Touche pas à mon Kroll ! (Est-ce ainsi que les hommes vivent ?)

Featured imageTocard, parano, égo surdimensionné et multiformes, endoctriné, partial, touche-nouille, gros connard, donneur de leçons, ado boutonneux, malade, Hitler, Staline…

Tout ça, c’est moi (comme ça, vous savez à qui  vous avez affaire).

Après la mise à jour de mercredi de mon article sur Kroll, j’ai vu fondre un gros milliers de commentaires en 48 heures (soit un toutes les deux minutes par heure « réveillée ») sur Twitter et Facebook. Une majorité de ces commentaires comportaient des attaques si efficaces que des gens dont je n’avais jamais entendu parler sont venus m’agresser sur Facebook pour ma propension à refuser tout débat et à « interdire » (Lieven, hou je vast) à ceux qui ont une opinion différente de la mienne de… s’exprimer ! 

« Tu te conduis comme un vrai pur ultimate connard […] » (Facebook)

À certaines heures, il en arrivait plusieurs par minute. Dès que j’ouvrais Twitter, j’étais confronté à des dizaines d’insultes, de reproches, de critiques personnelles, reprises en cascade par d’autres internautes. Sur Facebook, mêmes rafales, mais plus subtil. Le summum et bouquet final : annoncer que je serais « hospitalisé ». Twit effacé depuis par l’intéressé (anonyme) qui n’aurait apparemment pas le courage de ses affirmations. 

Capture d’écran 2015-05-17 à 19.50.29

Pour calmer le jeu, après deux jours hallucinants dont je reproduis quelques traces dans cet article (les twits en images, les extraits de commentaires Facebook en exergue), j’ai bloqué ceux qui m’insultaient. Ils en ont profité pour prétendre que je limitais leur liberté d’expression. C’est allé jusqu’à « stalinien ». 

« [vous êtes un] pervers narcissique propageant l’antisémitisme. » (un inconnu)

Capture d’écran 2015-05-16 à 18.20.38Avantage du blocage : je ne voyais plus leur bashing. Mais les insultes continuaient à arriver, envoyées par des Twitteurs que je n’avais jamais vu passer auparavant. Et quand, épuisé psychologiquement, j’ai vu se pointer un énième anonyme qui se fait appeler Marcel Chicon (!) sur mon compte, qui m’expliquait que j’avais mis « mon iphone en mode vibreur dans le fion » et que j’avais un problème de prostate, j’ai craqué.

Capture d’écran 2015-05-17 à 20.11.31Pour me protéger, j’ai donc mis mon compte Twitter momentanément en mode privé. J’en sors cet après-midi, faute de quoi je limite terriblement la possibilité de promouvoir mes articles de blog qui, pour rappel, ne me rapportent rien d’autre que de l’image. Cette image, il fallait apparemment la casser, aux yeux de certains qui, contrairement à moi, sont payés à plein temps. Parfois même par le service public. Par l’université. Par l’enseignement secondaire. Et j’en passe. Il fallait la casser parce que j’avais « attaqué Kroll ».

Capture d’écran 2015-05-16 à 14.53.24J’ai compris pourquoi des nouveaux arrivants, qui  ne me connaissaient ni d’Eve ni d’Adam, me lançaient toute sortes de reproches et d’insultes — souvent les mêmes — quand j’ai appris que l’attaque Twitter avait été au moins partiellement coordonnée. Concrètement, certains internautes ont envoyé des messages privés tout azimut en incitant d’autres à venir me harceler. La plupart de ces messages étaient prétendument humoristiques. Exemple : « Il est vraiment trop con ce Marcel Sel. » ou « Quand est-ce qu’on lui donne ses pilules ? » Comme je n’ai pas trouve drôle qu’il en arrive des dizaines simultanément, on m’a bien entendu qualifié de parano et fustigé mon incapacité à comprendre « l’humour » ou « l’ironie ». L’argument de la maladie m’a été servi aussi régulièrement. Certains thèmes sont récurrents. L’ego, l’omniscience, par exemple, reviennent très souvent. Eh oui, on s’est donné le mot. Sinon, c’est baltringue, zozo, etc. Curieux que ces gens, quelquefois BAC + 5, 6 ou 7, n’aient même pas songé à imposteur !

« Vous n’avez pas fini de vous toucher la nouille ? » (un inconnu)

Capture d’écran 2015-05-16 à 18.19.32Les réseaux, aujourd’hui, c’est ça : un réceptacle des pires pulsions humaines. De la méchanceté aussi stupide que banale à la pire perversité. Ils donnent quelquefois de gens apparemment très bien sur le papier (humaniste, professeur, journaliste, enseignant, gauche généreuse, droite libérale, formateur de haut niveau) une image atterrante.

Car je peux encore comprendre les assauts de quidams qui passent leur temps à s’en prendre, en groupe, à l’une ou l’autre personne médiatique. Ça leur permet d’exister, souvent anonymement d’ailleurs (je n’ai rien contre l’anonymat, c’est le fait de l’utiliser pour attaquer autrui, ricanant et bavant derrière son écran d’ordinateur qui me pose problème, cette diarrhée incontinente d’insultes et de vulgarités pour satisfaire ses frustrations perverties). Et tant mieux pour eux s’ils  parviennent à s’amuser en déployant les capacités d’agressivité du seul cerveau vraiment fonctionnel chez eux, le reptilien .

En revanche, lorsqu’une certaine élite de notre société, celle-là-même qui recommande des cours de citoyenneté pour nos enfants, se laisse entraîner par l’effet de groupe et n’hésite pas à attaquer ad hominem (« faut te faire soigner »), y ajoutant une panoplie admirable de techniques de sophistique destinées à décrédibiliser celui qui a osé toucher à une icône (au choix, Kroll, la caricature, « JeSuisCharlie », la « liberté » d’expression, etc. ), on se dit qu’avant de prévoir des cours de citoyenneté pour nos enfants, on devrait s’intéresser aux adultes qui leur servent, nous dit-on, d’exemples. 

Si j’étais vraiment une icône (certains le pensent, je ne le crois pas, mais admettons), ce serait encore logique. Les jaloux ont besoin de se défouler de temps en temps. Comme je suis un peu médiatisé, je dois « savoir là contre ». Mais prenons plutôt ceci comme un cas d’école. Des gens qui n’ont aucune présence médiatique sont harcelés tous les jours sur les réseaux. Un internaute m’a expliqué qu’on avait diffusé son adresse et son numéro de téléphone en priant « les copains » de bien le harceler. Tout cela, sous couvert d’anonymat. Autre sujet intéressant : si l’anonymat permet à nombre de gens de s’exprimer librement sur les réseaux, qui ne le pourraient pas autrement du fait de leur activité, de leur employeur ou de pressions économiques, certains en abusent pour intimider en masse, crier haro sur des personnes physiques, harceler, insulter. Que faire ?

« Votre ego est a ce point surdimensionné que vous vous sentez supérieur ? Non, parce que dans les années 30, y a un mec qui a convaincu son peuple qu’il était supérieur… »

Capture d’écran 2015-05-18 à 00.22.12Ça a donc dérapé. J’ai aussi mes responsabilités dans ce dérapage-là. J’ai le tort de répondre le plus souvent possible aux questions qu’on me pose, sur les réseaux et sur mon blog. C’est un principe. Ça demande beaucoup d’énergie. Ça m’amène à être cassant, et apparemment hautain quand je me sens agressé.

Mais plus on m’explique qu’il n’y a rien, que je rêve, ou que j’invente des sujets, et plus on me le dit agressivement, plus je subodore qu’il y a bien quelque chose, mais qu’on ne veut pas qu’on en parle. Je suis un type bizarre. 

Je me suis trouvé déjà maintes fois visé par des dizaines d’internautes « hostiles ». Je connais. Je fais avec. Mais là, seul contre une grosse centaine d’opposants (sur 220 personnes différentes qui ont commenté mes statuts Facebook, à ajouter à plusieurs dizaines qui m’ont bashé systématiquement sur Twitter) on ne réfléchit plus, on répond un peu à la volée, on essaye de se défendre et c’est impossible. On se laisse déborder, on patauge, on dérape, on déborde. Et la machine devient folle, de toutes part.

Capture d’écran 2015-05-16 à 15.20.39Capture d’écran 2015-05-16 à 18.29.42

Capture d’écran 2015-05-18 à 00.26.19

Je n’aime pas me poser en victime, même si tout ça m’a affecté au point de fermer mon compte Twitter au public et d’envisager de tout arrêter, mais l’une des caractéristiques de l’effet de groupe est aussi d’accuser la « victime » d’être l’agresseur ! Qu’on m’accuse de parano, passe encore. Qu’on m’accuse de m’attaquer à deux centaines d’internautes, en plus du pauvre Kroll, faut le faire ! Ça a été fait…Ceux qui subissent ce genre d’attaque de groupe doivent savoir qu’il ne faut pas tenir compte de ce genre d’affirmation, même s’il est difficile de garder son calme.

Capture d’écran 2015-05-16 à 14.53.09Il est toutefois certain que ma propension à répondre le plus souvent possible (parce que le débat ne s’arrête pas au texte écrit, c’est là qu’il commence) a amplifié le phénomène. Certaines des phrases que je reproduis ici ont été écrites au cœur d’un pétage de plombs généralisé. Le mien, et celui d’environ 150 autres personnes. Mais pour avoir la paix, la solution consistait à effacer cet article originel et à publier à la place un second billet dans lequel je demandais pardon, à genoux jusqu’à Cannossa, pour l’affront fait à Pierre Kroll, à la liberté d’expression, à Charlie, à la caricature, au taille-crayon, à la tante de la cousine de la grand mère du cousin du gars à qui Kroll a serré la main un dimanche de 1997 et qui l’a trouvé sympa et qu’il sentait bon, pas comme son chat.

Capture d’écran 2015-05-18 à 00.03.52Les attaques sur Twitter (où le ton est plutôt rugueux) sont courantes. Mais la disproportion de celle-ci, la violence de la clameur, veut bien dire quelque chose. Le fait que dans tout ça, il n’a pratiquement jamais été question de l’article que j’avais publié, a un sens ! Les phénomènes ne naissent pas spontanément.   

« Faut soigner ta parano, et apprendre la signification du mot ‘humour’ au lieu de pondre des tartines interminables que personne ne lit. » (journaliste)

Capture d’écran 2015-05-17 à 23.59.17La façon la plus efficace de ne pas débattre d’un sujet et de faire glisser le thème. L’observation de ce glissement est fascinant. Presque un cas d’école. Première étape : pratiquement aucun des « attaquants » n’a discuté des faits que je soulignais et que je critiquais dans mon article (je disais un sur vingt ou trente, tout au plus). La discussion s’est donc très rapidement orientée sur des raccourci : j’aurais appelé à censurer Kroll et je l’aurais traité d’antisémite. Certains passèrent d’emblée au second stade, en affirmant que critiquer une caricature prouvait que j’étais hostile à la liberté d’expression. Avec le désormais indispensable concurrent du Point Godwin, le Point Charlie. 

Le point Charlie : moins un interlocuteur a d’arguments solides dans un débat portant sur la liberté d’expression, et plus ce débat avance, plus la probabilité qu’il ait recours à la référence #JeSuisCharlie est proche de 1.

La troisième étape fut l’attaque ad hominem : en tant que « blogueur influent » j’aurais lancé une « curée » (rien que ça) contre Kroll qui serait incapable de se défendre face à la puissance du blogueur (si, je vous jure ! ) Ou alors, j’aurais tenté de promouvoir mon blog en lançant une polémique pour « me faire mousser » ou « faire du clic » (Allô quoi, si je voulais ça, je parlerais de Nabilla !) Avec des effets curieux, sachant que Pierre Kroll est de loin le caricaturiste le plus connu en Belgique, une chroniqueuse bien connue m’a même accusé de : « taper et retaper sur un type isolé » !

« Faut consulter, Marcel »

Capture d’écran 2015-05-16 à 15.08.32

J’ai été accusé d’avoir organisé une « curée » et même une « bastonnade » contre Kroll. Et cela, après un seul article et une seule mise à jour sur le sujet. Pour promouvoir cet article, j’ai publié en tout et pour tout trois statuts Facebook. Généralement, j’en publie nettement plus. Il faut dire que l’opposition que j’ai rencontrée m’a incité à mettre la pédale douce : je me suis autocensuré, j’ai arrêté net la promotion de l’article quand j’ai vu ce qui me fonçait dessus ou plutôt, je n’ai même plus eu le temps d’y penser, et encore moins, l’énergie.

Capture d’écran 2015-05-16 à 14.56.22

Après, je me suis demandé si publier un second article n’était pas la pire bourde que je pouvais faire. Et puis, je me suis dit que là n’était pas la question. Il ne s’agit pas de moi. Il s’agit d’un principe. Si on fait tout pour détourner ton propos, tout pour te faire taire, tout pour cibler la personne plutôt que le sujet, c’est que le sujet dérange. Céder à l’intimidation montée sur les réseaux, mais aussi dans la vraie vie, serait céder à une forme particulièrement sophistiquée et perverse de censure.

« Je ne crie pas au harcèlement dès que l’on est pas d’accord avec moi »

Capture d’écran 2015-05-17 à 23.54.10Autre accusation ad hominem : le fait que je cherche à « faire du clic ». Oui, j’avoue : je cherche à être lu, quelle horreur ! Comme tout blogueur qui se respecte un minimum, j’organise ma promotion sur les réseaux. Quel tyran ! Quel égo insupportable ! Du reste, tout journal qui se respecte promeut ses articles régulièrement sur le réseau. On n’accuse pas les journaux de faire leur promotion. En revanche, qu’un blogueur cherche à ce que son billet, gratuit, qui ne rapporte rien, soit lu, c’est un scandale. Et même des journalistes le disent ! Et la meute, accourt. Mais c’était de l’humour !

