obstruction. http://www.lesoir.be/681802/article/actualite/belgique/elections-2014/federales/2014-10-16/bruno-wever-il-ne-faut-pas-assimiler-n-va-collaboration tout a fait d´accord avec cet article.
    • uit 't zuiltje
      octobre 16, 23:41 Reply
      n'étant pas lecteur du le soir je n'ai pu accéder à l'article probablement intéressant du frère de bdw mais perso le "ni blanc ni noir mais tjrs gris" me débecte, primo levi, un de mes auteurs préférés a très bien expliqué le malaise qu'il ressentait lorsque dans un travail de rencontre entre boureaux et victimes et descendance , cette dernière trouve que tout compte fait nos chers vieux cons de parents quelque soit leur statut avaient beaucoup souffert...non! - la "zone grise" est réservée aux survivants ceux qui culpabilisent d'avoir survécut alors que les gens moins soumis, moins adaptés aux brutes eux-même soumises par bêtise ou lacheté ou méchanceté au régime d'extrême droite,
  18. Pfff
    octobre 16, 13:55 Reply
    "Monsieur Charles Michel, vous n’êtes pas le Chamberlain de la Belgique francophone, vous en êtes — crimes exceptés — le Philippe Pétain." Elio Di Rupo, dont le père se battait contre les nazis sur les flancs du Mont Etna, et Laurette Onkelinckx, dont la mère transportait des messages pour la résistance dans le Mont Atlas, sur sa petite bicyclette bleue. Elio Di Rupo est le Chamberlain de la Belgique (cette manie d'agiter ses accords tous pourris au nez des belges en leur disant "Je vous ai sauvé".) Elio Di Rupo est le Pétain de la Belgique (cette manie de faire constamment don de ses 35 kilos au pauvre peuple belge qui n'a rien demandé, cette manie d'anticiper tous ses renoncements face aux revendications de ses adversaires, en faisant semblant d'en être l'inspirateur, cette inconséquence totale face aux conséquences de ses actes, ce narcissisme autiste) Mais j'ai pire sous le pied : Elio Di Rupo est le véritable Mr Brico. Et pire : Il est en cheville avec De Brigode. Chaque fois qu'il fait passer Di Rupo à la télé, il touche une commission sur les ventes de Degrip'Tout, 200 ml, qui montent en flêche. Ils ont mis au point cette combine lorsqu'ils se sont aperçu que, lors des sondages d'opinion commandés par la RTBF( avec l'argent du contribuable ) à l'issue des passages de Di RUpo "sur antenne", l'opinion qui revenait le plus souvent était "chérie, rappelles-moi de graisser l'huis de la porte du salon, c'est infernal".
    • uit 't zuiltje
      octobre 17, 00:34 Reply
      Pfff perso la transgression de c michel m'a plutôt épaté, mais là ya pas photo qu'il vire francken sinon il montre qu'il est le neuneu qu'il a l'air (perso je ne doute pas qu'il soit un homme d'État) la n-va est la n-va et rien que la n-va, s'ils sont intelligents, tout ce cirque n'est que provocation pour ramener du soi-disant communautaire (perso un NL n'est pas un fascho, nécessairement) là où ils ont soi-disant accepté de ne pas l'amener si ce gouvernement survit à la semaine prochaine je ne pense même pas qu'ils vont être plus antisocial que l'autre coalition plus traditionnelle il vont juste être vraiment dur avec les plus faibles, ils vont vider les prisons jeter les étrangers, bannir les déchus de leur belgicanité en fait s'attaquer avec ces bons aspirants nazis aux manettes aux bouc émissaires idéaux, les émigrés (non civilisés/niet geburgeerd) francken buiten aub francken buiten
      • uit 't zuiltje
        octobre 17, 00:58 Reply
        si charlot survit grâce à l'extrême droite populiste il pourra crédiblement faire joujou avec sa grande soeur FR d'RF, marine
        • Pfff
          octobre 20, 10:53 Reply
          Il ne faut pas répondre aux provocations de la NVa. Laissez les flamands voir les saloperies qu'ils ont porté au pouvoir. Ceci dit, à voir comment Bart De Wever s'est fait interviewé en Flandre et tout ce que l'interviewer a laissé passer avec l'air ravi d'un chien-chien à qui on donne un sucre, ce n'est pas gagné. Mais comme on a essayé tout le reste, on ne risque plus grand-chose.
