La N-VA n’ira pas au fédéral (et on formera vite).

Le parti de Bart De Wever aura décidément réussi à obnubiler tout le monde. Ce matin, Le Soir prévoit une looooooongue formation après les élections du 25 mai. En cause, la présence massive potentielle de la N-VA au parlement fédéral. Selon les sondages actuels, elle obtiendrait en effet 33 sièges, soit plus que les socialistes francophones et flamands ensemble, et empêcherait que les trois partis flamands de la majorité (ceux qui gouvernent actuellement) atteignent une majorité… en Flandre. De ce fait, on devrait négocier à nouveau avec la N-VA avant de former un gouvernement fédéral dont la presse semble penser qu’il se ferait forcément avec elle. Ou plutôt, que les partis flamands n’oseraient pas faire sans. Or, c’est d’avoir voulu négocier avec la N-VA en 2010 qui nous a valu 541 jours de formation (et plus de 600 sans gouvernement). Et ça, on le sait. Tout le monde le sait. Un âne ne trébuche pas deux fois sur la même pierre, et là, il s’agit d’une montagne. Formation loooooooongue ? Vraiment ?

Capture d’écran 2014-04-24 à 10.14.18

La répartition des Sièges, dans Le Soir de ce matin.

Pas de (gros) bras, pas de N-VA.
Petit détail supplémentaire : la N-VA n’est pas candidate au 16, rue de la Loi. Ou plutôt, Bart De Wever ne l’est pas. Or, on voit mal, hormis lui, qui pourrait être perçu comme acceptable à ce poste par les Francophones. Jan Jambon ? Je n’y crois pas une seconde. Siegfried Bracke ? Pas d’expérience. Jan Peumans ? Trop régional. Ben Weyts ? On le surnomme Ben Laden en Wallonie, et pas qu’en Wallonie. Geert Bourgeois ? Autant imaginer un Robespierre d’avant la Terreur à la fonction de grand Chambellan du Roy. Du reste, même au gouvernement flamand, Bart De Wever n’avance que Liesbeth Homans, son ombre. Aux élections communales d’Anvers, elle avait obtenu 5061 voix, soit un tiers des suffrages obtenus par le Vlaams Belang Filip Dewinter, presque dix fois moins que le bourgmestre sortant socialiste Patrick Janssens, 12 fois moins que Bart De Wever lui-même. Autant proposer Philippe Close (9
e à Bruxelles ville) comme premier ministre.

Même au gouvernement flamand, Bart De Wever n’avance que Liesbeth Homans, son ombre.

Liesbeth Homans n’a donc pas la légitimité nécessaire pour diriger la Flandre. Elle fait très pâle figure à côté de Kris Peeters, dont on peut penser beaucoup de (mauvaises) choses en Francophonie, mais qui est un politicien populaire qui parvient à faire consensus et à gérer un gouvernement mêlant socialistes et nationalistes. Les démocrates-chrétiens ont toujours été bons pour garder l’église au milieu du village, c’est ce qui les a si souvent amenés au 16 malgré leur passé souvent flamingant. On peut se demander si Peeters pourra convertir son obsession du confédéralisme en sens de l’État, bien sûr, mais il dénoterait cent fois moins à la tête d’un gouvernement fédéral que Liesbeth Homans et son profil d’apparatchik à la tête de la Flandre. Cela étant, Kris Peters n’est pas candidat déclaré non plus, considérant que le premier ministre belge est moins important que le premier ministre flamand. Mais Leterme n’était pas loin de penser la même chose. Au final, Peeters peut entrer dans la même logique que son prédécesseur : après tout, si la Flandre veut avoir une voix au Conseil des ministres européens, c’est aussi par le biais du premier ministre qu’elle peut le faire.

Le Bon, la Brute, et la Truande.
Pour en finir avec Homans, il reste que sa présentation comme candidate ministre-présidente de la N-VA n’est peut-être qu’une pirouette nécessaire. Bart De Wever a besoin des voix de sa circonscription anversoise. S’il annonce qu’il va quitter la mairie au profit de Liebeth Homans, qui se profile quand même comme vice-bourgmestre dans la presse, il risque de perdre des voix dans sa propre circonscription électorale. En revanche, présenter Liesbeth Homans comme ministre-présidente potentielle n’a pas d’effet dans sa circonscription et il serait étonnant que les autres ténors N-VA en pâtissent ailleurs. Même s’il a annoncé qu’il resterait patron de la Métropole jusqu’au bout de son mandat, De Wever a précisé qu’on ne pouvait jurer de rien, et qu’il s’adapterait aux nécessités. Que son parti le plébiscite tout à coup pour diriger la Flandre serait une telle «nécessité», peut-on penser. Parier sur un Bart De Wever ministre-président flamand n’est donc au fond pas si fou. Les Flamands ne comprendraient d’ailleurs pas que leur gouvernement, plus important aux yeux de beaucoup que le gouvernement fédéral, soit laissé à un second, voire à un troisième couteau : même à Anvers, Homans n’est que troisième élue N-VA !

La N-VA n’a aucun intérêt à être au gouvernement fédéral, tout simplement…

Mais le plus important ici, c’est que si Bart De Wever n’est pas candidat au 16 officiellement, c’est parce que la N-VA n’a aucun intérêt à être au gouvernement fédéral, tout simplement. Les nationalistes promettent qu’ils veulent un gouvernement socio-économique, mais à plusieurs reprises, ils ont aussi conditionné leur arrivée au fédéral à des pas substantiels vers le confédéralisme à la sauce nationaliste, c’est-à-dire, la vidange définitive de l’huile fédérale, la fin d’un État belge digne de ce nom. Et ça, il n’y a pas que les Francophones qui n’en veulent pas, il y a 70 % de la population belge qui le refuse. D’autre part, en temps de crise, la N-VA peut bien être dix fois plus brillante que les autres partis réunis en matière économique (ce qu’elle n’a pas démontré), elle serait, au fédéral, confrontée à des choix cruels pour une partie de son électorat. La baisse des retraites, par exemple, la fin de la prépension pour beaucoup de Flamands, ou d’autres mesures très impopulaires. Or, s’il y a quelque chose que la N-VA n’a pas intérêt à devenir, c’est impopulaire. 

Un barrage contre le pacifieur
Autrement dit, l’establishment fédéral est un pari extrêmement risqué pour un parti qui se présente comme anti-establishment (mais néanmoins conservateur : ça va finir par trop se voir, cette absurdité). Au contraire, au gouvernement flamand, où il y a encore de l’argent à distribuer, elle est doublement à l’aise : d’abord, elle peut s’offrir des mesures populaires, ensuite, elle peut continuer à accuser «la Belgique» (entendez le fédéral) de tous les dysfonctionnements qui l’empêcheraient d’aller plus loin dans les mesures populaires (istes). Et puis, pour sa base, cette partie de son électorat sur lequel elle pourrait se replier le jour où elle ne sera plus le premier parti de Flandre, si elle va au fédéral sans obtenir de grande avancée confédéraliste (et c’est proche du tout ou rien tant son programme est radical à cet égard), elle perd sa substance, devient un parti de compromis et de négociation, et risque de perdre l’arrière-ban sans pour autant pouvoir préserver ses électeurs «économiques». Le risque est donc un parti-crunch d’énorme envergure.

Comment la N-VA parviendrait-elle à rendre un gouvernement plus «dur» que le précédent, sauf à violer tous les accords internationaux ?

Sans compter que pour faire mieux que le gouvernement Di Rupo I en matière d’immigration, d’asile, de suppression de chômeurs, il va falloir se lever tôt. Maggie De Block caracole dans les sondages parce qu’elle a «fait le boulot», mais aller encore plus loin qu’elle ? Comment cela serait-il même possible ? Comment faire plus radical que le nouveau code de la nationalité qui la rend quasi inaccessible même à des citoyens européens qui résident en Belgique depuis 20 ans ? Bref, comment la N-VA parviendrait-elle à rendre un gouvernement plus «dur» que le précédent, sauf à violer tous les accords internationaux ? Et comment, dans son cas, obtenir des avancées institutionnelles concrètes alors que le gouvernement sortant a verrouillé les articles ad hoc de la Constitution ? Et comment obtenir, par exemple, d’un partenaire CDH, une réduction radicale du nombre de fonctionnaires (c’est-à-dire aussi d’instituteurs, de policiers, d’infirmières, etc.) ? En fait, même si la N-VA parvenait à amener une coalition fédérale à très, très bien gérer la Belgique, encore faudrait-il que ce soit plus vendeur aux yeux des Flamands en colère qui la plébiscitent, que les résultats du gouvernement actuel, vantés par le CD&V, par exemple, avec le peu de succès que cela lui vaut dans les sondages.

Elle fume pas, elle boit pas, elle cause pas, et elle ne flingue plus.
La N-VA a donc tout à perdre en montant au fédéral. Sa nature profonde antibelge, la force de frappe qui lui confère encore une participation limitée dans la gestion des affaires, et toujours en tant que locomotive : là où elle est au pouvoir, même en coalition, elle peut se targuer d’avancées «jaunes-noires». Au fédéral, elle sera confrontée aux jaunes-rouges wallons et aux bleus-jaunes bruxellois. Dans une telle confrontation, elle devra remettre sa participation en question à chaque négociation, sur chaque sujet, et publiquement. Elle, au gouvernement fédéral, c’est en réalité une garantie de recul pour tous, au bénéfice des partis (plus) extrémistes. Même si la N-VA tient la dragée haute au CD&V dans les sondages aujourd’hui, la remontée du Vlaams Belang (que je suis parmi les rares à avoir prévu, tant tout le monde a gobé que Bart De Wever avait «tué le Belang» !) la prévient qu’à chaque faux pas, des nationalistes plus durs qu’elle sont à l’affût et ne manquerons pas de lui prendre des points.

Le gouvernement sortant est représentatif de 58 % de la population belge. La N-VA, 22…

Le plus fort dans l’analyse du Soir, c’est qu’il ne «voit» pas ce qui devrait sauter aux yeux dans le graphique des sièges à la Chambre : la N-VA est le premier parti, soit. Mais c’est aussi le principal parti d’opposition. Et face au triumvirat de la majorité, elle fait pâle figure : 33 sièges contre la bagatelle de 87 (sur 150) ! Autrement dit, le gouvernement sortant, même s’il a perdu quelques plumes, est néanmoins représentatif de 58 % de la population belge ; la N-VA, de… 22 %. Et hormis le Vlaams Belang, elle n’aura au Parlement aucun partenaire disposé à avancer vers une déconstruction de la Belgique. Au contraire, le gouvernement sortant a, dans chaque région, un politicien le plus populaire. Maggie De Block en Flandre, Elio Di Rupo en Wallonie. Même en Flandre, De Wever n’est plus le roi. On me reparlera de cette condition imposée par la N-VA d’une représentativité flamande du gouvernement fédéral. Elle est absurde. Si le fédéral doit être le reflet des majorités régionales, à quoi sert le fédéralisme ? 

Trotski le magnifique
Sans compter que Di Rupo I a bien intégré qu’il fallait conférer un surpouvoir aux partis flamands, par rapport à leur représentation réelle au Parlement. Le fait que Maggie De Block ait pu mener une politique à la droite de l’Open VLD (moins de 10 % des voix fédérales) et que le droit au chômage ait été limité à deux ans, un souhait de la droite flamande (où la N-VA peut difficilement faire mieux aussi) montre que la coalition actuelle n’est pas «francophone» ni «socialiste», mais qu’au contraire, la part des thèses de la «Flandre de droite» y fut tout à fait considérable. Ça explique même le sévère recul socialiste en Wallonie et la montée du PTB ! La question est alors de savoir si les partis flamands vont oser rapidement exclure la N-VA des négociations pour un nouveau gouvernement, se prévalant d’une reconduction claire de la majorité sortante (only in Belgium would 58% not be enough…), au besoin avec un premier ministre flamand cette fois. Ou si, à l’inverse, le CD&V (ou autres) va nous rejouer la tragique et lancinante comédie du «collage» à la N-VA, avec la complicité d’un PS un peu naïf, qui a ridiculisé la Belgique pendant plus de 500 jours. Mais dans ce cas, on se demande pourquoi même un Dehaene a osé la comparaison entre N-VA et Vlaams Belang…

C’est pourtant la thèse du Soir, apparemment, qui s’attend à une looooongue formation, donc. Personnellement, je pense qu’elle n’est pas aussi certaine que ça. Le CD&V a fait campagne notamment sur les résultats du gouvernement Di Rupo I. L’Open VLD s’appuie sur sa championne, Maggie De Block, qui est aussi la championne «flamande de droite» du même gouvernement. Le SP.a sait qu’un gouvernement fédéral avec la N-VA l’exclurait. En réalité, aucun des partis flamands de l’équipe gouvernementale n’a intérêt à constituer ce fameux «gouvernement de droite» que la N-VA appelle de ses vœux et qui, s’il était possible, serait avant tout un gouvernement N-VA — le parti phagocyte en effet tout gouvernement, même là où il est minoritaire. D’ailleurs, même le CD&V ne semble pas acquis à l’idée qu’il faille absolument que le gouvernement fédéral ait aussi une majorité en Flandre. Alors qu’en novembre, les partis flamands s’étaient prononcés pour une telle double majorité, en janvier, Wouter Beke a précisé : «Nous sommes toujours partisans d’un gouvernement fédéral avec une majorité côté flamand, mais pour cela, la balle est dans le camp de la N-VA». Autrement dit : si ce n’est pas possible, nous ferons sans et ce sera la faute de Bart De Wever. Ça dit bien qu’il se prépare à une formation sans les nationalistes.

