La maquilleuse de Macron est trop mal payée !

L’info est rigolote, cocasse. Macron a dépensé 26 000 euros en maquillage depuis le début de sa présidence, en trois mois. Le Canard se marre. Cocasse, et puis c’est tout. Et après, ça dérape.

Que les antimacron en profitent pour tirer à boulets rouges, on comprend. Mais que la presse publie sans même se demander CE qu’elle publie. Non ! Pourtant, elle en fait des plats. Elle fait comme si ça prouvait quelque chose (oui, mais quoi, vu que tous les présidents ont toujours dépensé cher pour être beaux). Et enflamme les réseaux pour pas cher. Pourtant, il y a d’autres sujets un chouïa plus préoccupants. Mais passons.
Surtout, si ça se trouve, elle est mal payée, la dame. Ou du moins, pas si bien que ça. Calculons.

Mettons que ça fasse donc 8 670 € par mois et que la TVA ne soit pas incluse dans les montants facturés (sinon, ça fait évidemment beaucoup moins). Ce n’est pas du brut, puisqu’elle est indépendante, c’est du chiffre d’affaires. Retirons de ça ses frais généraux (achat de matériel, voiture, bureau, stock). On tombe au mieux à 8 000 par mois. Elle peut le gagner 11 mois par an si elle veut avoir droit à des vacances comme tout-e salarié-e qui se respecte. Pas non plus d’avantages extralégaux ni de 13e mois. Retirons donc 2/13e pour pouvoir comparer avec un revenu de salarié, il reste 6 770 € brut. Retirons de ça la moitié pour couvrir la sécu et les impôts, et notre maquilleuse gagne 3 385 € net par mois équivalent salarié.

Très beau salaire, même si ma coiffeuse gagne peut-être plus dans son petit salon bondé. Mais, ce que nous ne savons pas, c’est combien d’heures elle a bossé. Si elle a fait en moyenne 35 h/semaine, c’est très bien payé. Mais est-ce pour autant exagéré pour une maquilleuse suffisamment pro et douée pour servir le président ?

En revanche, si elle a été taillable et corvéable à merci, si elle a travaillé le samedi, le dimanche, le soir, la nuit, sans indemnités particulières, la note baisse. Si, comme beaucoup d’indépendants, elle a bossé 60 heures/semaine, on tombe même à un équivalent employé de 1 975 € net par mois pour 35 h. Pour un poste à responsabilité (maquiller le président des Français) où elle n’a pas droit à l’erreur.

Alors, finalement, la question que je me pose, c’est : est-ce qu’une professionnelle de qualité peut encore gagner entre 2 000 et 3 500 euros par mois, sachant qu’elle n’a pas de contrat à long terme, qu’elle doit inclure là-dedans la recherche de clients et qu’elle a probablement bouffé de la vache maigre plus souvent qu’à son tour, sans les filets de sécurité dont bénéficient les salariés ? Est-ce que les indépendants peuvent encore gagner ce surplus nécessaire à leur existence de bâton de chaise ? Est-ce que cette société l’admet encore ? Ou bien est-ce le tout-aux-cadres, la protection maximale pour les salariés et peau de balle pour les indépendants ? Est-ce un tel scandale, donc ?  Et, dans ce cas, chers militants fillonistes ou socialistes ou insoumis qui hurlez ensemble au salaire mirobolant, je suis désolé de vous dire que c’est vous qui massacrez la classe moyenne ! Jour après jour.

Dans ce dernier cas, je propose aussi à tous les lecteurs de journaux qui gagnent une somme similaire (de 2 000 à 3 500 nets par mois) et twittent outragés, violés, rapines, de sortir dans la rue avec un panneau « je suis cher-e. Je suis un-e salaud-e). Je pense qu’on va en voir défiler, du monde ! Là, pour le coup, on va bien rigoler !

P.S. : je n’ai pas eu le temps de calculer les impôts et la sécu précisément. On est dans l’estimation à la louche. Par ailleurs, je ne dis pas que le salaire n’est pas élevé, je dis qu’avec les infos qu’on a, il est impossible de conclure. Et donc, de publier.

Previous Mayeur-Peraïta : nettoyer la politique, pour le bien de la politique
Next Manifestation des avocats ce jeudi 21 à Bruxelles pour la libération de leurs homologues turcs.

