Ce que disait Dieudonné à la télé iranienne (rappel)

Photo du 66398595-01- à 18.26.jpgDieudonné est un humoriste. L’humour doit être le plus libre possible. Mais c’est aussi un monsieur qui a donné des interviews sérieuses, notamment à la chaîne iranienne Sahar. Et là, il n’y a plus l’alibi humoristique. C’est donc là que l’on peut essayer de comprendre s’il est antisémite ou pas, et dans quelle mesure. Dans ces interviews, il nous parle du diable. Entendez «le sionisme». Vous me direz que ce n’est pas nouveau. Mais si, là, il y a quelque chose de différent. D’abord, l’attitude. Modeste, presque réservée, avec une déférence pour l’Islam, l’islamisme et la révolution iranienne qui «est devenue un exemple dans le monde» et qu’il propagerait bien en Europe si on le suit jusqu’au bout :  «[Les chrétiens] doivent comprendre que Jésus était prophète de l’Islam […] il est très important que les chrétiens arrivent naturellement dans l’Islam parce que c’est le chemin naturel de la révolution qui est en train de se produire.»

Sans le moindre bémol pour ce régime totalitaire et meurtrier (celui qui exécute le plus par habitant dans le monde : 360 exécutions en 2012), il se félicite du courage et de la sagesse d’Ahmadinedjad «qui est une voix très importante pour les antisionistes». Et puis, surtout, il démontre involontairement que quand il utilise le terme «sioniste», il parle en fait des Juifs. Dans la deuxième partie de l’interview, il affirme que ce sont les «sionistes» qui ont tué Jésus. Or, le sionisme date de la seconde moitié du XIXe siècle. Vous me rappelez de quand date la crucifixion de Jésus ?

Il faut ajouter à cela que l’affirmation que les Juifs auraient tué le Christ a servi de tout temps à justifier les discriminations contre les Juifs, mais aussi leur élimination systématique, les pogroms, les assassinats de masse, etc. L’Église a reconnu (très tard, en 1965 !) que les Juifs étaient avant tout le peuple «théogène», autrement dit, celui dont est issu Jésus, qui était incontestablement juif. En reprenant avec virulence le credo qui permit notamment à l’Inquisition de brûler des gens uniquement parce qu’ils avaient des origines juives, Dieudonné nous renvoie plusieurs siècles en arrière, aux pires moments de notre histoire chrétienne. On doit évidemment en déduire qu’il fait ici de l’antisémitisme. 

Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg. Voici quelques autres phrases de l’humoriste, dites très sérieusement lors de ces interviews :

«La liberté de pensée, de conscience n’existe pas [en Europe]».
Espérons qu’il la trouve chez les Gardiens de la Révolution.

«Le sionisme, c’est la recherche de la manipulation et du mensonge. C’est la religion… enfin, la religion… c’est une philosophie, on ne sait pas exactement ce que c’est, en réalité, si ce n’est le vice, la perversion et le racisme… »
Voilà. Dieudo ne sait pas vraiment ce que c’est, le sionisme qu’il combat pourtant au quotidien. C’est un peu tout à la fois. Mais ça commence bien sûr par la religion (juive). On se demande en fait si le sionisme n’est pas une production de sa propre paranoïa !

«Il faut savoir que le sionisme, en France, ça commence dans les manuels scolaires. Fernand Nathan, il s’appelle, celui qui écrivait l’histoire pour tous les petits Français. Cet homme est un sioniste… »
Ceci, sans preuve. D’autant que Fernand Nathan n’est pas le seul à avoir créé des manuels scolaires. Mais il porte un nom juif, ce qui suffit chez Dieudonné à le soupçonner de sionisme.

«Le sionisme a tué le christ. C’est le sionisme qui prétendait que Jésus était le fils d’une putain».
Extraordinairesionisme qui a tué 1850 ans avant de naître ! Sans compter que je n’ai jamais entendu un «sioniste» affirmer que Marie était une «putain».

«Il y a beaucoup de travail à faire pour convaincre les chrétiens d’arriver dans ce grand mouvement islamique qui est un mouvement universel».
(no comment)

«Les sionistes sont lâches… leurs coups sont légers, c’est comme des caresses ».
Alors, pourquois’affoler ? Notez que ce sont les mêmes accusations que celles que les nazis portaient aux Juifs. Mais ça doit être un hasard. Espérons…

«Le sionisme est une haine profonde de l’humanité».
«Il me semble que c’est une épreuve qui est envoyée à l’humanité»
«Le sionisme joue sur nos instincts les plus bas, les plus faciles et il nous tente… c’est la tentation dont nous parlait le christ.»
Autrement dit, le Sionisme, c’est le diable, c’est Satan. De là à faire le lien avec le judaïsme, il n’y a qu’un pas. Ceci permet peut-être de comprendre pourquoi des antisémites déclarés aiment tant Dieudonné ?

«Les chrétiens qui sont aujourd’hui perdus doivent rejoindre l’islam (de Khomeini)».
Avis aux chrétiens.

