EXCLU. La Marche sur Rome de la N-VA, c’est le 1er août.

Capture d’écran 2014-05-29 à 11.46.08

Mise à jour du 31 mai. Mark Demesmaeker, député européen de la N-VA, est inscrit à l’événement. Ceci implique que la N-VA soutient la marche.

Autres inscrits : Matthias Storme, éminent nationaliste flamand; Jan Van Meirhaege, député provincial N-VA, s’est inscrit dans les participants.

Une page Facebook invite 1,4 million de Flamands ayant voté pour la N-VA à « marcher sur Bruxelles » si le parti de Bart De Wever n’est pas dans le gouvernement belge le 1er août. Parallèlement, deux pétitions circulent sur le même thème. Des militants, des membres, des dirigeants locaux, mais aussi des mandataires de la N-VA (notamment un élu de CPAS, ), ainsi qu’au moins une section du Vlaamse Volksbeweging, le « Mouvement flamand », proche de la N-VA (via notamment Jan Jambon et Peter De Roover) ont signé l’une des pétitions ou déclaré participer à la marche. À l’heure où j’écris, le nombre de participants déclarés était passé de 3.000 à 10.000 en une seule journée !

En 1922, Benito Mussolini qui avait obtenu 19 % des voix aux élections de 1921 avec le parti Blocchi Nazionali (Blocs nationaux) a lancé la fameuse Marche sur Rome pour faire pression sur le gouvernement et le roi affaibli. Elle réunissait une grosse vingtaine de milliers de fascistes. Dans son esprit, le Duce ne cherchait pas à renverser le gouvernement, mais à faire respecter la « vraie démocratie », celle qui lui vaudrait de diriger le gouvernement, ce qu’il obtint du roi Vittorio-Emanuele III. Mussolini dirigea alors une coalition gouvernementale où les fascistes étaient minoritaires, aux côtés de partis traditionnels, en attendant, petit à petit, de rogner la démocratie italienne pour la remplacer par une dictature fasciste. Celle-ci a mis 5 ans à s’installer réellement, si l’on considère l’instauration des « lois fascistissimes » comme le vrai point de départ de l’État fasciste italien (les historiens ne sont pas forcément d’accord entre eux). Et jusqu’en 1927, beaucoup d’Italiens considéraient Mussolini comme un démocrate. Just saying.

La marche n’est apparemment pas organisée par la N-VA.

Si le principe est identique (imposer un parti dans un gouvernement), la grande différence entre la Marche fasciste sur Rome et la Marche nationaliste sur Bruxelles, c’est qu’apparemment, cette dernière n’a pas été lancée sciemment par la N-VA. Je dis bien apparemment parce qu’il va être difficile de savoir si quelqu’un dans le parti n’aurait pas suggéré à quelqu’un hors du parti de lancer l’idée. Ainsi, l’une des pétitions (qui n’a recueilli que 12 suffrages jusqu’ici) a été signée d’emblée par trois membres de directions locales de la N-VA, de Waarschot et de Keerbergen. De même, des dirigeants locaux et mandataires du parti figurent, comme je l’ai indiqué, parmi ceux qui s’engagent à marcher sur Bruxelles pour impressionner les négociateurs et, pourquoi pas, profiter de la relative faiblesse du roi pour imposer leur leader comme premier ministre belge. Mais nous n’avons pas de preuve, alors, considérons que la direction de la N-VA est contre cette marche (ce qui sera bientôt clair : si elle ne réagit pas, c’est qu’elle n’y est pas opposée).

L’autre différence, c’est que Facebook aidant, on trouve de tout parmi les participants, y compris des électeurs d’autres partis qui trouvent simplement que le parti qui a obtenu 32,5 % de voix en Flandre (mais 20 % en Belgique, score très similaire au bloc nationaliste dont Mussolini faisait partie) doit de facto faire partie de la coalition gouvernementale. Mais d’autres messages de pétitionnaires font froid dans le dos : « un gouvernement sans la N-VA = révolution ». Sans compter ceux qui affirment, en dépit des faits que « Bart De Wever a la majorité des Flamands avec lui ». Il est question aussi, comme du temps de Mussolini, d’instaurer « la vraie démocratie ». Et sur les forums, les messages de ceux qui rappellent qu’un régime proportionnel tel que nous le connaissons, va aux partis qui parviennent à former une coalition parlementaire, et non à celui qui récolte le plus de voix, sont immédiatement raillés par ceux qui affirment qu’un pays doit tenir compte d’un parti qui, à lui seul, obtient 20 % des voix.

Capture d’écran 2014-05-29 à 13.40.43

Les Wallons sont-ils restés dans leur lit [lors des élections]? Toujours le racisme en filigrane…

Bien entendu, on ne trouve nulle part de tête du parti qui rappelle les gens à l’ordre en les priant de respecter les règles démocratiques dans notre pays. Au contraire, une véritable offensive médiatique est lancée sur le thème « un siège flamand coûte plus cher qu’un siège francophone » avec en tête de pont deux articles parus dans Monkeybusiness, dont l’un au titre sulfureux : « Comment les sièges francophones moins chers sabotent la démocratie » et un autre, paru sur le site de la VRT « La Flandre obtiendra-t-elle ce qu’elle a choisi ». Ce dernier est de Guido Moons, président d’honneur du Vlaamse Volksbeweging, la base nationaliste de la N-VA. Jan Jambon déclare y être actif, son chef politique, Peter De Roover, ami de Bart De Wever, est sur les listes du parti nationaliste-flamand.

« La Belgique n’est pas une démocratie » ? Ou « les nationalistes ne sont pas des démocrates » ?

Dans cet article, Guido Moons n’hésite pas à écrire : « La Belgique n’est pas une démocratie fonctionnant normalement ». Il estime que la N-VA doit participer au futur gouvernement. Or, une telle participation risque bien d’être terminale pour la Belgique. Les 541 jours sont dans toutes les mémoires. Ce qui montre que ce que la N-VA n’obtient pas par les élections, son arrière-ban tente de l’obtenir par d’autres moyens. Point d’orgue : aujourd’hui, le Taal Aktie Kommitee et son bras politique, le Vlaamse Volksbeweging, manifestaient au Parlement contre « la sous-représentation flamande ». Le thème du jour est « 1 homme n’égale pas une voix ». J’y reviens juste après.

Pour amener les masses populaires à une révolte au moins spirituelle contre une éventuelle tripartite, les nationalistes, qui sont de véritables usines à concept, en ont développé deux qui s’ancrent sur ceux qu’ils avaient déjà lancé dans la nature : « deux démocraties », « la Belgique est francophone », « les Wallons ont de tout temps brimé les Flamands », etc. Le premier de ces nouveaux concepts se base sur une carte de la Flandre où pratiquement tous les cantons ont élu la N-VA en tête. Peu importe si elle a 1 % ou 20 % de plus dans chacun de ces cantons, seule sa position de tête compte. Cette carte est utilisée systématiquement pour donner l’impression que le parti de Bart De Wever est le premier partout ou presque. Ce qui, je le répète, ne signifie rien dans un régime proportionnel : si l’on prend la même carte avec le vote FN en France aux Européennes (en supposant que le parti ferait les mêmes résultats aux législatives), et qu’on applique la même conclusion, Manuel Valls devrait donc abdiquer au profit de Marine Le Pen. Ça donne une petite idée de la qualité démocrate des idées qui circulent dans et autour de la N-VA.

