EXCLU. La lettre islamophobe du think tank IERI qui éclabousse toute l’Europe (MAJ).

Capture d’écran 2015-01-24 à 18.42.17

À droite, l’homme qui déclare la guerre à l’Islam, à gauche, Mise à jour du le chef de l’État-major de… l’Union européenne.

Mise à jour du dimanche 25 janvier : Didier Reynders, un conseiller de Catherine Ashton, Boutros Ghali, Jacques Toubon et… Jean-Claude Juncker auraient aussi succombé au charme de Seminatore (mise à jour en gras).

Vous pensiez qu’Éric Zemmour tenait le pompon de l’islamophobie ? Accrochez-vous, ça va swinguer ! Le think tank européen IERI (Institut Européen des Relations internationales) s’est fendu cette semaine d’un papier où il présente la cohabitation entre Islam et « Occident » comme impossible et même source d’une guerre civile. Sous le  titre Islam et Occident — Deux civilisations incompatibles, ce document rédigé par Irnerio Seminatore (fondateur de l’IERI et candidat autoproclamé aux élections présidentielles italiennes(1)(2)) s’en prend à l’ensemble des musulmans d’Europe, dont la religion serait incompatible avec « l’Occident ». Ce type de raisonnement (celui du clash des civilisations ou du grand remplacement) n’a rien à envier à celui des organisations d’extrême droite ou de nouvelle droite telles qu’OCCIDENT ou le GRECE.

Mais ce qui hallucine, ce sont les relations passées et présentes revendiquées par IERI, avec des personnages de très haut vol, comme des proches de Barroso ou même le propre chef de cabinet du roi Philippe de Belgique, comme je le montre plus bas. Guy Verhofstadt, président du groupe libéral au parlement européen et candidat malheureux à la présidence de la Commission européenne, a lui-même préfacé l’un des ouvrages d’Irnerio Seminatore, Six Études sur les Équilibres internationaux, paru en 2011 (1). Le think tank organise aussi régulièrement des conférences où il invite des haut-responsables diplomatiques et… militaires. Oui, au plus haut niveau européen !

Mais voyons d’abord le contenu de ce texte, truffé de références violentes, et militaires, justement.

Mettant les pieds directement dans le plat, Seminatore commence par prendre les « attaques armées et meurtrières de Paris et celles qui se sont succédées depuis le 11 septembre » pour preuve d’une guerre ouverte entre… l’Islam (sic) et l’Occident (sic). Il fustige « les dénis » qui relèvent selon lui du « faux unanimisme de l’establishment français et européen » (Je suis Charlie ?) et mènent au « désarmement des esprits ». Il ajoute qu’il n’y a pas d’islamisme sans Islam, causalité évidente de la « guerre » en cours.

En fait, la seule conclusion que l’on peut tirer de ce brûlot, c’est qu’il faut d’urgence déporter les musulmans d’Europe, tant le président de l’IERI le trouve nocif.

Non seulement, « Islam et Occident » sont incompatibles, mais en plus, « la cohabitation civile, la tolérance inter-religieuse [sont] impossibles et suicidaires ». Oui, suicidaires ! C’est bizarre, je vis avec des musulmans depuis un demi-siècle et je n’ai jamais eu la sensation de me suicider, mais bon. Mais pour l’Italien, pas de coexistence possible, donc, puisque l’Islam en Europe est devenu « une sous-culture intransigeante et hostile […] en révolte contre notre civilisation. » Et comme si ça ne suffisait pas, le penseur en tank insiste sur le fait que partout où l’Islam prend racine, il ne vise qu’à éliminer « les autres courants de pensée », parlant « d’œcuménisme sanglant », rappelant la « secte des assassins », la « conversion par le meurtre », toujours en vigueur selon Irnieri — depuis le neuvième siècle. C’est même étonnant qu’il y ait encore un Occidental vivant, mais bon.

Une phrase résume très bien le point de vue du consultant (j’ai bien écrit « consultant » en un mot, hein, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit) : « L’Islam fonde sa cohabitation sur l’élimination physique de ses rivaux (djihad) ». Ainsi, la cohabitation avec l’Occident serait pour les musulmans une « trahison à lapider ou à mettre à mort » (tant qu’on ne lapide que des trahisons, je suis plutôt pour, notez…) Et de conclure son second paragraphe par une formule qui fait froid dans le dos : « Ce qui est en jeu aujourd’hui par ces attaques, c’est moins la liberté d’expression, ou la remise en cause de la tolérance, que l’existence même de l’Occident. »

Seminatore s’en prend alors à « L’immigration extra-européenne et musulmane », terreau de « meurtre » (sic) et de substitution massive (sic) de la « population européenne de souche » (sic), ce que les intellectuels d’extrême droite identitaire française appellent « le grand remplacement ». Même le spectre de l’Eurabia cher au Vlaams Belang se profile dans la pensée d’Irnieri lorsqu’il affirme que les musulmans d’Europe ne peuvent dialoguer avec les Européens, parce qu’un tel dialogue serait considéré comme « une trahison du sang et de la loi divine ». Nullement troublé par la comparaison possible entre ses divagations et celles des plus radicaux des prêcheurs antisémites d’avant-guerre, Irnerio Seminatore conclut que « toute politique multiculturelle » serait « suicidaire et illusoire », évoquant, une fois encore, une guerre entre « immigrés et indigènes ». Zemmour, sors de ce corps !

Heureusement pour son âme, le ponte se désolidarise aussi de Charlie Hebdo, dont la dérision est, selon lui « un dérapage de la liberté, une forme corrompue et conformiste […] qui conduit tout droit […] à l’aveuglement collectif, incapables de reconnaître son ennemi et de l’abattre ». Et pour clôturer cette diatribe saturée de termes guerriers, notre think tanker conclut que « l’Occident […] doit porter sa lutte hors du système de Jus Publicum […], car cette lutte est toujours décidée […] dans le domaine originel du terrible et du sang, de la loi biblique et de la vengeance de Dieu ». Badaboum !

Bon, s’il s’agissait d’un délire ponctuel d’un quidam inconnu, ce ne serait pas encore bien grave. Il y a des fous partout. Mais le problème de ce discours, qui pourrait servir d’examen d’entrée au Front national, au Vlaams Belang ou au PVV de Geert Wilders, c’est que IERI a pignon sur rue et collabore avec de nombreuses personnalités, y compris des fonctionnaires et des directeurs européens.

Car sous le nom rutilant d’Institut européen des Relations internationales, IERI organise régulièrement des conférences, notamment dans des locaux officiels de l’Union européenne, comme l’Info Point Europe, où se tenait en mai 2014 un forum « sécurité-coopération Union européenne — Asie centrale ». Parmi les participants, outre un ambassadeur ouzbek et un chef de mission adjoint de l’ambassade afghane en Belgique, on notait la présence de Pierre-Émmanuel Thomann, chercheur à l’Institut français de Géopolitique de l’Université Paris VIII.

Un nom parmi beaucoup d’autres : le site d’IERI annonce avoir pour collaborateurs réguliers des gens comme Baudouin de Sonis, consultant auprès de la Commission européenne ; Hubert Fabre, docteur en droit de l’université Paris-Sud et cofondateur de la fondation EurActivPolitech ou encore, un haut-fonctionnaire wallon, Thierry Lenfant, représentant du Secrétariat Général du Ministère Wallon de l’Équipement et des Transports.

