Magritte, Milquet… les Francophones peuvent-ils encore exister ?

Capture d’écran 2016-03-05 à 12.12.06Les Flamands existent. En tant que concept. En tant que «peuple». Avec des mythes, des couleurs, un drapeau, des termes comme confédéralisme, la langue est tout le peuple, des héros, parfois contestables. La Flandre communique et réagit comme un État. C’est devenu normal, c’est même inclus dans le paquet standard. Mais quand les «Belges francophones» appliquent la même logique, c’est le tollé. À présent aussi dans De Morgen.

Je pose donc la question : les Francophones peuvent-ils exister, Bart Eeckhout ?
(hier ook in het Nederlands).

Dans votre chronique sur Joëlle Milquet (également disponible en français grâce à DaarDaar), vous la décrivez comme mesquine et nationaliste parce qu’elle s’est dite perplexe après que (et non parce que, comme vous l’écrivez) deux Magritte ont été décernés à des Flamands. Selon vous, la N-VA n’oserait pas faire pareil dans le cas inverse, ou la critique serait sans pitié. En d’autres mots, les Flamands font mieux, une fois de plus, je suppose ? En fait, pas vraiment, parce que ce cas inverse ne s’est pas produit. Les acteurs flamands ont été aussi primés en une seule année aux Magritte que leurs collègues francophones en 6 ans aux Ensors.

Les Francophones peuvent-ils encore choisir leurs politiciens ?
Votre chronique «kill-the-bitch» se basait sur une seule phrase tirée d’un speech assez nuancé. Vous avez conclu que «les Belges francophones » subissent depuis suffisamment longtemps déjà la bêtise de «cette politicienne». Quelle condescendance envers vos voisins du Sud : les «Belges francophones » ne subissent pas sa bêtise. Ils l’ont élue. Ou sont-ils bêtes eux-mêmes ?

Milquet est toujours populaire. Je ne comprends pas pourquoi non plus. Mais c’est le cas pour un tas de politiciens, également dans le Nord. Je pourrais, avec la même condescendance, écrire « Pauvres Flamands qui doivent subir chaque semaine le populisme de Bart De Wever. Ou les ridicules ‘cinq minutes de courage politique’ d’Yves Leterme. Ou la xénophobie de Filip Dewinter. »

«Je voudrais d’abord rappeler que sont éligibles aux Magritte tous les comédiens belges, qu’ils soient francophones ou flamands» (Joëlle Milquet)

Vous n’avez apparemment pas trouvé nécessaire d’essayer de comprendre pourquoi Milquet s’était dite perplexe. Au contraire, vous avez vite sorti les vieux oripeaux avec votre usage grossier et paranoïaque du «sale flamand». La conclusion que vous invitiez chacun à tirer était «Milquet est une raciste».

Mais le racisme ne commence pas quand un Noir se pose des questions sur la victoire d’un Blanc dans une compétition pour Noirs. Le racisme commence quand on décide qu’il y a des compétitions pour Noirs et des compétitions pour Blancs. Après, c’est de l’adaptation.

Les francophones peuvent-ils être des Francophones ?
Dans notre pays (je veux dire : la Belgique…), ça a commencé il y a cinquante ans quand la ségrégation entre communautés a été instituée (suite à une inacceptable domination du français, il est vrai). Des politiciens ont trouvé que les Flamands devaient payer, promouvoir et organiser la culture flamande, et inversement, pour les Francophones la même chose. Votre «vision mesquine et nationaliste de la culture» n’est donc pas le fait de Milquet, elle fait partie des réalités fondamentales de notre pays.

Les acteurs culturels ont ensuite organisé un festival bien à soi dans chaque communauté parce que c’était devenu la logique du moment. D’abord pour de Vlaming, pour promouvoir les films flamands et les acteurs flamands, avec de l’argent flamand : «euro’s». La réponse fut un festival du cinéma pour le Francophone, pour promouvoir les films francophones et les acteurs francophones. Avec de l’argent francophone : «des euros».

«Les acteurs récompensés sont excellents. […] Wim Willaert et Veerle Baetens, les lauréats de cette année, sont tous deux couronnés pour des rôles en français, dans des films en français.» (Joëlle Milquet)

La ségrégation avait déjà contaminé le secteur, et gravement. Les deux communautés étaient devenues protectionnistes. J’ai ainsi eu la possibilité de travailler pour une production flamande mais je devais confirmer par écrit que j’étais bien «un Flamand». Parce que si un seul Francophone se retrouvait sur la liste de production, le subside de la Communauté flamande était annulé. J’ai pensé à mon grand-père qui a dû, en 1940, en Allemagne, prouver qu’il était «un Allemand» et non «un Juif» pour garder son job, et j’ai refusé. Une des très nombreuses différences entre notre pays et l’Allemagne nazie étant bien sûr que des Flamands ont subi la même discrimination sur des productions francophones. La ségrégation est plus supportable quand les deux grandes communautés s’y consacrent activement. Mais cela reste de la ségrégation.

Les Francophones peuvent-ils dire non ?
Dans notre pays, chacun doit se déclarer : on est un Francophone ou een Vlaming.

— Monsieur, je peux être les deux ? Ou les trois, même, je suis aussi un peu germanophone…
— Non, car le Mouvement flamand ne tolère pas de double identité, mon garçon !


De la ségrégation, donc. Et appliquée avec soin. Au Parlement bruxellois, les partis bilingues sont interdits. Quatre des fauteuils ministériels sont réservés aux Noirs, quatre autres aux Blancs. En 2007, nous avons approché l’Apartheid d’encore plus près à Bruxelles, quand le Gouvernement Flamand a voulu réserver une ristourne fiscale (jobkorting) aux seuls Bruxellois flamands. Et une meilleure sécurité sociale, et des allocations familiales plus élevées. Ceci, conformément aux résolutions de 1999 votées au Parlement Flamand par absolument tous les partis flamands.

Et ils comptaient bien les mettre en œuvre : en 2007, Yves Leterme est venu exiger que les Francophones acceptent le paquet de mesures. Et qui a dit non ? Joëlle Milquet ! C’est comme ça qu’elle est devenue «madame non» en Flandre. Pour avoir dit non à l’Apartheid, au nationalisme, à plus de ségrégation et de communautarisme. Quelle sale bonne femme ! Beurk !

Les Francophones peuvent-ils avoir des ministres (qui puissent répondre aux questions) ?
Dans votre chronique, vous demandez de quoi Milquet se mêle. Ça, c’est extrêmement gênant de la part d’un journaliste. Car elle a simplement fait ce qu’on attend d’une ministre de la Culture qui finance les Magritte : elle a répondu à des questions de députés pendant la séance légale de questions au Parlement [de la communauté] francophone. Vous trouverez le rapport en cliquant ici.

Et il y a en effet eu des questions sur la «flamanditude» de deux lauréat-e-s, Veerle Baetens et Wim Willaert. Le problème n’était pas qu’un-e Flamand-e avait gagné un prix «wallon». Car ça, c’était déjà arrivé avec Matthias Schoenaerts (meilleur acteur dans un premier rôle) et Jan Decleir (meilleur acteur dans un second rôle). Depuis, sept autres acteurs flamands avaient encore été nominés, et presque autant de compositeurs flamands. Et cela n’avait pas provoqué la moindre polémique : la plupart des Francophones étaient au contraire fiers de cette preuve d’ouverture, Milquet aussi.

«Lors de la dernière édition, en 2015, la francophone Babetida Sadjo a reçu le prix [Ensor] de meilleure actrice dans un second rôle.» (Joëlle Milquet)

La polémique est née cette année uniquement parce que deux Flamands ont été reconnus comme meilleur acteur et actrice francophone dans un premier rôle. Curieusement, les deux mêmes qui avaient été promus aux… Ensors en 2013 ! Deux Flamands connus, totalement inconnus en Belgique francophone (oui, il y a ça aussi…), on «gagné» contre quelques-uns des plus fameuses movie stars francophones : Yolande Moreau, Annie Cordy, Bouli Lanners, François Damiens, Jérémie Rénier. Seule Christelle Cornil est un peu moins connue.