Dans une autre interview à la chaîne iranienne Press TV(1), il affirmait que «[Les Sionistes] étaient impliqués dans la traite négrière. Il faut savoir que 90 % des bateaux qui déportaient les Noirs d’Afrique vers les Antilles appartenaient à des Juifs et la majorité des marchands d’esclaves étaient juifs.» 

Cette information semble issue d’une émission de Radio Courtoisie (extrême droite) où un fieffé antisémite avait recueilli les noms des propriétaires de 50 bateaux de la traite négrière oubliant tous les autres, soit la grande majorité. Non seulement, elle est très exagérée, mais en plus, elle fait l’impasse sur la traite négrière des Arabes, l’écrasante responsabilité de riches européens et de colons américains, celle des Belges au Congo (traite sur place), et la participation de rois et chefs africains… En gros, en focalisant sur les«sionistes», Dieudonné blanchit les véritables coupables et complices de l’esclavage. En prétendant défendre l’héritage «nègre», il le viole, et en abuse au profit de son ennemi autodéclaré, le «sionisme» qu’il brandit pour tout et n’importe quoi. Il faut croire que les blancs d’Afrique du Sud qui ont organisé l’apartheid étaient juifs eux aussi ? Eh bien non. Ni ceux qui ont organisé la ségrégation aux USA. Au contraire, les Juifs ont le plus souvent lutté aux côtés des organisations anti-ségrégations. Ça aussi, un défenseur de la négritude libre comme Dieudo prétend l’être, aurait dû le savoir.

Et le pompon :

«Shoananas […] est un moyen qui permettra aux enfants de danser et d’apprendre en même temps». Je me demande ce qu’on dirait si un chanteur lançait un «Tutsi-ananas» ou un «OAS-ananas»… pour éduquer les enfants…

Previous La Belgique, passoire je m'en-foutiste (bis)
Next Forest National, acronyme FN (grâce à Dieudonné)

