Avant de voter, rappelez-vous que Marine Le Pen soutient les néonazis belges.

Le soutien appuyé de Marine Le Pen au Vlaams Belang, parti francophobe (!), raciste et néofasciste belge qui commémore toujours des nazis.

Faisant belle figure en France, en déposant « discrètement » une gerbe pour les victimes de la déportation, Marine Le Pen soutient par ailleurs ardemment le Vlaams Belang (Intérêt flamand), un parti belge qui commémore, au contraire, le leader nazi belge de l’Occupation Staf De Clerck, collaborateur total, antisémite épouvantable, qui a soutenu la déportation des Juifs dès 1941. Le Vlaams Belang rend aussi hommage chaque année à August Borms, autre collaborateur qui militait pour le recrutement de Waffen-SS en Flandre, et fut condamné à mort et exécuté par la Belgique en 1946. Le Vlaams Belang se recueille encore chaque année sur la tombe d’ex-Waffen-SS. Plusieurs de ses membres ont prêté serment, jusqu’à la Chambre belge, en faisant le salut nazi. Et son président s’est mis aux pompes à bière le jour de la fermeture d’un café appelé « De Beest » (avec le S de SS sur la façade), pendant que des clients chantaient des chansons négationnistes et antisémites.

Le Vlaams Belang, n’est pas juste un vague confrère de Marine Le Pen, c’est un ami proche du FN — très proche ! En 2013, Marion Maréchal Le Pen se rendait à l’une de ses fêtes. Le 15 septembre 2015, Marine Le Pen elle-même a discouru au Colloque Souveraineté organisé par ce parti national-fasciste. Logique : ils sont collègues de groupe politique au Parlement européen.

Staf De Clerck, le Führer flamand, « personnage historique sans problème » selon les amis belges de Marine Le Pen.

UN ADN PUR NAZI.
Le Vlaams Belang a des liens directs et fondamentaux avec, non pas le fascisme ou la « simple » extrême droite, mais bien le nazisme pur et dur. Son fondateur, Karel Dillen, n’a jamais caché son admiration pour le nazisme. En 1951, il participait à Malmö au Congrès pour la Refondation du nazisme, organisé par l’ex-officier SS Karl-Heinz Priester, qui avait dirigé la propagande des Jeunesses hitlériennes et par Per Engdahl, nazi suédois affirmé qui fut aussi l’un des organisateurs de la filière d’évasion des criminels nazis vers l’Amérique latine via la Nordlinie (ligne du Nord). Ce congrès réunit une cinquantaine d’organisations venues de 15 pays, dont le Sozial-Reich Partei allemand, au nom évocateur. Il y avait aussi Oswald Mosley, le célèbre nazi britannique, ainsi que le premier négationniste, Maurice Bardèche, beau-frère et ami de Robert Brasillach.

C’est le fondateur du Vlaams Belang lui-même qui traduisit Bardèche en néerlandais. Son ouvrage Nuremberg ou La Terre promise fut interdit en France et Bardèche écopa d’un an de prison. Et pour cause, il y blanchissait l’Allemagne qui n’avait selon lui rien fait de mal. La même année, Karel Dillen tendait gentiment le bras lors de la très contestée (et pour cause) Fête du Chant national flamand.

Négationnisme et commémos nazies.
Vous me direz, c’était en 1951. Le problème, c’est que derrière un vernis « fréquentable », le Vlaams Belang est toujours au cœur d’une galaxie nostalgique. L’un de ses anciens députés, Roeland Raes, est un négationniste condamné pour avoir publiquement nié l’existence des chambres à gaz. Il n’a jamais été éjecté du parti. En 2008, alors qu’il était rédacteur en chef de la revue du Voorpost, le service d’ordre du Vlaams Belang, ce même Raes publiait un ouvrage dithyrambique sur 60 figures du nationalisme flamand, dans lequel il n’oublia pas les nazis August Borms et Cyriel Verschaeve. Ce dernier, curé et poète, correspondait avec Himmler, qu’il admirait, et tenta de le convaincre de renoncer au paganisme pour faire de lui le pape du nazisme. Il participa aussi, avec August Borms au gouvernement nazi flamand en exil à la fin de la guerre.

L’ouvrage fut publié aux Éditions Egmont, étroitement liées au Vlaams Belang. C’est là, d’ailleurs, que le député européen du parti, Gerolf Annemans, aujourd’hui partenaire direct de Marine Le Pen, publie aussi ses propres ouvrages. Il y côtoie son confrère ouvertement négationniste.