Le comité académique et scientifique du think tank est encore plus chic puisqu’il compterait dans ses rangs (toujours selon le site IERI), Dusan Sidjanski, conseiller politique de José Manuel Barroso, Sandro Gozi, qui fut conseiller de Romano Prodi, Giancarlo Chevallard, directeur de la Commission européenne, ainsi qu’Éric Philippart, professeur à l’ULB et au Collège de l’Europe de Bruges. Domenico Rossetti di Valdalbero, conseiller scientifique à la Commission européenne, un conseiller culturel honoraire du Parlement européen, l’attachée de la Maison de l’Entreprise wallonne auprès de l’Europe, des consultants, des anciens ambassadeurs, des banquiers, un responsable financier d’Eurocontrol, des profs d’université lillois, parisiens, louvanistes etc.

Parmi les conférenciers invités précédemment par le « lobby », on remarque, parmi énormément d’autres, quelques Belges et non des moindres, comme Jean-François Raskin, alors vice-président du Conseil d’Administration de la RTBF (2011), François de Kerkhove d’Exaerde, directeur de cabinet au ministère belge des Affaires étrangères ou même — excusez du peu, Frans van Daele, chef de Cabinet du roi Philippe de Belgique, et ancien chef de cabinet de président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Mais le nom qui fait le plus frémir est celui de Wolfgang Wosolsobe, le lieutenant-général et patron de… l’État-major européen, invité d’une conférence de l’IERI (voir la photo d’illustration où il est à côté de ce cher Irniero, comme disent les djihadistes) en décembre 2013. 

L’Academia Diplomatica Europaea, chapeautée par l’IERI, n’est pas en reste. Son prestige (fantasmé ou non) se mesure à l’aune de l’annonce de la présence lors de l’ouverture de l’année académique 2008-2009 (in tempore non suspecto) de l’ex-ministre français de la Culture et ex-Garde des Sceaux Jacques Toubon qui doit y perdre son latin ; Robert Cooper, qui deviendra plus tard conseiller de Catherine Ashton et doit se faire tout mini (Cooper) à présent ; le Général Reinhardt TRISCHAK, de l’état major de l’UE qui n’a pas eu un flair de reinhardt pour l’occasion ; l’amiral Michael Glenn MULLEN, représentant des USA auprès de l’OTAN qui doit swinguer comme un autre Glenn,  Miller, à se rappeler cette journée ; le célèbre Pascal Boniface, de l’Institut d’Études européennes qui se demande ce qu’il est allé faire dans cette galère, l’admirable Élie Barnavi, pour une fois égaré,  Frans Van Daele (on en reparle), qui s’apprêtait à devenir chef de cabinet d’Herman Van Rompuy, l’ancien premier ministre polonais Jerzy Buzek, busé pour l’occasion, le déjà ancien secrétaire général de l’ONU Boutros-Boutros Ghali, la commissaire européenne Viviane Reding, feu l’ex-premier ministre belge et député européen Jean-Luc Dehaene — un moment pressenti comme président de la Commission européenne — les ministres belges Karel Van Miert et Didier Reynders (actuellement ministre des Affaires étrangères) et, last but not least : Jean-Claude Juncker, actuel président de la Commission européenne, ont donc tous donné quelques lettres de noblesse à monsieur Seminatore. Le document ne dit pas qui est réellement venu et qui s’est porté pâle…

Pour se détendre, après ce panel un rien effrayant, il faut lire la page « partenaires » du site de l’IERI. Celui-ci s’y revendique de dizaines de « partenaires », parmi lesquels l’on remarquera sans doute la Commission Européenne, le Conseil et le Parlement Européen, les Nations Unies, ou encore — pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? — l’OTAN. Ajoutons à cela quelques think tanks et non des moindres, puisque IERI se prétend partenaire de la prestigieuse Konrad Adenauer Stiftung, proche du CDU d’Angela Merkel ou l’Institut français des Relations internationales (IFRI), parmi les plus influents au monde. À cela s’ajoutent les missions diplomatiques des USA, de Russie, de la Chine, les représentations permanentes de la France ou de la Belgique auprès de l’UE sans compter des dizaines d’universités, dont l’ULB, l’UCL, l’ULG, Paris I, III, VII, VIII, XI, ou encore l’Université Ben Gourion de Jérusalem. Les représentations régionales ne sont pas oubliées : celles du Tyrol, du Trentin, de Vénétie, du Piémont, et des villes de Bruxelles, Pékin, Paris, Rome ou Turin sont fièrement reprises aussi.

Certains s’effraieront d’être cités sur le site de l’IERI, surtout après le papier publié la semaine passée par Seminatore. Et d’autres tomberont des nues. Le site est en effet mis à jour à peu près tous les mille ans, probablement au même rythme que les guerres de civilisations. Ainsi, Télé Bruxelles, la chaîne où je chronique fièrement le samedi dans Les Experts, est aussi citée parmi les « partenaires ». Un journaliste de la chaîne a en effet participé à certaines activités de l’Institut, in tempore non suspecto : il a quitté Télé Bruxelles en 2006 ! En fait, la direction n’avait même jamais entendu parler d’IERI. Après être tombée de sa chaise quand je lui ai signalé ce soi-disant « partenariat », elle a demandé le retrait immédiat de toute référence. D’autant que l’équipe de Télé Bruxelles est sur le pont depuis plusieurs mois pour soutenir exactement l’opposé de ce que préconise l’IERI, à savoir le dialogue multiculturel, le vivre ensemble, et le débat humain.

Nul doute que Guy Verhofstadt, très en pointe aussi contre la pensée identitaire, ou Nicole Fontaine (ancienne présidente du Parlement européen) demanderont de même à ce que leurs noms soient retirés du site désormais sulfureux (pour la préface du livre, c’est hélas trop tard), les deux y étant cités comme hauts patrons des cycles de conférences du think tank. Et nul doute que tous les grands noms précités seront aujourd’hui effrayés par le discours du boss de l’organisation et se désolidariseront du texte publié par Irnerio Serminatore.

Mettons qu’avant de s’associer officiellement à des think tanks qui prétendent analyser le monde et mieux comprendre les enjeux internationaux, ils y réfléchiront à deux fois. Mais je suis bon prince : toute personne citée ci-dessus peut utiliser les commentaires pour me faire parvenir ses remarques ou me les envoyer par email (marcelsel (at) gmail (dot) com). Je les insérerai volontiers en fin d’article. Je pense particulièrement à Frans Van Daele, le chef de cabinet de notre bon roi. Parce que, tout de même : être associé à une telle vision des relations entre Islam et « Occident » doit faire mauvais genre au moment où le roi Philippe se promène à l’enterrement d’un grand féministe (si l’on en croit Christine Lagarde) : le roi Abdallah d’Arabie saoudite.

À ceux qui trouvent que la patronne du FMI insulte le féminisme en lui associant le roi des barbus, je rétorque qu’une source absolument sûre (mais voilée) m’indique qu’il aurait autorisé les femmes à voyager sur le siège passager des automobiles. Avant, on les mettait dans le coffre. Comme quoi même l’islam le plus rétrograde, loin d’Europe, peut avancer. On attend juste qu’il passe la deuxième vitesse.

