Manifestation des avocats ce jeudi 21 à Bruxelles pour la libération de leurs homologues turcs.

« Justizia »
© CCO Pixabay.com, photo Hans.

(Je transmets ci-après le communiqué de presse conjoint de plusieurs associations d’avocats invitant avocats et juristes à se réunir ce jeudi 21 à 13 h devant l’ambassade de Turquie.)

Dans la matinée du 12 septembre, s’est déroulée une nouvelle opération de police, qui s’est soldée par l’arrestation de 16 avocats.

Ces derniers font partie du Bureau « People’s law » qui devait assurer la défense de deux enseignants, Nuriye Gülmen et Semih Özakça, qui sont incarcérés et font actuellement la grève de la faim, après avoir été démis de leurs fonctions d’enseignants dans le cadre de  l’état d’urgence décrété par le Président Erdogan à la suite du coup d’Etat manqué du 15 juillet 2016.

L’arrestation de leurs avocats, deux jours avant l’ouverture de leur procès, est particulièrement interpelante. Suite à cette nouvelle vague de répression, le nombre d’avocats faisant l’objet de poursuites en Turquie s’est élevé à 1343. En outre, 524 avocats ont été arrêtés depuis la tentative de coup d’état en juillet 2016. Cette situation est

inacceptable.

C’est pourquoi, à l’appel de l’Association des avocats européens démocrates (AED), le Syndicat des avocats pour la démocratie (http://lesad.be), l’Institut des Droits de l’Homme du Barreau de Bruxelles, avocats.be (l’Ordre des barreaux francophones et germanophones) le Conseil des Barreaux européens (CCBE), la Fédération des Barreaux d’Europe, l’Institut des Droits de l’Homme des avocats européens (https://www.idhae.org), l’Association Européenne des juristes pour la démocratie et les droits de l’Homme (ELDH) entendent témoigner leur soutien à leurs confrères turcs et demander leur libération immédiate.

Un rassemblement est prévu ce jeudi 21 septembre à 13h30 devant l’Ambassade de Turquie, rue Montoyer, 4 à 1000 Bruxelles. 

Il s’agit de rappeler au Président Erdogan, que conformément aux « Principes de base relatifs au rôle du barreau », adoptés par le 8ème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants, qui s’est tenu à la Havane (Cuba) du 27 août au 7 septembre 1990, toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour garantir l’intégrité physique et psychologique des avocats ainsi que leur capacité d’exercer leur profession sans crainte de représailles, intimidation ou harcèlement.

Nos confrères turcs doivent donc être libérés sans délai et pouvoir accomplir leur mission de défense librement, en toute indépendance et sans aucune pression. De manière plus générale, la situation des défenseurs des droits de l’homme en Turquie et les

atteintes à l’état de droit doivent être dénoncées.

Previous La maquilleuse de Macron est trop mal payée !

