Du Sel sur le Bart dans Pour ou Contre (RTL-TVI) ce mercredi.

Ce mercredi 9 septembre, à 12h35, dans Pour ou Contre (RTL-TVI), je débattrai avec Paul Grosjean de la dangerosité (ou de innocuité) de la N-VA de Bart De Wever. Le débat sera animé par Fanny Rochez.

Pour Ou Contre traite chaque jour à 12h35 d’une question d’actualité. Deux invités que tout oppose s’y affrontent. Charlotte Baut et Fanny Rochez assurent la présentation en alternance. Leur rôle : arbitrer le match entre les deux invités, recentrer le débat et recadrer les intervenants.

Previous Écosse. La commission fait mumuse et cornemuse.
Next Charles Michel bientôt premier ministre-président francophone du Gouvernement flamand ?

You might also like

0 Comments

  1. Salade
    septembre 09, 22:47 Reply
    Et la dangerosité de Charles Michel? Parce qu'elle existe. Le pouvoir à tout prix ça se paye cash. On en reparle en regardant les dégats dans un an (si ça tient jusque là)...
    • Pfff
      septembre 11, 18:00 Reply
      "Le pouvoir à tout prix ça se paye cash." Tandis que le mandat de Premier Ministre de Di Rupo se payera en dix ans, mais avec une piscine de bain sang social, ce qui est cher.
      • Pfff
        septembre 11, 18:12 Reply
        Drama Prime Minister and Kawaï TV anchor Je note par ailleurs que "bain de sang social" est repris tel quel dans le lexique de De Brigode : http://grandquebec.com/upl-files/RCS_Nipper.jpg . Leur petit truc à eux deux. So cute.
  2. Tournaisien
    septembre 10, 06:21 Reply
    J'ai essayé de consulter son blog : http://www.subalcondelactu.be Pas moyen ! Qui est-il Marcel ? Travaillant à cette heure-là, je ne pourrai vous suivre tous deux.
  3. uit 't zuiltje
    septembre 10, 21:51 Reply
    quelle déception! Marcel vous vous affrontiez juste à une andouille, vous les attirez ou quoi! à propos de celle là: 1)qui croit qu'une élection c'est un référendum (et en belgique encore ! c'est quoi ce nul!) 2)qui croit que la n-va pense indépendance à une échéance de 50 ans, mais il est con ou quoi, bien sûr que la flandre ou l'écosse peut être indépendante l'année prochaine (on dirait ces cons des années cinquantes qui croyait malins d'insulter les types qui prévoyaient l'indépendance du congo dans trente ans) l'année prochaine si ils le veulent vraiment et si on les laisse faire comme des cons 3)un brave "voltairien" qu'il dit qu'il est... peu terrien et "vol de rien" wi, plein de vide 4) la priyorité = l'économie qui dit le monsieur qui est rédacteur (en chef, c'est donc lui la tête, imaginez le reste)d'un torchon suce-gros-dard judicieusement intitulé "lobby" , une andouille très originale en plus -à vous maintenant: dès le début votre sortie sur le ptb, petit! très petit! une vraie gauche homéopathique faut la comparer à une vraie droite de gros sac de merde (au niveau de furlan qui dit ptb+ ça y en a pas ptb-go... ah wi le conseil d'État va sûrement ajouter comme vb n'est pas vb... naziblok et naziblang c'est nin appareil au même non peut-être) bon! la fanny a fait très fort en nous faisant écouter le papy ucclois de nonante ans qu'a laisser des neurones à la dernière guerre... vous avez pas honte là ... on parle de héros, vous lui avez même pas demandé s'il a fait la guerre d'espagne discuter du poids de bart, avec pas un pour dire qu'un type qui fait un tel régime est capable de l'imposer aux autres sans autre forme de procès (en fait c'est même pas vrai sa connerie de régime, il s'est fait lipposucer et mettre un anneau au bide, mais s'il fait croire à de l'autodiscipline c'est encore plus...) aaaah et ce putain de délire sur le CON FAIT DES RÂLE pas un crétin pour être un peu pédagogique et modeste sur ce qu'est vraiment une Entité AUTONOME dans notre système, c'est pourtant l'équivalent d'un État dans l'État, ni plus ni moins, quand donc comprendrez vous que ce pays n'a de "fédération" que le nom et que depuis 40 ans cette confédération (nous sommes le seul État au monde à s'être démocratiquement détricoté en plusieurs "États") bordel de merde vous voyez clair sur les flamands mais êtes incapable de sortir de cette rhétorique débile sur le fédéralisme des cons exploitée pas toute une série de dominants qui savent pertinemment bien dans quel jeu ils jouent la fanny m'a aussi fait bien rire à propos de l'écosse qui "vote son indépendance" au référendum, putain de langue FR rire jaune... comme un lion noir (en fait un vrai lion africain et tout, teint en noir)
    • wallimero
      septembre 11, 20:38 Reply
      allez, uit 't vuiltje, andouille, rédac en chef - c’est donc lui la tête, imaginez le reste - d’un torchon suce-gros-dard, crétin, con, débile... tout le vocabulaire du francophone habitant confortablement la Flandre... j'espère qu'il y aura bcp de monde qui regarde la vidéo sur RTL http://www.rtl.be/rtltvi/emission/pour-ou-contre/1136.aspx On y découvrira notre Marcel national(site) qui exige un référendum sans pouvoir dire pourquoi, qui brandit Hitler et le nazisme (comme à chaque fois) pour ensuite vite dire que c'est juste pour dire qu'il y des gens qui font l'amalgame - eeuh comme toi Marcel - et que c'est pas vrai. Que la Catalogne et l'Ecosse passent par le référendum est bien compréhensible, ils sont minoritaires dans leur pays. On ne demandera pas l'autorisation de Marcel pour organiser l'indépendance de la Flandre. VV
      • Marcel Sel
        septembre 14, 12:30 Reply
        Je n'ai justement pas fait d'amalgame avec Hitler, j'ai bien dit que la comparaison était ridicule. Bad move, Walli.
        • thomas
          septembre 14, 13:38 Reply
          Mais vous n'avez pas pu résister à approcher le sujet, même si c'était pour dire après qu'il n'y a pas de comparaison. Il n'y avait aucune raison. Si on dit toujours "Monsieur X, qui n'a rien à voir avec la pédophilie, ...." c'est pour que les auditeurs finissent par voir une connexion entre Monsieur X et la pédophilie. Vous êtes tellement transparent.
          • Marcel Sel
            septembre 14, 22:28
            Si, c'est utile. D'abord parce que je rappelle régulièrement que la N-VA est au moins indirectement impliquée dans des commémorations d'extrême-droite. C'est un fait et donc une info. Je dois donc aussi donner toute l'info et indiquer que la N-VA n'est pas fasciste en soi. Ensuite, beaucoup de Francophones pensent que De Wever, c'est Hitler. Je les contredis. Mais après, bien sur, Walli me reproche d'avoir dit le mot qu'on n'a pas le droit, en Flandre, de prononcer quand on parle de Bart De Wever. Belle liberté d'expression daar boven!
        • uit 't zuiltje
          septembre 15, 00:50 Reply
          bdw admire hitler, il ne s'en est pas toujours caché flamingants, assumez
      • uit 't zuiltje
        septembre 14, 15:21 Reply
        @ vv allii "Que la Catalogne et l’Ecosse passent par le référendum est bien compréhensible, ils sont minoritaires dans leur pays. On ne demandera pas l’autorisation de Marcel pour organiser l’indépendance de la Flandre." je comprends pas trop: 1)une flandre qui organiserait son indépendance sans l'avis de Marcel ( donc sans le vote des bxlois) sans bxl alors? 2)une flandre qui organiserait son indépendance sans l'avis des FR ? (sans moi non plus alors) 3)une flandre qui organiserait son indépendance parce qu'elle est majoritaire dans son pays... et qui a aucune raison qu'une majorité de citoyen ne se débarasse d'une minorité de citoyen (des salauds qui s'accrochent alors qu'on fait tout pour leur dire que leur intérêt c'est celui que la majorité a décidé qu'ils sont négligeables) merci alors à Marcel "qui brandit Hitler et le nazisme (comme à chaque fois) pour ensuite vite dire que c’est juste pour dire qu’il y des gens qui font l’amalgame" naz! VValli naz!