Aucun de ces six Francophones trèèèèèèèèèèèèès connus n’a reçu un Magritte du premier rôle par le passé. Yolande Moreau a pourtant reçu un César du premier rôle, et deux autres dans un second rôle, excusez du peu ! François Damiens et Annie Cordy n’ont encore jamais eu la reconnaissance de leur propre communauté via un Magritte. À propos d’Annie Cordy, Ciné-Revue écrivait avec espoir : «Côté féminin, Annie Cordy s’annonce comme la favorite pour sa prestation dans ‘Les souvenirs’, face à Veerle Baetens, Christelle Cornil et Yolande Moreau.» Cela aurait aussi couronné une carrière incroyablement longue. Mais non.

Capture d’écran 2016-02-26 à 14.53.05

Un peu de patriotisme sur la page de Veerle Baetens : elle n’est pas belge mais seulement flamande…

Les Francophones ont-ils le droit à un peu d’autosatisfaction ?
Cela dit, une communauté n’a pas besoin d’identité. Ça, c’est du nationalisme. Mais un peu d’autosatisfaction, de confiance en soi, ça ne mange pas de pain. Surtout quand cette communauté est si souvent dépeinte comme inefficace, incapable ou paresseuse par des politiciens et des intellectuels éminents de la communauté supérieure en nombre.

Les Francophones sont confrontés au quotidien à une marque nettement plus forte, La Flandre. Suffisamment forte pour envoyez Axel Hirsoux à l’Eurovision, par exemple. Oui, c’était aussi un beau signe d’ouverture. Mais la Flandre est aussi très forte pour qualifier ses propres artistes de «flamands» (au lieu de «belge») sur Wikipedia, par exemple. C’est le cas pour… Veerle Baetens.

«Je ne remets aucunement en cause les qualités artistiques et le signal d’ouverture. Je m’interroge toutefois sur la nécessité qu’il se soit manifesté dans de telles proportions.» (Joëlle Milquet)

Flamand peut donc qualifier une personne. Francophone, par contre, ne qualifie que la langue qu’on parle. C’est une qualification par défaut. Les Francophones essaient depuis des années de donner un sens citoyen à leur qualificatif, sans succès. Ce n’est tout simplement pas leur truc. Donc, quand même leurs meilleurs acteurs «perdent» contre des acteurs de la communauté qui possède une identité plus forte, ils deviennent… perplexes.

C’est alors qu’affluent les questions les plus diverses, pertinentes ou non, parfois teintées de pensées identitaires : les Francophones sont-ils moins bons ? Les acteurs flamands ont-ils plus de talent ? Faut-il améliorer la formation au Sud ? Les jurys francophones ont-ils un peu trop tendance à voter pour des artistes flamands pour mieux personnifier la Belgique, ou la sauver ? Certains membres du jury ont-ils voté, non pas pour les acteurs flamands, mais contre des acteurs francophones trop connus qu’on voit déjà suffisamment souvent ?

Y-a-t-il trop peu de Francophones qui jouent ou peuvent jouer en Flandre ? Est-ce dû à leur néerlandais approximatif ? La Communauté française chérit-elle si peu ses propres «enfants» ? À quoi servent des awards francophones si même les acteurs les plus connus de la communauté ne peuvent en obtenir ? Le maigre budget culture francophone sert-il désormais principalement à promouvoir des acteurs flamands ?

Et a-t-on oublié que les prix du cinéma ont peu à voir avec l’art (qui ne connaît pas de frontière linguistique ; il n’y a pas de «meilleur» artiste qui soit), et tout à voir avec la promotion, la communication, le business ?

Des questions en rafale. Les politiques ne pouvaient pas les ignorer.

Les acteurs francophones peuvent-ils exister ?
Mais il ne s’agit pas de gloriole : un tel prix augmente les chances du gagnant ou de la gagnante. Il ou elle sera plus souvent susceptible d’être casté-e, d’obtenir un rôle. De nombreux acteurs culturels francophones regrettent que ce sont toujours les dix même qui sont nominés. Un Thomas Blanchard, par exemple, magistral dans le premier rôle de Préjudice, ne l’a pas été, contrairement à Arno Hintjens, pour son interprétation d’une sobriété impressionnante dans un second rôle, et dans le même film. Les talents oubliés ont alors tendance à se dire : pour une fois qu’il y avait des nouveaux venus parmi les nominés pour un premier rôle, ils venaient de Flandre !

«La Fédération Wallonie-Bruxelles compte toutefois des talents importants et notre premier devoir est de les faire connaître.» (Joëlle Milquet)

Tout cela dans un contexte où les acteurs francophones ont encore plus de mal à s’en sortir que leurs homologues flamands. L’artiste wallon rêve du monde télévisuel flamand où (selon uGent) 74 % des acteurs ont obtenu un rôle payé au cours d’une seule année. Ça ressemble au paradis. La pauvreté relative, mais souvent sensible, du Sud, ne touche pas seulement les acteurs mais pratiquement tous les professionnels de l’audiovisuel. Le budget de la VRT est deux fois plus élevé que celui de la RTBF. Et même la publicité ne met plus de beurre dans les épinards. Elle rapporte 23 €/1000 contacts en Flandre, seulement 19 en Belgique francophone. Sans compter que les chaînes flamandes recueillent 84 % de l’audience sur son territoire, contre seulement 55 % pour les chaînes francophones, les chaînes françaises étant toujours très populaires à Bruxelles et en Wallonie.

Bref, bien moins d’argent est en nous. Et moins d’espoir. Certains quittent le pays parce qu’il n’y a «plus rien à faire ici». La culture est un beau mot. Mais l’artiste doit aussi gagner sa croûte.

«Je n’aimerais pas laisser à penser que notre Fédération n’a pas suffisamment de talents, alors que nos acteurs sont immensément talentueux.» (Joëlle Milquet)

Un Magritte est alors un atout attrayant sur la route du succès. Et en 2016, il est apparu que l’on promouvait soit des Francophones déjà très (trop) connus, soit des nouveaux venus, mais de Flandre. Des acteurs francophones bourrés de talent se demandent alors si les prix de leur communauté leur servent à quelque chose. Ils sont issus d’écoles et de conservatoires francophones, payés par leur famille au travers des impôts, organisés par leur communauté sous la responsabilité de leur ministre Joëlle Milquet. Ils entendent régulièrement que la Flandre est autre chose, que les Flamands font mieux — oui, ils se diront ça même en lisant votre chronique. Alors, vous comprendrez qu’une série d’acteurs, techniciens, écrivains, qui sont plus souvent au chômage que leurs concitoyens flamands, soient un peu amers ?

Les Francophones peuvent-ils encore débattre de leurs prix culturels ?
La contestation fut immédiate, mais elle resta discrète. Parce que protester contre les Magritte de Veerle et Wim donnait l’impression qu’on plaçait des gens dans des cases. Parce qu’il était difficile d’expliquer tout ceci proprement. Parce que personne ne voulait envoyer un signe négatif au jury : c’est fantastique que des talents flamands participent à des films francophones et puissent emporter des Magritte chez eux, et il faut que ça continue. Mais la communauté qui décerne ces prix et à laquelle ils sont destinés doit rester au cœur de l’événement. C’est aussi le cas pour les Ensors, les César, etc. Sinon, l’amertume, la peur, ou d’autres sentiments négatifs apparaissent.