(1) info relevée par Ricardo Guttierez
(2) le choix des candidats se fait au sein des partis italiens, se déclarer candidat comme l’a fait Irnerio Seminatore n’a donc aucun sens. Merci à Davide Denti (@davidedenti) pour l’information qui met en lumière l’imposture de l’individu.

Previous Avocats assassinés ne font pas la une — sauf demain ? (proverbe philippin)
Next EXCLU. Pour la N-VA, tout n'est pas à jeter dans Pegida…

You might also like

0 Comments

  1. Ergo
    janvier 24, 20:39 Reply
    "se promène à l’enterrement d’un grand féministe (si l’on en croit Christine Lagarde) : le roi Abdallah d’Arabie saoudite." Elle en a un de ces culot, on vient d'y décapiter une femme en place publique, comment ose-t-elle proférer de tels propos. Ah, j'oubliais, il y a le Pétrole avec P majuscule. Vous avez tout compris.
  2. Chères amies, chers amis, A la lumière de ce nouvel article de Marcel Sel, je vous conseille très vivement de réviser vos manuels d'histoire et de vous arrêter plus précisément à la période fin des années 80, début des années 90. Je vous conseille de vous concentrer préférentiellement sur la zone des Balkans, et plus précisément dans l'ex-Yougoslavie. Car c'est un scénario yougoslave qui se met bel et bien en place là devant nos yeux. A l'époque, c'était un mémorandum de l'académie serbe des Arts et des Lettres qui avait mis le feu dans les esprits et aux poudres, ouvrant la voie à un nationalisme des plus violents comme diversion en réponse aux conséquences d'un effondrement économique local. Aujourd'hui, ce sont des "analyses de think tank" qui légitiment exactement les mêmes conséquences futures. La guerre, fût-elle civile, est toujours la réponse préférentielle des états lorsque les choses leur échappent et qu'ils perdent le contrôle. Comme à l'époque, on pense aujourd'hui que non, cela ne peut pas se passer comme ça. Que les gens ne sont pas aussi cinglés. Qu'on est en Europe civilisée. Qu'on est au 21ème siècle. Et comme à l'époque, force est de constater que les peuples n'ont toujours rien compris et ils sont fin prêts à commettre de nouveau exactement les mêmes erreurs. Les récents événements "Je suis Charlie" et tout le cirque médiatico-politique qui s'en est suivi nous prouve cela sans l'ombre d'un doute. Revoyez les images du siège de Sarajevo par les troupes serbes. C'est retour vers le futur. Et c'est malheureusement ce qui finit systématiquement par arriver quand dans un pays, deux groupes se font face et que l'un essaie d'écraser l'autre. L'avenir est bien sombre.
    • Démocrate
      janvier 29, 01:09 Reply
      Peu de temps avant la guerre yougoslave, tout allait bien. Sarajevo, championnats, etc... Mais AILLEURS l'on avait déjà décidé de la fractionner. S'en est suivi une überpropagande (comme maintenant sur TOUS les sujets) que n'aurait pas renié Goebbels. Au programme, maintenant, la balkanisation de l'Europe toute entière. Il y va de l'intérêt de certains. D'où cette effroyable propagande haineuse et particulièrement binaire et sentimentale (signature de la propagande, le sentiment et l'EMOTION) (Anti Russe, anti ceci anti cela,etc..) relayée par la grande majorité de journalistes porte-voix du pouvoir et gardes de l'ordre social. Au programme, la guerre. Une guerre, cela se prépare par une propagande extensive préalable. Point. Binaire, Diabolisante. On matraque, on excite surtout, donc, tous azimuts. Comme à la corrida, il existe le "torril" endroit où l'on excite le taureau avant et afin qu'il déboule tout énervé dans l'arène. Ces think tank, lobbies, médias, etc... ont une - cette- fonction. On a toujours fait comme ça. La population reprendra encore bien la soupe qu'elle gobe goulûment avec une crédulité (en raison de son inculture économique, historique, sociale, politique massive) de bon dépolitisé, car cela, on s'est bien gardé de le changer, c'est une bonne base pour servir toujours. Exciter, évidemment. La Raison n'est plus-pas au programme. La géopolitique, la tactique politique, la volonté économique, l'analyse de haut vol.... y en a pas dans les médias. Ils ne parlent que de l'écume et non la substantifique moëlle. Il n'y a que du sentiment, de l'émotion et de la subjectivité. "Meilleurs" ingrédients connus pour la facile instrumentalisation et la mobilisation de guerre (civile ou autre). Cela fait au moins 15 ans que l'on dresse la population à ne pas penser avec méthode et de manière analytique-critique. Il faut ainsi qu'elle réagisse par réflexe, et habituée, elle sera prête à tout.
  3. Salade
    janvier 24, 23:48 Reply
    excellent: cela tend à prouver que nous sommes dirigés par un club où chacun caresse chacun dansle même sens. Davos? Berenberg? Qui pleure Abdallah? Mais alors autan se demander directement qui dirige ce club en Europe? Vraiment pas d'idée?
  4. Tournaisien
    janvier 25, 00:23 Reply
    Marcel, Rappelez-vous de la théorie que j'avais déjà relatée sur votre site, à savoir celle de Prigogine relative aux colonnes de fourmis. Ce à quoi on assiste actuellement est exactement en liaison avec cela. Les colonnes de fourmis semblent immuables, et cela s'explique parce que chacune de ces ravissantes bestioles en suivant celle qui précède laisse à son tour des phéromones sur le sol. Le hic survient quand, pour une raison indéterminée, une fourmi quitte le rang et surtout, quand une seconde, contre toute attente, la suit. L'addition de leurs phéromones conjugués est alors de nature à perturber l'odorat des fourmis qui suivent et, dans certains cas, à détourner celles-ci de la colonne initiale. C'est ainsi, selon Prigogine, que subitement, de façon en apparence inexpliquée, certaines colonnes de fourmis prennent une direction diamétralement différente. L'évolution des opinions dominantes suit en quelque sorte cette loi formulée par Prigogine. La masse des opinions, qui forme ce que l'on a coutume d'appeler le politiquement correct, semble a priori suivre un tracé dont rien en apparence ne pourra la détourner. Mais tôt ou tard, surviennent des événements imprévus qui, à la manière des phéromones conjugués des deux ou trois fourmis erratiques, vont finir par faire basculer les opinions dominantes et contredire le côté que l'on pouvait croire inéluctable du dictat de la pensée à un moment donné. Ce que je veux dire par là ne revient absolument pas à donner raison à ce qui est occupé à se passer, et en particulier aux opinions professées par Irnerio Seminatore. Ce que je veux simplement dire c'est que, comme d'aucuns l'ont affirmé, il y aura bel et bien un avant 7 janvier 2015 et un après, et que l'attentat contre Charlie Hebdo, plus encore peut-être que l'attentat contre les Twin Towers, va entraîner un véritable basculement, une véritable rupture, dans la mesure où le couvercle de la pensée officielle jusqu'ici portée par les autorités acquises à l'évidence du "vivre ensemble entre cultures différentes" est occupé à se renverser, laissant la place à l'expression d'une conviction