You might also like

0 Comments

  1. […] Or, un tel spectacle n’est pas une bonne nouvelle dans une Région bruxelloise où le potentiel de vocations jihadistes n’est pas négligeables — je rappellerai demain dans Les Experts sur Télé Bruxelles qu’elles ne constituent jusqu’ici que 0,06% de la population musulmane belge, mais ce n’est pas une raison pour laisser propager "l’antisionisme" antisémite de Dieudonné M’bala M’bala dans notre ville multiculturelle. Nous avons besoin d’unité, ou du moins, de respect mutuel entre les communautés bruxelloises, pas d’un affrontement permanent. À cet égard, la venue de "Dieudo" est une provocation dont on peut franchement se passer. Je frémis à l’idée que des milliers de fans riraient ensemble de plaisanteries vaseuses, prétendument intelligentes, sur le soi-disant sionisme mondial ou l’esclavage prétendument financé par un Rotschild, bien sûr. Surtout de la part d’un monsieur qui a accusé "les Sionistes" d’avoir tué le christ ou d’être le diable, mélangeant joyeusement sionisme et judaïsme (relire mon article sur Dieudo à la télévision iranienne). […]
  2. Tournaisien
    octobre 03, 21:38 Reply
    Mettons les choses au point ... Aujourd'hui, la presse belge vient de nous annoncer qu'un membre de Sharia4Belgium avait travaillé durant quatre ans à la centrale nucléaire de Doel. celle qui voici près d'un mois et demi avait dû fermer l'un de ses réacteurs en raison d'une défectuosité ... qui s'est avérée être en réalité un sabotage. La presse n'a pas (voulu) fait(re) le lien publiquement, mais tous ont compris entre les lignes. L'hypothèse est en cours de vérification : le sabotage (qui est semble-t-il avéré) a très probablement été commis par cet enfoiré d'islamiste. Pour rappel, Sharia4Belgium est depuis deux à trois ans la principale plateforme de recrutement pour aller combattre en Syrie et dans le nord de l'Irak. Et l'on sait que ceux qui reviennent du conflit contre Assad et le gouvernement irakien ne sont en réalité que des bombes à retardement. Cette tentative, en clair, si elle se confirme, aurait fort bien pu réussir, avec les conséquences que l'on imagine (des centaines, si ce n'est des milliers de morts). Je vous laisse deviner ce qu'il en serait advenu au niveau de la population belge. Tôt ou tard, des attentats meurtriers seront commis par ces cinglés revenus en Belgique (comme ailleurs, en France, en Allemagne, au Royaume Uni, au Danemark). Tôt ou tard, des citoyens et citoyennes de ce pays seront tués par cette haine aveugle, et ces meurtres alimenteront une haine croissante envers les musulmans dans notre pays (des musulmans dont la cote n'est déjà, pour l'heure, guère au beau fixe ... euphémisme !). Le couvercle du "politiquement correct" finira, plutôt qu'on l'imagine, par trouver ses limites. L'islamisme, perçu comme un acte de guerre contre nos pays, alimenté par une intolérance et une haine sans nom, va pousser de plus en plus nos populations vers des partis ouvertement xénophobes et islamophobes. Le FN en France, aujourd'hui déjà, fait ses choux gras de ce contexte politique et international, et il ne faudra pas attendre longtemps pour voir apparaître des partis semblables, même en Wallonie où l'extrême-droite ne parvient aujourd'hui pourtant pas à percer. Le sang appellera le sang, et il arrivera un jour où l'on verra des attentats antimusulmans perpétrés dans nos pays. La tension va monter, les populations musulmanes seront déchirées de plus en plus entre le rejet de nos pays (se radicalisant en bonne partie) et la peur. Dans peu de temps (moins de dix ans ... et encore, je crois que je suis optimiste), on assistera aux premières émigrations de musulmans qui préfèreront quitter nos pays et retourneront chez eux, creusant encore un peu plus le fossé qui existe déjà entre leurs cultures et les nôtres. À l'horizon de 15 à 20 ans tout au plus, le monde musulman et le monde occidental, si aucun courant de fond de part et d'autre ne survient pour mettre un terme à ce délire, seront totalement coupés l'un de l'autre, formeront deux blocs totalement antagonistes, selon une logique qui rappellera en quelque sorte celle du rideau de fer entre le bloc occidental et le bloc communiste avant 1989. Ceci est le scénario (non que je souhaite, que du contraire) que j'entrevois avec le plus de probabilité. La radicalisation de l'Islam, qui ne se limite pas à la Syrie, à l'Irak ou à la Somalie, mais qui touche également le Sahel, le nord du Nigéria, le Soudan, la Mauritanie, la Cyrénaïque (nord-est de la Libye), le sud des Philippines, etc., va entraîner une vague de fond radicalisée en Occident, qui me paraît inéluctable si les attentats meurtriers, prévisibles, finissent par éclater comme autant de mines à retardement dans nos pays. Mais ce qui est dramatique pour nos pays, c'est que cet état de guerre (car il faut appeler les choses par leur nom) sera concomitant avec la terrible crise économique et financière liée à notre déficit démographique que nous connaissons. L'Occident (nos pays, en clair !) vont, dans les dix à trente ans qui viennent, devoir se battre sur deux fronts, un front extérieur, contre un Islam conquérant, et un double front intérieur, celui de l'immigration musulmane et de la crise économique et sociale. Les