« Vu que je m’attaque à un gros égo cumulatif, j’aimerais bien du renfort. » (journaliste)

Capture d’écran 2015-05-16 à 12.51.46

La quatrième étape du bashing, c’est l’argumentum ad personam, probablement la plus destructrice pour la « victime » : je vous annonce donc que, contrairement à Pierre Kroll, qui est la modestie incarnée enrobée dans un matelas d’humilité (j’espère que tu sais en rire, Pierre), contrairement aussi aux égos sur pattes qui se défoulent sur Twitter faute de mieux et usent de leurs neurones les plus primitifs pour se faire remarquer le plus souvent possible (l’insulte et l’agressivité étant, de nos jours, la meilleure manière de le faire), j’ai un égo absolument surdimensionné. J’interdis toute critique (les commentateurs habitués de ce blog peuvent, ici, exploser de rire). Je ne tiens jamais compte des arguments des autres (c’est probablement pour ça que quand je me trompe dans un article sur Armand De Decker, je le réécris en faisant amende honorable). Bref, je suis « stalinien », je suis « partial », je n’admets pas qu’on me contredise, je n’ai pas d’humour ni d’ironie. Ah oui, j’oubliais : je monte de toutes pièces des polémique qui n’existent pas. L’ampleur des réactions prouvent le contraire, mais on n’est pas à une contradiction près quand le peuple voit rouge.

« On peut créer un groupe de soutien avec ceux qui osent affronter l’ego de monsieur Sel »

Capture d’écran 2015-05-17 à 23.52.22C’est là qu’on arrive au cinquième et dernier stade, l’argumentum ad Maggiedeblockum, autrement dit, l’attaque sur la santé (mentale ou non) : je suis paranoïaque, malade, je viens de faire un AVC, on doit me donner mes pilules, il faut que je me fasse soigner, et au final, on annonce carrément que je « serais à l’hôpital », ce qui a eu un effet ravageur sur certains de mes amis qui se sont empressés de me contacter. J’ai l’audace de considérer tout ça comme une curée, un tabassage, une bastonnade. À propos, encore merci à tous ceux qui m’ont soutenu, même discrètement. Ils m’ont réchauffé le cœur quand les croquantes et les croquants, tous les gens bien intentionnés, m’avaient crashé la porte au nez.

Capture d’écran 2015-05-17 à 21.54.14Je passe sur les insultes (tocard, touche-nouille, ultimate connard, sale con, gros naze, etc.) et sur la comparaison avec Hitler car oui, j’ai « achevé l’extermination nazie »…  

« En fait, tu n’as aucun argument consistant à part une indignation » (un sociologue)

Mais qu’est-ce que j’ai dit de si horrible ? Que quand on regardait la caricature de Kroll, certains avaient l’impression de voir un dessin publié dans les années 30. C’est un fait : c’est une réflexion que plusieurs personnes m’ont faites. C’est le départ de mon article, et je ne l’ai pas écrit à la légère. Je me suis aussi demandé comment voir autrement ce dessin que comme un fait antisémite, parce que Kroll n’est pas antisémite. Je me suis enfin impliqué dans la réflexion, me disant que toute personne qui manie l’humour peut déraper un jour, et ne s’en apercevra probablement pas lui-même.

Réponse de Kroll sur Facebook à une dame qui lui demande gentiment comment elle doit « interpréter son dessin » :

« [Il faut interpréter mon dessin] comme une imprudence qui a donné d’immenses malentendus. » (Pierre Kroll)

Capture d’écran 2015-05-17 à 21.52.18Quand une lectrice doit demander au caricaturiste comment elle doit interpréter son dessin, c’est qu’il y a peut-être un problème de lecture. La réponse de Kroll donne l’impression qu’il est un accusé dans cette histoire. J’insiste encore sur le fait qu’il ne l’est pas. Il n’a fait que son métier, c’est son métier qui comporte des risques. Sa réponse sous-entend aussi qu’il hésiterait désormais à dessiner un Juif orthodoxe (« une imprudence »). Ce serait la réponse absurde à une question qui n’est pas celle-là ! Le Juif orthodoxe est rigolo. Rabbi Jacob est rigolo. Mais aussi libérateur, parce que c’est le portrait d’un raciste qui, au contact d’une communauté juive sympathique et chaleureuse, change du tout au tout.

C’est donc uniquement le contexte dans lequel le Juif orthodoxe est utilisé qui peut poser question. Ça ne fait pas de Kroll un antisémite, comme les ultra-israéliens ont l’audace de l’écrire. Ce serait plutôt le contraire. C’est sa candeur, le « problème ». C’est parce qu’il ne pense absolument pas « antisémite » qu’il est persuadé que son dessin n’est rien d’autre que drôle, et ne peut avoir aucun effet « xénophobe ». C’est aussi pour ça qu’il est en pétard dès qu’il a l’impression qu’on l’accuse d’antisémitisme, et je le comprends. J’ai écrit que Kroll a dérapé parce que ça faisait un titre court et frappant. J’aurais dû être plus doux. Moi aussi, je commets des erreurs d’appréciation. Parce que Kroll n’a pas dérapé au sens « tout à coup devenu raciste », comme trop de gens ont cru le comprendre, mais pour avoir diffusé (massivement) un dessin involontairement stigmatisant, alors qu’il me semble qu’il faut, aujourd’hui plus que jamais, combattre les clichés. Dans mon article, je posais aussi la question de la responsabilité du rédacteur en chef. Devait-il laisser passer ce dessin ?

Car celui-ci peut inviter la population à se conforter dans un préjugé raciste. Pire : des Juifs, blessés ou inquiets, n’osent même pas réagir, de peur qu’on les accuse d’être des emmerdeurs. Une minorité n’est jamais « emmerdeuse ». Elle est une minorité, donc fragile. Les appels qu’elle émet doivent être entendus, qu’il s’agisse des Juifs, des Arabes, des homos, des Roms, des Flamands de Bruxelles ou des Francophones de Flandre. Plus la majorité bien-pensante tente d’écraser le message, plus il est possible qu’elle se soit désintéressée des droits de cette minorité.

« Faut te calmer Marcel, ou te soigner » (journaliste)

Capture d’écran 2015-05-17 à 21.42.34Pour Kroll, dessiner un diamantaire en juif orthodoxe, c’est juste marrant. En général, je partage cette opinion. Pas ici. Parce que le dessin l’assimile à la fortune et à une profession décriée : le diamantaire. Un des internautes m’a, pour défendre Kroll, écrit ceci :

« Et quoi ? Les diamantaires juifs anversois ne sont pas pleins de pognon ? Et alors ? C’est grave d’être caricaturé en juif anversois plein de pognon quand on n’a pas un balle ? »

Pourquoi parle-t-il des diamantaires juifs ? Et les majoritaires, les Indiens, qu’en est-il ? Eh bien, c’est simple, dès lors que le caricaturiste a dessiné un diamantaire juif, pour le lecteur, le diamantaire est juif. De là à considérer que le juif est (souvent) diamantaire, il n’y a qu’un pas. Aujourd’hui encore, les gens sont tout étonnés quand on leur dit qu’il y a des Juif pauvres. Oui, à Anvers. Et sous le seuil de pauvreté, même ! Le dessin ne contredit pas ce genre de poncif, il le valide. Kroll n’a pas cherché à le faire, ce n’est pas son propos. Mais quand ce constat peut être établi, un artiste devrait, je pense, réfléchir. Si un dessin crée un « immense malentendu », c’est qu’il a été « mal conçu ». Pas l’inverse.

Un autre internaute m’a affirmé :

« Vous vous offusquez d’un petit dessin sans (sic) plutôt que de vous attarder sur le fond: le racket des diamantaires (juifs souvent…) qui imposent leur taux de remboursement à l’État (0,5%!!) »

« Vous vous laurentlouisez Marcel ? »

Capture d’écran 2015-05-17 à 14.05.20Selon ce commentateur, ce sont donc les diamantaires, souvent juifs, qui « imposent » (!) leur propre impôt à l’État. On trouve ici quelques-uns des poncifs utilisés par les antisémites du XIXe et XXe siècle : le racket, le pognon, et surtout cette puissance « occulte » qui permettrait prétendument aux Juifs « d’imposer » leur propre impôt à l’État ! Il ne manque que le lobby judéo-maçonnique, et on y est ! Quand Bart De Wever explique que beaucoup de criminels sont berbères, on est face à une logique similaire : de « beaucoup de criminels sont berbères », on passe facilement à « beaucoup de Berbères sont criminels » et puis à « les Berbères ont une tendance naturelle à être des criminels. » Pour finir par « il faut renvoyer les Berbères chez eux ». Indépendamment de la volonté de l’auteur, le dessin de Kroll autorise ce préjugé, il l’encourage et pire encore, il peut le susciter ! Et c’est justement parce que Kroll n’est pas antisémite que c’est troublant. Mais c’est aussi parce qu’il n’est pas soupçonné de l’être qu’il peut y faire quelque chose.

Mais affirmer cela semble être aujourd’hui un crime de lèse-krollitude. Comment oses-tu, petit Marcel ? 

« … défenseurs de la démocratie à la mords-moi-le-noeud… »

Capture d’écran 2015-05-17 à 14.05.05Ben oui. J’ose. Je re-ose. Car le dessin représente toute la population belge en train de crever, écrasée par les impôts, face à au « Juif », diamantaire, heureux, vers lequel les regards haineux des « ratiboisés » se tournent. Ce n’est pas la seule lecture possible, mais c’est une lecture probable. Il faut en parler. Et le plus finement possible. Parce qu’il ne faut pas non plus que cette histoire entraîne un excès d’autocensure chez les caricaturistes. Il faut aussi en parler pour ne pas laisser l’exclusivité du débat aux extrémistes pro-israéliens pour qui on est soit philosémite, soit antisémite. 

Il faut en parler, parce que cette identification remet au goût du jour une pratique qui a contribué à une tentative d’élimination de cette ethnie par le passé. Dessiner un balayeur noir avec un pagne et un os dans le nez, n’est-ce pas « rigolo » aussi aux yeux de certains ? Et pourquoi n’indique-t-on pas systématiquement l’ethnie du « mauvais » dans tous les dessins ? Pourquoi seulement quand il s’agit d’un juif ? Voilà ma position. Ni plus, ni moins.

« C’est qu’il doit avoir une tension un peu élevée monsieur Sel »

Capture d’écran 2015-05-17 à 14.01.23J’ai aussi été frappé par le nombre de gens — Juifs et non-juifs — qui m’ont dit discrètement que j’avais raison, mais qu’ils ne « pouvaient » pas le dire tout haut. Pourtant, un nombre croissant de gens assimilent les Juifs de Belgique à la politique meurtrière d’Israël. De plus en plus de Juifs quittent l’Europe qui les inquiète — tiens, on en parlait aujourd’hui encore à la RTBF. Trois Français élevés en Europe ont récemment tué des Juifs, notamment des enfants, parce que Juifs. L’un d’entre eux a pris une petite fille par les cheveux pour lui tirer une balle dans la tête. Des centaines de jeunes partent de chez nous pour rejoindre, en Syrie, un combat contre l’Occident, contre l’islam, mais aussi contre les Juifs, qu’ils décapiteraient volontiers. Des enfants doivent quitter une école autrefois renommée, parce qu’on n’y aime plus les Juifs. La question que je pose est donc : l’autocensure que tous les humoristes pratiquent au quotidien, doit tenir compte de ces faits bien connus, ou pas ?

« Il est vraiment trop con ce Marcel Sel…»

Capture d’écran 2015-05-16 à 18.19.57Pour avoir osé écrire ça, pour avoir subverti un artiste que j’aime beaucoup et dont le talent est incontestable, j’ai donc essuyé la pire attaque que j’aie jamais subie sur les réseaux (si l’on exclut deux menaces de mort). Bien pire qu’avec la N-VA. Bien pire qu’avec le Vlaams Belang. J’ai dû mettre mon compte Twitter en mode privé. Alors, d’après vous, qui a tout fait pour qu’un débat n’ait pas lieu ? Qui empêche les idées de circuler ? Au final, ce flot d’insultes et de reproches m’a tout de même amené à me demander si je ne ferais pas mieux de laisser tomber mon activité de blogueur. Elle m’oblige à être sur les réseaux. Je serais bien mieux ailleurs. Au final, elle me ramène de la reconnaissance, c’est vrai (et oui, j’ai un égo, et oui, ça me fait plaisir) ; et indirectement, environ 300 euros net par mois de travail rémunéré que je peux attribuer à mon travail de blog.

Mais elle me coûte nettement plus cher d’un autre côté, en manque à gagner, et m’amène à négliger les activités qui me font réellement vivre — je risque une faillite et laisser tout tomber serait le plus sage. Si en plus, ça me vaut pluies d’insultes et de grosses emmerdes — sans compter les rédactions qui ne répondent plus à mes mails depuis déjà un bon moment —, eh bien merde ! 

« Là on rentre dans le délire schizophrène ! »

Capture d’écran 2015-05-16 à 16.20.14Oui, merde à ceux qui, l’égo suspendu six mètres au-dessus de leur tête, propagent l’idée que le mien serait si grand que « Twitter n’existerait pas sans Marcel Sel ». Merde à ceux qui me reprochent mes clics et mon activité soi-disant « commerciale ». Merde à ceux qui décident des sujets que j’ai le droit d’aborder et de ceux que je dois taire. Merde à ceux qui agressent gratuitement et se plaignent ensuite de se prendre une réponse un peu sèche ou un blocage. Merde, au passage, aux enseignants qui participent à ce genre de curée, se laissent emporter par l’effet de groupe, ou influencer par des twitteurs toxiques dont la principale activité consiste à basher du Marcel Sel et à s’adresser aux gens qui me font travailler pour leur intimer l’ordre de ne plus m’inviter. Je n’ai pas assez d’importance et encore moins de revenus pour devoir supporter ça.