populaire de plus en plus décomplexée ouvertement islamophobe, si ce n'est même favorable à des réponses radicales. Or ce mouvement n'est susceptible de s'atténuer et de céder du terrain que si, au plus tôt, les actions de la part d'éléments islamistes cèdent elles-mêmes le pas. Or, et c'est bien là le problème, l'attentat de Paris du 7 janvier a entraîné un autre effet, celui d'une sorte d'encouragement et d'émulation dans les milieux musulmans radicalisés (cfr par exemple le coup de Verviers de la semaine dernière). Il est clair que si, dans les semaines à venir, devaient survenir de nouveaux attentats, a fortiori des attentats meurtriers, le basculement auquel on assiste dans la population européenne (cfr les différents mouvements "Pegida" en Allemagne, les actes anti-musulmans en Suède, etc.) ne fera que s'amplifier, au point de couvrir de sa caisse de résonance l'ensemble des autres opinions ou convictions qui finiront par devenir minoritaires. Remember, Marcel, la loi "des fourmis" de Prigogine ! Force est hélas de constater que ce ne sont pas les dernières nouvelles, en Belgique ou ailleurs, qui sont de nature à nous rassurer sur ce point ! Je suis d'ailleurs bien placé pour en parler puisqu'en fin de cette semaine, Tournai (pourtant petite ville de province) a été l'objet de menaces islamistes, semble-t-il liées à la programmation du film "Timbuktu" d'Aberrahmane Sissako dans le cadre du festival Ramdam. Et un pataquès de plus ! Voilà qui, dans la population des citoyens lambda n'arrangera certainement pas les choses. Je reviens quant à moi sur une idée que j'ai souvent développée et défendue. Loin d'être pour une rupture avec le monde musulman (qui aboutirait à une véritable tragédie sur le plan humain, sur le plan culturel, d'une point de vue historique), j'ai depuis longtemps défendu l'idée que l'Islam, confronté à la modernité et à la globalisation, était arrivé à un tournant, qu'il lui fallait affronter courageusement et de façon ouverte un débat à l'interne sur les enjeux d'une harmonisation entre son message religieux et les fondements de l'état de droit et de l'héritage des Lumières (respect des opinions d'autrui, de la personne humaine (humanisme), etc.). Ce débat-là, auquel une grande partie de responsables religieux de l'Islam aujourd'hui encore, mais aussi de personnalités laïques de nos pays, se refusent, est à mon sens la seule porte de sortie possible vers le haut. Sans cela, nous irons tôt ou tard à la confrontation. Et à vrai dire, il est même urgent d'y arriver, car à bien considérer les choses, il semble (nombreux sont ceux du moins qui l'affirment) que l'affrontement a déjà commencé. Ce que les enfants des Lumières ne peuvent, ou ne veulent toutefois pas comprendre, c'est que les Lumières, héritage éminemment occidental, ne suffisent pas à apporter toutes les réponses. Que précisément, en l'occurrence, s'agissant des enjeux auxquels l'Islam est aujourd'hui confronté, ces Lumières ne sont pas de nature à apporter "la première" réponse, car celle-ci, d'abord, doit venir de l'interne, doit émaner de la communauté musulmane elle-même. Ce débat, qui sera difficile, nous ne pouvons leur imposer en projetant nos propres réponses auxquelles, culturellement et historiquement, ils ne sont pas nécessairement préparés. En clair, qu'importe que l'on passe par les Lumières, ou du moins la forme qu'on leur connaît au lendemain de 1789, pour y parvenir, du moment que les fondamentaux du dialogue entre cultures, à savoir l'humanisme, celui du respect élémentaire de l'autre, s'impose à eux par d'autres voies, les leurs. Je crois d'ailleurs que c'est en grande partie en cela que l'incompréhension entre notre culture occidentale et la leur est profonde. De ce point de vue, la réponse apportée par l'unanimisme des "Je suis Charlie", contredite par le refus de la minute de silence dans de très nombreuses classes des banlieues, est hautement emblématique.
    • Wallon
      janvier 25, 19:02 Reply
      "Je vous suis Tournaisien". Cela dit,l'Islam n'étant pas monolithique, existerait-il une branche non point plus malléable mais plus souple et donc disposée à la réflexion globale. Je pense aux Iraniens dont l'héritage perse doit tout de même subsister sous la coupole de l'islam, d'où l'antagonisme millénaire plus que sanglant avec les sunnites ? D'ailleurs, n'y aurait - il pas un sensible rapprochement entre les USA et l'Iran, par la tangente ? Bien sûr, avec les USA il faut toujours penser économie et finances donc "oil or not oil, that is the question?
    • uit 't zuiltje
      janvier 25, 19:12 Reply
      ai pas eu le courage de vous lire... "le roi Philippe se promène à l’enterrement d’un grand féministe (si l’on en croit Christine Lagarde) : le roi Abdallah d’Arabie saoudite." au fond vous vous en foutez que Marcel insulte le féminisme... valeria solanas /andy warhol requiem peuton rire de tout ?
      • uit 't zuiltje
        janvier 25, 19:19 Reply
        c'est du Tourn' au fond : http://www.ieri.be/en/content/recension-de-six-tudes-sur-les-quilibres-internationaux-dirnerio-seminatore-dans-la-revue-de
      • Tournaisien
        janvier 25, 21:04 Reply
        Et pourtant ... cher Uit'zuitje ... et pourtant, vous seriez bien inspiré de me lire de façon peut-être un peu moins en diagonale. Car alors, vous comprendriez que loin d'être un islamophobe, comme vous le pensez, je suis au contraire favorable, et même demandeur, de cohabitation inter-culturelle. Si j'appelle de mes vœux un vrai débat "inter-musulmans" (nous n'avons pas à nous immiscer dans ce qui leur appartient), c'est précisément, non pas pour les faire rentrer de force dans le moule "Lumières", mais pour qu'on parvienne, avec nos différences respectives, à une forme de "vivre ensemble" dont je suis convaincu qu'elle ne peut à terme qu'être un extraordinaire enrichissement pour nous tous. Je ne me résous pas à l'échec, mais j'attire dans le même temps le problème posé par des textes qui doivent aujourd'hui faire l'objet d'une autre lecture ... ce qui ne veut pas dire pour autant qu'il faille les vider de leur substance. Je suis surtout de ceux qui n'imaginent pas un traître instant que l'on puisse en arriver au grand clash, au recours aux "charters" (ou aux "karchers" comme disait Sarko). Il nous faut donc tous tout mettre en œuvre pour que ce "vivre ensemble" devienne une réalité. Telle est aussi la raison pour laquelle, moi comme Marcel ... je n'étais pas Charlie. La liberté d'expression héritée de nos Lumières, à mon sens, commence en effet là où s'impose le respect de l'autre. Et ce ne seront certainement pas nos amis musulmans qui me contrediront.
        • denis dinsart
          janvier 27, 15:50 Reply
          Tournaisien, Je vous conseille la lecture de l'hebdomadaire français "le 1" de cette semaine, intitulé "pourquoi tant de haines?"
        • uit 't zuiltje
          janvier 27, 22:31 Reply