De ce fait, seuls deux articles critiques sont parus. « Comédien francophone, une espèce menacée », par Jacques De Decker, écrivain. Et « Malaise aux Magritte » par Fernand Denis, journaliste. Mais le débat se poursuivit en sous-sol. Deux députés (PS et CDH) ont trouvé que l’affaire Magritte méritait un débat public. À juste titre. Mais dans sa réponse, Joëlle Milquet n’a pu que constater que les votes de 800 membres du jury avaient amené un résultat remarquable, inattendu, et bien sûr, controversé. Peut-on éviter qu’une telle chose se répète ? lui a-t-on demandé. Et elle a constaté qu’on pouvait y arriver, en abattant le mur entre les deux communautés. C’est ça, votre mesquinerie nationaliste, Bart ?

«Quant à la polémique provoquée par l’ouverture des Magritte du cinéma aux talents flamands, je pose la question de l’opportunité de fédérer les initiatives que sont les Ensor et les Magritte et de fêter le cinéma belge lors d’une cérémonie commune. Ne serait-il pas judicieux de promouvoir le cinéma belge talentueux des deux côtés de la frontière linguistique?»

Bart, pourriez-vous demander à Geert Bourgeois — qui a aussi trouvé la perplexité de Joëlle Milquet épouvantable — s’il serait ouvert à une telle célébration commune ?

Je pense que ce ne sera pas pour tout de suite…

Entretemps, chaque communauté organise ses propres prix du cinéma. L’objectif est pour chaque groupe linguistique de mettre plus d’artistes au travail. De vendre plus. De créer plus d’opportunités d’emploi. Et bien sûr, d’exacerber la fierté de chacun des deux petits peuples. Les régionalistes et les autonomistes l’auront voulu. D’ailleurs, Veerle Baetens avait elle-même l’air perplexe : «On est aux Ensors, ici» ? a-t-elle souri en recevant le Magritte.

On pourrait répondre «Non, Veerle». Parce qu’aux Ensors, aucun Francophone n’a jamais reçu un Ensor du meilleur acteur dans un rôle principal. Un doublé similaire à celui des Magritte est peut-être même impensable. Vous trouverez ci-dessous la liste des nominations «transcommunautaires» des deux côtés de la frontière linguistique.

En ce qui concerne Joëlle, il fallait qu’elle vide l’abcès. Parce que derrière cette agitation silencieuse, il y avait de la peur. Une peur existentielle. La question de savoir si les Francophones peuvent exister en tant que communauté. S’ils peuvent de temps à autre être un peu patriotes, sachant qu’ils ne savent toujours pas ce que leur patrie pourrait être — en dehors de la Belgique. Et qu’ils se sentent fragiles à côté d’une Flandre (trop) mûre où langue maternelle rime un peu trop avec mère patrie. Et où le plus grand parti se bat déjà aujourd’hui pour une scission de la sécurité sociale, ce qui signifierait la fin de la Belgique.

Mais ça, on peut encore le corriger. Pourvu que l’éditorialiste flamand pense un peu moins flamand. Et s’informe correctement avant de clouer quelqu’un — même Milquet — au pilori. Et j’ai confiance. Car plus est en vous, cher Bart !


Acteurs francophones primés (en gras) et nominés aux Ensors.

2010 : –
2011 : –
2012 : –
2013 : Mourad Zeguendi, second rôle.
2014 : –
2015 : Babetida Sadjo, second rôle, Jérémie Rénier.

Acteurs flamands primés (en gras) et nominés aux Magritte.

2011 : Jan Decleir, second rôle.
2012 : Matthias Schoenaerts, premier rôle.
2012 : –
2013 : Matthias Schoenaerts.
2014 : Sam Louwyck, Jan Hammenecker.
2015 : Manah Depauw, Evelien Bosmans.
2016:  Wim Willaert, premier rôle, Veerle Baetens, premier rôle, Arno Hintjens.

Musique :
Un an sur deux, le Magritte de la meilleure musique originale est allée à un-e Flamand-e (3), sur sept nominations. L’inverse ne s’est jamais produit.

Autres : Nathalie Leborgne a obtenu un Ensor (costume), Catherine Marchand une nomination et un Ensor (costume), l’inverse ne s’est jamais produit. Hubert Pouille, deux Ensors (direction artistique/décor), dont un la même année qu’un Magritte pour le même film. L’inverse ne s’est jamais produit. Nicolas Karakatsanis a été nominé aux Magritte pour la meilleure image, pour Rundskop.

Benchmarking : 17 Flamands aux Magritte, 8 Francophones aux Ensor, en ne comptant que les catégories communes aux deux.

Previous De Magritte’s en Milquet… Bart Eeckhout, mogen de Franstaligen nog bestaan ?
Next L’avenir de Bruxelles est masculin, blanc et néerlandophone.