années qui s'annoncent vont être douloureuses. Mais de cela, je crois que la grande majorité de nos concitoyens sont déjà au courant. De cela, je suis convaincu, sans chercher à jouer les Cassandre. Poitiers n'est pas si loin ! Le problème de fond, c'est qu'un tel processus ne peut qu'être enrayé par une victoire de l'intelligence humaine, ce à quoi, dans une certaine mesure, on avait assisté en URSS avec les débuts de la Glasnost sous Gorbatchev, et que, force est de l'admettre, il n'y pas la place pour une once de cette intelligence dans l'intégrisme religieux, en particulier dans l'Islam des Salafistes et autres Djihadistes. Je serais donc tenté de penser qu'il nous faudra boire le calice jusqu'à la lie. Dieudonné s'inscrit dans ce contexte. Son discours est celui de la haine, de la haine de nos pays, de nos cultures, une haine à l'origine non identifiée clairement mais qui a trouvé en l'Islam une caisse de résonance à la mesure de tous ses ressentiments.
  3. Tournaisien
    octobre 04, 08:38 Reply
    http://www.lesoir.be/671221/article/actualite/monde/2014-10-03/l-etat-islamique-revendique-decapitation-d-un-otage-britannique La haine, rien que la haine, une haine inextinguible et une intolérance incommensurable. Ceux qui sont habités par cet esprit-là ne pourront jamais être "déconnectés", "désamorcés"', "rééduqués".
    • Pfff
      octobre 04, 13:33 Reply
      En tout cas, ils ne doivent plus être encouragés par la haine de soi de l'Occident. Quand on minimise perpétuellement les exactions islamistes, au nom d'une culpabilité occidentale que l'on accommode à toutes les sauces, on ne fait qu'encourager la propagande islamiste. Il faut prendre la mesure de ce qui est train de se passer dans les pays musulmans : un écroulement des sociétés, comparable à ce que fut l'écroulement européen et chinois au vingtième siècle. Nous sommes en face d'une civilisation qui tombe dans un gouffre, et il a décidé de nous emporter dans sa chute.
      • Tournaisien
        octobre 06, 08:50 Reply
        L'effondrement des sociétés arabes ? ... oui dans une certaine mesure, ou plutôt non, dans la mesure où le greffon du modèle de développement à l'occidentale n'a jamais vraiment pris dans les pays musulmans (exception faite dans une certaine mesure d'un pays comme l'Indonésie, en raison de son incroyable syncrétisme religieux ... j'ai bien écrit "dans une certaine mesure"). Si l'on observe bien ce qui s'est passé, que constate-t-on ? - que le modèle occidental y a été importé à la faveur de la "crypto-colonisation" du XIXe et du début du XXe siècle (notamment par l'intermédiaire des protectorats britanniques et français au Proche-Orient, sans compter la colonisation directe de l'Italie en Libye et en Somalie), mais que cette présence occidentale y a été rejetée, logiquement, à la faveur de la montée de régimes dits "nationalistes", ceux du parti "Baas" en Syrie et en Irak en particulier, et avec elle, dans une certaine mesure, le modèle incarné par la société de ces pays colonisateurs ; - que le modèle occidental, du moins le modèle de développement économique, s'est imposé dans les pays producteurs de pétrole, Arabie Sédoudite, Bahrein, Qatar, Kuwait en tête, pays qui furent par ailleurs le berceau du wahabitisme, cette forme particulièrement radicale d'un Islam intégriste, et que donc, le développement économique fondé sur la manne "artificielle" du pétrole y apparaît comme une sorte d'emplâtre placé sur un fond resté "radicalement" traditionnel, une situation donnant naissance à des monstruosités potentielles du genre "vitrine internationale et financement en sous-main du terrorisme salafiste un peu partout dans le monde (cfr en particulier le Qatar)". - que le refus de ce modèle occidental a pris depuis une vingtaine d'années deux formes successives, celle de l'internationalisation d'un Islam concurrent sur un mode terroriste planétaire (Al Qaïda), celle ensuite de la recréation des anciens "califats", sorte d'oasis d'un Islam intégriste intact et traditionnel, califats à partir desquels l'Islam, progressivement, se lancera à la conquête du reste du monde. Et que ce double modèle d'intégrisme de guerre n'est en définitive qu'un retour "nostalgique", d'autant plus violent, au modèle de ce qui est perçu par grand nombre de musulmans comme ayant été l'"âge d'or" de l'Islam, à savoir la période du califat abbasside, et des dynasties toulounides (arabe, à la différence des Mamelouks) en Egypte, almoravides (dans le Maghreb), etc. La question qu'il y a lieu de se poser est la suivante : pourquoi donc la modernité éprouve tant de difficulté à prendre racine en terre d'Islam. La réponse est assez simple me semble-t-il; elle tient tout à la fois à la structure même de cette religion et la nature du texte de référence qui est le Coran. Ce Coran, fondement de la foi du musulman, est un ensemble de préceptes qui, par leur caractère explicite, n'appelle "a priori" que peu d'interprétations. D'autre part, l'absence de toute autorité (la structure de l'Islam) identifiée rend précisément l'interprétation de ces textes hautement problématiques dès lors que celle qui sera donnée par un imam "x" pourra fort bien être contredite du tout au tout par un imam "y". En clair, quand bien même il y