Destexhe : «J’ai même un ami nørvégien ! »

MontBlanc«La liberté d’expression doit être absolue, illimitée, totale, sans bornes et plus encore», nous explique le député libéral Alain Destexhe, dont l’engagement fait plaisir à voir. «Mais encore faut-il que cette liberté n’amène pas les gens à dire n’importe quoi sur moi !», ajoute-t-ilrouge… euh… bleu de rage. On comprend sa colère : il vient de se faire agresser sur les ondes d’une radio staliniste d’extrême gauche par un islamist… euh, pardon… par un bobo bien pensant — ce qui, selon Alain Destexhe revient au même : «Islamistes et bobos bien pensants sont formés dans les mêmes camps d’entraînement, dans les Ardennes laxistes et exécrablement gérées par une Wallonie assistée»

Un certain Møhåm… euh… Thømås Günzig (inconnu jusque-là) a donc eu l’insoutenable outrecuidance de se moquer du blog d’un député, qui a tout de même une famille, des amis, des confrères ! Notre «humoriste» a-t-il pensé à cela ? Imaginez ce que doit éprouver l’oncle de Destexhe quand il se rend à sa baraque à frites préférée, place Jourdan, et que les gens le regardent avec compassion, comme si son neveu avait quelque chose à se reprocher ! Et que dire du petit enfant sud-américain à qui le médecin sans frontières Destexhe, n’écoutant que son courage, a sauvé la vie, il y a 10, non… 20… euh 30 ans, en lui administrant un Dispril® — dans une contrée infestée de mouches, de moustiques, d’araignées et de gens bazanés (osons dire les choses) ? Comment expliquerez-vous à cet enfant sauvé d’une grippe potentiellement mortelle par notre «docteur Schweitzer» national, qu’en Belgique, un bobo est autorisé à se moquer de son sauveur ? Non, vous ne le pourrez pas ! Voilà le véritable effet de vos «squètcheus», Thømås Günzig ! Unehorreur ! Mais taisez-vous donc ! D’ailleurs, «se moquer» n’est pas le bon verbe…

En réalité, notre Alain, Thømås Günzig l’a lâchement poignardé dans le dos alors qu’il était en face de lui, c’est dire s’il est retors ce Günzig ! Un monsieur dont nous savons de source sûre qu’il ne fait rire personne. Et comme le disait très justement Desproges : «On peut rire de tout, mais faut que ça soit drôle !» (d’après Wikipedia — nous avons vérifié). Nous avons écouté le soi-disant «squètcheu» du «comique» et nous n’avons même pas ri ! Vous direz que c’est subjectif. C’est ce que nous avons pensé aussi — nous tenons à notre neutralité. Nous l’avons donc fait écouter à Alain Finkielkraut qui nous a confirmé, avec sa verve habituelle quoiqu’un peu énervante «ceci n’est pas de l’humour belge de souche, c’est intolérable ! Mais qu’il se taise, ce bobo ! Mais qu’il se taise ! »

Et puis, rire, c’est bien, mais encore faut-il qu’on ne travestisse pas la Véritée ! Or, Alain Destexhe nous le dit en toute franchise : «j’adore les Suédois ! d’ailleurs, j’ai même déjà roulé en Volvo full option !» Eh oui ! si Mourad… euh… Thømås Günzig s’était renseigné, il aurait su que ce sont les Norvégiens et non les Suédois qu’Alain Destexhe critique. Et encore ! Car il nous a confié que «mis à part 99% des Norvégiens, je n’ai rien contre les Maghr… euh… les Skandinaves ! La preuve : j’ai même un ami norvégien, même s’il est assez casse-couille avec ses ‘allah ak…’ euh… ses ‘Gud er stor’ à tout bout de champ» ! 

Il faut reconnaître que ces Norvégiens n’en ratent pas une ! Ils ne mangent pas de porc, mais des baleines et des bébés phoques ! Leurs femmes se promènent dans la rue avec un fichu sur la tête sous prétexte que la neige mouille ! Leurs élans sont en réalité des dromadaires déguisés (nous avons vérifié). Et leurs boîtes à harengs sont des bombes artisanales dont la traîtrise découle de leur banalité. Mourir en sentant le hareng est de plus une mort atroce. Ils ont même des bombes au pain d’épice ! De plus, dans son dernier livre — L’avenir de nos Régions attardées : Déclin ou Déclin ? aux éditions Racines, Ixelles, 2014 —, Alain Destexue a révélé que les Norvégiens étaient islamistes à 99%. Des journalistes bobos gauchisants adeptes de la pensée unique nous ont fait remarquer que l’étude britannique, sur laquelle Destexhe s’était basé, disait en fait que c’était 0,99%, et non 99% des Norvégiens qui étaient de religion islamique (et non des islamistes). Et voilà ! Toujours les mêmes remarques tendancieuses ! Comment a-t-il pu échapper à ces «journalistes» qu’un chiffre de 0,99% est manifestement sous-estimé ? Comment ont-ils pu oublier que les zéros avant la virgule ne comptent pas ? Et n’ont-il pas lu le livre d’Éric Zemmour Nostalgie Franco-française de Souche, aux éditions Je Sais, Paris, 1885 où, sans aucun chiffre, ni aucun fait, Zemmour parvient, par sa seule intelligence, à nous convaincre qu’islamique et islamiste, c’est chou vert et vert chou ? 