  19. Wallon
    octobre 16, 14:16 Reply
    Avec l'apparition du concept de la Nation, l'action de collaborer s'apparente à la trahison. La faute ultime: le traître à la Nation. Depuis quand la collaboration existe-t-elle ? Depuis qu'un groupe humain a envahi le territoire d'un autre groupe humain donc, pratiquement, depuis l'âge des cavernes. La résistance existe aussi depuis la même époque, c'est logique. Le problème vient de l'usage récent de ces deux mots. Pour ne parler que du territoire sur lequel nous habitons et qui se présente encore sous l'intitulé Belgique dans les atlas de géographie, les premières mentions d'actes de résistance et de collaboration se lisent dans la Guerre des Gaules de Jules César. Toutefois, nos enseignants, latinistes ou historiens, ne les faisaient pas remarquer comme tels. Par la suite, la collaboration politique et économique des élites laïques et religieuses, de la noblesse, s'accomplit banalement sous les Bourguignons, les Espagnols, les Autrichiens et les Hollandais; entre gens de bonne compagnie (princes, rois, empereurs) c'est tout naturel, n'est-ce pas? Il faut bien entretenir et faire fructifier les privilèges. Avec les Français qui dépouillent les possédants à coup de plat de sabre et laissent le petit peuple construire ses maisons avec les pierres des abbayes, ce n'est plus la même chose. Pour les uns, nobles et religieux, il faut résister. Pour les autres, les bourgeois futés, il faut collaborer et en profiter. Et ne parlons pas des divisions composées de grognards wallons attachés à l' Empereur Napoléon 1er et à ces colonels et généraux wallons dont les noms sont gravés dans les pierres sacrées de l'Arc de Triomphe à Paris. Serait-ce déjà la préfiguration de la Légion Wallonie ? Quand ces mêle-tout d'Anglais emprisonnèrent Flamands et Wallons dans la "colonie pénitentiaire" belge, Talleyrand pensa que cela ne durerait pas. En quoi, il se trompa parce que les nouvelles élites de l'industrie, de la finance préférèrent collaborer à leurs profits et les politiques comme les religieux ne se le laissèrent pas dire deux fois. En 1917, les Allemands mirent en pratique les théories wallonnes (1912) de la "Séparation administrative" . Surprise, seuls les Flamands (Vlaamse Raad) organisèrent leur Etat indépendant et sans verser une goute de sang. Ils seront trainés dans la boue par les Belges alors qu'ils avaient œuvré dans la même ligne libératrice que Guillaume le Taciturne au 16e siècle. Quant aux Wallons, tous des c..., ils firent la fine bouche parce que leur "séparation administrative", leur rêve, leur était offerte clef sur porte par des Allemands. Nous ne collaborons pas avec l'ennemi, nous, Monsieur ! L'ennemi de qui, de votre geôlier ? Aberrant ! Et, au lieu d'en profiter, ces "résistants wallons" vont permettre aux bourgeois de Flandre et de Bruxelles de les vampiriser jusqu'à l'os au profit d'Anvers et des banques bruxelloises. Maintenant, en 2014, ces cocus de Wallonie conspuent, pour des faits qui se rapportent à l'Histoire générale, les parlementaires nationalistes de Flandre qui tentent par tous les moyens de se débarrasser de leur présence et, par là même, de leur rendre leur liberté (appauvrie certes). Y-a-t-il un psy dans la salle ?
    • Pfff
      octobre 16, 15:11 Reply
      La seule nationalité à laquelle les Wallons ont adhéré était l'espagnole. Même lorsqu'ils étaient autrichiens, ils se considéraient espagnols. Les méthodes de recrutement françaises, sous la révolution et Napoléon, dans nos contrées n'ont rien eu à envier aux méthodes de pacification allemande à Oradour. Et comme le disait Ambiorix à Vercingétorix, "J'irai pas dans ton camp retranché, crétin !".
      • uit 't zuiltje
        octobre 22, 22:42 Reply
        "La seule nationalité à laquelle les Wallons ont adhéré était l’espagnole." olé ! suis intéressé par votre téléscopage local RF/empire et oradour, aimerait en apprendre plus ambiorix ok, et boduognat marchant terrible la hache en bataille... et les ménapiens alors !
    • Pfff
      octobre 16, 15:40 Reply
      Heureux wallons Jacques Julliard, sur Causeur "Le FN, comme son nom l’indique, est avant tout un parti nationaliste, et le nationalisme, l’histoire nous l’apprend, est pour les hommes de gauche désabusés le sas de décompression qui leur permet de passer en douceur vers l’extrême droite. Voyez Déat et Doriot, voyez Lacoste et Lejeune pendant la guerre d’Algérie." Je suis conservateur : j'ai horreur du nationalisme ; je suis européen : j'ai horreur du nationalisme ; je suis libéral : j'ai horreur du nationalisme ; je suis catholique : j'ai horreur du nationalisme.