aurait des imams d'une grande ouverture sur la modernité (cfr par exemple l'imam de la mosquée du Cap, en Afrique du Sud, qui vient d'autoriser de fréquentation de sa mosquée les Chrétiens et les homosexuels), il y aura toujours (et d'ordinaire en plus grand nombre) pour contredire radicalement ces tentatives d'ouverture (cfr l'islam d'Afrique du Sud qui a appelé à la destruction de cette mosquée, victime d'un incendie criminel à la fin de la semaine dernière). Le Christianisme, au contraire, a toujours été au niveau théologique une religion de débat, quoi qu'en diront les laïcs les plus aveuglés par leur ressentiment. L'esprit du franciscanisme en particulier a vu souffler sur la religion chrétienne un double vent affectant à la fois la doctrine sociale de l'Eglise (cfr le testament de François d'Assise et les écrits issus du courant des "Sprirituels" au XIVe siècle), et son ouverture au niveau intellectuel (cfr en particulier les écrits d'Ubertin de Casal, au début du XIVe siècle). L'une des pensées les plus originales, et les plus prometteuses de modernité au XIVe siècle, fut en outre due à un franciscain anglais de la région d'York, Guilaume d'Okham. Ce dernier lança les bases de ce qui deviendrait les fondements mêmes de la laïcité occidentale : (1) l'irréductibilité des lois de la nature, indépendamment de toute forme de transcendance divine (1 + 1 feront toujours 2, que Dieu existe ou non) ; (2) la séparation des pouvoirs temporel et spirituel (certes dans le contexte du débat de l'après "Querelle des investitures"), à savoir donc des sphères du religieux et du pouvoir civil. Il ne faut pas oublier non plus que la grande vague de fond au niveau culturel, intellectuel et artistique qui a traversé l'Occident, qu'on appelle la Renaissance, a été animée et alimentée essentiellement à l'origine, aux XIVe (au niveau littéraire d'abord ... cfr Pétrarque) et au début du XVe siècle, par des hommes d'église, qui ont lancé les fondements de l'humanisme à partir d'une réflexion critique sur l'héritage chrétien et la tradition patristique. L'une de figures les plus emblématiques, de ce point de vue, ne fut autre que Poggio Bracciolini (Le Pogge), le grand "redécouvreur" du "De rerum natura" de Lucrèce qui amènera à la redécouverte de l'épicurisme, l'un des fondements de l'athéisme occidental. Ce ferment critique et cet esprit du débat à un haut niveau intellectuel sont ce qui a modelé notre civilisation occidentale et l'ont conduit vers la "modernité", cette modernité qui se décline à la fois en termes d'humanisme, d'ouverture à la critique, d'esprit scientifique, de tolérance et démocratie. Or ce ferment, pour les raisons citées ci-dessus, est précisément absent dans l'Islam, condamné qu'il est celui-ci à retomber de façon incessante, telle une sorte d'implacable névrose, dans les errances du retour perpétuel à un âge d'or illusoire ... et terriblement meurtrier.
        • Pfff
          octobre 08, 12:21 Reply
          C'est Guillaume d'Ockham que je dois remercier pour le marxisme scientifique ? "1 + 1 feront toujours 2, que Dieu existe ou non" Quel lamentable hérérise : tous les catholiques savent très bien que 1+1+1=1.
        • Pfff
          octobre 08, 12:23 Reply
          "certes dans le contexte du débat de l’après "Querelle des investitures"" Comme quoi, c'est souvent le temporel qui ne respecte pas les règles, n'est-ce pas ?
        • Pfff
          octobre 08, 12:37 Reply
          Figurez-vous qu'en France, il y a un gugusse qui est président de la république et qui sanctifie à tour de bras, surtout tout ce qui est puerilement transgressif (la transgression étant au gauchisme ce que le réverbère est au tequel à poil dur). Ce sombre idiot, et son bedos dégénéré, nommé Burriquito-le-Faux, font d'ailleurs du socialo-occultisme pendant leur week-ends et jouent aux tarots à trois points le coup dès qu'ils ont cinq minutes. Leur dernière fredaine est d'avoir organisé un simulacre bien répugnant, une messe noire pour déglingos, où une hystérique ukrainienne a, dans un tout de passe-passe qui éblouira les magiciens, les apprentis sorciers et les lecteurs d'Harry Potter, fait sortir un foie de veau de sa matrice, au beau milieu de Notre-Dame. On sait, car leur complice s'est bêtement vantée de leur soutien, que le Frollo de l'Elysée et le Quasimodo de Matignon étaient suspendus au bout du fil et qu'ils voulaient qu'on leur raconte tout, dans le détail le plus scabreux.
      • uit 't zuiltje
        octobre 07, 00:45 Reply
        "une civilisation qui tombe dans un gouffre, et il a décidé de nous emporter dans sa chute." vous avez donc chu Pfff? ou juste craignez de choir...à cause d'un humoriste ostracisé issu de "Josiane Grué, sociologue française originaire de Bretagne, et Dieudonné Joseph M'Bala, expert-comptable camerounais" (dixit wiki) "le vice, la perversion et le racisme" attribué au sionisme perso ne me pose pas trop de problèmes mettez les pieds en israël et regardez...j'attends de voir s'il (le sionisme) est vraiment taré au point d'avoir décidé de nous amener à la vitrification généralisée pour punir l'humanité insoumise (à leur extraordinaire dignité élective) d'être plutôt antisioniste
        • Tournaisien
          octobre 08, 06:16 Reply