You might also like

35 Comments

  1. Rudy Deblieck
    août 25, 18:57 Reply
    Hey Marcel, j'aime votre maniere subtile de mettre 'la presse' dans leur culotte. Tres Bien fair ???????? Amicalement, Rudy
  2. Arnaud DE LA Croix
    août 25, 19:03 Reply
    Extraordinaire blog de Sel par sa longueur enfin quelque peu réduite, félicitations ! Ceci dit, le buste d'Al Capone à 60 ou 67 000 Euros ne mérite-t-il pas, dans la capitale européenne, quelque commentaire autrement digne de ce nom, nom de nom ?
    • marcel
      août 25, 19:13 Reply
      On en a parlé dans PAN. Il est en librairie depuis ce matin. 2 euros, et il y a plein d'articles courts y compris de ma plume :-)
  3. Pol Ledent
    août 25, 19:05 Reply
    Oui ! ben bon ! le salaire d'un prof après 5 ans d'univ et pas de sécurité de l'emploi, et les horaires incomplets et les trahets entre 2 ou 3 écoles c'est pas terrible non plus ! 5 ans d'univ pour devenir prof, c'est du gaspillage d'argent pour les parents qui ont payé pour les études ! croyez moi les jeunes ont compris .......
    • marcel
      août 25, 19:14 Reply
      En France, après 20 ans, c'est pas loin de 3000 euros nets. Just saying.
  4. Pol Ledent
    août 25, 19:32 Reply
    Au Belgistan, le barême 501 licencié 2900 euos net fin de carrière sans 13ème mois, sans chèque repas et sans voiture de société, sans assurance groupe ! Vaut mieux aller travailler ds le privé et qu'on arrête les conneries des vacances !
  5. Mélanippe
    août 25, 20:33 Reply
    Bonsoir Marcel Sel, j'espère que vous allez bien. Ma réflexion à la lecture de votre commentaire. Comme d'habitude dans la presse: quelle info réelle se cache derrière l'enfumage. Aucun journaliste ne s'est jamais attaqué à la véritable question: les liens de Macron avec le Bilderberg qui décide de l'orientation économique et martiale de sa politique. Mon avis opinion concernant Macron est faite: un jésuite comme Hollande qui adapte son attitude en fonction de ses interlocuteurs. Et effectivement cela nécessite de bonnes couche de maquillages,....:-).
    • marcel
      août 25, 20:44 Reply
      Bilderberg n'est pas une organisation, c'est un club qui se réunit. L'orientation n'est pas le fait d'un machin occulte, mais de la négociation entre divers partenaires. Macron en est un. C'est tout.
      • Tournaisien
        août 26, 09:24 Reply
        Bilderberg est un fantasme. En revanche, le club des mentors de Macron, ce club qui a réussi à organiser l'OPA sur la présidentielle en l'espace d'environ un an, celui-là est bien réel. Et quel pedigree ! Toute l'arrière-cour de la Mittérandie est là présente, avec tous ses remugles liberticides, si caractéristiques des mouvements de la crypto-gauche : Henry Hermand, le bienfaiteur friqué de la gauche de '81, en passant par les fidèles conseillers omniprésents, Jacques Attali en l'occurrence, l'analyste économiste de François qui n'hésita pas à qualifier les mises à pied de Whirlpool à Amiens d'anecdote "aux yeux du contexte" (lequel ?), jusqu'aux tenants d'une politique africaine opaque avec François Lecointre, l'héritier spirituel de Papa m'a dit, voire même ses lointaines sympathies pétainistes, par père spirituel interposé (https://www.breizh-info.com/2017/05/03/68670/paul-ricoeur-mentor-petain-macron). La réalité de Macron, c'est ça ... c'est un retour de cette gauche de droite, à ce flambeau soi-disant humanitaire mais à l'ADN viscéralement nationaliste, à ce voltairisme de façade acquis à certaines séductions de l'ordre nouveau. La France maurrassienne n'est pas aussi éloignée qu'on pourrait le croire. Là n'est pas le moindre des paradoxes d'un champignon politique qui est né sur l'humus d'un socialisme en décomposition. Là n'était déjà à vrai dire pas le moindre des paradoxes, dans les années '70, d'un socialisme qui eut à se reconstruire au lendemain du congrès d'Epinay.
  6. Mélanippe
    août 25, 20:37 Reply
    D'ailleurs, il pourrait demander à mon amie, cousine de Françoise Nyssen (Ministre de la culture française). Elle fait des massages Zen et est une excellente maquilleuse des stars,...-)))