Merde à eux, et merci du fond du cœur — et je suis ému en l’écrivant — merci humblement à ceux qui me permettent de m’exprimer sur les ondes et sur papier, qui me font confiance, à ces grands professionnels que j’ai la chance de côtoyer chaque semaine, ou chaque jour, avec qui j’apprends. Ils se reconnaîtront, je n’ai pas de doute là-dessus.

« Faut bien trouver des sujets de polémique, sinon qui lirait les chroniques ? »

Capture d’écran 2015-05-16 à 15.19.37

Est-ce que je vais continuer ce blog ? Je n’ai pas encore la réponse. En revanche, j’ai pris quelques leçons de réseautage. Je ne me laisserai plus surprendre.

Mais ce que j’ai « subi » (toutes proportions gardées, ce ne sont que trois jours de 36e dessous, de doute et de tristesse, un gros blues, et sans BB King en plus) n’est au fond pas le plus intéressant. Ce qui me semble intéressant, ce sont les questions que cela pose sur la liberté d’expression. Toute liberté pour les caricaturistes, mais attention, les blogueurs, faut pas parler de certains sujets ? On crie liberté sur tous les tons depuis le 11 janvier, mais non, Marcel, notre rédaction ne va pas aborder le problème posé par ce dessin — car oui, il y en a un ! Mais tu comprends, c’est pas le moment, il faut maintenir l’esprit Charlie coûte que coûte. Et puis Kroll est trop populaire. Et puis, un débat public, tu n’y penses pas ! 

Bref, la liberté d’expression est-elle réservée aux caricaturistes de masse et « limitée » pour ceux qui les critiquent alors que les humoristes ont eux-même un véritable pouvoir médiatique ? Ce pouvoir serait-il le seul à ne pas pouvoir être subverti ? 

Et deuxième conclusion, peut-être encore plus importante, peut-on lutter contre une marée d’internautes qui cherchent à vous nuire psychologiquement ? Surtout si l’on n’est pas médiatique, si on ne fait que cultiver son jardin pépère ? Ou achever ses études ? Si on peut lutter contre, comment ? Faut-il, peut-être l’enseigner dare-dare à l’école ? Avons-nous envie que nos enfants arrivent dès l’adolescence dans des environnements d’une agressivité aussi extrême, où le chic est d’être plus méchant, plus vulgaire, plus agressif que l’autre, pour rire en groupe, le plus souvent possible, aux dépens de quelqu’un ? Même, parfois, parmi une élite qui, elle-même milite pour des cours de citoyenneté et de philosophie à l’école ? Triste constat, non ? Oui, et je vais vous avouer quelque chose : c’est surtout ça qui me rend le bashing pénible : découvrir que même les gens les plus éduqués peuvent n’avoir aucune espèce d’éducation.

* Les textes en exergue sont extraits de commentaires Facebook qui m’ont été adressés, soit sur ma page, soit ailleurs.
** Oui, cet article est trop long, mais on ne m’a pas laissé le temps de faire plus court. 

Previous Kroll, les diamantaires et le gros dérapage (mise à jour).
Next Ahmed El Khannouss, le CDH n'a plus son « négationniste ». MàJ2.