You might also like

80 Comments

  1. Salade
    mars 07, 00:15 Reply
    Je m'en fous complètement aussi
  2. Lel
    mars 07, 05:25 Reply
    S'il y a moins de francophones aux Ensors, c'est très probablement que peu parlent le néerlandais correctement. Le fait que les Francophones aient des difficultés à vivre de leur art ne doit pas occulter la dimension première: la qualité d'une interprétation d'un film donné. Et cela ne signifie pas bien sûr que les Francophones aient moins de talent que leurs homologues néerlandophones. Par ailleurs, cette notion de "meilleur acteur et actrice "francophone" dans un premier rôle" me met mal à l'aise. Si on avait eu des acteurs français à la place des deux élus flamands, la polémique aurait-elle été la même, possible mais pas sûr.. pas sûr du tout. Bref, Milquet a eu tort, et tout le reste, soit le côté historique et social, n'ont pas à rentrer en ligne de compte dans ce cas-ci. L'art n'a rien à faire avec la politique, les problèmes communautaires et tout le reste.
    • Marcel Sel
      mars 07, 10:14 Reply
      C'est exactement là que vous vous trompez : les Magritte ne sont pas une activité artistique mais une activité commerciale, tout comme l'ensemble des prix qui distinguent certains artistes plutôt que d'autres. Il n'y a pas de "meilleur acteur", il n'y a pas de "meilleur" en art. Moi ce qui me met mal à l'aise, c'est la séparation linguistique de la culture en Belgique, en général. Après, il est parfaitement normal que ceux qui sont censés payer l'événement, à savoir les contribuables de la communauté française en l'occurrence, se retrouvent dans le résultat.
      • Renal de Waterloo
        mars 14, 16:51 Reply
        "Moi ce qui me met mal à l’aise, c’est la séparation linguistique de la culture en Belgique, en général"... Il n'y a pas de demande pour une offre culturelle allant dans ce sens tout simplement... Prenez l'exemple du film flamand Loft sorti en 2008 (bon film en plus!): succès total en Flandre et déprogrammé après 2 semaines en Wallonie. La culture néerlandaise n'intéresse personne en Wallonie (et vice-versa: les Flamands n'ont que peu d'intérêt pour la culture française). Aucun jugement de valeur sur l'une ou l'autre, c'est comme ca. Ils ont leur culture, nous avons la notre: pas de changement a l'horizon...
  3. Tournaisien
    mars 07, 08:50 Reply
    C'est nouveau ce scoop ? Ca fait cinquante ans que ça dure !
  4. moinsqueparfait'
    mars 07, 09:55 Reply
    Les Wallons, eux, ont l'honneur de pouvoir exister subrepticement, mais uniquement dans le rôle du con au dîner de cons. Ce petit monde brusselleer autoréréfentiel et autoréférencé le leur a encore bien fait sentir à coup de blagues douteuses dont vous n'avez pas parlé. Alors quand les "frankeuføhn" ne veulent déjà pas se respecter eux-mêmes, de fait, il n'y a pas la moindre chance qu'ils le soient par d'autres. Il n'y a qu'une seule bonne chose à faire avec ces Magriet: leur couper les vivres définitivement. Ces Magriet, c'est vraiment le gala de catch à la ducasse du village avec les majorettes, la remise des coupes en plastique passées au spray poudre jaune, la fanfare du coin qui joue des jingles extraits de John Williams, et tout et tout. Tellement bien fait qu'ils s'y croient tous réellement. Le festival des crétins des Alpes. Notre capitale culturelle est Paris. C'est comme ça. Mais si vous persistez dans l'illusion de la "belgique francophone", à défaut de "belgique tout court", c'est votre droit. On dirait que vous aimez être déçu. Je vous préviens: si vous aimez être déçu, vous ne serez jamais en manque tant que la belgiek existera.
    • Marcel Sel
      mars 07, 10:16 Reply
      Vous trouvez que les Bruxellois sont arrogants et vous voulez avoir Paris pour capitale. Mouhahaha. Allez faire un tour en province française et écoutez ce qu'on y dit des Parisiens. Vous êtes décidément trop drôle !
      • denis
        mars 07, 10:44 Reply
        Pourtant les talents Wallons y sont mieux appréciés....
      • Jester
        mars 07, 12:03 Reply
        Laissez tomber Marcel, ce wallon est un peu foufou. C'est pour ça qu'on les aime aussi!
        • moinsqueparfait'
          mars 08, 10:13 Reply
          Tiens, revoilà notre franquillon persifleur. Une ligne de réplique. Cela n'a pas été trop difficile, cher "compatriote"? T'est sauvéï, jester; Beliris va sauver le théâtre de tooooone. Ta kultuur admiréï dans le monde entchiéï va surviiif'! Après ça, tous les tunnels peuvent s'ffondrer, l'essentiel est sauf.
        • u'tz
          mars 09, 23:17 Reply
          @Moins' les tonnels de bxl c'est pour vous les flamands et les wallons "tooooone" c'est du cultunel bxlois et c'est pour nos ontes
      • moinsqueparfait'
        mars 07, 20:45 Reply
        Je ne dis pas ce que je veux avoir Paris pour capitale culturelle, je dis qu'elle l'est. Vous ne m'apprenez rien sur ce qui se dit à propos des Parisiens. Ca n'a aucun rapport Ca ne change strictement rien au fait que les Magriet du cinéma sont vraiment le moment-culte de l'année en termes d'autocélébration de la belgitude nombriliste dans tout ce qu'elle fait plus plouc provincial, autosatisfait et pitoyable. Croyez-vous que je sois le seul à le dire? Brussel, c'est la capitale kultureel des Wallons qui n'ont pas réussi à Paris et ont gommé toute wallonitude histoire de faire bien belch pour se faire admettre, parce qu'ici, le local et le terroir on apprécie, sauf quand c'est wallon. Quelque part, c'est vrai qu'ils sont favorisés: les méridionaux qui n'ont pas réussi à Paris (en fait "Paris", ce n'est pas Paris, c'est l'endroit où vous percez quand vous comptez dans toute la francophonie), ils n'ont pas leur cérémonie des Nougats-awards en plastoche pour avoir l'illusion d'une aura "nationale". Je note que les blagues sur les Wallons ne vous font nullement réagir. N'allez pas croire que j'aie du mal à en dormir, je frappe sur le clou car je constate que dans ce genre de toute petite messe d'un tout petit monde de gens franchement beaucoup plus petits qu'ils ne le croient, des blagues sur le podium visant les nouveaux Belges ou les Flamands, c'est inconcevable. Par contre, quand ça vise les Wallons, là c'est concevable. Moi, j'en tire des enseignements politiques et d'autres aussi, croyez-moi. Tous ces crachats en l'air successifs retomberont sur le nez de ceux qui les font. Croyez-moi. Pour rappel, tout ce petit monde cultureux subsidié l'est par une institution en voie d'extinction qui est censée faire ce qu'elle ne fait pas actuellement: servir et représenter une population formée par 3/4 de Wallons et 1/4 de Bruxellois. Il faudra bientôt se contenter du quart du morceau ou se réabonner chez les VL (mais je crois que certains préparent justement le terrain...). Et ce n'est pas pour dans 20 ans.
        • Jester
          avril 07, 10:37 Reply
          je me fous de votre avis, puisque vous êtes atteint d’un délire de persécution. Personne de raisonnable ne marginalise et ne déteste les wallons. Il n’y a que vous qui le croyez, tout en déversant votre fiel à tout va sur les non-wallons… c’est tellement gros qu’on dirait… un flamingant. Quant au djihadisme: il n’est pas flamand, il est belgo-marocain essentiellement. Le véritable problème dans notre pays ce sont les hurluberlus comme vous: coincés ad vitam dans les polémiques belgo-belges flamands v wallons. Le monde a évolué et les défis actuels de notre société n’ont plus rien à voir avec les « enjeux » des relations intercommunautaires en Belgique. Pourtant, il n’y a que ça qui semble occuper nos dirigeants, hélas. Vous et vos avis sont devenus inutiles, des boulets que nous traînons collectivement et qui ne font que détourner l’attention des réels problèmes auxquels font face les belges, particulièrement ceux qui travaillent et vivent dans les villes que vous citez. Méditez-donc là-dessus, [insulte directe effacée pour favoriser un débat respectueux. NOTE DU CENSEUR SEL].
          • u'tz
            avril 08, 02:08