          Tourn' ne le prenez pas mal, j'ai lu, j'ai vu, j'interprète... pas mal de musulmans que je fréquente n'y croient pas autant que vous... vous devriez vous convertir , c'est eux les croyants d'aujourd'hui, promis juste avant vos voeux, j'irai enterrer avec vous votre vie de monogame cathos avec votre whisky arno quinze ans d'âge nous échangerons quelque délires culturels puis je vous laisserai à votre destin, étant perso trop petit pour comprendre quelqu'un qui peut croire à yhwh
  5. dufourbarbara
    janvier 25, 11:58 Reply
    Monsieur Sel, le travail d'investigation que vous avez fourni est exemplaire, comme d'habitude. Et on ne peut qu'être d'accord avec le fait de dénoncer cet organisme, dont le discours radical prône la haine et le rejet de l'autre. D'autant que cet organisme revendique des partenariats à peine forcés... Hallucinant, je vous l'accorde. Mais par ailleurs vous occultez tout un pan de la réalité que le "Tournaisien" (dommage que les vrais noms n'apparaissent pas) exprime à merveille. Condamnons sans appel cet amalgame entre musulmans et égorgeurs. Mais n’oublions pas qu’ils se réclament les uns et les autres du même livre sacré. Le même vocable « islamique » est utilisé pour désigner à la fois une religion et ses valeurs et une idéologie fanatique et guerrière. Il est également établi que sévissent dans la communauté musulmane de Belgique des extrémistes (Sharia4Belgium a été dissous en 2012 mais renait en 2013 sous un autre nom Tawheed4Belgium…). Comment comprendre qui est qui? Vous occultez également d'autres réalités quotidiennes. Comment comprendre la possibilité de garder une double nationalité? Qu'en est-il de ces immigrés qui, au bout de 10 ans en Belgique, ne parlent toujours pas une des langues nationales ? Qu'en est-il de ces femmes qui exigent une femme comme gynécologue et qui ne peuvent consulter sans leur mari ?... Comme vous, je côtoie quotidiennement des musulmans et cela ne me pose aucun problème (et à eux non plus d'ailleurs), je ne me sens pas non plus "suicidée". Et je suis convaincue que la probabilité de croiser le chemin de la haine au quotidien est beaucoup plus grande que de croiser le chemin d'un terroriste... Autrement dit, on a tout à gagner à oser la tolérance et l'accueil plutôt qu'à semer la peur et le repli sur soi. Mais la question est davantage d'ordre collectif, me semble-t-il. Comment se positionne la communauté musulmane face à l'égalité homme/femme, à l'homosexualité, à la liberté d'expression (qui est toute relative chez nous, vous l'avez d'ailleurs très bien relaté dans un de vos billets précédents), à la lutte contre la pauvreté, au combat pour une éducation équitable et ouverte (indispensable l'éducation, pas la panacée mais indispensable... à quand un billet là-dessus?), etc... Bref, pour faire court, je reste un peu sur ma faim en lisant votre article car, même s'il faut dénoncer ce genre d'organisme puant, j'ai davantage l'impression que vous enfoncez une porte ouverte plutôt que de faire comprendre une réalité complexe face à laquelle il est bien difficile de se positionner.
    • Marcel Sel
      janvier 25, 19:56 Reply
      Je ne vais pas rendre la complexité du monde en un seul article :-) Beaucoup de vos questions sont bonnes, on va y répondre petit à petit. Patience.
  6. GeBonet
    janvier 25, 12:38 Reply
    Confrontation ? Suggestion ? Autorisation ? Permission ? Et Solution ? Et on pourrait continuer, puisque c'est autant d'orientation menant à une solution... Le clash entre "civilisations". Tout cela permettant d'oublier un des plus intéressants, la "Confusion". Car c'est ce qui est en fait au centre de tous les problèmes et qui n'est pas la menace "islamique", ou n'importe quelle autre forme de tendance conduisant a des conflits inter-ethniques ou de civilisations. Le tout n'est qu'un écran de fumée qui nous permettrait inconsciemment d’occulter d'autres réalités à très court terme que sont les effondrements de nos modèles basé sur l'économie et la croissance infinie et donc de l'emploi rémunérer comme moteur. Tout ça arrive à la fin de ses possibilités permises par la terre et de ses ressources. Et par le remplacement quasi-total de la production "utile" par les systèmes pouvant se passer de nous et ce même jusqu'au enfant esclaves encore pour quelque temps utilisé. Ont est aussi au bout de l'exploitation humaine par d'autres. Alors maintenant j'introduis la "Confusion ?". C'est ce qui s'installe tranquillement dans nos esprit et pire qui est aussi présente dans toutes les politiques prônées par ce qu'on leurs demande, "donnez nous du boulot" et en échos nous recevons "on va vous en redonner un jour"… Tous sachant qu'à terme cela n'arrivera plus que par soubresaut s'atténuant avec le temps, que nos possibilité et ressources arrivent à la fin si on continue à fonctionner selon nos modèles "NON" renouvelable. Alors oui, le réchauffement climatique, le renouvelable est sur toutes les bouches, commence à se savoir par tous, mais voilà, le fait de ne pas avoir tenus comptes des alertes émises depuis en 1972 nous amène dans une situation critique ou une des solutions serait un modèle connu et appliqué tant de fois, "une bonne guerre" quelle quels soit. En effet quoi de plus facile que de raser l'un ou l'autre peuple et son espace afin de pouvoir reconstruire sur les cendres et donc de retrouver a travers cette reconstruction une forme de croissance… Ou comme le problème c'est qu'il ne s'agit plus d'espace mais de ressources de la Terre elle-même dont on parle. La terre ce n'est qu'une île dans l'univers avec ses ressources limités et finie. Alors ou on trouve un équilibre à la fois démographique et des moyens renouvelable pour sustenter cet ensemble du vivant dont nous faisons partie ou nous disparaissons et la pas de distinctions, ce sera tous. Et ceux qui serait septique, lisez ceci : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/25/la-croissance-mondiale-va-s-arreter_1707352_3244.html et regardez cette vidéo entièrement : http://www.notre-ecole.net/derniere-alerte/ (attention c'est sur la deuxième vidéo qu'il faut appuyer la premier est désactivé) Ou encore la même là : https://www.youtube.com/watch?v=uTrP3escs0s … Alors musulmans ou non, catholiques ou quelques forme de croyance philosophique, religieuse ou autre ne plongez pas dans un délire collectif ou l'on pourrait vous attirer ou nous laisser nous entraîner par le biais de la croyance universelle qui serait que nos problèmes sont les autres ! NON, nos problèmes ce sont nous qui les avons créés et les créons encore en repoussant toujours plus loin les évidences, nous habitons tous un seul navire. La terre et c'est elle que nous mettons en danger, et elle seule peut assurer notre avenir. Enfin sachez qu'elle s'en fout de nous la Terre, car elle, elle nous survivra jusqu'à ce que le soleil s'occupe d'elle.
  7. Tournaisien
    janvier 25, 14:17 Reply
    Marcel, Faudra quand même que vous nous disiez comment vous êtes parvenu à mettre la main sur ce texte. Se pourrait-il que vous soyez un visiteur régulier de l'IERI ?