You might also like

0 Comments

  1. tilto
    mai 18, 16:40 Reply
    Même si je n’adhérait pas du tout au post précédent ... pourquoi temps de haine ! Marcel à le droit d'avoir son point de vue sur SON Blog. Le débat des idées contradictoires, Ok, Le lynchage non ! (lecteur depuis un temps certains de ce blog)
  2. Salade
    mai 18, 16:48 Reply
    re-boaf sujet suivant! par ex le point de contrôle à Overijse pour la taxe kilométrique flamande Le MR brabançon dans les cordes!
  3. Il y aussi des rézoteurs qui ont compris de suite la maladresse involontaire de Pierre Kroll ET soutenu Marcel sel. Contre vents et raz-de-marée.
  4. André Bourlakoff
    mai 18, 16:53 Reply
    Cher ami ! Avec Internet, on a donné à des gens la possibilité de s'exprimer alors qu'ils n'avaient strictement rien à dire. Maintenant, toute une frange de la population "existe" avec des alias qui leur donnent l'impression de l'impunité. Je présume qu'ils n'existent que grâce à l'invective et aux fautes d’orthographe. Si vous vous sentez insulté, vous pouvez toujours porter plainte car un n°I.P. d'ordinateur laisse toujours une trace... Vous verrez bien alors si vos "warriors" ont vraiment un mental de guerrier... Pour ce qui me concerne, je pense que dans la vraie vie, ils chaussent tous du 2...
  5. francolatre
    mai 18, 16:56 Reply
    Attention à ne pas finir comme Philippe Birenbaum!
  6. Salade
    mai 18, 16:56 Reply
    Vu écrivez "la liberté d’expression est-elle réservée aux caricaturistes de masse et « limitée » pour ceux qui les critiquent alors que les humoristes ont eux-même un véritable pouvoir médiatique ?" il me semble avoir écrit lors des évenements "charlie" que la liberté d'expression est totale mais pas POUR n'importe qui. Donc vous n'êtes pas encore assez célèbre. Blague à part, je ne comprend pas pq on vous insulte pour si peu.
  7. MartineV
    mai 18, 16:59 Reply
    Ce que vous dites fait peur, en effet. Car on sent bien que l'anonymat sur les réseaux sociaux est une catastrophe. Merci aux géniaux inventeurs de Facebook et Twitter...un vrai pacte faustien! Votre article sur le dessin de Kroll méritait certes un débat, mais pas des torrents de boue. Bientôt, qui saura encore ce que c'est, cette si chère liberté d'expression? Ou liberté tout court? Qui osera encore écrire ou dessiner sans crainte de la censure populaire permanente? Je vous souhaite de pouvoir prendre du recul par rapport à cet acharnement (l'âme humaine révélant son insondable noirceur) et de continuer à publier vos articles qui font réfléchir.
  8. Bauthière
    mai 18, 17:01 Reply
    Je n'ai pas tt lu,j'ai scanné....en fait ça m'a fait peur,attristée et mis très mal à l'aise.C'est terrible ce déchaînement de la foule........Bonne continuation.
  9. voir au bas
    mai 18, 17:19 Reply
    Cher Marcel, je comprends aisément combien cette situation a été pénible, douloureuse. Mais si c'est dur d'être aimé par des cons, il faut se dire qu'il est plutôt réconfortant d'être détestés par eux. Les gens prônent la liberté d'opinion mais dès que quelqu'un en développe une, critique, approfondie, documentée, une vraie opinion qui ne demande pas qu'on l'accepte comme un dogme mais qui prend des risques, alors on l'accuse d'être un donneur de leçon, un moralisateur, et tout ce dont tu as été victime. C'est malheureusement le fait de gens dont les opinions sont courtes et fragiles… Je ne peux que t'encourager à poursuivre ton travail, amicalement Vincent Engel
    • Shakuhachi
      mai 19, 17:44 Reply
      Vincent Engel, vous conviendrez que le mot de réconfort que vous avez adressé à Marcel ne vous a guère coûté, et même rien coûté du tout en matière de réflexion. Cela n'a pourtant pas l'air d'être dur pour Marcel. Je devrais peut-être priser cette modestie qui vous amène à vous contenter du réconfort que vous dites trouver dans la détestation par des cons. Mais là, non, je ne vois pas l'intérêt. À moins que vos cons soient moins cons que vous ne tenez à le dire – jusqu'à risquer de ne pas suffire à votre réconfort. Vous aurez beau dire, la prolixité de l'article de Marcel à propos du dessin de Kroll n'en assure pas la solidité. Toute invitation à « approfondir » faite à Marcel le voit se dérober. D'emblée, le titre de son article (avec cette infection qu'est l'idée de « dérapage ») montrait tout sauf « une vraie opinion qui ne demande pas qu’on l’accepte comme un dogme ». Le soupçon d'antisémitisme ne « demande » rien. Il cherche à jouer son rôle sans cela : en s'insinuant.
  10. antitoxic
    mai 18, 17:20 Reply
    Waw je découvre sidéré toute cette histoire ... Courage Marcel et continuez à partager votre opinion (pourtant je ne suis pas entiérement d'accord avec l'article sur Kroll ..) et ayez confiance en la majorité silencieuse qui lit, critique, se documente et accepte le dialogue mais qui n'étale pas sa haine en y prenant un plaisir pervers.... Les gens toxiques n'ont qu'une adresse: les égouts de nos villes et lorsqu'on est confronté à eux mieux vaut rapidement les laisser y croupir et déverser leur fiel, trés rapidement ils n'auront plus que leur semblables (tout aussi toxique) pour les écouter et les entretenir dans leur médiocrité .. ;)
  11. Salade
    mai 18, 17:24 Reply
    à propos de l"affaire ROMS" à Mouscron, rue du coucou. C'est les journaux belges qui sont les coucous : le mur est français! On présente Wattrelos comme un joli village AH AH AH Clairement : 42633 habitants! http://fr.wikipedia.org/wiki/Wattrelos On est en pleine banlieue de LRT. Vous avez déja visité, vous connaissez l'immigration venue pour le textile? Celle qu'on a parqués dans des barres ou dans les maisons de rangées minuscules (qui d'ailleurs appartenaient au départ aux ouvriers textiles francobelges) Les journalistes belges ne savent pas de quoi on parle! Saint-Josse-ten-noode n'a que 27548 habitants http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Josse-ten-Noode Un hameau à côté!
  12. belgo3
    mai 18, 17:30 Reply
    Courage Marcel, vous avez tout mon soutien. Quelle ambiance, quelle atmosphère...
  13. Dan
    mai 18, 18:08 Reply
    M'Sel, . Ce ne sont pas les commentaires de quelques tonneaux creux façon PhineasBarnum, SuperTitim ou même MyriamLeroy (mais p-ê est-ce là aussi une usurpation d'identité) qui devraient vous intimider. Je me réjouis quant à moi du choix que vous avez fait du support de votre blog qui semble peu vulnérable aux attaques par saturation et qui autorise une lecure sereine de vos excellents articles et suscite nombre de débats en famille.
    • Marcel Sel
      mai 19, 00:49 Reply
      Il s'agit bien de Myriam Leroy (eh oui). Super Titim (un homme) a été envoyé uniquement pour me basher. Quant à Phineas Barnum, j'ai ses coordonnées.
  14. montlucmichel
    mai 18, 18:09 Reply
    Vos articles sont longs parce qu'ils sont nuancés, reprenant arguments et contre arguments. Et c'est cela qui emmerde les gens bien éduqués qui en deviennent vulgaires et agressifs. En tuant à Charlie Hebdo, on a tué nos clowns, nos bouffons qui éreintent le roi. En vous attaquant, on veut faire taire l'intellectuel qui refuse les étiquettes. Quand on est bien éduqué, on est bien éduqué...à quelque chose. Quand on argumente intelligemment, on veut faire réfléchir...c'est "mortel". Courage, Marcel. Sans doute qu'ils auront ta peau... quand tu n'auras plus rien à dire!
    • Marcel Sel
      mai 19, 00:50 Reply
      Haha ;-) Merci (et aussi à ceux que je n'ai pas remerciés).
  15. bourlet
    mai 18, 18:10 Reply
    je comprends difficilement l'insertion du vers d'Aragon dans le titre de votre article. Chez Aragon, c'était une autocritique, l'expression d'une sorte de remords du fait de sa conduite de soldat d'une armée d'occupation en Allemagne vaincue. Il se demande comment il en est arrivé à faire ça, comment il à pu vivre ainsi. Regrettez-vous votre article précédent?
    • Marcel Sel
      mai 19, 00:52 Reply
      Non, m'sieur Bourlet, je ne regrette rien. Mais ça risque de nous amener d'Aragon à Piaf, cette histoire. Je trouvais simplement que le vers d'Aragon collait bien à ces gens de l'ombre qui, de l'ombre, canardent verbalement ceux qui se montrent un peu trop à leur goût. Mais non, ça ne peut pas être une autocritique, j'en suis totalement incapable, vous savez bien :-) (Si, bien sûr, je le dis dans l'article, mon attitude a joué aussi.)
  16. Hansen
    mai 18, 18:16 Reply
    N'en faites pas trop, ne vous exposez pas inutilement à la vindicte populaire, mais l'honnêteté intellectuelle me force ã vous remercier d'avoir attiré mon attention sur le cas de la petite fille nėpalaise quî est maintenant dans sa famille en Belgique. A propos des candidats à la citoyenneté, on connaît déjà plusieurs cas où on l'accorde à des personnes qui ont sauvé des européens, de la noyade par exemple. C'est très bien, mais cela fait réfléchir. Si ces immigrants n'avaient pas eu l'occasion de sauver quelqu'un (et çela spontanément et sans calcul intentionnel), ils auraient sans doute deja été expulsés à l'heure actuelle.
  17. hugues
    mai 18, 18:29 Reply
    Et Kroll qu'est ce qu'il en pense???
    • Marcel Sel
      mai 18, 23:58 Reply
      Il n'est pas d'accord avec moi. (ou moi pas avec lui, quoi.
  18. Bernard Smeysters
    mai 18, 18:51 Reply
    Il faut reconnaître Marcel, il est (trop) long :-) Mais, comme on dit chez les touche-nouille (je ne connaissais pas cette expression), j'aime ko bin
  19. So_cat
    mai 18, 19:09 Reply
    Bonjour Je reconnais avoir, moi aussi, trouvé que dans votre article sur Kroll vous poussiez un peu loin le débat, traitant une caricature - basée donc sur des clichés car une caricature réaliste (et donc compliquée) n'atteint que rarement son objectif - un peu comme vous l'auriez fait d'un article de journal, ou d'une interview politique. Néanmoins, la déferlante d'agressivité dont vous avez été victime est, à mes yeux, inexcusable. Ces "personnes" (un autre mot m'est venu spontanément en tête, mais je ne le noterai pas ici) n'ayant rien trouvé de mieux à faire que vous insulter pour avoir eu le culot de donner une opinion sont les VRAIES barrières à la liberté d'expression. J'espère de tout coeur que vous continuerez à écrire malgré cette "marée d'internautes qui cherchent à vous nuire psychologiquement". Après tout, il n'y a que ceux qui ne prennent pas de décisions et n'ont pas d'opinion qui ne soulèvent aucune opposition ! Je vous souhaite donc beaucoup de courage, et vous soutiens dans cette épreuve. Cordialement Amandine
  20. Etienne Mayeur
    mai 18, 19:11 Reply
    Bonjour Je pense que tout comme pour Charlie, tu n'obliges personne à te lire, à te "follower", à te "liker". Je n'ai jamais aimé Charlie, pas mon style, pas mon ton. Je l'ai lu une fois pour me faire une idée. Mais Charlie ne m'a jamais dérangé, je ne l'achetais pas et je ne l'achète toujours pas. Par contre j'ai marché pour Charlie (en hommage aux victimes mais aussi pour qu'il puisse continuer à s'exprimer). Est-ce que je suis toujours d'accord avec ce que tu écris ? Non et heureusement. Est-ce que je saute sur mon clavier pour (au mieux) t'incendier ? Non plus. L'article sur Kroll ? moui sans doute un peu trop poildecuté à mon gout, un chouia condescendant peut-être. Mais pourquoi s'attarder sur le symptôme ? Sans doute pour mieux éviter la maladie (le racisme "ordinaire" et "acceptable") et encore moins pour trouver des ébauches de réponses à lui apporter au quotidien. C'est tellement plus facile de répondre sans faire fonctionner son neurone. Par contre je ne suis pas d'accord avec toi sur l'anonymat. Sauf dans de rares exceptions (je pense à la Résistance alors que la Belgique était sous la dictature nazie), soit on a des opinions et on les assume soit on la ferme . On a le droit de pas être d'accord, mais jusqu'à preuve du contraire on est encore en démocratie, certes imparfaite, certes avec des failles (et malheur à celui qui y tombe). Quant à l'égo, tout le monde n'a pas le même. Tenir un blog, c'est estimer que ses idées valent la peine d'être partagées. Comme les photos de vacances en Espagne sur Facebook, comme se sentir investi de la mission de lancer l'hallali sur les gens qui écrivent de longs articles qui font réfléchir. Comme, par exemple, celui qui m'a fait me rendre compte que Bart transformait magiquement le noir en gris et le criminel en fautif. Tu as des avis sur tout et tu les partage ? Ben c'est pas la définition du blogger ? Ce que les réactions que tu as prises en pleines tronches vont changer pour moi ? L'envie de commenter plus souvent tes écrits. C'est pas une promesse, juste un envie égocentrique.
    • Marcel Sel
      mai 19, 00:01 Reply
      Sur l'anonymat, dés qu'on travaille pour une entreprise, on en a besoin pour trouver un semblant de liberté d'expression.
      • Vince
        mai 19, 10:06 Reply
        Waïïïe! Je suis surpris que la vindicte populaire ne se soit pas abattue sur vous rien que pour cette phrase. L'entreprise ne se baserait donc pas uniquement sur vos qualités au travail pour vous embaucher? Pour trouver un poste de glandeur du service public, je dis pas, mais dans une entreprise, non hein dites (mode ironie "On", je précise)...
  21. Nyssen, Vivianne
    mai 18, 19:36 Reply
    C'est parfois très difficile de se persuader soi-même que l'on a raison face à des cons, des grossiers sans aucune éducation, des haineux qui bavent leur fiel avec entrain sur les réseaux sociaux, qui pour moi sont aussi les égoûts du monde... Je note au passage la richesse du vocabulaire employé, sa variété, sa pertinence... L'élite...
  22. hans
    mai 18, 19:46 Reply
    j'ai été bloqué de manière fort peu élégante: pas prévenu, et des propos plus que désobligeants juste après, à mon sujet; erronés d'ailleurs (je te laisse le préjugé favorable). 1. Je ne t'ai jamais injurié 2. j'avais d'abord commenté le fond, poliment 3. je me suis moqué de la polémique (qui implique 2 parties) sans te mettre en cause; je la trouvais et la trouve toujours parfaitement ridicule et infantile (cour de récré) 4. j'ai plaisanté à propos d'un com de tiers en écrivant "mais non, tu n'as rien compris etc..." ce que tu as erronément pris pour toi. 5. oui je crois que tu as fait preuve ici d'un ego surdimensionné. 6. je commente généralement de manière intelligente ou spirituelle d'après de nombreux avis, alors que nombre de trolls ou d'imbéciles sont tolérés... je tenais à répondre par souci d'objectivité. je penses que tu te grandirais en annulant ce blocage ridicule et inéquitable sincèrement Hans Gruber
    • Marcel Sel
      mai 19, 00:55 Reply
      Cher Hans, j'ai apparemment mal (com)pris ce commentaire Facebook. "et Marcel n'a toujours pas compris que c'est son " égo surdimensioné " qui est "omniprésent en radio et en télé". . . pas lui, évidemment" Avec le recul, je perçois un second degré qui m'avait échappé alors (j'ai été assez malheureux de te bloquer pour être complet). Donc, j'annule le blocage non pour me grandir, mais parce que c'est juste. Désolé. Il y a eu deux ou trois victimes collatérales en fin de bashing.