        • uit 't zuiltje
          octobre 22, 22:49 Reply
          ps(wallon) la wallonie est une entité ouverte vers l'autre : le nord-pas-de-calais, le grand-duché, la rhénanie, et bien sûr bxl forcément la flandre vous envie
      • uit 't zuiltje
        octobre 22, 23:09 Reply
        "si au lieu d’écrire des articles pour se faire remarqué" diffusons "la série Holocauste à la télévision hein !" efficacité germanique tout ça...très efficace, ralliement assuré que ceux qui se contentent de dire des foutaise FR continuent à "écrire des articles pour se faire remarqué"
        • uit 't zuiltje
          octobre 22, 23:14 Reply
          de<b>s</b> foutaiseFRs sorry pas encore intégré le concept
  20. Pfff
    octobre 16, 14:50 Reply
    Daniel Salvatore Schiffer Depuis que je poste, en bon petit télégraphiste, sur ce site et ailleurs (environ 7 ans), j'ai pu voir mon lexique, ma grammaire, mon langage, se décomposer sous mes yeux navrés. Mais, depuis quelques mois, j'ai découvert Daniel Salvatore Schiffer, qui illustre si joliment le bon mot d'Oscar Wilde, qu' "Au royaume des aveugles, il est permis de taper comme un sourd : personne ne vous repérera.".
  21. Cfrd
    octobre 16, 15:50 Reply
    Misschien even in herinnering brengen dat ex-NSDAP-lid Genscher 18 jaar lang Duits minister van Buitenlandse Zaken was?
    • Marcel Sel
      octobre 18, 19:58 Reply
      Alle Duitsers moesten lid zijn van het NSDAP. En dit was geen verradding
      • Cfrd
        octobre 18, 21:47 Reply
        Uit dit interview leid ik toch iets anders af. Misschien verhelderend voor u aangezien u in sommige van uw tweets beweert dat Francken en Jambon in Duitsland nooit minister zouden kunnen worden. https://janstevens.wordpress.com/tag/malte-herwig/
        • Marcel Sel
          octobre 18, 23:21 Reply
          1. Niet vandaag, niet met wat we nu weten 2. U hebt het over mensen die in de NSDAP zijn gaan militeren en nadien progressisten zijn geworden. Iemand als Hugo Schiltz bijvoorbeeld. 3. Wat Jambon betreft, heeft hij niet alleen een vergadering van oude-SS'ers bijgewoont, hij heeft ook een speech gedaan. En zijn uitleg nadien over de collaboratie was onaanvaardbaar. 4. In Duitsland waren leden ven de NSDAP geen verraders.
        • thomas
          octobre 19, 00:57 Reply
          Verraders van wat? Is dat zo erg dan? Dan is België ook uit verraad ontstaan.
        • Pfff
          octobre 20, 11:08 Reply
          50 millions d'amis flamingants Selon le frère de Bart de Wever qui, parait-il, n'a pas d'amis, Hugo Schiltz était un bon manipulateur, qui voulait aussi l'indépendance de la Flandre. Je ne sais plus trop quoi en penser. Bruno De Wever parle aussi de "répression". Cela doit être un problème culturel. Un déficit d'attention, une forme de décrochage collectif, de dépression-mal-des-siècles, du à la trop forte pression exécrée sur les tympans par le beugle flamoutch. Pourtant, il y a bien une différence entre misdaad et fout, non ? Ils ne font même pas attention à leur stupide langue. Déjà qu'ils ne sont pas gâtés, ces barbares.
      • uit't zuiltje
        octobre 20, 12:58 Reply
        genscher le libéral, n'était ni nationaliste ni socialiste demander à Pfff ;) son défaut est moins d'avoir été un soldat d'hitler, que d'avoir été jeune allemand à un moment où son pays était nazi, rien à voir avec un nazi flamand qui devient soldat allemand, ou un islamiste flamand qui rejoint daech en orient
  22. Pfff
    octobre 16, 17:23 Reply
    Faut pas confondre Passionaria et Poissonnière Onkelinkx a été appointée officiellement pour déziguer le gouvernement à tout va. Elle a beaucoup de temps libre, aucun mandat ministériel, et énormément à faire oublier. She does just that. Belle mentalité. Je crois que cela va se retourner contre le PS, et que les gens vont rapidement en avoir marre, de ce battage de foire indécent, d'abord et surtout pour la mémoire de ceux qui ont combattu et souffert du nazisme.