    • Marcel Sel
      janvier 25, 19:57 Reply
      Non, ce texte m'a été transmis par un de mes lecteurs. Après, l'analyse a pris un peu de temps.
      • Tournaisien
        janvier 25, 20:53 Reply
        Il serait bon d'essayer d'en savoir plus sur cet IERI et sur Irnerio Seminatore. Ce cas m'en rappelle un autre, qui remonte à l'époque de mon adolescence et de mes vingt ans. L'Italie était une pièce maîtresse du dispositif de défense OTAN dans les années '70 et début des années '80. Or elle était à l'époque secouée par un terrorisme d'extrême-gauche (le Brigate Rosse ... cfr l'assassinat d'Aldo Moro etc.), mais aussi par un terrorisme aveugle manifestement d'une toute autre nature. L'attentat de la gare de Bologne (où je suis passé sept jours exactement après l'explosion terrible qui emporta la salle d'attente de 2de classe) n'était manifestement pas le fait de terroristes d'extrême-gauche ; on évoqua alors la piste de la loge P2 (à laquelle fut lié notamment quelqu'un comme Berlusconi). Or cette piste s'est par la suite confirmée, et l'on fut surpris de découvrir que dans cette nébuleuse plus que nauséabonde se trouvaient des éléments liés à Gladio et à d'autres groupes qui, discrètement, avaient eux-mêmes des liens avec la CIA. Sur cet échiquier, l'hyper-droite italienne était à l'évidence très active, qui faisait le jeu de ceux qui souhaitaient maintenir, voire même renforcer la présence de l'OTAN dans la botte italienne, pièce centrale du dispositif défensif en Méditerranée. Toute la glu qui s'en est suivie, à laquelle ne fut pas étranger Andreotti (... cfr le film "Il Divo", que j'ai adoré), était du même tonneau. Je ne sais pas exactement ce qu'il en est, mais face à ce soi-disant Institut européen des Relations internationales, qui ressemble de fait plus à une sorte de plateforme en mode "think-tank" ou club "des droites", je ne peux réprimer le sentiment qu'on est en présence de quelque chose d'apparenté ou qui présente du moins une communauté d'inspiration et de sensibilité avec ce que je viens de décrire plus haut. Le Irnerio Seminatore ne m'inspire rien qui vaille. Je connais mes amis italiens et l'Italie (un pays que je pratique depuis plus de 35 ans, où je vais depuis cette époque à raison d'au moins deux à trois fois par an), et je sais qu'il y a dans cet oasis de culture, dans ce pays de Cocagne, des relents plus qu'inavouables. Il y a en Italie une tradition d'extrême-droite à laquelle il arrive de pousser le bouchon beaucoup plus loin que le "bon vieux fascisme mussolinien" des années '20 et '30. À côté de certains de ces personnages de l'ombre, même Mussolini pourrait passer pour un enfant de chœur. Repassez vous le film "Gomorra". En clair, je crois, cher Marcel, que vous seriez bien inspiré d'essayer de découvrir ce qu'il y a sous ces soi-disant cartes européennes de l'IERI. Ce truc pue la crypto-vitrine du tout à l'identitaire et à l'hyper-sécuritaire.
        • uit 't zuiltje
          février 02, 00:09 Reply
          "Ce truc pue la crypto-vitrine du tout à l’identitaire et à l’hyper-sécuritaire." rspect, bel haïku Tourn'
  8. Solid Orphan
    janvier 25, 17:25 Reply
    à croire que personne ne lit les manuels d'histoire et que toutes les horreurs se répètent.
  9. Lachmoneky
    janvier 25, 18:22 Reply
    Un think tank qui, visiblement, a ratissé aussi large que possible: toute eau a fait farine à leur moulin.... et ce, visiblement, pendant de nombreuses années. Le virage à droite (et c'est peu dire) de leur président leur vaudra certainement de se faire sonner moultes cloches et carillons par leurs "références" ;-)
  10. SOMVILLE Frédéric
    janvier 25, 19:19 Reply
    Je crains hélas que ce texte ne soit pas loin de la vérité. Vivant depuis 28 ans en milieu de "culture musulmane" et ayant passé plus de 30 ans à étudier cette religion je confirme qu'il est absolument impossible pour l'islam sunnite de s'intégrer ou même de vivre en bon voisinage avec d'autre pensées et lorsque je parle d'autre pensées j'inclus aussi d'autres pensées issues de la tradition musulmane. Et c'est là où se texte me dérange car il présente l'islam comme un bloc monolithique sans nuancer les différentes écoles.
    • uit 't zuiltje
      janvier 25, 23:14 Reply
      merde alors ! 30 ans de studieuses études pour (ne pas) trouver l'impossible... payées par qui ?
  11. uit 't zuiltje
    janvier 25, 19:35 Reply
    @Marcel très bon post, du genre qui me rassure sur mon retour quotidien sur votre blog
  12. Capucine
    janvier 25, 21:11 Reply
    le pape ,il dit quoi de cela?est il au courant ?
  13. Hansen
    janvier 26, 01:15 Reply
    @bison, en Belgique le. VMO a assassiné Jacques Georgin, mais a été dissous ensuite par le premier (flamand pourtant), donc chez nous on empêche d'en venir à des extrémités violentes Ce qui permet la coexistence pacifique de deux groupes, donc c'est possible. Souvenons-nous des Fourons et de l'épilogue heureux de çette histoire. Je n'ai jamais aimé les mots ´meprisants de menapiens pour flamands ni des cris de franse ratten rol uw matten, mais je constate que Jan Jambon ne partage pas les vues de De Winter. Donc chez nous existe la liberté de parole et Bart De Wever ne s'en prive pas.J'apprécie moins que nos dirigeants. Parlent de ce pays comme s'ils n'en faisaient plus partie. L'essentiel est qu'en Belgique, nous restions non-violents, mais méfions des paroles malveillantes lorsqu'elles sont dépourvues d'humour.
  14. Paul Kraff
    janvier 26, 02:54 Reply
    Un détail : "Mais le nom qui fait le plus frémir est celui de Wolfgang Wosolsobe, le lieutenant-général et patron de… l’État-major européen, invité d’une conférence de l’IERI [...] en décembre 2013." J'étais également à la conférence en question, et elle n'avait strictement rien à voir avec le papier gerbant de Seminatore. Je ne vois pas ce qui ferait "frémir" - avoir participé à une conférence sur l'Europe de la défense organisée par le IERI se signifie pas le moins du monde que l'on a la moindre affinité avec la vision du monde de Seminatore, vision du monde qui n'avait encore une fois aucun rapport avec la conférence et qui n'était sûrement pas connue de Wosolsobe. Je ne vois pas non plus comment ce dernier aurait été à cette occasion de quelque manière que ce soit influencé par Seminatore en matière de "clash des civilisations". Se concentrer sur les individus et organisations qui s'appuient effectivement sur des analyses du IERI me semblerait plus pertinent que de jouer la carte du sensationnalisme en citant le nom le plus connu ayant été à un moment dans la même pièce que Seminatore.
    • Marcel Sel
      janvier 26, 16:42 Reply
      On choisit les cercles où on va parler. Et si ce cercle est dirigé par un radical, on entre en contact, en y allant, avec un radical. C'est inquiétant, il faut en parler.
      • Paul Kraff
        janvier 26, 18:30 Reply