  7. Salade
    août 26, 00:19 Reply
    On s'en fout. Les infos françaises vous passionnent plus que les belges? Sans doute depuis que le MR est au pouvoir.
  8. Tournaisien
    août 26, 08:25 Reply
    Pertinent, Marcel. Je suis globalement d'accord avec votre papier. Il y a toutefois deux choses que vous oubliez, l'une à charge de votre maquilleuse, l'autre à décharge. (1) A charge tout d'abord : votre calcul présuppose que ladite maquilleuse n'a travaillé uniquement que pour Macron, ce qui n'est sans doute pas le cas. En imaginant qu'elle ait certes consacré l'essentiel de son temps au président, soit disons la moitié de son temps, et en supposant que ses tarifs hors Macron soient moins élevés, on arriverait quand même à environ 1/3 de revenus supplémentaires ; (2) A décharge maintenant : vous oubliez que les tarifications sur Paris, que ce soit d'ailleurs dans le privé ou dans le public (primes de résidence pour les membres de la fonction publique) sont surévaluées par rapport au restant de l'Hexagone d'environ 10 à 15 %. En clair, si vous voulez faire une appréciation correcte des montants perçus par la maquilleuse, vous auriez dû en retrancher jusqu'à 15 % maximum (soit au maximum un sixième) ... allez, disons que cela aurait ramené le montant de 26.000 € à 22.000 € sur trois mois. ... Pour rappel, le coiffeur de Hollande gagnait 9.895,- € bruts par mois. Si on applique les mêmes bases de calcul, en définitive, on ne doit pas être très loin de ce que gagne la maquilleuse de Macron, avec un net qui doit probablement se balader entre 4 et 5.000,- € nets par mois. Or je vous signale qu'en France, un tel salaire est celui d'un "cadre moyen". Etant donné que ladite maquilleuse est indépendante, qu'elle ne jouit pas des acquis dont bénéficient lesdits cadres, a fortiori de ceux des cadres de la fonction publique (moins bien payés mais disposant d'avantages pension que n'ont pas les indépendants), eu égard en outre au fait qu'elle travaille pour le président de la RF, ces montants perçus par la maquilleuse n'ont absolument rien de scandaleux. ... PS: on est très loin des émoluments indûment perçus par les Fillon ... et beaucoup plus loin encore de ceux perçus par les administrateurs de Publifin (André Gilles en particulier) et du Samusocial (Mayeur et Peraïta), des acteurs qui, ceux-ci, sont des élus de la nation. La différence est loin d'être anecdotique.
  9. Michèle PLAHIERS
    août 26, 11:06 Reply
    Cette fois Marcel, j'ai pleuré, oui pleuré, parce que j'ai vu le soleil se lever, comme un dernier espoir, voici le plus beau texte qu'il m'ait été donne de lire depuis cinq ans que je voyage sur la presse comme une naufragée à le recherche d'une île,... J'ai beaucoup écris sur Atlantico (un journal un peu rance, surtout Benoït Rayski,...). J'ai signé de mon vrai nom, tu le connais,... KLe texte qui m'a fait pleurer des larmes de douceur, des perles d'amour http://www.lalibre.be/debats/opinions/l-histoire-de-la-princesse-europe-opinion-59a047c5cd706e263f97d50e. Mes commentaires sur Atlantico rejoignaient tout le contenu de ce texte signé par Stefan Hertlmans, un flamand (tu te rends compte,....). Rayski m'a dit texto: quand tu écris, je balaye,....un juif Marcel, un résistant Marcel,...je n'en ai pas dormi de toute la nuit, Marcel. Un juif m'a écrit, dégage,.... Si tu rencontre Rayski:[phrase modérée] tu lui dis, de la part de Michèle P,....et d'OLGA CLANCIC,....
  10. Je remarque la différence de politique entre Hollande, qui avait choisi de salarier sa maquilleuse, et Macron, qui fait appel à une indépendante. C'est révélateur de la volonté du second de précariser le statut des travailleurs, au contraire du premier.
    • marcel
      août 28, 00:14 Reply
      Une indépendante bien payée n'est pas précarisée. Vous devriez le savoir…
  11. Tournaisien
    août 26, 19:48 Reply