Capture d’écran 2014-05-29 à 13.39.49

Comment les sièges ‘bon marché’ (sic) francophones sabotent (sic) la démocratie. OK selon la loi mais funeste dans la pratique.

Le second concept est chiffré et c’est celui que le TAK et le VVB promeuvent aujourd’hui. Il s’agit du « coût » d’un siège à la Chambre, différent pour un Francophone et un Néerlandophone. Plusieurs articles, dont un dans le Standaard sont parus qui expliquaient pourquoi avec un nombre similaire d’électeurs, un parti francophone récoltait jusqu’à 10 sièges de plus qu’un parti néerlandophone. Ou, exprimé autrement dans un article de Newsmonkey intitulé « La Belgique n’est pas une démocratie qui fonctionne normalement », un siège francophone coûte de 32.000 à 37.000 voix alors que les flamands se « paient » de 42.000 à 59.000 voix. On a envie de leur répondre qu’à Bruxelles, la N-VA obtient 3 sièges avec 9085 voix seulement alors qu’avec un score supérieur, Debout Les Belges n’en obtient… aucun ! (Voir plus bas d’autres explications qui tordent le cou à cette nouvelle légende urbaine d’une démocratie qui favoriserait les partis francophones.)

Capture d’écran 2014-05-29 à 13.40.06

Le tableau paru dans Newsmonkey oublie sciemment les partis francophones, dont le FDF, qui paient beaucoup plus cher que les flamands. Propagande, quand tu nous tiens…

Aucun N-VA de haut niveau n’a fait état de tout ceci clairement. L’ensemble des concepts nationalistes que j’évoque ainsi que l’invitation à signer la pétition sont répercutés uniquement par les électeurs et les mandataires locaux à titre personnel, par des sections du Vlaamse Volksbeweging, mais jamais par une section de la N-VA elle-même ! Bien entendu, elle peut difficilement ne pas être au courant de l’appel à la Marche sur Bruxelles, puisque celui-ci a été diffusé, notamment, sur VTM et qu’il serait très étonnant que les membres et mandataires qui y souscrivent n’aient pas fait remonter l’idée jusqu’au sommet. À moins, bien sûr, qu’à la N-VA, personne ne parle à personne. On imagine que Bart De Wever jouera sur le fait que ses électeurs et mandataires sont « libres » de signer ce qu’ils veulent, tout comme ils sont « libres » de manifester avec les néo-nazis du Voorpost ou, comme Hendrik Vuye, d’aller présenter sa vision de la constitution belge au cercle néo-fasciste NSV, pépinière du Vlaams Belang. En gros, la N-VA abuse du mot liberté pour permettre à ses ouailles d’aller fricoter avec les ennemis de la liberté, ou d’annoncer leur participation à une sorte de Marche sur Rome sans l’aspect militaire de celle-ci (très relatif du reste). 

Bart De Wever doit décommander cette marche, faute de quoi il se met au niveau de Benito Mussolini.

Le seul moyen de démontrer qu’elle est bien un parti démocrate serait pour la N-VA de se désolidariser totalement de la marche au point d’interdire à ses membres et mandataires d’y participer. Elle pourrait faire œuvre pédagogique en expliquant que sa participation au gouvernement n’est absolument pas obligatoire dans une démocratie proportionnelle, pas plus que celle du FN au gouvernement français n’est rendue nécessaire par ses 25 % aux Européennes ou ne le serait si elle obtenait le même score, en nombre d’élus, aux législatives. C’est là que Bart De Wever est attendu au tournant.

Enfin, sa responsabilité est largement engagée dans cette initiative — même en considérant qu’elle serait purement citoyenne — par l’usage systématique et immodéré de principes d’opposition entre Flamands et Francophones, par sa décrédibilisation tout aussi systématique de la « démocratie belge », par le mépris pour les principes fondamentaux de notre Constitution. Il y a dans les messages de ce parti un contournement systématique de l’esprit des lois de notre pays, un refus d’accepter les règles installées, et un usage abusif des mots liberté, égalité, démocratie, démocratique. À ce titre, le fait qu’une telle formation parvienne sans même intervenir à ce que l’on fomente une marche sur Bruxelles destinée à impressionner les autres partis et à imposer la présence de Bart De Wever dans un gouvernement qui ne peut être que négocié entre partis et où l’électeur n’a plus la main une fois les élections passées, suggère qu’il est grand temps qu’on cesse de minimiser le caractère populiste et nationaliste de la N-VA. À bon entendeur, salut.

ANNEXE 

Les partis francophones favorisés ? Mais la N-VA aussi, et de 10% !
Commençons par un constat clair : l’ensemble des sièges francophones correspond, à 0,8% près, à la proportion de Wallons et de Bruxellois francophones dans la population belge. 
La raison de la distorsion qui « choque » les nationalistes (qui oublient que certains partis flamands et wallons « paient » plus de 100.000 voix leur premier siège, mais passons) tient notamment au fait qu’il y a plus de « votes inutiles » en Wallonie et à Bruxelles, où de nombreux partis n’ont pas passé la barre des 5 % requise pour obtenir leur premier siège. Leurs voix passent automatiquement dans les grandes formations. Autrement dit, les grands partis francophones bénéficient plus des votes perdus que les grands partis flamands. Mais je n’ai lu pas lu dans tous ces articles (et dans aucun pour les points 1, 2 et 4) les évidences suivantes :

  1. même la N-VA obtient 3 sièges de plus qu’elle ne devrait en avoir mathématiquement, la démocratie flamande ne fonctionne donc pas « normalement » non plus ;
  2. l’avantage obtenu par les grands partis, des deux côtés de la frontière linguistique, est dû à l’adoption de la Méthode d’Hondt, inventée par un Gantois (non, pas un Namurois) à la fin du XIXe siècle pour favoriser les grands partis et permettre une coalition — cette méthode a de tout temps satisfait les partis flamands et est utilisée dans la plupart des démocraties avec les mêmes effets pervers : s’il n’y a pas de démocratie belge, il n’y en a pas beaucoup dans le monde, et l’américaine, l’anglaise ou la française sont particulièrement exécrables ;
  3. les principales victimes de cette inégalité de sièges sont le Vlaams Belang, le Parti populaire et le FDF ;
  4. Sur 3,9 % de différence moyenne, un quart est dû au fait qu’en exigeant la scission de BHV, les partis régionalistes et nationalistes flamands ont eux-mêmes perdu un siège à Bruxelles où le nombre de néerlandophones ne permet plus d’élire un député à la chambre ;
  5. Les 3 % restants sont dus à la présence plus importante d’enfants et d’étrangers à Bruxelles et en Wallonie, et dans le cas des étrangers, un nombre considérable travaille en Belgique depuis des années voire des décennies et a épousé des Belges ;
  6. Globalement, les Flamands ont aujourd’hui 58 % des sièges pour 58,8 % de la population et 61,9 % des votants. La différence est minuscule comparée à certains pays où il est possible d’être élu président sans avoir une majorité de voix, comme aux États-Unis ;
  7. On peut, en Belgique même, trouver des exemples inverses : ainsi, à Bruxelles, les Néerlandophones bénéficient d’une surreprésentation qui permet à la N-VA d’obtenir 3 sièges avec 9085 voix alors qu’un parti francophone de mauvaise réputation n’en obtient aucun malgré un score supérieur. Pire : sans la surreprésentation, seul l’Open VLD serait représenté au Parlement bruxellois, tous les autres partis néerlandophones se retrouveraient sans le moindre siège du fait de la barre fatidique des 5 %. 

