Verbatim : ce que De Wever a dit dans Terzake.

Voici ma traduction de larges extraits de l’interview de Bart De Wever à Terzake, à voir ici en néerlandais

« Nous avons une grande partie de migrants passifs, qui ne travaillent donc pas — nous sommes les plus mauvais de toute l’Europe à cet égard — […] il y a très peu de mariages mixtes chez les migrants »

« Si on gère mal [l’immigration] [à savoir, si on ne la limite pas drastiquement NDLA], la mauvaise réponse de la population peut être que le racisme apparaît. La somme de toute une série de mauvaises perceptions et expériences — à juste titre ou non — fait alors qu’on se dirige vers une culture de défiance. L’apartheid amène à une culture de défiance et ça peut se traduire par une attitude très négative envers certains migrants, plus précisément des gens d’origine nord-africaine, en particulier des Marocains, et plus particulièrement des Marocains berbères, très nombreux à Anvers. C’est le résultat de [nos problèmes, pas leur origine]. »

« Quand on dit que la discrimination est la cause et qu’on va la réprimer, […] je dis que c’est une erreur absolue [totale}. Sur le radicalisme, ça n’a aucun effet : quand des sentiments de rejet existent, ça permet au contraire aux radicalistes de recruter plus de gens. »

« Bien sûr, le racisme est relatif. Tous les -ismes sont relatifs (sic). Le racisme existe et c’est très regrettable, le monde n’a pas été servi par le 9/11 [l’attentat contre les Twin Towers]. [Depuis lors, ] la défiance entre le monde musulman et le monde occidental a crû, ça se manifeste dans nos sociétés, [et s’est ajouté à] l’apartheid qu’il y avait déjà chez nous, il y a très peu de contacts, très peu de mariages entre communautés, c’est en soi un problème sur lequel le racisme prolifère. »

« La seule réponse à des expériences négatives sont des expériences positives. On doit y travailler. Et je le fais. En tant que bourgmestre, 18% du personnel communal est d’origine allochtone, je crois que nous avons grosso-modo le record du pays. En tant que président de parti, je peux vous dire qu’aux gens d’origine turque et marocaine qui ont du talent, nous avons donné toutes les chances. Le fait d’avoir un bourgmestre ou un échevin d’origine étrangère alimente une vision positive [chez les habitants] »

«On ne peut réduire le racisme qu’en amenant des progrès socio-économiques dans ces groupes, ça ne se résume pas à un combat contre le racisme, c’est une approche sociétale générale »

« Le racisme est facilement pris comme excuse pour l’échec personnel. Je reconnais que le racisme existe absolument partout, et c’est regrettable mais il y a d’autres problèmes aussi. Je n’ai par exemple jamais rencontré un immigrant asiatique à Anvers qui m’ait dit qu’il était victime de racisme. Je ne les vois pas non plus apparaître dans les chiffres de la criminalité. Ils sont pourtant des milliers.»

« Je dis qu’il y a des expériences négatives qui sont aussi réelles avec certains groupes de populations. Il s’agit de personnes d’origine nord-africaine, surtout dans la communauté marocaine et surtout des berbères. 80% des Marocains d’Anvers sont d’origine berbère. Nous avons beaucoup de difficultés à organiser de la mobilité sociale chez eux. Ce sont des communautés très fermées, avec de la défiance envers les autorités, un islam faiblement organisé, très perméable à cette vague salafiste et aussi à la radicalisation, et ce n’est évidemment pas non plus une bonne publicité, que les gens voient à la télévision jour après jour des décapitations et des gens ici qui affichent leur sympathie pour [l’Organisation État islamique]. [journaliste : mais ça n’a rien à voir] Mais si, bien sûr que ça a quelque chose à voir, quand des gens partent d’ici pour aller là-bas. Quand des gens de quatrième génération sont encore toujours allochtones, se nomment eux-mêmes allochtones»

« Abou Taleb dit que le jihad, c’est le combat intérieur pour avoir une bonne éducation et chercher du travail. Cette attitude doit aussi exister. Dire simplement, il y a un problème de racisme et si ça n’est pas réglé, tout est pardonné [d’avance], ça n’est pas correct.»

« On n’a pas réussi sociétalement à exploiter suffisamment le talent qu’il y a dans chaque communauté. Je ne suis pas un raciste, donc je pars du principe qu’il y a autant de talent dans toute communauté et chez toute personne. Alors, je constate qu’il y a des communautés où ça va très bien, d’autres où ça va moins bien, et d’autres encore où les résultats sont tout simplement mauvais. Voyez qui est dans nos prisons. Voyez les chiffres d’activité. »

« Ça provient d’une mauvaise sorte d’immigration. On a laissé entrer massivement la mauvais sorte d’immigrant, surtout une immigration passive [ne voulant pas travailler] »

« En disant ‘nous allons punir la discrimination’ [envers les locataires allochtones], nous allons noyer le poisson. Si vous voulez que les gens ne louent plus leurs appartements, c’est ce genre de choses qu’il faut faire. Il ne faut pas confondre la cause et l’effet parce que sinon, on n’obtient rien. Y a-t-il de la discrimination sur le marché du travail ? Oui. Mais si vous regardez l’étude sur le logement parue en 2013, je crois, on voit que ce sont les gens du CPAS, par exemple, qui sont les plus discriminés, des femmes seuls avec enfants, est-ce que ce sont souvent des gens issus de l’immigration ? Moui, tout ça est lié. Et le progrès social est la meilleure mesure pour briser ces sentiments d’apartheid. »

« Les agents antiradicalisation arrive souvent dans des familles, souvent d’origine berbère, ce sont les premiers assistants à arriver dans ces familles, avec une figure paternelle absente, ou un père qui frappe et ne parle plus, une mère avec laquelle il y a aussi toutes sortes de problèmes, de la violence intrafamiliale. Si les fonctionnaires antiradicalisation sont les premiers assistants sociaux à arriver dans ces familles, ça signifie que tout une série de signaux d’alerte n’ont pas été reçus [par les services sociaux]. et ça a aussi un rapport avec le fait que ce sont des communautés très fermées qui n’en appellent pas aux autorités. »

2 Comments

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.