    • Tournaisien
      septembre 12, 08:33 Reply
      Uit'zuitje Il y a chez vous quelque chose que j'ai du mal à comprendre. Vous êtes une sorte de paradoxe sur pattes qui, en permanence, se réfugie derrière les fantasmes grinçants et décalés. Paradoxe à plusieurs niveaux : Francophone du Rand et Flamand d'origine; Anti-Flamand et pourtant anti-régionaliste francophone; Belgicain irréductible quoique décalé et anti-flamand pathologique; Belgicain patenté et anti-catholique convaincu; Laïque de gauche et conservateur dans l'âme s'agissant de la vision que vous vous faites de l'état dans lequel il nous faudrait vivre. Ces contradictions, que vous assumez manifestement avec quelques difficultés, vous les dissimulez sous vos sarcasmes et humour décalé à l'orthographe volontairement torturée. Voyons les choses en face, mon cher Uit'zuitje (car c'est je crois l'un de vos plus gros problèmes) : l'Histoire n'est jamais en repos. Le Grand Soir (de la vieille Belgique), ça n'a jamais existé. Tout au plus, dans certains états, dans certains "régimes" politiques où les institutions poussent à une certaine forme d'immobilisme (le système électoraux à la proportionnelle en particulier), l'Histoire peut-elle connaître de surprenants "ralentissements". La Révolution des Belges ... une révolution au ralenti, une conquête bribe par bribe, entrecoupée de psychodrames mode "tartuffes" ou "Bouvard et Pécuchet", mais d'autant plus inéluctable précisément qu'elle est lente et progressive. La marche irrésistible de la limace en quelque sorte ! En somme, il nous aura fallu à nous trois belles générations (ou la vie complète d'un grand'père de 70 ans), mais quoi qu'il en soit, nous sommes bel et bien au seuil du basculement, n'en déplaise aux naïfs qui croient au théorème de la flèche de Zénon d'Elée (quand bien même pour parcourir toute la distance vous séparant d'un point B il vous faudrait d'abord en parcourir la moitié, puis la moitié encore de la distance restante, etc.). Avez-vous vu la manifestation de Barcelone d'hier ? À faire pâlir d'envie les organisateurs de marches blanches surfant sur l'émotion suscitée par l'enlèvement et l'assassinat de jeunes filles de 10 ans ! Un million huit cent mille participants (estimation basse !). Du jamais vu ! Voilà un signal très fort lancé à l'Ecosse qui, encouragée par cet élan populaire incroyable, pourrait fort bien être enclin à décider pour finir de prendre son destin en mains. Et vers quoi croyez-vous que sont rivés tous les yeux de Flandre cette semaine ? Et où regarderont les Flamands jeudi prochain, 18 septembre ... si ce n'est vers Edimbourg ou Glasgow ? La construction européenne butte aujourd'hui sur la résistance des grands états-nations. La logique de cette construction est d'aller vers une forme d'intégration politique, c'est-à-dire vers un véritable modèle confédéral (plus que simplement "supra-national"). Un modèle confédéral qui pourrait d'ailleurs lui-même évoluer par la suite vers une forme de modèle fédéral à l'américaine ! C'est bien cela en définitive le sens du processus politique dans lequel sont engagés plusieurs centaines de millions d'Européens aujourd'hui. Or la résistance des états-nations constitue aujourd'hui le principal obstacle à cette dynamique de la construction confédérale. Une réponse qui pourrait être apportée est que précisément on en passe par une phase intermédiaire de "recomposition" de l'Europe, sur la base d'un nouveau découpage d'entités, à la fois plus petites, plus responsables (le revers de la médaille de l'état-nation est aussi de la déresponsabilisation entraînée par l'état-providence qui lui est consubstantiel) et plus proches d'une certaine réalité historique. D'ailleurs, si l'on y regarde bien, que constate-t-on ? Que les grandes crises (j'ai utilisé à dessein le pluriel) que traversent plusieurs grands états européens sont, précisément, le fait de ces états-nations. Le fait est évident en ce qui concerne