  23. Dandrifosse Chantal
    mai 18, 19:56 Reply
    Je suis bien triste de lire ceci, même si je connais la médiocrité des propos, Le médiocre est stéréotypé, il vit dans ses habitudes, dans le palais de ses vieux préjugés, dans son indifférence malveillante, dans son scepticisme méchant, dans cette haine profonde qui ressemble à de l'impartialité; il lui appose l'arme des gens sans coeur, la dureté de la bêtise. Il se nourrit de petites abjections, qui, à force d'être petites, n'ont pas l'air d'être infâmes. Il pique avec des épingles, et se réjouit quand le sang coule, Il se sent appuyé sur la multitude de ceux qui lui ressemblent. Ne vous laissez pas démonter par ces êtres qui laissent dans une léthargie, vide de tout, parce qu'eux sont vide J’ai besoin de voir, d’entendre, de lire des êtres incomparables, ceux-là qui descendent au fond de nous plus profondément que nous n'avons l'habitude d'y descendre. Ces êtres qui donnent la parole à nos pensées, qui sont plus intime avec nous que nous-même. Cet être remarquable qui nous exaspère et nous égaye, qui nous réveille pour aller voir avec lui un lever de soleil, qui nous arrache à notre routine pour nous entraîner dans ses domaines, il nous inquiète, et nous donne en même temps la paix supérieure et de ceux là vous faite partie et pour tout ça je vous dit MERCI
  24. thomas
    mai 18, 20:10 Reply
    Encore une fois, pourquoi l'image d'un juif riche inciterait-il l'antisémitisme? N'est-ce pas plutôt la jalousie qui règne dans notre société qu'il faut affronter? Cette jalousie du succès de l'autre, cette haine envers des gens réussis, alors qu'on est toujours parmi les pays les plus redistribuants du monde (si, si, même avec le gouvernement actuel !), on sait très bien quels forces politiques sont responsables de ça.
    • Marcel Sel
      mai 19, 01:03 Reply
      Ce n'est pas l'image d'un juif riche elle-même. C'est le fait de représenter un métier décrié (diamantaire) et suspect de fraude, qui plus est « choyé » par le gouvernement, par une personne d'une ethnie particulière, ici juive. À cela s'ajoute le fait que ce genre de combinaison était utilisé par l'Allemagne nazie et que des enfants et petits-enfants de ceux qui ont vécu la Shoah ou la persécution s'en souviennent encore (travail de Mémoire). Bien sûr, cette deuxième partie, il est compliqué de s'en préoccuper parce qu'on retombe alors dans le problème de la sensibilité (comme pour les musulmans pour le blasphème), mais on doit pouvoir considérer (enfin, on "doit", c'est à mon avis hein) que la répétition de tels dessins constituent une incitation à la haine et que donc, Le Soir n'aurait pas dû le diffuser, et Kroll devrait faire un peu plus attention à l'interprétation possible de son dessin.
      • Lapiere
        mai 20, 11:04 Reply
        Il me semble surtout que voir de l'antisémitisme partout nuit à la cause juive. Et ne fait qu'exacerber une situation qui n'a pas besoin de ça.
        • Marcel Sel
          mai 20, 13:40 Reply
          Vous avez raison, n'en parlons pas, laissons faire :-)
    • Pfff
      mai 19, 12:31 Reply
      Arpagon se prenant pour un juif persécuté "cette haine envers des gens réussis" Le flamingateux est un type achevé (ne pas confondre avec un crétin fini). On est complet, on s'y complait !
  25. DDT
    mai 18, 20:14 Reply
    Sans être nécessairement en accord parfait avec votre critique de cette caricature, il me semble qu'il n'y avait là que l'expression d'une liberté d'opinion tout à fait normale. Mais il en coûte de s'attaquer aux "vaches sacrées de la culture belge". Quant aux imbéciles qui vous insultent en (moins de) 140 caractères, est-il nécessaire de s'en soucier ? Quelquefois je vous lis avec plaisir, quelquefois je vous déteste, mais continuez.
    • Marcel Sel
      mai 19, 01:05 Reply
      Je pense que Bart De Wever ne va pas sur les réseaux sociaux et ne voit donc pas ce qu'on peut dire de lui. Mais on m'a dit qu'il savait qui je suis :-)
      • Jehan Delbruyere
        mai 19, 09:39 Reply
        Et c'est bien là votre bonheur. Savoir qu'un tel sait "qui vous êtes :) " Assez pathétique. On peut espérer que l'expert en tout que vous êtes sera maintenant un peu plus oublié des médias...
        • Marcel Sel
          mai 20, 00:56 Reply
          Procès d'intention : je ne me déclare expert en absolument rien, même quand je passe sur RTL-TVI pour parler de Jan Jambon, je demande qu'on n'écrive ni "expert de l'extrême droite flamande", ni "spécialiste", mais "observateur de l'extrême droite flamande". Ceux qui prétendent que je me déclare expert mentent et me font un procès d'intention minable et déplacé.
  26. Je n'étais pas d'accord avec vous à propos de l'article incriminé, mais ici je vous rejoins pleinement. Malheureusement, la liberté d'expression est bien souvent une marionnette qu'on agite pour donner l'impression qu'on est libre et qu'on vit dans une jolie démocratie merveilleuse (cf., par exemple, le nombre de crapules liberticides, représentant la brillante démocratie, qui ont défilé lors de la manifestation du 11 janvier à Paris). En fait, une bonne proportion de la population n'a que faire de ce luxe de la pensée libre. Penser librement est accepté tant qu'on beugle dans le politiquement correct. C'est la dure réalité d'un monde totalement désorienté et décevant jusqu'à l’écœurement. N'est pas Spinoza qui veut.
  27. Arnaud de la Croix
    mai 18, 20:33 Reply
    Brrrr. Internet doit être consommé et fréquenté et activé avec modération, dirait-on... Sans quoi, l'agressivité de nos frères humains incline à la misanthropie. Pour le le dire autrement - et plus durement -, mieux vaut échanger parcimonieusement avec les membres de notre espèce... Point trop n'en faut, ah ah.
  28. thomas
    mai 18, 20:37 Reply
    Marcel, Ce que vous venez de subir est en effet grossier. Mais continuez votre blog! Demandez peut-être conseil au bourgmestre d'Anvers? Il doit probablement subir quotidiennement ce que vous venez de subir, par des gens grossiers immodérés, incités, entre autres, par vos écritures. Pourtant il ne jette pas l'éponge. Hoge bomen vangen veel wind. Félicitations, ça veut dire que vous êtes devenu important :)
  29. Sandra
    mai 18, 20:42 Reply
    Courage, Marcel. Je trouve toute cette histoire totalement démesurée. Tu as le droit de t'exprimer comme d'autres ont le droit de ne pas être d'accord. Il suffit de rester dans les limites de la politesse et du respect, ce qui était le cas de ton billet. Pour moi c'est ça la liberté d'expression. Le plus dur, à mon sens, est de ne pas répondre à l'agression par l'agression, qui apporte de l'eau au moulin de tes détracteurs. C'est le piège sur les réseaux sociaux et tu es tombé dedans (je comprends que ça démange, mais il faut être plus fort que ça). Ne lâche pas l'affaire, tu as une belle plume et tu poses les questions qui fâchent. C'est important dans le monde d'aujourd'hui. Sandra.
  30. Marc Dubrowski
    mai 18, 21:07 Reply
    Je ne blogue pas, je n'ai pas de compte twitter ni facebok, et pourtant, j'ai un ego. Et pas mal de surcroît: je ne me prends pas pour de la merde. Et qui plus est, si j'avais quelque chose à dire, et qu'il me prenait l'envie de le publier sur le web, sous un blog, je ne prendrais pas la peine d'activer les commentaires. A force de les lire, je me rends compte à quel point il faut avoir du temps pour les produire, et vu le caractère récurrent de certains commentateurs, c'est à se demanbder s'ils ont autre chose à faire. Et apparemment pas. Alors, je survole, et je suis content quand je vois des échanges contructifs. Je commence à identifier les trolleurs Et concernant twitter, que peut-on dire sur 180 caractères qui ne soit pas une phrase assassine. Les bons aphorismes sont rares. Et les nuances impossibles. Voilà bien un médium sans intérêt. A choisir, les meme sont plus riches, et ils ne sont pas signés. Marcel, je ne pourrais argumenter ou trouver en moi pourquoi votre article m'a dérangé. Et au début seulement: je ne l'ai pas fini. Mais je suis outré de lire les âneries phénoménales qu'ont pu vous envoyer les bas-du-plafond qui vous ont inondé d'insultes. Je ne sais même pas par où j'ai pu découvrir votre blog. Ni facebook ni twitter, probablement un mail. Et j'aime vous lire, même si vos jeux de mots sont quand même parfois un peu lourds (je suis sûr que c'est exprès :-) Je serais triste que vous arrêtiez.
  31. L'enfoiré
    mai 18, 22:35 Reply
    Voilà un billet comme je les aime. :-)) Fakebook dans toute sa splendeur. "Je ne sais rien mais je dirai tout"... FB j'y suis pour constater les conneries. Mais tu as raison, même la LB passe par là.
  32. Juliette
    mai 18, 22:52 Reply
    Cher Marcel, dans mon commentaire sur l'article précédent, je cite, « Ah ça! Pour sûr qu’on a bien remarqué que vous y mettiez toutes les précautions oratoires pour le dézinguer! ;-) Je répète: ;-) ! », le « ;-) » répété précisait évidemment que mon intervention était à prendre au second degré : je vous titillais un peu ! J’allais donc réagir à votre réponse (« Ce ne sont pas des précautions oratoires, c’est ce que je pense ») qui me laissait soupçonner une « légère » imperméabilité à mon humour mais, avant, je suis venue lire votre dernier article… J'ai vachement bien fait! En guise de we de l’Ascension, vous avez eu droit à une descente en règle ! Purée !!! Et on appelle ça des réseaux « sociaux » !!! J’avais bien compris que, dans votre critique du dessin de Kroll, vous y livriez là sincèrement votre opinion à propos de la production de quelqu’un que, par ailleurs, vous estimez. Si je ne partage pas votre lecture de cette caricature, j’admets tout à fait qu’elle est une lecture possible et que certains l’ont faite. Je m’interroge cependant toujours sur le point de savoir s’il n’est pas contre-productif dans ce cas-ci de parler de « gros » dérapage. Quoi qu’il en soit, rien ne peut justifier le déferlement de saloperies en tout genre qui vous sont tombées dessus. Absolument rien. Certains ont une propension à confondre liberté d’expression et liberté d’injurier. Éducation à la citoyenneté : ‘ y a du boulot, en effet… Et pas nécessairement auprès de nos « chères petites têtes blondes » ! (Tiens, pourquoi « blondes », au fait ?????!!!!!)
    • Juliette
      mai 18, 23:12 Reply
      Ah! J'oubliais... Comment ai-je pu???!!! Ne vous laissez pas décourager par les cons, cher Marcel: pour eux, on ne peut plus rien! Ne renoncez donc pas à ce blog! Personnellement, et je ne dois pas être la seule, j'y trouve des opinions et des prises de position toujours intéressantes car vraiment argumentées et qui viennent nourrir ma propre réflexion. Certains commentateurs y contribuent aussi... C'est trop rare pour que ça le devienne encore plus! Mais bon... C'est vous qui décidez, hein! ;-)
    • Marcel Sel
      mai 19, 01:08 Reply
      Oui, je n'aurais pas dû parler de "gros dérapage". Ça ne correspondait pas à l'article. Comme vous voyez, je dérape parfois aussi.
  33. Catherine
    mai 18, 23:32 Reply
    Cher Marcel, Je suis d'accord avec les conclusions de votre post. Le bashing est intolérable. Supporter des attaques argumentées peut être pénible, l'attaque sans argumentation est insupportable et minable. Votre post sur la caricature de Kroll était un bel exemple de critique constructive, de liberté d'expression dans le respect de l'auteur de l'objet critiqué. Vous avez fait preuve d'une grande empathie. Et contrairement à ce que vos détracteurs disaient le fond y était. Le travail que vous effectuez est indispensable. Internet permet à des médias indépendants et à des personnes isolées de diffuser leur réflexion, leur travail, il faut que cela continue. Pour atténuer votre souffrance, je dirais que ce n'est qu'une infime minorité de personnes qui ont lu ce post qui ont réagi de la sorte et que j'espère que cette infime minorité ne vous fera pas baisser les bras. J'aimerais aussi vous dire qu'à l'avenir ne vous minez pas tant pour une poignée de basher. Au plaisir de vous lire encore.
  34. Vincent Rif
    mai 18, 23:47 Reply
    Juste un message de soutien. Quand j'ai vu l'article sur Kroll, j'ai su que vous alliez recevoir une volée de bois verts. Mais pas à ce point là! Un tel niveau de violence est effrayant. Oui, le dessin de Kroll était maladroit. Non, les dessinateurs de presse ne sont pas parfaits. J'apprécie beaucoup Kroll, humainement, politiquement et artistiquement, mais il commet des erreurs aussi. C'est un être humain, pas une machine. Et même s'ils commettent des erreurs, pourquoi déployer autant de violences verbales. Je crois que Kroll aussi est perturbé/affecté par ces réseaux sociaux (Il suffit de voir le nombre de followers et d'imaginer ce que cela implique comme gestion). Les rédactions sont aussi tétanisées par les forums de leurs site internet. Votre mésaventure me fait penser à Emmanuel Todd (j'ai moins de sympathie pour le bonhomme). C'est le même contexte (liberté d'expression, religion, Charlie, etc.), c'est aussi un intellectuel totalement ébranlé (il faut regarder la vidéo de son entretien TV sur le site de Mediapart). Cela me fait penser aussi au départ annoncé de Luz de Charlie. Ces "acteurs" se trouvent confrontés et contraints au silence par une armée de "défenseurs de la liberté d'expression". Personnellement, je serai content de continuer de vous lire. Ne changer rien. Tout comme Luz, Kroll, Gunzig,... On a besoin de vous pour tenir notre sens critique en éveil, pour ne pas devenir cons et beaufs. Encore merci pour vos papiers.
    • moinsqueparfait'
      mai 19, 13:12 Reply
      Todd, bien que nationalité française et d'ailleurs amoureux de la France, je crois, n'est en fait pas un penseur français. Il a fait la partie sans doute la plus importante de ses études à Cambridge. Ce n'est pas un détail. En fait, le citoyen est français, l'auteur est français, la rédaction est française mais la pensée est anglaise. Il a toujours eu des problèmes à cause de ça. Son "ébranlement" n'est pas récent et n'est pas prêt de disparaître. Ce n'est ni un penseur parisien présumé de gauche ou présumé de droite, ni un polémiste de la France d'en bas présumé avoir tous les vices. On ne peut le ranger dans aucune case du business de la pensée française. Le rejet est donc global et constant, mais au final les gens vont quand même lire les bouquins (enfin, ni Najat ni Marine... ça vole beaucoup trop haut pour elles ;).
      • Vincent Rif
        mai 20, 08:31 Reply
        Voilà l'interview du "paisible" Todd http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/emmanuel-todd-et-alain-badiou-debattent-de-lapres-charlie/
  35. Shakuhachi
    mai 18, 23:55 Reply