August Borms, commémoré par les amis belges de Marine, en 1941.

Le collaborateur belge de Marine Le Pen : habitué des « commémos »
Mais il ne faut même pas chercher aussi loin pour relier le nouveau collègue de la candidate à la présidence française au nazisme. Gerolf Annemans est un habitué des commémorations de nazis. Comme en 1988, quand il tenta d’aller fleurir les tombes de 38 Waffen-SS flamands tombés en Russie, avec plusieurs membres de son parti, mais aussi des milices du Vlaams Belang, le Voorpost (Poste avancé) et du VMO (Ordre militant flamand), dont le leader Bert Eriksson regrettait ouvertement qu’Hitler n’ait pu finir son travail d’éradication des Juifs. Oui, vous avez bien lu.

Une vieille histoire, me direz-vous ? Eh bien non. Parce qu’il y a quelques mois, le même Annemans se félicitait d’avoir participé à la commémoration de la mort d’August Borms, collaborateur nazi condamné et exécuté par la Belgique après-guerre pour avoir encouragé les jeunes flamands à s’engager dans la SS. Borms était si aimé des nazis qu’il fut cordialement invité par le IIIe Reich à visiter les installations IG Farben d’Auschwitz-Birkenau, chaîne industrielle où les Juifs et autres prisonniers qui n’étaient pas gazés directement périssaient par dizaines de milliers par l’esclavage.

« Ressourcer le nationalisme flamand à la source », écrit Gerolf Annemans. Sa source ? Un nazi condamné.

L’hommage de l’ami marinesque au touriste d’Auschwitz
« Rapatrié » en Allemagne à la fin de la guerre, ce « touriste de la Shoah », comme l’a décrit un journaliste flamand, fit encore partie du gouvernement flamand nazi en exil, sous les ordres d’un des pires chasseurs de Juifs que la Belgique ait connu, et aux côtés du pape de l’antisémitisme, Cyriel Verschaeve. Les nazis le considéraient d’ailleurs « absolument fiable » Le twit dessus montre donc bien le collègue de Marine Le Pen au Parlement européen, tout fier devant la tombe d’un leader nazi.

De nombreux membres de ce FN à la belge se retrouvent aussi dans l’organisation d’un… musée érigé à Anvers en mémoire de ce monsieur Borms. Le négationniste Roeland Raes s’occupa de la revue Broederband, éditée par le musée, et destinée aux anciens Waffen-SS. Il fut aussi membre de Were-Di, une organisation (néo)-nazie regroupant les mêmes « anciens combattants », fondée par le président-fondateur-traducteur-de-Bardèche Karel Dillen lui-même. Bref, quel que soit le sens dans lequel on le prend, impossible de décrotter le Vlaams Belang du mot nazi.

Filip Dewinter, l’un des pontes du Vlaams Belang, prête serment à la Chambre un jour de tendinite du coude.

Un parti de tendinites.
August Borms n’est qu’une des stars sulführeuses du parti. Ainsi, en 2004, c’est tout le parti ami de Marine Le Pen qui a rendu hommage au Führer flamand de l’Occupation, Staf De Clerck, président du parti nazi de l’époque, le VNV. Plus de 4.000 personnes se sont pressées pour commémorer cet homme qui avait recommandé l’expulsion des Juifs : en 1941, lors d’un congrès où il s’exprimait sous un immense portrait d’Hitler, il concluait une diatribe épouvantablement antisémite par les mots « Le Juif doit partir [disparaître], c’est une question de salubrité publique » (voir extrait complet à la fin de cet article).

Staf De Clerck fut aussi mêlé à la « nuit de Cristal anversoise », où des membres de son parti et de la SS flamande ont brisé une grosse centaine de vitrines de magasins juifs et mis le feu à deux synagogues après la projection du Juif éternel. L’un des députés VNV élus en 1939, Ward Hermans, était cofondateur de la Algemene-SS Vlaanderen (SS flamande générale), une copie conforme de la SS d’Himmler, mais en pire : la Sipo-SD de Gand recommandait par exemple à ses troupes de ne pas trop les fréquenter, ils étaient trop violents.