Question pour un vice-champion.
La grande question est : pendant combien de temps le CD&V aura-t-il besoin de faire semblant de négocier avec Bart-qui-ne-veut-pas-du-16 avant de signer avec les partis actuels ? D’autant que la N-VA, qui avait d’abord fait mine de laisser le CD&V diriger le gouvernement flamand, l’a depuis relégué au rang de deuxième et petit parti. Et depuis 2011, une chose fondamentale a changé en Flandre : les partis traditionnels ont compris que la N-VA était rigide, autant par sa nature que par obligation envers son arrière-ban. Même si Bart s’assouplissait, il serait confronté au mur nationaliste qui fonde son parti. Et ça, au CD&V, tout le monde l’a bien assimilé. Et le CD&V est un parti de gouvernement, avec une longue tradition de compromis. Signe supplémentaire : il a fini par accepter qu’on n’inscrive pas l’article 195 de la Constitution à révision. Or, si celui-là est fermé, la N-VA ne peut obtenir aucune avancée confédéraliste. C’est une façon de la mettre hors jeu d’emblée. Pourquoi croyez-vous que Ben Weyts s’est offusqué contre cette énorme «reculade» des chrétiens-démocrates ?

La N-VA, booster de partis communistes depuis 2011.

Enfin, il y a la force psychologique des 30 % et des 33 sièges. On en a très peur, mais les symboles peuvent se retourner contre leurs fabricants. En supposant que le dernier sondage du Soir soit exactement conforme aux résultats des élections (on le saura dans un bon mois), les partis du gouvernement sortant pourront répondre qu’eux, ce n’est pas 33 sièges qu’ils représentent, mais bien 87. Pour peu qu’ils le veuillent vraiment. Mais peuvent-ils faire autrement ? À moins bien sûr que quelqu’un au Sud ou au Centre du pays imagine qu’il soit concevable que, dans le prochain gouvernement belge, l’on retrouve par exemple Jan Jambon aux finances, Ben Weyts à l’intérieur et/ou Geert Bourgeois aux Affaires étrangères.

Au final, il n’y a pas de solution à la question «la N-VA peut-elle entrer au gouvernement fédéral». L’expérience de 2010 n’est pas du tout une indication de ce qui se passera après mai, au contraire, ce serait plutôt un repoussoir, une expertise supplémentaire. Un mois de négociation houleuse suffira pour que les partis traditionnels les plus flamands soient en mesure d’expliquer de façon crédible aux journalistes que «la N-VA est en train de nous mener en bateau comme en 2010, nous n’allons pas reproduire les erreurs d’alors, nous négocions donc sans elle, nous avons une majorité au parlement et ça nous suffit.» Quant aux électeurs, ils ne seront plus consultés avant 2019 (sauf pour les communales). Ça laisse du temps… Ensuite, en 5 ans, la N-VA a tout le temps de se rendre impopulaire… au gouvernement flamand. 

En fait, Elio Di Rupo a tout compris : pour ne plus faire grossir (trop) la N-VA, il suffit de mener une politique aussi dure que la sienne. Le seul problème, c’est que la majorité des Belges n’auront pas voté pour ça… Il n’y a pas de démocratie en Belgique, dit Bart ? Mais non, en effet, et le parti qui en est le plus responsable aujourd’hui, c’est bien le sien. Ironie de l’histoire, on retiendra que c’est aussi un nationaliste conservateur qui aura permis la montée en flèche des communistes du PTB… Tiens, je n’avais pas encore lu ça dans la presse non plus !

Erratum de l’erratum. J’avais d’abord écrit «les électeurs ne seront plus consultés avant 2019». Deux personnes m’ayant fait remarquer que les députés de la Chambre étaient élus pour quatre ans, j’avais vérifié la Constitution hébergée sur le site du Sénat, où il est bien écrit «quatre ans». En fait, c’est désormais cinq, comme je pensais m’en souvenir…

Pour rappel, les élections ont lieu
 tous les 5 ans pour les élections fédérales, régionales et communautaires ainsi que pour les européennes (2019)
– tous les 6 ans pour les élections communales (2018)

Previous Pol pot fleure bon la campagne.
Next Le Sénat ne connaît pas la Constitution (et je suis une clette)