Et voici un graphique qui montre qu’une répartition plus équilibrée, en utilisant la Clé Sel au lieu de la Clé d’Hondt ne changerait pas grand-chose entre grands partis et favoriserait en fait la fragmentation de la représentation électorale. La famille socialiste serait toujours première, la tripartite serait toujours possible. J’ai pris un cas extrême : une répartition des sièges selon le nombre d’électeurs et non selon le nombre d’habitants (ce qui exclut les enfants et les époux/épouses étrangers de toute représentation, mais soit), qui donne 57 sièges francophones et 93 néerlandophones. Les sièges sont attribués en divisant le nombre d’électeurs de chaque parti par le nombre d’inscrits total divisé par le nombre de sièges de chaque communauté, le tout arrondi à la décimale inférieure. On regarde ensuite combien d’électeurs représente chaque siège non attribué et on attribue les sièges restants au parti qui a le plus grand nombre de voix non encore traduites en sièges, jusqu’à ce que tous les sièges soient attribués (ainsi, le dernier siège «vaut 15.000 voix environ en Wallonie). Ceci permet de faire rentrer les petits partis. Le résultat : entrée des populistes en masse dans l’hémicycle, mais je suppose que c’est ce que veut la N-VA, au final. Et enfin, le tout est calculé sur une seule circonscription fédérale ce que, pour rappel, la N-VA ne veut à aucun prix.

Capture d’écran 2014-05-29 à 16.27.17

Une répartition très proche des pourcentages réels ne changerait pas grand chose : la famille socialiste est toujours première, la N-VA perd 10% de ses sièges, les petits partis entrent en force.

Previous Pauvre petit Bart riche
Next Partis émergents : la Belgique conserve bien !