Rien de problématique…
Staf De Clerck se réclamait « totalement » d’Adolf Hitler. Il avait renommé son parti collaborateur, le VNV, en VNV National-Socialiste dès l’arrivée des nazis, le 10 mai 40. Il recevait des fonds du régime hitlérien depuis 1938. Ce traître, antisémite d’une virulence absolue, nazi convaincu, fut donc commémoré en 2004 à la Veillée de l’Yser, un pèlerinage « radical » dont le collègue de Marine Le Pen au Parlement européen, Gerolf Annemans a signé le manifeste fondateur. Dans une interview, Annemans a qualifié de Hitler flamand de « personnage historique ». Et ajouté « Il n’y a rien de [problématique] pour moi. » En 2016 encore, le Vlaams Belang invitait ses membres à cette épouvantable veillée nazie, et s’y rendait en masse.

À gauche, le portrait de Staf De Clerck, le führer flamand violemment antisémite et collaborateur total. Dans l’assistance et l’organisation, le collègue de Marine Le Pen.

L’allié de Marine Le Pen célèbre « des personnages historiques », donc. Comme Pétain. Laval. Heydrich, Hitler. Ou le nazi wallon Léon Degrelle, avec qui le fils de Karel Dillen, Vlaams Belang lui aussi, a posé complaisamment lors d’une visite en Espagne.

Quant au service d’ordre du Vlaams Belang, le Voorpost, il est encore moins complexé : il accumule les commémorations aux anciens nazis. Borms, les Waffen-SS (« Oostfonters »), Raymond Tollenaere, l’un des antisémites les plus virulents du clan, auteur de la diatribe antisémite ci-dessous, et bien sûr, Staf De Clerck, le führer flamand. Bref, quand on évoque le Vlaams Belang, le mot nazi sort par tous les naseaux.

C’est donc Gerolf Annemans, admirateur du nazi August Borms, que Marine Le Pen côtoie au Parlement européen. C’est avec lui qu’elle vote, s’amuse, plaisante et milite. C’est à lui qu’elle serre la main quand elle est à Bruxelles ou à Strasbourg. C’est avec ce parti, le Vlaams Belang, qu’elle siège. Mais plus encore, elle n’hésite pas à les soutenir : sur les dépliants de campagne du Vlaams Belang, on voit Marine Le Pen recommander chaudement aux Belges de voter pour lui. Oui : elle recommande personnellement de voter pour des néonazis. En France, elle fait mine de commémorer la Shoah, en Belgique, ses alliés belges commémorent les SS et les pires chasseurs de Juifs. Pensez-y dimanche. Après, vous ne pourrez pas dire, comme les Allemands en 1945 « nous ne savions pas. »

ANNEXE : la diatribe antisémite de Staf De Clerck (1941) que les amis de Marine commémorent avec emphase.

« Il n’y a qu’une solution. La purification intégrale de notre corps populaire. La totale et absolue extirpation du juif de notre corps populaire sain. C’est pourquoi nous devons concevoir un statut exceptionnel pour le juif. Le juif ne peut avoir les mêmes droits que les autres citoyens. La sentimentalité ne peut pas jouer à cet égard. Nous ne pouvons pas être cruels, mais nous devons être logiques. Nous sommes des nationalistes, c’est-à-dire que nous défendons le peuple, la culture et le sang. Le juif n’appartient pas à notre peuple, encore bien moins à notre sang. Et il a une culture qui est conçue pour détruire la culture chrétienne. Celui qui ne travaille pas est un parasite. Qui a jamais vu le juif travailler ? Le juif vole, dépouille, trompe, traficote. Qui l’a jamais vu créer quelque chose ? Le juif manipule et vend des chaussures, des torchons, des actions, des pierres précieuses, du grain, des valeurs boursières, du socialisme, des théories, des peuples, des femmes, des colonies. Et la plupart des choses qu’il vend, il les a volées quelque part. Nous ne perdrons rien en écartant le juif de notre peuple. Au contraire, nous gagnerons beaucoup. C’est pourquoi nous devons être logiques : le juif doit partir ! C’est une question de salubrité publique. »

Previous Mélenchon, l'insoumise trumperie.
Next Français-es, vos voisins vous supplient de rallumer les Lumières.