You might also like

30 Comments

  1. u'tz
    septembre 20, 22:19 Reply
    dans ce pays où les nationalistes flamingants sont au pouvoir avec l'âcheté libéral wallon et même l'andouille catho en wallonnerie... que vaut un avocat ? le peuple s'en fout,.... que vaut un médecin? le gouvernement par contre, lutte pour pour que la corporation garde son fric
  2. Eric Slingeneyer
    septembre 20, 22:43 Reply
    En Turquie on trouve en prison, des avocats et des hommes politiques, qui ne devraient pas y être, alors qu'en Belgique, des hommes politiques dont même des avocats, ne s'y trouvent toujours pas. Qui manifeste pour augmenter les moyens et l'indépendance de notre justice ?
  3. Dekais claudine
    septembre 21, 07:20 Reply
    Merci de nous informer Monsieur heureusement que vous existez... Claudine Dekais
  4. Salade
    septembre 22, 16:53 Reply
    rien à voir: http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/wikipedia-demande-de-l-aide-aux-belges-pour-survivre-59c52005cd70a8c26d188feb après ça on se demande comment le public peut soutenir la station polaire belge...
  5. u'tz
    septembre 24, 20:20 Reply
    vive les avocats turcs , le guacomole démocratique sans tortiller avec le truc, ... FCFM (francken cerveau fasciste de michel) va sauver la fait des rations
  6. u'tz
    septembre 24, 20:32 Reply
    fcfm le bon genie de la novlangue de l'Entité "fédéral" ohrreur ! ce collage fauto de gamin décolo, le cerveau qui nous protège du monde la mrde du pays, oh monde d'yeux protège-nous de l'n-va!
  7. u'tz
    septembre 26, 09:39 Reply
    michel va pouvoir expliquer à l'antiturc merckel comment grâce à son expérience de soumis à l'n-va, il est naturel de faire une coalition de gouvernement fédéral démochrét / libraux / afd...
  8. Tournaisien
    septembre 30, 21:34 Reply
    Marcel, ... je passe à un autre sujet, ou plus exactement je vous interpelle à son propos. La Catalogne ? Le referendum ... qu'est-ce que cela vous inspire ? Il me semble qu'en Europe aujourd'hui, c'est vrai sujet de fond, car c'est la démocratie qui est en jeu. Un pouvoir central (qui est toujours, qu'on le veuille ou non, le pouvoir d'une majorité contre des minorités) a-t-il le droit de s'opposer à la volonté d'émancipation de minorités relevant de son autorité ? Si oui, à quel titre et dans quelles limites ? ... Je pense personnellement, puisque nous sommes en Europe, que cette question devrait faire l'objet d'une véritable réflexion au niveau communautaire, que c'est l'Europe en clair qui devrait baliser ce type d'expression démocratique, en recommandant par exemple (à défaut de le fixer) les majorités spéciales (60 % ou les 2/3) au-delà duquel l'aspiration démocratique à l'autodétermination aboutirait à une indépendance de fait, en fixant également la durée de moratoire requis pour pouvoir procéder à un second referendum après l'échec d'une première tentative (a priori, je dirais dix ans). ... il n'est pas admissible que dans un pays comme l'Espagne, le pouvoir de Madrid, d'autorité, s'oppose à une telle expression démocratique, au prétexte de je ne sais trop quel article de la constitution, mais il n'est pas souhaitable non plus que ces volontés d'autodétermination aspirent certains des pays de la communauté européenne dans une spirale permanente d'instabilité. ... Il faut donc à mon sens baliser, et on aimerait entendre l'Europe à ce propos ... l'entendre de façon urgente, car cette politique de l'autruche est absurde, hypocrite, et risque en définitive, à terme, d'être totalement contre-productive.
  9. Tournaisien
    octobre 02, 22:06 Reply
    Marcel, ... vous planchez sur votre ligne éditoriale de Pan ? Tout à votre honneur ! Ceci étant, la question catalane est, à mon humble avis, une vraie problématique de fond comme vous les aimez, car elle touche à des questions fondamentales telles que la liberté, la démocratie, le droit, l'intangibilité des frontières, l'Europe, le nationalisme. Et surtout elle interpelle, à la fois par la réaction ahurissante de Madrid, mais aussi par le silence de l'Europe.
    • marcel
      octobre 06, 00:53 Reply