    "Si on fait tout pour détourner ton propos, tout pour te faire taire, tout pour cibler la personne plutôt que le sujet, c’est que le sujet dérange." Supposons. Mais est-on pour autant assuré de savoir quel est le sujet ? * Le sujet est-il Kroll ("Touche pas à mon Kroll") ? Ou bien – fût-ce à travers Kroll – le sujet est-il une liberté, un jeu, une fantaisie (que le coup de crayon de Kroll figure à merveille) qu'il vous a pris l'envie de régenter ? * Je n'ai pas encore compris pourquoi vous étiez venu avec cet article sur le dessin de Kroll. Dans une de vos réponses, vous avez écrit : "Eh bien, Kroll est mon caricaturiste politique préféré (...) et c’est bien pour ça que j’ai écrit ce papier. Bizarre, hein ?" Ce commentaire est peut-être à mes yeux le pire que vous ayez pu émettre et il n'explique de surcroît pas mieux pourquoi vous aviez écrit ce papier. * Vous dites : "J’ai écrit que Kroll a dérapé parce que ça faisait un titre court et frappant." Et plus loin : "(...) il me semble qu’il faut, aujourd’hui plus que jamais, combattre les clichés." Mais cette image du "dérapage" est un formidable cliché qui permet de dire sans dire, d'accuser sans accuser. Ce cliché entend vous coller une odeur mais c'est lui seul qui est puant. * "Pire : des Juifs, blessés ou inquiets, n’osent même pas réagir, de peur qu’on les accuse d’être des emmerdeurs." "Et c’est justement parce que Kroll n’est pas antisémite que c’est troublant. Mais c’est aussi parce qu’il n’est pas soupçonné de l’être qu’il peut y faire quelque chose." Pour écrire cela, vous n'avez pas dû aller voir ce qui se dit à ce propos sur le site du CCLJ. Et à propos de Kroll. * "Et pourquoi n’indique-t-on pas systématiquement l’ethnie du « mauvais » dans tous les dessins ? Pourquoi seulement quand il s’agit d’un juif ?" Dans le dessin de Kroll dont il est question, le type au cigare qui sort par la porte réservée aux diamantaires n'est pas "ethniquement" identifiable. J'avais tenté sans succès de questionner ce passage sidérant de votre article : "Mais rien ne dit que le type qui passe tout joyeux le portail du fisc n’est pas juif lui aussi." Vous aviez besoin qu'il soit juif mais pourquoi vous fallait-il seulement qu'il s'agisse d'un juif ? * Il y a ceci dans votre long papier : "Merde, au passage, aux enseignants qui participent à ce genre de curée, se laissent emporter par l’effet de groupe, ou influencer par des twitteurs toxiques dont la principale activité consiste à basher du Marcel Sel et à s’adresser aux gens qui me font travailler pour leur intimer l’ordre de ne plus m’inviter. Je n’ai pas assez d’importance et encore moins de revenus pour devoir supporter ça." En vous lisant là, j'ai pensé à Dieudonné à la suite de son passage chez Fogiel. Hier, c'est un maïeur zombie qui a cru, en interdisant son spectacle, devoir "être Charlie" jusqu'au bout d'une logique dont il m'avait semblé pourtant avoir vu déjà l'apothéose dans la bouche de Vallaud-Belkacem à l'Assemblée Nationale. Qu'Yvan Mayeur ait fait, en l'occasion, figure de bouffon n'enlève rien à la gravité de sa décision.
    • Marcel Sel
      mai 19, 01:12 Reply
      Beaucoup de questions. Le sujet, c'est la publication d'un dessin pouvant être considéré comme appelant à la haine antisémite.
      • u'tz
        mai 19, 02:42 Reply
        "un dessin pouvant être considéré comme appelant à la haine antisémite" je ne vous ai pas trouvé trop pertinent sur ce point , mais j'ai bien conscience de faire partie des salauds d'antisionistes qui ne voit aucune différence entre bdw,marine lp, netanyahu, etc... perso j'ai pas l'impression de pas capter votre sujet mais bon sûr que tout le monde peut se tromper
      • Shakuhachi
        mai 19, 17:33 Reply
        Marcel, vous me répondez : « Beaucoup de questions. Le sujet, c’est la publication d’un dessin pouvant être considéré comme appelant à la haine antisémite. » Beaucoup de questions mais qui n'en sont pas pour vous, apparemment. « Le sujet, c’est la publication d’un dessin pouvant être considéré comme appelant à la haine antisémite » ? Si le sujet était simplement cela, il n'aurait pas ce pouvoir de déranger comme vous vous complaisez à le relever ici : « Si on fait tout pour détourner ton propos, tout pour te faire taire, tout pour cibler la personne plutôt que le sujet, c’est que le sujet dérange. » Tout le monde sait que le dessin de Kroll ne peut pas être « considéré comme appelant à la haine antisémite. » Ce qui est dérangeant, déjà, c'est de l'insinuer quand même. Ce sujet qui dérange ne serait-il pas justement ces sempiternels soupçons, imputations, accusations d'antisémitisme ? Ne suscitent-ils pas enfin des réactions de santé ? Au-delà de ces excès injurieux dont vous faites peut-être trop de cas, n'est-ce pas à votre contribution à cette mode du soupçon d'antisémitisme que vous devez ce retour de manivelle ?
        • Marcel Sel
          mai 20, 01:10 Reply
          Non, beaucoup de questions auxquelles je n'ai pas le temps de répondre. Mais je n'insinue pas. Je constate que ce dessin, si on cache le nom de l'auteur, est un appel à la haine contre les Juifs. J'ai argumenté pourquoi. Le nom change peut-être la dimension du problème, mais pas le fait qu'on oppose toute la population belge, littéralement massacrée, à un seul personnage déterminé ethniquement, le Juif. Ça, c'est le fond du sujet. Il y a ensuite le fait que Le Soir n'ait pas perçu ce problème ou ait considéré qu'il n'y en avait pas, et que Kroll n'ait pas (suivant mon raisonnement évidemment) pris la mesure des conséquences en termes de grammaire de la caricature de l'ethnicisation d'une profession décriée. Maintenant, ce sont mes conclusions. Après, si les gens qui n'ont pas lu mon article répondent en imaginant ce que j'aurais pu écrire, ben voilà, il y en a toujours. Mais je n'avais encore jamais vu ce phénomène avec cette amplitude. Pourtant, j'en ai attaqué, des symboles !
        • Shakuhachi
          mai 20, 17:27 Reply
          « Mais je n’insinue pas. Je constate que ce dessin... », me dites-vous, Marcel. J'aurais peut-être dû mais je n'ai pas écrit que vous insinuiez. Quant à « constater », vous ne constatez pas non plus. Là-dessus...
    • Pfff
      mai 19, 12:17 Reply
      Il se trouve que "Kroll est mon caricaturiste politique préféré" et que je trouve que ce dessin est complètement mal fichu. Bizarre, non ? J'ajoute que Kroll est la seule personne dans la rédaction du Soir qui me donne le sentiment de ne pas avoir complètement abdiqué son esprit critique par rapport à la façon dont les francophones de ce pays sont en train de se faire entuber par leur pays. Comme si on n'arrivait plus à le penser ou le dire, seulement à le dessiner. Donc, son travail est important à mes yeux.
  36. u'tz
    mai 19, 00:17 Reply
    @Marcel & rit -donc faux pas ê maussad avec kroll -anti-twit bien "trop long" pour nous expliquer que les snipers du gazouilli ont le goût la portion de chicken wing au mcdo (bien qu'homéopathétiques, très gras!) -LaurentofB vous évalue !! super bientôt vous entrerez à l'académie royale de B -trop drône trop drôle merci pour cet anti-haiku -you are quite right, continuez avec hassidité godferdom
  37. Tournaisien
    mai 19, 09:19 Reply
    Marcel, J'avoue ne pas avoir tout lu (un peu long). Pour ce que j'en ai découvert, je serais tenté de vous dire "ne 't tracasse pas, Marcel ... y a que les bileux qui se grattent". Je comprends que cela puisse toucher, mais la méchanceté n'est-elle pas en définitive toujours une preuve de bêtise ? Si je devais risquer une comparaison, en caricaturant bien sûr, je serais tenté par un rapprochement avec les Interahamwes et les Imbonerakures du Rwanda et du Burundi. De la haine, gratuite, aveugle, à visage couvert ou sous couvert d'anonymat, sauf qu'en Afrique centrale, bien sûr, cela se termine à coups de machettes, pas encore chez nous (ouff !). La dynamique somme toute est la même : un déni de toute forme de débat critique, un refus du dialogue, une diabolisation en forme d'exutoire, une agressivité que l'on cultive de façon quasi jouissive. J'ai été frappé en particulier par le commentaire de Christophe Mincke qui vous reprochait de "vous prononcer sur trop de choses sur lesquelles vous n'aviez en définitive pas grand chose à dire". Comme si il fallait toujours être habilité en quelque manière que ce soit pour avoir un avis sur tel ou tel aspect du paysage politique, et le donner ! (ceci sans compter le fait que vous êtes toujours très informé, et que vous réalisez un vrai travail journalistique) À ce rythme-là, plus personne n'a à exprimer quelque avis que ce soit sur quoi que ce soit, et voici donc instauré la plus extraordinaire omerta qui soit : "circulez, il n'y a rien à voir ... et de toute façon, cela ne vous regarde pas. Mieux, vous n'êtes en aucune manière habilité à vous exprimer, vous n'êtes en rien concerné". Au Burundi, c'est très exactement ce que le président Nkurunziza est en train de dire aux opposants de Bujumbura : "Qu'est-ce qui vous permet de remettre mon intention de me présenter aux présidentielles ? En quoi êtes-vous concernés, petits morveux ?". Et vive la dictature ! De Mugabe à Nkurunziza, il n'y a qu'un jet de pierre ; des imbonerakures à Nkurunziza, il y a un fil continu. Entre la dialectique de ces extrémistes hutus à ce que l'on lit sur certaines des captures d'écran ci-dessus, il y a d'évidentes similitudes. Entre la dialectique d'un Mugabe et celle de certains de "courageux anonymes du web", il n'y somme toute qu'un pas ! D'autres vous reprochent "de détenir systématiquement la vérité", d'être une sorte de pape de la bien-pensance en somme. Là, je me marre. Ont-ils seulement croisé les arguments avec vous, si tant est qu'ils aient bien sûr respecté les formes et l'esprit du débat. S'ils l'avaient fait (comme je pense le faire, moi qui n'ai pas toujours été d'accord avec vous, ou qui du moins avais parfois des appréciations un peu différentes des vôtres), ils auraient découvert un Marcel Sel, certes fort dans ses convictions, mais respectant toujours le point de vue de l'autre. Vous êtes de gauche ? Je suis plutôt centre-droit, et alors ? Cela ne m'empêche nullement de prendre plaisir à vous lire, parfois à vous contredire, et vous, cela ne vous empêche pas de discourir avec moi, et je soupçonne même (sans chercher à mettre des plumes à mon chapeau) qu'il vous arrive d'y prendre plaisir. N'est-ce pas cela le débat ? On critique souvent le web comme étant le lieu de tous les excès, de toutes les baves. À vrai dire, le web, la blogosphère en particulier, rassemblent le pire et le meilleur, et en matière de travail de conscience et de plateforme politique, il m'apparaît que vous êtes loin d'appartenir à la catégorie "à proscrire", bien au contraire. Votre blog est un véritable espace de dialogue, de prise de conscience, de réflexion sur le monde qui nous entoure, de réflexion politique. Il a sa couleur ! Et alors ? N'est-ce pas là logique ? Qui peut se targuer d'être sans couleur, sans opinion ou sans inclination politiques ? En clair, votre blog répond à un vrai besoin, quand bien même certains y trouvent parfois matière à se défouler quelque peu, ou à donner libre cours à certaines de leurs obsessions (thérapeutique aussi, votre blog ? ... why not ?). En conclusion, "les chiens aboient, la caravane passe". Ignorez ... et continuez votre travail de réflexion et de conscience. Ne leur donnez pas l'importance qu'ils n'ont pas ! Un dernier point : Kroll ! À vrai dire, ce n'est tant Kroll qui est ici en jeu (dont je suis convaincu qu'il est par ailleurs quelqu'un d'éminemment sympathique et de très ouvert), mais bien les "bœufs d'une certaine forme de pensée unique, de prémâché de l'intelligence" qui se reconnaissent dans Kroll. Vous vous seriez attaqué à une idole, à un symbole ? Je crois que ce qui s'est passé, c'est qu'en définitive vous avez pointé du doigt une dérive dans le chef de quelqu'un qui, à son corps défendant, est devenu le parangon d'une "soi-disant liberté de ton et de pensée". En clair, Kroll s'est fait piéger par Kroll. Ou plus exactement, ce sont les amateurs de Kroll qui ont fini par transformer le Kroll savoureusement impertinent en ce "Kroll" qu'adorent tous les bœufs du café du commerce, celui qui leur renvoie l'image d'une soi-disant intelligence critique et libertaire (très dans l'esprit du temps ... ce Zeitgeist d'une époque de cons) dont ils se gargarisent à bon compte, à vrai dire de la bouillie pour une majorité de bœufs stupides, prompts à relayer en écho du "prémâché" en étant convaincu qu'ils participent à cette pensée soi-disant pénétrante et originale. Kroll, quelque savoureux et fin qu'il est, est devenu hélas ... eh oui ! ... le met de choix d'une consommation de masse d'une forme réflexion politique frisant avec le niveau 0 de l'analyse de fond. Et vous avez eu, vous Marcel, le tort, à votre manière, de pointer cela du doigt ! Sacrilège ! ... d'autant que ce côté si "politiquement correct" façon nouvelle mouture de ce brave Kroll permet au passage, sous couvert d'une impertinence si honorable, si acceptable, de laisser se déployer ces instincts et ces inhibitions les plus inavouables. L'antisémitisme n'est pas mort ! ... la preuve en est ! Il est loin d'être mort, très loin. Il est là tapi, un peu comme une baudroie qui dort sur le fond sableux de la mer, se confondant avec les algues et les cailloux. Poisson bien horrible qui n'attend qu'un signal "marqué d'honorabilité" et de soi-disant "subtilité critique" pour se réveiller un peu comme un rire narquois qui, soudainement, apparaît sur un beau visage et l'enlaidit d'une bien détestable grimace. Vous avez eu le tort de déceler derrière ce sourire la grimace. Sacrilège, ai-je écrit !
  38. Thomas
    mai 19, 09:28 Reply
    Ah évidemment, si tu oublies de poster les screenshots de tes propres tweets et tes propres commentaires sur Facebook, ça n'a pas la même teneur. Tu connais trop bien les réseaux sociaux pour savoir exactement ce que ça allait provoquer. Et évidemment, c'était clairement le but recherché. Très jolie illustrations de la création de son propre buzz, tout y est...
    • Marcel Sel
      mai 20, 00:53 Reply
      Thomas, si certains commentaires sont des réponses à de commentaires que j'ai faits (et c'est précisé dans l'article), la plupart sont venus spontanément, sans "provocation" aucune de ma part. Si je devais afficher tous mes commentaires, franchement, on n'en sortirais plus. Quant à "savoir exactement" ce que l'on provoque sur les réseaux, celui qui le sait ferait bien de se faire engager par Facebook ou Twitter. Il a une grande carrière devant lui. Ce n'est pas mon cas.
  39. vince01
    mai 19, 09:47 Reply
    Suis-je antisocial parce que j'évite méticuleusement ces réseaux prétendus sociaux ?.Cet article me conforte dans mon aversion de ces nouveaux moyens d'expression que tout le monde encense bizarrement et qui pourtant font des victimes.Et puis lire Marcel Sel n'empêche pas de rire des dessins de Kroll.Il serait dommage que l'un comme l'autre abandonnent leurs lecteurs pour quelques olibrius qui n'ont rien compris.Cher Marcel si tu abandonnes ton blog je me demande bien comment tu vas pouvoir exprimer ton talent aussi librement, parce que du talent tu en as. Ce besoin d'écrire et de t'exprimer sera toujours le plus fort quoique tu fasses.Le talent a aussi ses revers ,ne les laissent pas t'abattre à la première altercation, il faut pouvoir garder ses distances avec l'insulte et la grossierté.Tu nous manquerais.