            chouette Jester on sent que votre travail sert la société, société exempte de tout problème belgo-belge, soyez vlaamse wijze mon cher vous verrez probablement plus clair que tout le monde sur le jihadisme... et certainement sur "les « enjeux » des relations intercommunautaires en Belgique"
      • Renal de Waterloo
        mars 08, 00:35 Reply
        Vous pouvez ironiser mains moinsqueparfait' a raison: Paris est la capitale culturelle de la Wallonie. Tout artiste wallon un peu sérieux et ambitieux brigue Paris et pas les Magritte de Brussels qui prime des flandriens pour honorer la culture française (fallait oser la faire celle-là: only in Belgium!). Notre culture est française, c'est comme ca et ca ne changera pas. On remerciera finalement Charlie Dupont, "artiste" en charge de la présentation de cette kermesse médiocre, pour ses vannes lamentables sur les Wallons (75% de la francophonie "belge", juste pour information). Le bougre serait né a Tournai selon sa page Wikipédia: "C'est du belge".. Non merci!
      • Paul LAURENT
        mars 08, 14:19 Reply
        Les Wallons, c'est juste bon lorsqu'on a grand besoin de refinancer sa région. Je rejoins en tous points le commentaire de "moinsqueparfait", la présentation de ces Magriet était une insulte pour eux (et ne me dites pas qu'il s'agissait d'humour) La véritable reconnaissance culturelle pour un wallon est à Paris; pas dans la capitale de la communauté française
        • Marcel Sel
          mars 09, 13:25 Reply
          Je n'ai pas non plus trouvé l'humour de CD intéressant. Mais il n'est pas "Bruxelles" et il n'est pas "Les Magritte".
        • moinsqueparfait'
          mars 09, 15:49 Reply
          @Paul Laurent & Renal: Le pire, dans cette histoire, c'est qu'elle est vraiment révélatrice d'un mépris enraciné et institutionnalisé. Quand vous le faites remarquer à ça ce petit monde, ils tombent carrément des nues! Ils se demandent d'où ça sort que quelqu'un fasse des remarques sur le fait que "le Wallon", en "belgique francophone", joue le rôle du "bougnoule de service" alors qu'il est censé représenter 75% du public-cible. Et quand vous leur expliquez qu'il y a comme un stuuut... rien, encéphalogramme plat, ils ne comprennent même pas de quoi vous voulez parler. Le flingage de la Communauté française et de la petite jet-set cultureuse frankoföhn est la seule solution à envisager dans un avenir immédiat. Il n'y a plus rien à en attendre. La "belgique francophone" est coûteuse, nuisible, irréformable et fière de l'être. Nous n'avons pas les moyens d'alimenter ce genre de zozos qui nous crachent à la figure et iront de toute façon demander leurs chèques ailleurs et nous abandonneront comme de vieilles chaussettes quand nous serons complètement à sec. Et en effet, il s'agit également de Wallons "montés à Brussel", qui sont souvent les pires comme on dit souvent des "convertis"... Ce n'est en rien une excuse, loin de là! Nous avons deux conservatoires en Wallonie, des académies, des écoles, des salles de concert, des théâtres, il y a largement assez de lieux d'exposition et tout un patrimoine et des artistes qui ne réclament que d'être mis en valeur. Les principales craintes sont, comme toujours, infondées car relevant de la psychologie. Beaucoup d'artistes ou de promoteurs-producteurs croient qu'ils se privent d'une audience s'ils ne sont pas à "Brussel". En réalité, en s'enfermant là-bas, ils s'enferment dans un petit monde qui tourne en rond et qui n'est absolument pas ouvert sur le monde, justement. Notre monde, c'est aussi et surtout le reste de la francophonie et la France voisine, et pas l'enfermement dans le fantasme obsessionnel de 19 communes où toute personne déjà sortie de chez elle devrait se rendre qu'il y règne une mentalité de village complètement à l'opposé de l'universalisme multiculturel qu'on nous vend (mais qu'aucun étranger ne remarque, bien au contraire...). Pas besoin de planter des drapeaux wallons et de "walloniser" tout. Il suffit de miser sur la qualité et l'exigence. Regardez le musée de la photo à Charleroi: en fait, il n'est pas très bien situé, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, les gens viennent quand même car la qualité est là, tout simplement.
    • coppola
      mars 07, 16:11 Reply
      Réponse digne d'un RWF? Question diner de cons, là vous en donnez une démonstration brillante. Lamentable et on comprend pourquoi, heureusement, vous n'avez aucun avenir!
      • Renal de Waterloo
        mars 15, 14:20 Reply
        Sans rentrer dans le débat rattachistes vs. reste du monde (débat qui n'est de toute façon pas a l'ordre du jour), qui peut objectivement nier que Paris est la capitale culturelle des Wallons?
      • moinsqueparfait'
        mars 17, 02:00 Reply
        Que vient faire le RWF là-dedans? Pour tout vous dire, j'ignore même s'ils existent encore. Cela étant, la capitale culturelle des Wallons est Paris et non Brussel. Ce n'est pas parce que ça vous choque ou bouleverse toutes vos certitudes que ce n'est pas vrai. Un Wallon à Paris est totalement transparent et non identifié. Dès qu'on descend en dessous de Lyon, il est perçu comme quelqu'un "du nord" tant qu'il n'a pas dit d'où il vient. À Brussel, comment est-il perçu? Sans même s'en rendre compte tant ils ont intégré ce comportement, nos amis des Magriet ont fourni la réponse. Comment cette ville pourrait-elle être leur "capitale", comment pourraient-ils s'identifier à elle? Le seul rôle de référence qui puisse tenir conceptuellement est le rôle de capitale de la Belgique mais la Belgique, c'est (en principe et à la grosse louche) 60% de Flamands, 30% de Wallons... et seulement 10% de Flamands francisés, Wallons honteux "montés à la capitale" et Nouveaux Belges©. Cette troisième catégorie ayant la furieuse tendance à croire que ses 10% comptent 10 fois plus au motif que "la Belgique sera bruxelloise ou ne sera pas" (c'est pas moi qui l'ai dit), récoltant donc logiquement la défiance des deux autres, et l'État belge devenant de moins en moins consistant, même cette dernière option est à l'agonie.
    • Pfff
      mars 07, 16:49 Reply
      Je crois aussi que les petites blagues sur les cas-socs wallons ont fait un peu effet kiss-cool.
  5. Hansen
    mars 07, 10:54 Reply
    "Au parlement bruxellois les partis bilingues sont interdits". Pourquoi les partis francophones ont-ils accepté une pareille ineptie?
    • Marcel Sel
      mars 08, 01:32 Reply
      Parce que la communauté Française courait à la faillite après que les négociateurs se sont fait dépasser par les Toshiba vous de Jean-Luc Dehaene. C'était accepter ça où se retrouve avec un enseignement digne du Dagestan. Et encore.
      • hansen
        mars 09, 07:29 Reply
        C'est pourquoi les bruxellois d'origine ne votent plus. Un bruxellois est naturellement bilingue et n'est pas représenté au parlement de sa région par des unijambistes linguistiques.
        • u'tz
          mars 09, 23:21 Reply
          certaine langue ne sont pas des jambes, juste des genoux, et encore juste le genou droit
  6. Laurent
    mars 07, 12:11 Reply
    Il parle de capitale culturelle, Monsieur Sel, et il a ma foi raison. C'est d'ailleurs à Paris que nos acteurs sont primés, et pas à Bruxelles, comme l'excellente Yolande Moreau que vous citez. Je comprends la perplexité de Joelle Milquet et je la partage. La véritable reconnaissance sera donc le Cesar pour le Belge francophone, et c'est sans doute logique.
    • u'tz
      mars 09, 23:23 Reply
      oui le césar du belge la plus brave
  7. u'tz
    mars 07, 13:30 Reply
    "Dans notre pays (je veux dire : la Belgique…), ça a commencé il y a cinquante ans quand la ségrégation entre communautés a été instituée (suite à une inacceptable domination du français, il est vrai)." <strong>"(suite à une inacceptable domination du français, il est vrai)"</strong> perso j'ai du mal à suivre chaque fois que je lis ces purs mensonges: -suite à... -inacceptable -domination du FR -il est vrai pourquoi toujours faire un petit bisou de propagande flamingantoche aux locuteurs d'une langue qui a été promut par la majorité des belges et largement développée par la calotte et les socialos au xixe et les envahisseurs pangermanistes et/ou nazis au xxe