      La Catalogne est dans PAN cette semaine !
      • Tournaisien
        octobre 07, 10:23 Reply
        Cher Marcel, quand vous êtes rentré au Pan, vous aurait-on fait signer une clause de non-concurrence ?
        • marcel
          octobre 16, 09:33 Reply
          Non, non. Mais j'ai moins de temps pour le blog. Et il y a de bons articles dans PAN :-)
  10. u'tz
    octobre 05, 20:48 Reply
    parlons des avocats turcs pendant que le démagogue catalinguant à mêche , carlie ploucdémon, envoie ses totoches à l'assaut anticonstitutionnel de la violence légitime... putain de sentimentalisme fessebouc, un peu de sang objectif dans une manif insurrectionnelle de 2millions de délirants inconstitutionnel face à 6000 flics constitutionnels (ploucdémont quel grosse mrde... et not' minable charlie oh pas de violence mes chéris de l'n-va aimeraient pas) un roi d'espagnes qui dit pas que des conneries alors que tous les rois dont le notre sont forcément des cons... vive l'indépendance des six communes à faciliteit, référennedoume immédiat fuck la vlaanderen qui soutient les cons quand ça l'arrange
  11. u'tz
    octobre 05, 22:17 Reply
    cher Marcel , mea culpa j'ai toujours pas lu pan (pas plus que télérama) - n'ai-je pas simplement capté l'euthanasie de ce blog ? je suis profondément mal à aise de ne rien entendre de votre part devant les conneries nationalistes chez les "narbonoïdes" à "sang chaud" (pense à) de cata-lougnia
    • marcel
      octobre 06, 00:54 Reply
      Rassurez-vous, la Catalogne est dans PAN cette semaine. En librairie demain matin !
    • Tournaisien
      octobre 06, 11:53 Reply
      Et les conneries néo-franquistes de Madrid, elles ne vous posent aucun problème ? Comme quoi, de l'anti-nationalisme de gauche au fascisme de droite, il n'y a parfois qu'une distance bien infime !
  12. Salade
    octobre 08, 14:51 Reply
    Hermann Debroux: enfin les patrons seront aussi emmerdés dans les bouchons: la revanche de la stratégie du non investissement public. Prendre le train à LLN: Bellot mon amour!.
  13. Salade
    octobre 08, 17:20 Reply
    Bellot, Re-Bellot et NIX de RER!!!
  14. Tournaisien
    octobre 08, 22:55 Reply
    http://plus.lesoir.be/118306/article/2017-10-08/mariano-rajoy-la-catalogne-cest-la-bataille-de-leurope ... Non monsieur Rajoy, l'enjeu de la Catalogne n'est pas la bataille de l'Europe. Ou plus exactement si, de l'Europe des Nations, celle qui empêche à la véritable Europe, pour laquelle s'étaient battus Schmidt et Adenauer, d'évoluer vers une intégration politique, vers une uniformisation fiscale et une harmonisation sociale. En revanche, cette Europe que vous invoquez, monsieur Rajoy, n'est certainement pas celle de la liberté, de la démocratie. Et qu'on ne vienne pas me dire que le désir d'autodétermination des Catalans n'est qu'un nationalisme rétréci, intolérant et frileux. Fondamentalement, c'est bien autre chose, et j'aurais même tendance à y percevoir ce que devrait être la future Europe, celle des libertés, de l'intégration politique, de l'harmonisation sociale et fiscale. S'est-on d'ailleurs seulement posé la question du pourquoi du refus de l'Europe d'envisager sereinement une éventuelle indépendance de la Catalogne ? S'est-on posé la question ? Non, bien sûr, car si on se la posait, on ne pourrait inévitablement que se demander ce qui est derrière ce refus, hormis la résistance des états-nations tellement prévisible ... et se poser la question, c'est, je le crains, y répondre. Qui a tout intérêt à maintenir aujourd'hui le statu quo en Europe, si ce n'est les lobbys de la finance, les grands groupes financiers, banques et groupes d'assurance, qui se nourrissent des divisions, des régimes particuliers. On oublie en effet que derrière cette crise, il y a un paradoxe que d'aucuns s'acharnent à maintenir sous le boisseau : l'accès à l'autonomie d'un certain nombre de régions européennes, loin de remettre en cause le projet européen, ne peut en réalité que le favoriser en rebattant les cartes des niveaux de pouvoir. Mais cela, bien sûr, Juncker et sa bande n'en veulent pas !