You might also like

0 Comments

  1. Guillaume
    avril 24, 15:15 Reply
    Je crois que la réponse est dans l'évolution dans le profil des nouveaux militants de la NVA, y a quand même eu depuis la dernière élection fédérale un nombre conséquent de nouveaux membres. Puisqu'il faut les 2/3 pour avaliser une entrée au fédéral (peut-être je confonds avec l'avalisation du programme institutionnel), c'était impossible avant d'obtenir l'aval des militants. Maintenant, ca me parait difficile de faire un pronostic. Je ne connais pas l'info. Ca reste possible d'avoir un gouvernement fédéral avec que le MR côté francophone. Le MR s'étant détaché du FDF, tout est devenu possible à ce niveau. C'est un peu l'espoir rêvé de pas mal de militants libéraux d'avoir la gauche wallonne tout entière dans l'opposition au fédéral et d'avoir toute la majorité flamande de droite (même si c'est pour gouverner avec la NVA bien que certains libéraux dont un nouveau comme Damien Thierry risque de l'avaler de travers). Je n'écarte donc pas cette possibilité et les militants NVA seraient bêtes pour l'avenir de leur parti de se faire exclure 5 ans du fédéral ... Ca vaut largement une réforme de l'état de mettre la gauche wallonne dans l'opposition car au fond le discours séparatiste de De Dewer est essentiellement une solution pour éviter de gouverner avec le PS. Si le MR peut lui offrir ça, ça me paraitrait aberrant que la NVA refuse.
    • Marcel Sel
      avril 24, 15:30 Reply
      Ce n'est pas faux si vous partez du principe que la N-VA veut avant tout un gouvernement de droite. Mais ça l'est si vous partez du principe que la N-VA veut avant tout une Flandre indépendante et que l'absence ou l'impossibilité d'un gouvernement de droite à cause du PS est un excellent argument pour eux. Le jour où ils seront dans ce gouvernement (de droite), ils auront un argument de poids en moins.
      • schoonaarde
        avril 24, 21:14 Reply
        @Marcel "Mais ça l’est si vous partez du principe que la N-VA veut avant tout une Flandre indépendante et que l’absence ou l’impossibilité d’un gouvernement de droite à cause du PS est un excellent argument pour eux." Et ils vont garder ça "au chaud" pendant cinq ans? Une éternité en politique. Non, non, vous vous trompez. D'ailleurs les "die-hards indépendantistes" de la N-VA c'est plus ou moins 200.000 personnes ( et j'éxagère) les 1.000.000 autres électeurs auront aussi leur mot à dire. Sinon, dans cinq ans, c'est fini avec la N-VA. Et... ils le savent! La N-VA fera tout pour être au gouvernement Reynders I. Et ils utilseront le nouveau Sénat pour "améliorer" la 6ième réforme de l'Etat et pour préparer le confederalisme en 2019.
        • Marcel Sel
          avril 25, 00:57 Reply
          Oui, une éternité. Comme celle que connaît le Vlaams Belang. Comme celle qu'a connue la Volksunie. Admettons que la N-VA aille au fédéral et que sa politique de droite répare le pays. Dans ce cas, qu'auront-ils encore en main pour intéresser la population au confédéralisme ? Rien. Si après 5 ans de N-VA, le pays ne va pas mieux, au contraire, quelle crédibilité auront-ils encore ? Aucune ! Le problème, c'est que le cop de la N-VA est nationaliste. Hier encore, Ben Weyts reprochait aux "partis francophones" d'avoir empêché toute avancée institutionnelle, alors que les avancées sont bien là. Le jour où la N-VA aura co-gouverné 5 ans avec un gouvernement Reynders, soit, elle se sera décridibilisée avec lui, soit elle aura montré que la Belgique peut bien fonctionner — à son corps défendant, je suppose. Le problème, c'est que, comme je l'ai dit souvent, si la N-VA perd ses électeurs die-hard, elle n'existe plus, parce qu'à l'exercice du pouvoir, elle se brûlera les ailes comme toutes les stars se les ont brûlées en Flandre, Stevaert, Verhofstadt, Leterme. Toutes. Bien sûr, je peux me tromper. C'est tout l'intérêt de l'exercice…
        • thomas
          avril 25, 02:20 Reply
          Ou peut-être la Wallonie ira tellement bien après 5 ans de gouvernance sans le PS, qu'elle prendra vite son indépendance, et les PS vont prendre une retraite bien méritée en Corée du Nord. On verra.
          • Marcel Sel
            avril 25, 10:39
            Confondre PS et Corée du Nord, si ça, ce n'est pas de la diabolisation !
        • thomas
          avril 25, 12:02 Reply
          @Marcel "Confondre PS et Corée du Nord, si ça, ce n’est pas de la diabolisation ! " OK, sorry. Mais avouez que les Coréens du Nord ont commencé avec diaboliser la Corée du Sud ! Smiley
        • Franck Pastor
          avril 25, 17:10 Reply
          Et si la N-VA triomphe aux élections, elle va faire une Marche sur Bruxelles, sans doute. Comme elle l'a déjà fait à Anvers et comme certain mouvement politique dans les années 20… Oups, sorry. :-b
          • Marcel Sel
            avril 25, 17:43
            Sans blague, le terme de "Marche sur Anvers" était très mal choisi. Il n'y avait pas 20.000 fascistes et personne n'était en arme. Ça peut s'appeler un sacre, une marche de la victoire, tout ce qu'on veut. Mais Marche sur Anvers… mon dieu !
        • uit 't zuiltje
          avril 25, 19:51 Reply
          @thomas "les PS vont prendre une retraite bien méritée en Corée du Nord." et les zécolos au kamputchéa auprès de max havelaar et les flamands, comme un bon ferrie sud-coréen, plein d'étudiants bien noté par (la tour de) pisa, bien équilibré avec la mag débloque au milieu et au niveau de la ligne de flottaison et le panda anorexique au gouvernail qu'est-ce qu'on va rigoler :^}
      • True Belgians
        avril 29, 20:07 Reply
        D'en tout cas, Laurette, elle ne mache pas ses mots ! http://www.lunionfaitlafarce.com/i/PEuvx
  2. Philippe
    avril 24, 21:47 Reply
    "Sans compter que Di Rupo I a bien intégré qu’il fallait conférer un surpouvoir aux partis flamands, par rapport à leur représentation réelle au Parlement." Tout est dit ! Fait rarissime, un Premier ministre wallon et quel est le prix.? "un "surpouvoir" aux partis flamands" ! Faut même pas que les nationalistes soient présents pour que leurs politiques influencent de manière directe nos vies et ce, depuis toujours. En effet, les Flamands ont toujours été majoritaires en Belgique et parfois même ultra-majoritaires en sièges au Parlement. De sorte que l'on est devant ce paradoxe : face à une Flandre qui cherche son indépendance lutte une Fédération Wallonie Bruxelles aurait toujours été toujours « dominée par la Flandre »... Toutes les principales politiques mises en œuvre par l’État belge depuis 1830 – du développement du port d’Anvers aux lois d’expansion économique, en passant par le développement des charbonnages de Campine et des ports de Gand et de Zeebrugge n'ont eu comme objectif que le développement de la Flandre et satisfaire ses aspirations tant d'autonomie que culturelles. Pendant plus d'un siècle, la sidérurgie wallonne aurait pu tirer profit de sa proximité avec des ports étrangers (Dunkerque pour le Hainaut et Rotterdam pour Liège) mais elle est restée solidaire "à l'insu de son plein gré" des projets portuaires de l'Etat belge : Anvers et Zeebrugge. Plus de 2.000 km de voies navigables (canal Albert, canal de Willebroeck, canal de la Campine, p.ex.) ont été créés à partir d'Anvers vers la Wallonie, la France et l'Allemagne. Dans son étude sur l'histoire économique de la Belgique de 1957 à 1968, le professeur Baudhuin fait remarquer : "Les 10 milliards de dépenses du secteur public (Etat et ville d'Anvers) en faveur de l'infrastructure portuaire d'Anvers ont eu un effet multiplicateur de cinq, générant près de 50 milliards d'investissements privés". C'est le début de l'essor économique de la région anversoise et de la Campine dans l'acier et la sidérurgie, mais aussi dans la pétrochimie, le raffinage et le secteur automobile. De 1959 à 1973, la province d'Anvers comptabilise le plus d'investissements aidés par rapport à toutes les autres provinces belges. Au cours de la même période, elle reçoit 1/3 des investissements étrangers effectués en Belgique. En 1934, le Boerenbond, une caisse rurale de crédit active principalement en Flandre, est en faillite suite à des activités financières risquées, mais il est sauvé par l'Etat belge. L'électrification du réseau ferroviaire belge a débuté en 1935 par la ligne Bruxelles-Malines-Anvers, tandis que les autres lignes ferroviaires seront électrifiées de 1949 à 1956. La première autoroute créée par l'Etat belge sera l'E40 Bruxelles-Ostende en 1956 afin de développer le tourisme à la côte et faciliter l'accès à la mer pour le transport des marchandises. En 1970, le gouvernement donne 115 milliards de FB pour créer le port de Zeebrugge accessible à des navires de 250.000 tonnes, avec un hinterland industriel axé sur les technologies du futur. Sous l'impulsion du ministre limbourgeois Willy Claes, un plan de 210 milliards de FB est lancé de 1982 à 1991 pour améliorer la compétitivité des charbonnages de Campine qui ont cependant ensuite fermé leurs portes. Michel Quévit pointe la responsabilité des groupes financiers (francophones et flamands) dans les disparités économiques en Belgique. Si ces groupes financiers ont d'abord investi en Wallonie, c'est en raison de la richesse minière et houillère du territoire wallon. S'ils se sont ensuite délocalisés vers la Flandre (notamment lors de la création du complexe sidérurgique de Sidmar), c'est en raison des opportunités nouvelles qu'offraient les infrastructures maritimes et portuaires créées par l'Etat "belge"... Sous domination d'une Région et au seul service de cette Région ou autrement dit: AVV-VVK l'éternel(?) surpouvoir des partis flamands http://www.levif.be/info/actualite/belgique/flandre-ou-wallonie-a-qui-profite-l-etat-belgique/article-1194713751797.htm http://www.larevuetoudi.org/fr/story/critique-flandre-wallonie-quelle-solidarit%C3%A9-michel-qu%C3%A9vit-couleurs-livres
    • Pfff
      avril 25, 10:51 Reply
      "Faut même pas que les nationalistes soient présents pour que leurs politiques influencent de manière directe nos vies et ce, depuis toujours." La NVa a tout de même obtenu la scission de la sécurité sociale, de l'impôt des personnes physiques et des sociétés, de la politique familiale, de la santé, de l'éducation (ah non, celle-là, c'est Dehaene, avec les conséquences que l'on sait pour les francophones). Là-dessus, motus politico-médiatique francophone total. Il y a des silences qui en disent plus long que des grands discours. Nous avons donné l'apartheid à nos boers en espérant qu'ils se calment. Erreur : nous leur avons livré tout ce qu'il faut pour mettre le pays par terre. Ils n'ont plus qu'à attendre. Le temps joue en leur faveur, et chaque jour qui passe mettra les francophones dans une situation plus difficile au moment de la scission, et permettra aux nationalistes de muscler leur rhétorique contre les sous-hommes wallons. Nous avons fourni à la NVa le discours et les moyens de mener sa politique, pour les vingt prochaines années. On va rire. Ou pas. Bart De Wever a toujours dit qu'il prévoyait la scission du pays comme cadeau de départ à sa retraite politique. Il peut visiblement se payer le luxe de dire la vérité sur l'essentiel.
    • Philippe
      avril 25, 18:29 Reply
      Aucun Wallimero, Thomas ou autres MUC ne pourront jamais nier ces faits... Qui sont, a y regarder de plus près...Sidérants ! Le combat contre les pollutions insupportables générées par l'aéroport de zaventem relève de cette même logique... Il est temps de dire STOP et peu importe le prix dans un premier temps.
      • Philippe
        avril 28, 14:26 Reply
        "Les américains eux savent parler aux flamands"... Sources: http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2014/04/bruxelles-pas-belle-bruxelles-bruyante-.html
      • uit 't zuiltje
        avril 28, 23:43 Reply
        les FR d'RF sont pas mal cool par contre avec la capitale de la flandre si vous lisez le magazine "beaux-arts" (bientôt rebaptisé bozar à coup sûr) mai 2014, p126 à p128...
      • Philippe
        avril 29, 18:45 Reply
        "Entre déranger une vache flamande et un Bruxellois francophone, la Flandre a tranché" "Les Francophones belges viennent de découvrir, mais un peu tard, qu’ils s’étaient une nouvelle fait avoir dans les grandes largeurs par les Flamands" Jean Quatremer Source: http://bruxelles.blogs.liberation.fr/
  3. wallimero
    avril 25, 00:18 Reply
    @ Marcel, et encore 4 pages de conservateur de gauche franco... Allez, hier il y avait un retraité avec alzheimer sur Terzake qui a tracé le chemin pour débiter des inepties sur Homans, et maintenant il y a le Sel qui le suit de près. On voit mal qui pourrait être perçu comme acceptable au poste du 16 par les francophones? ça commence déjà bien avec ta belle majorité unitaire de 58%, car c'est bien le courant de fond de ton pamphlet: ce que les francophes veulent bien accepter. Des a-prioris et des dictats, et puis c'est bien-sûr la N-VA qui fait capoter les négotiations. Et surtout pas Homans! Haha! Homans! allez dit! En scrutant l'horizon flamand notre expert a décrété de sa tour d'ivoir que Homans n'a donc pas la légitimité nécessaire pour diriger la Flandre. Elle est élue non? Et maintant elle est tête de liste dans la plus grande ville flamande non? (flamande - pas en Flandre) attendons de voir peut-être les élections avant de décider qui est légitime et qui ne l'est pas, eeuh, soit, pour un expert en choses politiques, les élections en Flandre ce n'est qu'un détail, en francophonie on a décidé qu'elle ne l'a pas, donc exit Homens. Un petit rappel: Kris Peeters avait 0 de légitimité quand il est devenu ministre. Pourtant, en tant que présidente du plus grand CPAS flamand elle a énormément de légitimité pour mener un des gouvernements de ce pays. A Bruxelles on doit bien comprendre ça, non? tiens, elle partage en plus avec sa collègue bruxelloise le privilège d'avoir vécu dans une habitation sociale. Sauf qu'à Bruxelles, on le fait quand on est friqué gauche caviar... et tout cela passe sans problème... La famille d'Homans n'avait pas un rond, en termes socialistes, ça vaut bien le 16 non? Ah oui, la N-VA serait confrontée à des choix cruels, ciel! et ça ils n'oseront pas! oui, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils proposent des sauts d'index, là c'est vraiment populaire. oui 70% de la population qui refuse l'indépendance? 