    • Marcel Sel
      mai 20, 00:56 Reply
      Non, mais financièrement, ce blog me mine aussi…
      • Salade
        mai 20, 10:53 Reply
        comment ça, financièrement? parce que ça vous prend trop de temps?
        • Marcel Sel
          mai 20, 13:39 Reply
          oui, et je bouffe trop sur mes activités financièrement rentables.
        • Salade
          mai 20, 13:57 Reply
          Marcel, on peut faire de la pub pour vous. La RTBF en fait bien à mort pour Charles Michel!
        • Salade
          mai 20, 14:00 Reply
          J'en connait un autre (politique) qui fait du marketing à mort: Maxime prévot aide les commerces à faire des enquêtes!! https://docs.google.com/forms/d/1CBy6PfEAV5oIiDGe_DeX67-RX1ThZI8eEm74TmBCSoQ/viewform?c=0&w=1 Et on paye pour ça à Namur! MRD!!!
  40. alain20cent
    mai 19, 10:07 Reply
    Comme je n'ai pas de compte Twitter (et ne suis pas près de m'inscrire), j'ai échappé à cette polémique, dont manifestement certains se nourrissent quotidiennement. Au delà de ce que ces attaques ont dû représenter pour vous — je l'imagine très facilement — il y a vraiment un problème de société pour en arriver là ! Je suis en particulier interpellé par le fait qu'il n'y a pas que des têtes creuses dans la meute, la médiocrité a décidément beaucoup progressé en peu de temps ;-(( J'ai lu tous les commentaires précédents et me retrouve dans pas mal d'entre eux, que j'ai "liké" (horrible mot, faute de mieux) : bref, continuez à nous faire réfléchir et tant pis pour ceux qui ne savent qu'éructer en 150 caractères (ou 140 ? 180 ?)
  41. Capucine
    mai 19, 10:19 Reply
    sœur Emmanuelle vous aurait dit:YALLA! avancer et apprendre du passé bonne chance ! Il y a beaucoup de gens qui vous aiment bien . Bonne journee!
  42. oumoubarry1977
    mai 19, 10:28 Reply
    Une choses est sûre! Ceux qui apparaissent ici comme vos plus irulents critiques sont les habituels trolls que l'on retrouve partout! Je dis bien tous! Ce sont des gens atteints de TOCS même les plus professionnels d'entre eux ( enfin pro!!).
  43. cathlinevanrymenant
    mai 19, 10:57 Reply
    Bonjour Marcel. J'avais partagé votre article sur Kroll, long par le décorticage d'un dessin risquant d'induire ou de renforcer effectivement les préjugés antisémites mais aussi par l'expression d'un respect certain pour Kroll. J'en conclus donc que la majorité de vos "assaillants" n'a pas lu l'article ou alors en diagonale (c-à-d en partant uniquement de leur point de vue). Un peu comme dans les villages isolés d'autrefois où un colporteur de rumeurs débarque et arrive à échauffer les esprits, parfois les comportements. Internet, les réseaux sociaux en sont l'expression moderne, la possibilité d'anonymat en plus. Je ne partage que certains de vos articles, soit à cause du thème abordé, soit à cause d'une position défendue. J'avoue que, par paresse surtout, je ne réagis guère en cas de désaccord (je suis aussi du genre à faire long). Mais jamais il ne me viendrait à l'esprit de remplacer un argumentaire par des attaques personnelles, des insultes, ce qui est la négation même de la liberté d'expression mais aussi de l'intelligence humaine. J'aimerais vous dire : ne vous en faites pas, ne vous pas laissez pas déstabiliser, la meute s'est contentée de suivre le joueur de flûte et finira bien par se noyer en se jetant dans la mer de sa fange. Mais je sais que ce n'est pas si facile, le harcèlement est destructeur. Cela me rappelle que ceux qui soutiennent Charlie Hebdo dans la défense de la libre pensée (je ne parle pas de ceux qui l'invoquent pour de mauvaises raisons comme le racisme, la haine des musulmans) rappellent que Charb et Charlie s'en prenaient aux idées dogmatiques et aux comportements sectaires et non pas aux personnes (chrétiens, musulmans, électeurs d'un parti ...). Alors, ceux qui invoquent la liberté d'expression pour se délecter d'insultes ressemblent pour moi aux extrémistes rêvant de prisons fascistes ou de goulags communistes pour ceux qui ne marchent pas au pas. Personnellement, je suis quelques règles sur ma page FB ou dans les groupes que j'administre : les insultes (contre moi et contre mes amis et mes contacts) donnent lieu à une première mise en garde puis au blocage, ma page est publique mais j'en exclus les extrémistes de tous bords, comme je le fais dans la vie "réelle". Je ne suis plus toute jeune; j'ai appris qu'il y a des personnes avec qui cela ne sert à rien de discuter car ils ne le souhaitent pas. Et, dans la vraie vie, on vous conseille, en cas de conflit, de sortir de la pièce pour laisser la tension retomber. L'avantage sur les réseaux sociaux est que l'on peut faire sortir les autres au lieu de quitter "sa maison". Et que les adversaires de la liberté d'expression dans le respect des personnes aillent déverser leur fiel ailleurs ... en fin de compte, n'est-ce pas eux avant tout que cela dévalorise ? Si la profondeur de leur pensée se résume à cela, mieux vaut qu'ils se retrouvent entre eux, se congratulent mutuellement Cela permet de discuter plus librement sur les points d'accord et de désaccord, d'aller de l'avant.
  44. Myriam Anna Verri
    mai 19, 11:12 Reply
    Cher Marcel, Il est assez saisissant de lire cette histoire. Je partage avec vous mes modestes commentaires : 1. en lisant un peu à gauche à droite les commentaires émis en règle générale par les péquins lambda, les propos volent tellement haut que les piézophiles des Mariannes se les prennent en pleine cellule (oui, c'est navrant, mais quand on n'a pas de tête ...); 2. en vous voyant si touché par ce bashing, je m'interroge sur les capacités de résistance que peuvent avoir de jeunes ados confrontés à cette pratique d'une grande lâcheté ... Bashing orchestré généralement par leurs pairs. Un très grand courage ne suffit pas à affronter une lâcheté sans nom, il faut aussi de l'intelligence, de la résilience et des appuis extérieurs. L'humour aide aussi. Recevez toute mon empathie; 3. j'aime beaucoup Kroll. Enfin, pas personnellement, nous ne nous connaissons pas. Mais j'aime ses dessins. En règle générale. J'avoue m'être dit qu'insérer ce cliché de "diamantaire-juif-riche" n'était pas sa meilleure idée. Mais c'est son choix d'auteur. Choix qui peut (doit) être discuté et critiqué par des arguments, c'est important; 4. je ne suis pas non plus entièrement d'accord avec vous sur la critique de ce dessin de Kroll. "ça rappelle les années 40". Quand on regarde un peu les caricatures du début du XXe siècle, elles étaient autrement plus féroces que celles d'aujourd'hui et les caricatures des "juifs" bien plus crapuleuses. Je crois que la critique de "dérapage" est excessive. Évidemment, c'est un vaste débat : y a-t-il un principe de précaution à avoir lorsque l'on caricature ? Je ne sais pas. Simplement, je remarque que l'ironie et le "second degré" passent très mal à l'écrit et je ne suis d'accord avec le fameux "on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui" (Je pense aux "blagues" racistes, sexistes et autres); 5. je ne vois aucune raison valable ici pour que vous arrêtiez ce blog. Si vous êtes fatigué, prenez des vacances ou mangez des vitamines. Mais restez. (Bon, après, vous faites comme vous voulez. Vous êtes un home libre, hein !).
    • Marcel Sel
      mai 20, 01:00 Reply
      Merci. Le point 4 est en effet intéressant. Le mot gros dérapage est peut-être trop fort. Aurais-je cédé à la nécessité d'utiliser des mots (un peu trop fort) pour attirer le chaland ? Dérapage incontrôlé eût été plus conforme à l'article, en effet.
      • Willy
        mai 20, 09:34 Reply
        Dommage, qu'il ait fallu cette avalanche de cyberbétise pour que vous constatiez que certaines de vos formulations sont excessives. Et je ne parle pas des adjectifs " gracieux" dont certains de vos suiveurs affublent ici , à titre d'exemple, le premier ministre de ce beau pays surréaliste depuis 12 mois.... Une (ou deux) Rochefort au coin du feu avec un bon bouquin devrait vous faire du bien ;-) Dans l'attente de lire votre prochain article ( Peut être allez vous nous expliquer le "silence assourdissant" de Laurette Onkelinx dans les médias ces dernières semaines...?) Willy
  45. Pfff
    mai 19, 11:13 Reply
    "Veritas odium parit." Si vous n'aviez pas touché du doigt un truc qu'ils préfèrent ignorer (leur nouille ?), cela n'aurait pas atteint ces proportions ! Les juifs, l'argent et le refoulé. Comment les meutes naissent, très "spontanément". La preuve par l'absurde de votre propos, en somme. Votre erreur fut de ne pas vous douter à quel point vous aviez raison.
  46. Gérard
    mai 19, 11:22 Reply
    Marcel, je ne vous connais pas précisément, je vous lis et vous me faites réfléchir. J’en ai besoin encore à 68 ans. Je ne peux vérifier tous vos écrits, je n’en ai pas les sources, je n’ai pas vos entrées. Donc, je me dis que votre point de vue est intéressant, mérite d’être lu, sans doute critiqué mais pas incendié comme il vient de l’être par des cons sans éducation qui ne tolèrent certainement qu’eux-mêmes et encore. De plus, il y a des choses qu’il ne faut surtout pas dire. « Celui qui dit la vérité, doit être exécuté » Quant au dessin de Kroll, que j’aime beaucoup aussi, je l’avais vu avant de lire votre réaction. Mais oui, j’étais bien dans la culture populaire de croire que tous les diamantaires d’Anvers étaient juifs, riches et donc protégés d’une certaine manière par les autorités de la ville ou du pays.( comme toutes les multinationales, les grands financiers aux gros cigares qui ne connaissent plus les frontières - pour moi, ce sera le déchet de Havane seulement) En me disant que tout de même les indiens ont une grosse part de marché dans le domaine et tout aussi compétents. Je me disais même qu’un jour, il y aurait un glissement de cette industrie vers l’Inde et qu’Anvers ne serait plus reconnu dans ce domaine. Et que oui : « C’est toudis les p’tits qu’on spotche » Donc, oui Marcel, vous m’avez apporté des infos que je n’avais pas. Vous forcez mon cerveau à une certaine critique (vous n’êtes pas le seul). Je crois même qu’à l’heure actuelle, on ne réfléchit plus, on ne creuse plus un sujet. Il est de bon ton de brailler comme tous les moutons (de Panurge). La pensée unique fait rage sinon on est insulté (souvent par des groupes minoritaires). Il est difficile de se remettre en question, de revoir ses croyances, ses théories. De plus, on a d’autres chats à fouetter et ceux qui n’en ont pas cherchent à exister en aboyant à tout va, dans l’anonymat. Continuez à me faire réfléchir encore et encore. Je ne serai sans doute pas toujours d’accord avec vous mais je me poserai des questions avant de réagir (ou pas) Votre long article de justifications, de preuves des « gazouillis » (je préfère ceux des oiseaux de mon jardin) prouve que vous avez été affecté. Et je le comprends. J’ai pensé à d’autres, plus fragiles que sont les ados qui se font descendre en flammes sur les réseaux sociaux. Ces méchancetés peuvent conduire à des actes désespérés. Cela existe aussi dans tous les milieux de travail. C’est une sacrée longue réflexion aussi à mener pour donner des clés à ces personnes les moyens de résister et peut-être de réagir ; pour autant qu’il faille réagir à ces méchancetés. En tout cas le respect des autres est bien malade.
    • Marcel Sel
      mai 20, 01:02 Reply
      Je vais d'ailleurs reparler bientôt du problème des réseaux chez les ados, mais aussi chez les adultes. Patience, patience :-)
      • Salade
        mai 20, 10:50 Reply
        Vous aurez raison de parler de ce problème (d'ailleurs je vous avais prévenu je n'utilise ni facebook ni twitter) Le danger c'est d'arriver à cataloguer les bon twitters et les mauvais twitter (au sens du fameux sketch des inconnus) Tous deux visent et puis tirent!
  47. Geoffrey
    mai 19, 11:28 Reply
    Ce petit commentaire bien inutile pour simplement vous soutenir. Je suis un grand fan de Kroll, je n'avais pas vraiment fait attention à ce juif en voyant ce dessin, et en lisant votre article j'ai aussi trouvé que votre interprétation était peut-être exagérée, mais votre argumentation était imparable (et c'est certainement ce qui a le plus énervé les abrutis qui vous ont agressé). Personnellement, je trouve les réseaux sociaux nauséabonds, même si je reste sur FB pour garder le contact avec bon nombre de gens. C'est bien dommage que vous soyez contraint d'y avoir recours pour faire de votre (nécessaire) promotion.
  48. Ergo Christine
    mai 19, 11:35 Reply
    Bonjour Monsieur Sel, la meilleure des choses à faire est d'ignorer les insultes et ceux qui les profèrent, y attacher plus d'importance qu'elles n'en ont ne peut que vous blesser, laissez dire, bien que la grossièreté de ces insultes me laissent pantoise, au fond de vous et aux yeux de bons nombres, vous savez bien et nous savons bien que vous ne méritez pas (personne d'ailleurs) une pareille volée de grossièretés, On se demande qui a éduqué ces personnes-là, si j'étais leur mère, je serais horrifiée. Continuez votre blog, vos articles sont intéressants, vous "fouillez" , ce que beaucoup de journalistes ne font plus. Courage, vous le valez bien !
  49. Salade
    mai 19, 11:53 Reply
    j'ai lu ceci http://www.lesoir.be/882166/article/actualite/belgique/2015-05-19/joel-rubinfeld-il-faut-modifier-loi-contre-l-antisemitisme il est certain que la NVA s'est adaptée!!! quand le FN aura choisi quel racisme il préfère, peut-être que Mr Rubinfeld considérera que la France est en avance...
  50. Brian May
    mai 19, 12:21 Reply
    Tout mon soutien pour discuter de la liberté d'expression Marcesel ! C'est un comble de devoir l'écrire... Par contre, Phineas Barnum, ayant déjà eu affaire à ce troll, faut vite le mettre en blocage permanent. Par contre, de certains autres, comme Mincke et Leroy, je comprends que ça foute les jetons. Le problème c'est que beaucoup n'ont pas une grosse expérience sur twitter et n'y applique pas les mêmes règles que dans un débat public face à face. Il y aurait beaucoup à faire en terme de formations à écrire, intervenir sur twitter. Continuez !
  51. moinsqueparfait'
    mai 19, 12:53 Reply
    "un vrai pur ultimate connard". Du tout bon ça! Vous comptez Jean-Claude Van Damme parmi vos followers? Moi, je m'en vanterais pas, pour dire les choses comme ça, en vitesse...
  52. Pfff
    mai 19, 13:56 Reply
    On a lighter note - "Je suis Miraud" Alain Deloin Pierre Niney va incarner Bwanakitobo Ier au cinéma. Recyclage prévu de ses lunettes à monture carrée du biopic sur YSL. Après cela, il fait un remake du biopic de Soeur Sourire en reprenant le rôle de Cécile de France, puis il enchaine avec un biopic sur Mourousi, avant d'incarner Monbutu Seseko à l'écran. Tout est dans les lunettes.