    • Marcel Sel
      mars 09, 13:09 Reply
      Aucun bisou de propagande, le simple constat qu'en 1960 encore, les 200 plus grandes entreprises de Flandre avaient comme langue véhiculaire du staff le français. Merci, bonsoir.
      • u'tz
        mars 09, 16:11 Reply
        Faites le même constat linguistique en 2016, et... où est l'FR par rapport au NL, sans parler d'élément de géographie de siège ou de l'EN dans la capitalisme
      • u'tz
        mars 09, 22:09 Reply
        "langue véhiculaire du staff le français" 1960 langue véhiculaire du staff en 2016 ? très probablement pas le FR langue véhiculaire (weliswaar enculaire) du staff au "Fédéral" en 2016, le NL oui ou non ? "(weliswaar na een onaanvaardbare dominatie van het Frans)" au moins en NL ça ne fait pas en apparence aussi purulent de pur pus flamingant dans la plaie de la soumission FR en belgique pour vous Marcel : "(suite à une inacceptable domination du français, il est vrai)" = "simple constat" (1960) je retire le "petit bisou de propagande flamingantoche" (2016),"gros baiser juteux aux lépreux" majoritaires du nationalisme flamand du grand véhicule(1960et2016) serait plus juste
      • Renal de Waterloo
        mars 14, 17:01 Reply
        ... avec certainement un staff 100% flandrien donc local. Si ces gens parlaient Français, grand bien leur fasse mais ce problème intra-flamand ne concerne aucunement les Wallons. Remarquez que maintenant, il faut jouer serré pour obtenir un emploi a Brussels (je ne parle même pas d'emploi en périphérie flamande, le Wallon y est persona non grata de base) si vous n'êtes pas flandrien de naissance. Mais chut, sujet tabou au Belgium...
    • u'tz
      mars 09, 22:21 Reply
      <strong>"les Francophones peuvent-ils encore exister ?"</strong>... "suite à une inacceptable domination du français, il est vrai" "les NL peuvent-ils encore exister ?"... "suite à une inacceptable vidange de l'économie FR(cf la langue véhiculaire des staffs d'NL en 1960 et l'économie W d'avant le fédéralisme), il est vrai" "les NL peuvent-ils encore exister ?"... <strong>"suite à une inacceptable éradication du FR minoritaire en VL, il est vrai"</strong>
    • u'tz
      mars 09, 23:01 Reply
      <strong>"ça a commencé il y a cinquante ans quand la ségrégation entre communautés a été instituée"</strong> bon Marcel, suis pas sûr perso que ça n'a commencer qu'il ya 50 ans (quoique 50ans, ça met bien en cause les flamingants d'aujourd'hui, voire les NL, puisque c'est eux dans l'"H"istoire de ce pays qui ont imposé le communautaire là où l'objet de leur vindicte-les FR- ne voyait que du régional) ps(wallon): ce qui "m'a tuer" c'est votre facilité à transmettre le paradigme flamingant, et votre bonne conscience à le transmettre
    • u'tz
      mars 10, 00:57 Reply
      @ Marcel au moins dans la tête : refuser tous les petits bisoux de propagande flamingantoche lamentables car totalement construite par les dominants (en fait depuis toujours les bilingues NL, FR sans problème avec la volkstaal) ne plus jamais y voir "une inacceptable domination du français"... c'est tellement pas belge ! vous êtes quoi si vous dites ça... ben un con d'FR suppôt de la propagande NL
    • coppola
      mars 10, 09:20 Reply
      Par simple soucis de la vérité historique et en évitant le point Godwin!!!
  8. denis
    mars 07, 13:31 Reply
    "Et où le plus grand parti se bat déjà aujourd’hui pour une scission de la sécurité sociale, ce qui signifierait la fin de la Belgique." J'espère grandement que nous y arriverons. A moyen terme la fin de la Belgique est la seule façon, pour la Wallonie, d'enfin exister.
  9. Stéphane Dohet
    mars 07, 17:40 Reply
    Les fronkeufeunes, je ne sais pas, mais à lire Marcel, les Wallons, eux, n'existent tout simplement pas.
  10. Capucine
    mars 07, 19:30 Reply
    Je me sens de plus en plus une immigrée dans mon petit pays et quand je vais en France,je reste la Belge qui mange des frites et puis des moules .. Parfois,j'ai envie de m'inventer un autre pays où je serais un humain !
    • u'tz
      mars 09, 23:11 Reply
      @Cap' regarde le p'tit quinquin sur arte et tu verras notre pays, enfin ce qu'il aurait été s'il n'était pas notre pays, très amusant les flics flamands en version FR d'RF... ici la propagande NL prétend que les FR leur ont fait subir la shoah culturelle jusqu'en 1960... (en plus on reste dans le cinéma d'hauteur, c'est le sujet de ce post, non?)
  11. MUC
    mars 07, 21:33 Reply
    Monsieur Sel, Veerle BAetens "seulement Flamand" ? Voilà.... http://www.unionbelge.be/?p=7928 Une très bonne Belge.....
    • Marcel Sel
      mars 09, 13:15 Reply
      Cher MUC, je n'ai jamais dit le contraire, je note que sur sa page Wikipedia en NL, elle est présentée comme "Vlaamse actrice". Sur la page en français, elle est "actrice belge". Tout ça pour dire simplement que la communauté flamande sait insister sur la logique ségrégationniste belge, mais ne l'accepte pas quand ça vient de l'autre communauté.
      • thomas
        mars 10, 10:58 Reply
        "Tout ça pour dire simplement que la communauté flamande sait insister sur la logique ségrégationniste belge, mais ne l’accepte pas quand ça vient de l’autre communauté." Euh, depuis quand l'opinion de Bart Eeckhout représente celle de toute la communauté flamande? Renseignez-vous et MDR!
      • MUC
        mars 10, 19:38 Reply
        Vous savez très bien que les "pages Wikipedia", tout le monde peut y ajouter / changer des adjectives. Il n'y a aucup preuve que "la communauté flamande sait insister sur la logique ségrégationniste belge, mais ne l’accepte pas quand ça vient de l’autre communauté". Si un artiste Wallon veut se présenhttps://nl.wikipedia.org/wiki/Dardenneter comme "un artiste Wallon", ça ne pose pas de problèmes. Les frères Dardenne, par exemple : https://nl.wikipedia.org/wiki/Dardenne, "WAALSE fimmakers" Laissez-moi vous surprendre de nouveau : Veerle va se déménager, elle quitte la Flandre pour ... la Wallonië !
    • u'tz
      mars 09, 23:26 Reply
      sous-titre : quand MUC dit: "Une très bonne Belge…..", il veut dire une "mauvaise flamande"
  12. Wallimero
    mars 07, 23:29 Reply
    @ Marcel, Alléi, tout est bon pour nous chanter le vieux refrein de mettre dans la même phrase le mouvement flamand avec l'apartheid, la ségrégation et la persécution des Juifs par le Nazisme, dans le monde de pub, même si on dit que ce n'est pas vrai, ça peut coller quand-même, hein Marcel? et tout cela pour nous dire quoi? "Mais la communauté qui décerne ces prix et à lequelle ils sont destinés doit rester au coeur de l'évènement". Eigen volk Eerst! Marcel Sel et Philippe De Winter, même combat: c'est quoi la différence avec "Mais la communauté qui organise une protection sociale et à laquelle elle est destinée doit rester au coeur de cette protection"? Tu qualifies toi-même tes Machins comme source additionelle de revenus bien nécessaire pour les "artistes" francos! Marcel Sel = Vlaams Blok Mais soit, tu t'indignes qu'un journaliste flamand ose énumérer pas mal de positions douteuses de la ministre, mais tu t'en fiches que ton cher député-bourgemestre PS ose déclarer au Parlement: "Des questions sur la logique qui prévaut à l'élection d'acteurs flamands dans une cérémonie qui veut célébrer le cinéma belge se posent déjà." Comme quoi la gauche franco se croit encore en 1890. Car c'est bien ça le problème. Tu prends un article d'un flamand pour nous faire tout un baratin sur le walhalla perdu. La Ségrégation raciale? Qué? Ta comparaison est totalement nulle car ici ce seraient les Noirs qui auraient demandés d'être séparés des Blancs. Ce sont les francos qui sont à l'origine de la ségrégation lingquistique, mais bien-sûr cette touche de couleur