  15. Tournaisien
    octobre 09, 10:09 Reply
    http://www.lesoir.be/118352/article/2017-10-09/catalogne-sans-dialogue-puigdemont-laisse-entendre-quil-declarera-lindependance ... Ce qui se passe est hallucinant. Ce n'est tant ici, en effet, le soi-idant jusqu'au-boutisme du gouvernement catalan qui est à blâmer que la réponse autoritaire et méprisante de Madrid (typique de la culture de ces "hidalgos", qui pour certains n'ont rien oublié de leurs racines franquistes) et surtout, l'impéritie scandaleuse de l'Europe. A force de s'arc-bouter sur des principes d'un autre âge (celui notamment de l'intangibilité des frontières), l'Europe de Juncker, qui ce faisant fait le jeu des états-nations, aura rendu les choses encore bien plus compliquées qu'elles n'étaient au départ. ... Il est clair, pour moi, qu'il faut baliser au niveau européen ce type de débat. La volonté d'auto-détermination de certains peuples n'est pas en soi à condamner ; elle peut être historiquement et culturellement parfaitement légitimes. Mais elle doit impérativement, dans le cadre européen du moins, être encadrée juridiquement et garantie démocratiquement par l'Europe elle-même. Les balises sont pour moi assez évidentes : (1) des conditions minimales en termes de représentativité pour organiser un referendum (ce qui est le cas en Catalogne) ; (2) l'adoption d'une majorité spéciale pour permettre une séparation de fait et de droit (il va de soi qu'on ne peut modifier les fondements d'un état sur la seule base d'une majorité simple ... cfr ce qui s'est passé avec le Brexit), une majorité spéciale encadrée au niveau européen, qui pourrait être de 60 % ou des deux tiers ; (3) l'adoption d'un moratoire (de dix ans ... un laps de temps idéal) pour réorganiser en cas d'échec de telle votation un nouveau referendum (on n'imagine pas une région comme la Catalogne procéder à un tel referendum tous les ans ou les deux ans). Dans un tel cadre, dont l'Europe se porterait garante, les choses pourraient être parfaitement gérables. Surtout, tant le droit que l'esprit même de la démocratie et de l'expression libre des peuples seraient respectés. D'ailleurs, si la crise catalane avait été anticipée sur un tel mode, que le referendum avait été organisé par Madrid en adoptant ce type de dispositif, avec la garantie et le contrôle des instances européennes, je vous garantis que les indépendantistes n'auraient jamais réussi leur pari, et ce n'est éventuellement qu'à l'échéance de dix ou vingt ans, si tant est que ce mouvement se serait entre-temps renforcé (ce qui n'est pas du tout certain), que la Catalogne aurait pu accéder à l'indépendance, soit à une époque où, de toute façon, les institutions européennes auraient entre-temps évolué (on peut du moins l'espérer) vers une forme plus intégrée politiquement et socialement. ... Au lieu de cela, à quoi a-t-on assisté ? A un pouvoir de Madrid qui a agi avec une incroyable arrogance. A un pouvoir de Madrid qui, depuis 2006, n'a jamais appliqué (décrets d'application non votés) les lois relatives à plus d'autonomie en matière culturelle pour la Catalogne, lois pourtant votées à la majorité au parlement central. A une démonstration de force orchestrée par un Rajoy terriblement autoritaire et méprisant. A une lecture du droit univoque et à la limite profondément malhonnête de la part de Madrid, qui ne laisse aucune chance à Barcelone d'accéder éventuellement à l'auto-détermination. A une allocution royale dictée par Rajoy qui, au lieu de prendre la hauteur souhaitée, s'est montrée elle-même incroyablement cassante et stigmatisante à l'encontre des Catalans indépendantistes. ... Bref, les Espagnols nous ont montré un visage que l'on pensait révolu, dont on s'aperçoit qu'il est en réalité aujourd'hui encore bien vivant. Madrid vient de nous prouver que Franco n'est pas vraiment mort. Il survit dans les gènes de ses dizaines de milliers de manifestants de Madrid qui, contre l'autre manifestation madrilène appelant au dialogue, de blanc vêtue celle-là, ont brandi haut les couleurs d'une Espagne nationaliste arrogante. Comment voulez-vous, dans de