          Uit'zuitje Manquait plus que cela ! Un antisionisme, crypto-antisémite, sous couvert de sarcasme savamment distillé à décrypter (ça commence à faire beaucoup de "cryptes" tout ça). Que la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens ne soit pas admissible, soit ! Mais que l'on arrête avec le reste. Quand bien même on ne serait pas d'accord avec cela, à juste titre, que je sache, cela ne concerne encore qu'un territoire grand potentiellement comme un peu plus de la Belgique (Israël avec la Cisjordanie et Gaza). Le judaïsme n'est pas prosélyte, tous le savent. En clair, avec les Juifs, le problème s'arrête bel et bien à Gaza et à la Cisjordanie (vous me direz sans doute que c'est bien dommage pour les Palestiniens, ce que je vous accorderai). En revanche, que diable, le délire de l'islamisme n'a pas de frontières. Que ce soit par conflits armés interposés (Syrie-Irak, Cachemire (Pakistan), Mindanao et Jolo (Philippines, Abu Sayyaf), Somalie et Somaliland, Sud-Soudan contre Soudan, Centrafrique (milices Selakas), Nord-Nigéria et Nord-Camerou (Boko Haram), Soudan (Darfur), etc.) ou par l'application de la Charia totalement (dans les républiques islamiques : Iran, Afghanistan, Pakistan et Mauritanie) ou partiellement, avec constitution encadrant le fait religieux (ce qui souvent ne fait pas grande différence) (Arabie Séoudite, Emirats arabes unis (Qatar, Dubaï, Bahrein, etc.), Oman, Yemen, Turkmenistan, etc.), l'Islam exporte son délire avec une facilité et une propension peu communes.
        • uit 't zuiltje
          octobre 12, 19:32 Reply
          Tourn' "Manquait plus que cela ! Un antisionisme, crypto-antisémite, sous couvert de sarcasme savamment distillé à décrypter (ça commence à faire beaucoup de « cryptes » tout ça)." bis repetita: « le vice, la perversion et le racisme » attribué au sionisme perso ne me pose pas trop de problèmes mettez les pieds en israël et regardez…j’attends de voir etc et si j’attends de voir c'est ce que je n'ai pas spécialement de confiance envers l'intégrisme messianique en particulier ni en aucun détenteur de moyens nucléaires en général si c'est être crypto-antisémite... grand bien vous fasse, je peux même vous offrir un blanc-seing de pro-bon-sionisme et de philo-sémite non crypté...vu votre si prévisible litanie islamophobe digne de vot bien-pensance antisocialisoillon je n'ai aucun problème avec le fait que la majorité de mes auteurs préférés soient juifs (le plus souvent leur judéité est un élément principal de leur oeuvre) et je lis peu d'écrivain arabe, mais en ce qui me concerne les palestiniens ont aussi un visage, et le nationalisme agressif de l'État juif envers <strong>s</strong>es arabes, je connais bien, ça s'appelle l'apartheid, mais c'est pire car il est aveuglément soutenu au-delà de ses "frontières" de dimension grand-ducale et hyper-voyant au milieu du jeu de quille arabe...
  4. Anonyme
    octobre 04, 10:57 Reply
    Excellent article Marcel ! Rien à rajouter.... Bien à vous et bonne journée
    • Marcel Sel
      octobre 06, 00:45 Reply
      Merci Elena. Mais j'ai retiré vos coordonnées qui se trouvaient au bas de l'article :)
  5. Pfff
    octobre 07, 14:16 Reply
    "En reprenant avec virulence le credo qui permit notamment à l’Inquisition de brûler des gens uniquement parce qu’ils avaient des origines juives" Tiens, Dieudonné, c'est encore la faute des catholiques. Quelle surprise ! L'Inquisition, institution d'État, indépendante de Rome, n'exécutait personne. Elle remettait au bras séculier. En moyenne, 1% (un pourcent) des personnes jugées par l'Inquisition étaient condamnées à mort. Hardly a genocide. En particulier, pour les juifs, l'Inquisition espagnole, dans le cadre de la Reconquista, après des siècles de domination musulmane extrêmement dure et sanguinaire (ne pas croire Amin Maalouf), et des siècles de guerres tout aussi épouvantables pour s'en défaire (des dizaines de milliers de morts à chaque bataille), condamnait les juifs relaps, c'est-à-dire, les juifs qui avaient été convaincus, deux fois de suite, d'avoir fait semblant de se convertir au catholicisme. Les plus grands massacres de juifs furent perpétrés pendant les guerres de la Reconquista et des luttes de pouvoir (avec, déjà, un breton presque borgne, comme Dieudonné : Du Guesclin, J'ai trouvé le lien ! 10 points !). La création de l'Inquisition espagnole intervient après tout cela, en 1478. Dès le tournant du 17e siècle, les exécutions deviennent anecdotiques. L'Inquisition aura surtout permis à Voltaire de caricaturer les catholiques et les espagnols <i>gotico</i>. Au 19e siècle, les feuilletonistes français auraient du reverser au moins 50 % de leur gages à la Très Sainte institution, s'il avait eu un gramme d'honnêteté. Mais elle permet, à des siècles de distance, à Marcel de se donner des petits frissons d'indignation (il est accro) et de déblatérer les catholiques, sans peur du ridicule (il est multi-addict) : Inquisition, castagnettes et mantilles, arsenic et vieilles dentelles. Sixte IV, qui a autorisé la création des tribunaux de l'Inquisition, proteste à plusieurs reprises contre les excès de l'Inquisition. L'Église condamne officiellement l'Inquisition espagnole et ses excès. Depuis 2000, et sous l'impulsion du futur