You might also like

0 Comments

  1. GuyF
    mai 29, 17:47 Reply
    Et voilà ! c'est le clash que j'annonce depuis que GILSON ( La puce aux scouts) a toléré l'abandon du recensement linguistique. Les MARS OP BRUSSEL de ces années là y ont déjà contribué comme à l'épuration ethnique walleen buiten. Les lois de 1932 étaient non seulement démocratiques mais respectaient la primauté de la logique HUMAINE sur l'illogique prépondérance du "droit du sol" qui n'existe que dans la cervelle d'ignares de leur propre fonctionnement cognitif. Que ceux qui n'aiment pas la Belgique la quitte et nous laissent en paix pour faire émerger un Projet Sociétal HUMANOLOGIQUE.
  2. Fernando Ferreira
    mai 29, 18:26 Reply
    Cher Marcel, lisez donc John Caldwell Calhoun et vous saurez comment on égorge politiquement un pays...
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 15:47 Reply
      quand on égorge un pays on ne saigne pas sa partie exsangue...
  3. Philippe
    mai 29, 18:30 Reply
    Les néo-nazis du Voorpost Vlaamse Volksbeweging, N-VA, le Mussolini Anversois, le cercle néo-fasciste NSV, le Vlaams Belang, le TAK etc.. Cela en fait des trucs à vomir en Flandre aujourd'hui ! Retenons les fumisteries flamandes qui nous imposent un système en Région Bruxelloise alors qu'il nous est refusé au Fédéral: La "sur sur représentation" ! En effet, l’ensemble des sièges francophones correspond, à 0,8% près, à la proportion de Wallons et de Bruxellois francophones dans la population belge... cqfd ! En Région Bruxelloise, il y a plus ou moins 5% de la population qui est néerlandophone( celle ci est reconnue comme minorité historique et protégée comme telle, ni plus ni surtout, moins) Preuve: http://www.lalibre.be/actu/belgique/5-3-de-flamands-a-bruxelles-51b8c37ce4b0de6db9bd3f84
  4. xavier castille
    mai 29, 18:35 Reply
    Chaque région sa politique choisie aux élections et tous les pouvoirs aux régions ...; QUOI DE PLUS DEMOCRATIQUE MARCEL ???????? Le reste c'est pavoiser sur les détails.
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 15:59 Reply
      "tous les pouvoirs aux régions" ça ça ne peut se discuter qu'au parlement de l'Entité (Deelstaat) appelée "fédéral"... "QUOI DE PLUS DEMOCRATIQUE" n'est-ce pas xavier... puisque c'est là que dans notre système "DEMOCRATIQUE", on marchande tout changement de domaine de pouvoir, et remarquez, xavier, qu'il faut voter au parlement de l'Entité dite "fédéral" à la législature précédente, les sujets sur la table...
      • xavier castille
        mai 31, 09:44 Reply
        Je sais ... ce n'est pas toujours facile d'accepter le changement ... même ci celui-ci est logique et naturel. Je suis encore toujours du principe que chaque région, qui est déterminée par des circonscriptions électorales, a droit à la politique choisie aux élections. Des accords entre les régions se fera avec plus de respect et de transparence. Notez que, BXL, à mon avis a le même droit.
        • uit 't zuiltje
          juin 01, 22:13 Reply
          perso je comprends peu votre point de vue, car dans ce pays où le pouvoir des régions vont aux régions (idem aux communautés), le pouvoir qui ne va ni à l'un ni à l'autre va au fédéral et toutes ont "droit à la politique choisie aux élections". "Des accords entre les régions se fera avec plus de respect et de transparence." respect et transparence est sans doute difficile entre des "Entités" qui n'existent pas nécessairement: région wallonne et région flamande (vlaams gewest n'existe pas en tant qu'Entité) n'ont rien à discuter puisque leur domaine de pouvoir ne concerne que leurs territoires ... mais communauté française et vlaams gemeenschap ont par contre des choses à négocier, et les gens de bruxelles (et pas la "région" du même nom) représentent le quart de la première et une portion insignifiante de la seconde qui par contre prétend être à bruxelles dans sa capitale... le respect et la transparence sont donc les petites victimes de nos esprits étriqués mais sans doute de bonne volonté... quant au "changement" (aux "changements") c'est le genre de truc que la majorité des gens réclame, me semble-t'il... jamais content les gens, avec trop de différents (et parfois des différends)... trop de changement tue changement godferdom
  5. valeredoumont
    mai 29, 18:39 Reply
    La NVA a eu presque trois ans pour améliorer le "scénario Tchécoslovaque" tenté sans succès en 2010. Première amélioration : la marche citoyenne de protestation. Ce ne sera pas la dernière...
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 20:35 Reply
      comment un nationaliste flamand pourrait "améliorer le "scénario Tchécoslovaque"" 1)la tchécoslovaquie est un État artificiel trilingue créé lors du dépeçage de l'empire austro-hongrois 2)ces deux "peuples" n'ont eu aucune convergence culturelle dans leur histoire longue 3)c'est la minorité slovaque qui voulait sont indépendance le "scenario tchecoslovaque" est un argument de flamingant inculte, INCULTE
  6. donnet
    mai 29, 18:39 Reply
    Mieux vaudrait de toute facon annuler la marche sur Rome sinon en faire une autre pour le parti fr rejeté de la coalition. .. Démocratie oblige.
  7. schoonaarde
    mai 29, 19:38 Reply
    Moi, aussi, j'ai fait une analyse du scrutin mais en regardant les votes sur le niveau "Royaume" (uniquement les partis qui ont obtenu des sièges). Je crois que l'électeur s'est exprimé surtout sur le socio-économique et non sur le communautaire Les gagnants sont les partis avec un programme socio-économique "libéral":: Open VLD/ MR/ FDF/ N-VA/ PP qui augmentent de 511.175 votes (+11 sièges) Les partis avec un programme socio-économique "socialiste": PS/ SP-a/ Ecolo/ Groen/ PTB-Go!-PVDA+ augmentent de 17.994 votes.mais perdent 2 sièges. Leur augmentation de voix est inférieure à l'accroissement des nouveaux électeurs. Au centre le CdH/ CD&V augmentent de 50.745 voix (+1 siège) Le gros perdant c'est le Vlaams Belang avec une perte de 258.951 votes (-9 sièges) . Si quelqu'un connaît le programme socio-économique du Belang, merci de me l'expliquer et de le placer quelque part. En ce qui concerne le "problème des sièges" il n'existe pas sur le niveau "Royaume". Les partis de "gauche" (cfr. plus haut) obtiennent 34% des voix et 50 sièges (sur 150). Ce qui me semble correct. La différence se situe surtout au niveau régionnal où le nombre de voix requises pour un siège flamand au Fédéral est fort différent du nombre de voix pour un siège wallon. Ceci est dü à un nombre de facteurs locaux (foisonnement de petis partis; absentéisme, votes blancs) Mais dans "l'ensemble" (c-à-d. la Belgique) entre "gauche", "centre" et "droite" les rapports sièges/ % de votes sont respectés. Ce qui me fait conclure qu'une circonscription fédérale n'a aucun sens et deviendrait un nouveau problème communautaire.
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 17:04 Reply
      @schoon' "Ce qui me fait conclure qu’ <i> une circonscription fédérale n’a aucun sens </i> et deviendrait <i> un nouveau problème communautaire </i> ." pourriez-vous être démonstratif dans vos conclusions, sinon c'est juste une opinion d'ailleurs très respectable, perso je prennais votre post pour une démonstration de l'intérêt démocratique de ne pas avoir peur d'une circonscription fédérale, enfin une vraie, pas un ersatz belge plus symbolique qu'opérationnel... d'où mon étonnement
      • schoonaarde
        mai 31, 15:51 Reply
        Vu que j'ai pris les chiffres du niveau "le Royaume/ het Rijk ce qui correspond à la circonscription fédérale, rien ne changerait sur le montant des voix, ni des pourcentages. En ce qui concerne les sièges, là par contre il y aurait beaucoup moins de sièges pour les partis francophones (toujours pour les mêmes raisons qu'actuellement) Je ne vois vraiment pas pourquoi les francophones plaideraient pour cette circonscription fédérale qui leur coûterait 6 sièges au minimum. D'ailleurs si vous regardez les propositions des défenseurs de cette circonscription fédérale, elles contiennent toutes une clef de répartition sièges FR/NL, ce qui en faite la rend confederale. Les chiffres sont ce qu'ils sont: en Belgique 6.745.059 personnes ont voté dont 4.202.462 dans la circonscription NL, ce qui fait 62.30% des votants.