    Marcel, ... vous mettez vos panards dans de sacrées pantoufles : http://postedeveille.typepad.com/.a/6a01156fb0b420970c015390ed39bf970b-pi ... perso, cet humour ne me dérange nullement, mais j'imagine qu'il doit quand même vous poser quelques petits problèmes de conscience. Vous me direz sans doute que depuis que c'est vous qui dirigez Pan, la tonalité a changé. Sans doute ... ceci étant, j'aimerais savoir comment, à Tournai, on peut se procurer votre bébé. Je crains que sur les bords de l'Escaut, cette prose très bruxelloise ne soit pas accessible.
    • marcel
      août 28, 00:13 Reply
      Pan n'est pas particulièrement bruxellois. Il suffit de vous abonner, c'est 1,25 le numéro (65 € par an). Par ailleurs, Pan n'est pas Ubu Pan. J'ai été engagé justement pour y veiller :-)
  12. Atchoum
    août 26, 21:32 Reply
    Oui, d'accord. Mais je ne comprends pas bien pourquoi il a besoin d'une maquilleuse. Je bosse aussi, je vois des clients, et je ne me fais pas maquiller. Je fais juste attention d'être bien rasé, bien coiffé, les ongles propres et de ne pas puer. Pas besoin d'une maquilleuse pour ça. Vous me direz, lui il fait président, c'est pas la même chose, on est dans une autre catégorie. D'accord. Mais de Gaulle, il se baladait partout avec une maquilleuse? Je crois pas. Vous pouvez m'expliquer à quoi ça lui sert?
    • marcel
      août 28, 00:11 Reply
      De Gaulle, c'était une autre époque. Aujourd'hui, un président est susceptible d'être pris en photo à toute heure du jour et de la nuit.
  13. Flash
    août 28, 00:07 Reply
    Dans vos calculs, vous avez l'air de considérer que Monsieur Macron se ferait maquiller entre 35 et 60 heures par semaine. Une estimation pour le moins audacieuse, non ?
    • marcel
      août 28, 00:11 Reply
      Non, je considère que la maquilleuse est à disposition entre 35 et 60 heures semaine. Si elle doit être là, elle ne peut être ailleurs, et donc, elle doit être payée.
    • Flash
      août 28, 13:44 Reply
      Ah. Eh bien, si cela ne vous choque pas qu'une professionnelle de la beauté personnelle, disponible plus ou moins en permanence, soit entretenue aux frais du contribuable, je me contenterais de dire que la dame est tout de même très, très, très bien payée pour passer 95% de son temps de travail à bouquiner, et les 5% restant à étaler du fond de teint (pardon aux maquilleuses, je sais que c'est plus compliqué que ça). Et peut-être même un tout petit peu trop, quand on écoute les discours d'austérité lancinants de notre starlette préférée.
      • marcel
        août 28, 14:24 Reply
        Eh bien, une maquilleuse employée par une chaîne de télé indépendante travaille aussi généralement quelques dizaines minutes avant chaque émission, puis elle « se tourne les pouces » (enfin, selon votre façon de voir les choses). Et donc, elle ne devrait être payée que quand elle travaille effectivement ? Un chauffeur de ministre qui attend au moins les 3/4 du temps devrait-il être payé seulement 1/4 de son temps ? Ben non, voyez-vous. D'abord, elle est probablement souvent en déplacement pour raisons professionnelles, et pendant qu'elle « attend », elle ne peut pas faire autre chose, par exemple, travailler pour une télé, sur un tournage, pour une star du PAF quelconque. Bref, votre jugement sur la maquilleuse est juste antisocial. En revanche, je veux bien entendre que Macron devrait moins se maquiller, ou prendre des stagiaires mal payés… Ça coûterait moins cher au contribuable, en effet. Mais ils iraient aussi probablement moins vite, entre deux rendez-vous.
      • marcel
        août 28, 14:25 Reply
        Par ailleurs, il ne s'agit pas de beauté personnelle mais de l'image du chef de l'État.
      • Flash
        août 28, 22:11 Reply
        Je ne dis évidemment pas qu'il ne faut pas payer les gens pour le temps durant lequel ils se rendent disponible. Je dis qu'avoir une maquilleuse personnelle permanente ne se justifie pas ici. Et à moins d'effectivement travailler tous les jours et à pas d'heure, son salaire me semble outrageusement élevé. Une goutte d'eau dans l'océan, bien sûr, qui ne mérite sans doute pas cette rivière d'encre. Mais de là à dire qu'elle est trop mal payée, il y a un pas bien hardi à faire.
        • marcel
          septembre 03, 10:18 Reply
          Le titre est ironique. Je pensais qu'on comprendrait ça…