l'Espagne, qui est probablement l'état-nation d'Europe qui tire aujourd'hui le plus mal son épingle du jeu. Mais ce l'est également, quoique sous une autre forme, de la France dont la vague de fond, politique, de la décentralisation travaille en réalité les consciences en profondeur, en une dialectique dont n'est pas étrangère le socio-économique. Les manifestations (qui ont fait frémir) des bonnets rouges en Espagne (une vieille crainte est apparue dans la gauche Républicaine de la résurgence de la "chouannerie") ont été comme un signal clair, mais que pourrait-on dire par exemple du débat souterrain, mais terrible, qui oppose par exemple les nordistes (les Lillois en tête) aux Parisiens, à la faveur de dossiers tels que le TGV (un argument pour tenter à tout prix de maintenir Paris en position de "grand centre" de l'Hexagone) et d'un Seine-Nord qu'en revanche le pouvoir central met tout à faire couler, au grand dam des Nordistes (Martine Aubry, Frédéric Cuvillier, etc.) ? Dois-je parler par ailleurs de l'Allemagne et de sa "fichue" Bavière, qui en fait d'ailleurs voir de toutes les couleurs aux autres Länder par ses choix politiques (notamment ses excédents d'électricité produits par le photovoltaïque qu'elle revend aux autres Länder au prix coûtant (principe qu'elle est parvenue à arracher à Berlin lors de négociations très dures), c'est à dire à un prix équivalant grosso modo les 1,25% du prix moyen d'une électricité produite par le nucléaire ou le thermodynamique, voire par l'éolien ! Un comble ! Que vous le vouliez ou non, cher Uit'zuitje (et cher Marcel dans la foulée), le processus enclenché est irréfragable, il est déjà inscrit dans les astres, et à moyen ou long terme, je crois que c'est vraiment une bonne chose pour notre continent. Il est vrai que le passage d'un modèle à un autre ne se fera pas facilement, ne se fera pas sans douleurs, du moins pour certains. Ainsi peut-on estimer qu'en cas de splitsing de la Belgique, et dans l'hypothèse où les Flamands, réalistes, jetteraient le gant en ce qui concerne Bruxelles, les Francophones se retrouveraient avec une ardoise de quelque deux milliards d'euros pour Bruxelles et trois milliards pour la Wallonie (5 milliards d'euros en tout, soit la bagatelle de 200 milliards de nos anciens BEF !). Il nous reste à vrai dire, en théorie du moins, dix ans pour atteindre des standards économiques qui nous permettraient d'absorber cette facture et de parvenir à un équilibre budgétaire. Dans le contexte de déficit démographique que nous connaissons (nous en sommes déjà aujourd'hui à payer 23% de la couverture retraite sur l'assiette fiscale, faute d'une caisse des pensions qui serait suffisante), une telle facture sera, il est vrai, d'autant plus difficile à résorber. L'Espagne elle-même rencontrerait du fait de la scission de la Catalogne des difficultés proportionnellement encore beaucoup plus importantes. Les taux de chômage atteints dans des régions telles que l'Andalousie (près de 30%) et l'Estémadure, ajoutés aux déficits publics, deviendraient insoutenables pour Madrid. Et pourtant, le processus engagé est bel et bien irréversible. Les rééquilibrages nécessaires consécutifs à ces redécoupages constitueront l'un des tout grands enjeux pour l'Europe. Telle est d'ailleurs la raison pour laquelle il est impératif que l'Europe se dote d'un dispositif qui lui permette d'intégrer de façon pour ainsi dire automatique les états sécessionnistes, qui de la Catalogne, de la Flandre ou de l'Ecosse aujourd'hui. Cela est nécessaire pour que soit précisément engagé le dialogue sur ces rééquilibrages, au moins temporairement. Quoi qu'il en soit, nous connaîtrons néanmoins bel et bien de tels déséquilibres sous la forme de régions plus riches et de régions plus pauvres. Cet appauvrissement de certaines régions peut toutefois constituer un atout pour un redémarrage économique. Il est existe de ce point de vue un cas d'école remarquable, certes à une