        • uit 't zuiltje
          juin 05, 17:54 Reply
          merci de nous expliquer pourquoi la belgique de papa était bien la vôtre (aux NL, donc) et pourquoi la circonscription fédérale bhv était bien la dernière vraiment fédérale (hahaha bxl+de zes, plus FR que fédérale ou confédérale, mon cher)
  8. wallimero
    mai 29, 19:56 Reply
    @ Marcel, Si les syndicats descendent en rue pour faire pression sur les politiques c'est démocratique, si des citoyens descendent en rue pour faire pression c'est le danger fasciste. Tiens, la Marche Blanche, j'imagine que les partis devaient s'en désolidariser aussi? je sais, est antidémocratique tout ce qui met en question la manne redistributive belge. joli Marcel, vraiment joli
    • Marcel Sel
      mai 30, 00:40 Reply
      Wallimero : ce qui est antidémocratique, c'est quand un parti fait croire ou laisse faire croire via ses militants qu'il a un droit absolu d'être au gouvernement à partir de 32,5% des voix et de semer l'idée, avec la complicité de certains journalistes, qu'un Flamand a moins de pouvoir électoral qu'un francophone pour inciter la population à faire pression sur le gouvernement. Ça, c'est en gros ce que Mussolini a fait. Bart De Wever laissera-t-il ses électeurs et certains de ses mandataires faire pareil ? C'est là qu'on va voir à quel point il est démocrate, et à quel point il ne l'est pas.
      • thomas
        mai 30, 00:55 Reply
        Et vous croyez que tous les électeurs du CD&V et OpenVLD préfèrent un gouvernement avec le PS et non avec la NVA?
      • wallimero
        mai 30, 08:49 Reply
        @ Marcel, ah bon? Les droits absolus c'est plutôt du côté francophone qu'il faut les chercher... Tiens, l'affaire royale, quel bel exemple de démocratie francophone. Est-ce que les politiciens francophones ont dit que les troubeles dont ils étaient eux-mêmes à la base étaient anti-démocratique? oui, je sais, pour la gauche, je n'est jamais pareil et il y a toujours des excuses. On peut dire non à tout, et c'est Bart qui bloque, et entretemps on l'ACW a la garantie qu'ils peuvent continuer à puiser dans les caisses public - sans appel d'offre et jusqu'à l'éternité - pour le déboursement du chômage et la caisse maladie, tant que les socialos francophones peuvent faire de même. La Belgique ne tient que par l'anti-démocratie! je suis pour la suppressions des sièges néerlandophones à Bruxelles, si on accepte de remettre en question le statut de capitale nationale ou une gestion commune. Mais là gros silence. S'est pour s'accrocher aux privilèges anti-démocratiques qu'on tient si à cette belle Belgique. joli Marcel, vraiment joli
        • Philippe
          mai 30, 17:24 Reply
          "Remettre en question le statut de Capitale de Bruxelles-ville (B-1000) ?" Et Alors ? C'est pas les citoyens de la Fédération Wallonie Bruxelles qui sont demandeurs ! Par contre tant les politiques que le milieu des affaires en Flandre pleurent pour qu'il n'en soit pas ainsi... La richesse de la Flandre c'est en Région Bruxelloise et dans sa périphérie qu'elle va la chercher (spolier). "une gestion commune" Et quoi encore ? Faut un peu retomber les pieds sur terre, Les politiques flamands ne sont vraiment pas bien chez eux en Région Bruxelloise élargie. Si tu souhaites parler de l'affaire Royale et des démons de la collaboration directe et indirecte avec les nazis dont les nationalistes flamands sont les seuls héritiers... Libre à toi !
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 16:20 Reply
      Walli, vous êtes "pour la suppressions des sièges néerlandophones à Bruxelles, si on accepte de remettre en question le statut de capitale nationale ou une gestion commune. Mais là gros silence." ? j'ai pas bien compris... finalement c'est bxl-stad la capitale ou la région capitale de bxl te ingewikkeld walli te ingewikkeld
      • wallimero
        mai 31, 10:01 Reply
        @ zuiltje si je ne me trompe la région-capitale a demandé un refinancement justement pour ces obligations et pourquoi des communes devraient-elles recevoir plus de fonds pour un échevin des affaires néerlandophones inexistants? Il faut couper tout cela, et laisser la Flandre régler la présence des néerlandophones dans leur capitale nationale, puisqu'à Bruxelles il y en a plus. Malgré tout le blabla et la gesticulation, la mise à zéro du statut des néerlandophones ne sera jamais remis en question par les francophones, et ni par les partis que Marcel considère démocratiques, car ils savent très bien que la question du statut de capitale se posera. Et notre grand progressiste ne veut surtout pas que quelque chose change dans ce pays...
        • Lachmoneky
          mai 31, 16:10 Reply
          Wallimero: "Il faut couper tout cela, et laisser la Flandre régler la présence des néerlandophones dans leur capitale nationale, puisqu’à Bruxelles il y en a plus." Vous mélangez quelque peu le statut de Bruxelles-ville de "capitale nationale" à la représentation flamande dans la Région de Bruxelles. Et de plus, vous estimez qu'une ville où la Flandre n'a plus grand chose à dire ne vaudrait pas le statut de "capitale nationale": quel beau mélange des genres! Et si le Région flamande commençait par mettre SA capitale dans SA région? Et si je comprends bien, si la "Wallonie" (= Région + communauté) décidait de mettre sa capitale à Anvers, vous seriez d'accord pour que les francophones y mettent de l'ordre, puisqu'ils n'y ont (quasi) plus aucune présence "électorale". Wallimero, vous êtes décidément impayable!
        • Philippe
          juin 01, 10:20 Reply
          Bas les pattes de notre Régions Bruxelloise ! La Flandre politique n'y a pas une once de légitimité...
        • Philippe
          juin 01, 10:27 Reply
          "laisser la Flandre régler la présence des néerlandophones dans leur capitale nationale" Tout à fait, cela concerne une dizaine de bâtiments administratifs et trois cours intérieures. Pour le reste, bas les pattes ! Pour infos voici les magnifiques cours intérieures de La Haye http://www.holland.com/be_fr/tourisme/article/parcours-des-cours-interieures-de-la-haye.htm
        • uit 't zuiltje
          juin 05, 00:13 Reply
          walli, comme Marcel était en weekend prolongé, je ne suis plus très sûr de vous avoir déjà répondu : "la mise à zéro du statut des néerlandophones ne sera jamais remis en question par les francophones" voilà une pensée vraiment dégueulasse d'un NL complexé qui croit que tous les FR sont complexés... NL seul coupable, NL assume, alors FR négocie win-win et tout le bazar splitseur idiot walli splitseur idiot
  9. guillaume21
    mai 29, 20:12 Reply
    J'ai effectivement lu des débats sur des forums politiques flamands reprenant ce constat entre le nombre de voix nécessaires pour être élu en Flandre et en Wallonie.
    • François
      juin 03, 21:56 Reply
      "...aujourd’hui, le Taal Aktie Kommitee et son bras politique, le Vlaamse Volksbeweging, manifestaient au Parlement contre « la sous-représentation flamande...". Je viens de faire un saut sur le site de la Chambre et j'ai comptabilisé le nombre de sièges attribués aux formations politiques flamandes au dernier scrutin. Ensuite, j'ai calculé le pourcentage de sièges "flamands". Réponse: 58 % des places. Ensuite, j'ai rapidement fait une recherche sur le poids linguistique des différentes populations. Réponse presque identique sur la plus part des sites consultés: + ou - 58 % de néerlandophones en Belgique. Conclusion: 58 % de la population obtient 58 % des sièges. Incroyable, n'est-ce pas? Ce qui devient encore plus incroyable et culotté de la part de nos amis du TAK et du VV, c'est que lorsqu'il s'agit de la Région bruxelloise, on entend plus personne pour protester sur la sur-représentation flamande. Alors que, dans ce cas, des politiques flamands sont propulsés ministres en ayant obtenus un nombre de voix qui ferait rire certains bourgmestres de petites communes luxembourgeoises. Et pour finir, histoire de bien enfoncer le clou, le système belge de répartition des budgets et fonctionnaires fédéraux est toujours calculé sur la base du fameux 60 / 40. Autant vous dire que la balance à une nette tendance au déséquilibre en faveur de certains, pour ne pas parler de la polémique sur l'Armée par exemple. Je n'oserais, d'ailleurs, qu'à peine évoqué, également, le top des administrations où les fonctionnaires flamands s’octroient, se cooptent (n'ayons pas peur des mots), pour presque l'ensemble des postes importants. Certains au TAK et autres groupuscules extrémistes devraient apprendre à la boucler, plutôt que de débiter autant de conneries à la ligne.