Benoît XVI, elle se repent officiellement des excès de l'Inquisition. Source wikipedia: "La superposition de ces mouvements et enjeux sociaux a probablement contribué à grossir les traits les plus noirs de la méthode de l'Inquisition : torture, dogmatisme, injustice envers des victimes innocentes, fanatisme, antijudaïsme, obscurantisme, etc. La très grande majorité des publications contemporaines qui n'émanent pas de spécialistes de l'histoire véhiculent une représentation de l'Inquisition uniforme et très négative, reproduisant des images stéréotypées, telles que des scènes de torture sadique, des conditions d'emprisonnement inhumaines, des inquisiteurs en plein délire fanatique prenant plaisir à condamner à mort des innocents et les flammes d'un bûcher dressé sous un ciel d'orage, d'où le condamné lance une dernière malédiction. Bien sûr, cette image de l'Inquisition n'est pas uniquement le fruit de la propagande négative diffusée par les opposants de l'Église catholique et des pays qui y étaient alliés : elle repose sur la mémoire de faits historiques ne représentant qu'une proportion mineure de l'activité de cette institution mais réels, non négligeables et qui, par rapport aux normes sociales et éthiques contemporaines, sont extrêmement choquants, alors même qu'ils n'étaient pas exceptionnels pour leur époque (l'usage de la violence pour terroriser les populations a davantage été une méthode imposée par les monarques pour contrôler et unifier leur territoire, et ainsi donner naissance à l'État moderne, qu'une spécificité de l'Inquisition au sein de son époque). Pour Mgr Claude Dagens : « l'Inquisition fait partie, avec les Croisades, les guerres de religion et les pratiques d'exclusion à l'égard de certaines personnes (notamment les Juifs), de la mémoire sombre de l'Église. <b>Il n'est donc pas question de se refuser à des démarches de repentance.</b> Il constate néanmoins que cette mémoire sombre entraîne une perte de visibilité de l'Église, et qu'elle se traduit aujourd'hui par une certaine indifférence religieuse. Les chrétiens doivent y faire face à partir d'une culture historique plus solide.<b> Il ne faut pas que des épisodes négatifs du passé s'imposent dans le présent d'une manière fantasmatique. Le travail de la mémoire n'est pas fait pour aggraver une culpabilité collective,</b> mais pour libérer la conscience sous le regard de Dieu et pour aller de l'avant »." Amen Bon, maintenant, Marcel, on compare le bilan du désastre que fut l'Inquisition, il y a plus de quatre cent ans, avec les massacres de Mr Tsé-Toung, la plus grande boucherie de tous les temps, que vous avez encouragé de vos youkoulélé pubères et contemporains ? Comment cela ? Vos intentions étaient pures ? La doctrine des intentions, c'est bon pour les catholiques. Dans votre cas, ce n'est même pas aussi efficace que de se cacher derrière son petit doigt. Matérialistes, encore un effort !
    • Pfff
      octobre 07, 14:24 Reply
      Pas youkoulélé, olouloulou.
      • uit 't zuiltje
        octobre 08, 00:41 Reply
        "L’Inquisition, institution d’État, indépendante de Rome, n’exécutait personne. Elle remettait au bras séculier." j'ai calé là... ponce pilate et le sanhédrin les mains bien lavées en vrai et le faux protocole... et le peuple élu probablement sans le savoir préférant barabas à l'alien
    • Marcel Sel
      octobre 07, 22:26 Reply
      De mon point de vue, cher Pfff, les inquisiteurs étaient à peu près aussi peu chrétiens que les jihadistes sont musulmans. Ça vous va mieux comme ça ?
      • uit 't zuiltje
        octobre 08, 00:50 Reply
        perso en bon athée je trouve dégueux de penser que l'inquisition, jihad, ou george bush n'a rien a voir avec la religion... j'entends déjà Pfff me rappeler pol pot ou staline mais perso je ne me souviens pas que ceux-là voulaient la laïcité, le librexamen etc...
      • Pfff
        octobre 08, 08:55 Reply
        Eh non, je ne crois pas que les jihadistes tuent un pourcent de ceux qui tombent sur leur coupe, quand bien même ce serait un pourcent de trop.
  6. Pfff
    octobre 07, 18:13 Reply
    Sur le fond de l'article Quand je vous disais que l'anti-catholicisme et l'antisémtisme vont très bien ensemble... Dans un précédent article, vous l'aviez présenté comme un comique catholique. Milquet qui a supprimé toute référence chrétienne dans la dénomination de son parti et qui lorsqu'on lui demanda, sur la RTBF, de choisir entre Voltaire et Jean-Paul II-n'ayez-pas-peur-du grand-méchant-loup-soviétique-,-Solidarnosc-en-avant, répondit avec toute la supériorité de son intelligence fulgurante et la moue de dégout attendue, sans une seconde d'hésitation : Voltaire. Pour en faire une ministre de l'éducation catholique, lorsqu'elle est mêlée à un scandale, il faut encore une malveillance anti-catholique, jamais prise en défaut.
    • Pfff
      octobre 07, 19:15 Reply
      Erratum: Ce n'était pas dans un article, mais dans une de nos disputes rituelles, où vous assimiliez déjà chrétiens et nazis. "Il y a juste que quand on est catho comme Dieudo et qu'on accuse les Juifs, on se ment à soi-même."
    • uit 't zuiltje
      octobre 08, 01:02 Reply