autre échelle : celui de la création en 1975 du canton helvétique du Jura, qui fit sécession du canton de Berne (germanophone celui-ci). Le Jura suisse (et son chef-lieu de canton : Deulémont) était globalement pauvre. Au lendemain de la sécession, ce canton devint l'un des plus taxés de Suisse, et aussi l'un de ceux où les revenus étaient les moins élevés. Une partie de sa population mit donc la voile vers d'autres cantons, francophones pour la plupart (vers Neuchâtel en particulier, mais aussi vers le Vaud). Les autorités cantonales modifièrent toutefois la fiscalité, en allégeant celle-ci au maximum sur les entreprises. Ledit canton devint donc attractif : fiscalité équivalante aux autres cantons, terrains pour l'implantation d'entreprise moins chers qu'ailleurs, salaires moins élevés. Ce qui devait arriver arriva donc : en vingt ou trente ans, le Jura suisse a grosso modo rattrapé les standards du restant de la confédération helvétique. Cet exemple est intéressant, car on peut supposer que c'est grosso modo ce qui pourrait se passer à l'échelle européenne. Les structures de pouvoir ayant changé de nature, des décisions seront alors possibles là où, aujourd'hui, elles ne le sont pas. En outre, certaines recompositions démographiques devraient permettre d'aboutir à des solutions qui ne sont pas aujourd'hui envisageables. Retenez bien, mon cher Uit'zuitje, l'Histoire n'est jamais fini; elle est toujours en marche. Le monde de demain ne ressemblera plus que de très loin à celui d'aujourd'hui, et de fait, dans dix ans ou vint ans tout au plus (voir beaucoup plus rapidement sans doute), la Belgique n'existera plus. Est-ce un mal, Est-ce un bien ? À courte échéance, cela sera certes douloureux, surtout du côté francophone, mais cela ne pourra qu'aboutir à terme à un redémarrage de la Wallonie et de Bruxelles (dont je verrais bien, personnellement, qu'elle finisse par devenir comme une sorte de "district européen" ... hypothèse qui conduirait à une recomposition complète de la ville, à un changement en profondeur de celle-ci, notamment sur le plan sociologique (elle deviendrait une authentique ville polyglotte et européenne)), mais à terme, cela finira par être une chance pour l'ensemble des régions de ce pays. De toute façon, encore une fois, que vous le vouliez ou non, le processus est engagé, même s'il y aura des hoquets (les prurits de la droite nationaliste, en France notamment), et il est bel et bien inéluctable.
      • uit 't zuiltje
        septembre 14, 14:51 Reply
        Tourn' ce que j'aime chez vous c'est que vous écouter plus vos propres neurones lorsque vous lisez les autres, l'irréfragabilité des irrédentaires me paraît plus caries dent les serviles cerveaux, vaches, cochons du système dual bourgeois dans lequel nous baignons, avec prozac à la place du chlore... l'"H"istoire n'a ni fin ni sens, mais perso je me suis toujours intéressé à ses débuts, il est étrange pour moi que que vous me trouviez des problèmes en particulier "l’un de [mes] plus gros problèmes [...]la vieille Belgique", je n'ai jamais eu la belgique comme fétiche, bien au contraire j'ai été élevé dans un mainstream colonial plutôt d'extrême droite, et donc avec la haine de ce pays de lâche... je suis donc très sensible à la domination (race, classe etc...) et ai toujours regardé ce pays avec mes lunettes de converti gauchiste (=je ne crois vraiment plus qu'on peut se démerder seul si l'on est pas un gosse de riche) ces même lunettes d'anti-nationalisme et idem d'anti-racisme (je sais donc qu'on peut guérir de ce qu'on devient et c'est une bonne raison pour ne pas haïr définitivement tous ces connards de flamands dévoyés, et qu'on peut aussi être un nègre et un salaud de gros con) l'écologie ne vient pas d'une conversion mais d'une propension excoloniale (ou expat' si vous voulez, pionnière un peu) et apolitique à vivre dans le positivisme technique, administratif désintéressé... rené dumont m'a recadré à un