        • Flash
          septembre 09, 17:08 Reply
          Hmm... "provocateur", plutôt. Et qui dit provocation dit réaction (j'éprouve un plaisir physique à vous contredire, j'espère que cela ne se voit pas). Mais bast. Tout ce qu'il y aura à retenir de ce petit échange, c'est que nous ne sommes pas d'accord. Merci de nous avoir fait part de votre point de vue. :)
  14. u'tz
    août 28, 09:00 Reply
    ému par la sortie de comas de ce blog, ah les petits indépendants ça réveille les morts ! (les morts pas les maures, Pfff; les morts pas les mots Tourn') ça serait quand même moins cher s'il utilisait une polonaise le macron
    • u'tz
      août 29, 02:20 Reply
      Et quand on pense à tout ce que ça va coûter de maquiller le chômage...
    • Salade
      septembre 01, 11:29 Reply
      Dans coma toujours. Mais il rêve.
  15. Tournaisien
    août 29, 07:46 Reply
    http://www.lesoir.be/111259/article/2017-08-29/elio-di-rupo-au-soir-benoit-lutgen-il-na-plus-aucune-pertinence-politique ... Qui n'aurait toujours pas compris que Le Soir est l'organe du PS ? ... Et le plus extraordinaire c'est qu'implicitement, ils l'admettent quand ils écrivent que les attaques de Lutgen ont été publiées ... dans La Libre Belgique. ... Mais revenons-en à la situation politique : ce qui est sûr en tout cas, c'est que l'ère Milquet est bel et bien finie, et que ce n'est pas sa dernière sortie en tandem avec Maystadt qui y changera quelque chose.
    • u'tz
      septembre 06, 21:40 Reply
      ls est l'organe du ps , comme l'rtbf est l'indice d'intelligence de la walhonniebrucelle, et le ministre fédéral agriculturel des poulets est devenu sinistre-prémident de la région oualalonne
  16. Tournaisien
    septembre 02, 06:48 Reply
    Double constat d'impéritie ! En France, le système majoritaire à deux tours semble être à bout de souffle. Pourquoi ? Est-ce pour des raisons qui sont intrinsèques à ce système politique même, ou pour des raisons qui lui sont extérieures ? Ce qui est sûr, c'est que le système majoritaire, singulièrement le système tel qu'il existe dans la 5e république, favorise la "staromania", une forme de personnalisation de la vie politique qui contribue à projeter un écran de fumée devant les enjeux de fond, socio-économiques, mais aussi culturels au sens large. Est-ce là la raison ? Peut-être, mais indirectement. Ce qu'il faut constater aujourd'hui, c'est que certains bras de levier de la démocratie autres que strictement politique -je fais ici allusion à la presse, aux instituts de sondage en particulier- contribuent, pour le meilleur et pour le pire, à déstabiliser le monde politique, à rendre plus volatile la parole politique, au prétexte bien sûr de la démocratie. Le résultat, c'est que les institutions fonctionnent de plus en plus mal et que le pouvoir est de plus en plus en proie à une forme d'impéritie. On l'a bien vu avec François Hollande qui, confronté à des sondages d'opinion de mois en mois qui consacraient avec fracas la chute toujours plus vertigineuse de sa popularité, en était arrivé à une quasi-incapacité à prendre des décisions fortes. Et voici que ce petit jeu recommence avec Macron qui, à peine trois mois et demi après son élection se voit décerner la palme en termes de chute de popularité ! Jusqu'où donc les Français se tireront-ils dans le pied ? Cette dérive -car il s'agit incontestablement d'une dérive de notre culture politique- est probablement l'envers de cette "staromania" inscrite au coeur même du système majoritaire à deux tours. En clair, même si il aura fallu une soixantaine d'années pour qu'il finisse par s'essouffler, ce système aura montré toutes ses limites. On peut néanmoins se demander si, sur le fond, le fameux quatrième pouvoir, je veux parler de la presse, est encore en phase réelle avec l'opinion. Si, en clair, l'opinion n'est pas aujourd'hui l'opinion des faiseurs d'opinion seulement, et non du peuple (pour reprendre à Marine Le Pen son vocabulaire). En France, cette question est d'autant plus lancinante que la parole est par avance déjà, naturellement, déconnectée du réel (le préchi-précha incessant des commentateurs politiques de l'Hexagone ... il suffit d'écouter France Culture pour en prendre la mesure), mais elle se double, et c'est ici que ça devient inquiétant, d'une dérive idéologique et politicienne dans les rangs mêmes de la magistrature (l'affaire du "mur des cons" dans le local du principal syndicat de la magistrature à Paris, qui n'a jamais été puni par Taubira, en est me semble-t-il une illustration criante !). ... A chaque pays, toutefois, sa propre culture politique, et donc ses propres contradictions. Comme par le fait d'un jeu de miroir, le système belge, très différent du système français, arrive aujourd'hui lui aussi au bout de quelque chose. La crise actuelle, qui n'est en réalité que la révélation d'une crise plus profonde et beaucoup plus longue, démontre que le système à la proportionnelle qui est le nôtre est en état de mort clinique, et ce quand bien même nos politiques ne veulent et ne voudront avant longtemps le reconnaître. Sans doute, ce système avait-il des vertus, celles de respecter, nous disait-on, toutes les sensibilités, de maintenir les équilibres, de cherche le consensus. Le problème, c'est que comme par le fait d'une logique interne, tout système finit toujours par développer ses contradictions internes aux dépens des aspects bénéfiques pour lequel il avait été mis en place. La proportionnelle, et sa conséquence le jeu des coalitions, a donc fini, assez rapidement à vrai dire, par devenir "petite tambouille au quotidien". Dans un tel système, la paysage politique en vient à perdre toute lisibilité et toute visibilité. Le citoyen ne sait plus vraiment pour qui il vote, dès lors que la couleur qu'il a choisie dans l'urne est susceptible de s'allier avec eux dont il est potentiellement le plus éloigné. Le jeu politique se résume très vite à un jeu de chaises musicales, le but en étant de se maintenir sur un strapontin le plus longtemps possible et donc de faire choir le voisin, qu'importe d'ailleurs qui il pourrait être. Le clientélisme n'est par ailleurs la moindre des conséquences de ce mode de fonctionnement, et donc dans la foulée, les tripatouillages en tous genres. Et va pour une orage-bleue, et va pour une rouge-romaine, et va pour une violette, les seuls à rester quasi systématiquement sur le banc de touche étant les Verts ... mais il est vrai que le vert plus du rouge ou du orange, cela donne du brun, et le brun, c'est plutôt caca (quant au vert plus bleu, cela devient de facto du bleu-vert, ce qui ne convient nullement au vert). Bref, le foutoir ! Les idéaux là-dedans ? La responsabilité politique ? L'alternance, poumon incontournable de toute démocratie digne de ce nom ? On oublie ... il y a longtemps que tout cela n'est plus qu'un vague souvenir, ou qu'un principe très lointain, très diffus. ... Alors quid ? Quid ? Le système majoritaire à deux jours à bout de souffle en France, le système à la proportionnelle en état de mort clinique en Belgique ? Quid ? ... il y a déjà pas mal de temps que l'on nous dit qu'il nous faut réinventer la démocratie, mais comment le pourrions-nous dès lors que ce débat est confisqué par une caste politique qui ne fonctionne plus qu'en vase clos, fermée sur elle-même, se reproduisant d'ailleurs volontiers (Collignon / fiston Collignon ; De Croo / fiston De Croo ; Daerden / fiston Daerden ; Lutgen / fiston Lutgen ; etc.). Le résultat, bah il est inévitable : le poujadisme ambiant, toujours plus fort, toujours plus larvé, mais toujours plus puissant, et sa conséquence : une vague d'abstentionnisme qui enfle (5 à 6 % voici encore quelques années, autour de 10 % aux dernières élections, près de 20 % d'après ce qu'on nous annonce pour les prochaines) ... et ceci, je vous prie, dans un pays où le vote est "obligatoire". Ca veut tout dire !
  17. Tournaisien
    septembre 04, 08:08 Reply
    http://www.lesoir.be/112211/article/2017-09-03/merkel-veut-stopper-les-negociations-dadhesion-avec-la-turquie ... à 100.000 % d'accord avec elle. On ne négocie pas avec un fasciste !

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.