You might also like

28 Comments

  1. mélanippe
    mai 01, 11:56 Reply
    Bonjour marcel, je suis sortie du bois et m'exprime sous mon vrai nom (au risque de subir le sort de JFK, mais bon!!....) et m'exprime sur Atlantico. Je me suis laissée avoir par le catho fillon, meilleur rempart contre l'extrême-droite (image du père), mais avec la catho Pnélope j'aurais dû me méfier. Soit, l'erreur est humaine. Bon! le chevalier d'Eon, Macron (Lire Kantorowicz: Les Deux corps du Roi). Bizarre, mais quand j'aborde Les chevaliers de Malte sur Atlantico, je suis censurée. Passons,...
  2. Le fascisme ne se limite malheureusement pas à MLP et ses amis du Vlaams Belang de l'autre côté de la frontière. Ca, c'est la partie émergée de l'iceberg. Rappelons qu'il y a aussi la NVA mais aussi une flopée d'autres acteurs moins visibles mais tout aussi redoutables. Comme par exemple la cheffe de l'OpenVLD, Gwendolyn Rutten, qui osait déclarer il y a peu: « notre mode de vie est sans le moindre doute supérieur à tous les autres dans le monde » (publié dans le journal Het Laatste Nieuws). Le WE dernier, elle réitérait sur VTM (https://nieuws.vtm.be/vtm-nieuws/politiek/rutten-schuwt-harde-taal-niet-boek) avec son livre cette fois. L'enchainement ethnocentrisme - racisme - fascisme est d'une éblouissante évidence, même si beaucoup ne veulent pas le voir ni l'admettre. C'est pour cela qu'aujourd'hui je n'hésite pas à marteler haut et fort que le fascisme est aussi en train de gangréner la Belgique (comme la France d'ailleurs). On lui donne tout simplement une autre étiquette, moins porteuse de honte et d’opprobre. A la lepénisation des esprits en France, on pourrait maintenant opposer la ruttenisation/deweverification des esprits en Belgique. Lire à ce propos l'excellente analyse de Pierre Tevanian ("La souffrance du Lepéniste", disponible ici: http://lmsi.net/La-souffrance-du-lepeniste) où il explique particulièrement bien que ce qui choque les fascistes d'aujourd'hui, c'est la perte des privilèges que ceux-ci ont pu avoir jusqu'à présent sur les populations étrangères. C'est personnellement la sortie de Gwendolyn Rutten qui me choque le plus: la banalisation du racisme a atteint un nouveau niveau, et c'est un jalon important supplémentaire qui a été atteint dans l'indifférence la plus totale. Si MLP gagne, la guerre civile débordera à coup sûr en Belgique, beaucoup de Belges racistes et xénophobes y trouveront alors une légitimité pour eux aussi "faire le ménage" de ce côté de la frontière. Tout comme beaucoup de personnes d'origine immigrée, surtout en Flandre, y trouveront un prétexte pour "enfin" en découdre avec leurs ennemis de toujours. Le scénario yougoslave en somme.
  3. u'tz
    mai 01, 14:30 Reply
    votre article précédent ayant porté un coup fatal à l'ego du trump français , celui-ci va sauver plus sûrement encore l'RF de la fourbe amie du vb ;)
  4. Tournaisien
    mai 01, 18:04 Reply
    Bien sûr qu'on va voter Macron. Comment pourrait-il en être autrement ? Le risque FN est cette fois, en effet, bien réel, l'enjeu étant celui de l'abstentionnisme, un abstentionnisme que les instituts de sondage ne sont pas en mesure d'évaluer (si leurs prévisions pour le premier tour firent banco, il pourrait y avoir des surprises au second tour). ... Ceci étant, si le FN passe, ce sera la faute à qui ? Une erreur colossale, rétrospectivement, a été de flinguer à tout va deux des candidats en lice : (a) Benoît Hamon a été poignardé par les siens, et plus particulièrement par l'Elysée ; en le dégageant, Hollande réglait à la fois un vieux compte, et il libérait la voie à Macron. (b) François Fillon a certes fauté, mais il serait peut-être bon de rappeler que les "affaires" le concernant étaient connues depuis des mois et des mois. Pourquoi les avoir sorties en janvier, au moment du début de la campagne réelle? En agissant ainsi, les "torpilleurs" le mettaient non seulement hors jeu, mais ils escomptaient surtout éjecter du futur combat électoral la Droite républicaine. Or ici encore, ce bas calcul semble bien avoir émané de l'Elysée. ... La mise à mort de ces deux candidats désignés par les primaires organisées tant au PS que chez les LR a certes ouvert un