80% de la Flandre refuse d'être gouverné par gauche, et qu'est qu'on propose encore et encore? Quelle est la différence entre un Letton et un Flamand? Le Letton a su se libérer du joug marxi$te étranger. Un gouvernement plus dur que le prédédent? Là, tellement franco belge conservateur progressiste. C'est tellement horrifique déjà que pour un francophone c'est inimaginable d'aller encore plus loin. Oui Maggie, on a bien dû acceper qu'elle s'occupe de quelque gens qui ne peuvent voter PS de toute façon, mais rien de très fondamental. Mais tiens, au lieu d'avoir des discussions intélectuelles sur le fait que oui ou non on a le droit de supprimer une allocation de chômage pour quelqu'un qui va torturer, violer et égorger des innocents en Syrie pendant ses vacances, si on enlèverait la nationalité belge à ceux qui en ont deux, comme c'est déjà le cas dans certains pays de l'Union? Oh, mais c'est qui qui posera son véto? Les francophones de Belgique. Et on continue avec le véto pour la diminution des fonctionnaires, tiens, on n'a pas une partie de l'emploi public dans l'économie qui doit poser question? Non, pas dans l'économie socialiste. Et quoi encore, le gouvernement sortant serait représentatif de 58% de la population belge? Mais allez-y! Et pourquoi pas, avec Bruno Tobback comme premier. Ah oui, le CD&V a déjà donné quelques Premiers qui ont été étripés par les francos (Me Non), pas sûr qu'ils veuillent recommencer. Je suis sûr qu'un fils à papa de la gauche caviar fera l'affaire. Surtout si le CD&V est déjà dans un gouvernement flamand avec la NV-A, et devraient constamment baisser le froc au fédéral. Donc en fait, le CD&V au fédéral c'est demander qu'ils bloquent les négotiations régionales, mais là c'est justement le seul niveau sur lequel ils doivent compter pour leur avenir. Donc euh, euh ... Et avec l'annonce du PS et du CDH que la retraite de la réforme du chômage est précondition (encore une) avant de commencer, le VLD devra encore plus baisser le pantalon qu'il ne le fait déjà, mais bon, tant que le parrain De Gucht peut rester Commissaire, tout peut être discuté. oh ciel, les 9% du PTB sont la faute de la NV-A, méchant NV-A, si on aurait laissé le PS dicter sa loi comme d'hab, il n'y aurait pas eu de PTB! eeuh, les francos ont imposé un cordon sanitaire bien-sûr en Flandre, et en francophonie on acceuille joyeusement un parti dictatorial. Tiens, cela me rappelle un débat à télé ou on pose la question de la démocratie interne de la PTB et le type répond qu'il ne gagne que 1500 euros. Attends, cela n'a strictement rien à voir avec la question? Le studio est bondé d'analystes illuminés et personne ne dit rien. Nonon, le PTB a été crée par le sentiment PS que le vivre gratos peut rapporter gros, et par la connivence coupable avec l'intégrisme religieux qui grâce à la politque portes ouvertes du passé devient électoralement très porteur. et puis on passe par Dehaene, la personification de la Belgique à Papa, il vient du pilier "ouvrier Chrétien" et se remplit les poches dans le privé, il aurait été socialiste, c'aurait été la même chose, pour donner du crédit à la comparaison avec le Belang, et puis le comble, le CD&V qui a fini par accepter qu'on n'inscrive pas l'article 195 de la Constition, ce n'est pas qu'il a simplement été forcé d'avaler un non de plus du côté francophone, nonon, il eu la flexibilité d'accepter le fait de ne pas l'inscrire! Belle preuve de flexibilité! mais après toute cette litanie remplie de lignes rouges francophones, de chose impensables et de majortés pré-établies, on a compris que c'est la NV-A qui est rigide! et c'est la N-VA qui est en train de mener tout le monde en bateau comme en 2010! C'est pas qu'en 2010 le Palais n'a laissé aucune chance à De Wever, qui n'a jamais été chargé de former un gouvernement, comme dirait Di Rupo: qu'est-ce que vous avez fait avec votre mandat de ne rien faire? Rien! Nix! Nada! et on va surtout oublier que le CD&V a laché la NV-A pour s'accorder avec le PS sur ses intérêts dans DEXIA - alzheimer, le nom de Dehaene, ça te dit qq chose?. Mais soit comme c'est la francophonie belge qui a créé la Flandre et c'est la gauche francophone qui a créé la NV-A ét le Vlaams Belang à +40% , je trouve le résultat inverse du 9% de PTB assez maigre, et encore mitigé avec les 7 du PP... Marcel, si la NV-A se dit prête d'alle au fédéral, elle le fera, mais ce sera pour détruire le PS. L'inverse était le mandat de ce gouvernement, on verra ce qu'en dira la population flamande. Joli Marcel, vraiment joli.
    • Marcel Sel
      avril 25, 01:08 Reply
      Toujours le même problème, Walli. Quand on est deux, il faut tomber d'accord. Si la Wallonie était surnuméraire et cherchait à imposer José Happart comme premier ministre, il y aurait des coups qui se perdraient, et à juste titre. La Flandre politique nous a déjà imposé Leterme qui avait préalablement plaisanté sur la capacité intellectuelle des Francophones. Ensuite, certains partis flamands veulent imposer leur vision de l'État (, celle de 65% de leurs électeurs grand maximum, ce qui ne fait même pas une majorité belge) aux Francophones sans tenir compte de ce que cela peut leur coûter. Eh bien, ça ne fonctionnerait dans aucun pays. Je ne dis pas que les Francophones ont <i>raison</i> de préférer un gouvernement sans la N-VA, je dis qu'ils peuvent difficilement l'accepter parce qu'à tous les niveaux, on peut préparer une catastrophe sociale et politique au Sud, sinon des émeutes et des troubles. Retirez leur pré-retraite aux ex-mineurs de Genk (s'il en reste) ou aux ex-ouvriers de Ford, et vous compterez les barricades aussi. Gouverner, c'est prévoir, et c'est d'abord voir. Ce que vous refusez de voir, c'est qu'il y a aussi un électorat en Wallonie et aussi des intérêts à préserver. N'attendez pas que les Wallons et les Bruxellois (francophones ou pas) acceptent tout sans conditions sous prétexte que la Flandre a souffert il y a cinquante ou cent ans. Ce serait croire que l'intérêt flamand a une valeur supérieure. Toujours cette même logique dont vous ne parvenez pas à vous détacher. Bordel, les autres ont aussi pris des coups dans la gueule. Les Flamands n'ont pas le monopole de l'amertume.
      • schoonaarde
        avril 25, 08:40 Reply
        Vous êtes vraiment mal informé! On ne va pas retirer leur pré-retraite aux ouvriers de Ford ou ceux de Caterpillar. La limitation de durée des allocations de chomage, c'est pour les moins de cinquante ans. Les chomeurs de plus de cinquante ans ne sont pas concernés, ce qui ne veut pas dire qu'on n'essaiera pas de les réintégrer dans le monde du travail. Et pour ce qui est d'imposer la vision flamande aux francophones? Il faudra trouver un partenaire francophone prêt à participer à la nouvelle coalition. Comme cela a toujours été le cas, pour tous les gouvernements. Et cela exige qu'on devra trouver un compromis.
        • Marcel Sel
          avril 25, 10:43 Reply
          Oui, mais la N-VA n'est pas prête à des compromis, on le voit encore quand Siegfried Bracke fait preuve d'intelligence en affirmant que la langue n'a rien à voir avec l'identité et qu'il se fait rabrouer par tout le parti, ou quand il annonce un gouvernement éco-social et que le parti le rappelle à l'ordre. Les partis capables de faire des compromis en Flandre, c'est tous les partis traditionnels. Comme par hasard, c'est avec eux qu'on a pu gouverner depuis 1830 (et Hugo Schiltz qui, à ce titre, s'est profilé comme un démocrate traditionnel, mais ça a provoqué la chute de la VU dont sont sortis les deux formations les plus rigoristes, N-VA et Vlaams Belang). Pour trouver un partenaire francophone, il faut un projet qui n'envoie pas les régions francophones au XVIIe siècle, à la misère et à la soumission. C'est ça, vous savez, la politique : savoir percevoir le besoin de l'opposant (qui devrait être politique et non linguistique) pour avancer ensemble. Maintenant, si vous voulez avancer seul, c'est simple : faites un referendum et détachez-vous. Ah zut, j'avais oublié : il n'a aucune chance d'obtenir une majorité…
        • uit 't zuiltje
          avril 27, 14:18 Reply
          @Marcel vous n'avez bien compris schoon' lorsqu'il dit : "Et pour ce qui est d’imposer la vision flamande aux francophones? Il faudra trouver un partenaire francophone prêt à participer à la nouvelle coalition. Comme cela a toujours été le cas, pour tous les gouvernements. Et cela exige qu’on devra trouver un compromis." il veut bien dire "cela exige qu’on devra trouver un compromis"... du côté FR , "comme cela a toujours été le cas". m'enfin, quel clettetje de bxl ce blogueur >;^)
    • uit 't zuiltje
      avril 25, 19:04 Reply
      <strong><em> <blockquote>Note du censeur Sel : même si c'est dit sur un ton clairement sarcastique, "khmers jaune" est aussi inacceptable que "khmers verts". (ou khmers bleus ou autres couleurs de Khmers). Merci d'éviter.</blockquote> </em></strong> "si la NV-A se dit prête d’alle au fédéral, elle le fera, mais ce sera pour détruire le PS. L’inverse était le mandat de ce gouvernement, on verra ce qu’en dira la population flamande." no problemo walli, la flandre va dire: vive le khmers jaune(à poil noir)... qui va amener son peuple glorieux et bien propre vers sa belge promise, la maison bleue adossée au sinaï de l'autre côté, et en fendant l'mr rouge en plus
  4. Philippe
    avril 25, 13:07 Reply
    Ras le bol citoyen Bruxellois... Le survol de la Région Bruxelloise ou plutôt comment la Flandre utilise sa poubelle ! Pour l’extension de la nuit, qui permettrait de limiter les nuisances entre 22 et 23 heures et entre 6 et 7 heures, NIET. Cette mesure n’est pas dans l’accord du gouvernement mais les francophones la réclament depuis que la contestation fait rage parmi les habitants de Bruxelles. Et fait, on assiste à un tir de barrage des partis flamands, surtout pour le matin, où l’aéroport fonctionne à pleine capacité (!). Allez sur le site :www.flightradar24.com et découvrez les routes utilisées... Mieux vaut habiter Leuven qui est toujours évitée (soit l'avion passe au dessus d'Heverlee, soit il contourne la ville mais il ne passe jamais au dessus!)... Dans les faits, il ne faut surtout pas envoyer des avions au-dessus des flandres avant les élections et après ... Non plus ! De qui se moque t'on ? Le CDH va payer pour les autres...
    • Philippe
      avril 26, 11:25 Reply
      La seule unique solution acceptable avant une fermeture totale et définitive du ciel Bruxellois aux avions venant de Flandre... il convient d'avoir le courage de définir une fois pour toutes le "cadre d'exploitation" de Bruxelles-National et plaider pour un aéroport urbain aux retombées économiques partagées entre les trois Régions et au trafic limité, sans vols cargo, ni fret, ni charters ni low-cost, fermé entre 22 et 7 heures... Sinon...
      • uit 't zuiltje
        avril 27, 14:24 Reply
        farpaitement, plus que des avions sans ailes, et plus de pilote qui votent cdh, na
  5. moinsqueparfait'
    avril 25, 15:02 Reply
    Tout ceci n'a aucune importance. Au pouvoir, la NVA deviendrait un parti "belge". Si elle cessait de faire la "Belge", elle serait dégommée du pouvoir comme Berlusconi l'a été en Italie. S'il devient indispensable électoralement, Bart sera intronisé comme nouveau kalief des Belchs, il recevra ses cacahuètes et ses bananes pour faire le beau à côté de Filip sur les photos et il s'exécutera car il sait qu'il ne pourra rien faire d'autre. Pas d'accord, mon petit Bart? Ok... dans les deux-trois semaines qui suivent: attaque sur la dette publique, menaces de transfert des institutions européennes et de l'OTAN, pluie de délocalisations qui se déchaîne brutalement (bizarre, bizarre, vous avez dit "bizarre", comme c'est bizarre...)... et s'il le faut on ira jusqu'à l'assassinat politique. Ce ne sont ni les Belges, ni les Flamands, ni les Wallons et encore moins les Flamands francisés de Brussel qui décident de ce qu'il se passe ici. Ici, on gère juste la tambouille villageoise à la mode médiévale bien de chez nous. Voir que des gens s'illusionnent encore à ce propos est hallucinant. Regardez l'Ukraine et voyez à quoi sont prêts les vrais décideurs "européistes*" quand ils voient que leur zone d'influence n'évolue pas comme ils le souhaitaient. À soutenir des fascistes et faire donner la troupe, tout simplement. Ne vous croyez pas à l'abri: ce sera le même tarif ici. Alors, on file doux et on se chamaille en silence, les belchhhhh. -------- *J'utilise les guillemets car en fin de compte, je dois bien constater que cette oligarchie agit tellement à l'encontre des intérêts des peuples européens que même ce titre infamant devrait être reformulé.
    • Marcel Sel
      avril 26, 12:11 Reply
      Pardon, Moinsque, je viens de voir que je n'avais pas approuvé votre article directement. C'est réparé, donc.
      • moinsqueparfait'
        avril 26, 14:33 Reply
        De rien, de rien ;) De toute façon, vous ne me devez rien non plus ;) Et bon appétit si vous passez à table, bien sûr!
  6. Gérard
    avril 25, 17:08 Reply
    Wallimero , vous ne dites rien des comptes rapportés par Philippe. Que dites vous " en bas de ça"? Ah! On en parle plus^? Non peut-être?
    • MUC
      avril 25, 21:07 Reply
      Les comptes de Philippe ? Philippe parle de ... 2.000 km de voies navigables, construit en Flandre, vers la Wallonie (à servir la Wallonie, La France, ...). Il est devenu fou ?
      • MUC
        avril 26, 09:20 Reply
        Le Canal Albert (90 km en Flandre) et le Zeekanaal Willebroek (45 km). On est déjà à 135 km. Il reste 1865 km à prouver par Philippe. 1865 km, c'est d'ici à Gibraltar. Allez-y Philippe, on est curieux (les 'Kempische Kanalen ? De Mol à Dessel ? Le canal de Damme ? Ah non, construit par les Brugeois aux 15ième siècle).
        • Philippe
          avril 26, 14:25 Reply
          Pas besoin de commenter les remarques d'un génie qui calcule le canal Albert sur sa partie située en Flandre ! ;-) Eh oui 2.000 km de voies navigables qui telles des veines et des artères alimentent encore aujourd'hui les ports de mer belges situés en Flandre... Eh oui le tout payé non pas avec des patates et des crevettes (la seule monnaie flamande à l'époque) mais bien pas la puissance économique Belge de l'époque qui en fait se reposait exclusivement sur les performances économiques wallonnes ! Les investissements tout aussi colossaux qui ne font pas partie de ses plans à intérêts flamands exclusifs (de fait tous payés par la Wallonie) sont en fait payé ... exclusivement par la Fédération Wallonie Bruxelles ! Exemples: Strépy-Bracquegnies et la fin du “bouchon de Lanaye" qui empêchait le développement du trafic fluvial entre la Belgique et les Pays-Bas ! Comme par hasard dès que cela n’intéresse plus les intérêts flamands il n'y a plus de solidarité..! PS idem avec le port pour avion de zaventem qui ne sert que les intérêts flamands en se servant depuis toujours du financement exclusif direct ou indirect de la Fédération Wallonie Bruxelles !
        • Philippe
          avril 26, 14:39 Reply
          Ceci dit je dois bien admettre que 2000 Km... il semble y avoir une couille dans le potage !
        • uit 't zuiltje
          avril 27, 14:44 Reply
          au prix des patates et des crevettes, 200km d'autoroute aquatique c'est déjà pas mal... il n'y a pas qu'albert et willebroeck (bxl est-il d'ailleurs en flandre) il ya suffisament de canaux de gand à zeebruges et évidemment en plus les canaux qui existaient au moyen-âge sous une forme obsolète construite par des petites mains directement issues de suske en wiske dans la machine à remonter le temps... et l'autoroute de la mer? payée avec l'argent des émigrés flamand en ardennes peut-être ;^)
    • wallimero
      avril 25, 23:03 Reply