      Pfff aidez-moi, Jean-Paul II c'est bien le saint qu'a tapé trois fois avec sa crosse sur le mur de berlin et patatra le mur est tombé et derrière toute la urssie a débaclé la cathophobie commence quand on raille les représentantes du cléricalisme... si soutenir un parti clérical est la preuve d'être anticlérical... perso Pfff tout me dépasse en walolnie
      • uit 't zuiltje
        octobre 08, 22:05 Reply
        et pour le saint successeur: http://www.youtube.com/watch?v=H45juDb8B-Y
        • uit 't zuiltje
          octobre 08, 22:11 Reply
          sorry Pfff , me suis enmêlé avec la vierge marie c'est du type qui parle aux zoizo que je pensais entendre: http://www.youtube.com/watch?v=dhPAmnNI4XQ
        • Pfff
          octobre 12, 08:37 Reply
          Passolini a reçu un prix du meilleur film catholique du Saint-Office pour Saint Paul, Uit'. http://www.liberation.fr/tribune/2002/12/16/pasolini-casse-le-moule-neo-reac_424691 "«Qui est pour l'avortement ?, demande Pasolini dans Lettres luthériennes. Personne, évidemment. Il faudrait être fou pour être favorable à l'avortement. (...) Eh bien moi, je me suis prononcé contre l'avortement et pour sa légalisation». Pour avoir défendu ce type de positions, Pasolini dit s'être fait lyncher médiatiquement par des gens «éclairés», «progressistes», alors qu'il attendait d'eux solidarité et compréhension. " "Comment peut-on être contre l'avortement ?" Jean Quatremer "Comment peut-on être Persan ?" Montesquieu Et comment peut-on être catholique ?
        • uit 't zuiltje
          octobre 14, 01:46 Reply
          "Et comment peut-on être catholique ?" c'est beaucoup plus mystérieux pour moi que comment peut-on être un connard de flamingant au xxiième,... ou un fascho sioniste remarquez
  7. uit 't zuiltje
    octobre 12, 20:07 Reply
    "«Shoananas […] est un moyen qui permettra aux enfants de danser et d’apprendre en même temps». Je me demande ce qu’on dirait si un chanteur lançait un «Tutsi-ananas» ou un … pour éduquer les enfants…" le côté dr choron du propos de l'autre est dépassé côté originalité mais je ne comprends pas votre"si un chanteur" dieudo de voice ? finalement le https://www.youtube.com/watch?v=Lte9unY-qYs d'annie cordy qui sentait bon le bon banania sans choker aucune susceptibilité légitimement exacerbée (quoique les traitodollars...) et personne n'a osé "tutsi, elle a fait un bébé tutsi" et pour «OAS-ananas» franchement ça sent trop le beau légionnaire dans la daèche avec des femmes voilées à poil...
  8. Colucci Tsu
    février 23, 18:40 Reply
    Même s'il dépasse les bornes dans la provoc et que je ne cautionne pas certains de ses propos, je trouve tellement lâche et hypocrite de faire de Dieudonné le chantre de la haine du juif. Pour moi c'est clair qu'il perd parfois les pédales. Mais comment ne pas devenir parano avec les attaques du pouvoir (et des influents du pouvoir) dont il fait l'objet en France depuis son sketch, très moyen, du colon israélien. On veut faire interdire ses spectacles d'humour (je sais, vous allez me dire que ce sont des meetings politiques, je connais la chanson des moutons qui basent leur opinion sur un extrait de spectacle ou une déclaration au JT) alors qu'à ma connaissance on n'a jamais fait interdire un meeting du FN ! Hallucinant ! Si on interdisait de télé tel homme politique sous prétexte qu'il a menti, on n'aurait plus beaucoup de débats ! Vous parlez de Faurisson comme d'un négationniste alors que pour moi c'est un révisionniste dans le sens recherche de la vérité historique, mais êtes-vous seulement allé lire ne serait-ce qu'un peu de ses recherches ? Ce que perso j'ai fait par pure curiosité ! Eh bien je regrette de l'avoir fait et j'ai du mal à aller jusqu'au bout, parce que de plus en plus je réalise combien on manipule l'opinion. Je dirais même, combien la masse se laisse manipuler, surtout à l'heure d'internet où il est facile (mais ça prend trop de temps entre la partie de tennis et le shopping) d'aller chercher la vraie info. Mais EVIDEMMENT que les adeptes de l'idéologie sioniste ne sont pas les seuls responsables des maux de la planète. Faut-il rappeler que Dieudonné s'est toujours moqué de toutes les races et couches de la population !? Nos chers médias autorisés se gardent bien de trop parler de l'horreur quotidienne à Gaza, ou de donner la parole aux juifs qui soutiennent Dieudonné, ou qui traitent Israël d'état fasciste. D'autre part je n'aime aucune religion, mais c'est tellement évident que le musulman d'aujourd'hui est le juif des années trente. Comme dirait mon voisin, c'est gros comme une maison !
    • Marcel Sel
      février 23, 23:49 Reply
      Je n'ai rien inventé de ce que Dieudonné a dit à la télé iranienne. Chacun est responsable de ses actes et de ses dires. Qu'il ait été injustement traité au moment du sketch du colon israélien, je suis tout à fait d'accord, mais là encore, en cas de crise, chacun choisir son chemin.
      • Colucci Tsu
        février 24, 00:10 Reply
        Ses courbettes envers le régime iranien, c'est justement une des choses que je ne cautionne pas chez lui. Même si Amadinejad est certainement surdiabolisé par la propagande occidentale au même titre que Poutine. Dieudonné tente de survivre avec ses "coups" médiatiques. On a la stratégie qu'on peut...

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.