telles conditions, que les Catalans ne se rapprochent pas bien plus encore de l'échéance de la séparation ? A la veille de la crise, ils étaient sans doute moins de 50 % en Catalogne à vouloir la scission. Aujourd'hui, je suis prêt à parier qu'on s'approche tout doucement du seuil de la majorité spéciale. Madrid aura rendu ce mouvement irréversible, et c'est à elle-même, avant toute chose, qu'elle devra s'en prendre. Ses erreurs ont en effet été à répétition, avec dès 2006 le refus déjà de signer les décrets d'application des nouvelles lois sur l'autonomie, avec surtout son arrogance incroyable et son mépris. Il ne pouvait pas y avoir de pire réponse.
  16. Salade
    octobre 09, 14:24 Reply
    http://www.lesoir.be/118335/article/2017-10-09/bpost-fait-lacquisition-de-lentreprise-americaine-radial-pour-820-millions-de plus haut, plus fort que Lernout & Hauspie ou plus précisément que Dexia? Encore une l'obsession de l'Amérique!
  17. Tournaisien
    octobre 10, 20:37 Reply
    Puigdemont a postposé la déclaration d'indépendance. Sans doute, cette décision, outre qu'elle lui aura été imposée par les pressions multiples qu'il a dû subir, n'est-elle pas dépourvue de calcul politique. Mais après tout, n'est-ce pas là de bonne guerre en politique ? En revanche, la déclaration de Madrid qui vient de refuser urbi et orbi toute forme de dialogue avec les indépendantistes catalans pose question. Madrid s'arc-boute sur un droit qu'il n'a lui-même pas respecté quand, après 2006, il s'est opposé à voter les décrets d'application des lois sur l'autonomie linguistique en Catalogne qui avaient pourtant été votées à la majorité au parlement de Madrid. En adoptant une telle attitude, Madrid n'a plus d'autre choix que de s'orienter vers l'état de siège avec envoi de la troupe ou vers la mise sous tutelle politique de la Catalogne. Dans un cas comme dans l'autre, les Espagnols s'apprêtent à s'aliéner définitivement les Catalans, y compris une très grosse minorité d'entre eux qui étaient indécis, voire même opposés à l'indépendance. Le calcul est cynique, car en telle hypothèse, Madrid sait qu'il lui faudra désormais maintenir la Catalogne sous un régime d'oppression, à tout le moins institutionnelle, si ce n'est même militaire. ... Franco est bel et bien encore vivant ! Qu'il suffise d'ailleurs de voir le succès rencontré, le week end passé, par la manifestation organisée par le mouvement nationaliste castillan (cinq fois plus que pour l'autre manifestation madrilène, qui rassemblaient celles-ci des espagnols appelant à l'unité mais aussi au dialogue). C'est tout dire !
    • marcel
      octobre 16, 09:32 Reply
      Franco, seriously ? Je dirais plutôt Margaret Thatcher. Mais bon.
  18. Salade
    octobre 17, 20:22 Reply
    GENIAL! Bellot a arraché l'achèvement du RER A LA FOIS pour Charleroi et Ottignies (et Leuven). Qu'il est (Roche) fort! Quel coup de maître. Calatrava est déjà choisi pour les nouvelles gares de Fleurus (i.e. liée à Gosselies par un bus TEC) et d'Ottignies. Les flamands ont accepté que la Wallonie finance le trajet Ottignies - Leuven.ainsi que la nouvelle gare de Leuven, sur les plans de l'architecte Jacques Voncke (cfr gare d'Anvers). Logique, en effet, puisque les liégeois pourront se rendre à Gosselies en passant par Leuven. De même les Namurois et luxembourgeois passeront par Ottignies. Leuven devient un noeud wallon essentiel! Pour financer ce projet, les lignes 124 et 130 seront abandonnées, Ottignies devenant ainsi la capitale ferroviaire de la Wallonie. Une volonté de Charles Michel, de l'Est Brabant Wallon.
  19. Salade
    octobre 17, 21:28 Reply
    http://www.lesoir.be/119843/article/2017-10-17/homans-sur-lavis-du-conseil-de-leurope-les-communes-facilites-ne-peuvent-etre nous, Wallons, sommes fiers d'offrir un max de confort aux flamands qui visitent Durbuy. Tout y est en néerlandais.
  20. Salade
    octobre 17, 21:31 Reply
    Durbuy, waar vlamingen thuis zijn, zoals Coucke. Dinant aussi.
  21. Salade
    octobre 17, 22:10 Reply
    #balancetonécuelle, Diogène.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.