      @ Geraar, J'en dis "Et alors?". Allé, parce qu'en 36 ou 60 l'élite financière francophone a décidé de construire un port en Flandre, les flamands doivent aujourd'hui jusqu'à la fin des temps accepter sans broncher une politique de redistribution aveugle? eeuh, pourquoi? On allait faire quoi pour le transport de et vers le Congo? Construire un port à Arlon? Et c'est la faute des flamands ça? C'est vraiment une argumentation d'impuissant frustré. Allez, le port de Rotterdam pour la sidérurgie Liégeoise oui, c'est ça, en 1863 le Royaume exclusivement francophone de Belgique a acheté les droits de passage sur l'Escaut, et toi tu baves que moins que 20 ans plus tard la sidérurgie Liègoise aurait dû en payer d'autres pour passer par la Meuse? c'est tellement risible Depuis plus de 30 ans les francophones trouvent normal claquer toutes les ressources régionales et nationales pour créer un énorme vivier électoral d'assistés et non de les investir dans ce qui crée de la valeur ajoutée. Et maintenant ils se réveillent en disant qu'ils veulent également la moitié des investissements? je ne crois pas non. Je me fiche des délires de ton prof. Je te félicite pour la politique menée en francophonie, et demande qu'on nous laisse gérer les choses en Flandre, en toute indépendance, mais on ne pas payer des infrastructures qu'on n'a pas décidées une deuxième, troisième, .... n-ième fois.
      • Philippe
        avril 26, 14:00 Reply
        "Pour mettre Anvers en communication directe non seulement avec la Wallonie, mais aussi avec toutes les parties de l'Europe, de nombreux canaux vont être construits. Ces travaux étaient nécessaires pour la compétitivité des activités portuaires anversoises tant celles-ci dépendaient du marché intérieur belge et tout particulièrement des industries wallonnes,lesquelles assuraient, avec le trafic venant de l’Allemagne,unflux croissant de marchandises. Ainsi dès avant la première guerre mondiale en 1914, les mouvements de marchandises constituaient près de 90% de l’ensemble des mouvements de trafic maritime anversois. Le marché intérieur wallon en représentait trois quarts des entrées et la moitié des sorties [Demangeon, A.(1918), pp. 307-329. D’autres canaux furent également construits pour favoriser, à Anvers, le transit de marchandises en provenance des pays voisins limitrophes, surtout d’Allemagne, du Luxembourg, d’Alsace et de la Lorraine. Ainsi lecanal de la Campine établit la jonction entre la Meuse et l'Escaut mais avec pour handicap d’être coupé par 17 écluses.Pour y remédier, le canal Albert sera construit dans les années 1930 créant ainsi un accès plus rapide à la mer pour le sillon industriel liégeois.Dans la foulée, le gouvernement belge proposa également d’autres travaux d’infrastructure, notamment, la création du tunnel sous l’Escaut à Anvers [Baudhuin, F. (1944), p.211]. Le budget de ces travaux futestimé à 873 millions de FB mais leur coût réel atteignit un montant de près de deux milliards, soit plus du double.En fin de compte, c’est un parcours de plus de 2,000 kilomètres de voies navigables qui a été créé à partir d’Anvers, ouvrant la voie à un flux de marchandise qu'aucun autre port du continent de cette époque ne pouvait concurrencer. " Source: http://blog.centresculturelsbruxellois.be/wp-content/uploads/2012/05/Solidarit%C3%A9-Flandre-Wallonie-Article-revue-Economie-et-soci%C3%A9t%C3%A9-final1.docx Non MUC, c'est pas "Philippe" qui est devenu "fou" mais bien les flamingants à la lecture des investissement solidaires de la wallonie envers la Flandre avec pour seul retour ce mépris roturier tellement nationaliste flamand. Comme par exemple jusqu’en 1863, les Pays Bas étaient autorisés en vertu d’un traité de 1839, à prélever un droit de péage pour toutes les marchandises qui transitaient par le port d’Anvers. Cette situation a été supprimée par le paiement de la somme fabuleuse pour l’époque de 36,2 millions de francs belges ... Payées avec des patates et des crevettes peut-être ?
        • MUC
          avril 26, 20:15 Reply
          Monsieur Philippe, Après votre très gênant "2.000 km de canaux ... construit en Flandre", vous continuer à vous ridiculiser. Les 32 millions de Francs Belges qui ont été payé afin de "libérer" l'Escaut en 1863 ont été payé par ... 21 pays Européens. Seulement 1/3 a été payé par les Belges eux-mêmes ; 1/4 par le Royaume Unie (!) et le reste par les Suisses, Français, Allemands, Espagnols, Suédois, .... Et en 1863, le Port d'Anvers était déjà le plus grand d'Europe , qui PAYAIT LE PEAGE lui-même (ses clients), qui ont donc tout simplement payé les Hollandais en une fois. L'argent est venu des clients du port, ce qui semble bien normal. Merci les Portugais ! Vous n'êtes pas fou, tout simplement mal informé, fanatique, un peu aveugle mais surtout : amusant ! Au suivant,
        • Philippe
          avril 27, 14:50 Reply
          Mais c'est bon sang de bien sûr MUC... Le Anversois étaient tellement sympa que pleins pays se sont cotisés pour payer sans contreparties des sommes fabuleuses pour permettre au Port d'Anvers de prendre un essor économique hors de proportion... En Antwerpsethon en quelque sorte ? Et, of course, ces compensation l'ont été sous forme de paquets cadeau contenant la richesse locale soit des patates et des crevettes ! Non non, la Belgique n'a rien payé... On te prendrait presque pour un politique français ! Trop bon... ;-) Franchement MUC ton tombes toujours aussi facilement dans le panneau ? Ce qui est très spécial avec la flamingants c'est leur capacité de naïveté... Pas étonnant que les partis nationalistes fassent un tabac dès lors que l'on voit le niveau limité atteint.
        • uit 't zuiltje
          avril 27, 15:31 Reply
          le ridicule ne tue pas MUC sinon nous serions tous morts, et le ridicule n'est la plupart du temps qu'une question de point de vue... bon donc selon vos affirmations seulement 13 millions de fb (36,x1/3 ; milieu du xixème) pas payé par un industrie flamande obsolète, ni par des patates ni des crevettes, les patates que les pauvres gens étaient contents d'avoir pour bouffer, la flandre n'a jamais été l'irlande (quoique vachement catho sous le joug d'arrogants FR)dommage! qu'est-ce que ça aurait pu vous servir... "qui PAYAIT LE PEAGE lui-même (ses clients)" le port quelle personnalité ! un port flamand bien sûr, un peu comme la capitale flamande, à défaut d'un capital flamingant* (vu qu'historiquement le pauvre peuple parlant la langue du peuple étaient parait-il exploité par d'horribles capitalistes FR ridicules), au fond l'histoire est bien faite, les horribles capitalistes FR ridicules sont devenus de bons gestionnaires flamands efficaces parceque flamands et tout le monde est content... et les Philippe qui ne captent pas bien que ne pas capter les subtilités du monde flamand c'est être "antiflamand" agressif on peut lui dire "ridicule", puisqu'en plus, lui ça le touche puisque comme tout FR, il culpabilise de ne pas comprendre un truc franchement incompréhensible si ont n'a pas le sens du "ridicule" *pour un"flamingant", définition: flamand=NLtalige
        • MUC
          avril 27, 19:46 Reply
          @ Philippe, Je vais essayer de vous apprende un proverbe Flamand. "Afgaan als een gieter". Vous attaquez la Flandre entière en disant que "la Belgique" a payé 32 millions de francs Belges aus Hollandais. Le fait que 70 % de ce montant a été payé par d'autres pays est tout à fait nouveau pour vous. En bon Latin ; VAE VICTIS. Doet het pijn ? Après vos "2.000 km de canaux", on attend une troisième gaffe de vous. Allez-y ! Panem et Circenses.
        • Philippe
          avril 28, 08:37 Reply
          Décidément MUC.... La subtilité c'est pas ton fort ..! Je vais donc t'expliquer lentement (langzaam)... 1° Comment peux tu croire un seul instant que le financement pour la levée des conséquences du traité de 1839 puisse m'échapper ? Mais bon, ta jubilation de grand gamin tellement naïf me fait réellement plaisir 2° "Vous attaquez la Flandre entière en disant que "la Belgique" a payé 32 millions de francs Belges aux Hollandais." Tu n'as encore une fois rien compris... Mais bon, comme flamingant... 3° Doet het pijn ? C'est tellement vulgaire ... Si tu crois que la bêtise, l'ingratitude et mépris font "mal" c'est que ton expérience de vie est drôlement bien limitée. 4° "2.000 km de canaux" Je l'ai déjà dit, cela me surprend. C'est si difficile de comprendre que quelqu'un puisse avouer qu'une erreur c'est peut-être glissée. Je dis "peut être" car je ne suis pas un expert en voies maritimes de 1750 à 2000 ! Mais reste des indices par comparaison... Le réseau navigable français mesurait 12778 kilomètres en 1900 Il est estimé aujourd'hui à environ 6900 gérés par VNF (voies navigables de France). En Belgique aujourd'hui, il a un réseau de 1 532 km mais je te propose de trouver la référence pour 1800,1900 également cela te changera des lectures de bandes dessinées comme le programme de la nva ! ;-) Dans la masse d'éléments qui prouvent les propos, peut être se trouvent ou se trouveront une ou deux imprécisions... Cela n'empêche pas les faits d'être implacables ! Non MUC, c’est pas "Philippe" qui est devenu "fou" mais bien les flamingants à la lecture des investissement solidaires de la wallonie envers la Flandre avec pour seul retour ce mépris roturier tellement nationaliste flamand.
        • MUC
          avril 29, 13:29 Reply
          @ Uit 't Zuiltje je vous cite "seulement 13 millions de fb (36,x1/3 ; ...). Donc selon vous, un tiers de 36, c'est 13.... En général, on dirait : 12. de tafels van vermenigvuldiging, leerstof derde leerjaar, lager onderwijs.
        • MUC
          avril 29, 13:39 Reply
          @ Philippe "En Belgique aujourd’hui, il a un réseau de 1 532 km ". Et oui. Ce sont les canaux ET les rivières navigables (Escaut, Lys, Meude, Dendre, Rupel, ...) ensemble, en Wallonie, à Bruxelels et en Flandre. Aujourd'hui. Als dit een argument moet zijn om uw 2000 km KANALEN in VLAANDEREN te verrechtvaardigen in de NEGENTIENDE EEUW, allez-y. Et en ce qui concerne les revenus de l'étât Belge, châque fiscaliste vous expliquera qu'au XIXième siècle, les taxes directes (sur l'alcool, le tabac, le pain, ...) et les taxes 'cadastrales' étaient les plus importants, avec les taxes sur l'importantion de certain produits. Les taxes sur les entreprises et sur les revenus étaient peu développés.Même inexistants. Donc l'industrie Walonne ne contribuait pas beaucoup au caisse nationale.
        • Philippe
          avril 29, 16:29 Reply
          Le ridicule ne tue pas MUC... Même en Flandre la compréhension sans rêve mouillé d'un texte relève du " lager onderwijs"... En effet, "plus de 2,000 kilomètres de voies navigables qui a été créé à partir d’Anvers, ouvrant la voie à un flux de marchandise qu’aucun autre port du continent de cette époque ne pouvait concurrencer. " Ne signifie ni "2.000 km de canaux … construit en Flandre" ni "KANALEN in VLAANDEREN" si tu préfères ! Et ,of course, la seconde puissance économique du monde n'a pas contribué directement à la sortie du moyen-âge économique de la Flandre ... Franchement mis à part vous, des historiens qui n'en sont pas et des économistes près à lever le bras droit en prêtant un serment, qui peut bien croire à de telles balivernes de comptoir de poissonnerie ? "Lorsque des personnes ignorantes se vantent de leur ignorance, il n'y a pas grand chose à faire sinon de les laisser parler" Obama 2014
        • Philippe
          avril 29, 17:07 Reply
          De plus MUC chaque fiscaliste qui dépasse le " lager onderwijs" même en Flandre pourra facilement calculer que les frais de douane qui étaient en grande partie alimentés par le port d’Anvers étaient directement proportionnel aux performances des entreprises sidérurgiques wallonnes. Même un instituteur comme Hannes a enfin compris après un cours auprès du Professeur Michel Quévit ! Le traité de Rome (1957) impose une solidarité financière entre les régions afin de maintenir l’unité de l’État. Chacun des États membres de l’union est invité à appliquer ces principes de solidarité sur son propre territoire, et c’est ce qui se passe partout dans l’union européenne, sauf en Belgique. La Bavière, la région de Londres, celle de Madrid font partie des régions dites contributrices alors que le pays de Galles ou la Galice font partie des régions débitrices. On peut donc tirer une première conclusion, c’est que même les théories fumeuses des apprentis économistes comme Hannes prétendant que la Wallonie vit « aux crochets » de la Flandre, ce serait tout à fait normal et conforme aux réglementations européennes. Mais comme ,sans aucun doute possible, le contraire est prouvé, reste seulement des ingratitudes toutes flamingantes. Plus fort encore, quand il s’est agi de développer le port de Zeebruges, le gouvernement avait décidé à la fin des années 70, de donner un milliard d’investissement à la Wallonie pour un milliard dépensé pour Zeebruges, à condition que cette dernière n’en reçût pas plus que seize. 115 milliards de francs belges ont à l’époque été consacrés aux travaux de Zeebruges, en échange de quoi la Wallonie ne reçut que 16 milliards, ce qui est chacun en conviendra un marché de dupes. Il est fastidieux de détailler toutes les injustices flagrantes et osons le mot, les détournements de fonds dont fut victime la région wallonne de la part de la Flandre, et donc voici quelques exemples parmi tant d'autres : le sauvetage financier du Boerenbond par l’Etat belge en 1934 (un milliard 295 millions), celui des charbonnages du Limbourg entre 1982 et 1991 (196 milliards) alors que peu de temps auparavant, les Flamands avaient fait passer une loi de régionalisation des secteurs nationaux, dont la sidérurgie et les charbonnages, afin d’éviter que de l’argent flamand (traduisez belge) ne vienne renflouer les charbonnages wallons ! Cette subsidiation fédérale des secteurs nationaux, qui selon les hommes politiques flamands entraînaient des transferts scandaleux d'argent flamand (traduisez fédéral) vers la Wallonie furent répartis entre 1977 et 1980 de la façon suivante: 76,7% pour la Flandre et 23,3% pour la Wallonie. Ces chiffres impartiaux n'empêchent pas les politiciens flamands de continuer à prétendre que la Wallonie appauvrit la Flandre! Etc, etc... Ce portrait d'une Flandre prédatrice et flamingante se désintéressant de la carcasse qu'elle a rongée depuis des décennies est étayé par tous les chiffres et des tableaux émanant d'études universitaires, y compris flamandes. De mauvais flamands ? Sans doute car ils ont fait de véritables études, eux. Génant, ridicule, gaffes et autres vocabulaire du " lager onderwijs", je vous le laisse ! Cadeau MUC...
        • uit't zuiltje
          avril 29, 17:37 Reply
          @MUC "Donc selon vous, un tiers de 36, c’est 13…." je vais vous l'a faire mauvaise foi ultra courte : ça dépend de ce que vous mettez derrière la virgule pour les faire payer par des tiers "Et en ce qui concerne les revenus de l’étât Belge, châque fiscaliste vous expliquera qu’au XIXième siècle, les taxes directes (sur l’alcool, le tabac, le pain, …) et les taxes ‘cadastrales’ étaient les plus importants, avec les taxes sur l’importantion de certain produits.." : et selon vous, qui nous expliquera que c'est les horribles propriétaires FR qui avaient le pouvoir d'acheter tous ces produits, vu qu'ils ne laissaient rien aux NL ...
      • Philippe
        avril 26, 14:37 Reply