      • uit 't zuiltje
        juin 04, 23:46 Reply
        Philippe avez-vous l'info sur le nombre de type qui ont participé, le tak, combien de division?
      • guillaume21
        juin 06, 07:47 Reply
        Je crois que le principal problème c'est que je n'entends personne en Flandre démonter ça. Donc leurs analyses sont donc acceptées sans sourciller par pas mal de gens parce que personne ne les contredit.
  10. xavier castille
    mai 29, 20:43 Reply
    une voix = un vote ... et pour les Bruxellois la même chose (en voor de Brusselaars hetzelfde!)
    • Philippe
      juin 01, 10:18 Reply
      Trois régions totalement autonomes dont les frontières sont encore à délimiter en fonctions des exigences démocratiques européennes et du souhait de citoyens directement concernés.
  11. uit 't zuiltje
    mai 29, 20:46 Reply
    "Bart De Wever doit décommander cette marche, faute de quoi il se met au niveau de Benito Mussolini." ah non bdw ne décommandez rien, tous ceux qui se souviennent des marches flamingantes sur bxl dans les années septantes attendent avec beaucoup d'impatience le flop de mise au point. autant voir où on en est... en plus ce sera un petit supplément de fiesta après la fin du ramadan qu'on puisse rigoler entre bxlois
  12. uit 't zuiltje
    mai 29, 22:12 Reply
    depuis que marine le pen s'imagine la reine de france, les flamands d'n-va vont encore plus partir en vacance dans un pays dont ils comprennent la langue FR à l'insu de leur plein gré... yen aura sans doute plus un seul pour monter à bxl, à moins que les flamands mentent sur leur capacité à pouvoir se payer des vacances par rapport à ces salauds de profiteurs FR
  13. Tournaisien
    mai 29, 23:02 Reply
    Je dois reconnaître que le rapprochement avec la marche sur Rome a quelque chose de troublant. Il est vrai que le chantage est inquiétant. Ceci étant, tout mettre en œuvre comme le préconisent certains pour pousser une fois encore la NV-A dans l'opposition serait contraire au principe même de la sanction démocratique. Je crois en conséquence que la NV-A doit monter au Fédéral et que les partis francophones doivent jouer le jeu de façon honnête, dans les limites bien sûr de ce qui leur apparaît acceptable. Je reconnais ici, en l'occurrence, que pour le PS, la chose risque d'être terriblement difficile. Mais peut-on décemment se passer du PS dans une coalition au Fédéral quand on sait que ce parti, à l'échelle de la Wallonie, fait quelque 35%, soit un pourcentage supérieur à celui que la NV-A a obtenu en Flandre. En clair, la logique voudrait que ces deux-là parviennent à s'entendre. Mais Est-ce possible ?
    • uit 't zuiltje
      mai 30, 06:49 Reply
      "la NV-A doit monter au Fédéral et que les partis francophones doivent jouer le jeu de façon honnête, dans les limites bien sûr de ce qui leur apparaît acceptable." Tourn' je ne vous connaissais pas un tel sens de l'humour... il n'y aura pas d'n-va au fédéral au 1er août 2015 non plus parceque c'est pas leur intérêt... et il n'y aura pas un 1,4 million de flamands dans les rues pour ça puisqu'ils s'en foutent que leur "compatriotes" de bxl aient la moindre représentation un parlement fédéral...
      • Tournaisien
        juin 01, 10:31 Reply
        @Uit'zuitje J'avais quant à moi compris que la stratégie de la NV-A était à deux tiroirs : (a) un tiroir institutionnel (pour une Flandre jouissant de beaucoup plus d'autonomie ... en attendant l'indépendance) et (b) un tiroir socio-économique d'inspiration très libérale (pour ne pas dire ultra-libérale). Et j'avais compris qu'au seuil de la formation du futur gouvernement, Bart De Wever avait annoncé la couleur : à savoir monter sur des revendications qui, durant cette mandature, seraient exclusivement socio-économiques. Ce qui revient à dire, dans l'hypothèse bien sûr où j'ai compris la portée des propos de la NV-A et où ces mêmes propos ne sont pas duplices, que la pierre d'achoppement pourrait ne pas l'être entre les Francophones (opposés à toute nouvelle avancée institutionnelle) et les Flamands mais entre la NV-A et les Libéraux d'une façon générale (de même dans une certaine mesure que le CD&V) et les socialistes de l'autre, en particulier les socialistes francophones. Si l'on considère les chiffres, en effet, une tentative de majorité pourrait donner, du côté flamand, NV-A 30 + CD&V 17 + Open VLD 15, soit 62 sur 93, et du côté francophone, MR 15 + CDH 8 + FDF 3, soit 26, sur 53. Soit une majorité totale de 115 sur 149. Majorité parfaitement viable donc au niveau Fédéral mais qui imposerait du côté francophone que les partis de gouvernement soient minoritaires, avec un parti socialiste en embuscade. Si le MR est susceptible de tenter de jouer le jeu, on peut supposer que le CDH sera on ne peut plus réticent. Trois grandes hypothèses peuvent donc être esquissées : (1) Si la NV-A monte au gouvernement, le PS accepte d'en être. On peut supposer dans cette hypothèse que le PS exigera que, du côté francophone, le CDH soit de la partie. Mais ceci aurait une conséquence au niveau régional. Le CDH exigerait en ce cas en retour, la chose est évidente, d'être par ailleurs présent à Namur, ce qui imposerait au PS et au MR de partager le gâteau. Ce scénario, s'il est crédible du côté francophone, est par contre tout à fait problématique au niveau bi-communautaire si l'on considère que devront être harmonisées les positions antagonistes de la NV-A et du PS. Cet antagonisme rend l'hypothèse globalement peu crédible. (2) Si la NV-A monte au gouvernement et que le PS reste dans l'opposition, la participation francophone comme exposée ci-dessus se limiterait alors à la tripartite MR + FDF + CDH. Si la montée au gouvernement du MR avec la NV-A est envisageable, celle du FDF et du CDH est en revanche autrement problématique, mais pour des raisons différentes. S'agissant du FDF, les choses sont assez faciles à comprendre. S'agissant du CDH, le problème est double : (a) le CDH rechignerait à rompre de façon ostensible avec son partenaire de plus de 15 ans le PS ; (b) les positions socio-économiques de la NV-A risquent d'être pour lui difficiles à avaler. (3) La NV-A n'est pas au gouvernement. Du côté, flamand, ce serait parfaitement jouable : CD&V 17 + Open VL 15 + SP-A 13 + Groen 8 totaliseraient en effet 53 sièges contre les 36 sièges de la NV-A, du VB et de LDD. Toutefois, tout porte à croire que le CD&V aura beaucoup de difficulté à accepter ce scénario, se refusant à jouer une carte qu'il estimerait peu respectueux de l'expression démocratique des électeurs flamands. EN CLAIR : Dans le premier scénario, ce serait le PS qui aurait la clef. Dans le deuxième, ce seraient le FDF et surtout le CDH qui auraient la clef. Dans le troisième, ce serait le CDH qui l'aurait. Tout porte à croire que la NV-A va s'arranger pour être dans la position de la "belle de Cadix", celle dont on voudra ou dont on ne voudra pas, s'arrangeant selon les scénarios pour que, précisément, le zwarte Piet atterrisse soit au PS, soit au CDH, soit, par l'absurde, au CD&V. D'où sa stratégie qui consistait à annoncer urbi et orbi, voici une quinzaine de jours, que son programme de gouvernement pour la mandature 2014-2019 se limiterait à des exigences strictement ... socio-économiques ! Au cas contraire en effet, si BDW avait dû annoncer des exigences institutionnelles, le zwarte Piet serait retombé illico sur la tronche de la NV-A ! CONCLUSION : La NV-A n'a rien abandonné de ses prétentions en matière de réforme institutionnelle, elle sait seulement qu'elle ne peut parvenir à refiler le valet noir à ses partenaires que si elle se profile sur du strict socio-économique. Et au cas où cela marcherait, au cas où un gouvernement parviendrait à être formé, elle serait de toute façon gagnante dans tous les cas : (a) ou bien elle serait parvenue à faire avaler aux Francophones des mesures de réduction et de rationalisation budgétaires, socialistes dans le gouvernement ou non ; (b) ou bien elle se verrait éjecter du gouvernement et sait d'ores et déjà qu'aux prochaines élections elle obtiendrait un véritable raz-de-marée. Sans compter qu'au niveau Régional flamand, elle pourrait alors faire vivre un enfer à ses deux partenaires libéraux et socio-chrétiens !