certain moment, sinon israël, l'urss et l'afrique du sud seraient restés mes modèles... je suis né avant la "wallonie", la "flandre", "bxl-capitale", "rand vzw", "cocof" et autres conneries à contingence ontologique d'historiettes belgicaines j'ai toujours expliquer que la bulaye (belgië) est juste une tache géographique dont l'État (belgik de papa si vous voulez)est responsable de l'éradication de la culture FR de la zone NL, de la vidange de l'économie "wallonne" vers la zone NL, de la prédation du congo... mais depuis les 70, cet État (parceque la majorité NL avait déjà tout tiré de la belgique précédente) a tout de même créé un truc original et démocratique qui s'appelle "Entité autonome fédérée" unique au monde et -en vrai- "confédérée" entre elles (puisqu'autonomes) mais toute la rhétorique des merdes nationalistes ou simplement dominantes qui rendent ce pays puant est poudre aux yeux, tout ce que font les dominants dans les différentes Entités, c'est agrandir le domaine de pouvoir de l'Entité qu'ils rêvent construire en nouvelle naSion... et je pèse ce dernier terme dans un monde euro-mondial où "bxl" pèse symboliquement en haine et ridicule autant que "jérusalem"(le côté sanglant du modèle n'étant pas du côté du symbolique mobilisé) je n'éprouve aucune fierté à être modestement "cultivé", je comprends donc votre difficulté à me comprendre, la culture flamande est une de mes préférées lorsque ce n'est pas un flamingant qui la définit, laïque de naissance mon intérêt pour les superstructures religieuses est aussi grand que mon incroyance, et d'une manière générale je préfère rire de mon impuissance, je ne vois en moi qu'une rage contre les pertes collectivisées, les bénéfices et les territoires privatisés, appropriés par des voleurs, sans repèrer jamais de contradicteur(s) crédible(s) à cette situation... cher Tourn' n'imaginez pas que j'ai la moindre nostalgie de quand notre pays était comme lorsque je suis né, 84 fois plus étendu qu'aujourd'hui, et à peine deux fois plus peuplé, mais même en restant au même endroit j'ai plusieurs fois changé de pays (en afrique comme en europe) le conservatisme dont vous m'honorez n'est peut-être pas celui que vous pensez... bàv du hv de bhv
        • Tournaisien
          septembre 15, 07:11 Reply
          Cher Uit'zuitje, Voici la première confession que je découvre sous votre clavier. Ex-colonial, avec le regard décalé de celui qui ne peut s'empêcher de mettre la géométrie des bocages du rand dans la perspective des grands horizons sous le soleil rouge où barrissent nuitamment les éléphants d'Afrique. Ceci me rappelle un peu mon beau-père, lui-même un colonial, dont certains gènes africains sont passés chez sa fille (mon épouse), modèle de patience, d'humour décalé et d'une tolérance qui en ferait même pâlir d'envie Gandhi ou le Dalaï Lama. Mon propos, je le précise quand même, ne se voulait nullement polémiste; il s'agissait simplement de rappeler que l'Histoire est toujours en marche et que, viscéralement, la dynamique d'une construction confédérale européenne (processus inverse de celui qu'on connaît en Belgique) ne peut très logiquement aboutir qu'à la formation à terme d'une grande fédération, et qu'un tel processus implique une recomposition de l'Europe des nations. Ceci est pour moi une évidence qui finira par s'imposer plus tôt qu'on l'imagine. Même si l'Ecosse devait voter ce jeudi pour le No, en novembre, la Catalogne donnera le premier coup de canif dans l'actuelle carte européenne. De cela, ne doutez pas un instant. Et la Catalogne indépendante, c'est tous les identitarismes européens qui vont suivre dans la foulée : Flandre, Ecosse à nouveau (dans les dix ans qui suivront), ... moment d'arrêt, et puis redémarrage avec Pays de Galles, Bavière, Padanie, etc. Tout ceci à l'horizon d'une trentaine d'années maximum ... et bon an mal an, cette Europe en panne, à la fois politiquement et économiquement, va être amenée à se redéfinir.