        Mais Walli, MUC Thomas enz... Commence déjà par payer la première tranche et on verra... Commence déjà par payer un plan d'isolation et d'expropriation autour de zaventem et on verra si l'on ne va pas fermer votre aéroport une bonne fois pour toute. Commence déjà par essayer de comprendre que sans la Belgique au travers de la Wallonie, la Flandre en serait encore au régime patates crevettes (quoique pour les crevettes...) Commence déjà par admettre que le vivier électoral d’assistés existe aussi en Flandre et que ce mépris vis à vis de ceux qui ont moins de chance dans la vie est tout simplement dégueulasse. Commence enfin par compter... La Flandre pille la Région Bruxelloise de 30 milliards par an et elle en verse 3 à 4 milliards à la Région Wallonie question qui mène une politique de redistribution aveugle depuis toujours ? Réponse: La Fédération Wallonie Bruxelles au nom de cette même solidarité que tu méprises... C'est quoi ton problème mis à part un racisme et une haine anti francophone et anti-autres "non vrais flamands parlant flamand" (pas facile) ? Les faits toujours les faits...
    • thomas
      avril 27, 03:12 Reply
      Oui, Merci Philippe. Sans vous et sans la Belgique on ne serait que des cultiveurs de patates aujourd'hui. Un grand merci et bonne nuit. PS: merci aux amis hollandais d'avoir initié l'industrialisation de la Wallonie.
      • uit 't zuiltje
        avril 27, 14:52 Reply
        "PS: merci aux amis hollandais d’avoir initié l’industrialisation de la Wallonie" c'est un ps intéressant (tout arrive), vous pourriez développer ? merci
      • Philippe
        avril 27, 14:52 Reply
        Thomas.... Ma curiosité est piquée..."merci aux amis hollandais d’avoir initié l’industrialisation de la Wallonie." Tu pourrais développer ? Alvast bedankt ;-)
      • schoonaarde
        avril 27, 23:17 Reply
        A propos des frères Cockerill (John et James) extrait de Wikipedia: "In 1817 kregen ze van koning Willem I de gelegenheid de Luikse staalindustrie te moderniseren. Ze kochten het voormalige kasteel van de prins-bisschop van Luik in Seraing en bouwden er de eerste hoogovens op cokes - in plaats van houtskool -, gebruikmakend van de steenkool die in de regio werd gewonnen. Ze introduceerden daarmee de massaproductie van ijzer en staal, niet alleen de ruwe producten maar ook machines, schepen, locomotieven en spoorwegmaterieel. In 1825 verkocht James Cockerill zijn aandeel in de fabrieken aan de koning. Na 1830 leverde Cockerill de rails en locomotieven voor de eerste spoorwegen van het onafhankelijke België en van het Europese vasteland.
        • uit 't zuiltje
          avril 28, 01:35 Reply
          @Schoon' "pour ceux qui ne comprennent que le français", c'est le "initié" qui est rigolo, l'esprit entrepreneurial anglo-saxon avait besoin d'un hollandais pour penser à s'exprimer sur le continent... et bientôt vous allez nous expliquez que guillaume voulais aider les wallons et abandonner les industriels flamands...
      • schoonaarde
        avril 27, 23:38 Reply
        et pour ceux qui ne comprennent que le français: source Wikipedia-fr "En 1817, il achète avec son frère Charles James le Château de Seraing, le Prince Guillaume Ier des Pays-Bas l'ayant chargé du développement de la sidérurgie dans les environs de Liège. Cockerill commence par développer à proximité un haut-fourneau à coke plutôt qu'à bois. Un arsenal de construction de bateaux, Cockerill Yards (connu ensuite sous le nom d'Hoboken) est ouvert en 1824 à Anvers. En 1825, James Cockerill vend ses parts au roi des Pays-Bas. Un moment menacé par les troubles issus de la révolution belge, John Cockerill se retrouve finalement seul propriétaire des usines de Seraing. Lors de la révolution, il est le leader du parti orangiste à Liège. Il se rattache à l'Eglise protestante de Liège qu'il soutient financièrement."
        • Philippe
          avril 28, 08:51 Reply
          Schoonaarde, merci pour ces infos surtout pour la partie "orangiste" dont nous allons reparler... Mais afin de mettre en perspective le mot "initier" que tu as utilisé, il faut savoir que la Wallonie en 1810 était déjà la seconde puissance industrielle mondiale. Je peux comprendre la rage de nos "amis hollandais" dès lors qu'ils perdaient la poule aux œufs d'or. Un peu comme la Flandre avec la Région Bruxelloise... Source: http://www.larevuetoudi.org/fr/story/wallonie-deuxi%C3%A8me-puissance-industrielle-mondiale-1790-1910
        • uit't zuiltje
          avril 28, 15:10 Reply
          @Philippe je me demande bien à quoi rime un tel classement poulidoresque sur tout le xixème siècle, perso je ne trouve pas très up "toudi", ni up-to-date du reste
        • Philippe
          avril 28, 16:34 Reply
          Cela rime avec escrime ;-) car comment faire comprendre autrement que la Wallonie n'a pas attendu les hollandais et le bon Prince Guillaume Ier des Pays-Bas pour prendre leur envol à l'époque. Pour ce qui des classements, ils ont tous leurs défauts je suis bien d'accord !
      • thomas
        avril 28, 05:40 Reply
        Guillaume 1er est aussi fondateur de la Société Générale. Il a énormément invisti en Wallonie pour développer l'industrie.
        • Philippe
          avril 28, 12:36 Reply
          il te faut savoir aussi que la Wallonie en 1810 était déjà la seconde puissance industrielle mondiale !
        • Philippe
          avril 28, 14:07 Reply
          En 1835, à la requête du roi Léopold Ier de Belgique, la Générale créa aussi la Société de Commerce, spécialisée dans les avances sur marchandises. Objectif, faire d'Anvers une plaque tournante du commerce international... A lire aussi: http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Central_Belge
        • uit 't zuiltje
          avril 28, 23:21 Reply
          perso on m'a toujours dit que le plus gros du capital de l'AM c'était la forêt de soigne qu'un zeste d'orange s'était approprié parceque seul héritier de la duchesse de brabant par la volonté des gentils britaniques (sorry y avait peut-être aussi des juifs) plein d'innovations à initier aux wallons de waterloo et au-delà (la wallifornie n'ayant pas encore récolté la mane)
        • uit 't zuiltje
          avril 28, 23:37 Reply
          zut j'ai pas placé le mot "allemand" mais c'est pas ma faute, à l'époque ils existaient encore moins que "belge" nationalistiquement parlant
  7. wallimero
    avril 25, 23:24 Reply
    @ Marcel, D'après que je sache on n'est pas passé par un référendum pour créer la Belgique, pourquoi alors en faudrait-il un pour l'abolir? Ah oui, maintentant il faut craindre la violence et la guerre civile des francophones, là on est plus proche de la création de la Belgique pour être sûr qu'elle continue, c'est déjà plus crédible... Soit, depuis 30 la francophonie vote pour un apauvrissemement généralisé, les flamands n'ont quand-même pas la responsabilité biblique de les assister jusqu'à la fin des temps? et ce qui est pire, la francophonie refuse même de changer quoi que soit! Chaque réforme de font vient à l'initiative des partis flamands et les francophones décident jusqu'où ils veulent aller. Mais comme déjà dit, c'est tellement commode de râler sur la Flandre ceci et la la Flandre cela. Et en Francophonie on fait quoi? rien T'as trop plein de billets sur la Flandre, un peu sur Bruxelles, et 0 sur la Wallonie. Si le spectre de misère et de désespoir hante tellement la francophonie, je pense qu'il est urgent de regarder un peu de plus près ce qui se passe là bas.
    • Marcel Sel
      avril 26, 12:02 Reply
      Très bel exemple du discours "la Flandre fait tout, la Francophonie ne fait rien". Mettez "Allemagne" et "Juiverie" à la place des deux termes et vous découvrez que le nationalisme est toujours une forme de xénophobie, passant son temps à accumuler les "preuves" de l'incompétence de l'ethnie à cibler, détester, rejeter et séparer du "corps parfait flamand", ce mythe entre tous les mythes. Joli, Walli ! Vraiment joli !
      • thomas
        avril 26, 12:52 Reply
        Très belle exemple de votre stratégie depuis toujours. Jamais Wallimero a dit que la Flandre est parfait ou a un corps parfait. Comme si on doit d'abord être parfait lui même avant d'avoir le droit d'exprimer le désir que certains problèmes structurelles chez l'autre, qui nous affectent, soient enfin affrontés. "Regarde, il est frustré de notre socialo-clientélisme qui nous appauvrit, donc il pense qu'il est parfait!" Case closed. Ne réfléchissons jamais que cette frustration est peut-être quelque part compréhensible ou justifié, non, insultons ce nazi xénophobe en disant qu'il se prend pour un parfait.
        • Marcel Sel
          avril 26, 13:26 Reply
          Non, mais il le laisse entendre, il part de ce principe-là.
      • thomas
        avril 26, 13:23 Reply
        Toutes les exagérations haineuses concernant la Flandre (et je dis "exagérations", pas "mensonges", donc cela implique que je ne la vois pas comme parfait) peuvent passer ici sous votre approbation tacite, alors que quand quelqu'un se défend en évoquant la partie de la responsabilité qui se situe de l'autre côté, vous tuez ce débat en formulant une réponse qui contient les mots "allemands" et "juives".
    • Marcel Sel
      avril 26, 12:10 Reply
      Et à propos, je me suis un peu fait une spécialité de la Flandre, c'est aussi pour ça que les gens me lisent. Sauf que je n'ai pas envie de tomber dans l'encensement et que de mon point de vue, le nationalisme ne roule pas pour les Flamands, mais contre, tant au niveau moral que politique et économique. Relisez SVP mon billet contre Marc Uyttendaele qui a oser penser tout haut qu'il ne fallait pas engager de prof d'université flamand en Wallonie, il s'est pris de volle laag. Mais ça n'entre pas dans votre analyse, donc, vous n'en parlez pas. C'est plus pratique, et c'est aussi une très jolie démonstration du mode de fonctionnement nationaliste : on prend tout ce qui peut "démontrer" son point de vue et on rejette tout le reste. À ce propos, j'essaye de publier ce qu'on ne trouve pas ailleurs. Et si vous ouvrez la presse francophone de temps en temps, vous verrez qu'elle est <strong>pleine</strong> d'articles critiques sur la Wallonie et sa gestion. Quant à mon "obsession de la Flandre", la question n'est pas si j'écris sur A ou B, mais comment. Alors revoyez mes billets sur la N-VA et la presse, approuvé par les gens que j'ai interviewés, un autre sur les flèches du désamour, conforme aussi aux témoignages que j'ai reçus et pas du tout "antiflamand" (au contraire, je fustige un article wallon écrit sans avoir appelé la boogschuttersliga flamande, ce que j'ai fait donc) et dans quelques jours, je vous offre l'article paru dans M la semaine passée sur les caricatures du Morgen, là aussi qui explique au lieu de dire "c'est évidemment toujours en Flandre" comme je l'ai lu ici et là. La seule chose dont vous pouvez m'accuser est d'attaquer le nationalisme (flamand ou autre). Et là, j'assume.
      • thomas
        avril 26, 13:34 Reply
        Et deuxième chose, de ne jamais oser parler des vrais causes de cette forte hausse du parti nationaliste. C'est vous qui vous croyez parfait en ne jamais parlant de çà. Vous ne faites qu'aggraver le problème et l'incompréhension mutuelle.
        • Marcel Sel
          avril 26, 14:32 Reply
          Les vraies causes de la forte hausse du parti nationaliste est une question d'analyse. Personnellement, je réfute l'idée que le retard de la Wallonie occupe l'esprit des électeurs flamands par défaut. Sinon, pourquoi le retard du Limbourg ne les empêcherait pas de dormir ? Et pourquoi la bonne santé du Brabant Wallon ne corrige pas l'image qu'on a, au Nord, de la Wallonie ? Et pourquoi aucun succès wallon (il y en a) ne vient jamais nuancer cette image ? La réalité est que la crise et les errances wallonnes (qui sont une réalité, je ne l'ai jamais nié) est utilisée sciemment par la N-VA et certains journalistes pour justifier l'idée qu'une Flandre seule irait mieux. Si les Flamands qui votent N-VA pensaient vraiment que la Wallonie (et Bruxelles, tant qu'à faire) leur "vole" leur argent, ils seraient bien plus de 15% à vouloir une Flandre indépendante. La vraie cause de la montée du nationalisme ? Personne ne peut prétendre la connaître. Personnellement, j'ai une opinion là-dessus, et c'est tout. L'instrumentalisation de vieilles rancœurs devenues obsolètes en est une. La détestation de la politique traditionnelle, qui est une constante tant en Flandre qu'en Wallonie en est une autre. Le scrutin proportionnel qui fait qu'au fédéral, on se retrouve toujours avec des majorités de compromis, qui donnent l'impression que rien n'avance jamais (alors que par ailleurs, la Belgique est le pays d'Europe qui a le plus modifié ses structures depuis 1945), en est une troisième. L'inconscience du fait que le nationalisme a toujours une composante xénophobe en est une quatrième : j'ai rencontré des électeurs de la N-VA qui <strong>adoraient</strong> la Wallonie et me parlaient plus volontiers en français qu'en néerlandais. Ils ne s'énervaient que quand je leur disais «la N-VA veut l'indépendance de la Flandre». Et à le voir autant dans le déni, je suis aujourd'hui encore toujours perplexe. Le programme économique de la N-VA est-il si sûr d'être brillant ? En tout cas, c'est une cinquième raison : la N-VA a réussi à faire passer un message socio-économique fort, c'est indéniable. "La Voka est mon patron" était brillant. Sauf que quand la Voka plébiscite la région métropolitaine bruxelloise, tout à coup, elle n'est plus le patron de Bart De Wever du tout ! Autrement dit, ce slogan-là, comme des tas d'autres, sont mensongers. Le petit entrepreneur flamand est persuadé que la N-VA va révolutionner l'économie ? Voilà une sixième raison. Sauf que rien ne dit, scientifiquement parlant, que son programme (d'ailleurs très flou : elle va diminuer les impôts à 40% mais ne dit pas lesquels, jusqu'où, ni comment elle va compenser la perte de plusieurs milliards pour l'État) va effectivement aider la Belgique ou la Flandre à sortir de la crise. Enfin, voilà, quelques raisons. La Wallonie à la traîne ? Ça pourrait en être une, au même titre que l'Allemagne de l'Est à la traîne semble à certains Bavarois une raison suffisante pour lui couper les vivres. Eh oui : même en allemagne, parmi les Allemands, il y a des gens qui trouvent que des régions parlant la même langue qu'eux ne méritent pas d'être soutenues pendant encore plusieurs décennies (la plupart des régions d'ex-Allemagne de l'Est font pire que la Wallonie et rien n'indique qu'elle iront mieux bientôt). Mais voilà, ce sont des ex-communistes, et ils sont donc "différents". Partout où l'on peut voir une différence créer ou sembler créer une frontière, des partis comme la N-VA auront leur chance. Mais ensuite, quand il s'agira de mettre leur superbe plan en œuvre, de prendre de vraies responsabilités, et de risquer de faire déraper la dette à 130% en deux ou trois ans (ou pas), on l'attend toujours au tournant.
        • Marcel Sel
          avril 26, 14:32 Reply
          (le simple fait que vous sembliez penser que les "vraies causes" sont en Wallonie et à Bruxelles dit déjà beaucoup de votre "analyse" de la situation belge).
        • wallimero
          avril 27, 11:27 Reply