        • uit 't zuiltje
          juin 04, 23:26 Reply
          @Tourn' "...Francophones (opposés à toute nouvelle avancée institutionnelle) " je commence seulement à comprendre pourquoi je ne comprends pas toujours la profondeur de votre sens de l'humour...
  14. miyovo
    mai 29, 23:08 Reply
    http://www.brusselnieuws.be/nl/brussel-kiest/politicoloog-dave-sinardet-brussel-en-vlaanderen-twee-democratieen Soon, there will be as many democracies in Belgium as there are "baronies"... :))
  15. thomas
    mai 30, 00:34 Reply
    Een betoging van mensen die verontwaardigd zijn dat de grootste partij van het land weer eens aan de kant wordt geschoven omdat de kleintjes, uit eigen belang, op elkaars schouders gaan staan om nog groter te worden. Omdat de gevestigde waarden geen nieuwkomers willen toelaten in hun clubje, ze willen de macht en de vetpotten liever blijven verdelen onder dezelfden en de zoontjes en dochters van dezelfden. En dan moet Marcel natuurlijk weer het fascisme en Musollini vermelden. Walgelijk. En dan maar 5 jaar lang roepen dat de N-VA geen regering wou, terwijl het voor iedereen die de politiek een beetje volgt duidelijk was dat de franstaligen het been zolang stijf hielden tot de 3 laffe traditionele partijen overstag gingen. Ook weer uit eigen belang (dexia en zo + de postjes). Hopende dat de N-VA zo een stille dood zou sterven. Op deze manier krijg je gewoon 5 jaar uitstel van executie, mensen vergeten niet. Wat gaat Open-Vld waarmaken van haar "noodzakelijke structurele maatregelen" als ze haar lot weer verbind aan de PS? Wat gaat er overblijven van al haar beloften van de campagne? On verra. En dat terwijl we nu een historische kans hebben om met het hele land terug aan te sluiten bij de top, met partijen die moedige beslissingen durven nemen, zonder die partij die alles blokkeert voor haar cliënteel, die schrik heeft van meer welvaart, want dan zet ze zichzelf buitenspel. Wij zijn inderdaad 1 democratie en geen 2, maar wat vlamingen willen voor hun toekomst en de toekomst van de volgende generaties, daar moet geen rekening mee gehouden worden. De PS zal het wel in onze plaats beslissen, willen of niet.
    • Philippe
      juin 01, 10:15 Reply
      Thomas "maar wat vlamingen willen voor hun toekomst en de toekomst van de volgende generaties..." Faux ! "c'est ce que veulent 20% des citoyens belges qui ont voté" ! C'est toute la différence... Le système ne vous plait plus (pas assez d'argent à encore détourner sur le dos la Région Bruxelloise et sa périphérie naturelle) eh bien c'est pas compliqué, il suffit de nous demander poliment le prix de votre ticket de sortie.
    • Franck Pastor
      juin 02, 16:33 Reply
      C'est courant un peu partout, que le plus grand parti de tel ou tel pays ne soit pas au gouvernement. C'est une majorité absolue qu'il faut, et la N-VA n'a même pas une majorité régionale absolue. Sans même parler d'une majorité absolue au niveau fédéral, qui est la seule qui compte pour former un gouvernement… fédéral. Alors, de quel DROIT la N-VA exigerait-elle d'être présente dans ce futur gouvernement ?
  16. Juliette
    mai 30, 05:16 Reply
    Victimisation et manipulation. Rien de neuf sous le ciel du plat pays de Flandre.
    • uit 't zuiltje
      juin 04, 23:42 Reply
      vous avez raison Juliette, je le constate chaque jour, mais comment ça se passe chez vous, ah si vous aviez quelques pistes...
  17. guillaume21
    mai 30, 07:22 Reply
    Sur la logique que le fait que le plus grand parti du pays ne puisse pas être un gouvernement est vécu comme anti-démocratique par certains. En communauté germanophone, ils viennent de le faire ... Beaucoup de gens qui ont voté N-VA sont des gens qui reprochent aux autres partis flamands de ne pas avoir respecté leurs programmes. Au-delà d'accuser les francophones de blocage, même si au fédéral, il n'y avait que des partis flamands, la N-VA ne pourra pas appliquer totalement son programme, ce que trouveront certains électeurs non-démocratiques également. Si on suit donc la logique par l'absurde alors seul le premier parti du pays et seulement s'il est flamand devrait gouverner seul au gouvernement fédéral ... Bon là je sais pas où on va dans le concept de démocratie.
  18. moinsqueparfait'
    mai 30, 12:01 Reply
    Un peu de folklore facho n'a jamais dérangé beaucoup de monde dans un "pays" comme celui-ci. Ce qui compte, c'est que le Belgium survive. Comme je vous l'avais annoncé, les ordres de la Kommandantur seront respectés: même Bart fait le tout gentil petit minet. Il a compris qu'il devra faire le belge s'il veut arriver à quelque chose d'autre que sa mairie de province. Car ce sera soit retourner dans l'opposition définitive avec deux solutions à terme (De Deckerisation ou Vlaams Belanguisation), soit faire le bon belch ou être voué à deux ou trois sorts possibles selon le niveau d'écart par rapport à la feuille de route des maîtres (Letermisation, Berlusconisation ou Khadafisation si nécessaire). Ici, on la boucle et on fait claquer les bottes en silence. Prière de ne pas déranger. Marcel va pouvoir encore dénoncer pendant de très nombreuses années. L'économie facho, c'est un vrai secteur. On n'a jamais fini d'exploiter le gisement ici. ***** Tiens, ils ont ressorti Helmut Schmidt dans la presse officielle pour avertir des dangers de guerre en Ukraine. Un vieux sage, ce Helmut Schmidt. Quand il parle, on se tait. Faut dire que ce glorieux Bundeskanzler à qui on déroule tapis rouge s'y connaît en matière de nazisme: il est lui-même ancien officier nazi (ah, on ne vous l'avait pas dit dans l'article? OK, alors je m'en charge...).
  19. JLP55
    mai 30, 12:08 Reply
    pourrait-on avoir le lien FB de cette marche svp, histoire de mobiliser une contre manifestation. merci
    • Marcel Sel
      mai 31, 00:47 Reply
      Non, je ne promeus pas la marche, j'informe de de son existence. La seule contre-manifestation qui me paraisse utile, c'est de ne pas en faire du tout :)
      • uit 't zuiltje
        mai 31, 08:00 Reply
        et contremanifestez les orteils en eventail au pays du quart pour la marine, on peut quand même Marcel
    • MUC
      juin 02, 13:24 Reply
      Monsieur, Aujourd'hui, "De Standaard" a "découvert" l'initiative . Et entre nous, certains gens me semblent trop fixés par une guerre qui a eu lieu dans la première moitié du siécle passé. Il y a eu d'autres "Marches", par exemple le "March on Washington for Jobs & Freedom". La lutte Flamande, aux Etats Unis ? vu le fait que Sel préfère Mussolini : http://en.wikipedia.org/wiki/March_on_Washington_for_Jobs_and_Freedom
      • uit 't zuiltje
        juin 04, 23:34 Reply
        ya eu aussi des marches flamandes sur bxl, hahaha la mémoire ultrasélective flamande, frederiksen et de pauw doivent wormez leur front sous les pissenlits
  20. tsuko
    mai 30, 19:28 Reply