    • Pfff
      octobre 16, 17:25 Reply
      Comme l'a très bien rappelé Michel, ses deux grands-pères se sont battus contre l'Allemagne nazie.
      • Juliette
        octobre 19, 09:41 Reply
        Cela n'en rend son attitude actuelle que plus abjecte.
        • Pfff
          octobre 20, 11:29 Reply
          Malgré les effort de Decrem, grand bouffeur de Chipito du TAK et décimeur - fort lâche- des régiments wallons, l'armée flamande est encore un peu courte sur patte, si on la compare à celle de qui vous savez.
      • uit't zuiltje
        octobre 20, 15:39 Reply
        dans tout ce battage indécent et inattendu :) perso j’ai pas entendu michel revendiquer spontanément qu’ils «se sont battus contre l’Allemagne nazie», (en toute logique temporelle c'est bien contre elle) mais j’ai trouvé ça plutôt pas démago de sa part de pas la ramener là-dessus... car par chez moi mes vieux qui l'(les)ont faite(s) c’étaient surtout contre l'invasion ennemie... je pense pas qu’ils aient eu pleinement conscience que leur patriotisme c’était dans ce cas moins un combat contre l'idéologie raciste que contre l'agression des boches... les explications ultérieures c'est plutôt un truc pour pas figer les essences nationales dans l'extrême droite, leurs amis (frères d'arme) n'avaient pas l'air à l'époque d'être mort en pensant "je meurs sans haine pour le peuple allemand" "les gens vont rapidement en avoir marre,".... ou vont s'habituer, on vit en belgique tout de même
  23. Aron
    octobre 16, 17:46 Reply
    Souvenir d'un passé pas si éloigné : http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fallochtone.blogspot.be%2F2006%2F10%2Fschaerbeek-laurette-onkelinx-succombe.html&h=zAQG8mZpX
  24. daniel
    octobre 16, 18:40 Reply
    Votre billet est excessif. A la question de Montay : n'était-ce pas plutôt un crime ? Il répond oui ça a été le cas, il y a eu des condamnations. Regardez la vidéo à nouveau, ce que je viens de faire. Il n' y a pas de problème chez Michel de ce côté.
  25. uit 't zuiltje
    octobre 16, 21:16 Reply
    sauve charle le chauve très mr : martèle-le-lui: FRANCKEN BUITEN FRANCKEN BUITEN (avant qu'il se fasse adoré de tous les racistes par sa grande capacité à s'en prendre aux émigrés) et con bayonne jambon ! ps wallon: qq'un parmi se souvient-il du mot "transphobie" dans la déclaration gouverne mentale ?
  26. Tournaisien
    octobre 16, 23:03 Reply
    Marcel, Il y a quand même une question qui me brûle les lèvres. Suivez bien mon raisonnement. (1) Le PS et le CDH ont toujours affirmé qu'ils restaient attachés à la Belgique; (2) La NV-A, à l'inverse, ne cache pas que ses intentions sont, à terme, de scinder le pays; (3) La NV-A a gagné les élections en Flandre, avec près d'un électeur sur trois qui a voté pour elle; (4) La NV-A ne s'est jamais caché qu'elle ne voulait pas du PS dans une coalition à laquelle elle participerait; (5) À l'inverse, le PS et le CDH se sont empressés de former une coalition à Bruxelles et en Wallonie excluant le MR, espérant par là contraindre les Flamands à se passer des services de la NV-A une fois encore au Fédéral; (6) En agissant de la sorte, PS et CDH ont poussé le MR dans les bras des Flamands, et notamment de la NV-A qui se retrouve au Fédéral; (7) Une fois mis en place, le gouvernement MR/Open VLD, CD&V et NV-A subit l'attaque frontale du PS et du CDH avec une virulence peu commune, ces deux partis ayant pourtant tout fait pour amener les partis flamands à faire monter la NV-A au gouvernement. ... Ma question est la suivante : Marcel, en définitive, qui est le plus séparatiste des deux partis dans ce pauvre pays, la NV-A ou le PS ? Je vous avoue que je suis sincèrement occupé à me poser la question. Et je vais même aller plus loin : le PS n'est-il pas devenu, aujourd'hui, le parti qui fragilise le plus l'état Belgique ? Autre question : Que voulait donc le PS en ce qui concerne le MR ? Si je décode bien ce qui se passe actuellement, il semble en effet que le PS n'avait qu'une intention : reléguer le MR dans les chiottes de l'Histoire pour encore au moins quatre ans, si pas plus, et à tous les niveaux de pouvoir (ceci alors que