          @ Marcel, Allez, si tu mets Allemagne et juifs dans la phrase "Je n'aime pas les carrottes" tu obtiens en effet qq chose que je n'ai pas dit. Mais soit, le PTB est causé par la NV-A, mais oh lala, on vient de décrouvir que la Flandre veut une politique plus stricte en matière d'immigration! Le succès de Maggie! Quelle découverte! et là la cause, eeuh, non, ça n'a rien à voir avec le fait qu'on est toujours obligé d'avoir une politique imposée par la gauche francophone, non, les causes sont multiples, difficiles à cerner, se trouvent sans aucun doute dans la nuit des temps et sont trop longues à expliquer mais à pars ça, le PTB, c'est la faute à la NV-A "Pour trouver un partenaire francophone, il faut un projet qui n’envoie pas les régions francophones au XVIIe siècle, à la misère et à la soumission." belle opinion de spécialiste, si ce n'est pas un appel à la haine: "La NV-A veut la misère des régions francophones et il veut les soumettre!" Défendez-vous braves gens! tiens, change la NV-A enTutsis et les régions francophones en Hutus et voilà le résultat. La NV-A veut l'indépendance de la Flandre, elle n'a aucun intérêt de soumettre les régions francophones, et comme tu sais, je te fais déjà cadeau de Bruxelles! Merci d'appeler ton pote français pour venir les libérer. Et avec cette énorme richesse qui sera la votre, il n'y aura plus de misère du tout! tout le monde sera riche avec cette richesse énorme qui pourra être redistribuée. oui, la Flandre c'est ta spécilité, ça fait vendre en francophonie en France, et pour le reste c'est toujours le point de départ du conservateur de la gauche francophone. Et c'est de ce principe que tu pars, la Sellitude: l'immobilisme du bien-être moral de la gauche redistributive bien-pensante en exigeant une solidarité aveugle bibliquement imposée à la Flandre, et bien-sûr, accompagné de l'impérialisme culturel bien connu, et tout cela sous l'excuse belge. En fait billet ne traite pas de la NV-A, c'est une attaque non-fondée sur Homans (elle aura oui oui non sa légitimité pendant les élections), et puis une longe liste de choses qui sont inacceptables pour les francophones, remontée d'une sauce d'evidences (tu vas plus loin tu refuses les droits humains) préconçues. Et tout cela avec la désinformation habituelle comme en 2010 De Wever avait un mandat à ne rien faire, et qu'est-ce qu'il à fait? Rien! Quel scandale. Méchant nationaliste! Joli Marcel, vraiment joli
          • Marcel Sel
            avril 27, 13:46
            Toujours ce calimérisme. Je ne vois pas en quoi dire que Homans n'a pas de légitimité pour diriger le gouvernement flamand est une attaque. Je dis exactement la même chose de Rudi Vervoort à la région bruxelloise, hein.
        • uit 't zuiltje
          avril 27, 16:08 Reply
          mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm!! Marcel you are ze best vous êtes le dieu de votre blog les flamingants sont des mouches à ... la flandre veut qu'on s'intéresse à elle les flamingants ne veulent pas qu'on s'intéresse à eux Marcel, tu habites dans la capitale de la flandre (sorry,erreur: dans la commune à côté mais pas le quartier de reynders tout de même!) chauffe Marcel, le corps parfait de la flandre et je pense là à thomas pour qui les "vrais causes de cette forte hausse du parti nationaliste" sont FR et "C’est vous [les FR] qui vous croyez parfait en ne jamais parlant de çà. Vous ne faites qu’aggraver le problème et l’incompréhension mutuelle." FR sous-entendu, salaud d'FR quand même quand on y pense (oui je sais que c'est difficile de penser pour un FR)
        • thomas
          avril 28, 07:22 Reply
          'Uiltje, Tiens, j'avais pourtant dit LA PARTIE de la responsabilité qui se situe de l'autre côté. Je pensais que ça signifiait que la responsabilité est partagée.
        • thomas
          avril 28, 12:29 Reply
          Marcel, On n'a plus le temps de trainer, si on continue à trainer avec des reformettes bric à brac (par peur de se rendre superflu au long terme, quand il y a moins de pauvreté), on sera des lâches aux yeux des générations après nous qui en paieront la lourde facture. Et cela vaut autant pour les francophones que pour les flamands. Détrompez-vous, une grande partie de l'électorat de la N-VA le sont actuellement par pragmatisme: une fois achevées les réformes nécessaires pour nous relancer définitivement et pour garantir la même prospérité pour nos enfants, ils voteront de nouveau pour des autres partis. Et cet électorat a tout simplement perdu sa confiance en les autres partis, dont on sait que certains veulent bien des grandes réformes mais qu'ils préfèrent s'accrocher au pouvoir et abandonner leurs principes en entrant dans un gouvernement avec le parti archi-conservateur qui ne veut pas des réformes (pour ne pas se suicider)
        • uit 't zuiltje
          avril 29, 00:29 Reply
          @thomas c'est nous ou c'est vous finalement qui les excitons eux , ceux qui votent pour un con de parti nationaliste qui n'est rien juste un noeud de frustration flamingante forcément n'ayant pas d'autre justification que des fantasmes, où il y a juste l'impression d'être meilleur que nous et où il y a l'impression que nous les empêchons d'être meilleurs encore... perso ma partie du problème je l'assume, j'essayerai ne pas perdre mes rudiments de NL mais c'est pas simple devant des gens qui veulent éradiquer ma langue... et là où ils l'ont éradiqué ils sont encore frustrés, car des territoires où ils sont plus que très significativement minoritaires bxl, de zes...devraient leur revenir et le plus étonnant là où ils sont chez eux avec des minorités significatives de notre langue honnie ils piquent des crises d'ados mal baisés qui trouvent qu'on les empêche de vivre... aggravons le problème et l’incompréhension mutuelle...ne trainons plus, "si on continue à trainer avec des reformettes bric à brac (par peur de se rendre superflu au long terme, quand il y a moins de pauvreté), on sera des lâches aux yeux des générations après nous" pauvre thomas, nous serons toujours des crétins aux yeux des générations après nous, sinon reconnaissez qui n'y a pas de progrès et que donc il n'y a aucun progrès à attendre de vos amis de la n-va, l'étouffoir petit-bourgeois flamand sans vision et sans avenir (autre que toujours le même)
      • wallimero
        avril 27, 18:55 Reply
        @ Marcel, ça c'est vraiment un argument à la PTB c'est q-m pas parce que tu dis la même chose de Rudi que tu peux dire n'improte quoi de Homans "Les Flamands ne comprendraient d’ailleurs pas que leur gouvernement, plus important aux yeux de beaucoup que le gouvernement fédéral, soit laissé à un second, voire à un troisième couteau : même à Anvers, Homans n’est que troisième élue N-VA !" Dire de qq - tête de liste dans la plus grande circonscription flamande - qu'elle est de troisième catégorie n'est donc pas l'attaquer. et en plus c'est une femme! sexisme Marcel, sexisme! je crois que je vais me faire expert en sellidarité!: je parie que c'est dû à un machisme culturel qui se montre par une lame de fond sexiste dont je ne peux tout à fait expliquer les causes... et non, je pars pas pas de l'idée que la Flandre est parfaite, d'autant plus que la Flandre subit également la sclérose totale du système fédéral, et y en a pas mal qui y participent. Mais avec l'électorat francophone tel qu'il est maintenant, il vaut mieux l'indépendance.
        • Marcel Sel
          avril 27, 23:52 Reply
          Ah ? Homans a droit à un traitement supérieur à celui de Rudi Vervoort ? Ohlàlà, tes arguments deviennent très, très nationalistes. Mais j'avoue, ce commentaire-ci m'a pas mal fait rire. Continue Walli, c'est plutôt drôle, au fond :-)
    • uit 't zuiltje
      avril 27, 15:42 Reply
      cher Walli' mais pourquoi donc chaque fois que je vous lis je pense que vous êtes le seul chômeur NL de bxl... et chaque fois que je m'inquiète si vous avez retrouvé du travail vous ne me répondez pas... peut-être êtes-vous rentré dans votre pays, je veux dire, peut-être avez-vous quitté la capitale de votre pays afin de retrouver de l'emploi dans un platteland moins hostile... j'espère que mon argent FR de contribuable flamand vous aide courage walli courage
  8. Bert
    avril 26, 01:35 Reply
    La Wallonie, avec encore le PS, ou sans le PS ne se relèvera pas dans cinq ans. Ni dans quinze ans. Il faudrait de profondes réformes structurelles que les Wallons sont incapables de digérer. Cela va tout doucement saigner en Wallonie avec la lente suppression des transferts flamands. Donc, seule mauvaise solution : à gauche toute, ou l'art de s'enfoncer toujours plus.
    • Philippe
      avril 27, 12:16 Reply
      Bert, sans la main mise politico économique et les 30 milliards spoliés par les flandres sur le dos de la Région Bruxelloise, la Fédération Wallonie Bruxelles pourra voir son avenir de manière sereine. Par contre la Flandre sans ses diamants, avec trois ports soit en perte de vitesse soit plus en mesure de la moindre exploitation et pour finir avec près de 100.000 jobs perdus à Bruxelles et donc à pourvoir en Flandre sans le financement de la Région Bruxelloise.... Je pense que les génies de la nva vont faire chauffer leurs bouliers compteur car c'est vraiment pas eux la génération Toshiba ! Homans comme ministre présidente flamande ...Wraf wraf wraf Trop fort ... ;-)
    • denis dinsart
      avril 28, 10:31 Reply
      Vous decvez être un fin analyste en matière économique pour asséner de telles sentances.
      • Philippe
        avril 28, 12:57 Reply
        Merci* Denis pour votre brillante remarque. Je pense que de dire que les génies de la nva vont "faire chauffer leurs bouliers compteur car c’est vraiment pas eux la génération Toshiba" ce n'est pas une analyse mais juste une constatation... Le reste se base sur les chiffre du gouvernement flamands, sur des faits énoncés par leur ancien Chief Economist Rudy Aernoudt. Rien que pour le port d'Anvers, il s'agit de la charge sur essieu inférieure à celle permise à Rotterdam qui va sceller son sort. Mais bon peut-être que Rudy Aernoudt n'est pas assez fin analyste en matière économique pour asséner de telles sentances ! Pas assez analyste ou pas assez flamand pourrait-on se poser la question ? * Un xième degré incompréhensible pour un flamingant
  9. Philippe
    avril 27, 12:04 Reply
    A propos de coûts cachés payés par le Fédéral alors qu'ils devraient être payés par la Région Flandre... La 40e Escadrille Héli de Coxijde ! Pourquoi la surveillance des 60 km de côte et la prise en charge des touristes en difficultés sont effectuées par un organisme Fédéral alors que la sécurité des ...70 Km de côtes wallonnes (les rives du site de l'Eau d'Heure) ne bénéficie pas des même privilèges..?
    • Philippe
      avril 28, 12:59 Reply
      MUC, Thomas, Schoonaarde enz... Help...
      • schoonaarde
        avril 28, 16:42 Reply
        Pourquoi ce "HELP!"? Vous vous noyez dans votre propagande?
        • MUC
          avril 29, 13:41 Reply
          Schoonaarde Ik denk dat hij een probleem heeft. Kunnen we echt niet helpen ?
        • Philippe
          avril 29, 16:40 Reply
          Des faits encore des faits et j'attendais de vous une formelle objection sur ces abus de financements flagrants via le fédéral ! Encore une fois pourquoi encore et et encore cela ne bénéficie qu'à la Flandre ? Car il s'agit bien là d'un détournement de fonds tout comme la Marine qui ne profite qu'à la Flandre également. Il est temps d'y mettre bon ordre et d'exiger les mêmes investissements en Wallonie...
        • MUC
          avril 29, 20:58 Reply
          @ Philippe Allez bon, on vous aidera. De nouveau. Vous en avez besoin. Le 4 e escadrille est une partie de notre Marine. L'armée Belge. En général, la Marine se trouve tout près de la mer. Des bâteaux, Philippe, ... étonnant, en effet, se trouvent dans l'eau (parmi les crevettes que vous aimez tant). L'escadrille a le devoir - comme le reste de notre Marine - de surveiller nos eaux territoriales. Une partie de la mer du nord (environ 4000 m2). Avec leur base à Zeebrugge, pas à Namur. Trop loin de la mer... Et heureusement, les hélicoptères servent aussi à aider les nauffrages. The Herald of Free Enterprise, etc ... Un devoir international. Compris ? Et afin de compenser " l'avantage" que la Flandre a (avec la Marine), on a localisé plus de forces terrestres en Wallonië. Bonne nuit.
        • uit't zuiltje
          avril 30, 15:32 Reply
          ah bon la marine belge est flamande ? un peu comme l'autre, la française, est bretonne...
        • Philippe
          avril 30, 18:07 Reply
          MUC sorry mais, comme d’habitude, tu ne comprends pas bien la question… 1° Pourquoi la surveillance des 60 km de côte et la prise en charge des touristes en difficultés sont effectuées par un organisme Fédéral alors que la sécurité des …70 Km de côtes wallonnes (les rives du site de l’Eau d’Heure) ne bénéficie pas des mêmes privilèges..? Que la Marine soit située à la côte soit ! Mais quelle compensations prévues ? 2° Franchement tu crois compenser les budgets de l’armée présente pour la marine et les hélicoptères, le 15 wing à Melbroek, le 10de Wing à Kleine-Brogelen et le 1ste Regiment Veldartillerie tous situés Flandre …Par quelques soldats en Wallonie ? Selon les estimations les plus récentes 85% des budgets militaires sont dépensés en… Flandre ! Je sais que c’est une habitude flamande de servir dans l’artillerie (65% des soldats flamands étaient dans l’artillerie sur le front de l’Yser en 14-18..) Mais tout de même, on ne peut pas vivre tout le temps comme des planqués ! Je sais que c’est une habitude de n’investir qu’en Flandre dès qu’il s’agit fédéral Donc encore une fois pourquoi encore et et encore cela ne bénéficie qu’à la Flandre ? Il est temps d’y mettre bon ordre et d’exiger les mêmes investissements en Wallonie… MUC …Des faits encore des faits
    • Philippe
      avril 30, 18:07 Reply
      MUC sorry mais, comme d'habitude, tu ne comprends pas bien la question... 1° Pourquoi la surveillance des 60 km de côte et la prise en charge des touristes en difficultés sont effectuées par un organisme Fédéral alors que la sécurité des …70 Km de côtes wallonnes (les rives du site de l’Eau d’Heure) ne bénéficie pas des mêmes privilèges..? Que la Marine soit située à la côte soit ! Mais quelle compensations prévues ? 2° Franchement tu crois compenser les budgets de l'armée présente pour la marine et les hélicoptères, le 15 wing à Melbroek, le 10de Wing à Kleine-Brogelen et le 1ste Regiment Veldartillerie tous situés Flandre ...Par quelques soldats en Wallonie ? Selon les estimations les plus récentes 85% des budgets militaires sont dépensés en... Flandre ! Je sais que c'est une habitude flamande de servir dans l'artillerie (65% des soldats flamands étaient dans l'artillerie sur le front de l'Yser en 14-18..) Mais tout de même, on ne peut pas vivre tout le temps comme des planqués ! Je sais que c'est une habitude de n'investir qu'en Flandre dès qu'il s'agit fédéral Donc encore une fois pourquoi encore et et encore cela ne bénéficie qu’à la Flandre ? Il est temps d’y mettre bon ordre et d’exiger les mêmes investissements en Wallonie… MUC ...Des faits encore des faits
      • MUC
        avril 30, 19:48 Reply
        Philippe, La surveillance des eaux territorriales est un devoir pour l'armée (il ne s'agit pas seulement de la sécurité des touristes, plutôt des bateaux de mer - la Mer du Nord est un des mes les plus fréquenté au monde), la surveillances des rivières (Escaut, meuse, Ourthe, Dendre) et des lacs (en Campine, en Ardennes) est réservé aux autorités locales. Trop difficile ? Votre problème. D'ailleurs, si la Flandre compte 2000 km de canaux (selon vous) sans compter les rivières, alors la flandre doit payer beaucoup plus que les Wallons .... :-) Et en ce qui concerne l'armée Belge, je suppose que vous êtes toujours triste que les Flamands ont cassé le statut unilingue, et continuent à attaquer la position priviligé des francophones. L'égalité que nous avons obtenu sera toujours un problème pour vous.