boulevard à Macron, mais posez-vous seulement la question : 24 % pour Macron après avoir éliminé deux de ses principaux candidats potentiels ... vraiment pas de quoi pavoiser ! Car ce qui ressort du profil de Macron, ce sont deux choses : (a) un candidat qui affirme échapper au système et qui est en définitive peut-être celui qui est le plus inféodé à un certain système, financier, énarque et crypto-politique ; (b) un candidat qui ne s'appuie sur la légitimité d'aucun parti, donc d'aucune base militante. Une affiche électorale non revendiquée (pas d'éditeur responsable) représente de face Hollande et Macron avec, barrant leurs bustes, un lambel jaune sur lequel est inscrit "L'Héritier" ... terrible, car si vrai ! Hollande, en imaginant avoir dégagé le terrain pour son poulain (que lui avait recommandé Jacques Attali, son égérie mittérandienne), a en réalité créé un incroyable appel d'air pour Le Pen ; il aura surtout exaspéré une grande partie de l'électorat de gauche (les mélenchonites et partie des hamoniens) et de droite (les fillonistes), encouragés plus que jamais à rester sur le quai plutôt qu'à entériner le rapt électoral organisé par les stratèges du pouvoir en place ... si ils ne risquent eux-mêmes d'ailleurs de voter pour Le Pen (jusqu'à 40 ou 50 % des fillonistes ... et peut-être une quinzaine de % des mélenchonites ?). ... Hollande, quoi qu'il en soit, porte une responsabilité énorme dans l'incroyable gabegie de ces élections inédites, et quand bien même Macron gagnerait, tout laisse prévoir que le rendez-vous de 2022 n'en sera que plus terrible encore. En 1988, déjà, Mitterand avait joué de la montée de l'extrême-droite pour phagocyter la Droite, et faut-il le dire, il y était parvenu au-delà de toute espérance. Hollande, dont le modèle suprême est Mitterand, en aura pris les plus mauvais côtés ... sans le génie hélas. Apprenti sorcier, il pourrait fort bien être celui qui aura permis au FN d'accéder à la magistrature suprême.
    • u'tz
      mai 05, 12:37 Reply
      "Bien sûr qu'on va voter Macron"... vous votez toujours bien encore une seconde fois à roubaix mon cher Tourn ?
      • Tournaisien
        mai 06, 07:23 Reply
        Et c'est que vous avez de la mémoire, sacré U'tz ! Oui, je vote à Roubaix, et tradition oblige, j'en profite à chaque élection pour passer à l'épicerie Carlier Vogliazzo (épicerie italienne ... et accessoirement espagnole et portugaise) située près de la gare et y acheter du stracchino et quelques "carciofi alla romana". Voilà, vous savez tout ... ou presque. La prochaine fois, je vous livrerai la couleur des petites culottes de ma femme (vous savez au moins, d'ores et déjà, qu'elle en porte).
        • u'tz
          mai 11, 18:18 Reply
          je ne comprends pas le rapport entre les jambes de votre femme et vos deux voix en tant que citoyen (incomplet) FR d'RF(cisquièvrain) mon cher Tourn' (tout un de mes quelques neurones de mémoire est juste toujours mobilisé sur le fait que vous aviez dit un soir voter en belgique et en RF à chaque élection et que perso je trouve ça système d mais pas avec le d de démocritaque
    • Pfff
      mai 05, 13:10 Reply
      "Apprenti sorcier, il pourrait fort bien être celui qui aura permis au FN d'accéder à la magistrature suprême." Franchement, Tourn', vous me décevez . Vous n'étiez pas obligé de faire semblant, comme les antifa en peau de lapin, de croire que cela fût possible, alors que cela ne l'était pas le moins du monde. Nommons cette élection pour ce qu'elle est : un simulacre, précédé d'une arnaque. Vivement le troisième tour.
      • Tournaisien
        mai 06, 07:25 Reply
        Pfff, je crains que vous comme moi ne soyons de mauvais sujets aux yeux de Marcel. Une élection n'est paraît-il jamais un rapt. Tout le problème est bien sûr de savoir ce qu'on entend par élection ... démocratique, ou plus fondamentalement par démocratie ... bien comprise.
  5. Tournaisien
    mai 01, 21:57 Reply