        • uit't zuiltje
          septembre 16, 11:47 Reply
          "il s’agissait simplement de rappeler que l’Histoire est toujours en marche et que, viscéralement, la dynamique d’une construction confédérale européenne (processus inverse de celui qu’on connaît en Belgique) ne peut très logiquement aboutir qu’à la formation à terme d’une grande fédération, et qu’un tel processus implique une recomposition de l’Europe des nations." je confesse que je ne vois pas trop la longue marche de l'histoire européenne... invention de nations, bribes d'empires, colonisation, extermination, suicide d'une civilisation agressive, création de monstre... l'union européenne qui est déjà une confédération d'État soumis aux directives d'un centre pas trop transparent, à logique raciste (pourquoi les croates, l'ukraine et pas la turquie, franchement)et à la merci de l'empire étasunien pour porter la guerre ailleurs "processus inverse de celui qu’on connaît en Belgique"... je vois pas, j'ai la mémoire d'un demi-siècle de tiraillement belgobelge, en Italie idem, en France idem, ne dite pas à un souabe qu'il est luxembourgeois, mais les bouts d'Allemagne postnazie sont +/- recousus... l'écosse m'apparaît perso plus comme un traitement foireux d'un truc local et les catalans c'est juste les flamingants du coin, tiens les basques et l'ulster ils dorment ou quoi! la seule dynamique qui me semble prendre du sens c'est la liquidation des parts d'État dans les solidarités, l'éducation, la recherche/idéevloppement, des investissements dans l'intérêt général au profit des idéologues cerviles des oligarchies capitalistes... J'ai pas mal de mémoire pourtant mais pas trop pour les récits de construction historique, captivant au journal ce soir et oublié demain... Remarquez qu'avant on nous promettait une 3e guerre mondiale alors va pour la construction de l'europe confédérale, la truction des ... même
      • Pfff
        septembre 14, 18:06 Reply
        "mais à terme, cela finira par être une chance pour l’ensemble des régions de ce pays" C'est la formule consacrée. Abdullah ! "les prurits de la droite nationaliste, en France notamment" L'Angleterre sortira en 2017, l'Écosse rentrera au bercail, on ne sait pas exactement quand, la France sortira, c'est sûr, mais quand ? Pendant ce temps-là, l'ancienne Europe, celle que Napoléon a lâchement agressée, celle où Hegel s'est lourdement trompé sur la couleur du cheval blanc de Napoléon, se reformera, et devra faire face seule à l'islamisme et à l'impérialisme russe - allié traditionnel des nationalistes français.
        • uit 't zuiltje
          septembre 15, 00:24 Reply
          @Pfff perso je ne vois pas où l'islam est un problème pour l'ensemble de nos régions...
  4. Pfff
    septembre 14, 17:10 Reply
    "cela ne pourra qu’aboutir à terme à un redémarrage de la Wallonie et de Bruxelles" Tout va très bien, madame la marquise. Au alentours de la seconde guerre mondiale, l'Argentine avait le plus gros PIB par habitant, la plus large classe moyenne ... Le redressement inéluctable, cette maladie tournaisienne : la proximité des positivistes à claquettes de Fraaaance, sans doute. Ils ont tous un plan et ils connaissent l'avenir, à n'en pas douter.
    • Tournaisien
      septembre 15, 07:13 Reply
      Mon cher Pfff, La maladie a probablement été inoculée à Tournai par la Slovaquie ou le Jura suisse. Lors de la révolution de velours et de la scission tchécoslovaque, tous prédisaient un avenir radieux économiquement pour la Tchéquie et les pires affres de la déglingue économique pour la Slovaquie. Or, vingt ans plus tard, c'est exactement le contraire qui s'est produit.
      • Pfff
        septembre 19, 17:27 Reply
        Cher Tournaisien, La Slovaquie et le Jura suisse avaient en commun de ne pas être endettées jusqu'au coup. Le Jura s'est lancée dans une politique fiscale ultralibérale que ni notre dette, ni la structure de nos dépenses publiques, ne nous permettent. Regardons plutôt du côté de l'Argentine, modestement.
        • uit 't zuiltje
          septembre 21, 20:02 Reply
          chers Pfff et Tourn' slovquie et jur suisse ne prviennent ps ` exciter mon intérêt pour les identités provinciles de notre vieille europe... l'rgentine éveille mon humilité

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.