locale fait tache dans ta vision noir-et-blanc. mais oh qu'on est ouvert d'esprit et tellement intergalactiquement humaniste, ah oui, on écrit bien que tous les belges sont éligibles, mais dans cette Belgique les flamands doivent connaître leur place, celle du second rôle, bien-sûr... Ils peuvent gagner, mais pas trop hein. à part ça, on proclame plein de principes, mais on fait le contraire, et méchant populiste nationaliste qui ose dire le contraire! On aime Bruxelles, la ville de couleurs, c'est pour ça qu'on l'appele BXL en Capitales unlingue franco... quelle hyporcrisie institutionnalisée evidemment qu'il faut refédéraliser! c'est la panacée universelle! bien que visiblement cela ne marche pas, bien souvent plus encore à cause d'une différence en "culture financière"... - de la croix rouge à la fédération des organisations musulmanes - peu importe, tous veulent se scinder! en fait il n'y presque que le PTB et la royauté qui sont encore nationaux, et aucun des deux n'est un grand exemple de démocratie... même Groen-Ecolo préfère garder ses distances. Et c'est quoi ce bins de peur existentielle? Il y a deux billets tu nous réchauffes le truc que tu nous sors depuis quelques années: ne vous inquitez pas! Il y a des spécialistes qui travaillent au grand secret à la sauvegarde du peuple franco belge! Mais bon, tout cela est tellement secret qu'on peut pas en parler... et maintenant on a droit à la peur doit être existentielle? bof, remarque, ça veut dire probablement dire que tes socialos très démocratiquement sont en train de maçonner le seul tunnel bruxellois qui doit vraiment tenir: celui qui doit sauver leur portefeuille en vendant le restant de la population au PS français, et pour les autres la même chose! Faudra vous dépécher. Pas sûr que le FN sera aussi accomodant... Pas joli Marcel, vraiment pas joli VV
    • Marcel Sel
      mars 09, 13:18 Reply
      Je vois que tu es toujours aussi fort pour tout mélanger. Dommage qu'un tel esprit soit monopolisé par la propagande. Mais bon, c'est drôle à lire de temps en temps.
      • Wallimero
        mars 12, 22:19 Reply
        @ Marcel, de la contre-propagande si tu veux, tes textes seraient amusants si ce n'était pas si dramatique. Toute cette "élite" qui fait de son mieux pour protéger la mainmise du système PS sur toute une population qu'elle doit garder en pauvreté pour s'enrichir, et toi tu es le premier sur les barricades pour éviter que quelque chose ne change, méchants ceux qui veulent changer ses systèmes sclérosés. oh oui tu penses! ça te fait bien quelqu'un! même quelqu'un qui pense tellement que lui il peut dire qu'il n'est personne! tout un monsieur donc! arrête une fois de penser et commence à réfléchir moi je ne suis personne, allé, je pense pas joli Marcel, vraiment pas joli VV
    • u'tz
      mars 09, 23:56 Reply
      "chanter le vieux refrein de mettre dans la même phrase le mouvement flamand avec l’apartheid, la ségrégation et la persécution des Juifs par le Nazisme" okVValli lemouvement flamand au xxe c'est des nazis qui adoooore les juifs mouve flamand et apartheid sont synonyme VValli weliswaar flamingant= apartheid pour toi VValli: « Mais la communauté qui décerne ces prix et à lequelle ils sont destinés doit rester au coeur de l’évènement » = "Eigen volk Eerst!" d'esprit simple VValli simple d'esprit "Ta comparaison est totalement nulle car ici ce seraient les Noirs qui auraient demandés d’être séparés des Blancs. Ce sont les francos qui sont à l’origine de la ségrégation lingquistique, mais bien-sûr cette touche de couleur locale fait tache dans ta vision noir-et-blanc." les flamands blonds aux yeux bleux seraient des Noirs aux yeux noirs qui aimeraient les Blancs en plus... compliqués ces flamands VValli compliqués ces flamands Ce sont les NL qui sont à l’origine de la ségrégation lingquistique VValli uniquement vous les NL qui sont à l’origine de cette ségrégation car vous vous croyez supérieur "qu’on l’appele BXL en Capitales" la dénomination de Bxl est juste une exigence flamande (hoofstedelijk gewest voor vlaanderen), malhonnête VValli pas bien d'être malhonnête
      • Wallimero
        mars 13, 10:09 Reply
        Comme d'hab 'Vuiltje, de toi on n'aura que désinformation et mensonges... https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_wallon VV
  13. petitmf
    mars 08, 03:36 Reply
    Je n'ai pas tous lu. Mais il me semble que les francophones ne ressentent aucun besoin de "créer"une nation. Une nation c'est culturel et.......... les francopohones de Belgique s'assimilent de plus en plus aux français. Je regarde régulièrement des émissions de jeu comme " les 12 coups de midi" ou Slam sur FR3 et ce soir le champion était un liégeois. Culturellement la wallonie est absorbée petit à petit comme une région française. Nous regardons leurs chaînes télés, nos acteurs font mouche en France, bref petit à petit la francophonie wallone s'intègre de plus en plus en France........... finalement il n'y a plus que la politique et les taxes qui diffèrent. Dans la région ici d'ailleurs on peut se faire soigner indiféremment en France ou en Belgique. Le CHU de Charleroi prend la carte vitale française et inversément. Et ce n'est pas le cas de nos concitoyens flamands, eux, c'est pas la même chose avec la hollande. A méditer
    • hansen
      mars 13, 21:26 Reply
      La Belgique est un pays sans nation comme l'ex Yougoslavie. On vu ce que cela a donné.
      • moinsqueparfait'
        mars 17, 02:17 Reply
        Pas d'accord. La Belgique en tant que nation est une fiction, c'est une certitude. La Yougoslavie l'était aussi. Mais il y a une différence majeure: l'histoire des relations entre Croates et Serbes (entre autres) est parsemée d'événements de nature guerrière parfois à la limite du génocidaire. Il n'y a strictement aucune trace d'affrontements armés opposant des ensembles de populations correspondant aux Wallons et Flamands actuels dans l'histoire. L'intensité du "conflit" est sans aucune commune mesure et l'existence de la Belgique en est en fait l'unique responsable. Dans les Balkans, la Yougoslavie n'a évidemment rien arrangé mais Yougoslavie ou pas, les Croates et les Serbes se détestaient avant, ils se sont détestés pendant et aux dernières nouvelles, ils ne peuvent toujours pas se piffer même si, heureusement, ils ont cessé de se tirer dessus (pour toujours, espérons-le).
  14. Vince01
    mars 08, 16:00 Reply
    "Benchmarking : 17 Flamands aux Magritte, 8 Francophones aux Ensor, en ne comptant que les catégories communes aux deux. ". C'est une situation normale puisque les flamands sont supérieurs aux autres.Ces résultats les confortent et même les raffermis dans leur certitude.Voilà pourquoi ils trouvent cela normal.
  15. Salade
    mars 08, 16:18 Reply
    http://www.lalibre.be/actu/international/bombardiers-russes-en-mer-du-nord-un-peu-plus-loin-et-on-est-a-coxyde-56ded6cf35702a22d52bb96a encore un petit effort les gars :-) (humour noir)
  16. L'Archange
    mars 09, 00:18 Reply
    "Rions mes Frères", il y avait un Jules qui s'appelait César...on ne parle pas du même...Madame NON a dit OUI à Julio Di RUPO depuis longtemps, ils se sont aimés et ont eu beaucoup d'enfants surtout dans la "Haute Administration"... Le péché Wallon en est là, ite missa est.
  17. hansen
    mars 09, 07:38 Reply
    Les bruxellois ne sont pas représentés par des unijambistes linguistiques. Même un véritable unijambiste bruxellois est bilingue par définition. Puisqu'il n'y a plus de Belgique, les anciens belges bruxellois doivent changer de nationalité. Ik ben van Luxembourg chantait Jacques Brel. Sire disait un autre, il n'y a pas de belges, il n'y a que des wallons et des flamands, il il oubliait qu'il y a aussi des bruxellois spoliés de leur nationalité. La Fédération Wallonie-Bruxelles est une hérésie.
    • Marcel Sel
      mars 09, 13:26 Reply
      Je propose une fédération Wallonie-Bruxelles-Flandre-Cantons.
      • u'tz
        mars 10, 00:25 Reply