    Le Soir vient de publier en soirée une manchette "Les électeurs de Macron votent en majorité par rejet de Le Pen". A vrai dire, c'est là un peu la conséquence d'une façon générale du scrutin à deux tours : si tant est qu'au second tour, il y ait plus d'électeurs que ceux réunis des deux candidats en lice désignés au premier tour, d'office, le vote de ceux qui avaient opté pour un des candidats éliminés au premier tour ne peut être qu'un vote par défaut ou un vote de rejet. C'est à cela que l'on prend la mesure des limites du scrutin majoritaire à deux tours. Ceci étant dit, dans le cas d'un second tour où est présent un parti diabolisé (je précise "à juste titre"), les jeux sont de facto pipés, car la dynamique même de cette diabolisation renforce le report des voix des électeurs malheureux du premier tour sur un candidat, parfois très éloigné de leur sensibilité. C'est la seconde fois que ce scénario se produit en quinze ans, mais cette fois l'écart entre le candidat lambda et la candidate FN sera autrement réduit que celui qui avait séparé au second tour Jacques Chirac (83 %) et Jean-Marie Le Pen (17 %). Dans le meilleur des cas, on pourrait se balader autour de 60 / 40 %. Pour tout qui a un peu d'intelligence prospective, il paraît évident que si rien ne change fondamentalement d'ici 2022, les carottes pourraient bien être cuites, et recuites. ... Macron, qui sera en définitive mal élu (comme l'avait été Chirac en 2002 ... voire même peut-être encore plus mal élu que lui), si il sort vainqueur du second tour, aura une responsabilité énorme sur les épaules. Certes, il lui faudra maintenir un cap difficile, entre réduction du chômage, relance de l'économie (singulièrement du secteur industriel), sauvetage de l'agriculture, amélioration du système éducatif, réduction de la dette publique, mais aussi d'autre part des recettes nouvelles en matière de politique sociale, valorisation de la France rurale (défis socio-économiques et culturels dans cette France d'en-bas). Sera-t-il en mesure de les relever ? L'éditorial de Vincent Engels, il y a deux jours dans les colonnes du Soir, ne s'y était pas trompé : Macron, candidat du système, chéri par le monde financier, ne possède a priori par l'ADN qu'il faut pour répondre aux enjeux que soulève le décrochage de la France d'en-bas, celle des banlieues et surtout celle de la ruralité. En clair, si le candidat Macron ne tombe pas de sa monture sur le chemin de Damas, le rendez-vous de 2022 présentera un caractère d'inéluctabilité qu'il n'a sans doute pas encore aujourd'hui. Ce président-ci n'a plus droit à l'erreur, car il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas.
  6. Salade
    mai 01, 22:16 Reply
    Le programme de marine Lepen est surtout proche des nationalistes flamands. Ne pas en parler est très grave.
    • marcel
      mai 05, 11:51 Reply
      Faux, la N-VA n'a pas du tout un programme de sortie de l'euro. Tout le reste est à l'avenant.
      • Salade
        mai 05, 12:19 Reply
        Le reste est à l'avenant : cela veut dire qu'ils ont la même logique. celle du repli sur soi C'est la logique du confédéralisme contre celle du fédéralisme : càd celle du nationalisme Il n'y a pas si longtemps, la NVA était dans le groupe de Farage. Idem sur les étrangers, des immigrés, etc...
        • marcel
          mai 05, 17:24 Reply
          La N-VA était dans le groupe Verts-ALE.
          • u'tz
            mai 05, 18:36
            pourquoi "était"? début de preuve que c'est une info super-bidon côté idéologique, sans autre signification qu'une association administrative de deux groupes à aspirations différentes utilisant des ressources démocratiques.... d'autant plus que dès que possible l'n-va à rejoint à l'europe le groupe idéologique des gens que vous préférez ;)
          • Salade
            mai 05, 22:20
            je me suis trompé, mais ils sont été alliés par le passé récent aux conservateurs britanniques (groupe européen ECR) . Farage c'est l'UKIP (groupe européen ELDD) Franchement, ces groupes européens très discrets, c'est un beau bordel. Pour revenir à notre sujet: un article de votre co-bloggeur Quatremer: http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2014/06/20/les-independantistes-flamands-de-la-n-va-font-le-choix-de-leuroscepticisme/ c'est pourtant CLAIR par rapport au sujet développé ici, même s'ils ont changé depuis, comme vous le signalez. Ils ont changé? Marine dit aussi qu'elle a changé. Dupont Aignan aussi. Peppe Grillo a aussi changé de groupe parlementaire. CHANGEZ!