    Et si, en votant pour les partis de la majorité (+ les verts + les gauches "radicales"), les Belges voulaient simplement la paix. En effet, en communauté germanophone, le CSP, premier parti avec 25%, n'est pas au gouvernement régional. A quand une marche sur Eupen pour dénoncer ce déni de démocratie ! Je me demande quand on comprendra que 49 sièges (nva + vb) sur 124 ne forment pas une majorité de Flamands et que les 25% des mêmes partis sont loin de la majorité fédérale. Les votants de l'Open VLD et du CDNV ne sont pas fous du PS mais au moins, la paix communautaire est assurée. ce n'est certainement pas le cas avec la droite radicale flamande.
  21. Alain Forget
    mai 30, 20:19 Reply
    Moi je propose qu'on ne marche plus sur la côte belge ... Oups je veux dire " Vlaamse kust" respectons les frontières linguistiques !
    • GuyF
      mai 31, 18:29 Reply
      Depuis l'épuration ethnique wallen buiten je ne vais qu'à CADZAND (NL, de l'autre côté du Zwin) où je suis bien reçu et où la plage est plus large et plus belle.
  22. lievenm
    mai 30, 23:28 Reply
    Ik vrees dat de Vlamingen niet echt revolutionairen zijn en dat er op die mars, als ze er al ooit komt, op zijn best 3 man en een paardenkop zullen komen opdagen.
    • GuyF
      mai 31, 18:33 Reply
      Qu'il y ait du monde ou pas ce jour là ce sera toujours une tentative de coup d'état pour faire plier une fois de plus les francophones qui ne veulent pas se soumettre à la botte germanique. Une tentative de passage en force au mépris des droits HUMAINS comme ils font en refusant la protection des minorités réclamée par l'Europe.
  23. Capucine
    mai 31, 10:41 Reply
    L indifférence a ces gesticulations est une arme intelligente. bonne journée.
  24. francolatre
    mai 31, 16:16 Reply
    Beppe Grillo avait tenté lui aussi une Marche sur Rome après les dernières élections en Italie. Ce fut un flop mémorable.
    • uit 't zuiltje
      juin 04, 23:57 Reply
      les flops sont rarement mémorables... sûr que pas une étoile sur les 5 ne s'en rappelle, idem pour les marches flamingantes sur bxl (où il n'y eu pourtant aucun "vlamingen buiten" ou "vlamingen ga thuis" ou "V. go home")
  25. Capucine
    mai 31, 20:47 Reply
    Je suis belge francophone qui parle mal le flamand et je me demande vraiment si les flamands ne m aiment pas pour ce petit détail!Je ne comprends pas cette façon d agir,nous sommes des gens polis et solidaires,il y a tant de. Choses plus importantes a régler.l les flamands dont monsieur van Rompuy fait de grosses fautes de français ,ce n est pas grave,l important,c est la rose comme dirait g .Becaud.
  26. Salade
    mai 31, 23:20 Reply
    Est ce qu'on pourrait parler d'autre chose que de la NVA dans ce blog? La flandre démocratique va d'abord perdre le contrôle de ses médias. Pour le reste, on s'en fout. C'est à dire qu'on ne peut rien y faire. Tiens Marcel, vos prévisions étaient fausses, non? En France, on ne parle que du FN. Ca ne sert à rien. Parlons plutôt du bilan de Barroso. Tiens, il quitte. Tiens la constitution portugaise invalide la rigueur.. Quelle coïncidence.
    • Salade
      juin 02, 23:14 Reply
      je suis censuré pour quelle(s) affirmation(s)? histoire de voir.
  27. wallimero
    juin 01, 09:40 Reply
    @ Marcel, Là c'est le délire le plus total avec tous les ingrédients de l'agitateur gauchiste habituel. On refuse la pensée unique? Alors tout est permis, dont le mensonge avec la NV-A qui interdirait des manifestations altermondialistes à Denderleeuw (eeuh non, elle refuse de continuer à subsidier éternellement la gauche - crime monstrueux). Une petite correction peut-être? nonon, la vérité réside du côté gauche (tiens, ce n'était pas une encore accusation contre la NV-A?). Et maintenant tu nous déverse encore un seau d'amalgame sur la tête. "Mark Demesmaeker, député européen de la N-VA, est inscrit à l’événement. Ceci implique que la N-VA soutient la marche." ah bon, donc si une député PS s'oppose à une expulsion forcée, le PS refuse d'appliquer la loi. Si des députés PS vont visiter la Corée du Nord, le PS soutient la Corée du Nord. Si l'on regarde toutes les manifs douteuses auxquelles que des députés PS ont déjà participés... Mais bon, maintenant c'est le petit doigt de l'élite intellectuelle de gauche qui dicte ce qu'on doit faire: "Bart De Wever doit décommander cette marche, faute de quoi il se met au niveau de Benito Mussolini." Allez Bartje, Marcel t'a dit qu'il faut vite publiquement décommander cette manif que ni toi, ni ton parti n'ont organisé ou sinon tu te mets au même niveau d'un responsable d'un génocide de dizaines de millions de personnes! Allez, hop, dépêche toi. Une tactique très standard du manipulateur gauchiste: si tu ne fais pas ceci tu est cela. Et comme ça tout le monde qui ne fais pas exactement comme le veut l'élite gauchiste sont des génocidaires en herbe. Et comme Bart se fout éperdument ce que dit Marcel, voilà une belle excuse pour pouvoir dire qu'il est ceci ou cela. Ah oui! Il a osé ne pas suivre les instructions! Bart ne doit rien par rapport à cette manif. Et cette manif n'a rien d'anitdémocratique. Mais bon, pour quelqu'un qui soutient un parti qui veut imposer la dictature communiste pour rendre impossible l'application de lois votées démocratiquement... Ah oui, les hordes violentes de Mussolini se sont dirigés en camion vers Rome pour clamer le pouvoir, maintenant on ne peut plus introduire de demande de manif auprès de la commune afin de faire balader des familles pour dire que le plus grand parti démocratique devrait démocratiquement participer au pouvoir. Ciel! Hitler s'est rendu à Paris! Tous ceux qui se rendent à Paris sont des Hitlers en devenir?? Mais pour des manifs à 40 extrémistes communistes qui refusent d'appliquer la loi, là, c'est OK bien-sûr. On va même demander aux 4 journalistes RTBF qui sont dans le comité organisateur de faire un reportage pour le journal. C'est de gauche et au fond ils ne font que confirmer le système, et c'est qu'il faut pour un grand conservateur de gauche. joli Marcel, vraiment joli
  28. Pfff
    juin 01, 13:11 Reply
    Attentat au musée juif du Sablon : que l'on pointe le doigt vers les responsables. Fini de faire mu-muse. Que ces ordures de Soral et Dieudonné soient interdits de territoire.
    • uit 't zuiltje
      juin 05, 18:02 Reply
      vous y allez fort monsieur le Pfffrocureur, rien prouve que ces "ordures" n'ont pas juste breaké les idées d'un autre vrai coupable
      • Pfff
        juin 06, 16:49 Reply
        Comme Hitler est mort, il faut s'attaquer à ses descendants.
  29. Philippe
    juin 01, 17:06 Reply
    L'arrogance flamingante ! Les politiques flamands méprisent plus ou moins ouvertement 45% de la population depuis toujours et c'est un premier francophone en place quelques mois qui est critiqué par un détestable flamingant alors que tout a été fait pour satisfaire l'électorat du nord du pays... "Mais soyons tout de même clairs. Le bilan du gouvernement Di Rupo n'a pas été présenté à la population flamande par un (Premier ministre) flamand. Autrement, l'appréciation par la population flamande eut sans doute été meilleure", a indiqué l'ancien chef de file CD&V. Elio Di Rupo "n'a pas été en mesure de bien faire comprendre toutes les mesures prises", a-t-il insisté. Cela vient de quelqu'un qui à mis virtuellement le rail belge (ABX) en faillite après avoir constitué légalement une mafia payée sur plusieurs pays afin d'éluder l'impôt en Belgique. Ce même personnage né Etienne Adolphe Schouppe en 1942 à Denderleeuw de parents dont la manière de pensé projetée après le 11 septembre 2001 les aurait très certainement poussé à appeler leur fils Oussama... Sources: http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/schouppe-cdv-di-rupo-n-a-pas-su-defendre-pleinement-son-bilan-538b12593570b62c8b129ffc http://idnoires.over-blog.com/article-flamingants-etat-belge-match-a-haut-risque-46600614.html http://www.tijd.be/nieuws/politiek_-_economie_belgie/Schouppe_op_de_rooster_over_Dexia-orders.8931315-3136.art http://www.lalibre.be/actu/belgique/les-salaires-de-l-ombre-51b876b1e4b0de6db9a6a204

Leave a Reply

Attention, les commentaires n'apparaîtront qu'après modération.