        sorry Marcel proposer une "fédération Wallonie-Bruxelles-Flandre-Cantons" est riquiqui formaliste, il existe non-officiellement une "fédération wallo-bxl" en fait communauté FR qui nie par son nom non-officiel les FR du rand... si vous aviez une vision claire des minorités de ce pays vous comprendriez qu'il y a plus d'FR dans le rand que de DE dans les territoires "à facilité" DE-FR ou FR-DE de wallonie... il serait plus politiquement créatif que les domaines de pouvoir FR dans les territoires hors région-flandre(waar NL thuis zijn) reconnaissent clairement les minorités NL et DE au sein de leur territoire wallo-bxlois et ça ferait avancer la situation au détriment des nazi soft de l'nva
        • Wallon
          mars 13, 11:44 Reply
          La reconnaissance de minorités en Flandre ne viendra (peut-être) qu'après l'évaporation définitive de l'Etat belge. Intéressez-vous de grâce à la littérature du Mouvement Flamand; tout y est décrit et prévu.
      • hansen
        mars 13, 21:30 Reply
        Et moi je propose un peu de solidarité sinon cette fédération ne fonctionnera pas mieux que l'Union européenne.
  18. Salade
    mars 09, 14:57 Reply
    comment gouvernent le MR et la NVA: ils suppriment tous les impots et charges des entreprises ils feignent une erreur comptable (se chiffrant à la perte fiscale résultant de ces suppressions pour l'état) puis ils disent: la sécurité sociale doit faire des économies pour le montant équivalent comme c'est simple!
  19. Salade
    mars 10, 07:17 Reply
    Je vais me répéter (car je soupçonne une censure possible). La stratégie gagnante du couple MR-NVA est la suivante: supprimer au max les impots et les charges des entreprises constater le trou ainsi généré dans le budget feindre la fatalité, la mauvaise gestion passée, des fraudes fiscales , etc... faire des coupes sombres dans la sécurité sociale pour le montant équivalent, et, cerise sur le gâteau, in fine être fier d'avoir ramené le déficit à 0 en 2018 facile finalement, et très efficace au sens libéral: coup double
  20. Salade
    mars 10, 12:57 Reply
    Qu'est ce que j'entends? L'Office Wallon des Déchets va être supprimé! C'est vrai que c'est la façon la plus simple de recycler le déchet encombrant et toxique qu'il est devenu: le faire disparaitre sous le sable montois, càd le blanchir lui-même, ce dont on avait l'habitude...
  21. Wallon
    mars 10, 19:41 Reply
    Phone (du grec phônê ": son de la voix, langage") signifie qui parle une langue. Toutefois cela ne détermine pas une nationalité. Les Flamands (même utilisant le français) appartiennent à la nation néerlandaise (je n'ai pas écrit citoyenneté !). Les Wallons appartiennent à la nation française (je n'ai pas écrit citoyenneté !). Les habitants des cantons de l'Est sont des ex-Prussiens, actuellement des Allemands. Les Bruxellois (un îlot au milieu du Brabant flamand) ne sont rien puisqu'ils refusent de se déterminer (Hugo Schiltz (VU), en son temps, ne parvint pas à résoudre ce problème). Pourtant, selon Jules Destrée, les Bruxellois ne sont que des métisses (pour ne écrire autre chose...). Voilà pourquoi, cette population hybride s'accroche à l'adjectif francophone ou néerlandophone ou arabophone (aujourd'hui); certains nostalgiques usent du "belge francophone". Excusez du peu !
    • hansen
      mars 13, 21:59 Reply
      Un bruxellois c'est quelqu'un qui vit à Bruxelles peu importe la langue qu'il parle ( il y en a plus d'une centaine et la langue qui permet le plus souvent de communiquer c'est l'anglais).
      • Lachmoneky
        mars 17, 09:48 Reply
        " ( il y en a plus d’une centaine et la langue qui permet le plus souvent de communiquer c’est l’anglais)." Ce n'est pas ce que montrent les études: jusqu'à présent, la "lingua franca" est le français.
    • u'tz
      mars 14, 01:22 Reply
      "Les Bruxellois (un îlot au milieu du Brabant flamand)" quelle foutaise votre truc, les bxlois (un quart de la communauté FR.be) serait juste un "îlot", et au "milieu" du vl-barbant en plus... très cours de rien votre cours de géographie de « belge francophone » ps (wallon): seules les bxloises sont des métisses (dans le FR de la nation FR en tout cas), mais il aurait été passionnant de lire l'"autre chose"[à écrire] là-dessus
    • Lachmoneky
      mars 17, 09:40 Reply
      "Les Flamands (même utilisant le français) appartiennent à la nation néerlandaise" Dites çà à un Flamand (néerlandophone): vous serez bien vu! Les "keiskop" sont rarement appréciés au sud de la frontière. Il y a bien entendu quelques "rattachistes", mais les Anversois, entre autres, n'ont aucun intérêt à se considérer comme faisant partie de la "nation néerlandaise".: Rotterdam ne ferait qu'un bouchée des activités anversoises. Et affirmer cela devant un flamand francophone (si si, cela existe), il vous rigolera au nez. Quant aux Bruxellois, il est bien connu que ce sont des Zinnekes. Et laissez ce brave Jules dans sa vision bipolaire de la Belgique Mais bien entendu, pour certains énergumènes, seule compte la pureté de la race... d'après la langue parlée, dans ce cas-ci. Au fait, dans ces conditions, puisque la langue que parle la majorité détermine la "nation", la "France" (ou la Wallonie) ( ou Bruxelles, oh horreur!) pourrait s'agrandir de quelques centaines de kilomètres carrés en périphérie bruxelloise. Bref, votre raisonnement simpliste ne tient pas la route... à cause des complexités et des diversités locales.
  22. Salade
    mars 15, 10:50 Reply
    Charles Michel dépasse Bart de Wever dans les sondages flamands Les flamands ont toujours été en extase devant ceux qui communiquent dans leur langue. Au point de ne pas voir le reste L'intelligence se résumerait donc au bilinguisme! Quelle côté réducteur! D'ailleurs Charles Michel ne sait faire que communiquer en Flandre, je veux dire flatter. On le voit beaucoup moins dans les médias francophones.
    • petitmf
      mars 17, 02:27 Reply
      Normal, il sait que côté francophone, il est cuit. A quand une nouvelle "muette de Portici"........
  23. Tournaisien
    mars 16, 16:50 Reply
    Après Molenbeek comme l'eau claire, Forest vierge ?
    • Salade
      mars 17, 00:41 Reply
      vive la fusion des communes! Forest gun
    • Lachmoneky
      mars 17, 09:53 Reply
      Forest... ou n'importe où ailleurs, tant que la planque permet de rester discret (ce qui a heureusement raté), et de s'éclipser facilement en cas de couac (ce qui a partiellement réussi). Comme par hasard, près de l'autoroute vers Paris.. et des trains vers Paris ou l'Angleterre. Pendant ce temps, à Paris, 4 personnes se font arrêter.
  24. moinsqueparfait'
    mars 17, 23:20 Reply
    Le djihadisme flamand commence à nous coûter un bras. Il serait temps qu'on comptabilise tout ça dans les transferts de sécurité (non sociale). Evidemment, jester va japper chaque fois qu'on en trouvera un Verviers et il est probable que cela arrivera encore mais les statistiques sont là: 15% de Wallons parmi les djihadistes belges et surreprésentation de l'axe Brussel-Vilvoorde-Mechelen-Antwerpen... Belkacem et compagnie, Salah Trucmuche, Jejoen machin-chose... aux dernières nouvelles un Van Piperzele converti de la "cellule courtraisienne" (je n'invente rien) serait suivi à distance dans son parcours syrien... Cela commence à bien faire... Au passage, notre brillant ministre de l'INtérieur de la NVA voulait supprimer la police à cheval. Quelques mois plus tard, la précieuse frontière flamande dans les dunes étant menacée, devinez qui il a dû envoyer... Bah, les canassons, évidemment.... Encore du bon goed bestuur....
  25. Pr S. Feye
    mars 21, 19:12 Reply
    Moi je n'ai pas tous ces problèmes: je parle le latin librement. Regardez! Un bonjour de printemps qui va faire pleuvoir des inscriptions européennes pour le latin vivant ... https://youtu.be/2Z9n63iJK-E
  26. Capucine
    avril 07, 10:29 Reply
    Il existe un parti bilingue en Belgique,c’est le BUB ,je crois??

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.