  53. Lecomte Serge
    mai 19, 14:15 Reply
    Bah! Si pour avoir critiqué ce dessin vous avez été assimilé à toute une panoplie d'individus allant de: con jusqu'à Staline en passant par grand malade, permettez-moi de vous dire que dans ce cas nous sommes au moins deux. Car moi aussi ( bien que étant un grand admirateur de Kroll) ce dessin a suscité chez-moi la même réflexion que la vôtre. Sommes-nous donc obligé d'aimer tout chez un caricaturiste ou un humoriste sans remettre en cause certains de leurs choix?
  54. Cher Marcel, Je suis étonné de voir mon tweet en tête d'article. La première raison est qu'il était ironique. Il ne visait pas votre point de vue sur l'article de Kroll. Il ne pointait pas non plus un problème de prostate, mais plutôt une stimulation de cette dernière qui génère une jouissance. Bref, vous en conviendrez, il ne vise en réalité que votre propension à l'onanisme dont vous faites preuve à la vue du nombre de clics que vos articles et publications génèrent, et dont vous vous vantez. Cela dit, je ne suis pas plus anonyme que vous ne l'êtes. Marcel est un prénom. Qu'on soit Sel ou Chicon, c'est un choix. Je ne vous en veux pas. Je sais que vous avez une belle plume et que vous réagissez à chaud. Pour le meilleur ou pour le pire .... Bien à vous, Un autre Marcel.
    • Marcel Sel
      mai 20, 01:22 Reply
      Merci Marcel de cette confession (je cherchais à mettre le mot "fesse"). Mais je dois peut-être expliquer un truc : on ne reproche pas à un journal de faire un bon tirage. On ne reproche pas à Zemmour de vendre son livre à 700.000 exemplaires. On ne reproche pas à Kroll d'avoir 120.000 abonnés Facebook. On ne reproche pas à Myriam Leroy d'avoir 12.000 followers sur Twitter. Alors, pourquoi se moquer du fait que j'utilise les réseaux pour avoir quelques dizaines de milliers de lecteurs qui ne me rapportent pas un centime ? À la longue, c'est oppressant. Parce qu'il y a derrière ça un mépris pour mon travail. Il y a derrière ça la considération qu'au fond, je ne fais tout ça que pour me faire remarquer ou pour avoir beaucoup de clics. Non. Je fais tout ça parce que je cherche depuis cinq ou six ans à vivre de ma plume et que peut-être un jour, ma notoriété de blogueur m'y aidera. On n'y est toujours pas, on est même très loin de là. Mon blog est à la fois mon instrument de marketing, mon CV, mon book, mon portfolio, et un lieu de réflexion. Je crois que je donne énormément pour montrer mon savoir-faire et, pour ceux qui pensent que j'en ai, mon talent. Ramener tout ça à une histoire de clic ou à de l'onanisme, c'est un manque de respect total pour le temps que je passe à ce blog. C'est ça que j'ai bloqué avant tout. Pas l'humour dans la forme. Autant me bloquer moi-même. Voilà, j'en ai un peu soupé qu'on ricane quand je fais "beaucoup de clics". D'autant que j'en ai fait 3 ou 4 fois plus avec la manif d'octobre, par exemple. Kroll passionne, mais pas tant que ça, apparemment. Mais bon, je ne vais pas non plus vous reprocher de vous faire remarquer :-) Un autre égo.
      • Merci de votre réponse Marcel. Mon tweet ayant été mal traduit à travers l'article (Twitter étant un média chaud, et donc sujet à interprétations). Je ne l'ai pas fait pour être remarqué. Il suffit de lire mes publications pour s'en rendre compte. Je comprends bien le temps passé à rédiger vos articles. Le seul reproche que je peux faire, c'est le manque d'objectivité ou de recul. (ce qui est totalement subjectif de la part du lecteur) Cependant, il existe d'autre modèle de publications de "slow-info" ex : https://lequatreheures.com/ Au plaisir de lire vos prochaines publications, Avec ou sans objectivité, le lecteur sera seul juge. Chicon.
        • Marcel Sel
          mai 20, 13:34 Reply
          Ah, évidemment, si vous publiez pour ne pas vous faire remarquer, vous êtes fort :-) Et si vous comparez ce blog d'opinion avec un site de reportages payant, j'ai peu de chances de m'en sortir victorieux. Quant à l'objectivité, si un jour vous trouvez un média objectif, faites-le moi savoir, ça m'intéresse, comme Diogène, je cherche depuis des années, je n'en ai toujours pas rencontré un et pour cause : le simple choix des sujets est déjà en soi… subjectif ! Au plaisir (si vous promettez d'être sage, je peux vous débloquer).
  55. serge
    mai 20, 09:36 Reply
    Bonjour Marcel, Je vous aime beaucoup. A travers votre blog, j'ai découvert un type passionné, honnête, idéaliste mais lucide, un homme qui se met en danger, un homme intègre, un jouyrnaliste informé, un homme qui travaille. Votre blog m'informe et me fait réfléchir et je vous suis très reconnaissant de le tenir en vie. De temps en temps je ne suis pas d'accord, de temps en temps vous m'agacez, parfois prodigieusement. Ce fut le cas lorsque j'ai lu votre article sur Kroll, avec lequel je suis globalement en désaccord. Mais une fois encore vous m'avez fait réfléchir, vous m'avez informé, vous m'avez diverti. Tenez bon. Nous sommes sûrement très nombreux à vous apprécier. Peut-être plus nombreux que cette bandes de décérébrés qui vous ont attaqué sans raison autre que leur frustration, leur agacement ou un ridicule effet de groupe. Serge
  56. Wallons
    mai 20, 10:40 Reply
    " Vers un apartheid en Israël? Des autobus interdits aux Palestiniens "voir la presse "belge" du 20 mai 2015 (7/7, RTBF info, etc.); Qu'en pensez-vous ce n'est pas du Kroll ni du De Wever et encore moins du V.Block ou du FN ?
  57. Salade
    mai 20, 11:00 Reply
    dire que pendant ce temps, il ne se passe rien
  58. Kallassya
    mai 22, 08:29 Reply
    Bonjour, plusieurs commentaires précisent trouver que l'article sur Krol de monsieur Sel est "too much". Personnellement, je ne pense pas que l'article soit trop salé, enfin, si, mais non. Et je voudrais préciser pourquoi : pour moi il s'inscrit dans la lignée des articles qui fustigent cette presse, ces médias, qui n'ont plus aucun sens du respect, aucune dignité, aucun tabou, aucune éthique, aucune morale et que M. Sel a dénoncé plusieurs fois. Alors oui, il y va fort, c'est salé, mais c'est un peu écrit dans le titre du blog, non ? Mais j'ai surtout eu l'impression qu'il a voulu y aller fort pour compenser cette lacune médiatique qui fait que plus personne ne s'intéroge (en fait, après ma lecture de l'article, j'avais le sentiment que l'article critiquait presque plus l'éditeur que le dessinateur). Pour ce qui est des réactions reçues, malheureusement, ce genre de vendetta ne se limite pas à Twitter et Facebook. J'y ai personnelement eu droit sur quelques forums. Je pense qu'on peut ajouter aux points Goldwin et Charlie le point "Troll"... Ces gens qui répondent à la seconde (comprenez, qui sont devant leur écran à appuyer sur refresh toutes les secondes pour répondre) pour empêcher tout débat, pensant faire le contraire, et qui ont tellements d'arguments à développer qu'ils attaquent les personnes et pas les idées, qui se permettent de dire le contraire des faits plutôt que de s'y intéresser vraiment. En lisant les commentaires des trolls, j'ai vraiment l'impression qu'aucun n'a lu ni l'article, ni même l'entête de ce blog qui annonce pourtant la couleur (je pense donc je ne suis personne). Ces trolls n'ont pour seule arme que leur nombre et leur impunité, ils ne comprennent pas le mal qu'ils font (ou alors, ils en tirent un plaisir sadique, peut être les psys et sociologues pourraient ils s'interresser au phénomène). En général, ils ne veulent pas penser, si on leur oppose des idées, ils attaquent la personne, et ils sont persuadés que parce qu'on dit quelque chose, et si on le dit assez fort ou assez de fois, ça devient vrai. La seule arme qui pourrait fonctionner contre les trolls sont des plaintes pour harcèlement moral à la police (ce que nous avons dû faire avec mon compagnon quand nous avons été trollé agressivement, deux ans plus tard, aucune nouvelle, alors que nous avons fourni à la police tous les éléments pour résoudre l'affaire en moins de deux), malheureusement, ces affaires sont loin d'être prioritaires et finissent classées sans suite, les laissant sévir en toute impunité sur le net. Je pense que ce blog est l'un des seuls dont je lis volontiers les commentaires, parce qu'ils sont vraiment modérés (merci pour ce travail supplémentaire de longue haleine), mais dès qu'on lit les commentaires d'un journal en ligne, par exemple, on voit que le niveau de commentaires ne vole pas souvent plus haut que ceux reproduits dans cet article. La question est probablement pourquoi et je pense que la réponse est malheureusement qu'une partie trop importante de la population s'est laissée habituer aux média de grande consommation : pas plus de deux arguments, une page max (en caractère 14) et peut importe que ce soit vrai... Les articles de ce blog sont à l'opposé de ces médias là (selon moi), on peut ne pas être d'accord, on peut trouver qu'il exagère, et on peut même lui dire. Moi, j'aime venir ici, apprendre des choses et lire des opinions qui me font réfléchir, alors j'espère que les trolls ne vous auront pas. PS : pour tuer un troll, il faut lui couper la tête et bruler toutes les parties de son corps, sinon il se régénère. C'est dur de venir à bout des trolls, alors le plus sage est parfois de s'enfouir en coupant twitter ou autre. Ils finissent par partir quand ils n'ont plus de réactions...
    • Lachmoneky
      mai 23, 12:02 Reply
      ... oui, le silence est parfois d'or... ou "dehors": un troll déteste troller tout seul: il se nourrit des réactions qu'il engendre. Son plus grand danger: il tue, enfin, vise à tuer tout sens critique...et tout échange critique. Le troll est donc, in fine, un ennemi insidieux de la démocratie du peuple.
  59. Alex
    mai 22, 09:58 Reply
    Je suis de ceux qui sont rarement d'accord avec vous... mais qui reviennent toujours vous lire. Effectivement, vous avez un petit côté donneur de leçon et vous vous attaquez souvent aux mêmes : à la NVA, au MR... (A quand un article sur Marghem ?) Vos articles sont rarement positifs... Vous êtes toujours dans la critique. Mais c'est normal, vous êtes un polémiste...pas un journaliste. On vient ici pour lire votre point de vue, pas pour découvrir la vérité des faits... Bref, vous avez votre rôle à jouer, un rôle qui plait ou ne plait pas, mais qui est utile en démocratie. Pour tout cela, je vous souhaite bon courage pour affronter cette meute qui s'en prend à vous sur les réseaux sociaux !
    • Marcel Sel
      mai 22, 11:12 Reply
      D'après beaucoup de journalistes, je suis un journaliste qui polémique :-) Mais polémiste, pour ce blog, ça me va !
    • Marcel Sel
      mai 22, 11:13 Reply
      Je m'attaque beaucoup à la N-VA ou au MR ? Pour le coup, je pense que Kroll n'est ni l'un, ni l'autre…
      • u'tz
        mai 22, 16:50 Reply
        s'attaquer bcp au mr ne peut faire de mal puisqu'il se trompe au printemps et retrouve la déraison en été... on ne s'attaque jamais assez à l'n-va si kroll est aux FR ce que bdw est aux NL, vous n'êtes pas seul au monde à préféré l'humour FR à l'humour NL
  60. Franz
    mai 22, 15:37 Reply
    Cher Marcel, je découvre votre article sur Kroll aujourd’hui. Merci de l’avoir écrit. Courage. J’ai vécu une expérience (un peu) similaire à la vôtre. La Belgique francophone est probablement (avec la Norvège) un des pires endroits en Europe pour écrire un tel billet. La Dieudosphère et l’amicale de l’indignation facile vous sont tombées dessus.
  61. François
    mai 24, 02:58 Reply
    Pas de chance Marcel! Vous venez de faire l'expérience du politiquement correct ou devrais-je dire de l'obligatoirement correct. Il y a malheureusement dans notre société des sujets sensibles que certains qualifient de nouveaux tabous. L'homosexualité, le féminisme, le racisme, etc. Et dans votre cas, le mot juif a été tiré du chapeau. Ouch! C'est la pente glissante du lobbyisme actif que vous prenez dans les gencives. Même si votre propos était honnête et sans arrière pensée, vous avez provoqué la mise en branle d'un réseau suivi par le troupeau des bien-pensants. Je suis affligé pour vous, car ça doit être une situation vraiment pénible que d'être harcelé par la meute avant l’hallali. A l'heure actuel, quand on possède une notoriété médiatique, mieux vaut éluder ce genre de sujets. En gros, si vous vous pointez sur un plateau télé et qu'on vous demande ce que vous pensez du mouvement féministe, du lobby homo, de la politique d'Israël, etc. Mieux vaut dire que vous ne connaissez rien à la question, que vous n'avez pas d'avis sur le sujet et que, oui sûrement, si on le dit, ça doit être bien ou mal selon la position des médiats. Si demain la presse flingue les syndicats, vous pouvez dire que c'est chouette de les mettre en charpie, car ce sont des vilains qui empêchent les investisseurs de faire du fric en rond. Si les gazettes disent que les islandais sont tous des types biens, vous hurlez que oui même si votre voisin d'origine islandaise est le dernier des bourrins. Si la télé vous dit que les vieux sont tous des cons, vous pouvez raconter une bonne histoire sur un home qui brûle. Attention quand même pour les vieux, car il y a un piège. Il ne faut pas assimiler les vieux et les vieilles, sinon vous aurez les féministes à dos. Pour résumer, vous pouvez critiquer Mrg Léonard mais pas "bibi". Ce n'est pas difficile de s'y retrouver, il suffit de suivre le mouvement avec la presse. Attention quand même aux chausse-trappes, ces petites mines vicieuses. Ne traitez pas Mrg Léonard d'handicapé sinon vous allez avoir à faire à la ligue pour la promotion des personnes à mobilité cérébrale retardée (ou un truc avec un nom dans le genre). Un dernier conseil. N'essayez pas de raisonner avec les bien-pensants, ils ne raisonnent pas, mais pensent en mode affectif. Ce sont les sentiments qui leur servent de raison. Dans quinze jours, la horde aura trouvé une autre victime et vous pourrez reprendre une activité normale. Évitez quand même les sujets qui fâche pour l'instant. Histoire de ne pas vous les trimballer tous comme une vache suisse avec sa cloche. Courage Marcel.
  62. Rivière
    mai 24, 12:18 Reply
    Ben il s'en est passé des choses pour vous pendant une semaine ! Apparemment, on peut pasticher la chanson dont j'ai oublié le titre, le chanteur, l'air et le reste à part ceci : "Pour vivre heureux, vivons caché dans un ptit bistrot peinard" en "Pour vivre libre, vivons fouetté par une foule de demeurés" Moi, quand un de vos articles m'ennuie ou ne me plait pas : Soit je vous nie, soit je débats (si j'ai le temps) Mais à voir ce bashing, on se dit que ceux qui pense l'homme supérieur à l'animal et au reste ont adopté un point de vue inversé de 180°
  63. akun
    mai 26, 00:14 Reply
    Vous n avez rien d autre a faire que d ecrire des pages et des pagrs sur vous ???
    • Marcel Sel
      mai 26, 10:34 Reply
      Si, en général, j'écris sur les autres. Une fois n'est pas coutume. Mais si vous ne voyez que ça, c'est dommage.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.