Du reste, il y a là comme toujours deux poids, deux mesures, car qui s’offusquerait qu’on écrive catholiste au lieu de catholique ? Bouddhiste au lieu de bouddhique ? Jusqu’au-boutiste au lieu de Jusqu’aux boutiques ?

Mais avons-nous même besoin de ces preuves ? C’est bien un Norvégien islamiste qui a mis l’âme d’Alain Destexhe en vente sur eBay pas plus tard qu’hier ! eBay est une entreprise américaine dont l’oncle du grand-père du fondateur a bavardé avec un Norvégien sur le pont du bateau qui l’amenait en Amérique, le 12 juin 1907. Faut-il une preuve supplémentaire de l’existence d’un lobby norvégien qui veut empêcher Alain Destexhe de s’exprimer librement ? Quant à Thømås Günzig, qui serait d’origine turque [Thømås est une déformation de Memet et Günzig, de Ehgluehglu — nous avons vérifié], oui, il faut museler ce blanc-bec, le mettre au pilori, le brûler, l’écarteler, le pendre, le zigouiller, le sashimiser, le kipkapper, le waterzooier ! Et en tout cas, lui interdire tout accès à un micro (accessoirement, une perquisition pour voir s’il ne possède pas l’un ou l’autre portrait de Che Guevara nous semble une bonne idée, mais une fois encore, on s’opposera à l’insupportable laxisme de Madame Milquet).

Au final, soyons heureux d’avoir, pour défendre nos libertés, un député du gabarit d’Alain Destexhe, courageux Don Quichotte toujours prêt à défendre le vrai libéralisme contre les moulins à paroles bobo qui voudraient nous forcer à penser comme eux, alors que la seule pensée légitime est bien sûr la nôtre. : «On peut accepter tout ce qu’on veut, je suis un libéral, mais laisser la gauche et les humoristes bobos s’exprimer, faudrait quand même voir à ne pas exagérer !», nous confie Alain sur le pas de sa porte blindée, avant de nous laisser rentrer chez nous, non sans nous avoir recommandé de changer de trottoir si nous croisions un Norvégien, Ixelles étant un véritable coupe-gorge dès la tombée du jour, vers 13 h en hiver. Mais un regard à nos deux Rottweilers l’a tout de suite rassuré. Ça n’a toutefois pas manqué : un jeune scandinave nous a lâchement traités de «fachos minables» alors que nous regagnions notre véhicule banalisé sur la chaussée d’IxellesNous envisageons, bien sûr, de porter plainte contre X. Oh, non !, nous ne sommes pas procéduriers. Mais si on les laisse dire, ces bobos et ces rolotos, nous les blancs de souche, on va tous finir par devoir rouler en Saab !

Previous Herman fait amende honorable et la Ligue belge contre l’Antisémitisme tacle JoodsActueel.
Next Marc Uyttendaele : « Les Flamands, c'est nin des djins! »