  7. Vince01
    mai 02, 10:08 Reply
    Marcel, vous souffrez du mal de la presse belge.C'est bien de dénoncer les dérapages des pays voisins. Mais vous occultez le fait que nous avons déjà depuis plusieurs années des nostalgiques du nazisme dans notre gouvernement et vous même l'avez dénoncé plusieurs fois. La plupart des membres de la NVA sont aussi collabos que Marine Lepen ou que le VB et ce dans une indifférence presque totale.Votre pudeur de gazelle n'ose peut être pas. Il est évidement plus facile de comparer au VB. Lepen est une facho, une nationaliste,mais reconnaissez tout de même qu'elle ne veut pas démolir de pays et ça ça fait une sacrée différence.
    • marcel
      mai 05, 11:50 Reply
      Portnawak. J'ai toujours dénoncé l'extrême droite ici et ailleurs.
      • vince01nce01
        mai 24, 09:21 Reply
        Portnawak d'avoir des néo-fascistes dans notre gouvernement fédéral ? La paille et la poutre ... Je comme à douter de votre honnêteté intellectuelle.
        • u'tz
          mai 25, 22:48 Reply
          seule l'honnêteté intellectuelle des FR au gvt fédéral est sujet de doute, dans ce pays où la fiction flamingante mène de dans, loopt voorop dus....même si Marcel non plus n'est pas tout à fait sûr la-dessus
  8. guypimi
    mai 02, 15:57 Reply
    MERCI POUR CET ARTICLE BIEN DOCUMENTé qui devrait élargir le cadre de perception de vos lecteurs vers plus de lucidité sur les conséquences d'un vote toxique.
  9. Rivière
    mai 02, 18:56 Reply
    Faut être français pour voter en france... Ne faites pas votre guillaume ! ... vous n'aimez pas les radicaux (de gauche, de droite, les progressistes, les rétrogrades,,...) vous n'aimez pas les molassons tout flasque qui restent au centre, vous n'aimez pas les écolos bien vert, vous n'aimez pas le nucléaire, vous n'aimez pas les technocrates, vous n'aimez pas les capitalistes, ni les socialistes, ni les "religiosistes", ni les pesticides, ni les ogm, ni ceux qui luttent contre ... bref vous êtes difficile à suivre !
  10. Pfff
    mai 03, 10:38 Reply
    Aaaaah, Muray ! "Faire le jeu de Le Pen, qui l’a fait mieux et avec une science plus consommée que le mortifère Mitterrand en son temps ? Il y a d’ailleurs eu quelque chose de profondément déplaisant à voir la fille de celui-ci venir sur un plateau déclarer avec candeur qu’elle allait voter Chirac en se bouchant le nez, sans qu’aucun serf médiatique ose lui rappeler que s’il y a bien quelqu’un qui a savamment peloté à son profit pendant quatorze ans la boule puante qui vient de nous exploser au nez c’est son père." "Car le problème des anti-lepénistes n’est pas Le Pen ; il ne l’a jamais été ; le problème des anti-lepénistes c’est eux ; et ils attendent de Le Pen qu’il les aide à vivre ou à survivre ainsi ; car Le Pen, c’est toujours mieux que rien ; et même, comme les Barbares du célèbre poème de Cavafy, c’est « une espèce de solution »." "On vit ainsi apparaître la gauche du for intérieur et du cas de conscience, la gauche gantée et la gauche dégoûtée, la gauche à reculons et la gauche pince à linge, la gauche haut-le-cœur et la gauche profil bas, la gauche restriction mentale, la gauche pédiluve, la gauche urticaire, enfin toute la gamme de la gauche prophylactique drapée dans son immaculée indignation comme dans un scaphandre stérile. La gauche bébé-bulle. La gauche pince-nez. La gauche pincettes. La gauche pinçon. La gauche pincée. La gauche pince-mi. La gauche pince-moi. La gauche outrée. La gauche outragée. La gauche affligée. La gauche dans les pommes. La gauche à nausée. La gauche désolée. La gauche vierge violée. La gauche temple profané. La gauche offensée et contre-offensante. La gauche élevant sa phobie à la dignité d’une vision du monde, et surmontant encore cette élévation du sacrifice admirable qu’elle faisait en allant voter pour l’objet de sa phobie. Il était même étrange de la découvrir, elle qui s’était récemment connu comme essentielle raison d’être de pourchasser tant de phobies (xénophobie, europhobie, homophobie, gynophobie), à son tour si phobique ; mais si fière de l’être aussi ; comme de bien entendu." "Ainsi, durant l’entre-deux-tours, le réel a-t-il montré le bout de son nez. Mais il a choisi, pour ce faire, le plus sinistre masque qui soit. Quinze jours de fête anti-lepéniste ne se sont pas privés de lui en faire honte. Le réel a reculé. Le réel ne passera pas. Du moins pas cette fois. Et pas comme ça. Le réel est reporté à une date ultérieure. On a eu chaud." http://www.causeur.fr/philippe-muray-front-republicain-le-pen-44114.html