        • uit 't zuiltje
          mai 01, 00:40 Reply
          @MUC & Philippe ce qui est hilarant et peu martial, c'est qu'à vous lire vous donnez vraiment l'impression de deux objecteurs de conscience qui parle du service militaire... à supposer que vous sachiez de quoi il s'agit bien entendu: "malgré les balles et les gravats, partout où le devoir fait si-i-igne, flamands wallons par le sang unis nous remontons vers les li-i-ignes"
        • Philippe
          mai 01, 09:57 Reply
          MUC sorry mais, comme d’habitude, tu ne comprends pas bien la question… Je vais faire plus simple: Si l'armée dépense 100 en Marine en Flandre, elle doit avoir l'obligation de dépenser 100 en aviation en Wallonie ! L’égalité que nous avons obtenu sera toujours un problème pour vous. Enfin en ce qui concerne LES privilèges, MUC, ceux ci sont TOUS flamands en 2014 ! Et pour l'armée, je suis triste, triste car j'aurais aimé pouvoir compter sur vos fameux régiments flamands en 1940 pour se battre à la bataille de la Lys contre l'ennemi d'alors plutôt que se se rendre en masse comme des poules mouillées ou pire tirer dans le dos de ceux qui restaient debout, eux* ! * MUC devine qui se bat toujours dans ces cas là...?
        • MUC
          mai 02, 11:33 Reply
          @ uit 't zuiltje, Ik heb inderdaad mijn legerdienst gedaan ; 5 maanden opleiding in Heverlee, daarna 8 maanden in Duitsland (Ossendorf / Niehl). Als KRO (Candidat Officier de Réserve). Ik heb overigens twee "heroproepingen" gedaan. Content ? Ik bespaar u de anekdotes uit een officiëel "tweetalig" batalion (20 bat. logistiek)
        • Philippe
          mai 02, 17:41 Reply
          Et oui ;-) Et je n'invente rien... Malheureusement ! Source: http://www.mil.be/nl/landcomponent http://www.arquebusiers.be/armee-belge.htm Pour ceux qui aiment tellement les photos afin de mieux comprendre...
        • uit 't zuiltje
          mai 02, 19:35 Reply
          @Muc surtout ne m'épargnez aucun rappel d'anecdote du genre que vous n'auriez pas compris les ordres lorsqu'on vous envoyait au front avec votre bloc-note de combat... ;^))
      • thomas
        mai 01, 09:14 Reply
        Philippe, Demandez a Maingain d'interpéller le ministre compétent sur cette injustice, par la voie d'une question parlementaire. Peut-être il vous trouvera tellement génial qu'il vous offrira un poste au centre d'études des FDF. On ne sait jamais. Ou peut-être vous êtes Maingain?
        • Philippe
          mai 02, 10:54 Reply
          Bravo Thomas, vous avez compris qu'il s'agit bien d'une injustice ! Cela dure dpuis 1830 ce pillage du pays au profit de la Flandre... Et non, je ne suis pas Monsieur Maingain. Je n'en n'ai ni son charisme, ni ses qualités de leadership ni et surtout pas sa puissance de travail !
  10. Philip Hermann
    avril 30, 19:05 Reply
    Le probleme de ces elections, c'est que contrairement aux dernieres elections federales...nous aurons ici un scrutin jumele federal et regional. Bart aura probablement la main pour former et le gouvernement federal (dont il se moque) et le gouvernement flamand (auquel il tient comme les autres partis flamands et surtout le CD&V). Il pourra donc certainement interdire toutes tentations des partis flamands de s'allier avec le PS au federal sous la menace d'etre interdit de gouvernement flamand. Bart definit souvent ces elections comme un moment historique dans l'histoire de la flandre car il croit a tort ou a raison a ce momentum. A part pour le spA, il sera tres difficile politiquement de defendre la montee dans un gouvernement federal (probablement sans majorite flamande) qui correspondrait dans le meme temps a une exclusion du gouvernement flamand. Alors des negociations interminables, il faut le redouter effectivement puisqu'il faudra craindre de devoir repasser par les urnes en cas de blocage suffisament long et pouvoir justifier son attitude devant les electeurs... ce qui implique un danger reel de radicalisation du vote flamand car bien sur de nombreux cris d'orfraies de deni de democratie de la part de la NVA et un positionnement en victime sont a redouter. Ca a deja commence avec l'annonce du MR qu'il fera tout pour eviter de gouverner avec la NVA et la reponse immediate de Ben Weyts, dans son role d'eclaireur (et de fusible eventuel). Cette posture pourrait peut etre permettre de conquerir les derniers pourcents (ou les derniers sieges car il y a elus dans chaque parti flamand qui ne pourront s'empecher de rever a la gloire que pourrait generer une trahison de leur parti au profit d'un reve d'independance flamand (meme les presidents de parti ne pourront pas si facilement controler leurs troupes)...bref je promets beaucoup de spectacle apres le 26 mai, meme si la campagne est actuellement inexistante cote francophone (vu les enjeux, le PS et le MR seront obliges de s'allier face a la menace NVA et donc ils se menagent), et en Flandre personne ne se risque a se positionner en ennemi de Bart et de son projet sauf les Dehaene, Eyskens, Verhofstadt et d'autres qui n'ont plus rien ni a craindre ni a esperer! Mais bien sur, ce n'est que mon avis! :-)
    • uit 't zuiltje
      avril 30, 23:51 Reply
      perso je trouve votre avis très intéressant sauf que "Bart aura probablement la main pour former et le gouvernement federal (dont il se moque) et le gouvernement flamand (auquel il tient comme les autres partis flamands et surtout le CD&V)" serait probablement vrai si l'ex-gros s'allie aux faschos du belang... perso j'ai des doutes qu'il le fasse ce serait degrelle lèchant le cul des boches (pour utiliser un vocabulaire d'époque), et s'il croit que c'est son intérêt... on pourra perfidement penser que même le slimste à triché à ses examens d'histoire et qu'il finira par payer d'avoir fauter, et contrairement au léon exilé et nié qui n'avait plus que franco, il reste en europe au moins l'hongrie pour un héros flamand de son acabit, un poste à l'université de pest par exemple...
      • Philip Hermann
        mai 01, 07:30 Reply
        Merci... Imaginons ceci: nous aurons demain des elus (non NVA) du parlement flamand qui seront interdit de gouvernement flamand (par Bart et Geert) en raison du positionnement de leur parti au federal...ouille cela fera mal et la tentation sera enorme de repondre positivement aux appels de ceux qui detiendront les cles d'une participation a ce gouvernement historique. Un poste de ministre (ou bien d'autres incentives sont possibles) ne se dedaigne pas si facilement pour un politique! Pas besoin d'ailleurs d'inviter des elus du Belang dans ce gouvernement, mais ils contribueront sans doute a des votes qui vont dans le sens d'une independance de la Flandres (beaucoup de leurs amis, passes officiellement a la NVA les inciteront a le faire). Pour les elus du Belang, il sera impensable de ne pas voter pour une independance a laquelle ils revent depuis qu'ils font de la politique (ce serait d'ailleurs politiquement intenable en cas de retour aux urnes) Une majorite d'independantiste sera-t-elle possible au parlement flamand, c'est cela le vrai enjeu des elections et le curseur auquel revent Bart et Geert tous les matins en se rasant? Les pourcentages d'independantistes flamand (et leur minorite a ce stade) au parlement federal ne rassurent que les gentils belgicains (comme Marcel) et les commentateurs francophones...les independantistes flamands s'en moquent. La Volksunie en eclatant et en se disseminant et en s'infiltrant dans tous les partis "traditionnels" revait a cette possibilite de coup d'etat... Ces gens se parlent toujours evidemment, ils sont amis et ils se reconnaissent entre eux. Notre pays a rendez-vous avec son histoire ce 26 Mai, mais certains preparent ce rendez-vous depuis des dizaines d'annees, d'autres ont l'air de seulement commencer a se parler. Il faut oser dire cote francophone et durant cette campagne que le prix de l'independance pour la Flandre sera la perte de Bruxelles (le plan de la NVA est absolument imbuvable pour aucun Bruxellois, c'est d'ailleurs le seul defaut du plan des indenpendantistes flamands). Bien sur faire campagne sur ce theme, ce serait deja reconnaitre la defaite (mais nous y sommes presque si on en croit les sondages)...bref je promets bien des emotions des le 26 Mai, meme si nous vivons pour le moment une absence de campagne. Mais bien sur, ce n'est que mon avis et je vis loin de tout cela desormais, ici a Manila!
        • Philip Hermann
          mai 01, 07:39 Reply
          Une analyse fine meriterait de s'interesser aux suppleants des ministrables non NVA du parlement flamand...et a leurs sympathies nationalistes ou non (pour verifier les vraies possibilites de majorite de Bart et Geert) mais cela, c'est beaucoup demander a nos journalistes (profession aujourd'hui devalorisee que tous les anciens tenors fuient au profit d'une carriere politique, puisqu'ils sont dragues de maniere ehontee par tous les partis politiques).
          • Marcel Sel
            mai 01, 14:46
            N'oubliez pas qu'il y a une discipline de parti et que même parmi les CD&V qui rêvent en secret d'une indépendance flamande, le fait qu'un vote pour une telle rupture ferait perdre Bruxelles à la Flandre l'exclut déjà d'office, en fait, y compris pour la N-VA. Le scénario idéal n'est pas celui-là mais un constat à la tchécoslovaque de carence de l'État, ce qui implique une crise longue non pas au régional mais au fédéral.
        • uit 't zuiltje
          mai 01, 22:34 Reply
          perso il me semble qu'il ya aussi l'option d'abolir les élections pour l' Entité fédérée <b> <i> autonome </i> </b> appelée <b> "fédéral" </b> ... vu ce qui reste dans ce domaine de pouvoir... en fait essentiellement des affaires courantes technocratiques on pourrait tout aussi bien le faire bien par des fonctionnaires (serait-ce pire que des compromis intenables pour des politiciens honnêtes et même pas représentant de 100% des peuples belges) les autres Entités fédérées <b> <i> autonomes </i> </b> pouvant garder objectivement un contrôle symbolique (en fait c'est déjà ce qui se passe déjà) Regardez une fois en souisse où pourtant il s'agit d'un <b> authentique </b> État fédéral (contrairement au nôtre avec ses Entités fédérées <b> <i> autonomes </i> </b> ) la présidence de la soi-disant "confédération helvétique" vachement moins "confédérée" que les Entités fédérées <b> <i> autonomes </i> </b> du royaume belge c'est une tournante des partis reconnus des plus mécanique, mais silencieuse, bien plus silencieuses que les avions (qui payent pour le PIB de ceux qui ont la haine des FR) sur bxl par ex. .
  11. Philip Hermann
    mai 01, 15:14 Reply
    Proclamer une independance de la flandre au parlement flamand sans renoncer a Bruxelles et en laissant la question en suspens, est de l'ordre du possible. Il ne faut pas surestimer l'importance, ni l'urgence de Bruxelles pour les nationalistes flamands, certains sont d'ailleurs prets a payer ce prix pour une patrie homogene en toute occurence, mais solutionner la question bruxelloise comme la question de la dette, comme beaucoup d'autres questions d'ailleurs prendra de longues annees de negociation (pour la NVA entre deux entites independantes Flandres et Wallonie), sera-t-il possible d'eviter d'entrer dans cette phase de la negociation...si Bart triomphe aux elections comme annonce, je crois bien qu'il ne laissera pas passer l'occasion et qu'il ne nous laissera pas d'autre choix. S'il est plebiscite, ce sera a lui de fixer le menu des discussions et il pourrait bien etre celui que je vous dis. Je le crains et j'espere me tromper...mais Bart n'avance pas masque (simplement il ne devoile pas sa strategie, il en a une tout comme il a un objectif...cela ne fait aucun doute) il l'a d'ailleurs annonce avant les elections, il ne discutera pas d'une 7 eme reforme de l'etat, il discutera de la fin de cet etat s'il est en position de le faire et une majorite au parlement flamand lui suffira...on n'est pas loin surtout si on tient compte du fait que dans les sondages les estimations sont souvent defavorables a la NVA mais surtout au Belang. Si on combine les deux partis nous devrions etre entre 40-45% des votes, et je le repete, il y a des independantistes dans tous les autres parti flamands!
    • Philip Hermann
      mai 01, 15:25 Reply
      Quant a la discipline de parti au CD&V comme ailleurs, avec un gouvernement federal dans les limbes et un leader maximo a la maneuvre (comme Bart le sera au lendemain du plebiscite qui se prepare), elle ne signifiera plus grand chose: les presidents de partis flamands traditionnels n'auront pas grand chose a offrir que Bart ne pourra offrir egalement, par contre ces partis ne pourront pas offrir l'aura d'avoir contribue a l'independance de la Flandre. De quoi avoir une place a son nom et quelques lignes dans les livres d'histoire! Ce n'est pas mal, si vous voulez mon avis! ;-)
      • uit 't zuiltje
        mai 01, 22:47 Reply
        il pourra même avoir un jour une rue à son nom à bxl, contrairement à adolf et ses précurseurs qui ont fait beaucoup pour la nation dont bxl est la capitale on pourrait rebaptiser la rue van artevelde par exemple histoire de tisser des liens bon pour l'imaginaire flamand avec la rue dansaert
    • Philippe
      mai 02, 10:40 Reply
      "Proclamer une indépendance de la flandre au parlement flamand sans renoncer a Bruxelles et en laissant la question en suspens, est de l’ordre du possible." En effet... Que le jour même, sur la place des martyrs, ces politiques félons soient rasés, enduit de goudron puis couverts de plumes aussi... Les politiques flamands ne sont pas chez eux en Fédération Wallonie Bruxelles !
  12. Philip Hermann
    mai 02, 06:22 Reply
    Le seul espoir en tant que francophone, c'est que le CD&V et les autres partis traditionels expliquent avec force et des aujourd'hui la signification d'un vote NVA: la fin de la Belgique, un round institutionel supplementaire, le risque de perdre Bruxelles, de devoir reprendre une partie significative de la dette belge, une defiance des marches et un accroissement des charges d'interet de cette dette, un retrait de l'Europe de Bruxelles, devenue mauvaise eleve et symbole a contrario du projet europeen...et que les electeurs flamands comprennent ces dangers et choisissent de les eviter Bref, il faudrait que cette campagne commence enfin au Nord du pays ou, pour le moment, on ne parle que de socio-economique...ce qui arrange bien la NVA car ce qu'elle propose en la matiere est simplement de bon sens et elle est la seule qui ose evoquer les sujets qui tracassent vraiment les gens en Flandre: le vieillissement, le controle de l'immigration, la prosperite economique... Si la campagne se cantonne sur ce terrain la et si on n'evoque jamais les vrais dangers du programme de la NVA...le succes de Bart ne fait plus aucun doute. J'avoue mon inquietude et bien sur, mon impuissance...mais les partis traditionnels flamands sont largement responsables, pour tout dire je les trouve demissionnaires. Que faire?

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.