You might also like

0 Comments

  1. ThM
    avril 20, 23:56 Reply
    J'ignore pourquoi vous mêlez Alain Finkielkraut à cette histoire, et surtout pourquoi vous faites, chaque fois que vous écrivez à son sujet, de fines allusions à des "Français de souche" ou à du racisme. Finkielkraut n'a jamais employé comme une valeur à défendre la notion de "Français de souche". Faut-il vous apprendre qu'il est le fils d'un maroquinier juif immigré de Pologne et déporté à Auschwitz? Vous semblez vouloir par la rhétorique assimiler Finkielkraut et Lepen, et je trouve cela ignoble. Ce pour quoi Finkielkraut a été critiqué et s'est fait tant d'ennemis, c'est son analyse de l'échec de l'école dans l'intégration d'une génération d'immigré. Lui, qui était fils d'immigrés, considère que son intégration s'est faite grâce à l'école publique à la française et à l'exigence de son enseignement. Il pense que l'école telle qu'on la réformée n'en est plus capable. On peut certes critiquer Finkielkraut sur ce point, et je ne suis d'ailleurs pas toujours d'accord avec lui sur de nombreux autres points. Il me semble difficile de croire que l'école publique présente les signes d'une réussite éclatante dans ce domaine, mais je suppose qu'on doit pouvoir trouver des arguments qui démentent son analyse, ou alors je ne comprends pas pourquoi on le critique tant. Il y a des années que j'écoute tous les samedi son émission "Répliques" et ce que j'entends c'est un philosophe qui ne craint pas de débattre avec tous ses contradicteurs, qui leur donne la parole, et qui ne manifeste aucun signe de racisme ou de communautarisme juif, comme certains l'ont accusé à tort. Sa critique de l'enseignement peut être considérée comme réactionnaire (en simplifiant il rejette ce que la gauche a fait pour réformer et moderniser, mais aussi pour dévaluer l'enseignement), mais je trouve qu'elle n'est pas sans fondement et le critiquer simplement en lui lançant bêtement à la tête l'adjectif "réac" ne suffit pas. Où sont les arguments?
    • Marcel Sel
      avril 21, 01:24 Reply
      Tout d'abord, ceci est une satire. Ensuite, en utilisant "Français de souche", Alain Finkielkraut alimente, volontairement ou non, une vision négative des "Français de non-souche". Ce que je raille ici. Par ailleurs, son vécu ne m'intéresse pas — enfin, pas en tant qu'argument. Sinon, comment justifieriez-vous les diverses critiques envers Finkelstein, par exemple ?
      • ThM
        avril 21, 17:08 Reply
        Je n'ai pas à justifier ses critiques de Norman Finkelstein (je ne serais d'ailleurs pas très objectif sur ce point). Je conseillerais plutôt la lecture du "Juif Imaginaire" de Finkielkraut, qui apporte pas mal de nuances et montre bien l'absurdité des jugements à l'emporte pièce que les médias, et singulièrement Internet, favorisent. On est très loin des caricatures d'homme de paille qu'on peut lire d'habitude. D'autre part, je ne cherche pas à justifier Finkielkraut, et comme je l'ai dit je ne suis pas d'accord sur tout ce qu'il dit. Par exemple je pense qu'il a eu tort de descendre Kusturica dans les années 90 sans même voir son film. Mais c'est sans doute une erreur liée à la passion qu'il met dans ses engagements. Je n'ai jamais entendu Finkielkraut parler des "Français de souche" comme Lepen le faisait. Lui même n'en est certainement pas un, c'est ridicule de mettre cela en avant! Tout ce que je veux dire, c'est que suggérer par des allusions satiriques ou non qu'il est raciste est une injustice et une tromperie. Mais après tout, écrivez ce que vous voulez, je m'en fiche.
        • Marcel Sel
          avril 21, 17:55 Reply
          Je renvoie simplement Finkielkraut à l'image que lui-même renvoie dans les médias en utilisant des termes qui me paraissent dangereux et en classant de facto les Français en souche/non-souche comme si ce genre de distinction n'était pas déjà une forme de nationalisme voire de racisme. Après, tous les intellectuels sont plus nuancés dans leurs écrits. Mais quand ils passent en télévision ou en radio, l'impact qu'ils ont ne provient pas des nuances dans leurs écrits (qu'un centième des spectateurs lisent et je suis encore gentil), mais de leurs dires qui sont forcément simplifiés. C'est ça, ma critique, et elle est volontairement incluse dans une satire, ça dit bien que ce n'est pas objectif, encore moins sérieux. J'ai aussi prétendu qu'Uyttendaele avait des portraits de Mao dans sa cuisine…
  2. ThM
    avril 21, 21:02 Reply
    D'accord, merci pour ces explications. Il est certain que je ne vois pas les choses avec les mêmes références. J'avoue que "l'image qu'il renvoie dans les médias" est très loin de mes priorités, mais que je la trouve un peu étonnante. J'ai été assez perturbé de voir la haine et la rage extraordinaires que Finkielkraut paraissait susciter dans certains débats télévisés, alors que ce que lisais de lui ou entendais dans son émission sur France Culture me semblaient loin de les justifier.
    • Marcel Sel
      avril 21, 21:12 Reply
      Je comprends. Mais je m'intéresse à ce que le public perçoit. C'est vrai pour moi aussi, qui ai longtemps été mal compris, raison pour laquelle j'ai adapté mon discours sur le nationalisme. J'ai tancé Paul Magnette et Philippe Geluck pour les mêmes raisons, je ne vois pas pourquoi je me retiendrais pour Finkie :-)
      • uit 't zuiltje
        avril 21, 22:25 Reply
        sauf que finkie est immortel jusqu'à la prochaine inversion de paul magnettique...

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.