  11. Pfff
    mai 04, 00:02 Reply
    Muray - Bis, Bis - Bon, bon, d'accord. Pour fêter le débat et la défaite rituelle du Géant gribouille. "Et Borgès commente : « Le nazisme souffre d’irréalité, comme les Enfers d’Érigène. Il est inhabitable ; les hommes ne peuvent que mourir pour lui, mentir pour lui, tuer et ensanglanter pour lui. Personne, dans la solitude centrale de son moi, ne peut souhaiter qu’il triomphe. Je risque cette conjecture : Hitler veut être battu. Hitler, d’une manière aveugle, collabore avec les inévitables armées qui l’anéantiront, comme les vautours de métal et l’hydre (qui ne devaient pas ignorer qu’ils étaient des monstres) collaboraient, mystérieusement, avec Hercule. » Le lepénisme souffre lui aussi d’irréalité, quoique le réel résiduel l’ait choisi comme trou noir. Il est inhabitable et il ne demande qu’à être battu." Je répète. "comme les vautours de métal et l’hydre (qui ne devaient pas ignorer qu’ils étaient des monstres) collaboraient, mystérieusement, avec Hercule"
  12. Fernando Ferreira
    mai 04, 11:27 Reply
    Cher Marcel, et si Marine Le Stylo voulait seulement le démembrement de la Belgique et l'annexion de la Wallonie par la France? Une façon osée d'être gaulliste, peut-être?
  13. u'tz
    mai 09, 00:48 Reply
    la loseuse poissonnière fricote avec le vb ( lie de la belgique ), macron le new francopharaon a utilisé le mot "ironie" (piqué à lumumba par un membre de la promotion "senghor" de l'ena?) https://www.youtube.com/watch?v=BGB8eOSLAGE https://www.youtube.com/watch?v=0-CECDFZkY4
  14. Wallon
    mai 10, 07:15 Reply
    Ouf, tout est bien qui finit bien. Le pantin des banques et liquidateur des nations, au nom des "Lumières", vient de se faire élire. Bonjour, Monsieur Sel, apparemment vous abhorrez les Flamands. C'est évident. Correction, Marine Le Pen fréquente, en Europe, tous les partis partageant sa vision des choses jusqu' à Monsieur Poutine qui ne semble pas d'extrême droite. Les Flamands n'auraient-ils pas droit à leur terre malgré l'absence de textes bibliques pour le justifier ? Les Flamands n'auraient-ils pas le droit, preuves historiques à l'appui, à réclamer Brussel leur Jérusalem ? Ce peuple a tout subi au cours des siècles dont un exode et et une quasi extermination au XVIe siècle. Alors qu'il aient tenté, au XXe siècle, par tous les moyens auprès des Allemands, des cousins peu fiables, pour obtenir leur indépendance ne justifie pas l'opprobre de certains milieux "puritains" hypocrites. Bien entendu, l'antisémitisme de Staf De Clercq, le mot est lâché ! Mais, Monsieur Sel, toute l'Europe l'était de l'Atlantique à l'Oural. Et avant Jésus-Christ, les Mésopotamiens, les Egyptiens, les Babyloniens, les Romains impériaux le furent et j'en passe. A l'instar du professeur Shlomo Sand, il faudrait peut-être revoir certains conceptions. Et que pensez-vous de l'antisémitisme entre Sémites ? Evidemment, ce sera encore la faute du Front national. Je vous souhaite une bonne journée.
  15. Wallon
    mai 23, 05:57 Reply
    Vous nous la baillez belle, Monsieur Sel. Bien évidemment Marine est l'affreuse méchante politicienne d'extrême-droite, associée à tous les affreux du même genre. Toutefois, Monsieur sel, qui assassine aveuglément, en masse, en Europe ? Marine et ses affreux séides ? Qui s'attaque aux forces de l'ordre au moyen de cocktails Molotov pour les incendier ? Marine et ses séides ? Qui caillasse et lapide les forces de l'ordre en toute occasion ? Marine et ses séides ? Je pense qu'il est grand temps d'arrêter la nauséabonde désinformation qui fait des "intellectuels de gauche" les soutiens des milices d'extrême-gauche ( soutenues par le pouvoir...) et des terroristes dont tout le monde peut pointer la religion mortifère.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.