le MR, qu'on le veuille ou non, avait progressé dans les urnes). Autre question : dans un système à la proportionnelle comme le nôtre, une telle attitude est-elle vraiment démocratique ? Autre question encore : En quoi les choix posés par un Benoît Lutgen, et à sa suite d'une Milquet, voire d'un Delpérée (qui fait un prurit anti-flamand), sont-ils réellement représentatifs de la position des électeurs du CDH ? Je la pose autrement : Si l'on devait faire une enquête auprès des électeurs du CDH, la majorité aurait-elle été pour un rejet du MR et un refus de monter dans le gouvernement fédéral avec la NV-A ? Je suis loin personnellement d'en être convaincu. Dernière question : Dans l'état actuel des choses, à savoir un électorat flamand à 33% de NV-A, le mieux n'était-il pas en définitive de faire monter ce parti au pouvoir au niveau fédéral, histoire de le confronter à la réalité socio-économique actuelle et aux véritables enjeux sociaux, institutionnels et politiques de ce pays ? En d'autres termes : Une NV-A confrontée à l'exercice du pouvoir fédéral n'aurait-elle été amenée à arrondir ses angles, comme a fini par le faire un Wilfried Martens ? Enfin : Eu égard à un tel enjeu, l'attitude du PS et du CDH n'est-elle pas de nature à renforcer la NV-A dans sa conviction que ce pays n'a plus aucun sens ? Bref : Le PS n'est-il pas tout simplement occupé à accélérer le processus de décomposition de notre pays, et ce alors qu'il se présente toujours comme le rempart contre les forces centrifuges et séparatistes ? Merci d'éclairer ma lanterne.
    • GeBonet
      octobre 18, 23:28 Reply
      @Tournaisien Sur les premiers points je suis assez d'accord et c'était la solution la plus simple. Toutefois vue la tension existante entre FDF, CDH et MR, il fallait évaluer le MR sur ses engagement de campagne... ET là, c'est devenus stratégique, il fallait savoir et tester la loyauté du MR déjà que lors des élections précédente un doute à planer suite au resto entre Didiers et Bart.... Donc à cette question je précise, le MR a déclaré publiquement AVANT les élection qu'une alliance avec la NVA était impossible, car séparatiste, nationaliste et raciste... Parole de Charles... Connaissant le Charles il fallait qu'il soit en condition de faire ou ne pas faire ce qu'il avait annoncé ! Cette alliance PS- CDH dans un premier temps permettait de le vérifier... Et ils ont vus ! Pour rappel du coté flamand, ils ont d'abord fait une alliance NVA et CD&V puis seulement pour décider le MR la NVA a accepter sous pression du CD&V (qui espérait voir aussi venir le CDH) de prendre le VLD a la région Flamande. Et ça a marché... Le MR y a été, ils ont invité le CDH comme convenus sauf que le CDH n'as pas mangé sa parole, alors Charles a décider d'y aller seul à y entrer dans le jeu flamand. En refusant, qui sait s'il n'aurait pas pu comme le VLD du coté flamand réintégrer la région Wallonne ??? Mais voilà, il a préférer renier sa parole et octroyer a son partis TOUT les ministère qu'il pourrait avoir et premier en prime. L'explication est simplement claire quand on regarde toutes les phases et le seul collabo c'est le MR, qui même y étant poussé par le CDH et le PS, ne pouvait pas renier ses déclarations de guerre à la NVA ! Erreur des partis Wallons, surement. Mais ils ne s'attendaient surement pas à une telle trahison. Mais bon ce n'est que mon analyse.
    • uit't zuiltje
      octobre 21, 11:40 Reply
      "reléguer le MR dans les chiottes de l’Histoire pour encore au moins quatre ans" c'est le gouvernement fédéral que vous traitez de chiotte? vu la toute puissance que vous attribuez au ps je comprends mieux que vous pensiez qu'on puisse gagner une élection à la proportionnelle sans obtenir 50%+1 des suffrages
  27. Garcia
    octobre 19, 02:33 Reply
    Et si au lieu d'écrire des articles pour se faire remarqué on diffusait la série Holocauste à la télévision hein !
    • Marcel Sel
      octobre 20, 00:40 Reply
      La série Holocauste est passée en Flandre. C'était au moment où le Vlaams Belang montait. Ce n'est pas ça qui l'a empêché d'obtenir 24%…

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.