        Une nouvelle fois, qu'est-ce qu'il y a d' "inquiétant" à ce que le directeur général de l'État-major de l'UE participe à une conférence sur l'Europe de la défense n'ayant strictement rien à voir avec la question de l'Islam et avec les thèses de Seminatore ?
        • Paul Kraff
          janvier 28, 01:33 Reply
          Bon, vous avez décidé d'être sarcastique au lieu de répondre sérieusement, dommage. En suivant votre raisonnement, étant donné que j'étais aussi présent à la conférence, j'ai été influencé à mon insu par les thèses de Seminatore sur l'islam qui n'avaient rien à voir avec ce dont il a été discuté et qu'il n'a pas mentionnées le moins du monde ?
        • Marcel Sel
          janvier 28, 02:15 Reply
          Oui, j'ai décidé d'être sarcastique. J'ai assisté à toutes sortes de conférence, y compris les plus radicales, y compris des débats avec des néo-nazis. C'est un droit citoyen. En revanche, avant d'accepter de prendre le micro, je vérifie que les gens qui m'invitent sont crédibles et compatibles avec ma panoplie de valeurs fondamentales, sur le long terme. Lorsqu'un militaire haut-gradé s'exprime à une conférence, il le fait aux frais du contribuable. La plupart des gens qui ont validé IERI en y présentant des conférences, des "cours" ou en participant à des conférences (ceux que j'ai nommé ci-dessus) l'ont fait de leur propre chef, généralement aux frais du contribuable. Ils ont de ce fait projeté un mandat qui leur était donné par les citoyens sur un cercle donné. Ceci implique une responsabilité. Ensuite, si le directeur de ce cercle dérape, on peut au strict minimum espérer qu'ils s'en désolidarisent (vous savez, cette chose qu'on demande aux musulmans qui, eux, n'ont pour l'immense majorité jamais été parler dans un cercle incluant des terroristes). Enfin voilà. Qu'un quidam participe à de telles activités, peu m'en chaut. Chacun est libre. Que des députés, militaires, politiciens, ministres (Umas Paet ou Didier Reynders), directeurs généraux, voir commissaires y aillent, c'est une tout autre paire de manche. Cet article a été pas mal partagé et lu au Royame-Uni où apparemment, ce genre de mélange choque plus facilement qu'en Europe. On a parfois des leçons à prendre outre-manche, il me semble…
        • Paul Kraff
          janvier 28, 04:02 Reply
          Pitié, ne mélangeons pas tout. Le général Wosolsobe n'a aucune raison de se "désolidariser" de Salvatore étant donné qu'il n'a pour commencé jamais exprimé la moindre solidarité envers ses thèses... Il n'était pas présent à une conférence de campagne politique de Salvatore, il était présent à une conférence de réflexion sur l'Europe de la défense. Cela n'implique pas la moindre influence de Salvatore sur Wosolsobe, et cela ne signifie par ailleurs pas du tout que Wosolsobe appuierait ou cautionnerait par sa présence la moindre des analyses de Salvatore (en l'occurrence sur l'islam). Je vous repose la question - qu'est-ce qui vous "inquiète" dans la présence de Wosolsobe à la conférence du IERI ? Est-ce que c'est une possible influence des thèses de Salvatore sur Wosolsobe ? Je vous répète alors que ses thèses sur l'islam n'ont à aucun moment été énoncées et que la conférence ne portait pas dessus. Est-ce que c'est simplement la présence de Wosolsobe à une conférence organisée par le IERI ? Je vous réponds alors que tout le monde sait bien qu'une présence à une conférence de ce type ne montre qu'un intérêt à discuter du thème de la conférence avec les acteurs présents, et pas du tout un soutien aux analyses sur d'autres sujets de l'organisation qui est derrière l'évènement. Vraiment, qu'y a-t-il d'inquiétant ? Qu'est-ce qui fait "frémir" ? Je salue votre dénonciation du communiqué de Salvatore et de ses thèses, mais le vocabulaire et la méthode utilisés pour évoquer certains noms est tout simplement sensationnaliste.
      • schoonaarde
        janvier 26, 20:32 Reply
        Il faut aussi respecter la ligne de temps, Marcel. Comme dit M. Kraff, le général était l'invité de IERI en décembre 2013. Le texte qui vous a offensé date de janvier 2015. C'est une erreur dont vous avez l'habitude.
        • Marcel Sel
          janvier 28, 00:14 Reply
          Seminatore n'est pa devenu un radical du jour au lendemain. De l'avis de bcp de monde, il a toujours ete un intriguant avec des idees limites. Si ses idees sur l'OTAN sont du meme accabit, le fait que de tels noms ont preté leur concours à un tel personnage pose question.
  15. GeBonet
    janvier 26, 11:47 Reply
    Du point de vue de l’homogénéité de l'Islam, suffit de se référencer de ce qui se passe aujourd'hui au Yémen... Entre Sunnite et Chiites... Comment l'Irak était tenus entier par les Sunnites (minoritaires) au détriment des Chiites ! A tout hasard voir http://rattrapages-actu.fr/fiches-actu/islam-difference-entre-chiisme-et-sunnisme-0 qui explique sommairement ce qui distingue les deux tendances majoritaires qui elles mêmes ne sont pas monolithique... Quand à savoir qui est un bon ou meilleurs Musulmans ? La guerre Irak - Iran qui a durée 8 ans a été une illustration de l'antagonisme des deux tendances (même si on sait que c'était le pétrole et un affrontement US - URSS par pays interposé utilisant la religion comme motivation des troupes) terminé par un match nul comme ne peut que l'être toute guerre.
  16. Antoine Roquentin
    janvier 26, 16:31 Reply
    Tout à fait d'accord avec ce post. À lire leur prose, on ne peut que s'exclamer "Bullshit!". Personnellement, j'ai l'aiguille de mon crap-o-mètre qui crépite à fond dans le rouge. Ils me semblent très experts, ces gens-là, dant l'art de débiter des conneries sous un verni académique flamboyant. C'est juste un club de snobs qui s'encensent les uns les autres, se font mousser en ingurgitant des petits-fours et en buvant du champagne. Des nostalgiques des salons du 19e si bien décrits par Proust. D'ailleurs, "hier" se dit "ieri", en italien, non ?
  17. Geoffroy d'Aspremont
    janvier 27, 10:19 Reply
    l'IERI n'est pas un think tank en tant que tel. Personne n'y travaille à part Irnerio Seminatore et deux-trois stagiaires. Il donne l'impression que c'est une grosse machine, car il y colle beaucoup de noms, beaucoup de partenaires et organise quelques événements avec des invités de renoms, mais derrière, il n'y a pas grand chose. Ce qu'écrit Seminatore ne regarde que lui, et certainement pas les gens qu'il mentionne sur son site ou qu'il invite à parler. Ne mettons pas tout le monde dans le même panier. Mon institut est mentionné dans les partenaires, mais depuis que j'y travaille (2010), nous n'avons jamais collaboré avec eux.
    • Marcel Sel
      janvier 28, 00:16 Reply
      Libre à vous de ne pas vous desolidariser. J'ai un peu de mal quand des politiques ou des responsables militaires tombent sans ce genre de panneau…0
  18. Vale
    janvier 27, 10:36 Reply
    J'ai bien connu le personage et la première chose que je me suis dis en lisant cet article était de me demander si vous n'aviez pas de personnes plus dangereuses à pourchasser. Ce type vit dans son monde illusoire, il n'est certes pas de gauche mais sa veritable influence est franchement mediocre. Sa candidature à la présidentielle italienne le montre bien, il est totalement decalé des réalités et vit dans son monde. Quant à ses liens avec des personnalitées connues de ce monde, il se les fait en etoffant son réseau mais parfois je crois qu'ils viennent plus parce que le personage leur a demandé plutot que par idéologie. J'ai beau ne pas partager ses opinions politiques si demain il me demandait de participer à un e de ses conferences je crois que je viendrais, mais ce n'est pas pour ca que je partagerais ses opinions. Et disons aussi qu'il a participé à l'expérience du Centre Universitaire de Vincennes (Paris 8), je ne me souviens pas que c'était rempli de nazillon cet endroit, c'était meme l'inverse. Et il est toujours en contact avec des anciens du milieu de Vincennes et les vois toujours. Comme je le pense il n'est pas dangereux si on le laisse tranquille dans son coin, d'autres comme Zemmour et Co sont bien plus dangereux. Nous les voyons tous les jours dans les medias, on ne peut pas dire la meme chose d'Irnerio. Je ne le vois pas sur toutes les chaines, et dans tous les journaux.
    • Marcel Sel
      janvier 28, 00:18 Reply
      Son texte circule depuis sa sortie, notamment dans des milieux d'extreme droite et le statut que lui ont donné des personnes de premier rang valident ses elucubrations. Mais moins dangereux que Zemmour, oui, certainement.
  19. Irnerio Seminatore
    janvier 27, 12:02 Reply
    Marcel Sel, le "Eichman" de l'Occident. Un papier anonyme, mi délation, mi dénonciation, écrit par un esprit chagrin, un petit et obscure « Eichman » de la « solution finale » de l'Occident, a voulu défendre les nouveaux nazi musulmans. Il s'est déchaîné en réaction à un texte à caractère historique en sycophante du régime, qui nous a conduit à la situation actuelle, favorisant les crimes des nouveaux bourreaux et leur volonté proclamée de génocide. La perversion de cette réponse est l'absence totale des éléments basiques d'un débat et il se signale par la carence d'un seul argument ou d'une seule idée. Ce petit comptable des futurs « camps de la mort » de l'Occident a pour seul but le dénigrement et l'anathème. Il ne peut remplir d'autres fonctions que d'être un misérable procureur de meurtre et d'assassins. Irnerio Seminatore
  20. Franck Ramus
    janvier 27, 17:18 Reply
    A propos des parties en gras récemment ajoutées. C'est bien de dénoncer Seminatore, mais pour les autres, vous ne faites que déclarer la culpabilité par association. Le fait qu'ils aient participé à des réunions ou colloques organisés par Seminatore ne dit strictement rien. Quand on est invité par les organisateurs d'un colloque avec lesquels on n'est pas d'accord, on a le choix entre faire la politique de la chaise vide (et les laisser parler sans contradicteurs), et y aller pour dire ce qu'on a à dire, éventuellement pour porter la contradiction. Être présent n'indique donc en rien qu'on est d'accord ou qu'on accorde son soutien. Si vous voulez coincer Toubon, Juncker, Ashton et les autres, faites-le sur ce qu'ils ont eux-mêmes déclaré, citations à l'appui, pas sur de simples co-occurrences de noms dans des programmes de réunions.
    • Marcel Sel
      janvier 28, 00:24 Reply
      Il ne s'agit pas de les coincer mais de relever des relations "inutiles"
      • Valentina
        janvier 28, 10:49 Reply
        Donc en fait c'est à vous de decider de qui parle avec qui? Je n'ai pas à recevoir votre autorisation pour parler à qui je veux. Et encore moins pour aller à la conference de mon choix.
        • Marcel Sel
          janvier 29, 02:08 Reply
          Je ne pense pas avoir évoqué une interdiction. Je pose des questions sur la fréquentation de certains cercles par des personnalités (voir mon article sur le droit de réponse de Seminatore). Vous allez à la conférence de votre choix, bien sûr. Mais quand vous êtes chef de cabinet du président européen, les conférences auxquelles vous participez, vous en mettez l'organisation en valeur (surtout quand en plus, elle les facture aux participants). Et ça doit pouvoir être remis en question.
  21. Casanier Hubiquitius
    janvier 28, 15:33 Reply
    l'IERI et son directeur sont-ils subventionnés par les contribuables européens ? Si tel est le cas - et même dans le cas contraire- il ne faut pas en rester là ! Il parait urgent de faire à M. Imerio Seminatore la publicité que ses positions extrémistes appuyées sur de grossières erreurs factuelles méritent.
  22. Niemand
    janvier 28, 16:44 Reply
    Si la prose de Seminatore vous a plu, je ne peux que vous conseiller la lecture de son article suite au carnage de Breivik en 2011. http://www.ieri.be/fr/publications/ierinews/2011/ao-t/la-tuerie-doslo-et-sa-signification
  23. Nyssen, Vivianne
    janvier 28, 17:56 Reply
    Pff ! mon pauvre Monsieur Sel, quel courage vous avez de répondre à tous ces indécrottables c. à front de taureau ... Mais je trouve votre blog pertinent et salutaire, parfois un peu long ? ;-)
    • Marcel Sel
      janvier 29, 02:09 Reply
      Merci, Vivianne. Mais je n'ai pas le temps de faire plus court :-)
      • Adèbe
        janvier 31, 04:55 Reply
        Moi qui aime écrire je trouve votre réponse à Viviane très compréhensible...! Ce blog doit déjà occuper une bonne partie de votre temps! Je n'arrête pas de re-tomber dessus au fil de mes lectures sur cette vaste toile et je dois dire que je prends toujours autant de plaisir à vous lire, cher Marcel Sel, merci! J'ai failli me laisser aller à un commentaire un peu lourd en réponse au commentaire de Seminatore mais autant ça m'a quelque peu soulagé, autant il ne vaut pas la peine d'être publié... Sinon, mon manque de culture ne m'aide pas et je me demande ce que représente la photo qui illustre la page qui présente le conseil d'administration de l'IERI ?
        • Marcel Sel
          février 02, 15:29 Reply
          La page des collaborateurs ? Vous parlez de la Géode ? Je n'y suis jamais allé, mais ça ressemble à ce qu'on m'a décrit. Quelqu'un pour nous répondre ?
  24. uit 't zuiltje
    janvier 29, 00:48 Reply
    @Marsel vous savez que je vous apprécie, mais la mise à jour où le nom de Wolfgang Wosolsobe auprès du bouffon islamophobe disparaît m'emmerde, saint thomas bernhard aub une épiphanie, je voudrais en savoir plus
  25. salvatore
    février 03, 00:56 Reply
    Tout ce qui est écrit sur le site de l'IERI, son comité, ses partenariats, etc etc Pourquoi mettre en doute certaines choses sans motif valable ? (j'ai fait 6 mois a l'IERI en tant que stagiaire)
    • Marcel Sel
      février 04, 17:53 Reply
      J'utilise le conditionnel parce que j'ai notamment trouvé des partenariats qui n'existaient pas ou n'existaient plus.

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.